5 Les données macroéconomiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "5 Les données macroéconomiques"

Transcription

1 5 Les données macroéconomiques Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 La mesure des variables macroéconomiques prix, valeurs, quantités et autres Les prix Les valeurs Les quantités Autres variables Stocks et flux Les taux de croissance Le revenu national et ses composantes Concept économique de revenu Le revenu à l intérieur de l entreprise Les catégories de revenu Revenus primaires et revenus secondaires Les catégories de revenu primaire Le Produit Intérieur Brut (PIB) Décomposition du PIB

2 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 2 1 La mesure des variables macroéconomiques Différents organismes sont chargés d effectuer des mesures statistiques, aboutissant à l élaboration des Comptes Nationaux et d autres séries statistiques ; l INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) est le plus important en France, mais on doit citer aussi la Banque de France (statistiques monétaires), la Direction de la Comptabilité Publique (statistiques des administrations). Les données utiles pour l économiste sont essentiellement (pas exclusivement) relatives à des prix, des valeurs ou des quantités ; elles peuvent, quand elles ont une dimension quantitative, se présenter comme des stocks ou des flux ; il convient de préciser ces distinctions importantes. 1.1 prix, valeurs, quantités et autres Les prix Les objets les plus aisément observables dans la sphère économique sont les prix : tout producteur, tout consommateur constate chaque jour un grand nombre de prix, dans les transactions auxquelles il participe ; certains prix restent secrets ou inobservables, mais on peut cependant affirmer que pour observer la plupart des prix des biens et services aucune difficulté ne se présente ; en particulier l observation est directe et l objet observé peut immédiatement (sans traitement supplémentaire) être intégré dans une série statistique. Une série de prix n est pas pour autant aisée à élaborer, parce que certains prix sont très variables et qu il faut faire des choix (donner le taux de change francs contre dollars hier, par exemple, implique que l on

3 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 3 choisisse soit de faire la moyenne des différents taux pris à différentes heures, soit qu on décide que c est le taux au moment de la clôture de tel ou tel marché qu on va prendre, ou toute autre solution). S agissant d indices de prix (indice d inflation par exemple), la question sera traitée au chapitre 10 (Monnaie et inflation) Les valeurs Les valeurs sont des montants monétaires (nombre de francs, dollars, etc.) correspondant en principe à des opérations économiques : X a gagné francs en 2000, Y a dépensé 800 francs au restaurant, etc. La valeur est l expression la plus fréquente et la plus commode des grandeurs économiques dans une économie possédant une monnaie. Ces grandeurs sont souvent observables. La valeur peut fréquemment s analyser comme un produit de quantités physiques par des prix : le revenu de X est FF parce qu il a travaillé 350 jours (quantité) et qu il est payé 1000 FF par jour (prix de son travail) ; Y a dépensé 800 FF au restaurant parce qu il a consommé quatre plats (quantité) à 200 f. chacun (prix) Les quantités Les quantités physiques posent certains problèmes particuliers en tant que mesure pour l économiste, parce que celui-ci souhaite souvent comparer des listes hétérogènes : le consommateur A possède 3 kilogramme de carottes et 2 kilogramme de pommes de terre, alors que B possède 1 kilogramme de carottes et 5 kilogramme de pommes de terre : qui est le plus riche?

4 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 4 Il est facile de répondre : la notion de richesse est une valeur, et pour connaître la valeur-richesse de chacun, multiplions les quantités par les prix appropriés ; si le prix du premier bien (le kilogramme de carottes ) est 3 FF, et le prix du deuxième (1 kilogramme de p. de terre) est 0,5 FF, on peut calculer que la richesse de A est 10 FF et la richesse de B est 5,5 FF. Pour comparer des quantités, l économiste les transforme en valeurs. Mais cette opération implique qu on définisse correctement les prix à utiliser, ce qui n est pas toujours aisé, ce qu on va illustrer par deux questions : 1. -comment comparer la fortune de A à deux dates successives, alors que les prix des marchandises ont évolué? 2. -comment comparer la fortune de A et celle de B, s ils vivent dans des pays différents, avec des monnaies et des structures de prix différentes? Pour la première question, supposons que la fortune de A passe de 3 kilogramme de carottes et 2 kilogramme de pommes de terre à 2,5 kilogramme de carottes et 4 kilogramme de pommes de terre. A la première période les prix sont ceux définis plus haut (le prix du kilogramme de carottes est 3FF, et le prix du kilogramme de p. de terre est 0,5 FF), puis à la deuxième le prix du kilogramme de carottes est 3,5FF, et le prix du kilogramme de p. de terre est 0,8 FF. La richesse de A est passée de 10 FF à 11,95 FF, mais cette évolution reflète l évolution des quantités et celle des prix. Si on souhaite mesurer la richesse de A en termes quantitatifs et exclure de notre mesure l influence des phénomènes monétaires, la méthode la plus simple est de mesurer la valeur de la richesse de A en utilisant les mêmes prix pour les deux périodes (soit ceux du début, soit ceux de la période finale) ; on obtiendra alors des mesures en "valeur réelle"

5 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 5 de la richesse de A. En effectuant les calculs avec les prix de la période initiale, on voit que la richesse réelle passe de 10 FF au début à 9,5 FF ensuite ; avec les prix de la période finale, qu elle passe de 12,1 à 11,95 FF On peut généraliser cette méthode au cas où il y a n biens, en quantités q1, 0 q2, 0..qn 0 à la période 0 (vecteur de biens Q 0 ), et q1, 1 q2, 1..qn 1 (vecteur de biens Q 1 ) à la période 1, et avec des prix p 0 1, p 0 2,..p 0 n à la période 0, et p 1 1, p 1 2,..p 1 n à la période 1. La valeur réelle des biens disponibles en 0 est alors : -aux prix de 0 : V (0, 0) = q1p q2p qnp 0 0 n -aux prix de 1 : V (0, 1) = q1p q2p qnp 0 1 n La valeur réelle des biens disponibles à la période "1" est : -aux prix de 0 : V (1, 0) = q1p q2p qnp 1 0 n -aux prix de 1 : V (1, 1) = q1p q2p qnp 1 1 n On peut comparer les deux vecteurs de biens Q 0 etq 1, soit en utilisant les prix de 0 soit en utilisant ceux de 1 ; un indice d évolution des quantités de 0 à 1 est une expression de cette évolution : V (1, 0) IL = V (0, 0) ("indice de Paasche"). Concernant la deuxième question (comparaison de vecteurs de biens situés dans des pays n ayant pas le même système de prix), on la résoud d une manière très proche : on utilisera les prix d un des pays pour rendre homogènes les quantités à comparer. Mais cette technique est plus délicate à utiliser, dans la mesure où la structure des prix peut se révéler assez différente d un pays à l autre, et les résultats de la comparaison pourront alors être très sensibles au choix des prix utilisés ; la comparaison perdrait alors en fiabilité. = ("indice de Laspeyres") ; ou bien : IP = V (1, 1) V (0, 1)

6 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES Autres variables Certaines variables qui ne peuvent être classées dans les catégories ci-dessus sont cependant importantes pour l économiste : par exemple les statisticiens tentent d obtenir des informations sur les prévisions des agents économiques, à travers des données du type : pourcentage de chefs d entreprise qui sont optimistes à la date t, etc. 1.2 Stocks et flux Les variables de type valeur et quantité sont des stocks ou des flux. Un stock décrit une variable qui peut être appréciée à un instant donné. Un flux décrit une variable qui ne peut être appréciée que sur un intervalle de temps donné. La fortune d un agent économique est une variable de stock, qui peut être mesurée à tout instant, à toute date. En revanche cela n aurait pas de sens de parler de la fortune d un agent entre telle et telle date, car elle peut changer de valeur à tout instant entre ces deux dates. On peut dire qu un stock est une variable qui n a pas de dimension temporelle (cela signifie qu on ne dit pas "la fortune de X est de tant par an"). Un exemple de flux est le revenu d un agent : ce revenu s exprime par période de temps : FF par mois, ou FF par an sont deux expressions en principe équivalentes. La marque d une variable flux est la présence de la dimension temporelle "par mois" ou "par an", même si elle est parfois sous-entendue (dans les comptes nationaux en particuliers). Les données économiques fournies par les statisticiens sont le plus souvent des variables de flux, dans la mesure où les stocks sont difficiles à mesurer.

7 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 7 Il existe des relations entre les stocks et les flux ; généralement un flux peut être considéré comme la variation d un flux sur une période donnée : le revenu annuel d un agent est ainsi la variation de sa fortune entre le début et la fin de l année ; l investissement annuel est la variation du capital entre le début et la fin de l année. Mathématiquement, cela signifie qu en temps continu un flux est la dérivée d un stock par rapport à la variable temps. Ces relations entre stocks et flux impliquent que les modèles économiques peuvent dans une large mesure être formulés soit en termes de flux soit en termes de stocks : les deux types de variables ne sont pas nécessaires simultanément, et de nombreux modèles peuvent être formulés avec les seuls flux. c) 1.3 Les taux de croissance On cherche fréquemment à comparer les variables économiques à diverses dates (s il s agit de stocks) ou d une période à l autre (flux), et à apprécier leur croissance. Ceci passe par le calcul du taux de croissance de la variable. Soit une variable notée x ; on la repère dans le temps en précisant x t, x t+1, etc ( t et t + 1 peuvent désigner une date ponctuelle s il s agit d un stock ou une période dans le cas d un flux). Le taux de croissance entre deux dates t et t + 1, est g t+1 ; il est donné par l expression : g t+1 = x t+1 x t x t 100

8 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 8 soit, en notant dx t = x t+1 x t : g t+1 = dx t x t.100. Multiplier le résultat par 100 permet d exprimer les taux en pourcentage. On remarque aussi que l on déduit de l expression précédente : x t+1 = x t (1 + g t+1 ). Dans l hypothèse d une croissance à taux constant g, sur plusieurs périodes, on peut écrire, sachant que x t = x t 1 (1 + g) pour tout t : x T = x 0 (1 + g) T Cette écriture nous permet aussi de voir comment calculer le taux de croissance annuel moyen d une variable y dont on connaît la mesure pour deux années non successives, y t et y t+n. La croissance à un taux g uniforme de t à t + n de cette variable indiquerait en effet, selon la formule précédente : y t (1 + g) n = y t+n le taux g étant ici l inconnue à déterminer ; en écrivant cette formule en logaritmes, on obtient : Log(y t ) + nlog(1 + g) = Log(y t+n ) d où il est aisé de tirer le taux moyen g. Taux mensuels ou trimestriels Il est évidemment possible de calculer des taux de croissance mensuels ou trimestriels ; si la variable x a augmenté de g% durant une année, le taux de croissance moyen trimestriel t peut s en déduire par l expression suivante, qui se déduit directement de l expression ci-dessus : Log(x) + 4Log(1 + t) = Log(x) + Log(1 + g))

9 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 9 Log(1 + g) ou encore : Log(1 + t) = 4 Le taux mensuel serait déduit d une formule du même type, en remplaçant 4 par 12. Ces taux calculés pour des périodes plus petites qu une année sont peu utilisés, et quand on parle de la croissance d une variable sur un trimestre, un mois, etc., on se réfère le plus souvent à des taux "en base annuelle" ; les taux en base annuelle sont calculés en utilisant l année comme durée unitaire pour le calcul, mais sur une période plus courte. Ainsi, quand on dit que la variable x a eu une croissance de g% en base annuelle sur tel mois, cela signifie que si cette variable connaît une croissance stable à ce même rythme pendant douze mois, le taux de croissance annuel sera g. La variable n a pas augmenté de g% en un mois. 2 Le revenu national et ses composantes Un des concepts les plus importants en macroéconomie est celui de revenu national ou, plus précisément, de Produit Intérieur Brut (PIB). Le revenu national est simplement la somme des revenus des agents d un pays donné. Mais cette première approche mérite quelques précisions. 2.1 Concept économique de revenu Les économistes, à la suite de John Hicks, définissent le revenu comme "ce qu un agent peut dépenser sans s appauvrir" - c est-à-dire sans diminuer sa fortune. Si un agent décide de dépenser une partie

10 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 10 de sa fortune, cette dépense n est pas considérée comme un emploi de son revenu ; le revenu est donc bien quelque chose qui correspond à la création de nouvelles richesses, et la remarque faite plus haut, selon laquelle le revenu annuel d un agent est ainsi la variation de sa fortune entre le début et la fin de l année reflète bien cette définition. Il y a donc correspondance étroite entre revenu et création de richesses additionnelles, et cela explique que le revenu national soit aussi le PIB. C est à l intérieur des entreprises que la production s effectue, et que les revenus sont distribués ; regardons donc ce qui s y passe. 2.2 Le revenu à l intérieur de l entreprise Pour apprécier la création de revenus dans une entreprise, dans une période de temps donnée (par exemple une année), regardons les éléments suivants : la valeur totale des biens qui entrent dans l entreprise (inputs) : les consommations intermédiaires, biens ou services ayant été créés dans d autres entreprises ; la valeur totale des biens qui en sortent (outputs) : chiffre d affaires ; les facteurs de production, qui transforment à l intérieur de l entreprise les inputs en outputs. L activité de production, c est bien la transformation d inputs en outputs, et elle est mesurée par la différence de valeur entre ces deux quantités ; c est la valeur ajoutée de l entreprise : Valeur ajoutée = Valeur des outputs - valeurs de inputs = Chiffre d affaires - consommations intermédiaires.

11 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 11 Cette valeur ajoutée mesure à la fois : la contribution de l entreprise à l activité de production, et la somme des revenus créés dans l entreprise : salaires, revenus du capital (profits, dividendes, intérêts), de l activité d entrepreneur. Si on fait la somme des valeurs ajoutées des différentes entreprises d une économie, on obtient la production totale de cette économie (la somme des chiffres d affaire ou ventes des entreprises ne représente rien de précis car une telle opération aboutirait à comptabiliser plusieurs fois les mêmes éléments qui figureraient comme production de telle entreprise et figureraient dans les consommations intermédiaires d une ou plusieurs autres) ; on obtient aussi, évidemment, la somme de tous les revenus. 2.3 Les catégories de revenu Revenus primaires et revenus secondaires. On peut distinguer plusieurs catégories de revenu ; la division la plus caractéristique est celle qui existe entre revenus primaires et revenus secondaires. les revenus primaires sont ceux que les facteurs de production gagnent en contrepartie de leurs services, lors des opérations de production, et correspondent donc à la valeur ajoutée. Mais une partie des revenus primaires est redistribuée sous diverses formes, le plus généralement par les mécanismes du budget de l État. L impôt (mais aussi les cotisations sociales) est le mécanisme permettant de prendre une partie des revenus primaires, les subventions, primes, allocations diverses, redistribuent ces sommes aux personnes que les pouvoirs publics souhaitent aider de cette manière, et qui correspondent à de très nombreuses catégories : familles nombreuses (al-

12 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 12 locations familiales), chômeurs (allocations chômage), catégories défavorisées (RMI), entreprises (subventions de toutes sortes), etc. Si on regarde du côté des ressources, la redistribution ne crée pas directement de ressources même si l on peut avancer qu elle en crée indirectement. La somme des revenus prélevés en vue de la redistribution est égale à la somme des revenus reversés (c est la définition même de la redistribution), et le montant total du revenu n en est donc pas affecté. La redistribution est un "jeu à somme nulle". Pour chaque agent, le revenu disponible est son revenu après redistribution, après amputation ou augmentation, sachant que beaucoup d agents économiques connaissent ces deux mécanismes : leur revenu en tant que producteur est amputé, mais ils reçoivent une partie de la redistribution. Parce que la redistribution est un jeu à somme nulle, la somme des revenus disponibles est égale à la somme des revenus primaires, c est-à-dire à la somme des valeurs ajoutées Les catégories de revenu primaire Les revenus primaires proviennent des opérations de production. On peut diviser le revenu primaire en fonction des grandes catégories de facteurs de production qui les perçoivent : les salaires pour le facteur travail, les rentes pour le facteur terre, les profits pour le capital, profits qui se subdivisent eux-mêmes, selon la forme du capital : intérêts, dividendes, loyers, etc. Certains auteurs, comme Jean- Baptiste Say, ont avancé l existence d un autre facteur, qui serait le titulaire des revenus résiduels de la firme(ce qui reste quand tout a été payé) : l entrepreneur, dont l activité de dirigeant a le rôle moteur dans l organisation et l activité de la firme. Le fait que l entrepreneur

13 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 13 est souvent aussi pourvoyeur de capitaux ne doit pas empêcher selon Say de distinguer ces deux fonctions et les revenus qui en découlent. 2.4 Le Produit Intérieur Brut (PIB) Le Produit Intérieur Brut est la somme des valeurs ajoutées appréciée en tenant compte des précisions suivantes : intérieur, parce qu on compte toutes les productions et tous les revenus créés sur le territoire français, que le titulaire réside ou non sur ce territoire : ainsi le salaire d un frontalier travaillant en france mais résidant en Belgique fait partie du PIB français ; inversement, les dividendes que perçoit un rentier français des actions d une société américaine ne font pas partie du PIB français. brut L usure et la dépréciation des biens de production (le capital) doivent normalement être déduits de la somme des VA pour une mesure correcte du revenu, puisqu ils constituent une diminution de richesse. Mais en pratique ces élements sont extrèmement difficiles à mesurer. Les comptables nationaux de tous les pays ont renoncé à tenir compte de la dépréciation annuelle du capital, et considèrent tous les investissements (y compris les investissements de remplacement) comme un accroissement de richesse : d où le terme PI Brut, par opposition à PI Net, qui serait obtenu à partir du précédent en ôtant l usure et la dépréciation des biens capitaux.

14 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES Décomposition du PIB Le PIB peut être analysé sous divers angles : Types de revenus : salaires, intérêts, profits, etc. Utilisations du revenu : consommation, épargne, importations, etc. Equilibre physique de la production : production, importation, investissement, etc. Privilégions cette dernière optique ; on distinguera pour chaque bien les ressources et les utilisations. Les ressources sont (dans le cadre d une économie nationale) la création sur le territoire (production) et l importation du bien après sa création sur un autre territoire (importation). Les ressources totales R i en produit i sont donc la somme : R i = Q i + M i où Q i = Production du bien i M i = Importation du bien i Les emplois E i correspondent aux différentes manières de détruire ce qui a été produit : ils comportent la consommation C i, l investissement I i et les exportations X i. Les biens non employés de l une de ces manières viennent grossir des stocks, ils participent à la variation de stocks S i. On a donc finalement Q i + M i = C i + I i + S i + X i. (Seul S i peut être négatif ou positif, les autres termes ne peuvent jamais être négatifs.) Cette égalité est vraie pour chaque bien, elle est donc aussi vraie pour la valeur globale de chaque vecteur de biens (vecteur production, vecteur importation, etc.). On écrira donc pour décrire l équilibre physique : Q + M = C + I + S + X, tous ces termes étant des mesures en valeur (nominale ou réelle). Ces diverses égalités de flux sont vraies par construction, ce sont des égalités comptables. Tout ce qui n est pas exporté,

15 V LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES 15 investi ou intégré à un stock est considéré comme consommé. Il ne peut pas y avoir d autre ressource que la production ou l importation ; si l on puisait dans des réserves pour y trouver des ressources, cela apparaîtrait non du côté des ressources, mais en emploi, comme varaition de stock négative, et cette méthode correspond bien à la définition du revenu donnée plus haut. Ainsi ces égalités physiques, qui décrivent les contraintes quantitatives de l économie, ne représententelles pas un équilibre économique, qui pourrait être réalisé ou non, mais un équilibre comptable qui est toujours réalisé. Pour 2000, l équilibre ainsi défini est réalisé de la manière suivante, en milliards de Francs (source INSEE) : Produit Intérieur Brut 9 214,7 Importations 2 510,6 Total Ressources ,3 Consommation des ménages 4 987,2 Consommation des administrations publiques 2 145,7 Conso. des Instit. ss but lucr. 58,0 Investissement 1 822,1 Variation de stocks 71,6 Exportations 2 640,7 Total Emplois ,3

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

La comptabilité nationale

La comptabilité nationale La comptabilité nationale Pol 1900 Christian Deblock Méthodologie et définitionsd Trois sources utiles : Statistique Canada : Matériel pédagogique : http://www.statcan.ca/francais/edu/index_f.htm Gouvernement

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan général du cours 1 Introduction: présentation de la

Plus en détail

Thème N 1 Ménages et consommation

Thème N 1 Ménages et consommation Thème N 1 Ménages et consommation Chapitre 1. Comment le revenu et les prix influencent - t - ils les choix des consommateurs? Objectifs Acquisitions de concepts et de méthodes et être capable d analyser

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010)

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) En 2010, le revenu moyen avant impôt des Français était de 33 000 par adulte et par an (2 800 par mois) Produit intérieur brut (PIB) (2010): 1

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 7 1 Deuxième partie du

Plus en détail

Examen de baccalauréat 2004,

Examen de baccalauréat 2004, Examen de baccalauréat 2004, Sciences économiques et droit (partie comptabilité et gestion) (durée 4h) Matériel autorisé : calculatrice de poche Structure de l examen durée prévisible points attribués

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

Exemple: Passage pour août 2008 de la base 100=2005 à la base 100=1.1.1948

Exemple: Passage pour août 2008 de la base 100=2005 à la base 100=1.1.1948 Glossaire Base de l indice La période de base de l indice correspond à la période où l indice possède la valeur 100. Par exemple un indice base 100 en 2005 signifie que la moyenne des indices mensuels

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique Perspectives économiques 1999-2004 Annexe statistique Avril 1999 Le Bureau fédéral du Plan Le Bureau fédéral du Plan (BFP) est un organisme d intérêt public. Le BFP réalise des études sur les questions

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

Stock net de capital («patrimoine»)

Stock net de capital («patrimoine») Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Stock net de capital («patrimoine») Merci de citer ce

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution A) Les différents types de revenus B) La répartition primaire C) La redistribution D) Le budget des ménages Salaires, traitements, bénéfices, honoraires, primes, dividendes, intérêts, loyers Mécanismes

Plus en détail

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales Tours Année universitaire : 205-206 Session : galop d essai du er semestre Année d étude : Licence première année Sciences Economiques

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin Politique économique Une nouvelle vision de l épargne des ménages André Babeau Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine La notion d épargne, et plus spécifiquement d épargne des ménages, est

Plus en détail

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010 ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS janvier 21 PRIX À LA CONSOMMATION Évolutions sectorielles 2 variation sur 12 mois en % 7 15 1 5 Énergie (7,3 % du total) 6

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale COURS 470 Série 03 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1)

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1) rendement interne (1) Rappel : L éducation peut être considérée comme un investissement dont on peut mesurer : le rendement interne privé (pour l individu), le rendement social (pour la société), le rendement

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification

DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification F. Meunier 19 janvier 2015 On précise dans cet article les notions de valorisation d une entreprise par la méthode des flux de trésorerie actualisés

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session 195 EX/13.INF PARIS, le 10 octobre 2014 Anglais et français seulement Point 13 de l'ordre du jour provisoire PROPOSITIONS PRÉLIMINAIRES DE LA DIRECTRICE

Plus en détail

Exercices de TD : Commerce international

Exercices de TD : Commerce international Exercices de TD : Commerce international 1 Balance des paiements Exercice 1.1 : Soit : BC : la balance courante, S p : l épargne privée, I : l investissement, G : les dépenses publiques et T : les impôts.

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entreprises 2004/2005 C.M. : M. Godlewski FINANCE Décisions d investissement en avenir certain Critères de choix d investissement Le critère de la VAN

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité 1 Marge Seuil Zone sur Coûts coûts de de rentabilité profi pertes variables xes ts M = m x Q PLAN DE LA LEÇON : 1.LES COÛTS VARIABLES : OBJECTIFS

Plus en détail

Pôle de Dakar S IMUL ATIONS. 1 Utiliser un taux d accroissement pour une simulation

Pôle de Dakar S IMUL ATIONS. 1 Utiliser un taux d accroissement pour une simulation FORMULAIRE ATELIER S IMUL ATIONS 1 Utiliser un taux d accroissement pour une simulation La projection de certaines variables se base sur une hypothèse de taux de croissance annuelle régulier et constant.

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE DIDIER LECLÈRE L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE Cinquième édition LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 1997, 2001, 2002, 2004, 2011 ISBN : 978-2-212-54964-5 PREMIÈRE PARTIE L analyse des coûts complets

Plus en détail

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques?

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? Devoir n 1 Première partie : Mobilisation des connaissances 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? 2. En quoi la déflation peut-elle avoir un effet dépressif sur l économie?

Plus en détail

1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels

1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels 1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels L objectif principal de ce premier chapitre est de vous initier à

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail