Donne tes idées sur... Le devenir des aliments

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Donne tes idées sur... Le devenir des aliments"

Transcription

1 4 Des Des aliments aux nutriments PROGRAMMES PARTIE Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie NOTIONS Les nutriments utilisés en permanence par les organes proviennent de la digestion des aliments. La transformation de la plupart des aliments consommés en nutriments s effectue dans le tube digestif sous l action d enzymes. Ces transformations chimiques complètent l action mécanique. Les nutriments passent dans le sang au niveau de l intestin grêle dont la grande surface richement vascularisée favorise l absorption. OBJECTIFS GÉNÉRAUX DU CHAPITRE Dans les nouveaux programmes de collège, la digestion est étudiée en classe de 5 e, elle ne l est plus en classe de 3 e comme dans l ancien programme. Le niveau abordé en 5 e est intermédiaire entre le niveau de 5 e et le niveau de 3 e de l ancien programme. Les élèves doivent intégrer que lors de la digestion : - les aliments (qu ils soient solides ou liquides) sont, au cours de leur trajet dans le tube digestif, au contact de sécrétions digestives sécrétées par les glandes digestives ; - les sécrétions digestives permettent, à elles seules, la transformation des aliments ; - ces transformations se font grâce aux enzymes contenues dans les sécrétions digestives ; - ces enzymes permettent une transformation chimique des aliments ; - cette transformation chimique est facilitée par l action mécanique (les dents dans la cavité buccale) et les muscles tout au long de la paroi du tube digestif. Les aliments sont, pour la plupart, transformés en nutriments qui passent dans le sang au niveau de l intestin grêle dont la surface richement vascularisée favorise l absorption. Les élèves doivent aussi comprendre que l apport des nutriments à l organisme se fait sur une longue durée alors que nous ne mangeons que pendant peu de temps, chaque jour. Les aliments non digérés sont transformés en excréments. OUVERTURE DE CHAPITRE La photographie d ouverture du chapitre montre une famille en train de prendre son petit déjeuner. Des aliments sont mangés : pain, confiture, raisin, jus d orange, café, thé ou chocolat À la fois des aliments liquides et solides. Les élèves savent que ces aliments vont subir la digestion. Cela les conduira à s interroger sur ce que deviennent ces aliments et à poser le problème général : «En quoi consiste la digestion?» Donne tes idées sur... Le devenir des aliments Ce document doit permettre au professeur de recueillir les idées, les conceptions ou représentations mentales ou initiales des élèves sur les notions abordées dans le chapitre. En effet, dans la partie du programme Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie, il est rappelé dans le texte introductif : «Les sujets traités dans cette partie sont tout particulièrement propices à la prise en compte de l évolution des représentations et des conceptions des élèves.» C est donc dans cet esprit que sera réalisé le travail qui suit. Gestion des élèves L enseignant peut faire ce pré-test (qu il ramasse) à la fin du cours précédant la séquence sur la digestion pour répertorier les conceptions des élèves qui peuvent être correctes ou erronées. Il va construire sa séquence en tenant compte de ces conceptions. La première question lui permettra d aborder le trajet des aliments, la seconde le devenir de ces aliments dans l organisme À propos de la première question, les conceptions les plus fréquentes sont les suivantes : - pour certains élèves, le trajet des aliments liquides est différent de celui des aliments solides, il y a un «tuyau» pour les aliments solides et un «tuyau» pour les aliments liquides, menant directement à la vessie ; - pour d autres élèves, le trajet des aliments solides est le même que celui des aliments liquides. Ces notions sont normalement des acquis des classes 16

2 primaires. Mais étant donné les réponses de certains élèves, le professeur doit prendre en compte ces erreurs pour construire son cours Se pose donc le problème du trajet des aliments. Il sera résolu dans l Activité 1. Les réponses à la seconde question montrent que pour certains élèves tout ce qui est mangé est rejeté : les aliments ne font que transiter dans le tube digestif. Ils subissent juste une transformation mécanique. Ces élèves n ont pas la notion de transformation chimique, ni de milieu intérieur. D autres élèves envisagent la Observer et s interroger transformation des aliments en nutriments et leur passage dans le sang. De la confrontation de ces différentes idées d élèves peuvent être posés les problèmes suivants : - Quel type de transformation subissent les aliments? - En quoi consiste la digestion des aliments? - Que deviennent les aliments transformés? Ces différents problèmes pourront être approfondis par le professeur en étudiant les documents de la page suivante : Observer et s interroger Extrait du livre du professeur Différentes façons de se nourrir Pour un être humain, il existe différentes façons de se nourrir : - document 1 : la façon la plus classique, en mangeant des aliments constitués (acquis de 6 e ) d eau, de sels minéraux et de matières organiques (glucides, lipides, protides) ; - document 2 : de façon exceptionnelle, dans le cas de certaines maladies, par perfusion parentérale, c està-dire injection continue de substances nutritives dans le sang. Ce ne sont pas des aliments qui sont mis dans la perfusion mais des nutriments organiques, de l eau et des sels minéraux, ces nutriments servant au fonctionnement des organes. La comparaison de ces différentes façons de se nourrir doit amener les élèves à se dire qu au cours de la digestion, les aliments consommés lors d un repas sont transformés en nutriments et que ces nutriments doivent se retrouver dans le sang. Problèmes scientifiques à résoudre - Que deviennent les aliments dans le tube digestif? - Qu est-ce qui permet la transformation des aliments? - À quoi correspond exactement la digestion? - Que deviennent les nutriments? Activité 1 Le devenir du contenu d un repas Que deviennent les aliments dans le tube digestif? Les objectifs principaux de cette activité sont de montrer : le trajet du contenu d un repas sachant que les aliments liquides comme les aliments solides suivent le même trajet : celui du tube digestif ; que le contenu d un repas change d aspect au cours de son trajet dans ce tube digestif : les aliments subissent des transformations et le contenu de l intestin grêle a toujours l aspect d un liquide ; que la masse des aliments mangés est très supérieure à la masse des excréments rejetés indiquant qu une grande partie des aliments, après transformation est gardée par l organisme. Du point de vue méthodologique, l élève doit être capable de tirer des informations de radiographies et de les relier entre elles, de tirer des informations de photos et d un tableau. 1. Il s agit d extraire des informations de radiographies et de textes des documents 3 et 5 pour montrer le trajet des aliments dans le tube digestif. On suit, dans le cas de ces documents, le trajet d un produit absorbé opaque aux rayons X et non pas le trajet d un aliment classique. Le produit opaque a la particularité d être complètement rejeté par l anus. On peut donc le suivre tout le long du tube digestif ce qui permet d en visualiser les différentes parties. La photo 3a et le texte permettent de voir que la substance opaque passe de la cavité buccale dans l œsophage et la photo 3b permet de constater que la substance va ensuite dans l estomac où elle peut rester jusqu à 8 heures. La substance opaque se retrouve dans l intestin grêle puis dans le gros intestin. Les différents organes du tube digestif par lesquels passe le contenu d un repas sont : - la bouche et cavité buccale, 17

3 - l œsophage, - l estomac où il reste de 2 à 8 heures, - l intestin grêle (7 à 8 heures) - le gros intestin (15 heures) où se trouvent en temps normal des excréments. 2. Les photos 4a, 4b et 6 permettent de suivre le changement d aspect de frites au cours de leur trajet de la bouche jusqu à l intestin Dans l estomac, les frites se trouvent sous la forme d une bouillie assez liquide présentant encore des morceaux. Le contenu de l intestin grêle est très liquide avec des petits fragments solides. Les frites mangées sont bien solides. Elles ont donc été transformées au cours de leur trajet de la cavité buccale jusqu à l intestin 3. Il s agit d extraire des informations d un tableau, le document 7, pour comparer les «entrées» et les «sorties» du tube digestif. On constate que l on consomme g d aliments aussi bien liquides que solides (remarque : il n est pas évident, pour les élèves, que les liquides soient des aliments il faut le leur préciser). La quantité d excréments, y compris l eau, est de 150 g. Il y a donc g d aliments qui, au cours de 24 heures, sont restés dans le corps. 4. Les aliments mangés par la bouche passent de la cavité buccale (où interviennent les dents qui permettent la mastication rappel des acquis de primaire) dans l œsophage puis l estomac. Ils y restent un temps long. Au cours de ce trajet, ils sont transformés en «purée, bouillie» assez molle, liquide. Ils vont ensuite dans l intestin grêle où ils sont rendus liquides et dans lequel, ils restent 7 à 8 heures. Ils vont ensuite dans le gros intestin (là, il n y a pas d informations sur ce qui s y passe ). Une grande partie des aliments reste dans le corps ; le reste est rejeté par l anus sous forme d excréments. Activité 2 Actions mécaniques et sécrétions digestives Qu est-ce qui permet la transformation des aliments? L objectif principal de cette activité est de montrer : que les aliments sont soumis à l action de sécrétions digestives sécrétées par les glandes digestives ; que ces sécrétions digestives sont déversées en grande quantité dans le tube digestif, elles contiennent de l eau et des enzymes (sauf la bile qui n en contient pas) ; que les aliments sont brassés, malaxés, mis en mouvement par les contractions de la paroi musculaire le long du tube digestif ; que les sécrétions digestives sont les agents de la digestion. Elles seules, même sans brassage, sont capables de transformer les aliments. Du point de vue méthodologique, l élève doit être capable de tirer des informations de textes, de schémas. Il doit pouvoir de comparer des radios et faire l étude d un texte historique. 1. Les documents 8 et 9 présentent les conditions auxquelles sont soumis les aliments au cours de leur progression dans le tube digestif jusqu à l intestin Le schéma du document 8a accompagné du texte du document 8b montre que tout au long du tube digestif, il y a des glandes digestives qui déversent leur contenu dans le tube digestif : les glandes salivaires, au niveau de la cavité buccale ; les glandes gastriques, au niveau de l estomac ; le foie, le pancréas et les glandes intestinales, au niveau de l intestin Les glandes salivaires, le foie et le pancréas sont reliés par un canal au tube digestif et déversent le produit de leur sécrétion dans ce tube. Remarque : les élèves pensent souvent que les aliments passent par les glandes digestives comme le foie et le pancréas. En coupant un morceau de foie, on peut leur montrer que ces organes ne peuvent pas être traversés par les aliments. Les sécrétions digestives sont abondantes : 7,5 litres par jour. Elles sont constituées d une très grande quantité d eau et d une ou plusieurs enzymes, sauf la bile qui n en contient pas. On n étudie pas le rôle de la bile en classe de 5 e. Cependant page 81, on peut en voir un aspect : «La crise de foie, c est quoi?» On ne cherche pas non plus à connaître le devenir de cette grande quantité d eau contenue dans les sécrétions digestives. Son devenir est évoqué indirectement page 81 dans le document : «Que se passe-t-il dans le tube digestif dans le cas d une diarrhée?» Les radiographies du document 9 montrent l estomac et ses contractions suggérant le brassage des aliments. Le professeur aura rappelé dans l Activité 1, le rôle des dents qui permettent de fractionner les aliments Les aliments dans le tube digestif, de la bouche à l intestin grêle sont soumis : - aux sécrétions digestives déversées en grandes quantités ; - à des actions mécaniques : les dents dans la cavité buccale qui permettent la mastication des aliments et les muscles de la paroi du tube digestif qui brassent les aliments. L action des muscles est observée ici au 18

4 niveau de l estomac. 2. Le document 10 permet de faire l étude d un texte historique écrit par William Beaumont. Le document 10a précise le cadre dans lequel s effectuent les observations et expériences de W. Beaumont : il fait le point sur ce qui était connu de la digestion et sur les conditions qui ont amené l auteur à faire ces observations et expériences. Le document 10b précise les conditions de l expérience ainsi que les résultats obtenus. Dans le récipient, le morceau de viande est soumis, à 11 h, aux sécrétions gastriques. Dix heures après, à 21 h, la viande s est liquéfiée, elle a été digérée. La condition suffisante à la digestion des aliments est la Activité 3 présence de sécrétions digestives. On constate cependant que lorsque le morceau de viande est directement dans l estomac, la digestion est plus rapide : elle se réalise en 2 heures. Le brassage des aliments facilite donc la digestion. 3. Dans le tube digestif : - l action mécanique des dents et des muscles de la paroi du tube digestif, en fragmentant les aliments, favorisent la digestion ; - les sécrétions digestives produites par certaines glandes digestives situées sur le trajet du tube digestif permettent la digestion. La digestion Extrait du livre du professeur En quoi consiste la digestion des aliments? L objectif principal de cette activité est de montrer : que la digestion se traduit par la transformation des aliments en nutriments ; que cette transformation se fait sous l action des enzymes contenues dans les sécrétions digestives ; que cette transformation est une transformation chimique, c est-à-dire qu elle se traduit par la disparition de la substance d origine et l apparition de nouvelles substances dans le milieu. Du point de vue méthodologique, l élève doit être capable de tirer des informations de textes, de photos. Il doit être capable de suivre un protocole pour réaliser une digestion in vitro, de comparer les résultats d expérience, de les mettre en relation avec la différence de condition expérimentale pour tirer une conclusion. Commentaire sur l expérimentation Pour présenter la transformation des aliments en nutriments dans cette double page, on a choisi de montrer la transformation de l amidon en glucose sous l action d une enzyme : la maxilase. Remarque : la maxilase, comme la mégamylase sont vendues en pharmacie. Ce sont des médicaments qui contiennent une alpha-amylase très concentrée. Elles ont un effet anti-inflammatoire. Pour réaliser l expérience, il faut utiliser de la maxilase ou de la mégamylase en comprimés et non en sirop car celui-ci est sucré. Il faut enlever l enrobage du cachet en le passant sous l eau avant de le broyer dans un mortier. En présence de maxilase, l hydrolyse de l amidon conduit à la formation de maltose mais aussi de glucose mis en évidence grâce aux bandelettes-test, achetées en pharmacie sous le nom de Clinitix. Les notions d aliments composés et d aliments simples ne sont pas au programme mais il est nécessaire de partir de ces notions pour que l élève puisse comprendre l intérêt de faire l expérimentation sur l amidon. L expérimentation est menée en deux temps : - 1 er temps : constat de la disparition de l amidon. On fait le test à l eau iodée sur les 2 tubes (l un contenant de la maxilase, l autre pas) au début et à la fin de l expérience. Cette manipulation permet de travailler sur la notion d enzyme. - 2 e temps : constat de l apparition du glucose dans le tube 2 en présence d enzyme. Cette transformation est bien une transformation chimique d aliments en nutriments 1. Les photos et textes du document 11 permettent de visualiser les grains d amidon avant la digestion et leur transformation au cours de la digestion. Dans de nombreux aliments, l amidon (document 11a) est présent sous forme de grains (document 11b). Dans l estomac (document 11c), les grains d amidon, sont en quelque sorte «rongés», ils ne sont pas broyés, ils sont en voie de disparition Ils disparaissent complètement dans l intestin L amidon que l on mange se présente sous forme de grains dans les aliments. Dans l estomac, ces grains disparaissent en partie. Ils disparaissent complètement dans l intestin Ces observations permettent de penser que l amidon est digéré dans le tube digestif. 2. Les informations apportées par le document 12 sont importantes car elles permettent de comprendre ce que sont une transformation physique et une transformation chimique. Elles montrent que la digestion d un aliment en nutriments est une transformation chimique : une substance présente au début d une expérience disparaît à la fin de cette expérience. Et parallèlement à cette disparition, il y a apparition de nouvelles substances dans le milieu. Le document 13 permet de montrer qu au cours de cette première expérience, dans le tube à essais, l amidon 19

5 disparaît sous l action d une enzyme. Le document 14 permet de visualiser que dans la seconde expérience, il y a apparition de glucose dans le tube à essais. Le document 13 permet de constater qu à la fin de la 1 ère expérience : - dans le tube 1 où il y a absence de maxilase, le contenu se colore en bleu-noir indiquant la présence d amidon. - dans le tube 2 où il y a présence de maxilase, le contenu ne se colore plus en bleu-noir, indiquant l absence d amidon. On peut conclure qu il y a une disparition de l amidon dans le tube 1 en présence de maxilase, Le document 14 permet de constater qu à la fin de la 2 e expérience : Activité 4 Que deviennent les nutriments? - dans le tube 1 où il y a absence de maxilase, la bandelette reste rose indiquant l absence de glucose. - dans le tube 2 où il y a présence de maxilase, la bandelette-test se colore en violet indiquant la présence de glucose. On peut conclure qu il y a eu apparition de glucose dans le tube 1 en présence de maxilase. Sachant qu une transformation chimique (document 12) se traduit, par la disparition d une substance (ici l amidon qui est un aliment «simple» que l on ne trouve pas dans le sang) et l apparition d une nouvelle substance (ici le glucose qui est un nutriment que l on trouve dans le sang), la digestion est une transformation chimique. 3. La digestion est une transformation chimique des aliments en nutriments sous l action des enzymes contenues dans les sécrétions digestives. L absorption des nutriments L objectif principal de cette activité est de montrer : le lieu de passage des nutriments dans le sang ; les caractéristiques des structures de la région du tube digestif où les nutriments passent dans le sang. Il faudra préciser aux élèves que l on mange des aliments pendant peu de temps : le temps des repas, mais que l on ne se nourrit réellement tout au long de l absorption intestinale qui peut durer plusieurs heures après un repas. On leur précisera aussi qu il n y a pas que le glucose qui passe dans le sang mais tous les nutriments comme l eau, les sels minéraux (qui ne sont pas transformés au cours de la digestion) et les autres nutriments organiques provenant de la digestion des protides et lipides. Il est à noter que l eau contenue dans les sécrétions digestives (déversée en grande quantité tout au long du tube digestif : 7,5 litres), l eau bue et celle contenue dans les aliments passent dans le sang, comme tous les nutriments, au niveau de l intestin Le devenir des aliments non digérés en excréments n est pas abordé. Il faudra préciser aux élèves que dans les aliments, il y a, dès le départ, des aliments «simples» qui ne seront pas digérés et qui se retrouveront dans les excréments. 1. Le document 15 permet de constater que les glucides comme l amidon (sucre lent) et le glucose (sucre rapide) qui se trouvent dans les aliments consommés transitent dans l œsophage et l estomac. La quantité de ces glucides est toujours la même dans l œsophage et l estomac. Cette quantité diminue au niveau de l intestin grêle pour arriver à une valeur proche de 0 % : les nutriments, comme le glucose, quittent progressivement l intestin Durant ce trajet, les sucres lents, comme l amidon, se sont transformés en nutriments comme le glucose, sucre rapide et ce glucose a quitté le tube digestif au niveau de l intestin La photo du document 16 permet de voir que l intestin grêle est en relation avec de nombreux vaisseaux sanguins indiquant la circulation du sang à ce niveau. Le document 17 montre qu il y a du glucose dans le sang qui arrive au niveau de l intestin grêle mais que la quantité de glucose dans le sang qui quitte l intestin grêle est plus importante. Le sang au niveau de l intestin grêle s est chargé en glucose : le glucose qui quitte l intestin grêle passe dans le sang. Document 15 : Les glucides présents dans le tube digestif quittent ce tube digestif au niveau de l intestin Document 16 : L intestin grêle est en relation avec de nombreux vaisseaux sanguins. Document 17 : Le sang qui quitte l intestin grêle contient plus de glucose que le sang qui arrive à l intestin Lorsqu il n y a plus de glucides dans l intestin grêle, c est que ceux-ci se trouvent dans le sang, sous forme de glucose. 2. Le document 18 permet de constater que l intérieur de l intestin grêle présente de nombreux replis qui augmentent la surface de contact avec les liquides dans lesquels se trouvent les nutriments. Les replis les plus petits sont des villosités qui augmentent encore cette surface de contact. Remarque : quand un aliment se trouve à l intérieur du tube digestif, il est encore en communication avec le milieu extérieur (même si le tube digestif se trouve dans le corps). Le document 19 montre que l intérieur des villosités présente de nombreux capillaires sanguins. C est au niveau de ces capillaires que va se faire le passage des nutriments dans le sang : les nutriments se retrouvent dans le milieu intérieur. 20

6 La caractéristique essentielle de l intestin grêle qui favorise le passage des nutriments dans le sang est la grande surface de contact entre les liquides qui contiennent les nutriments et le sang contenu dans les capillaires sanguins. Notions essentielles Le schéma bilan traduit l ensemble des notions vues dans ce chapitre. Il peut être construit progressivement : - d abord, la schématisation avec mots de légende du tube digestif dans un organisme représenté sous forme d un rectangle, - ensuite, la représentation de l arrivée dans la qualité buccale, l estomac et l intestin grêle des sécrétions 3. L absorption intestinale correspond au passage des nutriments du contenu de l intestin grêle dans le sang des capillaires qui se trouvent dans les villosités de la paroi intestinale. Ce passage est facilité par une grande surface de contact entre les nutriments et le sang. Des aliments aux nutriments digestives contenant les enzymes, - et annotation de la transformation chimique depuis la bouche jusqu à l intestin grêle, - puis schématisation de l absorption intestinale avec passage dans le sang des nutriments, - et enfin, représentation de l élimination par l anus des parties non digérées des aliments. Extrait du livre du professeur B i o l o g i s t e en h e r b e Expérimenter Observation sur ton animal familier L objectif ici est que l élève puisse manipuler son animal familier ; qu il remplisse un cahier d observation et retrouve le constat fait dans le tableau 7 page 71, c est-à-dire que la quantité d aliments mangés (aussi bien les aliments solides que les aliments liquides) est très supérieure à la quantité d aliments rejetés sous forme d excréments. Se documenter La crise de foie, c est quoi? Dans le cadre de ces programmes, on ne fait pas l étude du rôle du foie et de la bile. Or souvent, les enfants pensent que les aliments passent par le foie : c est une conception erronée courante des élèves de cet âge. Ils pensent cela notamment à cause de cette expression «crise de foie». Ce texte et la recherche proposés doivent permettre de faire prendre conscience à l élève que la crise de foie n existe pas. Réponses aux questions 1. Quand la «crise de foie» fait suite à des excès alimentaires, un seul remède existe : mettre l estomac et le tube digestif au repos, c est-à-dire à la diète : pendant 1 à 2 jours : bouillons de légumes, yaourts, fruits cuits (pommes), légumes (pomme de terre, carottes) et riz cuits à l eau, jusqu à ce que la personne se sente mieux. Quand la «crise de foie» est une migraine, il n y a pas lieu de restreindre l alimentation, et c est le traitement de la migraine proprement dite qu il faut entreprendre. 2. La cirrhose du foie qui peut apparaître après une consommation trop grande d alcool. L hépatite qui est une infection du foie. Que se passe-t-il dans le tube digestif dans le cas d une diarrhée? Une autre conception erronée des élèves est que les aliments liquides ne suivent pas le même trajet que les aliments solides. Normalement les séquences construites doivent les amener à penser l inverse. Dans le cours, les élèves ont constaté qu une grande quantité d eau sous forme de sécrétions digestives (de l ordre de 7,5 litres) était déversée dans le tube digestif en plus de la boisson absorbée. On doit, à un moment, leur dire que toute cette eau, qui constitue un nutriment, est absorbée au niveau de l intestin Cette recherche documentaire doit renforcer cette idée. Dans le cas de la diarrhée, la particularité est que l eau n est pas réabsorbée au niveau intestinal. Réponses aux questions 1. Les aliments à éviter sont les aliments riches en fibres (céréales et pain complet ), les légumineuses (haricots secs, pois secs, etc.), et les fruits séchés (abricots secs ou dattes). Il faut aussi éviter de consommer les légumes qui favorisent les gaz intestinaux comme le chou, le navet, l oignon et le maïs. Il vaut mieux aussi réduire sa consommation de gras, et ne pas manger de fritures. Les aliments à privilégier sont les soupes au poulet et aux nouilles, les potages aux carottes (sans lait), la soupe aux légumes maison et les légumes pelés bouillis. Pour revenir doucement à une alimentation normale, on privilégiera pendant quelques jours les féculents comme le riz blanc, le pain blanc, les pommes de terre et les pâtes alimentaires faites de farine blanche. 2. Il faut boire beaucoup : huit à dix verres de liquide par jour (eau, bouillon, tisane, soupe, jus de fruits) afin de remplacer les pertes dues à la déshydratation. L eau demeure la meilleure boisson pour la réhydratation. Les jus de fruits (notamment le jus d orange), les sodas et les boissons énergétiques sont de bons traitements, mais seulement pour les adultes car, chez les enfants, ils ont l effet contraire et peuvent aggraver la diarrhée, voire provoquer des vomissements. Éviter le lait, les eaux minérales gazeuses, le thé et le café. 21

7 Exercices J évalue mes connaissances 1 Vrai ou faux? a. Vrai b. Faux. Les aliments passent dans le tube digestif, ils ne passent pas par les glandes digestives comme le foie qui est un organe «plein». c. Vrai d. Faux. Seuls les aliments qui ne sont pas transformés en nutriments ressortent sous forme d excréments. e. Vrai f. Vrai 2 Mettre en relation a-6, a-8, b-7, c-1, c-4, c-5, c-8, d-2, d-3, e-3, e-8. 3 Vrai ou faux? Le glucose a. Vrai b. Faux. Le glucose est un nutriment : il est le résultat de la transformation de certains aliments sous l action des sécrétions digestives, il n est pas lui-même transformé. c. Vrai. d. Faux. Il passe dans le sang au niveau de l intestin Une enzyme a. Vrai b. Vrai c. Faux. Est une molécule qui se trouve dans les sécrétions digestives. d. Faux. Permet la transformation chimique des aliments 4 Croisons les mots Horizontalement a- aliments b- estomac c- nutriment d- digestion e- enzymes Verticalement 1- œsophage 2- intestin grêle 3- chimique 4- absorption J évalue mes compétences 5 Appareil digestif et digestion chez le lapin n 1 : œsophage n 1 : œsophage n 2 : estomac n 2 : estomac n 3 : foie n 4 : intestin grêle n 4 : intestin grêle n 6 : gros intestin n 5 : rein n 6 : gros intestin n 7 : vessie 4. n 5 : rein n 7 : vessie 5. n 2 : estomac n 4 : intestin grêle 3. n 3 : foie 6. n 4 : intestin grêle 7. Sachant que les aliments liquides suivent le même trajet que les aliments solides, l eau bue par le lapin suivra le trajet suivant : n 1 : œsophage n 2 : estomac n 4 : intestin grêle L eau sera absorbée au niveau de l intestin grêle comme tous les nutriments. Une petite quantité se retrouvera dans les excréments et passera par : n 6 : gros intestin 8. n 6 : gros intestin 6 La digestion du blanc d œuf 1. La seule différence de condition expérimentale entre les tubes 1 et 2 est la présence de trypsine dans le tube 2 et l absence de trypsine dans le tube 1 (tube témoin). 2. Les 2 tubes au début de l expérience ont le même aspect. À la fin de l expérience, le tube 1 a le même aspect qu au début, le blanc d œuf est présent. Dans le tube 2, le contenu du tube est transparent, le blanc d œuf a disparu. 3. Il y a disparition du blanc d œuf à la fin de l expérience : c est une transformation chimique sous l action d une enzyme : la trypsine. Transformation chimique comme celle qui se produit pendant la digestion. 4. Lors de la transformation chimique dans le cas de la digestion, il y a aussi apparition de nouvelles substances. C est ce qu il aurait fallu montrer ici. 7 La livraison de nutriments à l organisme 1. L organisme reçoit des nutriments pendant 18 heures sur 24 heures. La durée totale des repas est de 1 heure et 20 minutes. L élève mange pendant peu de temps, mais la durée pendant laquelle les nutriments passe dans le sang est longue. 2. L organisme est vraiment à jeun pendant 6 heures : de 2 h à 7 h et de 11 h à midi. 3. Le temps consacré au repas est court, mais le temps pendant lequel l organisme reçoit des nutriments, et donc se nourrit, est long. 22

Anatomie et physiologie du système endocrinien

Anatomie et physiologie du système endocrinien Anatomie et physiologie du système endocrinien Glandes endocrines = elles déversent directement dans le sang leur produit de sécrétion ; les hormones. Les sécrétions diffusent ensuite dans des vaisseaux

Plus en détail

Trajet des aliments : Suivi du bol alimentaire grâce à des radiographies : on observe un tube qui véhicule les aliments.

Trajet des aliments : Suivi du bol alimentaire grâce à des radiographies : on observe un tube qui véhicule les aliments. Origine et devenir des nutriments (corrigé du prof) 5 ème Acquis : - 6 ème : végétaux et animaux servent à produire des aliments constitués de lipides, glucides et protéines. Mise en évidence de l amidon

Plus en détail

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse.

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse. Page 1 sur 10 1. Définition. C est une méthode de séparation, non destructrice en son principe, basée sur le fait que le coefficient de partage d un soluté entre deux phases dépend de la nature du soluté,

Plus en détail

Chapitre 3. La digestion des aliments et le devenir des nutriments

Chapitre 3. La digestion des aliments et le devenir des nutriments Chapitre 3 La digestion des aliments et le devenir des nutriments Rappels : Les organes ont besoin de dioxygène et de nutriments pour produire l énergie nécessaire à leur fonctionnement. Les nutriments

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

L entreprise et la production

L entreprise et la production Université Paris Est Créteil IUT DE CRETEIL VITRY Département de GEii 2 ème année du DUT de Génie Électrique et Informatique Industrielle Réalités humaines, économiques et sociales de l'entreprise 2 è

Plus en détail

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants FICHE 1a Fiche à destination des enseignants TS 25 Les défis de l'aéronautique au XXIème siècle Type d'activité Activité documentaire ; utilisation de TIC en classe. Notions et contenus du programme de

Plus en détail

Optique. Chapitre 1 : Visibilité. Propagation de la lumière

Optique. Chapitre 1 : Visibilité. Propagation de la lumière 2 e B et C 1 Visibilité. Propagation de la lumière 1 Optique L optique est l étude des phénomènes lumineux, donc de tous les phénomènes qui se rapportent aux ondes électromagnétiques visibles. Nous nous

Plus en détail

LIRE ET COMPRENDRE L HISTOGRAMME D UNE PHOTO

LIRE ET COMPRENDRE L HISTOGRAMME D UNE PHOTO Nous allons apprendre, à travers ce dossier, à lire un histogramme et à s'en servir lors des prises de vue. Nous verrons quelle est son utilité et comment l'interpréter pour améliorer ses images. En photographie

Plus en détail

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Microbiologie Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Partie 2 : La transduction I. Les vecteurs de la transduction : les bactériophages La transduction est un phénomène

Plus en détail

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif Notes d'études secondaires Sciences et technologie 316 Le système digestif Nom: Prénom: Groupe: Date: Classification des nutriments: 1) Protéines (protéïdes ou protides) 2) Glucides : Sucres 3) Lipides

Plus en détail

B i o l o gist e OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER. 4 Peser les quantités d excréments. 1 Animal et matériel. 5 Cahier d observation

B i o l o gist e OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER. 4 Peser les quantités d excréments. 1 Animal et matériel. 5 Cahier d observation Expérimenter OBSERVATIONS SUR TON ANIMAL FAMILIER B i o l o gist e Tu peux faire des observations sur ton animal en relation avec ce que tu apprends en classe. Pour connaître le devenir des aliments consommés

Plus en détail

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé!

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! Idéalement, 1 COMBIEN D HEURES MAXIMUM/SEMAINE un jeune doit-il consacrer à son emploi? 15 heures maximum par semaine. Attention : effectuer

Plus en détail

TP HF Manipulation 1 INTRODUCTION AUX FIBRES OPTIQUES

TP HF Manipulation 1 INTRODUCTION AUX FIBRES OPTIQUES TP HF Manipulation 1 INTRODUCTION AUX FIBRES OPTIQUES I. Introduction La fibre optique est un guide de lumière, régi par la loi de Snell-Descartes, constituée d un cœur dans lequel se propage l onde lumineuse

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples receveurs L accueil d embryons Sommaire Du couple donneur au couple receveur 3 L accompagnement médical et l encadrement juridique de

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES Ref : DRC 2005 CHEN 05.0674/ RNg/CLE le 06/12/2005 NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES 1 OBJET Cette note a été rédigée dans le but de mettre en avant trois points importants concernant

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

Quelle masse un ballon solaire peut-il soulever?

Quelle masse un ballon solaire peut-il soulever? Axel TALON 623 Etienne LALIQUE 623 Thème : L Homme et la Nature Quelle masse un ballon solaire peut-il soulever? Lycée Jacques de Vaucanson 2007-2008 Sommaire Introduction p.2 A. Quelle masse théorique

Plus en détail

Extraire d un document papier les informations utiles. Effectuer un calcul. Proposer une méthode, un calcul, un outil adapté.

Extraire d un document papier les informations utiles. Effectuer un calcul. Proposer une méthode, un calcul, un outil adapté. TOUR DE L ILE. Niveau et objectifs pédagogiques : classe de 5 ème (possible dès la 6 ème ) L élève extrait des informations de plusieurs documents, engage une démarche en plusieurs étapes, effectue des

Plus en détail

A. Le rôle de l avocat

A. Le rôle de l avocat Le harcèlement moral vise avant tout à détruire la victime et à lui ôter toute capacité de réaction. Isolée, discréditée, elle n aura souvent plus la capacité d agir. Emprisonnée dans un mécanisme de culpabilisation,

Plus en détail

2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE. GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles

2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE. GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles 2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles 0 Introduction Nous sommes quatre élèves de terminale S au lycée Hoche de Versailles : Cyril

Plus en détail

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts EDUS 1101 Méthodologie de l observation Mme Joëlle Berrewaerts Les différentes phases d une recherche 6 grandes phases : (processus dynamique!) 1) Définir la PROBLEMATIQUE de départ (QP de recherche) +

Plus en détail

Connaître son poids naturel et l accepter

Connaître son poids naturel et l accepter Connaître son poids naturel et l accepter Elodie Liénard, Psychologies.com Mieux vivre sa vie Et si notre poids était aussi génétiquement déterminé que l est notre taille? Et si notre organisme régulait

Plus en détail

Exercice de rappel sur les virus

Exercice de rappel sur les virus Exercice de rappel sur les virus 1- Vrai ou Faux (justifier lorsque la proposition est fausse) - Toutes les particules virales possèdent obligatoirement une capside faites de protéines et du matériel génétique

Plus en détail

Le grafcet et les modes de marches

Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches... 1 Le gemma... 2 Exemple corrigé : Tri de caisse... 6 Exercice : Machine de conditionnement par lot de 3 paquets... 9 Les Modes de

Plus en détail

Compléter les fiches de validation de projets

Compléter les fiches de validation de projets Compléter les fiches de validation de projets V ERSION 1 vendredi Rédaction : Louis GIRAUD : IA- IPR STI 1 / 6 M ODE D' D EMPLOI DU DOCUMENT DE VALIDATION DES PROJETS DE SPECIALITE 2D ET SSI STI 2D ET

Plus en détail

Guide pratique : Facebook

Guide pratique : Facebook 1 Guide pratique : Facebook Qu est-ce que Facebook? 1 er réseau social actif Publier des informations diverses : photographies, liens, textes... Se faire connaître du grand public (consommateurs finaux)

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AÉRONAUTIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES APPLIQUÉES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AÉRONAUTIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES APPLIQUÉES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AÉRONAUTIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES APPLIQUÉES SESSION 2011 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

Essai en vibration sécurisé avec le logiciel VibControl de m+p international

Essai en vibration sécurisé avec le logiciel VibControl de m+p international Essai en vibration sécurisé avec le logiciel VibControl de m+p international L essai en vibration, quand il est réalisé correctement, est un outil précieux pour chaque laboratoire ou pour chaque ligne

Plus en détail

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS Diffusion contrôlée : - Membres du comité - Examinateurs - Référents techniques page 1/11 I / Certification initiale 1-1 Candidature

Plus en détail

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation L e point en recherche Juin 2002 Série socio-économique Numéro 106 ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Le présent projet de recherche porte sur l'analyse et l'évaluation

Plus en détail

La tarification à l unité en quelques mots : La TUH

La tarification à l unité en quelques mots : La TUH La tarification à l unité en quelques mots : La TUH Les arrêtés modificatifs en vue de la TUH au 01/01/15 ont été publiés au Moniteur du 12/05/14. La date définitive de l entrée en vigueur est toujours

Plus en détail

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC)

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) Règlement n o 4 Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) 94.12.06.09 amendé 99.04.28.09 amendé 02.02.27.08 amendé 07.06.20.10 09.06.17.09 Article 1 Conditions

Plus en détail

Département Oncogenèse et Biotechnologie

Département Oncogenèse et Biotechnologie EFS Santé Département Oncogenèse et Biotechnologie Immunobiologie et Immunothérapie des cancers Pierre-François Meyer 2012 Laboratoire R&D-EFS Santé Le laboratoire dans lequel j ai effectué mon stage d

Plus en détail

TABLEAU DES ENTREVUES

TABLEAU DES ENTREVUES TABLEAU DES ENTREVUES Ce tableau regroupe les descriptions de toutes les entrevues réalisées auprès des éducatrices et éducateurs spécialisés. Pour chacun des thèmes, des suggestions de questions en lien

Plus en détail

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION INTRODUCTION : Nos organes consomment des nutriments qu ils prélèvent dans le sang au niveau des capillaires sanguins. D où proviennent les nutriments dont nos

Plus en détail

Expériences d induction par mouvement

Expériences d induction par mouvement Expériences d induction par mouvement E. Colardeau To cite this version: E. Colardeau. Expériences d induction par mouvement. J. Phys. Theor. Appl., 1886, 5 (1), pp.218-221. .

Plus en détail

L ALIMENTATION. Le corps au travail

L ALIMENTATION. Le corps au travail L ALIMENTATION Sommaire 1. Apprendrs à connaitre ton corps 2. Equilibre ton alimentation pour répondre aux besoins de ton organisme 3. Joue la variété, jongle avec tous les aliments Apprends à connaitre

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé. Gestion de la production industrielle REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES

LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé. Gestion de la production industrielle REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé Gestion de la production industrielle Spécialité : Optimisation des Préparations Industrielles Arrêté d habilitation : 20080263 REGLEMENT DU CONTRÔLE

Plus en détail

La dentition, les dents, l hygiène

La dentition, les dents, l hygiène La dentition, la digestion 4 5 1 2 3 QUE SAIS-TU SUR LA DIGESTION? Sur ton cahier de sciences, essaie de répondre par VRAI ou FAUX aux phrases ou expressions qui suivent. Exemples : A12 V, B10 F, etc.

Plus en détail

Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?*

Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?* Primary 2001;1:729 733 Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?* Les nombreuses modalités d exercice et les innovations que la médecine générale connaît aujourd hui incitent à réfléchir sur sa

Plus en détail

TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE»

TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE» Mise à jour du 20 mai 2010 TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE» Guide incluant la procédure de téléchargement d un logiciel gratuit Ce tutoriel est un pas-à-pas très détaillé. Cette prise de parti explique

Plus en détail

Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine

Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine SISU Doctorante en lettres Universités de Wuhan et de Bordeaux 3 Résumé : Lors de nos recherches

Plus en détail

Chapitre 3 : la digestion

Chapitre 3 : la digestion Chapitre 3 : la digestion INTRODUCTION : Les organes prélèvent en permanence du glucose et du dioxygène dans le sang pour leur fonctionnement. Le dioxygène est apporté (dans le sang) par la respiration.

Plus en détail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Emploi 3 Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Jean-François Giret, Emmanuelle Nauze-Fichet, Magda Tomasini * Les nouvelles générations d actifs sont beaucoup plus diplômées qu il y a trente

Plus en détail

Qu est-ce que le travail décent

Qu est-ce que le travail décent Qu est-ce que le travail décent Le concept de «travail décent» apparaît pour la première fois en 1999, dans le rapport présenté par le Directeur général de l OIT à la 87 e session de la Conférence internationale

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première série sciences et technologies de laboratoire Chimie, biochimie, sciences du vivant Thème 2 Évaluation sommative

Plus en détail

Programme de conseils en placement

Programme de conseils en placement Programme de conseils en placement Pour nous, il n existe pas de marchés étrangers ṂC N19 70 56 O155 08 58 GOLFER AVEC DES AMIS, À HAWAII Votre vie s inscrit dans une géographie. Votre origine, votre destination,

Plus en détail

QUARTIERS DU MONDE: HISTOIRES URBAINES

QUARTIERS DU MONDE: HISTOIRES URBAINES QUARTIERS DU MONDE: HISTOIRES URBAINES FORMATION SUR LA VIDEO COMME OUTIL DE LA RECHERCHE-ACTION Equipe de Pikine 20-22 octobre 2007 Silvana Ospina, Référente en Techniques de Communication, INCITA Alice

Plus en détail

Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images

Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images Hadi Akram LRSD, Département d informatique, Faculté des Sciences, Université Ferhat Abbas-Sétif 1, Algérie. akram_ha9@yahoo.fr Hadi

Plus en détail

Les 7 conseils pour réussir son entrainement.

Les 7 conseils pour réussir son entrainement. Les 7 conseils pour réussir son entrainement. Ces conseils s'attachent plus à l'organisation de vos entraînements qu'à leur contenu et se limitent à l'aspect technique et biomécanique du tir. Si l'on voulait

Plus en détail

Article. «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance. Québec français, n 97, 1995, p. 42-45.

Article. «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance. Québec français, n 97, 1995, p. 42-45. Article «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance Québec français, n 97, 1995, p. 42-45. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/44308ac Note :

Plus en détail

obligation de sécurité de résultat de l'employeur

obligation de sécurité de résultat de l'employeur obligation de sécurité de résultat de l'employeur Obligation de sécurité de résultat et sentiment d insécurité. Cass.soc, 6 octobre 2010, n 08-45.609 La Cour de cassation considère que le «sentiment d

Plus en détail

Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine. TD ou Devoirs

Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine. TD ou Devoirs Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine Concepteur du cours : Wendy E. Mackay, INRIA Futurs wendy.mackay@inria.fr Introduction aux TDs L'interface d'un logiciel détermine souvent sa réussite

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE

LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE SPECIALITE : TECHNICO-COMMERCIAL EN PRODUITS INDUSTRIELS Arrêté d habilitation : 20014020 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

Ph.Eur.: Les chapitres importants pour les pharmacies et les drogueries

Ph.Eur.: Les chapitres importants pour les pharmacies et les drogueries Ph.Eur.: Les chapitres importants pour les pharmacies et les drogueries Dr. Ernst Schläfli / Dr. Jutta Riedl Olten, 19 juin 2007 Pharmacopée Européenne Etat 2007: 5ème édition en vigueur (oeuvre principal

Plus en détail

MUSEES ET PATRIMOINE DU MINISTERE DE LA DEFENSE EN PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Jean-Louis Riccioli, conseiller pour les musées

MUSEES ET PATRIMOINE DU MINISTERE DE LA DEFENSE EN PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Jean-Louis Riccioli, conseiller pour les musées MUSEES ET PATRIMOINE DU MINISTERE DE LA DEFENSE EN PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Jean-Louis Riccioli, conseiller pour les musées 83 Fréjus - vitrine du musée des Troupes de Marine Musée des Troupes de Marine

Plus en détail

1. Introduction... 11

1. Introduction... 11 Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Administration fédérale des contributions AFC Eidgenössische Steuerverwaltung ESTV Amministrazione federale delle

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

REGLEMENT UE N 1169/2011 INCO (Information du Consommateur) NOTE D INFORMATION

REGLEMENT UE N 1169/2011 INCO (Information du Consommateur) NOTE D INFORMATION REGLEMENT UE N 1169/2011 INCO (Information du Consommateur) NOTE D INFORMATION Le règlement (UE) n 1169/2011 concernant l information des consommateurs sur les denrées alimentaires a été adopté le 25 octobre

Plus en détail

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 2012-2013 Biarritz Surftraining Sortie Scolaire Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN info@surftraining.com ou www.surftraining.com 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 BIARRITZ

Plus en détail

24 : PROLACTINE, THYROIDE

24 : PROLACTINE, THYROIDE Chapitre 24 : PROLACTINE, THYROIDE Item 246 : Hyperthyroïdie, argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Item 248 : Hypothyroïdie, argumenter l'attitude thérapeutique et planifier

Plus en détail

DISCIPLINE : SCIENCES

DISCIPLINE : SCIENCES DISCIPLINE : SCIENCES SEQUENCE : L alimentation SEANCE 4 : (60 mns) Période : 1 Niveau : Cycle 3 OBJECTIF : Classification des aliments et leur devenir. COMPéTENCE : Rôle des aliments dans l o rganisme.

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

Les virus et les bactéries

Les virus et les bactéries Les virus et les bactéries Les bactéries sont des procaryotes. Une cellule procaryote est plus petite et plus simple qu une cellule eucaryote. Les virus sont encore plus petits et plus rudimentaires. Les

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR SYSTEMES ELECTRONIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR SYSTEMES ELECTRONIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR SYSTEMES ELECTRONIQUES EPREUVE E4 Etude d un Système Technique Unité U4.2 PHYSIQUE APPLIQUEE Durée : 4 heures coefficient : 4 Systèmes électroniques embarqués dans la C6

Plus en détail

-~w. les macm nuir\(y\qf1ts. Les rsaerenutrlments. les glucldes

-~w. les macm nuir\(y\qf1ts. Les rsaerenutrlments. les glucldes -~w les macm nuir\(y\qf1ts Les rsaerenutrlments Les macronutriments sont les nutriments dont nous avons besoin chaque jour en quantite relativement importante. L'eau est un macronutriment, tout comme les

Plus en détail

Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus. Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur

Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus. Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur Travailler avec des micro-organismes Les procaryotes comprennent

Plus en détail

Formation Bac Pro Maintenance des Equipements Industriels (M.E.I) Région : Le Theil sur Huisne

Formation Bac Pro Maintenance des Equipements Industriels (M.E.I) Région : Le Theil sur Huisne Msma061/a du 07/05/11 Formation Bac Pro Maintenance des Equipements Industriels (M.E.I) Région : Le Theil sur Huisne Lycée Robert Garnier-50 Avenue du Général de Gaulle 72400 La Ferté Bernard Msma061/a

Plus en détail

Ed 03/95 PAQ 1530 NON URGENTE (INFO PRODUIT) TEMPORAIRE DEFINITIVE

Ed 03/95 PAQ 1530 NON URGENTE (INFO PRODUIT) TEMPORAIRE DEFINITIVE Ed 03/95 PAQ 1530 COMMUNICATION TECHNIQUE N : TC0394 Date : 04-12-2002 OmniPCX 4400 Nb de pages : 25 URGENTE (FLASH PRODUIT) NON URGENTE (INFO PRODUIT) TEMPORAIRE DEFINITIVE OBJET : MOBILES DECT POUR ETUDE

Plus en détail

jccayer @cmontmorency.qc.ca

jccayer @cmontmorency.qc.ca PLAN DE COURS Titre du cours : Calcul Différentiel Numéro du cours : 201-NYA-05 Programme : Sciences de la Nature 200.B0 Pondération : 3-2-3 Session : Hiver 2011 Enseignant : Jean-Claude Cayer Département

Plus en détail

Activité 2 : Expériences de digestion

Activité 2 : Expériences de digestion Activité 2 : Expériences de digestion Objectifs: - Analyser des expériences - Comprendre et mettre en évidence les différentes étapes de la digestion chimique Dans les années 1750, les gens pensaient que

Plus en détail

Sommaire. Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur

Sommaire. Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur Sommaire Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur pour Sommaire Sommaire ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET 188 (2004-2005) N 1 188 (2004-2005) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET modifiant le Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus en vue de favoriser l utilisation

Plus en détail

Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé?

Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé? Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé? 1. OBJECTIFS. - Comprendre le fonctionnement du système digestif. - Pouvoir expliquer le trajet réalisé par le pain après sa mise en bouche. - Découvrir

Plus en détail

NUTRITION et pratique sportive. Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse

NUTRITION et pratique sportive. Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse NUTRITION et pratique sportive Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse L alimentation glucides lipides protides Vitamines, minéraux et eau Glucides Élément de base : glucose Glycogène

Plus en détail

PARTIE 6 : Le fonctionnement du corps humain et la santé

PARTIE 6 : Le fonctionnement du corps humain et la santé PARTIE 6 : Le fonctionnement du corps humain et la santé L APPAREIL DIGESTIF Exercice 1 : Le voyage des aliments (1 item) Un texte qui explique le voyage des aliments dans le corps a été mis dans le désordre.

Plus en détail

Retour d expérience du BIM sur la Cité du Vin à Bordeaux, conçue par XTU Architects

Retour d expérience du BIM sur la Cité du Vin à Bordeaux, conçue par XTU Architects Retour d expérience du BIM sur la Cité du Vin à Bordeaux, conçue par XTU Architects D. Bachmann, A. Legendre 1 Retour d expérience du BIM sur la Cité du Vin à Bordeaux, conçue par XTU Architects Denis

Plus en détail

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer LibERté Et performance pour une REtRaitE sur-mesure Galya Retraite Entreprise/Madelin Assuré d avancer Galya Retraite, c est : une offre commune pour le dirigeant et ses salariés ; un supplément de retraite

Plus en détail

LE VOYAGE VERS MARS 1- LES MOTEURS A IONS

LE VOYAGE VERS MARS 1- LES MOTEURS A IONS LE VOYAGE VERS MARS Pour des voyages aussi importants, l équipage devrait emmener avec lui une grande quantité de vivres, et faire totalement confiance à des systèmes de support de vie pour le recyclage

Plus en détail

Qui est considéré comme sportif? L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Une alimentation EQUILIBREE, au quotidien 20.11.

Qui est considéré comme sportif? L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Une alimentation EQUILIBREE, au quotidien 20.11. Nutrition et Sport L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Qui est considéré comme sportif? Valérie Ducommun Diététicienne dipl. ES Diplôme universitaire Nutrition du Sportif A.F. Creff

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development A usage officiel C(2015)65/REV1 Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development 21-May-2015 Français - Or. Anglais CONSEIL C(2015)65/REV1

Plus en détail

CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL

CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL COI/T.20/Doc.no.17/Rév.1 2001 FRANÇAIS Original: ITALIEN Príncipe de Vergara, 154 28002 Madrid Espagne Tel.: +34 915 903 638 Fax: +34 915 631 263 - e-mail: iooc@internationaloliveoil.org

Plus en détail

Activités physiques et dépense énergétique

Activités physiques et dépense énergétique Observe Le fonctionnement du corps humain et l éducation à la santé : alimentation et hygiène alimentaire Activités physiques et dépense énergétique 1. Voici la quantité d énergie que ton corps dépense

Plus en détail

Gabon. Convention fiscale avec la France

Gabon. Convention fiscale avec la France Convention fiscale avec la France Signée le 20 septembre 1995 Entrée en vigueur le 1 er mars 2008 Art.1.- Personnes concernées La présente Convention s applique : a) en ce qui concerne les impôts sur le

Plus en détail

Chapitre VI : Génétique Bactérienne

Chapitre VI : Génétique Bactérienne Chapitre VI : Génétique Bactérienne La biologie moléculaire est née dans les laboratoires de microbiologistes étudiant des virus et des bactéries telles que E.coli. Ce sont des expériences avec des virus

Plus en détail

CMTC CODE : TAG 0721

CMTC CODE : TAG 0721 R é p u b l i q u e Al g é r i e n n e D é m o c r a t i q u e e t P o p u l a i r e Ministère de la Formation et de l enseignement Professionnels Institut National de la Formation المعھد الوطني للتكوين

Plus en détail

1. L appareil digestif chez l homme.

1. L appareil digestif chez l homme. 1. L appareil digestif chez l homme. Beaucoup d êtres vivants nous entourent, tous se caractérisent par des propriétés et des caractères communs. comme la nutrition le transport la respiration l excrétion

Plus en détail

Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte

Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte Le commerce mobile est en plein essor 58 % Plus de 1,7 milliards de clients disposeront d un smartphone d ici 2018 1 des opérations

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 55 SOMMAIRE Les fibres Mieux connaître les fibres Focus sur les rôles des fibres Les apports conseillés Les sources de fibres Le Complément Alimentaire à Base

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE DE DISTRICT CATHOLIQUE CENTRE-SUD

CONSEIL SCOLAIRE DE DISTRICT CATHOLIQUE CENTRE-SUD CONSEIL SCOLAIRE DE DISTRICT CATHOLIQUE CENTRE-SUD DIRECTIVE ADMINISTRATIVE DOMAINE : PROGRAMMES ET SERVICES À L ÉLÈVE Politique : Excursions éducatives (abrogée) PSE.11.0 En vigueur le : 9 septembre 1998

Plus en détail

POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS

POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS Laboratoire d Automatique POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS Projet de Semestre / Eté Année académique 2004 / 2005 Jean Martial Miamo Nguekam Etudiant en 4 ième année Electricité Dr. Denis Gillet

Plus en détail

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU DOSSIER DE PRESSE LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU CONFERENCE DE PRESSE du 24 mars 2011 www.mediation-eau.fr Agence Point Virgule Claire-Anne Brule Solenn Morgon

Plus en détail

L incertain. Plan. Agir dans l incertitude. Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance.

L incertain. Plan. Agir dans l incertitude. Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance. L incertain 1 Plan Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance. 2 Agir dans l incertitude Les approches logiques que l on a vues aux chapitres précédents permettent

Plus en détail