PROJET QUALITE / GESTION DES RISQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET QUALITE / GESTION DES RISQUES 2007 2011"

Transcription

1 Mars 2007 PROJT QUALIT / GTION D RIQU Tome II Chapitre 2 du projet d établissement Page 1 sur 27

2 OMMAIR I INTRODUCTION P. 3 II L CADR D RFRNC P. 3 III L VALUR RAFFIRM DU PROJT QUALIT / GTION D RIQU P. 3 IV DIAGNOTIC D L AUTOVALUATION P. 5 1 tat des lieux qualité P. 5 2 tat des lieux gestion des P. 6 V PROJT QUALIT / RIQU P. 7 1 Poursuivre et développer l écoute client P. 7 2 Transversaliser : cartographier les processus P. 9 3 Former P.11 4 Décentraliser, responsabiliser, sensibiliser P.13 5 Poursuivre la structuration de la gestion documentaire institutionnelle P.14 6 valuer P Informer / communiquer P.15 VI TRUCTURATION GLOBAL D LA GTION D RIQU P.17 1 Définitions P.17 2 Contexte et évolution règlementaires P Plan d actions P Définir les responsabilités de la gestion globale des au CH P Analyser les / arbitrer P Former les acteurs de la gestion des P Animer la démarche de projet Gestion des P valuer, communiquer, et inscrire la maîtrise des dans le P.25 fonctionnement ordinaire habituel de l institution VII CONCLUION P.27 Page 2 sur 27

3 I INTRODUCTION Le projet d établissement réaffirme avec force la place centrale du patient dans la recherche permanente d amélioration de la qualité et de la sécurité des soins. ur la base d un état des lieux exhaustifs, apporté par l autoévaluation V2 préparant la certification 2007, le centre hospitalier met l accent sur le développement de l écoute client et des parties intéressées. Dans une recherche de transversalité accrue et d une efficacité plus grande aux interfaces, il amorce une mutation profonde l engageant progressivement dans un management par la qualité et une gestion des intégrée. Cette démarche ne se conçoit pas sans une implication authentique et un engagement affirmé du management, du plus haut niveau jusqu au plus près du patient. appuyant sur les acquis significatifs et la méthodologie qualité / gestion des développés depuis 2001, l établissement manifeste, à travers cette qualité en mouvement, la volonté d une adaptation constante aux attentes et besoins des usagers, au contexte réglementaire et bonne pratiques, à l évolution de son environnement et de la politique nationale de anté. II L CADR D RFRNC La démarche qualité / gestion des s est construite et se développe sur la base des manuels V1 et V2 de la HA. Cette deuxième version développe des attentes nouvelles, notamment en matière de management, d évaluation des pratiques professionnelles cliniques et de la gestion des. n matière d amélioration de son dispositif de gestion des, le projet fait référence à plusieurs sources : Circulaire DHO du 29 mars 2004 relative aux recommandations pour la mise en place d un programme de gestion des dans les établissements de santé Principes méthodologiques pour la gestion des en établissement de santé - ANA 2004 Modèle de gestion des en établissements de santé - DHO 2002 III L VALUR RAFFIRM DU PROJT QUALIT / GTION D RIQU La place centrale du patient et l implication des usagers et représentants d usagers et de familles dans le fonctionnement des instances et groupes qualité / du centre hospitalier. Leurs attentes et les besoins sont régulièrement identifiés et l expression du patient et de son entourage favorisée. L implication des professionnels dans la démarche qualité / gestion des est recherchée, ce qui ne peut se concevoir sans un engagement actif du management à sensibiliser et responsabiliser les professionnels. La qualité et la sécurité sont l affaire de tous. La sécurité est aujourd hui l une des attentes majeures des patients, de leur famille et de la société. lle est l un des fondements centraux de la démarche qualité / gestion des. lle ne se conçoit pas sans une participation et une implication des cadres Page 3 sur 27

4 et de l ensemble des salariés. lle exige une approche transversale et globale des, a priori et a posteriori. C est l un des axes forts du présent projet qualité / gestion des. L amélioration du service médical rendu et de la qualité des soins. lle est le fruit d une réflexion et d une amélioration continue de nos pratiques, fonctionnements et organisations. La méthodologie des PP (évaluation des pratiques professionnelles) s inscrit dans le quotidien de l hôpital, sous l impulsion de la CM et du service qualité / gestion des (cf projet médical). lle s intéresse aux pratiques récurrentes de notre activité en psychiatrie, à risque et assorties d un potentiel d amélioration significatif. La transversalité, l évolutivité et la pérennité du dispositif. La démarche qualité / gestion des, structurante et transversale s attache particulièrement à l amélioration des interfaces entre les secteurs d activités et groupes professionnels. lle est évolutive et s appuie sur les évolutions règlementaires et de l environnement en santé, les bonnes pratiques, conférences de consensus, lle est indissociable d une politique de formation et de réactualisation des connaissances, d acquisition continue par les professionnels des méthodologies et outils de la qualité. L évaluation. Il n y a pas de progrès sans mesure. Les actions d amélioration sont objectivées par des suivis d indicateurs, de tableaux de bords, audits, IV DIAGNOTIC D L AUTOVALUATION tat des lieux qualité De juin 2003 à décembre 2006, l établissement a mené 7 programmes d amélioration de la qualité et poursuivi la structuration de son système de management de la qualité. La préparation de la certification 2007 apporte un diagnostic en profondeur de cette dynamique, évaluée essentiellement au niveau de la référence 13 : Un système de management de la qualité est en place. Les grandes lignes de l état des lieux réalisé synthétisent les avancées importantes réalisées et dessinent les axes d amélioration à reprendre, à conforter ou à développer sur la période Critère 13a : L écoute des patients est organisée (proposition de cotation des professionnels : B) Les besoins, attentes et la satisfaction des patients sont recueillis : questionnaire de satisfaction à distance de l hospitalisation et questionnaire de sortie Les réclamations et plainte sont traitées par la CRUQ (commission de la relation avec les usagers et de la qualité de la prise en charge) Les représentants des usagers et familles siègent au conseil de surveillance, CRUQ, COPIL (comité de pilotage de la qualité), commission de prévention du tabagisme et CLUD (comité de lutte contre la douleur). Des actions de sensibilisations internes sont régulièrement menées, s appuyant sur le réseau qualité et les réunions cadres/contremaîtres - Critère 13b : Le programme d amélioration continue de la qualité comporte des objectifs précis, mesurables dans le temps (proposition de cotation des professionnels : A) Le programme d amélioration de la qualité 2003/2006 comportait 73 actions d amélioration de la qualité, identifiant leur pilote, l indicateur de suivi et l échéance Page 4 sur 27

5 - Critère 13c : Le programme d amélioration continue de la qualité prend en compte les résultats issus de différentes formes d évaluation internes et externes (proposition de cotation des professionnels : A) Le dispositif d amélioration continue de la qualité intègre les éléments de l autoévaluation, enquêtes de satisfaction, analyses des feuilles de signalement des évènements indésirables, audits internes, enquêtes spécifiques (agressions/violence, ), résultats des contrôles techniques et inspections réglementaires. - Critère 13d : La formation des professionnels à la qualité est assurée (proposition de cotation des professionnels : B) Depuis 2003, développement d une stratégie interne de formation à la qualité à destination de professionnels de l établissement : o Méthodes et outils de la qualité o Droits du patient, secret médical et secret professionnel Formations externes : o HACCP, RABC o PP, - Critère 13e : Le déploiement de la démarche et des actions qualité dans les secteurs d activité est organisé (proposition de cotation des professionnels : A) Des correspondants qualité sont en place et disposent d une fiche de poste définissant leurs missions Les correspondants hygiène sont opérationnels Les groupes qualité rassemblent les professionnels concernés (composition multisectorielle, multiprofessionnelle et multicatégorielle) Des actions qualité institutionnelles sont mises en place dans les secteurs d activité : prévention du tabagisme, douleur, Des actions spécifiques sont développées : contention de la personne âgée, modalités de rendez-vous en ambulatoire, - Critère 13f : La gestion documentaire est organisée (proposition de cotation des professionnels : A) Procédure de gestion documentaire, procédure des procédures et manuel qualité sont opérationnels - Critère 13g : Le suivi du programme d amélioration de la qualité est assuré (proposition de cotation des professionnels : A) Le COPIL réalise deux revues du programme par an et une communication sur le suivi est intégrée (journal interne, réseau qualité, info au conseil d administration, point aux instances, ) Axes d amélioration de la qualité Le groupe d autoévaluation retient une action d amélioration pour cette référence : Mise en place de manière obligatoire de la formation «Droits du patient, secret médical et secret professionnel» à destination de l ensemble du personnel et planification pluriannuelle harmonisée, de janvier à décembre. D autres ajustements sont souhaitables : Organisation périodique de l information / formation des nouveaux arrivants Intensification de la formation à la qualité Formation des auditeurs qualité interne Page 5 sur 27

6 Intégration dans les fiches de poste de tous cadres et contremaîtres de leurs responsabilités en matière de management de la qualité et de gestion des 2- tat des lieux gestion des Depuis 2 ans, la gestion des a également poursuivi sa structuration. Le comité de coordination des vigilances et de gestion des (CCVGR) s est doté en juin 2005 d une cellule gestion des destinée à assurer la gestion, le traitement et l évaluation des feuilles de signalement des évènements indésirables. a mission est d améliorer l efficacité du système FI. Parallèlement à l élaboration des plans blanc, bleu et canicule, l établissement met en place en 2006 une cellule de gestion de crise. L autoévaluation de la gestion des est réalisée à travers la référence 14 du manuel de la HA : La gestion des est organisée et coordonnée. - Critère 14a : Les informations relatives aux sont rassemblées et organisées (proposition de cotation des professionnels : C) Le CCVGR, qui réunit les principaux responsables de l établissement, traite de toutes les informations relatives au circuit de signalement des évènements indésirables. Il a vocation à étendre sa mission à l ensemble des, mais ne recense pas encore les différentes sources d informations concernant les. Le responsable qualité, vient de suivre un Master II «Management des, sécurité environnement en santé». Le prochain projet d établissement, en cours d élaboration. Il intégrera un volet spécifique centré sur une approche globale et transversale de la gestion des, a priori et a posteriori. - Critère 14b : Des disposition sont en place pour identifier et analyser a priori les (proposition de cotation des professionnels : C) Le document unique des professionnels a été écrit en La médecine de santé au travail réalise un travail a priori sur les liés aux maladies professionnelles : infectieux, psychopathologique, physique et chimique et adapte les visites médicales des salariés en fonction de ces données. lle met à jour une fiche d entreprise. Dans le cadre d un module universitaire, le responsable qualité a testé avec 4 instances gestionnaires de (comité du médicament, circuit du patient, circuit des repas, CHCT) la méthode AMDC, sur leur processus spécifique, de mars à juin Il serait nécessaire d établir un organigramme transversal de la gestion des, en lien avec les responsables des différentes instances et services dans la perspective de la structuration globale des. - Critère 14c : Des dispositions sont en place pour identifier et analyser a posteriori les (proposition de cotation des professionnels : B) Les fiches de signalement des évènements indésirables, les fiches de déclarations réglementaires des vigilants, les déclarations des accidents du travail, les plaintes et réclamations, les commentaires formulés par les patients dans les questionnaires de sortie, les résultats des enquêtes de satisfaction, les indicateurs suivis, constituent les sources d information alimentant la démarche d identification des a posteriori. La déclaration des actes d agressions et de violences dans les services de soins donne lieu à une enquête systématique, suivie d une analyse en continu des éléments collectés. La fiche de déclaration des évènements indésirables recense des indicateurs à déclaration obligatoire, spécifiques à la psychiatrie : mise en chambre Page 6 sur 27

7 d isolement/contention, sortie contre ou sans autorisation médicale, introduction de produits illicites, agression/violence, tentative de suicide/suicide, départ de feu/incendie. Ces données sont traitées par les instances ou professionnels de référence, dont les responsabilités sont définies : CCVGR, vigilants, médecine de santé au travail, direction, CHCT, CLIN. lles sont utilisées pour définir ou actualiser le programme de gestion de la qualité et des. - Critère 14d : Les résultats issus des analyses de risque permettent de hiérarchiser les et de les traiter (proposition de cotation des professionnels : C) L analyse des permet, au niveau du CCVGR et de la médecine de santé au travail (accidents du travail) de hiérarchiser les et prioriser les actions sur la base d une échelle fréquence/gravité, débouchant sur une lecture prévention/protection. Ces deux instances construisent un programme annuel d actions. Le CLIN construit également un programme annuel d actions. Le dispositif sera harmonisé dans le cadre de la structuration globale des, intégrant toutes les parties concernées sur la base d une méthodologie commune. - Critère 14e : La gestion d une éventuelle crise est organisée (proposition de cotation des professionnels : B) L établissement a mis en place et défini, en février 2005, le fonctionnement d une cellule de crise : composition, communication de crise, implantation, agencement et équipements, moyens de communication et de transport, contrôle des locaux et archivage des documents. Ce document a fait l objet d une diffusion ciblée, à tous les services intrahospitaliers et à toutes les instances. Hors plans précisés au critère 14f, les scénarios de crises potentielles ne figurent pas dans ce document. Ce dispositif n a pas fait jusqu à présent l objet d exercice de simulation. Des soignants sont formés à la relation d aide, gestion des urgences vitales (infirmiers) et gestes de premiers secours (ensemble du personnel). - Critère 14f : La gestion d une éventuelle crise est organisée (proposition de cotation des professionnels : C) L établissement a mis en place et écrit plusieurs plans d urgence : plan blanc (afflux de victimes), plan bleu (afflux de personnes âgées) et plan canicule. Aucune formation, ni exercice de simulation n accompagnent ces dispositifs. Ces documents ont fait l objet d une diffusion ciblée Axes d amélioration de la qualité Outre la structuration globale et transversale de la gestion des (critère 14a), deux orientations sont proposées par le groupe : Définition des scénarios de potentiels spécifiques à l établissement Mise en œuvre de simulation des scénarios de V PROJT QUALIT / RIQU Poursuivre et développer l écoute client L organisation transversale et partagée de toute démarche qualité s initie à partir de l identification des attentes et besoins des usagers, l analyse de leur faisabilité et du respect des normes règlementaires. Afin d optimiser la qualité du service rendu et la sécurité des soins, l établissement a inscrit dans son projet qualité une politique volontariste d enquêtes de satisfaction : usagers à distance de l hospitalisation, exercice professionnel des Page 7 sur 27

8 salariés, usagers du restaurant d entreprise, rotation des salariés. lles sont reconduites à périodicité définie et donnent lieu à des actions de la qualité ciblées. D autres enquêtes de satisfaction (..) seront élaborées, diffusées et exploitées sur le projet d établissement : Correspondants externes (médecins traitants, centres hospitaliers, structures médico-sociales, ) Conditions de travail des salariés de la Fondation ervices logistiques et travaux Planning pluriannuel : stratégique opérationnel Programmation Pilotage Indicateur de suivi Poursuivre et développer l écoute client.. Usagers à distance de l hospitalisation n continu ervice qualité.. xercice professionnel.. Logistiques et travaux.. Restaurant d entreprise.. Correspondants externes.. Conditions de travail.. Rotation des professionnels - Diffusion(2) / exploitation: 2007, laboration Diffusion / exploitation : 2007, Diffusion /exploitation : 2008, laboration Diffusion/ exploitation : 2008, laboration Diffusion /exploitation : Diffusion /exploitation : 2009 ervice qualité ervice qualité ervice qualité ervice qualité ervice qualité ervice qualité % de retour % de satisfaction Afin de décentraliser les démarches qualité et de favoriser la subsidiarité, ces enquêtes seront assorties des éléments de communication suivants : Mise en place de tableaux de bords comparatifs retours des enquêtes / secteur d activité d origine (Pilotage : service qualité) Diffusion trimestrielle d une synthèse des questionnaires de sortie analysés par la CRUQ (Pilotage : secrétaire générale) Page 8 sur 27

9 2 Tranversaliser: cartographier les processus La première priorité du projet qualité / gestion des 2007/2011 est d apporter une vue d ensemble sur les principales activités de l établissement, la traçabilité des responsabilités afférentes, le fonctionnement des interfaces entre professionnels et secteurs d activité, les priorités d amélioration de la qualité / gestion des et leur suivi / actualisation (Boucle de DMING). A partir d une cartographie des macro-processsus transversaux de l établissement, il s agit de poser les fondations d un nouveau mode de management qualité / gestion des, fondé sur la compétence, à caractère systémique, transversal et participatif. Cette approche précise mieux la participation de chaque acteur à la réalisation du service rendu, en interaction avec les différents professionnels concernés. n offrant une meilleure lisibilité des fonctionnements, ce dispositif permet d améliorer le service médical rendu au patient, la sécurité des biens et des personnes, la satisfaction des usagers et autres parties intéressées mais également celle des professionnels de l institution. Il anticipe les difficultés et favorise la prévention. La formalisation de cette cartographie des principaux processus de l établissement, pilotée par le service qualité / gestion des, sera menée en deux temps, en impliquant les responsables et salariés concernés. lle s inspirera de la construction du manuel de certification V2, construit selon cette logique : 1 er temps : décrire chaque processus identifié, à l aide de l outil QQOQCP 2 ème temps : détermination des critères et méthodes pour leur déroulement et maîtrise 3 ème temps : mise à disposition des ressources et de l information nécessaires 4 ème temps : mesure, pilotage et analyse des processus pour engager des actions d amélioration qualité / gestion des L objectif affirmé à travers cette structuration qualité / gestion des est de déboucher, à l horizon du prochain projet d établissement, sur l écriture d une politique qualité de chaque secteur d activité de l établissement : management général, finances, ressources humaines, système d information, logistique et travaux, prise en charge du patient, Page 9 sur 27

10 Proposition de cartographie des processus pour l établissement ystème de management par la qualité Amélioration continue C L I N T P A R T I et I N T R X I G N C Consultations Hospitalisation Prise en charge de l'urgence psychiatrique Gestion des R.H. Management/Pilotage stratégique (Définir la politique et la stratégie - Manager - Conduire le changement - Maîtriser le système d'information et communiquer Management des Ressources transversales (Organiser - Gérer - valuer - Améliorer) Gestion logistiques et travaux (achats, maintenance ) A C C U I L valuation clinique OIN Gestion Qualité et et environnement Gestion financière ystème d'information Instruction et suivi du dossier patient P R C R I P T I O N Pharmacie Bloc Consult. xterne Labo... Données DIM OIN O R T I Mesures, Analyse, amélioration continue Domicile D (réseau) Médecin traitant A T I F A C T I O N C L I N T P A R T I et I N T R Page 10 sur 27

11 Planning pluriannuel : stratégique opérationnel Tranversaliser: cartographier les processus de l établissement Management/pilotage stratégique Ressources humaines Fonctions hôtelières et logistiques Organisation qualité/gestion des Ressources financières ystème d information Programmation 2007/2008 Pilotage Les directions concernées/ CM (soutien méthodologique du service qualité / gestion des Indicateur de suivi - Revue de processus annuelle en COPIL, sous la responsabilité des pilotes de processus définis, à partir de uivi des indicateurs définis Prise en charge du patient criture d une politique qualité décentralisée sur chaque secteur d activité (Projet d établissement ) 2011 Direction générale - Intégration d un chapitre «Politique qualité» pour chaque secteur d activité dans le prochain projet d établissement et validation par l ARH 3 Former La diffusion constante de bonnes pratiques, la progression des connaissances, l application des directives et textes règlementaires, l appropriation des méthodes et outils de la qualité, l efficacité de la gestion documentaire, conditionnent l adaptation continue du service rendu aux usagers, familles et à l ensemble des parties intéressées. Au regard des constats et éléments d appréciation fournis par l autoévaluation 2007 et à partir d une priorisation pluriannuelle institutionnelle des formations jugées sensibles, l objectif est d assurer la formation et/ou réactualisation périodique des connaissances de 100 % des professionnels concernés, dans un délai de 4 ans. Pour crédibiliser ces formations, assurer et garantir leur déploiement opérationnel, il est nécessaire de les débuter par les cadres concernés. Quatre axes sont retenus : Page 11 sur 27

12 nsemble des professionnels médicaux, soignants, administratifs et logistiques Gestion des et vigilances sanitaires Méthode et outils de la qualité Droits du patient, secret médical et secret professionnel Médecins et infirmiers : Urgences vitales, intégrant la formation à l utilisation de défibrillateur, avec une priorité de formation aux médecins généralistes et infirmiers du AO Aides soignants, AMP et AL Gestes de premiers secours Cette formation sera proposée facultativement aux psychologues, rééducateurs, secrétaires et assistantes sociales tructurer un plan annuel de formation médicale avec des priorités institutionnelles : réponses aux priorités de santé publique, aux évolutions des pratiques et réglementaires, aux orientations stratégiques de l établissement Planning pluriannuel : stratégique Former opérationnel - Gestion des et vigilances sanitaires - Méthode et outils de la qualité - Droits du patient, secret médical et secret professionnel Programmation Pluriannuelle ( ) Pilotage ADRH Indicateur de suivi - 100% professionnels formés et/ou des connaissances réactualisées sur la période % des cadres concernés formés prioritairement - Urgences vitales Pluriannuelle ( ) ADRH - 100% des médecins généralistes et infirmiers du AO formés en priorité - 100% médecins et infirmiers formés et/ou connaissances réactualisées sur la période % des cadres concernés formés prioritairement Page 12 sur 27

13 - Gestes de premiers secours Pluriannuelle ( ) ADRH -100% des AD, AMP et AL, formés et/ou connaissances réactualisées sur la période % des cadres concernés formés prioritairement tructuration d un plan annuel de formation médicale Pluriannuelle ( ) ADRH - % de psychologues, rééducateurs, secrétaires et assistantes sociales formés. - % de médecins formés chaque année sur les priorités de formation définies par la CM 4 Décentraliser, responsabiliser, sensibiliser Le programme d amélioration de la qualité et de gestion des, défini à l issue de l autoévaluation 2007, pose pour chacune des 74 actions identifiées un indicateur, un délai précis et un pilote chargé du suivi. Cette approche pragmatique intègre la logique d approche processus (Cf paragraphe 2), qui permet de valoriser la contribution de chaque acteur à la réalisation de la prestation et d améliorer les interfaces organisationnelles. ur la période , la majorité des actions d amélioration reposait sur le service qualité. L ambition est aujourd hui de faire passer l établissement d un projet qualité centralisé à de la qualité dans tous les projets. Cela suppose de développer la subsidiarité en conjuguant harmonieusement orientations institutionnelles, sectorielles et d unités élémentaires. Les conseils de secteur et chaque cadre, du plus haut niveau au plus près du patient, se saisiront des écarts significatifs, définiront avec leur équipe un programme d amélioration de la qualité répondant à leur réalité de terrain. L implication claire des responsables institutionnels, acteurs de premier rang de l amélioration de la qualité, constitue le pré requis de la réussite et du développement d une dynamique déconcentrée et systémique Planning pluriannuel : stratégique Décentraliser, responsabiliser, sensibiliser opérationnel Responsabiliser les cadres - Intégration dans les fiches de poste de l ensemble des cadres et contremaîtres de leurs responsabilités et de la nécessité d exemplarité en matière d amélioration de la qualité et de gestion des Programma tion Pilotage ADRH Indicateur de suivi - 100% des fiches de poste des cadres et contremaîtres actualisées - 100% des cadres concernés formés prioritairement Page 13 sur 27

14 - Intégration dans les contrats d embauche et de remplacement d une clause de participation du salarié à la démarche qualité / gestion des de l établissement et de respect des procédures internes n continu ADRH - 100% des nouveaux contrats à jour de cette clause 5 Poursuivre la structuration de la gestion documentaire institutionnelle La gestion documentaire de la Fondation, mise en place, regroupe aujourd hui de nombreuses procédures et enregistrements, centrés dans un premier temps sur la gestion des institutionnels. Construite sur la base d une procédure de gestion documentaire et d une procédure des procédures, elle se structure depuis 2007 autour d un manuel qualité, conformément aux objectifs du précédent projet d établissement. Le mode d élaboration, de diffusion, de prise de connaissance par les professionnels et les modalités de classement et d archivage des documents sont définis afin de permettre leur accès à tous, en tous lieux, aux versions actualisées. Dans le cadre de la structuration de l approche processus, le mouvement de rapprochement et d harmonisation des pratiques s effectuera naturellement. L objectif est de passer d une logique de secteur à une logique transversale et globale. Dans cette perspective, l établissement inscrit dans son budget 2007 l acquisition d une borne intranet permettant l accessibilité à toutes les unités de la Fondation de la gestion documentaire qualité, qui intégrera progressivement les données externes utiles aux professionnels : réglementation, guides HA, bonnes pratiques, références opposables, Planning pluriannuel : stratégique opérationnel Programmation Pilotage Indicateur de suivi Poursuivre la structuration de la gestion documentaire - Acquisition d une borne intranet 2007 Direction générale 100% des professionnels des sites intra et extra ont accès à la gestion doc. harmonisée 6 valuer L établissement accorde une importance particulière au suivi et à l actualisation de ses programmes qualité et de gestion des. Des indicateurs sensibles en psychiatrie sont en place. Après une période de test du questionnaire élaboré en interne, l indicateur «agression, violence» est suivi en continu. Depuis début septembre 2006, chaque déclaration, donne lieu à une enquête approfondie, exploitée sous informatique. Le centre hospitalier inscrit l audit qualité interne comme indicateur d évaluation et de progrès dans sa politique d amélioration continue. La formation de 25 auditeurs qualité interne est inscrite aux plans de formations 2007 et Dès 2008 le comité de pilotage de la qualité sera amené à valider tous les ans un programme annuel d audits. Des audits réguliers Page 14 sur 27

15 du dossier patient et des circuits à risque sont programmés au plan d amélioration découlant de l autoévaluation. La politique de gestion documentation programme d autre part l audit systématique de chaque procédure, tous les deux ans, afin d évaluer sa pertinence, son adaptation aux pratiques, au cadre réglementaire et son efficacité. Planning pluriannuel : stratégique valuer opérationnel - laboration d un programme annuel d audits internes - Actualisation de la démarche qualité Programmation Pilotage Indicateur de suivi 2008 et annuel ervice qualité Nombre d audits réalisés annuellement 2 revues de direction annuelle Direction générale Nombre de revues de direction annuelles 7 - Informer / communiquer La communication joue un rôle clé dans le développement des démarches qualité mais aussi dans la confiance accordée par les usagers, familles, partenaires du réseau et instances de tutelles. lle donne du sens à la dynamique qualité /, valorise les compétences, les complémentarités, l initiative et le retour d expérience, permettant d inscrire chaque salarié et l ensemble des structures de la Fondation dans une démarche gagnant gagnant. Quatre axes sont développés : Création d une feuille d information qualité / gestion des à diffusion semestrielle : assurer un retour continu et synthétique sur le projet qualité /, sur les PAQ( Programmes d amélioration de la qualité) et PP en cours, les indicateurs sensibles en psychiatrie suivis par l établissement, afin de mobiliser et favoriser l implication de tous dans la dynamique qualité / gestion des Création d une journée annuelle d information qualité / gestion des sur la Fondation : promouvoir les pratiques externes et internes innovantes, valoriser le retour d expérience et favoriser l appropriation transversale des bonnes pratiques, communiquer avec les partenaires du réseau. Renforcer la communication vers les usagers : Favoriser une meilleure qualité et continuité des soins, mieux répondre aux besoins et attentes des usagers, améliorer la confiance. Page 15 sur 27

16 Renforcer la communication à destination des nouveaux arrivants : : ensibilisation aux règles fondamentales de l établissement : règlement intérieur, droits du patient, règles d hygiène, ainsi qu à la qualité et gestion des Planning pluriannuel : stratégique Informer / communiquer opérationnel Programmation Pilotage Indicateur de suivi Création d une feuille d information qualité / gestion des Annuelle ervice qualité/gestion des - 2 parutions annuelles Création d une journée annuelle d information qualité / gestion des sur la Fondation Annuelle ervice qualité/gestion des - 1 journée organisée annuellement Renforcer la communication vers les usagers par leur Intégration aux instances qualité 2007 Direction générale - 2 représentants d usagers et de familles au COPIL, CLUD et à la commission de prévention du tabagisme (déjà présents à la CRUQ et au conseil de surveillance) Retour d information en continu des résultats des enquêtes de satisfaction et questionnaires de sortie sur le site intranet de la Fondation et sur un affichage synthétique dans le hall de l administration et des services d admission 2008 et en continu Direction générale - 1 mise à jour trimestrielle des informations diffusées Page 16 sur 27

17 - Renforcer la communication des nouveaux arrivants : organisation d une journée périodique d accueil des nouveaux arrivants Trimestrielle ADRH - 4 journées organisées par an - % de nouveaux salariés et stagiaires concernés sur le nombre total des nouveaux salariés et stagiaires employés. - Mise à jour du livret d accueil du personnel 2008 ADRH - Diffusion du nouveau support VII TRUCTURATION GLOBAL D LA GTION D RIQU 1 Définitions Le Risque L Anaes en propose deux définitions: «ituation non souhaitée ayant des conséquences négatives résultant de la survenue d un ou plusieurs évènements dont l occurrence est incertaine» «Tout événement redouté qui réduit l espérance de gain et/ou d efficacité dans une activité humaine» 1-2- La Gestion des à l hôpital C est «un effort organisé pour identifier, évaluer et réduire, chaque fois que possible les encourus par les patients, les visiteurs et le personnel» (Norme IO 8402) A l hôpital elle peut être définie comme «un processus régulier, continu et coordonné, intégré à l ensemble de l organisation, qui permet l identification, le contrôle, l évaluation des et des situations à qui ont causé ou auraient pu causer des dommages aux patients, aux visiteurs, aux professionnels, aux biens de l établissement». 2 Contexte et évolution règlementaires Depuis 2002, l établissement s est attaché à développer sa gestion des. La démarche a, dans un premier temps, conforté l organisation et le suivi des contrôles réglementaires, par des approches sectorielles et produits (vigilances). Cette approche est à dominante réactive et a posteriori, en tuyau d orgue. lle est complétée dans le cadre de l accréditation 2003 par la mise en place du circuit de signalement des évènements indésirables, puis du CCVGR (comité de coordination des vigilances et de gestion des ). Cette instance examine et valide la lecture annuelle des évènements indésirables, qui débouche, dès 2003, sur l élaboration d un programme de prévention annuel des, hiérarchisé sur la base d une marelle de criticité fréquence / gravité. La circulaire du 29 mars 2004 situe le champ des en établissements de santé : spécifiques aux activités médicales et de soins, mais aussi, techniques, environnementaux, informatiques, sociaux, financiers, Ces étant internes, externes, exceptionnels. Page 17 sur 27

18 La gestion des devient un art et une science, appelant à une nouvelle gouvernance et s appliquant à des systèmes complexes où les interactions sont multiples. lle doit s appuyer sur un véritable management des, piloté par un gestionnaire de formé et possédant des compétences établies. Cette circulaire et les nouvelles exigences de la certification V2 se traduisent courrant 2005 par trois décisions du Directeur Général : La gestion des sur la Fondation est confiée au coordonnateur qualité, titulaire d un Master II «Management,, sécurité, environnement en santé» sous la responsabilité directe du Directeur Général. L approche a posteriori des est complétée par un suivi d indicateurs sensibles en psychiatrie, prédéfinis, servant de signal d alerte et déclenchant systématiquement une analyse poussée. Ces évènements sentinelles sont : agression/violence, tentative de suicide/suicide, sortie sans avis médical, mise en chambre d isolement / contention, départ de feu / incendie. Développement de l approche a priori des à partir d un «Questionnaire gestion des : diagnostic des vulnérabilités», adressé à tous les cadres et contremaîtres de la Fondation et à tous les acteurs de la Fondation. Ce support a vocation à recenser tous les liés aux soins, aux professionnels / patients / visiteurs, à l ensemble de la Fondation et à l environnement de la Fondation. Ces orientations posent les fondations d une organisation transversale et globale. : engagement de la Direction, personnel compétent, définition d une politique, organisation structurée, connaissances précises des processus concernés, méthodes reconnues et complémentaires entre elles. L approche prédictive complète l approche rétrospective, privilégiant la prévention sur la réparation. Les domaines de la gestion des en établissement de santé et la place de son gestionnaire se situe à l intersection de quatre axes fondamentaux : soins, logistiques et techniques, finances et administration, stratégie et communication (chéma ci-dessous). Les domaines de la gestion globale des hospitaliers ystèmes d'information Maîtrise des plateaux techniques Gestion des réglémentés (vigilances) Gestion des plaintes Autres aux principaux processus de soins oins Gestion des GH soignantes Maintenance et sécurité laboration du projet d'établissement Logistique et information tratégie et communication uivi du contrat d'objectifs et de moyens ervices logistiques outien au CA et aux actionnaires Finance et administration Maîtrise de la T2A Maîtrise du budget d'exploitation Gestion des ressources humaines Maîtrise du budget d'investissements Page 18 sur 27

19 3- Plan d actions Définir les responsabilités de la gestion globale des au CH de Bégard Le Directeur général est le garant des conditions de développement et de structuration de la gestion des. C est un projet global qui demande une implication active des cadres et médecins. Le CCVGR est l instance référente de la gestion des. Le rôle du gestionnaire de est «d animer, de coordonner la démarche, de mettre en œuvre et d évaluer le projet et le programme de gestion de. La transversalité de sa fonction lui permet de mobiliser toutes les compétences utiles et de fédérer tous les acteurs autour des objectifs du programme» (Circulaire 29 mars 2004). La mission et les responsabilités du gestionnaire de de la fondation sont à définir sur une fiche de poste. Page 19 sur 27

20 Organigramme des responsabilités : Directeur Général Décide et impulse la politique de Gestion des Risques Alloue les ressources Réalise les revues de direction IH* Responsable Qualité / Gestionnaire des Risques Pilote la politique globale et transversale de gestion institutionnelle des Facilitateur à l'interface avec la démarche qualité et certification Collecte les signalements Met en œuvre les plans d'actions préventives et correctives Construit et met en œuvre les indicateurs et les tableaux de bord de suivi CCVGR* et Cellule de Gestion des Risques Binôme Managérial des services (médecin chef, attaché de direction, contremaîtres, cadres...) Analyse les processus, établit la cartographie des et les classe par degré de gravité et par priorité uit l'analyse des signalements uit la mise en oeuvre des plans d'actions préventives et correctives uit les indicateurs Construit et met en œuvre les plans de protection Construit et met en oeuvre le plan de communication Garant de la mise en oeuvre des signalements Informe le Gestionnaire des des actions immédiates mises en oeuvre Garant de la mise en œuvre des actions décidées par la CGRV Acteur du plan de communication vers les collaborateurs Chaque professionnel de l'établissement *IH : ystème d'information Hospitalier CCVGR : Comité de coordination des vigilances et de gestion des Acteur dans le processus de signalement Acteur de la mise en oeuvre des plans de protection, d'actions correctives et préventives ource : DHO/ Ministère de l'mploi et la olidarité 2002 Page 20 sur 27

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion.

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. I - LE CADRE REGLEMENTAIRE Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. Ce projet - Administration, Gestion,

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE

GUIDE METHODOLOGIQUE GUIDE METHODOLOGIQUE AIDE A LA MISE EN PLACE D UNE POLITIQUE «QUALITE ET RISQUES» EN ETABLISSEMENT DE SANTE Février 2006 Direction des Activités Médicales et de la Qualité Cellule Qualité, Risques et Vigilances

Plus en détail

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale La hiérarchisation des risques, une aide à la décision 2 ème congrès de l Afgris 16 et 17 octobre 2003 Direction de l Hospitalisation

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa :

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa : POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017 Document validé le Nom : M. GROHEUX Nom : M. MATHIEU Fonction : Directeur Fonction : Président de la CME Visa : Visa : Page

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 [POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES, SECURITE DES SOINS, ENVIRONNEMENT] 1 ENGAGEMENTS QUALITÉ, SÉCURITÉ, GESTION DES RISQUES ET ENVIRONNEMENT Depuis sa

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY. Lanuéjols 48000 MENDE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY. Lanuéjols 48000 MENDE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY Lanuéjols 48000 MENDE SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p. 3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

Qualité et gestion des risques

Qualité et gestion des risques formation 2007 Qualité et gestion des risques Qualité et certification HAS Démarche qualité Qualité et certification ISO Qualité en imagerie Qualité au laboratoire Management des risques Risques spécifiques

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

PROJET QUALITE 2015-2019

PROJET QUALITE 2015-2019 PROJET QUALITE 2015-2019 [Texte] TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION 5 II. LES ORIENTATIONS 6 AXE 1 PERENISER UN SYSTÈME DE MANAGEMENT BIEN STRUCTURÉ DANS LEQUEL LES ACTEURS S IMPLIQUENT ACTIVEMENT 6 a.

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE Définitions Successivement la cartographie a été: L'Art de dresser les

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

Projet de communication

Projet de communication PROJET D'ETABLISSEMENT 2012 / 2016 - TOME 6 - Projet de communication 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 RECAPITULATIF DES FICHES ACTIONS... 5 Communication Interne... 6 FICHE N COM INT 01 A... 7 Communication

Plus en détail

CERTIFICATIONS EN SANTE

CERTIFICATIONS EN SANTE CERTIFICATIONS EN SANTE INSTITUT CLAUDIUS REGAUD Délégation Qualité David VERGER 20-24, rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex 05-61-42-46-22 Verger.david@claudiusregaud.fr CLAUDIUS REGAUD, PÈRE

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

L analyse de processus au service de la gestion des risques

L analyse de processus au service de la gestion des risques L analyse de processus au service de la gestion des risques 1. Pourquoi faire? 2. L analyse des processus : une notion clé Définition Typologie et cartographie Niveaux d approche 3. Une approche pour identifier

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

Charte de contrôle interne

Charte de contrôle interne Dernière mise à jour : 05 mai 2014 Charte de contrôle interne 1. Organisation générale de la fonction de contrôle interne et conformité 1.1. Organisation Le Directeur Général de la Société, Monsieur Sébastien

Plus en détail

Re c o m m a n da t i o n s d e b o n n e s. L évaluation interne : repères pour les établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Re c o m m a n da t i o n s d e b o n n e s. L évaluation interne : repères pour les établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes Re c o m m a n da t i o n s d e b o n n e s pratiques professionnelles L évaluation interne : repères pour les établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes INTRODUCTION... 5 L évaluation

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr CATALOGUE 2015 1 LE MOT DU DIRECTEUR Fort du succès de nos formations vous avez été plus nombreux à vouloir poursuivre l aventure avec TS CONSULTANT. Aussi pour satisfaire une demande continuellement forte,

Plus en détail

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE DANS LE SECTEUR SANITAIRE OU MÉDICO-SOCIAL Formation permettant l obtention d un certificat professionnel CPFFP SPÉCIALISATION EN MANAGEMENT D ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

Plus en détail

26, boulevard de Louvain 13285 MARSEILLE Cedex 08 www.hopital-saint Joseph.fr. HAD Saint Joseph. Service d hospitalisation à domicile

26, boulevard de Louvain 13285 MARSEILLE Cedex 08 www.hopital-saint Joseph.fr. HAD Saint Joseph. Service d hospitalisation à domicile 26, boulevard de Louvain 13285 MARSEILLE Cedex 08 www.hopital-saint Joseph.fr HAD Saint Joseph Service d hospitalisation à domicile Sommaire édito 3 édito 4 Présentation du groupe Saint Joseph 6 Qu est

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE

MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE Les exigences croissantes en termes de qualité comptable et financière amènent les entités publiques dans leur ensemble à renforcer leur démarche de maîtrise des risques

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon le 4 avril 2012 Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité Dominique COMBEAU, Pharmacien Hospitalier,

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité 8 ème journée professionnelle de l ANTAB - 21 Octobre 2011 Fatima TOUBAIS Ingénieur qualité Accréditation des Laboratoires Direction

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

Secteur de la santé, le métier et la fonction L environnement territorial sanitaire et médico-social (liée au poste d affectation)

Secteur de la santé, le métier et la fonction L environnement territorial sanitaire et médico-social (liée au poste d affectation) Secrétaire Médicale - MEDICO-SOCIALE Titre enregistré par le Ministre au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) par arrêté publié au journal officiel de la République Française

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

Système d Information Hospitalier L expérience du Centre Hospitalier Ibn Sina (CHIS)

Système d Information Hospitalier L expérience du Centre Hospitalier Ibn Sina (CHIS) Séminaire SIM 07 FMP de Fès, le 02 juin 2007 Système d Information Hospitalier L expérience du Centre Hospitalier Ibn Sina (CHIS) Auteurs : Mme Drissia ELACHEJAI Ingénieur en chef Centre Hospitalier Ibn

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie)

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Cette évaluation s est réalisée sur le mois d aout 2013. Un groupe de travail a été formé avec le médecin coordonateur, l infirmière coordinatrice,

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE 2 Projet organisation administrative et technique > Sommaire Sommaire PREAMBULE POURQUOI? Les objectifs

Plus en détail

Santé durable et responsable

Santé durable et responsable Santé durable et responsable Je suis verteux! Qui le dit et comment je le mesure? Dossier de presse, 11 juin 2015 Présentation du guide d'évaluation RSE santé selon le modèle AFAQ 26000 à l usage des établissements

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR «Services et prestations des secteurs sanitaire et social» Septembre 2007 Arrêté portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CRF DE SAINT BLANCARD

RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CRF DE SAINT BLANCARD RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CRF DE SAINT BLANCARD - 32140 - Saint Blancard JUILLET 2012 SOMMAIRE PREAMBULE 4 1. Les objectifs de la certification des établissements de santé 5 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Plan de communication Politique d établissement émis le : Avril 2007 Par Direction de la communication Table des matières 1 Etat des lieux 3 1.1 Le cadre et les définitions 3 1.2 Le contexte extérieur

Plus en détail

Auditabilité des SI Retour sur l expérience du CH Compiègne-Noyon

Auditabilité des SI Retour sur l expérience du CH Compiègne-Noyon Auditabilité des SI Retour sur l expérience du CH Compiègne-Noyon 8 avril 2015 DGOS Rodrigue ALEXANDER 1 Le CH Compiègne-Noyon Territoire de santé Oise-Est (Picardie) issu d une fusion au 1/01/2013 1195litsetplaces(MCO,SSR,HAD,USLD,EHPAD)

Plus en détail

1. Présentation de l échelle de maturité de la gestion des risques

1. Présentation de l échelle de maturité de la gestion des risques MODE OPERATOIRE DE L ECHELLE DE MATURITE DE LA GESTION DES RISQUES Les exigences croissantes en termes de qualité comptable et financière amènent les entités publiques dans leur ensemble à renforcer leur

Plus en détail

Projet Logistique Sécurité Technique Environnement

Projet Logistique Sécurité Technique Environnement PROJET D'ETABLISSEMENT 2012 / 2016 - TOME 4 - Projet Logistique Sécurité Technique Environnement 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 RECAPITULATIF DES FICHES ACTIONS... 5 FICHE N LOG A1... 7 Amélioration de la

Plus en détail

Evelina NASONOVA. Introduction :

Evelina NASONOVA. Introduction : MEMOIRE SCHEMA DIRECTEUR DEVELOPPEMENT DURABLE POUR UNE USINE RENAULT DANS LE MONDE SOUTENU LE 21 NOVEMBRE 2006 A L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES Evelina NASONOVA Ce travail a été réalisé au sein

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Fédérer, responsabiliser votre personnel autour d un projet commun. Un outil intelligent de management. Séminaire démarche qualité en hôtellerie, 23/01/07

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

MANUEL D ACCRÉDITATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MANUEL D ACCRÉDITATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MANUEL D ACCRÉDITATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Février 1999 Direction de l accréditation Tous droits de traduction, d adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour tous pays. Toute

Plus en détail

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica.

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica. ARS : un an après leur création, l Observatoire de la Régionalisation dresse un premier bilan de leurs actions et de la montée en charge de la loi HPST et Direct Research créent l Observatoire de la Régionalisation.

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail