NOTE D INFORMATION LES ENROBES A MODULE ELEVE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE D INFORMATION LES ENROBES A MODULE ELEVE"

Transcription

1 NOTE D INFORMATION CHAUSSEES DEPENDANCES 96 Auteur : Observatoire des Techniques de Chaussées Editeur : LES ENROBES A MODULE ELEVE Avril 1997 La présente note, écrite dans le cadre de l'observatoire des Techniques de Chaussées, situe les enrobés à modulé elevé par rapport aux autres techniques d'assise, puis dresse le bilan de comportement (fissuration, orniérage) des enrobés à module élevé utilisés depuis une quinzaine d'années sur le réseau routier. PRESENTATION DES "EME" Les enrobés à chaud pour couche d'assise appartiennent soit à la famille des graves bitume (GB), soit à la famille des enrobés à module élevé (EME). Depuis 1991, ces deux familles font respectivement l'objet de la norme NF P et de la norme NF P La norme «grave bitume» distingue 3 classes de grave bitume : GB classe 1, GB classe 2 et GB classe 3. La norme «enrobé à module élevé» distingue 2 classes d'enrobé à module élevé : les EME classe 1 et les EME classe 2. Le classement d'un enrobé d'assise dans l'une de ces 5 catégories se fait sur la base de la teneur en liant et sur la base des caractéristiques mécaniques (orniérage, tenue à la fatigue, module) obtenues en laboratoire. Le tableau ci-après (page 2) décrit les 5 types d'enrobés d'assise : Commentaires concernant le tableau (page 2) - Les essais et performances concernant la résistance à l'orniérage, la détermination du module, la résistance en fatigue doivent être spécifiés en fonction des conditions d'usage. Pour le réseau national, le guide d'application des normes indique les cas et les niveaux de spécification à utiliser. - Les EME présentent des caractéristiques mécaniques en laboratoire (orniérage, fatigue, module) supérieures à celles des graves bitume. - Les GB classe 1 ne doivent pas être utilisées sur le réseau national non concédé (cf. guide d'application des normes). - Les enrobés à module élevé de classe 2 ont un dosage en bitume plus élevé que celui des graves bitume : cela conduit à un pourcentage de vides faible et à une bonne résistance en fatigue. La rigidité du bitume apporte un module élevé, et une bonne résistance à l'orniérage. Compte tenu de leurs performances en laboratoire (dont certaines sont utilisées dans le calcul de dimensionnement), les enrobés à module élevé de classe 2 peuvent conduire à des réductions des épaisseurs de couche. - Les enrobés à module élevé doivent être obligatoirement recouverts d'une couche de roulement en enrobés (enduit possible si couche de roulement provisoire). - Les EME de classe 1 ont une tenue en fatigue inférieure à celle des EME de classe 2. Ils sont souvent utilisés pour leur résistance à l'orniérage. 1

2 GB classe 1 GB classe 2 GB classe 3 EME classe 1 EME classe 2 Domaine d'emploi Réalisation d'assises dans le cadre de travaux neufs ou de renforcement Epaisseur moyenne GB 0/14 : 8 à 12 cm EME 0/10 : 6 à 10 cm d utilisation GB 0/20 : 10 à 15 cm EME 0/14 : 7 à 12 cm EME 0/20 : 10 à 15 cm Epaisseur minimale GB 0/14 : 7 cm EME 0/10 : 5 cm d utilisation GB 0/20 : 9 cm EME 0/14 : 6 cm EME 0/20 : 8 cm Courbe granulométrique GB 0/14 : EME 0/14 : type passant à 10 mm : 78 passant à 10 mm : 78 passant à 6,3 mm : 58 passant à 6,3 mm : 58 passant à 2 mm : 34 passant à 2 mm : 34 passant à 0,08 mm : 8 passant à 0,08 mm : 8 Teneur en liant pour GB 0/14 GB 0/14 GB 0/14 EME 0/14 EME 0/14 ρr = 2,65 g/cm 3 (masse 3,8 % 4,2 % 4,7 % 4,2 % 5,7 % volumique des granulats) Nature du liant Généralement du bitume pur 35/50 Bitume spécial généralement de grade dur Performances en laboratoire 10 % 10 % 10 % 8% 8% essai d'orniérage (60 C) ( cycles) ( cycles) ( cycles) ( cycles) ( cycles) essai de module complexe (MPa) essai de détermination du module et de la perte de linéarité (MPa) essai de fatigue ε 6 à 10 6 cycles en micro déformation (10-6 ) pourcentage de vides à obtenir sur planche de 14 % 11 % 10 % 10 % 6% vérification ou de référence 2

3 La suite de la note d'information est consacrée aux enrobés à module élevé de classe 1 et de classe 2. QUANTITES - DÉVELOPPEMENT Les enrobés à module élevé de classe 2 sont développés depuis Les enrobés à module élevé de classe 1 sont apparus en Après enquête auprès des entreprises et des sociétés pétrolières, on peut estimer que les quantités mises en œuvre entre 1989 et 1993 sont les suivantes : année 1994 année tonnes tonnes Il n'a pas été possible de distinguer les quantités réalisées en EME de classe 1 et les quantités en EME de classe 2. Cependant, il semblerait que les chantiers réalisés en EME de classe 1 représentent une proportion très faible. année 1989 année 1990 année 1991 année 1992 année tonnes tonnes 1 million de tonnes entre 1,5 et 1,9 millions de tonnes tonnes DESIGNATION DES PRODUITS Le tableau ci-après donne pour une classe d'enrobé à module élevé donnée, la dénomination commerciale et le nom de l'entreprise. Liste alphabétique des produits, compte tenu des réponses des Entreprises Dénomination Famille (Classe) Entreprise ou Société BBTHM EME classe 2 EJL CMR STRUCTUR EME classe 2 CMR COLBASE N EME classe 1 COLAS COLBASE S EME classe 2 COLAS COLBASE X EME classe 1 COMPOMODULE H* EME classe 2 SCREG COMPOMODULE H* EME classe 1 SCREG COMPOMODULE G* EME classe 1 SCREG COMPOMODULE G* EME classe 2 SCREG COMPOMODULE P* EME classe 1 SCREG COMPOMODULE P* EME classe 2 SCREG Enrobés au liant BP Structur 15/25 ** EME classe 2 SOCIETE BP Enrobés au liant ELF FZN 10/20 EME classe 2 CBC E.D.H.R. EME classe 2 CBC GBTHP classe 2 EME classe 2 LE FOLL G PERFORMA EME classe 2 Entreprise MALET G STRUCTUR EME classe 2 GERLAND G STRUCTUR EME classe 2 STPV GBHC 16 EME classe 1 SACER GBHC 16 EME classe 2 SACER GBHC 30 EME classe 1 SACER GBHC 30 EME classe 2 SACER GBHPR EME classe 2 SCR GBTHM EME classe 1 EJL MODULCHAPE EME classe 2 BEUGNET RENFOVIA EME classe 2 VIAFRANCE ROUGEOT STRUCTUR EME EME classe 2 SA H. ROUGEOT EME STRUCT RM EME classe 2 ROUTIERE MORIN STRUCTOGER EME classe 2 GERLAND * Compomodule H est la nouvelle dénomination du Compasphalt depuis * Compomodule G est la nouvelle dénomination du Compo G depuis * Compomodule P est la nouvelle dénomination du Compotène depuis Les produits soulignés font l'objet d'un avis technique ** L'avis technique a été délivré pour les entreprises applicatrices suivantes : Routière Morin et Rougeot. 3

4 BILAN DE COMPORTEMENT 1 - Méthode d'observation Le tonnage total d'enrobés à module élevé mis en œuvre depuis le début des années 1980 étant estimé à plus de 10 millions de tonnes, il n'est pas possible d'assurer un suivi de l'ensemble des sites. Une sélection de chantiers a donc été réalisée. Seuls les chantiers pour lesquels des renseignements sont disponibles auprès du réseau technique, des entreprises, des maîtrises d'œuvre ont été retenus et intégrés dans un fichier qui comprend les rubriques suivantes : localisation nom du produit date de réalisation trafic type de support type de couche de roulement dégradations visuelles observées (par le réseau technique ou les observateurs eux-mêmes). L'état global des chantiers a été caractérisé visuellement et un classement en niveaux a été établi selon l'échelle suivante : niveau 0 : pas de dégradation niveau 1 : fissures sans gravité et peu nombreuses (joint axial faiblement dégradé, fissures dues à la présence de réseaux ou d'un support en graves hydrauliques) niveau 2 : présence de faïençages plus importants et fissures plus nombreuses et plus dégradées niveau 3 : chantier nécessitant une réfection complète. Les chantiers présentant des fissures transversales rectilignes d'un pas quasi constant, sans que le support de l'enrobé à module élevé soit traité avec un liant hydraulique, ont été repérés par FT. Les chantiers de moins de 2 ans d'âge, n'ayant pas de dégradations observables, ne sont pas pris en compte pour établir le bilan de comportement. 2 - Bilan de comportement des enrobés à module élevé de type 1 Sur 19 chantiers répertoriés, seuls 3 ont fait pour l'instant l'objet d'un suivi. Ces données sont insuffisantes pour établir un bilan. 3 - Bilan de comportement des enrobés à module élevé de type 2 Domaine d'observation L'observation a porté sur 47 chantiers (sections homogènes) aux caractéristiques suivantes (cf. tableaux ci-dessous). Domaine d'observation des enrobés à module élevé de type 2 en fonction de l'âge et du niveau de trafic Trafic Recul T s 7 3 à 8 ans T à 14 ans T à 9 ans T à 13 ans 47 La répartition géographique des sites observés est inégale. La majorité des chantiers suffisamment renseignés est située dans la moitié Est de la France. La répartition par type de travaux, de réseaux et par taille de chantiers est la suivante : Type de travaux Travaux neufs 13 Rechargement 10 Réfection 12 Renforcement 12 Type de réseau Autoroute 8 Réseau National 28 Réseau Départemental 6 Voie Rapide Urbaine 5 Taille < 1 km 21 1 à 5 km 19 > 5 km 7 4

5 Le type de couche de roulement rencontré est résumé dans le tableau ci-après : Type de couche de roulement Bilan de comportement Nombre de chantiers Béton bitumineux très mince 14 Béton bitumineux mince 22 Béton bitumineux drainant 5 Béton bitumineux semi grenu 1 Enduit superficiel 1 Technique non connue 4 L'état global des chantiers a été caractérisé visuellement. Un niveau de dégradation a été attribué pour chaque chantier (niveaux 0, 1, 2, 3, FT - cf. définition page 4). L'ordre de grandeur de la cohérence des épaisseurs d'enrobé à module élevé sur les chantiers observés avec le niveau de trafic et l état du support avant travaux a été vérifié. Le bilan de comportement est donc dressé uniquement en fonction de l'âge. Le tableau permet de dégager les tendances suivantes : entre 2 et 6 ans d'âge, la majorité des enrobés observés ne présente pas de dégradation, ou bien des dégradations mineures (fissures dues à la présence probable de réseaux, joints longitudinaux ouverts) ; entre 6 et 10 ans, on note une évolution du comportement vers l'apparition de faibles dégradations ; pour les chantiers les plus anciens, et bien que la population soit encore peu nombreuse, on observe une proportion importante de chantiers de niveau 2. Ces chantiers ont donc entre 10 et 15 ans et n'ont pas fait l'objet d'entretiens. Il n'est peut-être pas anormal de constater ce type de comportement sur des chaussées de cet âge. Lors de l'apparition de cette technique, quelques craintes se manifestaient à l'égard de la rigidité du matériau et des problèmes de fissuration. Or 2 sites seulement présentent le critère «FT» sans présence de matériaux traités aux liants hydrauliques ; tous les chantiers observés ont montré un bon comportement vis-à-vis de l'orniérage. Age niveau 0 niveau 1 niveau 2 niveau 3 FT Total 2 à 6 ans (1) 26 6 à 10 ans ans (1) 7 En conclusion, la technique des EME de classe 2 date d'une quinzaine d'années, les quantités annuelles se stabilisent autour 1,1 million de tonnes. Ils sont utilisés dans tous types de travaux (travaux neufs, rechargement, réfection, renforcement). Le comportement à court terme des EME classe 2 est bon. A plus long terme il reste globalement dans des limites acceptables. La fissuration d'origine thermique est, dans les conditions actuelles, un phénomène relativement marginal. 5

6 Cette note a été rédigée par : V. GOYON - SETRA/CSTR JL. DELORME - LREP A GAVALDA - CETE ROUEN S.E.T.R.A. 46, avenue Aristide Briand - B.P BAGNEUX Cedex - France Télécopie Renseignements techniques : C. LEROUX - SETRA/CSTR Bureau de vente : référence du document : D9723 Ce document a été édité par le SETRA, il ne pourra être utilisé ou reproduit même partiellement sans son autorisation. AVERTISSEMENT Cette série de documents est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie de cette rapidité est le risque d'erreur et la non exhaustivité. Ce document ne peut engager la responsabilité ni de son auteur ni de l'administration. Les sociétés citées le cas échéant dans cette série le sont à titre d'exemple d'application jugé nécessaire à la bonne compréhension du texte et à sa mise en pratique. ISSN

CDC-EPB CAHIER DES CHARGES D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON

CDC-EPB CAHIER DES CHARGES D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON CDC-EPB CAHIER DES CHARGES concernant la fabrication et la mise en oeuvre D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON TABLE DES MATIERES REMARQUE GENERALE--------------------------------------------------------------------------------------------------1

Plus en détail

Contractualiser la qualité. Performance et garantie dans les marchés publics de travaux. Olivier RUIZ DIR EST. Performance et marchés de chaussées

Contractualiser la qualité. Performance et garantie dans les marchés publics de travaux. Olivier RUIZ DIR EST. Performance et marchés de chaussées Contractualiser la qualité Performance et garantie dans les marchés publics de travaux Olivier RUIZ DIR EST Nancy, 26 mai 2011 Sommaire : I- Approche générale II- Performances / exigences techniques dans

Plus en détail

Les entreprises de transport routier en Nord Pas de Calais : une exploitation de la base de données Greco du ministère chargé des Transports

Les entreprises de transport routier en Nord Pas de Calais : une exploitation de la base de données Greco du ministère chargé des Transports Octobre 2005 Les entreprises de transport routier en Nord Pas de Calais : une exploitation de la base de données Greco du ministère chargé des Transports Le fichier GRECO, ou Gestion Régionalisée des Entreprises

Plus en détail

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH CERN LIBRARIES, GENEVA CERN/SPC/368/Add. Original: anglais 3 juin 1975 CM-P00098674 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH COMITE DES DIRECTIVES

Plus en détail

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Les textes réglementaires Le décret relatif aux caractéristiques thermiques

Plus en détail

prolongée e et les nouveaux enrobés

prolongée e et les nouveaux enrobés Chaussée à durée e de vie prolongée e et les nouveaux enrobés Laboratoire des chaussées Transports Québec Pierre Langlois, ing. M. Ing. 1 L'expérience acquise Certaines chaussées ont des durées de vies

Plus en détail

ST 086-38 Indice B. Application Ferroviaire Spécification Technique

ST 086-38 Indice B. Application Ferroviaire Spécification Technique Indice B Application Ferroviaire Spécification Technique PRODUITS PLATS ET LONGS, DEMI- PRODUITS ET TUBES SIDERURGIQUES UTILISES DANS LA FABRICATION ET LA REPARATION DE PIECES OU DE MATERIELS FERROVIAIRES.

Plus en détail

Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.be Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.

Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.be Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc. Eléments de structure et détails de construction ti Partie 3: Les planchers L. Firket CSTC Isolation thermique Etanchéité à l air 1 Contenu 1. Isolation thermique 2. Nœuds constructifs 4. Conclusions 2

Plus en détail

Avis Technique 14/11-1675

Avis Technique 14/11-1675 Avis Technique 14/11-1675 Kit isolé de traversée d'étage ou de paroi Conduit de fumée Chimney Abgasanlagen Système isolé pour traversée de paroi horizontale et verticale Titulaire : ISOTIP-JONCOUX 79,

Plus en détail

Note FPS décembre 2011

Note FPS décembre 2011 Note FPS décembre 2011 Projet de décret relatif à la signalétique commune aux produits relevant d une consigne de tri La Loi Grenelle 2 établit qu : «au plus tard le 1er janvier 2012, tout produit recyclable

Plus en détail

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau»

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau» NOTE RELATIVE A LA GESTION DES EAUX PLUVIALES SUR LES PARCELLES PRIVATIVES «le Pré Bourdeau» 55 b rue Gaston Boulet 76380 Bapeaume les Rouen TEL : 02.32.82.36.81 FAX : 02.35.76.96.50 contact@infraservices.fr

Plus en détail

Emissions de CO2 des véhicules légers

Emissions de CO2 des véhicules légers Projet No 85/2011-1 14 octobre 2011 Emissions de CO2 des véhicules légers Texte du projet Projet de loi portant exécution du règlement (UE) No 510/2011 du Parlement européen et du Conseil du 11 mai 2011

Plus en détail

Un dispositif harmonisé pour les acteurs de l ensemble du territoire de la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes sera proposé en 2017.

Un dispositif harmonisé pour les acteurs de l ensemble du territoire de la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes sera proposé en 2017. Appel à Projets 2016 Education à la citoyenneté et à la solidarité internationale La Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC) s engage à soutenir le développement des initiatives locales d'éducation

Plus en détail

Vu le rapport du 17 septembre 1999, par lequel monsieur le président :

Vu le rapport du 17 septembre 1999, par lequel monsieur le président : N 1999-4509 - ressources humaines - Constitution du service informatique communautaire - Création d'emplois - Direction générale des services - Direction des systèmes d'information et de télécommunications

Plus en détail

par rapport aux autres méthodes m

par rapport aux autres méthodes m Thème de recherche: formulation des enrobés Formulation des enrobés, du laboratoire au chantier, vers l Europe. Genèse et place de la méthode m utilisée e en France par rapport aux autres méthodes m de

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX COMMUNE DE TOUSSIEUX AMENAGEMENT TROTTOIR ROUTE DE REYRIEUX ET TRAVAUX CHEMIN DE GATEFER Bordereau des prix Page 1 sur 8 BP 01 Enlèvement haie et grillage Au forfait, l arrachage

Plus en détail

REGIE INTERNE D UNE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE

REGIE INTERNE D UNE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE REGIE INTERNE D UNE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE Politique N O 1121-04-005 Politique : Régie interne d une assemblée générale annuelle N o 1121-04-005 Adoption par le Conseil d administration : Dates de

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES FICHE D INFORMATION TECHNIQUE. Puroseptic

NOUVELLES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES FICHE D INFORMATION TECHNIQUE. Puroseptic NOUVELLES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES FICHE D INFORMATION TECHNIQUE Puroseptic Domaines d application : Fiche de niveau : Commercial, institutionnel et communautaire En démonstration Mars

Plus en détail

ENDUITS SUPERFICIELS DANS LE TARN

ENDUITS SUPERFICIELS DANS LE TARN ENDUITS SUPERFICIELS DANS LE TARN 1 - Le contexte Politique revêtement de chaussée, délibérations Assemblée Départementale (1999, 2005) 1-1 Préalable - Quantification du patrimoine (Longueur = 4127 km

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 Avis du 8 septembre 2010 I. Introduction a. Absence de cadre conceptuel

Plus en détail

Consommation annuelle d'eau chaude de 17'000 appartements

Consommation annuelle d'eau chaude de 17'000 appartements Consommation annuelle d'eau chaude de 7'000 appartements Nombre de consommateurs par tranche de consommation Total consommé par tranche de consommation 0..0 m3 % 3603 30..40 m3 0..30 m3 5% 85778.5 4% 7705.7

Plus en détail

Le Contrat de Professionnalisation : une opportunité pour votre entreprise

Le Contrat de Professionnalisation : une opportunité pour votre entreprise Faculté des Sciences et Technologies Dans un monde qui bouge... misez sur les sciences, valeurs sûres du monde de demain Le Contrat de Professionnalisation : une opportunité pour votre entreprise Un partage

Plus en détail

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE Exercice pratique

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE Exercice pratique LA SIGNALISATION TEMPORAIRE Exercice pratique 1 ) La réglementation applicable : La signalisation temporaire a pour objet d'avertir et de guider l'usager afin d'assurer sa sécurité et celle des agents

Plus en détail

L'innovation routière

L'innovation routière L'innovation routière Thierry DECOT Laboratoire Régional d'aix en Provence Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

KS-PLAN E. La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment

KS-PLAN E. La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment KS-PLAN E La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment Les avantages et bénéfices que vous apporte le nouveau KS-PLAN E KS-PLAN E permet de réaliser des maçonneries

Plus en détail

Détermination de la teneur en eau dans des milieux hydratés par une technique micro-ondes

Détermination de la teneur en eau dans des milieux hydratés par une technique micro-ondes Détermination de la teneur en eau dans des milieux hydratés par une technique micro-ondes J.C. Peuch LEN7/ENSEEIHT, 2 rue Ch. Camichel, 31071 Toulouse Tel : 05-61-58-84-87, e-mail : peuch@len7.enseeiht.fr.

Plus en détail

Reprise des matériaux : mode d emploi pour les collectivités Document mis à jour dans le cadre de l'agrément 2011-2016 et du barème E

Reprise des matériaux : mode d emploi pour les collectivités Document mis à jour dans le cadre de l'agrément 2011-2016 et du barème E Reprise des matériaux : mode d emploi pour les collectivités Document mis à jour dans le cadre de l'agrément 2011-2016 et du barème E Glossaire Année calendaire : toute période de douze mois successifs.

Plus en détail

FICHE NOUVEAUTÉS GESTION COMMERCIALE LIGNE PME. MARS 2016 v8.1

FICHE NOUVEAUTÉS GESTION COMMERCIALE LIGNE PME. MARS 2016 v8.1 FICHE NOUVEAUTÉS GESTION COMMERCIALE MARS 2016 v8.1 Enrichissement du module gestion des affaires La gestion des affaires permet à l entreprise de répertorier un ensemble de données essentielles pour étudier

Plus en détail

DIRECTION DE L AVIATION CIVILE NORD

DIRECTION DE L AVIATION CIVILE NORD MINISTERE DE L EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS, DU LOGEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER DIRECTION GENERALE DE L AVIATION CIVILE DIRECTION DE L AVIATION CIVILE DELEGATION REGIONALE CENTRE CREATION D UNE PLATE-FORME

Plus en détail

Parements contemporains

Parements contemporains Fiche technique Parements contemporains 2 4 5 8 Connaître Les pierres attachées Les revêtements collés Le verre Regarder Pierres attachées Revêtements collés Entretenir Améliorer Réparation des parements

Plus en détail

Objet du marché : REGLEMENT DE LA CONSULTATION

Objet du marché : REGLEMENT DE LA CONSULTATION REPUBLIQUE FRANÇAISE VILLE D ECULLY Objet du marché : ACQUISITION D UN VÉHICULE UTILITAIRE ÉLECTRIQUE LÉGER ÉQUIPÉ D UN NETTOYEUR HAUTE PRESSION ET CUVE REGLEMENT DE LA CONSULTATION M a r c h é à p r o

Plus en détail

Renforcer votre assise

Renforcer votre assise N O T I C E T E C H N I Q U E ENROBE à module élevé COLBASE N Renforcer votre assise COLBASE N appartient à la famille des enrobés à module élevé de classe 1 de la norme NFP-98140. Il supporte les trafics

Plus en détail

Notice à l'attention des candidats à la mission d'organisme Unique (OU) Dossier de candidature

Notice à l'attention des candidats à la mission d'organisme Unique (OU) Dossier de candidature PRÉFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Toulouse, le 20 février 2012 Service Biodiversité et Ressources Naturelles Notice à l'attention

Plus en détail

Traduction et interprétariat

Traduction et interprétariat Marchés de Services à bons de commande Traduction et interprétariat REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) Remise des offres : 6 septembre 2013 RC Page N 1 Règlement de la Consultation (R.C.) SOMMAIRE Article

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

L objectif majeur de NUXEO est de stocker et de faciliter la recherche de documents. Un document correspond à un ensemble d information.

L objectif majeur de NUXEO est de stocker et de faciliter la recherche de documents. Un document correspond à un ensemble d information. GED.eoN GED - Environnement d Origine NUXEO Chapitre 4 Visualisation d un document dans NUXEO L objectif majeur de NUXEO est de stocker et de faciliter la recherche de documents. Un document correspond

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICES A BONS DE COMMANDE CONCEPTION, REALISATION ET IMPRESSION DU MAGAZINE MUNICIPAL

MARCHE PUBLIC DE SERVICES A BONS DE COMMANDE CONCEPTION, REALISATION ET IMPRESSION DU MAGAZINE MUNICIPAL VILLE DE SAINT AUBIN d AUBIGNÉ ----- Service communication MARCHE PUBLIC DE SERVICES A BONS DE COMMANDE CONCEPTION, REALISATION ET IMPRESSION DU MAGAZINE MUNICIPAL DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES

Plus en détail

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM.

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM. Notre nouveau nom est ThyssenKrupp Industrial Solutions www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com La presse à rouleaux POLYCOM Polysius 2 La presse à rouleaux POLYCOM La solution éprouvée pour les économies

Plus en détail

Etude d accessibilité à la Communauté Urbaine de Strasbourg

Etude d accessibilité à la Communauté Urbaine de Strasbourg Observatoire régional des transports et de la logistique d Alsace Association inscrite au registre des associations vo LXXV N 298 le 4 décembre 1997 Etude d accessibilité à la Communauté Urbaine de Strasbourg

Plus en détail

Charte Déontologique des prestataires TIC

Charte Déontologique des prestataires TIC (supervisée par le Comité de la ) Introduction Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de

Plus en détail

STRUCTURATION DU PORTEFEUILLE DÉPENDANCE DE L'ASSUREUR

STRUCTURATION DU PORTEFEUILLE DÉPENDANCE DE L'ASSUREUR STRUCTURATION DU PORTEFEUILLE DÉPENDANCE DE L'ASSUREUR Sébastien Nouet Consultant Capa Enseignant en Mathématiques et Mathématiques appliquées, université Paris Dauphine Manuel Plisson Doctorant en Économie,

Plus en détail

Achat de fournitures de bureau

Achat de fournitures de bureau Groupement de commande (article 8 du Code des Marchés Publics) Coordonnateur du groupement : La Communauté de Communes du Vimeu Industriel 154, Rue Henri Barbusse BP 60067 80534 FRIVILLE-ESCARBOTIN cedex

Plus en détail

2016 DU 72 Secteur Chapelle International (18e) - Acquisition en VEFA auprès de SOGARIS d un volume abritant un data center. PROJET DE DELIBERATION

2016 DU 72 Secteur Chapelle International (18e) - Acquisition en VEFA auprès de SOGARIS d un volume abritant un data center. PROJET DE DELIBERATION Direction de l Urbanisme Service de l Action Foncière 2016 DU 72 Secteur Chapelle International (18e) - Acquisition en VEFA auprès de SOGARIS d un volume abritant un data center. PROJET DE DELIBERATION

Plus en détail

Supprimer la dernière phrase

Supprimer la dernière phrase DECRET N 85-397 DU 3 AVRIL 1985 RELATIF A L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Modifié par : - Décret n 85-1230 du 23 novembre 1985 (J.O. du 24 novembre 1985) ; - Décret

Plus en détail

Survol de la présentation

Survol de la présentation Les enrobés du MTQ : relation entre leurs caractéristiques, leur mise en œuvre et leur performance sur la route Michel Paradis, ing. M.Sc. Transports Québec Service des matériaux d infrastructures Colloque

Plus en détail

Notions et outils pour la sélection des bitumes PG

Notions et outils pour la sélection des bitumes PG Les liants hydrocarbonés: des bitumes purs aux liants modifiés et bitumes spéciaux Notions et outils pour la sélection des bitumes PG École de technologie supérieure - novembre 2003 (Bitume Québec ENPC)

Plus en détail

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Confédération Construction Wallonne Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Chiffres arrêtés au 8/6/211 Francis Carnoy Salim Chamcham Juin

Plus en détail

La Communauté urbaine systématise sur les chantiers de voirie de sa compétence la pose d ouvrages de télécommunications.

La Communauté urbaine systématise sur les chantiers de voirie de sa compétence la pose d ouvrages de télécommunications. CONVENTION DE MISE A DISPOSITION D INFRASTRUCTURES POUR LE RESEAU DE TELECOMMUNICATIONS TRES HAUT DEBIT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX RD 1215 Germignan / Lycée Sud-Médoc ENTRE LES SOUSSIGNES Le

Plus en détail

Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes

Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes Direction Départementale des Territoires de la Savoie Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes ( Loi du 12 juillet 2010 - Décret du 30 janvier 2012 ) Ce résumé des

Plus en détail

La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage

La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage Centre d'études Techniques de l'équipement de l'ouest Au

Plus en détail

PARTENARIAT EDITORIAL*

PARTENARIAT EDITORIAL* 7 e APPEL D OFFRES 2017 2019 PARTENARIAT EDITORIAL* * Le partenariat éditorial est ouvert à des éditeurs juridiques et techniques pouvant satisfaire le besoin d information des cabinets sur la matière

Plus en détail

3. Structures et revêtements : les solutions béton

3. Structures et revêtements : les solutions béton 3. Structures et s : les solutions béton 3.1 - Structures et s pour les tramways sur rails La structure type d une plate-forme de tramway se compose généralement : d un corps de voirie ou de chaussée constitué

Plus en détail

CIRCULAIRE DERF/SDC/C2003-3001 Date : 14 JANVIER 2003

CIRCULAIRE DERF/SDC/C2003-3001 Date : 14 JANVIER 2003 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction de l Espace rural et de la forêt Sous-direction du Cheval Bureau des Courses et du pari mutuel Adresse : 3,

Plus en détail

Gestion des Voiries. Un patrimoine stratégique Premier lien social, miroir de la commune

Gestion des Voiries. Un patrimoine stratégique Premier lien social, miroir de la commune Gestion des Voiries Un patrimoine stratégique Premier lien social, miroir de la commune Une infrastructure vitale Circulation de flux essentiels Automobiles Piétons Eau potable Assainissement Electricité

Plus en détail

RESISTANCE AU FEU ET ISOLATION THERMIQUE

RESISTANCE AU FEU ET ISOLATION THERMIQUE RESISTANCE AU FEU ET ISOLATION THERMIQUE Réaliser de façon simple et économique un mur coupe-feu qui répond également aux exigences thermiques actuelles, ainsi qu à toutes les exigences techniques des

Plus en détail

REDACTEUR PRINCIPAL de 2 ème CLASSE

REDACTEUR PRINCIPAL de 2 ème CLASSE REDACTEUR PRINCIPAL de 2 ème CLASSE Examen professionnel Par voie d avancement de grade SERVICE CONCOURS ET EXAMENS 10 Points de Vue - CS 40056-77564 LIEUSAINT CEDEX Téléphone : 01.64.14.17.77 - Fax :

Plus en détail

Avis aux actionnaires des compartiments OYSTER Credit Opportunities et OYSTER European Fixed Income

Avis aux actionnaires des compartiments OYSTER Credit Opportunities et OYSTER European Fixed Income OYSTER (la «SICAV») Société d'investissement à capital variable Siège social: 11/13, boulevard de la Foire L-1528 Luxembourg R.C.S. Luxembourg B-55.740 Avis aux actionnaires des compartiments OYSTER Credit

Plus en détail

Le traitement anti-fissure

Le traitement anti-fissure N O T I C E T E C H N I Q U E COMPLEXE ANTI-FISSURE S A F L E X X A Le traitement anti-fissure SAFLEX AF est un produit utilisé pour la prévention ou la réparation des fissures, il nécessite une couche

Plus en détail

Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives

Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives La présente fiche résulte du groupe de travail mis en place à l Afssaps

Plus en détail

Relevé des déductions ------

Relevé des déductions ------ Cahier des charges du mode EDI du téléservice SIMPL-TVA Relevé des déductions ------ Version 1.1 10 Février 2016 SUIVI DES VERSIONS Date N Version Motif de Mise à Jour 24/07/2015 1.0 Création 10/02/2016

Plus en détail

ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4

ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4 ANNEXE II c : DÉFINITION DES ÉPREUVES ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4 À partir du dossier de définition d une installation de production d énergie utilisant une énergie renouvelable,

Plus en détail

Dallage isolant à base de raffle de maïs (sous plancher chauffant)

Dallage isolant à base de raffle de maïs (sous plancher chauffant) Fiche éléments d ouvrage Maison Charmeau Fiche n 8 Dallage isolant à base de raffle de maïs (sous plancher chauffant) 1 Cadre Maître d'ouvrage Particulier Conception et Réalisation Autoconstructeur Noms

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/POFEGTP/N2004-2016 Date : 16 FEVRIER 2004

NOTE DE SERVICE DGER/POFEGTP/N2004-2016 Date : 16 FEVRIER 2004 1 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Sous-Direction de la Politique des Formations de l Enseignement

Plus en détail

PRATIX et ANALYTI Un système d information pour accompagner la gestion de nos programmes expérimentaux

PRATIX et ANALYTI Un système d information pour accompagner la gestion de nos programmes expérimentaux Le Cahier des Techniques de l INRA 2013 (79) n 2 PRATIX et ANALYTI Un système d information pour accompagner la gestion de nos programmes expérimentaux Laetitia Deyris 1, Frédéric Bernier 1 Résumé. Le

Plus en détail

2. Types de pharmacies d établissements médico-sociaux

2. Types de pharmacies d établissements médico-sociaux LE CHEF DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L'ENERGIE DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE SUR LA PRISE EN CHARGE PHARMACEUTIQUE DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie

Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie GROS CONSOMMATEURS NEUCHATELOIS Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie (Variante 3 des possibilités offertes) Version 1, 19 janvier 2006 Renseignements:

Plus en détail

Page 1. Le catalogue

Page 1. Le catalogue Page 1 Le catalogue Le service Catalogue vous offre de nombreuses fonctionnalités. Il vous permet de faire connaître vos produits sur Internet sans forcément atteindre le processus de commande en ligne.

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PETROLE AFRICAINS SECRETARIAT DE L APPA

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PETROLE AFRICAINS SECRETARIAT DE L APPA ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PETROLE AFRICAINS SECRETARIAT DE L APPA DOSSIER D'APPEL D'OFFRES INTERNATIONAL N.../APPA/SE/DAT/12-13 du... Pour l édition et la commercialisation du rapport de l Etude Comparative

Plus en détail

ANNEXE 3 MAÏS SUCRÉ DISPOSITIONS PARTICULIÈRES

ANNEXE 3 MAÏS SUCRÉ DISPOSITIONS PARTICULIÈRES ANNEXE 3 MAÏS SUCRÉ DISPOSITIONS PARTICULIÈRES 1. PRIX MINIMA DE VENTE 2013 1.1 Les prix minima à payer au producteur sont les suivants : Catégorie de maïs crème et grain Maïs sucré «CRÈME ET GRAIN» Prix

Plus en détail

ProMaxScore AUTO-DIAGNOSTIC D'AFFAIRES PME ET PLAN D'ACTION (c) 2014 Tous droits réservés

ProMaxScore AUTO-DIAGNOSTIC D'AFFAIRES PME ET PLAN D'ACTION (c) 2014 Tous droits réservés ProMaxScore AUTO-DIAGNOSTIC D'AFFAIRES PME ET PLAN D'ACTION (c) 2014 Tous droits réservés VERSION 2014-2016 - V4.5 VOTRE AUTO-ÉVALUATION et BILAN DE SANTÉ D'ENTREPRISE VOTRE SCORE D'ENTREPRISE et VOTRE

Plus en détail

La préparation aux déménagements d'archives (récolement, évaluation sanitaire, traçabilité des unités documentaires...)

La préparation aux déménagements d'archives (récolement, évaluation sanitaire, traçabilité des unités documentaires...) La préparation aux déménagements d'archives (récolement, évaluation sanitaire, traçabilité des unités documentaires...) Stage technique international des Archives 4 et 5 mai 2010 Anysia L HOTELLIER, chargée

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1997

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1997 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1997 Le mouvement de baisse des taux d intérêt des crédits au logement s est poursuivi au cours de l année écoulée, ce mouvement étant plus accentué au

Plus en détail

Le prix des terrains à bâtir en 2011 en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains

Le prix des terrains à bâtir en 2011 en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains EPTB en Service Connaissance Division Stratégie des Etudes et Statistiques Le prix des terrains à bâtir en en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains En, un peu moins

Plus en détail

Année universitaire 2015-2016 (Accréditation 2015-2019)

Année universitaire 2015-2016 (Accréditation 2015-2019) MODALITES DE CONTROLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES - FONCTIONNEMENT DES JURYS POUR L OBTENTION DES DIPLÔMES DE LICENCE DU DOMAINE SCIENCES TECHNOLOGIE SANTÉ DE L UNIVERSITÉ PARIS-SUD Année universitaire

Plus en détail

«ACCORD-CADRE RELATIF A LA MAINTENANCE DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES»

«ACCORD-CADRE RELATIF A LA MAINTENANCE DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES» Direction des Affaires Economiques Avenue du maréchal Juin - BP 50082-83407 Hyères Cedex Tél. : 04.94.00.24.22 Fax : 04.94.00.27.20 Adresse de courrier électronique : cellule-marches@ch-hyeres.fr Adresse

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) OI DIPRO SPAI RFI Demande d information Outil de type «Armoire à plans» permettant la gestion de plans et de documentation Réf. : RFI-2015-07_RFI_ATLAS.docx Page 1/7 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juillet 2013 898 SYNTHESE En 2012, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca est resté quasi-stable, passant de

Plus en détail

Note d information aux candidats

Note d information aux candidats PREFET DE CORSE MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Etudes relatives à la création d un pôle tertiaire à Ajaccio Lot n 1 : Etudes de faisabilité, de programmation et d assistance à maîtrise d

Plus en détail

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=-

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- I- STATISTIQUES DU CONCOURS : 1-1 Nombre de postes, de candidats

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre hospitalier de DOUARNENEZ Boite postale 156 29171 DOUARNENEZ CEDEX

Monsieur le Directeur du Centre hospitalier de DOUARNENEZ Boite postale 156 29171 DOUARNENEZ CEDEX Monsieur le Directeur du Centre hospitalier de DOUARNENEZ Boite postale 156 29171 DOUARNENEZ CEDEX Par lettre du 7 janvier 1998, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - FISCALITE

NOTE JURIDIQUE - FISCALITE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - FISCALITE - OBJET : La redevance audiovisuelle Base juridique Art.41 de la loi de finances pour 2005 Loi

Plus en détail

La meilleure solution pour votre piscine!

La meilleure solution pour votre piscine! HERE COMES THE SUN La natte solaire AST Les chauffages solaires AST La meilleure solution pour votre piscine! Piscine extérieure de Tauberbischofsheim Énergie solaire La quantité d énergie qui atteint

Plus en détail

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage.

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Sage 100 Gestion de production i7 Nouvelle charte graphique L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Intuisage L IntuiSage est une interface d accueil

Plus en détail

GUIDE JURIDIQUE DES ACHATS HOSPITALIERS

GUIDE JURIDIQUE DES ACHATS HOSPITALIERS GUIDE JURIDIQUE DES ACHATS HOSPITALIERS Guide réalisé pour la CAHPP par AdDen avocats Octobre 2014 PREAMBULE Le secteur des achats hospitaliers fait l objet depuis plusieurs années d une attention particulière

Plus en détail

Le chanvre et la chaux

Le chanvre et la chaux Le chanvre et la chaux enduit, mortier & béton CHANVRIBAT granulat de chanvre TRADICAL 70 chaux aérienne pouzzolanique pour béton et mortier TRADICHANVRE liant chaux aérienne pour enduit chanvre les produits

Plus en détail

la réalisation par un organisme agréé F2C selon la norme NF EN 62305-2, version de novembre 2006

la réalisation par un organisme agréé F2C selon la norme NF EN 62305-2, version de novembre 2006 PREFECTURE DES ALPES-MARITIMES Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 29/01/2015 Unité territoriale Alpes-Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8 FORMAbref Janvier 2012 Observatoire de la formation Cofinancement public Analyse de la contribution de l État à la formation continue en entreprise Cette publication porte sur le cofinancement public en

Plus en détail

ANALYSER LA RENTABILITE DES COURS DE LANGUES

ANALYSER LA RENTABILITE DES COURS DE LANGUES ANALYSER LA RENTABILITE DES COURS DE LANGUES I. Problématique : Qu'il s'agisse de centres culturels français (CCF) ou d'alliances françaises (AF) tous les établissements culturels à l'étranger doivent

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016. (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I

RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016. (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016 (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article I-1 : Obtention du grade de

Plus en détail

Mortier-colle amélioré, déformable, en neuf et en rénovation. Très faible émission de poussières. Classe C2S1-ET.

Mortier-colle amélioré, déformable, en neuf et en rénovation. Très faible émission de poussières. Classe C2S1-ET. Notice Produit Edition Novembre 2013 Numéro 348 Version n 2013-426 Mortier-colle amélioré, déformable, en neuf et en rénovation. Très faible émission de poussières. Classe C2S1-ET. Construction Présentation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TYPE QUALIROUTES CHAPITRE F SOUS-FONDATIONS ET FONDATIONS

CAHIER DES CHARGES TYPE QUALIROUTES CHAPITRE F SOUS-FONDATIONS ET FONDATIONS Site "Qualité & Construction": http://qc.spw.wallonie.be CAHIER DES CHARGES TYPE QUALIROUTES approuvé par le Gouvernement wallon en date du 20 juillet 2011 CHAPITRE F SOUS-FONDATIONS ET FONDATIONS Édition

Plus en détail

LES ENROBES D ASSISESD

LES ENROBES D ASSISESD LES ENROBES D ASSISESD Graves Bitumes (GB) Enrobés à Module Élevé (EME) Les Enrobés Bitumineux : Formulation, Fabrication, Mise en Place - Montréal 2006 1 TERMINOLOGIE Bétons bitumineux Couche Base Base

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE. Lot n 1 : Risques statutaires des agents titulaires du CCAS (y compris des CROCUS) de la commune d Orsay

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE. Lot n 1 : Risques statutaires des agents titulaires du CCAS (y compris des CROCUS) de la commune d Orsay AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Centre communal d action sociale d Orsay Pouvoir adjudicateur : M. le Président du CCAS Adresse : 2 place du général

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Sétra. Retraitement des chaussées et recyclage des matériaux bitumineux de chaussées. Guide technique

Sétra. Retraitement des chaussées et recyclage des matériaux bitumineux de chaussées. Guide technique Sétra service d'études techniques des routes et autoroutes juillet 2004 Guide technique Retraitement des chaussées et recyclage des matériaux bitumineux de chaussées pages laissée intentionnellement blanche

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9

Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9 Profil de l habitation Village urbain 8 Volume 3 cahier 9 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des soutiens

Plus en détail

SOMMAIRE. I. L emploi 2. A. Présentation du cadre d emplois 2 B. Les fonctions exercées 2. II. L examen professionnel 4

SOMMAIRE. I. L emploi 2. A. Présentation du cadre d emplois 2 B. Les fonctions exercées 2. II. L examen professionnel 4 EXAMEN PROFESSIONNEL ADJOINT DU PATRIMOINE DE 1ERE CLASSE FILIERE CULTURELLE CATEGORIE C Examen professionnel par voie d avancement de grade Contact : Accueil de la Maison de L Emploi Territorial 04.76.33.20.33

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail