7. La gestion des risques : en pratique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "7. La gestion des risques : en pratique"

Transcription

1 7. La gestion des risques : en pratique L'identification des risques L'identification des risques est un processus permettant de trouver, lister, et caractériser les éléments du risque. L'identification des risques est facilitée par l'existence d'une politique de gestion des risques avec notamment la mise en place de systèmes de détection rapide des EI, le développement d'une culture de la gestion des risques, une organisation structurée du dispositif de gestion des risques et un système d'information performant. Le système d'information en gestion des risques est le système infor matique qui permet de recueillir les EI, traiter et transmettre les informations et alertes, simplifier la gestion des EI, et contribuer à l'évaluation et au suivi des actions mises en œuvre. Le plus souvent, les risques sont identifiés suite au signalement d'un événement indésirable. Ainsi, l'identification du risque n'est possible que si un système de signalement des événements indésirables a été mis en place, et qu'une culture du signalement règne dans l'établissement. La tenue de réunions de travail multidisciplinaires régulières peut favoriser l'identification de risques spécifiques. Les différents circuits du signalement : les vigilances réglementées (qui sont centralisées par l'ansm) ; les maladies à déclaration obligatoire (qui sont déclarées aux ARS et centralisées par l'invs) ; les infections associées aux soins (qui sont déclarées aux CCLIN) ; les événements indésirables graves (qui sont centralisés par l'invs) ; les événements porteurs de risques (qui peuvent être signalés à la HAS) ; les accidents de radiothérapie (qui sont déclarés à l'agence de sûreté nucléaire). Les risques peuvent aussi être identifiés a priori par les gestionnaires du risque en décomposant les processus de différentes situations de soins ou de travail au sein des établissements de santé. 22 Soins infirmiers et gestion des risques 2013, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

2 Une fois le risque identifié, ce dernier doit être traité par les gestionnaires du risque (s'il est pertinent). L'analyse des risques Elle vise à quantifier la gravité, la probabilité du risque, à en déterminer ses causes et ses conséquences (dommage ou préjudice) et à identifier des actions correctives et préventives possibles. Elle repose sur : une analyse des EI signalés : c'est l'analyse rétrospective (a posteriori) ; une analyse des processus de prise en charge des patients afin d'identifier les risques inhérents à ces processus : c'est l'analyse prédictive (a priori). L'analyse rétrospective L'analyse rétrospective est une approche réactive qui s'intéresse «a posteriori» aux événements indésirables survenus. Étapes de l'analyse rétrospective Recueillir les informations. Reconstituer la chronologie de l'événement. Identifier les causes et les facteurs ayant pu contribuer à la survenue de l'ei. Hiérarchiser. Proposer des actions correctives et préventives à travers l'élaboration d'un plan d'action. Rédiger le rapport d'analyse. Cette analyse est facilitée par l'existence d'un système de signalement des événements indésirables et sur l'organisation de réunions de soignants. Tout signalement doit être exploité. La première étape de l'analyse a posteriori est le recueil des faits (informations objectives et vérifiables et non les points de vue et les interprétations) en se rendant sur les lieux de l'incident ou du risque potentiel et en recoupant différentes sources d'informations. Méthodes de l'analyse rétrospective La méthode de l'arbre des causes L'arbre des causes est une méthode qui consiste à recueillir les faits et, pour chaque fait, effectuer un arbre des causes de ces faits. Ce travail permet d'isoler parmi les causes, des causes anormales. 7 Gestion des risques 23

3 7 La méthode ALARM (association of litigation and risk management) basée sur le modèle de Reason La méthode ALARM analyse l'ei en décomposant les dysfonctionnements en défauts de soins (acte durant la prise en charge jugé non satisfaisant) et erreurs système (facteurs politiques, organisationnels, liés aux protocoles, etc.) afin de proposer des mesures correctives. Événements permettant la mise en place d'une analyse rétrospective : tout EI ou EIG faisant l'objet d'un signalement ; les événements sentinelles (événements rares et graves) ; les événements précurseurs (tout événement critique pouvant conduire à un accident) ; les événements faisant l'objet d'une vigilance ; les maladies à déclaration obligatoire. L'analyse prédictive L'analyse prédictive, quant à elle, repose sur la mise en place d'une analyse systématique «a priori» du système en en décomposant les processus potentiellement à risque afin d'identifier des étapes dangereuses, des vulnérabilités ou des risques. Parmi les méthodes prédictives, l'analyse préliminaire des risques consiste à décomposer le système en processus, à construire une cartographie des situations dangereuses et à évaluer l'impact des dangers sur le système. Après avoir cartographié les situations dangereuses, ces situations sont classées par niveau de gravité et de vraisemblance, et les différents scénarios sont analysés. Méthodes de l'analyse prédictive : analyse préliminaire des risques (APR); analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité (AMDEC). L'analyse des risques devra déterminer le degré de gravité du risque identifié. Ce dernier sera pondéré en fonction des conséquences réelles ou potentielles du risque pour le patient, les soignants ou l'institution. Elle devra aussi évaluer la probabilité de survenue et l'évitabilité du 24

4 risque, c'est-à-dire l'existence de mesures correctives permettant de prévenir ce risque. Enfin, elle devra évaluer l'acceptabilité du risque. Un risque sera considéré comme inacceptable s'il peut entraîner un préjudice majeur alors que sa prévention est possible. Un exemple de risque inacceptable est l'erreur de côté lors de la résection d'un rein. A contrario, un risque lié aux aléas est considéré comme acceptable. Par exemple, la survenue d'une allergie à un médicament alors que cette allergie n'était pas connue du patient et que le patient avait été interrogé sur ce point. La hiérarchisation des risques Les risques identifiés seront hiérarchisés afin que la gestion des risques soit ciblée sur des secteurs prioritaires. Pour cela on tiendra compte de leur gravité, de leur probabilité de survenue, de leur évitabilité, de la faisabilité des méthodes de prévention à appliquer, des bénéfices escomptés et de leurs coûts. Le traitement des risques La gestion des risques repose sur une démarche de mise en sécurité cherchant à remplir l'objectif de l'activité de soins tout en en garantissant la sécurité. Elle repose donc sur l'élimination des risques quand cela est possible, sur la prévention des risques à travers des mesures préventives, et sur la maîtrise des effets des EI à travers la mise en place de mesures correctives. Suite à une analyse prédictive, une fois les situations dangereuses cartographiées, les risques initiaux sont traités par une équipe en charge de la gestion des risques. Le risque résiduel est alors évalué et géré à son tour. Suite à une analyse rétrospective, les événements indésirables survenus sont traités a posteriori pour éviter qu'ils se reproduisent. On tente de limiter le nombre d'accidents et réduire les conséquences dommageables de ceux-ci par la mise en place d'actions correctives et préventives. L'objectif n'est pas de jeter la pierre mais de corriger les dysfonctionnements et d'agir plus efficacement. Afin de traiter les risques, un plan d'action est élaboré et mis en œuvre. Plusieurs scénarios peuvent être envisagés pour améliorer la situation. Ils seront analysés en fonction notamment de leur faisabilité, du rapport coût/efficacité, des bénéfices secondaires pour les acteurs de terrain. Le choix du plan d'action résulte d'un compromis entre les différentes contraintes et l'objectif de sécurité. 7 Gestion des risques 25

5 7 Outils de la gestion des risques : management des soins par la qualité ; recommandations de bonnes pratiques ; protocoles et procédures de soins ; actions préventives et correctives ; formation et évaluation des pratiques professionnelles ; évaluation des actions mises en œuvre ; existence de personnel dédié à la gestion des risques. L'évaluation Une fois les risques traités, une évaluation de l'action menée sera réalisée et un suivi mis en place afin d'identifier les risques résiduels éventuels. Exemple de gestion d'un risque d'infection nosocomiale suite aux interventions de chirurgie cardiaque (premier temps : approche a priori, second temps : approche a posteriori ) Approche a priori Identification du risque : l'hôpital a mis en place un comité de lutte contre les infections nosocomiales et un comité de gestion des risques qui ont identifié la chirurgie cardiaque comme étant une chirurgie à risque. Analyse du risque : le comité de gestion des risques a effectué une analyse a priori de type APR. Gestion du risque : le comité a rédigé un plan d'action dans lequel il fait des recommandations sur les mesures d'hygiène à respecter en cas de chirurgie cardiaque (douche de Bétadine la veille et le jour de la chirurgie, utilisation d'une tondeuse plutôt qu'un rasoir sur le torse du malade, antibioprophylaxie peropératoire, désinfection cutanée en trois temps : avant le geste, respect de l'asepsie pendant l'acte, pansement fermé après l'acte). Évaluation : pour évaluer leur action préventive, le comité a mis en place un système de surveillance de la survenue de médiastinites (infections associées aux soins suite à une chirurgie cardiaque). Au cours des trois années de surveillance qui ont suivi, 10 cas de médiastinites ont été identifiés. Le comité a comparé le taux d'infections par rapport au niveau national et a conclu que ce taux était dans la moyenne et était donc un risque acceptable. Il a cependant mis en place un groupe de réflexion pour voir si on pouvait réduire encore le risque. u 26

6 u Approche a posteriori Identification du risque : survenue de 10 cas de médiastinites. Analyse du risque rétrospective : l'équipe d'hygiène a audité l'application des mesures d'hygiène qui étaient dans l'ensemble bien respectées. Le service de santé publique a effectué une étude cas témoins comparant les cas de médiastinites aux autres malades opérés. Cette étude a permis de constater que les infections étaient beaucoup plus fréquentes avec un type d'intervention pratiquée par un des médecins qui effectuait un pontage avec une veine particulière. Gestion du risque : cette intervention a donc été identifiée comme un facteur de risque d'infection et les chirurgiens se sont vus conseiller de ne plus la pratiquer ; ce qu'ils ont fait. Évaluation : les trois années qui ont suivi n'ont vu survenir que 3 médiastinites. Le travail effectué a été publié dans une revue scientifique par l'équipe de santé publique et contribue ainsi à prévenir ces infections dans d'autres hôpitaux. Cet exemple illustre la différence entre les approches a priori et a posteriori mais ces dernières ne sont pas toujours combinées. 7 Gestion des risques Pratique infirmière Le rôle de l'infirmière est le suivant : savoir identifier un EI ou un EIG et le signaler au plus tôt ; comprendre la méthode d'analyse des risques afin de permettre à ses acteurs de la mener à bien ; participer activement aux mesures préventives et correctives décidées dans le plan d'action. 27

Analyse des risques a priori

Analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 6-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 6 : La démarche de gestion des risques dans les établissements de santé Largement initiée dans l industrie (nucléaire,

Plus en détail

Analyse de risque a posteriori

Analyse de risque a posteriori Analyse de risque a posteriori Analyse de causes profondes Principes généraux Errare humanum est Perseverare diabolicum! Apprenons de nos erreurs pour progresser Introduction Évènement indésirable (EI)

Plus en détail

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville Groupe Oc Santé M R Daures Fortier - Semaine sécurité des patients Coordonnateur Gestion des Risques Pourquoi Objectifs: Garantir la sécurité

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

Cartographie des risques

Cartographie des risques Cartographie des risques en gynécologie cologie-obstétriquetrique Prévention ou gestion? Marc MOULAIRE gestionnaire des risques SEMINAIRE Qualité et gestion des risques en périnatalité et Gynécologie PARIS,

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Gestion de projet - risques et chaînes critiques

Gestion de projet - risques et chaînes critiques Gestion de projet - risques et chaînes critiques GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social

Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social Direction générale du travail Service des relations et des conditions de travail SRCT Sous-direction des conditions

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX

La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX X e JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Jeudi 5 avril 2012 La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX Vanina AMBROGI CCLIN Paris-Nord Méthode ALARM

Plus en détail

Présentation : La boite des outils du consultant / Risk Manager Du bon sens à l expertise opérationnelle

Présentation : La boite des outils du consultant / Risk Manager Du bon sens à l expertise opérationnelle Présentation : La boite des outils du consultant / Risk Manager Du bon sens à l expertise opérationnelle Définition des - Exp Clusif: L organisation possède des valeurs qui pourraient subir une dégradation

Plus en détail

Introduction à la norme ISO 27001. Eric Lachapelle

Introduction à la norme ISO 27001. Eric Lachapelle Introduction à la norme ISO 27001 Eric Lachapelle Introduction à ISO 27001 Contenu de la présentation 1. Famille ISO 27000 2. La norme ISO 27001 Implémentation 3. La certification 4. ISO 27001:2014? 2

Plus en détail

PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES

PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES NOMBRE DE REFERENCES : 12 NOMBRES DE PAGES : 5 LIGNES DIRECTRICES La sécurité du patient est devenue une priorité des politiques des systèmes de santé. Une

Plus en détail

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction REGLE REG-DEAQ-01 DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2005/11/10 DATE

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE FORMATION DES SAUVETEURS SECOURISTES DU TRAVAIL

RÉFÉRENTIEL DE FORMATION DES SAUVETEURS SECOURISTES DU TRAVAIL Document à usage des moniteurs RÉFÉRENTIEL DE FORMATION DES SAUVETEURS SECOURISTES DU TRAVAIL En cohérence avec le programme national de Formation des Sauveteurs Secouristes du Travail (ED 4129) Compétence

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 Résumé non technique de l étude de GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 A. Principes généraux de réduction des risques 1. Rôle central de l étude de L étude de : expose les que peuvent présenter

Plus en détail

Gestion des risques liés à l'identification de patients

Gestion des risques liés à l'identification de patients Gestion des risques liés à l'identification de patients Dr Lahcen El Hiki 17 mars 2015 Plan Contexte Gestion des risques : analyse a priori et a posteriori Exercice Facteur humain Conclusions Erreurs d

Plus en détail

LA SECURITE DANS LES ENTREPRISES

LA SECURITE DANS LES ENTREPRISES BIENVENUE LA SECURITE DANS LES ENTREPRISES DÉFINITIONS Norme EN 292-1 Risque / Phénomène dangereux Cause capable de provoquer une lésion ou une atteinte à la santé. Nota : employé dans cette acception

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Le CNA a diligenté un audit de sécurité du système de facturation des cliniques et de transmission à l Assurance Maladie,

Plus en détail

Comment décrire un processus?

Comment décrire un processus? Organisation interne Fiche outil n 17 Comment décrire un processus? Partie 1/3 : Définir le processus Cible : PME But de la démarche Cette démarche vise à décrire les processus d une organisation afin

Plus en détail

La cartographie des Risques. Méthodes de Gestion des Risques Cartographie et APR. Cartographie et APR. Michael BESSE - déc 2012 1.

La cartographie des Risques. Méthodes de Gestion des Risques Cartographie et APR. Cartographie et APR. Michael BESSE - déc 2012 1. Méthodes de Gestion des Risques Cartographie et APR Michael BESSE Responsable Gestion des Risques Mercredi 12 décembre 2012 Sommaire La cartographie des risques La méthode APR 2 La cartographie des Risques

Plus en détail

LJ 8 1 ç) JLl ~ r (] 0 r) (J ~ ~, ].J? ( Jr? ~ :.J J J.J 2!-I :J. santé famille retraite. LI essentiel services. et plus encore

LJ 8 1 ç) JLl ~ r (] 0 r) (J ~ ~, ].J? ( Jr? ~ :.J J J.J 2!-I :J. santé famille retraite. LI essentiel services. et plus encore santé famille retraite LI essentiel services et plus encore LJ 8 1 ç) JLl ~ r (] 0 r) (J ~ ~, ].J? ( Jr? ~ :.J J J.J 2!-I :J La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991, transposant la Directive Cadre Européenne

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

Fiche de l'awt Travailler avec un consultant dans le secteur TIC

Fiche de l'awt Travailler avec un consultant dans le secteur TIC Fiche de l'awt Travailler avec un consultant dans le secteur TIC Comment travailler avec des consultants dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (contrat, suivi, check-list,

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT L'ELABORATION ET L'UTILISATION DES BASES DE DONNEES NATIONALES EN MATIERE D'EVALUATION SERVANT D'OUTIL D'EVALUATION DES RISQUES

DIRECTIVES CONCERNANT L'ELABORATION ET L'UTILISATION DES BASES DE DONNEES NATIONALES EN MATIERE D'EVALUATION SERVANT D'OUTIL D'EVALUATION DES RISQUES WCO OMD DIRECTIVES CONCERNANT L'ELABORATION ET L'UTILISATION DES BASES DE DONNEES NATIONALES EN MATIERE D'EVALUATION SERVANT D'OUTIL D'EVALUATION DES RISQUES Table des matières Préambule Introduction Utilisation

Plus en détail

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment?

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Dr JM Guérin Coordinateur des risques associés aux soins Dr A. Abdelaziz Master management des structures de santé Me S. Patenôtre Cadre du

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES Le législateur exige de l employeur qu il évalue les risques auxquels sont soumis les salariés, alors même qu aucun accident du travail ne s est produit et qu

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) Adoptée par le Conseil d'administration le 14 février 1985

Plus en détail

Gestion des risques en stérilisation

Gestion des risques en stérilisation Gestion des risques en stérilisation 1. Définition de base AMDEC: Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité. 2. Type d AMDEC : domaine d application L AMDEC procédé L AMDEC

Plus en détail

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a Vérification de la gestion des risques V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C J u i n 2 0 1 0 Juin 2010 i 1.0 Sommaire

Plus en détail

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX L'analyse des risques dans le cadre du Codex Qu'est-ce que l'analyse des risques? Un processus comportant

Plus en détail

1. CHAMP D APPLICATION

1. CHAMP D APPLICATION Avis n 2010-02 du 30 juin 2010 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables corrections d erreurs dans les établissements publics nationaux relevant des instructions

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

AUDITS DES EMPLOIS. Les audits de l emploi : de quoi s agit-il? pour quoi faire? Qu'est-ce-que l'audit?

AUDITS DES EMPLOIS. Les audits de l emploi : de quoi s agit-il? pour quoi faire? Qu'est-ce-que l'audit? AUDITS DES EMPLOIS D'après Audit des emplois et gestion prévisionnelle des ressources humaines Georges Egg Première Partie Avant Propos : Cette fiche constitue le premier volet d'une série de documents

Plus en détail

La cartographie des risques : Outils et méthodes

La cartographie des risques : Outils et méthodes La cartographie des risques : Outils et méthodes SOFGRES Anne-Monique CUNY 22 mars 212- ARS Poitou Charentes SOFGRES Société Française de Gestion des Risques en Etablissement de Santé Association créée

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Sur les avertisseurs de fumée L inspection périodique des risques La réglementation L analyse des incidents

Sur les avertisseurs de fumée L inspection périodique des risques La réglementation L analyse des incidents Le programme municipal de prévention des incendies comprend généralement cinq grandes lignes directrices soit : Sur les avertisseurs de fumée L inspection périodique des risques La réglementation L analyse

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE 1996 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE

Plus en détail

D une alerte en établissement de santé à un outil de gestion des risques

D une alerte en établissement de santé à un outil de gestion des risques Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins D une alerte en établissement de santé à un outil de gestion des risques E. Laprugne-Garcia Garcia,,

Plus en détail

SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE

SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE En tant qu outils d aide à la décision, les tableaux de bord doivent répondre rapidement. Pour participer à cet effort de réactivité en termes

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Evènements indésirables [EI] survenus lors des soins hors hospitalisation Questionnaire d'opinion et retour d'expérience

Evènements indésirables [EI] survenus lors des soins hors hospitalisation Questionnaire d'opinion et retour d'expérience Evènements indésirables [EI] survenus lors des soins hors hospitalisation Questionnaire d'opinion et retour d'expérience Le CISS Franche-Comté regroupe 75 associations représentant des malades, des aidants,

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE «Comment mettre à jour son compte qualité?»

FICHE TECHNIQUE «Comment mettre à jour son compte qualité?» FICHE TECHNIQUE «Comment mettre à jour son compte qualité?» Procédure de certification Sommaire Préambule... 2 1 - Illustration au travers d un cas concret... 4 1 er Exemple : Établissement ayant obtenu

Plus en détail

DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS

DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS SIGLE : MSO 6039 TITRE : Sc. humaines/sociales en santé publique BRÈVE DESCRIPTION : Introduction aux concepts

Plus en détail

COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION]

COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION] COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION] EXTRAIT DU RÈGLEMENT N O 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE DE CARDIOLOGIE ET DE PNEUMOLOGIE DE QUÉBEC 1. Préambule Par cette section

Plus en détail

DIANE-SPIRALE. Rôle du PMP

DIANE-SPIRALE. Rôle du PMP DIANE-SPIRALE V1 Rôle du PMP Copyright Michel ANDRE Page 1 sur 8 02/12/2005 1. PRESENTATION : 3 2. OBJECTIFS : 3 3. MAQ A DISPOSITION : 4 4. CONTENU : 4 5. UTILISATION : 6 6. PILOTAGE : 6 7. GUIDES & AIDES

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Banque centrale du Luxembourg 1 Introduction 1.1 Population déclarante Le rapport

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

OBJECTIFS et PROGRAMME. Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement. Contrat de Professionnalisation

OBJECTIFS et PROGRAMME. Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement. Contrat de Professionnalisation OBJECTIFS et PROGRAMME Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement Titre de niveau III enregistré au RNCP - arrêté publié au JO du 22/08/2012 497 heures Contrat de Professionnalisation

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Diag Up Export Spécifications

Diag Up Export Spécifications Diag Up Export Spécifications Présentation Diag Up est une plate forme logicielle qui permet d élaborer des modèles de diagnostic dans des domaines aussi variés que la qualité, la transmission d entreprises,

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON

INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON 1 Construction en transversalité sur 3 ans C 7 : Analyser la qualité et améliorer sa pratique professionnelle LED Éducation

Plus en détail

Information Urgente de de Sécurité

Information Urgente de de Sécurité Medtronic (Suisse) AG Talstrasse 9 Postfach 449 CH-3053 Münchenbuchsee / BE Tel. 031 868 01 00 Fax 031 868 01 99 swisscontact@medtronic.com www.medtronic.ch Information Urgente de de Sécurité Recommandations

Plus en détail

Vers le management de la santé et de la sécurité au travail

Vers le management de la santé et de la sécurité au travail Vers le management de la santé et de la sécurité au travail Ce à quoi vous devez faire Des méthodes de travail de plus en plus complexes (sous-traitance, maintenance, coactivité, flux tendus, juste-à-temps

Plus en détail

SÉCURITÉ É DES SOINS: QUE PLUS LOIN?

SÉCURITÉ É DES SOINS: QUE PLUS LOIN? Ménard, Martin, Avocats SÉCURITÉ É DES SOINS: QUE FAIRE POUR ALLER PLUS LOIN? par, Ad. E. (Tous droits réservés) 1 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DES SOINS INFIRMIERS 2. LES DROITS DES

Plus en détail

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal :

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : 1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : Toute mission d'audit, quelle qu'en soit sa nature, suppose une démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif avec le maximum

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» «Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» Lyon ICAR 2009 Dr Patrick Georges Yavordios Association ARRES ASSPRO Accredit Clinique Convert 62 avenue de Jasseron 01000 Bourg en Bresse patrick.georges.yavordios@wanadoo.fr

Plus en détail

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Au sein d un Service météorologique et hydrologique national (SMHN) ou d un service apparenté, différents

Plus en détail

Démarches de prévention des RPS : comment les évaluer?

Démarches de prévention des RPS : comment les évaluer? Colloque «De la prévention des RPS à la performance en entreprises : comment agir?» - Lyon, 6 novembre 2014 Démarches de prévention des RPS : comment les évaluer? Dominique Chouanière Direction Générale

Plus en détail

Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015

Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015 Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

CONTRIBUTION DES PARAMÉDICAUX À LA GDR DANS LES ES. V. Carpin - CSS -Rencontre ARS/ARS-FELIN /Ecoles paramédicales et SF.

CONTRIBUTION DES PARAMÉDICAUX À LA GDR DANS LES ES. V. Carpin - CSS -Rencontre ARS/ARS-FELIN /Ecoles paramédicales et SF. CONTRIBUTION DES PARAMÉDICAUX À LA GDR DANS LES ES V. Carpin - CSS -Rencontre ARS/ARS-FELIN /Ecoles paramédicales et SF. PLAN 1/ Cadre législatif 2/ éléments nécessaires pour une contribution des paramédicaux

Plus en détail

Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études

Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études ( RetourListeFichesParThèmes ) Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études Ce dossier traite du développement d'un produit logiciel et plus précisément de la phase d avant projet précédant

Plus en détail

FORMATION. Chargé de sécurité et de prévention. Points Forts de la formation OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

FORMATION. Chargé de sécurité et de prévention. Points Forts de la formation OBJECTIFS PEDAGOGIQUES FORMATION Chargé de sécurité et de prévention Référence : 124-344-13 Durée : 5 jours Public Tous salariés chargés de la sécurité ou la prévention Pré-requis Aucun Points Forts de la formation Une approche

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Normes d audit internes (Exercices + corrigés)

Normes d audit internes (Exercices + corrigés) A Exercices Normes d audit internes (Exercices + corrigés) 1 Le comité d audit est le plus susceptible de participer à l approbation A Des promotions et augmentations de salaire des auditeurs B Des observations

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) Titre : Responsable de l'application : Santé et sécurité du travail Direction des services des ressources humaines Adoption : 23 mars 1998 (98-03-23-05) Entrée

Plus en détail

Risk Management pour les entreprises

Risk Management pour les entreprises Risk Management pour les entreprises Ne laissez rien au hazard RM- Maîtrise Risk Management pour les entreprises procéder avec méthode La gestion repose sur un processus de prise de et d activités en constante

Plus en détail

Les ateliers du CCECQA

Les ateliers du CCECQA Les ateliers du CCECQA Certification V2014 Retours d'expériences et premiers enseignements Outils d aide aux établissements : Travaux de la FORAP Jeudi 09 Avril 2015 Le Dr D.Veillard Aucun lien d intérêts

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie Bilan de la démarche de certification V 2010 Haute-Normandie Juin 2013 La certification V 2010 en Haute Normandie Bilan au 1 er juin 2013 Etat d avancement de la démarche Au 1 er juin 2013, 69 établissements

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999)

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) NIMP n 10 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) Produit par le Secrétariat

Plus en détail

Le management environnemental

Le management environnemental Le management environnemental L application de la norme Iso14001 USTV Cambrai, année 2008-09 Management environnemental Iso 14001 n 1 Le management environnemental La norme Iso 14001 Ce qu elle est / n

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Quoi de neuf dans Optymo 5.0

Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo, les textes en caractères

Plus en détail

1 M-03 - Les outils d aide à la conception

1 M-03 - Les outils d aide à la conception 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche propose une présentation des logiciels ou systèmes qui existent pour aider à la conception des services et circuits qui seront nécessaires pour assurer les

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail