Le poste de remplissage du pulvérisateur

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le poste de remplissage du pulvérisateur"

Transcription

1 - III - La préparation de la bouillie et le remplissage du pulvérisateur Fiche III - 5 Le poste de remplissage du pulvérisateur douche 2 local phyto ACCÈS RÉSERVÉ 7 zone de préparation des produits remplissage automatique avec arrêt par flotteur vanne 1/4 de tour 5 6 pente (2%) dispositif d orientation des différents types d effluents 8 dispositif déhuileur (possibilité d immerger un boudin déhuileur) 2 13 machine à vendanger pluie phyto effluents vinicoles provenant des chais vers cuve ou système d épuration d effluents organiques eaux pluviales) vers cuve ou système d épuration spécifique d effluents phytosanitaires 1 Égouttoir à bidons 8 Dispositif dégrilleur 2 Rebord pour confiner les liquides 9 Débourdeur déhuileur 3 Stockage des emballages vides 10 Collecteur d effluents vinicoles 4 Nettoyeur haute pression 11 Collecteur d eau de pluie 5 Pulvérisateur 12 Collecteur d eflluents phytosanitaires 6 Cuve d eau intermédiaire 13 Bouchon 7 Local de stockage phytosanitaire page 1/7

2 U n fort risque de pollution dans l environnement existe lors de la phase de remplissage du pulvérisateur, par des incidents tels que la contamination de la ressource en eau utilisée, le débordement de la cuve, la fuite de produits phytosanitaires Pour gérer ce risque, il est recommandé d aménager un poste de remplissage du pulvérisateur. A ce jour, il n existe aucune norme encadrant la réalisation de cette aire, mais le Code de l environnement évoque la préservation de la ressource en eau et demande de prendre des mesures de prévention adéquates. Nous présentons donc une série de recommandations qui permettent de répondre à cet objectif. Le poste de remplissage est un espace plan sur lequel s effectue la préparation des bouillies et leur introduction dans le réservoir du pulvérisateur ; son intérêt est de permettre les manipulations de produits phytosanitaires sur un site sécurisé. L objectif de la conception de ce poste est de protéger pour le diagnostic... Analyser avec l agriculteur les exigences réglementaires en terme d aménagement du poste de remplissage. Faire le point sur les équipements existants : aire étanche et nettoyable, système de remplissage sécurisé, système de récupération des éventuels débordements Envisager l amélioration de l existant : comment éviter le retour de la bouillie vers le réseau, comment limiter les débordements ou la construction d un pôle de remplissage si rien n est prévu à cet effet : à quel endroit, avec quelles dimensions, quels équipements, l opérateur et l environnement durant la phase de remplissage du pulvérisateur mais aussi d améliorer le confort de travail de l utilisateur en lui permettant de gagner du temps. Pour cela, l aire servant au remplissage devra tout d abord : être située à l écart des habitations, des points d eau naturels et hors des périmètres de protection de captages (se renseigner à la mairie) mais de préférence à proximité du local phytosanitaire être construite en béton étanche avec des pentes de récupération des eaux vers une cuve de stockage gestion des eaux pluviales : on peut prévoir la construction sous un hangar ou un auvent. Sinon, l opérateur mettra en place une vanne triple voie pour séparer les eaux de pluie des eaux souillées. Cette vanne sera positionnée selon l usage du poste de remplissage : pendant l usage, sa position permettra de récupérer les eaux souillées, et hors service d envoyer les eaux de pluie vers le milieu. avoir des dimensions adaptées aux matériels de pulvérisation il faut savoir que, selon le Code de l urbanisme, ces travaux demandent : Terrain bâti Déclaration de travaux si plateforme < 500 m 2 Permis de construire si plateforme > 500 m 2 Terrain non bâti Permis de construire dans tous les cas Dans tous les cas, le recours à un architecte sera obligatoire pour les sociétés (SCEA ), hormis les GAEC. si on se fixe comme objectif de prévenir le pire cas, le volume de rétention du système doit pouvoir contenir l équivalent du volume de la cuve du pulvérisateur a) Recommandations pour éviter le retour de bouillie vers la ressource en eau ÉLÉMENTS DE RÉGLEMENTATION Un retour d eau souillée peut se produire lorsque le sens normal du fluide est inversé dans le circuit de distribution. C est le cas en particulier lors d une chute de pression sur le circuit de distribution d eau potable. Le Code de l environnement évoque la préservation de la ressource en eau et demande de prendre des mesures de prévention adéquates. page 2/7

3 Pour éviter la pollution de la ressource en eau, il est fortement déconseillé d aspirer directement à partir d un pulvérisateur dans une mare, un canal, un puits, une rivière. Il faut se rappeler que, dans cadre du Code de l environnement, la personne à l origine de la pollution est civilement et pénalement responsable. Dans le cas de l approvisionnement au réseau d eau potable, on peut utiliser : un clapet anti-retour (agréé «NF antipollution (NF 045)») clapet d extrémité (classe HA, n existe pas pour les gros diamètres) ou clapet à zone de pression réduite (classe BA, à faire installer par une personne agréée par la DRIRE et à faire vérifier régulièrement) il faut accorder une importance particulière à l entretien de ce dispositif qui peut se bloquer : il devra être régulièrement contrôlé par une personne agréée (périodicité en fonction de la classe du clapet) coût : environ 60 pour un diamètre de 50 à 60 mm, de 380 à 600 pour un diamètre de 60 à 100 mm, chez un plombier une potence à col de cygne, en veillant à ce que l extrémité du tuyau ne trempe pas dans la cuve. Figure n 14 : L approvisionnement par col de cygne tuyau d arrivée d eau 10 cm aire bétonnée hormis le risque de retour, ce tuyau servant souvent à d autres usages, il faut éviter sa contamination par les produits phytosanitaires. Un manchon posé sur le trou de remplissage de la cuve et maintenant le tuyau peut parfaitement résoudre ce problème. autre idée : le tube plongeur. Figure n 15 : Le tube plongeur tuyau d arrivée d eau marque rouge toujours hors de la cuve chaînette de fixation 15 cm maximum TUBE PLONGEUR 1 m minimum cuve du pulvérisateur (source : Chambre d agriculture de la Marne) page 3/7

4 Mais la solution la plus sûre consiste en l utilisation d une cuve à eau intermédiaire surélevée (qui peut être placée sur une plate-forme accessible et sécurisée) : soit uniquement pour la remplir d eau et ensuite remplir la cuve du pulvérisateur soit pour y préparer la bouillie si l agriculteur ne possède pas d incorporateur de produit. A ce moment, le mélange est transféré dans la cuve du pulvérisateur puis est complété avec de l eau claire, qui sert en même temps à rincer la cuve intermédiaire volume de la cuve intermédiaire? volume utile de la cuve du pulvérisateur ce système est très utile lorsque le débit d eau au réseau, par exemple, est faible coût d une cuve neuve : de 600 à 1500 pour une cuve de 1000 à 3000 L coût d une cuve de récupération : de 80 à 300 pour une cuve de 800 à 3000 L (source : Chambre d agriculture de la Marne) Figure n 16 : Un poste de remplissage avec cuve intermédiaire flotteur commandant l arrivée d eau potence cuve intermédiaire vanne 1/4 de tour et tuyau grand d ébit tuyau d arrivée d eau aire bétonnée Pour l approvisionnement en eau, l opérateur peut utiliser l eau de pluie récupérée des toitures, dont les surfaces sont souvent importantes sur une exploitation agricole (cependant, il faut savoir que cette eau est naturellement acide : ph = 5,5 environ). Pour l utilisation dans le pulvérisateur, il convient de stocker cette eau à l abri de la lumière pour éviter le développement d algues qui pourraient ensuite boucher les buses. Des filtres devraient être installés en sortie de gouttière et si possible, en sortie de cuve de stockage. b) Recommandations pour réduire les risques de déversement d effluents phytosanitaires dans le milieu Les débordements de cuve Pour éviter le débordement de la cuve lors de son remplissage, il faut penser à prendre plusieurs précautions : toujours être présent et attentif pendant la durée du remplissage avoir une jauge bien visible pour vérifier le niveau de l eau les cuves n'étant souvent pas correctement étalonnées, il est nécessaire de calibrer la jauge lors de la mise en service d un pulvérisateur utiliser un volucompteur à arrêt automatique ou une électrovanne reliée à un capteur de remplissage surtout si la jauge est imprécise ne pas oublier de tenir compte du volume de liquide déjà présent dans la cuve page 4/7

5 dans tous les cas, la mise en place d une vanne ¼ de tour sur l arrivée d eau permet de stopper rapidement l opération si nécessaire. En effet, s il utilise un tuyau de faible section donc de faible débit (ou que le débit de l eau est trop faible), l opérateur aura tendance à s occuper pendant la durée du remplissage et le risque de débordement augmente. A l inverse, s il met en place un tuyau à grosse section raccordé à une vanne ¼ de tour, la surveillance devient constante, le risque est quasi nul. Des capteurs peuvent être mis en place dans le haut de la cuve de pulvérisation ou au fond, reliés à l arrivée d eau, pour stopper le remplissage lorsque le signal se déclenche : Figure n 17 : Des capteurs pour fermer l arrivée de l eau Deux solutions : des capteurs de contact en haut de cuve avec des pareéclaboussements ou un capteur de pression en fond de cuve. Ils sont reliés à un relais électrique ouvrant les circuits et fermant la vanne. (source : diagnostic ADESA de la SAF et l APAD) La formation de mousse, qui peut être un facteur de débordement, peut être évitée si l opérateur utilise un produit anti-moussant autorisé (se référer à l étiquette du produit). Ce produit crée un film à la surface de l eau qui empêche la formation de mousse. D autres solutions existent pour aider à la non formation de mousse : on peut, sur certains appareils, diminuer la force de l agitation il vaut mieux n ajouter les produits que lorsque la cuve est déjà remplie au moins de moitié, pour diminuer le brassage, voire à la fin du remplissage l utilisation d un incorporateur de produits peut s accompagner d une augmentation de la formation de mousse, il faut alors penser à maintenir la vanne de l incorporateur ouverte uniquement pendant le temps d incorporation Enfin, pour que le remplissage se fasse plus rapidement, la solution de la cuve intermédiaire d eau claire est idéale : elle permet de remplir avec un débit important et d éviter le débordement si son volume est adapté à celui de la cuve de pulvérisation. De plus, équipée d un dispositif permettant de contrôler le niveau, elle se remplira automatiquement au niveau choisi entre deux remplissages du pulvérisateur (technologie des abreuvoirs à bovins). page 5/7

6 Les renversements accidentels et les fuites Les renversements de produit sont généralement dus à la mauvaise position du trou de remplissage ou à une inattention de la part de l opérateur. Dans le 1er cas, on peut équiper le pulvérisateur d un bac d incorporation des produits. Dans le second, il est bon de rappeler que la manipulation de produits dangereux nécessite d être extrêmement concentré sur les opérations que l on réalise. Il est conseillé de ne pas agir dans la précipitation, de ne pas se laisser divertir par autrui, de posséder les bons instruments pour mesurer la dose requise et d être correctement protégé. Un renversement peut provenir d un bidon à moitié vide non rebouché posé au sol ; pour réduire ce risque, l utilisation d un plan de travail à proximité du lieu de remplissage du pulvérisateur est une bonne solution. Les fuites, elles, sont en général la conséquence de l usure du matériel. Pour les éviter, il faut maintenir le bon état du pulvérisateur et notamment vérifier régulièrement l étanchéité des différents éléments du circuit, des tuyaux, des robinets. c) Recommandations pour le rinçage des emballages de produits ÉLÉMENTS DE RÉGLEMENTATION Les emballages de produits liquides doivent être rincés à l eau claire et les eaux de rinçage impérativement déversées dans la bouillie en cours de préparation. Le décret n du 18 avril 2002 considère les déchets agrochimiques contenant des substances dangereuses comme des produits dangereux. De ce fait, s ils sont destinés à l abandon, ils doivent être éliminés par une entreprise spécialisée. Le rinçage des emballages de produits phytosanitaires doit donc aussi se faire sur l aire de remplissage, au moment de la préparation de la bouillie. En agissant de cette manière, l opérateur utilise l intégralité du produit, se débarrasse proprement de ces eaux souillées et facilite l élimination de l emballage vide. C est une condition pour bénéficier d une filière d élimination telle que ADIVALOR. Les procédures de rinçage sont différentes selon le système dont dispose l opérateur : s il s agit d un système de rinçage intégré à l incorporateur du pulvérisateur : il faut rincer jusqu à l écoulement d une eau claire. Parfois il sera nécessaire de faire un dernier rinçage à l eau claire qui est fournie par le réseau d eau ou la cuve de rinçage ; s il s agit d un système de rinçage indépendant avec un dispositif de buse rotative alimenté par le réseau : le rinçage est effectué à haute pression avec une canne disposée dans le bidon, orifice orienté vers le bas. Il faut rincer pendant 20 à 30 secondes, égoutter, recommencer l opération ; si l opérateur ne possède pas de dispositif, il effectue un rinçage manuel. Il faut remplir le bidon au tiers, le reboucher, agiter fortement pendant 30 secondes, vidanger. Cette opération sera répétée au minimum 3 fois ; on peut prévoir l utilisation d un système d égouttoir des emballages avec récupération des eaux, ce qui permet d éliminer proprement les eaux de rinçage. Exemple : retourner un râteau et faire égoutter les bidons sur les dents). Dans tous les cas, pour la sécurité de l opérateur, prévoir un système anti-projections ou le port de lunette de protection. page 6/7

7 d) Exemple de coût Aménagement d une aire de remplissage et lavage de 70 m 2 Terrassement empierrement 1500 Dalle- ferraillage coffrage 2000 Fosse enterrée + raccords + regard 1500 Bac décanteur regard séparateur 300 Evacuation des eaux 1000 Coût total 6300 (source : Chambre d agriculture d Ile de France 2005) Cependant, ce coût approximatif peut fortement varier en fonction des travaux réalisables en autoconstruction, des surfaces nécessaires, des matériaux utilisés Conclusion Une part importante des pollutions ponctuelles par les produits phytosanitaires peut être maîtrisée lors de l étape de la préparation de la bouillie et du remplissage du pulvérisateur. En effet, le calcul de la dose nécessaire à une surface précise évite un surdosage qui pourrait entraîner un départ de produits vers le réseau hydrographique. D autre part, l aménagement d une aire de remplissage bien réfléchie permet à la fois de contrôler les différentes sources de pollutions ponctuelles et de travailler en sécurité. Dans tous les cas, elle doit être réalisée de manière à pouvoir récupérer toutes les eaux chargées en produits phytosanitaires issues de cette phase du travail. Dans un 1er temps, il faut penser à construire un bac de rétention des effluents, lesquels seront soit stockés puis éliminés via une entreprise agréée, soit traités par un système approprié. page 7/7

Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents

Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents 1 Ce document a été rédigé fin 009, dans le cadre du groupe de travail ECOPULVI, animé par l Institut Français de

Plus en détail

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER?

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Page : 1/5 QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Avant d envisager l aménagement ou la construction d un local ou d une armoire de stockage des produits, il faut se poser plusieurs questions : - L existant

Plus en détail

Aire individuelle de remplissage et de lavage du pulvérisateur

Aire individuelle de remplissage et de lavage du pulvérisateur Aire individuelle de remplissage et de lavage du pulvérisateur Dans le cadre du traitement des cultures, plusieurs mesures doivent être mises en œuvre afin d assurer la protection de l utilisateur et de

Plus en détail

QUELQUES EXEMPLES D AMÉNAGEMENTS PHYTOSANITAIRES

QUELQUES EXEMPLES D AMÉNAGEMENTS PHYTOSANITAIRES QUELQUES EXEMPLES D AMÉNAGEMENTS PHYTOSANITAIRES Le lieu de stockage phytosanitaire L aire de remplissage Les équipements du pulvérisateur Le local clé en main Affiches signalétiques Armoire phytosanitaire

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

Manuel d installation

Manuel d installation SS Systèmes de bio-épuration sur l exploitation : Elimination, par biodégradation, des pesticides contenus dans les eaux de rinçage du pulvérisateur Manuel d installation (Version n 4 2015) +32 (0) 81627172

Plus en détail

GESTION DES EAUX DE LAVAGE DES PULVERISATEURS. Joël ROCHARD et Sébastien CODIS Institut Français de la Vigne et du Vin

GESTION DES EAUX DE LAVAGE DES PULVERISATEURS. Joël ROCHARD et Sébastien CODIS Institut Français de la Vigne et du Vin GESTION DES EAUX DE LAVAGE DES PULVERISATEURS INTRODUCTION Joël ROCHARD et Sébastien CODIS Institut Français de la Vigne et du Vin La directive-cadre 2000/60/CE du 23 octobre 2000, établissant une politique

Plus en détail

Fertilisation. et protection. des cultures

Fertilisation. et protection. des cultures Fertilisation et protection des cultures Fertilisation et protection des cultures EMBALLAGES VIDES DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES (EVPP) Les EVPP sont composés de : - bidons en plastique d une contenance

Plus en détail

Volume cumulé d au moins 3.000 litres

Volume cumulé d au moins 3.000 litres Volume cumulé d au moins 3.000 litres La réglementation sur les hydrocarbures présentée dans ce chapitre concerne les installations de distribution d hydrocarbures destinés à l alimentation d un parc de

Plus en détail

Le nettoyage du pulvérisateur

Le nettoyage du pulvérisateur Prévenir la contamination de l'eau par des sources ponctuelles Le nettoyage du pulvérisateur Page 1 TOPPS Le projet TOPPS (acronyme de Train the Operators to Prevent Pollution from Point Sources by pesticides),

Plus en détail

Les produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires La plupart des collectivités utilisent des herbicides pour le désherbage de la voirie et des espaces verts, dans un objectif esthétique et d entretien des infrastructures.

Plus en détail

Principales règles de l art de mise en œuvre des systèmes de récupération d eau de pluie

Principales règles de l art de mise en œuvre des systèmes de récupération d eau de pluie Bonne pratiques de mise en œuvre des systèmes de récupération d eau de pluie Principales règles de l art de mise en œuvre des systèmes de récupération d eau de pluie Plan de l intervention 1. Installation

Plus en détail

Z.A. Pérache 63114 COUDES (+33) 04 73 96 92 22 (+33) 04 73 96 92 14 com@arvel.fr. Centrale SD20. Centrale à saumure Type SD20.

Z.A. Pérache 63114 COUDES (+33) 04 73 96 92 22 (+33) 04 73 96 92 14 com@arvel.fr. Centrale SD20. Centrale à saumure Type SD20. Centrale à saumure Type Page 1 Les centrales de fabrication de saumure type SD sont des machines destinées au ravitaillement en saumure N.A. C.L. de saleuses à bouillie de sel. 1) Caractéristiques générales

Plus en détail

Tout savoir sur l aire de remplissage et de lavage des pulvérisateurs. Pourquoi aménager une aire de remplissage et de lavage du pulvérisateur

Tout savoir sur l aire de remplissage et de lavage des pulvérisateurs. Pourquoi aménager une aire de remplissage et de lavage du pulvérisateur Page : 1/ 5 Après «Tout savoir sur le local de stockage des produits phytosanitaires» paru dans les Brèves n 23, continuons notre tour d horizon sur la réglementation liée à l utilisation des produits

Plus en détail

DEMANDE DE BRANCHEMENT D EAU POTABLE ET/OU POSE D UN COMPTEUR SUR LES

DEMANDE DE BRANCHEMENT D EAU POTABLE ET/OU POSE D UN COMPTEUR SUR LES DEMANDE DE BRANCHEMENT D EAU POTABLE ET/OU POSE D UN COMPTEUR SUR LES COMMUNES DE LAVALETTE, LEUC, MAS DES COURS, PREIXAN, VILLEDUBERT, VILLEFLOURE Vous avez téléchargé un formulaire de branchement en

Plus en détail

GUIDE DE RACCORDEMENT AU RESEAU D ASSAINISSEMENT COLLECTIF

GUIDE DE RACCORDEMENT AU RESEAU D ASSAINISSEMENT COLLECTIF GUIDE DE RACCORDEMENT AU RESEAU D ASSAINISSEMENT COLLECTIF L assainissement des eaux usées a pour but de protéger la santé publique et l environnement. Il vise à la collecte, au transport et au traitement

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

Incidence du désherbage des collectivités sur la qualité de l eau CGLE 2009

Incidence du désherbage des collectivités sur la qualité de l eau CGLE 2009 Incidence du désherbage des collectivités sur la qualité de l eau CGLE 2009 1 Plan de la présentation 1. Le cadre réglementaire de l utilisation des produits phytosanitaires 2. Impact sur la qualité des

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL Ecs 300LT CAPTEUR SoL 1 Pose du Capteur Manuel d installation et utilisation Le capteur se pose à 80 cm de profondeur, il doit être installé dans le sol et sera recouvert de terre.(tolérance du terrassement

Plus en détail

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux?

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux? Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole Quels enjeux? L eau est un patrimoine commun dont la valeur est reconnue par tous. Charte européenne de l eau, 1967 Atteindre

Plus en détail

DEP du Zonage d Assainissement de Baixas PMCA

DEP du Zonage d Assainissement de Baixas PMCA Annexe 6 Entretien des ouvrages d assainissement non-collectif (généralités) De manière à éviter les dysfonctionnements (bouchage, colmatage, mauvaise qualité de rejet,...), toute installation d assainissement

Plus en détail

GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT

GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT PREAMBULE Le principe de l assainissement collectif est d organiser la collecte des eaux usées depuis les logements

Plus en détail

LES A'CROCs DE L'INFO la recuperation d'eau de pluie

LES A'CROCs DE L'INFO la recuperation d'eau de pluie LES A'CROCs DE L'INFO la recuperation d'eau de pluie Les differents systemes de recuperation d'eau de pluie Selon l utilisation que vous en faites, vous pouvez avoir un circuit uniquement pour l usage

Plus en détail

Les économies d eau, l affaire de tous

Les économies d eau, l affaire de tous Les économies d eau, l affaire de tous La robinetterie Les toilettes L électroménager Liens vers sites spécialisé Sources La robinetterie les réducteurs de pression individuel robinets mitigeurs robinets

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Gestion des effluents et autres déchets phytosanitaires

Gestion des effluents et autres déchets phytosanitaires NOTE TECHNIQUE Gestion des effluents et autres déchets phytosanitaires en agriculture n Comment les limiter? n Quels moyens de gestion? L utilisation de produits phytosanitaires génère des déchets dangereux

Plus en détail

Plan de l intervention

Plan de l intervention Récupération de l eau de pluie : Quels rôles pour la collectivité? 1. Suivi & contrôle des installations privatives, 1.1. Les prescriptions techniques, Plan de l intervention 1.2. Le contrôle des installations

Plus en détail

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport.

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport. TRANSPORT L appareil est disposé dans le sens de la longueur dans le véhicule. Les galets doivent être démontés et peuvent être fixés à l envers sur les soubassements ou emballés dans un carton à l intérieur

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A Concepteur de solutions et de services pour la recherche et le développement COAGULATION FLOCULATION - DECANTATION MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A BP46 Route d Heyrieux

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME Dispositions générales Risque chimique Dans tous les cas, se reporter à la Fiche de Données de Sécurité de chaque produit (fournie à l utilisateur par le fabricant

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

CUVES NARO. Français. www.rotoplast.com

CUVES NARO. Français. www.rotoplast.com CUVES NARO Français www.rotoplast.com CUVES NARO BASIC La version de base se compose d une cuve à enterrer et 3 joints préinstallés (pour la sortie, l entrée et le trop-plein). Cette version de base peut

Plus en détail

Notice d utilisation WAC-2000 Unité automatique de service pour A/C Art.-No. W050200002 W050200005

Notice d utilisation WAC-2000 Unité automatique de service pour A/C Art.-No. W050200002 W050200005 Notice d utilisation WAC-2000 Unité automatique de service pour A/C Art.-No. W050200002 W050200005 2109_ITA / Versione:06/03/2012 WOW! GmbH Künzelsau se réserve le droit de modifier les données et les

Plus en détail

63210 ROCHEFORT-MONTAGNE 63400 CHAMALIERES Tél. : 04.73.65.87.63 Tél. : 04.73.36.96.05. Pièces à fournir par le propriétaire

63210 ROCHEFORT-MONTAGNE 63400 CHAMALIERES Tél. : 04.73.65.87.63 Tél. : 04.73.36.96.05. Pièces à fournir par le propriétaire SERVICE PUBLIC D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (S.P.A.N.C.) Communauté de Communes de Rochefort-Montagne Rte de Clermont BP15 41 avenue des Thermes 63210 ROCHEFORT-MONTAGNE 63400 CHAMALIERES 04.73.65.87.63

Plus en détail

Comment protéger un bâtiment contre les inondations, les crues et les eaux superficielles

Comment protéger un bâtiment contre les inondations, les crues et les eaux superficielles Comment protéger un bâtiment contre les inondations, les crues et les eaux superficielles Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie CE QUE

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

La réglementation applicable à l atelier d élevage

La réglementation applicable à l atelier d élevage Chapitre1 La réglementation applicable à l atelier d élevage 1.1 Les ouvrages 1.2 Les textes 1.2.1 - Les sols 1.2.2 - Les ouvrages de stockage des effluents 1.2.3 - Les eaux de pluie et les eaux de nettoyage

Plus en détail

01.07 IND1-01. A lire attentivement et à conserver à titre d information VDE NOTICE D INSTALLATION

01.07 IND1-01. A lire attentivement et à conserver à titre d information VDE NOTICE D INSTALLATION 6 0.07 IND-0 A lire attentivement et à conserver à titre d information VDE F NOTICE D INSTALLATION A 6 m B x C x 80 X Y 69 8 8 5 6 Hauteur (m) max 4,5m 4m m m m 0 m 0 m OK 0 m 40 m 50 m Débit (l/min) 7

Plus en détail

JE CHOISIS. Récupérateur d eau

JE CHOISIS. Récupérateur d eau Récupérateur d eau Les récuperateurs d eau Doter votre jardin d un récupérateur d eau de pluie peut vous aider à faire des économies tout en contribuant au respect de l environnement. En effet, l eau de

Plus en détail

UNITE de TRAITEMENT des EAUX PLUVIALES

UNITE de TRAITEMENT des EAUX PLUVIALES PREAMBULE : Une unité de traitement est destinée à piéger la pollution particulaire dans les eaux pluviales. L UTEP est équipée de tubes d aspiration des boues, d une échelle d entretien, de tubes de ventilation,

Plus en détail

RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions. Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de :

RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions. Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de : RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de : Huile de moteur Huile de boîte de vitesses et du système de transmission

Plus en détail

Etude d un cas concret Scénario de démantèlement. Michel TACHON CEA - Marcoule

Etude d un cas concret Scénario de démantèlement. Michel TACHON CEA - Marcoule Etude d un cas concret Scénario de démantèlement Michel TACHON CEA - Marcoule Local effluents : implantation Fosse effluents 12 m 5 m Entreposage déchets radioactifs hall principal (zone contrôlée) Local

Plus en détail

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets RETOURS D EXPÉRIENCES ET PROBLÈMES RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES Ir. Anne CLERIN Chef de Projets -AIVE - LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LE CONTEXTE DE L ASSAINISSEMENT DES EAUX

Plus en détail

Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement

Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement Charles BALTZER Conseil Général du Bas-Rhin Jean-Sébastien CHLOSTA Communauté de Communes de Cattenom et Environs La finalité de l assainissement

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le filtre à sable vertical drainé est utilisé dans le cas où le sol ne permet pas l épuration des eaux prétraitées provenant de la fosse toutes eaux. Cela concerne les sols de

Plus en détail

le Petit Guide des d eau

le Petit Guide des d eau le Petit Guide des ECONOMIES d eau 1 J économise de 30 à 50% d eau potable/an facilement!!! 2 Pourquoi économiser l eau? En Bretagne, l eau utilisée pour la production d eau potable provient à 80% des

Plus en détail

Cahier des charges pour le lieu de stockage

Cahier des charges pour le lieu de stockage Cahier des charges pour le lieu de stockage Conditionnalité PAC : stockage Spécifique Aéré Fermé à clé Produits : dans leurs emballages d origine avec étiquettes rangés par toxicité (T+, T, CMR à part)

Plus en détail

POSE DES CAPTEURS P.1/9. AJ TECH rue du pays blanc 44 350 St MOLF Tel : 02 40 62 55 40 Fax : 02 40 62 55 45 e-mail : aj-tech@wanadoo.

POSE DES CAPTEURS P.1/9. AJ TECH rue du pays blanc 44 350 St MOLF Tel : 02 40 62 55 40 Fax : 02 40 62 55 45 e-mail : aj-tech@wanadoo. POSE DES CAPTEURS HORIZONTAUX ET VERTICAUX AJ TECH rue du pays blanc 44 350 St MOLF Tel : 02 40 62 55 40 Fax : 02 40 62 55 45 e-mail : aj-tech@wanadoo.fr P.1/9 SOMMAIRE CONCEPTION... 3 PROFONDEUR D ENFOUISSEMENT

Plus en détail

Planification des locaux de stockage spéciaux

Planification des locaux de stockage spéciaux Constructions rurales Planification des locaux de stockage spéciaux Constat Constat Exigences Exigences Objectifs Objectifs Comment? Comment? Constat Stockage spécial? Toute exploitation agricole

Plus en détail

Guide d utilisation et d entretien de mon système d Assainissement Non Collectif

Guide d utilisation et d entretien de mon système d Assainissement Non Collectif Guide d utilisation et d entretien de mon système d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 1, rue d Orfeuil 51000 Châlons-en-Champagne Tél : 03 26 69 38 68 Fax : 03

Plus en détail

Réaménagement de la soute à produits chimiques

Réaménagement de la soute à produits chimiques Réaménagement de la soute à produits chimiques CAHIER DES CHARGES Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement public à caractère Scientifique et Technologique 28 rue

Plus en détail

Cadre réservé au service Déposé le :

Cadre réservé au service Déposé le : Formulaire de demande D installation d un dispositif d assainissement non collectif Cadre réservé au service Déposé le : N du dossier :. Service Public d Assainissement non Collectif Communauté d Agglomération

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Désignation commerciale : KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Date de création : 29/02/2000 Date de révision : 01/04/2005 FICHE DE DONNEES DE SECURITE

Plus en détail

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels Réunion Information- Formation À l attention des professionnels A.N.C. Assainissement Non Collectif Par >, on désigne: tout système d'assainissement effectuant la collecte,

Plus en détail

NOTICE D INSTALLATION D UNE CITERNE RESERVEO DANS UN VIDE SANITAIRE

NOTICE D INSTALLATION D UNE CITERNE RESERVEO DANS UN VIDE SANITAIRE NOTICE D INSTALLATION D UNE CITERNE RESERVEO DANS UN VIDE SANITAIRE Condition préalable : Disposer d un passage en vs de 50 cm minimum avec un accès de 60cm x 60cm. 1. INSTALLATION DE LA CITERNE 2. REMPLISSAGE

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 Stockage de liquides inflammables Installations non classées pour la protection de l environnement Arrêté du 1er juillet 2004 fixant les règles techniques

Plus en détail

Comment les contraintes sont-elles prises en compte dans la conception d un objet technique? Séquence n 6

Comment les contraintes sont-elles prises en compte dans la conception d un objet technique? Séquence n 6 Séquence n 6 Introduction : Pour satisfaire une fonction de service ou une contrainte, un objet technique doit assurer une ou plusieurs fonctions techniques nécessaires à son fonctionnement. Il est possible

Plus en détail

ACQUISITION DU SAVOIR

ACQUISITION DU SAVOIR [Texte] FI SPV - Module INC 1 ACQUISITION DU SAVOIR «Les besoins et ressources en eau» Objectif : Amener tous les apprenants au minimum de performances demandées. Connaître le minimum réglementaire de

Plus en détail

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire!

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! N OUBLIEZ PAS! L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! En entretenant régulièrement votre assainissement, vous participez

Plus en détail

PRECAUTIONS IMPORTANTES

PRECAUTIONS IMPORTANTES D90 Mode d emploi Ne mettez l appareil en marche qu après avoir pris connaissance de ce mode d emploi et des conseils de sécuritémentionnés en pages 3 et 4! PRECAUTIONS IMPORTANTES Lors de l utilisation

Plus en détail

TRAVAUX DE RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT

TRAVAUX DE RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT TRAVAUX DE RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT PARTICULIERS INSTRUCTIONS TECHNIQUES Page 1 sur 11 QUELQUES REGLES À CONNAITRE Obligation de raccordement Comme le prescrit l article L.33 du code de la santé publique,

Plus en détail

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets CURAGE HYDRODYNAMIQUE DES CANALISATIONS Objectif :donner le principe de cette technique donner le

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0 Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon PS V 1.0 TABLE DES MATIERES 1. Description du produit... 2 1.1 Type... 2 1.2 Isolation thermique... 2 1.3 Spécifications... 2 2. Généralités... 2 3.

Plus en détail

Maîtriser les risques liés aux produits phytopharmaceutiques sur le site de l exploitation : des solutions pratiques

Maîtriser les risques liés aux produits phytopharmaceutiques sur le site de l exploitation : des solutions pratiques ARVALIS OCTOBRE 2008infos Le transport des produits p. 3 Le stockage des produits p. 4 Le remplissage du pulvérisateur : équipement et viligance pour prévenir les risques p. 6 Le pulvérisateur et ses équipements

Plus en détail

VD100. Pompe de relevage

VD100. Pompe de relevage VD100 Pompe de relevage Le VD100 est développé conformément aux règles de l art et soumis à un contrôle qualité permanent. Ces performances exigent le respect scrupuleux des règles d installation et d

Plus en détail

Economies d eau et lavage des véhicules de service public

Economies d eau et lavage des véhicules de service public 1er avril 2009 1 Agence de l Eau Loire Bretagne Economies d eau et lavage des véhicules de service public Une expérience d usage des eaux de pluies pour le lavage d une flotte de camions bennes de collecte

Plus en détail

Le Rouillacais vous explique

Le Rouillacais vous explique Le Rouillacais vous explique l Assainissement Autonome Préambule : Conscients que nous sommes confrontés chaque jour aux problèmes de pollution de notre milieu et que l avenir de nos ressources dépend

Plus en détail

Service des eaux et des déchets. avez-vous fait tout ce que vous pouvez?

Service des eaux et des déchets. avez-vous fait tout ce que vous pouvez? Service des eaux et des déchets Empêchez l inondation de votre sous-sol avez-vous fait tout ce que vous pouvez? Peu importe où vous vivez à Winnipeg, votre sous-sol risque d être inondé. Les grosses averses

Plus en détail

Baignoire médicalisées et matériel d hygiène Baignoire Classic Line

Baignoire médicalisées et matériel d hygiène Baignoire Classic Line Baignoire médicalisées et matériel d hygiène Baignoire Classic Line 146 839 B 146 840 K 146 841 H 141 985 J Fiche technique Les baignoires à hauteur variable Classic Line Efficacité et sécurité Hauteur

Plus en détail

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système 1.0 SYSTÈME BIONEST MD 1.1 Description et fonctionnement du système Le système de traitement BIONEST utilise un procédé biologique au moyen d'une culture microbienne fixée sur un support synthétique appelé

Plus en détail

Mode opératoire lubrification 060 911

Mode opératoire lubrification 060 911 Indice 1 du 22/06/2012 REDUCTEURS, BOITES DE VITESSES et MOTOREDUCTEURS 11 pages Préambule : contraintes liées au site et a la prestation. Lors des interventions les opérateurs devront : Signaler leur

Plus en détail

Demande d Installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d Installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTE DE COMMUNES DU TARDENOIS Un territoire, une volonté Demande d Installation d un dispositif Ce document est à remplir par le pétitionnaire et à remettre à la Mairie du lieu où se situe l habitation.

Plus en détail

TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES

TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES ASSOCIATION TECHNIQUE VITICOLE 49 TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES Qu est-ce qu un effluent phytosanitaire? Selon l arrêté ministériel du 12 septembre 2006 sont considérés comme effluents phytosanitaires

Plus en détail

Mod:THERMOS-A. Production code: THERMOS A

Mod:THERMOS-A. Production code: THERMOS A 08/2009 Mod:THERMOS-A Production code: THERMOS A 1. Table des matières 1. Table des matières 2 2. Général 3 3. Fonctions 4 4. Installation et démarrage 5 5. Rincer et remplir le système d eau 6 6. Infusion

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales De façon générale, tous secteurs d activités confondus, l air comprimé représente en moyenne 10 à 15 % de la facture

Plus en détail

DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES

DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES DEFINITIONS DISPOSITIONS GENERALES SCHEMA DE RACCORDEMENT DIMENSIONNEMENT DES RACCORDEMENTS D APPAREILS 1 Les eaux usées sont d une manière générale les eaux qui, ayant

Plus en détail

TECHNIQUES PARTICULIERES

TECHNIQUES PARTICULIERES COMMUNE DE BEAUCENS OBJET DU MARCHE : Mise en place de 2 CITERNES INCENDIE ENTERREES de 60 m³ chacune. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d oeuvre : Commune de BEAUCENS 4 rue des Arailhès

Plus en détail

TABLE DES MATIERES 2. EXIGENCES TECHNIQUES...4 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS...5 4. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES...6. Page 1 sur 6

TABLE DES MATIERES 2. EXIGENCES TECHNIQUES...4 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS...5 4. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES...6. Page 1 sur 6 TABLE DES MATIERES 1. PRESENTATION TECHNIQUE DU DISPOSITIF...2 1.1 Cuvettes de rétention - Principe de fonctionnement...2 1.2 Confinement des eaux d incendie - Principe de fonctionnement...2 2. EXIGENCES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS GROUPEMENT GESTION DES RISQUES SERVICE PREVISION PREVISION TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES POUR LA REALISATION

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

pulverisateur_final.qxd 14/04/05 10:44 Page 81 Section 8

pulverisateur_final.qxd 14/04/05 10:44 Page 81 Section 8 Section 8 8 L entretien journalier Ce qu il faut faire 1 Avant l utilisation du pulvérisateur 2 En fin de journée de travail 3 À chaque changement de produit L entretien journalier L entretien régulier

Plus en détail

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur.

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur. Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Direction de l action régionale et de la petite et moyenne industrie ----------------------------------------- Sous-direction

Plus en détail

CODE DE BONNE PRATIQUE LORS DE LIVRAISON EN VRAC DE PRODUITS CHIMIQUES LIQUIDES

CODE DE BONNE PRATIQUE LORS DE LIVRAISON EN VRAC DE PRODUITS CHIMIQUES LIQUIDES BELGIAN ASSOCIATION OF CHEMICAL DISTRIBUTORS CODE DE BONNE PRATIQUE LORS DE LIVRAISON EN VRAC DE PRODUITS CHIMIQUES LIQUIDES RESPONSIBLE CARE Rédigé par la commission «Sécurité et Environnement» Table

Plus en détail

Commune de JOUCAS AMENAGEMENT DE LA STATION D EPURATION CREATION D UNE AIRE DE LAVAGE

Commune de JOUCAS AMENAGEMENT DE LA STATION D EPURATION CREATION D UNE AIRE DE LAVAGE Place de la Mairie 84220 Joucas T : 04 90 05 78 00 F : 04 90 05 77 80 E : contact@joucas.fr www.joucas.fr MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX établi en application du Code des Marchés publics Décret n 2006-975 du

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants)

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants) Conseils et gestes éco citoyens à appliquer Une installation défectueuse ou mal entretenue peut présenter un risque pour la santé et l environnement. LA RÉGLEMENTATION Code de la Santé Publique (articles

Plus en détail

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL I - Instructions pour la pré-désinfection / nettoyage manuel, décontamination et des adaptateurs RISKONTROL. Avertissements: Ne pas utiliser de laine d acier ou des produits de nettoyage abrasifs. Eviter

Plus en détail

Assainissement. Collectif. Le manuel. du parfait. raccordé

Assainissement. Collectif. Le manuel. du parfait. raccordé Assainissement Collectif Le manuel raccordé du parfait Pourquoi un réseau d assainissement? Depuis le Moyen-Age, l homme s est toujours préoccupé du problème de l élimination des eaux usées domestiques.

Plus en détail

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ANNEXE PLANCHES DESCRIPTIVES Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques PLANCHES DESCRIPTIVES Etanchéité des installations ; protection

Plus en détail

«Impacte du code de gestion des pesticides sur les exploitations pomicoles».

«Impacte du code de gestion des pesticides sur les exploitations pomicoles». 1. «Impacte du code de gestion des pesticides sur les exploitations pomicoles». Jugé d interprétation ardue par les uns et d application difficile voire aberrante par d autres, depuis le 3 avril 2003,

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

Solution de stockage par benne mobile

Solution de stockage par benne mobile Solution de stockage par benne mobile Le système de stockage par benne mobile est une solution innovante pour le stockage du bois déchiqueté. Amovible et interchangeable, ce système dispose de nombreux

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 520 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT OCTOBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES Section assainissement

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G 1 Précautions à prendre avant installation. 2 Réaliser la fouille et aménager le fond de fouille. 3 Mettre en place la cuve dans la fouille. 4 Effectuer le remblaiement. 5 Raccorder les différentes canalisations

Plus en détail

la rénovation de votre façade

la rénovation de votre façade Réussir la rénovation de votre façade (sablage - rejointoiement) DES BONS CONSEILS POUR FAIRE SOI-MÊME! 1 Identifier le type de façade Cette fiche traite de la remise en état d une façade et non pas de

Plus en détail

WTT T20 STATION D'IMPREGNATION DU BOIS SOUS VIDE ET PRESSION CLASSIQUE D'OCCASION Type T20 Ø 1.800 x 18.000

WTT T20 STATION D'IMPREGNATION DU BOIS SOUS VIDE ET PRESSION CLASSIQUE D'OCCASION Type T20 Ø 1.800 x 18.000 WTT T20 STATION D'IMPREGNATION DU BOIS SOUS VIDE ET PRESSION CLASSIQUE D'OCCASION Type T20 Ø 1.800 x 18.000 Capacité annuelle et nominale: Capacité annuelle et nominale: 17.000 m3 -avec 250 jours de travail

Plus en détail