Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz."

Transcription

1 Vision cultures Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme par k Jeschke et Steve Paszkiewicz Sommaire Lorsque la pluie retarde sensiblement les travaux aux champs et les semis, il faut parfois passer à des hybrides plus hâtifs pour assurer la maturité de la récolte. Pour aider à guider ces décisions, les chercheurs de Pioneer ont effectué des études de dates de semis couvrant plus de 18 années ( ). Les études comprenaient une gamme d hybrides de maturité avec des dates de semis allant d avril à juin. Les résultats indiquent que dans toutes les régions du Corn Belt, les producteurs devraient semer des hybrides adaptés à la pleine saison jusqu à environ le 27 mai. Passer à un hybride plus hâtif avant cette date ne sera probablement pas avantageux mais pourrait contribuer à réduire la rentabilité. Dans le centre du Corn Belt, les producteurs pourraient choisir de remplacer les hybrides tardifs par des hybrides hâtifs à la fin mai mais il n y a pas de pénalité importante de profit pour rester avec un hybride de pleine maturité ou de maturité intermédiaire, même avec un retard au semis. Dans le centre-nord, le nord et l extrême nord du Corn Belt, le semis doit être retardé jusqu à la dernière semaine de mai ou la première de juin avec qu il y ait une forte probabilité qu il soit rentable de passer à un hybride hâtif. Les producteurs devraient consulter leur représentant Pioneer local au sujet de recommandations de substitutions d hybrides lorsque les semis sont retardés. Les retards de semis causés par un printemps pluvieux peut inciter les producteurs à considérer passer à un hybride plus hâtif. Introduction Lorsque le temps pluvieux retarde les travaux aux champs et les semis, les producteurs de maïs réfléchissent s ils devraient passer à des hybrides plus hâtifs. C est une décision cruciale qui impacte les risques et profits des producteurs, surtout dans les régions plus nordiques où la longueur de la saison est souvent un facteur limitant les rendements. Semer des hybrides tardifs trop tard les met à risque en cas de temps froid ou de gel à l automne avant la maturité. Par contre passer trop tôt à des hybrides hâtifs peut entraîner de graves pénalités en matière de rendements et de profits. Des études à long terme de Pioneer ainsi que par des universités ont montré un clair avantage de rendements en faveur des hybrides tardifs. Lorsque semé au bon moment, ces hybrides peuvent utiliser la saison de croissance complète pour atteindre leur plein potentiel de rendements. Même semés tard, ces hybrides vont souvent dépasser les hybrides hâtifs en ajustant leur croissance et leur développement pour atteindre la maturité à l intérieur d une saison raccourcie. Ces décisions essentielles de substitutions devraient se baser sur des recherches à long-terme couvrant une grande gamme de conditions climatiques. Ce numéro de Vision cultures fait rapport des résultats de recherche de Pioneer sur les dates de 1 SCIENCES AGRONOMIQUES PIONEER

2 semis pour déterminer les bonnes substitutions d hybrides face à des retards dans les semis Études à long terme de Pioneer sur les dates de semis Le service de sciences agronomiques de Pioneer effectue des études de dates de semis depuis plus de 30 ans. Cet article rapporte les résultats de 18 saisons de sites situés dans le centre, le centre nord, et l extrême nord du Corn Belt (Figure 1). Les dates de semis allèrent du début avril à la mi-juin. Plusieurs hybrides furent inclus dans chaque groupe de maturité de façon à ce que les vraies réactions aux maturités soient mesurées plutôt que seulement la réaction aux hybrides particuliers. Le plan expérimental était en blocs aléatoires complets avec une parcelle divisée, la date de semis étant la parcelle complète et l hybride étant la sous-parcelle avec quatre répétitions. Hybrides tardifs adaptés Semés à la date de semis idéale, ces hybrides tirent pleinement profit de la saison de croissance disponible *. Maturité intermédiaire Semés à la date de semis idéale, ces hybrides arrivent à maturité avant la fin de la saison de croissance*. Hybride hâtif Ces hybrides sont utilisés par les agriculteurs seulement en cas de situation de semis tardif ou de réensemencement. *Présume d une accumulation normale d unités de degrés de croissance Figure 1. Sites de recherche au centre (rouge), centre-nord (orange), nord (vert), et extrême nord (bleu) du Corn Belt pour les études de dates de semis Pioneer entre 1987 et 2004 Les parcelles avaient quatre rangs de large et les données furent recueillies à partir des deux rangs du centre de la parcelle. Afin de permettre le développement continue de la maturité de l hybride et du séchage du grain, les dates de semis les plus tardives furent récoltées séparément à plusieurs sites. Le revenu corrigé à l acre fut calculé avec le prix du maïs à 5,00 $ le boisseau moins les coûts de séchage et les réductions pour faible poids à l hectolitre. Les coûts de séchage furent calculés à 4 cents par boisseau pour chaque point d humidité au-dessus de 15 %. Le barème de réduction pour poids à l hectolitre utilisé dans cette analyse est indiquée au tableau 2 (voir la dernière page); cependant, les barèmes de réductions varient selon les acheteurs de maïs. (Les réductions pour poids à l hectolitre sont plus pertinentes au grain livré humide à un acheteur qu au grain séché à la ferme parce que le poids à l hectolitre augmente de façon importante à mesure que l humidité est retirée par le séchage.) Échanger la maturité des hybrides Le revenu brut corrigé fut utilisé pour déterminer les fenêtres de semis au cours desquelles les producteurs devraient considérer passer d hybrides tardifs à des hybrides hâtifs ou des hybrides moyens à des hybrides. Ces fenêtres sont indiquées en zones ombragées dans les figures de 2 à 9. Passer à un hybride hâtif avant la fenêtre de substitution ne 2 SCIENCES AGRONOMIQUES PIONEER

3 sera probablement pas utile et pourrait même réduire la rentabilité. Conserver un hybride tardif ou moyen après la fenêtre de substitution réduira probablement la rentabilité. Dans certains cas, la fenêtre de substitution se prolonge jusqu à la fin de la gamme de dates de semis utilisées dans ces études. La raison en est que les données n indiquaient aucun avantage à une substitution durant cette période. Centre du Corn Belt Centre du Corn Belt Les études du centre du Corn Belt comprenaient 30 environnements au Nebraska, Iowa, Illinois, et Indiana. Les résultats des données à long terme de Pioneer indiquent qu un semis en avril d hybrides tardifs ont offert le maximum de rentabilité dans cette (Figure 2). Les hybrides tardifs adaptés ont offert la rentabilité maximale lorsque semés jusqu au 27 mai. Centre du Corn Belt Avr Avr Mai Mai Figure 2. Réaction du revenu brut ajusté à des dates de semis pour des hybrides de (tardifs) et (hâtifs) dans 30 environnements du centre du Corn Belt entre 1987 et Les producteurs peuvent considérer une substitution après ce point. Cependant, l avantage économique de le faire n était pas statistiquement significatif dans les études. Les producteurs dans le centre du Corn Belt qui sèment des hybrides de maturité intermédiaire ne devraient pas considérer substituer un hybride hâtif avant le 9 juin (figure 3). Les producteurs peuvent considérer substituer un hybride hâtif après ce point. Cependant, le tableau montre clairement que les deux groupes s équivalent pratiquement au niveau économique durant cette période Avr Avr Mai Mai Figure 3. Réaction du revenu brut ajusté à des dates de semis pour des hybrides de (maturité intermédiaire) et (hâtifs) dans 30 environnements du centre du Corn Belt entre 1987 et Centre-nord du Corn Belt Les études dans le centre-nord du Corn Belt comprenaient 29 environnements dans le Dakota du Sud, le Minnesota, l Iowa, le Michigan, et l Ontario. Les hybrides tardifs adaptés semés à la fin avril ont produit les plus grands retours dans cette région (figure 4). Les données à long terme montre que les hybrides tardifs adaptés offrent la plus grande rentabilité jusqu à environ le 28 mai dans le centre-nord du Corn Belt. Les producteurs peuvent considérer substituer un hybride hâtif après cette date, surtout si le semis est retardé jusqu au 1 er juin ou plus tard lorsque l avantage économique est le plus important. Les producteurs du centre-nord dans le Corn Belt qui sèment des hybrides devraient considérer substituer un hybride hâtif après cette date, surtout si le semis est retardé jusqu au 5 juin (figure 5). Après le 11 juin, les données indiquent un avantage clair à la substitution. 3 SCIENCES AGRONOMIQUES PIONEER

4 Centre-nord du Corn Belt Nord du Corn Belt Avr Avr Mai Avr Avr Mai Mai Figure 4. Réaction du revenu brut ajusté à des dates de semis pour des hybrides de (tardifs) et (hâtifs) dans 29 environnements du centre-nord du Corn Belt entre 1987 et Centre-nord du Corn Belt Avr Avr Mai Figure 5. Réaction du revenu brut ajusté à des dates de semis pour des hybrides de (maturité intermédiaire) et (hâtifs) dans 29 environnements du centre-nord du Corn Belt entre 1987 et Nord du Corn Belt Les études dans le nord du Corn Belt comptaient 17 environnements au Minnesota et au Wisconsin. Le moment optimum du semis dans cette région fut de la fin avril au début mai (figure 6). Les producteurs pourraient considérer passer d un hybride de plaine saison à un hybride hâtif lorsque le semis est retardé au-delà du 27 mai. Si les semis sont retardés plus tard que le 7 juin, un hybride hâtif sera probablement plus rentable qu un hybride tardif. Figure 6. Réaction du revenu brut ajusté à des dates de semis pour des hybrides de (tardifs) et (hâtifs) dans 17 environnements du nord du Corn Belt entre 1987 et Les revenus bruts corrigés des hybrides de maturité intermédiaire furent plus élevés que ceux des hybrides hâtifs tout au long de la gamme de dates de semis dans les études du nord du Corn Belt, indiquant qu il n y avait pas d avantage à substituer les hybrides, même lorsque les semis étaient très retardés (figure 7). Nord du Corn Belt Avr Avr Mai Mai Figure 7. Réaction du revenu brut ajusté à des dates de semis pour des hybrides de (maturité intermédiaire) et (hâtifs) dans 17 environnements du nord du Corn Belt entre 1987 et Extrême nord du Corn Belt Les études dans l extrême nord du Corn Belt comptaient 15 environnements au Dakota du Nord, au Minnesota et au Québec. Semer des hybrides tardifs adaptés au début de mai a offert la meilleure rentabilité dans cette région (figure 8). 4 SCIENCES AGRONOMIQUES PIONEER

5 Les données à long terme montrent que les hybrides tardifs adaptés jusqu au moins au 26 mai dans l extrême nord du Corn Belt. Si le semis est retardé au 3 juin, un hybride hâtif sera plus rentable qu un hybride tardif adapté dans la plupart des cas. Extrême-nord du Corn Belt Avr Avr Mai Mai Extrême-Nord du Corn Belt Figure 9. Réaction du revenu brut ajusté à des dates de semis pour des hybrides de (maturité intermédiaire) et (hâtifs) dans 15 environnements de l extrême nord du Corn Belt entre 1987 et Humidité du grain Un retard au semis peut influencer l humidité du grain de maïs à la récolte, ce qui influence la rentabilité générale. Cependant, l importance de l humidité du grain doit être considérée dans le contexte de potentiel de rendements et du calendrier de récolte. Les hybrides hâtifs peuvent permettre une récolte plus hâtive mais aussi avoir un potentiel de rendements plus faible que les hybrides tardifs adaptés. Avr Avr Mai Mai Figure 8. Réaction du revenu brut ajusté à des dates de semis pour des hybrides de (tardifs) et (hâtifs) dans 15 environnements de l extrême nord du Corn Belt entre 1987 et Les producteurs de l extrême nord du Corn Belt semant des hybrides de maturité intermédiaire ne devraient pas considérer substituer des hybrides hâtifs à moins que les semis ne soient retardés plus tard que le 27 mai (figure 9). Les producteurs peuvent considérer la substitution après cette date. Cependant, les données à long terme n ont pas montré un avantage significatif à le faire. En comparant les cotes d humidité à la récolte (), vous pouvez évaluer la différence de teneur en humidité entre les hybrides et cela peut vous aider à établir un calendrier de récolte. Un hybride avec une différence de 10 unités de demanderait environ 10 jours de plus pour atteindre une teneur en humidité semblable (normalement dans la basse vingtaine) si semé à la même date d un hybride tardif). En utilisant la règle générale qu une unité équivaut à ½ (0,50) point d humidité, un hybride qui est coté 10 aurait une teneur en humidité de 5 points de plus si les deux hybrides étaient semés et récoltés aux mêmes dates. Au champ par contre, cette relation peut changer en fonction du moment de la récolte, de la teneur en humidité et des conditions d environnement. Le maïs s ajuste aux semis tardifs Une étude de trois ans fut effectuée par des chercheurs de les universités Purdue et Ohio State ont documenté que les hybrides pouvaient ajuster leur croissance et leur développement, ce qui exigerait moins d unités de degrés de croissance (UDC) pour atteindre leur maturité lorsque semés tard (table 1). Trois hybrides furent cultivé à deux endroits. Les UDC jusqu à la maturité physiologique furent mesurés. 5 SCIENCES AGRONOMIQUES PIONEER

6 Les dates de semis hâtifs se situaient entre la fin avril et le début mai alors que les dates de semis tardifs se situaient entre le début et la mi-juin. Tableau 1. Réduction des UDC exigées pour atteindre le point noir à 50 % avec des semis tardifs, dans une étude de trois ans. Changements d UDC au point noir Endroit Année 1 Année 2 Année 3 West Lafayette, IN Springfield, OH Moyenne Dans une moyenne de tous les hybrides, les sites et les années, il a fallu 244 moins d UDC lorsque le semis fut retardé de la fin avril ou début mai jusqu au début ou la mijuin (environ 40 jours). Il s agit d une réduction moyenne d exigence d UDC d environ six UDC par jour de retard du semis. Conseils agronomiques en cas de printemps pluvieux Travailler des sols détrempés cause souvent des problèmes tout au long de la saison. Le compactage de la surface et du sous-sol peut réduire les rendements pour des années à venir, surtout sur les sols argileux. Des lits de semences avec des mottes peuvent entraîner une mauvaise germination et le déploiement des feuilles sous terre. Attendez que les sols soient suffisamment secs pour les travailler, sinon, passez au semis direct. Pour accélérer les semis lorsque les champs s assèchent, minimiser les opérations de travail du sol et les passages dans les champs. Il est possible d effectuer un semis direct dans un retour de soja avec la plupart des semoirs. Considérez semer d abord, puis revenir plus tard pour appliquer l azote et les herbicides. Le compactage de la paroi latérale causé par un semis dans un sol humide peut nuire au développement normal des racines. Table 2. Réduction du prix pour un faible poids spécifique. Poids spécifique (lb/boi.) Réduction ($/boi.) 53,9-53,0-0,01 52,9-52,0-0,02 51,9-51,0-0,04 50,9-50,0-0,06 49,9-49,0-0,10 48,9-48,0-0,14 Les ouvre-sillons doubles qui coupent dans le sol humide peuvent causer une compaction des parois du sillon. Cela peut ralentir le développement des racines, surtout si les sols deviennent durs et secs. Il est habituellement préférable d attendre que les sols soient plus secs. La fermeture du sillon peut s avérer un problème dans les champs trop humides. Si le sol s assèche ensuite, le sillon peut s ouvrir alors que le sol rétrécit. Vérifiez bien la fermeture du sillon, surtout dans les zones humides. 6 SCIENCES AGRONOMIQUES PIONEER

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

RÉSUMÉ DES RECHERCHES EN SCIENCES AGRONOMIQUES. Édition canadienne 2015

RÉSUMÉ DES RECHERCHES EN SCIENCES AGRONOMIQUES. Édition canadienne 2015 RÉSUMÉ DES RECHERCHES EN SCIENCES AGRONOMIQUES 1 Édition canadienne 2015 Introduction La saison de croissance 2014 s est caractérisée par une productivité sans précédent. Les conditions agricoles favorables

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

Conseils de Semis. Régie des résidus et préparation du lit de semences :

Conseils de Semis. Régie des résidus et préparation du lit de semences : Conseils de Semis En grandes cultures, il y a des facteurs importants que vous ne pouvez pas contrôler, comme le climat par exemple. Cependant, plusieurs autres facteurs restent largement sous notre contrôle.

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 ISSN 17128315 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personneressource : Ning Wang Gestionnaire de programme Laboratoire de

Plus en détail

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Rapport sur les progrès avril 2015 Activité 17, Pomme de terre 16 L azote pour l amélioration de la récolte, de la qualité et de la rentabilité

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECHERCHE

PROTOCOLE DE RECHERCHE PROTOCOLE DE RECHERCHE ESSAIS D ADAPTATION DE LA PLANTE NEPETA CATARIA AU BURUNDI La Nepeta cataria est une plante originaire de l Europe et l Asie, qui s est également bien établie en Amérique du Nord.

Plus en détail

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Mauvaises herbes Introduction gramoxone entre les rangs sarclages manuels : 500$ à 1,000$ par

Plus en détail

Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl

Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl Lieu : Hemroulle Date de semis : le 28/04/04 Date de récolte : le 25/10/04 Variétés

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Partie V Convention d assurance des cultures légumières

Partie V Convention d assurance des cultures légumières Partie V Convention d assurance des cultures légumières Légumes de transformation Moyenne du rendement agricole A. Dispositions générales La présente partie s applique à la betterave à sucre, à la betterave

Plus en détail

Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008

Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008 Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008 2008 Genworth Financial, Inc. Tous droits réservés. Commentaire de spécialiste Les résultats du sondage suivant indiquent

Plus en détail

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2012

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2012 ISSN 920-9037 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 202 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personne-ressource : Ning Wang Gestionnaire de programme, Laboratoire de

Plus en détail

Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés

Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés Les variétés LONGUES : prendre une longueur d avance Le vendredi 27 octobre 2000, Université Laval Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés André LACHANCE, agronome Maxi-Plant inc.

Plus en détail

Résumé des. recherches. en sciences. agronomiques. Édition canadienne 2014

Résumé des. recherches. en sciences. agronomiques. Édition canadienne 2014 Résumé des recherches en sciences agronomiques 1 Édition canadienne 2014 Introduction D après des estimations, les agriculteurs nord-américains ont produit plus de 14 milliards de boisseaux de maïs en

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE

1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE 1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE Applicable à partir de l année d assurance 2014 CADRE D APPLICATION DES NORMES EN MATIÈRE DE PRATIQUES CULTURALES Annexe VIII Page 1 Assurer l uniformité de la gestion des

Plus en détail

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière PROGRAMME D APPUI AU DÉVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE EN RÉGION 2007-2008 Essai de paillis de plastique biodégradable Rapport final Mars 2008 Modifié le 3 juillet 2008 Daniel Bergeron,

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr.

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr. Bien travailler son sol Anne Weill, agr. Pourquoi travailler le sol? Le cycle compaction-décompaction Effet du travail du sol Choix en fonction de la situation Le travail du sol profond Le travail du sol

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Sirop d érable Section 16,3 Protection et expertise

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Sirop d érable Section 16,3 Protection et expertise Page 1 Date de mise à jour : 2014-05-05 1 RISQUES COUVERTS La protection d assurance récolte pour le sirop d érable est offerte selon le système individuel. L assurance protège la culture assurée contre

Plus en détail

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc.

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. La régie du canola Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. Mai 2015 Introduction Caractéristique de la plante Stade de croissances

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D.

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Présenté à St-Rémi le 4 Décembre 2014 Volets de la présentation Retour

Plus en détail

Rapport final. Essais de différentes techniques pour le contrôle des maladies fongiques dans la culture de l'ail sous régie biologique (année 2)

Rapport final. Essais de différentes techniques pour le contrôle des maladies fongiques dans la culture de l'ail sous régie biologique (année 2) Rapport final 12-INNO3-05 Demandeur : Coopérative de solidarité Nord-Bio Agronomes responsables du projet : Audrey Bouchard et Françoise Rodrigue Répondante régionale au MAPAQ : Sara Villeneuve, agronome.

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

DESIKOTE MAX MC. Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE. Alcool éthoxylé... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques...

DESIKOTE MAX MC. Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE. Alcool éthoxylé... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques... DESIKOTE MAX MC Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE GARANTIE : Alcool éthoxylé...... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques... 55 % p / p DESIKOTE MAX forme une membrane semi-perméable

Plus en détail

Le semis direct des plantes fourragères POURQUOI? COMMENT? par Guy Forand, agronome chez Bélisle-Triolact

Le semis direct des plantes fourragères POURQUOI? COMMENT? par Guy Forand, agronome chez Bélisle-Triolact Le semis direct des plantes fourragères POURQUOI? COMMENT? par Guy Forand, agronome chez Bélisle-Triolact Ce que nous a appris 2013 Survie à l hiver 2012-13: dommages importants i) Insécurité fourragère

Plus en détail

LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT

LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT SOMMAIRE LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT... 1 SÉCURITÉ, FIABILITÉ ET EFFICACITÉ... 2 PRINCIPALES MARCHANDISES TRANSPORTÉES SUR LES GRANDS LACS ET LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT... 3 LE COEUR DE L

Plus en détail

PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES

PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES 1 RESUME L adoption des variétés améliorées de manioc peut être facilitée si elles sont aisément disponibles

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

SCIENCES AGRONOMIQUES RÉSUMÉ DES RECHERCHES. Édition canadienne

SCIENCES AGRONOMIQUES RÉSUMÉ DES RECHERCHES. Édition canadienne SCIENCES AGRONOMIQUES RÉSUMÉ DES RECHERCHES Édition canadienne Introduction En 2012, la chaleur intense et une sécheresse grave ont caractérisé la saison chez la majorité des producteurs. Aux É.-U., dans

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Ventiler pour refroidir les céréales stockées

Ventiler pour refroidir les céréales stockées 10 QUALITÉ Ventiler pour refroidir les céréales stockées Une conduite à moduler avec le climat La ventilation est la meilleure méthode pour refroidir les céréales stockées et, donc, conserver leurs qualités

Plus en détail

Indices agroclimatiques

Indices agroclimatiques Indices agroclimatiques pour faciliter la prise de décision en agriculture Dominique Plouffe, Gaétan Bourgeois, René Audet Marie-Pier Lepage Indices agroclimatiques ± 1920 : apparition de l agrométéorologie

Plus en détail

BULLETIN DE VEILLE. Bilan de saison La tomate de serre. Volume 4, Numéro 12 Le 10 février 2012

BULLETIN DE VEILLE. Bilan de saison La tomate de serre. Volume 4, Numéro 12 Le 10 février 2012 BULLETIN DE VEILLE Volume 4, Numéro 12 Le 10 février 2012 En ligne : www.cqh.ca Bilan de saison La tomate de serre Ce bilan de saison récapitule les différentes tendances de prix pour la tomate de serre

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6 60.02 SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2 La création d une pelouse page 3 L entretien normal page 5 L entretien exceptionnel page 6 page 1/6 OUTILLAGE

Plus en détail

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Fiche technique SABRINA MORISSETTE, Ing.f. ANNIE DESROCHERS,

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Danielle Bernier Agronome-malherbologiste Direction de la phytoprotection 30 octobre 2012 Comment identifier un problème de résistance? Sommes-nous

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Projet Mosabio Rapport d essai 2014

Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Introduction Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Le projet Mosabio a été proposé en 2011 par un groupe de travail comprenant AGRIDEA, Agroscope et le FiBL. Il s inscrit dans le contexte du déficit de l

Plus en détail

essai variétal colza bio 2012 Courtedoux 2011-2012

essai variétal colza bio 2012 Courtedoux 2011-2012 Conseils et expertises/production végétale Essai variétal colza bio Courtedoux 211-212 Rapport d essai Responsable de l essai : Michel Petitat Fondation Rurale Interjurassienne 2852 COURTEMEON 32 42 74

Plus en détail

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Les États-Unis sont le marché touristique international le plus important pour le Canada et l Ontario. Par conséquent, on déploie des efforts importants

Plus en détail

Les règles de course

Les règles de course http://petitsloupsdemer.free.fr Règles page : 1 Avertissement : Les règles officielles sont en rouge, tout ce qui est écrit dans une autre couleur est mon interprétation, et ne peut en aucun cas engager

Plus en détail

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc;

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc; Communiqué Centre Africain des Risques Catastrophiques African Centre for Catastrophe Risks Une étude sur «la conception d un modèle de gestion du risque sécheresse dans le domaine des céréales vient d'être

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

LES ARBRES Plantation, soins et entretien

LES ARBRES Plantation, soins et entretien LES ARBRES Plantation, soins et entretien Dans le cadre de son plan de communication 2014, la Ville de Prévost publie, à chaque mois, une rubrique d information sur les arbres. Éléments importants de notre

Plus en détail

Le SEMIS DIRECT sur une FERME LAITIÈRE : CONDITIONS DE SUCCÈS

Le SEMIS DIRECT sur une FERME LAITIÈRE : CONDITIONS DE SUCCÈS Le SEMIS DIRECT sur une FERME LAITIÈRE : CONDITIONS DE SUCCÈS Par Louis Robert, agronome MAPAQ- Chaudière-Appalaches Centre se services de Sainte-Marie Ces dernières années, et particulièrement en 2006,

Plus en détail

Le rôle de la bourse de Chicago et la gestion des risques financiers reliés à l'agriculture. Quel risque?

Le rôle de la bourse de Chicago et la gestion des risques financiers reliés à l'agriculture. Quel risque? Le rôle de la bourse de Chicago et la gestion des risques financiers reliés à l'agriculture Frédéric Hamel, CFA, GSPD Consultant en mise en marché des grains, Rédacteur de la Lettre financière des marchés

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI : TEST DE VARIETE DE TRITICALE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Campagne

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA PELOUSE

ENTRETIEN DE LA PELOUSE Source : Fafard Savoir vert ENTRETIEN DE LA PELOUSE C est naturel de vouloir une belle pelouse. Saviez-vous que le secret d une belle pelouse repose sur un sol riche et équilibré? En effet, cette richesse

Plus en détail

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche l Décembre 25 e point en recherche Série technique 5-119 Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction La recherche permet de commencer à comprendre

Plus en détail

Appareils perméables en pavés de béton 04.12

Appareils perméables en pavés de béton 04.12 Appareils perméables en pavés de béton 04.12 Avant-propos Les informations fournies ici ont été compilées en toute connaissance de cause. Néanmoins, des erreurs sur le contenu ne sauraient être exclues.

Plus en détail

Déroulement des travaux :

Déroulement des travaux : Rapport final Contrôle mécanique de la punaise terne dans la culture de fraises sur rangs nattés en régie biologique à l'aide d'une faucheuse rotative 10-INNO3-16 Demandeur : Coopérative Nord-Bio Date

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Les fiches conseils SEMER ET PLANTER LES FLEURS ANNUELLES

Les fiches conseils SEMER ET PLANTER LES FLEURS ANNUELLES Les fiches conseils Réussissez chaque étape SEMER ET PLANTER LES FLEURS ANNUELLES Difficulté : Le cycle végétatif complet des fleurs annuelles se déroule sur une seule saison (au maximum un an). Semées

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

3 L offre et la demande

3 L offre et la demande 3 L offre et la demande Principaux points du chapitre 3 LES EFFETS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE SUR LES PRIX LES MARCHÉS HORTICOLES FONCTIONNENT AVEC COMPLEXITÉ DES CHANGEMENTS ONT LIEU DANS LES ARRANGEMENTS

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Support de formation des producteurs de maïs. Bien produire le maïs en Côte d Ivoire

Support de formation des producteurs de maïs. Bien produire le maïs en Côte d Ivoire Support de formation des producteurs de maïs Bien produire le maïs en Côte d Ivoire Choix de la parcelle Issa veut créer un champ de maïs, il a besoin de conseils pour choisir sa parcelle. Message-clé

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs céréaliers, fournit des renseignements et des conseils

Plus en détail

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Séries sur l examen du renment s exploitations agricoles /Volume No. Les taux renment actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Introduction Ce bulletin présente nouvelles mesures

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Ensemble de coûts directs et indirects de production et distribution par unité vendue Varie entre produits

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016 Sommaire L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Régime d assurance pour les fraises

Régime d assurance pour les fraises Assurance-production Aperçu du régime Fraises Régime d assurance pour les fraises Établir un lien entre producteurs et programmes Ce que vous devez savoir sur la protection de vos cultures de fraises grâce

Plus en détail