COURS 10 : Techniques radioguidées de biopsie en cancérologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COURS 10 : Techniques radioguidées de biopsie en cancérologie"

Transcription

1 UE2: Cancérologie Lundi 14 octobre h30-12h30 Paradis, Vilgrain RT: Alexandre TABET RL: Andy RAKOTOARISOLO COURS 10 : Techniques radioguidées de biopsie en cancérologie

2 Plan: Introduction I - Technique A - Techniques de prélèvements 1) 2 grands principes: cytologie et histologie 2) Exemples B - Techniques de guidages II - Biopsies et indications A - Biopsie hépatique 1) Guidage 2) Indications B - Biopsies médiastinales C - Biopsie mammaire 1) Une situation fréquente 2) Trois modes de guidage pour la biopsie mammaire 3) Deux types de biopsies 4) Classifications - l indication repose sur la classification en imagerie - types histologiques de cancer de sein (classification OMS) - grading de Scarff, Bloom et Richardson (SBR) III - Contre-indications 1) Deux types de contre-indications 2) Contre-indications spécifiques au poumon 3) Etude de l hémostase IV - Complications Conclusion : autre rôles et limites de la biopsie L objectif du cours est d étudier les modalités de prélèvements effectués sur des tumeurs.

3 Introduction La biopsie est un acte invasif auquel il faut mesurer un rapport bénéfice/risque. Elle nécessite donc le consentement (parfois même la signature) du patient (après discussion avec le médecin). I - Technique A - Techniques de prélèvements 1) 2 grands principes: cytologie et histologie prélèvement Cytologie étalements cellulaires (éléments plus ou moins cohésifs sans les éléments de soutien) Histologie tissulaire (pour voir l architecture et l aspect des cellules), on parle d un prélèvement d une carotte coloration May Grünwald Giemsa standard: HES (Hématéine Eosine Safran), Mucus chimie cytochimie immunohistochimie permet d affiner le diagnostic durée principe extraction rapide, utile pour l examen extemporané avec des aiguilles fines: - de 22 Gauge (0,7 mm) - à 25 Gauge (0,4 mm) douce: par aspiration ou avec des mouvements de va et vient plus longue à cause de la fixation (au formol) et de l inclusion en paraffine avec des aiguilles larges: - de 16 Gauge (1,4 mm) - à 19 Gauge (1 mm) en arrachement: se fait soit en manuel soit en automatique (avec un «pistolet»)

4 Cytologie Histologie images 2) Exemples > de cytologie: la ponction d aspiration à l aiguille fine - Elle se fait avec une aiguille fine de 22 G. - Le diagnostic est cytologique donc rapide. - C est un examen performant pour les lésions malignes car sa sensibilité est de 90% et sa spécificité proche de 99%. - L examen est surtout performant sur les métastases, le cholangiosarcome, et le carcinome hépatocellulaire (respectivement par ordre de performances décroissantes). - C est un examen peu invasif car les aiguilles utilisées sont très fines donc le risque de complications majeures est inférieur à 0,05%. > d histologie: la biopsie de foie adjacent (= foie normal) - Utile en cas de recherche de maladie chronique hépatique et pour aider au diagnostic de tumeur du foie, par comparaison au foie sain. En effet, le carcinome hépato-cellulaire a une forte tendance à se développer sur des maladies chroniques hépatiques. B - Techniques de guidages types de guidages par organe poumon échographie pour la plèvre scanner sein échographie (80-90%) IRM stéréotaxie prostate échographie IRM foie échographie (90% des cas) scanner abdomen échographie scanner (surtout) échoendoscopie Les méthodes en italiques ont été évoquées à l oral par la prof mais ne sont pas sur la diapo et sont moins fréquentes selon la prof.

5 La diapo évoque ensuite l existence de «salles hybrides : vasculaire et pseudo-scanner». Comme la prof est passée très vite dessus, voici ce que j ai trouvé sur le net: en chirurgie vasculaire, ce sont des salles de chirurgie qui comportent l équipement nécessaire (machines à rayons X par exemple) pour utiliser les méthodes d imagerie pendant l opération. Exemple d une échoendoscopie Lors de l échoendoscopie, on attache au bout d un fibroscope une petite sonde échographique. On peut alors effectuer plus facilement les cytologies ou microbiopsies. Dans l exemple ci-dessus, on est dans le duodénum et la tumeur se trouve dans la tête du pancréas, à proximité du tube digestif. II - Biopsies et indications A - Biopsie hépatique 1) Guidage avantages inconvénients échographie - rapide - en temps réel - nombreuses possibilités de voies pour aborder la lésion - non irradiante scanner - le guidage du trajet de ponction est de bonne qualité (on peut suivre le chemin) - irradiant - nécessite souvent l injection d un agent de contraste On nous montre ensuite une vidéo de biopsie hépatique dans le cas d un cholangiosarcome. D abord on désinfecte la zone et on anesthésie localement, puis on fait une cytologie avec une toute petite seringue, puis on fait la biopsie avec une aiguille plus grosse, et enfin on panse.

6 2) Indications Attention cette partie se contredit avec d autres cours de cancéro! On utilise la biopsie hépatique pour diagnostiquer les nodules notamment pour toute tumeur dont on n a pas réussi à obtenir le diagnostic grâce à l imagerie. En effet, pour les tumeurs hépatiques, il arrive souvent que les simples critères de sémiologie ou d imagerie suffisent à identifier la tumeur ou à diagnostiquer sa malignité, et dans ce cas on n a pas besoin de biopsier. Les indications de biopsies dépendent donc des recommandations, elles sont personnalisées. Par exemple on a un patient avec un cancer colo-rectal. On lui découvre des lésions au niveau du foie. La probabilité qu il s agisse de métastases est très élevée. Si, en plus de ça, on a une imagerie caractéristique, une élévation des marqueurs tumoraux... on n aura pas besoin de biopsie. Autre exemple: il y a deux signes au scanner qui permettent d affirmer qu il s agit d un cancer et éliminent la biopsie. Le premier est l hyperartérialisation du foie : on voit que les artères se sont bien approprié le marqueur injecté, ça se traduit par des petites zones d hyperdensité, claires. Le deuxième est le phénomène de lavage = «wash out» (come on girl) : ces mêmes zones s assombrissent lorsqu elles sont photographiées quelques instants plus tard, signe que les artères se sont «lavées» du marqueur. La biopsie permet de diagnostiquer : - des carcinomes hépato-cellulaires ou plus rarement des choloangiocarcinomes (cancers issus de maladies chroniques du foie) - des métastases issues de cancers primitifs - mais aussi le caractère bénin ou malin d un cancer B - Biopsies médiastinales Les biopsies pulmonaires et médiastinales se font souvent pour éviter une chirurgie à visée uniquement diagnostique. Elles peuvent être sur des lésions présumées infectieuses ou sur des lésions tumorales non chirurgicales (à cause du terrain ou de l extension tumorale). Elles se font sous anesthésie locale, en ambulatoire ou pendant une hospitalisation de 24h (chez un patient peu mobile ou habitant loin, pour pouvoir surveiller et gérer un éventuel pneumothorax). Elles se font avec des aiguilles coupantes automatiques ou semi-automatiques, souvent selon la technique coaxiale. Une aiguille coaxiale est, schématiquement, une aiguille dans une aiguille. On insère l ensemble des deux jusqu à la plèvre. Et quand on est près de la tumeur, on la prélève simplement avec la petite aiguille. Cette technique est très utile car elle évite les ponctions thoraciques multiples. En effet, si on veut refaire un prélèvement, ou si par exemple on veut réparer un pneumothorax débutant, on a plus qu à réinsérer la petite aiguille dans la grande (sans être obligé de recommencer toute la ponction). On choisit la voie d insertion en fonction du siège et des rapports vasculaires. Et on choisit les aiguilles selon la taille et des rapports anatomiques : G ou G pour le médiastin et G ou G pour le poumon. Les biopsies de masses médiastinales se font pour des lésions non chirurgicales inextirpables ou relevant d une chimiothérapie première/exclusive (tumeurs germinales malignes, lymphomes, CPC la prof ne sait pas ce que CPC veut dire). Deux indications urgentes de biopsie sont :

7 - le syndrome cave supérieur : on préfèrera la biopsie à la médiastinoscopie et on ponctionnera en abord juxtasternal en dedans du pédicule mammaire interne. - les masses compressives : les biopsies sont faciles du fait de la grande taille de la masse. On peut donc prélever et congeler de gros fragments. La prof a aussi passé une série d exemples de lésions amenant à des biopsies. En voici deux pas trop moches. C - Biopsie mammaire 1) Une situation fréquente En France, il y a chaque année nouveaux cas de cancers du sein. Le diagnostic pré-opératoire est recommandé. De plus, la valeur prédictive positive de la biopsie est de 25-30%. On a donc en France près de biopsies du sein par an. 2) Trois modes de guidage pour la biopsie mammaire échographie pour les lésions vues sous échographie. On passe parallèlement à la paroi du sein pour éviter le poumon. avantages: - simplicité - vérification de la qualité du ciblage en temps réel stéréotaxie (= biopsie réalisée avec mammographie) pour les lésions vues sous stéréotaxie et pas sous échographie avantages: - prélèvements abondants - vérification de la qualité du ciblage par radio des carottes de prélèvements IRM pour les rehaussements isolés sans substratum mammographique ou échographique inconvénients: - plus long (car métal interdit) - moins précis => procédure à faire quand pas d autre choix

8 échographie stéréotaxie (= biopsie réalisée avec mammographie) IRM 3) Deux types de biopsies > les microbiopsies (par Tru-cutt, 14g-16g) Pour les masses, le plus souvent. La tumeur étant grande, on peut se permettre de faire une microbiopsie avec une petite aiguille car on est sûr de «bien viser». > les macrobiopsies (par aspiration, 8g-11g) - pour les microcalcifiations (mastopathie à risque, carcinome canalaire in situ, cancer invasif avec diagnostic difficile...). Les microcalcifications étant petites, on est sûr d en «attraper» avec la grosse biopsie. - pour les indications de biopsie exérèse (ex: papillome). C est à dire qu on veut enlever toute la tumeur rien qu en effectuant la biopsie, car la tumeur est assez petite. - pour les prélèvements guidés par IRM - lorsqu on a des discordances imagerie-résultats en microbiopsie 4) Classifications - l indication repose sur la classification en imagerie ACR1 ACR2 ACR3 ACR4 ACR5 normal anomalies bénignes bénin probable suspect (risque de malignité de 33%) malin suivi habituel suivi habituel suivi rapproché biopsie biopsie puis injection pré-op de marqueur pour repérer les ganglions atteints (et éviter les chirurgies radicales)

9 - types histologiques de cancer de sein (classification OMS) adénocarcinome intracanalaire adénocarcinome intralobulaire adénocarcinome canalaire infiltrant adénocarcinome lobulaire infiltrant - grading de Scarff, Bloom et Richardson (SBR) Ce grading prend en compte plusieurs scores qu on additionne : - la formation de tubes : partout=1, parfois=2, nulle part=3 - l anisonucléose (noyaux de tailles différentes) : faible=1, modérée=2, partout intense=3 - le nombre de mitoses : <1=1, 2=2, >3=3 III - Contre-indications 1) Deux types de contre-indications > absolues - troubles majeurs de la coagulation - absence d indication. On ne peut pas faire la biopsie si on s est pas posé les questions de rapport bénéfice-risque avant. > relatives (impliquent de mesurer le rapport bénéfice/risque) - poumon: par exemple le poumon unique - foie: dilatation des voies biliaires, ascite, amylose, insuffisance rénale, dialyse... 2) Contre-indications spécifiques au poumon Ce sont des contre-indications relatives. > insuffisance respiratoire et poumon unique : il n y a pas de valeur limite du VEMS contrindiquant la biopsie mais 4 conditions sont nécessaires : - le patient doit pouvoir tenir une apnée courte. - le patient doit être hospitalisé dans une structure permettant sa surveillance étroite dans les 6 heures après le geste, pour pouvoir gérer efficacement un pneumothorax secondaire (salle de réveil, soins intensifs). - un drain thoracique pour gestion du pneumothorax doit être prêt. - le geste doit être réalisé par un radiologue expérimenté. > HTAP : lorsque la pression artérielle pulmonaire systolique est supérieure à 30mmHg, il y a un risque d hémoptysie incontrôlable. La biopsie sera donc contre-indiquée si elle emprunte un trajet parenchymateux extralésionnel. Par contre elle ne sera pas contre-indiquée si on ne passe pas par

10 le parenchyme (très vascularisé) : par exemple lorsque la tumeur se trouve dans la plèvre (moins vascularisée). > rapports vasculaires étroits avec des vaisseaux proximaux. > thymome : tumeur avec risque de dissémination élevé. 3) Etude de l hémostase Lors d une biopsie, le risque d hémorragie est non négligeable. Suivant l organe qu on a à biopsier, les problèmes liés à l hémostase sont donc soit une contreindication absolue soit sans aucune contre-indication. Par exemple dans le cas du cancer du sein, on ne tient pas compte de l hémostase. Dans le cas de l abdomen, ils le sont. On va donc devoir bien interroger le patient, lui demander d arrêter ses antiaggrégants ou anticoagulants si nécessaire. Les valeurs minimales sont: - TCA<1,5 fois la normale. Attention il y a une erreur dans la diapo le signe est inversé. - TP>= 50% (TP= temps de Quick) - plaquettes>50000 ou (risque faible si thrombopénie périphérique) Lorsque le TCA est anormal et le TP normal, on recherche un déficit en facteurs VIII, IX et XI (qui est une contre-indication absolue). IV - Complications facteurs favorisants complications générales complications spécifiques - la malignité - l aiguille de gros calibre - le nombre de passages - hémorragie - perforation - dissémination tumorale (risque d environ 1% pour le foie) - poumon : pneumothorax, hémoptysie - foie : cholépéritoine, perforation colique, angiocholite, hémobilie (sang dans la bile =>risque d obstruction) - pancréas : pancréatite aiguë. Le pancréas réagit très vite donc il faut à tout prix l éviter (risque de décès). Conclusion : autres rôles et limites de la biopsie Au delà du diagnostic : Mis à part le fait qu elle procure un diagnostic, la biopsie en cancérologie a d autre rôles : > elle sert à donner des éléments de la classification histopronostique. - la différentiation tumorale (ex : CHC I à III, et le grade SBR pour le sein) - l angiogénèse : en étudiant la densité microvasculaire (notamment avec le marqueur Ki67) - la présence d une nécrose > elle permet aussi de prédire la réponse au traitement. Par exemple la mise en évidence de certains récepteurs permet de choisir si on donne le traitement ou pas. > enfin elle permet d évaluer la réponse au traitement. Limites : > l échec technique - à cause de la balistique (voie d abord de la lésion, localisation de la lésion)

11 - ou à cause de la petite taille des tumeurs > la variabilité de l échantillonage - à cause de l hétérogénéité tumorale - ou à cause des remaniements (nécrose, fibrose...) > l absence de prélèvement référent (par exemple absence de foie non tumoral) > les résultats négatifs, auxquels il faut faire très attention car la valeur prédictive positive de la biopsie n est pas de 100%. KHALASSSSS!!! («fini» en libanais) Je dédicace cette ronéo à tous les êtres vivants gentils de la planète (sauf les poneys parce que c est nul). Big up à tous les corbeaux (oui, oui j aime les corbeaux, c est très intelligent). Merci à tous ceux qui ont été gentils l année passée : ma famille, Tina, Andy, Shirley, Juliette, Flavio, Laurène, Fanny, MJ, Eloise, Florian, Thomas, Violette, Carine, Soraya, Laetitia, Hoang, Julie, Céline, Hélène, Marc, Oscar, Koala, Sylvia, Malek, Evelyn (sans E), Quentin, Olivia, Mona, Matthieu, Aurélie, Manon, Joanna, Eléonore(s), Louise, C2C, Maxime, Sousou, toutes les Sarah (comme ça j en oublie aucune), Sandrine, Nicole, Laura, mes co-stagiaires, Laurianne, Ilhem... Un gros merde à mes 4 fillotes: Lauren, Marie, Lena et Patricia et à tous ceux qui doublent leur P1 (Carine, Léa, Anais, Lydia, Kim...). Bravo à tous ceux qui ont réussi leur P1: Violette, Mohammed, Paul, Cherifa, Kamélia, Laura, Diane, Olivia, Sofia, Flora, Agathe, Victor, Sabrine, Julie, Sarah (elle se reconnaîtra). Bravo aussi à Evelyn qui va masser plein de BG. Et bravo aux pharmas: Laurent, Gauthier, Soraya. Un énorme merci à tous les parrains qui ont accepté de sauver des P1 with special thanks to Krystel, Leo, Helene, Laure, Thomas, Rémi, William, Maxime, Alice. Grâce à vous, on a 367 fillots qui ont pu être parrainés et on a atteint les 100% d attributions! Un gros merde à ceux que je connais qui sont en prépa et bravo à ceux qui en sont sortis winners. Big up à l équipe du tuto qui va tout déchirer! (et mon dieu c est quoi cette promo d assistés...). Merci à Marseille de m avoir accueilli deux fois le printemps dernier. Merci au Liban d être si beau. Merci à celui ou celle qui m a remonté la gynéco ET la nutrition l année passée. Je te dois mes vacances. Merci aussi à Mme Maati pour sa patience. Merci à ma marraine Emilie qui ne m a toujours pas lâché, et merci aux autres externes qui m ont soutenu : Jérôme, Laura, Benjamin(s), Patrick, Yaëlle, Ava, Tiphaine. Merci à mes deux supers CCA de l année dernière pour leur implication. Je m adresse aussi au Soleil : contre la drogue tout le monde peut agir. Et des humains sont là si tu veux en parler. Mais par pitié ne nous fait plus ta crise comme l année passée. Je m adresse maintenant à la neige: FUCK YOU. A tous ceux que j ai oublié : si vous étiez méchants : In your face; si vous étiez gentils : désolé. : ( BOUH BICHAT! Et je terminerai par un

12 JEU: Entoure les numéros des phrases vraies. Remplace ces numéros par leurs lettres correspondantes: 1:A, 2:B, 3:C... Met les lettres dans l ordre (pas de doubles) et découvre le mot caché! - 1) L histologie est un examen rapide. - 2) La cytologie permet d analyser les éléments de soutien des cellules. - 3) Les aiguilles employées en cytologie font de 22 à 25 G tandis que celles employées en histologie font de 16 à 19 G. - 4) 1 G = 19 mm - 5) La ponction à l aiguille fine est surtout performante pour les lésions bénignes. - 6) La majorité des guidages peut se faire sous échographie. - 7) Le guidage pour l abdomen se fait surtout sous échographie. - 8) On a un grand nombre de voies d abord qui peuvent être empruntées avec l échographie lors du guidage de la biopsie de foie. - 9) La biopsie hépatique permet de déterminer le caractère malin mais pas le caractère bénin d un cancer. - 10) Les indications de biopsie hépatique sont indépendantes du patient. - 11) La biopsie médiastinale se fait sous anesthésie générale. - 12) La chirurgie thoracique se fait pour éviter une biopsie à visée uniquement diagnostique. - 13) Les biopsies de masses médiastinales se font sur des lésions non chirurgicales inextirpables ou sur certaines lésions non chirurgicales liées à une chimiothérapie première ou exclusive. - 14) Les deux indications urgentes de biopsies médiastinales sont les masses compressives et l insuffisance cardiaque. - 15) Chaque année en France, sont faites environ biopsies du sein. - 16) Les trois modes de guidages pour le sein sont l échographie, l IRM et la stéréotaxie; et c est l échographie qui est l examen le plus utilisé. - 17) Pour les masses on effectue des macrobiopsies car les masses sont de grandes tailles. - 18) Une lésion ACR4 est suspecte et a un risque de malignité d environ une chance sur 3; elle implique donc une biopsie. - 19) Les types histologiques du cancer du sein selon l OMS sont les adénocarcinomes intracanalaire, intralobulaire, lobulaire infiltrant et canalaire infiltrant. - 20) Le grading de Scarff, Bloom et Richardson donne un score final compris entre 3 et ) L absence d indication est une contre-indication absolue. - 22) Les contre-indications spécifiques au poumon sont l insuffisance respiratoire, le poumon unique, l HTAP, des rapports vasculaires larges avec les vaisseaux proximaux, et le thymome. - 23) La valeur minimale du TCA doit être supérieure à 1,5 fois la normale. - 24) La taille de la tumeur est un facteur favorisant les complications lors de la biopsie. - 25) Les complications spécifiques liées au foie comprennent le cholépéritoine, la perforation colique, l angiocholite et l hémoptysie. - 26) Les résultats négatifs ne constituent pas une des limites de la biopsie.

13 FICHE - UE2 n 9 : Techniques radioguidées de biopsie en cancérologie 2 grands principes : Cytologie Histologie prélèvement étalements cellulaires carotte tissulaire coloration MGG standard: HES, Mucus chimie cytochimie immunohistochimie durée rapide (examen extemporané) plus longue (fixation) principe aiguilles fines (22-25G<=>0,7-0,4mm) aiguilles larges (16-19G<=>1,4-1mm) extraction douce: aspiration ou va et vient arrachement: manuel ou automatique exemples ponction fine pour lésions malignes biopsie de foie adjacent guidages principaux pour chaque organe : - échographie: sein (80-90%), prostate, foie (90%) - scanner : poumon, abdomen - et parfois: IRM pour le sein, échoendoscopie ou échographie pour l abdomen. techniques et indications des biopsies : biopsie techniques indications hépatique thoracique ou du médiastin mammaire biopsies/an - échographie : rapide, non irradiant, multiples voies, en temps réel. - scanner : + long (injection contraste), irradiant - biopsie pulmonaire ou médiastinale avec aiguilles coupantes (semi)- automatiques. - technique coaxiale (ponction pleurale++). - on choisit : la voie (fct de siège et rapports vasculaires) et l aiguille (fct de taille et rapports anatomiques). - anesthésie locale - sous échographie (à faire qd possible), stéréotaxie (mcalcifications), ou IRM - microbiopsie (masses) ou macrobiopsie (mcalcifications, exérèse, IRM, discordances) - non systématique : personnalisée, dépend de l imagerie et de la sémiologie - maladie chronique foie => CHC, métastases, bénin/malin. - éviter la chirurgie à visée seulement diagnostique - lésions présumées infectieuses et lésions tumorales non chirurgicales (terrain, extension) - masses médiastinales : lésions non chirurgicales inextirpables ou relevant d une chimio (1ère ou exclusive). - urgences: sd VCS, masses compressives - dépend de la classification en imagerie: => biopsie si ACR4(suspect) ou 5(malin) - permet de donner classification histologique selon OMS (canalaire, lobulaire, infiltrant?) et le grading de SBR (tubes, anisocléose, mitoses).

14 contre-indications des biopsies absolues problèmes d hémostase : organe dépendant. Vérifier (pour abdomen) : - TCA<1,5xN - TP=TQ>=50% - plaquettes> pas d antiaggrégants ou d anticoagulants relatives (évaluer bénéfice-risque) poumon : - Insuffisance respiratoire / poumon unique: 4 conditions nécessaires à la biopsie: apnée courte, drain thoracique prêt, structure hospitalière adaptée, radiologue expérimenté. - HTAP (contre-indication suivant la voie empruntée, car risque d hémoptysie) - rapports vasculaires étroits avec vaisseaux proximaux - thymome (dissémination) absence d indication foie : dilatation voies biliaires, ascite, amylose, IR, dialyse... complications facteurs favorisants complications générales complications spécifiques - malignité - aiguille de gros calibre - nombre de passages - hémorragie - perforation - dissémination tumorale (foie 1%) - poumon : pneumothorax, hémoptysie - foie : cholépéritoine, perforation colique, angiocholite, hémobilie - pancréas : pancréatite aiguë ++ au délà du diagnostic : autres rôles de la biopsie - classification histopronostique : différenciation tumorale, angiogénèse, nécrose - prédiction de la réponse au traitement - évaluation de la réponse au traitement limites de la biopsie - échec technique : mauvaise balistique (voie, localisation) ou petite taille des tumeurs - variabilité d échantillonage : hétérogénéité tumorale et remaniements (nécrose, fibrose...) - absence de prélèvement référent - mauvaise interprétation des résultats négatifs

Techniques radioguidées de biopsie en cancérologie. Maxime Ronot Valérie Paradis Hôpital Beaujon

Techniques radioguidées de biopsie en cancérologie. Maxime Ronot Valérie Paradis Hôpital Beaujon Techniques radioguidées de biopsie en cancérologie Maxime Ronot Valérie Paradis Hôpital Beaujon 4 novembre 2016 Point de départ Qu est-ce qu une biopsie? Point de départ Pourquoi faire des biopsies? Réalisation

Plus en détail

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Françaises de Radiologie Paris, 10-15 Octobre 2005 L objectif

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Formes histologiques des cancers du sein

Formes histologiques des cancers du sein Formes histologiques des cancers du sein DESC Régional Rennes 24/01/2013 Giretti Giovanni Tours Plan Introduction Histologie du tissu mammaire Carcinome in situ (intra-canalaire et intra-lobulaire) Carcinomes

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

La biopsie du sein. Mme Vetsmany Breast Care Mme Elguidaoui - BARD

La biopsie du sein. Mme Vetsmany Breast Care Mme Elguidaoui - BARD La biopsie du sein Mme Vetsmany Breast Care Mme Elguidaoui - BARD Le Sein Muscle pectoral Ganglion axillaire Mamelon Ligaments Tissue glandulaire Les indications de la biopsie Les lésions visibles sous

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne Microcalcifications mammaires :comment s en sortir? J El Azizi El Alaoui, R Latib, B Benayada, L Jroundi, I Chami, N Boujida Service d Imagerie Médicale Institue d Oncologie Rabat Maroc Introduction L

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Echographie interventionnelle D.I.U.E

Echographie interventionnelle D.I.U.E Echographie interventionnelle D.I.U.E 3 applications. Diagnostique Thérapeutique Per-opératoire Ponction écho guidée. Geste de base (diagnostique et thérapeutique) Exemple de réalisation pratique (pathologie

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Dr Biopsie Corinne du Balleyguier sein guidée par IRM : Technique Service de Radiologie Institut Gustave Roussy,

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations.

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Chapitre 1 Bilans Généralités Examen clinique L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Le compte-rendu doit comporter : - âge de la patiente, le statut ménopausique

Plus en détail

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur LE MEDIASTIN: DU PLUS SIMPLE AU PLUS COMPLIQUE D.Ducreux, A Ocelli, S Stolear, E Giordana, L Mondot, B Padovani CHU Nice, Hôpital Pasteur Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments 1: Médiastin

Plus en détail

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein STRATÉGIE DIAGNOSTIQUE FACE À UNE ANOMALIE CLINIQUE OU INFRACLINIQUE DU SEIN I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein 1. Anomalie à la palpation (ou à l inspection : capiton, rétraction

Plus en détail

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Le rôle du pathologiste en cancérologie PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Qu est ce que la Pathologie? patients tissus cellules diagnostic formation recherche Un bon diagnostic permet : d expliquer

Plus en détail

Les lésions infra-cliniques du sein:

Les lésions infra-cliniques du sein: Les lésions infra-cliniques du sein: Expérience de l hôpital Saint-Louis entre 2001 et 2007 : Analyse prospective de 2708 lésions mammaires infra-cliniques Anne-sophie Hamy, Cédric de Bazelaire, Anne de

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

Biopsies mammaires : Comment optimiser votre taux de réussite? Ou «Trucs et astuces en biopsie mammaire»

Biopsies mammaires : Comment optimiser votre taux de réussite? Ou «Trucs et astuces en biopsie mammaire» Biopsies mammaires : Comment optimiser votre taux de réussite? Ou «Trucs et astuces en biopsie mammaire» A Jalaguier-Coudray, S Lasalle, A Tardivon, N Perrot, J Chopier, I Thomassin-Naggara Institut Curie,

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites. Formulaire d information Biopsie osseuse Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé une intervention radiologique. Elle sera pratiquée avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice*

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* De la mammographie de dépistage au prélèvement Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent. Une femme sur 9

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

F JABNOUN, H BERMENT, R KHAYAT, M MOHALLEM, Y BARUKH, P CHEREL Institut Curie Hôpital René Huguenin, Saint Cloud JFR 2010

F JABNOUN, H BERMENT, R KHAYAT, M MOHALLEM, Y BARUKH, P CHEREL Institut Curie Hôpital René Huguenin, Saint Cloud JFR 2010 F JABNOUN, H BERMENT, R KHAYAT, M MOHALLEM, Y BARUKH, P CHEREL Institut Curie Hôpital René Huguenin, Saint Cloud JFR 2010 Une anomalie ACR5 n est pas synonyme de malignité (VPP>95%) Quelle CAT après un

Plus en détail

Abords percutanés thoraciques. F.JAUSSET Radiologie Brabois

Abords percutanés thoraciques. F.JAUSSET Radiologie Brabois Abords percutanés thoraciques F.JAUSSET Radiologie Brabois Introduction - Indications extrêmement fréquentes en oncologie - Simplicité et rapidité - Peu de complication grave - Guidage sous scanner+++

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Prise en charge des nodules thyroïdiens Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Recommandations Américaines 2009, Européennes 2010, Françaises 2011 Généralités sur les nodules thyroïdiens Nodules cliniques

Plus en détail

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Prise en charge médicale des cancers du hile Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Sténoses biliaires Multiples causes mais dominées par les sténoses malignes Le niveau de sténose est toujours un élément

Plus en détail

Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde

Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde Dr Monique RIVES-ANZIEU Dr Bernard ANZIEU Dr Carole MUSSO-RIGAL OCCITANIE PATHOLOGIE Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde I - Introduction Intérêts : - geste simple,

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers DU oncogériatrie 1er février 2010 Dr Delphine Loussouarn, Anatomie Pathologique, CHU Nantes Le rôle du pathologiste en cancérologie est de donner

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T.

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. CASSAN, J-P TASU PLAN GENERALITES ANATOMIE DU PANCREAS CHIRURGIE PLACE DE

Plus en détail

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 Objectifs du diagnostic Que faire devant des signes cliniques évocateurs? Faire le diagnostic le rapidement possible

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Nodule Thyroïdien en ville Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Introduction Définition: hypertrophie localisée s'individualisant au sein de la glande thyroïde 95% des

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES Chirurgie. Chimiothérapie. Techniques de destruction

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g

Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g B. de Korvin*, C Bouriel*, P. Tas **, M. Clouet*,R. Gastinne*, C. Marchetti*,H. Mesbah***, JF Laurent***

Plus en détail

Comptes rendus d anatomopathologie : données minimales à renseigner pour une tumeur primitive

Comptes rendus d anatomopathologie : données minimales à renseigner pour une tumeur primitive traitements, soins et innovation Comptes rendus d anatomopathologie : données minimales à renseigner pour une tumeur primitive Dispositif d autorisation des établissements de santé pour la pratique de

Plus en détail

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Cellule adipeuse Source de cellules souches Source de facteurs de croissance Possibilité

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Patiente âgée de 46 ans Antécédents familiaux: Mère décédée d un cancer du sein à l âge de 41 ans (2 ans post-diagnostic) Grand-mère: cancer du sein à 45 ans,

Plus en détail

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib@cimen.fr Conflit d intérêt : aucun Quand demander

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE

Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE Cas 1 Béatrice, femme de 47 ans, consulte suite à la palpation d une

Plus en détail

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif M Boisserie-Lacroix, G Hurtevent-Labrot, M Asad-Syed, S Ferron Institut Bergonié Bordeaux Assez abondante littérature en biologie moléculaire

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail