«La sécurité privée au Québec»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«La sécurité privée au Québec»"

Transcription

1 Rapport de mission délégation interministérielle à la sécurité privée «La sécurité privée au Québec» avril 2012

2 La sécurité privée est entrée dans une ère de profonds changements. Depuis la remise au ministre de l Intérieur du rapport relatif au contrôle des entreprises de sécurité privée (dit «rapport Blot») en juin 2010, les lignes ont bougé, les mentalités et les comportements collectifs et individuels ont commencé à évoluer en profondeur. Le Conseil national des activités privées de sécurité a été installé en janvier La Délégation Interministérielle à la sécurité privée, créée en septembre 2010, participe de ces changements, par ses travaux internes et en partenariat avec les acteurs publics et privés de la sécurité mais aussi par son évaluation des systèmes étrangers. Cinq missions ont eu lieu en (Espagne, Canada, Belgique, Italie, Pays-Bas), réalisées avec le soutien des Attachés de la sécurité intérieure français à l étranger. L ensemble des représentants des administrations concernées et des associations professionnelles ont été rencontrées lors de ces missions, dont l objet est de mettre en exergue les bonnes pratiques, les difficultés rencontrées et de mettre en place une habitude d échanges réguliers entre pays européens. Afin de nourrir la réflexion de chacun, j ai souhaité mettre à disposition de tous les acteurs français de la sécurité le compte rendu de ces missions et d enrichir ainsi les débats et travaux en cours pour poursuivre la transformation de la sécurité privée en France. Jean-Louis Blanchou Délégué interministériel à la sécurité privée Rédaction : DISP Conception : DICOM Photos : Fotolia

3 Rapport de mission «La sécurité privée au Québec» avril Synthèse Le Québec : modèle original de gouvernance de la sécurité privée. Après quarante années de développement continu de son activité, mais d immobilisme de son cadre réglementaire, la sécurité privée au Québec vient de vivre une refondation complète de celui-ci, au terme d un long processus de concertation qui a duré dix ans et qui a associé largement acteurs publics et privés. La nouvelle loi, adoptée le 14 juin 2006 et entrée en vigueur le 22 juillet 2010, renforce les règles pour accroître l intégrité et le professionnalisme de l industrie de la sécurité privée et, dans le même temps, institue le bureau de la sécurité privée, personne morale de droit privé administrée majoritairement par l industrie, pour lui confier la responsabilité de l ensemble. L ampleur de la réforme fait désormais du dispositif québécois un modèle en Amérique du Nord mais aussi un précurseur «d autorégulation contrôlée» de la sécurité privée, à michemin entre «laisser faire» et contrôle étatique. Le domaine des services d enquêtes et de sécurité connaît depuis les vingt dernières années une expansion considérable au Québec, caractérisée à la fois par un accroissement rapide de son volume d affaires, par une diversification importante de ses activités avec une utilisation marquée de technologies avancées et par une demande accrue en matière de sécurité. Plusieurs fonctions qui étaient autrefois du ressort exclusif des services de police publics sont désormais exercées par des entreprises privées. Dans certains cas, cela veut dire que les services de sécurité privée accomplissent des tâches auparavant exécutées par la police. Dans d autres cas, cela signifie que des domaines d activité entièrement nouveaux des services qui n existaient pas ou qui n étaient pas partout disponibles peuvent maintenant être achetés. Cet essor, combiné au faible encadrement réglementaire, s est accompagné de nombreuses critiques sur la confusion des genres entre un secteur privé regroupant agents aux niveaux de compétences inégaux, sans règle déontologique et laissés sans surveillance et une police deux fois moins nombreuse, professionnelle et très contrôlée. Ce décalage grandissant a rendu nécessaire, dans l intérêt du public mais aussi dans celui de ce secteur économique, l adoption d une nouvelle législation. La nouvelle loi vise d une part à l accroissement de la professionnalisation de l industrie et d autre part au renforcement de la protection du public. Pour cela, plusieurs types de dispositions sont mis en œuvre. Il s agit tout d abord de clarifier la situation de la sécurité privée dans le cadre de la sécurité globale, et pour cela la loi : voit son champ d application élargi par l intégration de tous les secteurs qui composent aujourd hui de fait l industrie de la sécurité privée et qui touchent directement les citoyens. Ainsi, en plus du gardiennage et de l investigation, il s agit d y assujettir le transport de valeurs, la serrurerie, la sécurité électronique, et le conseil en sécurité ; réaffirme la limitation des pouvoirs des agents de sécurité privée à ceux de tout citoyen ordinaire ; soumet aux mêmes exigences d intégrité et de compétence les agents qui effectuent au sein des services internes de sécurité les mêmes tâches que les agents des entreprises prestataires de services de sécurité ;

4 4 Rapport de mission «La sécurité privée au Québec» avril 2012 prévoit l instauration de normes concernant l identification visuelle (carte professionnelle, uniforme, véhicule ) permettant au public de faire une distinction plus claire entre les services publics et privés de sécurité. Il s agit ensuite de professionnaliser les agents de sécurité privée en : instaurant une formation de base obligatoire pour l obtention du permis d agent ; prévoyant l instauration de normes de comportement que les agents seront tenus de respecter dans l exercice de leurs fonctions sous peine de suspension ou de révocation de leur permis par le bureau de la sécurité privée. Ces normes visent l adoption par les agents d une conduite soucieuse de la protection du public et respectueuse des droits et des libertés individuelles. Il s agit enfin de garantir l intégrité des agents de sécurité privée par : l élargissement de l enquête de moralité (casier judiciaire, antécédents criminels et bonnes mœurs) aux propriétaires d agences de sécurité privée, y compris aux actionnaires et associés détenant un intérêt important dans l entreprise ainsi qu aux administrateurs ; la mise en place d un mécanisme d alerte pour signaler en temps réel la commission de toute infraction. Surtout la loi institue une structure d encadrement, le Bureau de la Sécurité Privée (BSP), placée sous le contrôle de l industrie (sept des onze membres de son conseil d administration étant désignés par des organisations représentatives de l industrie) et financée par le produit de la redevance sur les permis d agence et les permis d agent. Le BSP, a comme unique mission de «veiller à la protection du public». Concrètement, il doit : veiller à l application de la loi et des règlements afférents; délivrer les permis aux agences et agents de sécurité ; traiter les plaintes à l égard des titulaires de permis ; assurer un rôle en matière de formation et notamment agréer les formations, les formateurs et les centres de formation ; maintenir à jour le registre public des titulaires de permis d agence et d agent ; favoriser la cohérence des actions des intervenants de la sécurité privée avec celles des intervenants de la sécurité publique ; donner son avis au ministre sur toute question que celui-ci peut lui soumettre en matière de sécurité privée. Un peu à l image d un ordre professionnel, le BSP répond ainsi à la volonté d autorégulation de l industrie. Cette autonomie très large est cependant tempérée par la présence de représentants du ministre de la sécurité publique au sein du conseil d administration. En outre, le ministre désigne les organisations représentatives et, en cas de nécessité, peut nommer un administrateur provisoire à la place du conseil d administration. Avec un mode de gouvernance original et un périmètre réglementé un peu plus étendu, la sécurité privée au Québec a désormais un encadrement voisin de celui qui existe en France. Cependant beaucoup plus nettement que dans le système français cette nouvelle loi s inscrit dans la perspective d un renforcement de la cohérence entre sécurité publique et sécurité privée. À cet égard le BSP est très attendu sur sa capacité à assumer un dispositif de traitement des plaintes au même niveau que celui de la police et à faire disparaître la confusion entre cette dernière et la sécurité privée.

5 Rapport de mission «La sécurité privée au Québec» avril Méthodologie Ce rapport a été effectué par le biais d une mission à Ottawa, Montréal et Québec du 23 au 26 avril 2012, organisée par les services de l Attaché de Sécurité Intérieure français. Ont été rencontrés : Gendarmerie Royale du Canada (GRC) : Surintendant Marc HACHEY. Ministère de la Sécurité Publique du Québec : M me Sylvie TOUSIGNANT, directrice générale adjointe des affaires policières ; M. Alain AYOTTE, directeur du service des enquêtes (membre du conseil d administration du BSP). Direction de la Sûreté du Québec : Inspecteur-chef Freddy FOLEY, directeur de la protection de l État (membre du conseil d administration du BSP). Bureau de la Sécurité Privée du Québec (BSP) : M. Denis LEVESQUE, Directeur général du BSP. Université de Montréal - Centre International de Criminologie Comparée (CICC) : M. Benoît DUPONT, professeur agrégé ; M. Massimilo MULONE, professeur d université. Service de la Police de la Ville de Montréal (SPVM) : Assistant-directeur Patrick LALONDE, chef du service de la communauté région Ouest ; Inspecteur-chef sylvain LEMAY, bureau du directeur ; Inspecteur Alain LARIVIERE, chef de la section métro de Montréal ; Inspecteur Jimmy CACCHIONE, chef de la section unité aéroportuaire. Association Canadienne de la Sécurité (ACS) : Jean-François CHAMPAGNE, Directeur général de l ACS. A ces entretiens s ajoutent la documentation fournie par les interlocuteurs canadiens ainsi que la documentation en accès libre sur internet. Une documentation sur la sécurité privée au Canada et au Québec a en outre été préalablement fournie par les services de l ASI à Ottawa.

6 6 Rapport de mission «La sécurité privée au Québec» avril 2012 Sommaire Synthèse... 3 Méthodologie... 5 Sommaire Le contexte Canadien Un ensemble de provinces L organisation administrative de la sécurité publique Démographie de la sécurité dans les provinces Caractéristiques générales de la sécurité privée au Canada Sécurité publique et sécurité privée Les entreprises Les agents Aspect sociologique Formation Syndicalisation La sécurité privée au Québec L émergence de la sécurité privée au Québec L élaboration de la loi Le périmètre de la loi sur la sécurité privée Les secteurs d activité déjà assujettis Le gardiennage L investigation L élargissement du périmètre de la sécurité privée Serrurerie Systèmes électroniques de sécurité Convoyage de biens et de valeurs Service de conseil en sécurité Hors périmètre Les services internes de sécurité Encadrement des services internes Sécurité contractuelle/sécurité interne Le Bureau de la Sécurité Privée du Québec Un mode de gouvernance original La délivrance des permis Le registre des permis Critère de compétence Critère d intégrité La solidité des agences Une mise en place progressive Les contrôles Les pouvoirs du BSP Le règlement sur le comportement L imputabilité des agents Partenariat sécurité publique/sécurité privée Une situation de fait Une tentative de formalisation Une loi de confiance

7 Rapport de mission «La sécurité privée au Québec» avril Le contexte canadien Un ensemble de provinces. Alberta (Edmonton) : l Alberta est la plus riche des dix provinces du Canada. Elle fournit 70 % du pétrole et du gaz naturel exploités par le pays. Elle est majoritairement anglophone (2,3 % de la population parlent le français comme première langue). Colombie-Britannique (Victoria) : la plus occidentale des provinces canadiennes. ile-du-prince-edouard (Charlottetown) : la plus petite des provinces du Canada en superficie et en population. Elle est la province la plus densément peuplée. Manitoba (Winnipeg) : province très dépendante de l agriculture puis de l industrie, de l exploitation minière et forestière, de l énergie et du tourisme. Nouveau-Brunswick (Fredericton) : près du tiers de la population est constituée de francophones. C est la seule province à être officiellement bilingue. Nouvelle-Ecosse (Halifax) Nunavut (Iqaluit) : le plus grand territoire inukophone du Canada (langue Inuit) et le plus jeune et le plus grand des territoires du Canada (loi de 1999 de séparation des Territoires du Nord-Ouest). Ontario (Toronto) : la plus peuplée des provinces du Canada et également la deuxième plus grande province canadienne après le Québec. Ottawa, la capitale nationale canadienne, se trouve aussi sur son territoire. Québec (Québec) est une province francophone du Canada. La métropole est Montréal. Elle est la plus grande province canadienne, composée de divers groupes ethnolinguistiques et socioculturels, dont les Canadiens français et les onze nations autochtones. La langue officielle est le français, comprise par 94,6 % de la population. En 2006, la proportion de Québécois de langue maternelle française était de 79 %, tandis qu elle était de 7,7 % pour l anglais. Saskatchewan (Regina) terre-neuve-et-labrador (Saint Jean) : la province est constituée de l île de Terre-Neuve et de la région continentale de Labrador. Terre-Neuve a son propre dialecte distinct de l anglais canadien : l anglais terreneuvien. Territoires du Nord-Ouest (Yellowknife): c est la troisième plus grande entité du pays. Yukon (Whitehorse) : la deuxième entité la moins peuplée du Canada.

8 8 Rapport de mission «La sécurité privée au Québec» avril L organisation administrative de la sécurité publique. Elle découle de l organisation administrative canadienne qui est structurée en trois niveaux : le fédéral, le provincial et le municipal. A chaque niveau administratif correspond une organisation policière sans que cela signifie qu il existe un service de police autonome pour toutes les municipalités ou provinces. En effet la gendarmerie royale du Canada (GRC) est le service de police de niveau fédéral. Cependant dans huit des dix provinces, l Ontario et le Québec faisant exception, le gouvernement provincial négocie et administre les contrats aux termes desquels la GRC fournit des services de maintien de l ordre aux niveaux provincial et municipal. Dans l Ontario et le Québec, les services de police provinciaux (Police Provinciale de l Ontario, Sûreté du Québec) négocient avec les municipalités pour leur fournir des services municipaux de maintien de l ordre. Ainsi, au Québec, seules les plus grandes villes ont leur propre police municipale (Montréal, Québec, ) tandis que la Sûreté du Québec prend en charge les autres. 1.3 Démographie de la sécurité dans les provinces Population Policiers Canada Terre-Neuve-et-Labrador Île-du-Prince-Édouard Nouvelle-Écosse Nouveau-Brunswick Québec Ontario Manitoba Saskatchewan Alberta Colombie-Britannique Yukon Territoires du Nord-Ouest Nunavut Agents de sécurité privée Ces chiffres sont issus des recensements de la population. Ils comptabilisent les personnes interrogées qui, sans considération du type d employeur ou d un éventuel permis d agent, déclarent exercer une activité à temps complet ou partiel dans les métiers suivants : Enquêteurs privés : Enquêteur(euse) - signaux d alarme, Agent(e) de sécurité d entreprise, Détective privé(e), Enquêteur(euse) privé(e), Agent(e) de prévention des vols, vente au détail, Surveillant(e) des enquêteur(euse)s privé(e)s, Inspecteur(trice) en prévention des sinistres (sauf les pompiers), Enquêteur(euse) dans un magasin, Enquêteur(euse), établissement commercial ( titre II de la loi de 1983). Gardiens de sécurité : Conducteur(trice) de voiture blindée, Garde du corps, Gardien(ne) d usine, Brigadier(ère) scolaire, Gardien(ne) de guichet automatique bancaire, Portier, Commissaire (sécurité), Veilleur(euse) de nuit, Veilleur(euse) [gardien(ne)], Inspecteur (trice) de bagages, Gardien(ne) de sécurité d aéroport, Gardien(ne) de convoi... ( titre I de la loi de 1983).

9 Rapport de mission «La sécurité privée au Québec» avril Caractéristiques générales de la sécurité privée au Canada Sécurité publique et sécurité privée. Le domaine des services d enquêtes et de sécurité connaît depuis les vingt dernières années une expansion considérable caractérisée à la fois par un accroissement rapide de son volume d affaires et par une diversification non moins importante de ses activités. Plusieurs fonctions qui étaient autrefois du ressort exclusif des services publics de police sont désormais exercées par des entreprises privées. Dans certains cas, cela veut dire que les services de sécurité privée accomplissent des tâches auparavant exécutées par la police. Dans d autres cas, cela signifie que des domaines d activité entièrement nouveaux des services qui n existaient pas ou qui n étaient pas partout disponibles peuvent maintenant être achetés. Les réseaux de services de police publics et privés deviennent de plus en plus complexes ; il sera de plus en plus difficile de savoir quand un agent privé de sécurité agit comme agent de l État de manière à assujettir ses actions à la Charte canadienne des droits et libertés. L autorité de l agent de sécurité privé est différente de celle du policier et n est pas toujours bien connue. Le pouvoir d arrestation des agents de sécurité privée en cas d infraction criminelle n est pas plus étendu que celui du citoyen canadien. Le Code criminel précise que quiconque, y compris un agent de sécurité privée, peut arrêter une personne qu il trouve en train de commettre un acte criminel. La Charte ne s applique pas aux rapports entre deux citoyens privés. Toutefois, la Charte s applique à une personne qui agit comme agent de l État, notamment lorsqu elle arrête un autre citoyen. Au Canada, il existe un système de réglementation permettant de surveiller la performance de la police publique. Cependant, la sécurité privée fait rarement l objet d une surveillance efficace. De plus, les entreprises privées ne se voient pas imposer les mêmes restrictions quant à l utilisation des données qu elles recueillent. Le fait qu il n existe ni code d éthique ni code de déontologie uniforme semble affecter la crédibilité du secteur de la sécurité privée. L encadrement reste parcellaire, fonction des législations des provinces, avec en principe la nécessité d un permis délivré par une autorité provinciale le «registrar» qui comme son nom le suggère délivre les permis et tient le registre des permis en cours de validité. Cette fonction était assurée jusqu en 2011 au Québec par la police provinciale : la sûreté du Québec Les entreprises. En 1997, l industrie des services d enquêtes et de la sécurité comptait 2746 entreprises dont 51,5 % de moins de 5 employés et 31,5% de plus de neuf employés.

10 10 Rapport de mission «La sécurité privée au Québec» avril 2012 En 1995, l industrie de la sécurité privée a généré un chiffre d affaires de 2,5 milliards de dollars. La quasi-totalité des revenus provient des services de protection, soit 87 %, suivi de la vente de marchandises qui occupait 8 %. Les commerçants et les entreprises sont les principaux clients de cette industrie, étant responsables de 65 % de son chiffre d affaires. Le gouvernement arrive second (18 %), puis juste après, les ménages et les particuliers (16 %) Les agents. Ils sont plus nombreux que les policiers. On compte en effet agents de sécurité privés au Canada, comparativement à policiers, ce qui représente environ 3 agents de sécurité privée pour 2 policiers (2 pour 1 au Québec). Les «gardiens de sécurité» constituent 90 % des agents de sécurité privée. Entre 2001 et 2006, le nombre d agents de sécurité privée a progressé beaucoup plus rapidement que celui des agents publics (15 % par rapport à 3 % pour les policiers). Cet accroissement provient pour l essentiel du secteur du gardiennage Aspect sociologique origine : les membres des minorités visibles étaient sous-représentés parmi les agents de police et les enquêteurs privés en 1996, tandis que leur taux de représentation parmi les gardiens de sécurité était supérieur à la moyenne. Ils comptaient pour 10 % de la population active occupée au Canada, comparativement à 11 % des gardiens de sécurité et à 3 % seulement des agents de police et à 6 % des enquêteurs privés. Cette représentation a néanmoins doublé entre 1996 et Contrairement aux membres des minorités visibles, les Autochtones (amérindiens) avaient une bonne représentation au sein des services de police. En 1996, ils représentaient 3,0 % de tous les agents de police comparativement à 1,7 % de la population active occupée. sexe : le nombre de femmes travaillant dans les services de sécurité privée et les services de police continue d augmenter. Entre 1996 et 2006, la proportion d agentes de sécurité privée est passée de 20 % à 24 %. De même, la proportion de policières a augmenté de 13 % à 20 %. age : les agents de sécurité privée provenaient de tous les groupes d âge, alors que la majorité des policiers étaient âgés de 25 à 54 ans. On a dénombré relativement peu de policiers de 55 ans et plus. Chez les agents de sécurité privée, ceux de 55 ans et plus représentent la proportion la plus élevée (26 %). En effet, les retraités envisagent un travail de gardien de sécurité comme une deuxième carrière possible et notamment les retraités de la police et les retraités militaires. La tranche la plus jeune (18-25 ans), est la deuxième plus importante en raison de la faible exigence de qualification et de formation dans l accès à l emploi.

11 Rapport de mission «La sécurité privée au Québec» avril 2012 niveau scolaire : les policiers ont généralement des niveaux de scolarité et de revenu plus élevés que les agents de sécurité privée. On exige habituellement d un policier un diplôme d études secondaires, bien qu on préfère un diplôme d études collégiales ou universitaires. En 2006, 75 % des policiers possédaient au moins un certificat d études collégiales, comparativement à 55 % des enquêteurs privés et à 37 % des gardiens de sécurité Formation. De façon générale, aucune condition de formation n est requise pour devenir agent de sécurité privée. La formation des enquêteurs privés et des gardiens de sécurité est une décision qui relève généralement de l employeur. Cependant, au cours des dernières années, la Colombie-Britannique, la Saskatchewan et Terre-Neuve ont modifié leurs cadres législatifs respectifs pour en élargir le champ d application afin d exiger que les demandeurs de permis d agents de sécurité aient, au préalable, suivi une formation minimale. L Ontario suit la même voie (projet de loi de 2003) Syndicalisation Le secteur des services d enquêtes et de la sécurité est syndicalisé à 35 % environ. Le syndicat des Métallos, représentant agents de sécurité partout au Canada, est la principale institution active dans ce secteur. Ce dernier fait actuellement pression pour l établissement de réglementations imposant la formation des agents, encadrant l octroi des permis et précisant les modalités d emploi. Il souhaite la création d un régime de réglementation homogène pour l ensemble du pays.

12 12 2. La sécurité privée au Québec. Rapport de mission «La sécurité privée au Québec» avril 2012 Hormis quelques cas particuliers (aéroports), la sécurité publique au sens large est une compétence provinciale, il n y a pas de réglementation de niveau fédéral au Canada que ce soit pour l organisation de la police ou de la sécurité privée. Le processus d élaboration de la réglementation en vigueur au Québec tient donc à l histoire de la province, même si des réseaux informels existent et fonctionnent bien entre les différentes administrations provinciales en charge des même sujets, échangent sur les meilleures pratiques et cherchent à favoriser la convergence entre les différents systèmes L émergence de la sécurité privée au Québec. Le phénomène de sécurité privée se développe dès le XVIIIème siècle au Québec, avec la mise en place de systèmes communautaires de vigiles de quartier, en particulier dans la région de Montréal et de Québec. Devenus insuffisants dès le début du XIXème siècle, le gouvernement crée le premier service public de police, remplacé en 1843 par des services de police municipaux dans ces deux grandes villes. Dès le début du XXème siècle, les services de police ont fréquemment recours aux détectives privés dans la conduite de certaines enquêtes. La pratique se voit rapidement encadrée par différentes législations. La première, la loi concernant la police et le bon ordre, date de 1909 et inclut les premières dispositions réglementant les activités de détectives. L embauche d enquêteurs privés par les services de police et le contexte de la Deuxième Guerre mondiale ont favorisé l expansion et le développement d une expertise dans l industrie de la sécurité privée. L essor des transports de valeurs et de marchandises, de la surveillance sur les chantiers de construction des chemins de fer, ainsi que la gestion de grèves et des conflits de travail ont permis à la sécurité privée de connaître un essor important par l octroi de contrats dans les secteurs publics et privés. Cette nouvelle réalité amena le législateur à adopter la Loi sur les agences d investigation ou de sécurité, en On y incorpora le secteur d activité du gardiennage. Cette loi ne touchait que les agences offrant des services de sécurité ou d investigation, en échange de rémunération auprès des tiers. Celleci instaurait les licences d agence ainsi que l obligation d obtention d un permis d agent, via une enquête de sécurité effectuée par la police provinciale (Sûreté du Québec) L élaboration de la loi du 14 juin Plusieurs facteurs ont contribué à l évolution de la sécurité privée, notamment la diversification de ses activités, une utilisation marquée de technologies avancées et une demande accrue en matière de sécurité. La multiplication des agences de sécurité et des services offerts est à l origine d une diversification des activités en sécurité privée. Ainsi, des services comme le transport de valeurs, les dispositifs de protection et le service conseil se sont ajoutés à l offre de l industrie au Québec. Le développement de la sécurité électronique a ouvert le marché à de nouvelles clientèles avec des besoins de plus en plus ciblés, ce qui a favorisé l émergence d experts dans des domaines plus pointus qu auparavant. La progression de l industrie de la sécurité privée est aussi étroitement liée au sentiment d insécurité de la population, renforcé par la surexposition médiatique de la criminalité. L avènement du terrorisme international, les épisodes de violence entourant la guerre des gangs de motards et les catastrophes naturelles que le Québec a connus, ont favorisé l émergence d un besoin plus marqué en matière de sécurité. En 2006, le chiffre d affaires annuel de l industrie de la sécurité privée au Québec avoisine les 1,5 milliards de dollars. L industrie compte environ

13 Rapport de mission «La sécurité privée au Québec» avril 2012 travailleurs et la croissance annuelle atteint jusqu à 15 % dans certains secteurs comme l alarme. En raison de cette évolution marquée de l industrie de la sécurité privée, la loi de 1962 offrait un cadre législatif inadapté. Par exemple, seuls les services contractuels de gardiennage et d investigation étaient assujettis à la loi. Enfin, l absence de règle de déontologie et d éthique ainsi que l absence de programme reconnu de formation ont contribué à une qualité inégale dans les services offerts. 13 Ces éléments ont milité en faveur de l adoption d une nouvelle législation en matière de sécurité privée. Le processus fut enclenché en 1996 avec la mise en place d un comité consultatif sur la sécurité privée au Québec. Ce comité devait examiner : la portée de la législation en vigueur, les liens entretenus entre le public et le privé, les exigences relatives à l accession à la carrière ainsi que les façons de rehausser l intégrité et le professionnalisme de l industrie. Un rapport est remis au ministre de la sécurité publique du Québec dans lequel plusieurs propositions sont formulées et notamment celle de changer en profondeur la cadre législatif. Toutefois ce n est qu à partir de la fin de l année 2003 que les choses s accélèrent avec le dépôt d un document ministériel, le Livre Blanc : La sécurité privée, partenaire de la sécurité publique. Ce dernier, né des cendres du rapport du comité consultatif de 1996, crée des remous sans précédent au sein de l industrie qui craint que ce Livre Blanc, rédigé sans recours à des représentants de l industrie, ne serve de base au prochain cadre législatif. Ce document ne reflétait pas, aux yeux du secteur privé, les réalités notamment économiques du champ de la sécurité privée : une industrie de main d œuvre faiblement qualifiée et aux marges bénéficiaires trop réduites pour qu elle puisse supporter économiquement un accroissement trop fort de ses contraintes réglementaires. Pour la première fois, on assiste à un rassemblement des forces de l industrie, via les principales associations professionnelles avec comme allié objectif le puissant conseil québécois du commerce de détail (donneurs d ordres), pour chercher à modeler la future législation. Cela débouche, en juin 2004, sur la création, par le ministre de la Sécurité publique, d un comité directeur et de cinq comités sectoriels investigation, sécurité interne, gardiennage, alarme et serrurerie et transport de valeurs auxquels la sécurité privée est conviée à participer. La remise des rapports des comités sectoriels en septembre 2004, servira de base au dépôt du projet de loi sur la sécurité privée, le 16 décembre L année 2005 sera marquée par quatre consultations particulières à la Commission des Institutions de l Assemblée nationale sur le projet de loi et notamment l examen de multiples contributions. Le 18 octobre, le rapport final de consultation est déposé. Enfin, après quelques modifications, la loi est adoptée le 14 juin 2006, dite loi 88. En janvier 2008 le Bureau de la Sécurité Privée voit le jour par la confirmation dans leurs fonctions des onze membres du premier conseil d administration. En 2010, les divers règlements prévus par la loi sont adoptés et les nouvelles dispositions entrent complètement en vigueur le 22 juillet Comme principales innovations, elle étend le périmètre des activités concernées, impose une obligation de formation pour les permis d agent, généralise ceux-ci aux services internes de sécurité, décide de la mise en place de normes de comportement et d identification et institue le Bureau de la Sécurité Privée personne morale financée par l industrie et chargée spécifiquement de la mise en application de la régulation.

ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE

ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE Conseil des ministres de l Éducation (Canada) Council of Ministers of Education, Canada ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE 1. L objectif global de l activité de l Organisation

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

Guide d instructions

Guide d instructions Guide d instructions Objet : Date : Demande d agrément d un régime de retraite à cotisations déterminées (CD) VERSION PROVISOIRE Introduction Les régimes de retraite qui accordent des prestations à des

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Loi sur la sécurité privée

Loi sur la sécurité privée DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 88 (2006, chapitre 23) Loi sur la sécurité privée Présenté le 16 décembre 2004 Principe adopté le 31 mai 2006 Adopté le 14 juin 2006 Sanctionné

Plus en détail

VIVRE À FOND L EXPÉRIENCE CANADIENNE. Date limite de mise en candidature : 28 février PROGRAMME DE MONITEURS DE LANGUES

VIVRE À FOND L EXPÉRIENCE CANADIENNE. Date limite de mise en candidature : 28 février PROGRAMME DE MONITEURS DE LANGUES VIVRE À FOND L EXPÉRIENCE CANADIENNE Date limite de mise en candidature : 28 février Suivez-nous! #monodyssee www.fb.com/monodyssee.myodysse @OLP-PLO PROGRAMME DE MONITEURS DE LANGUES voyager travailler

Plus en détail

*Luttes pour les droits des femmes au Québec

*Luttes pour les droits des femmes au Québec *Luttes 1791 Droit de vote pour les femmes propriétaires Adopté en 1791, l Acte constitutionnel est une loi britannique qui crée le Haut- Canada et le Bas-Canada. Cette loi donne aux propriétaires terriens

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE DE L

RAPPORT DE RECHERCHE DE L RAPPORT DE RECHERCHE DE L NOVEMBRE 2011 L offre d emploi de langue minoritaire des institutions publiques au Québec et au Canada. Les secteurs de l enseignement, de la santé et des services sociaux et

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Services de design spécialisé

Services de design spécialisé N o 63-251-X au catalogue. Bulletin de service Services de design spécialisé 2012. Faits saillants Les revenus des entreprises des industries de services de design spécialisé ont augmenté de 3,8 % et se

Plus en détail

Alberta. Ministère de la Santé et du Bien-être de l Alberta Régime d assurance maladie de l Alberta C. P. 1360, Station Main Edmonton, AB T5J 2N3

Alberta. Ministère de la Santé et du Bien-être de l Alberta Régime d assurance maladie de l Alberta C. P. 1360, Station Main Edmonton, AB T5J 2N3 Alberta Afin de bénéficier de la couverture en matière de soins de santé de l Alberta, le résident doit demeurer physiquement en Alberta pendant au moins 183 jours au cours d une période de douze mois

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 301. Établissant un Service de sécurité incendie

RÈGLEMENT NUMÉRO 301. Établissant un Service de sécurité incendie 1 PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE L ISLET MUNICIPALITÉ DE VILLE DE ST-PAMPHILE RÈGLEMENT NUMÉRO 301 Établissant un Service de sécurité incendie ATTENDU ATTENDU ATTENDU ATTENDU l entrée en vigueur de la Loi sur

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat.

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat. RÉSOLUTION 87-07 265-08 Date d adoption : 20 mars 2007 21 octobre 2008 En vigueur : 21 mars 2007 22 octobre 2008 À réviser avant : RECUEIL DES POLITIQUES Définitions 1. Les bénévoles sont des personnes

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

Services de réparation et d entretien

Services de réparation et d entretien N o 63-247-X au catalogue. Bulletin de service Services de réparation et d entretien 2010. aits saillants Le secteur des services de réparation et d entretien a affiché des revenus de 22,5 milliards de

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Ces dernières années, on

Ces dernières années, on Services de sécurité privés et services de police publics Karen Swol Ces dernières années, on observe une diminution simultanée du nombre d agents de police au Canada et du taux de criminalité. Toutefois,

Plus en détail

Politiques harmonisées. en matière d expérience pratique des CPA

Politiques harmonisées. en matière d expérience pratique des CPA PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE Politiques harmonisées en matière d expérience pratique des CPA Recueil de directives relatives aux exigences en matière d expérience pratique des CPA En vigueur

Plus en détail

Jeux de hasard juillet 2009

Jeux de hasard juillet 2009 juillet 2009 Les recettes nettes tirées des loteries, des appareils de loterie vidéo (ALV), des casinos et des machines à sous à l extérieur des casinos gérés par l État ont augmenté de façon soutenue,

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

Les taxes fédérales sur l essence et les énergies de chauffage

Les taxes fédérales sur l essence et les énergies de chauffage PRB 05-25F Service d information et de recherche parlementaires Bibliothèque du Parlement Les taxes fédérales sur l essence et les énergies de chauffage Marc-André Pigeon Le 16 septembre 2005 INTRODUCTION

Plus en détail

Article. Jeux de hasard 2011. par Katherine Marshall

Article. Jeux de hasard 2011. par Katherine Marshall Composante du produit n o 75-001-X au catalogue de Statistique Canada L emploi et le revenu en perspective Article Jeux de hasard 2011 par Katherine Marshall 23 septembre 2011 Statistique Canada Statistics

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

ETUDIERENFORMATION PROFESSIONNELLE ETVIVREAUQUEBEC

ETUDIERENFORMATION PROFESSIONNELLE ETVIVREAUQUEBEC ETUDIERENFORMATION PROFESSIONNELLE ETVIVREAUQUEBEC OSEZ VIVRE LE Québec Faites de vos études une expérience inoubliable : venez étudier au Québec! Un milieu d études des plus stimulants s offre à vous,

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité

Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité Le rapport Pleins feux sur la fiscalité est un supplément à l édition 2014 de l étude Choix concurrentiels, rapport mondial publié

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

Un nom commercial en français

Un nom commercial en français par anne-marie l. lizotte La langue, la culture et le système juridique distincts du présentent des défis particuliers pour les entités étrangères qui envisagent de faire des affaires dans la deuxième

Plus en détail

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour A U S E R V I C E D E S C A N A D I E N S Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Kwing Hung, Ph. D. Conseiller en statistique et méthodologie

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Cessation d emploi et protection d assurance collective

Cessation d emploi et protection d assurance collective SOINS MÉDICAUX ET SOINS DENTAIRES / INVALIDITÉ, VIE ET MMA 14-11 Cessation d emploi et protection d assurance collective Le présent bulletin est une mise à jour du numéro 07-02 de l Info- Collective. Parmi

Plus en détail

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne PARTIE I OBJET ET INTERPRÉTATION 1.1 Objet de l entiercement 1.2 Interprétation 1.3 Les

Plus en détail

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

Juste à temps pour les élections : Rappel des règles sur les contributions politiques

Juste à temps pour les élections : Rappel des règles sur les contributions politiques 12 septembre 2011 Juste à temps pour les élections : Rappel des règles sur les contributions politiques Par : Guy W. Giorno Ottawa, Toronto De nombreuses campagnes électorales battront bientôt leur plein

Plus en détail

Statistiques & Info du CCDS : Le marché du travail Les salaires

Statistiques & Info du CCDS : Le marché du travail Les salaires Le marché du travail au Canada : Les salaires Cette fiche de données sur le marché du travail présente une analyse des données actuelles pour le Canada et les provinces sur : - Les salaires hebdomadaires;

Plus en détail

LIVRE BLANC. La sécurité privée. partenaire de la sécurité intérieure

LIVRE BLANC. La sécurité privée. partenaire de la sécurité intérieure LIVRE BLANC partenaire de la sécurité intérieure Ministère de la Sécurité publique Décembre 2003 MOT DU MINISTRE Depuis plusieurs années, les intervenants du secteur de la sécurité privée interpellent

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca Le 8 juillet 2014 [TRADUCTION] Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca L honorable François Blais Ministère de l'emploi et de la Solidarité sociale 425, rue Saint-Amable 4e étage Québec (Québec) G1R 4Z1

Plus en détail

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) constituent

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

2007-9 23 novembre 2007

2007-9 23 novembre 2007 Mesures visant à soutenir le secteur manufacturier Le présent bulletin d information a pour but de rendre publiques les modalités d application du nouveau crédit d impôt remboursable pour la formation

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Introduction 35 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET Appels publics à l épargne et placements privés 37 Fusions et acquisitions 41 Par Ian Michael et Benjamin Silver INTRODUCTION Financement d entreprises et fusions

Plus en détail

Examen de la législation associée à l indemnisation des accidents du travail 2013 2016. Document de discussion de 2013

Examen de la législation associée à l indemnisation des accidents du travail 2013 2016. Document de discussion de 2013 Examen de la législation associée à l indemnisation des accidents du travail 2013 2016 Document de discussion de 2013 Ministère de l'éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail/Travail sécuritaire

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

Le droit du travail et de l emploi au Canada

Le droit du travail et de l emploi au Canada Le droit du travail et de l emploi au Canada Les changements fréquents qui touchent le droit du travail et de l emploi au Canada posent un défi de taille aux employeurs qui font des affaires ici. À cela

Plus en détail

Soutenir les employeurs des services éducatifs et de garde à l enfance

Soutenir les employeurs des services éducatifs et de garde à l enfance RAPPORT SCHÉMATIQUE DES ENJEUX PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX EN MATIÈRE DE RESSOURCES HUMAINES Soutenir les employeurs des services éducatifs et de garde à l enfance Conseil sectoriel des ressources humaines

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie

Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie Les candidats à l immatriculation en soit leur premier, deuxième ou troisième année d un programme de

Plus en détail

Consultation relative à la distribution sans représentant

Consultation relative à la distribution sans représentant Montréal, le 15 mars 2011 PAR COURRIEL : consultation-en-cours@lautorite.qc.ca M e Anne-Marie Beaudoin Secrétaire de l Autorité Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07 (P)-RM-2006-07 Santé et sécurité au travail Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006 Amendement : Politique de santé et sécurité au travail 1. But de la politique La

Plus en détail

Statistiques de finances publiques consolidées

Statistiques de finances publiques consolidées Statistiques de finances publiques consolidées Introduction Le concept de la consolidation est couramment utilisé dans le domaine de la comptabilité, tant dans le secteur privé que public. Définie simplement,

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters (N hésitez pas à fournir des renseignements supplémentaires sur une feuille séparée ou à soumettre votre curriculum-vitae) Renseignements

Plus en détail

Article. Travail rémunéré. par Vincent Ferrao. Décembre 2010

Article. Travail rémunéré. par Vincent Ferrao. Décembre 2010 Composante du produit n o 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Travail rémunéré par Vincent Ferrao Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE

LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE au Canada Projections jusqu en 2025 JUIN 2015 LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE au Canada Projections jusqu en 2025 Préparé par : MESSAGE DU CHEF DE LA DIRECTION Chers collègues,

Plus en détail

Enquête auprès d employeurs de certains métiers spécialisés du programme du Sceau rouge

Enquête auprès d employeurs de certains métiers spécialisés du programme du Sceau rouge Enquête auprès d employeurs de certains métiers spécialisés du programme du Sceau rouge Rapport sommaire définitif Conseil canadien des directeurs de l'apprentissage Enquête auprès d employeurs de certains

Plus en détail

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 s et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 INTRODUCTION Canada Snowboard reconnaît que la gestion du risque est un aspect important du processus d embauche. La

Plus en détail

Rapport sur la méthodologie

Rapport sur la méthodologie Sondage des votants et des non-votants 2002 Rapport sur la méthodologie Établi pour : Élections Canada Date : Juin 2002 Centre de recherche Décima, 2002 Table des matières Introduction...1 Méthodologie

Plus en détail

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Ébauche datée du 22 mai 2002 Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Rapport annuel au Secrétariat de l ACI Bureau de la consommation, Industrie Canada,

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

Projet sur les Normes d Admission Nationales

Projet sur les Normes d Admission Nationales Projet sur les Normes d Admission Nationales Rapport du sondage de validation du profil des competences exigées pour l admission à l exercice du droit Septembre 1 Rapport du sondage p. 1 Introduction Le

Plus en détail

Ventes de véhicules automobiles neufs

Ventes de véhicules automobiles neufs N o 63-007-X au catalogue Ventes de véhicules automobiles neufs Février 2011 Comment obtenir d autres renseignements Pour toute demande de renseignements au sujet de ce produit ou sur l ensemble des données

Plus en détail

FAITS SAILLANTS SUR LES MESURES GOUVERNEMENTALES POUR COMBATTRE LA CONTREBANDE DU TABAC

FAITS SAILLANTS SUR LES MESURES GOUVERNEMENTALES POUR COMBATTRE LA CONTREBANDE DU TABAC FAITS SAILLANTS SUR LES MESURES GOUVERNEMENTALES POUR COMBATTRE LA CONTREBANDE DU TABAC Préambule Ce document présente un survol des principales mesures introduites par les gouvernements du Québec et de

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Services de prospection, d arpentage et de cartographie

Services de prospection, d arpentage et de cartographie N o 63-254-X au catalogue. Bulletin de service Services de prospection, d arpentage et de cartographie 2010. Faits saillants Les revenus d exploitation de l industrie des services de prospection, d arpentage

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé. Avril 2011

Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé. Avril 2011 Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé Avril 2011 Chapitre 204 du Code de déontologie harmonisé pour les comptables agréés du Canada approuvé le 4 avril 2011 par le Comité sur

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION AU BARREAU DU QUÉBEC

DEMANDE D ADMISSION AU BARREAU DU QUÉBEC DEMANDE D ADMISSION AU BARREAU DU QUÉBEC À titre de (veuillez cocher une case) : Conseiller juridique canadien Conseiller juridique étranger Conseiller juridique d entreprise Détenteur d un permis restrictif

Plus en détail

DEMANDE DE DÉLIVRANCE DE PERMIS ET D INSCRIPTION AU TABLEAU DES MEMBRES DE L ORDRE PROFESSIONNEL DES CRIMINOLOGUES DU QUÉBEC 2015-2016

DEMANDE DE DÉLIVRANCE DE PERMIS ET D INSCRIPTION AU TABLEAU DES MEMBRES DE L ORDRE PROFESSIONNEL DES CRIMINOLOGUES DU QUÉBEC 2015-2016 DEMANDE DE DÉLIVRANCE DE PERMIS ET D INSCRIPTION AU TABLEAU DES MEMBRES DE L ORDRE PROFESSIONNEL DES CRIMINOLOGUES DU QUÉBEC 2015-2016 Le Cahier sur la procédure et les conditions d admission à l Ordre

Plus en détail

Politique de financement des services publics

Politique de financement des services publics Politique de financement des services publics TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 1. CHAMPS D APPLICATION DE LA POLITIQUE...3 2. ÉNONCÉ DES PRINCIPES DE LA POLITIQUE...5 3. AXES D INTERVENTION...7 4.

Plus en détail

Cadre d assurance de la qualité

Cadre d assurance de la qualité Page 1 de 7 Cadre d assurance de la qualité Septembre 1999 (traduction 15 décembre 1999) I. Cadre d'assurance de la qualité A. Préambule B. Objectifs du Cadre d assurance de la qualité C. Critères d adhésion

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Décret n o 2006-8 du 4 janvier 2006 relatif au statut particulier du corps des ingénieurs de l agriculture et de

Plus en détail

Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques

Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques Avant 1969 Le Bureau fédéral de la statistique 1 (appelé aujourd hui Statistique Canada) recueillait des données sur les avortements en provenance

Plus en détail

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers par le Bureau d assurance du Canada Le 20 janvier 2012 Le Bureau

Plus en détail

Introduction et sommaire

Introduction et sommaire Mémoire de l Association canadienne des professionnels de l insolvabilité et de la réorganisation Introduction et sommaire 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Tél. : 416-204-3242 Téléc.

Plus en détail

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Besoin d une gestion plus serrée des heures supplémentaires Ottawa, le 2 mai 2006 La Ville d Ottawa devrait mettre en place une série de mesures dans

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Le statut des coopératives au Canada

Le statut des coopératives au Canada Le statut des coopératives au Canada Allocution de Marion Wrobel Vice-président, Politique et opérations Association des banquiers canadiens Devant le Comité spécial sur les coopératives de la Chambre

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

Collèges privés d enseignement professionnel

Collèges privés d enseignement professionnel Chapitre 4 Section 4.12 Ministère de la Formation et des Collèges et Universités Collèges privés d enseignement professionnel Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport

Plus en détail

GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION

GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION 1 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION...3 2. STATUT ET MISSION DU CONSEILLER...3 2.1. CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE...3 2.2. CONDITIONS DE DESIGNATION...4

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION 8.1 POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DES CONTRATS D ACQUISITION DE BIENS, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION 1.0 OBJECTIFS LA PRÉSENTE POLITIQUE A POUR BUT : 1.1 D établir les principes auxquels

Plus en détail

ÉVALUATION DES PROGRAMMES PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX D UTILISATION D ANTIDÉMARREURS AVEC ÉTHYLOMÈTRE : BULLETIN DE L AN 2008

ÉVALUATION DES PROGRAMMES PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX D UTILISATION D ANTIDÉMARREURS AVEC ÉTHYLOMÈTRE : BULLETIN DE L AN 2008 ÉVALUATION DES PROGRAMMES PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX D UTILISATION D ANTIDÉMARREURS AVEC ÉTHYLOMÈTRE : BULLETIN DE L AN 2008 AOÛT 2008 RÉSUMÉ Huit provinces et un territoire ont implanté des programmes

Plus en détail

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Jean-Pierre Voyer, SRSA Table ronde Canada-Québec sur les PME et le développement des compétences, Montréal, 24 février

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Association des comptables généraux accrédités du Canada

Association des comptables généraux accrédités du Canada Association des comptables généraux accrédités du Canada Exposé présenté devant le Comité permanent de l industrie, des ressources naturelles, des sciences et de la technologie de la Chambre des communes

Plus en détail

LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS

LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS International Swaps and Derivatives Association, Inc. LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS publiée le 23 avril 2014 par International Swaps and Derivatives

Plus en détail