Les dents, un capital santé à préserver. Bien manger pour tous. Le bon usage des médicaments SOCIÉTÉ SANTÉ PRÉVENTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les dents, un capital santé à préserver. Bien manger pour tous. Le bon usage des médicaments SOCIÉTÉ SANTÉ PRÉVENTION"

Transcription

1 santé ESSENTIEL ÉDITION RELEYA - SEPTEMBRE 2006 Nº 2 MAGAZINE BIMESTRIEL DES ADHÉRENTS DES MUTUELLES D HARMONIE MUTUELLES SOCIÉTÉ Bien manger pour tous SANTÉ Le bon usage des médicaments PRÉVENTION Les dents, un capital santé à préserver

2 SOMMAIRE 3 ACTUALITÉS 7 Une bonne alimentation passe par une meilleure information. SOCIÉTÉ 7 SANTÉ 13 7 BIEN MANGER POUR TOUS Manger équilibré est-il financièrement accessible à tous? 10 COMMENT PARLER AUX ENFANTS DE LA MALADIE? Dire la vérité aux enfants sur la maladie est indispensable CHANGEMENT CLIMATIQUE : TOUS RESPONSABLES? Quelques gestes simples au quotidien pour préserver l environnement. LES DENTS, UN CAPITAL SANTÉ À PRÉSERVER Une bonne santé passe par une bonne hygiène bucco-dentaire. 18 BOUGEZ, C EST ESSENTIEL Pour garder la forme, vivez en mouvement. 20 LA PRISE DE SANG, ET APRÈS? Une mine d informations pour connaître au mieux son état de santé. 10 Les enfants perçoivent le changement, le cacher ne sert à rien. 13 Les bonnes pratiques pour garder de bonnes dents. MUTUELLE DU BON USAGE DES MÉDICAMENTS Produit différent des autres, un médicament mal utilisé peut être dangereux. 25 LES INFOS DE VOTRE MUTUELLE Actualité, conseils pratiques sur les garanties proposées par votre mutuelle, les services mis à votre disposition 18 Petits gestes, grands bénéfices : comment se faire plaisir dans l effort? Six éditions comportent un encart. L édition Releya : «Modifications statutaires et réglementaires 2006». L édition Entreprises : «Modifications statutaires de la Mutuelle de l Anjou» pour les adhérents de la Mutuelle de l Anjou. L édition Côtes-d Armor : «Assemblées locales». L édition Finistère : «Assemblées locales». L édition Ille-et-Vilaine : «Assemblées locales». L édition Morbihan : «Réunions d adhérents et de délégués». Contact lecteurs : Magazine paraissant cinq fois par an, édité par Harmonie Mutuelles (union soumise aux dispositions du livre III du code de la mutualité). Siret : Centre Espace Performance, Bât. G, Saint-Grégoire Cedex. Tél. : Directeur de la publication : Claude Hemme Directrice presse-rédactrice en chef : Anne-Marie Guimbretière Assistante de direction : Armelle Collouard Rédacteurs en chef adjoints : Marie-France Lacour, Christian Jary, Brigitte Imber «Essentiel Santé Magazine» est sous copyright Tirage toutes éditions : exemplaires Le numéro : 0,52 L abonnement : 2,60 Publication membre de l ANPCM, de la FNPS et du SPS Conception-réalisation : Tél. : Photo de couverture : Royalty-Free/Corbis Impression : Presses de Bretagne, ZI Sud-Est, rue des Charmilles, Cesson- Sévigné Cedex Dépôt légal : à parution.

3 ÉDITO Plus proche de vous ACTUALITÉ SANTÉ MUTUALITÉ FRANÇAISE Vous avez été nombreux à vous manifester à la sortie du premier numéro de ce journal. Parfois pour en faire la critique, tels ces lecteurs qui nous reprochent nos prises de position sur le remplacement des médicaments déremboursés ou une trop grande place accordée aux médecins. Vous en avez, le plus souvent, salué la convivialité, la diversité et la clarté, ou le plein de bonnes idées et d informations utiles. Beaucoup de réactions, toujours très constructives, telle celle de ce pharmacien qui nous a apporté sa contribution critique sur de nombreux sujets abordés dans la revue. Tous ces témoignages nous sont utiles, ils nous permettent de mieux connaître vos attentes, parfois même au-delà du journal, vis-à-vis de votre mutuelle. Car Essentiel Santé Magazine entend être un journal proche de vous. Un journal qui vous donne des informations utiles et justes. Utiles parce que différentes de ce que vous pouvez trouver ailleurs, et justes parce que systématiquement vérifiées. C est dans cet esprit que l équipe d Essentiel Santé Magazine s efforce en permanence de vous accompagner dans votre quotidien, en essayant de répondre au mieux aux questions que vous vous posez. Anne-Marie Guimbretière Rédactrice en chef C est un rendez-vous républicain où souffle l esprit mutualiste, c est-à-dire un attachement profond aux valeurs de justice et de solidarité, a rappelé le président de la République, Jacques Chirac, intervenant lors de l ouverture du congrès. Garantir les meilleurs soins Près de délégués participaient au 38 e congrès de la Mutualité Française, du 8 au 10 juin, à Lyon. Une rencontre qui a abouti à l adoption d une charte pour un parcours de santé mutualiste. Les mutuelles entendent permettre à leurs adhérents d accéder à des soins de qualité, au meilleur coût, en identifiant pour les mutualistes, sur l ensemble du territoire, les circuits qui rassemblent les meilleures compétences, comme l a expliqué le président de la Mutualité Française, Jean- Pierre Davant, en évoquant la charte adoptée. Le parcours de santé mutualiste vise à améliorer encore les prestations des mutuelles, à mieux informer les adhérents et à développer les actions de prévention. Des besoins exprimés à l occasion d une étude sur la perception des mutuelles par les Français *. Des actions concrètes Les personnes interrogées attendent des actions concrètes de leur mutuelle. Elles souhaitent notamment qu elle engage des négociations avec les professions de santé et, en particulier, les laboratoires pharmaceutiques pour agir sur les prix des produits et des prestations. Elles demandent aussi que leur mutuelle évalue les professionnels de santé et leur recommande les services de soins présentant les meilleures garanties de qualité. Autre attente : des remboursements encore plus rapides et d un meilleur niveau. Pour Jean-Pierre Davant, l idée d un parcours de santé, complémentaire au parcours de soins, est née de la volonté de la mutualité d offrir à chacun les mêmes chances face à la maladie. *Sondage Cecop/CSA réalisé par téléphone les 12 et 13 avril 2006 auprès d un échantillon représentatif de personnes âgées de 18 ans et plus. Essentiel Santé Magazine - septembre

4 ACTUALITÉ Drogues et dépendances Sous ce titre, l Institut national de prévention et d éducation pour la santé (Inpes) présente des informations précises et scientifiquement validées sur toutes les drogues : tabac, cocaïne, héroïne, alcool, médicaments psychoactifs et produits dopants, les sanctions prévues par la loi et les grandes tendances de la consommation. La brochure Drogues et dépendances peut être obtenue, gratuitement, auprès de Drogues info service, au Plus d infos sur DONALD WEBER/GETTY SANTÉ Conseils S informer sur le parcours de soins coordonnés Vous trouverez sur les sites Internet de l assurance maladie et du service public, ou auprès de votre caisse d assurance maladie, toutes les informations concernant le parcours de soins coordonnés. Rappelons que depuis le 1 er janvier 2006, le taux de remboursement des consultations est de 70 % ou 60 %, selon que vous suiviez ou non le parcours. Votre mutuelle ne peut rembourser les coûts supplémentaires si vous êtes hors du parcours de soins. Plus d infos sur ou /particuliers/f10870.xhtml. 3 joints = 1 paquet de cigarettes Le fumeur d un joint absorbe six fois plus de goudron et de monoxyde de carbone que le fumeur d une cigarette. EN BREF Parlons différence On ne peut pas parler de sa différence à tout le monde, ce n est pas une raison pour n en parler à personne. La ligne Azur, relayée par son site Internet, permet d évoquer les problèmes d orientation sexuelle et d identifier les sources de conseils. L appel est anonyme. Ligne Azur : (lundi, mercredi, vendredi de 14 h à 19 h ; mardi, jeudi de 17 h à 22 h). Plus d infos sur Le polar change de visage Avec Le Masque de chair, Christine Cognant a écrit un roman passionnant, porteur d une réflexion sur les conséquences de la greffe du visage. Un patient défiguré bénéficie d une greffe intégrale, l aide-soignante veut en savoir plus, sans soupçonner les dangers qu elle court Le Masque de chair, éditions Pascal, Polar Santé, 167 pages, 15 euros. Les droits des handicapés Si les personnes handicapées ont des droits, elles les ignorent trop souvent. La 6 e édition du guide Handicapés : tous vos droits, vous informe sur l accueil, la scolarisation, l insertion professionnelle, la protection sociale, etc. De son côté, l Association des paralysés de France (APF) publie un guide pratique très complet, disponible au siège de l APF, avec une actualisation au jour le jour sur son site Internet. Enfin, Ressources et handicap, moins grand public mais très complet, donne des conseils pratiques pour défendre ses droits. Plus d infos : Handicapés : tous vos droits, 430 p Guide pratique de la loi du 12 février 2005, 3. APF, 17, bd. Auguste-Blanqui, Paris, Ressources et handicap, 376 p. 25. Éditions Claude Fitoussi, 74, bd. de Reuilly, Paris, Acheter chez Emmaüs En choisissant des produits proposés par Emmaüs sur le site de comparateur de prix solidaire Soliland, les internautes pourront faire bénéficier l association d un soutien financier à ses projets d accueil, d hébergement et d accompagnement. Plus d infos sur 4 Essentiel Santé Magazine - septembre 2006

5 Sparadrap accompagne les petits malades L association Sparadrap aide les familles et les professionnels quand un enfant est malade ou hospitalisé. Depuis douze ans, elle crée et diffuse des documents d information destinés spécifiquement aux enfants. Textes et illustrations leur permettent de mieux comprendre la maladie, les soins et l univers de l hôpital. Avec le soutien de la région Ile-de-France, elle vient de créer, sur son site Internet, un accès spécialement destiné aux enfants. Ceux-ci y découvrent l hôpital, la bibliothèque-médiathèque et les jeux du Lotopital, qui permettent de se familiariser avec le monde hospitalier. Sparadrap, 48, rue de la Plaine, Paris. Plus d infos sur KEITH BROFSLEY/GETTY 50 % 15 % des jeunes de 17 ans avaient déjà expérimenté le cannabis en des garçons et 7 % des filles de 17 ans sont des fumeurs réguliers. Recyclage des téléphones portables Donnez une seconde vie à votre téléphone portable, c est le titre de la campagne engagée par la Fnac, qui va recueillir dans des bornes les téléphones usagés. Ils sont ensuite confiés aux Ateliers du bocage (www.ateliersdu-bocage.com), filiale d Emmaüs, qui les testent et remettent en vente ceux qui peuvent l être. Les composants batteries, circuits électroniques, coques, etc. définitivement hors d usage sont recyclés. De son côté, l association des accidentés de la vie reçoit 4 euros par téléphone récupéré dans le cadre de la campagne FNATH mobile. Renseignements au ou sur CMU : refus de soins Si vous bénéficiez de la CMU complémentaire et que vous rencontrez des difficultés pour vous faire soigner ou obtenir des médicaments, signalez-le à votre caisse d assurance maladie ou au conseil de l ordre des médecins. Certaines enquêtes indiquent en effet que les médecins spécialistes et les dentistes refusent parfois de prendre en charge des patients bénéficiant de la CMU. Des difficultés d accès aux soins ont été signalées par les CPAM au cours de l été 2005 : 103 signalements (sur 185) concernaient les dentistes et 16 des ophtalmologues. Des abus du même type ont été pointés du doigt par Médecins du monde et l UFC-Que Choisir, qui relevaient 6 % de refus en moyenne nationale, mais 40 % à Paris. Lanternes rouges de la prise en charge : Paris- Ouest, Lyon-Centre et Nice. Le collectif des médecins généralistes pour l accès aux soins (Comegas) a demandé la saisine de la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde). Essentiel Santé Magazine - septembre

6 ACTUALITÉ SANTÉ Trop de fer peut nuire L hémochromatose, maladie méconnue mais pas si rare (3 % de la population est touchée), se caractérise par une surcharge en fer de l organisme. Cette maladie génétique peut produire de graves effets à long terme : cirrhose, diabète, problèmes cardiaques, cancers D où l importance d un dépistage précoce, dès qu apparaissent les premiers symptômes : fatigue chronique, douleurs dans les mains, perte de la libido, coloration brunâtre de la peau. Un examen simple prescrit par le médecin (le taux de saturation de la transférine) permet d identifier l hémochromatose, et des saignées suffisent à ramener le taux de fer à la normale. La maladie décelée, il faut prévenir la famille pour effectuer l examen et commencer le traitement le plus tôt possible. Plus d infos sur Pour une conduite plus sûre Le Guide de la sécurité au volant apporte des réponses claires et précises aux situations à risques : que faire sur une plaque de verglas? Quand un pneu éclate? Si les freins lâchent dans une descente? Il décrit également les bons réflexes à adopter sur la route et dans la conduite, ainsi que les principales mesures de prévention. C est une co-édition des éditions Pascal et de la Mutualité Française, en partenariat avec la Matmut. Éditions Pascal, 17, rue Pascal, Paris (128 p., 12 ). Plus d infos sur WALTER HODGES/GETTY sont causées chaque année par l ostéoporose. Depuis le fractures er juillet, l examen de dépistage et de diagnostic est remboursé à 70 % du tarif conventionnel par l assurance maladie. BLOOM PRODUCTIONS/GETTY Pharmaciens: un rôle de conseil Les Français considèrent la pharmacie d officine comme le lieu privilégié pour la délivrance des médicaments non remboursés et adhèrent à l idée du développement du rôle de conseil du pharmacien. Une enquête CNGPO*-Credoc montre que les Français ne sont pas favorables au déremboursement des médicaments. Ils craignent que ces mesures n instaurent une double inégalité, économique et thérapeutique. Mais les Français interrogés acceptent le déremboursement s il permet de maintenir le remboursement des soins médicaux nouveaux et très coûteux. *Collectif national des groupements de pharmaciens d officine. 6 Essentiel Santé Magazine - septembre 2006

7 SOCIÉTÉ NUTRITION DENIS FELIX/GETTY Bien manger pour tous À la recherche des bonnes calories Augmenter la consommation de fruits et légumes. Telle est l une des recommandations du Plan national nutrition santé pour nous garantir une alimentation équilibrée. Or, certains d entre nous n ont pas toujours les moyens de diversifier leur nourriture et se limitent bien souvent à des aliments trop gras et trop sucrés. Essentiel Santé Magazine - septembre

8 SOCIÉTÉ NUTRITION Une bonne alimentation passe par une meilleure information. La France n en finit pas de grossir! 11,3 % des adultes et 5 % des enfants sont obèses, contre respectivement 6,1 et 1,5 % en Ces données interpellent les autorités, conscientes de l existence de ce véritable problème de santé publique. Pour vaincre la malbouffe, l obésité et les maladies qu elle engendre, le Programme national nutrition santé (PNNS) nous exhorte depuis 2001, à grands coups d affiches et de messages radio, à manger au moins cinq fruits et légumes par jour et à faire une demi-heure d exercice physique quotidien. Seulement voilà : les campagnes de communication ne suffisent plus. Tel est le constat dressé par le professeur Serge Hercberg, nutritionniste de renom, qui a dirigé ce programme. Car les fruits et les légumes coûtent cher. Les plus défavorisés d entre nous en achètent rarement, préférant se nourrir de produits industriels riches en graisse et en sucre, qui ont proliféré avec la crise économique. Selon Nicole Darmon, ingénieur à l Inserm, ces aliments, (biscuits sucrés ou salés, barres chocolatées, chips, boissons sucrées ) sont des sources de calories bon marché, et permettent donc de se nourrir pour pas cher. À l inverse, les aliments conseillés dans le cadre d une alimentation équilibrée, tels que les fruits, les légumes, le poisson ou la viande maigre, sont des sources d énergie qui peuvent revenir cher. Il est donc logique pour certains de s en détourner au profit des aliments gras et sucrés. Malheureusement, ces aliments sont riches en énergie et très pauvres en fibres, vitamines et minéraux (on parle de calories vides ). Si bien que leur consommation en excès augmente le risque de prendre du poids mais aussi de développer une maladie cardiovasculaire, un cancer ou un diabète. Voilà pourquoi, comme le montre une étude* menée dans dix villes en France, la fracture nutritionnelle se creuse : les personnes les plus exposées aux risques d obésité et de Baisser le prix des fruits et légumes : la solution pour favoriser une alimentation équilibrée. PIERRE BOURRIER/ICONICA DAN DALTON/GETTY 8 Essentiel Santé Magazine - septembre 2006

9 DR carences alimentaires sont aussi les plus faibles économiquement. Dans son rapport remis récemment au ministre de la Santé, le professeur Hercberg appelle donc à des actions concrètes : diminuer le prix des fruits et légumes, réduire la teneur en sucre, graisse et sel des produits alimentaires transformés, distribuer gratuitement des chèques fruits et légumes aux populations qui en ont le plus besoin. Pour financer cette mesure, qui représente un budget annuel de 500 millions d euros, le professeur Hercberg propose la création d un fonds, alimenté par une cotisation obligatoire des industries alimentaires En attendant, il est essentiel d apprendre à bien choisir ses aliments. Car, même dans les grandes surfaces où s effectuent 90 % des achats alimentaires, il existe un large Nicole Darmon Ingénieur Inserm, spécialiste des choix alimentaires et de la qualité nutritionnelle choix pour un même budget. Une bonne alimentation passe par une meilleure information, et aussi par le temps et le plaisir que nous avons à préparer nos repas. Corinne Thermes * Étude EPODE Observatoire des habitudes alimentaires et du poids rubrique Ensemble prévenons l obésité des enfants. INTERVIEW Pas seulement une question de budget Peut-on manger équilibré avec moins de 5 euros par jour? Nous avons calculé par ordinateur le coût d un repas respectant les besoins nutritionnels d un adulte. Conclusion : il faut 3,50 euros pour se nourrir de manière équilibrée. C est à peu près ce dont disposent les personnes considérées comme pauvres par l Insee en France, qui ont un revenu mensuel inférieur à 627 euros. Des études soulignent les carences alimentaires des personnes à faible revenu. Oui, car ces personnes ne sont pas seulement soumises à des contraintes de budget. Elles cumulent des Équilibrons nos paniers solidarité Nos achats en faveur de ceux qui ont faim manquent de variété. Si le cœur vous en dit, la prochaine fois que vous serez sollicité, pensez aussi à agrémenter vos paniers solidarité de poisson, légumes et fruits en conserve, et de bouteilles de jus de fruits. problèmes de transport, de stockage : on trouve peu de produits frais à acheter dans les quartiers défavorisés, et quand on est mal logé et dépourvu de réfrigérateur, on a tendance à acheter des produits non périssables qui calment la faim, à consommer des chips, des biscuits fourrés, des sodas. Des aliments trop gras, sucrés, pauvres en minéraux et en vitamines. En outre, quand on est accablé par les problèmes de la vie quotidienne ou la fatigue, on n a pas toujours le temps ou l envie de cuisiner. À SAVOIR Aliments santé à petits prix Féculents Pâtes, riz, pommes de terre, couscous. Mais les plus intéressants sont ceux qui ne sont pas raffinés. À privilégier donc : le riz complet, les légumes secs. Jus de fruits pur jus 100 %. Viandes Le foie de volaille, de génisse (bien moins cher que le foie de veau) pour leur apport inestimable en vitamines et minéraux. L escalope de dinde. Poissons Les conserves de poisson, thon, sardines, maquereau Légumes Les légumes surgelés ou en boîte : ils présentent une qualité nutritionnelle quasiment équivalente à celles des légumes frais, sans risque de gaspillage ou de dégradation, et pour un prix souvent bien inférieur. IMAGE SOURCE FOOD COLLECTION/GETTY FOOD COLLECTION/GETTY STOCK FOOD CREATIVE IMAGE SOURCE Essentiel Santé Magazine - septembre

10 SOCIÉTÉ FAMILLE Maman est fatiguée Trouver les mots justes pour rassurer les enfants Quand la maladie frappe la famille, la tentation est grande de ne rien dire à nos enfants. Et pourtant, il est essentiel de ne rien cacher. Encore faut-il trouver les mots justes. POUR VOUS AIDER que ma femme est malade, j essaie de passer Depuis le plus de temps possible avec elle. J ai peur que mes enfants se sentent abandonnés, moins aimés, car elle ne peut pas les prendre dans ses bras ni les porter, dit ce papa. Lorsque je suis revenue de l hôpital, épuisée après mon opération, mon fils de cinq ans piquait souvent des colères, se souvient cette maman. Difficile pour de jeunes enfants de comprendre pourquoi, tout à coup, leur maman ou leur papa ne peut plus avoir les mêmes attentions qu auparavant. Seulement, voilà, lorsque la maladie frappe un proche, parent, frère ou sœur, nous le cachons souvent à nos enfants. Et lorsque nous leur en parlons, il est rare que nous les tenions au courant de l évolution de la situation. Nous ne voulons pas leur faire mal. Nous pensons les protéger. Et puis, c est si difficile de trouver les mots On les croit trop petits pour comprendre! Pourtant, la maladie bouleverse la vie de toute la famille. Elle fatigue, provoque des douleurs, des changements physiques et psychologiques. Les enfants le ressentent même s ils ne le montrent pas. Comment faire alors que l on voudrait tant les protéger des accrocs de la vie? On a peur de trop en dire, de mal le dire, de bouleverser un équilibre déjà trop fragile. Parler avec simplicité Ainsi, les spécialistes de l enfance sont unanimes: le non-dit n empêche pas les enfants de deviner, ils sentent très vite qu il se passe quelque chose d anormal. Car un enfant qui n est pas informé, peut se sentir exclu, il risque alors de se demander ce qu il a pu faire de mal pour que son papa, sa maman ou son Si les mots ne viennent pas Si vous ne vous sentez pas capable de dire les choses, vous pouvez essayer de vous faire aider par votre conjoint ou par un proche en qui votre enfant a confiance. Vous pouvez aussi faire appel à un professionnel, à l hôpital ou en ville, pédopsychiatre ou psychanalyste. Allez le voir avec votre enfant. CAMILLE TOKERUD/GETTY K Noë, une collection pour mieux vivre la maladie Pour aider les parents à ouvrir le dialogue avec leurs jeunes enfants, cet éditeur a eu la bonne idée de réaliser une collection d albums illustrés. Si les sujets abordés sont graves, le ton n est ni dramatique, ni triste. Le rêve de Lucas, Anatole l a dit et Deux Amis pour toujours parlent de l hépatite C, du cancer ou de la sclérose en plaques avec un vocabulaire adapté et de précieux conseils dans une partie réservée aux parents. Ces ouvrages sont mis gracieusement à la disposition des médecins afin qu ils les transmettent à leurs patients. Vous pouvez aussi les commander directement, pour 3,50 l exemplaire, aux Éditions K Noë, 15, rue Carnot, Le Kremlin-Bicêtre. Tél. : Essentiel Santé Magazine - septembre 2006

11 Le non-dit n empêche pas les enfants de sentir qu il se passe quelque chose d anormal. ROYALTY-FREE/CORBIS frère qu il aime tant le délaisse. Il peut se sentir abandonné ou s enfermer dans le silence, il peut aussi réagir par l agressivité, pour exprimer son angoisse et surtout pour tester la capacité de ses parents à être toujours des parents. Dans notre société, où chacun confesse ses problèmes en public, Françoise Dolto s étonnait déjà, il y a plus de vingt ans, de la facilité avec laquelle les parents, revenant du travail, affichaient leur découragement devant des enfants de moins de dix ans sous prétexte qu ils ne comprennent pas encore. En même temps, notait-elle avec quelle précaution, quelle ruse, on s attache à leur cacher la maladie quand elle frappe le foyer. On ne songe pas qu elle est, au contraire, une initiation à la vie. Face à la peur et à la douleur, les mots sont toujours le meilleur des remparts. Corinne Thermes Catherine Saladin Psychanalyste, exerce au Centre médicopsychologique de Grigny (Essonne). INTERVIEW Des pages Alice au pays et des images du Cancer qui soulagent Alice vit paisiblement au pays des Merveilles jusqu au jour où son Le voyage de Luna (7 ans et +) papa lui annonce que sa maman a Une bande dessinée originale dû partir pour le pays du Cancer. qui, comme l indique Sandrine Cette histoire, émouvante et Kiberlain dans la préface, sensible, fait découvrir, à travers se révèle efficace pour tous ceux les yeux d une petite fille, la qui ont besoin de faire le lien douloureuse expérience de voir avec un enfant que la maladie un parent atteint par la maladie. inquiète. Un livre délicat et utile. Sophie Buyse et Martine Hennuy, Diane Barbara, Actes Sud junior, Alice Éditions, 2006, 12, , 10. (5 ans et +). DR La vérité protège, pas le silence Toute vérité est-elle bonne à dire, même à un très jeune enfant? Oui. Même un tout-petit ressent l inquiétude ou le chagrin de son entourage. On ne s adresse bien sûr pas de la même manière à un bébé qu à un enfant plus grand. Mais faitesvous confiance. Parlez-lui simplement. L enfant ressentira la vérité de vos émotions, ce qui lui permettra d entendre et d intégrer une réalité qui le concerne lui et ses proches. Faute de mots, un bébé risque d exprimer dans son corps, jusqu à tomber malade, le désarroi qui touche sa famille. Peut-on faire accepter une situation maladie, deuil que l on a soi-même du mal à admettre? Il ne s agit pas de faire accepter mais de vivre avec. Et c est souvent un réconfort pour l enfant de savoir qu il n est pas seul dans son chagrin, sa révolte ou son incompréhension. Et si la mort s annonce, faut-il en parler avant? Je ne crois pas qu il faille aller au-devant de la réalité. La vie s accroche parfois plus qu on ne l imagine. Personne n est en mesure de donner une date. En revanche, on peut introduire progressivement l idée d une fin. Quoi qu il arrive, on ne peut pas se contenter de dire par exemple papa est parti. Il faut employer les bons mots, même s ils sont durs. Essentiel Santé Magazine - septembre

12 SOCIÉTÉ ENVIRONNEMENT Changement climatique: tous responsables? Nous pouvons modérer les conséquences du changement climatique en modifiant nos habitudes et nos comportements quotidiens. Contrairement à ce que l on peut penser, il n y a pas que les industriels qui polluent! Nos comportements quotidiens sont responsables de la moitié des émissions de gaz à effet de serre : les déplacements interviennent pour 25 %, le chauffage des logements pour 15 %, l eau chaude et la consommation électrique pour 7 %. Les 53 % restant sont issus de la fabrication et du transport des produits ainsi que des services. Toute la journée, nous consommons de l énergie, dont la combustion produit un gaz à effet de serre, le gaz carbonique (CO 2 ), à l origine du changement climatique. Conséquences : une augmentation globale des températures, la fonte des glaciers, l élévation du niveau des mers, des espèces et des milieux naturels menacés, des canicules et des tempêtes plus fréquentes. Or, en modifiant nos habitudes, en nous équipant et en consommant mieux, chacun d entre nous peut limiter l ampleur du changement climatique (et réaliser des économies!). Cela peut prendre la forme d un programme en dix points : 1. Privilégier les modes de déplacement doux (marche, vélo) ainsi que les transports en commun. 2. Préférer le train à l avion (dans la mesure du possible). Quand le monde s engage à Kyoto Avec le protocole de Kyoto de 1997, les pays industrialisés se sont engagés exception faite des États-Unis à réduire leurs émissions des six principaux gaz à effet de serre de 5,2 % en moyenne entre 2008 et 2012 par rapport au niveau de CHRISTOPHE GOULD/GETTY 3. Penser au covoiturage. 4. Préférer les ventilateurs aux climatisations qui sont des gouffres énergétiques. 5. Diminuer la température des pièces : 19 C est la température idéale. 6. Isoler le toit, les murs et les fenêtres du logement. 7. Choisir l énergie solaire pour l eau chaude et les sanitaires (dans la mesure du possible). 8. Éviter les emballages ou conditionnements inutiles. 9. Éviter les produits jetables. 10. Ne pas laisser en veille les téléviseurs, chaînes hi-fi, etc. et choisir des appareils économes en énergie (comme les ampoules basse consommation et l électroménager de classe A par exemple). Il s agit, pour l essentiel, de modifier nos habitudes et certaines de ces recommandations peuvent être transposées sur le lieu de travail. Yannick Bourdoiseau Pour en savoir plus climat/campaign/index_fr.htm : des informations ciblées, pertinentes et fiables sur l environnement et la mise en œuvre des politiques environnementales nationales et européenne. À télécharger : une brochure destinée aux étudiants, sur le rôle qu ils peuvent jouer dans la lutte contre les changements climatiques. : Epaedia, une nouvelle encyclopédie sur l environnement. ecologie.gouv.fr/irep/index.php : le site de l Irep recense les principales émissions polluantes industrielles par région. : Réseau action climat-france appartient au réseau mondial des organisations non gouvernementales (ONG) concernées par les changements climatiques. Son site, très complet, constitue une mine d informations sur le sujet. 2 bis, rue Jules-Ferry, Montreuil-sous-Bois. Tél.: À lire Après nous le déluge, Jean-Marie Pelt et Gilles-Éric Séralini, éditions Flammarion-Fayard, 2006, 16. Une dénonciation des menaces pesant sur le milieu naturel : Pour la première fois dans l histoire des sciences, une discipline est unanime sur l impérieuse nécessité d agir au plus vite pour, au mieux, stabiliser la situation. 12 Essentiel Santé Magazine - septembre 2006

13 SANTÉ PRÉVENTION GEORGE DOYLE/GETTY Les dents Un capital santé à préserver Nos dents sont tout aussi importantes que n importe quel autre organe, et pourtant nous n en sommes pas toujours conscients Elles méritent beaucoup d attention. Pour les garder en bonne santé, mieux vaut respecter quelques règles. Essentiel Santé Magazine - septembre

14 SANTÉ PRÉVENTION DR Docteur Catherine Rossi-Pianel, chirurgien-dentiste, auteur du livre Le Dicodent Aller chez le dentiste pour prévenir Les patients doivent comprendre ce qui se passe dans leur bouche et surtout qu ils détiennent un pouvoir sur leurs dents. Car celles-ci sont importantes : elles font partie du corps! Mon message : faites des contrôles régulièrement, en profondeur! Il faut aller chez le dentiste pour prévenir, pas seulement pour guérir. Et y habituer les enfants dent est vivante! assure le Dr Jacques La Desfontaine, chirurgiendentiste à Nantes et chargé de mission Santé publique à l UFSBD*. Une particularité due à l émail, cette structure minérale qui la recouvre. Beaucoup craignent les caries, en raison de la douleur qu elles provoquent, et méconnaissent leurs conséquences sur la santé. La carie n est pas une maladie anodine, prévient le Dr Christophe Lequart, chirurgien-dentiste. Si elle n est pas soignée, elle atteint la pulpe dentaire, contenant nerfs et vaisseaux sanguins. Les bactéries présentes dans la bouche peuvent alors migrer, grâce à ces derniers, dans le reste de l organisme et se fixer sur d autres organes : yeux, foie, cœur, tendons. Sans évoquer ces cas extrêmes, il est assez courant qu une tendinite soit la conséquence d une simple carie! Pour avoir de belles dents, il suffit pourtant de respecter un triptyque simple : brossage, fluor et visites régulières chez le dentiste. Du bon brossage des dents On ne le dira jamais assez : il faut se brosser les dents après chaque repas, soit trois à quatre fois par jour. Et si vous n avez pas de brosse à dents sur vous, mâchez un chewing-gum sans sucre. Le brossage doit durer au moins trois minutes, précise le Dr Lequart. Notez que les brosses à dents électriques, plus efficaces qu une manuelle, sont équipées d un minuteur réglé à trois minutes. Vous préférez la méthode classique? Pas de problème, tant que vous optez pour une brosse souple ou médium, les poils rigides ne nettoyant pas les espaces interdentaires, et que vous faites le bon geste. La meilleure technique : aller de la gencive vers l émail, par petits mouvements rotatifs. Sans oublier le dessus des dents. Si besoin, complétez ce brossage par l utilisation d une brossette ou de fil interdentaire. Pour les adolescents qui portent un appareil dentaire, un brossage régulier est d autant plus important, avec, de préférence, une brosse à dents adaptée, le plus souvent appelée orthodontique. Quant aux porteurs de prothèses, ils doivent les laver après chaque repas, avec de l eau et du savon, et les laisser tremper au moins une nuit par semaine dans un bain de comprimés effervescents. DÉCRYPTAGE Ne plus avoir peur Aller chez le dentiste fait peur. Or, les nouvelles techniques permettent aujourd hui d éviter la douleur dans la majorité des cas. Explications. La pratique de l anesthésie est quasi systématique. Au palmarès des craintes : la piqûre Et pourtant les aiguilles sont de plus en plus fines et siliconées. La silicone assouplit l aiguille, qui pénètre en douceur. La roulette, si détestée, est une petite turbine qui sert à supprimer la partie cariée de la dent ou à la polir. Elle est indolore, sauf si vous avez trop attendu et que la carie a atteint la pulpe, là où logent les nerfs Dans tous les cas, le meilleur moyen d éviter la douleur, c est de ne pas attendre d avoir mal pour aller chez son dentiste. MATTON 14 Essentiel Santé Magazine - septembre 2006

15 Si vous hésitez sur le choix d une brosse à dents, vous pouvez demander conseil à votre dentiste. Dernier point : changez de brosse tous les trois mois! Le fluor, votre allié Incontournable, le dentifrice doit contenir du fluor. Il rend l émail plus résistant aux attaques acides, explique le Dr Lequart. Or, ces acides, issus de la dégradation des aliments, déminéralisent la surface de l émail et fragilisent la dent. Aujourd hui, 95 % des dentifrices sont fluorés, rassure le Dr Desfontaine. Et pour savoir si vous utilisez assez de fluor, vous pouvez faire un bilan fluoré chez votre dentiste. Ce dernier, en effet, ne se cantonne pas aux soins! Il fait aussi de la prévention! Ainsi, dès l âge de 6 ans, au moment de l apparition des premières molaires définitives, un acte simple et sans douleur peut réduire le développement des caries : le scellement de sillons. La surface de la dent est en effet formée de creux ou sillons, difficiles à atteindre avec la brosse à dents, et qui deviennent facilement des nids à caries. Le dentiste les nettoie puis les bouche avec une résine chargée en fluor, explique le Dr Lequart. Grâce à cette technique, on a constaté une diminution de 80 % des départs de caries sur les faces supérieures des molaires définitives. À l âge adulte, le détartrage est l un des actes les plus couramment pratiqué. Il permet de retirer la couche de tartre qui recouvre les dents, à l origine d inflammations gingivales (gencives rouges et saignements). Mais ce n est pas tout, le dentiste est un vrai médecin de la bouche, affirme le Dr Lequart, il peut dépister les lésions cancéreuses et d autres pathologies telles que les signes buccaux du diabète. Pour toutes ces raisons, il est vivement recommandé de rendre visite à son dentiste au moins une fois par an Sandra Strasser *UFSBD : Union française pour la santé bucco-dentaire. LEXIQUE CARIE Destruction progressive de la dent provoquée par la déminéralisation des tissus. Laquelle est la conséquence d une trop grande absorption de sucre. PULPE DENTAIRE Située dans la racine, c est la partie vivante et sensible de la dent. Elle contient des nerfs et des vaisseaux sanguins. La roulette, les piqûres et autres instruments parfois impressionnants du dentiste ne doivent plus vous effrayer. Au besoin, une anesthésie est pratiquée. FRÉDÉRIC MAIGROT/REA STOCKBYTE PLATINIUM/GETTY Essentiel Santé Magazine - septembre

16 SANTÉ PRÉVENTION De nouvelles visites obligatoires pour les 6 à 18 ans Dès les premières dents, les enfants peuvent développer des caries. Pour encourager la prévention, l assurance maladie lance un nouveau programme. Début 2007, tous les jeunes de 6, 9, 12, 15 et 18 ans pourront bénéficier d un examen de prévention bucco-dentaire, pris en charge à 100 % par l assurance maladie. De plus, cet examen est obligatoire pour les enfants de 6 et 12 ans, âges auxquels se développent les premières et les dernières molaires définitives. Pratique : pour bénéficier de ce bilan, aucune démarche n est à effectuer! L assurance maladie envoie un courrier aux parents un mois avant la date anniversaire de l enfant pour leur expliquer les modalités. Cet examen de prévention comprend une anamnèse (recherche des antécédents bucco-dentaires), un exa- men des dents (pour débusquer d éventuelles caries) et des conseils alimentaires et d hygiène. Il peut être complété, si nécessaire, par des radiographies. Cette visite de contrôle coûte 25 euros (hors radiographies), tarif fixe. Le dentiste pourra éventuellement préconiser des soins curatifs, dits conservateurs. Pour être pris en charge, ces derniers devront être réalisés dans les délais indiqués dans le courrier envoyé par l assurance maladie. Là aussi, l assurance maladie rembourse les soins à 100 %. De plus, ils ne peuvent faire l objet de dépassements d honoraires. Ce programme devrait inciter à davantage de prévention. D autant que, comme le rappelle le docteur Christophe Lequart, plus on s y prend tôt, plus le soin est rapide et presque sans douleur S. T. MATTON Les radios dentaires sont indolores. Il existe plusieurs techniques : le panoramique dentaire (totalité de la bouche), le scanner (coupe transversale), le status dentaire (plusieurs petites radios), la téléradiographie de profil et de face (radios de la face, du crâne et du cou), et la tomographie cycloïde des ATM (radios des articulations). 16 Essentiel Santé Magazine - septembre 2006

17 Contrôler son alimentation Les aliments riches en glucides favorisent l installation de la plaque dentaire et, par conséquent, la formation des caries. Il vaut donc mieux éviter les grignotages et l excès de sucreries. Mais ce n est pas tout! Les aliments acides, comme les sodas et colas, favorisent la déminéralisation de l émail, ce qui peut, là aussi, provoquer des caries. Certains composants alimentaires en revanche sont reconnus pour leur pouvoir tampon : fluor, minéraux, phosphore, calcium, vitamine D, lipides, certaines protéines. L UFSBD recommande de manger équilibré, se limiter à trois repas par jour et à une ou deux collations, préférer le chocolat aux confiseries, le lait et l eau aux boissons pétillantes, ne pas sucer de bonbons juste avant le coucher. La prévention des caries passe par une bonne alimentation. STOCKDISC/GETTY L AVIS DU PRATICIEN Faites établir un devis et transmettez-le à votre mutuelle! ne simple visite chez le dentiste peut parfois Udonner lieu à une multitude de soins Dévitalisation d une dent cariée, extraction, orthodontie (appareil dentaire), couronne, implant, etc. La liste est longue, et la note, élevée! Il est indispensable, avant toute décision, d en discuter avec votre chirurgien-dentiste et de lui demander un devis. Valable six mois, ce dernier vous indiquera, par exemple, pour une prothèse : son prix, la base de remboursement de l assurance maladie et le montant effectif de ce remboursement. Attention, demandez à votre dentiste d indiquer aussi le prix des soins et des consultations. Faites une photocopie de ce devis et envoyez-la à votre mutuelle, qui vous indiquera clairement, en retour de courrier, ce qu elle prend en charge. Mutuelles à vos côtés Agir pour la prévention bucco-dentaire Les mutuelles, à travers la prévention, s impliquent de plus en plus sur le terrain de l hygiène buccodentaire. Pour preuve, Préviade-Mutouest a lancé, il y a quelque temps déjà, une opération pilote dans trois départements (Côtes-d Armor, Ille-et- Vilaine et Meurthe-et- Moselle) : l instauration de visites de contrôle pour les enfants en bas âge chez le chirurgiendentiste. Dans le Cher et l Indreet-Loire, les Unions mutualistes proposent aux enfants des conseils de prévention en organisant des rencontres avec des chirurgiens-dentistes. Par ailleurs, grâce à un accord national conclu en 2003 entre la Mutualité Française et l Union nationale des services ambulatoires mutualistes (Unsam), des actions de prévention (comme le dépistage des caries chez l enfant) sont menées dans les 400 centres de santé dentaires mutualistes de France. Mieux : dans certains centres, un patient peut bénéficier d une visite pour définir un plan de traitement annuel. Les soins sont pris en charge à 100 % du tarif conventionnel par l assurance maladie, à condition qu ils soient effectués dans l année suivant le bilan. Enfin, en février, la Mutualité Française a signé un important accord-cadre avec l Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD). Celui-ci officialise une politique d actions communes en terme de prévention bucco-dentaire. Pour en savoir plus À lire Je vais chez le dentiste Pourquoi? Ce livret, édité par l association Sparadrap et le centre de soins dentaires du CHU de Nantes, dédramatise la consultation chez le dentiste grâce à sa réalisation en bande dessinée. Dans les salles d attente ou sur (3 ). Association Sparadrap : 48, rue de la Plaine, Paris Le Dicodent, vos dents ont des secrets à vous dire, de Catherine Rossi-Pianel, Guy Trédaniel Éditeur, 2005, 19. Écrit par un chirurgiendentiste, cet ouvrage explique de manière claire les mots employés par le dentiste, d où vient la douleur, quels sont les soins, etc. Contact L Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD) mène des actions de prévention collectives et individuelles (communication vers le grand public, formation des praticiens et diffusion de messages éducatifs). 7, rue Mariotte, Paris Tél. : Essentiel Santé Magazine - septembre

18 SANTÉ FORME Vivre en mouvement: la forme au rendez-vous Prise de conscience ou simple envie de se faire plaisir Pratiquer régulièrement un sport ou une activité physique est essentiel pour la santé. Une bonne hygiène de vie et un état d esprit positif : rien de tel pour garder les formes et la forme. Exercices physiques, yoga, gymnastique ou fitness, pratique d un sport collectif ou individuel à tout âge, bouger est bénéfique pour la santé. Avec une masse musculaire représentant 50 % de son poids, notre corps est conçu pour le mouvement. Les bienfaits physiques d une dépense énergétique régulière sont donc multiples. Bouger permet de lutter contre l ostéoporose, de développer ou d entretenir la masse musculaire, de réguler la tension artérielle, d améliorer la résistance aux infections, de brûler les excès de graisse et de sucre, d abaisser le taux de mauvais cholestérol et d augmenter le débit cardiaque et la capacité respiratoire. Mieux, pour certaines maladies chroniques, l activité physique aurait même une valeur thérapeutique. Un choix réfléchi Préservation de son capital santé, préoccupation esthétique liée à l image de son corps, envie de se dépasser ou de partager des moments de détente. Très différentes, les motivations de chacun sont à la mesure d une offre extraordinairement riche. À l heure du choix, mieux vaut privilégier une activité et/ou un sport correspondant à sa condition physique et à ses objectifs (voir interview). Évidemment, on peut associer de la gymnastique d entretien à la pratique régulière d un sport. Attention, les personnes reprenant une activité physique après des années d arrêt ont intérêt à ne pas vouloir reproduire du jour au lendemain leurs prouesses d antan. Pour les plus de 40 ans, qui s initient ou redécouvrent le sport, mieux vaut privilégier les activités d endurance. L effort dynamique, d intensité moyenne et prolongée, permet en effet au cœur d accélérer progressivement, au contraire de l effort statique, bref et intense, qui emballe le rythme cardiaque et augmente la pression artérielle. Mais, quel que soit le type d activité pratiqué, le plaisir doit être au rendez-vous. Avant de prendre votre décision, n hésitez pas à bien vous renseigner. Petits gestes, grande différence Pendant l effort, le cerveau sécrète des endorphines, hormones calmantes et euphorisantes. En stabilisant le système nerveux, l activité physique fonctionne comme une agréable et très efficace arme antistress. Et même si l idéal serait de bouger tous les jours pendant 30 minutes, toute occasion de dépense énergétique est bonne à prendre aussi brève soit elle, nous disent aujourd hui les médecins. Marche rapide, entretien de la maison, montée des escaliers certains moments du quotidien peuvent aussi être mis à profit, avec, à la clé, un bénéfice indirect non négligeable, car il est désormais acquis que les personnes restant actives vieillissent mieux et moins vite que celles qui sont sédentaires. Olivier Sauvy Pour en savoir plus À lire Retrouver la forme en combattant la fatigue, Jean-Pierre Nucci, éditions Vuibert, Guid Utile, 2003, 192 pages, 12. Le sport est-il bon pour la santé?, Stéphane Cascua, éditions Odile Jacob, 2002, 288 pages, 20,60. Contact : le point d accès pour contacter les directions départementales jeunesse et sports appropriées, connaître les équipements sportifs, les clubs et les coordonnées des associations les plus proches. 18 Essentiel Santé Magazine - septembre 2006

19 DENNIS O CLAIR/GETTY Bouger dans l eau, c est plus facile. INTERVIEW Se faire plaisir dans l effort Dr Gilbert Pérès, chef de service de physiologie et d exploration fonctionnelle du sport à l hôpital de la Pitié- Salpêtrière. Co-auteur, avec Denis Barrault, du Guide Vidal sport et santé. Faire du sport sans se faire mal, 2005, 24. Essentiel Santé Magazine : Démarrage ou reprise d activité physique, quels sont vos conseils? Gilbert Pérès : Comprendre sa motivation peut aider à choisir l activité correspondant à ses besoins, à ses goûts et à sa disponibilité. Il vaut toujours mieux se fixer des objectifs réalistes, en correspondance avec ses propres capacités physiques, tout en gardant à l esprit que le plus important est de se faire plaisir. Toutes tranches d âge confondues, l approche doit rester simple et pragmatique. Quelles précautions prendre avant de se lancer? G. P. : En cas de maladie chronique avérée, il faut absolument avoir l accord de son médecin traitant pour valider son choix. Pour les personnes en bonne santé, un simple examen médical de contrôle suffit. Par précaution et selon les pathologies, un test d effort peut être recommandé pour les hommes à partir de 40 ans et pour les femmes à partir de 50 ans. Quelles sont les règles à suivre pendant l effort? G. P. : Globalement, il vaut mieux faire les choses en douceur. Sauf à être un athlète entraîné, il ne sert à rien de vouloir battre des records ou à chercher à se surpasser à tout prix. Sur le plan pratique, il y a quelques grandes règles à respecter : connaître et respecter les consignes de précaution, notamment pour les activités en pleine nature ; se munir du matériel et des vêtements adaptés ; commencer par un échauffement avant de monter progressivement en puissance, et terminer par quelques étirements pour favoriser le retour au calme ; s hydrater abondamment et plutôt par petites gorgées, surtout s il fait chaud. Enfin, pendant l effort, il faut toujours être à l écoute de ses sensations et, devant l apparition d une douleur, en particulier dans le thorax, savoir s arrêter et demander au plus vite l avis de son médecin. Essentiel Santé Magazine - septembre

20 SANTÉ EXAMENS Analyses La prise de sang et après? Le sang qui coule dans nos veines, outre son rôle primordial pour nous tenir en vie, est une mine de renseignements. Il reflète notre état de santé. Fiable, performante, l analyse sanguine reste incontournable. LEXIQUE RÔLE DU SANG En circulant dans les artères et les veines sous l action de la pompe cardiaque, le sang transporte des gaz (oxygène), des nutriments (lipides, glucides, protides) et toutes les substances nécessaires à la défense de l organisme. GLOBULES ROUGES Appelées aussi hématies, ces cellules sanguines transportent l oxygène des poumons vers les tissus. GLOBULES BLANCS Appelés aussi leucocytes, ils jouent un rôle pour la protection de l organisme. Un petit sparadrap dans le pli du coude : c est ce qu il reste de la prise de sang faite le matin même et qui semble déjà loin. On oublie souvent que cet acte banal constitue un outil formidable de contrôle de l état de santé et du suivi de l évolution d une maladie. En France, plus de laboratoires se partagent chaque jour des milliers d analyses de sang. Lorsqu un prélèvement arrive, il est classé et traité selon son degré d urgence. Le type d examen dépend de la prescription, et il en existe plus de cent! Les deux analyses les plus courantes sont la vitesse de sédimentation et la numération globulaire, qui permettent de connaître l état de santé général. Pour des analyses comme la HISTORIQUE C est au XVII e siècle qu apparaissent la description de la circulation sanguine et l invention du microscope, premier poste d observation des cellules. Depuis, la science a percé les mystères de ce liquide vital. Le sang, en transportant les milliers de molécules présentes dans le corps, contient la signature de l état de santé. Il est un témoin privilégié pour détecter des anomalies, en particulier d origine virale ou microbienne. Si d autres techniques se sont développées pour sonder le corps humain (l imagerie médicale par exemple), l analyse sanguine, riche d informations, reste l examen le plus couramment utilisé. mesure de la glycémie, du cholestérol ou de l urée, le prélèvement sanguin est placé dans une centrifugeuse pour séparer le culot globulaire du plasma, dans lequel se fait l analyse. Les bras articulés des automates s activent ensuite pour réaliser le dosage chimique. Le mode opératoire est strict, aucun écart de procédure n est toléré. Les bilans hormonaux, le dépistage de virus, et même celui de cancers (grâce aux marqueurs tumoraux), viennent s ajouter à la liste des analyses sanguines les plus répandues. Stéphanie Delage avec l aimable collaboration du Dr Bertauld-Peres, directrice d un laboratoire d analyses médicales à Marseille BSIP/SGO 20 Essentiel Santé Magazine - septembre 2006

Prévenir... les caries dentaires

Prévenir... les caries dentaires Prévenir... les caries dentaires 7 Comment prévenir les Prendre de bonnes habitudes le plus tôt possible 1. Préférer l eau aux boissons sucrées. 2. Eviter les grignotages au cours de la journée. 3. A chacun

Plus en détail

Carnet de suivi bucco-dentaire

Carnet de suivi bucco-dentaire Carnet de suivi bucco-dentaire Les dents sont des organes vivants, destinés à nous accompagner tout au long de notre vie. Ce document a été réalisé par la Mutualité Fonction Publique et la Confédération

Plus en détail

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge!

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Prévention bucco-dentaire Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Mise à jour mai 2010 CCAS - Prévention bucco-dentaire - Par le Docteur Dominique Mané-Valette, chirurgien-dentiste

Plus en détail

Comment garder. des dents en bonne santé? Les réponses à vos questions. A lire. avec vos enfants. ENFANCE les dents

Comment garder. des dents en bonne santé? Les réponses à vos questions. A lire. avec vos enfants. ENFANCE les dents ENFANCE les dents Comment garder des dents en bonne santé? Les réponses à vos questions A lire avec vos enfants Pourquoi a-t-on des dents? Nous avons des dents...... pour manger bien sûr les dents servent

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux.

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux. Les gencives et la santé générale Nous savons tous que la prévention est l une des clés du maintien de la santé générale. Nous faisons de l exercice et nous surveillons notre alimentation pour nous aider

Plus en détail

Atelier n 4 : La carie 1. Matériel utilisé :

Atelier n 4 : La carie 1. Matériel utilisé : Atelier n 4 : La carie 1. Matériel utilisé : Dents en plâtre. Papier aluminium. Terre. Acide Instruments pour nettoyer les dents. 2. La carie : Tu viens de voir dans la partie précédente, l importance

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

La carie dentaire. Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide.

La carie dentaire. Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide. La carie dentaire Halte au grignotage! Chaque fois que tu manges, les bactéries transforment les sucres en acide. Cet acide peut ronger et abîmer l émail de tes dents. Si cette attaque par l acide se renouvelle

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

Le monde du vivant : les dents

Le monde du vivant : les dents SEANCE 6 Evaluation SEANCE 5 L hygiène dentaire Téléchargé gratuitement sur http://orpheecole.com SEANCE 4 Le différent rôle des dents SEANCE 3 Nos dents sontelles identiques? EANCE 2 Combien avonsnous

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Prendre soin de ma bouche, pourquoi? comment? Une démarche quotidienne à ne pas négliger

Prendre soin de ma bouche, pourquoi? comment? Une démarche quotidienne à ne pas négliger Prendre soin de ma bouche, pourquoi? comment? Une démarche quotidienne à ne pas négliger La bouche est un acteur essentiel des fonctions vitales : alimentation, langage et communication. Elle participe

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

La prévention de la carie dentaire

La prévention de la carie dentaire NEWSLETTER n 8 PARTIE 1 septembre 2010 Le pédiatre au cœur de l environnement bucco-dentaire La prévention de la carie dentaire PARTIE 1 (Ce sujet fera l objet de 2 newsletters) ÉDITO La carie dentaire

Plus en détail

Patrizia Tilly - Fotolia.com

Patrizia Tilly - Fotolia.com Patrizia Tilly - Fotolia.com Préserver sa santé Avec l âge, le manque d activité, votre santé peut se fragiliser. Des gestes simples, une bonne hygiène de vie peuvent permettre de se maintenir en forme.

Plus en détail

Soins dentaires pour tous

Soins dentaires pour tous Soins dentaires pour tous Conseils, traitements et remboursements MUTUALITE CHRETIENNE La solidarité, c est bon pour la santé. Les dents, c est important! Il s agit d un capital santé qu il est primordial

Plus en détail

Dents et Hygiène dentaire

Dents et Hygiène dentaire Dents et Hygiène dentaire Compétences : - Connaître les fondements d une hygiène dentaire. - Savoir qu il y a succession de deux dentitions. - Avoir compris et retenu quelques caractéristiques du fonctionnement

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

Pour des dents de lait saines

Pour des dents de lait saines Pour des dents de lait saines Les dents de lait sont importantes pour le développement de l enfant Des dents de lait saines sont importantes pour la mastication et la santé générale de l enfant. La prévention

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi.

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Brochure Patients Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 657 boulevard

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

Économisons l énergie! 11

Économisons l énergie! 11 Économisons l énergie! 11 Objectifs Prendre conscience de sa consommation d énergie. Maîtriser sa consommation d énergie afin de réduire l émission de gaz à effet de serre (mettre en place gestes et actions).

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

"L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES"

L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES "L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES" LE RAPPORTEUR : LE PRESIDENT : LES VICE-PRESIDENTS : M. BRUNO HUSS M. ANDRE DESCAMPS M. BERNARD HOLASSIAN M. GILBERT CHAUVET LE JEUDI 19 JANVIER 2012

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LES FEMMES ET LE SPORT LES FEMMES ONT LE CŒUR MOINS SENSIBLE Moins de maladie cardiovasculaire protection hormonale sauf tabac + pilule LES

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant Fiche connaissances pour l enseignant L HYGIENE Ce qu il faut savoir Il est capital d avoir une hygiène corporelle appropriée pour éviter de tomber malade ou de rendre malade les autres. Donc on se lave

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Les dents, une attention de chaque instant Dossier réalisé par Alain Moreau

Les dents, une attention de chaque instant Dossier réalisé par Alain Moreau Les dents, une attention de chaque instant Dossier réalisé par Alain Moreau Bien vivantes, nos dents constituent un véritable capital sur lequel nous devons veiller avec soin. D autant plus que leur détérioration

Plus en détail

Le protecteur buccal : tout à fait génial!

Le protecteur buccal : tout à fait génial! Le scellement des puits et fissures : bien sûr! Les crevasses des surfaces masticatrices emprisonnent facilement les débris d aliments et les bactéries, favorisant ainsi la carie. Dès que les premières

Plus en détail

Livret pédagogique. Grande section LES PETITS DEJEUNERS PEDAGOGIQUES

Livret pédagogique. Grande section LES PETITS DEJEUNERS PEDAGOGIQUES Livret pédagogique Grande section LES PETITS DEJEUNERS PEDAGOGIQUES Pourquoi ce livret pédagogique? Cet outil pédagogique a été conçu pour accompagner les enseignants des classes de grande section maternelle

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée

L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée Un constat En France Si les Français déclarent user 1,5 6 brosses à 4,4 dents et 22 tubes de dentifrice par an, Journée CCLIN Paris Nord ARELIN NPC 10

Plus en détail

LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES

LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES Le Diagnostic : Il repose sur l écoute du patient, l examen clinique, le sondage, la radiographie. L inflammation gingivale peut être

Plus en détail

LA DENTITION BASSOM.FRANCOISE.ACADEMIE.DE.LILLE

LA DENTITION BASSOM.FRANCOISE.ACADEMIE.DE.LILLE LA DENTITION Objectifs BAC PRO + Certification BEP Etre capable d annoter le schéma d une dent Etre capable d indiquer l ordre chronologique d apparition des dents (dentition temporaire, dentition définitive)

Plus en détail

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION Programme d éducation et de motivation à l hygiène pour les patients en psychiatrie Cécile GABRIEL-BORDENAVE C.H. St Egrève (38) Problèmes d hygiène corporelle

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

PLAN. 1. Description d une dent 2. Nombre de dents 3. Sortes de dents 4. Les caries 5. L hygiène dentaire 6. Lexique 7. Questionnaire 8.

PLAN. 1. Description d une dent 2. Nombre de dents 3. Sortes de dents 4. Les caries 5. L hygiène dentaire 6. Lexique 7. Questionnaire 8. LES DENTS PLAN 1. Description d une dent 2. Nombre de dents 3. Sortes de dents 4. Les caries 5. L hygiène dentaire 6. Lexique 7. Questionnaire 8. Bibliographie Voici tous les secrets pour garder de belles

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés Objectif : Sensibiliser les élèves à ce qui se trouve dans leur nourriture et les aider à se méfi er des sucres cachés. Matériel Feuille à imprimer : Chaîne

Plus en détail

FAMILLES ET PREVENTION SANTE

FAMILLES ET PREVENTION SANTE OBSERVATOIRE DES FAMILLES DES DEUX SEVRES FAMILLES ET PREVENTION SANTE ENQUETE 2013 - SYNTHESE Afin de donner les moyens à l Institution Familiale de "produire des données familiales", de les recueillir,

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Juillet 2008

DOSSIER DE PRESSE Juillet 2008 DOSSIER DE PRESSE Juillet 2008 Un dentifrice pas comme les autres... le 1er dentifrice nomade CONTACT PRESSE Laboratoire PharmMatt 19 chemin de Sironis 31130 Balma 05.61.24.21.36 infos@frescoryl.com SOMMAIRE

Plus en détail

La goutte la maladie des rois

La goutte la maladie des rois La goutte la maladie des rois Tous droits protégés Pharmanetis Sàrl Tout savoir sur la goutte Comment bien gérer sa maladie? Par Van Nguyen et Xavier Gruffat (pharmaciens) Photo: Matthew Cole - Fotolia.com

Plus en détail

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT!

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! SANTÉ stop cholesterol diabete hypertension E-BOOK équilibre Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! un peu d histoire... Il y a 200 ans, un Français faisait en moyenne entre

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Examens périodiques de santé pour tout assuré social (sauf RSI) Les examens périodiques de santé Pour qui? En règle générale Pour tous les assurés sociaux

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 5, avenue

Plus en détail

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung p. 1 / 5 Société Suisse de Nutrition SSN, Office fédéral de la santé publique OFSP / 2o11 Sucreries, snacks salés & alcool En petites quantités. Huiles, matières

Plus en détail

promotion santé réflexes pour des dents saines!

promotion santé réflexes pour des dents saines! promotion santé 7 réflexes pour des dents saines! Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 promotionsante@mloz.be www.mloz.be > Coordination & rédaction

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Certaines situations de trafic peuvent-elles provoquer un risque accru d hypoglycémie?

Certaines situations de trafic peuvent-elles provoquer un risque accru d hypoglycémie? P a g e 1 Comment savoir que vous présentez une hypoglycémie? La plupart des personnes diabétiques sentent rapidement lorsque leur taux de glycémie est trop bas (inférieur à 60 mg/dl). Les premiers symptômes

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant phénylcétonurique Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de phénylcétonurie. Aujourd'hui votre enfant va bien mais vous

Plus en détail

Guide de préparation aux situations d urgence

Guide de préparation aux situations d urgence Guide de préparation aux situations d urgence Soyez Prêts! disponible sur le portail interministériel de prévention des risques majeurs http://www.risques.gouv.fr Faire face en attendant les équipes de

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR OBJET Le restaurant scolaire est un service municipal dont le fonctionnement est assuré par des agents municipaux, sous la responsabilité du Maire. ACCES AU RESTAURANT

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR

BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR Les années Primaire et Collège : 7-14 ans Le seul baromètre en France qui vous apporte des données actualisées tous les 6 mois avec : o une analyse nourrie de l'expertise

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

CONSENTEMENT ECLAIRE ET ACCEPTATION D UN TRAITEMENT D ORTHOPEDIE DENTOFACIALE (ODF)

CONSENTEMENT ECLAIRE ET ACCEPTATION D UN TRAITEMENT D ORTHOPEDIE DENTOFACIALE (ODF) CONSENTEMENT ECLAIRE ET ACCEPTATION D UN TRAITEMENT D ORTHOPEDIE DENTOFACIALE (ODF) L ODF est l art de prévenir et de corriger les malpositions dentaires, les déformations et malpositions maxillo-faciales.

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Remise du rapport du Dr Jean CARLET sur la préservation des antibiotiques Mercredi 23 septembre 2015

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Le diabète chez les jeunes Le diabète de type 1 est une maladie très difficile à affronter, surtout quand on est jeune. Malheureusement, si quelque

Plus en détail

Le restaurant scolaire est ouvert le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 12H05 à 13 H30 : Article 2 : ACCES AU RESTAURANT

Le restaurant scolaire est ouvert le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 12H05 à 13 H30 : Article 2 : ACCES AU RESTAURANT COMMUNE DE NIVILLAC REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE ANNEE 2014-2015 ECOLE PRIMAIRE PUBLIQUE «LES PETITS MURINS» La cantine scolaire a pour objectif d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

PRENEZ SOIN DE VOS DÉPENSES DE SANTÉ

PRENEZ SOIN DE VOS DÉPENSES DE SANTÉ SERVICES PROPOSÉS PAR PRENEZ SOIN DE VOS DÉPENSES DE SANTÉ Un service associé à votre La garantie du juste prix pour vos frais de santé les plus onéreux. Santéclair, c est toute une gamme de services offerts

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail