économie Graphique 1 Le stress des marchés financiers Russie + LTCM août 1998 crise asiatique nov crise du Mexique avril 1994 déc.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "économie Graphique 1 Le stress des marchés financiers Russie + LTCM août 1998 crise asiatique nov. 1997 crise du Mexique avril 1994 déc."

Transcription

1 économie ÉCONOMIE : QUELQUES REPÈRES, QUELQUES PERSPECTIVES L abondance des informations ou interprétations parfois contradictoires sur la crise actuelle et ses perspectives se superpose à des interrogations profondes sur un monde qui bascule vers un avenir aux contours encore imprécis. Quelques informations clés permettent de mieux analyser la conjoncture et aident à comprende les enjeux à plus long terme 1. par Guy Marty 2 La hausse des marchés financiers à partir du deuxième trimestre, après un effondrement, il faut bien le dire, d une rare brutalité, a fait souffler un léger vent d optimisme, tout en soulevant un certain scepticisme. Quand les nouvelles venant du front, celles qui comptent, font état de licenciements en masse, de fermetures d usines ou d entreprises, on aimerait pouvoir dépasser la question «comment va le monde?» pour se demander où il va. Alors, pourquoi ne pas se tourner vers la Bourse, dont un vieil adage dit qu elle est le baromètre de l économie? Marchés financiers : la fin du stress Si l on cherche à interroger les Bourses, leur hausse ou leur baisse n apportent qu une information aussi immédiate que la lecture d un thermomètre. Les augures peuvent s agiter, cela ne permet pas de pressentir la suite, les changements de tendances sont d ailleurs là pour le prouver. Mais il existe bien un baromètre, c est le «stress» des marchés financiers. Sa mesure par un indice, l indice VIX, est un peu technique, mais le principe est aisé à comprendre. Sur les marchés d options s échangent des contrats sur les valeurs futures des actions ou des grands indices boursiers. On a donc une mesure de l idée que se font les marchés sur leur propre évolution, ce qui est plus précieux que tous les discours d experts... Or, en période normale, les prix se Indice VIX 1 re guerre du Golfe août Source : CBOE font, sur un mois par exemple, dans une fourchette de 3 à 5 % à la hausse ou à la baisse. Quand l incertitude règne, donc l inquiétude, cette marge augmente. Au cours des grandes crises comme la première guerre du Golfe de 1991, la crise asiatique de 1997 ou les attentats du 11 Septembre 21 les perspectives à un mois acceptent une marge de près de 1 % à la hausse comme à la baisse. En octobre, au lendemain de la faillite de Lehmann Brothers 3, la marge était montée à 23 %! Cet indicateur de stress (graphique 1) ne cesse de redescendre depuis lors. Même s il reste dans une zone relativement élevée, il est nettement en dessous des grands moments de Graphique 1 Le stress des marchés financiers crise asiatique nov crise du Mexique avril Russie + LTCM août Enron, etc. juillet Septembre 21 crise des subprimes 16 août juin Cet article est issu d une conférence de l auteur dans le cadre des «3 e Assises du logement» organisées par la Chambre de commerce et d industrie de Nice le 11 mai. Les chiffres ont été actualisés. 2. Directeur général, Institut de l Épargne Immobilière et Foncière. 3. Plus exactement, lorsque le Congrès américain a refusé de voter le plan Paulson. oct.-nov. G2 avril 6 juillet JUILLET - N 49 IEIF - RÉFLEXIONS IMMOBILIÈRES 5

2 millions d euros re guerre du Golfe Source : Banque de France. Graphique 2 La santé du système bancaire 1994 crise du Mexique 11 Septembre crise asiatique 1998 Russie + LTCM L endettement net des banques françaises auprès de la Banque de France fièvre. Raymond Aron disait qu une «opinion fausse est un fait vrai». L opinion des marchés financiers, vraie ou fausse, est que l orage est passé, que le plus dur est derrière nous. C est en soi une information intéressante. Cela signifie, au niveau de la sphère financière, un retour à une certaine normalité, donc à un certain degré de confiance. Si la finance a quelque importance dans les mécanismes économiques actuels, c est indubitablement un signe encourageant. Système bancaire : la convalescence Mais on sait que la rupture de confiance dans la sphère financière avait immédiatement été suivie par la paralysie des banques. C est d ailleurs par là que la crise est devenue économique. Il s agit donc de savoir si le système bancaire, après avoir été victime d une sorte de rupture d anévrisme, est sur la voie du rétablissement. Là encore, mieux vaut être sourd aux discours convenus et aux informations techniques de toutes sortes. Les 5% 4% PIB bulletins de santé qu une banque peut 1994 publier sur elle-même sont intéressants, 3% mais ce n est pas ce que nous cherchons. Au risque d être un peu irrévérencieux, 2% 1992 n attendons pas non plus d une banque qu elle nous dise comment se porte telle autre banque Il existe en fait un juge de paix, parfaitement objectif, qui révèle ce que les banques pensent les unes des autres : si elles n ont pas d inquiétudes, elles se prêtent entre elles, sinon, elles s adressent directement à la banque centrale. Cet indicateur de santé du système bancaire (graphique 2) avait 1% % -1% -2% 1993 août 27 crise des subprimes oct. sept. avril brutalement chuté au moment de la crise des subprimes, et s était effondré au quatrième trimestre : l endettement des banques françaises auprès de la Banque de France avait alors atteint un niveau jamais connu auparavant. Depuis lors, l indicateur ne cesse de remonter. Les chiffres ne sont publiés qu avec trois mois de délai, mais on sait qu ils ont continué à se redresser depuis la dernière publication. Le système bancaire est donc en heureuse convalescence, ce qui est un autre signe très encourageant. Les deux aspects que nous venons d examiner permettent une première conclusion. Les systèmes financiers et bancaires sont aujourd hui bien orientés. Ce qui avait précipité l accident au niveau de l économie réelle, et interdisait à celleci de repartir, semble donc en voie d être résolu. À ce stade, nous pouvons donc dire qu une reprise économique devient possible. Contre les chantres du catastrophisme, le premier semestre n aura pas été inutile, la situation s est améliorée sous un angle essentiel. Mais on connaît la règle : ce qui est nécessaire n est pas toujours suffisant. Nous devons donc poursuivre l analyse. Économie réelle : le drame Il est difficile, dans la tornade de mauvaises nouvelles, de faire la part entre une crise économique dont on se remet une crise classique, en quelque sorte, avec son lot de catastrophes et de souffrances, puis une reprise et une dont on ne sortirait que très difficilement Sources : ONU, FMI pour et. Graphique 3 La croissance mondiale ,2% -1,3% 6

3 Nous devons donc prendre deux précautions. La première consiste à ne pas se laisser impressionner par le sentiment d inconnu. Celui-ci est le lot de toutes les crises. Une sorte d illusion d optique nous fait croire à chaque fois que «cette fois-ci, on ne sait vraiment pas où l on va». En effet, si l on porte le regard sur les crises précédentes, on en voit le film complet, des prémices au dénouement, il n y a plus de suspens, d émotion ni d angoisse. Mais pour qui veut bien se souvenir, il est clair que le propre de chaque crise est de jeter un doute profond, terrible, sur l avenir Un doute que l on s empresse d oublier, comme un mauvais rêve, dès que l épreuve est passée. Cette crise est assurément inédite, nous y reviendrons, mais ce n est pas dans l intensité des doutes ou des angoisses qu il faut rechercher son originalité. La seconde précaution consiste à trouver une échelle d observation qui soit à la mesure des phénomènes en jeu. À l échelle d une ville ou d une région, la disparition d une ou plusieurs entreprises est une catastrophe. Mais cela à soi seul ne confère pas un caractère d inédit à la situation présente, même si cela donne pleine latitude à tous les épanchements, du pessimisme le plus idéologique à l optimisme le plus cynique. Ce qui caractérise cette crise en revanche, et ce qui détermine le niveau d analyse qui en sera à la hauteur, c est qu il s agit de la première grande épreuve de l économie mondialisée. C est donc à ce niveau qu il convient de se situer. Hélas le tableau qui se présente (graphique 3) est impressionnant, si l on tient compte de la prévision du FMI 1 pour l année déjà bien avancée. Pour la première fois depuis l amorce de la mondialisation au milieu des années 198, le monde plonge dans une récession. La croissance mondiale a toujours été positive dans le type d économie que nous connaissons (frontières commerciales ouvertes, dualité pays développés/pays émergents, explosion des technologies de l information et de la communication). On ne sait donc pas comment ce monde peut fonctionner avec une «croissance» négative. Le sentiment d inconnu est ici pleinement justifié, et rappelle s il en était besoin que l analyse des mécanismes touche ses limites lorsque apparaissent des risques de troubles sociaux ou de déstabilisation politique. Mais il y a plus. Le chômage, ce n est pas seulement une personne qui sort et qui reviendra. C est une carrière interrompue, souvent une équipe dispersée, parfois une vie brisée. Une faillite d entreprise, ce n est pas un maillon de la chaîne que l on met momentanément de côté, c est une entité vivante qui a mis des années pour se développer, et qui meurt. Au risque de rappeler l évidence, les destructions opérées par une crise de grande ampleur posent la question de savoir à quel rythme, une fois la tempête passée, la vie pourra repartir 2. «Aux grands maux les grands remèdes» Les gouvernements et les banques centrales ont décidé d appliquer la formule de Paracelse, ce qui est à la fois une mauvaise nouvelle s ils agissent ainsi, c est qu ils pensent que la situation est vraiment grave et une bonne, peut-être inespérée : il y a un pilote dans l avion. On a compris, à l issue du G2, que les États allaient injecter dans l économie près de 2 5 milliards de dollars dans les deux ans à venir. Il est vrai que les milliers de milliards de dollars, à force de faire la une de l actualité, ont tendance à perdre en signification ce qu ils gagnent en présence médiatique. Mais un simple exercice de traduction est éloquent. C est plus que le PIB annuel de la France, ou que celui de la Chine, qui va être consacré par les gouvernements du monde au soutien de l économie! On peut s interroger sur la rapidité ou l efficacité avec lesquelles ces montants vont atteindre l économie réelle, on peut s interroger aussi sur l objectif visé par l effort budgétaire (encadré), mais l ampleur de la contre-attaque est impressionnante. Quant à l effort monétaire, qui s exprime par les taux d intérêt, on n a jamais rien vu de tel d histoire de banque centrale (quitte à remonter à la création de la Banque d Angleterre en 1694). Le graphique 4 porte sur les États-Unis. Après le pic de 198 il s agissait alors de briser l inflation, quitte à handicaper momentanément la croissance la décrue des taux de la Fed 3 s est faite avec des hauts et des bas, mais le niveau d aujourd hui est presque de %. Autrement dit, le système bancaire obtient de l argent pratiquement gratuitement pour Effort budgétaire, quel objectif? À l examen des politiques budgétaires adoptées dans les différents pays, deux conceptions se dessinent. La première consiste à prolonger les structures en place et en particulier les grandes entreprises (exemple : le soutien à l industrie automobile) en espérant qu elles trouveront la force de se transformer. La seconde consiste à oublier les structures (si elles ne sont pas viables, pourquoi retarder leur faillite ) et à investir sur les hommes (éducation, formation pour changer de métier) pour qu ils puissent s adapter et repartir. La question, certes difficile, pourrait se formuler ainsi : faut-il sauver l emploi, ou l employé? L Europe continentale, dont la France, applique plutôt le premier type de traitement ; l Europe du Nord, y compris la Grande-Bretagne, plutôt le second. Les États-Unis, qui optaient traditionnellement pour le second, procèdent aujourd hui à un mix des deux. 1. FMI : Fonds monétaire international. 2. Rappelons d ailleurs que la situation française laisse intactes les questions sur le dénouement. Les mécanismes protecteurs sont en effet bien apparents : la dimension de l État et des collectivités locales, qui est sans doute un handicap en période prospère, est bien commode pour la stabilité de nombreux salaires ; les régimes sociaux amortissent la brutalité du chômage ; les systèmes de retraite par répartition assurent un paiement stable des retraites, etc. Mais on voit bien que la vertu stabilisatrice de ce système induit un redémarrage plus lent au moment de la sortie de crise. 3. Fed : Federal Reserve System, Banque centrale américaine. JUILLET - N 49 IEIF - RÉFLEXIONS IMMOBILIÈRES 7

4 % ,92 19, renouveler ses crédits, et donc réaliser des marges lui permettant de reconstituer ses fonds propres. L essentiel est que des taux directeurs faibles ont toujours été suivis d une très forte croissance : il a donc été demandé aux banques centrales, ou celles-ci ont décidé, de «mettre les gaz» au maximum pour tenter d enrayer la catastrophe et de redresser le cours des choses. La stratégie adoptée est aussi doublement inédite. Non seulement les deux remèdes connus, la politique budgétaire et la politique monétaire, sont utilisés conjointement, mais de plus chacun des deux est appliqué à la plus forte dose imaginable. C est en un sens rassurant : le «politique» a pris la mesure de la situation et a décidé d agir. oct. 26 5, Source : Fed Funds Overnight. Graphique 4 Les taux d intérêt aux Etats-Unis juin,21 incantations, on s aperçoit, pour reprendre la belle expression de Lewis Caroll, que les explications solides, établies, incontestables, ressemblent plutôt à des devinettes On peut parler par exemple de la peur de la déflation, peur qui est alimentée par le ralentissement de la vitesse de circulation de la monnaie. Sans entrer ici dans des considérations trop techniques, disons seulement que si la vitesse de circulation de la monnaie ralentit, chaque euro, ou chaque dollar, en circulation est moins efficace en termes de PIB. Or de quand date ce ralentissement? De l affaire Madoff ou de la chute de Lehmann Brothers? De la crise des subprimes? Non, ce phénomène a longtemps été occulté par l injection massive de crédits, mais il date de 1997 Poursuivons avec les problèmes récents de l industrie automobile. Le graphique 5 compare l évolution de la valeur ajoutée trimestrielle de l économie française dans son ensemble, et la valeur ajoutée de l industrie automobile. De quand date le décrochage? De 23-24, donc bien avant les grandes affaires de la finance et de la banque, de bien avant la crise des subprimes Il se passe donc quelque chose d important, qui n est pas absent des analyses des économistes, mais que les feux de l actualité ont eu tendance à reléguer au second plan, alors que c est peut-être le phénomène majeur. Tentons de le définir en quelques mots. Les nouvelles technologies de Mais une attitude aussi exceptionnelle de la part des gouvernements et des banques centrales soulève à son tour des interrogations sur l ampleur ou la nature de la crise. Comment expliquer l angoisse des instances dirigeantes et le type de mesure qu elles adoptent? La réponse semble tenir dans deux phénomènes qui caractérisent cette crise particulière. Première inconnue : jusqu où? Il y a ce qu on entend, et il y a ce qu on voit. Si l on devient sourd au vacarme sur les dérapages de la finance et de la banque, de l affaire Madoff, de la chute de la maison Lehmann ou de l affaire des subprimes, et que l on cherche à trouver des faits ou des graphiques derrière les Source : Insee. Graphique 5 Une crise peut en cacher une autre valeur ajoutée en Mds (par trimestre) L économie française 199 L industrie automobile 2 24 Mds 43 1,92 1 er trimestre

5 l information et de la communication ont changé le monde, au point que l on a pu parler un instant de «nouvelle économie». L expression, née dans un climat d euphorie, a peut-être été rangée trop rapidement dans le placard des illusions. On doit en effet noter deux points. 1 Mds$ Tout d abord, l enthousiasme Internet a engouffré des capitaux importants, qui se sont volatilisés dès l éclatement de la 5 bulle. Mais derrière la tragédie de la chute boursière, comment ne pas voir qu un point de non-retour était atteint? Sur le plan économique, donc réel, Internet et le téléphone portable ont conquis le monde. À cet égard, n ayons pas la mémoire courte. Toutes les grandes mutations ont été financées de la sorte : les premières constructions de chemins de fer, et même le Paris du baron Haussmann se sont achevés par de gigantesques problèmes financiers mais la révolution des chemins de fer était acquise et les immeubles haussmanniens sont encore là. Ensuite, à partir du moment où l économie est radicalement transformée par les nouvelles technologies, peut-on raisonnablement penser que le mouvement va soudain s arrêter, et que les anciens modes de production et de consommation, ne vont pas à leur tour être bouleversés? À cet égard, le développement durable est plus qu un vague concept porté par l air du temps, il pourrait accompagner la révolution technologique dans une transformation radicale de l ensemble des processus économiques. C est bien là le risque, on pourrait dire l abîme de risque, que les dirigeants ont très rapidement perçu. Puisque nous avons déjà évoqué les chemins de fer, reprenons ce précédent : entre la société d avant les chemins de fer et celle d après, une mutation considérable s est opérée, dont le résultat a été une prospérité sans précédent. Mais le passage de l une à l autre a été particulièrement éprouvant et déstabilisateur. Ce type de révolution industrielle, qualifiée de schumpéterienne, du nom de l économiste qui l a identifiée et analysée, se caractérise par une «destruction créatrice» sans doute vertueuse à long terme, mais hautement périlleuse, socialement et politiquement, à court terme. D où le vertige devant l inconnu, un inconnu qui se dérobe d autant plus à toute mise en équation que cette mutation économique s effectue dans un contexte où la mondialisation bascule vers de nouveaux équilibres entre les pays avancés et les pays dits émergents. Le travail des historiens dans quelques années sera plus facile que ne l est celui des prospectivistes aujourd hui OPCVM : Organismes de placements collectifs en valeurs mobilières. Graphique 6 Le stock d épargne dans le monde Stock d épargne Deuxième inconnue : le stock d épargne Sources : IEIF d après Fed, BEA, World Federation of Exchanges, OCDE. PIB Une attitude critique par rapport aux bruits de l actualité met également en relief un aspect qui aurait dû susciter l étonnement. Par quel miracle les gouvernements peuvent-ils annoncer une injection budgétaire dans l économie à faire pâlir de honte le New Deal du président Roosevelt? Sauf à se demander à quoi pensaient les gouvernements qui tentaient de juguler les effets de la crise de 1929, force est de reconnaître qu il existe une différence radicale entre les deux époques. Cette différence mérite d autant plus d être examinée qu elle est sans doute le point faible des modèles d analyse économique. Traditionnellement en effet, la finance était considérée comme l huile dans les rouages du moteur économique. Les guerres, les crises, la durée de la vie, parfois la dégradation monétaire, ni le XIX e siècle ni la première moitié du XX e ne laissaient entrevoir ce qui s est passé depuis. En l absence de guerre mondiale, avec l allongement spectaculaire de la durée de la vie et une progression du niveau de vie tout aussi spectaculaire, s est produit un phénomène inédit dans l histoire économique : l accumulation d un stock d épargne à un tel degré que celui-ci s est approché de la valeur du PIB dans les années 198 pour les pays anglo-saxons (à fonds de pension) et dans les années 199 pour les pays européens, et dépasse largement celui-ci depuis lors. La mesure exacte n en est guère aisée, mais l ordre de grandeur (graphique 6) est impressionnant. On peut considérer que les 77 milliards de dollars figurant dans le graphique, soit près de deux fois le PIB mondial, sont composés pour un tiers des excédents des pays exportateurs, et pour deux tiers de l épargne des ménages. On aperçoit bien là une finance à double visage. Certes dans JUILLET - N 49 IEIF - RÉFLEXIONS IMMOBILIÈRES 9

6 la finance moderne il y a bien la dette, la bulle financière peut-être, mais il y a aussi les milliers de petits ruisseaux alimentés par les ménages, sur les livrets d épargne, les contrats d assurance vie, les OPCVM 1, dans les fonds de pension, etc., etc. Le résultat est une situation dont on pressent qu elle pourrait être salvatrice, mais dont on n a guère la moindre expérience. L économie est en crise, tandis qu il existe un stock d épargne important. Les gouvernements ont compris qu ils pouvaient s endetter à grande échelle car ils peuvent mobiliser une partie de ce stock, qu ils vont dans cette mesure déplacer d un type de placement à un autre, pendant que les ménages, bon gré mal gré, et peut-être plus encore dans ce moment difficile, continueront de nourrir cette épargne. au IV e siècle avant Jésus-Christ, ait été brutalement contredit par les dirigeants du début du XXI e siècle. Toutes leurs réactions à ce jour montrent qu ils ont identifié et cherchent à protéger les ressorts essentiels de la prospérité économique, à savoir la confiance et les échanges. C est sans doute le contenu le plus intéressant des tentatives de coordination internationale face à un problème d envergure mondiale. Ajoutons enfin que la macroéconomie est comme le temps qu il fait. Y peut-on quelque chose? Mais à l échelle d une personne, d une entreprise, d une ville ou d une région, il est possible de réagir, de soutenir ou de créer des dynamiques de croissance. Cet aspect ne saurait être oublié, car si l effet mondialisation a contribué à l ampleur de l accident, il pourrait être aussi à l origine d effets de contagion salvateurs. La confiance et les échanges «Certains hommes sont plus mauvais que d autres, certains sont encore plus mauvais, et d autres enfin sont des hommes politiques» Il semble que le constat désabusé d Aristote, 1

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE EST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Les marchés font-ils

Les marchés font-ils Le marché, la crise, l austérité et la croissance 5 Pascale-Marie Deschamps Les marchés font-ils la loi? Réponses aux idées reçues et aux solutions toutes faites Entretiens avec Pierre de Lauzun et Philippe

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Le billet de Michel Fried. L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise

Le billet de Michel Fried. L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise Le billet de Michel Fried novembre 2009 L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise La question qui agite aujourd hui les responsables des politiques économiques des grands pays industrialisés

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan nationalinternational et ses enseignements I -Quelles sont les origines

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018.

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018. Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018 13 avril 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière 16/11/1999 QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière Concours du Meilleur Mémoire Financier - 1999 Paris, Novembre 1999 Ayant assisté, depuis plus

Plus en détail

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS 9 LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS page 4 : un outil de gestion de trésorerie, Octavie 2. La fin de semaine a été marquée par la dégradation de la situation politique en Egypte qui d une part menace la

Plus en détail

L environnement macroéconomique

L environnement macroéconomique 6 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG L environnement macroéconomique international L environnement macroéconomique international 8 revue de stabilité financière 011 7 L environnement macroéconomique international

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet Dusenge Tony N de matricule : 060499 E-mail : tdusenge@ulb.ac.be Assistant : Iason Foscolos Groupe : 2 Introduction à la macroéconomie : travail d actualité Les répercussions de la baisse du taux directeur

Plus en détail

Savoir/agir numéro 3, mars 2008

Savoir/agir numéro 3, mars 2008 1 Savoir/agir numéro 3, mars 2008 Une grille de lecture de la crise financière Isaac Johsua Économiste, membre du Conseil scientifique d Attac. Chapô : La nationalisation d une banque, la Northern Rock,

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali ( Les FRANCAIS l EPARGNE & la RETRAITE ENQUETE Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Etudes et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

DÉVOILEMENT DU 2 E SONDAGE TRIMESTRIEL ASDEQ-LÉGER MARKETING Crise économique : les perspectives s assombrissent

DÉVOILEMENT DU 2 E SONDAGE TRIMESTRIEL ASDEQ-LÉGER MARKETING Crise économique : les perspectives s assombrissent Communiqué de presse Pour diffusion immédiate DÉVOILEMENT DU 2 E SONDAGE TRIMESTRIEL ASDEQ-LÉGER MARKETING Crise économique : les perspectives s assombrissent MONTRÉAL, 26 FÉVRIER 2009 De l avis presque

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques?

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? Devoir n 1 Première partie : Mobilisation des connaissances 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? 2. En quoi la déflation peut-elle avoir un effet dépressif sur l économie?

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009. LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS

Plus en détail

Perspective Juillet. www.cifunds.com. Perspectives semestrielles : grandes espérances, perspectives encourageantes LE MONDE SELON BILL STERLING

Perspective Juillet. www.cifunds.com. Perspectives semestrielles : grandes espérances, perspectives encourageantes LE MONDE SELON BILL STERLING 2000 Perspective Juillet LE MONDE SELON BILL STERLING Perspectives semestrielles : grandes espérances, perspectives encourageantes Pour les marchés mondiaux, le premier semestre de l an 2000 n aura été

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette

Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette Quelques mois avant le déclenchement de la crise financière, rien ne laissait présager un tel retournement de situation. La crise financière de

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Cap sur L investissement

Cap sur L investissement éclairage Cap sur L investissement MAtHilde lemoine Économiste, membre du Conseil d analyse économique Les orientations prises par les politiques budgétaire et monétaire pour faire face à la crise pourraient

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

5 prévisions pour 2015

5 prévisions pour 2015 Mars 2015 Wim Meulemeester Expert placements L année 2014 a été une année surprenante en termes de placements. Même si un taux faible correspondait aux attentes, de nombreux experts ont été étonnés de

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

23ème rapport annuel. Tableau de bord

23ème rapport annuel. Tableau de bord L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 25 Janvier 2011 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 23 ième

Plus en détail

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des salariés des industries électriques et gazières CNIEG

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des salariés des industries électriques et gazières CNIEG CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 mars 2013 à 14 h 30 «Compléments aux perspectives du système de retraite en 2020, 2040 et 2060 : les projections régime par régime» Document N

Plus en détail

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Résumé La France peine à conserver ses parts de marché sur la scène internationale, ce qui ne lui permet pas de trouver des relais de croissance

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail