Éditorial. Jean-Baptiste Carpentier Recteur de l académie de Rennes Chancelier des universités de Bretagne. N 57 - septembre 2006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éditorial. Jean-Baptiste Carpentier Recteur de l académie de Rennes Chancelier des universités de Bretagne. N 57 - septembre 2006"

Transcription

1 N 57 - septembre 2006 Éditorial Une nouvelle loi d orientation qui entre en application; un projet académique qui arrive à son terme : ces deux repères, de portée différente, seront présents à notre esprit lors de cette rentrée Ils nous indiquent bien l étendue de la tâche et le défi que notre académie a à relever : se mettre en situation d atteindre les objectifs que le législateur nous assigne et, pour cela, définir un projet qui permette de conforter les progrès qui ont été réalisés. Si l académie de Rennes est bien restée l académie de toutes les réussites et les excellents résultats au baccalauréat le confirment encore cette année elle est assurément aujourd hui, davantage celle de la réussite de tous. Et nous avons ensemble démontré que ces deux visées n étaient pas inconciliables. Au moment où nous devons, au travers des programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE), apporter des réponses pour ceux qui rencontrent le plus de difficultés, les priorités qui ont été retenues au plan pédagogique pour l actuel projet académique se trouvent à l évidence puissamment confortées. Nous souhaitions développer des pratiques et des dispositifs pédagogiques personnalisés, afin d éviter que les plus fragiles soient laissés sur le bord de la route et que les meilleurs ne soient pas suffisamment stimulés. Les évolutions très importantes constatées sur les taux de doublement dans la scolarité obligatoire sont le signe de cette mobilisation collective attendue. Il faudra donc nous appuyer sur les progrès que nous avons enregistrés pour revenir peut-être par d autres voies sur les points qui continuent de nous préoccuper. Ensemble, nous devrons partager nos réflexions : le conseil pédagogique, instance nouvelle qu il nous faut faire vivre, y contribuera, j en suis convaincu. Le plan sciences que nous avons décidé de lancer (après le plan langues qui a rencontré un écho remarquable) devra nous y aider : afin d attirer un plus grand nombre de lycéens vers les séries scientifiques et technologiques industrielles et de leur permettre d y réussir. Enfin, nouvellement nommé dans cette académie, je tiens à vous dire combien je suis sensible à l exemple qu elle donne : je forme des vœux pour que l année qui va s ouvrir amplifie encore nos performances. Jean-Baptiste Carpentier Recteur de l académie de Rennes Chancelier des universités de Bretagne Spécial rentrée 2006

2 la rentrée Dans les écoles Faire acquérir à chaque élève les connaissances et compétences du socle commun Lecture et écriture en maternelle La maîtrise de la lecture est l élément déterminant pour la suite du cursus scolaire des élèves. En amont du cours préparatoire, classe majeure dans le parcours au primaire, l école maternelle conduit l enfant dès son plus jeune âge à observer et utiliser la langue de manière de plus en plus consciente. Cette année, les équipes d école s appuieront sur l outil le langage à l école maternelle pour organiser, à partir d exemples concrets, la pédagogie du langage. Des outils spécifiques au cycle 2 Le guide thématique Apprendre à lire à disposition des enseignants du cycle 2 présente les recommandations spécifiques dans le domaine Pour en savoir plus Circulaire de préparation de la rentrée 2006 n du 27/03/06 (BO n 13 du 31/03/06) Dispositions de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école : Guide Le langage à l école maternelle CNDP avril 2006 Mise en œuvre des PPRE sur le site EDUSCOL : D0072/PPRE_experimentation.htm Des outils d évaluation au service des enseignants : outils.education.gouv.fr/ Socle commun des connaissances et compétences, JO n 160 du 12/07/06. de l apprentissage de la lecture. Les outils d évaluation en début de CE1 permettront, à partir d un diagnostic précis, de définir les aides nécessaires aux élèves qui rencontreraient de graves difficultés en lecture, écriture et mathématiques. Ils bénéficieront des programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE) qui seront généralisés. Vive les sciences Le cycle des approfondissements consolide des compétences précédemment acquises afin d acquérir ensuite de nouvelles connaissances. La maîtrise de la langue et l acquisition de compétences en mathématiques et en sciences et technologie à l école sont prioritaires, ainsi que l utilisation des technologies d information et de communication dans la classe. Un livret de compétences Les évaluations menées en 2005 et 2006 en langues vivantes pour les élèves de l école primaire attestent des acquisitions situées au niveau A1 du cadre européen commun de référence ; ces apprentissages doivent se poursuivre au collège. En langues comme dans les autres champs disciplinaires, un livret scolaireretracera la scolarité de l élève dans le premier degré et dressera le constat objectivé des compétences. Les échanges entre les maîtres des premier et second degrés seront organisés sur la base de ce livret. Contact : Dominique Bourget, IEN chargé du 1 er degré. IA 22 Tél. : Fax: Mél : Dans les collèges Généralisation des programmes personnalisés de réussite éducative À la rentrée, les programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE) seront généralisés : le dossier individualisation revient plus loin sur cette question qui est au cœur même de la nouvelle Loi d orientation. Ces PPRE doivent aider les élèves à acquérir les connaissances et compétences du socle commun à la fin du collège. Dans le champ de l éducation prioritaire, deux collèges de l académie auront ainsi à relever le défi de l ambition réussite : Le Coutaller à Lorient et Surcouf à Saint-Malo. L un et l autre accueillent un pourcentage important d élèves en difficulté et se situent dans des secteurs socialement défavorisés (voir page 4). Pour donner plus à ceux qui ont davantage de besoins, les moyens supplémentaires seront apportés aux projets d équipes qui cherchent des solutions fondées sur une approche plus personnalisée. En sixième et cinquième pour la première langue vivante, et en quatrième et troisième pour la seconde langue vivante, l enseignement se fera sur la base des compétences retenues par le cadre européen commun de référence. En mathématiques, sciences de la vie et de la Terre et physiquechimie, la mise en place des nouveaux programmes se poursuit au cycle central. La note de vie scolaire, introduite à cette rentrée, sera prise en compte pour le brevet dès la session de Enfin, la découverte professionnelle, expérimentée avec succès au cours de l année scolaire qui s achève, devient une option offerte par un nombre élargi de collèges : ouverture culturelle sur les métiers, elle ne constitue, rappelons-le, en aucun cas une préorientation vers des études courtes. Contact : Joël Lesueur, conseiller du recteur pour la pédagogie. Rectorat Inspection pédagogique régionale Tél. : Fax : Mél : Le socle commun des connaissances et des compétences Il indique le contenu impératif de la scolarité obligatoire. À la fin du collège, chaque élève devra avoir acquis : la maîtrise de la langue française ; la pratique d une langue vivante étrangère ; la connaissance des principaux éléments des mathématiques et la maîtrise d une culture scientifique et technologique ; la maîtrise des techniques usuelles de l information et de la communication ; la culture humaniste ; les compétences sociales et civiques ; l autonomie et l esprit d initiative. Le socle constitue la référence pour la rédaction des programmes d enseignement de l école et du collège. La maîtrise de ce socle commun sera évaluée à la fin du cycle des apprentissages fondamentaux (au CE1), pour vérifier l acquisition de la lecture courante et de l écriture, et à la fin de l école primaire, pour valider l acquisition des règles fondamentales de la grammaire, de la conjugaison, du calcul élémentaire et des quatre opérations. Le brevet national des collèges permettra d évaluer la maîtrise du socle à la fin du collège. Un livret individuel de compétences sera délivré à chaque élève afin qu il puisse mesurer ses progrès dans l acquisition du socle. bloc-notes 2

3 la rentrée Dans les lycées Premier BAC STG en juin 2007 C omme l an dernier, c est dans la série Sciences et technologies de la gestion (STG) que se concentrent les principales nouveautés de cette rentrée au lycée d enseignement général et technologique : la rénovation engagée se poursuit en classe terminale, dans la perspective d une meilleure préparation à la poursuite d études supérieures (plus particulièrement dans les sections de BTS et les IUT). Dans le cadre de cette rénovation une évaluation des compétences orales en langue vivante sera introduite : cette évaluation sera prise en compte pour le baccalauréat STG dès la session de Langues et sciences Toujours pour les langues, l allègement des effectifs, déjà engagé, sera étendu aux séries technologiques, confortant les avancées liées au plan langues qui rencontre, dans l académie, une adhésion remarquable. Dans l Enseignement supérieur Préparer les lycéens à l'après bac Dans tous les lycées du réseau public du Finistère, une aide méthodologique a été proposée aux élèves de 1 re pour apprendre à décoder les informations sur les parcours post-bac, les métiers et les débouchés. Personne ne nous a jamais appris à décoder les messages actuellement tenus sur les parcours de formation, les métiers, les débouchés disait une lycéenne au proviseur de son lycée, qui lui proposait de faire une candidature de dernière minute en classe préparatoire, puisqu elle venait d obtenir une mention bien au baccalauréat. La synthèse académique du débat université-emploi est en ligne à l'adresse : Parallèlement au plan langues, c est vers un plan sciences que l on se dirige pour cette rentrée. Il s agit de conforter les orientations vers les filières scientifiques et technologiques industrielles, et de mieux promouvoir la poursuite d études supérieures scientifiques, ainsi qu y invite la priorité parcours du projet académique. En particulier, une réflexion doit être poursuivie pour amener davantage de jeunes filles à choisir les études scientifiques. Dans le même esprit, une expérimentation d ateliers scientifiques dans quelques lycées se met en place dès la prochaine rentrée. Elle doit aussi permettre de favoriser l interdisciplinarité. Contact : Joël Lesueur, conseiller du recteur pour la pédagogie. Rectorat Inspection pédagogique régionale Tél. : Fax : Mél : Traiter les informations La très grande majorité des proviseurs du Finistère s accorde sur la nécessité d une politique centrée sur l apprentissage de méthodes pour recueillir et traiter l information. À la demande des proviseurs et adjoints impliqués dans le groupe de travail pédagogie du salon Azimut, les outils et supports proposés cette année aux professeurs de première ont été conçus par les conseillers d orientation pour commencer à expérimenter des démarches concrètes en ce sens : apprendre à poser des questions impertinentes, à développer une analyse critique, à croiser des sources pour mieux comprendre quels sont les parcours de formation possibles à l issue du bac D'autres actions ont aussi été conduites avec l'université (UBO) et l'école de commerce (ESC) de Brest pour apporter des repères sur le fonctionnement de l'université et des classes préparatoires aux professeurs principaux et conseillers d'orientation-psychologues. Contact : Claire Engrand, IIO du Finistère Tél. : Fax : Mél : Enseignement professionnel L apprentissage L apprentissage en EPLE continue de se structurer et de se développer : les établissements d Ille-et-Vilaine proposant des formations par apprentissage jusqu ici fédérés dans un centre de formation d apprentis (CFA) départemental sont désormais regroupés dans un CFA académique. 14 lycées proposent 20 formations par apprentissage, du CAP au BTS, dans des domaines très variés : tertiaire de bureau, pharmacie (préparateur), esthétique, prévention et sécurité, électricité, maintenance, bâtiment, bois À noter tout particulièrement le développement des formations de niveau III avec l ouverture de 2 nouvelles formations en BTS à la rentrée prochaine : Géomètre topographe à Rennes (Mendès-France) et le Systèmes constructifs bois et habitat à Brest (Dupuy de Lôme). Les effectifs accueillis en étaient de 310 apprentis, sur 9 sites différents. Lycée des Métiers Aux 15 établissements des réseaux public ou privé sous contrat déjà labellisés lycée des métiers depuis la rentrée 2004 s ajoutent 15 nouveaux lycées. Le concept de lycée des métiers implique de la part des établissements concernés une démarche qualité qui touche à la fois l offre de formation, le mixage des publics (formation initiale, formation continue et, si possible, apprentissage), un partenariat très étroit avec le monde professionnel, une attention forte à la qualité de la vie lycéenne, une ouverture culturelle et internationale. La liste des établissements labellisés est publiée au Bulletin officiel de l éducation nationale, et en ligne sur le site Internet de l académie. L évolution de l offre de formation Parmi les formations nouvelles proposées par les établissements publics ou privés sous contrat de l académie, il convient de noter tout particulièrement : la poursuite du développement de l offre dans le secteur sanitaire et social : aux 5 ouvertures de formations d aides soignants s ajoutent donc à cette rentrée 2006 la mise en place de 4 sections de bac pro service de proximité et vie locale (Dinan, Morlaix, Rostrenen, Vannes), et une augmentation mesurée des capacités d accueil en BEP carrières sanitaires et sociales ; l ouverture d un BTS assurances à Pontivy ; l ouverture du bac pro systèmes électroniques numériques dans plusieurs établissements, ainsi que l apparition, nouvelle dans l académie, de l option alarme et sécurité de ce bac (Josselin) ; la transformation de brevet de technicien en bac pro des formations de technicien du bâtiment étude et économie (Saint-Brieuc, Rennes) ; la transformation des 3 e TOP existantes en classes 3 e de découverte professionnelle et l augmentation de leur nombre (10 divisions supplémentaires) ; l ouverture dans le secteur industriel du nouveau bac pro microtechniques (Morlaix). Deux nouvelles Unités Pédagogiques d Intégration verront également le jour à la rentrée 2006, à Rennes et à Sainte- Anne-d Auray. La liste complète des ouvertures de formations de la rentrée 2006 en ligne à l adresse rubrique enseignement et formations. Contact : Christian Mériaux, délégué académique aux enseignements techniques DAET. Rectorat Tél. : Fax : Mél : bloc-notes 3

4 actualités Égalité des chances (1) Aider les élèves les plus en difficulté En 2006, quinze collectivités ont déposé des projets de réussite éducative. Parmi ces projets : un internat de réussite éducative à Pontivy. Éducation prioritaire (zone et réseau) Au cours de l année scolaire , élèves ont été scolarisés dans des établissements publics classés en ZEP (8 241 élèves dans le 1 er degré et dans le 2 nd degré) et élèves en REP (8 048 dans le primaire et dans le secondaire) sur des effectifs académiques de écoliers et de collégiens. Deux collèges : Le Coutaller à Lorient et Surcouf à Saint-Malo sont devenus Ambitions réussite. Maîtrise du langage, culture scientifique et technique et citoyenneté sont au cœur des projets de ces deux collèges : un comité exécutif en assurera le suivi. Une rénovation des démarches d évaluation est ainsi engagée et passe par un travail d identification précise des compétences. Des partenariats avec des établissements d enseignement supérieur favoriseront également l accompagnement des élèves les plus méritants. Le collège Le Coutaller s est ainsi engagé dans l opération élèves pour étudiants. En complémentarité des mesures initiées dans le cadre scolaire par la loi d orientation et de programme pour l avenir de l école, le plan de cohésion sociale permet une prise en charge plus globale des enfants habitant en zone urbaine sensible (ZUS) ou scolarisés dans un établissement relevant de l éducation prioritaire (ZEP/REP) par des actions d accompagnement hors du temps scolaire, de la maternelle au terme de la scolarité obligatoire. La mission générale d insertion (MGI) La MGI s adresse à tous les jeunes de plus de 16 ans en voie de déscolarisation ou sortis du système scolaire depuis moins d un an, sans possibilité immédiate de poursuite d études ou d insertion professionnelle. Le public prioritaire est celui des jeunes sans qualification ou faiblement qualifiés. Après un entretien de situation, 1/3 des jeunes intègrent directement une formation, 1/3 sont pris sur une action spécifique MGI, 10 % entrent en emploi ; pour le reste, les jeunes sont sans solution ou ne la communiquent pas. Contact : Liliane Le Berre, mission générale d'insertion DAET. Rectorat Tél. : Fax : Mél : Ainsi, les services départementaux et les personnels de l éducation nationale (équipes pédagogiques et éducatives, personnels d orientation, de santé et d action sociale) ont identifié les besoins des élèves pour leur proposer des réponses adaptées et articuler leur action avec les dispositifs de réussite éducative locaux mettant en place des équipes de soutien pluridisciplinaires dont l activité sera mesurée par des indicateurs nationaux. Au cours de l année 2005, ces projets éducatifs locaux sont montés en puissance. En Région Bretagne, 7 projets de réussite éducative ont été labellisés et financés par la Délégation interministérielle à la ville (DIV) après validation au niveau national (Guingamp, communes du Mené, Plédran, Ploufragan, Brest, Rennes et Saint-Jacques de la Lande). Au titre de l année 2006, une quinzaine d autres collectivités territoriales bretonnes ont déposé un dossier dont un projet d internat de réussite éducative à Pontivy dans le Morbihan. Contacts : Christine Épinette, chargée de mission politique de la ville programmes européens. Rectorat Tél. : Fax : Mél : André Mercier, IA-DSDEN du Morbihan. Handicap et intégration scolaire. IA 56 Tél. : Fax : Mél : Population immigrée Dans l académie de Rennes, élèves non francophones nouvellement arrivés en France (ENAF) ont été accueillis en CLIN dans les écoles, en CLA dans les collèges ou en classes du cursus ordinaire avec ou sans soutien en collège et lycée (561 dans le primaire et 715 dans le secondaire). Dans le cadre d un dispositif organisé par le bassin de la MGI de Rennes, une plate-forme d apprentissage du français langue étrangère (FLE) a accueilli 18 jeunes étrangers primo-arrivants de 16 à 18 ans de nationalités différentes. Dispositif relais L académie compte 12 classes relais ouvertes dans les deux réseaux d enseignement (8 dans le public, 3 dans le privé et 1 associant les deux réseaux). Elles auront accueilli cette année 195 jeunes de moins de 16 ans en situation de rejet de l institution scolaire, effectif à comparer avec celui des élèves scolarisés dans les 390 collèges de l académie. Handicap et intégration scolaire 299,5 auxiliaires de vie scolaire et 232 emplois vie scolaire (contrats d accompagnement vers l emploi et contrats d avenir) accompagnent à l école, tous les enfants et adolescents porteurs de handicaps. Avec la mise à disposition de 10 emplois (médecins, assistantes sociales, enseignants spécialisés) et la nomination de 51,5 enseignants référents, relais entre les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), l école, les familles et les porteurs de handicaps, l éducation nationale apporte son concours aux MDPH. Ces personnes suivront les plans personnalisés de scolarisation. Hautement qualifiées, elles représentent une dépense d environ 3 millions d euros en année courante, sachant que les psychologues, médecins et assistantes sociales scolaires continuent, comme par le passé, à instruire les dossiers qui permettent aux équipes pluridisciplinaires des MDPH de préparer les décisions des commissions d accès à l autonomie. À la rentrée 2006, 9 unités pédagogiques d intégration supplémentaires (7 en collège et 2 en lycée) ouvriront. À noter que les lycées verront arriver de nouveaux élèves handicapés en 2007 et que les capacités d accueil devraient s accroître. Enfin, avec le concours de l IUFM, antenne de Saint-Brieuc, une formation au 2CASH (certificat complémentaire pour les enseignements adaptés et à la scolarisation des élèves en situation de handicap), sera ouverte à 24 enseignants et conseillers principaux d éducation du second degré. (1) Le plan de cohésion sociale (PCS) volet égalité des chances programmes 15 et 16. bloc-notes 4

5 dossier Le point sur le projet académique uelles actions ont été engagées cette année? uel sera le bilan du projet académique? Comment croiser les indicateurs de réussite scolaires des établissements et de l académie? L individualisation Les pratiques pédagogiques personnalisées et la réflexion sur l évaluation se sont développées Parcours Sur la bonne voie, mais encore des progrès à faire Responsabilisation Apprendre à bien vivre ensemble Internationalisation Améliorer les compétences des élèves en langues étrangères Performance académique et performance des établissements Des niveaux de qualification plus élevés, des parcours plus fluides Le projet académique, prorogé d un an, est à l heure du bilan. Les établissements ont fait vivre les quatre priorités : individualisation, parcours, responsabilisation et internationalisation sera l année des bilans et des évaluations pour tirer les leçons de ce qui a été réalisé et recentrer les actions engagées. Objectif : préparer Durant ce dernier trimestre de l année scolaire, des réunions organisées dans les bassins d animation de la politique éducative (BAPE) ont permis de faire le point sur la performance académique et la performance des établissements scolaires. bloc-notes 5

6 Individualisation dossier Le point sur le projet académique Les pratiques pédagogiques personnalisées et la réflexion sur l évaluation se sont développées Au moment où la Loi d orientation entre en application et conduit, en particulier, à la généralisation des programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE), l expérience rassemblée ces dernières années est très précieuse. Notre académie ne peut qu être confortée dans des choix qui, en 2003, supposaient une mobilisation collective forte car individualiser ne va pas de soi. Pourtant aujourd hui, les pratiques pédagogiques personnalisées se sont développées et la réflexion sur l évaluation s est progressivement installée. L a démarche du programme personnalisé de réussite éducative (PPRE) suppose que l on prenne appui sur le socle commun de compétences et connaissances (voir encart page 2). Cela renvoie bien aux deux actions retenues pour la priorité individualisation : l évaluation dans ses dimensions diagnostique et formative et une personnalisation des réponses pédagogiques. Si la question du surredoublement a été posée dans l académie, c est parce qu il est apparu que, le plus souvent, le doublement n était pas favorable à la réussite des élèves les plus fragiles. La baisse des taux de doublement constatée cette année encore au collègetémoigne d une large adhésion, même si chacun sait bien qu il ne suffit pas de supprimer le doublement pour régler les problèmes : il reste à proposer autre chose à la place. Les disparités en la matière, si elles existent encore, se sont réduites entre les collèges. Des journées sur les pratiques pédagogiques personnalisées Pour le premier degré, on observe que les retards scolaires à l entrée en 6 e présentent, d un point à l autre du territoire académique, d importantes variations : il y a là, pour les années à venir, un travail à conduire autour de ce que l on appelle le maintien dans un cycle (le cycle 2). Le PPRE vient donc à point nommé pour permettre un traitement spécifique des difficultés scolaires. Nous pourrons nous appuyer sur les expérimentations qui ont été conduites, sous l autorité des IA-DSDEN, dans les quatre départements, ainsi que sur les trois journées académiques qui ont été consacrées aux pratiques pédagogiques personnalisées. Il est clair que la qualité de la liaison cycle 3-6 e est déterminante et l on ne peut que se réjouir des avancées observées: les initiatives concrètes autour des secteurs de collège se multiplient et l on utilise de plus en plus fréquemment des fiches de liaison qui facilitent l adaptation au collège, voire une mise en place précoce de PPRE. C'est le cas par exemple dans le bassin de Guinguamp Lannion : une fiche de liaison école-collège a été élaborée pour les élèves susceptibles de relever d un PPRE en 6 e. Ce document, annexé au livret scolaire, permet d organiser une prise en charge individualisée dès la rentrée, avant la passation des évaluations nationales. Les tendances uelques grandes tendances peuvent d ores et déjà être dégagées de l expérimentation académique : le PPRE, parce que le suivi est essentiel, prend du temps. Ce qui invite à le réserver à un nombre réduit d élèves, ceux qui rencontrent les difficultés les plus lourdes ; les réponses à apporter ne sont pas les mêmes, selon que l élève montre ou non une appétence pour les apprentissages ; les objectifs à atteindre doivent rester accessibles : il s agit d avancer pas à pas plutôt que de vouloir traiter en même temps toutes les difficultés ; c est d abord au sein même de la classe que les choses se jouent et non exclusivement dans des dispositifs extérieurs qui viendraient s empiler ; l adhésion de l élève et de ses parents doit être recherchée, mais on ne s inscrit pas pour autant dans une logique contractuelle ; une entrée par les compétences conduisant à une rénovation des pratiques d évaluation est à encourager, en prenant appui sur le socle commun. Contact : Joël Lesueur, conseiller du recteur pour la pédagogie. Rectorat Inspection pédagogique régionale Tél. : Fax : Mél : Zoom sur Collège Mescoat à Landerneau Comment répondre aux besoins des élèves, en évitant d ajouter simplement des heures de soutien à ceux qui en sont le moins demandeurs? Comment concilier les dynamiques de projet et les nécessités de la remédiation? Les GAC (groupes d approfondissement des compétences), imaginés au collège Mescoat à Landerneau, constituent une réponse originale à ces questions. Sur les niveaux de 6 e et 5 e, des alignements sur deux créneaux horaires par semaine permettent de constituer des groupes dont l effectif est de 8, 18 ou 28 élèves. Les uns peuvent bénéficier d un encadrement plus serré, pendant que d autres, plus à l aise scolairement, bénéficient d une large autonomie. Dans tous les cas, on s efforce de préserver une dimension créative dans les tâches réalisées. Ce dispositif mobilise 40 intervenants. Collège Paul Féval à Dol-de-Bretagne Sur le secteur de Dol-de-Bretagne, deux priorités ont été retenues : établir un lien étroit entre le premier degré et le second degré, de façon à parler le même langage ; examiner de près ce qui se passe dans la classe et en dehors de celle-ci. Le collège sera opérationnel, en matière de PPRE, dès septembre Les outils utilisés ne doivent pas être exagérément complexes. Il importe surtout d aller vers une évaluation différenciée. Il faut aussi être clair et modeste sur les objectifs. C est dans cet esprit qu a été imaginé un livret du collégien qui permettra de valoriser les initiatives de chacun. De même, un dispositif de tutorat entre élèves a été baptisé Requin Rémora. Collège René-Guy Cadou à Malansac L expérimentation des PPRE a associé étroitement le premier degré et le second degré. Une période d observation de 4 semaines est aménagée à partir de la rentrée scolaire et des groupes de besoins sont constitués. Le travail se fait sur l estime de soi, à travers une stratégie de contournement. Par exemple, une élève a bénéficié cette année d une aide en mathématiques assurée par un professeur de physique. Même si toutes ses difficultés n ont pas été surmontées (ses résultats aux évaluations de 6 e étaient extrêmement faibles), des progrès significatifs ont été constatés. Elle sait maintenant à peu près faire ses opérations. Selon le principal Éric Audoucet, il est essentiel d arriver à des résultats positifs, ce qui suppose une modulation des compétences. bloc-notes 6

7 Parcours Cette année encore, les établissements ont disposé d'indicateurs sur les parcours des élèves, afin d analyser le fonctionnement de l'orientation et d'élaborer des stratégies d'actions dans le cadre de la préparation des projets d'établissement. Pourtant les progrès accomplis au cours de l'année 2004/2005 dans le domaine de la fluidité des parcours ne doivent pas faire baisser notre vigilance. Ainsi, la mobilisation des équipes éducatives est nécessaire si l'on veut continuer de consolider les parcours scientifiques et techniques. La série sciences et technologies industrielles (STI), fragile, conditionne pourtant la bonne santé des spécialités de sections de techniciens supérieurs (STS) du secteur de la production. Par ailleurs, avec de l ordre de 1 élève sur 5 qui n entre pas en classe de première, la classe de seconde reste encore un frein dans les parcours au lycée. Autre point préoccupant, les sorties en cours de formation au sein de la voie professionnelle (8 %), et celles du cycle central du collège (soit des orientations précoces) sont encore trop nombreuses (4,8 %). Les équipes éducatives dans les établissements doivent y réfléchir pour mieux en saisir les raisons. Des alternatives adaptées peuvent être proposées comme des formations en alternance (Bac pro sous statut scolaire la première année et en apprentissage la seconde année) ou des parcours individualisés (BEP en 1 an, voir ci-contre). Les BAPE travaillent actuellement sur ces priorités. Mieux préparer l insertion Nombreuses sont les actions menées avec les entreprises ou les partenaires économiques, dans un souci de toujours mieux appréhender les activités professionnelles ou de saisir avec plus d'efficacité les problématiques d'insertion à l'horizon des formations. La relation avec l'enseignement supérieur, démarche essentielle pour assurer la réussite des élèves et répondre à l objectif partagé d'une hausse des qualifications, s'est développée cette année, avec en particulier les projets des quatre universités bretonnes s'inscrivant dans une perspective d'égalité des chances ( euros de budget leur ont été accordés par le ministère). uelques grandes écoles apportent également leur contribution à cette politique ambitieuse, comme l Institut d études politiques à Rennes et l École supérieure de commerce à Brest Les initiatives départementales ont accentué ce rapprochement en privilégiant une connaissance mutuelle des universités et des lycées et en encourageant des rencontres fondées sur des approches pédagogiques. (voir encart page 3). Contacts : Patrick Garotin, chef du service académique d'information et d'orientation SAIO. Rectorat Tél. : Fax : Mél : Christian Mériaux, délégué académique aux enseignements techniques DAET. Rectorat Tél. : Fax : Mél : dossier Le point sur le projet académique Sur la bonne voie, mais encore des progrès à faire Indicateurs pour mesurer l'atteinte des objectifs en termes de fluidité et d'accès aux qualifications supérieures, démarches éducatives pour accompagner collectivement et individuellement les élèves, réflexion concertée pour mieux mesurer les enjeux et définir des actions pertinentes, mobilisation sur des démarches de projet, l'ensemble des acteurs continue à conduire la priorité Parcours sur le bon chemin. R Favoriser l orientation des filles vers les carrières scientifiques et techniques est une des priorités. uelques tendances de l orientation Collèges Taux de doublement en 6 e : 5,3 % (-0,4 pts) ; Taux de doublement en 4 e : 5,7 % (-0,8 pts) ; Taux de doublement en 3 e : 4,1 % (contre 4,4 % en juin 2005, soit - 0,3 pt) ; Taux d'orientation en 2 nde générale et technologique : 62,6 % (contre 65,1 % en juin 2005, soit -2,5 pts) ; Taux d'orientation en voie professionnelle : 33,3 % (contre 30,5 % en juin 2005, soit + 2,8 pts). Lycées Taux de non-passage en 1 re : 19,4 % (contre 20 % en juin 2005, soit - 0,6 pt) ; Taux d'orientation en 1 re S : 29,4 % (contre 29,9 % en juin 2005 soit - 0,5 pt) ; Taux d'orientation en 1 re STG : 13,8 % (contre 13,3 % en juin 2005, soit + 0,5 pt) ; Taux d'orientation en 1 re STI : 6,5 % (comme en juin 2005). La tendance à la baisse du doublement se confirme, ce qui améliore la fluidité des parcours. En revanche, la baisse de l orientation vers la voie générale et technologique depuis 3 ans (de 66,4 % à 62,6 %) doit être surveillée attentivement. Contact : Patrick Garotin, CSAIO. Tél. : Fax : mél : Zoom sur Formation diplômante dérogatoire de BEP en 1 an (secrétariat et comptabilité) à Charles Tillon à Rennes : bilan très positif 23 élèves ayant eu un parcours difficile (doublement de la 2 nde générale, réorientation, voire décrochage, passage par la Mission Générale d Insertion ) ont pu intégrer à la rentrée dernière une formation diplômante dérogatoire de BEP en 1 an. L objectif était de permettre à ces élèves de reprendre pied dans leurs études, et d acquérir une première qualification professionnelle en un an. Mission accomplie, puisque tous ont été reçus à leur BEP. Près des trois quarts ont le projet de poursuivre leur formation en baccalauréat professionnel (une quinzaine vers les bac pro secrétariat, comptabilité ou logistique) ou en 1 re STG (1 élève), ou encore en passant des concours (1 élève). Élément déterminant de leur parcours, le sentiment de dernière chance : ils ont bénéficié d un suivi individualisé par une équipe pédagogique resserrée qui, tout en maintenant des exigences fortes, a pu accompagner ces jeunes dans leur nouveau projet de formation. bloc-notes 7

8 dossier Le point sur le projet académique Responsabilisation Apprendre à bien vivre ensemble Dans les BAPE, le travail sur la priorité responsabilisation s est poursuivi en mettant l accent sur l apprentissage de la citoyenneté : travail sur la loi, lutte contre les violences routières, relations avec la justice. La prévention des conduites à risque en éducation à la santé, s est focalisée sur l opération lycées sans tabac. Zoom sur En septembre et octobre 2005, les journées départementales sur les conduites à risque organisées dans le cadre du PASER et des PASED par les préfets et les inspecteurs d académie ont mis en évidence la nécessaire implication de tous les personnels des établissements et l obligation de cohérence de la politique globale de prévention. Prévenir et repérer les comportements à risque Les comités d éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), obligatoires dans tous les établissements par décret de septembre 2005, sont des outils permettant d atteindre cet objectif. Au-delà de l action en amont de prévention des conduites à risque, la plupart des établissements se sont dotés de commissions de suivi réunies régulièrement pour croiser les regards sur des situations d élèves en grande difficulté. L objectif est de trouver des solutions aux problèmes repérés, soit à l interne, soit en partenariat. Des outils au service des équipes d établissement pour gérer des situations difficiles ont été développés (voir encart ci-contre). Au total, on constate le maintien, voire l accentuation de la tendance déjà notée en L affichage politique de la priorité responsabilisation a permis d intégrer la dimension globale du jeune : un élève apprenant mais aussi un adolescent en construction, un citoyen en devenir, un être responsable de ses comportements individuels et sociaux. C est à ce prix que l École peut permettre la Réussite de tous. L accompagnement des bassins Les formations de proximité augmentent. En particulier, celles sur l estime de soi en tant que facteur de protection et celles sur la gestion des situations traumatisantes, liées notamment aux suicides d élèves. Ces actions sont de plus en plus construites à l échelon du BAPE. Cette forte demande autour de la prévention des conduites suicidaires tient surtout à la souffrance ressentie par les adultes. Une réflexion académique va être engagée à la rentrée avec des professionnels de cellules d urgence médico-psychologique (CUMP). Un observatoire académique des conduites à risque L observatoire académique des comportements des élèves et des pratiques de prévention sera opérationnel à partir de la rentrée Il comporte deux volets : une analyse de l évolution des comportements observés dans les établissements à partir des données existantes (SIGNA, photographie de l établissement, procèsverbaux des conseils de discipline ), l identification des actions de prévention pour mutualiser les pratiques intéressantes en s appuyant sur le rapport annuel de fonctionnement, ou sur une enquête annuelle. L observatoire, dont le principe a été validé par le ministère, produira un rapport annuel, permettant de renseigner les indicateurs nationaux du programme vie de l élève et de communiquer ensemble sur la dynamique de l académie. Il va sans dire qu une des conditions de réussite de l observatoire porte sur la fiabilité de ses données. Contacts : Joëlle Carlac'h, proviseure vie scolaire. Rectorat Tél. : Fax : Mél : Claire Maitrot, médecin conseiller technique, service médical académique SMA. Rectorat Tél. : Fax : Mél : Le Conseil de vie lycéenne du lycée Joseph Loth à Pontivy : une instance participative Pour développer la liberté de parole, l écoute mutuelle et le respect des fonctions de chacun au sein de l établissement, l assemblée des délégués a été systématiquement mobilisée et associée à la vie de l établissement. Des tâches réalisables à court et moyen termes ont été confiées au CVL : réorganisation du charivari (fête annuelle), démarche lycée sans tabac ; opération humanitaire Burkinafasol, mise en œuvre du programme CESC. Tous les membres du CVL s y sont impliqués avec enthousiasme et assiduité. Une telle stratégie est l occasion de construire la citoyenneté des élèves, en rappelant notamment la nécessité d une organisation et l obligation de la responsabilité individuelle en tant que base indispensable à la réussite collective des actions. Un CDrom au service de l éducation à la santé et à la citoyenneté : le travail du BAPE de Dinan-Combourg-Saint-Malo Élaboré par l équipe responsabilisation du BAPE, un CDrom rassemble textes et conseils pratiques pour développer des actions autour de la drogue, de la violence, de la santé et la sécurité au travail, du plan particulier de mise en sûreté (PPMS). Un power point très détaillé a été élaboré sur les violences à l école. La sécurité routière au lycée professionnel Émile-Zola à Hennebont À la suite d un projet sécurité routière engagé en , mettant en scène un accident, les lycéens ont réfléchi aux responsabilités en cas de conduite sous l emprise de l alcool et du cannabis. Un procès fictif a été réalisé dans des conditions proches de la réalité, avec la participation de professionnels du milieu judiciaire. Cette opération a fait l objet d un enregistrement vidéo et un DVD est en cours de fabrication. Lycées sans tabac : bilan d étape 73 établissements sur les 101 lycées publics de l académie sont actuellement entrés dans le dispositif, 27 ont mis un local fumeurs à disposition des élèves ; dans 24 autres, les élèves ne fument pas mais les adultes ont un local fumeurs ; enfin pour 22 autres, ni les adultes ni les élèves ne fument. À noter : l organisation d un forum dans le département du Finistère le 16 novembre 2006, destiné à échanger sur les pratiques entre établissements. bloc-notes 8

9 Internationalisation L e mouvement est d une ampleur sans précédent : des projets de langues vivantes ont déjà été définis en commun par les professeurs de langues vivantes et les équipes de direction de 133 établissements de l académie (105 du réseau public, 28 du réseau privé). Et nombre d autres établissements ont signalé que les discussions étaient en cours. Les équipes d établissement ont décidé ensemble des mesures à prendre et des objectifs à retenir, parfois modestes mais toujours empreints de réalisme. Les mesures concrètes portent sur : l organisation de l apprentissage par compétences, notamment orales ; l évaluation positive des résultats objectifs atteints ; la continuité de la progression de l école au collège et du collège au lycée ou au LP ; l ouverture internationale effective. Des feuilles de route pour Les projets langues vivantes entrent en application dès cette rentrée. Ils doivent être considérés comme des feuilles de route qui permettront aux équipes de suivre l application des mesures, d en vérifier les résultats et, en conséquence, de décider des corrections et évolutions utiles. Au-delà, tous les établissements ont vocation à prendre part à l action selon les dispositions qu il leur appartient d arrêter. La mutualisation des expériences et l entraide sont décisives. Le portail langues vivantes, directement accessible depuis la page d accueil académique recueille les bonnes pratiques et les outils efficaces. Source d informations permanentes et renouvelées, ce portail fait le lien vers les plateformes pédagogiques, lieux d échange de documents et de réflexion collective. Des formations de proximité Les équipes de pilotage dans les bassins et les départements dont la composition est indiquée sur le portail langues vivantes à la rubrique À qui s adresser? coordonnent les initiatives à leur échelle. Les équipes organisent maintenant des formations de proximité au sein du bassin ou du département. Le nombre de formateurs Interlangues qui pourra prendre en charge ces formations sera augmenté. Les inspecteurs de langues, avec la Dafpen, apporteront leur aide et leur expertise pour développer ces formations. Contact : plan langues vivantes Lauro Capdevila, IA-IPR espagnol, chargé de mission langues vivantes Inspection pédagogique régionale. Rectorat Tél. : Fax : Mél : Contacts : internationalisation James Brossard, délégué académique aux relations internationales DARIC. Rectorat Tél. : Fax : Mél : Dominique Bourget, IEN chargé du 1 er degré. IA 22 Tél. : Fax : Mél : Le point sur le projet académique dossier Améliorer les compétences des élèves en langues étrangères Le plan académique langues vivantes repose sur un objectif commun : développer les capacités pratiques des élèves en langues vivantes. Évaluations de langues vivantes étrangères en fin de cycle 3 à Lamballe : de très bons résultats 320 élèves ont passé les épreuves d évaluation en langues vivantes étrangères en fin de cycle 3 en anglais sur la circonscription de Lamballe. Les résultats sont particulièrement encourageants. Les compétences du niveau A1 du cadre de référence européen sont maîtrisées à près de 85 % dans le domaine de l oral et à près de 80 % dans le domaine de l écrit. Les savoirs culturels ont obtenus de moins bons scores, mais ils n étaient évalués que sur 3 items (sur un total de 30). uelques chiffres 166 sixièmes à deux langues (117 dans l'enseignement public, 49 dans le privé). 58 allemand + anglais, 82 anglais + allemand, 2 anglais + chinois, 12 anglais + espagnol, 2 anglais + russe, 10 espagnol + anglais. (La langue indiquée en premier est celle commencée à l'école primaire). 268 sections européennes et de langues orientales (150 dans le réseau public, 118 dans le privé). 50 d'allemand, 153 d'anglais, 2 de chinois, 60 d'espagnol, 3 d'italien. Certifications des instituts nationaux 364 candidats en 2003, à la session Soit une hausse de près de 400 % en trois ans. (582 dans l'enseignement public, 867 dans le privé). Contact : Lauro Capdevila, IA-IPR espagnol, chargé de mission langues vivantes Inspection pédagogique régionale. Rectorat Tél. : Fax : Mél : Breton Bilinguisme breton-français : élèves, second degré : (public : 447, privé : 274, Diwan : 785), premier degré : (public : 3305, privé : 3302, Diwan : 1 892). Breton optionnel dans le second degré : 5 138, (public : 3357, privé : 1 731). initiation au breton dans le premier degré : élèves. Gallo 597 élèves dans le second degré public. Contact :Rémy Guillou, chargé de mission d'inspection Langues et culture régionales. Tél. : Fax : Mél : Zoom sur Des professeurs des écoles du secteur de Dinan impliqués dans un partenariat avec le Comté de Durham Après l accueil en décembre 2005 d une dizaine d enseignants anglais, trois enseignants et une conseillère pédagogique de Dinan ont effectué au mois de mai 2006 un voyage d étude dans la région de Durham. Basés sur des observations de la vie d une école et une participation à l enseignement de la langue française, les échanges pédagogiques ont été motivants pour les deux parties. Les appariements se sont constitués sur la base de projets similaires (vie de l enfant, chansons et comptines, patrimoine ). uatre enseignantes anglaises feront un stage de perfectionnement linguistique à Dinan en mars Par ailleurs, pour concrétiser les relations entre les élèves, deux écoles anglaises ont un projet de classe de découverte près de Dinan permettant ainsi aux élèves anglais et français de participer à des activités communes, dans l esprit des accords bilatéraux conclus au niveau des États. Dans ce projet, les technologies d information et de communication prennent une dimension fonctionnelle majeure. bloc-notes 9

10

11 Performance académique et performance des établissements Des niveaux de qualification plus élevés, des parcours plus fluides dossier Le point sur le projet académique De la fin juin à début juillet 2006, dans les BAPE, des rencontres sur la performance ont réuni les chefs d établissement, le secrétaire général de l académie Bernard Pouliquen, son adjointe Marie-Claire Garçon, Isabelle Amara chef de la DOS, Christian Mériaux, délégué académique aux enseignements techniques, Patrick Garotin, CSAIO, Philippe Ermenault responsable du SE2P, des inspecteurs Le point avec Bernard Pouliquen. uels étaient les objectifs de ces réunions de fin d année scolaire? Taux de réussite aux examens, accès à la terminale du bac, poursuites d études après le BEP, équilibre des séries du bac, répartition sexuée dans les filières littéraires et scientifiques Notre objectif était de donner des éléments d'analyse des BAPE et des établissements par rapport aux objectifs prioritaires de l'académie définis dans le projet académique sous les labels individualisation et parcours. Ces éléments doivent permettre aux proviseurs et adjoints de repérer leurs marges de progrès et d améliorer leur contribution à la performance académique telle quelle a été présentée dans le projet annuel de performance académique (en ligne à l adresse : intra.ac-rennes.fr, rubrique actualités). La démarche de performance n'est pas directive : elle repose sur l'adhésion et l'autoanalyse des chefs d'établissement. Cependant, à partir des études menées par les services académiques, le recteur pourra préciser un objectif à atteindre à un établissement, par exemple si sa situation se révèle particulièrement atypique et en décalage avec les priorités académiques, ou, s'il ne fait pas apparaître de lui-même des objectifsassez ambitieux sur un sujet donné comme un sur-redoublement marqué. uels ont été les retours des chefs d établissement? Les chefs d'établissement sont en grande majorité bien rentrés dans cette logique de performance et sont le plus souvent au fait des questions posées par les indicateurs illustrant les priorités académiques. Les problèmes qui se posent sont d'une part de transmettre ces informations à l'ensemble de la communauté éducative, et particulièrement aux enseignants, et de les aider à assimiler ces analyses pour dégager les éléments de construction du projet d'établissement et d élaboration des contrats d objectifs. D'autre part, la difficulté est de définir des moyens d'actions et des mesures permettant de corriger, d'infléchir ou de conforter la situation de l'établissement dans le sens des priorités académiques. Des questions ont aussi été posées sur le plan d évolution des formations. Ce plan est une des modalités d amélioration de la performance. Par exemple, un établissement dans son projet peut décider de favoriser l accès des filles dans les filières industrielles : quelles formations veut-il développer? quelles La démarche de performance repose sur l adhésion et l auto-analyse des chefs d établissement. actions va-t-il proposer? Comment va-t-il évaluer ses résultats? L ensemble de ces objectifs constituera le contrat d objectifs de l établissement qui contribuera lui-même à définir le PEF : tout est lié et tout doit concourir à une élévation du niveau de qualification et à une meilleure fluidité des parcours. uelle suite sera donnée à ces rencontres? La balle est dans le camp des chefs d'établissement, qui pour autant, ne seront pas abandonnés, mais accompagnés. Le service d études, de pilotage et de prospective (SE2P) peut les aider à approfondir les éléments chiffrés qui leur ont été présentés, porter un regard technique et sans jugement sur ces données et aider les chefs d'établissements à les expliquer à la communauté éducative. Les services académiques, en particulier la division des établissements et de l action éducative (DEAE), sont à la disposition des établissements pour les assister dans leur démarche. Et bien sûr, les corps d'inspection sont des interlocuteurs privilégiés. Contact : Bernard Pouliquen, SG. Tél. : Fax : Mél : bloc-notes 11

12 actualités Éducation artistique et culturelle Un nouveau départ 2006 aura été l année de l installation du groupe de pilotage État-collectivités de l éducation artistique et culturelle par le recteur d académie et le directeur régional des affaires culturelles, puis de la constitution dans les quatre départements d un groupe de pilotage placé sous l autorité de l inspecteur d académie et du président du conseil général. Ces instances de collaboration, inédites, produisent actuellement des états des lieux qui prennent en compte tous les temps de l élève, à l école et en dehors. Les actions prioritaires seront définies en en s appuyant sur l analyse conjointe des états des lieux départementaux. Les projets d établissement et d école s appuieront aussi sur cette nouvelle dynamique d organisation. La délégation à l éducation artistique et culturelle, avec la Direction régionale des arts et de la culture, accompagne en permanence cette refondation, en même temps qu elle prépare son dispositif académique à faire face aux nouvelles attentes de nos partenaires. La mutualisation avec le CRDP se poursuit et produit ses meilleurs résultats à l échelle des départements, avec des CDDP résolument engagés. uatre secteurs : l éducation à l environnement pour un développement durable (EEDD), la danse, les arts plastiques, l écriture-lecture, jugés prioritaires et insuffisamment dotés, sont consolidés à compter de la rentrée avec le recrutement de conseillers-relais ou de conseillers académiques. Le FRAC Bretagne, notamment, retrouve un enseignant dont la mission sera de relancer le réseau des galeries d art à vocation pédagogique. Concernant les demandes d ouvertures d enseignements artistiques, le recteur et le directeur régional des affaires culturelles tiendront compte des équilibres territoriaux. Enfin, comment aborder cette rentrée scolaire sans parler de l ouverture récente, à Rennes, des Champs libres qui réunit le musée de Bretagne, une médiathèque et l Espace des sciences. Cet équipement à vocation régional sera un point d appui majeur, en particulier pour sensibiliser les scolaires aux carrières scientifiques. Une convention est en cours de préparation. Contact : Jean-Pierre Gabrielli, délégué académique à l éducation artistique et culturelle Tél. : Fax : Mél : bloc-notes 12

13 actualités Technologies de l information et de la communication Les systèmes d information de l éducation en plein chantier! L éducation nationale a entamé un plan de rénovation de ses systèmes d information et des logiciels qui y donnent accès. Notre académie sera concernée au premier plan. Sconet Après une phase de déploiement satisfaisante grâce à l implication des collectivités territoriales, des établissements et du rectorat, la nouvelle application de gestion de la scolarité a connu une accumulation de difficultés d origines diverses. Incidents du réseau Mégalis (réseau régional de communication internet), retard de livraison des modules et des nomenclatures, dysfonctionnements applicatifs et pannes d éléments actifs du réseau du rectorat ont considérablement compliqué les opérations de préparation de rentrée pour les personnels des établissements. Les équipes de Mégalis, du service informatique académique et du site de diffusion nationale Sconet de Toulouse se sont mobilisées afin de permettre un retour à un fonctionnement stabilisé de l application La prudence reste de mise, étant la première année de fonctionnement de Sconet en grandeur réelle. Dans ce contexte, il a été décidé que le déploiement massif programmé par le ministère, à compter de septembre 2006, des nouveaux modules Sconet Absences et Sconet GFE (gestion financière des élèves) se fera de façon expérimentale dans une vingtaine d établissements de notre académie. À noter : STS Web privé ( Structures et services sur le web) est testé dans 200 établissements à partir de la rentrée Les systèmes d information du premier degré Les écoles maternelles et élémentaires se dotent, elles aussi, d un logiciel de gestion de la vie scolaire. Après un an d expérimentation satisfaisante dans une quarantaine d écoles du Finistère et d Ille-et-Vilaine, et avec la nécessité d un accompagnement en formation et en assistance, l expérience s étend à la rentrée Elle va concerner d une part, un nombre plus important d écoles de ces deux départements et d autre part, les Côtes-d Armor et le Morbihan qui se lancent à leur tour. Des collaborations se mettent en place entre les quatre départements pour mieux travailler ensemble en particulier une rubrique 1 er degré sur le site académique où des outils seront mis en commun (interface pour les échanges avec l enseignement privé, reprise des données pour les communes, etc ). La plateforme académique d assistance informatique, quant à elle, prendra en charge l assistance à compter du premier trimestre Ce sont les chantiers les plus importants en cours actuellement dans l académie dans le champ des technologies de l information, mais non les seuls. Les établissements vont recevoir courant septembre la lettre numérique des Rendez-vous de l informatique qui fera le point sur l ensemble des perspectives 2006/2007. Un espace numérique de travail pour tous les usagers de l académie de Rennes Afin d accéder de façon simplifiée et sécurisée à ces logiciels métiers rénovés, ainsi qu aux informations et services utiles à chacun dans l exercice de son activité, l académie travaille, avec des groupes d utilisateurs, à la mise en place d un ENT (espace numérique de travail), pour tous les acteurs de l éducation en Bretagne (enseignants, Sensibilisation à la sécurité des systèmes d information (SSI) À destination des élèves Blog-notes, plaquette de conseils aux jeunes blogueurs, est diffusée aux élèves de 3 e dès la rentrée Conçue entre autres par le CLEMI, elle est destinée à sensibiliser les collégiens à ce qui est permis et ce qui ne l est pas lors de la mise en ligne d un site personnel, et en particulier aux limites entre espace public et privé. Les élèves de seconde du nouveau lycée de Bruz Anita Conti ont participé au cours de l an passé à une expérimentation innovante en matière de sensibilisation aux risques et aux dangers de l Internet. Ces élèves de 2 e Informatique, gestion et communication ont suivi une formation spécifique qu ils ont relayée ensuite à l ensemble des élèves de l établissement avec leurs mots à eux. Élèves, familles et enseignants ayant jugé l opération concluante, son extension est à l étude. À destination des chefs d établissement Après l encadrement et les personnels des services académiques, les chefs d établissement pourront assister à un séminaire sur la sécurité des systèmes d information (SSI) le 13 octobre prochain aux Champs Libres, nouvel espace culturel rennais (à découvrir par la même occasion). Ce séminaire s insère dans un vaste plan ministériel et permet d aborder les aspects techniques, organisationnels et juridiques de ces questions. Agenda 26 septembre : Les Rendez-vous de l Informatique spécial nouveaux personnels de d encadrement des établissements, au lycée hôtelier de Dinard (date à confirmer). 13 octobre : Séminaire de sensibilisation à la SSI, à destination des chefs d établissement aux Champs Libres à Rennes. 3 e semaine de septembre : formation STS Web privé (Structures et Services sur le web). personnels administratifs, élèves, parents d élèves ), en collaboration avec les collectivités territoriales, à l horizon 2007/2008. Les sites internet et intranet académique, les espaces disciplinaires, les plateformes Phare de travail collaboratif, les ENT pilotes entrent dans le champs de cette importante rénovation. Première concrétisation : un nouveau site internet académique début Contact : Frédérique Bisserier-Pouliquen, Service informatique académique SERIA. Rectorat Tél. : Fax : Mél : bloc-notes 13

14 formation Formation continue des adultes Les Groupements d ETAblissements (GRETA) réaffirment leur ancrage territorial S eptembre 2006-septembre 2012, plus de 250 lycées et collèges de l académie de Rennes ont renouvelé leur engagement en formation continue en adhérant à l un des dix groupements d établissements. À compter du 1 er septembre 2006, les deux GRETA du département des Côtes-d Armor fusionnent. L organisation administrative va connaître quelques modifications mais les pôles de formation sont maintenus dans les établissements adhérents. Plus que jamais, dans les Côtes-d Armor comme dans toute l académie, l Éducation nationale conduit ses missions dans un cadre territorial, au plus près des moyens, dans le cœur des 21 pays bretons. Dans le cadre des orientations nationales, l action s inscrit dans la stratégie régionale emploi formation (SREF) votée par les élus au mois de juin. À cette rentrée, les GRETA doivent faire face à des charges financières nouvelles et supplémentaires liées au prélèvement des cotisations patronales sur les salaires. Cela représente un surcroît de charge important qui sera absorbé dans le temps par un pilotage renforcé sur les aspects économiques et par le maintien et le développement des activités. Opérateur public dans un marché de la formation continue très concurrentiel, les GRETA maintiendront le cap au service des individus pour participer au développement économique de la Bretagne et de ses entreprises. Contact : Daniel David, délégué académique à la formation continue DAFCO. Rectorat Tél. : Fax : Mél : Chiffres réseau des GRETA en stagiaires accueillis ; entreprises clients ; heures de formation (heures stagiaires). Principaux domaines de formation (chiffres en heures stagiaires) (% des HS) Tertiaire de bureau 29 % 18 % Bâtiment 12 % Enseignement général 9 % Industriel 9 % Autres Répartition par niveau de formation (% des HS) Transversales 9 % Niveau 3 11 % Niveau 4 20 % La Validation des acquis de l expérience candidats validés en 2005 sur 124 diplômes différents ; 66 % ont obtenu une validation totale ; des commissions de jurys organisées dans 60 établissements. 6 % Sanitaire et social 6 % Insertion 5 % Transport 5 % Hotellerie-Restauration-Tourisme Niveau 5 60 % Origine du financement (% des HS) Principales mesures activées (% des HS) Collectivités territoriales 48 % (1) OPCA : organisme paritaire collecteur agréé Individuels 6 % Fonds privés, entreprises, OPCA (1) 29 % Commande publique 17 % 7 % 9 % 11 % Plan de formation de l entreprise Contrat de professionnalisation (dont fin des contrats de qualification) CIF (congé individuel de formation) 1 % CES (contrat emploi solidarité) Pour en savoir plus : Zoom, avril Contact : GIP-FAR Groupement d'intérêt public Formation de l'académie de Rennes. Tél. : Fax : Mél : bloc-notes 14

15 formation Formation des personnels de l'éducation nationale Se former par des moyens diversifiés La politique de formation des personnels est arrêtée par le recteur : les cahiers des charges des plans académiques de formation (enseignants 1 er et 2 nd degré, ATOSS, personnels d'encadrement) sont adressés ensuite à des prestataires de formation (IUFM, universités de Bretagne, corps d'inspection, services du rectorat, réseau des GRETA, CRAM, EDF, la défense nationale, l'inrs ). Différentes modalités de formation sont proposées aux personnels de l académie. Le programme national de pilotage (PNP) L'objectif vise l'enrichissement des compétences des formateurs académiques, relais dans la mise en œuvre de la politique académique. Les candidatures sont validées par le recteur. Le PAF L'objectif est l'actualisation de savoirs disciplinaires et le développement de compétences professionnelles dans les domaines transversaux prioritaires, ou des métiers pour les ATOSS. Les offres académiques répondent aux besoins d'accès à des savoirs récents issus de la recherche, du monde du travail, à la didactique induite par les programmes pour les enseignants, ou les directives ministérielles de modernisation de la fonction publique par exemple ; Dans les cercles de réflexion, les équipes d'enseignants des collèges et des lycées échangent et créent des outils pour traiter des thèmes proposés par les inspecteurs ou par les chefs des travaux ; les animations pédagogiques : à l'initiative des inspecteurs, elles permettent de répondre à des besoins dans le domaine des programmes, des réformes et des évaluations aux examens ; Le Paf en ligne Les plans académiques de formation des personnels sont consultables en ligne à l'adresse : rubrique personnels et formation. les colloques, séminaires, conférences : ces modalités de formation concernent tous les personnels qui souhaitent réactualiser leurs connaissances, enrichir leur culture personnelle. Les groupes de secteur Les groupes de secteur sont un lieu de concertation et de travail en équipe disciplinaire ou catégorielle permettant de rendre opérationnels des acquis de la formation et de proposer des solutions adaptées à des problèmes liés aux pratiques professionnelles. Ils sont organisés en cohérence avec le découpage du territoire académique en bassins. Les demandes de formation de proximité Elles accompagnent le projet d'établissement ou un projet collectif local. Les chefs d'établissement formulent des demandes de formation qui sont ensuite validées par la DAFPEN. La DAFPEN mobilise alors d'une part des chargés de mission qui apportent leur expertise et leur conseil en formation aux offreurs (corps d'inspection, conseiller du recteur, partenaires externes, etc.). Elle misionne aussi les correspondants DAFPEN (CODAF) des BAPE, promeuvent les modalités de formation, conseillent les chefs d'établissement dans l'analyse des besoins de formation des personnels et accompagnent certains projets académiques (plan langues, ENT, etc.). D autres modalités La DAFPEN inscrit dans ses objectifs de l'année, l'étude et l'expérimentation de nouvelles modalités de formation (à distance, en local, inter-catégorielle) en relation avec les corps d'inspection, les conseillers du recteur et les services académiques. Contact : Guy Lebé, délégué académique à la formation des personnels de l'éducation nationale DAFPEN. Rectorat Tél. : Fax : Mél : Part des différentes modalités dans la formation des personnels de l'académie Année scolaire (en termes de stagiaires retenus) Formation de Proximité 14 % Groupe de secteur 8 % Hors PAF 11 % brèves National 3 % Formation initiale personnels encadrement 3 % Cercle de Réflexion 0 % Autre 2 % PAF 59 % Microbes en questions : des collégiens parlent à plus petits qu eux! En partenariat avec l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie, l académie expérimente une nouvelle modalité d éducation à la responsabilité des élèves pour leur santé et pour la citoyenneté. Dans le cadre du programme de 3 e, ils pourront ainsi travailler en , avec leur professeur de sciences de la vie et de la Terre (SVT), sur la question du bon usage des médicaments et de ses enjeux à partir de l exposition microbes en questions, avant d aller l expliquer à des élèves de CM1-CM2. Un outil d échanges, sous la forme d une liste de diffusion, a été créé pour les équipes intéressées à l adresse Clap à l'ouest : les 24 et 25 mai 2007 Les rencontres audiovisuelles scolaires organisées par le centre départemental de documentation pédagogique du Finistère seront organisées les jeudi 24 et vendredi 25 mai Voir Bloc-Notes n 56 juin bloc-notes 15

16 gestion des ressources humaines Bilan 2006 des mouvements des personnels Personnels enseignants 619 entrants (17,97 %) par le mouvement inter-académique ; 87 enseignants (2,53 %) touchés par mesure de carte scolaire ; candidatures volontaires (77,30 %) dont titulaires sur zone de remplacement (37,53 %) ; 76 autres candidatures (2,63 %) : stagiaires IUFM, enseignants mis à disposition maintenus dans l'académie ; 86 postes vacants à l'issue du mouvement (2005 : 83 ; 2004 : 163 ; 2003 : 230). Décentralisation des personnels TOS La loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales a étendu les compétences des collectivités territoriales en leur confiant la responsabilité de l accueil, la restauration, l hébergement et l entretien général et technique des EPLE. L es personnels TOS sont transférés, progressivement du 1 er janvier 2006 au 31 décembre 2008, selon des échéances choisies par les intéressés eux-mêmes. En attendant leur détachement ou leur intégration, les OEA, OP et MO, ainsi que certains personnels administratifs gestionnaires de ces catégories, ont été mis à disposition de leur collectivité de rattachement. Pour la dernière fois, les services du rectorat ont organisé les opérations de mouvement, mais selon des modalités particulières, puisqu ils l ont fait en prestataires de service pour le compte des collectivités. Place aux collectivités Ce sont désormais les collectivités qui prennent les commandes de la mobilité des personnels TOS, qui devrait maintenant se dérouler selon des procédures propres à la fonction publique territoriale. S agissant des modalités de l exercice du droit d option, les personnels en ont été informés, au cours TOS ont opté pour l intégration dans la collectivité territoriale (20 juillet 2006). de quelque 50 réunions organisées et animées par les services académiques. Ainsi, à la veille des congés d été, près de 2000 personnes avaient choisi de rejoindre une collectivité territoriale par voie d intégration (83,5 %) ou de détachement (16,5 %). Ces décisions ne connaîtront d effet pratique (prise en charge financière) qu au 1 er janvier Accueillis à cette date dans des cadres d emplois spécifiques au sein de la fonction publique territoriale, les agents continueront d exercer leurs fonctions dans les EPLE, sous la responsabilité immédiate des gestionnaires et des chefs d établissement. Ceux qui n ont pas encore pris de décision (ils ont jusqu au 31 décembre 2007 pour le faire) restent pris en charge administrativement et financièrement par l État, mais mis à disposition des collectivités territoriales. Contact : Marie-Josée Hélary, chef de la division des personnels administratifs, techniques et d'encadrement DIPATE. Rectorat Tél. : Fax : Mél : Personnels ATOS Pour la dernière fois, les services de la DIPATE du rectorat ont organisé en 2006 le mouvement des personnels TOS décentralisés, et ce, pour le compte des 5 collectivités territoriales. 762 agents, dont 130 inter-académique ont participé au mouvement. 245 personnes ont obtenu une mutation, soit environ un tiers des agents. Le taux de satisfaction varie selon les catégories de personnels : 42 % des OEA, 33 % des OP et 24 % des MO sont mutés. Dans la filière administrative, 184 AASU, SASU ou adjoints/agents ont obtenu leur mutation sur 579 demandes, et dans la filière médico-sociale, 46 assistants de service social et infirmiers mutent (sur 98 demandes). bloc-notes 16

17 gestion des ressources humaines Arrivées des personnels d encadrement (1) (1) Données au 30 juin 2006 sous réserve de modifications ultérieures. Chefs d'établissement Côtes-d'Armor Bourbriac, collège Jules-Ferry : Gisèle Benech Chatelaudren, collège Étienne-Kervizic : Sylvine Anzi Guingamp, collège Jacques-Prévert : Jocelyne Cerino Guingamp, collège Albert-Camus : Ivan Guezennec Merdrignac, collège Per-Jakez-Hélias : Jean-Jacques Merceur Moncontour, collège François-Lorant : Gil Rivière Mur de Bretagne, collège Paul-Eluard : Michel Aymerich Paimpol, collège Goas-Plat : Guy Josselin Plérin, collège Jules-Léquier : Michel Morvan Plouaret, collège François-Marie-Luzel : Céline Nicolas Saint-Brieuc, lycée François-Rabelais : Brigitte Guegan Saint-Brieuc, collège Jean-Macé : Jean-Luc Rouet Finistère Bannalec, collège Jean-Jaurès : Dominique Raduffe Brest, collège Kérichen : Françoise Auffret Brest, LP Dupuy-de-Lôme : Martine Pasgrimaud Daoulas, collège Coat-Mez : Jean-Jacques Vincent Guilers, collège Craos-Ar-Pennoc : Jean-Pierre Petton Huelgoat, collège Jean-Jaurès : Yves David Mœlan-sur-Mer, collège Parc-Ar-C Hoat : Marie-Pierre Goic Morlaix, collège Pierre Mendès-France : Rozen Le Gall Plougastel-Daoulas, collège De la Fontaine-Blanche : Françoise Bercovici Plouzane, collège Kroas-Saliou : Chantal Haillard Pont-Aven, collège Penanroz : Christian Blais Plounéour-Ménez, collège Des Monts-d'Arrée : Patrick Cathelo Ille-et-Vilaine Bain-de-Bretagne, lycée Jean-Brito : Kader Sadoun Cesson-Sévigné, collège Bourgchevreuil : Joëlle Alais Chartres-de-Bretagne, collège De Fontenay : André L Honoré Dinard, collège Le Bocage : Gilles Le Saux Dol-de-Bretagne, LP Alphonse-Pellé : Jean-Yves Le Bonniec Fougères, collège Mahatma-Gandhi : Daniel Cano Melesse, collège Mathurin-Méheut : Olivier Babut Montfort-sur-Meu, lycée René-Cassin : Jean-René Chesnais Pacé, collège Françoise-Dolto : Bernard Baroin Redon, collège Bellevue : Michel Duclos Redon, lycée Beaumont : Jean-Pierre Pasquiou Rennes, lycée Émile-Zola : François Perrault Rennes, collège Les Chalais : Pascale Robert Rennes, collège Les Hautes-Ourmes : Dominique Labbé Saint-Méen-Le-Grand, collège Camille-Guérin : Viviane Le Bris Tremblay, collège Pierre-Perrin : Jean Michel Bats Morbihan Hennebont, collège Pierre-et-Marie-Curie : Patrick Agaesse Josselin, LP Ampère : Jean-Jacques Hillion Locminé, LP Louis-Armand : Dominique Tranvouez Lorient, collège Kerentrech : Jean-Claude Le Drezen Mauron, collège M me -de-sévigné : Chantal Bortot Plœrmel, collège Beaumanoir : Dominique Martin Sené, collège Cousteau : Alain Caris Vannes, collège Jules-Simon : Patrick Alt Vannes, lycée Charles-de-Gaulle : Michel Le Mestrallan Chefs d'établissement adjoints Côtes-d'Armor Dinan, collège Roger-Vercel : Serge Kerbiquet Guingamp, collège Jacques-Prévert : Joseph Kerebel Lannion, collège Yves-Coppens : David Benveniste Paimpol, lycée Kerraoul : Philippe Le Goff Saint-Brieuc, lycée Chaptal : Michel Moulinet Saint-Brieuc, lycée F.-Rabelais : Stéphane Coatmelec Saint-Brieuc, collège Beaufeuillage : Yvonnick Brunel Saint-Brieuc, collège Léonard-de-Vinci : Claire Thiriet Finistère Brest, LP Jules-Lesven : Jean-Pierre Faou Brest, collège Kérichen : Maryvonne Person Brest, lycée Ronarc h : Catherine Sénéchal Carhaix-Plouguer, collège Beg-Avel : Jean-François Bougère Concarneau, lycée Pierre-Guéguen : Sébastien Gallois Douarnenez, collège Jean-Marie-Le-Bris : Emmanuelle Dube Landivisiau, lycée Du Léon : Christian Lecolier Morlaix, collège Du Château : Olivier Royer Morlaix, lycée Tristan-Corbière : Marie-Claire Jaeger-Chambaret uimper, collège Max-Jacob : Jean-François Jacopin uimper, collège Auguste-Brizeux : Xavier Pivert Carhaix-Plouguer, lycée Paul-Sérusier : Annick Bescont Fouesnant, collège Kervihan : Marie-Françoise Mazé Ille-et-Vilaine Bruz, lycée Anita-Conti : Brigitte Modicom Chateaubourg, collège P.-Olivier-Malherbe : Olivier Cloarec Dol-de-Bretagne, collège Paul-Féval : Gwénael Allaire Fougères, lycée Jean-Guéhenno : Jacques Piron Mordelles, collège Morvan-Lebesque : Jean-Paul Garnier Orgères, collège : Laurianne Lefeuvre-Rouzies Redon, lycée Beaumont : Nicolas Weber Redon, LP Beaumont : Éliane Bouyaux Rennes, LP Louis-Guilloux : Patrick Avignon Rennes, LP coëtlogon : Marie-Claire Laborde Rennes, lycée Bréquigny : Murielle Le Bohec Rennes, collège Les Chalais : Ivan Thery Rennes, collège Les Hautes-Ourmes : Éric Boisbluche Rennes, collège Le Landry : Sébastien Thomas Rennes, collège Anne-de-Bretagne : Éric Doucet Saint-Malo, lycée Maupertuis : Alexandre Rachou-Beautru Saint-Malo, collège Chateaubriand : Dominique Weinling Saint-Malo, collège Jean-Charcot : Chantal Grimal Morbihan Guer, collège Brocéliande : Rachel Karcher Lanester, collège Jean-Lurçat : Denis Chauvois Lorient, lycée Colbert : Jean-Charles Alladio Lorient, collège Auguste-Brizeux : Philippe Jean Pontivy, collège Romain-Roland : Françoise Le Rouzic ueven, collège Joseph-Kerbellec : Jacques Nedellec Séné, collège Cousteau : Sylvie Husson Directeurs adjoints de SEGPA Côtes-d Armor Paimpol, collège Goas-Plat : Jean Valet Finistère Brest, collège Keranroux : Françoise ueinnec Ille-et-Vilaine Bruz, collège P.-Brosselette : Michel Ramage Janzé, collège J.-Monnet : Franck Corot Rennes, collège La Binquenais : Jean-Pierre Bigot Saint-Aubin-d Aubigné, collège Amand-Brionne : Dominique Varene Morbihan Lorient, collège Anita-Conti : Bruno Beaufils Lanester, collège J.-Lurçat : Nadine Joret CASU et SGASU Ille-et-Vilaine IA 35, Secrétaire Général : Alain Desdevises Saint-Malo, lycée Maupertuis : François Guyomar Vitré, lycée Bertrand-d Argentré : David Rodriguez Rennes, lycée Chateaubriand : Marie-Laure Mahe-Guillet Cesson-Sévigné, lycée Sévigné : Marie-Hélène Suligoj Combourg, lycée Chateaubriand : Frédérique Gontier Rennes, rectorat : Gérald Mœnner Rennes, rectorat : Emmanuel Leroy Stagiaires CASU Cécile Debroise Christelle Hoscar Lionel Julien Jean-Pierre Malenfant IA-IPR Économie-Gestion : Patrick Langlois EVS : Roger Keime Lettres : Joëlle Malafosse-Weber SVT : Véronique Troadec IA-DSDEN Morbihan Philippe Couturaud (au 01/10/06), en remplacement d'andré Mercier, nommé IA-DSDEN de la Gironde IEN-ET Sciences et Techniques Industrielles : Gérard Parent IEN premier degré Finistère Morlaix I : André Remeur Morlaix II : Michel Marbot uimper VI : Jean-Marie Crepon-Leblond uimper VII : Daniel Kerjean Ille-et-Vilaine Chateaubourg : Christian Saint-Lezer Mordelles + IUFM : Jean-Philippe Deschamps Rennes AIS : Laurence Hanry Saint-Malo Ville : Pascal Percheron Morbihan Lorient Nord : Marie-Claude Moreno Lorient Centre : Monique Stievenart uestembert II : Sylvie Briere Vannes I : Pierre Belle Vannes II : Éric Letort Vannes AIS : Joëlle Diebolt Stagiaires 1 re année IEN premier degré Serge Simon Denis Ouin Contact : DIPATE 4. Rectorat Mél : bloc-notes 17

18

19 l académie en chiffres Jean-Baptiste Carpentier, nouveau recteur de l'académie de Rennes Mercredi 12 juillet, en conseil des ministres, Jean-Baptiste Carpentier a été nommé recteur de l'académie de Rennes. Né en 1947, ancien élève de l école normale d instituteurs de Douai et de l École normale supérieure de Saint-Cloud, docteur d État en sciences de la communication, Jean-Baptiste Carpentier a été assistant, puis professeur à l université de Valenciennes, dont il a été viceprésident de 1984 à Professeur à l université Paris IV Sorbonne, il a été directeur du CELSA de 1995 à Il était recteur de l académie de Caen depuis juillet Jean-Baptiste Carpentier remplace Serge Guinchard. En savoir plus : rubrique actualités Prévisions d effectifs (public et privé) 1 er degré Près de élèves étaient scolarisés dans le 1 er degré à la rentrée 2005, soit de plus qu en Ce nombre devrait baisser en maternelle (- 724) et augmenter en primaire ( ) à la rentrée nd degré Près de Les établissements du second degré ont accueilli élèves à la rentrée 2005 (hors enseignement supérieur en lycée). Les effectifs devraient diminuer de élèves à la rentrée Réunions de rentrée 2006 pour les chefs d établissement et les élus Finistère Chefs d établissement...lundi 28 août à 14h UBO Pôle P.-J. Hélias à uimper Élus...lundi 28 août à 10h30 Inspection académique 29 Morbihan Chefs d établissement...mardi 29 août à 14h Lycée Jean-Guéhenno à Vannes Élus...mardi 29 août à 10h30 Inspection académique 56 Côtes-d Armor Chefs d établissement...mercredi 30 août à 14h Lycée Jean-Moulin à Saint-Brieuc Élus...mercredi 30 août à 10h30 Inspection académique 22 Ille-et-Vilaine Chefs d établissement...jeudi 31 août à 14h Lycée Sévigné à Cesson-Sévigné Élus...jeudi 31 août à 10h30 Inspection académique 35 Directeur de la publication : Jean-Baptiste Carpentier Rédactrice en chef : Nathalie Le Garjean Ont participé à ce numéro : Sébastien Bernard, Frédérique Bisserier-Pouliquen, Dominique Bourget, James Brossard, Lauro Capdevila, Joëlle Carlac'h, Daniel David, Marie-Claude Desallangre, Claire Engrand, Philippe Ermenault, Christine Epinette, Jean-Pierre Gabrielli, Marie-Laure Gacel, Patrick Garotin, Rémy Guillou, Marie-Josée Hélary, Guy Lebé, Liliane Le Berre, Monique Le Cam, Françoise Le Corvec, Bernard Le Doze, Joël Lesueur, Claire Maitrot, André Mercier, Christian Mériaux Photo de couverture : Jean-Marc Guillotin, Collège Échange à Rennes Photos : Pierre Avenet, Nicole Guenneugues, Philippe Hamon Conception maquette : Ikkon Tél Impression : Calligraphy print Tél ISSN : Tirage : exemplaires Imprimé sur papier recyclé Contact : Bloc-Notes Rectorat d'académie, 96 rue d'antrain, CS 10503, Rennes Cedex 7 Site internet : Taux de réussite aux examens Bac 2006 Le taux de réussite au bac général est de 90,8 % supérieur de 4,1 points à la moyenne nationale (86,7 %) ; Celui du baccalauréat technologique (hors séries agricoles) est de 85,3 % supérieur de 7,9 points à la moyenne nationale (77,4 %) ; brevet des collèges Le taux de réussite global au brevet dans l'académie de Rennes est de 86,3 % en juin 2006, supérieur Le taux de réussite au baccalauréat professionnel des candidats de l'académie de Rennes est de 85,1 % * du même ordre que celui de la session de juin 2005 (84,9 %). L'académie de Rennes se situe une nouvelle fois au niveau national dans le groupe des académies de tête avec les académies de Grenoble et Nantes. BAC GÉNÉRAL BAC TECHNOL. BAC PROF.* TOTAL Nombre d'admis Taux de réussite (en %) 90,8 85,3 85,1 88,5 * résultats partiels des candidats originaires de l'académie de Rennes. de 7,3 points à la moyenne nationale (France métropolitaine 79 %). Taux de réussite admis en % Côtes-d'Armor ,7 % Finistère ,2 % Ille-et-Vilaine ,6 % Morbihan % Total académie ,3 % Pour en savoir plus : rubrique statistiques. Contact : Philippe Ermenault, chef du service des études, de la prospective et du pilotage SE2P. Rectorat Tél. : Fax : Mél : bloc-notes 19

20

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Formation continue des personnels d'encadrement

Formation continue des personnels d'encadrement Formation continue des personnels d'encadrement Ressources informatiques Administrer EDUCHORUS inscrip. individuelle - 12A0140202 Introduction à l'administration d'educhorus. - 25988 72,00 Prendre en main

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Principes généraux L académie de Caen accueille cette année 142 professeurs et CPE stagiaires dont

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Mercredi 16 septembre 2015 SEGPA du Collège Clemenceau actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Réunion de rentrée des DACS Intervention de Mme MEILLER Inspecteur référente académique SEGPA

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

et internationalisation".

et internationalisation. Le projet - s inscrit dans le cadre donné par la loi d orientation et de programme du 23 avril 2005 et prend en compte les exigences, en termes d efficience et de performance, liées à l entrée en application

Plus en détail

Faire apprendre Piloter Accompagner les évolutions

Faire apprendre Piloter Accompagner les évolutions Projet de Circonscription BASSE-TERRE En déclinaison du projet Académique, la circonscription se fixe comme objectif, d améliorer la réussite des élèves. Il s agit de donner à chaque élève une formation

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation».

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation». COURS NATIONAUX INTEGRES dans la scolarité primaire Circonscription du Pays de Gex Éléments pour une contractualisation du partenariat entre - l Education nationale, - les sections nationales et les associations

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Les métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation de l Université d'evry-val-d'essonne Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Mise en œuvre du livret personnel de compétences

Mise en œuvre du livret personnel de compétences Mise en œuvre du livret personnel de compétences Sommaire 1. Pourquoi un livret personnel de compétences? 2. Qu est-ce que le livret personnel de compétences? 3. Comment valider une compétence? 4. Livret

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Administration publique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Le lycée professionnel La nouvelle voie professionnelle : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée professionnel La nouvelle voie professionnelle : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 Le lycée professionnel La nouvelle voie professionnelle : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère générale Baccalauréat

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

L ORIENTATION AU LYCéE

L ORIENTATION AU LYCéE L ORIENTATION AU LYCéE L orientation, construite, progressive est au cœur de la rénovation des voies générale, technologique et professionnelle. Ce document a vocation à aider les équipes dans les établissements

Plus en détail

FORUMS PREMIERES. Janvier 2015 Annexe 3

FORUMS PREMIERES. Janvier 2015 Annexe 3 Janvier 2015 Annexe 3 FORUMS PREMIERES Pour renforcer le continuum des formations Bac-3/Bac+3, la politique d orientation des lycéens vers l enseignement supérieur s appuie sur le conseil en orientation

Plus en détail

ULIS LP Eiffel Unité Localisée pour l Inclusion Scolaire

ULIS LP Eiffel Unité Localisée pour l Inclusion Scolaire ULIS LP Eiffel Unité Localisée pour l Inclusion Scolaire MF Lagoguey coordonnatrice ULIS Eiffel Reims 1 Les missions de L ULIS LP Formation et Insertion L ULIS s inscrit dans le projet de formation et

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES I - ANALYSE DE SITUATION DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES STRUCTURES PEDAGOGIQUES : 21 divisions LV1 : anglais, allemand, russe allemand section européenne en 4 ème et 3 ème. LV2 : anglais,

Plus en détail

Cartographie des dispositifs existants

Cartographie des dispositifs existants Les décrocheurs Cartographie des dispositifs existants Les établissements scolaires et institutions publiques se sont saisis depuis plusieurs années déjà de la question du décrochage scolaire. AlphaOmega

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L organisation du temps scolaire Bureau de la formation continue des enseignants

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mardi 8 septembre 2015 Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mise en œuvre du plan d action pour les écoles de Seine-Saint-Denis Dossier de presse 1 SOMMAIRE - Déplacement de Najat

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques - Economie de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

LA SCOLARITÉ EN FRANCE

LA SCOLARITÉ EN FRANCE P.R.I.P.I Programme Régional pour l Intégration des Populations Immigrées C.A.S.N.A.V Centre Académique pour la Scolarisation des Nouveaux Arrivants et des enfants du Voyage LA SCOLARITÉ EN FRANCE Document

Plus en détail

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les Soussignés : L ACADÉMIE DE RENNES Rectorat 96, rue d Antrain 35705 RENNES représentée par Monsieur Jean-Baptiste CARPENTIER, Recteur, d une part ; et L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Licence professionnelle Management de la relation commerciale

Licence professionnelle Management de la relation commerciale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management de la relation commerciale Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège La loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l école de la République confie

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Licence Philosophie. Université Bordeaux Montaigne. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Licence Philosophie. Université Bordeaux Montaigne. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Philosophie Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations

Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations Le cadre Le cadre PDMF -Parcours de Découverte des Métiers et des Formations Mis en place en 2008, généralisé

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues, littératures et civilisations étrangères de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

INTRODUCTION. Dossier de Presse. Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013

INTRODUCTION. Dossier de Presse. Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013 Dossier de Presse Vendredi 31 août 2012 Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013 RENTREE 2012 85 623 élèves attendus pour les premier et second degrés, (soit 3 637 de plus

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues étrangères appliquées de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire

Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire Séminaire bi-bassins Antony - Vanves vendredi 28 novembre 2014 Comment s organise la lutte contre le décrochage scolaire dans l académie de Versailles?

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr OPERATION «POMPIERS JUNIORS» DOSSIER DE PRESSE Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr Service Départemental d Incendie et de Secours

Plus en détail

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale.

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale. Le Baccalauréat Professionnel Gestion-Administration au Lycée Professionnel Camille Claudel à Caen Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère générale Baccalauréat général

Plus en détail

«Faire de l égalité des chances une culture et une priorité académiques»

«Faire de l égalité des chances une culture et une priorité académiques» CONVENTION REGIONALE POUR LA PROMOTION DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE LES FILLES ET LES GARÇONS, LES HOMMES ET LES FEMMES DANS LE SYSTEME EDUCATIF Convention partenariale entre : - Le Préfet de la Région

Plus en détail

Convention de fonctionnement de la section sportive Athlétisme Partenariat G2A/ Collège Anatole France

Convention de fonctionnement de la section sportive Athlétisme Partenariat G2A/ Collège Anatole France Convention de fonctionnement de la section sportive Athlétisme Partenariat G2A/ Collège Anatole France Entre les signataires, Le Collège Anatole France, représenté par Mme FAURE Marie-Christine, Principale

Plus en détail

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011 DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE Lundi 6 juin 2011 SOMMAIRE Communiqué de presse Le dispositif «Ascenseur pour la réussite» en détails Contexte : les grandes écoles et l ouverture

Plus en détail

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE Préambule Différents acteurs, structures et partenaires concourent à l accueil et à

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique des organisations de l Université Paris Dauphine Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS) Intitulé (cadre 1) Licence droit, économie, gestion, mention Licence d Administration Publique Autorité responsable de la certification

Plus en détail

LE CALENDRIER 2011. en six étapes. POST BAC : une procédure d admission. 3 Phases d admission

LE CALENDRIER 2011. en six étapes. POST BAC : une procédure d admission. 3 Phases d admission Vous souhaitez vous inscrire en 1 ère année à l Université de Bourgogne? Pour > intégrer une première année de licence, > accéder à la première année commune des études de santé (médecine / masso-kinésithérapie,

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant de gestion import-export

Licence professionnelle Assistant de gestion import-export Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant de gestion import-export Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

RESEAU D EDUCATION PRIORITAIRE Collège Jacques PREVERT de BAR-LE-DUC. Contrat

RESEAU D EDUCATION PRIORITAIRE Collège Jacques PREVERT de BAR-LE-DUC. Contrat Année scolaire 2012/2013 RESEAU D EDUCATION PRIORITAIRE Collège Jacques PREVERT de BAR-LE-DUC Contrat entre l Académie de Nancy-Metz, représentée par Mme Béatrice GILLE, Rectrice d académie, Chancelière

Plus en détail

Institut Français de l Education

Institut Français de l Education Institut Français de l Education Le travail enseignant et la question de l évaluation Les 18, 19 et 20 mars 2015 «Je vis que je réussissais et cela me fit réussir davantage» Jean-Jacques Rousseau (Émile,

Plus en détail

Offre de formation de l UPS : niveau licence (Bac + 3)

Offre de formation de l UPS : niveau licence (Bac + 3) 2 Offre de formation de l UPS : niveau licence (Bac + 3) + 1 + 2 + 3 L MIA Mathématiques, Informatique et Applications CIMP SDI Sciences De l Ingénieur BAC SVT PCA SDU ORB licences professionnelles Physiques,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

4 e - 3 e... * Éducation du consommateur * Éducation socio-culturelle * Informatique * Biologie-écologie * Physique-chimie. * Enseignement spécifique

4 e - 3 e... * Éducation du consommateur * Éducation socio-culturelle * Informatique * Biologie-écologie * Physique-chimie. * Enseignement spécifique 4 e - 3 e * À l issu d une 5 e ou 4 e du collège * Avoir 14 ans avant la fin de l année civile de l inscription * Après entretien avec le jeune et sa famille * Éducation du consommateur * Éducation socio-culturelle

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

La rénovation de la voie professionnelle Le lycée professionnel depuis 2009

La rénovation de la voie professionnelle Le lycée professionnel depuis 2009 La rénovation de la voie professionnelle Le lycée professionnel depuis 2009 Présentation voie Pro. du 06/02/2013 - réunion profs principaux/orientation Lycée Caraminot (J. Debelle) 1 Enseignement supérieur

Plus en détail

BIENVENUE AU COLLEGE JEAN JACQUES ROUSSEAU

BIENVENUE AU COLLEGE JEAN JACQUES ROUSSEAU BIENVENUE AU COLLEGE JEAN JACQUES ROUSSEAU Site : http://cothorou.edres74.ac-grenoble.fr/ Adresse mail : Ce.0741227G@ac-grenoble.fr Tel : 04 50 71 01 64 Un établissement engagé Je suis heureux et fier

Plus en détail

EVALUATION DES CANDIDATS SCOLARISES EN CLASSE DE TROISIEME DANS UN ETABLISSEMENT PUBLIC ET PRIVE SOUS CONTRAT

EVALUATION DES CANDIDATS SCOLARISES EN CLASSE DE TROISIEME DANS UN ETABLISSEMENT PUBLIC ET PRIVE SOUS CONTRAT DIPLOME NATIONAL DU BREVET Le diplôme national du brevet évalue les connaissances et les compétences acquises a la fin du collège. Les sujets sont élaborés en fonction des programmes des classes de troisième

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

Formation continue. Pilotage et aspects réglementaires. Pilotage et aspects réglementaires. Mise en place des CHSCT

Formation continue. Pilotage et aspects réglementaires. Pilotage et aspects réglementaires. Mise en place des CHSCT Formation continue Pilotage et aspects réglementaires Pilotage et aspects réglementaires - 13A0140287 Le contexte juridique de l'eple - 29138 70,00 Actualiser ses connaissances sur les aspects juridiques

Plus en détail

Master Mécanique et ingénieries

Master Mécanique et ingénieries Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Mécanique et ingénieries Université de Bordeaux (déposant) Arts et Métiers Paris Tech Ecole Nationale Supérieure d Architecture et de Paysage de Bordeaux

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 1. L épreuve de PSE au baccalauréat professionnel : 1.1. Les modifications : BO n 30 du 23 juillet 2015 À partir de la session 2016, l épreuve

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues du monde et formation appliquée en relations internationales de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION L ACADEMIE DE CAEN

PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION L ACADEMIE DE CAEN 2011-2013 PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION DE L ACADEMIE DE CAEN 1 PREAMBULE Le programme de travail académique des corps d inspection (PTA), inspecteurs d académie inspecteurs pédagogiques

Plus en détail

LES AXES DU PROJET D ÉTABLISSEMENT

LES AXES DU PROJET D ÉTABLISSEMENT LES AXES DU PROJET D ÉTABLISSEMENT AXE 1 DÉVELOPPER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DU LYCÉE Informer sur l'offre de formation de notre établissement Favoriser les rencontres dans les collèges des chefs

Plus en détail

PROJET D'ÉTABLISSEMENT Années scolaires 2014-2017 IDENTIFICATION DE L ETABLISSEMENT

PROJET D'ÉTABLISSEMENT Années scolaires 2014-2017 IDENTIFICATION DE L ETABLISSEMENT ACADÉMIE DE DIJON ---------- VIE SCOLAIRE Date de transmission au Rectorat : PROJET D'ÉTABLISSEMENT Années scolaires 2014-2017 IDENTIFICATION DE L ETABLISSEMENT Nom et adresse de l établissement : LYCEE

Plus en détail

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Contexte de l offre de formation professionnelle initiale Tourcoing le 09 avril 2015 Offre de formation professionnelle initiale La politique

Plus en détail

Cahier des charges - cadre. Volet 1 : Contexte et Orientations. Plan académique de la. formation continue. des personnels.

Cahier des charges - cadre. Volet 1 : Contexte et Orientations. Plan académique de la. formation continue. des personnels. Délégation académique à la formation des personnels de l Éducation nationale [Dafpen] Cahier des charges - cadre Volet 1 : Contexte et Orientations ************* Plan académique de la formation continue

Plus en détail

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE TABLE DES MATIERES TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES... 3 Article 1 : Création... 3 Article 2 : Missions...

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional OCTOBRE 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SCHEMA DES FORMATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE,

Plus en détail

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Afin de mieux répondre aux besoins du ministère de l Education Nationale, le processus de recrutement des enseignants est réformé, dans le premier degré

Plus en détail

Intitulé du projet : Projet académique : Réussite dans le parcours Bac Professionnel - BTS

Intitulé du projet : Projet académique : Réussite dans le parcours Bac Professionnel - BTS Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EXPERIMENTATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

A. Une entrée par objectif

A. Une entrée par objectif Aide à la navigation dans le site A. Une entrée par objectif Le site de la cartographie vous propose de chercher une formation selon l objectif de la personne. Vous avez le choix entre 4 possibilités :

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Licence professionnelle Éditeur

Licence professionnelle Éditeur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Éditeur Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

PROJET D ACTION VISANT LA REUSSITE DES ELEVES DE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL EN STS «PEDAGOGIE DIFFERENCIEE EN BTS CGO» LYCEE LE CORBUSIER DE POISSY

PROJET D ACTION VISANT LA REUSSITE DES ELEVES DE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL EN STS «PEDAGOGIE DIFFERENCIEE EN BTS CGO» LYCEE LE CORBUSIER DE POISSY Cité scolaire Le CORBUSIER 88, rue de Villiers 78300 POISSY Tél.: 01-39-65-13-55 / Fax: 01-30-65-99-22 www.lyc-lecorbusier-poissy.acversailles.fr Logo établissement conçu par une élève de 3 ème B du collège

Plus en détail

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues étrangères appliquées de l Université de Cergy-Pontoise Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

LA GIRONDE ET SON ECOLE

LA GIRONDE ET SON ECOLE LA GIRONDE ET SON ECOLE «Une politique déterminée, des chantiers qui mobilisent quotidiennement les personnels et les partenaires de l Ecole, une volonté affirmée de poursuivre le travail engagé avec ambition,

Plus en détail

Licence Professionnelle Aménagement et gestion de la ressource en eau

Licence Professionnelle Aménagement et gestion de la ressource en eau Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Professionnelle Aménagement et gestion de la ressource en eau Université de Pau et des Pays de l Adour - UPPA Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE L ESSENTIEL SUR LA SÉRIE STI2D La série STI2D s inscrit de manière affirmée dans la voie technologique

Plus en détail