L interprétation des documents financiers et la planification financière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L interprétation des documents financiers et la planification financière"

Transcription

1 73 CHAPITRE 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière OBJECTIFS Comparer les visions économique et comptable de l entreprise. Montrer comment l information comptable peut être utile au décideur financier s il en use avec précaution. Comprendre l intérêt de la planification financière, et ses outils. Comprendre pourquoi les entreprises ont un besoin en fonds de roulement (BFR), et comment l optimiser pour maximiser la valeur pour l actionnaire. PLAN 3.1 L utilité des documents financiers 3.2 L analyse des documents financiers 3.3 Valeurs de marché et valeurs comptables 3.4 Mesure comptable et mesure économique des revenus 3.5 Rentabilité boursière et rentabilité financière (ou comptable) 3.6 L analyse par les ratios 3.7 La planification financière 3.8 Comment bâtir un plan de financement 3.9 La croissance et les besoins de financement externes 3.10 La gestion du BFR (besoin en fonds de roulement) 3.11 Gestion de la liquidité et gestion de trésorerie RÉSUMÉ Les documents financiers (ou états financiers) servent à trois objectifs économiques importants : Ils fournissent des informations aux actionnaires et créanciers de l entreprise sur la situation actuelle et les performances passées de la société.

2 74 PARTIE I La finance et le système financier Ils représentent un moyen facile, pour les actionnaires et les créanciers, de fixer des objectifs de performance et d imposer des restrictions aux dirigeants de l entreprise. Ils constituent une base pour la planification financière. Les principaux documents financiers sont le compte de résultat, le bilan et le tableau des flux de trésorerie. Le compte de résultat donne les résultats de la société sur un exercice, et est constitué selon le modèle «produits moins charges (y compris les amortissements et provisions) égalent le résultat net». Le bilan détaille l actif (actif immobilisé, actif circulant) et le passif (capitaux propres et dettes). Le tableau des flux de trésorerie donne un résumé des flux de trésorerie (cash-flows), dégagés ou consommés, par les activités d exploitation, d investissement et de financement. Le bilan comptable d une entreprise diffère de son bilan économique parce que : Le bilan comptable ignore certains actifs et passifs qui sont pourtant importants. Dans le bilan comptable, les actifs et passifs ne sont pas tous enregistrés à leur valeur de marché. Les analystes financiers utilisent les ratios pour mieux comprendre les forces et faiblesses d une entreprise, pour évaluer ses chances et ses enjeux futurs. Ces ratios sont souvent comparés à ceux de sociétés comparables, ou rapportés aux années antérieures. Il y a cinq types de ratios, qui mesurent la profitabilité, la rotation des actifs, l endettement, la liquidité, et la valeur de marché de la société. Il faut souvent organiser l analyse financière de façon linéaire, en montrant les relations entre les différents ratios, et leur rapport avec le métier et les choix de l entreprise. Le but de la planification financière est de rassembler les planifications des différentes divisions en un seul document homogène, d établir des objectifs précis pour quantifier la performance, et de prévoir des primes pour atteindre les objectifs. Le processus de planification financière produit régulièrement des budgets et des bilans et comptes de résultats prévisionnels. Plus l horizon de prévision est éloigné, plus les documents prévisionnels sont synthétiques. À court terme, la planification financière consiste essentiellement à gérer le besoin en fonds de roulement (BFR). Le BFR est un besoin d investissement dû au fait que, pour la plupart des entreprises, il faut d abord engager des dépenses d achats, de production et de vente, avant de toucher les recettes de ces ventes. Plus ce délai de crédit interentreprises est long, plus la société a besoin d un BFR important. Le BFR se calcule comme la somme des stocks, créances clients, acomptes aux fournisseurs et autres créances moins les dettes fournisseurs, les dettes fiscales et sociales, les acomptes des clients et les autres dettes. Le maître mot pour gérer correctement son BFR est qu il faut minimiser l investissement dans les actifs peu rémunérateurs comme les stocks et les créances clients, et maximiser le recours aux passifs peu coûteux, comme les acomptes des clients et les dettes d exploitation. La gestion de trésorerie est vitale, car une société très rentable peut éprouver des difficultés financières, voire faire faillite, si elle est en situation d illiquidité. MOTS CLÉS Valeurs comptables actifs immatériels survaleur ou goodwill rentabilité de l action rentabilité boursière méthode du pourcentage des ventes potentiel de croissance besoin en fonds de roulement (BFR) crédit interentreprises liquidité illiquidité budget de trésorerie plan de trésorerie.

3 CHAPITRE 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière 75 En général, la majorité de l information portant sur les sociétés et autres organisations financières est fournie sous la forme de documents financiers standardisés que ces sociétés publient pour leurs actionnaires, à un rythme annuel ou trimestriel. Ces documents financiers, c est-à-dire les bilans, comptes de résultat et tableaux de financement, sont établis en fonction des normes comptables édictées par les organismes comptables, aussi est-il important de connaître ces normes. Toutefois, il arrive que les analystes financiers ne soient pas d accord avec les méthodes proposées par les comptables. Les désaccords les plus importants portent sur la façon d évaluer les actifs et les passifs d une société. Dans ce chapitre, nous analysons des documents financiers simples, et nous montrons comment utiliser ces documents comme points de départ pour la planification financière. Nous débutons par la revue des règles comptables courantes. Puis nous montrons comment les mesures comptables de la valeur et des revenus peuvent différer des approches économiques nécessaires à la prise de bonnes décisions financières. Nous bâtissons alors le plan de financement d une entreprise industrielle classique, en partant des documents financiers de l entreprise sur les dernières années. Enfin, nous évoquons la planification financière à court terme et la gestion du besoin en fonds de roulement (BFR). 3.1 L UTILITÉ DES DOCUMENTS FINANCIERS Les documents financiers (ou états financiers) servent à trois objectifs économiques importants : Ils fournissent des informations aux actionnaires et créanciers de l entreprise sur la situation actuelle et les performances passées de la société. Bien que les rapports financiers publiés par les sociétés fournissent souvent trop peu d informations pour que l on puisse juger précisément de leur performance, ces rapports peuvent fournir des indices importants sur les activités de l entreprise et permettent de démarrer une analyse plus attentive. Parfois, une analyse approfondie des documents financiers permet de détecter des fautes de gestion, voire des fraudes (cf. Encadré 3.1). Les documents financiers représentent un moyen facile, pour les actionnaires et les créanciers financiers, de fixer des objectifs de performance et d imposer des restrictions aux dirigeants de l entreprise. Les documents financiers servent au conseil d administration à fixer des objectifs aux dirigeants. Par exemple, le conseil d administration peut fixer un objectif en terme de taux de croissance du résultat net, ou bien un certain niveau de rentabilité des capitaux propres (rentabilité pour l actionnaire). D autre part, les créanciers (par exemple les banquiers) restreignent souvent la liberté des dirigeants en fixant certaines limites, par exemple un montant maximum du rapport entre les actifs à court terme et les passifs à court terme.

4 76 PARTIE I La finance et le système financier Les documents financiers constituent une base pour la planification financière. En bâtissant des comptes de résultat, bilans et tableaux de flux de trésorerie prévisionnels, les dirigeants peuvent déterminer les besoins de financement globaux de la société. Cette vision globale permet aussi de juger de la cohérence des différents projets d investissement qui ont été décidés séparément. Certes, on pourrait utiliser d autres modèles prévisionnels pour réaliser la planification financière, mais l avantage des bilans, compte de résultat et tableaux des flux de trésorerie prévisionnels est que ce sont des documents déjà connus de la plupart des salariés. Test 3.1 Quelles sont les trois fonctions principales des documents financiers? Encadré 3.1 Irrégularités comptables et crises financières Les années ont été marquées par une série de scandales financiers, qui remettent en cause la qualité des informations comptables publiées par certains grands groupes cotés. Parfois, la responsabilité des cabinets d audit a été engagée, et cela a notamment conduit à la disparition d Arthur Andersen aux États-Unis, suite à l affaire Enron. Dans le cas d Enron, des montages déconsolidants avaient été pratiqués : des actifs de faible qualité avaient été sortis du bilan, en utilisant des fonds de créances (special purpose vehicle) pour qu ils n apparaissent plus dans les comptes du groupe. L image était plus flatteuse, mais fausse. En 2008, la banque Lehman Brothers a fait faillite, entraînant une crise financière sans précédent. Pourtant, ses comptes de l année précédente faisaient apparaître des chiffres record. En fait, la banque pratiquait des opérations de rachat : quelques jours avant la clôture de ses comptes, elle cédait à une entreprise amie des actifs immobiliers... et les rachetait juste après la clôture des comptes. Les disponibilités très temporaires qu elle avait obtenues lui permettaient de compenser des dettes et de publier un endettement bien inférieur à son endettement réel. Deux histoires de sorties d actifs du bilan, dans une optique claire de masquage des comptes. Et une question finale : pourquoi ces opérations n ont-elles pas été détectées avant la faillite? Il semble que toutes les étapes ont connu des inefficiences : que ce soit au niveau de la production d informations comptables, de la validation des rapports annuels, puis de la lecture par les analystes, ces montages n ont pas été détectés comme tels. Les activités des groupes requièrent désormais une vigilance et une technicité de plus en plus grandes de la part des analystes.

5 CHAPITRE 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière L ANALYSE DES DOCUMENTS FINANCIERS Pour détailler les trois principaux documents financiers, nous allons prendre l exemple fictif de la Compagnie des Produits Génériques (ProdGen). ProdGen est une société qui a été fondée il y a 10 ans pour produire et vendre des produits génériques (c est-à-dire sans marque) aux consommateurs. Les tableaux 3.1, 3.2 et 3.3 montrent le bilan, le compte de résultat et le tableau des flux de trésorerie de ProdGen. Ceux-ci sont assez typiques d une société européenne. Détaillons chaque document Le bilan Le bilan d une société montre son actif (ce qu elle possède) et ses dettes (ce qu elle doit) à une date donnée. La différence entre l actif et les dettes correspond à la situation nette, qu on appelle aussi capitaux propres. La valeur des actifs, des dettes et des capitaux propres est inscrite dans le bilan à sa valeur historique (c est-à-dire sa valeur du jour d entrée dans le bilan). Cela est conforme aux normes comptables en vigueur, telles qu elles sont édictées en France par le Conseil National de la Comptabilité 1. En règle générale, une société qui désire s implanter dans un pays étranger, ou faire coter ses actions sur une Bourse étrangère, doit publier régulièrement des documents financiers en respectant les normes comptables du pays considéré. Le tableau 3.1 présente deux bilans successifs de ProdGen, à la fin de l année N 1 et à la fin de l année N. Examinons le bilan au 31 décembre N 1, juste avant le début de l année N. La première partie du bilan indique les actifs de la société, en commençant par l actif immobilisé. Celui-ci comprend les immobilisations corporelles (machines, bâtiments, terrains, outillage) et incorporelles (brevets, frais de recherche-développement, logiciels, marques, etc.). La valeur de ces actifs immobilisés, nette des amortissements et provisions, est de 300 millions d euros. Ensuite sont détaillés les actifs circulants, c est-à-dire les actifs liquides (argent disponible) ou qui seront liquides (c est-à-dire transformés en argent) dans l année. Les actifs circulants comprennent les stocks, les créances clients, les disponibilités. Les stocks, soit 150 millions d euros, sont constitués de stocks de matières premières, d en-cours ou produits semi-finis, et de produits finis. Les créances clients représentent 50 millions d euros, et correspondent à l argent que les clients doivent à ProdGen (en d autres termes, ProdGen a livré des produits à ses clients, les clients ont été facturés, mais certains clients n ont pas encore réglé leur facture). Enfin, les disponibilités représentent 100 millions d euros. Ces disponibilités sont constituées des montants disponibles sur les comptes bancaires de l entreprise, plus les disponibilités placées en Bourse (qu on appelle valeurs mobilières de placement, ou VMP). Le total de tous les actifs s élève à 600 millions d euros. Ensuite est détaillé le passif de ProdGen, divisé en capitaux propres et en dettes exigibles. Les capitaux propres, d un montant de 300 millions d euros, sont composés du capital social et des réserves. Le capital social (200 millions) correspond au montant apporté par les actionnaires lors des différentes émissions d actions. Les réserves (100 millions) représentent la somme des résultats passés qui a été laissée dans l entreprise (par opposition aux dividendes, qui sont la part des résultats qui a été distribuée, donc qui a quitté l entreprise).

6 78 PARTIE I La finance et le système financier TABLEAU 3.1 Bilan de ProdGen au 31 décembre ACTIF N 1 N Variation Actif immobilisé Amortissements et provisions Actif immobilisé net Actifs circulants Stocks Créances d exploitation Disponibilités Total des actifs circulants Total de l actif PASSIF Capitaux propres (1 million d actions) Capital social Réserves Passif exigible Dettes financières à long ou moyen terme (obligations à 8 %, maturité N+7) Dettes d exploitation Dettes financières à court terme Passif exigible total Total du passif Information complémentaire : Cours boursier de l action 200 euros 187,20 euros 12,80 euros Sauf indication contraire, tous les chiffres sont en millions d euros. Les dettes exigibles sont dissociées en dettes financières (c est-à-dire qui supportent un taux d intérêt) à long, moyen et court terme, et en dettes d exploitation. Les dettes à long ou moyen terme (150 millions) sont des obligations émises par la société, dont la date d échéance (donc de remboursement définitif) est en N+7. Le taux d intérêt de ces obligations est de 8 % par an, ce qui signifie que chaque année, la société paye 12 millions d euros en intérêts sur cet emprunt obligataire (pour une obligation, on parle d intérêts ou de coupons). Ces intérêts sont présents dans le compte de résultat de ProdGen. Les dettes d exploitation représentent l argent que ProdGen doit à ses fournisseurs, à son personnel et à l État (pour ces deux dernières dettes, on parle aussi de dettes fiscales et sociales). Enfin, ProdGen a 90 millions d euros de dettes financières à court terme (des concours bancaires, des découverts, des crédits d exploitation, etc.). Bien que ces indicateurs n apparaissent pas explicitement dans le bilan, on peut calculer aussi le fonds de roulement (FDR), le besoin en fonds de roulement (BFR)

7 CHAPITRE 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière 79 et la trésorerie nette (TN). Le fonds de roulement est égal à la différence entre les capitaux permanents (capitaux propres + dettes financières à long ou moyen terme) et l actif immobilisé. Il correspond à l excédent des ressources stables sur les besoins stables. Le FDR de ProdGen est ici de = 150 millions d euros. Le besoin en fonds de roulement correspond à la différence entre les actifs d exploitation (stocks + créances clients) et les passifs d exploitation (dettes d exploitation). Il correspond au besoin d argent issu de l activité de l entreprise, c est-à-dire le montant dépensé pour mener à bien la production actuelle. Le BFR de ProdGen est de = 140 millions d euros. On constate que le fonds de roulement (excédent) couvre ici le besoin en fonds de roulement (besoin), ce qui est conforme à une gestion équilibrée. Enfin, la trésorerie correspond à la différence entre les disponibilités et les dettes financières à court terme. Une trésorerie négative indique une crise de trésorerie potentielle, c est-à-dire une incapacité à honorer toutes ses dettes exigibles à court terme. La trésorerie de ProdGen est de = 10 millions d euros. Comme on a total de l actif = total du passif, on a aussi FDR BFR = Trésorerie Nette ( = 10). Analysons maintenant les variations du bilan entre le 31 décembre N 1 et le 31 décembre N. Pendant cette année, tous les actifs ont augmenté de 20 %, de même que les dettes d exploitation. Les dettes financières à court terme ont augmenté de 94,6 millions d euros, tandis que les dettes financières à long ou moyen terme restaient stables à 150 millions. Les capitaux propres ont augmenté de 13,4 millions, ce qui correspond au résultat dégagé et non distribué par la société sur l année. Par ailleurs, il n y a eu aucune augmentation de capital, donc le capital social est resté le même. Test 3.2 Si ProdGen avait émis un nouvel emprunt obligataire à long terme de 50 millions d euros pendant l année N, et versé le montant ainsi collecté en disponibilités, quel aurait été l impact sur le bilan à la fin de l année N? Le compte de résultat Le compte de résultat montre la profitabilité d une société sur une période donnée, généralement une année. Les termes résultat ou profit signifient la même chose, c est-à-dire la différence entre les recettes (le comptable parle de produits) et les dépenses (le comptable parle de charges). Le compte de résultat est aussi appelé compte de profits et pertes (ou PnL pour Profit n Loss Statement). Le tableau 3.2 montre qu en N, ProdGen a réalisé des ventes pour 200 millions d euros et son résultat net est de 23,4 millions 2. Les dépenses de ProdGen sont classées en quatre grandes catégories. La première s intitule «achats et autres charges externes», soit 110 millions. Ce poste englobe tous les achats de biens, fournitures et services réalisés auprès de fournisseurs extérieurs (fournisseurs de matières premières, transport, énergie, téléphone, publicité, etc.). La plupart des achats sont directement liés à la production de ProdGen. La différence entre les ventes (ou chiffre d affaires, CA) et les achats et autres charges externes est appelée la valeur ajoutée (VA). La valeur ajoutée de ProdGen est ici de 90 millions.

8 80 PARTIE I La finance et le système financier La seconde catégorie de dépenses est composée des salaires et autres charges d exploitation. Alors que les achats et autres charges externes étaient des dépenses vis-àvis de partenaires extérieurs à l entreprise (des fournisseurs), les salaires et autres charges d exploitation correspondent à des dépenses internes à l entreprise (paiement des salaires de tous les employés, amortissement des machines). La différence entre la valeur ajoutée et les salaires et autres charges d exploitation est appelée résultat d exploitation (RE) 3. Les dépenses de salaires et autres charges d exploitation de ProdGen étant de 30 millions, le résultat d exploitation est donc de 60 millions. TABLEAU 3.2 Compte de résultat de ProdGen pour l année N Ventes 200,0 Achats et autres charges externes 110,0 Valeur ajoutée (VA) 90,0 Salaires et autres charges d exploitation 30,0 Résultat d exploitation (RE) 60,0 Charges financières 21,0 Résultat courant avant impôt (RCAI) 39,0 Impôt sur les sociétés (IS) 15,6 Résultat net 23,4 Bénéfice par action (pour 1 million d actions) Répartition du bénéfice par action : Dividendes Affectation en réserves Sauf indication contraire, tous les chiffres sont en millions d euros. 23,4 euros 10,0 euros 13,4 euros La troisième catégorie de dépenses est composée du résultat financier, c est-àdire les produits et charges issus des opérations financières de l entreprise : ici, seules les charges financières, c est-à-dire les intérêts sur dettes, sont mentionnés. Ces intérêts sur dettes sont souvent le poste le plus important des opérations financières. Le résultat financier (non présenté explicitement ici) est de 21 millions d euros. En additionnant le résultat d exploitation et le résultat financier, on obtient le résultat courant avant impôt (RCAI). Le RCAI de ProdGen est de 39 millions. La quatrième et dernière catégorie de dépenses est l impôt sur les sociétés (IS). ProdGen est assujettie à un taux d IS de 40 %, ce qui signifie un IS de 15,6 millions. Le résultat net de ProdGen s établit donc à 23,4 millions d euros 4. Comme il y a 1 million d actions ProdGen, le bénéfice par action (BPA) est de 23,4 euros. Le compte de résultat montre aussi que ProdGen a payé 10 millions de dividendes en N. Cela signifie que, sur le résultat net de 23,4, la société a gardé 13,4 millions qui ont été mis en réserves, et qui viennent ainsi augmenter les capitaux propres de la société dans le bilan à la fin de l année N. Notons que ce montant de 13,4 n apparaît pas précisément dans les disponibilités au bilan, car le résultat net n est pas un cash-flow (Cf. section suivante). Test 3.3 Si, au lieu de payer 10 millions de dividendes, la société ProdGen avait conservé la totalité de son résultat net, quel aurait été l impact sur le compte de résultat et le bilan à la fin N?

9 CHAPITRE 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Le tableau des flux de trésorerie Le tableau des flux de trésorerie montre tous les transferts d argent dans une société sur une période donnée, que cet argent arrive sur le compte bancaire de la société (ressource) ou quitte le compte bancaire de la société (emploi). On parle aussi de tableau d emplois-ressources, de tableau de financement, ou de tableau de variation du fonds de roulement. Ce tableau des flux de trésorerie diffère du compte de résultat, dans la mesure où (1) il inclut des opérations qui n étaient pas présentes dans le compte de résultat (par exemple, les variations de certains postes du bilan, comme les remboursements de dettes); (2) il n inclut pas certaines opérations du compte de résultat (toutes les opérations qui ne se traduisent pas par un flux d argent, par exemple les amortissements, les provisions). Le tableau des flux de trésorerie est un complément utile au compte de résultat pour deux raisons. D abord, il se focalise sur le compte bancaire (la trésorerie) de l entreprise au fil du temps. Or, même les sociétés les plus rentables peuvent faire faillite si elles n ont plus de disponibilités sur leur compte bancaire. Bâtir un tableau des flux de trésorerie permet aux dirigeants et aux partenaires externes à l entreprise de voir si l entreprise engrange des disponibilités ou en consomme, et de comprendre pourquoi. Par exemple, il arrive souvent que les sociétés rentables et en forte croissance se retrouvent du fait de cette forte croissance avec un compte bancaire négatif, et éprouvent ainsi des difficultés à tenir leurs engagements. Le tableau des flux de trésorerie est aussi utile parce qu il ne prend pas en compte certains jugements subjectifs qui affectent le compte de résultat : en effet, dans le compte de résultat, un produit ne correspond pas toujours à une entrée d argent (on parle de produit non encaissable), et une charge ne signifie pas toujours une sortie d argent (on parle de charge non décaissable). Le résultat net affiché dépend ainsi de la manière dont les dirigeants vont choisir d évaluer certains produits et charges non encaissables/non décaissables, par exemple les amortissements des immobilisations incorporelles et corporelles, les provisions, les variations de stocks. Le tableau des flux de trésorerie n est pas affecté par ces choix comptables. Par conséquent, en comparant le compte de résultat et le tableau des flux de trésorerie, un analyste pourra déterminer l impact de ces choix comptables sur le résultat. Illustrons nos propos en analysant le tableau 3.3, qui représente le tableau des flux de trésorerie de ProdGen pour l année N. Ce tableau organise les flux d argent en trois catégories : les flux d exploitation, les flux financiers, les flux d investissement. Détaillons ces trois catégories. Les flux d exploitation sont constitués des ressources d argent qui viennent de la vente des produits de ProdGen, moins les emplois d argent pour payer les achats, les salariés, etc. Le solde de ces flux d exploitation sera appelé cash-flow, ou excédent de trésorerie global. Le cash-flow dégagé par ProdGen en N est de 25,4 millions d euros, alors que le résultat net est de 23,4 millions. D où vient la différence entre ces deux chiffres? Il y a quatre postes qui peuvent expliquer la différence entre le résultat net et le cash-flow : les amortissements et provisions, la variation des créances clients, la variation des stocks, la variation des dettes d exploitation. Analysons ces quatre postes pour la compagnie ProdGen dans l année N. D abord, les amortissements et provisions étaient de 30 millions en N (ici, ces 30 sont uniquement des amortissements; il n y a pas de provisions mentionnées). Ceci

10 82 PARTIE I La finance et le système financier est une charge non décaissable qui a été déduite des produits dans le compte de résultat. Or, cette charge ne correspond pas à une dépense monétaire réelle : la vraie dépense concernant les immobilisations, c est l argent qui a été déboursé initialement pour acheter les immobilisations. L amortissement n est qu une écriture comptable pour répartir cette dépense initiale sur la durée de vie des immobilisations. Aussi, comme l amortissement n est qu une écriture ne correspondant pas à une dépense réelle, mais que cette charge a été déduite dans le compte de résultat, nous devons ajouter l amortissement au résultat net pour calculer le cash-flow. TABLEAU 3.3 Tableau des flux de trésorerie de ProdGen pour l année N Flux d exploitation Résultat net 23,4 + amortissements + 30,0 augmentation des créances clients 10,0 augmentation des stocks 30,0 + augmentation des dettes d exploitation + 12,0 Excédent de trésorerie global 25,4 Flux d investissement investissement en immobilisations 90,0 Flux financiers dividendes payés 10,0 + augmentation des dettes financières + 94,6 Variation des disponibilités 20,0 Tous les chiffres sont en millions d euros. Le second poste est la variation du compte créances clients (la variation correspond ici à une augmentation du compte créances clients de 10 millions sur l année). Cela correspond à la différence entre les ventes facturées aux clients (et donc comptabilisées) et l argent effectivement collecté sur ces ventes. Dans le compte de résultat, le chiffre d affaires de 200 signifie que ProdGen a livré et facturé pour 200 millions d euros de biens et services sur l année N. Mais la société n a reçu que 190 sur ces ventes : les 10 de différence sont probablement dus aux délais de paiement accordés aux clients. Comme ces 10 millions correspondent à des factures de N non réglées, ils sont venus augmenter le compte créances clients. Aussi, comme le résultat net était calculé sur la foi d un CA de 200 millions, nous devons retirer cette augmentation du compte créances clients pour obtenir le cash-flow réellement encaissé. Le troisième poste correspond à la variation des stocks, ici une augmentation de 30 millions d euros. Cela signifie que la valeur des stocks a augmenté de 30 entre N 1 et N, ou, en d autres termes, que 30 millions d argent ont été consacrés à l achat de matières premières et à des frais de production pour produire des biens qui sont allés augmenter les stocks. Cette dépense de 30 n est pas incluse dans le compte de résultat. Aussi, pour obtenir le cash-flow réel, nous devons déduire ces 30 millions du résultat net 5. Le quatrième poste correspond à une variation des dettes d exploitation de 12 millions. Cela correspond à la différence entre les achats et autres charges externes comptabilisés dans le compte de résultat (110) et le montant qui a été effectivement payé aux fournisseurs pendant l année N (98). Pour le calcul du résultat

11 CHAPITRE 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière 83 net, les 110 millions ont été intégralement comptés, mais pour calculer le cash-flow, il ne faut déduire que les 98 millions qui ont été effectivement payés aux fournisseurs. Aussi, pour passer du résultat net au cash-flow, il faut ajouter les 12 millions d augmentation du compte dettes d exploitation. Nous constatons donc qu il n y aucune raison pour qu il y ait une égalité entre le résultat net et le cash-flow. Pour passer d un indicateur à l autre, nous devons tenir compte des quatre postes cités plus haut. Les tableaux de flux de trésorerie seront particulièrement importants si l on souhaite comparer des sociétés qui publient leurs résultats dans des pays qui ont des règles comptables différentes pour ces quatre postes (Cf. Encadré 3.2). La seconde catégorie du tableau 3.3 les flux d investissement montre la dépense monétaire (l emploi) de 90 millions pour acquérir des machines, usines, ou autres immobilisations, en N. La troisième catégorie les flux financiers établit que ProdGen a déboursé 10 millions en paiement de dividendes, et s est procuré 94,6 millions en souscrivant à de nouvelles dettes financières (à court terme). En résumé, les opérations d exploitation, d investissement, et financières, ont conduit globalement à une augmentation des disponibilités de 20 millions. Les opérations d exploitation ont généré un flux d argent de 25,4 millions, et ProdGen a augmenté son endettement de 94,6 millions, donc la société a engrangé un total de 120 millions d euros en argent. Sur ce montant, 90 millions ont été consacrés à l investissement en immobilisations, et 10 millions ont été versés en dividendes. Test 3.4 Si, au lieu de payer 10 millions de dividendes, la société ProdGen avait conservé la totalité de son résultat net, quel aurait été l impact sur le tableau des flux de trésorerie? Le tableau 3.4 présente un résumé des caractéristiques des trois documents financiers. TABLEAU 3.4 Le bilan Actif = capitaux propres + dettes Le compte de résultat Résultat net = produits charges Synthèse sur les documents financiers Une photo à une date donnée de la valeur des actifs et des passifs de l entreprise. Les actifs sont enregistrés en coût historique; les actifs à long terme sont amortis. Un film des recettes et dépenses sur une période donnée. L utilisation d écritures comptables non monétaires implique que le résultat net n est généralement pas égal au cash-flow. Le tableau des flux de trésorerie Cash-flow total Un tableau de flux qui montre quel montant = excédent de trésorerie global d argent est arrivé dans l entreprise durant + flux financiers la période, et quel montant d argent a quitté + flux d investissement 6 l entreprise. Les ressources et emplois d argent sont classés selon trois catégories.

12 84 PARTIE I La finance et le système financier Encadré 3.2 L harmonisation des règles comptables L IASC 7, organisme basé a Londres, travaille depuis plus de trente-cinq ans à créer un ensemble unique de normes comptables internationales, que les entreprises de tout pays pourront utiliser pour être cotées sur n importe quel marché financier de la planète. La situation historique était en effet compliquée pour les sociétés : chaque pays avait son propre système comptable, ce qui n assurait aucune comparabilité entre les sociétés de pays différents. Les États-Unis agissaient comme un garde-chiourme : toute entreprise non américaine qui souhaitait s introduire en Bourse aux États-Unis devait soumettre des documents financiers obéissant en tout point aux normes américaines (US GAAP). Beaucoup de pays estimaient qu ils devaient disposer d un système commun, conçu et validé par tous. C est de cette première démarche qu est né l IASC (International Accounting Standards Committee) en Les travaux de ce comité international ont été extrêmement longs, à l ampleur de la tâche qui était assignée : arriver à harmoniser dans le respect des différences nationales. Cela a conduit à des normes IAS qui ne tranchaient pas clairement : beaucoup d entre elles proposaient plusieurs options de traitement comptable, ce qui fait que l objectif initial (la comparabilité des sociétés) n était toujours pas atteint. En 2001, l IASC est devenu l IASB (International Accounting Standards Board) et les normes comptables ont continué à être amendées. Les normes IAS sont devenues les normes IFRS (International Financial Reporting Standards) et la publication selon ces normes est devenue obligatoire depuis 2005 pour tous les groupes consolidés. Les annexes sont beaucoup plus détaillées, ce qui induit une inflation du nombre de pages des rapports financiers, qui doivent désormais donner des informations plus approfondies sur les actifs et passifs des sociétés, notamment en termes de risques perçus, et de valeurs de marché des engagements L annexe Quand une société publie ses comptes, elle inclut une annexe (ou des Notes) qui détaille les méthodes de comptabilisation qui ont été employées, et décrit la situation financière de la société. Souvent, il y a plus d informations pertinentes pour comprendre la véritable situation financière de la société dans l annexe que dans les autres documents financiers (Cf. Encadré 3.3). Voici quelques éléments que l on trouve régulièrement dans l annexe : Une explication des méthodes comptables employées. Les entreprises ont une relative latitude dans la manière de calculer certains coûts, par exemple elles peuvent opter pour l amortissement linéaire ou dégressif, elles peuvent choisir différents modes de valorisation des stocks (lifo, fifo, cump), elles peuvent décider d inscrire certaines dépenses à l actif du bilan. C est pourquoi l annexe doit expliquer quelles méthodes spécifiques l entreprise a employées. De plus, les normes comptables évoluent régulièrement, les sociétés changent de méthodes, et l annexe leur permet d indiquer quels auraient été les résultats avec l ancienne méthode. Un plus grand détail accordé à certains types d actifs ou de passifs. L annexe fournit des détails sur les conditions des dettes (long, moyen et court terme) et leur

13 CHAPITRE 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière 85 échéancier de remboursement, sur les contrats de crédit-bail, sur l amortissement des immobilisations (y compris les immobilisations incorporelles). Une information sur la répartition du capital. L annexe détaille les différents types d actions et leurs droits respectifs. Cela peut être particulièrement intéressant pour évaluer la vulnérabilité de la société à une OPA. Un détail de l évolution des immobilisations. Les acquisitions réalisées par la société (investissements en machines, usines, rachat de sociétés) ainsi que les désinvestissements (sur des actifs corporels, des titres financiers) peuvent avoir un impact important sur les documents financiers. L annexe explique la portée de ces évolutions. Un détail des éléments hors bilan. L annexe mentionne souvent les contrats financiers auxquels l entreprise a souscrit, mais qui ne sont pas enregistrés dans le bilan, même s ils peuvent avoir un impact non négligeable sur la situation financière de l entreprise. Parmi ces contrats, on peut citer les produits dérivés (les contrats à terme, les options, les swaps), qui sont régulièrement utilisés pour se couvrir contre certains risques. Test 3.5 Quelles informations potentiellement importantes peut-on trouver dans l annexe des comptes d une société? Encadré 3.3 Les annexes, cœur du rapport annuel L instauration des normes IFRS depuis 2005 a conduit à une forte augmentation du nombre de pages des rapports annuels des sociétés. Autrefois, les annexes servaient à expliquer les choix comptables et à donner des suppléments de détails. Par exemple, les amortissements étaient détaillés, ou les dettes financières étaient décomposées par échéance. Aujourd hui, en sus de ces informations, les annexes contiennent quantité d informations par activité, ce qui est une très bonne chose. Les analystes disposent désormais d informations décomposées par secteur d activité et par zone géographique, avec une précision bien plus grande qu il y a quelques années. Les calculs de ratios de marge, ou d indicateurs de rentabilité, prennent désormais plus de sens puisqu ils peuvent être faits sur un sous-groupe homogène (par exemple, Bonduelle propose des bilans et comptes de résultat pour la zone Europe, et hors zone Europe, ou encore une dissociation entre les activités Frais et Conserves/Surgelés). D autre part, les annexes offrent désormais plus d informations sur les méthodes de calcul et d estimation des postes du bilan. EDF fournit un détail sur l amortissement de ses centrales nucléaires ou sur le calcul de ses engagements de retraite, et L Oréal sur ses méthodes de couvertures de taux, ce qui permet de juger de la qualité de sa politique financière.

14 86 PARTIE I La finance et le système financier 3.3 VALEURS DE MARCHÉ ET VALEURS COMPTABLES Les valeurs légales des actifs et passifs comptabilisés sont appelées valeurs comptables. La valeur comptable d une action se calcule en prenant celle des capitaux propres au bilan, et en la divisant par le nombre total d actions. Ainsi, au le tableau 3.1, nous constatons que la valeur comptable des actions de ProdGen est de 313 euros à la fin N. Mais le cours boursier d une action ProdGen est seulement de 187,20 euros à la fin de l année N. Cela correspond au prix que les investisseurs sont prêts à payer pour acheter une action ProdGen. Cette valeur de marché de l action n apparaît pas au sein du bilan comptable. Pourquoi donc la valeur de marché d une action n est-elle pas égale à sa valeur comptable? Et laquelle des deux valeurs est la plus pertinente pour un décideur financier? Essayons de répondre à ces deux questions importantes. Il y a deux raisons principales qui expliquent la différence entre valeur de marché et valeur comptable d une action : La valeur comptable n inclut pas tous les actifs et passifs d une société. Les actifs et passifs présents dans le bilan d une société sont, pour la plupart, valorisés à leur coût initial d acquisition, net des amortissements et provisions passés, et non à leur valeur de marché actuelle. Détaillons ces deux raisons. Premièrement, le bilan comptable ignore souvent certains actifs, qui sont pourtant significatifs en terme de valeur. Par exemple, si une société s est constitué une bonne réputation en proposant des produits fiables et de qualité, cette réputation n apparaîtra pas comme un actif dans le bilan. De même, si une société a des salariés très compétents, grâce à des dépenses de recherche-développement dans le passé, ou grâce à des formations régulières du personnel, cela ne pourra pas apparaître sous forme d actif au bilan. Ces types d actifs sont appelés actifs immatériels (ou actifs incorporels), et contribuent clairement à la valeur de marché d une société, et à la prise de décisions au sein de la société. Les comptables enregistrent certains actifs immatériels dans le bilan, mais pas à leur valeur de marché. Par exemple, si une société achète un brevet à une autre entreprise, ce brevet sera comptabilisé comme un actif, à sa valeur d achat, et sera amorti sur plusieurs années. Le brevet ne sera pas revalorisé comptablement si, par exemple, on découvre de nouvelles applications qui augmentent sa valeur de marché. De même, si une société en rachète une autre à un prix supérieur à sa valeur comptable, les comptables vont comptabiliser un actif immatériel appelé écart d acquisition (ou survaleur, ou goodwill). La valeur de l écart d acquisition correspond à la différence entre la valeur de marché (le prix d achat) de l acquisition et sa valeur comptable. Malgré ces quelques exemples de comptabilisation, la plupart des actifs immatériels ne peuvent pas être enregistrés dans le bilan.

15 CHAPITRE 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière 87 Le bilan ignore aussi certaines dettes qui ont pourtant une importance non négligeable. Par exemple, si l entreprise a des procès en cours, ceux-ci n apparaîtront pas au passif du bilan. Ainsi, l investisseur ne trouvera des informations sur le montant de frais éventuels dus à la perte de procès que dans les annexes, et encore, uniquement si cette information est mentionnée. Maintenant, analysons laquelle des deux, de la valeur de marché ou de la valeur comptable, est la plus pertinente pour la prise de décision. Dans la plupart des cas, les valeurs comptables ne servent à rien. Supposons que IBM ait acheté des machines pour produire des ordinateurs il y a trois ans, pour la somme de 3,9 millions d euros. Aujourd hui, ces machines sont valorisées 2,6 millions dans les comptes, compte tenu des trois années d amortissement. Mais étant donné que les méthodes de production des ordinateurs ont changé, la valeur de marché de ces machines est tombée à 1,2 million. Supposons maintenant que vous envisagiez de remplacer ces machines par un équipement plus moderne. Quelle valeur allez-vous utiliser pour faire des comparaisons? Si l on ignore pour l instant l aspect fiscal, nous appliquons alors l un des premiers principes de l économie, à savoir que la valeur pertinente, c est celle du coût d opportunité de l actif, c est-à-dire la meilleure valeur que l on pourrait obtenir de l actif par ailleurs. Ici, la valeur que l on pourrait obtenir de l actif est clairement sa valeur actuelle de revente sur le marché, soit 1,2 million. La valeur comptable n est aucunement pertinente. Prenons un autre exemple. Vous avez un stock de cuivre qui doit être utilisé pour produire des calorifères. Vous avez payé ce cuivre euros au début de l année, mais sa valeur de marché est aujourd hui de euros. Quel coût retenir pour ce cuivre quand il s agit de décisions de production? Encore une fois, le coût initial de euros n a pas de sens, car si ce cuivre disparaît, son coût de remplacement sera alors de euros. Aussi, si vous utilisez ce cuivre en production, vous utilisez de fait des ressources qui ont une valeur actuelle de euros. Dans certaines situations, la différence de valeur entre les deux mesures peut être faible, ou au contraire très importante. Par exemple, quand on parle de disponibilités au bilan, il n y a littéralement aucune différence entre leur valeur comptable et leur valeur de marché. Par opposition, pour des immobilisations corporelles, par exemple des machines ou des usines, il y aura souvent une différence énorme entre les deux valeurs. La différence entre la valeur comptable et la valeur de marché d un actif dépend du type de cet actif. Répétons-le : pour toute prise de décision, la valeur correcte à retenir est la valeur de marché, si elle est disponible. Test 3.6 Pourquoi la valeur de marché d une action diffère-t-elle le plus souvent de sa valeur comptable?

16 88 PARTIE I La finance et le système financier 3.4 MESURE COMPTABLE ET MESURE ÉCONOMIQUE DES REVENUS La distinction que nous avons faite entre valeur de marché et valeur comptable peut s appliquer aussi aux revenus. Une définition de bon sens consiste à dire que le revenu, c est le montant que vous pouvez dépenser au cours d une période, sans toucher au capital que vous aviez initialement en début de période. Par exemple, vous démarrez une période avec 1000 euros, et finissez avec 1200 euros. Si vous souhaitez ne pas toucher à votre capital initial (1 000), vous pouvez dépenser uniquement 200 : c est votre revenu. Cette définition, en plus simplifiée, est celle que l économiste anglais John R. Hicks a utilisée dans son traité sur ce sujet, traité qui est largement utilisé par les économistes aujourd hui 10. Par opposition, la définition comptable des revenus (ou des produits, ou des recettes) ignore toute augmentation de la valeur de marché des actifs ou passifs, tant que cette augmentation de valeur n a pas été réalisée effectivement (par la revente). Supposons que vos salaires nets soient de euros sur l année, dépensés pour votre consommation et celle de votre famille, et que dans le même temps, la valeur de vos actifs ait augmenté de euros. En règle générale, le comptable va ignorer l augmentation de valeur tant qu elle n a pas été réalisée (c est-à-dire, tant que les actifs n auront pas été vendus, matérialisant ainsi la plus-value). Par opposition, l économiste va compter l augmentation de valeur des actifs dans le calcul du revenu, car elle affecte vos possibilités de consommation, qui sont de euros de plus qu au début de l année. Votre revenu total, pour un économiste, sera donc de euros. En matière de comptabilité, dans la plupart des pays d Europe continentale, il y a une différence de traitement entre les gains potentiels (non réalisés) et les pertes potentielles. Les gains potentiels ne sont pas comptabilisés comme des revenus comptables, car ils sont considérés comme incertains. En revanche, les pertes potentielles sont immédiatement comptabilisées par l écriture d une provision. L application de ce principe de prudence conduit donc à un traitement différent. Une autre caractéristique, souvent oubliée, est que la mesure comptable déduit des profits le coût des fonds empruntés (les intérêts des dettes), alors que le coût des capitaux propres n est pas déduit. Par exemple, si une société a un résultat comptable de 2 millions, mais a utilisé 50 millions de capitaux propres pour financer ses actifs, à un coût des capitaux propres d à peu près 10 % par an, alors d un point de vue d économiste, la société a perdu 3 millions [soit 2 millions (50 millions 0,10) = 3 millions]. Voici donc un cas où le résultat comptable est positif, mais la société ne couvre pas tous ses frais, si l on inclut son coût des capitaux propres (Cf. Encadré 3.4).

17 CHAPITRE 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière 89 Encadré 3.4 L EVA (Economic Value Added) L EVA (Economic Value Added) est une mesure de performance relativement nouvelle qui a été adoptée par plusieurs sociétés aux États-Unis et en Europe. Conçue par Stern Stewart and Co., cette mesure présente comme avantage principal le fait d inclure le coût des capitaux propres dans le calcul de l EVA. Précisément, on calcule l EVA comme un résultat d exploitation après impôt, duquel on déduit les coûts des capitaux qui ont été utilisés pour arriver à ce résultat. Le coût des capitaux correspond au taux de rentabilité minimum exigé pour rémunérer les investisseurs dans la société, c est-a-dire les apporteurs de dettes et de capitaux propres. Le fait d identifier explicitement le coût des capitaux propres peut permettre une meilleure allocation des capitaux à l avenir, et permet aussi d identifier certains mécanismes de «subventions» : par exemple, une activité profitable dont les profits «subventionnent» une autre activité déficitaire. Cette méthode peut permettre aux dirigeants de voir où il y a création de valeur, et ainsi, leur permettre de mieux gérer. L EVA, et une autre mesure dérivée, la MVA (Market Value Added), permettent de décider des acquisitions, des désinvestissements et des lancements de nouveaux produits, et de prendre encore d autres décisions stratégiques. De nombreuses sociétés, comme Accor, Quaker Oats, Microsoft et Coca-Cola, utilisent l EVA pour mesurer la performance de leur gestion. Par exemple, Accor est très sensible à la gestion de son parc hôtelier. Cette compagnie s est rendue compte que le capital qui finançait ces actifs avait un coût, et qu il fallait en tenir compte pour prendre des décisions efficientes. En incluant ces coûts au sein d un raisonnement par l EVA, Accor publie un rapport annuel qui décompose la création de valeur suivant ses différentes lignes d hôtels, ce qui lui a probablement permis d affiner la gestion de son capital immobilier.

18 90 PARTIE I La finance et le système financier 3.5 RENTABILITÉ BOURSIÈRE ET RENTABILITÉ FINANCIÈRE (OU COMPTABLE) Quand les actionnaires d une société demandent quelle a été la performance de la société sur une période donnée (un trimestre, un an, plusieurs années), ils demandent réellement de combien la société a fait progresser leur richesse personnelle sur la période. Une façon directe de calculer cela consiste à calculer le taux de rentabilité d un investissement dans les actions de la société sur la période. Nous avons vu dans le Chapitre 2 que le taux de rentabilité d un investissement en actions est : Cours final de l action Cours initial de l action r = Cours initial de l action + Dividende versé On appelle cet indicateur rentabilité boursière (ou rentabilité de l action). Reprenons l exemple de ProdGen. En nous référant aux données boursières, nous savons que le cours boursier de l action au début N était de 200 euros, et à la fin de l année, après paiement des dividendes, le cours était de 187,20 euros. Les dividendes ont été de 10 euros par action pour cette année. Le taux de rentabilité d un investissement dans l action ProdGen sur l année N est donc de : 187, Rentabilité de l' action = 200 = 0, 014 ou 1, 4 % Cependant, la performance financière des sociétés est aussi mesurée en calculant un ratio appelé rentabilité financière. La rentabilité financière se calcule comme le rapport entre le résultat net (la dernière ligne du compte de résultat de la société) et la valeur comptable des capitaux propres (la première ligne du passif au bilan). On parle aussi de ROE, pour Return on equity (rentabilité des capitaux propres). La rentabilité financière de ProdGen est de 11 : Résultat net 23, 4 Rentabilité financière = = = 0, 078 ou 7, 8 % Capitaux propres 300 Ainsi, nous constatons qu il n y a pas forcément de correspondance entre la rentabilité financière (c est-à-dire comptable) d une société et la rentabilité boursière que les investisseurs ont obtenue de l action. Test 3.7 En N, la société Givre a dégagé un bénéfice par action de 5 euros et a payé aux actionnaires un dividende de 3 euros par action. La valeur comptable de l action en début d année était de 30 euros et son cours boursier était de 40 euros. À la fin de l année, la valeur comptable de l action est de 32 euros et le cours boursier est de 35 euros. Comparez la rentabilité financière (ROE) et la rentabilité boursière de la société Givre.

19 CHAPITRE 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière 91 TABLEAU 3.5 Typologie des ratios Ratio Formule Valeur Profitabilité Marge d exploitation Rentabilité de l actif (rentabilité économique) Rentabilité financière (ROE) Résultat d exploitation Chiffre d affaires Résultat d exploitation Total de l actif moyen Résultat net Capitaux propres = 30 % 60 = 91, % , 4 = 76, % , 4 2 Rotation des actifs Rotation des créances clients (délai moyen de paiement des clients) Rotation des stocks (délai moyen d écoulement des stocks) Rotation de l actif Créances clients moyennes 365 Chiffre d affaires Stocks moyens Achats 365 Chiffre d affaires Total de l actif moyen ( ) = 100, 4 jours 200 ( ) = 547, 5 jours = 91, % Endettement Endettement Poids des intérêts Dette financière totale Actif total Intérêts financiers Résultat d exploitation 406, = 57 % 21 = 35 % 60 Liquidité Liquidité générale Liquidité immédiate (ou réduite) Actifs circulants Passifs circulants Disponibilités + VMP Passifs circulants 360 = 1, 4 256, = 0,7 256, 6 Valeur de marché PER (Price earning ratio ou ratio cours/bénéfice ou ratio de capitalisation des bénéfices) Market to book (ou ratio valeur boursière/valeur comptable) Cours d une action Bénéfice par action Cours d une action Valeur comptable d une action 187, 20 23, 4 187, , 4 = 8, 0 = 0, 6

20 92 PARTIE I La finance et le système financier 3.6 L ANALYSE PAR LES RATIOS Malgré les différences mentionnées entre la finance et la comptabilité, tant dans les principes qu en pratique, les documents financiers d une société peuvent donner des indices très appréciables sur sa santé financière, et l analyse du passé peut aider à prévoir les évolutions futures. Pour analyser la performance d une entreprise à partir de ses documents financiers, il est utile de calculer une batterie de ratios, un ratio permettant de comparer facilement les années entre elles ou d évaluer différentes entreprises. Les ratios permettent d évaluer la performance des entreprises sous cinq aspects différents : la profitabilité, la rotation des actifs, l endettement, la liquidité et la valeur de marché. Le tableau 3.5 présente ces ratios et les calcule pour la société ProdGen. Premièrement, nous pouvons analyser les ratios de profitabilité. La profitabilité peut être mesurée en rapportant un résultat d exploitation aux ventes (on parlera de marge d exploitation), ou en rapportant un résultat aux actifs utilisés (rentabilité des actifs, ou rentabilité économique), enfin, en rapportant un résultat aux capitaux propres (rentabilité financière, ou ROE). Le résultat à retenir dépend du ratio : pour les ratios de marge d exploitation et de rentabilité des actifs, on prendra le résultat d exploitation comme indicateur de résultat; pour la rentabilité financière, on prendra le résultat net. D autre part, ces ratios mélangent deux types d indicateurs : des indicateurs du compte de résultat, qui représentent des résultats sur une période donnée, et des indicateurs du bilan, qui sont une «photo» à une date fixée. La pratique consiste, pour les indicateurs de bilan, à prendre la moyenne de l indicateur entre le début de l année («photo» initiale) et la fin de l année («photo» finale). Deuxièmement, détaillons les ratios de rotation des actifs, qui mesurent la capacité de l entreprise à utiliser efficacement ses actifs pour générer du profit. Nous avons d abord la rotation de l actif, qui est un ratio global. Par opposition, la rotation des créances clients, la rotation des stocks, sont des ratios spécifiques à certains éléments de l actif. Ces ratios mesurent la valeur de l actif en nombre de jours de vente (pour les créances clients) ou en nombre de jours de coûts de production (pour les stocks) : par extension, ils mesurent donc le délai moyen pendant lequel ces actifs restent dans l entreprise. Troisièmement, les ratios d endettement montrent la structure du passif des entreprises, et le poids des intérêts financiers dans les résultats. Le ratio d endettement financier mesure la structure du passif, et le ratio de poids des intérêts évalue le pourcentage du résultat d exploitation qui est ponctionné par les frais financiers (les intérêts). Quatrièmement, les ratios de liquidité mesurent la capacité de l entreprise à payer ses dettes d exploitation, c est-à-dire à payer ses fournisseurs, son personnel, à la fin de chaque mois, tout en restant solvable. Les principaux ratios de liquidité sont la liquidité générale, et le ratio plus strict de liquidité immédiate, qui ne prend en compte que les actifs les plus rapidement liquides : les disponibilités et les valeurs mobilières de placement. Cinquièmement, les ratios de valeur de marché montrent la relation entre les indicateurs comptables et la valorisation de la société par le marché boursier. Les deux ratios les plus souvent utilisés sont le PER (Price earning ratio, ou ratio cours/bénéfice, ou ratio de capitalisation des bénéfices) et le Market to book 12.

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Réponses aux Questions et problèmes 1. Actif Passif Actif immobilisé Capitaux propres Machines 46 000 Capital social

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

Analyse financière. Christophe Thibierge. 5 e ÉDITION. Synthétique et opérationnel

Analyse financière. Christophe Thibierge. 5 e ÉDITION. Synthétique et opérationnel Christophe Thibierge 5 e ÉDITION Analyse financière Synthétique et opérationnel Un apprentissage progressif Un cas entièrement corrigé Un glossaire, un index Sommaire Introduction..........................................................................................

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

Comptes Consolidés 2014

Comptes Consolidés 2014 Comptes Consolidés 2014 Page 1 4.2 Comptes consolidés 4.2.1 Compte de résultat consolidé... 3 4.2.2 Résultat global consolidé... 4 4.2.3 Situation financière consolidée... 5 4.2.4 Variation des capitaux

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

Analyse financière. DUT GEA, 2 èm e année option PMO, 2005-2006

Analyse financière. DUT GEA, 2 èm e année option PMO, 2005-2006 L article suivant est tiré du journal «L Entreprise» (n 236, juillet-août 2005). Il est intitulé «Comment la banque vous juge» : Avant de vous accorder un financement ou un prêt, votre banquier examine

Plus en détail

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 2 février 2005 Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS Sans attendre la publication de ses comptes 2004 qui seront arrêtés par le Conseil

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Le Petit 2014 Compta Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ABS : Autres biens et services AGO : Assemblée

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Financement et rentabilité des investissements

Financement et rentabilité des investissements Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Financement et rentabilité des investissements Maximiser les revenus des investissements Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3252-0

Plus en détail

I. Les opérations relatives aux titres (cas général)

I. Les opérations relatives aux titres (cas général) P6C06 La comptabilisation des placements I. Les opérations relatives aux titres (cas général) Acquisitions (A) Revenus des titres (B) Inventaire (C) Cessions (D) A. L acquisition des titres Application

Plus en détail

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal RAPPELS : La comptabilité permet : - d enregistrer les entrées et sorties d argent - d informer les adhérents du club et ses partenaires (institutionnels et autres) - de contrôler et de prouver - de prévoir.

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés 31 décembre 2013 Sommaire ETATS FINANCIERS CONSOLIDES... 1 COMPTES CONSOLIDES... 4 1.1 État de la situation financière consolidée... 4 1.2 Compte de résultat consolidé... 6

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES»

ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES» ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES» 15 novembre 2012 Christine Brosseau, CPA, CA, Associée Costandino Muro, CPA, CA, Directeur principal Pourquoi incorporer mon entreprise Au Québec 3 modes d exploitation L

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V.

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V. PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BINCKBANK N.V. Société anonyme de droit néerlandais. Siège social : Barbara Strozzilaan, 1083 HN Amsterdam, Pays-Bas. Comptes

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

PORT REFORM TOOLKIT. Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER. Concession d un terminal à conteneurs avec adossement

PORT REFORM TOOLKIT. Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER. Concession d un terminal à conteneurs avec adossement Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER Concession d un terminal à conteneurs avec adossement 1/ CONSEILS PREALABLES A L UTILISATION DU MODELE Logiciel requis : Excel 2000 pour PC Données

Plus en détail

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Dossier prévisionnel Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Société TEST 24 cours de la brocante BP 45 44100 NANTES Tel : 0240256767 Fax : 0240789029 Email : infos@test-sa.fr Monsieur

Plus en détail

Résultats annuels 2005

Résultats annuels 2005 Résultats annuels 2005 SOMMAIRE Chiffres clés Activité 2005 - Crédit-Bail Immobilier/Location Longue Durée - Location simple Résultats 2005 Structure financière LOCINDUS en bourse Perspectives pour 2006

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

Introduction à la comptabilité financière

Introduction à la comptabilité financière PARTIE 1 Introduction à la comptabilité financière Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 D une approche patrimoniale et juridique à une approche économique et financière... 3 Les tableaux de synthèse

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13 ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS Données consolidées Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014 Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1. Principes et méthodes de consolidation 2. Evénements significatifs postérieurs à la clôture

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août Table des matières Bilans consolidés résumés... 1 États consolidés résumés du résultat net... 2 États consolidés résumés du résultat global...

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Sèvres, le 28 avril 2015 Progression de la croissance Internet à +4,1%, chiffre d affaires consolidé en légère baisse et renforcement des partenariats avec les grands acteurs du web

Plus en détail

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS 3 États financiers Comptes consolidés au 31 décembre 2005 5 Rapport des Commissaires aux comptes 111 Comptes individuels d Électricité de France résumés

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Pilotage Financier de de l entreprise

Pilotage Financier de de l entreprise 3 ième séance GFN GFN 106 106 Pilotage Financier de de l entreprise Compte de résultat, formation du profit et SIG Enseignant : Yosra BEJAR Maître de Conférences : TELECOM & Management SudParis Chercheur

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail