L ART DE TRADUIRE : UNE PRATIQUE CRITIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ART DE TRADUIRE : UNE PRATIQUE CRITIQUE"

Transcription

1 L ART DE TRADUIRE : UNE PRATIQUE CRITIQUE Par Olivier Kachler Collège Universitaire Français de Moscou Université de Picardie - Jules Verne L intitulé du séminaire dans lequel vous m avez invité à prendre la parole («Théorie, pratique, critique») me semble tout particulièrement pertinent, dans la mesure où la traduction se trouve au croisement de plusieurs disciplines supposant des points de vues théoriques à chaque fois différent, et qu elle est peut- être la seule pratique littéraire qui se situe à un tel point médian. Traduire implique, qu on en soit conscient ou non, une théorie du langage tout autant que de la littérature ou de l art en général, mais cela engage aussi des points de vue sur la pluralité des langues autant que des cultures, et sur leurs rapports, mis en jeu dans leur transfert. En ce sens, la théorie est incluse dans la pratique traductive, que cette inclusion soit explicite ou implicite pour le traducteur. «L acte de traduire [ ] montre [ ] chez qui traduit, avant tout l état de sa pensée du langage et de la littérature. C est ce qui se plaque sur la chose à traduire [ ]» a écrit Henri Meschonnic 1. Mais la question découlant directement d un tel intitulé tient à la façon dont on conçoit la relation entre ces trois termes. De ce point de vue, j aimerais ici exposer la façon dont la traduction, quand elle s élabore comme une activité critique, associe nécessairement la pratique et la théorie. Pour le montrer, je m appuierai sur le travail théorique d Henri Meschonnic, et sur une expérience personnelle qui m a conduit à proposer une nouvelle traduction du poème d Alexandre Blok connu en français sous le titre Les Douze, et que j ai retraduit par Douze 2. Pourtant, ce lien ne va pas de soi. Les points de vue traditionnels dominants sur la traduction empêchent plutôt de penser l interaction du théorique et du pratique. Habituellement on considère la traduction comme un domaine à part, et plutôt mineur, dans la mesure où il est présenté comme technique, linguistique. A ce point de vue, est associé l idée, qui semble évidente, de secondarité de la traduction, auxquels on 1 Ethique et politique du traduire, Verdier, Paris, 2007, p Abrégé désormais EPT. 2 Alexandre Blok, Douze, traduction, notes et postface par Olivier Kachler, éditions Allia, Paris,

2 oppose l idée d origine de l œuvre (elle est première) et d originalité (elles est singulière). L écriture serait ainsi vectorisée par l inconnu qu elle invente et découvre, la traduction par le connu, ou l advenu, qu elle se contente de reproduire, plus ou moins exactement ou fidèlement. Ainsi, le modèle épistémologique de l équivalence et de la fidélité en a découlé, avec ses paradoxes : pour Roman Jackobson, par exemple, il s agit de trouver «une équivalence dans la différence» 3. De ce type de paradoxe découle un modèle défectif et déceptif : il correspond à l idée de perte inévitable de la valeur artistique par le passage à une autre langue, voire de l intraduisibilité, souvent associée à la poésie ou de son corollaire inverse qui conçoit la traduction comme une trahison, selon un jeu de mot célèbre (traduttore, traditor). La traduction devrait alors choisir le moindre de deux maux : soit faire une seconde œuvre, originalité trahissant l original, soit se contenter d une œuvre seconde, pis aller qui n est ni l œuvre ni originale. Ces points de vues se manifestent souvent des les discours des traducteurs eux- mêmes, revendiquant une modestie de praticiens, opposée aux spéculations des théoriciens. Pierre Leyris affirmait par exemple, en recourant à une notion morale, que «traduire, c est avoir l honnêteté de s en tenir à une imperfection allusive» 4. Mais les valeurs moraltes (modestie, honnêteté) ne garantissent nullement la valeur littéraire, au sens de la justesse ou la force d une traduction. Ce point de vue est du reste confirmé par une tendance de certains théoriciens, comme Jean- René Ladmiral, qui a tenté de fonder une «traductologie», où il faut entendre, sur le modèle de l épistémologie ou de la philologie, une science de la traduction. Indépendante, donc, de la pratique. Le travail d Henri Meschonnic est à ce titre précieux : entamé dans les années 1970, il s appuie sur des traduction pour mener une réflexion globale globale sur la littérature, le langage, la société, le sujet, impliquant un point de vue critique sur le modèle épistémologique alors dominant, celui du structuralisme et de la théorie du Signe. Mais surtout, la question de la traduction inaugure et même fonde le travail théorique d Henri Meschonnic, dont ce dernier s est ensuite nourri. C est en ce sens qu il a pu écrire que «la traduction est [ ] l enjeu d une véritable révolution culturelle» 5. A l origine de cette révolution théorique se trouve le travail sur Bible et, nœud du problème, la question du rythme. 3 Roman Jakobson, «Aspects linguistiques de la traduction», dans Essais de linguistique générale, Les Éditions de Minuit, Paris, 1963, pp Pierre Leyris, entretien, dans Le Monde, 12 juillet EPT, op. cit., p

3 1. Le poème de la Bible et la théorie du rythme A partir de 1970 Henri Meschonnic a retraduit la Bible. Cette pratique lui fait découvrir des phénomènes rythmiques inédits dans le texte hébreu. A partir de là, il engage un travail théorique global, centré sur la notion de rythme. Pour comprendre la portée de ce travail, on peut s appuyer sur le passage bien connu de la Genèse, tel qu Henri Meschonnic l a retraduit. Je donne ici trois traductions, pour mieux faire comprendre le travail d Henri Meschonnic : 1. Au commencement où Dieu créait Le ciel et la terre 2. Et la terre était boue et trouble et l ombre à la surface du remous Et le souffle de Dieu recouvre la surface de l eau 3. Et Dieu dit qu il y ait la lumière Et il y eut la lumière 4. Et Dieu vit que la lumière est bonne Et Dieu sépara la lumière Et l ombre 5. Et Dieu appela la lumière jour l ombre il l appela nuit Et il y eut un soir et il y eut un matin jour un 6 Traduction de Louis Segond 1 Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. 2 La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au- dessus des eaux. 3 Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut. 4 Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. 5 Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour 7. Traduction d André Chouraki EN TÊTE Elohîms créait les ciels et la terre, 2 la terre était tohu- et- bohu, une ténèbre sur les faces de l'abîme, mais le souffle d'elohîms planait sur les faces des eaux. 3 Elohîms dit : "Une lumière sera". Et c'est une lumière. 4 Elohîms voit la lumière : quel bien! Elohîms sépare la lumière de la ténèbre 8. 5 Elohîms crie à la lumière : "Jour". À la ténèbre il avait crié : "Nuit". Et c'est un soir et c'est un matin : jour un. 6 Le texte figure dans Pour la Poétique II, Gallimard, 1973, pp Désormais abrégé PPII. 7 La Sainte Bible, traduction Louis Segond, 1978 (1 ère édition 1910), Alliance biblique universelle. 8 La Bible, traduction André Chouraqui, Déclée de Brouwer,

4 Deux traits font immédiatement trancher la traduction d Henri Meschonnic avec celle de ses prédécesseurs : le choix du lexique, guidé par une attention à la prosodie du texte hébreu, et l usage typographique des blancs. Une chaîne prosodique relie en effet en série boue trouble l ombre remous souffle et recouvre, série qui tente de recomposer la suite des phonèmes [h] et [u] en hébreu. Les blancs répondent aux accents disjonctifs propres au texte biblique. Tohu / vavohu, (le fameux tohu bohu, de sens obscur, mais renvoyant au chaos) par exemple, forme une unité syntaxique (et prosodique). Mais l accent disjonctif, noté par la barre oblique après «tohu» installe une pause rythmique en son centre 9. Henri Meschonnic remarque ainsi que «le conflit entre groupe syntaxique, groupe prosodique et groupe rythmique fait la modulation sémantique» 10. La traduction révèle ainsi, tout en les portant au premier plan, des marques linguistiques qui paraissaient secondaires dans l organisation du texte. C est ce qui relie la retraduction de la Bible à la modernité poétique. Henri Meschonnic a en effet emprunté cet usage poétique des blancs aux poètes symbolistes, Claudel et Mallarmé, qui l ont inventé dans la poésie à partir d une crise et d une critique de la métrique traditionnelle. C est même à partir des symbolistes que ce qui était «la structure interne facultative» du vers, à savoir l accentuation, se retourne en «canonicité variable, multiple» 11. Cet expérience constitue un bel exemple de contre- pied à l idée de secondarité de la traduction, au moins en deux sens : d une part, la modernité du langage poétique a rendu possible une traduction qui, en réécrivant la Bible, constitue aussi une relecture et une véritable redécouverte d un autre texte, derrière celui qu on croyait connaître. Pour Henri Meschonnic, il s agissait à l opposé de la lecture idéologique traditionnelle, en l occurrence religieuse, de «donner à entendre le poème de la Bible». Mais réciproquement, le travail sur la bible et la langue hébraïque ont mis au jour des catégories transformant le regard sur le langage et la littérature modernes. Comme blanc, la diction participe à la signification du texte, et elle en devient même le principe essentiel. Il devient alors possible de concevoir une oralité propre à l écriture, produite par elle, alors que la tradition les oppose, en confondant l oral et le parlé. Henri 9 Le texte hébreu translittéré que Meschonnic donne est : «2. Veha arets / hayta tohu / vavohu [ ]» 10 Poétique du traduire, Verdier, 1999, p Désormais abrégé PT. 11 «Pour une poétique de la traduction», préface aux Cinq rouleaux, traduit de l hébreu par Henri Meschonnic, Gallimard, 1970, p

5 Meschonnic définit cette oralité comme «une unité à dialectique interne de l écrire et du dire» 12. Mais du coup, la conception du rythme elle aussi se transforme, et avec elle celle de la littérarité. Le rythme ne se conçoit plus comme un principe esthétique, ornemental, qui s ajouterait à un sens déjà constitué ailleurs, dans la sphère de la logique, du lexique ou de la syntaxe, mais comme un principe sémantique, découlant du mode même d énonciation de chaque texte. «Dans un texte, la production du sens déborde le sens lui- même» 13 écrit Henri Meschonnic. Ce concept nouveau, Henri Meschonnic le construit pour la littérature, en s appuyant sur les travaux de Benveniste. Le linguiste français a en effet a montré que la conception courante du rythme comme retour régulier d une même séquence (le battement, la cadence) reposait sur une erreur étymologique venant de Platon, et qu il fallait revenir à Héraclite, qui le définit rigoureusement comme une «configuration du mouvant». Henri Meschonnic en a déduit un concept critique pour la littérature et la traduction. Par le jeu combiné des accents (syntaxiques, rythmiques) et de la prosodie, le rythme s entend alors comme «l organisation du mouvement de la parole dans l écrit». En d autres termes, la signification ne procède plus tant du sens des mots et de leurs rapports logiques, mais de leurs situations et relations rythmiques entre eux, autrement dit de leur valeur (terme emprunté à Saussure), qui est spécifique à chaque discours, et donc imprévisible. En conséquence, le rythme se dissocie aussi d une compréhension rhétorique ou stylistique. Le point de vue stylistique repose sur l identification de marques positives et locales les figures en supposant que les unes seraient porteuses de sens et les autres non, alors qu une poétique du rythme implique l organisation globale du discours en reconsidérant la signification du point de vue d une activité signifiante. Henri Meschonnic oppose de ce point de vue l idée d activité textuelle au texte comme produit, distinction qu il reprend à l opposition entre energeia et ergon chez Humbolt. Toute activité se référant à un sujet, l organisation rythmique coïncide alors avec une organisation du sujet : elle l invente et la manifeste. Penser un sujet du rythme engage ainsi tout autre chose que le sujet de la psychologie, ou encore de la philosophie (le sujet transcendantal). Parce qu il s agit d un sujet spécifique à chaque fois, sujet du poème, ou de l art en général. 12 PPII, op. cit., p PPII, op. cit., p

6 On voit donc bien dans ce premier exemple de traduction de la Bible avec quelle intensité la théorie et la pratique sont intrinsèquement liées. C est parce que la pratique de la traduction est une pratique critique qu elle engendre une activité théorique globale, mais qui ne serait pas possible sans elle. «Je prends le rythme comme le levier théorique qui peut déplacer toute la théorie du langage» écrit Henri Meschonnic 14. Mais cette conception nouvelle du rythme et par elle de la valeur artistique reflue vers la pratique de traduction, pour en constituer un objectif nouveau : «l objectif de la traduction n est plus le sens, mais bien plus que le sens, et qui l inclut : le mode de signifier» 15. L enjeu pour la traduction consiste alors à réactiver l activité que représente un texte, à partir du produit déposé dans l histoire de la littérature. J aimerais maintenant montrer par un exemple la différence que peut représenter traduire ou ne pas traduire le rythme, à partir d un exemple : le poème d Alexandre Blok, Двенадцать. Poème que tout le monde connaît en Russie, tant il a fondé la modernité poétique, et que tout le monde connaît, ou croyait connaître en France, par les traductions multiples qui en ont été données, et que j ai été amené à retraduire, dans une perspective critique. 2. Douze d Alexandre Blok : le rythme à l œuvre Dans la mesure où Douze est un poème et une poétique de la rupture, lié à une situation historique précise, la transformation et l invention d un rythme nouveau constitue l événement majeur du texte, et donc son principe organisateur. Par un système énonciatif inédit. Ce poème met en œuvre une voix impersonnelle, sans aucune mention du sujet de l énonciation : on ne sait pas qui parle. Mais cette impersonnalité, rapidement, s avère une polyphonie : une voix apparemment narrative, des voix de personnages, la voix de chansons populaires (la Varsovienne, les Chastuchkis) s entremêlent dans le texte, sans qu on puisse déterminer où l une s arrête et où l autre commence. A cela, il faut encore ajouter les bruits, onomatopées des tirs, et les diverses interjections dans le cours du poème. Autrement dit, la discontinuité énonciative est prise dans un continu rythmique, qui se construit comme une poétique de l écho. Ce système engage une écoute de l inconnu dans l histoire, qui se réalise par l invention, 14 EPT, op. cit., p PT, op. cit., p

7 comme poème, de ce qu on ne sait, c est- à- dire de l à venir de l histoire. Le poème est en effet aussi scandé par un leitmotiv : l avancée de douze soldats. Or il comprend lui- même douze sections. Le mouvement même de la parole poétique constitue ainsi l interprétant du mouvement des douze figures anonymes. L exploration de l inconnu forme leur enjeu commun. Autant dire que le psychologique ou le réalisme descriptif est repensé dans l élément du rythme. Mais la question, en matière de traduction, est le comment de ce système poétique. Dans le poème, il passe par un travail complexe : sur la ponctuation (absence de tiret là où on les attend, et présence ailleurs, avec des valeurs rythmiques, linguistiques ou dialogiques) ; un travail sur les diminutifs combiné aux répétitions, qui fait passer la chanson dans l énonciation poétique et vice versa ; un travail d échos prosodiques liant toutes les instances énonciatives entre elles. Un tel dispositif rythmique invente une forme où l opposition narration /dialogue, autant que parlé /écrit ne tiennent plus. Or c est précisément tout cette rythmique spécifique à Douze, travail d une activité signifiante d où procèdent les enjeux mêmes du poème, que les traductions françaises ont effacé. En traduisant pour le sens, et pour le sens seul, les traducteurs ont rétabli des guillemets, ajouté deux points ou des tirets absents dans le texte, pour discriminer ce qui est continu dans le texte. Problématiquement continu. La volonté descriptive constitue le corollaire de ce parti pris, rétablissant le poème dans les catégories littéraires et sémantiques traditionnelles, à l encontre de ses inventions propres. Ce point de vue est bien visible chez Gabriel Arout, qui ajoute des vers, comme dans l exemple suivant : Он головку вскидавает, Он опять повеселел Il arrange sa casquette Il a redressé la tête Il enroule son foulard Il a un air goguenard 16 Brice Parain, philosophe, lui aussi rationalise en traduisant. Comme dans les vers qui précèdent, il interprète une notation rythmique en rétablissant des liaisons narratives : И Петруха замедляет / Торопливые шаги, traduit par : «Pierrot vient 16 Dans Les Douze, traduit par Gabriel Arout, dans Sophie Laffitte, Alexandre Blok, Seghers, coll. «Poètes d'aujourd'hui», Paris, 1958, p

8 s aligner /Auprès de ses camarades» 17. Plus généralement, toute la rythmique du texte de Blok est effacée par Brice Parain. Comme dans «Свобода, свобода,/ Эх, эх, без креста!», qui devient : «La liberté/ sans la croix, s il vous plaît!» 18. Simultanément, il démétaphorise, puisque seul le message est en cause : Dans «Мировой пожар раздуем / Мировой пожар в крови», il ne retient qu un réalisme historique : «Nous mettrons le feu au monde / Du feu et du sang partout» 19. Dans le texte russe, le parallélisme faisait basculer la formule dans le registre analogique, l embrasement des sujets expliquant celui du monde, et inversement. Parti pris inverse, Armand Robin a essayé de traduire le rythme, mais sans le sens, comme un simple principe formel, ce qui en fait une forme vide de sens : le principe de répétition organise son texte, de la syntaxe au phonème. Le procédé passe par le calembour : «Le cab s est carapaté» (dans la sixième section) ou encore «c est le tour au tournourou», dans la cinquième section. Une répétition («полосну, полосну», en parlant d un coup de couteau) devient ainsi un néologisme : «étripétripailler» 20. Le problème, c est que la répétition n organise plus un rythme sémantique, mais relève de la gratuité du procédé : elle reproduit une forme sans sa valeur. Armand Robin, du reste, affirmait dans sa préface : «je me sèvre de ces quelques poèmes russes où je me suis traduit» 21. On ne peut programmer plus clairement l effacement de la poétique de Blok. D un côté donc, une pensée sans poétique, comme un simple message, de l autre une poétique sans pensée, comme forme qui est sa propre fin. Oui, mais, dira- t- on, ces valeurs d écriture, n est- ce pas là ce qui est précisément indissociable de la langue et de la culture russe, et donc intraduisible? Pouchkine lui- même, n avait- t- il pas déjà signalé que le russe abonde en tournures elliptiques et impersonnelles? Un «texte est toujours poésie de sa grammaire» 22 a aussi écrit Henri Meschonnic. Pour reprendre la remarque de Pouchkine, les tournures elliptiques, impersonnelles, sont certes propres au russe d un côté, mais d un autre Blok en a fait des valeurs d écriture, dans un poème spécifique. L hétérogénéité de langues- cultures, 17 Voir Alexandre Blok, Les Douze, traduit par Brice Parain, Le Nouveau Commerce, Cahier 2, Paris, [rééd. 1978] 1963, 2 ème section du poème. 18 Idem. 19 Ibid., 3 ème section du poème. 20 Voir Armand Robin, Quatre poètes russes, Le Temps qu il fait, Paris, 1985, p Ibid., préface, p PPII, op. cit., p

9 comme telles, constitue l intraduisible. Sinon à effacer leurs différences. Mais ce qui est à traduire, par une réinvention, ce sont les valeurs signifiantes qui en procèdent, au sens d un rythme global. En d autres termes, en traduisant Blok, on ne traduit pas du russe, mais il s agit de refaire en français, et de refaire au français, ce que Blok a fait au russe et en russe. Pour le dire plus simplement, on ne traduit ni une langue, ni un sens dans une langue, ni des valeurs propres à une culture plutôt, ni même une forme littéraire, données entre lesquelles il faudrait choisir un pis aller, mais le rapport qu une écriture établit entre toutes ces données et constituant ainsi la valeur artistique spécifique d un texte. Henri Meschonnic le dit simplement : «Il y a à produire ce qu il n est pas question de reproduire» 23. La valeur linguistique du tiret, par exemple, est propre au russe. Mais c est une poétique du tiret qui est à réinventer, qui n est pas la même chez Blok, Maïakovski ou Tsvetaïeva. J aimerais le montrer par un dernier exemple, tiré de ma propre traduction. Quoi de plus hétérogène, quoi de plus linguistiquement intraduisible que les systèmes sémiotiques des langues? Et donc la prosodie d une écriture qui se constitue à travers eux. Comme le montre par exemple le phénomène banal des rimes. Le mot «soir» ne fera jamais entendre вечер, on n entend pas plus свете dans «monde» et à peine «vent» de ветер. Et encore moins le continu prosodique qui traverse et relie en une série, au tout début du poème de Blok, вечер- ветер- свете : Черный вечер. Белый снег. Ветер, ветер! На ногах не стоит человек. Ветер, ветер - На всем божьем свете! Soir noir. Neige blanche. Ce vent, ce vent! Sur leurs jambes, tous flanchent. Ce vent, ce vent Sur toute cette sacrée terre! 24 Pour peu que l on déplace l écoute de l échelle du lexique à celle du discours et de sa réinvention, il est possible, et même nécessaire, pour traduire l exclamation en russe («Ветер») d'ajouter un déterminant à «vent» : «quel vent!» ou «ce vent!». Or, le choix du démonstratif («ce») permet d accentuer par la répétition le déterminant (inaccentué en langue) et ce faisant de générer un paradigme sémantique en [S] à 23 Henri Meschonnic, «Traduire situer aujourd hui Trakl», dans Pour la poétique V, Gallimard, Paris, 1978, p Alexandre Blok, Douze, traduction, notes et préface par Olivier Kachler, op. cit., p

10 l échelle de la strophe, liant ensemble les trois termes que le changement de langue rendait hétérogènes. On recrée ainsi, en le déplaçant, le continu prosodique qui caractérisait la signifiance du poème de Blok. Et il ne s agit pas d un phénomène local et isolé, mais d une cellule rythmique fondamentale pour le poème. Surdéterminant toute la première section, le vent constitue une force qui dans le poème de Blok, est l interprétant de la situation historique. Force de destruction, faisant table rase du présent, et de ses lectures politiques (il «arrache» la «grande banderole : pleins pouvoirs à la Constituante»), il confond les paroles et les niveaux énonciatifs et incarne ainsi le mouvement révolutionnaire lui- même, par une énergie dont la poétique de Blok se fait l écoute et l invention. Raison pour laquelle, notamment, la racine prosodique du vent (ветер), traverse en russe les douze soldats eux- mêmes, qui forment aussi le titredu poème et en consitituent le leitmotiv : Двенадцать. 3. Annexion et décentrement Ce que ces exemples de traductions de Douze montrent, c est l opposition entre deux grands principes, qu ils soient conscients ou non. En reprenant une terminologie à Massignon (par rapport à la Bible), Henri Meschonnic en a fait la théorie, par un couple de deux termes : l annexion et le décentrement. L annexion, écrit Henri Meschonnic, «est l effacement du rapport, l illusion du naturel, le comme- si, comme si un texte de départ était écrit en langue d arrivée» 25. Ce qui revient, comme dans le commerce, à exporter ou à importer. Exporter : on mime le texte et la langue de départ, en oubliant les valeurs signifiantes. Comme le fait Armand Robin. Ou, pour reprendre mon dernier exemple, cela reviendrait à écrire «noir est le soir, blanche est la neige», en mimant le russe, et en oubliant que l antéposition est le cas non marqué en russe, mais le cas marqué en français. Importation : démarche inverse, elle efface l étrangèreté de l œuvre, au profit des idées reçues, et rassurantes, sur le bon usage du français, et ce qu on considère socialement comme poétique, ou littéraire. Pratique qui consiste à «français- courantiser» comme l écrit Henri Meschonnic. Dans notre exemple, cela reviendrait à ajouter le verbe d état, «le soir est noir, la neige est blanche», transformant en énonciation descriptive ce qui relevait d une poétique elliptique, d une syntaxe nominale du côté de la notation, et qui construit un 25 Henri Meschonnic, Pour la poétique V, op. cit., p

11 décor imaginaire pour une action 26. Ce second point de vue correspond plutôt à la pratique de Brice Parain, ou encore celle de Marc Chapiro, qui en son temps se croyait obligé de corriger les phrases de Dostoïevski qualifiées de «torrent bourbeux, complètement dépourvu d harmonie» 27. Le décentrement, au contraire, altère une langue et une culture d arrivée en fonction de l étrangeté maintenue du texte, et de son propre travail dans sa langue- culture. Il formule ainsi à la fois son rapport au texte, et reformule ce texte comme rapport. Il consiste alors en un point de tension, une contradiction non résolue, mais qui se donne aussi la chance de renouveler la langue et les formes littéraires la traduction des romantiques allemands a engendré le poème en prose, par exemple ce dont la traduction héritera à son tour comme un possible nouveau d écriture. On voit par là que toutes les notions traditionnelles sont mises à mal, tant celles qui ont cours sur la langue, la littérature ce qui est poétique ou non que sur la traduction elle- même. Les notions de source et de cible n ont guère plus de pertinence dans cette perspective, pas plus que l idée de secondarité de la traduction. La notion de fidélité elle- même se trouve prise dans un paradoxe, puisque, comme rapport, plus une traduction est originale, dans sa langue et sa culture, plus elle a de chances d être fidèle au travail d une œuvre, que définit justement l originalité. Et que dire de l opposition courante entre la forme et le fond, le son et le sens, reposant sur le dualisme du signe, qui a fait long feu dans les études sur la traduction, et qui apparaît comme un faux problème, c est- à- dire comme un problème de conception du langage, vu du point de vue global du rythme, au sens du système signifiant du texte. L intraduisible finalement, se comprend alors bien plus comme l historicité du traduisible. Ce qui hier était intraduisible sera traduit demain. Comme l a bien montré Bakhtine, en faisant soudain passer la parole de Rabelais dans le russe. C est en ce sens que la traduction peut être envisagée comme une pratique théorique et critique, qui inclut un regard sur le langage et la littérature. Henri Meschonnic le rappelle aussi : «traduire est une mise à l épreuve de la théorie du langage et de la théorie de la littérature» La question de la théâtralité, au sens d une théâtralité du poème et donc du langage est fondamentale pour le texte de Blok. Je ne peux pas l aborder ici. 27 Dans F. Dostoïevski, Les Frères Karamazov, traduit par Marc Chapiro, «préface», La Guilde Du Livre, EPT, op. cit., p

Traduire au XXIè siècle

Traduire au XXIè siècle Quaderns. Rev. trad. 15, 2008 55-62 Traduire au XXIè siècle Henri Meschonnic Poète, linguiste et traducteur La notion de siècle est une illusion du calendrier. Les habitudes de pensée, et en particulier

Plus en détail

Tableau comparatif des textes poétiques Poème et Chanson

Tableau comparatif des textes poétiques Poème et Chanson ableau comparatif des textes poétiques et n poème est un texte en vers qui peut être court (minimum deux lignes) ou plus ou moins long (jusqu à plus de 1 000 lignes) et qui rime ou non. Il peut évoquer

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

La Maison Antoine Vitez, un toit pour les traducteurs

La Maison Antoine Vitez, un toit pour les traducteurs Laurent Muhleisen La Maison Antoine Vitez, un toit pour les traducteurs En 1989, les 6 e Assises de la traduction littéraire en Arles avaient pour thème la traduction théâtrale ; pour la première fois

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion...

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... Table des matières Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... 41 PREMIÈRE PARTIE Aspects sémio-linguistiques

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE. Des précautions essentielles

MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE. Des précautions essentielles MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE Des précautions essentielles Internet, c est un outil indispensable mais Les réseaux sociaux ne sont pas des espaces privés Vos propos peuvent avoir des répercussions

Plus en détail

Mémoire de recherche (M2 italien)

Mémoire de recherche (M2 italien) Université Nice-Sophia Antipolis Département d italien Mémoire de recherche (M2 italien) Le mémoire de recherche représente le terme d une formation spécialisée et, en même temps, le premier stade d une

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

Correspondance entre L1 32 Production de l écrit (PER) pour le degré secondaire et les manuels de français Atelier du langage et Livre unique Français

Correspondance entre L1 32 Production de l écrit (PER) pour le degré secondaire et les manuels de français Atelier du langage et Livre unique Français 3 Direction de l'instruction publique du canton de Berne Août 2013 COMEO Commission des moyens d enseignement et du plan d études du canton de Berne Correspondance entre (PER) pour le degré secondaire

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration?

Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration? Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration? Odile Malavaux et Marie-Christine Clerc-Gevrey IA-IPR langues vivantes Académie de Besançon Place de la compétence

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

FRANCAIS. Introduction. II - Démarches. I - Finalités. Bulletin officiel spécial n 2 du 19 février 2009 1/11. Ministère de l'éducation nationale

FRANCAIS. Introduction. II - Démarches. I - Finalités. Bulletin officiel spécial n 2 du 19 février 2009 1/11. Ministère de l'éducation nationale FRANCAIS Bulletin officiel spécial n 2 du 19 février 2009 Introduction L enseignement du français dans les classes préparatoires au baccalauréat professionnel poursuit les exigences de l enseignement du

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

University Grants Commission Net Bureau

University Grants Commission Net Bureau University Grants Commission Net Bureau MATIERE : FRANCAIS CODE NO. : 39 SYLLABUS ET QUESTIONS MODELES NOTE : Il y aura deux épreuves : Épreuve-II et Épreuve-III (Partie-A et B). L Épreuve-II comprendra

Plus en détail

REVUE ETHICA POLITIQUE RÉDACTIONNELLE

REVUE ETHICA POLITIQUE RÉDACTIONNELLE REVUE ETHICA Ethica est une revue interdisciplinaire et internationale qui paraît deux fois par année et qui publie des textes contribuant au progrès de la connaissance dans les domaines de l éthique théorique

Plus en détail

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856 Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants, Passer, gonflant ses voiles, Un rapide navire enveloppé de vents, De vagues et d'étoiles ; Et j'entendis, penché sur l'abîme des cieux, Que l'autre abîme

Plus en détail

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier d information Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011 Après quatre campagnes média successives depuis 2009, la CASDEN ajuste le positionnement de sa communication.

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES

MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES 2012 Année universitaire 2011 MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES 1 - DEFINITION ET ENJEUX Cet UE prolonge l initiation à la recherche, commencée en M1 à travers

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1

Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1 Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1 Robert David Professeur titulaire Faculté de théologie et de sciences des religions Université de Montréal

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Frédéric COMPIN Dictionnaire pragmatique de comptabilité. Démarche méthodologique

Frédéric COMPIN Dictionnaire pragmatique de comptabilité. Démarche méthodologique Démarche méthodologique Reprenant la suggestion de WITTGENSTEIN «pose-toi la question à quelle occasion, dans quel but disons-nous cela? Quelles façons d agir accompagnent ces mots Dans quelles scènes

Plus en détail

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE Par Jean-Paul LANDAIS Mars 2014 1/5 LE BUT DE L ENSEIGNEMENT Le but de l enseignement de la Langue des Signes Française (L.S.F).

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1 sciences du langage 1 Comment l enfant acquiert la parole? sciences du langage 2 Partie I 1. Comment l enfant acquiert la parole? Partie II 2. A quel moment du processus d acquisition de la parole intervient

Plus en détail

Word est multilingue

Word est multilingue Microsoft Word, Tous les programmes Office, Live Messenger et Internet Explorer Word est multilingue Si vous avez lu Word a du vocabulaire, beaucoup de vocabulaire et Word a réponse à tout, ou presque,

Plus en détail

Mettre en forme son mémoire ou son rapport de stage

Mettre en forme son mémoire ou son rapport de stage Mettre en forme son mémoire ou son rapport de stage STRUCTURE T TYPOGRAPHIE BIBLIOGRAPHIE* Septembre 2005 Mise en page Partie 1 Présentation et structure du mémoire ou du rapport de stage 1. La couverture

Plus en détail

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique Delphine Regnard, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Lycée, terminale (latin) Autres niveaux et thèmes de programme

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Au moment où l enseignement d ISN connaît sa deuxième année de mise en œuvre sur le terrain, force est de constater que les ressources disponibles

Plus en détail

Premiers pas. avec. Dragon Naturally Speaking

Premiers pas. avec. Dragon Naturally Speaking Premiers pas avec Dragon Naturally Speaking 2 Table des matières Introduction 3 Pourquoi utiliser Dragon Naturally Speaking avec les élèves DYS? 4 Comment ouvrir Dragon Naturally Speaking? 4 Que se passe

Plus en détail

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE?

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? Le problème C est le problème 2 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? «Ne me dite pas que ce problème est difficile. S il n était pas difficile, ce ne serait pas un problème!» Ferdinand

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Pas-à-pas Excel 2000 1 et suivants

Pas-à-pas Excel 2000 1 et suivants Pas-à-pas Excel 2000 1 et suivants Faire un bordereau de remise de chèque Objectif : remplir un document dont les éléments permettent d alimenter deux autres feuilles soit un bordereau de remise de chèque

Plus en détail

SYLLABUS ISIT. OPTION 2 : Traduction 2. Module 1 : Traduction. Traduction générale vers A. Nombre de crédits

SYLLABUS ISIT. OPTION 2 : Traduction 2. Module 1 : Traduction. Traduction générale vers A. Nombre de crédits Traduction générale vers A Module 1 : Traduction 5 ECTS généraux : Acquérir la méthodologie et les techniques de la traduction Approfondir la connaissance de la langue source. spécifiques : Parfaire la

Plus en détail

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : ÉCOLE - COURS PRÉPARATOIRE MAÎTRISE DU LANGAGE RÉALITÉS SONORES DE LA LANGUE, SEGMENTATION DE L ÉCRIT ET DE L ORAL Comparer la longueur de plusieurs

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

mémoire usage accent voyelles de quinze erreurs était de 26 % en 1987, il est aujourd hui de 46 %. Ce sont préfixe

mémoire usage accent voyelles de quinze erreurs était de 26 % en 1987, il est aujourd hui de 46 %. Ce sont préfixe moyenne en 1987 à onze en 2007. majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Jakobson, Aspects linguistiques de la traduction

Jakobson, Aspects linguistiques de la traduction Jakobson, Aspects linguistiques de la traduction Selon Bertrand Russell, il faut avoir eu une expérience non linguistique d un mot pour comprendre son sens. Que pensez-vous de cette idée? 1 Mot (signe)

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

les principes fondamentaux de la comptabilité

les principes fondamentaux de la comptabilité les principes fondamentaux de la comptabilité Chapitre 1 «Toute facilité apparente, toute réussite, sont les fruits d une rigueur intime» Gérard Bauër, Chroniques. Si l on considère la comptabilité comme

Plus en détail

La SEPTET, Société d Etudes des Pratiques et Théories en Traduction Société de spécialité SAES

La SEPTET, Société d Etudes des Pratiques et Théories en Traduction Société de spécialité SAES La SEPTET, Société d Etudes des Pratiques et Théories en Traduction Société de spécialité SAES (Siège social : Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense) et la (Siège social

Plus en détail

ENTRE LES MURS : L autoportrait de Carl

ENTRE LES MURS : L autoportrait de Carl ENTRE LES MURS : L autoportrait de Carl Réalisation : Laurent Cantet Production : Haut et Court Genre : comédie dramatique Adaptation du livre «entre les murs» de François Bégaudeau, éditions Gallimard

Plus en détail

ORIENTATIONS PEDAGOGIQUES ANGLAIS EN LP

ORIENTATIONS PEDAGOGIQUES ANGLAIS EN LP ORIENTATIONS PEDAGOGIQUES ANGLAIS EN LP Destiné à tous les professeurs d anglais en lycée professionnel, ce document fait la synthèse des observations de classe menées ces dernières années. Il présente

Plus en détail

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES Nom... Prénom... Date de naissance... Note aux parents Le livret personnel de compétences vous permet de suivre la progression des apprentissages de votre enfant à l école et au collège. C est un outil

Plus en détail

L Analyse des textes littéraires

L Analyse des textes littéraires Louis Hébert L Analyse des textes littéraires Une méthodologie complète [Extraits du livre en vente sur le site de l'éditeur: www.classiques-garnier.com] Cliquez sur l'adresse web ci-haut en italiques

Plus en détail

Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : CFP Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps Fiche pédagogique

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

Les formations à l université Stendhal

Les formations à l université Stendhal Les formations à l université Stendhal Une palette innovante et diversifiée L université Stendhal propose une palette diversifiée de formations à travers ses 5 Unités de formation et de recherche (UFR)

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS LES INSTITUTIONS CULTURELLES AU QUÉBEC 502-JAL-03 Pondération : 1-2-3 Compétences : 01D0 (c) Ce cours pose les bases d une connaissance critique

Plus en détail

Le cadre général des activités économiques et sociales. Cap Prépa MÉTHODOLOGIE DE CULTURE GÉNÉRALE ÉCRIT ET ORAL. Prépas ECS et ECE.

Le cadre général des activités économiques et sociales. Cap Prépa MÉTHODOLOGIE DE CULTURE GÉNÉRALE ÉCRIT ET ORAL. Prépas ECS et ECE. 1 Le cadre général des activités économiques et sociales Cap Prépa MÉTHODOLOGIE DE CULTURE GÉNÉRALE ÉCRIT ET ORAL Prépas ECS et ECE Denis La Balme Avant-propos De la joie de passer un concours Un concours

Plus en détail

«Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet

«Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet «Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet Rédaction : concevoir et écrire plusieurs phrases cohérente. Ecrire à partir d un album. ( CE1 ou fin d année CP/CE1) En parallèle lire d autres

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

Institut des Humanités de Paris. «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012

Institut des Humanités de Paris. «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012 Institut des Humanités de Paris «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012 Humanités/Sciences «Humanités scientifiques» (Enregistrement sur le site (provisoire) de l

Plus en détail

TABLE DES MATIERES 521

TABLE DES MATIERES 521 TABLE DES MATIERES 521 Claude GAUTIER Sandra LAUGIER... Présentation...5 I - LES LIEUX DU SENS COMMUN...25 Vincent DESCOMBES... Réflexions sur la pluralité des sens communs...27 Comment définir le sens

Plus en détail

LES COURANTS ARTISTIQUES DANS LES AFFICHES PUBLICITAIRES

LES COURANTS ARTISTIQUES DANS LES AFFICHES PUBLICITAIRES LES COURANTS ARTISTIQUES DANS LES AFFICHES PUBLICITAIRES Stéphanie Christien, Marion Danné, Luciana Marcassa, Jean-Pierre Pirson, Natalia Salles, Micheli Sant Ana - professeurs à l Alliance Française de

Plus en détail

La syllabe (1/5) Unité intuitive (différent du phonème) Constituant essentiel pour la phonologie au même titre que phonème et trait

La syllabe (1/5) Unité intuitive (différent du phonème) Constituant essentiel pour la phonologie au même titre que phonème et trait La syllabe (1/5) Unité intuitive (différent du phonème) Variation des structures syllabiques d une langue à une autre et dans une même langue (cf strict vs à : une seule syllabe mais des structures bien

Plus en détail

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues FR1A1 ou FR2A1 - Initiation à la langue française préparation au DELF A1

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues FR1A1 ou FR2A1 - Initiation à la langue française préparation au DELF A1 Niveau du Cadre européen commun de référence pour les langues F1 ou F2 - Initiation à la langue française préparation au DELF 224 heures de formation réparties comme suit Module de langue, F1 ou F2 (15h

Plus en détail

CREATION D IMAGIERS ACTIVITES D ECRITURE

CREATION D IMAGIERS ACTIVITES D ECRITURE ACTIVITES D ECRITURE CREATION D IMAGIERS Cycle 1 Mettre des mots dans des imagiers sans mots. Selon l objectif de l enseignant, une collection d images aura été constituée. On laissera librement jouer

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Quelques définitions des termes utilisés Nommer : Désigner par un nom. Identifier : Déterminer la nature de

Plus en détail

La Peinture à partir du matériau brut & le rôle de la technique dans la création de l art

La Peinture à partir du matériau brut & le rôle de la technique dans la création de l art La Peinture à partir du matériau brut & le rôle de la technique dans la création de l art N I C O L A S WAC K E R La Peinture à partir du matériau brut & le rôle de la technique dans la création de l art

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

Objectif (socio-) linguistique : enrichir le vocabulaire lié à l espace, le lexique lié à l apparence physique.

Objectif (socio-) linguistique : enrichir le vocabulaire lié à l espace, le lexique lié à l apparence physique. Atomic Betty Thème Jeunesse Concept Cette série de dessins animés présente les aventures de Betty, une super héroïne qui sauve la galaxie et ses habitants des pires dangers qui la menacent. Quand la sonnerie

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

Didactique et méthodologie du FLE/FLS

Didactique et méthodologie du FLE/FLS UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs de FLE Didactique et méthodologie du FLE/FLS Actualiser et dynamiser vos pratiques de classe Descriptifs des modules de formation

Plus en détail

Soumettre un manuscrit

Soumettre un manuscrit Soumettre un manuscrit Principes d édition Le manuscrit doit être présenté de la manière la plus uniforme possible Les illustrations doivent être classées séparément. Il ne faut pas les insérer dans le

Plus en détail

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.)

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.) LES COURS PROGRESSIFS À raison de 2 heures par semaine, les lundis, mardis, jeudis ou vendredis, vous avez la possibilité de suivre 2 niveaux (60 heures) dans l année. COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Faculté des lettres. Baccalauréat universitaire ès Lettres (BA) Plan d'études détaillé en FRANÇAIS MODERNE. Discipline de base

Faculté des lettres. Baccalauréat universitaire ès Lettres (BA) Plan d'études détaillé en FRANÇAIS MODERNE. Discipline de base Faculté des lettres Baccalauréat universitaire ès Lettres (BA) Plan d'études détaillé en FRANÇAI MODERNE Discipline de base Version du 14 août 2013 (entrée en vigueur le 17 septembre 2013) Le programme

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

9 e. IVT - International Visual Theatre 7 cité Chaptal 75 009 Paris 01 53 16 18 18 l 01 53 16 18 19 www.ivt.fr l contact@ivt.fr

9 e. IVT - International Visual Theatre 7 cité Chaptal 75 009 Paris 01 53 16 18 18 l 01 53 16 18 19 www.ivt.fr l contact@ivt.fr 9 e IVT - International Visual Theatre 7 cité Chaptal 75 009 Paris 01 53 16 18 18 l 01 53 16 18 19 www.ivt.fr l contact@ivt.fr métro vélib parkings place de Clichy 7 rue Mansart 9 e bus 30-54 Pigalle 68-74

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

FICHE N 9 C réer un carnet de voyage en latin (4 e )

FICHE N 9 C réer un carnet de voyage en latin (4 e ) FICHE N 9 C réer un carnet de voyage en latin (4 e ) Delphine Barbirati, académie de Grenoble Niveaux et thèmes de programme 4 e LATIN ; partie du programme «la construction de l identité : la découverte

Plus en détail