GABON The Creative Energy Source Numéro 13 - Premier Semestre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GABON The Creative Energy Source Numéro 13 - Premier Semestre 2013"

Transcription

1 GABON The Creative Energy Source Numéro 13 - Premier Semestre 2013 INVESTIR DANS L INNOVATION TECHNOLOGIQUE 7 Défilé du 1er mai à Gamba 10 Les autorités locales visitent les sites d activités de Shell Gabon 15 Nouvelle Centrale électrique au Terminal de Gamba 21 Mobilité intelligente des personnes

2 SHELL WORLD GABON Directeur de la Publication Roger Ratanga REdacteur en Chef Stéphane Rinimba Moudouté-Bell SR William Diouf Guy Teclos Gomas ONT CONTRIBUE A CE NUMERO Jean Brice Akoé-Mba Jean Félix Athomo Sylvie Avika Gaetan Belebele William Diouf Steven Edou Obame Paterne Edzang Mbot Joël Mbadinga Aline Jocktane M bourou Lyse Vanessa Moussavou Mabicka Thoty Moussotsi Ikapi Steve Retondah Michel Arnaud Saphou CREDITS PHOTOS Shell Gabon Agence Infographie Delfia/Edicomm BP Libreville (Gabon) Tirage : 1500 ex DLBN : 11/11 Multipress Gabon Poursuivre nos investissements dans la technologie Nos priorités déclinées par la Direction Générale du Groupe sont claires. Cette année, nous devons nous focaliser sur le leadership de la sécurité, conduire l excellence opérationnelle de nos actifs de production, mettre l accent sur l amélioration de notre portefeuille, délivrer nos projets conformément à nos plans, nous concentrer sur le personnel en le déployant de la manière la plus efficace et en lui offrant les bonnes opportunités et un développement supplémentaire. Mais nous devons faire tout cela en nous assurant que tous les jours, les employés rentrent chez eux en toute sécurité. L amélioration de notre performance viendra j en suis sur, de l excellence opérationnelle, de la gestion de nos ressources pétrolières, de l aboutissement de nos projets et d une excellente relation avec le Gouvernement, avec nos partenaires et nos voisins. Dans cette démarche, l intégrité des actifs et la sécurité restent la préoccupation majeure et il importe de maintenir l accent sur la gestion des risques dans nos lieux de travail et dans nos opérations. Une bonne gestion des risques ainsi que le respect des procédures et des contrôles sont essentiels pour le succès de nos activités. Nous avons tous ensemble un rôle à jouer pour réfléchir et éviter les incidents, car un seul incident est un incident de trop. Cette année, le gisement de Gamba, découvert en 1963, a cinquante ans. Quelques éléments de repères sont ici fournis à travers une interview de Chris Koubdje, Directeur des Opérations. Aujourd hui, une partie de nos actifs est mature et nécessite davantage d attention. L intégrité des actifs est un domaine où nous devons mettre davantage d accent et d élan pour arriver à un niveau de performance soutenue dont nous pouvons être fiers. C est la priorité aujourd hui de Shell Gabon. C est le sens de l investissement de plus de 30 millions de dollars que nous allons réaliser pour la construction d une nouvelle Centrale électrique au Terminal de Gamba et même davantage pour réhabiliter et améliorer la sécurité de nos actifs. L objectif de ce projet est de gérer l intégrité des actifs, booster davantage les installations, élever les capacités de récupération d huile et réduire l empreinte de nos activités sur l environnement. L innovation technologique nous permet aussi de partager notre expérience et les bénéfices de nos initiatives avec les communautés riveraines. Notre relation avec les parties prenantes (gouvernement, communautés, Joint-ventures, contractuels, partenaires sociaux, etc.) garantie notre licence d opérer. Elle est donc essentielle aussi bien à notre succès que pour laisser un héritage positif. Afin de les familiariser davantage avec nos activités, les autorités locales de Gamba ont visité nos installations et le Terminal de Gamba. La collaboration actuelle avec la commune de Gamba pour la construction d un dépôt pour déchets inertes ou industriels autant que le partenariat établi avec le Ministère des Transports pour la campagne nationale de sensibilisation à la sécurité routière dans le sillage du projet de construction de la route Loubomo Moungagara procèdent également du souci de respecter et maintenir nos relations avec nos parties prenantes. Dans cet environnement de partage, il est à signaler l organisation d un Forum sur les métiers du pétrole pour les élèves et les enseignants de Gamba et la participation de Shell Gabon au 5ème Congrès Africain du Pétrole & Exposition (CAPE V) à Libreville, organisé par l Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) et le Ministère Gabonais du Pétrole, de l Énergie et des Ressources Hydrauliques. Pour finir, je voudrais saisir cette occasion pour exprimer, au nom de Shell Gabon, toute ma considération à Adrian Drewett, mon prédécesseur, pour l effort important qu il a fourni à conduire des changements positifs dans Shell Gabon. Faisons de chaque jour, un jour «Goal Zero» et portons attention aux uns et aux autres à chaque étape du chemin! Bonne lecture Godson Njoku PDG & Cch. TECHNOLOGIE Le Terminal de Gamba se dote d une nouvelle centrale électrique editorial Explorer de nouveaux horizons 03 SOMMAIRE 04 Brèves 07 Activites de l entreprise Défilé du 1er mai à Gamba. 18 ENVIRONNEMENT La gestion des déchets à Gamba DÉVELOPPEMENT DURABLE Shell Gabon investit dans la mobilité intelligente des personnes («Smarter Mobility») 26 ressources humaines Shell Gabon présente les 18 métiers du pétrole aux lycéens de Gamba 27 NOUVELLES DU GROUPE Un partenariat pour protéger la nature PORTRAIT Paterne Edzang Mbot (DPE) 2 3

3 L ACTUALITE EN BREF l actualité de shell Gabon en bref business ressources humaines technologie SANTÉ social Visite du Centre Médical de Gamba (CMG) par le PDG de Shell Gabon Le PDG de Shell Gabon (chemise blanche à droite) visitant le bloc opératoire du CMG Dans l optique d une prise de contact avec les bénéficiaires des actions sociétales initiées par Shell Gabon, Godson Njoku, PDG de Shell Gabon, a visité le 29 avril 2013, les installations du Centre Médical de Gamba (maternité, laboratoire et bloc opératoire). Les discussions avec le personnel du CMG lui ont permis de constater les avancées notoires dudit projet, notamment l utilisation d un lecteur de CD4 et la mise sous traitement anti-retro viral des personnes vivant avec le VIH; l effectivité du programme de vaccination pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes ; la distribution de moustiquaires et la prise en charge des cas de tuberculose diagnostiqués au CMG. Structure sanitaire majeure de la ville de Gamba, le CMG est soutenu par Shell Gabon dans le cadre du projet de santé communautaire du Département de Ndougou en collaboration avec le Ministère de la Santé et le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD). Renouvellement du Système de Gestion de Puissance PMS (Power Management System) à Rabi. Jean Paul Mezui (à droite), Responsable du projet PMS, et Jan Wolters de la société Imtech. Depuis la fin du 1 er trimestre 2013, Shell Gabon a commencé l installation du nouveau Système de Gestion de Puissance : Power Management System (PMS) de Rabi. En effet, l ancien PMS, datant d une vingtaine d années, était devenu obsolète avec notamment l indisponibilité des pièces de rechange sur le marché. Le PMS est un système qui gère la puissance électrique générée par les turbines à gaz pour alimenter en électricité les équipements des champs de RABI et TOUCAN. Il a pour objectif de gérer la puissance électrique disponible lors d un dysfonctionnement du réseau électrique en délestant des consommateurs par un ordre de priorité qui lui est préalablement imposé, ceci pour éviter un arrêt total des champs de RABI et TOUCAN suite à une surcharge du réseau électrique. Le PMS permettra de stabiliser le système de production pétrolière à Rabi et Toucan en évitant la surcharge ou sous charge des turbines par le biais de délestage préalablement priorisés et intégrés. Il engendrera un meilleur suivi de la production électrique avec un matériel de rechange disponible sur une période allant de 10 à 20 ans. Enfin, le PMS est un outil qui permet aux operateurs de visualiser, imprimer et d interpréter les données de toutes les turbines et consommateurs à tout instant de la journée Gamba Task force : un pas de plus vers la régénération du Terminal de Gamba Vérification d une infrastrucuture du Terminal de Gamba Dirigée par Mitchell Brown, une équipe spéciale «Task force» a été mise en place au Terminal de Gamba pour mettre en œuvre les recommandations de l audit de la revue des procédés des opérations et de la sécurité au Terminal de Gamba (Process Operations and Process Safety Review). L équipe «Taskforce» est composée de personnel des départements Ingénierie (ENG), Opérations Sud (OPS), de la maintenance (OMI) et Contrats/Achats (FCP). L objectif de la «Task force» est de faire progresser plus de quatre cents actions dans la démarche de sécurisation des activités de Shell Gabon. Elle transmet aussi les données de l audit à l équipe de réhabilitation du Terminal de Gamba dans le cadre de la phase d opérationnalisation. Topographie Cartographie Gabon (TCG) : 27 ans de travail sans accident Photo de famille sur site d exploration (Aigrette Exploration) Le Département de Géomatique met un accent particulier sur l application rigoureuse des politiques et règlements en matière de sécurité en vigueur au sein de Shell Gabon. Ce respect des procédures se matérialise par un record de vingt-sept années de collaboration sans accident de travail avec Topographie Cartographie Gabon (TCG), entreprise sous-traitante en charge des opérations et travaux topographiques pour le compte de Shell Gabon depuis Face aux nombreux défis que constituent ce travail de précision et les conditions dans lesquelles celui-ci s opère, notamment le travail en forêt équatoriale (végétation dense, relief à géométrie variable, complexité de l hydrographie, animaux dangereux, etc.), ce résultat prend une dimension notoire grâce à l implication permanente du Département de Géomatique dans son ensemble. Pour conserver cette dynamique, Shell Gabon et TCG œuvrent constamment pour conduire et exécuter les travaux avec le professionnalisme requis renforcé par des formations, débriefings permanents, discussions de groupe et participation aux ateliers de sensibilisation sur la sécurité au travail. La géomatique à Shell Gabon c est : <La Topographie <La Cartographie <Le Système d informations Géographiques <2 agents Shell et 10 contracteurs TCG en chiffres: <50 employés (40 Gabonais et 10 expatriés) <12500 jours de travail <Plus d un million d heures de travail <Plus de kilomètres parcourus en voiture, soit l équivalent de plus de 150 trajets Libreville/Paris <Quelque 650 kilomètres de layonnages en forêt tropicale ouverts à la machette. Shell Gabon souhaite la bienvenue aux nouveaux techniciens Photo de famille Il est de coutume à Shell Gabon de souhaiter la bienvenue aux nouveaux arrivants. Le 21 février 2013, ce sont les nouveaux techniciens qui ont été à l honneur au Méridien Ré-Ndama, à Libreville. 4 5

4 L événement facilité par Joel Mbadinga, a été organisé par la Direction des Ressources Humaines et présidée par la Direction des Opérations, hôte des nouveaux arrivants. Après le mot de bienvenue de Bonjean Minko-Mi-Ayi, Directeur des Ressources Humaines de Shell Gabon, les 24 agents ont assisté aux présentations respectives de Roger Ratanga (Communication), Cédric Maret (Finances), Anicet Matocka (HSE), Lionel Ndzeng et Jean Charles Rolago (Ressources Humaines) sur la situation et les perspectives de l entreprise, les aspects commerciaux et HSE, la politique de gestion des ressources humaines, en matière de carrière, rémunération et relations de travail. Les témoignages de Marie-Thérèse Dissandongui (Département OPP), Jacques Lord Nomsy (Département OPN) et Jean-Yvon Essiane Essone (Awoun asset lead), sur leurs diverses expériences au sein de Shell Gabon et du Groupe Shell ont permis aux nouveaux arrivants de comprendre et d envisager les possibilités de gravir les échelons par le développement des compétences et le respect des procédures. Nous sommes fiers d appartenir à la grande famille Shell et cette cérémonie nous honore a déclaré un agent du Département OM. Ces discussions nous ont permis de saisir la complexité de l industrie pétrolière et ce qu on attend de nous a mentionné un autre agent du même Département. Le soir, un dîner a permis de poursuivre de manière informelle, les échanges débutés dans la journée entre les nouveaux employés et l équipe organisatrice du «Welcome to Shell». ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE Défilé du 1er mai à Gamba Steve Retondah rend hommage à Pierre Akendengué Employé au Département Ressources Humaines de Shell Gabon, Steve Retondah vient de publier un ouvrage sur Pierre Akendengué, chanteur, compositeur et poète gabonais. Dans ce livre intitulé «Ezélé! Pierre Akendengué, un cri de liberté» (Éditions Raponda Walker), Steve Retondah montre comment l œuvre d Akendengué prend source dans les déséquilibres et injustices du monde contemporain autant que dans l environnement traditionnel marqué par l oralité et la cosmogonie des peuples de la grande forêt. Pour l auteur, «parler de Pierre Akendengue et de son œuvre nous force à avoir un regard à la fois rétrospectif et introspectif de l Afrique et des peuples opprimés dans le monde. Une fois que les peuples opprimés auront compris de façon systémique la source de leurs problèmes et l importance de leur culture, ils sauront s équiper pour redevenir les maîtres de leur propre destin. Il était essentiel de traduire cette vision de Pierre Akendengue dans un ouvrage écrit pour les générations actuelles et à venir». Employés de Shell Gabon lors du défilé du 1er mai à Gamba À l instar de plusieurs localités gabonaises, la ville de Gamba a organisé le traditionnel défilé du 1 er mai en présence des autorités locales, de nombreux travailleurs, ainsi que des membres d associations et groupes communautaires. Global Corporate Challenge 2013 Le 23 mai 2013, Shell Gabon a participé pour la première fois au Global Corporate Challenge /Be Well programme. Le Global Corporate Challenge est une course virtuelle de 16 semaines autour du Globe avec pour objectif d augmenter l activité physique des employés. Il s articule autour des points suivants : <Les participants s organisent en équipe de 7 personnes et chaque équipe a un Capitaine ; <Chaque participant est équipé d un kit de base contenant un accéléromètre qui converti l activité physique en comptage de pas; <Les participants portent l accéléromètre et reportent le nombre de pas journaliers dans le site Internet Global Corporate Challenge; <Le site web montre les progrès personnels de l équipe participante sur une route virtuelle; <Des emplacements virtuels sont localisés en ligne via la carte Google. Les employés de Shell Gabon qui ont participé au Global Corporate Challenge ont reçu quelques conseils sur la santé, le sport et la nutrition. Présidée par M. Mavoungou Mavoungou, Préfet du Département de Ndougou, en présence des responsables administratifs locaux et de la direction générale de Shell Gabon, la cérémonie a débuté par les allocutions respectives de l Inspecteur du travail et du représentant des travailleurs, suivie de la remise de médailles à une trentaine d employés ayant totalisé 10 à 30 ans d ancienneté dans différentes sociétés et institutions du Département. Au terme de la remise de médailles, le défilé a débuté avec la participation active des employés de Shell Gabon vêtus aux couleurs de l entreprise. L évènement a pris fin par une collation offerte par Shell Gabon à ses employés. 6 Marche symbolique du staff de Shell Gabon lors du GCC à Gamba 7

5 ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE Shell Gabon prend part au 5ème Congrès Africain du Pétrole & Exposition (CAPE V) Le CAPE V en images Présentation du stand Shell à Raymond NDONG SIMA, Premier Ministre Gabonais Le 5 ème Congrès Africain du Pétrole & Exposition (CAPE V) s est déroulé à Libreville du 26 au 28 mars Évènement co-organisé par l Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) et le Ministère gabonais du Pétrole, de l Énergie et des Ressources Hydrauliques, le CAPE V a enregistré la participation des délégations représentant à la fois le secteur public et privé et issues des 18 pays membres de l APPA à savoir : l Algérie, l Angola, le Bénin, le Cameroun, le Congo, la République Démocratique du Congo, la Côte d Ivoire, l Egypte, la Guinée Equatoriale, le Gabon, le Ghana, la Libye, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria, l Afrique du Sud, le Soudan et le Tchad. Shell Gabon a pris part de manière active au CAPE V avec le sponsoring du Cocktail officiel d ouverture de ce congrès, un stand d exposition et Une présentation sur la manière dont Shell Gabon realise l équilibre entre les activites amont et le développement durable. Cocktail d ouverture du CAPE V Sponsorisé par Shell Gabon, le cocktail d ouverture du 5 ème Congrès Africain du Pétrole & Exposition a permis aux acteurs gabonais et internationaux de l industrie pétrolière de se retrouver le 25 mars 2013 au Nomad Hôtel de Libreville. À travers le mot de bienvenue prononcé par Bonjean Minko Mi Ayi, Directeur des Ressources Humaines de Shell Gabon, le Groupe Shell a réaffirmé son ambition à contribuer avec l appui de ses partenaires et des gouvernements des pays hôtes, à une exploitation responsable du pétrole dans le respect des standards de sécurité et de protection de l environnement. Le Stand d exposition de Shell Gabon Le stand d exposition de Shell Gabon proposait une diversite d informations axées sur le Groupe Shell dans le monde et le profil de Shell Gabon, ses activités et ses projets. Sa configuration cadrait avec le thème de cette 5ème édition: «Les perspectives pour les hydrocarbures en Afrique : équilibre entre production et développement durable». Par le biais de vidéos, de brochures, de photographies et de présentations thématiques, le public a pu découvrir entre autres le projet d exploration en eaux profondes de Shell au Gabon dont le forage d évaluation est prévu cette année 2013 ainsi que les actions sociétales de l entreprise dans les domaines de la santé, de l éducation des infrastructures et de l environnement. 8 9

6 ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE Les autorités locales visitent les sites d activités de Shell Gabon Les 50 ans du gisement de Gamba Chris Koubdje, Directeur des Opérations de Shell Gabon Visite du forage de Gamba Le Préfet du département de Ndougou, accompagné du premier Maire Adjoint de Gamba, et des représentants du conseil départemental de Ndougou et d une délégation des chefs des services administratifs de ce département ont visité les installations pétrolières de Shell Gabon. Le but de la visite était de présenter les activités industrielles en cours de Shell Gabon ainsi que les mesures de préservation de l environnement dans la conduite des activités. Débutée sur la plateforme de forage 51, la délégation s est ensuite rendue à la station de collecte Ivinga, au Terminal pétrolier de Gamba puis au dépôt des boues de forage GA-45 et au site dit «volontaire». Dans tous les sites visités, un rappel des consignes de sécurité a été fait au préalable aux visiteurs, suivi de la visite guidée des installations. Au terme de la visite, la délégation en tête de laquelle, le Préfet Mavoungou Mavoungou, a apprécié à juste titre la visite organisée. Pour conclure, le préfet a souhaité que de telles initiatives se poursuivent pour une meilleure compréhension des activités pétrolières menées par Shell Gabon. Descente du Bac au Terminal de Gamba Photo de famille Le 23 août prochain, le Champ de Gamba Ivinga fêtera ses 50 ans. En prélude de cette date anniversaire, Chris Koubdje, Directeur des Opérations de Shell Gabon, revient sur l histoire et les particularités de ce champ. Découvert en 1963 et mis en production en 1967, en quelle année le champ de Gamba Ivinga a-t-il atteint son pic de production? Le Champ de Gamba Ivinga a atteint son pic de production en 1968 avec une production journalière de soixante-quatre mille Barils. Pour mémoire, il a été découvert le 23 Aout 1963 après le forage d un puits d exploration de 900 mètres de profondeur à Kissenda. Quelles sont les spécificités techniques du champ de Gamba Ivinga? Le Champ de Gamba Ivinga est situé à une faible profondeur (en dessous de 1000 mètres) dans des grés assez consolidés avec un taux de récupération du pétrole proche de 50%. La présence de sel au dessus du réservoir a montré les limites des méthodes traditionnelles d imagerie sismique. Son développement est donc basé aujourd hui sur des données de puits et des modèles géologiques. La mise en œuvre de nouvelles méthodes technologiques et d exploitation ont permis d atténuer le déclin du Champ de Gamba Ivinga. La longévité de ce champ représente une source de défis uniques. Par exemple, maintenir en service des equipements de plus de 30 ans, garantir l intégrité technique des installations, gérer un champ pétrolier dans une zone devenue urbaine. Gamba Ivinga étant un champ mature, quelles sont ses perspectives de développement? Actuellement, l équipe en charge des actifs de Gamba Ivinga axe ses activités sur le Well Reservoir and Facility Management (WRFM) en optimisant la production quotidienne des installations. Des plans de développement sont en cours d exécution tels que le forage supplémentaire de puits intercalés avec pour cible des poches de pétrole identifiées par des études détaillées. Shell envisage des solutions pour réinjecter toute l eau produite à partir du champ pour stimuler la production et minimiser l impact environnemental de l élimination de l eau en mer. Des essais et analyses sont aussi en cours pour déterminer si des techniques avancées comme l EOR (Enhanced Oil Recovery) peuvent-être implémentées sur le terrain pour renforcer davantage la reprise de pétrole. De 1963 à aujourd hui, quel a été l apport technologique le plus important dans la production du champ? Le champ de Gamba a été découvert il y a plus de cinquante ans et mis en production avec les méthodes existantes de l époque. Aujourd hui, ce champ donne l opportunité d essayer de nouvelles techniques de récupération et le test de ses nombreux puits permet une connaissance élevée de son réservoir. Dans ce cadre, une série de technologies a été déployée sur le champ de Gamba Ivinga notamment la consolidation de sable chimique afin d empêcher la production de sable à la surface ; le forage horizontal semi-intelligent pour stimuler la reprise et la production d eau. Actuellement, nous travaillons sur des technologies 10 11

7 importantes comme le SIdetracks à rayons courts, le branchement de flexiline sur de vieux puits et les techniques IOR/EOR (Enhanced Oil Recovery). En quoi la découverte et la mise en production de Gamba Ivinga a-t-elle bénéficié à la population? La découverte du gisement de Gamba en 1963, accélère l établissement de Shell Gabon en tant qu entreprise de droit gabonais. Le développement de Gamba/Ivinga a nécessité d importants investissements pour la construction des sites de travail et d habitation, ainsi qu une campagne de recrutement de personnels. Gamba a bénéficié de l exploitation pétrolière de Shell Gabon en se transformant en une ville avec un certain nombre d infrastructures (électricité, eau, routes, etc.). Les activités de Shell et celles des entreprises sous traitantes de Shell Gabon ont permis de créer des emplois. La diversité de nationalités travaillant pour Shell à Gamba a conféré à cette ville une ouverture sur le monde. Hormis les bénéfices liés à la production, quel est l apport social du champ aujourd hui? Sur le plan social, la longévité de ce champ permet de garantir des perspectives d emploi aux populations. Elle permet aussi d apporter une aide aux communautés dans Vue aérienne de la ville de Gamba Terminal de Gamba la réalisation de leurs projets grâce aux actions sociétales de Shell Gabon. Afin de contribuer aux initiatives de la communauté pour gérer son avenir, Shell Gabon soutien la mise en place à Gamba d initiatives génératrices de revenus non liés au pétrole, parallèlement à la réflexion sur un avenir après pétrole pour le département de Ndougou. Le Programme d Appui au Développement Durable du Département de Ndougou, le projet de santé communautaire pour la lutte contre le Sida, la Tuberculose, le Paludisme et la conduite de campagnes de vaccinations en partenariat avec le Ministère de la Santé et le PNUD, la construction de la route Loubomo Moungagara en partenariat avec le Gouvernement et supervisée par la GIZ et les autorités locales pour faciliter la mobilité des personnes et stimuler l économie locale et aider le département de Ndougou dans son développement futur, sont des exemples de l approche sociétale de Shell Gabon découlant de l exploitation du gisement de Gamba Ivinga et de la présence de notre terminal dans la ville. Vue Aérienne du camp d habitation de Yenzi à Gamba ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE À la découverte du champ de Koula : caractéristiques et perspectives Equipe de l Actif de Koula Situé en pleine forêt dense équatoriale gabonaise, le champ pétrolier de Koula a été découvert en septembre 2004 dans le permis d exploitation Awoun, à 40 km au nord du champ de Rabi-Kounga, et à 30 km du champ de Toucan, tous deux opérés par Shell Gabon. La répartition des parts de production dans le permis Awoun est de40% Shell Gabon (opérateur), 40% Addax Petroleum et 20 % SINOPEC. Début de la production La production du champ de Koula a démarré en avril 2010 et est de23,500 barils par jour d huile presque anhydre (1% teneur en eau) à travers les infrastructures permanentes de production. En avril 2013, soit exactement trois ans après sa mise en production, l actif de Koula a produit 20 millions de barils d huile. Koula produit actuellement un tiers de la production opérée par Shell Gabon, correspondant à 10% de la production nationale. Développement de Koula Le développement de Koula s est effectué en deux phases. La première phase de forage (Phase 1) a été menée avec succès de novembre 2007 à mai Elle comprenait des puits producteurs horizontaux, et un puits d injection d eau. La Phase 2, avec l addition de puits producteurs horizontaux, a été complétée en Les résultats de surveillance des puits de la Phase 1 ont permis d optimiser ceux de la Phase 2 par l installation des complétions semi-intelligentes, améliorant ainsi le sous-tirage pour une récupération optimale d huile. Le forage d un puits intercalaire et d un autre puits d injection d eau est planifié pour les troisième et quatrième trimestres de Les études de gisement réalisées en 2012 ont indiqué une potentielle augmentation de 50% du volume d huile initiale en place par rapport à celui initialement estimé en Aussi, un transfert de connaissances essentiel au niveau local a été entrepris avec l intégration d un géologue gabonais au sein de l équipe chargée d un exercice rare de réinterprétation sismique, au centre international de recherche du Groupe Shell à Rijswijk (Hollande). La mise à jour du plan de développement du champ de Koula est en cours, avec pour facteurs clé, la construction du modèle dynamique et l optimisation des scénarios de production dans lesquels une jeune gabonaise ingénieur en gisement joue un rôle principal. Ledit plan pourrait ouvrir la voie à une autre campagne de forage au-delà de 2013, avec une possibilité d accroître la capacité de traitement des installations de production. Toutes ces activités, projets, et la gestion /surveillance du gisement de Koula, sont assurés par une équipe d actif (Asset Team) composée à plus de 95% d employés gabonais. Au quotidien, ils doivent relever les défis de production à Koula (localisation du champ, la complexité de la logistique associée) mais aussi œuvrer à la valorisation de cet actif. Un tiers de la production opérée par Shell Gabon étant assuré par cette équipe. L apport de Koula à la valeur ajoutée de Shell Gabon devrait augmenter considérablement dans les années à venir, à travers le forage et la mise en production de nouveaux puits au cours de De plus, le projet «Koula availability» qui regroupe les aspects liés à la sécurité, l intégrité et l opérationnalisation de la station, permettra d accroître le temps de disponibilité des équipements à Koula et aussi contribuer à la croissance de la production. Ce champ continuera à être un pilote pour le déploiement de nouvelles technologies et le développement continu des talents locaux. Vue des installations du champ de Koula 12 13

8 ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE Exercices d urgence à Rabi et Toucan Simulation de feu de Bac à la station centrale de Rabi Exercices d urgence à Rabi et Toucan L industrie pétrolière étant un secteur d activité à haut risques, il est important de mettre en œuvre des mécanismes de prévention mais aussi d intervention en cas d accidents. Dans les opérations de Shell Gabon, les exercices d urgence se déroulent chaque mois avec des scénarios liés aux risques majeurs inhérents à l activité pétrolière comme l incendie, les accidents de la route ou des fuites d hydrocarbures. À Rabi et Toucan, ces exercices sont organisés par l HSE des opérations avec comme objectif de vérifier et maintenir l effectivité des mesures d intervention en cas d accidents. Exercice de simulation de feu de bac de déshydratation à la station centrale de Rabi Le 19 mai 2013, un exercice de simulation de feu de bac de déshydratation a été organisé à la station centrale de Rabi. Cette dernière dispose de trois bacs de déshydratation contenant de l eau de formation et de l huile. Ces bacs sont protégés par un système incendie mousse. L un des scenarios catastrophe étant l incendie d un de ces bacs, une mise en œuvre complète de tous les équipements incendie des bacs est effectuée chaque année. L exercice de simulation était axé autour des points suivants : évacuation générale de la station centrale; démarrage de la station incendie par les opérateurs de production; intervention des pompiers pour connecter tous les moyens incendie; gestion des opérations sur site par le coordinateur de la production et l HSE des opérations; gestion globale de l intervention par l équipe dirigée par OPN depuis la salle d urgence de Rabi; contrôle des accès et vérification par l équipe de la société SGS que tout le personnel non essentiel a bien évacué la station; intervention du médecin et de l ambulance pour l évacuation du blessé; liaison directe avec le Duty Manager et le Médecin chef de Shell Gabon. Cet exercice qui a mobilisé 52 employés, a permis de vérifier l effectivité des procédures et du matériel de Shell Gabon en matière d intervention en cas d accident. La séance habituelle de débriefing avec les acteurs clés de l exercice a permis de cibler les axes d amélioration pour ce type d intervention. Des exercices couvrant les activités du Well Services sont également réalisés tous les mois. La priorité de ces exercices est la mise en sécurité de puits en cas de perte de contrôle. Certaines activités inhabituelles et risquées sont aussi prises en compte afin de s assurer d être en mesure d intervenir en cas d incident. À titre d exemple, un exercice d évacuation d une victime inconsciente a été exécuté sur le toit des compresseurs principaux de la station centrale de Rabi avant le début d une série de travaux. Enfin, pour lutter efficacement contre les débuts d incendie, la totalité des opérateurs et des techniciens de la maintenance des sites de Rabi et Toucan sont formés à l utilisation des extincteurs. Pour Olivier Dotta, HSE des Opérations de Rabi et Toucan, «tout doit être mis en œuvre pour diminuer au maximum la probabilité qu un accident se produise. Cependant, il est impératif que la compagnie soit en permanence en mesure d intervenir de manière rapide et efficace afin de diminuer les conséquences potentielles de tout type d accident». Exercice d évacuation d une victime inconsciente sur le toit des compresseurs de la station centrale de Rabi Simulation d un feu de container d habitation Nouvelles technologies Nouvelle Centrale électrique au Terminal de Gamba Turbine électrique Shell Gabon pourrait investir plus de 40 millions de dollars (20 milliards de FCFA) pour la construction d une nouvelle Centrale électrique au Terminal pétrolier de Gamba. Le Terminal de Gamba dispose actuellement d une Centrale électrique qui alimente les différents sites de production (Terminal pétrolier et la station de collecte d hydrocarbures d Ivinga), l ensemble des stations électriques du terminal pétrolier, la station de collecte d Ivinga, et les Camps de Yenzi et Vembo. Depuis quelques années, différents problèmes d approvisionnement en énergie électrique ont engendré des arrêts intempestifs de la production, mais également des activités dites de support (activités de bureau du fait de l absence d énergie, indisponibilité des infrastructures réseau et télécoms, etc.), occasionnant ainsi des pertes financières pour l entreprise. «Afin de permettre la valorisation actuelle et future des hydrocarbures produits sur les actifs opérés par Shell Gabon, mais également par l ensemble des opérateurs dans le sud du Gabon, la mise en place d une centrale électrique moderne au Terminal pétrolier de Gamba en conformité avec les standards du Groupe Shell, et en phase avec les évolutions technologiques en matière de production et de distribution d électricité, est devenue une nécessité» souligne Jean Brice Akoe- Mba, Ingénieur Electricien en Chef à Shell Gabon et chef de ce projet. Caractéristiques de la nouvelle centrale électrique La nouvelle Centrale électrique sera pourvue de trois génératrices pouvant produire chacune 4.6MW. Un système de gestion de puissance automatisé permettra la mise en route de la centrale, le partage de puissance entre les génératrices, la supervision des systèmes de protection électrique, et l arrêt des génératrices ou de la centrale. Ce fonctionnement automatisé de la centrale permettra d accroitre la disponibilité des équipes de maintenance pour les actions de maintenance préventives, et de support aux opérations. La nouvelle centrale électrique devrait être disponible au plus tard au premier trimestre de l année

9 Nouvelles technologies Bibliothèque Virtuelle pour les Départements Petroleum Engineering et Well Engineering Tests de réception des turbines en usine à San Diego, USA Développement des compétences locales Ce projet de centrale électrique a eu un impact direct sur le renforcement des capacités du staff local à travers notamment la familiarisation aux processus de gestion des projets du Groupe Shell ; la réalisation d études techniques de haut niveau devant être revues et validées par des experts du Groupe, mais aussi par la participation à des activités à forte valeur ajoutée tels que les essais de réception des principaux équipements en usine et le transfert de compétence par l apprentissage de nouvelles technologies et les échanges techniques avec d autres experts du Groupe. Les avantages de la nouvelle Centrale électrique <La nouvelle centrale électrique est constituée de turbines à gaz ayant un meilleur rendement énergétique, et conforme aux dispositions internationales en matière d émissions de gaz à effet de serre. <Elle est conçue pour permettre un maximum de continuité de service grâce à la puissance résiduelle toujours disponible, ce qui permet d effectuer sans contrainte particulière, les maintenances nécessitant l arrêt d une unité tout en maintenant le niveau de production. Gas Breakthrough Control Afin d optimiser ses procédures de réduction de volume de gaz, Shell Gabon s est dotée du système Gas Breakthrough Control (GBC). Durant leur cycle de vie, certains puits ont tendance à avoir des productions intempestives de de gaz. Ce phénomène appelé le gas coning est très fréquent dans les réservoirs possédant une fine couche d huile. Opérationnalisation du GBC à Toucan Apres des essais concluants de GBC effectués en 2009 sur deux puits de Toucan et en 2012 sur dix autres puits, l installation du GBC sera standardisée par Shell Gabon sur tous les nouveaux puits de Toucan. <La mise en place d un système de gestion de puissance moderne permettra d accroitre la productivité des équipes de maintenance électrique, et la gestion de la centrale électrique pourra être faite à distance depuis un ordinateur dans la salle de contrôle (démarrage, synchronisation, couplage réseau, fermeture des disjoncteurs, etc.) <La nouvelle centrale est expansible et pourrait donc recevoir trois génératrices additionnelles dans le futur en fonction des opportunités de développement Equipe Projet GBC Equipe projet de la Bibliothèque virtuelle Afin de se conformer au standard de gestion des documents «clés» physiques du Groupe Shell, le département Petroleum Engineering de Shell Gabon a mis en place une Bibliothèque Virtuelle pour les Départements Petroleum Engineering et Well Engineering (DPE & DWE). Réalisé par le Département Subsurface data management en collaboration avec la société S2G2DI, ce projet a pour objectif de proposer une solution permettant la gestion optimale des documents et donner la possibilité aux ingénieurs d avoir accès à l ensemble de la documentation technique «clé» physique ou électronique. Témoignages d utilisateurs fréquents de la bibliothèque <Armel LANGAMA (Production Geologist): «Le SDC est un gain de temps en termes de recherche de documents». <Fisher-Dorenbos Roelien (Well Engineering): «I welcome the continuous improvement of the SDC! Access to data (as long as it exists in the first place) has Les résultats du projet La Bibliothèque virtuelle a permis de faire l inventaire, l indexage (aux normes Shell) et le rayonnage des documents physiques de tous les documents de DPE et DWE. Environ documents ont été archivés au «Subsurface Document Centre(SDC)». La mise en place d «EP Catalog» (moteur de recherche du SDC), outil de consultation et de partage de documents, permet aux utilisateurs de faire une consultation physique du document après avoir envoyé une requête à la Librairie. Ces derniers peuvent aussi le faire en ligne lorsqu une version électronique du document existe. Le SDC est déjà opérationnel. Un archiviste est chargé de répondre aux requêtes électroniques ou directement adressées en librairie. Un service de numérisation à la demande est également disponible. Le projet de mise en place d une Bibliothèque Virtuelle est désormais dans sa phase finale qui consiste à numériser l ensemble des documents techniques du SDC et les mettre à disposition dans l «EP Catalog». À ce jour, plus de 9000 documents ont été scannés et mis à la disposition de l ensemble des employés du Groupe Shell à travers «EP Catalog». become much easier. The Service at the SDC is always efficient and friendly». <Paterne Edzang Mbot (Production Technologist): «Le SDC est la clé de voute de la connaissance à DPE et va améliorer la gestion effective des documents techniques de Shell Gabon. En cela c est une innovation technologique» 16 17

10 ENVIRONNEMENT La gestion des déchets à Gamba, une priorité pour Shell Gabon Construction d une décharge communale à Gamba Shell Gabon en collaboration avec la Mairie de Gamba, construira un dépôt pour déchets inertes ou industriels de la commune de Gamba, dénommé le site de Ndougou. Le coût total de ce projet s élève à 2,212 millions de dollars (environ 1,1 milliard de FCFA) subventionné entièrement par Shell Gabon. Système de traitement des eaux usées à Vembo Shell Gabon, à travers le département OWM, a mis en place un système de traitement des eaux usées domestiques. Le site choisi est la décharge domestique de Vembo. Ce système Vue d ensemble de l entrée principale Vembo poubelle Equipe OWM sur le site de Vembo Poubelle Le Département de gestion des déchets de Shell Gabon (OWM) a été structuré en Durant sa phase de lancement, le département a mis en place une politique de gestion des déchets qui défini les exigences opérationnelles de base et la structure administrative responsable de la gestion des déchets. Au début de 2010, OWM a également élaboré une stratégie pour la gestion des déchets émanant des activités de Shell Gabon, conformément aux législations locales et internationales, aux lignes directrices du Groupe et aux standards de Shell Gabon en termes de gestion des déchets. La stratégie de gestion des déchets La stratégie de gestion des déchets s appuie sur trois principaux points: 1. la construction de sites d élimination des déchets de Shell Gabon adaptés aux besoins et en conformité avec la loi ; 2. l établissement de procédures pour la gestion des déchets, qui soient conformes à la législation, ainsi qu aux normes du Groupe Shell ; 3. La disponibilité des filières d élimination pour chaque type de déchet généré par les opérations de Shell Gabon Dans le cadre de la matérialisation de ladite stratégie, deux sites ont été construit(s)es dans la région de Gamba. Il s agit de «Vembo Poubelle» pour l élimination de tous les déchets domestiques, (débris de construction et d installation y compris les déchets ménagers générés par les employés de Shell et de leurs sous-traitants, mais aussi ceux de la ville de Gamba, et Zoubia pour le stockage de déchets industriels générés par les opérations de Shell exclusivement. Processus de gestion des déchets La gestion des déchets dans Shell Gabon s appuie sur le principe de la prévention, l évitement, la réduction et l élimination. L étape de réduction des déchets est articulée autour des points suivants : réduction/ réutilisation/recyclage/récupération. Si la réduction des déchets n est pas possible, alors le traitement et l élimination des déchets sont appliqués dans une approche responsable comme par exemple l enfouissement des déchets domestiques biodégradables. L origine du site L idée de construction de ce site fait suite au plan stratégique de réaménagement des dépôts de déchets au sein de Shell Gabon. Depuis 2009, Shell a élaboré un plan stratégique de gestion de déchets sur la base de la ségrégation de type de déchets (entre domestique et industriel). De ce fait, la décharge de Vembo pour les déchets domestiques et la décharge de Zoubia pour les déchets industriels ont été construites. La décharge Zoubia se situant dans le terminal pétrolier de Shell Gabon, la commune de Gamba se retrouvait sans lieu de decharge de ses déchets industriels. Par la construction de ce site, la commune de Gamba sera dotée d une décharge pour ses déchets industriels qui répondra aux normes environnementales nationales et internationales. Les différentes phases du projet Le projet Ndougou est subdivisé en 4 phases: la phase administrative (études d impacts environnementaux, etc.) ; la phase de construction et d approvisionnement des équipements ; la phase pré-opération (formation sur la gestion des déchets, et gestion d entreprise) ; la phase d opération (par une gestion autonome). Les travaux de la plate forme ont été achevés en mars 2013 et la phase de construction structurelle est en cours. Maintenance des fosses de traitement des eaux usées comprend deux sous-unités, qui fonctionnent de façon autonome. Il s agit d une sous-unité de traitement physicochimique par filtration comprenant deux bassins et d une sous-unité de traitement biologique par lagunage utilisant une plante macrophyte flottante, la Jacinthe d eau. Le mécanisme utilisé s appuie sur les techniques de filtration et de lagunage. Traitement par filtration Pour chaque bassin de cette sous-unité, le massif filtrant est constitué de bas en haut, d une couche de gravier concassé ; d une membrane géotextile, le bidim ; d une couche de gravier roulé ; enfin, d une autre couche de bidim. L aire de chaque bassin est carrée. Lors du processus de filtration, les eaux usées sont déversées sur le bidim qui va retenir la plupart des substances dissoutes en suspension. L eau usée, par gravitation et percolation, se diffuse à travers le massif filtrant et atteint le drain d évacuation. En aval des deux bassins, se trouve un regard de collecte avec un dispositif contenant du charbon actif granulaire(gac) qui permet d affiner le traitement en retenant des micropolluants tel que les substances médicamenteuses et certaines hormones

11 ENVIRONNEMENT Traitement par lagunage Bassin de lagunage Le traitement par lagunage est nécessaire pour traiter les matières en suspension (boues) retenues sur le bidim des bassins de filtration. Le traitement par lagunage se fait au moyen de la Jacinthe d eau. La Jacinthe d eau est une plante à plusieurs populations bactériennes. Ces microorganismes ont pour rôle de dégrader et minéraliser la matière organique. Lors du processus du traitement lagunaire, les boues retenues sur le bidim sont déversées dans le bassin de lagunage et sont soumises au traitement biologique par la Jacinthe d eau (14jours) avant d être déversées dans l environnement. Le bassin de lagunage est pourvu d un filtre de gravier pour optimiser le traitement. Afin de permettre de connaitre les taux de dilution des boues, la densité et le temps de séjour de l effluent à traiter, une étude pilote a été menée. L analyse des paramètres environnementaux (DBO5, DCO, MES, Azote, Phosphates, Oxygène dissous, MO, ph) a été faite par les services de la Direction Générale des Etudes et Laboratoires (DGEL) du Ministère des mines. En dotant la ville de Gamba d un système de traitement des eaux usées, Shell Gabon contribue à l amélioration du cadre de vie des populations. Par ailleurs, le transfert de compétence autonomisera la gestion du site par la commune de DEVELOPPEMENT DURABLE Shell Gabon investit dans la mobilité intelligente des personnes («Smarter Mobility») système racinaire dense, qui abrite des jacinthes d eau dans le bassin Gamba. Shell Gabon recertifiée ISO : 2004 La norme ISO La politique de gestion des déchets intègre également les efforts et les succès de Shell Gabon en matière de certification à la norme ISO 14001:2004 Du 28 août 2012 au 6 septembre 2012, un audit de la recertification de Shell Gabon conduit par la Lloyd s Register déroulé sur les sites Shell de Gamba-Ivinga, Rabi, Toucan et Koula. Le programme de l audit comprenait des interviews et des visites dans différents départements. Le champ de l audit a porté sur la politique de Shell Gabon et ses standards ; les exigences légales nationales et les exigences générales du système de management environnemental fournies par la norme ISO 14001:2004. De façon générale, l audit a mis en exergue une amélioration significative de la gestion des déchets, de l implémentation de la politique relative au torchage et de l amélioration de la performance environnementale. Cela cadre notamment avec les efforts entrepris par Shell Gabon dans la gestion des déchets à Gamba. En novembre 2012, suite à cet audit, Shell Gabon a vu sa certification de conformité à l ISO 14001:2004 renouvelée pour une durée de 3 ans. Un audit de suivi de certification sera effectué en septembre La norme internationale ISO est une norme de management environnemental qui fournie aux organismes un système de management environnemental efficace. Elle permet aux organismes qui l appliquent d établir des objectifs et cibles spécifiques en accord avec les exigences du Système de Management Environnemental (SME). Le succès d une telle procédure requiert une totale conformité à la politique HSE de l entreprise. En d autres termes, être capable de démontrer que la société maîtrise les impacts que ses activités peuvent avoir sur l environnement, par la mise en place d un système de management environnemental conformément à sa politique HSE. Terminal de Gamba- Panneau de la certification ISO : 2004 Tronçon de la route Moungagara - Loubomo En ligne avec la campagne du Groupe Shell sur la Mobilité des personnes (Smart Mobility), Shell Gabon va investir 15.5 milliard de francs CFA pour la construction d une route verte dans le sud du Gabon entre Moungagara et Loubomo. Ce programme d investissement infrastructurel est précédé par le lancement d une campagne nationale de sensibilisation à la sécurité routière en partenariat avec le Ministère gabonais des Transports. «Smarter Mobility» ou Mobilité intelligente Le Groupe Shell est constamment à la recherche de moyens novateurs pour déplacer les biens et les personnes, en toute sécurité, à moindre coût et avec un impact réduit sur l environnement. Cette approche dite «Smarter Mobility» ou «Mobilité intelligente», aide à répondre à l évolution des besoins de mobilité par la construction d infrastructures et de réseaux de distribution. Afin de soutenir efficacement ses investissements sociaux, le groupe multiplie les campagnes envers les usagers des routes pour promouvoir les comportements adéquats en termes de sécurité routière. Cela inclut des programmes visant à encourager une conduite plus efficace, et des initiatives pour améliorer la sécurité routière. En adéquation avec la campagne «Smarter Mobility» du Groupe, Shell Gabon a signé un contrat de construction d une route verte de 53 km entre Loubomo et Moungagara dans les Départements de Ndougou et de la Basse Banio. Le défis d une Route Verte au Gabon Le projet de construction de cette route, est l un des plus grands projets de construction de ces dix dernières années dans les Départements de Ndougou et de la Basse Banio, mis en place par le biais de la Provision pour Investissements Diversifiés (PID) et la Provision pour Investissement dans les Hydrocarbures (PIH). Renforcement des capacités Avec le concours des partenaires GIZ et Smithsonian, le projet intègre les aspects écologiques et sociaux afin d atténuer les conséquences potentielles de la construction de cette voie sur la nature, compte tenu de sa localisation dans le voisinage du parc national de Moukalaba- Doudou, région d une grande richesse écologique et de soutenir le développement de compétences des entreprises locales qui y seront impliquées. Pour le PDG de Shell Gabon, Adrian Drewett, «cette nouvelle route, qui facilitera les échanges entre les 20 21

12 DEVELOPPEMENT DURABLE manière de préserver les zones environnemental pour la construction des principales voies déclinant Autre tronçon de la route Moungagara Loubomo villes de Gamba et Tchibanga, va améliorer de façon significative les conditions de vie des populations locales et ouvrir de nouvelles perspectives économiques et commerciales». Développement Un des aspects identifiés, dès le démarrage du projet, comme bénéfice à court terme pour les populations riveraines, était de faciliter la fourniture d eau potable pour ces populations. Deux sociétés spécialisées dans le forage et l adduction d eau ont déjà effectué une mission de reconnaissance à Panga, pour des propositions techniques. Préservation de l environnement La dimension environnementale du projet est constamment prise en compte dans les activités. La phase 1 du projet a porté sur l évaluation des impacts de la construction de la route sur la biodiversité. L état initial de la biodiversité avant la construction de la route a été évalué en 2012 et 2013 en saison sèche et en saison de pluies. Sur la base des informations recueillies, le Smithsonian a formulé des recommandations pour la GIZ et les autres partenaires sur la façon d éviter les perturbations en adaptant le processus de construction et de gestion du personnel, et sur la riches en matière de biodiversité. Au mois de décembre 2012, s est tenu un atelier organisé par l institution Smithsonian, sur la stratégie de réduction des impacts négatifs sur la faune et la biodiversité dans la zone du projet. Au terme de cet atelier, auquel les principaux acteurs étatiques et non étatiques du secteur environnemental ont participé, une série de recommandations ont été émises. Celles-ci ont fait l objet d une évaluation technique et financière par le Ministère de la Promotion des Investissements, des Travaux Publics, de l Habitat et du Tourisme, chargé de l Aménagement du territoire (MPITPTHTAT), le Smithsonian et la GIZ. Le résultat a été transmis à Shell Gabon et l ANPN pour validation. Ces mesures complémentaires seront annexées au Plan de Gestion environnementale et Sociale (PGES) déjà disponible, afin de faire de cette route, une «route verte». Atelier sur la stratégie de réduction des impacts négatifs du projet En 2014, le Smithsonian va poursuivre sa collaboration avec la GIZ, les partenaires et les entreprises de construction de la route pour de routes et évaluer dans quelle mesure les recommandations sont respectées. A ce jour, les principales activités ont consisté à déterminer les critères de sélection des entreprises devant participer à la construction de la route avec le MPITPTHTAT, préparer les documents pour l obtention du décret d utilité publique ainsi que les dossiers d appel d offres pour la construction des Lot 1 (Loubomo- Boumé-Boumé) et Lot 3 (Boumé- Boumé-Moungagara). Des études géotechniques complémentaires ont été menées en vue la réalisation du dossier d appel d offres détaillé pour la construction du pont. En complément au projet de construction de la route, Shell Gabon soutien la Décennie d actions pour la sécurité routière lancée par les Nations Unies en 2011, en partenariat avec le Ministère des Transports. Une campagne nationale de sensibilisation à la sécurité routière a été lancée en Décembre «Ensemble nous pouvons sauver des millions de vie» Tel est le slogan de cette campagne dont le but est de sensibiliser les usagers de la route aux risques d accidents, l une des premières causes de mortalité dans le monde. Pour sa première phase, la campagne nationale s est matérialisée par l apposition d affiches à travers la ville de des thèmes autour des dangers de l alcool au volant, de la vitesse, et du port de la ceinture ainsi que par des parutions au journal l Union et la diffusion d un spot vidéo sur Gabon Télévision. L objectif étant de rappeler dans une approche didactique, les causes d accidents et les mesures préventives permettant de les réduire. La deuxième phase qui démarre en avril 2013, compte en plus des panneaux traditionnels, une phase de sensibilisation dans les établissements scolaires de Libreville et dans les stations services, et devrait s étendre à Port-Gentil, Gamba, puis dans le reste du pays. Rappelons qu au sein de Shell Gabon, la sécurité reste la première priorité et dans ce sens, 12 règles de survie ont été élaborées pour réduire les risques d accidents au travail. Quatre de ces règles concernent la sécurité routière ce sont: l interdiction de l alcool au volant, l interdiction de téléphoner en conduisant, le port de la ceinture de sécurité et l importance de planifier de son trajet. La Décennie d action pour la sécurité routière offre à Shell Gabon l opportunité de partager avec le Ministère des Transports, l expérience du Groupe Shell en matière de prévention routière et de contribuer ainsi à la mise en place d actions sociales à fort impact sur apporter une assistance sur le plan Libreville sur des panneaux le long les populations. Essais géotechniques Pour la deuxième phase de cette campagne qui démarre en avril 2013, nous allons poursuivre sur le thème de la vitesse et mettre un accent sur la fatigue au volant et l usage du téléphone à travers les panneaux traditionnels et électroniques, à Libreville, Port-Gentil, Franceville et Gamba. De manière plus directe, nous allons entreprendre diverses actions de sensibilisation dans les établissements scolaires de Libreville, dans les stations services, et les hôpitaux du pays. L objectif de cette campagne étant à terme de sensibiliser un maximum de population sur le territoire national. William Diouf, Responsable Campagne de Sensibilisation à la Sécurité Routière

13 DEVELOPPEMENT DURABLE Contribution de Shell à la santé dans le Département de Ndougou Photo de famille de la formation du personnel de santé du dispensaire de Gamba des structures de santé ainsi que les couverture vaccinale du Département jeunes de Gamba à s approprier communautés urbaines et rurales du est aujourd hui de 83%. ce jeu ludique tout en mentionnant Campagne de vaccination dans le Département de Ndougou Shell Gabon a fait de la santé une priorité en termes d actions sociétales. Le programme de santé communautaire qu elle a initié en 2009 dans le Département de Ndougou s inscrit pleinement dans cette démarche. Le Département de Ndougou est peuplé d environ habitants. Son chef lieu Gamba, sa seule Commune, compte environ habitants. Le reste de la population est reparti sur 3 cantons et 11 villages situés dans des lacs et lagunes. Le système de santé du Département comprend plusieurs formations sanitaires dont un Centre Médical à Gamba et un réseau de 11 dispensaires relevant du secteur public. Les structures sanitaires du secteur privé sont constituées d une clinique, propriété de Shell Gabon, et de 2 cabinets de soins médicaux. Les grands fléaux sanitaires qui préoccupent les populations de ce département sont le paludisme, les infections respiratoires, les maladies diarrhéiques, le VIH/SIDA et ses infections opportunistes dont la tuberculose. Les caractéristiques du programme de santé communautaire Pour faire face à cette situation, le gouvernement a mis en place un Plan Stratégique National de lutte contre le VIH/SIDA. De même, il existe un Programme National de Lutte contre le Paludisme, la tuberculose et un plan pluriannuel de vaccination. Pour soutenir les efforts du gouvernement dans la lutte contre toutes ces maladies, Shell Gabon en collaboration avec le Ministère de la Santé et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a initié le projet de Santé Communautaire du Département de Ndougou. Ce projet vise à réduire la mortalité liée au VIH SIDA, à la tuberculose, au paludisme et aux maladies évitables par la vaccination. Cinq composantes constituent le projet dont, le développement des capacités techniques et humaines du Centre Médical de Gamba, l appui à la lutte contre le VIH/SIDA, contre la tuberculose, ainsi que le paludisme et le soutien au programme élargi de vaccination. Les cibles principales du projet sont les personnes vivant avec le VIH/Sida telles que, les femmes enceintes et en âge de procréer, les personnes atteintes de tuberculose, les ONG locales qui œuvrent en faveur de la lutte contre ces différentes maladies, les agents Département. Pour atteindre cet objectif, le projet a adopté les recommandations de l Organisation Mondiale de la Santé (OMS). En matière de lutte contre le VIH/SIDA, le but est d accroitre l offre du dépistage, y compris en zone rurale et d atteindre une plus grande couverture de la population en améliorant l accès au dépistage pour les malades tuberculeux. Dans ce cadre, plus de six mille visites médicales et deux grandes campagnes de sensibilisation contre le VIH/SIDA ont déjà été effectuées dans le Département de Ndougou. Dans les efforts contre le paludisme, les objectifs sont d augmenter le pourcentage de la population qui dort sous moustiquaire imprégnée et la proportion des femmes ayant accouché et qui ont bénéficié d un traitement préventif intermittent. A ce jour, plus de 2200 moustiquaires imprégnées ont été distribuées aux populations. Dans le cadre de la lutte contre les maladies évitables par la vaccination, l objectif est d atteindre une meilleure couverture vaccinale pour tous les enfants de 0 à 11 mois et les femmes enceintes. Le taux de La prévention au cœur du programme de santé communautaire Dans le cadre de ce projet, des activités de prévention, de soins curatifs, de formation vont être renforcées et étendues. A titre d exemple, Shell Gabon en collaboration avec l ONG «Vie 2 Jeune», a lancé officiellement le 12 février 2013, le jeu éducatif du même nom au Centre Culturel de Plaine 3 de Gamba. Ce jeu a pour objectif de sensibiliser les jeunes sur les moyens de lutte contre le SIDA. Il se veut être un outil catalysant l adoption de comportements responsables de la part de cette couche de la population. Lors de cette manifestation, Adrian Drewett, PDG de Shell Gabon, a mis en exergue l importance de ce jeu pour la jeunesse. Il a encouragé les Adrian Drewett et des jeunes de Gamba jouant au jeu «Vie 2 Jeune» la nécessité d adopter les attitudes et comportements propices à une vie saine. Le lancement de «Vie 2 Jeune» à Gamba faisait suite à la présentation par Shell Gabon de ce jeu le 3 décembre 2012 au lycée Paul Indjendjet Gondjout de Libreville. La distribution du jeu «Vie 2 Jeune» se fera dans l ensemble des établissements scolaires du Gabon. Par son approche tenant compte des spécificités sanitaires du Département de Ndougou, la mise en place de ce programme de santé offre aux populations du Département l opportunité d avoir accès à des soins de santé de qualité et de bénéficier d un traitement fiable et efficace contre le VIH/SIDA, la tuberculose et les maladies évitables par la vaccination

14 RESSOURCES HUMAINES Shell Gabon présente les métiers du pétrole aux lycéens de Gamba NOUVELLES DU GROUPE Un partenariat pour protéger la nature commercialisation. Le Forum a pris fin avec l organisation de la «la grande nuit des champions» au cours de laquelle le CCPL3 a encouragé et primé les vainqueurs du concours de mathématiques et sciences physiques «Olympiade Gamba 2013», les champions dans les différents sports et les organisateurs. Ces derniers ont reçu un don de matériels sportifs. La soirée a été clôturée par l artiste Michaël Anicet. Arrivée des lycéens au Terminal Pétrolier de Gamba Du 18 au 23 mars 2013, le Centre Culturel de Plaine 3 (CCPL3) en collaboration avec le Lycée Roger Gouteyron de Gamba, a organisé un «Forum des Métiers du Pétrole» qui avait pour thème: «êtes vous fait pour travailler dans le pétrole?». L objectif de ce Forum était double : présenter aux élèves, aux enseignants, aux parents d élèves et à la population de Gamba, les différents métiers de l industrie pétrolière et combler le déficit des élèves du Lycée Roger Gouteyron en matière d orientation scolaire. Les métiers de l industrie pétrolière En termes d orientation scolaire, ce Forum a permis aux différents chefs de département du lycée Roger Gouteyron de présenter aux élèves et aux parents, les différents cursus scolaires et universitaires à suivre pour devenir enseignant du second degré. A travers des débats, tables rondes et entretiens animés au CCPL3 par des employés de Shell Gabon, les élèves ont pu découvrir le spectre des métiers sub-surface de l exploration à la production : Géologie, Forage, Pétrophysique, reservoir, production technologie et Technical Data management. Une présentation des fonctions HSSE, Ressources Humaines (HR) et de tous les métiers supports de Shell Gabon leur a aussi été faite. La visite guidée du Terminal pétrolier de Gamba a permis aux élèves des classes de 1 ère et de Terminale de découvrir le circuit du pétrole de la production à la Rose Akeintte, élève en 1ère A1 au Lycée Gouteyron de Gamba «J ai été très ravie de participer à la semaine du forum dont le thème portait sur les métiers du pétrole. La visite des différents départements m a permis de comprendre les objectifs de chaque discipline et leurs Hervé Anany Amoussou élève en classe de 1ère S au Lycée Roger Gouteyron de Gamba «L ensemble des activités du forum ont été très enrichissantes. Les professeurs du lycée nous ont permis de découvrir les débouchés au niveau de l enseignement supérieur. Les conférences-débats au CCPL3 sur les différents métiers du pétrole ont été très intéressantes. Elles m ont permis d avoir des informations sur les métiers sub-surface, tels que le forage, la géologie, les ingénieurs réservoirs, etc. Les informations sur les procédures HSSE et les métiers supports ont complété ces séances riches en instruction. La visite du Terminal pétrolier fût l occasion d apprécier le fonctionnement des six packs de stockage d huile» débouchés des différentes disciplines dispensées. Durant les conférences-débats, les ingénieurs de Shell Gabon nous ont transmis des informations très utiles sur les métiers du pétrole. J ai par exemple appris l équivalence en litre du baril de pétrole, son prix et les réserves actuelles du Gabon. Le monde du pétrole est palpitant et exige des compétences et de la rigueur. J envisage devenir ingénieur réservoir, un métier que j ai découvert pendant le forum sur les métiers du pétrole». La recherche d énergie pour répondre à la demande croissante entraîne de plus en plus les entreprises dans les zones écologiquement sensibles. Mais alors que la population mondiale s accroît, la nécessité de protéger la santé de la planète augmente également. Travaillant en étroite collaboration avec les organisations environnementales peut aider les entreprises qui développent de nouveaux projets d énergie à prendre des mesures efficaces pour préserver la nature. Un partenariat pour protéger la nature La population mondiale augmente rapidement. Et dans les prochaines décennies, des centaines de millions de gens utiliseront davantage d énergie en achetant leurs premières voitures, des réfrigérateurs et des ordinateurs. Graduellement, la demande croissante en énergie pousse la recherche de pétrole et de gaz dans les zones les plus reculées et sensibles sur le plan écologique. Pour réduire l impact environnemental de nos activités, Shell travaille en partenariat avec des organisations environnementales non gouvernementales (ONG), y compris l Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), Wetlands International, The Nature Conservancy (TNC) et Earthwatch. Les activités de Shell avec ces ONG dure depuis un certain nombre d années et permettent d acquérir une meilleure compréhension de l environnement. Cela contribue à améliorer son approche au développement de nouveaux projets énergétiques, ou d étendre ceux qui existent déjà. En 2011, le Groupe Shell a travaillé sur plus de 35 projets avec ces organisations. Shell a été un précurseur dans l idée que les grandes entreprises devraient travailler avec de telles organisations, et a maintenant porté cette approche à un nouveau niveau de collaboration. Aujourd hui, les partenariats entre Shell et les ONG environnementales se concentrent sur la promotion de la conservation de la nature à travers diverses entreprises dans de nombreux pays du monde. La protection de l Arctique Shell travaille avec l UICN pour mieux comprendre l environnement arctique

15 Dans l Arctique vivent des peuples autochtones, comme les Nenets au nord de la Sibérie, qui dépendent de la terre et de la faune pour leur subsistance. Mais l environnement sensible de l Arctique montre déjà les effets du changement climatique, avec un impact potentiel sur les modes de subsistance. La plupart des scientifiques pensent que les émissions de dioxyde de carbone (CO2) causées par les hommes en sont la cause. La fonte des glaciers ouvre aussi de nouvelles opportunités pour les activités humaines dans l Arctique. Mais le développement de plus en plus accroitre l importance d équilibrer les impacts économiques, sociaux et environnementaux. En 2010, l UICN et le «Natural Resources Defense» Council ont commencé à étudier les effets cumulés du développement dans l Arctique et à identifier les moyens de gérer les impacts futurs sur cette région. Avec le soutien de Shell, ils ont réuni des experts scientifiques, des représentants des communautés, des gouvernements et d autres industries pour identifier une approche pour la conservation de l habitat, la protection de la faune et la préservation des moyens de subsistance traditionnels. Ce travail vise à maintenir en bon état le fragile écosystème de l Arctique pour les générations futures. Un groupe de travail de spécialistes de l environnement utilisera les résultats de l étude pour aider à développer la politique de développement durable dans la région à travers leurs avis/ conseils au Conseil de l Arctique, un forum intergouvernemental comprenant les communautés autochtones et l industrie. Une nouvelle garantie pour les côtes Collaborer avec The Nature Conservancy pour protéger les côtes contre l érosion. À l île Shamrock au Texas, aux Etats-Unis, l érosion côtière menace les aires de nidification d échassiers. La côte du golfe du Mexique aux Etats-Unis a souffert des décennies de surpêche, de pollution et de développement rapide. Cela a causé la presque disparition de la région, des récifs naturels d huîtres autrefois abondants. Les huîtres et les récifs formés servent de filtres d eau naturelle. Une huître peut filtrer jusqu à 22 litres d eau salée en une heure. Les grandes huîtres des récifs aident à prévenir l érosion côtière en agissant comme un briselames. Cela réduit également l impact des inondations de tempête sur les communautés côtières, et aide à protéger les zones humides. Les récifs structurellement complexes que les populations d huîtres naturelles construisent sont un habitat idéal pour la vie marine et sont assez forts pour empêcher l érosion côtière. Shell et l ONG Nature Conservancy font des recherches sur les moyens de construire des récifs artificiels pour imiter la complexité des récifs naturels. L une des techniques consiste à utiliser des structures triangulaires d acier remplies de coquilles d huîtres. Ces récifs artificiels prennent vie lorsque de larves d huîtres s y attachent pour commencer à se développer. Tout comme pour le projet de recherche sur les récifs d huîtres, Shell a offert une partie de son budget de développement du projet Mars B du Golfe du Mexique pour aider Nature Conservancy à restaurer l ile Shamrock. «L idée de valoriser la nature dans le cadre de votre modèle d affaires gagne du terrain», a déclaré Laura Huffman, directeur de Nature Conservancy dans le Texas. «C est important pour les consommateurs et pour la planète.» La conservation Earthwatch et Shell travaillent ensemble pour aider à améliorer la façon dont les sites du patrimoine mondial sont gérés. Gérer des zones naturelles protégées, comme le parc national Mutulu en Malaisie, nécessite la connaissance des plantes et de la faune. Pour les gestionnaires des sites du patrimoine mondial de l UNESCO, cela signifie aussi savoir comment gérer une entreprise de manière efficace. Ils doivent protéger ces zones, tout en gérant la croissance du tourisme qui apporte des fonds vitaux pour les sites. Depuis 2009, Earthwatch et l UNESCO ont ensemble mis en œuvre un programme de compétences en affaires pour le patrimoine mondial, qui met ensemble des gestionnaires de sites et des chefs d entreprise de Shell. «Ce que nous faisons ici c est d amener des personnes et des organisations ayant diverses compétences et expériences à partager leurs connaissances», explique Claire Lippold, Responsable du Programme à Earthwatch. «Ce programme aidera à assurer que certains des lieux les plus beaux et les plus menacées de la planète ont un avenir plus sûr» Chaque formation dure un an. Les gestionnaires de sites du patrimoine mondial et les mentors de Shell, travaillent ensemble, en commençant par une séance face-à-face, puis poursuivent le travail par des mails, des conférences téléphoniques ou des visites ultérieures. Lors de la session de formation présentée Jean Hervé Bakarizafy le responsable du site et Peter Webb le mentor Shell mentor commencent à développer un plan d affaires efficace pour le Parc National de Marojejy en Malaisie. Au Kenya, le mentor Shell, Adetoun Mustapha rencontre des enfants de l école pour en apprendre davantage sur la flore locale. Grâce à ce programme, les gens de Shell qui travaillent sur des projets d énergie peuvent mieux comprendre comment protéger la biodiversité. Et au début de 2012, le programme de compétences en affaires pour le patrimoine mondial avait permis à 44 gestionnaires de sites UNESCO d améliorer leur compréhension de l aspect commercial de leurs rôles. Développer des outils ingénieux Un nouvel outil logiciel que Wetlands International et Shell sont en train de tester pourrait aider à préserver les zones humides précieuses. Les zones humides existent dans la plupart des régions du monde. En plus des zones humides naturelles telles que les lacs, les tourbières et les marais, il ya aussi des zones humides artificielles telles que les rizières. Elles contribuent à la subsistance de millions de personnes et fournissent un habitat pour de nombreuses espèces uniques. Les activités humaines peuvent représenter une menace pour les zones humides, comme dans le bassin de la rivière Dniepr en Ukraine où la pollution industrielle qui pénètre dans l eau est un problème majeur. Shell et Wetlands International ont mis au point un outil logiciel qui pourrait aider à mieux comprendre comment le développement affecte les zones humides, y compris son impact sur la biodiversité et les populations qui dépendent des zones humides pour l alimentation et le travail. Cet outil s appelle WPIAT: «Wetlands Pre-Impact Assessment Tool» outil d évaluation des zones humides avant l impact. Il guide l utilisateur à travers une série de questions sur l environnement local et les activités proposées, en évaluation de cette information pour aider à identifier le type de zone humide et ses sensibilités. Il identifie également les façons de réduire l impact sur la zone humide. Shell teste ce logiciel dans un projet pilote. En cas de succès, l outil pourrait être utilisé pour améliorer la conception de nouveaux projets énergétiques. Il pourrait également avoir un usage plus large. «Dans l avenir, nous prévoyons d adapter cet outil pour une utilisation dans d autres secteurs tels que les mines et le tourisme», explique Ward Hagemeijer, Directeur des Relations Entreprises à Wetlands International. «En améliorant la connaissance au sein de l industrie de la façon dont le développement touche les milieux humides sensibles, nous visons à les protéger ainsi que les personnes qui en dépendent.» 28 29

16 PORTRAIT Paterne Edzang Mbot (DPE) Employé au Département DPE (Petroleum Engineering Department), Paterne Edzang Mbot a effectué ses études universitaires en Grande Bretagne. Après une Maîtrise à l université de Birmingham en sciences mathématiques (spécialité en mathématiques appliquées), il a obtenu une Maîtrise en Génie du Pétrole à Imperial College (Université de Londres). Son parcours professionnel «J ai effectué plusieurs stages à Shell Gabon avant d y être intégré comme employé en novembre 2005 dans le département DPE (Development & Petroleum Engineering) en tant qu ingénieur des technologies de production (DPT). Dès mon arrivée à Shell Gabon, j ai été assigné comme PT (Production Technologist) pour l actif du Greater Gamba (Gamba- Ivinga, Totou et Bende-Mbassou), poste que j ai occupé jusqu à fin Janvier A Greater Gamba, le rôle consistait principalement à assurer le maintien des puits en production tout en respectant les standards d intégrité. En particulier, le champ de GA-IV étant mature, l optimisation continuelle des puits était un défi qu il fallait relever. En 2006, j»ai effectué six mois avec les équipes du service des puits et de forage sur les nouveaux puits de production à Gamba et Totou. En 2007, nous avons eu une campagne de reprise de puits avec le remplacement des pompes ESP installées dans les puits, le remplacement de tubage de production et ainsi que l abandon de certains puits. De 2008 à 2010, j ai été assigné comme temporaire Production Technologist à l équipe de Rabi-Kounga et ainsi qu à l équipe des Non- Opérés (NOV) en addition à mes fonctions dans l équipe du Greater Gamba. A Rabi, l activité consistait à assurer le maintien de la production avec le forage de nouveaux puits et les reprises d anciens puits producteurs, l utilisation des méthodes de production innovatrices comme la perforation du talon (Heel Perforations) dans les puits horizontaux et la revue des possibilités de consolidation chimique du sable (SCON) sur certains gros puits producteurs de sable. Au niveau des Non-Opérés, c était surtout de vérifier les designs de complétions et discuter des activités de production sur les puits avec nos partenaires. En février 2013, j ai de nouveau rejoint l équipe de Rabi en période d expansion des activités de forage, de Hoist et surtout de WRFM (Well and Reservoir / Facilities Management). Les défis à relever sont nombreux mais avec de la motivation et de la détermination, tout est possible! Je tiens à remercier tous ceux qui m ont permis de près ou de loin, à me développer dans ma carrière à Shell Gabon». Sa vision sur l évolution future de son métier «L évolution portera sur l innovation technologique avec la possibilité de recourir à des méthodes secondaires de recouvrement d hydrocarbures dans nos gisements ; une plus grande étendue d application de méthode d activation de puits autres que le Gas Lift (ESP notamment) ; la technique de consolidation de sables redevenant standard (en cas de succès) sur les puits verticaux reperforés qui produisent du sable ; l extension des puits intelligents sur certains actifs ; une standardisation de nos designs de complétion. L utilisation de lignes flexibles (flexilines) dans le redéveloppement de puits fermés est un réel atout pour Shell Gabon en termes de méthode de pointe. Enfin, les activités liées à l intégrité des puits a été un sujet central ces dernières années et ne cessera de l être afin de conférer à nos champs la possibilité de produire de manière certaine pour les nombreuses années à venir». Nouveaux arrivants Bienvenue à Shell Gabon HARRIS JEREMY MARCUS Gildas Paraiso Simon Mc Arthur Akonah Mba HERVE RENAMY Département TM Département OM Département FCP VANESSA RIMBEAUD ARmand Ulrich Piga DjiKamba Département HSE STEEVE MASSAMBA Département HRS Erika Nenet Fauster Département TM DONKO SKOKANDIC FABRICE NKOMA MAVI TZAIG Département HRM ANDREW MARTIN CASELIN HERNG TAN LIT Département OM CHRISTOPHE REVINGTON MARK Département FM RENE CHRISTIAAN DUINKERKEN SERGEY ZIATDINOV MAX HERVE LANGOUBA ANDRE SYLVAIN DIKA- MABIKA 30 31

17

SHELL GABON, ACTEUR MAJEUR DE L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE DU GABON DEPUIS 55 ANS

SHELL GABON, ACTEUR MAJEUR DE L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE DU GABON DEPUIS 55 ANS SHELL GABON, ACTEUR MAJEUR DE L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE DU GABON DEPUIS 55 ANS SHELL AU GABON Filiale du Groupe Shell, Shell Gabon est une société d exploration et de production d hydrocarbures. 75% Shell

Plus en détail

Alliance canadienne pour l'innovation dans les sables bitumineux

Alliance canadienne pour l'innovation dans les sables bitumineux Alliance canadienne pour l'innovation dans les sables bitumineux Aperçu 26 mai 2015 < RIGHT CLICK PHOTO TO CHANGE PICTURE Sables bitumineux au Canada Le Canada possède les troisièmes plus vastes réserves

Plus en détail

RESUME DU PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES)

RESUME DU PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES) RESUME DU PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES) Titre du projet : Complexe Numérique de Bamako Pays : Mali Numéro du projet : P-ML-IAE-002 Département : OSHD Division : OSHD.2 a) Brève description

Plus en détail

Discovering Hidden Value

Discovering Hidden Value Discovering Hidden Value A la découverte de la valeur cachée Consultation pour les Opérations de Forage Proposées en Offshore Marocain 2013 Qui est Cairn Energy? Cairn est une société de pétrole et de

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Partager l expérience de l ASECNA dans la mise en œuvre du SMS et du SMQ :

Partager l expérience de l ASECNA dans la mise en œuvre du SMS et du SMQ : Objet de la présentation Partager l expérience de l ASECNA dans la mise en œuvre du SMS et du SMQ : Défis rencontrés Avantages acquis Contenu de la présentation Qu est ce que l ASECNA? Planification de

Plus en détail

COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES

COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail MINISTERE DES MINES ET DE L ENERGIE MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES Objet : Informations du secteur énergie

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

Gestion des lixiviats

Gestion des lixiviats Gestion des lixiviats OPTIONS DE GESTION DES LIXIVIATS MÉTHODOLOGIE En tenant compte de la gestion et du traitement des lixiviats qui se font actuellement dans d autres sites d enfouissement des déchets

Plus en détail

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations: OC SONATRACH / FCP:

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations: OC SONATRACH / FCP: Bourse de l emploi Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations: OC SONATRACH / FCP: Un Directeur Technique; Un Directeur HSE ; Un Directeur Appros & Contrats;

Plus en détail

par L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale

par L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale Perform-EE par Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable PERFORM-EE par Suez Environnement 1 Au XXI siècle,

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES 1 DU MERCREDI 30 DECEMBRE 2015

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES 1 DU MERCREDI 30 DECEMBRE 2015 MINISTERE DE LA COMMUNICATION ET DES MEDIAS CHARGE DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT REPUBLIQUE DU CONGO Unité * Travail * Progrès ----------- ---------- CABINET ------------ N /MCMRP/CAB-15 DU MERCREDI

Plus en détail

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations :

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations : Bourse de l emploi Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations : ASSOCIATION SONATRACH / CNPC, GROUPEMENT OC-TOUAT : Un Directeur Adjoint Développement, Un

Plus en détail

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Véme Session du Conseil de la Présidence de l UMA Nouakchott, 11 novembre 1992 1 INTRODUCTION A notre époque, les questions

Plus en détail

LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM

LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM UNE PRÉSENCE GLOBALE, UNE EXPERTISE LOCALE EUROPE MEDITERRANEE MOYEN-ORIENT 83% d effectifs locaux AMERIQUES 89% d effectifs locaux ASIE 79% d effectifs

Plus en détail

formations des professionnels Se former tout au long de la vie

formations des professionnels Se former tout au long de la vie formations des professionnels Se former tout au long de la vie formations des professionnels : Se former tout au long de sa vie Acteur du développement humain, Total permet à des professionnels des pays

Plus en détail

ENJEUX SANITAIRES, ENVIRONNEMENTAUX ET ECONOMIQUES

ENJEUX SANITAIRES, ENVIRONNEMENTAUX ET ECONOMIQUES SYNTHESE ENJEUX SANITAIRES, ENVIRONNEMENTAUX ET ECONOMIQUES LIES A L EXPLOITATION DES GAZ DE SCHISTE En un peu plus de 100 pages d analyses et d illustrations, les travaux, résumés ici, visent à alimenter

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

Projet Hardrock. Commentaires et réponses des Portes ouvertes septembre 2014. comment il le sera plus tard. Environnemental

Projet Hardrock. Commentaires et réponses des Portes ouvertes septembre 2014. comment il le sera plus tard. Environnemental Environnemental Effets sur le parc provincial MacLeod Le parc provincial MacLeod est situé à environ 2 km à l est de la région de l étude le long de la route 11. Le parc est à l intérieur de la région

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE CEP/AC.10/2005/5 12 avril 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES POLITIQUES DE L ENVIRONNEMENT Groupe

Plus en détail

Union Africaine PLAN D ACTION DE LA DECENNIE DE LA SECURITE ROUTIERE AFRICAINE : 2011-2020

Union Africaine PLAN D ACTION DE LA DECENNIE DE LA SECURITE ROUTIERE AFRICAINE : 2011-2020 Union Africaine PLAN D ACTION DE LA DECENNIE DE LA SECURITE ROUTIERE AFRICAINE : 2011-2020 Page 1 I. Généralités Plan d action pour la sécurité routière africaine Cinq piliers: Le Plan d action 2011-2020

Plus en détail

Union Régionale Vie et Nature

Union Régionale Vie et Nature LES GAZ DE SCHISTES Note succincte d information MESSAGES CLES Les gaz de schistes représentent une source d énergie fossile non conventionnelle, diffuse, à de fortes profondeurs et difficile à extraire.

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN)

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Thème : Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) Djibo BOUBACAR (Ph. D), responsable

Plus en détail

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES AGADIR DU 28 AVRIL AU 01 MAI 2008 TRAITEMENT DES EAUX USEES ET POSSIBILITES DE

Plus en détail

Dossier de presse. Fortement présent dans les pays émergents, Necotrans est le 2ème réseau de logistique en Afrique.

Dossier de presse. Fortement présent dans les pays émergents, Necotrans est le 2ème réseau de logistique en Afrique. Dossier de presse Présentation du Groupe Créé en 1985 le groupe Necotrans est un acteur clé de la logistique internationale avec un chiffre d affaires de plus de 950 millions d euros et 3500 collaborateurs

Plus en détail

DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE

DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE 1 CONTEXTE Face aux effets des changements climatiques qui ont pour corollaires entre autres, l appauvrissement des sols,

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) Les principes essentiels pour la période allant de 2010 à 2013 sont alignés sur le XI Plan National de Développement avec

Plus en détail

UNE PRÉSENTATION DE CAIRN AU SÉNÉGAL CAIRN ENERGY PLC SÉNÉGAL CRÉATION DE VALEUR À PARTIR DE LA DÉCOUVERTE ET DU DÉVELOPPEMENT

UNE PRÉSENTATION DE CAIRN AU SÉNÉGAL CAIRN ENERGY PLC SÉNÉGAL CRÉATION DE VALEUR À PARTIR DE LA DÉCOUVERTE ET DU DÉVELOPPEMENT CAIRN ENERGY PLC SÉNÉGAL UNE PRÉSENTATION DE CAIRN AU SÉNÉGAL CRÉATION DE VALEUR À PARTIR DE LA DÉCOUVERTE ET DU DÉVELOPPEMENT Au Sénégal, Cairn opère à travers Capricorn Senegal Limited qui est une filiale

Plus en détail

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un

Plus en détail

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée Dalkia, le leader européen des services énergétiques Dalkia filiale de EDF et de Veolia Environnement, place les enjeux environnementaux au cœur

Plus en détail

30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA

30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PETROLE AFRICAINS (APPA) 30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA CEREMONIE D OUVERTURE SOLENNELLE DES TRAVAUX Discours de Son excellence ETIENNE DIEUDONNE

Plus en détail

Chapitre 2 : Structure organisationnelle et parties prenantes

Chapitre 2 : Structure organisationnelle et parties prenantes Chapitre 2 : Structure organisationnelle et parties prenantes L organisation des Jeux olympiques est une opération complexe et à multiples facettes, qui exige au moins sept années de planification, un

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

Certificat en Gestion Durable des Mines et Pétrole (GDMP)

Certificat en Gestion Durable des Mines et Pétrole (GDMP) Le secteur des mines, des carrières et hydrocarbures joue un rôle fondamental dans le développement économique de l Afrique. Environ deux-tiers des pays du continent concentrent des activités minières

Plus en détail

Amman, 13-15 mai 2014

Amman, 13-15 mai 2014 Quatrième Forum SWEEP-Net Cout de dégradation de l Environnement et la Gouvernance Locale Amman, 13-15 mai 2014 Exposé présenté Par : Mustapha Benbouya Chef de la Division de l Environnement et de l Amélioration

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Côte d Ivoire. Personnes relevant de la compétence du HCR

Côte d Ivoire. Personnes relevant de la compétence du HCR À la fin de l année 2010, la Côte d Ivoire abritait près de 565 000 personnes relevant de la compétence du HCR, dont quelque 25 600 réfugiés libériens. Plus de 1 100 certificats de naissance ont été distribués

Plus en détail

Economie verte et gouvernance forestière dans les Etats membres de la CEEAC

Economie verte et gouvernance forestière dans les Etats membres de la CEEAC Communauté Économique des Etats de l Afrique Centrale CEEAC Economic community of Central Africa States ECCAS Communidad Economica de los Estados del Africa Central CEEAC Communidade Economica dos estados

Plus en détail

Termes de Référence. Dans le cadre du mandat général, le Consultant devra réaliser les tâches qui suivent :

Termes de Référence. Dans le cadre du mandat général, le Consultant devra réaliser les tâches qui suivent : Termes de Référence La République Démocratique Congo (RDC) est engagée dans un processus de préparation au futur dispositif international de Réduction des Emissions liées à la Déforestation et à la Dégradation

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL ANNUEL (PTA) 2013 DE LA DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT ET DES ETABLISSEMENTS CLASSES

PLAN DE TRAVAIL ANNUEL (PTA) 2013 DE LA DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT ET DES ETABLISSEMENTS CLASSES REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT UNE FOI ------------------------ Ministère de l Environnement et du Développement Durable ---------------- Direction de l Environnement et des Etablissements Classés

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

Excellences, Mesdames, Messieurs

Excellences, Mesdames, Messieurs Excellences, Mesdames, Messieurs Permettez-moi d abord de vous présenter les salutations chaleureuses de Son Excellence Paul BIYA,Président de la République du Cameroun, qui aurait tant voulu prendre personnellement

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT.

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT. REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DU TOURISME ET DE L ENVIRONNEMENT CABINET DU MINISTRE NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET

ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET INTITULÉ: NUMÉRO DE SÉRIE: COMITÉ: SOUMIS PAR: LANGUE ORIGINALE: DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE DES BOIS TROPICAUX ET PRODUITS DÉRIVÉS,

Plus en détail

s t r a t é g i e d e d é v e l o p p e m e n t

s t r a t é g i e d e d é v e l o p p e m e n t s t r a t é g i e d e d é v e l o p p e m e n t d u r a b l e D U S I A A P 1 page 3 Introduction page 4 Participer à un aménagement durable de l agglomération parisienne page 6 Contribuer à l amélioration

Plus en détail

L expérience IRAM-TOTAL

L expérience IRAM-TOTAL L expérience IRAM-TOTAL Anne Sophie LEROY, Coordination Développement Durable, TOTAL-SA François DOLIGEZ, IRAM Les relations ONG-entreprises : Journée d étude du GI, 9 septembre 2008 IRAM-TOTAL Antécédents

Plus en détail

Ouagadougou, Burkina Faso. 30 janvier 3 février 2012

Ouagadougou, Burkina Faso. 30 janvier 3 février 2012 Rapport du séminaire régional sur le partage d expériences et d enseignements tirés de la mise en œuvre du Code de Conduite sur la sûreté et la sécurité des sources radioactives Ouagadougou, Burkina Faso

Plus en détail

RAPPORT DE L ATELIER

RAPPORT DE L ATELIER République de Côte d Ivoire Union Discipline - Travail ---------------- AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT AUTORITE NATIONALE DU MDP CÔTE D IVOIRE En partenariat avec : UNEP RISOE CENTER UNION EUROPEENNE

Plus en détail

Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Leadership

Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Leadership Raison d être Raison d être Raison d être Gérer les aspects scientifiques et opérationnels du fonctionnement d un laboratoire de recherche ou d une installation spécialisée qui offre des services d analyse,

Plus en détail

Facilité de financement des collectivités territoriales françaises (FICOL)

Facilité de financement des collectivités territoriales françaises (FICOL) Facilité de financement des collectivités territoriales françaises (FICOL) janvier 2015 Appel à idées FICOL TERMES DE REFERENCE 2015 L Agence Française de Développement (AFD) expérimente depuis 2014 une

Plus en détail

Autre information requise pour les projets d épuration des eaux usées

Autre information requise pour les projets d épuration des eaux usées Version 04-11-25 Page 1 de 6 Autre information requise pour les projets d épuration des eaux usées Conformément au paragraphe 5(2) du Règlement sur les études d impact sur l environnement de la Loi sur

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève

CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève EXPERIENCE DU NIGER DANS L ORGANISATION DE LA CONFERENCE OILGASMINE M. Boubacar Nalado IDI Directeur de l étude et de l

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ. «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE»

ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ. «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE» ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE» STEP d Abdelmoumen Synthèse non technique Demande de services n MA/2007/02

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l Energie Emissions Fugitives 1. Quel est le facteur le plus important pour déterminer la quantité d émissions de méthane provenant

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

CHOISISSEZ LA SéCURITé ET LA PERFORMANCE POUR L EXPLOITATION DE VOS CENTRALES

CHOISISSEZ LA SéCURITé ET LA PERFORMANCE POUR L EXPLOITATION DE VOS CENTRALES CHOISISSEZ LA SéCURITé ET LA PERFORMANCE POUR L EXPLOITATION DE VOS CENTRALES EDF EN SERVICES, VOTRE PARTENAIRE POUR L EXPLOITATION-MAINTENANCE DES CENTRALES éoliennes ET SOLAIRES SUPERVISION 24H/24 +

Plus en détail

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE Le réseau Panafricain AIDE21 en partenariat avec le cabinet de conseil S2 Services Sarl Avec le soutien du Gouvernement Camerounais, le réseau panafricain AIDE21 présente le : FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE

Plus en détail

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Déclaration d'alger Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Réduire le déficit des connaissances pour améliorer la santé en Afrique 23-26 juin 2008 Catalogage

Plus en détail

FICHE DECLARATIVE PREALABLE AU CONTROLE DE CONCEPTION

FICHE DECLARATIVE PREALABLE AU CONTROLE DE CONCEPTION FICHE DECLARATIVE PREALABLE AU CONTROLE DE CONCEPTION Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir l accord du SPANC Service Public d

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique CONGRÈS DES ECO-TECHNOLOGIES POUR LE FUTUR 2012 Atelier énergies Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique 14 juin 2012 Lille

Plus en détail

rendement réel de formation et effectivite, examens et contrôles, l enseignement spécifique dans les domaines

rendement réel de formation et effectivite, examens et contrôles, l enseignement spécifique dans les domaines Centre de formation de Heftsiba 90 ans d expérience prouvée Introduction Dans un monde en constante évolution, rien ne saurait remplacer l étude. En effet, l importance des ressources humaines au sein

Plus en détail

Présentation aux utilisateurs

Présentation aux utilisateurs Présentation aux utilisateurs DSM Le 13 février 2012 Contexte Besoin sans cesse grandissant de disposer en temps réel d une information à jour et à valeur ajoutée, afin de soutenir la prestation de services

Plus en détail

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux)

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Ce document a été établi à l attention des exploitants faisant l objet de

Plus en détail

Plan de Gestion Environnementale et Sociale

Plan de Gestion Environnementale et Sociale République du Bénin MINISTERE DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PROJET e-bénin -------------------------------------------------- PROGRAMME D INFRASTRUCTURE

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Alexandra THEVENIN Responsable du Service Environnement de la FRANCAISE DE MECANIQUE à DOUVRIN

Alexandra THEVENIN Responsable du Service Environnement de la FRANCAISE DE MECANIQUE à DOUVRIN Alexandra THEVENIN Responsable du Service Environnement de la FRANCAISE DE MECANIQUE à DOUVRIN -1- -2- Qu est-ce qu ISO 14001? -3- Qu est-ce qu ISO 14001? - ISO 14001 est une norme qui spécifie les Exigences

Plus en détail

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006.

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. Ce bilan succinct tient compte des évaluations faites par les maîtres de stage sur les étudiants et leurs formations. Ce bilan a été dressé sur 12 élèves ingénieurs (les

Plus en détail

Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.)

Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.) ANNEE 20.../20... Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.) Nom de l école :... Circonscription :... N RNE :... Tél :...Mail :... D.U.E.R. à envoyer à : - l'ien - M.

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

ENERGIE. Ministère de l Energie. par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité

ENERGIE. Ministère de l Energie. par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité République du Sénégal Un peuple Un but Une foi - - - - - - - - - - - Ministère de l Energie ENERGIE par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité Dakar, le 10 mars 2014 CONTEXTE Important retard d

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Newsletter presse n 27

Newsletter presse n 27 Direction des Relations avec les Médias N 26/DRM/2014 Newsletter presse n 27 Nos projets Leviers de développement économique Edition électronique Mars 2014 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 27 Mars 2014

Plus en détail

COMMUNIQUE de PRESSE. Plateforme solaire végétalisée pour le traitement autonome des plans d eau

COMMUNIQUE de PRESSE. Plateforme solaire végétalisée pour le traitement autonome des plans d eau COMMUNIQUE de PRESSE Plateforme solaire végétalisée pour le traitement autonome des plans d eau INNOGUR Technologies est une société d ingénierie de l innovation qualifiée Jeune Entreprise Innovante (JEI)

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

Débouchés de la géographie

Débouchés de la géographie Débouchés de la géographie PPP L1 SIOU Croix Rouge novembre 2012 Données générales sur la géographie et l insertion Exemples de métiers par secteurs d activités Aménagement, urbanisme, développement local

Plus en détail

MASTER PETROLEUM ENGINEERING - GÉNIE PÉTROLIER

MASTER PETROLEUM ENGINEERING - GÉNIE PÉTROLIER MASTER PETROLEUM ENGINEERING - GÉNIE PÉTROLIER RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : Petroleum Engineering - Génie Pétrolier PRÉSENTATION

Plus en détail

des logotypes. Rexel Energy in Motion Français

des logotypes. Rexel Energy in Motion Français rotection igoureusement. Celle-ci se définie essous. Aucun visuel ou texte ne doit des logotypes. Rexel Energy in Motion Français Rexel, Building the future together Notre mission La mission de Rexel est

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013 La centrale thermique à flamme de Vitrysur-Seine Crédit photo : Yves Soulabaille N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CPT Vitry-sur-Seine 18 rue des fusillés 94400 Vitry-sur-Seine www.edf.fr

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée En optant pour le progiciel Déclic de Prios Groupe, Huttepain Aliments s est doté d une solution métier taillée sur-mesure,

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Stratégie de coopération La Stratégie de coopération de la Banque mondiale pour la période de juillet 2004 à juin 2008 (exercices budgétaires 2005-2008) propose

Plus en détail

CEMEX : ISO 14001. Certification

CEMEX : ISO 14001. Certification CEMEX : Certification ISO 14001 CEMEX 2 rue du Verseau - Silic 423-94583 Rungis Cedex Tél : 01 49 79 44 94 - Fax : 01 49 79 86 07 www.cemex.fr - www.cemexbetons.fr Dossier de presse CEMEX Certification

Plus en détail

1. Description et objectifs du Fonds. A propos du Projet Pôles Intégrés de Croissance (PIC)

1. Description et objectifs du Fonds. A propos du Projet Pôles Intégrés de Croissance (PIC) TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN CABINET POUR LA GESTION ET L ADMINISTRATION D UN PROGRAMME DE SUBVENTIONS A L ENTREPRENEURIAT ET A L INVESTISSEMENT 1. Description et objectifs du Fonds A propos du

Plus en détail

WATT ELECTRICS INTERNATIONAL WEI. Tél +337 81 37 68 30 / +224 622 21 08 93 contact@wattelectricsinternational.com wattelectricsinternational.

WATT ELECTRICS INTERNATIONAL WEI. Tél +337 81 37 68 30 / +224 622 21 08 93 contact@wattelectricsinternational.com wattelectricsinternational. WATT ELECTRICS INTERNATIONAL WEI Tél +337 81 37 68 30 / +224 622 21 08 93 contact@wattelectricsinternational.com wattelectricsinternational.com Pôles d activité Shelters / Sous Stations électriques / Tableaux

Plus en détail

Rapport de synthèse de l atelier sur l Evaluation Environnementale Stratégique (EES) de l Installation des Réfugiés Maliens dans les provinces du

Rapport de synthèse de l atelier sur l Evaluation Environnementale Stratégique (EES) de l Installation des Réfugiés Maliens dans les provinces du Rapport de synthèse de l atelier sur l Evaluation Environnementale Stratégique (EES) de l Installation des Réfugiés Maliens dans les provinces du Soum, du Séno et de l Oudalan et de Réflexion sur la gestion

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail