Le traitement des nouvelles formes de communication écrite

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le traitement des nouvelles formes de communication écrite"

Transcription

1 Chapitre 1 Le traitement des nouvelles formes de communication écrite 1.1. Introduction C est devenu un terrible lieu commun, mais il faut bien le dire : on assiste depuis quelques années à une véritable explosion des nouvelles formes de communication écrite (NFCE) : sites web, s (appelés aussi courriels ou méls), forums, messageries instantanées (ou chats), SMS, blogs 1, etc. Les prédictions alarmistes des années , qui voyaient la disparition de l écrit avec l invasion de la télévision et du téléphone, se sont révélées totalement erronées : la planète n a jamais autant écrit. Pour ne citer que quelques chiffres (qui seront sans doute périmés à la parution de cet ouvrage, tant l évolution est rapide) : Chapitre rédigé par Jean VERONIS et Emilie GUIMIER DE NEEF. 1 Les forums sont des groupes de discussions relatifs à une thématique. Les internautes peuvent y lire et y poster des messages alimentant ainsi le débat (cf. Le chat est une technique permettant de dialoguer avec d autres internautes en temps réel sur internet (cf. Ces discussions peuvent se faire entre deux internautes ou plus, en privé ou dans des salons. L un des protocoles permettant le chat est l IRC (cf. Le SMS (Short Message Service) est une technologie permettant d émettre et de recevoir des messages courts (160 caractères maximum) sur un téléphone mobile (cf. l). Un blog est un site web interactif organisé sous la forme d un journal destiné à la publication et au partage d idées (cf.

2 2 Compréhension automatique des langues et interaction Les moteurs de recherche Google, Yahoo, MSN, etc. indexent plusieurs milliards de pages Web 2. On ignore la taille exacte du Web, mais elle est très largement supérieure. Le Web «profond» 3 a été estimé dès 2000 à plus de 500 milliards de pages [BER 01]. Il n est donc sans doute pas exagéré d affirmer qu il a désormais dépassé le billion. En décembre 2002, le nombre de SMS échangés par jour à travers la planète a dépassé un milliard. Près de 130 millions de SMS ont été envoyés pour la seule journée du 1 er janvier 2005 en France 4. Confidentiels il y a peu de temps encore, les blogs se comptent désormais par millions. Le site Technorati 5 en indexe 6 millions en janvier Il se crée un blog toutes les 6 secondes et le rapport Pew [RAI 05], affirme que 27% des internautes américains ont été lecteurs de blogs en L une des caractéristiques les plus frappantes des NFCE est leur déviance par rapport à l écrit classique. Tout le monde a reçu des s remplis de coquilles et à la ponctuation approximative, tels que 6 : il faudrait qu ils lkes représetnent en tennant ciompte des remarques qui leur aont été faites Ca ferait le ppoint sur la recherche de l éaquipe ou des SMS en «langage Texto» [ANI 01] du genre : Kestufé? ca va bi1 ou kwa? Tel moi si tu vi1. Bizz Le traitement automatique de tels énoncés est à peu près impossible avec des outils standard. L explosion des NFCE a été si rapide que la recherche en traitement des langues (TAL) s est peut-être laissée quelque peu distancer 7. Le but de ce chapitre n est évidemment pas d esquisser des solutions. Nous nous bornerons à faire une typologie des particularités linguistiques rencontrées dans les NFCE, en 2 Les tailles exactes indexées sont sujettes à caution [VER 05]. 3 C est-à-dire celui qui est public mais n est accessible qu à travers des formulaires remplis par l utilisateur et ne peut donc être indexé. 4 Journal du Net, 7 janvier 2005 [http://www.journaldunet.com/imprimer/0501/050107sms.shtml] 5 6 Tous les exemples de ce chapitre sont extraits de corpus réels appartenant au laboratoire DELIC. 7 Notons toutefois le développement d un système de correction automatique de SMS préalable à la vocalisation menée chez France Télécom R&D au moyen du logiciel d analyse linguistique TiLT, en partenariat avec le laboratoire DELIC (cf. [BOV 05]).

3 Compréhension automatique des langues et interaction 3 essayant de montrer les difficultés qu elles impliquent pour le traitement automatique. Nous verrons qu elles constituent un défi, qui remet en cause les principes algorithmiques généralement acceptés dans le domaine (séquentialité, etc.) Terminologie Nous avons proposé récemment [GUI 04] le terme «nouvelles formes de communication écrite» face à l absence de terme permettant d englober les différentes formes d écrit issues des Technologies de l'information et de la Communication (TIC). Les termes existants sont en effet peu satisfaisants : La littérature anglophone utilise généralement le terme computermediated communication. Ce terme a deux inconvénients. D une part, il ne fait pas référence particulièrement à l écrit, et il englobe donc communication vocale (par exemple traduction parole-parole), ou visuelle (par exemple avatars-3d). D autre part, il n englobe pas le domaine de la téléphonie, et donc les SMS, bien que des ordinateurs interviennent sans doute quelque part dans la téléphonie moderne On trouve souvent en français la traduction littérale du terme anglophone, à savoir communication médiatisée par ordinateur. Ce terme a les mêmes inconvénients que son homologue anglophone, et, de plus, si le mot médiatiser signifie bien «servir d intermédiaire», ce sens est très rare, et pour l immense majorité des gens il renvoie surtout à «faire de la publicité à travers les médias». Reconnaissant cette difficulté, Rachel Panckurst [PAN 97] propose le néologisme communication médiée par ordinateur. Ce néologisme est d ailleurs utilisé indépendamment dans d autres sciences, par exemple en biologie («La tolérance immunologique médiée par une molécule», etc.). Jacques Anis a enfin récemment proposé [ANI 02] le terme communication électronique scripturale. Ce dernier terme répondrait à nos objections précédentes (peut-être en le simplifiant en communication électronique écrite) mais Jacques Anis en exclut explicitement le Web, qui pour lui s apparente plutôt à une forme de publication, tout comme les livres, les encyclopédies ou les quotidiens. Il nous paraît toutefois

4 4 Compréhension automatique des langues et interaction nécessaire de l englober, car, d une part toute forme d écrit est une forme de communication, mais surtout, il se diversifie fortement dans ses formes : les blogs en sont un exemple. Ils relèvent à la fois de la publication comme des pages Web classiques, mais ils permettent aussi commentaires et discussion comme des forums. Les particularités graphiques et linguistiques qui étaient au départ surtout caractéristiques des SMS ou des chats se retrouvent tout naturellement sur les blogs, mais aussi en des zones de plus en plus nombreuses du Web Applications du traitement automatique des NFCE Les applications du traitement automatique des NFCE sont nombreuses. On peut citer par exemple : la synthèse de la parole, qui intéresse aveugles et malvoyants, et également tous les métiers et situations «mains occupées» (conducteurs de véhicules, etc.) elle peut également constituer une solution de remplacement à la consultation d s, SMS, etc. sur téléphones mobiles (dont la taille de l écran et l ergonomie de saisie ne sont pas optimales), ou sur téléphones fixes classiques ; le repérage et l extraction d informations, dont les applications sont manifestes dans les domaines de la veille et de la surveillance militaires, stratégiques ou économiques et pour lesquels, les forums de discussions constituent des mines d informations ; le filtrage, le routage et la catégorisation, particulièrement pour les s, dont la quantité croissante pose de plus en plus problème aux utilisateurs (il est très probable qu un besoin analogue se fasse rapidement sentir pour la consultation des blogs) ; les systèmes anti-spam, qui demandent à être améliorés pour l , et pourraient s avérer indispensables pour les SMS si l agression par ce canal, encore limitée, continue sa progression (ils sont de plus totalement à développer sur les blogs, qui sont fortement attaqués) ; la traduction automatique, qui pourrait permettre d envoyer des s ou SMS à des correspondants parlant d autres langues ou d échanger avec eux à travers chats, forums ou blogs ; l assistance à la composition, et en particulier la correction orthographique et la saisie prédictive (ou «intuitive»), cette dernière

5 Compréhension automatique des langues et interaction 5 fonctionnalité intéressant en particulier la saisie à partir de claviers réduits (téléphones mobiles et assistants personnels) Particularités textuelles des NFCE Les NFCE se distinguent de l écrit normatif par trois aspects principaux : le respect approximatif des règles orthographiques et typographiques usuelles ; l omniprésence du néologisme et de la néographie, à tel point qu on a pu parler de «cyberlangue» [DEJ 02] ; l émergence de figures de communication spécifiques (smileys 8, etc.), que Florence Mourlhon-Dallies et Jean-Yves Colin proposent d appeler didascalies électroniques [MOU 99]. 9 Pour l instant, on ne dispose pas d étude globale qui fasse le point sur l ensemble des NFCE, mais seulement d études partielles visant l une ou l autre des technologies. Des pans entiers (comme les SMS) ne sont pas couverts de façon systématique, sans doute faute de corpus et du temps nécessaire à la recherche : n oublions pas que la plupart de ces technologies sont très récentes. Notre discussion sera donc principalement qualitative Orthographe et typographie Le relâchement orthographique et typographique que l on observe dans les NFCE est probablement dû à plusieurs causes. Tout d abord, nous noterons le caractère rapide de certaines formes de communication, souvent associé à une capacité d édition relativement restreinte du message et un clavier dont l ergonomie est d abord étudiée pour un usage téléphonique 10 : C est le cas, tout particulièrement des chats, où le dialogue (ou plus exactement multilogue) se fait en temps quasi réel : il faut répondre 8 Encore appelés émoticônes, binettes, souriards 9 Les didascalies sont les indications scéniques d une pièce de théâtre, concernant le ton, la gestuelle, les mimiques, les entrées et sorties de personnages, etc. 10 La discussion ci-dessous se fonde sur le mode «canonique» de composition des différents types de NFCE : chats et à partir d un ordinateur, SMS à partir d un téléphone portable, etc. C est le cas le plus fréquent, mais on observe une tendance à la diversification des modes : on peut envoyer des SMS à partir d ordinateurs, et on peut composer ses s à partir d un téléphone mobile

6 6 Compréhension automatique des langues et interaction immédiatement aux interlocuteurs, et le message ne peut plus être édité une fois parti. Les SMS autorisent un temps d écriture plus long (bien qu ils soient très souvent utilisés sous une forme d échange rapide qui les place dans le même cas que les chats). Toutefois, leur capacité d édition est minimale : il faut parfois effacer toute la fin du message jusqu au point de l erreur pour pouvoir corriger celle-ci 11 et le mode de saisie des téléphones portables est certainement à la source de confusions de touches fréquentes. Les s et forums, quant à eux permettent généralement un confort de composition et d édition optimal (voir cependant la note 10 cidessus), mais ils restent des modes de communication rapide, où l auto-surveillance du scripteur est relativement relâchée. La masse croissante d s auxquels la plupart des internautes sont confrontés diminue d ailleurs probablement leur capacité de vigilance orthographique et typographique. Comme le remarque Rachel Panckhurst [PAN 99], les erreurs sont fréquentes même dans les s de collègues universitaires, et sont généralement bien tolérées (alors qu elles seraient sans doute mal perçues dans les autres types d écrit des mêmes auteurs). Bien que le recul manque pour analyser le phénomène des blogs, il semblerait qu ils bénéficient d un mode d écriture plus soigné, du moins dans la partie «billet». Celle-ci s apparente à une publication, et à ce titre, incite sans doute à l auto-surveillance, et d autre part, les billets sont éditables à volonté, même longtemps après leur publication. On observe que les commentaires, qui sont souvent non-éditables, contiennent des erreurs plus nombreuses. Par ailleurs, les chiffres cités en introduction (plus d un milliard de SMS par jour, etc.), impliquent un élargissement important de la population des scripteurs électroniques, et par conséquent l accès aux NFCE de publics qui ne maîtrisent pas nécessairement toutes les subtilités de l orthographe et de la typographie classiques. La globalisation des échanges intervient également en entraînant une proportion importante d écriture par des locuteurs non natifs (forums, blogs, etc.). Ce phénomène affecte sans doute surtout l anglais, mais on peut l observer également dans une moindre mesure sur le français. 11 Ceci varie en fonction des modèles de téléphone.

7 Compréhension automatique des langues et interaction 7 Parmi les phénomènes les plus frappants, nous pouvons noter tout d abord un relâchement de la ponctuation et de la typographie : [ANI 99b] note que les chats sont peu ponctués ; [TOR 04] fait la même constatation sur les messages de forum. Il est évidemment difficile de juger de l absence de ponctuation à l intérieur des énoncés, car il faudrait les examiner manuellement un par un (et de nombreuses ponctuations étant facultatives, l analyse serait très délicate). Néanmoins, les limites de messages ou d énoncés sont relativement faciles à analyser. [TOR 04] constate que seulement 66% des phrases de forum possèdent une majuscule initiale. [ANI 99b] note que c est le cas pour 7 à 25% des énoncés de chats (amputés des énoncés tout en capitales, qui ont une autre fonction). Dans un corpus de SMS réunis par les étudiants de l Université de Provence [BOV 05], nous notons que ce sont 75% des SMS qui n ont pas de majuscule initiale. En ce qui concerne la ponctuation finale, ce sont 46% des messages de forums, 55 à 80% des énoncés de chats, et 40% des SMS qui n en possèdent pas. On peut donc constater la très grande variabilité selon le type de technologie (les auteurs cités mentionnent de plus une grande variabilité interne, selon le type de chat ou de forum). L autre particularité orthographique manifeste dans les NFCE est leur tendance prononcée aux fautes d orthographe. De fortes variations existent entre technologies (les chats semblent plus affectés que les s et les forums, eux-mêmes plus affectés que les sites Web), et à l intérieur d une même technologie (certains forums sont par exemple beaucoup plus soignés que d autres). Il serait bon de distinguer également, comme proposé dans [VER 88], les erreurs de performance et les erreurs de compétence. Les erreurs de performance sont les fautes de saisie, dues à des causes telles que la rapidité d écriture, l absence ou la difficulté d édition, le manque d ergonomie du clavier ou la faible lisibilité de l écran. Les chats, où la rapidité est importante et la possibilité d édition faible, sont immanquablement les plus affectés par les fautes de saisie. A l opposé, les sites Web sont généralement gérés à travers des systèmes qui permettent une saisie confortable, une relecture et une édition à volonté. Ils sont donc tout normalement moins affectés par ce type de faute. Les facteurs matériels influent non seulement sur la quantité des erreurs, mais aussi sur leur type. Lors de la frappe rapide sur un clavier d ordinateur, on trouve de nombreuses erreurs correspondant aux types suivants : - interversion (souvent due à une mauvaise synchronisation des deux mains) 12 : représetnent - insertion (frappe simultanée de touches adjacentes) : 12 Ces erreurs sont reprises de l exemple d fourni au début de l article.

8 8 Compréhension automatique des langues et interaction lkes, ciompte, éaquipe - redoublements (appui involontairement prolongé sur la même touche) : tennant, ppoint Les SMS ne présentent pratiquement pas d erreurs de ce type. Les fautes de saisie y reflètent la disposition et le mode d utilisation différent du clavier (plusieurs frappes successives pour une seule lettre). Les fautes de saisie sont souvent dues à un nombre erroné de frappes, par exemple : A lumdi (n et m sont sur la même touche) Laniuersair de ma mer (u et v sont sur la même touche, la confusion est aggravé par la proximité de forme des deux lettres) Bien que nous ne puissions rapporter de chiffres exacts, faute d une étude systématique, les erreurs de saisie semblent beaucoup plus limitées dans les SMS que dans les s ou chats. On peut faire l hypothèse que les messages étant très courts, la vitesse de saisie est moins critique. De plus, le système de saisie par frappes répétées sur la même touche impose une lecture attentive lettre à lettre de l écran. Les erreurs de compétence, quant à elles, proviennent de la méconnaissance des règles normatives de la langue. On ne dispose pas, là non plus, d étude systématique, mais il ne nous semble pas que les erreurs de compétence observées dans les NFCE soient spécifiques. On observe la gamme de fautes connues en français, aussi bien en orthographe lexicale (ou d usage) (confusion de graphèmes, du type paralèle, décidemment, etc.) ou grammaticale (en particulier erreurs d accord, confusion participe en é/infinitif en er 13, etc.). La généralisation de l accès aux NFCE a très probablement pour effet d augmenter la proportion des erreurs par rapport à des temps où l écrit électronique était principalement une affaire de professionnels. Or, on sait que les erreurs de compétence posent de gros problèmes aux systèmes [VER 88], car elles demandent in fine une analyse syntaxique et sémantique des textes qui est hors de portée des techniques actuelles. 13 Quand la terminaison -é est mise pour -er, comme dans je v cherché ma seur, cette «erreur», particulièrement répandue en écriture SMS, est plutôt une stratégie d abrègement de mots.

9 Compréhension automatique des langues et interaction Néologisme et néographie Les NFCE sont caractérisées par une forte présence de néologismes, dont les plus frappants sont sans doute les anglicismes, liés à la technique (un , un chat, un blog, etc.) ou faisant partie du jargon de certaines «communautés virtuelles» (par exemple, sur un chat de musique techno : c plus une track construite pr le mix ; me semble que le kick manque de présence ; c'est surtout ce gros lead qui me gêne). Les verbes sont systématiquement francisés dans leur morphologie (je checke, je te kisse, se délogguer, etc.), avec parfois une hésitation graphique (Google donne par exemple occurrences pour se loguer, pour se logguer, pour se logger). Le verlan semble, quant à lui, relativement limité : dans nos corpus (SMS, chats, forums) il se limite à quelques formes faciles à répertorier (meuf = femme, keuf = flic, relou = lourd, etc.). Les néologismes ne posent pas de problèmes conceptuels particuliers au TAL : ils sont difficiles à traiter car ils demandent une incorporation dans les dictionnaires et une mise à jour fréquente, mais c est au même titre que pour les textes scientifiques, par exemple (chimie, etc.). Les «néographies» sont plus délicates à traiter, car elles ne relèvent pas de la seule création de listes. Jacques Anis [ANI 99, ANI 02] groupe sous ce terme toutes les graphies s écartant délibérément de la norme orthographique. Contrairement aux néologismes, il n y a pas création d un nouveau mot, mais simplement d une nouvelle orthographe pour des mots existants. Nous listons seulement très brièvement les catégories proposées par [ANI 99, ANI 02], et nous renvoyons à cet article pour une analyse détaillée : Graphies phonétisantes : généralement remplacement d un des graphèmes complexes ou ambigu du français par une version unilettre (qu k, eau o, s intervocalique z, etc. : koi, pas bo, bizes ) Squelettes consonantiques : bcp (beaucoup), slt (salut), etc. Rébus : lettres et chiffres pris dans leur valeur phonétique (j ai G, cette 7, à demain A2M1, etc.) Troncations : une ou plusieurs lettres finales supprimées pouvant même aboutir à une réduction du mot à son initiale (esp espérer, p tu peux-tu, etc.) Sigles : (tvb tout va bien, atd à ta disposition, etc.) Logogrammes : (en plus en +, à plus [tard] A+, en italien per x, etc.)

10 10 Compréhension automatique des langues et interaction Etirements graphiques (marquant généralement l expressivité) : saaalut! biiiiizzzz! Agglutination de mots : certaines séquences morphosyntaxiques subissent le phénomène de façon privilégiée (jattends / clitique+verbe, 7éta cet état / déterminant+nom, etc.) Didascalies et nouvelles conventions graphiques F. Mourlhon-Dallies et J.-Y. Colin font remarquer dans [MOU 99] que les NFCE utilisent des éléments méta-énonciatifs qui s apparentent aux didascalies du théâtre. Il est intéressant, effectivement, de constater que les NFCE développent des conventions spécifiques destinées à réguler les échanges et les dialogues. Ainsi, tout le monde connaît les smileys ou binettes, qui marquent la connivence, l ironie, ou le besoin de lire un message ou une partie de celui-ci au second degré. Le premier smiley est apparu dans un en 1979, c est-à-dire pratiquement à la naissance de cette forme de communication, ce qui montre que l insuffisance de la ponctuation classique a très vite été perçue. L expressivité (limitée au seul point d exclamation dans la ponctuation classique), peut être notée par différents procédés bien connus des lecteurs de bande-dessinées : l étirement graphique, mentionné cidessus, qui change la forme du mot et le redoublement des marques de ponctuation, particulièrement des points d interrogation et d exclamation : Pqoi tu me donnes + de tes nouvel???? On est sur la plage!!!!!!!! Les majuscules ont également pris un sens conventionnel. Elles sont devenues l équivalent graphique du cri. L exemple ci-dessous est caractéristique (nous gardons l orthographe telle quelle) : Julien34 : SALUT A TOUS!!! Helene_Z : pourquoi tu cris? Julien34 : pardon jai pas l habitude de chatter Les messages électroniques constituent un genre épistolaire particulier, puisqu au contraire des lettres manuscrites, ils peuvent s enchaîner de façon rapide en un véritable dialogue, mais en même temps, ils n ont ni la synchronicité du dialogue oral, ni les caractéristiques prosodiques et mimo-gestuelles spécifiques à celui-ci, qui permettent de transmettre ironie, désapprobation, etc., ainsi qu un certain nombre d informations déictiques (pointer du doigt, direction du regard, etc.). Très tôt dans l histoire du courrier électronique on a vu apparaître le procédé

11 Compréhension automatique des langues et interaction 11 de citation, qui permet d intercaler son propre texte dans les morceaux du message auquel on répond (avec parfois plusieurs niveaux de réponses imbriqués). Le signe supérieur à (>) est le plus fréquent pour marquer les parties citées, mais d autres signes peuvent être utilisés (renforcés parfois par des conventions graphiques, jeux de couleurs, retraits, etc.). La séparation du message original et de la réponse n est pas toujours triviale, comme le montre cet exemple, où le passage cité est repris comme partie intégrante du texte citant : Alors, si tu crois vraiment que >ça n est pas bien grave c est que tu ne vois pas du tout l impact que cette affaire va avoir sur notre crédibilité Les chats, généralement multilocuteurs, ont entraîné d autres types de nécessités, et en particulier celle de préciser l entrée et la sortie des chatteurs, ainsi que l enchaînement des interventions, celles-ci étant listées dans leur ordre d arrivée, qui ne correspond pas nécessairement à celui des réponses. Exemples : Jay-Z entre dans le salon Shy s est absenté(e) (couche bb) KPoeT à mimi : arrete T koneri Enfin, l hypertexte génère un besoin de désigner ce qui est derrière les liens, comme l on pointerait du doigt vers une image. La compréhension du texte demande une interprétation déictique des liens, comme dans l exemple suivant : les informations que vous pouvez trouver ici et ici l étude j ai postée récemment dans un billet assez long 1.5. Idées reçues Sans doute à cause de leur essor spectaculaire, et de la fascination que nos sociétés portent aux déviances par rapport à la norme langagière (que l on se souvienne par exemple de la passion qu ont pu générer les tentatives de réformes orthographiques depuis plus d un siècle), le langage des NFCE a fait l objet d un certain nombre de clichés ou d idées reçues. Une approche scientifique ne peut s en satisfaire, et nous essayons dans cette section d apporter quelques éléments de réflexion sur des bases que nous espérons objectives.

12 12 Compréhension automatique des langues et interaction Ecrit oralisé L un des clichés les plus communs qui affecte le langage des NFCE est qu il s agirait d une forme d écrit oralisé ou d oral écrit, comme l on voudra. Ce cliché repose sur le préjugé selon lequel le parlé est le plus souvent fautif, la seule langue correcte étant écrite. On trouve déjà dans la Technè Grammatikè de Denys de Thrace au 1 er siècle : «la grammaire est la connaissance de ce qu on lit couramment chez les poètes et les prosateurs» [LAL 85]. C est dire à quel point ce préjugé est ancré dans la pensée occidentale. Pourtant, Saussure et Bloomfield (entre autres auteurs) ont essayé de rétablir la primauté de l oral dans les études linguistiques (l écrit n étant qu un système de signes destiné à le coder), mais rien ne semble avoir raison du point de vue péjoratif dont l oral est affecté. On a donc peut-être affaire, dans le cas des NFCE, à une instance de ce préjugé, doublée d un sophisme. Le langage des NFCE est différent, donc il est fautif ; comme il est fautif, c est donc de l oral. Or, Claire Blanche-Benveniste [BLA 97, 90] a largement montré que l oral ne se distingue pas fondamentalement de l écrit, une fois mis à part les phénomènes de production (hésitations, etc.) et certains aspects morphologiques (les marques du pluriel à l oral par exemple ne suivent pas nécessairement celles de l écrit). Tout est question de registres et de fréquences. Il est certain que l oral est souvent informel, et l écrit formel, et c est cette différence qui permet d expliquer les différences observées entre l oral et l écrit (ceci a aussi largement été démontré du point de vue quantitatif par [BIB 88]). Lorsque l oral devient formel, on y retrouve les tournures caractéristiques de l écrit (par exemple des enfants en situation de récit utilisent aisément le passé simple), et à l inverse l écrit informel utilise les tournures fréquentes à l oral (double marquage, clivées, etc.). Il conviendrait donc de conduire des analyses linguistiques détaillées, qui sont hors de portée de cette contribution. Nous prendrons donc seulement quelques exemples qui montrent la complexité des phénomènes. La forme bon particule discursive, ainsi que la tournure c est X que/qui, toutes deux fréquentes à l oral, se retrouvent également fréquentes dans les chats et SMS (on pourrait dans une étude ultérieure séparer les relatives des clivées pour obtenir une image plus précise) : [sms] ok, bon jesp K toi ca va [sms] koukou bon domage pr ce soir joré apprécié [chat] ça srait cool le soleil mais bon un peu de neige de temps en temps jdis pas non! [chat] c toi ki voi [chat] c frangipane ki va rire

13 Compréhension automatique des langues et interaction 13 [chat] c vrai ke ca me saoul grave le chat [sms] on se met tous en commun pr le Kdo ou c chacun ki achète le sien? Les fréquences dans différents corpus montrent que ces formes se positionnent de façon intermédiaire entre l oral et l écrit, SMS et chats se situant plus près de l oral, les forums plus près de l écrit ( Figure 1). freq p freq p oral chat SMS forum litter presse oral SMS chat forum litter presse Bon c est X que/qui freq p freq p chat forum litter presse oral SMS SMS litter forum chat presse oral (il) y a-t-il Car Figure 1. Fréquences dans différents corpus En revanche, d autres formes ne suivent pas du tout ce schéma. C est le cas par exemple de (il) y a-t-il, forme inversée très peu fréquente à l oral, mais très présente dans les chats (mais pas dans les SMS ou les forums) : [chat] y a til personne pour me repondre ici?snif snif [chat] il y a tils des filles ce soir

14 14 Compréhension automatique des langues et interaction C est le cas aussi pour la forme car, à connotation littéraire, très peu présente à l oral, mais plus présente dans les SMS que dans la littérature sans doute pour des raisons de facilité de saisie : [sms] G t appelerai demain du bureau car G plu d forfait [sms] bosse bien lalgebre car ce WE je tapel pr te demandé d chose k g pa comprise [chat] il faut du desherbant car il y a des personnes indesirables içi!!! Agrammaticalité Une deuxième idée reçue, liée à la première, est la prétendue agrammaticalité des NFCE. L agrammaticalité est difficile à définir linguistiquement, et elle est souvent, tout particulièrement dans la communauté TAL, synonyme de déviance par rapport à la norme, telle qu elle est reflétée par l écrit formel (l oral est donc immédiatement fautif). Ce point de vue extrêmement restrictif semble faire fi d un siècle de réflexion linguistique, et entraîne le TAL dans des difficultés supplémentaires, dont il pourrait se passer. Ainsi, par exemple, la chute du ne de la négation en français est purement et simplement un fait de langue. Elle est absente dans 95% des cas à l oral, y compris chez les locuteurs cultivés ou d un niveau social élevé (hommes politiques, par exemple) [BLA 97]. Elle se constate naturellement dans les situations d écrit informel, et c est tout naturellement qu on la trouve dans les forums, chats ou SMS, pour peu que ceux-ci soient effectivement une interaction informelle (ce qui est généralement mais pas nécessairement le cas) : [chat] on te changera pas [sms] domage ke t pa pu venir [forum] Pour le reste, il faut pas se faire d illusions On peut se donner une idée de la progression sur l axe formel-informel, en comparant la présence d une forme telle que je (ne) sais pas dans différents types de forums : sur les groupes Usenet (groupe fr.soc.div), nous observons 24% de chute de la négation, tandis que nous en observons seulement 14% dans les forums du journal Le Monde, qui sont manifestement rédigés de façon plus soignée. A part ces quelques cas extrêmement banals, de «fautes qui n en sont plus» [BLA 97], les NFCE se caractérisent par une obéissance quasi-totale aux règles de la syntaxe. C est sans doute la conjonction des déviances orthographiques et typographiques (absence de ponctuation), la présence de néologismes (emprunts à l anglais) et de quelques marques typantes (chute de la négation ou des clitiques, présence de particules discursives et d interjections etc.), qui peut faussement

15 Compréhension automatique des langues et interaction 15 donner une image d agrammaticalité. Lorsqu on restitue l orthographe et la ponctuation habituelle, les énoncés deviennent parfaitement anodins : coucou!comen ca va??ca fé lontps!tré lontps!!kes tu devien?tu c ke g tjs t cour.fodré ke je te lé rende qd meme.enfin si tu lé reveu...je te fé de big kiss!! Coucou! Comment ça va? Ca fait longtemps! Qu est-ce que tu deviens? Tu sais que j ai toujours tes cours. Faudrait que je te les rende, quand même. Enfin, si tu les reveux... Je te fais des big kiss!! o mec!comen va?tjs malad?noubli pa ke samedi ya laniv 2 ma soeurc tjs ok?é pr le matos ossi?é ce tps il é pa fou!!!! O mec! Comment va? Toujours malade? n oublie pas que samedi il y a l anniversaire de ma soeur. C est toujours OK? Et pour le matos aussi? Et ce temps, il est pas fou? je pouré pa venir te cherché.javé oublié ke je devé faire les assurance pr la voiture.essé de te debrouillé.si je fini avan je te tien o couran.sinon rentr seul Je pourrais pas venir te chercher. J avais oublié que je devais faire les assurances pour la voiture. Essaie de te débrouiller. Si je finis avant, je te tiens au courant. Sinon, rentre seul Dictionnaire texto De nombreux sites Web proposent des «dictionnaires SMS»,. On trouve ainsi des listes du type bcp = beaucoup, 2m1 = demain, slt = salut, etc., qui laissent penser qu il suffirait de compléter les dictionnaires existants dans les systèmes de TAL avec ces nouvelles formes pour construire un lexique des SMS, et pourquoi pas, plus largement des NFCE. Malheureusement, les néographies que nous avons évoquées en ne se résument pas à de simples listes : il faut les voir comme le résultat d un ensemble de procédés mis en œuvre de manière dynamique par les scripteurs. Par exemple, le Tableau 1 montre la grande variabilité des formes de beaucoup et longtemps observées dans nos corpus SMS et chat. S il semble possible d enrichir les lexiques avec les variantes orthographiques des mots les plus fréquents, il paraît

16 16 Compréhension automatique des langues et interaction difficile de produire toute la combinatoire des formes possibles pour l engranger a priori dans les lexiques des systèmes. Forme Fréq. Bcp 50 beaucoup 27 bocou 9 Bc 2 bokou 1 Boc 1 Bc 1 Forme Fréq. longtemps 16 lgtps 7 longtem 6 longtemp 6 lgt 4 lontem 4 longtps 3 lontps 3 lgts 1 lontan 1 lonten 1 Tableau 1. Formes observées pour beaucoup et longtemps Nouveauté des phénomènes Le caractère soudain et planétaire de la diffusion des NFCE a pu contribuer à un certain sentiment de nouveauté des phénomènes linguistiques qui y sont mis en œuvre. Pourtant, la plupart des phénomènes ou procédés observés ne sont pas spécialement nouveaux, et on les trouve dans les manuscrits, la poésie, la bande dessinée, etc. Bien entendu, ils ont fait l objet d une adaptation aux contraintes technologiques particulières : claviers, mode d interaction, etc. Les abréviations, par exemple, sont utilisées depuis l Antiquité. Les romains utilisaient la ou les première(s) lettre(s) pour abréger les mots sur des inscriptions et monnaies : C (Caius), CON (Consul), utilisaient des sigles SPQR (Senatus Populusque Romanus), INRI (Iesu Nazareth Rex Iudeorum), etc. Les notes tironiennes sont particulièrement connues, car elles ont constitué un véritable système sténographique, mis au point par Tiron, esclave affranchi de Cicéron, pour retranscrire les discours de celui-ci au Sénat. Elles ont été utilisées jusqu au Moyen- Âge (on leur doit l esperluette : &, abréviation de et). La concentration d abréviations peut être spectaculaire dans certains manuscrits du Moyen-Age, dans lesquels les copistes essayaient d économiser le parchemin, matériau très coûteux.

17 Compréhension automatique des langues et interaction 17 Dans certains textes, pratiquement chaque mot est abrégé, 14 ce qui correspond à une densité très comparable à celle des SMS. De même, l absence ou le caractère fluctuant de la ponctuation dans les NFCE nous surprennent par rapport aux usages qui se sont développés et relativement normalisés depuis le XIX e siècle, mais c est oublier que la ponctuation elle-même est une invention récente. Le latin classique s écrivait pratiquement sans espace entre les mots (scripta continua) ; l espace se généralise seulement au VII e siècle [DRI 91]. Ce n est qu à la Renaissance qu apparaissent la plupart des signes que nous connaissons, et leur usage est très fluctuant. Certaines langues (le chinois par exemple) s écrivent toujours sans espaces et avec très peu de ponctuations. L orthographe elle-même a été fluctuante pendant des siècles. Dans le Chevalier à la Charrette, par exemple «je savais» s écrit indifféremment je savoie, je savoye, je sçavoye, je sçavoys,etc. Au XVII e siècle, le Maréchal de Saxe peut encore écrire au roi «Je fais plasser 30 piesses de canon sur les rampar», et Mme de Sévigné ne met guère la cohérence orthographique au centre de ses priorités. On pourrait multiplier les exemples : les rébus sont aussi vieux que l écriture elle-même puisque c est même ainsi que se sont formés signes cunéiformes et hiéroglyphes, les étirement graphiques sont familiers aux lecteurs de bandes dessinée, etc. Ce qui est nouveau c est d une part la très grande concentration de ces phénomènes dans certaines NFCE (en particulier chats et SMS), et d autre part, l explosion planétaire de ces formes d écrits et donc la nécessité pour le TAL de les prendre en considération. Le problème ne se posait manifestement pas au Moyen Âge ou au XVII e siècle, mais si par un accident de l histoire, la naissance de l ordinateur avait précédé celle de la normalisation orthographique, le TAL eût été confronté aux mêmes difficultés qu avec les NFCE. On peut pratiquement dire que le TAL a pris de «mauvaises habitudes», en ayant eu la chance que les premières décennies de son développement aient porté sur des textes extrêmement canoniques, généralement écrits par des experts ou des professionnels (scientifiques, journalistes, etc.). La démocratisation de l écrit informatisé et la liberté qui l accompagne constituent un ensemble de défis pour le TAL, susceptibles de remettre en cause les fondements mêmes que nous lui connaissons Conséquences pour le TAL L un des premiers défis à relever est l analyse de la composition de ces textes, et sa prise en considération dans le traitement linguistique. Jusqu ici, les systèmes de TAL ont presque tous «fait comme si» les documents étaient du texte brut, sans 14 Voir par exemple ce texte de Saint Thomas d Aquin (1286) :

18 18 Compréhension automatique des langues et interaction structure interne. C est déjà faux dans de nombreux textes techniques ou scientifiques, et les quelques travaux qui se sont attaqués au problème ont montré la difficulté d un traitement correct des listes, énumérations, citations, etc. (cf. [GAL 03]). La prise en compte de la structure est très importante dans des documents complexes, comme les blogs, par exemple, où le langage utilisé dans les différentes parties peut être extrêmement variable Repérer formellement les différentes parties d un blog n est pas très difficile, si l on connaît à l avance sa structure. Pour des moteurs de recherche, qui analysent du «tout venant», la tâche est beaucoup plus ardue, car les différentes structures rencontrées d un blog à l autre peuvent être extrêmement variables, et généralement aucune balise explicite n indique les différentes parties. La situation est encore pire avec les pages Web générales, dont la structure est encore moins prévisible, et dont le seul balisage, pour l instant, est un code HTML qui reflète la présentation et non la structure. Enfin, la situation se complique encore d un degré lorsqu il s agit, non plus de repérer des parties de document, mais l enchevêtrement du texte et des dialogues eux-mêmes, par exemple pour gérer la plurivocité des salons de chat, la citation en cascade dans les s ou le suivi des opinions utilisateurs sur les forums de discussion. En effet, il s agit alors d exploiter à la fois des indices formels (balisage du texte, repérage de symboles caractéristiques, etc.) et des indices issus du contenu (thème du document, identification du locuteur, etc.) pour recomposer le fil du texte. En ce qui concerne les fameuses «didascalies» (voir ci-dessus en 1.4.3), et en particulier les smileys, même une fois repérés, il reste encore à les traiter correctement pour enrichir la compréhension du texte. Même si l on dispose de typologies dégageant les principaux usages de ces marqueurs (voir en particulier [MAR 00]), leur portée dans le texte reste largement à définir et leur intégration en traitement automatique totalement à faire en analyse de discours. Par ailleurs, il faudrait bien se garder d une assimilation complète des différentes formes de NFCE. On constate, en effet, de grandes différences d un type de NFCE à l autre qu il serait dommage de négliger lors du traitement automatique. On a vu en que la fréquence de certaines formes ou constructions linguistiques comme (il) y a-t-il peut diverger fortement entre chats et SMS, par exemple. Les procédés graphiques particuliers aux NFCE sont eux-mêmes sujets à de grandes variations. Nous en prendrons seulement deux exemples pour illustrer notre propos.

19 Compréhension automatique des langues et interaction 19 La graphie phonétisante fait appel ponctuellement à la casse «chameau 15», c est-à-dire une alternance capitales/minuscules à l intérieur d un mot, pour marquer la valeur «rébus» d une lettre et souvent lever certaines ambiguïtés. C est le cas par exemple de boc (bossé, bosser) qui peut être ainsi distingué de boc (beaucoup), ou les (laisse), par rapport à l article ou au pronom les. Le recours à cet artifice est d ailleurs loin d être systématique. Le tableau 2Erreur! Source du renvoi introuvable. montre les 10 premières formes «chameau» par ordre de fréquences décroissantes dans nos corpus. Au total, seules trois formes sont communes dans nos corpus de SMS et chat : jav, jpenc, tomb. La plupart des formes «chameau» dans le chat sont «pseudos» d utilisateurs (PouFiNeTTe, UneFilleALaVanille, etc.). Dans le chat, ces formes ont aussi un côté expressif et très souvent un rôle purement «décoratif» (accompagnée, allez, AlOrs, AmouR, AmOuR, etc.), que l on ne retrouve strictement pas dans les SMS. Forme Fréq. pac 28 mang 5 supr 3 PaC 3 jespr 3 sav 2 regard 2 prson 2 pln 2 les 2 SMS Forme Fréq. GaRcI 115 CaLiM 62 BenJaMaiK 57 NocTuRnuS 53 PouFiNeTTe 51 ArCaNgE 48 RiYaD 39 MisTYgriS 39 NaNa 38 UneFilleALaVanille 33 Chat Tableau 2. Casse «chameau» Un autre exemple significatif est celui des étirements graphiques. Dans les SMS, sa fréquence est de l ordre d une occurrence pour mille mots environ, et l étirement est court ( 8 caractères). Dans les chats, nous observons une fréquence beaucoup plus élevée (12 pour mille), avec des étirements plus longs, qui peuvent atteindre plus de 200 caractères (Erreur! Source du renvoi introuvable.). 15 Traduction de l anglais camel case, terme qui évoque la forme graphique particulière des mots dans lesquels la casse est alternée.

20 20 Compréhension automatique des langues et interaction SMS chat N L N L SMS chat Figure 2. Longueur des étirements graphiques Il est certain que les contraintes variables des différentes NFCE, tant au niveau communicationnel, qu au niveau technique (type de clavier, etc.), introduisent des différences importantes dans les phénomènes observés, dont il est probablement nécessaire de tenir compte dans les traitements automatiques. Les analyseurs et leurs ressources internes (dictionnaires, etc.) doivent donc pouvoir s adapter à cet état de faits tout en gardant une grande souplesse car en matière de mode d écriture rien n est jamais définitif même au sein d un même type de NFCE : à un texte écrit de façon soignée succédera un message où les mots seront accolés les uns aux autres et fortement abrégés. La nécessité de qualifier le texte traité pour configurer au mieux l analyseur se fait ici sentir comme un défi supplémentaire. A l heure actuelle, la plupart des systèmes de TAL sont relativement inflexibles : on ne sait pas très bien appeler des dictionnaires ou des ensembles de règles particuliers «à la volée», en fonction d indices repérés dans les textes. Le problème classique de l analyse des mots inconnus explose avec le traitement des NFCE et constitue un autre verrou important à lever. On a déjà signalé qu il serait vain de compter sur un recensement et un encodage lexical pour venir à bout des néographies. La solution passe donc par l implémentation de mécanismes permettant de rapprocher les graphies déviantes de leur forme standard. Si le problème peut sembler trivial (étirements graphiques, réductions aux squelettes consonantiques, etc.) ou avoir déjà trouvé réponse en TAL (phonétisation, correction typographique, ré-accentuation, etc.), la combinaison des différents modes d écriture accroît considérablement la difficulté et ferait échouer toute tentative de traitement séquentiel du problème :

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

Les élèves sont amenés à se questionner sur l interaction homme/machine à travers l histoire, les apports ainsi que les limites des machines.

Les élèves sont amenés à se questionner sur l interaction homme/machine à travers l histoire, les apports ainsi que les limites des machines. ductionintro Fiche 1 Les élèves sont amenés à se questionner sur l interaction homme/machine à travers l histoire, les apports ainsi que les limites des machines. Suggestions: Comment les technologies

Plus en détail

Guide de style. (Français)

Guide de style. (Français) Guide de style (Français) 1 1. PONCTUATION Généralités : espace insécable et signes de ponctuation composés Apostrophe Crochets [ ] Deux points : Esperluète & Guillemets Parenthèses () Points de suspension

Plus en détail

chapitre 1 Décrire la langue

chapitre 1 Décrire la langue chapitre 1 Décrire la langue 1 Du langage à la langue Quelques dé nitions préalables Le langage est cette faculté, que l homme est seul à posséder, de s exprimer par la parole et par l écriture. Elle lui

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES MOYENS INFORMATIQUES Introduction

CAHIER DES CHARGES DES MOYENS INFORMATIQUES Introduction CAHIER DES CHARGES DES MOYENS INFORMATIQUES Introduction Ce document vise à définir de manière succincte l ensemble des besoins de l Amicale TSI Rascol en termes de moyens informatiques pour assurer sa

Plus en détail

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Entretien 1 : Yvan Quelle est votre tranche d âge Celle de vos parents et grands-parents Yvan : < 60 ans, Mère : environ 50 ans, Grand-mère : environ 80 ans Combien

Plus en détail

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant.

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant. Éléments d écriture Idée Les idées servent de point de départ à l écriture et elles comportent à la fois le sujet choisi et l intention de l auteur. Elles doivent : être exprimées clairement; être précises;

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Gé nié Logiciél Livré Blanc

Gé nié Logiciél Livré Blanc Gé nié Logiciél Livré Blanc Version 0.2 26 Octobre 2011 Xavier Blanc Xavier.Blanc@labri.fr Partie I : Les Bases Sans donner des définitions trop rigoureuses, il faut bien commencer ce livre par énoncer

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

[WINDOWS 7 - LES FICHIERS] 28 avril 2010. Logiciel / Windows

[WINDOWS 7 - LES FICHIERS] 28 avril 2010. Logiciel / Windows Ce dossier a une forme un peu différente des précédentes : c est un ensemble de «fiches» décrivant chacune une des opérations que l on peut effectuer avec un fichier (enregistrer, renommer, etc.). Chaque

Plus en détail

Avant-propos de la première édition

Avant-propos de la première édition de la première édition Ce livre a d abord été écrit pour nos étudiants. Des étudiants qui pour la plupart n aiment pas les mathématiques et se demandent pourquoi il leur faut apprendre des formules ésotériques

Plus en détail

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre :

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre : Un exemple d utilisation des TICE en classe : Correction de devoir appuyée sur la projection au TBI de paragraphes écrits par les élèves. Outils informatiques utilisés : - ordinateur et scanner à la maison

Plus en détail

MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE. Des précautions essentielles

MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE. Des précautions essentielles MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE Des précautions essentielles Internet, c est un outil indispensable mais Les réseaux sociaux ne sont pas des espaces privés Vos propos peuvent avoir des répercussions

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

THEME : LA COMMUNICATION ORALE ET ECRITE AU CABINET MEDICAL. Module 1 : Les généralités sur la communication écrite

THEME : LA COMMUNICATION ORALE ET ECRITE AU CABINET MEDICAL. Module 1 : Les généralités sur la communication écrite THEME : LA COMMUNICATION ORALE ET ECRITE AU CABINET MEDICAL Sous thème : La communication écrite au cabinet médical : les écrits professionnels Module 1 : Les généralités sur la communication écrite Le

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

AESS en Sciences Physique

AESS en Sciences Physique AESS en Sciences Physique Préparation d une leçon: principes généraux Bernard Knaepen Déterminer les objectifs: fixer la matière en fonction du programme: Pour l enseignement organisé par la Communauté

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

Français: langue d enseignement Compétences: Écrire des textes variés

Français: langue d enseignement Compétences: Écrire des textes variés L élève le fait lui-même à la fin de la deuxième année. En orthographe: Connaitre l orthographe d environ 500 mots Identifier les différents signes: accents: aigu, grave, circonflexe, tréma, cédille, trait

Plus en détail

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice.

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice. Académie de Dijon LETTRES TICE Lire, écrire, publier à l aide d internet Récit d expérience d une aventure éditoriale http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com Lire, écrire, publier à l aide

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

http://forum.afrh.fr Forum d information sur la maladie de Verneuil et son traitement, soutien aux malades et leurs familles.

http://forum.afrh.fr Forum d information sur la maladie de Verneuil et son traitement, soutien aux malades et leurs familles. http://forum.afrh.fr Forum d information sur la maladie de Verneuil et son traitement, soutien aux malades et leurs familles. Instructions basiques à lire dans tous les cas Ce forum n est pas un lieu de

Plus en détail

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION 2012/2013 PARTIE 1 : METHODOLOGIE DU RESUME Le résumé est la reformulation d un texte en un nombre de mots restreint, c est une épreuve

Plus en détail

GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1

GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1 ACADEMIE DE MONTPELLIER Groupe académique d inspecteurs et formateurs en langues vivantes GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1 Etre capable de comprendre les points

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire Français éduscol Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement dans le cadre

Plus en détail

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Jacques Mossière 12 août 2004 1 Introduction Ce chapitre est consacré à l étude d un problème classique dans les systèmes, l interblocage, c est à dire l

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

dans le peloton européen

dans le peloton européen 1 résultats européens La Belgique : dans le peloton européen L enquête Mediappro, menée parallèlement dans neuf pays européens (Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Pologne, Portugal et

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT?

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? Afin de vous éviter de vains efforts et pour vous épargner de précieuses heures de travail, voici quelques conseils qui guideront votre préparation. Travailler avec régularité

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

écriture RESPECTER LES PRINCIPES DE LA REDACTION SCIENTIFIQUE MEDICALE PERMET D ECRIRE DE FACON

écriture RESPECTER LES PRINCIPES DE LA REDACTION SCIENTIFIQUE MEDICALE PERMET D ECRIRE DE FACON 1/8 écriture ECRIRE POUR ETRE LU RESPECTER LES PRINCIPES DE LA REDACTION SCIENTIFIQUE MEDICALE PERMET D ECRIRE DE FACON RIGOUREUSE, CLAIRE, CONCISE Références: Hugier M and coll. La rédaction médicale

Plus en détail

Les quatrièmes et l histoire des arts

Les quatrièmes et l histoire des arts Les quatrièmes et l histoire des arts Objectifs documentaires Mettre en œuvre l ensemble des savoirs en recherche et maîtrise de l information pour réaliser un dossier documentaire. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

PROGRAMME D'ÉTUDES FRANÇAIS, LANGUE D'ENSEIGNEMENT

PROGRAMME D'ÉTUDES FRANÇAIS, LANGUE D'ENSEIGNEMENT PROGRAMME D'ÉTUDES FRANÇAIS, LANGUE D'ENSEIGNEMENT Présecondaire Secondaire FRA-P031-3 FRA-P033-4 FRA-1031-3 FRA-5145-1 JUILLET 1996 TROISIÈME SECONDAIRE FRA-3034-1 er 1 OBJECTIF TERMINAL LIRE Lire des

Plus en détail

La Veille multilingue : outils et ressources pour les traducteurs. Jean-Paul PINTE Institut Catholique de Lille

La Veille multilingue : outils et ressources pour les traducteurs. Jean-Paul PINTE Institut Catholique de Lille La Veille multilingue : outils et ressources pour les traducteurs Jean-Paul PINTE Institut Catholique de Lille Premier Colloque International sur la veille multilingue Genève les 28 et 29 mai 2008 Nous

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Les modèles technologiques de la localisation

Les modèles technologiques de la localisation Les modèles technologiques de la localisation Les modèles technologiques de la localisation Cécile Martin Université Rennes 2 Avant d entrer en détails dans les modèles technologiques de la localisation,

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

LES SMS ET LA DERIVE DE LA. par Jean-Marie KELLER

LES SMS ET LA DERIVE DE LA. par Jean-Marie KELLER LES SMS ET LA DERIVE DE LA LANGUE par Jean-Marie KELLER LES SMS ET LA DERIVE DE LA LANGUE par Jean-Marie KELLER ALS et Institut Grand-Ducal (Luxembourg 17 octobre 2004) 29 Les SMS et la dérive de la langue

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Pratiques langagières sur un forum pédagogique en anglais

Pratiques langagières sur un forum pédagogique en anglais Pratiques langagières sur un forum pédagogique en anglais Annick Rivens Mompean Centre de Ressources en Langues Université Lille 3 Savoirs, Textes et Langage, UMR 8528 annick.rivens@univ-lille3.fr Contexte

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

14 Le langage Java : concepts et pratique

14 Le langage Java : concepts et pratique Avant-propos Le langage Java, né en janvier 1995 chez Sun, est un langage à objets qui permet d écrire de façon simple et claire des programmes portables sur la majorité des plateformes. Lié à l essor

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Anglais CAHIER- PROGRAMME

Anglais CAHIER- PROGRAMME Anglais CAHIER- PROGRAMME Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. NOTE : Tous les renseignements contenus dans ce document

Plus en détail

Apprendre à rédiger un compte-rendu d expérience

Apprendre à rédiger un compte-rendu d expérience Apprendre à rédiger un compte-rendu d expérience Séquence réalisée en cycle 3 Sylvie FRÉMINEUR P.E., École du Chaumet, Évires, 74 Jean-Michel ROLANDO Formateur, IUFM Bonneville, 74 Les relations entre

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

ÉPREUVE UNIQUE Enseignement secondaire, 2 e cycle

ÉPREUVE UNIQUE Enseignement secondaire, 2 e cycle ÉPREUVE UNIQUE Enseignement secondaire, 2 e cycle Document d information - Juin 2015 - Août 2015 - Janvier 2016 Français, langue d enseignement 5 e année du secondaire Écriture 132-520 Gouvernement du

Plus en détail

CREER ET DIFFUSER UNE NEWSLETTER

CREER ET DIFFUSER UNE NEWSLETTER CREER ET DIFFUSER UNE NEWSLETTER Lorraine De plus en plus d entreprises décident d éditer une newsletter. Cette publication électronique permet de valoriser ses produits et ses services, de générer des

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire 1 Objectifs Cette séance est destinée à reprendre les principes de la démarche documentaire pour construire un parcours pertinent en terme de méthodologie et de résultats

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail

Qu est-ce que le TCF?

Qu est-ce que le TCF? Qu est-ce que le TCF? Le Test de Connaissance du Français (TCF ) est un test de niveau linguistique en français, conçu à la demande du ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et

Plus en détail

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Cette recherche offre une présentation de la culture et de

Plus en détail

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP)

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP) 12. Approfondir ses connaissances autour d un sujet droit ou qu un accord avec l éditeur autorise les gestionnaires de la base à pointer vers le document original. Les bases de données bibliographiques

Plus en détail

Ce que tu écris est le reflet de ta personnalité

Ce que tu écris est le reflet de ta personnalité Jour 3 Ce que tu écris est le reflet de ta personnalité Avant d envoyer un message par courriel, utilise la liste de vérification cidessous pour t assurer de produire la meilleure impression possible.

Plus en détail

Marie-Claude L Homme Université de Montréal

Marie-Claude L Homme Université de Montréal Évaluation de logiciels d extraction de terminologie : examen de quelques critères Plan Marie-Claude L Homme Université de Montréal Unités recherchées et problèmes de base Catégories de critères Critères

Plus en détail

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 Constat de départ : Les élèves du cycle 3 de l école ont des difficultés pour utiliser des procédures de calcul mental lors de calculs réfléchis : ils se trompent ou utilisent

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

INTERVENTIONS POUR AIDER L ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ D APPRENTISSAGE

INTERVENTIONS POUR AIDER L ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ D APPRENTISSAGE INTERVENTIONS POUR AIDER L ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ D APPRENTISSAGE Il est très important de comprendre l élève dans ses différences et ses défis; N hésitez pas à discuter avec l élève. Il pourra vous informer

Plus en détail

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 Niveau CP pistes pour le CE1 Modèle proposé : modèles de séance Hypothèse de la difficulté : pour les élèves

Plus en détail

Introduction à Access VBA (article invité)

Introduction à Access VBA (article invité) Introduction à Access VBA (article invité) Suite à des demandes d abonnés concernant le VBA, j ai proposé à Hervé Inisan du blog Le grenier Access d écrire un article invité à ce sujet, comme je l ai proposé

Plus en détail

SOMMAIRE AIDE À LA CRÉATION D UN INDEX SOUS WORD. Service général des publications Université Lumière Lyon 2 Janvier 2007

SOMMAIRE AIDE À LA CRÉATION D UN INDEX SOUS WORD. Service général des publications Université Lumière Lyon 2 Janvier 2007 SOMMAIRE 1) CRÉATION D UN INDEX SIMPLE 3 a) Étape 1 : Marquage des entrées d index (à l aide d un fichier de concordance) 3 Procédure d insertion du tableau 4 Saisie des entrées d index 5 Marquage automatique

Plus en détail

Les tableaux. Chapitre 3

Les tableaux. Chapitre 3 Chapitre 3 Les tableaux 3.1 Généralités Les tableaux en PERL sont identifiés par le symbole @ à l image du $ pour les variables. Comme ces dernières, les tableaux ne sont pas typés et un même tableau peut

Plus en détail

Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS

Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS INTRODUCTION, OBJECTIFS L enquête de lectorat du bulletin Info Santé Environnement Intérieur a été demandée en 2005 par la

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST

INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST 1. GÉNÉRALITÉS Afin de leur permettre le plus large accès, les documents seront introduits au format pdf, en maintenant dans les options de protection des documents

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire

L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2007 Thème 2 L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire Seïtaro YAMAKAWA Université d Economie d Osaka bpr5000?saturn.dti.ne.jp De nos jours, dans beaucoup

Plus en détail

LA GESTION D ASTREINTE White Paper

LA GESTION D ASTREINTE White Paper LA GESTION D ASTREINTE White Paper GENERALITES SUR LA GESTION D ASTREINTE :... 2 POURQUOI METTRE EN PLACE UNE GESTION D ASTREINTE AUTOMATISEE?... 2 LA TRANSMISSION DE L INFORMATION, LE NERF DE LA GESTION

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Procédure d utilisation de Wordpress pour les membres du RBDsanté

Procédure d utilisation de Wordpress pour les membres du RBDsanté Procédure d utilisation de Wordpress pour les membres du RBDsanté Adresse du site : www.rbdsante.be 1. Consultation des articles publics : immédiat, aucune restriction 2. Consultation des pages / articles

Plus en détail

EVALUATION NIVEAU A1 ANGLAIS

EVALUATION NIVEAU A1 ANGLAIS EVALUATION NIVEAU A1 du cadre Européen Commun de Référence pour les Langues. ANGLAIS Diocèse de NICE 2009 2010 INTRODUCTION Ces évaluations ont été conçues par le groupe des enseignants personnes ressources

Plus en détail

Recommandations aux auteurs concernant la publication d articles sur Litteratura.com

Recommandations aux auteurs concernant la publication d articles sur Litteratura.com Recommandations aux auteurs concernant la publication d articles sur Litteratura.com Cette notice, mise à la disposition des auteurs, s emploie à décrire les différentes recommandations pour la publication

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 Compte-rendu Intervention d Anne-Marie Chartier, Maître de conférence, INRP Introduction

Plus en détail

Cours d introduction à l informatique. Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions

Cours d introduction à l informatique. Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions Cours d introduction à l informatique Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions Qu est-ce qu un Une recette de cuisine algorithme? Protocole expérimental

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE

LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le nombre d exemplaires : 3 1 pour l entreprise, 1 pour l I.U.T., 1 pour vous même Le nombre de pages : 30 pages maximum (annexes non comprises) Le format : A4 Le rapport

Plus en détail