QCM de combustion et question de cours

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QCM de combustion et question de cours"

Transcription

1 QCM de combustion et question de cours Ce répertoire des questions de cours de combustion vous est fourni pour vérifier vos connaissances. Pour le contrôle réel les valeurs numériques pourront être changées. Les questions i) sont des questions associées qui correspondent aux mêmes notions. 1 ère partie 1 ) Le N atomique du phosphore est de 15 et sa masse atomique est de 31, donnez le nombre de protons et celui des neutrons de cet élément. Nb protons= Nb neutrons = 2 ) On rappelle que la première couche électronique est saturée à 2électrons, la 2 ème et la 3 ème à 8, les suivantes à 18. Combien de couches comporte cet élément et combien d électrons y a- t-il sur la dernière couche? Nb de couches= Nb électrons= 3 ) Pourquoi certains éléments ont-il des masses atomiques décimales? 4 ) Quelle particularité présentent les gaz rares (chimique et structure atomique)? 5 ) Qu est ce que le nombre d Avogadro et combien vaut-il? N= 6 ) Quel volume occupe une mole de gaz sous les conditions normales que vous rappellerez? V= p= T= 7 ) L énergie chimique est le résultat de la réorganisation des liaisons : A : internes du noyau B : interatomiques C : intermoléculaires D : particulières 8 ) Quelle est la nature de ces liaisons? A : gravitationnelles B : magnétiques C : électriques. D : mécaniques 9 ) Dans l équation chimique 2H 2 +O 2 ->2H 2 O, O 2 représente : A : un atome d O 2 B : une molécule d O 2 C : une mole d O 2 D: 1kg d O 2 10 ) Définir le pouvoir comburivore d un carburant : 11 ) Définition du facteur d air, de l excès d air e et de la richesse d un mélange R. = e= R= 12 ) Le pouvoir comburivore Va d un gaz s exprime normalement en A : Nm 3 /Nm 3 B : Nm 3 /kg C : kg/nm 3 D : kg/kg 12-1) Le pouvoir comburivore Va d un solide s exprime normalement en A : Nm 3 /Nm 3 B : Nm 3 /kg C : kg/nm 3 D : kg/kg 13 ) Pour un liquide, on connaît Va. Unité? Que vaut Ma? Ma= 13-1) Pour un gaz, on connaît Va. Unité? Que vaut Ma? Ma=

2 14 ) Combien vaut environ le pouvoir comburivore massique d un hydrocarbure lourd? Ma= 14-1) Par rapport au pouvoir comburivore massique des hydrocarbures celui des alcools est : A : plus grand B : quasi identique C : plus petit D : Ca dépend de l alcool 15 ) Quelle hypothèse fait-on pour déterminer théoriquement la composition des produits d une combustion pauvre? : 1 : combustion complète de carburant 2 : combustion complète de l oxygène 3 : le seul imbrûlé est le CO 4 : la combustion est stœchiométrique A : 34 B : 1 C : 23 D : ) Quelle hypothèse fait-on pour déterminer théoriquement la composition des produits d une combustion riche? : 1 : combustion complète de carburant 2 : combustion complète de l oxygène 3 : le seul imbrûlé est le CO 4 : la combustion est stœchiométrique A : 34 B : 1 C : 23 D : ) Quelles sont les deux hypothèses classiques lorsque la combustion n est pas stœchiométrique pour calculer la composition théorique des fumées? 15-3) Dans ces deux cas (pris à part) que va-t-on retrouver dans les produits de combustion comme composés chimiques en plus de CO 2, H 2 O et N 2? 16 ) Quelle est l analogie et la différence entre X CO et CO? 16-1) Quelles sont les teneurs que mesurent les analyseurs de fumées? 17 ) L analyseur de fumées vous indique O 2 =0% et CO=1%, qu en concluez vous? 1 : combustion complète du carburant 2 : combustion complète de l oxygène 3 : le seul imbrûlé est le CO 4 : le mélange des réactants est riche A : 1234 B : 13 C : 24 D : ) Vous relevez CO2=10% et vous êtes sûr d être en excès d air, le combustible était du fuel domestique : A : vous êtes proche de la stœchiométrie B : vous avez 50% d excès d air C : vous avez 100% d excès d air? D : vous ne pouvez rien dire

3 19 ) Vous relevez CO2=10% et vous êtes sûr d être en excès d air, le combustible était du gaz naturel : A : vous êtes proche de la stœchiométrie B : vous avez 50% d excès d air C : vous avez 100% d excès d air? D : vous ne pouvez rien dire 20 ) Qu est que U P0 et U R0, comment s appelle la différence? 20-1) Dans le cas d une combustion le quel des deux est le plus grand? Justifiez. 20-2) Qu est que H P0 et H R0, comment s appelle la différence? 20-3) Que vaut la différence entre la chaleur de réaction à pression constante et la chaleur de réaction à volume constant? Que peut-on en dire? 20-4) Que pouvez vous dire de la différence entre Ip et Iv? 20-5) Qu est ce que l enthalpie de formation? 20-6) Que vaut celle d O2? 21 ) Que vaut théoriquement le rendement de combustion en excès d air? C = 21-1) Que vaut théoriquement le rendement de combustion en défaut d air? C = 21-2) Que vaut théoriquement la chaleur de combustion en excès d air? q C = 21-3) Que vaut théoriquement la chaleur de combustion en défaut d air? q C = 22 ) Si l on veut une chaleur de combustion maxi, doit-on travailler en défaut ou en excès d air? 23 ) Si l on veut un rendement de combustion maxi, doit-on travailler en défaut ou en excès d air? 24 ) Que vaut la puissance calorifique maxi d un combustible de PCI=40MJ/kg et de débit 2g/s? PCM= kw 24-1) Qu est ce que le pouvoir calorifique? Quelle est sa valeur approximative pour un hydrocarbure? 25 ) Exprimez le rendement de combustion en fonction des pertes par imbrulé P I et de PCM. C = 26 ) Avec une des deux hypothèses classiques que vous énoncerez, donnez c et qc pour >1. 27 ) Avec une des deux hypothèses classiques que vous énoncerez, donnez c et qc pour <1 28 ) Que valent approximativement les pertes à l échappement P th? Vous préciserez vos notations 29 ) Comment calculez-vous la puissance de combustion d une combustion réelle?

4 30 ) Que valent les pertes par imbrûlé? Donnez une des formules ou le moyen de les retrouver. 30-1) Exprimez les pertes par imbrulé P I en fonction de qm F, X H2O, v F, I, Ip I. 31 ) Quel est le principal imbrulé que l on retrouve et que l on mesure dans les fumées? 2 ème partie 1 ) Les combustibles solides contiennent en général : 1 : une quantité d eau non négligeable 2 : beaucoup de soufre 3 : des minéraux 4 : de l oxygène et de l azote en quantité variable. A : 1234 B : 13 C : 24 D : ) Les hydrocarbures issus du pétrole contiennent en général : 1 : une quantité d eau importante 2 : beaucoup de soufre 3 : des minéraux 4 : de l oxygène et de l azote en quantité variable A : 1234 B : 13 C : 24 D : ) Le gaz naturel : 1 : sa composition dépend de sa provenance 2 : son PCI est de l ordre de 40kJ/Nm 3 3 : ne contient pas de méthane 4 : est de même origine que le pétrole A : 134 B : 14 C : 23 D : Le GPL 1 : veut dire «Gaz Pour L automobile» 2 : est un mélange de butane et de propane 3 : provient de la distillation du pétrole 4 : est extrait directement de la terre A : 123 B : 23 C : 24 D : 14 2 ) De quel ordre de grandeur est le PCI du bois ou des déchets végétaux? 2-1) De quel ordre de grandeur est le PCI des déchets ménagers? 2-2) De quel ordre de grandeur est le PCI des déchets industriels? 3 ) Les alcools : 1 : ont un PCI supérieur aux hydrocarbures 2 : ont un pouvoir comburivore supérieur aux hydrocarbures

5 3 : ont un indice d octane supérieur aux hydrocarbures 4 : fonctionnent très bien dans les moteurs à allumage commandé A : 1234 B : 23 C : 24 D : Les huiles végétales : 1 : ont un PCI supérieur aux hydrocarbures 2 : sont plus visqueuses que le gasoil 3 : ont une température de craquage supérieure aux hydrocarbures 4 : fonctionnent très bien dans les moteurs à allumage commandé A : 1234 B : 23 C : 34 D : Pourquoi est-il préférable d utiliser les alcools sous forme d éther dans les moteurs? 3-3 Pourquoi est-il préférable d utiliser les huiles végétales sous forme d ester dans les moteurs? 4 ) Le carbone total est : 1 : le pourcentage de carbone dans le carburant 2 : ne sert que pour les liquides ou solides 3 : s exprime toujours en Nm 3 /kg ou en Nm 3 / Nm 3 4 : représente le volume de CO2 contenu dans les fumées neutres par quantité de carburant A : 1234 B : 234 C : 24 D : ) Les pouvoirs fumigènes sont : 1 : le pourcentage de fumées dans les produits de combustion 2 : ne servent que pour les combustibles polluants 3 : s exprime toujours en Nm 3 /kg ou en Nm 3 / Nm 3 4 : représente le volume des fumées neutres par quantité de carburant A : 1234 B : 34 C : 24 D : ) Quelles sont les hypothèses de calcul permettant d utiliser la formule : O2. V e ( FS O2 ) Va 5-1 Quelles sont les hypothèses de calcul permettant d utiliser la formule : VCO2 SO2 CO2 SO2 VFS eva 5-2 A quoi sert le diagramme d Ostwald? 6 ) Les analyseurs électrochimiques 1 : se servent de CO pour calculer l excès d air e 2 : mesurent l excès d air réel 3 : se servent de O2 ou CO2 pour calculer l excès d air e 4 : la mesure de CO sert à estimer les pertes par imbrulés

6 A : 12 B : 34 C : 24 D : 14 7 ) Les pertes par chaleur sensible sont : 1 : due au fait que la combustion n est jamais complète 2 : d autant plus grandes que l excès d air est important 3 : d autant plus grandes que le défaut d air est important 4 : n existent que si l on effectue le bilan sur PCI A : 2 B : 34 C : 24 D : Comment calcule-t-on ces pertes? 8 ) Les pertes par chaleur latente 1 : n existent que si l on effectue le bilan sur PCS 2 : sont de l ordre de 20% sur une chaudière classique à gaz naturel 3 : sont faibles pour les carburants lourds (FO, FOD, Charbon..) 4 : Sont nulles pour le carbone pur (graphite) A : 12 B : 134 C : 24 D : ) Comment calcule-t-on les pertes par chaleur latente en fonction du débit d eau dans les fumées (qm H2O ), du débit d eau condensée (qm cond ) et de la chaleur latente de l eau Lv? 8-2) Comment calcule-t-on le débit d eau dans les fumées (qm H2O )? 9 ) Pour le gaz naturel Va=10,3Nm 3 / Nm 3 pour d=0,6. Si l on impose 1,6g/s de gaz naturel, quel débit d air en kg/h pour =1,1. Expliquez : 9-1) Le PCI du gaz naturel est de 36MJ/Nm 3 et sa densité est de 0,6, calculer le PCM d un brûleur débitant 1,6g/s de gaz naturel. 10 ) Le fumosimètre de Bacharach : 1 : mesure la quantité de CO2 des fumées 2 : donne une indication de la quantité de particules contenues dans les fumées 3 : la mesure se fait par comparaison de couleur 4 : la mesure se fait par absorption du gaz à tester A : 234 B : 13 C : 23 D : ) Les oxydes de soufre sont responsables : 1- d irritation des voies respiratoires 2- de corrosion des foyers et cheminées 3- des retombées suies agglomérées 4- il provient du carburant A : 234 B : 13 C : 124 D : ) Les oxydes d azote provoquent : 1- l irritation des voies respiratoires 2- la corrosion des foyers et cheminées 3- des pluies acides 4- ils proviennent du carburant A : 234 B : 13 C : 124 D : 1234

7 13 ) Sur le fonctionnement de divers instruments d analyse de fumées 1- le fumosimètre est l appareil qui sert à déterminer les oxydes d azote 2- l opacimètre est l appareil de mesure en continu de la concentration des fumées en particules 3- l appareil d ORSAT mesure la teneur en oxygène des fumées 4- les analyseurs à infrarouge utilisent le phénomène d absorption du rayonnement infrarouge par le NO A : 2 B : 23 C : 24 D : ) A l échelle microscopique la combustion : 1- s explique par un mécanisme de réaction en chaîne 2- on peut le résumer à trois types de réactions : «initiation», «propagation», «rupture» 3- l unique mécanisme est la «ramification» 4- les radicaux libres sont des espèces chimiques très stables A : 234 B : 13 C : 124 D : ) Les réactions d équilibre responsables de la présence de H2 et de CO dans les fumées : 1- ne peuvent se produire qu à haute température 2- peuvent se produire à la température des fumées ce qui explique la présence de CO et H2 3- la concentration chimique due à ces réactions est «figée» par la diminution brutale de la température 4- expliquent le mécanisme de réaction en chaîne A : 234 B : 13 C : 24 D : ) A haute pression, l auto inflammation d un mélange air carburant ne peut se réaliser : 1- qu au dessus d une certaine température 2- qu au dessous d une certaine température 3- la température n a pas d influence 4- la pression n a pas d influence A : 24 B : 34 C : 14 D : 2 17 ) Lorsque la pression augmente à température constante, le délai d auto inflammation : A- diminue C- passe par un mini pour pression déterminée B- n a aucune influence claire D- augmente 17-1 Lorsque la température augmente à pression constante, le délai d auto inflammation : A- diminue C- passe par un mini pour température déterminée B- n a aucune influence claire D- augmente 18 ) Pour étudier le mécanisme d auto inflammation : 1- on utilise une machine à compression lente pour que l évolution soit quasi-statique 2- on utilise une machine à compression rapide 3- on introduit doucement le carburant dans l air préchauffé 4- on produit l inflammation par une onde de choc A : 2 B : 13 C : 24 D : 1

8 19 ) Lorsque la richesse augmente, le délai d auto inflammation : A- diminue C- passe par un mini pour une richesse déterminée B- n a aucune variation claire D- augmente 20 ) La détonation est : 1- la combustion qui se produit dans les moteurs dit à «explosion» 2- ne peut pas se produire dans les moteurs 3- est le mode de propagation supersonique de la combustion 4- nécessite plusieurs mètres pour s établir A : 23 B : 13 C : 234 D : 1 21 ) La déflagration est : 1- la combustion qui se produit dans les moteurs dit à «explosion» 2- ne peut pas se produire dans les moteurs 3- est le mode de propagation subsonique de la combustion 4- nécessite plusieurs mètres pour s établir A : 3 B : 13 C : 234 D : 1 22 ) La vitesse de propagation d une déflagration laminaire est de l ordre de : A-1m/s B- 10m/s C- 100m/s D- 1000m/s 23 ) La turbulence 1- augmente la vitesse apparente de propagation 2- la diminue 3- améliore la combustion quelle soit homogène ou diphasique 4- les chambres de combustion industrielles ont des dispositifs permettant de l augmenter A : 2 B : 13 C : 134 D : 1 24 ) La combustion diphasique est 1- Laminaire autour de la particule du fait de sa très faible dimension par rapport aux échelles de la turbulence 2- Peut être turbulente dans l ensemble 3- Désigne la combustion d un gaz dans l air 4- Est une combustion virtuelle sans existence physique A : 23 B : 12 C : 234 D : 4 25 ) Dans les fours le transfert thermique entre la flamme et la charge est amélioré par : 1- Le rayonnement bleu des flammes homogènes 2- La présence de carbone suie dans la flamme 3- Par le préchauffage du gaz combustible, dans le cas d une combustion homogène 4- Est toujours meilleur pour les combustibles liquides A : 23 B : 1234 C : 234 D : 1 26 ) Dans les chambres de combustion industrielles, l impulsion : 1- Nomme le moment où l on enclenche l étincelle d allumage

9 2- La quantité de mouvement du combustible à l entrée de la chambre 3- intervient dans le calcul de la longueur de flamme 4- plus la l impulsion est importante plus grande est la flamme A : 23 B : 1234 C : 234 D : 1 27 ) La mise en rotation de l air de combustion du brûleur 1- augmente la longueur de la flamme 2- diminue la longueur de la flamme 3- peut produire une flamme «murale» qui augmente le transfert thermique entre la flamme et la charge 4- peut produire une flamme «boule» A : 23 B : 34 C : 234 D : 1

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Version du

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles.

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Date : 19/09/2012 NOM / Name SIGNATURE Etabli / Prepared Vérifié / Checked Approuvé /Approved G J-L & R-SENE R.SENE R.SENE Sommaire 1.

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Épreuve collaborative 1. Faire une présentation de quelqu idé fort relativ au mix énergétique (ou bouquet énergétique). (Exposé de 5 minut maximum) 2. Faut-il encore brûler le charbon?

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Qu'est-ce que la biométhanisation?

Qu'est-ce que la biométhanisation? Qu'est-ce que la biométhanisation? La biométhanisation consiste en une série d'opérations de dégradations biologiques de matières organiques qui se produisent en l'absence d'oxygène. Les produits résultants

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission LA COLLECTION > 1 > L atome 2 > La radioactivité 3 > L homme et les rayonnements 4 > L énergie 6 > Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 > Le cycle du combustible nucléaire 8 > La microélectronique

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Florent PERRIN Responsable région Rhône Alpes CleanTuesday Rhône-Alpes Juin 2010 CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Le GIEC a confirmé que

Plus en détail

Livret de chaufferie

Livret de chaufferie Livret de chaufferie Edition 2011 Livret de chaufferie ÉTABLI LE ADRESSE DE LA CHAUFFERIE CACHET Apave P R É A M B U L E La tenue de ce livret est demandée par la réglementation sur l utilisation de l

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable? Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Rencontre des savoirs Bron 14 mai 2013 L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Prescriptions Techniques

Prescriptions Techniques Prescriptions Techniques Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux Canalisations et Raccordements des installations de transport, de distribution

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA 1. Description de la société Fromageries Bel SA : Code NAF : 1051C Code SIREN : 542.088.067, les numéros SIRET associés sont

Plus en détail

Photo tirée du site www.swissfire.ch

Photo tirée du site www.swissfire.ch Danger incendie Photo tirée du site www.swissfire.ch Introduction Tout bâtiment ou construction est vulnérable au feu, il importe donc que des mesures et des dispositions préventives soient mises en œuvre

Plus en détail

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE?

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? Jean-Pierre SAWERYSYN 1 Matthieu OGET 2 Corinne SCHADKOWSKI 3 Judith TRIQUET 3 1 Professeur honoraire de l Université de Lille I, vice-président

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

Solutions de mesure pour le raffinage

Solutions de mesure pour le raffinage Solutions de mesure pour le raffinage Débitmétrie et densimétrie de précision Les meilleures des mesures en ligne «Il est difficile de répondre à la demande de façon efficace, économique et responsable.»

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I L École nationale des pompiers du Québec Dans le cadre de son programme de formation Pompier I QUATRIÈME ÉDITION MANUEL DE LUTTE CONTRE L INCENDIE EXPOSÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES POMPIER 1 SUJET 4 Énergie

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

GAZLOG. Logiciel de téléchargement et d'exploitation de données. Notice d utilisation. Tél. : 04 72 15 88 70 - Fax : 04 78 26 41 35

GAZLOG. Logiciel de téléchargement et d'exploitation de données. Notice d utilisation. Tél. : 04 72 15 88 70 - Fax : 04 78 26 41 35 Notice d utilisation GAZLOG Logiciel de téléchargement et d'exploitation de données Ne pas brancher simultanément le chargeur de batterie et le câble de liaison RS232. C2AI 9 rue de Catalogne 69153 Décines

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI?

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L électricité est le moyen de transport de l énergie! L électricité, comme l énergie, est présente dans la nature mais on ne la voit pas. Sauf quand il y a un orage! L électricité

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

La prévention des intoxications dans les silos à fourrage

La prévention des intoxications dans les silos à fourrage La prévention des intoxications dans les silos à fourrage Ali Bahloul, Brigitte Roberge et Nicole Goyer / IRSST Mauricio Chavez et Marcelo Reggio / École polytechnique de Montréal Avec la collaboration

Plus en détail

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1 Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1 TITRE ABRÉGÉ 1. Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports

Plus en détail

L'ABC. Le gaz naturel

L'ABC. Le gaz naturel Le gaz naturel Composition SAVIEZ-VOUS QUE? Le pourcentage exact de méthane dans le gaz naturel varie légèrement d'un endroit à l'autre. Dans le réseau de distribution du Québec, il y a 95,4 % de méthane.

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Le monde nano et ses perspectives très prometteuses.

Le monde nano et ses perspectives très prometteuses. Le monde nano et ses perspectives très prometteuses. I/ Présentation du monde nano. Vidéo «Science Suisse : Christian Schönenberger, nano-physicien», 12 min. «Christian Schönenberger conduit le Swiss Nanoscience

Plus en détail

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Nassiba Tabti A.E.S.S. Physique (A.E.S.S. Physique) 5 mai 2010 1 / 47 Plan de l exposé 1 La Radioactivité Découverte de la radioactivité

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

Sophie Guézo Alexandra Junay

Sophie Guézo Alexandra Junay Sophie Guézo Alexandra Junay sophie.guezo@univ-rennes1.fr alexandra.junay@univ-rennes1.fr Unité Mixte de Recherche (UMR) Université Rennes I et CNRS Physique moléculaire Matière molle Matériaux Nanosciences

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON P.1/11 Sommaire Préambule... 3 1. Politique sectorielle... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Portée...

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

Incitations financières véhicules 2014

Incitations financières véhicules 2014 Marque : Consommation de carburant C02 inférieures ou égales à 100 g/km de 101 à 120 g/km VOITURE Énergie : Essence Les déplacements Comprendre Incitations financières véhicules 2014 Pour des véhicules

Plus en détail

Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques

Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques à l'incinérateur Mars 2010 Travaux publics Gestion des matières résiduelles CONTENU DE LA PRÉSENTATION 1. L incinérateur 2. Obligations

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Principe de fonctionnement des batteries au lithium

Principe de fonctionnement des batteries au lithium Principe de fonctionnement des batteries au lithium Université de Pau et des pays de l Adour Institut des Sciences Analytiques et de Physicochimie pour l Environnement et les Matériaux 22 juin 2011 1 /

Plus en détail

Surveiller la qualité de l air avec les élèves

Surveiller la qualité de l air avec les élèves Surveiller la qualité de l air avec les élèves L air que nous respirons est à la fois l affaire et la responsabilité de tous. La santé publique, l environnement et les conditions de vie future sur Terre,

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes à l habitation et aux déplacements d des ménagesm Exemple d un ménage de 3 personnes habitant un logement de 100m² à Lille Métropole Mars

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

MODELISATION DE LA COMBUSTION D'UN MOTEUR A ESSENCE

MODELISATION DE LA COMBUSTION D'UN MOTEUR A ESSENCE MODELISATION DE LA COMBUSTION D'UN MOTEUR A ESSENCE Master 2 ème année MNPM Participants : Stéphane BARBE Hamida BEN ABDEL JAOUED Mohd Arieff HAMZAH Guanchen LI Encadrés par : Manuel OFIALA Makhmout DIOUARA

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

2 C est quoi la chimie?

2 C est quoi la chimie? PARTIE 1 AVANT LA CHIMIE VERTE... 2 C est quoi la chimie? L inconnu étant source d angoisse, nous allons essayer de définir les grands domaines de la chimie pour mieux la connaître, l appréhender et donc

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Simulation état 2006 Avec le soutien de la Communauté Urbaine de Strasbourg Strasbourg Communauté Urbaine ASPA

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires Transformations nucléaires Stabilité et instabilité des noyaux : Le noyau d un atome associé à un élément est représenté par le symbole A : nombre de masse = nombre de nucléons (protons + neutrons) Z :

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail