L ART DE TRADUIRE : UNE PRATIQUE CRITIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ART DE TRADUIRE : UNE PRATIQUE CRITIQUE"

Transcription

1 L ART DE TRADUIRE : UNE PRATIQUE CRITIQUE Par Olivier Kachler Collège Universitaire Français de Moscou Université de Picardie - Jules Verne L intitulé du séminaire dans lequel vous m avez invité à prendre la parole («Théorie, pratique, critique») me semble tout particulièrement pertinent, dans la mesure où la traduction se trouve au croisement de plusieurs disciplines supposant des points de vues théoriques à chaque fois différent, et qu elle est peut- être la seule pratique littéraire qui se situe à un tel point médian. Traduire implique, qu on en soit conscient ou non, une théorie du langage tout autant que de la littérature ou de l art en général, mais cela engage aussi des points de vue sur la pluralité des langues autant que des cultures, et sur leurs rapports, mis en jeu dans leur transfert. En ce sens, la théorie est incluse dans la pratique traductive, que cette inclusion soit explicite ou implicite pour le traducteur. «L acte de traduire [ ] montre [ ] chez qui traduit, avant tout l état de sa pensée du langage et de la littérature. C est ce qui se plaque sur la chose à traduire [ ]» a écrit Henri Meschonnic 1. Mais la question découlant directement d un tel intitulé tient à la façon dont on conçoit la relation entre ces trois termes. De ce point de vue, j aimerais ici exposer la façon dont la traduction, quand elle s élabore comme une activité critique, associe nécessairement la pratique et la théorie. Pour le montrer, je m appuierai sur le travail théorique d Henri Meschonnic, et sur une expérience personnelle qui m a conduit à proposer une nouvelle traduction du poème d Alexandre Blok connu en français sous le titre Les Douze, et que j ai retraduit par Douze 2. Pourtant, ce lien ne va pas de soi. Les points de vue traditionnels dominants sur la traduction empêchent plutôt de penser l interaction du théorique et du pratique. Habituellement on considère la traduction comme un domaine à part, et plutôt mineur, dans la mesure où il est présenté comme technique, linguistique. A ce point de vue, est associé l idée, qui semble évidente, de secondarité de la traduction, auxquels on 1 Ethique et politique du traduire, Verdier, Paris, 2007, p Abrégé désormais EPT. 2 Alexandre Blok, Douze, traduction, notes et postface par Olivier Kachler, éditions Allia, Paris,

2 oppose l idée d origine de l œuvre (elle est première) et d originalité (elles est singulière). L écriture serait ainsi vectorisée par l inconnu qu elle invente et découvre, la traduction par le connu, ou l advenu, qu elle se contente de reproduire, plus ou moins exactement ou fidèlement. Ainsi, le modèle épistémologique de l équivalence et de la fidélité en a découlé, avec ses paradoxes : pour Roman Jackobson, par exemple, il s agit de trouver «une équivalence dans la différence» 3. De ce type de paradoxe découle un modèle défectif et déceptif : il correspond à l idée de perte inévitable de la valeur artistique par le passage à une autre langue, voire de l intraduisibilité, souvent associée à la poésie ou de son corollaire inverse qui conçoit la traduction comme une trahison, selon un jeu de mot célèbre (traduttore, traditor). La traduction devrait alors choisir le moindre de deux maux : soit faire une seconde œuvre, originalité trahissant l original, soit se contenter d une œuvre seconde, pis aller qui n est ni l œuvre ni originale. Ces points de vues se manifestent souvent des les discours des traducteurs eux- mêmes, revendiquant une modestie de praticiens, opposée aux spéculations des théoriciens. Pierre Leyris affirmait par exemple, en recourant à une notion morale, que «traduire, c est avoir l honnêteté de s en tenir à une imperfection allusive» 4. Mais les valeurs moraltes (modestie, honnêteté) ne garantissent nullement la valeur littéraire, au sens de la justesse ou la force d une traduction. Ce point de vue est du reste confirmé par une tendance de certains théoriciens, comme Jean- René Ladmiral, qui a tenté de fonder une «traductologie», où il faut entendre, sur le modèle de l épistémologie ou de la philologie, une science de la traduction. Indépendante, donc, de la pratique. Le travail d Henri Meschonnic est à ce titre précieux : entamé dans les années 1970, il s appuie sur des traduction pour mener une réflexion globale globale sur la littérature, le langage, la société, le sujet, impliquant un point de vue critique sur le modèle épistémologique alors dominant, celui du structuralisme et de la théorie du Signe. Mais surtout, la question de la traduction inaugure et même fonde le travail théorique d Henri Meschonnic, dont ce dernier s est ensuite nourri. C est en ce sens qu il a pu écrire que «la traduction est [ ] l enjeu d une véritable révolution culturelle» 5. A l origine de cette révolution théorique se trouve le travail sur Bible et, nœud du problème, la question du rythme. 3 Roman Jakobson, «Aspects linguistiques de la traduction», dans Essais de linguistique générale, Les Éditions de Minuit, Paris, 1963, pp Pierre Leyris, entretien, dans Le Monde, 12 juillet EPT, op. cit., p

3 1. Le poème de la Bible et la théorie du rythme A partir de 1970 Henri Meschonnic a retraduit la Bible. Cette pratique lui fait découvrir des phénomènes rythmiques inédits dans le texte hébreu. A partir de là, il engage un travail théorique global, centré sur la notion de rythme. Pour comprendre la portée de ce travail, on peut s appuyer sur le passage bien connu de la Genèse, tel qu Henri Meschonnic l a retraduit. Je donne ici trois traductions, pour mieux faire comprendre le travail d Henri Meschonnic : 1. Au commencement où Dieu créait Le ciel et la terre 2. Et la terre était boue et trouble et l ombre à la surface du remous Et le souffle de Dieu recouvre la surface de l eau 3. Et Dieu dit qu il y ait la lumière Et il y eut la lumière 4. Et Dieu vit que la lumière est bonne Et Dieu sépara la lumière Et l ombre 5. Et Dieu appela la lumière jour l ombre il l appela nuit Et il y eut un soir et il y eut un matin jour un 6 Traduction de Louis Segond 1 Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. 2 La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au- dessus des eaux. 3 Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut. 4 Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. 5 Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour 7. Traduction d André Chouraki EN TÊTE Elohîms créait les ciels et la terre, 2 la terre était tohu- et- bohu, une ténèbre sur les faces de l'abîme, mais le souffle d'elohîms planait sur les faces des eaux. 3 Elohîms dit : "Une lumière sera". Et c'est une lumière. 4 Elohîms voit la lumière : quel bien! Elohîms sépare la lumière de la ténèbre 8. 5 Elohîms crie à la lumière : "Jour". À la ténèbre il avait crié : "Nuit". Et c'est un soir et c'est un matin : jour un. 6 Le texte figure dans Pour la Poétique II, Gallimard, 1973, pp Désormais abrégé PPII. 7 La Sainte Bible, traduction Louis Segond, 1978 (1 ère édition 1910), Alliance biblique universelle. 8 La Bible, traduction André Chouraqui, Déclée de Brouwer,

4 Deux traits font immédiatement trancher la traduction d Henri Meschonnic avec celle de ses prédécesseurs : le choix du lexique, guidé par une attention à la prosodie du texte hébreu, et l usage typographique des blancs. Une chaîne prosodique relie en effet en série boue trouble l ombre remous souffle et recouvre, série qui tente de recomposer la suite des phonèmes [h] et [u] en hébreu. Les blancs répondent aux accents disjonctifs propres au texte biblique. Tohu / vavohu, (le fameux tohu bohu, de sens obscur, mais renvoyant au chaos) par exemple, forme une unité syntaxique (et prosodique). Mais l accent disjonctif, noté par la barre oblique après «tohu» installe une pause rythmique en son centre 9. Henri Meschonnic remarque ainsi que «le conflit entre groupe syntaxique, groupe prosodique et groupe rythmique fait la modulation sémantique» 10. La traduction révèle ainsi, tout en les portant au premier plan, des marques linguistiques qui paraissaient secondaires dans l organisation du texte. C est ce qui relie la retraduction de la Bible à la modernité poétique. Henri Meschonnic a en effet emprunté cet usage poétique des blancs aux poètes symbolistes, Claudel et Mallarmé, qui l ont inventé dans la poésie à partir d une crise et d une critique de la métrique traditionnelle. C est même à partir des symbolistes que ce qui était «la structure interne facultative» du vers, à savoir l accentuation, se retourne en «canonicité variable, multiple» 11. Cet expérience constitue un bel exemple de contre- pied à l idée de secondarité de la traduction, au moins en deux sens : d une part, la modernité du langage poétique a rendu possible une traduction qui, en réécrivant la Bible, constitue aussi une relecture et une véritable redécouverte d un autre texte, derrière celui qu on croyait connaître. Pour Henri Meschonnic, il s agissait à l opposé de la lecture idéologique traditionnelle, en l occurrence religieuse, de «donner à entendre le poème de la Bible». Mais réciproquement, le travail sur la bible et la langue hébraïque ont mis au jour des catégories transformant le regard sur le langage et la littérature modernes. Comme blanc, la diction participe à la signification du texte, et elle en devient même le principe essentiel. Il devient alors possible de concevoir une oralité propre à l écriture, produite par elle, alors que la tradition les oppose, en confondant l oral et le parlé. Henri 9 Le texte hébreu translittéré que Meschonnic donne est : «2. Veha arets / hayta tohu / vavohu [ ]» 10 Poétique du traduire, Verdier, 1999, p Désormais abrégé PT. 11 «Pour une poétique de la traduction», préface aux Cinq rouleaux, traduit de l hébreu par Henri Meschonnic, Gallimard, 1970, p

5 Meschonnic définit cette oralité comme «une unité à dialectique interne de l écrire et du dire» 12. Mais du coup, la conception du rythme elle aussi se transforme, et avec elle celle de la littérarité. Le rythme ne se conçoit plus comme un principe esthétique, ornemental, qui s ajouterait à un sens déjà constitué ailleurs, dans la sphère de la logique, du lexique ou de la syntaxe, mais comme un principe sémantique, découlant du mode même d énonciation de chaque texte. «Dans un texte, la production du sens déborde le sens lui- même» 13 écrit Henri Meschonnic. Ce concept nouveau, Henri Meschonnic le construit pour la littérature, en s appuyant sur les travaux de Benveniste. Le linguiste français a en effet a montré que la conception courante du rythme comme retour régulier d une même séquence (le battement, la cadence) reposait sur une erreur étymologique venant de Platon, et qu il fallait revenir à Héraclite, qui le définit rigoureusement comme une «configuration du mouvant». Henri Meschonnic en a déduit un concept critique pour la littérature et la traduction. Par le jeu combiné des accents (syntaxiques, rythmiques) et de la prosodie, le rythme s entend alors comme «l organisation du mouvement de la parole dans l écrit». En d autres termes, la signification ne procède plus tant du sens des mots et de leurs rapports logiques, mais de leurs situations et relations rythmiques entre eux, autrement dit de leur valeur (terme emprunté à Saussure), qui est spécifique à chaque discours, et donc imprévisible. En conséquence, le rythme se dissocie aussi d une compréhension rhétorique ou stylistique. Le point de vue stylistique repose sur l identification de marques positives et locales les figures en supposant que les unes seraient porteuses de sens et les autres non, alors qu une poétique du rythme implique l organisation globale du discours en reconsidérant la signification du point de vue d une activité signifiante. Henri Meschonnic oppose de ce point de vue l idée d activité textuelle au texte comme produit, distinction qu il reprend à l opposition entre energeia et ergon chez Humbolt. Toute activité se référant à un sujet, l organisation rythmique coïncide alors avec une organisation du sujet : elle l invente et la manifeste. Penser un sujet du rythme engage ainsi tout autre chose que le sujet de la psychologie, ou encore de la philosophie (le sujet transcendantal). Parce qu il s agit d un sujet spécifique à chaque fois, sujet du poème, ou de l art en général. 12 PPII, op. cit., p PPII, op. cit., p

6 On voit donc bien dans ce premier exemple de traduction de la Bible avec quelle intensité la théorie et la pratique sont intrinsèquement liées. C est parce que la pratique de la traduction est une pratique critique qu elle engendre une activité théorique globale, mais qui ne serait pas possible sans elle. «Je prends le rythme comme le levier théorique qui peut déplacer toute la théorie du langage» écrit Henri Meschonnic 14. Mais cette conception nouvelle du rythme et par elle de la valeur artistique reflue vers la pratique de traduction, pour en constituer un objectif nouveau : «l objectif de la traduction n est plus le sens, mais bien plus que le sens, et qui l inclut : le mode de signifier» 15. L enjeu pour la traduction consiste alors à réactiver l activité que représente un texte, à partir du produit déposé dans l histoire de la littérature. J aimerais maintenant montrer par un exemple la différence que peut représenter traduire ou ne pas traduire le rythme, à partir d un exemple : le poème d Alexandre Blok, Двенадцать. Poème que tout le monde connaît en Russie, tant il a fondé la modernité poétique, et que tout le monde connaît, ou croyait connaître en France, par les traductions multiples qui en ont été données, et que j ai été amené à retraduire, dans une perspective critique. 2. Douze d Alexandre Blok : le rythme à l œuvre Dans la mesure où Douze est un poème et une poétique de la rupture, lié à une situation historique précise, la transformation et l invention d un rythme nouveau constitue l événement majeur du texte, et donc son principe organisateur. Par un système énonciatif inédit. Ce poème met en œuvre une voix impersonnelle, sans aucune mention du sujet de l énonciation : on ne sait pas qui parle. Mais cette impersonnalité, rapidement, s avère une polyphonie : une voix apparemment narrative, des voix de personnages, la voix de chansons populaires (la Varsovienne, les Chastuchkis) s entremêlent dans le texte, sans qu on puisse déterminer où l une s arrête et où l autre commence. A cela, il faut encore ajouter les bruits, onomatopées des tirs, et les diverses interjections dans le cours du poème. Autrement dit, la discontinuité énonciative est prise dans un continu rythmique, qui se construit comme une poétique de l écho. Ce système engage une écoute de l inconnu dans l histoire, qui se réalise par l invention, 14 EPT, op. cit., p PT, op. cit., p

7 comme poème, de ce qu on ne sait, c est- à- dire de l à venir de l histoire. Le poème est en effet aussi scandé par un leitmotiv : l avancée de douze soldats. Or il comprend lui- même douze sections. Le mouvement même de la parole poétique constitue ainsi l interprétant du mouvement des douze figures anonymes. L exploration de l inconnu forme leur enjeu commun. Autant dire que le psychologique ou le réalisme descriptif est repensé dans l élément du rythme. Mais la question, en matière de traduction, est le comment de ce système poétique. Dans le poème, il passe par un travail complexe : sur la ponctuation (absence de tiret là où on les attend, et présence ailleurs, avec des valeurs rythmiques, linguistiques ou dialogiques) ; un travail sur les diminutifs combiné aux répétitions, qui fait passer la chanson dans l énonciation poétique et vice versa ; un travail d échos prosodiques liant toutes les instances énonciatives entre elles. Un tel dispositif rythmique invente une forme où l opposition narration /dialogue, autant que parlé /écrit ne tiennent plus. Or c est précisément tout cette rythmique spécifique à Douze, travail d une activité signifiante d où procèdent les enjeux mêmes du poème, que les traductions françaises ont effacé. En traduisant pour le sens, et pour le sens seul, les traducteurs ont rétabli des guillemets, ajouté deux points ou des tirets absents dans le texte, pour discriminer ce qui est continu dans le texte. Problématiquement continu. La volonté descriptive constitue le corollaire de ce parti pris, rétablissant le poème dans les catégories littéraires et sémantiques traditionnelles, à l encontre de ses inventions propres. Ce point de vue est bien visible chez Gabriel Arout, qui ajoute des vers, comme dans l exemple suivant : Он головку вскидавает, Он опять повеселел Il arrange sa casquette Il a redressé la tête Il enroule son foulard Il a un air goguenard 16 Brice Parain, philosophe, lui aussi rationalise en traduisant. Comme dans les vers qui précèdent, il interprète une notation rythmique en rétablissant des liaisons narratives : И Петруха замедляет / Торопливые шаги, traduit par : «Pierrot vient 16 Dans Les Douze, traduit par Gabriel Arout, dans Sophie Laffitte, Alexandre Blok, Seghers, coll. «Poètes d'aujourd'hui», Paris, 1958, p

8 s aligner /Auprès de ses camarades» 17. Plus généralement, toute la rythmique du texte de Blok est effacée par Brice Parain. Comme dans «Свобода, свобода,/ Эх, эх, без креста!», qui devient : «La liberté/ sans la croix, s il vous plaît!» 18. Simultanément, il démétaphorise, puisque seul le message est en cause : Dans «Мировой пожар раздуем / Мировой пожар в крови», il ne retient qu un réalisme historique : «Nous mettrons le feu au monde / Du feu et du sang partout» 19. Dans le texte russe, le parallélisme faisait basculer la formule dans le registre analogique, l embrasement des sujets expliquant celui du monde, et inversement. Parti pris inverse, Armand Robin a essayé de traduire le rythme, mais sans le sens, comme un simple principe formel, ce qui en fait une forme vide de sens : le principe de répétition organise son texte, de la syntaxe au phonème. Le procédé passe par le calembour : «Le cab s est carapaté» (dans la sixième section) ou encore «c est le tour au tournourou», dans la cinquième section. Une répétition («полосну, полосну», en parlant d un coup de couteau) devient ainsi un néologisme : «étripétripailler» 20. Le problème, c est que la répétition n organise plus un rythme sémantique, mais relève de la gratuité du procédé : elle reproduit une forme sans sa valeur. Armand Robin, du reste, affirmait dans sa préface : «je me sèvre de ces quelques poèmes russes où je me suis traduit» 21. On ne peut programmer plus clairement l effacement de la poétique de Blok. D un côté donc, une pensée sans poétique, comme un simple message, de l autre une poétique sans pensée, comme forme qui est sa propre fin. Oui, mais, dira- t- on, ces valeurs d écriture, n est- ce pas là ce qui est précisément indissociable de la langue et de la culture russe, et donc intraduisible? Pouchkine lui- même, n avait- t- il pas déjà signalé que le russe abonde en tournures elliptiques et impersonnelles? Un «texte est toujours poésie de sa grammaire» 22 a aussi écrit Henri Meschonnic. Pour reprendre la remarque de Pouchkine, les tournures elliptiques, impersonnelles, sont certes propres au russe d un côté, mais d un autre Blok en a fait des valeurs d écriture, dans un poème spécifique. L hétérogénéité de langues- cultures, 17 Voir Alexandre Blok, Les Douze, traduit par Brice Parain, Le Nouveau Commerce, Cahier 2, Paris, [rééd. 1978] 1963, 2 ème section du poème. 18 Idem. 19 Ibid., 3 ème section du poème. 20 Voir Armand Robin, Quatre poètes russes, Le Temps qu il fait, Paris, 1985, p Ibid., préface, p PPII, op. cit., p

9 comme telles, constitue l intraduisible. Sinon à effacer leurs différences. Mais ce qui est à traduire, par une réinvention, ce sont les valeurs signifiantes qui en procèdent, au sens d un rythme global. En d autres termes, en traduisant Blok, on ne traduit pas du russe, mais il s agit de refaire en français, et de refaire au français, ce que Blok a fait au russe et en russe. Pour le dire plus simplement, on ne traduit ni une langue, ni un sens dans une langue, ni des valeurs propres à une culture plutôt, ni même une forme littéraire, données entre lesquelles il faudrait choisir un pis aller, mais le rapport qu une écriture établit entre toutes ces données et constituant ainsi la valeur artistique spécifique d un texte. Henri Meschonnic le dit simplement : «Il y a à produire ce qu il n est pas question de reproduire» 23. La valeur linguistique du tiret, par exemple, est propre au russe. Mais c est une poétique du tiret qui est à réinventer, qui n est pas la même chez Blok, Maïakovski ou Tsvetaïeva. J aimerais le montrer par un dernier exemple, tiré de ma propre traduction. Quoi de plus hétérogène, quoi de plus linguistiquement intraduisible que les systèmes sémiotiques des langues? Et donc la prosodie d une écriture qui se constitue à travers eux. Comme le montre par exemple le phénomène banal des rimes. Le mot «soir» ne fera jamais entendre вечер, on n entend pas plus свете dans «monde» et à peine «vent» de ветер. Et encore moins le continu prosodique qui traverse et relie en une série, au tout début du poème de Blok, вечер- ветер- свете : Черный вечер. Белый снег. Ветер, ветер! На ногах не стоит человек. Ветер, ветер - На всем божьем свете! Soir noir. Neige blanche. Ce vent, ce vent! Sur leurs jambes, tous flanchent. Ce vent, ce vent Sur toute cette sacrée terre! 24 Pour peu que l on déplace l écoute de l échelle du lexique à celle du discours et de sa réinvention, il est possible, et même nécessaire, pour traduire l exclamation en russe («Ветер») d'ajouter un déterminant à «vent» : «quel vent!» ou «ce vent!». Or, le choix du démonstratif («ce») permet d accentuer par la répétition le déterminant (inaccentué en langue) et ce faisant de générer un paradigme sémantique en [S] à 23 Henri Meschonnic, «Traduire situer aujourd hui Trakl», dans Pour la poétique V, Gallimard, Paris, 1978, p Alexandre Blok, Douze, traduction, notes et préface par Olivier Kachler, op. cit., p

10 l échelle de la strophe, liant ensemble les trois termes que le changement de langue rendait hétérogènes. On recrée ainsi, en le déplaçant, le continu prosodique qui caractérisait la signifiance du poème de Blok. Et il ne s agit pas d un phénomène local et isolé, mais d une cellule rythmique fondamentale pour le poème. Surdéterminant toute la première section, le vent constitue une force qui dans le poème de Blok, est l interprétant de la situation historique. Force de destruction, faisant table rase du présent, et de ses lectures politiques (il «arrache» la «grande banderole : pleins pouvoirs à la Constituante»), il confond les paroles et les niveaux énonciatifs et incarne ainsi le mouvement révolutionnaire lui- même, par une énergie dont la poétique de Blok se fait l écoute et l invention. Raison pour laquelle, notamment, la racine prosodique du vent (ветер), traverse en russe les douze soldats eux- mêmes, qui forment aussi le titredu poème et en consitituent le leitmotiv : Двенадцать. 3. Annexion et décentrement Ce que ces exemples de traductions de Douze montrent, c est l opposition entre deux grands principes, qu ils soient conscients ou non. En reprenant une terminologie à Massignon (par rapport à la Bible), Henri Meschonnic en a fait la théorie, par un couple de deux termes : l annexion et le décentrement. L annexion, écrit Henri Meschonnic, «est l effacement du rapport, l illusion du naturel, le comme- si, comme si un texte de départ était écrit en langue d arrivée» 25. Ce qui revient, comme dans le commerce, à exporter ou à importer. Exporter : on mime le texte et la langue de départ, en oubliant les valeurs signifiantes. Comme le fait Armand Robin. Ou, pour reprendre mon dernier exemple, cela reviendrait à écrire «noir est le soir, blanche est la neige», en mimant le russe, et en oubliant que l antéposition est le cas non marqué en russe, mais le cas marqué en français. Importation : démarche inverse, elle efface l étrangèreté de l œuvre, au profit des idées reçues, et rassurantes, sur le bon usage du français, et ce qu on considère socialement comme poétique, ou littéraire. Pratique qui consiste à «français- courantiser» comme l écrit Henri Meschonnic. Dans notre exemple, cela reviendrait à ajouter le verbe d état, «le soir est noir, la neige est blanche», transformant en énonciation descriptive ce qui relevait d une poétique elliptique, d une syntaxe nominale du côté de la notation, et qui construit un 25 Henri Meschonnic, Pour la poétique V, op. cit., p

11 décor imaginaire pour une action 26. Ce second point de vue correspond plutôt à la pratique de Brice Parain, ou encore celle de Marc Chapiro, qui en son temps se croyait obligé de corriger les phrases de Dostoïevski qualifiées de «torrent bourbeux, complètement dépourvu d harmonie» 27. Le décentrement, au contraire, altère une langue et une culture d arrivée en fonction de l étrangeté maintenue du texte, et de son propre travail dans sa langue- culture. Il formule ainsi à la fois son rapport au texte, et reformule ce texte comme rapport. Il consiste alors en un point de tension, une contradiction non résolue, mais qui se donne aussi la chance de renouveler la langue et les formes littéraires la traduction des romantiques allemands a engendré le poème en prose, par exemple ce dont la traduction héritera à son tour comme un possible nouveau d écriture. On voit par là que toutes les notions traditionnelles sont mises à mal, tant celles qui ont cours sur la langue, la littérature ce qui est poétique ou non que sur la traduction elle- même. Les notions de source et de cible n ont guère plus de pertinence dans cette perspective, pas plus que l idée de secondarité de la traduction. La notion de fidélité elle- même se trouve prise dans un paradoxe, puisque, comme rapport, plus une traduction est originale, dans sa langue et sa culture, plus elle a de chances d être fidèle au travail d une œuvre, que définit justement l originalité. Et que dire de l opposition courante entre la forme et le fond, le son et le sens, reposant sur le dualisme du signe, qui a fait long feu dans les études sur la traduction, et qui apparaît comme un faux problème, c est- à- dire comme un problème de conception du langage, vu du point de vue global du rythme, au sens du système signifiant du texte. L intraduisible finalement, se comprend alors bien plus comme l historicité du traduisible. Ce qui hier était intraduisible sera traduit demain. Comme l a bien montré Bakhtine, en faisant soudain passer la parole de Rabelais dans le russe. C est en ce sens que la traduction peut être envisagée comme une pratique théorique et critique, qui inclut un regard sur le langage et la littérature. Henri Meschonnic le rappelle aussi : «traduire est une mise à l épreuve de la théorie du langage et de la théorie de la littérature» La question de la théâtralité, au sens d une théâtralité du poème et donc du langage est fondamentale pour le texte de Blok. Je ne peux pas l aborder ici. 27 Dans F. Dostoïevski, Les Frères Karamazov, traduit par Marc Chapiro, «préface», La Guilde Du Livre, EPT, op. cit., p

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

Traduire au XXIè siècle

Traduire au XXIè siècle Quaderns. Rev. trad. 15, 2008 55-62 Traduire au XXIè siècle Henri Meschonnic Poète, linguiste et traducteur La notion de siècle est une illusion du calendrier. Les habitudes de pensée, et en particulier

Plus en détail

chapitre 1 Décrire la langue

chapitre 1 Décrire la langue chapitre 1 Décrire la langue 1 Du langage à la langue Quelques dé nitions préalables Le langage est cette faculté, que l homme est seul à posséder, de s exprimer par la parole et par l écriture. Elle lui

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 Compte-rendu Intervention d Anne-Marie Chartier, Maître de conférence, INRP Introduction

Plus en détail

Tableau comparatif des textes poétiques Poème et Chanson

Tableau comparatif des textes poétiques Poème et Chanson ableau comparatif des textes poétiques et n poème est un texte en vers qui peut être court (minimum deux lignes) ou plus ou moins long (jusqu à plus de 1 000 lignes) et qui rime ou non. Il peut évoquer

Plus en détail

Le souffle des origines (Genèse 1, 1-5)

Le souffle des origines (Genèse 1, 1-5) Le vent souffle où il veut, et toi tu entends sa voix. Mais tu ne sais pas d où il vient et tu ne sais pas où il va? A l écoute de cette voix qui parle en moi, la chance m est donnée de découvrir la trace

Plus en détail

Titre : Bien identifiable, facile à repérer

Titre : Bien identifiable, facile à repérer TITRE : Pourquoi AUTEUR : Nikolaï Popov RESUME ET INTERET DE L ALBUM : GRILLE D ANALYSE D UN ALBUM EDITEUR : Nord Sud ILLUSTRATEUR : Nikolaï Popov Une gentille grenouille hume en paix une jolie fleur dans

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

LE 18 DÉCEMBRE 1996, 8 élèves hellénistes de première du lycée

LE 18 DÉCEMBRE 1996, 8 élèves hellénistes de première du lycée II. L Antiquité pour quoi? TABLE RONDE AUTOUR D ÉLÈVES HELLÉNISTES ET LATINISTES Yvon LOGÉAT LE 18 DÉCEMBRE 1996, 8 élèves hellénistes de première du lycée Zola (Rennes) et 9 latinistes de terminale du

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Word est multilingue

Word est multilingue Microsoft Word, Tous les programmes Office, Live Messenger et Internet Explorer Word est multilingue Si vous avez lu Word a du vocabulaire, beaucoup de vocabulaire et Word a réponse à tout, ou presque,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1 I PAGE 1 LE CADRE Rencontre professionnelle organisée par Films en Bretagne, en partenariat avec Groupe Ouest et Clair Obscur. Dans le cadre du Festival Travelling 2015. Lundi 9 février 2015 I Rennes SEMINAIRE

Plus en détail

MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE. Des précautions essentielles

MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE. Des précautions essentielles MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE Des précautions essentielles Internet, c est un outil indispensable mais Les réseaux sociaux ne sont pas des espaces privés Vos propos peuvent avoir des répercussions

Plus en détail

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION: ANALYSE SEMANTIQUE II. CONTENU ET ELEMENTS DE LA COMMUNICATION III. PRINCIPALES QUESTIONS A SE POSER

Plus en détail

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs,

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs, 6 ième dimanche de Pâques C Frères et Sœurs, Jésus venait de dire : «SI QUELQU UN M AIME, IL RESTERA FIDÈLE À MA PAROLE ; MON PÈRE L AIMERA, NOUS VIENDRONS CHEZ LUI; NOUS IRONS DEMEURER AUPRÈS DE LUI»

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Le langage à l école maternelle et son développement doivent être envisagés sous trois

Plus en détail

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel B.O. 1995 n 11 du 15 juin 1995 Programme de français Baccalauréat Professionnel PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel Arrêté du 9 mai 1995 - B.O. n 11 du 15 juin 1995 PRÉAMBULE : FINALITÉS ET

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

FESTIVAL des LANGUES LILLE 20 mars 2010 Table ronde «La langue de l Europe, c est la traduction» La traduction littéraire : qualité et formation.

FESTIVAL des LANGUES LILLE 20 mars 2010 Table ronde «La langue de l Europe, c est la traduction» La traduction littéraire : qualité et formation. FESTIVAL des LANGUES LILLE 20 mars 2010 Table ronde «La langue de l Europe, c est la traduction» Françoise WUILMART Fondatrice et directrice du Centre européen de traduction littéraire (CETL) et du Collège

Plus en détail

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE I. RETOUR SUR LA CONFÉRENCE DE VIVIANE BOUYSSE (le 11 février à Montfort) I.I LANGUE ET LANGAGE À L ÉCOLE 1) Distinguer

Plus en détail

LA PRODUCTION ORALE SEPTIÈME ANNÉE

LA PRODUCTION ORALE SEPTIÈME ANNÉE LA PRODUCTION ORALE SEPTIÈME ANNÉE INTRODUCTION LA PRODUCTION ORALE L acquisition de la langue seconde s effectue à partir de situations de communication authentiques et signifiantes. Vivre le français

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

4 ème Année Moyenne. Programmes de la 4 ème année moyenne

4 ème Année Moyenne. Programmes de la 4 ème année moyenne 4 ème Année Moyenne 27 SOMMAIRE 1- Rappel des finalités et des objectifs de l enseignement de la discipline au collège. 2- Objectifs de l enseignement du français en 4 ème AM. 2.1- Profil d entrée. 2.2-

Plus en détail

CHAMP SOCIAL ÉDITIONS

CHAMP SOCIAL ÉDITIONS Les textes logiques de C. S. Peirce du Dictionnaire de J. M. Baldwin CHAMP SOCIAL ÉDITIONS Introduction générale Au cours des années quatre-vingt Gérard Deledalle a conçu l idée de mettre à la disposition

Plus en détail

Homophone. Année et sujet: 6e année. Domaine : Français. Enseignant : Philippe Ledaga. Attente : C4. publier ses textes.

Homophone. Année et sujet: 6e année. Domaine : Français. Enseignant : Philippe Ledaga. Attente : C4. publier ses textes. Homophone Année et sujet: 6e année Domaine : Français Enseignant : Philippe Ledaga Attente : C4. publier ses textes. C5. intégrer ses connaissances des référents de la francophonie d ici et d ailleurs

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

M Projet d écriture FLA 20-2. Le dialogue : Le racisme, parlons-en! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

M Projet d écriture FLA 20-2. Le dialogue : Le racisme, parlons-en! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE M Projet d écriture Le dialogue : Le racisme, parlons-en! FLA 20-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : L Ça doit arrêter! Lecture M Le racisme, parlons-en!

Plus en détail

KANTAR MEDIA TEL : 01.47.67.18.00 FAX : 01.47.67.18.01 service.clients@kantarmedia.

KANTAR MEDIA TEL : 01.47.67.18.00 FAX : 01.47.67.18.01 service.clients@kantarmedia. EUROPE 1 L'INTERVIEW Le 18/12/2015 07:45:27 Invité : Olivier SCHRAMECK, président du CSA C est la révolution dans le monde des chaînes d'info en continu depuis hier, depuis que le CSA a décidé d'autoriser

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel de Martonne à Laval. Plusieurs clubs Lecture de la

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Jakobson, Aspects linguistiques de la traduction

Jakobson, Aspects linguistiques de la traduction Jakobson, Aspects linguistiques de la traduction Selon Bertrand Russell, il faut avoir eu une expérience non linguistique d un mot pour comprendre son sens. Que pensez-vous de cette idée? 1 Mot (signe)

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée.

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée. PRÉSCOLAIRE Enfants qui chantent Une tête remplie d idées Qui me permet de rêver Qui me permet d inventer Imagine. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà

Plus en détail

Exercices d écoute. Dessine ce que je te dis

Exercices d écoute. Dessine ce que je te dis Exercices d écoute Dessine ce que je te dis Former des dyades. Demander aux élèves de chaque dyade de placer un séparateur entre eux. Remettre à chaque élève une feuille de papier et un crayon (pas de

Plus en détail

Séance construction 04/11/04/Armelle

Séance construction 04/11/04/Armelle Séance construction 04/11/04/Armel consigne 1. P Vous alr jouer avec jeu de construction petit ingénieur mais cette fois-ci on va compliquer un petit peu s choses, Johanna, vous me regardez là, A. on va

Plus en détail

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT DISCOURS DIRECT ET INDIRECT Si vous voulez rapporter les paroles de quelqu un, vous pouvez utiliser le discours direct ou le discours indirect (nous n aborderons pas ici le style indirect libre, qui relève

Plus en détail

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme?

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Je m appelle Julie Remfort et je travaille au Ministère des Finances à Paris. Quel métier faites-vous

Plus en détail

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur NOUVEAUX PROGRAMMES Objectifs de la classe de 6 e : tableaux récapitulatifs Lecture : Compétences et applications Textes issus de l héritage antique - La Bible - Homère, L Odyssée - Virgile, L Énéide -

Plus en détail

Quality Street Nicolas Chardon

Quality Street Nicolas Chardon La vitrine frac île-de-france, le plateau, paris Quality Street Nicolas Chardon 14.10 22.11.15 Entretien entre Nicolas Chardon et Gilles Baume Gilles Baume : Pour la vitrine, tu proposes un projet contextuel,

Plus en détail

Carnet de littérature

Carnet de littérature Carnet de littérature Instruction officielle 2002 «On peut aussi encourager les élèves à se doter d un carnet de littérature qu ils utilisent très librement pour conserver en mémoire les titres des œuvres

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Enseigner le langage oral à l école maternelle

Enseigner le langage oral à l école maternelle Enseigner le langage oral à l école maternelle Animation RRS Brest Janvier 2015 ESPE Brest Sylvaine Talarmin CPC Brest Iroise Enjeux de la formation Identifier les acquis, les besoins et attentes de chacun

Plus en détail

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion...

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... Table des matières Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... 41 PREMIÈRE PARTIE Aspects sémio-linguistiques

Plus en détail

Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1

Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1 Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1 Robert David Professeur titulaire Faculté de théologie et de sciences des religions Université de Montréal

Plus en détail

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE «et en plus, il faut faire un tableau.» Alberto Giacometti Ecrire sur la peinture pourrait signifier écrire «par-dessus», recouvrir des signes arbitraires de l écriture

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE

LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE I.U.T Nice Côte d Azur Dépt. T.C. Cannes Année 2008 2009. STAGE PREVU DU 14 au 28 JANVIER 2009 LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE Le stage de première année, d une durée de deux semaines, est l occasion

Plus en détail

Atelier sur la traduction juridique

Atelier sur la traduction juridique Atelier sur la traduction juridique à l intention des membres de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario (troisième partie) Toronto, 18 janvier 2014 Ottawa, 25 janvier 2014 Louis Beaudoin,

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

DIMANCHE 12 JANVIER 2014 Le Baptême du Seigneur (A)

DIMANCHE 12 JANVIER 2014 Le Baptême du Seigneur (A) DIMANCHE 12 JANVIER 2014 Le Baptême du Seigneur (A) PREMIÈRE LECTURE Livre d'isaïe (42, 1-4.6-7) Ainsi parle le Seigneur : Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu en qui j'ai mis toute ma joie. J'ai

Plus en détail

Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde, A la maison

Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde, A la maison du lundi 4 au dimanche 10 janvier 2016 n 372 > vers le baptême du Seigneur Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde, A la maison vers Dimanche n 372 www.versdimanche.com page

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Guide de style. (Français)

Guide de style. (Français) Guide de style (Français) 1 1. PONCTUATION Généralités : espace insécable et signes de ponctuation composés Apostrophe Crochets [ ] Deux points : Esperluète & Guillemets Parenthèses () Points de suspension

Plus en détail

L être de la couleur Nicolas Dissez

L être de la couleur Nicolas Dissez L être de la couleur Nicolas Dissez Mon titre, «L être de la couleur», provient de cette assertion pour le moins surprenante de la leçon du 9 mars 1976 du Sinthome : «Dans le sexe, il n y a rien de plus

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

SYLLABUS ISIT. OPTION 1 : Traduction 1. Module 1 : Traduction. Traduction spécialisée vers A. Nombre de crédits. Objectifs généraux :

SYLLABUS ISIT. OPTION 1 : Traduction 1. Module 1 : Traduction. Traduction spécialisée vers A. Nombre de crédits. Objectifs généraux : Traduction spécialisée vers A Module 1 : Traduction 5 ECTS généraux : Acquérir la méthodologie de la traduction de textes techniques dans divers domaines de spécialité : recherche documentaire, élaboration

Plus en détail

Qu est-ce que le TCF?

Qu est-ce que le TCF? Qu est-ce que le TCF? Le Test de Connaissance du Français (TCF ) est un test de niveau linguistique en français, conçu à la demande du ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et

Plus en détail

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef)

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Programme du concours d accès au cycle de préparation à l Agrégation de français 1 1: Introduction générale Les épreuves du concours d

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

Cours de Mathématiques Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce

Cours de Mathématiques Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce Objectifs L enseignement des mathématiques contribue à former un être humain méthodique, inventif et critique, doué de la faculté de raisonner

Plus en détail

REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES

REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES «J attends des chefs d établissements qu ils participent à l exercice de ma charge de pasteur en assurant une présentation de la foi chrétienne à tous les élèves,

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES

LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES COMPETENCES DE COMMUNICATION répondre aux sollicitations de l adulte en se faisant comprendre dès la fin de la première année de scolarité (3 à 4 ans) prendre l initiative

Plus en détail

Troisième temps : réinvestissement. Premier temps : découverte. Deuxième temps : exercices. www.lerobert.com

Troisième temps : réinvestissement. Premier temps : découverte. Deuxième temps : exercices. www.lerobert.com Cycle 3 fiche n 1 LA PEUR L acquisition du vocabulaire est aujourd hui l un des points clés des programmes et fait l objet de séances régulières avec les élèves. L objectif est de leur permettre d une

Plus en détail

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal 1. Rappels des programmes 2008 Rappels des connaissances et compétences que les élèves doivent maîtriser Grammaire : Au cycle 2 : 1. identification du

Plus en détail

Donc voilà mon sujet, j essaie de voir donc ce que vous avez utilisé, et je cherche à savoir aussi pourquoi.

Donc voilà mon sujet, j essaie de voir donc ce que vous avez utilisé, et je cherche à savoir aussi pourquoi. Donc merci d être venu, merci de l occasion, de ton temps, etc, parce que suite donc à ta rédaction, à la présentation, comme je vous ai expliqué fin de l année dernière, que j ai proposé un sujet de communication,

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Intégrité intellectuelle : un savoir-être et un savoir-faire

Intégrité intellectuelle : un savoir-être et un savoir-faire Intégrité intellectuelle : un savoir-être et un savoir-faire Transcription de la vidéo 7 : Emprunt de textes Rédaction du contenu Marie Lefebvre, Agente de recherche Décanat des études Révision linguistique

Plus en détail

NOM/PRENOM... CLASSE : 4 e.. REMARQUES :.

NOM/PRENOM... CLASSE : 4 e.. REMARQUES :. DEVOIR A LA MAISON Séquence 3 Faire parler des personnages (12/10) NOM/PRENOM..... CLASSE : 4 e.. SOIN :.. / 0,5 NOTE :.. REMARQUES :.. I. Lecture et compréhension. Lis le texte ci-dessous et réponds aux

Plus en détail

Construire un tableau de bord pertinent sous Excel

Construire un tableau de bord pertinent sous Excel Bernard LEBELLE Construire un tableau de bord pertinent sous Excel Théorie, méthodologie et mise en œuvre, 2008 ISBN : 978-2-212-53981-3 PARTIE 1 1 Moïse n a jamais vu la terre promise... «Connais ton

Plus en détail

Bilan. Objectif spécifique : Défendre sa zone collectivement en attaquant l adversaire (la caisse de la maîtresse).

Bilan. Objectif spécifique : Défendre sa zone collectivement en attaquant l adversaire (la caisse de la maîtresse). Activité Jeux collectifs avec ballon Petite section Compétences visées en fin de cycle Coopérer et s opposer individuellement ou collectivement ; accepter les contraintes collectives. Compétences sollicitées

Plus en détail

Accueillir, faire connaissance

Accueillir, faire connaissance Formation/action de l Institut Catholique de Paris Recension de méthodes et techniques d animation Accueillir, faire connaissance 1. Constitution du groupe 1.1 Jeu «Aveugle et son guide» Des binômes constitués

Plus en détail

Classe PS-MS-GS-CP Mme B. OSTROWIECKI Basque : Mme M. Ticoipé. Grande Section : 1 ère cycle 2. Année Scolaire 2006-2007

Classe PS-MS-GS-CP Mme B. OSTROWIECKI Basque : Mme M. Ticoipé. Grande Section : 1 ère cycle 2. Année Scolaire 2006-2007 ELEVE : Classe PS-MS-GS-CP Mme B. OSTROWIECKI Basque : Mme M. Ticoipé Grande Section : 1 ère cycle 2 ère année du Année Scolaire 2006-2007 ère période 1 ère COMPÉTENCES ET CONNAISSANCES 1 2 3 OBSERVATIONS

Plus en détail

La poétique et les études du langage : vers l inconnu. Poetics and Language Studies: Towards the Unknown. Daiane Neumann

La poétique et les études du langage : vers l inconnu. Poetics and Language Studies: Towards the Unknown. Daiane Neumann La poétique et les études du langage : vers l inconnu Poetics and Language Studies: Towards the Unknown Daiane Neumann Universidade Federal do Rio Grande do Sul (UFRGS), Porto Alegre, Rio Grande do Sul,

Plus en détail

«La notion de stratégie d apprentissage»

«La notion de stratégie d apprentissage» fiche pédagogique FDLM N 373 / EXPLOITATION DES PAGES 24-25 PAR PAOLA BERTOCHINI ET EDVIGE COSTANZO «La notion de stratégie d apprentissage» PUBLIC : FUTURS ENSEIGNANTS EN FORMATION INITIALE ET ENSEIGNANTS

Plus en détail

Page 1 sur 5. JESUS DANS LES TEXTES DE L'ANCIEN TESTAMENT JÉSUS TOUT-PUISSANT DOSSIER n 1

Page 1 sur 5. JESUS DANS LES TEXTES DE L'ANCIEN TESTAMENT JÉSUS TOUT-PUISSANT DOSSIER n 1 Page 1 sur 5 JÉSUS, TOUT-PUISSANT "Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre." (Genèse 1.1) I. L'emploi du mot "Elohim" pour désigner Dieu : Dans le premier verset de la Bible (cf. le texte original),

Plus en détail

Je prépare mon entretien avec un prospect

Je prépare mon entretien avec un prospect Chapitre 1 Je prépare mon entretien avec un prospect La vie de Jérémie «Le jour du premier entretien client arrive. En tout cas, la date est posée. Ayant repris le secteur laissé vacant par un commercial

Plus en détail

Les matériologies de Sarah Moon

Les matériologies de Sarah Moon > Photographie Les matériologies de Sarah Moon Entretien avec Alexandra Fau Pour la photographe, chaque prise de vue n incarne pas seulement un instant éphémère : elle porte en soi la marque de sa disparition.

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

OUTIL POUR L APPLICATION DU LIVRET PERSONNEL DE L ÉLÈVE TABLEAU DES COMPÉTENCES À VALIDER (fin de CE1 et fin de CM2)

OUTIL POUR L APPLICATION DU LIVRET PERSONNEL DE L ÉLÈVE TABLEAU DES COMPÉTENCES À VALIDER (fin de CE1 et fin de CM2) OUTIL POUR L APPLICATION DU LIVRET PERSONNEL DE L ÉLÈVE TABLEAU DES COMPÉTENCES À VALIDER (fin de CE1 et fin de CM2) 1. Bulletin officiel n 27 du 8 juillet 2010 Extrait de la note aux parents du livret

Plus en détail

L adolescent et le patrimoine

L adolescent et le patrimoine Intervention de Jean-Claude QUENTEL dans le cadre de la journée Coup de jeune sur la patrimoine organisée le vendredi 15 novembre 2013 aux Champs Libres, à Rennes, par le Conseil régional de Bretagne.

Plus en détail