PREVENTION ET INDEMNISATION DES ENTREPRISES EN CAS DE DOMMAGES DE TRAVAUX PUBLICS. - Propositions de la CCIP -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PREVENTION ET INDEMNISATION DES ENTREPRISES EN CAS DE DOMMAGES DE TRAVAUX PUBLICS. - Propositions de la CCIP -"

Transcription

1 PREVENTION ET INDEMNISATION DES ENTREPRISES EN CAS DE DOMMAGES DE TRAVAUX PUBLICS - Propositions de la CCIP - Rapport présenté par Monsieur Alain CAILLOU au nom de la Commission du commerce intérieur, après avis de la Commission fiscale et adopté à l Assemblée générale du 19 février 2004

2 - SYNTHESE DES PROPOSITIONS - La réalisation de travaux sur la voie publique, même exécutés avec le maximum de précautions, engendre des difficultés d exploitation pour les entreprises, se traduisant, le plus souvent, par des pertes de chiffre d affaires. Ainsi, dans la circonscription de la Chambre de commerce et d industrie de Paris, les grands projets territoriaux se multiplient. Pour faire face aux conséquences qui en résultent pour ses ressortissants, notre Compagnie, à l aune de premières expériences concrètes, souhaite formuler des propositions, tant en termes de prévention que d indemnisation des dommages. Il ne s agit pas de poser un carcan d actions rigides, mais plutôt de suggérer des outils d accompagnement et de réparation adaptables aux situations locales. Bien évidemment, dès l élaboration des projets, une implication des entreprises et de leurs représentants dans les procédures de concertation préalable et d enquête publique reste indispensable, pour inciter les collectivités locales à adopter des mesures préventives le plus en amont possible. 1) Sur l information et la prévention - Mettre en place, en amont des travaux, un dispositif d observation, notamment : constituer une cellule d observation entre les acteurs concernés (collectivités locales, maîtres d ouvrage, organismes consulaires ) dans le périmètre impacté, dès la connaissance de la décision de principe d engager l opération ; établir, avec l aide des associations de commerçants, des panels d entreprises pour analyser l évolution de leur activité, de leur clientèle et de leur chiffre d affaires ; 2

3 - Instaurer dans les CCI des modes d accompagnement des entreprises, en particulier des commerces de proximité et des TPE, consistant par exemple en des fiches d information ou des conseils personnalisés visant à : suivre et faire valider régulièrement les comptes ; ce qui permettra ensuite d attester de baisses éventuelles de chiffre d affaires. Si l accompagnement remonte à au moins un an avant le commencement des travaux, les comparaisons s effectuent de manière pertinente sur des périodes équivalentes ; procéder pendant les travaux à des constats d huissier réguliers et collecter des lettres de clients manifestant leur difficulté d accès ; assister les entreprises, qui le souhaitent, pour solliciter des organismes comme l URSSAF, l administration fiscale dont les trésoriers-payeurs-généraux, des moratoires de paiement de cotisations : les CCI peuvent user de leurs bonnes relations avec les administrations publiques pour que celles-ci désignent en leur sein un référent comme interlocuteur unique des entreprises touchées par les travaux ; - Introduire dans la loi fiscale des mesures favorables aux entreprises subissant des travaux publics : transposer à celles relevant de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux le système prévu par le décret du 21 janvier 2004 en faveur des salariés : étalement du paiement de l impôt jusqu au 31 mars de l année suivante, en cas de chute de revenu supérieure à 30 % ; réviser à la baisse la valeur locative servant de base aux impôts locaux. 2) Sur la création de Commissions de règlement amiable - Instituer, selon les besoins locaux, des Commissions de règlement amiable susceptibles d indemniser les entreprises, en concertation avec les collectivités locales mais également avec les principaux maîtres d ouvrage ou maîtres d œuvre (SNCF, RAPT, EDF ) de notre circonscription. Bien entendu, la CCIP 3

4 participerait activement à cette démarche aux côtés de représentants de l administration, de la Chambre de métiers et de magistrats de l ordre administratif ; - Prévoir une composition adaptée à chaque situation, mais selon quelques principes directeurs : les représentants de la collectivité publique initiatrice des travaux (communes, départements, régions, intercommunalités) ; dans le cas d un contrat de plan Etat-région, un représentant de la région, un représentant de la préfecture de région et le délégué régional au commerce et à l artisanat ; les maîtres d ouvrage s ils sont différents des collectivités initiatrices (RATP, SNCF ) ; des représentants des administrations fiscale (dont le trésorier-payeurgénéral) et sociale ; les organismes consulaires (CCI et chambre de métiers géographiquement compétentes). La Commission devra être présidée par un magistrat du tribunal administratif, dès lors que les principes d indemnisation font une application de la jurisprudence en matière de dommages de travaux publics. 3) Sur le processus d indemnisation - Instaurer une procédure contradictoire, avec un examen de la demande par tous les membres et ensuite la détermination de l indemnisation ; la Commission doit pouvoir solliciter toute expertise utile et l entreprise une contre-expertise ; - Prescrire, pour les situations d urgence (par exemple : dépôts de bilan, licenciements ), le traitement du dossier dans les quinze jours et permettre une avance pécuniaire. En tout état de cause, ce délai de traitement ne doit pas excéder deux mois ; 4

5 - Laisser le choix à l entreprise de recourir soit à la Commission, soit au juge, sachant que la saisine de cette Commission n est pas un préalable obligatoire à une action judiciaire. Toutefois, dès lors que l entreprise accepte la décision, elle signe un protocole d accord valant transaction et renonciation à tout recours contentieux. Elle peut, toutefois, contester cette décision en engageant devant le tribunal administratif une procédure de plein contentieux ; - Inciter à la création de Commissions assorties d un fonds d indemnisation permettant à la collectivité locale et au maître d ouvrage la provision d une avance sur réparation ; l avantage est, suite à la décision d indemnisation actée dans le protocole d accord, de réduire les délais de mandatement et de rendre les sommes immédiatement disponibles. 5

6 - SOMMAIRE - PAGES I RAPPEL DU DROIT POSITIF ET OBSERVATIONS 9 A/ Responsabilité sans faute pour dommage anormal et spécial 10 1) Responsabilité sans faute de l administration 10 2) Dommage anormal et spécial subi par l entreprise 10 a) Spécialité 10 b) Anormalité 11 B/ Mise en oeuvre de la responsabilité de la puissance publique 13 1) Procédure ordinaire : le recours contentieux 13 a) Modalités de l action 13 b) Absence de délai particulier 14 2) Procédure d urgence : le référé-provision 14 a) Conditions de recevabilité 14 b) Conditions d octroi de la provision 15 c) Eléments de procédure 16 C/ Réparation du préjudice 16 1) Principe 16 2) Évaluation de l'indemnité 17 D/ Observations 17 1) Sur la procédure de droit commun 17 2) Sur la procédure de référé-provision 18 II PROPOSITIONS DE LA CCIP 19 A/ Information et prévention 20 1) Mise en place d un dispositif d observation 20 2) Accompagnement des entreprises 20 3) Echéancier fiscal en matière d impôt sur le revenu 21 B/ Création de commissions de règlement amiable d indemnisation des dommages de travaux publics 22 1) Intérêt 22 2) Composition 23 3) Indemnisation 24 C/ Création de commissions de règlement amiable avec fonds d indemnisation : la solution idéale 25 ANNEXE I : INITIATIVES LOCALES EN MATIERE DE REGLEMENT AMIABLE 26 ANNEXE II : RESUME DE L ACTION TRAMWAY DE LA DELEGATION DE SEINE-SAINT-DENIS DE LA CCIP 33 ANNEXE III : RESUME DE L ACTION TRAMWAY DE LA DELEGATION DE PARIS DE LA CCIP 35 6

7 La réalisation de travaux sur la voie publique, même exécutés avec le maximum de précautions, engendre des gênes pour l'accès et, donc, pour l'exploitation des entreprises riveraines. Dans certains cas, l ampleur et la durée de certains chantiers d aménagement urbain donnent lieu à des difficultés telles qu'elles peuvent se traduire par la perte de revenus commerciaux conduisant parfois l entreprise à cesser son activité. Dans la circonscription de la Chambre de commerce et d industrie de Paris, on assiste à une multiplication de grands projets territoriaux qui -s ils témoignent le plus souvent d un réel dynamisme économique- ne sont pas sans avoir des répercussions sur les activités économiques localisées à proximité. Ainsi peut-on citer en exemple les différents projets de transport en commun en site propre (TCSP) envisagés ou en cours de réalisation en Ile-de-France (futur tramway sur les maréchaux en rocade sud de Paris ), dont les travaux s étalent sur plusieurs années. Pour faire face aux conséquences qui résultent de ces situations pour les entreprises et auxquelles sont quotidiennement confrontées ses délégations départementales, notre Compagnie souhaite formuler des propositions. Au préalable, il faut insister sur la nécessité de tirer au mieux profit des procédures de concertation préalable et d enquête publique, qui précèdent l autorisation administrative des projets, et dans lesquelles les entreprises et leurs représentants doivent absolument intervenir pour inciter la collectivité publique et le maître d ouvrage à adopter des mesures préventives limitant les impacts négatifs des opérations 1. 1 Voir en ce sens les propositions de la CCIP contenues dans le rapport de M. Barilleau du 4 décembre 2003, «Pour une meilleure intégration de l activité économique dans la ville», téléchargeable sur 7

8 Le présent rapport, après avoir décrit la procédure permettant d'engager la responsabilité de la puissance publique pour dommages permanents de travaux publics 2, tente de dégager des solutions qui s articuleront autour de dispositifs, d abord de prévention en amont de l engagement des chantiers, puis de réparation, les plus susceptibles de répondre aux besoins immédiats et nécessaires du professionnel qui désire poursuivre son activité. Il ne s agit pas ici de poser un carcan d actions rigides se substituant aux initiatives existantes, mais plutôt de suggérer des outils d accompagnement et d indemnisation adaptables aux situations locales. 2 Les travaux sur la voie publique sont des travaux publics définis par la jurisprudence administrative comme des travaux immobiliers exécutés pour le compte d'une personne publique dans un but d'utilité générale (CE 10/06/21, commune de Monségur, rec. 573) ou exécutés par une personne publique au profit d'une personne privée dans le cadre d'une mission de service public (TC 28/03/55, Effimieff, rec. 616). 8

9 I RAPPEL DU DROIT POSITIF ET OBSERVATIONS 9

10 Les entreprises peuvent être directement victimes de dommages résultant de la réalisation de travaux effectués sur la voie publique en subissant des pertes partielles ou totales de leurs revenus commerciaux. La responsabilité de la puissance publique peut alors être engagée devant le juge administratif pour dommage anormal et spécial. Une procédure d urgence peut, au préalable, permettre l allocation d une provision sur l indemnisation. A/ RESPONSABILITE SANS FAUTE POUR DOMMAGE ANORMAL ET SPECIAL 1) Responsabilité sans faute de l administration La victime n a pas à prouver la faute de l administration pour obtenir la réparation du dommage. Celle-ci doit simplement réparer la rupture de l égalité des citoyens devant les charges publiques (sans pouvoir invoquer une quelconque cause exonératoire de responsabilité, telle que la faute de la victime ou la force majeure). 2) Dommage anormal et spécial subi par l entreprise Le dommage doit avoir un caractère direct, certain et être évaluable en argent. La responsabilité de l administration n est cependant reconnue que si le préjudice causé à l entreprise est anormal et spécial. a) Spécialité Le dommage est spécial lorsqu il concerne une personne ou une catégorie d individus bien identifiée : par exemple, le (ou les) commerçant(s) riverain(s) de la voie publique, qui invoque(nt) un préjudice dû à des travaux sur cette voie ; le juge examine chaque cas particulier et ne statue pas collectivement. 10

11 b) Anormalité Le dommage est anormal lorsqu il présente un caractère de gravité. Là encore, le critère de l anormalité est vérifié par le juge au cas par cas. Par conséquent, sauf gravité particulière résultant à la fois de la nature du trouble et de l importance du préjudice allégué, les entreprises riveraines des voies publiques doivent supporter les inconvénients d opérations effectuées dans l intérêt général et dont elles sont censées profiter ultérieurement. Nature du trouble Gênes causées à l'exploitation Les difficultés d accès sont les dommages les plus fréquemment invoqués. A défaut d être évitée, l entrave doit être au moins compensée par l administration moyennant des dommages-intérêts, sachant que le juge exige que les travaux incriminés aient rendu l accès particulièrement malaisé pendant une assez longue période, ce qui exclut, le plus souvent les travaux effectués par tranches brèves : par exemple, un magasin de sport dont l accès a été rendu difficile pendant plusieurs mois du fait de la construction du métro de Lyon 3 ou un cordonnier victime de travaux de voirie ayant duré deux ans 4. Sont, a fortiori, anormaux les préjudices entraînés par une privation totale d'accès. Tel est le cas d'un garagiste ayant dû cesser définitivement son exploitation parce que la rue était devenue piétonne 5 ou de magasins 6 ou encore de restaurants 7 dans lesquels les clients ne pouvaient plus pénétrer CE 07/07/82, S.A.R.L S Mod, req. n CE 06/03/70, Ville de Paris, rec CE 22/06/83, Communauté urbaine de Bordeaux, rec CE 27/11/74, M. Amouzegh, rec CE 09/02/66, Département du Rhône, inédit. 11

12 En revanche, la gêne partielle entraînée par un accès au magasin, rendu plus difficile mais sauvegardé grâce à des planches permettant de franchir la tranchée 8 ou un passage piétonnier aménagé pendant les travaux 9, ne donne pas lieu à indemnisation. Troubles de jouissance L'atteinte à l'environnement peut être également retenue, lorsque la fréquentation de l'établissement dépend de la qualité du site, de sa tranquillité, de la vue... Ainsi, en a- t-il été jugé des bruits de la circulation 10 ou d'un chantier 11 qui causaient un dommage anormal à un hôtelier, ou encore d'un restaurateur qui se plaignait d'une privation de vue 12, à condition toutefois qu'elle soit réelle et durable 13. Cas particulier : modification de la circulation générale Les travaux qui ont pour objet d'apporter une modification à la circulation générale, soit par un changement dans l'assiette ou dans la direction des voies publiques, soit par la création de voies nouvelles, n'entraînent jamais d'indemnisation de l entreprise, quel que soit le trouble occasionné 14. L'exploitant d'un hôtel-caférestaurant et d'une station-service ne peut prétendre à réparation en alléguant qu'une déviation de la circulation pendant plusieurs mois lui a fait perdre la quasi totalité de sa clientèle CE 21/02/68, de Girardi, CJEG 1969 p CE 08/01/82, Sté Pizzeria Baltard, req. n CE 09/02/66, Département du Rhône, inédit. 11 CE 05/12/73, Vidal et Jenkins, rec CE 31/01/68, SEM pour l'aménagement et l'équipement de la Bretagne, rec CE 05/12/84, Sté Self Service Latin Cluny, CJEG 1985 p CE 02/06/72, société Les Vedettes Blanches, rec CE 17/02/67, Ministre des T.P et transports c/vidal, rec

13 Importance du préjudice Pour justifier une indemnisation, le dommage anormal doit avoir entraîné un préjudice commercial, c est-à-dire une baisse sensible du chiffre d affaires ou une diminution significative d activité que le demandeur doit prouver. Il en est ainsi lorsque les difficultés d accès à des exploitations commerciales sont telles qu elles ont conduit à une perte de clientèle 16, le Conseil d Etat vérifiant toujours si celle-ci a été effective 17. B/ MISE EN OEUVRE DE LA RESPONSABILITE DE LA PUISSANCE PUBLIQUE 1) Procédure ordinaire : le recours contentieux a) Modalités de l action Le contentieux des dommages de travaux publics relève de la compétence du juge administratif 18 et, en première instance, du tribunal administratif dans le ressort duquel se trouve le lieu où le fait générateur s'est produit 19. La victime peut intenter directement son action sans attendre la réponse -expresse ou implicite- de l administration à sa demande officielle de réparation. Cette dispense facilite son exercice, soit contre l entrepreneur, soit contre le maître d ouvrage, ou encore contre l un et l autre pris solidairement 20. En pratique, la victime s adressera de préférence à la collectivité publique, par nature plus solvable. 16 CE 26 mai 1965, Ministre des T.P c/époux Tebaldini, rec CE 7 juillet 1982, S.A.R.L S Mod, req. n Article 4 de la loi du 28 pluviôse an VIII. 19 Article R , 2 du code de justice administrative. 20 CE 4 mars 1955, Ville d Orléans, rec. 140 ; CE 6 janvier 1971, Société Cracco, rec

14 Par ailleurs, lorsque le dommage résulte de travaux ou d ouvrages exécutés ou utilisés par un concessionnaire de travaux ou de service publics, seule la responsabilité de celui-ci peut être mise en cause par les victimes, sauf s il est insolvable 21 ou si le cahier des charges de la concession prévoit que la garantie de la collectivité concédante doit être recherchée 22. b) Absence de délai particulier En raison de l'absence d'obligation de décision administrative préalable, le recours est recevable sans limitation de délai 23, sauf application des règles de la prescription quadriennale en matière de créances détenues à l'égard des personnes publiques 24 ; soit un délai de quatre ans à compter de la survenance des faits. 2) Procédure d urgence : le référé-provision Cette procédure devant le juge administratif permet aux victimes de dommages de travaux publics en litige avec la personne publique ou le maître de l'ouvrage, d'obtenir une avance sur l'indemnisation future due à l'issue de la procédure en justice. a) Conditions de recevabilité La victime peut saisir le juge administratif, sans décision préalable. Son recours est donc recevable sans délai, dans les mêmes conditions que dans le cadre de la procédure ordinaire, sauf règle de la prescription quadriennale. La requête doit être adressée au Président du tribunal administratif ou au Président de la cour administrative d'appel dans le ressort duquel, soit l'autorité administrative a pris la décision litigieuse, soit s'est produit le fait générateur du dommage. 21 CE 30 octobre 1987, Département d Ile-et-Vilaine c/mme Lorent, Droit. Adm 1987 n CE 20 novembre 1992, Commune de Saint-Victoret, CJEG 1993 p Article R du code de justice administrative. 24 Loi n du 31/12/68 relative à la prescription des créances sur l'etat, les départements, les communes et les établissements publics. 14

15 b) Conditions d octroi de la provision «Le juge des référés peut, même en l absence d une demande au fond, accorder une provision au créancier qui l a saisi lorsque l existence de l obligation n est pas sérieusement contestable. Il peut, même d office, subordonner le versement de la provision à la constitution d une garantie» 25. L'existence de l'obligation qui pèse sur l'administration ne doit pas être sérieusement contestable. C'est le cas chaque fois que la responsabilité de l'administration est engagée dans les domaines où la preuve d'une faute n'a pas à être démontrée par le requérant, notamment, en présence de dommages anormaux et spéciaux de travaux publics. La requête est motivée et doit comporter des conclusions indemnitaires, c'est-àdire qu'elle doit expressément contenir une demande d'allocation de somme d'argent chiffrée 26. Bien que l'article R du Code de justice administrative, n'énonce pas expressément cette condition, elle est implicite dès lors que le juge peut «même d'office subordonner le versement de la provision à la constitution d'une garantie». C'est en toute logique que le Conseil d'etat a refusé de considérer comme recevable une requête en référé-provision présentée parallèlement à un recours pour excès de pouvoir dont les conclusions ne peuvent, par essence, être chiffrées 27. Le juge qui accorde une provision peut subordonner son paiement, à la demande du défendeur ou d'office, à la constitution d'une garantie (caution, consignation, hypothèque...), afin de préserver les deniers publics. Cette démarche ne semble, cependant, jouer que dans les affaires où les sommes d'argent en jeu sont relativement importantes. Dans un cas d'espèce relatif à des dommages de travaux publics, le juge a subordonné le versement d'une provision de F 25 Article R du code de justice administrative. 26 TA Lyon ord. 20/04/90, Syndicat des copropriétaires le vallon, req. n CE ord. 26/10/88, Bidalou, rec

16 allouée par la R.A.T.P à un syndicat de copropriétaire 28 à la constitution par le demandeur d'une garantie à hauteur de 50 %. c) Eléments de procédure Notification de la requête présentée au juge des référés est immédiatement faite au défendeur éventuel, avec fixation d un délai de réponse. Si le créancier n a pas introduit de demande au fond dans les conditions de droit commun, la personne condamnée au paiement de la provision peut saisir le juge du fond d une requête tendant à la fixation définitive du montant de sa dette, dans un délai de deux mois à partir de la notification de la décision. Le sursis à l exécution d une ordonnance du juge des référés accordant une provision peut être prononcé par le juge d appel ou par le juge de cassation si l exécution de cette ordonnance risque d entraîner des conséquences difficilement réparables et si les moyens énoncés à son encontre paraissent, en l état de l instruction, sérieux et de nature à justifier son annulation et le rejet de la demande. L ordonnance est susceptible d appel puis de cassation. C/ REPARATION DU PREJUDICE 1) Principe La réparation est limitée à la partie du préjudice anormal, c'est-à-dire à compter du jour où le préjudice a commencé à revêtir ce caractère (et non à compter du commencement des travaux). 28 CAA Paris 30/01/90, RATP/Syndicat des copropriétaires, Petites affiches 23/05/90. 16

17 2) Évaluation de l'indemnité Le droit à réparation est acquis à la date où le dommage a pris fin, quand son étendue est déterminée 29. La victime doit attendre l achèvement des travaux qui lui causent préjudice pour entamer l'action. Enfin, le montant des dommages-intérêts peut être minoré par le juge dans le cas où le fait dommageable a été une source de plus-value pour les biens de la victime : par exemple, des travaux publics effectués à proximité d'un hôtel qui, bien qu'ayant provoqué une perte de sa clientèle, ont, une fois achevés, créé un environnement plus favorable ou facilité l'accès à l'établissement. Toutefois, pour être déduite, cette plus-value doit être à la fois directe et spéciale et non pas bénéficier à l'ensemble des immeubles riverains, auquel cas ce montant n'est pas diminué 30. D/ OBSERVATIONS 1) Sur la procédure de droit commun L actuelle procédure de droit commun est souple, car elle permet de mettre en cause la responsabilité pécuniaire de l administration et d engager la responsabilité de cette dernière sans qu aucune faute ait à être démontrée par le requérant. Elle n est cependant pas satisfaisante à plusieurs points de vue : Si la responsabilité de l administration peut être engagée sans faute, dès lors que le dommage subi est anormal et spécial, les conditions de mise en cause de la responsabilité de la puissance publique sont telles qu elles peuvent rendre aléatoire l octroi d une indemnisation par le juge. L entreprise doit, en effet, évaluer de façon chiffrée le dommage «anormal» qui lui a été causé, notamment la perte de clientèle qui a conduit à la chute de revenus et, en outre, apporter la preuve précise du lien de causalité entre le dommage et le préjudice subi. Cette 29 CE 21/03/47, Dame Veuve Aubry, Dame Veuve Lefèvre et Dame Veuve Pascal, rec CE 22/01/69, Ville de Libourne, rec. 37, CE 08/12/71, Germain, rec

18 preuve peut facilement être combattue par le maître d ouvrage qui invoque, notamment, une baisse d activité antérieure aux travaux réalisés sur la voie publique. Mais surtout, la longueur de la procédure devant le juge administratif peut aboutir, quand l allocation est effectivement octroyée, à une indemnisation trop tardive pour l entreprise dont la situation économique est irrémédiablement compromise. 2) Sur la procédure de référé-provision Cette procédure est parfaitement adaptée à la nature de ce contentieux, car la victime peut obtenir une avance sur les sommes qui lui seraient effectivement allouées à l issue d une procédure beaucoup plus longue. Depuis la réforme introduite par la loi du 30 juin 2000 relative au référé devant la juridiction administrative 31, qui n impose plus l introduction parallèle d une instance portant sur le même objet devant le juge du fond, l efficacité de ce type de référé peut être comparée à son équivalent devant le juge judiciaire Incorporée au code de justice administrative (livre V). 32 Article 809 du nouveau code de procédure civile. 18

19 II PROPOSITIONS DE LA CCIP 19

20 Ces préconisations résultent des enseignements de différentes expériences déjà menées ou en cours dans notre circonscription. Il s agit de grandes lignes directrices qui peuvent guider les parties prenantes au niveau local. A/ INFORMATION ET PREVENTION 1) Mise en place d un dispositif d observation Il serait utile, selon les circonstances locales, en amont des travaux, de constituer avec les acteurs concernés (collectivités locales, maîtres d ouvrage, maîtres d œuvre, organismes consulaires ) une cellule d observation dans le périmètre impacté par les travaux publics, dès la connaissance de la décision de principe de les engager. Le système d information territoriale (SITe) développé par la CCIP, est un instrument utile en ce sens, puisqu il fournit des données précises sur l équipement commercial existant et son évolution, par secteur d activité. Avec l aide d associations de commerçants qui sont idéalement des points-relais, il pourrait être mis en place un panel de chefs d entreprises pour observer l évolution de leur activité, de leur chiffre d affaires (par exemple, sur 3 ans), l impact des travaux sur leur clientèle 2) Accompagnement des entreprises L accompagnement des CCI et des chambres de métiers serait plus particulièrement dirigé vers les commerces de proximité et les TPE. Il pourrait s agir d élaborer des fiches d information et de dispenser des conseils personnalisés consistant à suggérer aux entreprises, par exemple : - de suivre et de faire valider régulièrement leurs comptes, ce qui permettrait ensuite d attester de baisses éventuelles de chiffre d affaires. Si 20

21 l accompagnement s effectue au moins un an avant le commencement des travaux, les comparaisons s effectueront de manière pertinente sur des périodes équivalentes (ce qui favorise notamment la prise en compte de la saisonnalité des activités..) ; - de procéder pendant les travaux à des constats d huissiers réguliers, de collecter des lettres de clients manifestant leur difficulté d accès Les CCI pourraient jouer un rôle d intermédiaire actif avec les maîtres d ouvrage, compte tenu de la multiplicité des intervenants sur un chantier (EDF, GDF, service des eaux, RATP, SNCF ). Elles pourraient également assister les entreprises, qui le souhaitent, pour solliciter des administrations comme l URSSAF, l administration fiscale dont les trésoriers-payeurs-généraux, des moratoires de paiement de cotisations : elles useraient de leurs bonnes relations avec les administrations publiques pour que celles-ci désignent en leur sein un référent comme interlocuteur unique. Enfin, cet accompagnement pourrait valoir également pour étudier, avec les collectivités locales et les maîtres d ouvrage, les conditions de «sortie» des travaux. 3) Echéancier fiscal en matière d impôt sur le revenu Le décret du 21 janvier 2004 relatif à l octroi de délais de paiement en matière d impôt sur le revenu 33 permet au contribuable qui connaît une baisse de revenu supérieure à 30 % d obtenir un étalement du paiement de l impôt jusqu au 31 mars de l année suivante 34. Cependant, seuls les contribuables qui perçoivent des revenus entrant dans la catégorie des traitements, salaires, indemnités, pensions et rentes viagères peuvent bénéficier de ce dispositif. Sont, donc, notamment, exclues les entreprises astreintes au paiement de cet impôt. 33 JO 22/01/ Cette baisse est principalement constatée entre les revenus du mois de la demande et la moyenne des revenus des trois mois précédents. 21

22 Cette restriction est particulièrement dommageable pour les petites entreprises dont des travaux publics ont affecté substantiellement le chiffre d affaires. Aussi, il serait souhaitable d étendre le dispositif prévu par le décret du 21 janvier 2004 aux entreprises entrant dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (entreprises en nom propre et EURL) qui subissent une diminution de chiffre d affaires consécutive à des dommages de travaux publics. De même, il conviendrait, momentanément, de pouvoir réviser à la baisse la valeur locative servant de base d imposition aux impôts locaux. B/ CREATION DE COMMISSIONS DE REGLEMENT AMIABLE D INDEMNISATION DES DOMMAGES DE TRAVAUX PUBLICS A l instar de certaines initiatives locales de règlement amiable des dommages de travaux publics 35, la CCIP suggère la création de commissions d indemnisation, à chaque fois que des projets d ampleur voient le jour dans sa circonscription. 1) Intérêt Sur le principe même d une telle initiative, la collectivité publique ou son délégataire assume totalement sa responsabilité de maître d ouvrage en proposant officiellement d indemniser les préjudices que sont susceptibles de provoquer, pour les établissements commerciaux, la réalisation des travaux projetés et anticipe sur les demandes en réparation, voire les suscite ; la voie du règlement amiable évite une action en justice longue et incertaine ; la proposition d indemnisation ou son refus est l œuvre de commissions indépendantes et représentatives des intérêts en cause (maître d ouvrage, trésor public, organismes consulaires ) ; les critères de recevabilité de la demande et d octroi, le cas échéant, d une indemnisation sont appréciés selon les principes dégagés par la jurisprudence du 35 Cf. Annexe 1. 22

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 -

NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 - Direction des Partenariats Politiques NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 - Mutuelle Assurance des Commerçants et Industriels

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

Proposition de textes

Proposition de textes Proposition de textes CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel dommage oblige celui par la faute duquel il est

Plus en détail

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes -

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État statuant au contentieux N 262046 Inédit au Recueil Lebon 7ème et 2ème sous-sections réunies Mlle Sibyle Petitjean, Rapporteur M. Boulouis, Commissaire du gouvernement M. Stirn, Président

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Garantie locative et abus des propriétaires

Garantie locative et abus des propriétaires Recht/Droit Garantie locative et abus des propriétaires La garantie locative, encore communément appelée «caution», est destinée en principe à protéger le propriétaire vis-à-vis d un locataire qui ne respecterait

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux Nos 374524,374554 SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres Ordonnance du 5 février 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu 1, sous

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 Troisième section Audience du 23 septembre 2014 Lecture du 17 novembre 2014 Commune de JONZAC (017029 197) Département de Charente-Maritime Exercice 2012 J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 R E P U B L I Q

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME INFORMATIONS JURIDIQUES J 14 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE 2007 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE J 14 DE FÉVRIER 1998 RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME La réforme des autorisations

Plus en détail

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information Conseil d'etat Assemblée 3 octobre 2008 n 297931 Citations Dalloz Codes : Code de l'environnement,

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Traitements : retard de paiement, demandez le versement des intérêts légaux!

Traitements : retard de paiement, demandez le versement des intérêts légaux! Traitements : retard de paiement, demandez le versement des intérêts légaux! Les retards de paiement peuvent être fréquents et concernent toutes les catégories de personnels. Ils peuvent concerner la rémunération

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

Extension de garantie Protection juridique

Extension de garantie Protection juridique REFERENCE : 552 000 / HISCOX (à rappeler dans toute correspondance). Cette garantie, facultative, vous est acquise uniquement si la mention figure dans vos Conditions Particulières et si vous avez acquitté

Plus en détail

Code Disciplinaire. Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement

Code Disciplinaire. Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement Code Disciplinaire Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement Version 17/05/2013 STATUTS F.I.J. : ANNEXE 1 : CODE DISCIPLINAIRE de la FIJ

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892

L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892 L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892 Guide juridique et pratique pour les interventions publiques sur terrains privés Généralités La loi du 29 décembre 1892

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-400 QPC du 6 juin 2014. Société Orange SA

Commentaire. Décision n 2014-400 QPC du 6 juin 2014. Société Orange SA Commentaire Décision n 2014-400 QPC du 6 juin 2014 Société Orange SA (Frais engagés pour la constitution des garanties de recouvrement des impôts contestés) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9

Plus en détail

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : Mme

Plus en détail

Petites Informations Juridiques n 1

Petites Informations Juridiques n 1 L OBLIGATION DE REPRISE DU PERSONNEL DANS LES CONTRATS DE TRANSPORT Cadre législatif et réglementaire Droit communautaire Règlementation interne Article 4.5 du règlement n 1370/2007/CE du 23 octobre 2007

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group Cour d appel de Lyon 8ème chambre Arrêt du 11 février 2014 Euriware/ Haulotte Group Décision déférée : Ordonnance du 12 décembre 2012 du juge des référés du tribunal de commerce de Lyon Références de publication

Plus en détail

DOSSIER INDIVIDUEL «Entreprise riveraine» DEMANDE D'INDEMNISATION auprès de la Commission de Règlement Amiable des Litiges «CRAL»

DOSSIER INDIVIDUEL «Entreprise riveraine» DEMANDE D'INDEMNISATION auprès de la Commission de Règlement Amiable des Litiges «CRAL» Travaux d'aménagement urbain DOSSIER INDIVIDUEL «Entreprise riveraine» DEMANDE D'INDEMNISATION auprès de la Commission de Règlement Amiable des Litiges «CRAL» PREAMBULE 1 La Ville de Dax s'est engagée

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT Chargé de cours 1 ère chambre AS, 8 avril 2015 RG 14/07853 L article 98 2 du décret du 27 novembre 1991 dispense de la formation théorique et pratique et du certificat d

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Cour d'appel de Bordeaux. Chambre sociale Section A

Cour d'appel de Bordeaux. Chambre sociale Section A Cour d'appel de Bordeaux. Chambre sociale Section A ARRÊT No Répertoire général : 13/01407 11 mars 2014. COUR D'APPEL DE BORDEAUX CHAMBRE SOCIALE - SECTION A -------------------------- ARRÊT DU : 11 MARS

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau.

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. CIRCULAIRE N 12

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr.

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Patrick Kinsch Préambule: dispositions légales régissant le prinicpe

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Texte original Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Conclue le 29 avril 1959 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU -------------------

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N 1200014 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) CONSEIL DE PRUD'HOMMES

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE

CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE Article 1 : Objet et champ d application Sauf accord particulier dûment négocié entre les parties sous quelque forme que ce soit, ces présentes conditions générales

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009 L ENTREPRISE FACE A LA CRISE 1 I] Les outils pour réagirr #La mensualisation des remboursements de crédit de TVA #Le remboursement anticipé des créances de carry back #Le remboursement accéléré des excédents

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Les recours possibles pour les patients OBTENIR DES EXPLICATIONS Si un patient

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Lorsqu il estime avoir été victime, de la part d un établissement ou d un

Plus en détail

COUR D'APPEL DE PARIS

COUR D'APPEL DE PARIS COUR D'APPEL DE PARIS 1ère Chambre Section A ARRÊT DU 20 OCTOBRE 2004 Numéro d'inscription au répertoire général : 03/04049 Décision déférée à la Cour : Jugement du 09 Décembre 2002 - Tribunal de Grande

Plus en détail

LE PASS-GRL du 1 % Logement

LE PASS-GRL du 1 % Logement LE PASS-GRL du 1 % Logement UN NOUVEL OUTIL POUR FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT A l initiative des partenaires sociaux du 1 % Logement, le PASS-GRL est opérationnel depuis le 1er janvier 2007 Nouvel outil

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/07/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 20 mai 2014 N de pourvoi: 13-17041 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00494 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP

Plus en détail

Droit d information préalable des salariés en cas de cession d entreprise

Droit d information préalable des salariés en cas de cession d entreprise Droit d information préalable des salariés en cas de cession d entreprise Salariés, chefs d entreprises, votre guide pratique Entrée en vigueur 1 er novembre 2014 #loiess Guide pratique octobre 2014 1

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Tribunal de première instance de Bruxelles Jugement du 8 juin 2005 Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002 Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Arrêt

Plus en détail

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général PRÉFET DE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ELECTIONS Xxxx, le Bureau des finances et du contrôle budgétaire Affaire suivie par Mél. xx@xxx.gouv.fr Le préfet de la région de

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis -------------------

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N G 13-70.002 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DES AFFAIRES

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.

VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A. VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) (le présent cahier des clauses administratives contient 10 pages dont

Plus en détail

Protection juridique CLUB DE LA CENTRALE

Protection juridique CLUB DE LA CENTRALE Protection juridique CLUB DE LA CENTRALE - Notice d Information - Cette garantie, conforme aux lois n 2007-210 du 19.02.2007 et n 89-1014 du 31.12.1989, ainsi qu'au décret n 90-697 du 01.08.1990 est régie

Plus en détail

No 2487 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 21 juin 2000. PROJET DE LOI MODIFIE PAR LE SENAT EN NOUVELLE LECTURE

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS 3ème Chambre Commerciale ARRÊT N 131 R.G : 13/03708 COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 COMPOSITION DE LA COUR LORS DU DÉLIBÉRÉ : Monsieur Alain

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

Le rôle du syndic. Introduction

Le rôle du syndic. Introduction Le rôle du syndic Introduction Le syndic constitue un concept nouveau dans la société marocaine. Il est apparu avec l apparition de la copropriété. Celle ci a été régie pendant longtemps par le Dahir de

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013)

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Edition mise à jour en novembre 2014 CHAPITRE 1 er Objet du Règlement des prêts ARTICLE 1.1 Objet

Plus en détail