La technique du changement le plus significatif Suivi de la responsabilisation pour le droit à la santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La technique du changement le plus significatif Suivi de la responsabilisation pour le droit à la santé"

Transcription

1 La technique du changement le plus significatif Suivi de la responsabilisation pour le droit à la santé Third World Relief Fund Steunfonds Derde Wereld Fonds de Soutien Tiers-Monde Décembre 2010

2 Cette brochure a été réalisée avec le soutien financier de la Direction générale de la Coopération belge au Développement (DGCD). Nous espérons que son contenu vous inspirera dans votre propre activité. Cependant, si vous souhaitez reproduire certains textes sur Internet ou dans une autre publication, nous vous remercions de bien vouloir mentionner la source d origine. Collaborateurs : Wim De Ceukelaire, Danny Claes, Anuschka Mahieu, Fanny Polet, Jayson Fajarda, Hans Schaap, Annelies Vermeir, Lien Jespers, Kaat Pierreux, Sylvie Luzala, María Erlinda Sandino, María Hamlin Zuniga, Gabriel García, Arturo Quizphe et Jorge Quizphe. Mise en page : Peter Zwertvagher (Brutal You!) Bruxelles, décembre Pour nous contacter, veuillez écrire à l adresse suivante : Si vous souhaitez en savoir plus sur la technique du CPS, veuillez consulter le site

3 Table des matières 1 Introduction 4 2 Expériences Palestine Philippines Amérique latine République démocratique du Congo 34 3 Recommandations et conclusions générales Sélection finale Observations Recommandations 38 3

4 1 Introduction Les personnes impliquées dans la coopération au développement savent que le suivi et l évaluation peuvent être difficiles. Pour les organisations qui n investissent pas dans des biens matériels mais plutôt dans le capital humain et organisationnel, en particulier, il est loin d être facile de mesurer les progrès accomplis et de faire connaître les réalisations et les résultats obtenus dans des rapports formels. Je vais vous raconter une anecdote concernant le suivi et l évaluation que je n oublierai jamais. Il y a quelques années, je représentais des ONG belges aux Philippines. Un jour, je me suis retrouvé sur l île de Samar à faire des heures supplémentaires avec notre organisation partenaire locale afin de trouver des indicateurs pour notre cadre logique. Cela nous a pris un temps fou pour trouver un indicateur de la pauvreté parmi les paysans démunis avec qui nous travaillions. J avais déjà essayé tous les indicateurs que je connaissais grâce aux formations et aux manuels, mais aucun ne semblait applicable selon la directrice de notre partenaire local. Alors que je commençais presque à perdre patience, je lui ai finalement demandé de me parler de ce projet réussi qu elle avait déjà mentionné pendant la pause. Comment savait-elle que l organisation avait été capable d améliorer la vie des pauvres? Elle a immédiatement commencé à me raconter avec enthousiasme leur dernière visite au village et les nombreux changements constatés dans le comportement et les conditions de vie de la population locale. Un des changements les plus frappants était que presque tout le monde utilisait désormais du sucre et de l huile de cuisson. 4 J avais trouvé mon indicateur. Et j en ai tiré une leçon : demandez aux gens de vous raconter leur histoire et vous apprendrez une multitude de choses qui ne peuvent pas être saisies dans des indicateurs. C était probablement ma première rencontre avec la technique du changement le plus significatif, bien avant que je n en entende parler. À la même période, j ai rencontré un consultant en développement qui revenait d une visite de terrain dans le cadre d un projet d évaluation ambitieux commandité par le gouvernement belge. Il m a dit : «Vous autres, vous savez ce que signifie la responsabilisation». J étais bien évidemment flatté, mais aussi intrigué. Comment en était-il arrivé à cette conclusion? Il m a expliqué qu il avait interrogé des agriculteurs aux Philippines et que la plupart d entre eux s étaient montrés très timides et hésitants lorsqu ils répondaient à ses questions. «Lorsque j ai interrogé les porte-parole des agriculteurs dans les zones de projet de votre partenaire», m a-t-il dit, «ils se sont mis debout avant de répondre à mes questions, puis ils m ont regardé dans les yeux tout en me racontant ce qui leur tenait à cœur». Cette remarque n a jamais été mentionnée dans le rapport final du consultant mais maintenant que je repense à nos premières expériences avec la technique du changement le plus significatif, cette anecdote me semble très pertinente. Ce genre d histoires et d anecdotes est souvent révélateur des préoccupations essentielles dans notre travail : la responsabilisation, la santé, le bien-être, les droits, etc. Pourtant, elles apparaissent rarement dans nos rapports officiels. C est par frustration que nous avons décidé d expérimenter la technique du changement le plus significatif. Au cours des dernières années, nous nous sommes péniblement efforcés de choisir des techniques de gestion basées sur les résultats, mais la plupart du temps nous avions le sentiment désagréable qu il manquait un élément. Nous

5 1 Introduction n écoutions presque plus les histoires des populations alors qu elles sont une mine d informations de qualité sur ce qui compte le plus pour les gens, et par conséquent pour nous. Lorsque nous avons entendu parler de la technique du changement le plus significatif, nous avons pensé qu elle pourrait nous apporter une réponse et nous avons souhaité l essayer. Nous avons recueilli et sélectionné des histoires, avec l aide de nos partenaires aux Philippines, en Palestine, en République démocratique du Congo et en Amérique latine. Chose intéressante, dans chacun de ces pays, le processus a été assez différent. Aux Philippines, un employé de notre bureau local a travaillé en étroite collaboration avec Gabriela, une de nos organisations partenaires, afin d essayer la technique du CPS avec deux sections régionales de Gabriela. En Palestine, ce fut une expérience personnelle car nous avons recueilli et choisi les histoires nous-mêmes, avec l aide des dirigeants des jeunes à Jérusalem-Est. En République démocratique du Congo, trois stagiaires ont travaillé avec le partenaire local afin de recueillir les histoires, tandis qu en Amérique latine, un consultant local a aidé l organisation partenaire locale. Nous considérons la diversité de la méthodologie comme une force, non comme une faiblesse. Sur une très courte période, elle nous a fourni énormément d expériences dont tirer des leçons. Nous souhaitons partager ces expériences, les bonnes comme les mauvaises, avec un public plus vaste impliqué dans ce genre d activités, en espérant qu il pourra ainsi améliorer son travail au service de la santé et du développement des personnes. Wim De Ceukelaire Coordinateur du département Politique et Partenariat Fonds de Soutien Tiers-Monde (FSTM) 5

6 2 Expériences 2.1 Palestine En Palestine, FSTM collabore avec les Health Work Committees (HWC), une ONG locale œuvrant pour la responsabilisation des jeunes à Jérusalem-Est. Les HWC jouent un rôle important dans la société civile palestinienne de Jérusalem-Est et sont bien ancrés parmi les jeunes. Ils organisent des programmes de santé dans la plupart des écoles palestiniennes de la ville et dirigent un centre pour les jeunes dans la vieille ville : le Centre Nidal. Ce centre a été fermé par les forces de sécurité israéliennes en juillet Méthodologie Nous avions prévu de recueillir les histoires de CPS au cours d une mission de FSTM en Palestine du 26 au 28 juillet Le but était de rassembler des histoires de jeunes bénévoles à Jérusalem, membres actifs du réseau de jeunes du Centre Nidal (communautés locales et groupes thématiques), de comités de santé scolaire et de groupes d étudiants universitaires. En raison d un manque de temps et des vacances d été, nous n avons pas pu rencontrer les bénévoles des groupes universitaires. Nous n avions pas l intention d évaluer le programme. Nous souhaitions plutôt connaître l impact des activités sur les jeunes, en écoutant les histoires de bénévoles sur le changement le plus significatif dans leur vie et sur la manière dont leur participation au programme a changé leur comportement et leur point de vue. Instructions Le manuel CPS a été envoyé au préalable à Daoud, le coordinateur des jeunes des HWC à Jérusalem, 3 semaines avant le recueil des histoires. Au début de la mission de FSTM, nous avons abordé les objectifs et la procédure de la technique du CPS avec Daoud, à l aide d une présentation informatisée. Définition des domaines du changement et de la période de référence En collaboration avec Daoud, l équipe de FSTM a défini quatre domaines de changement au sujet desquels les bénévoles devaient raconter une histoire : Le CPS dans leur vie quotidienne Le CPS dans leur conception de la santé Le CPS dans la participation de l entourage aux activités Le CPS en général («domaine libre») La période de référence n était pas la même pour tout le monde. Les bénévoles devaient parler de la période écoulée depuis le moment où ils avaient rejoint le réseau de jeunes (entre 1 et 3 ans). Sélection des participants Daoud a choisi les bénévoles. Bien que les critères de sélection aient été étudiés afin de garantir que les bénévoles représentent les différents groupes cibles du programme, la plupart des dispositions ont été prises au dernier moment avec les bénévoles et l improvisation a primé sur la sélection. La technique du CPS a été présentée brièvement en arabe aux bénévoles, par téléphone ou juste avant qu ils racontent leur histoire. Participants : 1. Meriam, 21 ans, étudiante à l Université Al Quds, 3e année de sciences économiques, groupe de communauté locale 2. Ihsan, 18 ans, vient d obtenir le baccalauréat, a rejoint Nidal il y a 1,5 an-2 ans, groupe de communauté locale. 6

7 2 Expériences Palestine 3. Samoud, 17 ans, élève en 5e année de l enseignement secondaire, membre du groupe de danse folklorique pratiquant la dabké. 4. Mustafa, 16 ans, groupe de communauté locale, Shufat. 5. Azedin, 16 ans, groupe de communauté locale, Shufat. 6. Bassil, 16 ans, a rejoint le centre Nidal il y a 3 ans, groupe de communauté locale, Shufat. 7. Nadine, 17 ans, va rentrer en dernière année de l enseignement secondaire, a rejoint Nidal il y a 4 ans, groupe de communauté locale. 8. Bashar, 17 ans, a rejoint le centre Nidal il y a 1 an, comité de santé scolaire. 9. Bassem, 17 ans, bénévole depuis 4 ans, groupe de communauté locale. Recueil des histoires Chaque bénévole a parlé pendant environ 45 minutes. La plupart des bénévoles ont raconté une histoire dans chacun des quatre domaines. Circonstances dans lesquelles les histoires ont été recueillies : Les histoires ont été recueillies par deux membres de FSTM et consignées en anglais. Les membres de FSTM ont expliqué les objec- tifs de la technique du CPS et ont interrogé les bénévoles sur le changement le plus significatif dans les quatre domaines définis, depuis qu ils sont bénévoles au sein du réseau de jeunes. Nous leur avons également demandé de nous expliquer pourquoi il s agissait du changement le plus significatif selon eux. Les bénévoles se sont exprimés en arabe. Daoud, le coordinateur des jeunes des HWC, a traduit simultanément leurs propos en anglais. Sélection des histoires Après avoir recueilli les histoires, le dernier jour de leur mission, les deux membres de FSTM se sont réunis avec Daoud et trois dirigeants des jeunes bénévoles afin de discuter des histoires et de choisir celle qui relatait le changement le plus significatif dans chaque domaine. Après avoir lu les histoires relatives à un domaine à voix haute en arabe, les dirigeants des jeunes ont discuté afin de choisir celle qui selon eux reflétait le changement le plus significatif. La même procédure a été répétée pour chacun des quatre domaines. Après chaque discussion, ils ont expliqué en anglais pourquoi ils avaient choisi une histoire en particulier. 7

8 2 Expériences Palestine Histoires de CPS Les quatre histoires sélectionnées sont les suivantes : Samoud, 17 ans : «la dabké m a donné confiance en moi» élève en 5e année de l enseignement secondaire, bénévole depuis 3 ans Domaine : changement le plus significatif dans la vie quotidienne Avant de m impliquer dans le Centre Nidal, je n avais pas beaucoup de contacts avec les gens en dehors de ma famille. Le centre m a permis de connaître beaucoup de nouvelles personnes et de nouveaux endroits à Jérusalem. J aime danser la dabké 1. C est pour cela que j ai intégré la troupe de dabké. Mais ce n est pas tout. J ai beaucoup appris sur l affaire palestinienne. Nous avons visité des villages et des villes en Palestine 48 2 et nous avons également appris des choses sur les villages détruits 3. C est pour cette raison que nous avons décidé de présenter l épuration ethnique pendant notre camp d été. Au cours de nos visites à Jérusalem, nous avons appris comment Israël change l histoire de notre ville. Les maisons arabes sont transformées en maisons juives en effaçant les inscriptions arabes du Coran. Dans le quartier de Silwan 4, personnes vont être expulsées de leur maison (qui seront démolies afin de construire un parc). Les enfants ont beaucoup apprécié cette visite. Le changement le plus significatif dans ma vie quotidienne depuis que je me suis investie est que j ai plus confiance en moi. Je me souviens d un spectacle de dabké que nous avions préparé il y a 8 deux ans. C était notre premier spectacle et nous avions invité tous nos amis et notre famille. Le spectacle devait avoir lieu au Théâtre national à Jérusalem-Est. Les spectateurs étaient déjà installés et nous étions prêts. Une heure avant le spectacle, la police israélienne est intervenue et a annulé le spectacle. Ils étaient en possession d un document stipulant que nous n avions pas d autorisation. Tout le monde était bouleversé et j en ai pleuré. Mais cet événement a également renforcé ma détermination à persévérer et ma confiance en moi. Pourquoi était-ce le changement le plus significatif? J ai appris que nous vivons sous l occupation et que je dois être forte. C est notre pays et ils ne nous empêcheront pas de danser la dabké ni d organiser nos activités. J ai été élevée dans l amour de mon pays. Lorsque j étais enfant, l armée israélienne a arrêté mon père devant moi tout en pointant une arme sur lui. Je souhaite dire au monde entier que ce sont eux les terroristes, pas nous. Les dirigeants des jeunes des HWC ont choisi l histoire de Samoud car elle contient de nombreux détails, en ce qui concerne aussi bien les activités que la société. Samoud est une fille qui n avait pas beaucoup d amis avant. Désormais, elle a de nombreux contacts et amis. Son histoire est complète et montre son apprentissage à chaque étape de sa vie. Elle montre son développement de manière détaillée. Elle montre également comment nous concevons la santé : comme une qualité de vie. Au début, elle est seulement venue pour danser la dabké. Sa vie a réellement changé! Ihsan, 18 ans : «Les gens doivent se battre pour le droit à la santé» Vient d obtenir le baccalauréat, a rejoint le Centre Nidal il y a 2 ans Domaine : changement le plus significatif dans la conception de la santé

9 2 Expériences Palestine Avec notre groupe du Centre Nidal, nous avons rendu visite aux familles qui ont été expulsées de chez elles à Sheikh Jarrah 5. Ces familles vivent désormais, dans la rue dans des conditions insalubres. Lorsque je me suis rendu dans cet endroit, j ai été consterné. Les familles étaient expulsées de leurs maisons, où des Juifs habitent désormais. Ces personnes n ont pas de maison où vivre, elles n ont rien à donner à manger à leurs enfants. C était tellement injuste. Pour moi, cette attitude montrait le mépris envers ces personnes. Cela prouve que les occupants veulent vraiment tout prendre. Cette visite m a appris que la santé doit être un droit pour tous et pas un cadeau. Ce n est pas parce que vous êtes un homme bon que vous devez pouvoir bénéficier de ce droit. Je pense que tout le monde doit avoir le droit de vivre dans de bonnes conditions d hygiène et de posséder une maison où vivre. La visite à Sheikh Jarrah m a fait réfléchir : c est l État qui doit garantir ce droit, mais il ne le fait pas. C est pour cela que les gens doivent se battre pour ce droit. Pourquoi est-ce le changement le plus significatif? Cette expérience a été très importante pour moi car il s agit d un des problèmes les plus importants auxquels les Palestiniens de Jérusalem sont confrontés actuellement. Je connais une famille qui est dans la même situation. Les dirigeants des jeunes des HWC ont choisi cette histoire car elle raconte les visites rendues aux familles expulsées à Sheikh Jarrah. C est une affaire très importante qui touche les Palestiniens à Jérusalem. En perdant leur maison, ils ont perdu 9 leur droit à la santé. Grâce à cette activité, Ihsan a compris que la santé est véritablement un droit pour tous et que le gouvernement ne fait rien. En fait, il n y a personne pour défendre les droits de ces gens. Une autre histoire dans ce domaine concernait l usage de drogues par les jeunes. Le fait que ce sujet ait été abordé est également très positif, car cela montre que ces garçons ont pris conscience qu ils pouvaient faire quelque chose pour agir contre ce problème. Meriam, 21 ans : «Je voulais que mes sœurs vivent la même expérience» Étudiante à l Université Al Quds. Troisième année de sciences économiques. Domaine : impliquer les autres Désormais, j ai une plus grande confiance en moi lorsqu il s agit d inviter les autres à nous rejoindre et je sais comment les y inciter. J ai réussi à impliquer mes deux sœurs cadettes. Grâce aux expériences que je partageais avec elles et à mon changement de comportement, elles ont eu envie de nous rejoindre. Désormais, elles participent au camp d été et l une d elles a intégré la formation à la direction. Au début, les gens ont peur d adhérer au mouvement, mais une fois qu ils se sont engagés, nous voyons le changement. Les jeunes ne connaissent pas les problèmes, c est pour cela qu ils sont d abord hésitants. Pourquoi est-ce le changement le plus significatif? C est important, car je souhaite qu elles vivent la même expérience et qu elles acquièrent les mêmes compétences et connaissances. Les dirigeants des jeunes des HWC ont choisi l histoire de Meriam car elle montre que son changement d intérêt lui fait vouloir les mêmes changements dans sa famille. Elle a atteint son objectif et ses deux sœurs sont désormais très engagées. Elle a également raconté combien les jeunes ont parfois peur d adhérer au mouvement. Pourtant,

10 2 Expériences Palestine une fois qu ils se sont engagés, ils continuent. C est une expérience courante. Ce n est pas facile de les convaincre de rejoindre le mouvement. Il faut trouver l argument décisif. Les trois garçons que nous avons également interrogés en sont un exemple. Ils faisaient partie d un groupe de 17 jeunes. Dès que certains d entre eux nous ont rejoints, les autres ont suivi. Les activités telles que les camps d été et la dabké servent à attirer les jeunes. En général, au début, ils ne sont pas très intéressés par les activités éducatives. En fait, laisser les jeunes dans l ignorance fait partie du plan des forces d occupation. Ihsan, 18 ans : «Je ne suis plus timide» Vient d obtenir le baccalauréat, a rejoint le Centre Nidal il y a 2 ans Domaine : général Auparavant, j étais très timide et j avais peur de dévoiler mes pensées. J avais très peur de ce que les autres pensaient de moi. Lorsque j essayais de donner mon avis, je pensais que les autres ne seraient pas d accord avec moi. Désormais, j ai appris comment entretenir des liens avec d autres personnes et comment me comporter avec elles. Je sais comment témoigner du respect aux autres et je sais qu ils me respectent aussi. Pourquoi est-ce le changement le plus significatif? Personne n est parfait mais vous devez toujours rechercher les bons côtés des gens et les connaissances qu ils peuvent vous apporter. Une mauvaise expérience n est pas la fin de votre vie. Vous devez persévérer et en tirer des leçons. C était important pour moi car je pense que l opinion et l attitude d une personne comptent véritablement. Le plus important, c est de ne pas être égoïste. Les dirigeants des jeunes des HWC ont choisi cette histoire car elle est révélatrice du grand changement qu ils observent chez les jeunes avec lesquels ils travaillent. Au début, ils ne savent pas comment partager entre eux. Dans la rue, ils peuvent se montrer très violents mais une fois qu ils doivent se parler, ils deviennent timides et silencieux. C est grâce à nos activités qu ils apprennent à respecter les autres, à rechercher le bon côté des gens et à partager leurs opinions. Parfois, se présenter est déjà difficile pour eux. C est un problème de société. À l école, les jeunes s assoient et écoutent. À la maison, c est la même chose. 1 Danse folklorique palestinienne. 2 «Palestine 48» est le terme employé par certains Palestiniens pour désigner le territoire qui est désormais reconnu comme étant celui d Israël tel qu il était occupé en En 1948, environ 500 villages palestiniens ont été complètement détruits et leurs habitants ont été expulsés du territoire qui est devenu par la suite Israël. 4 Silwan est un quartier palestinien de Jérusalem d environ habitants, adjacent à la vieille ville. Il abrite le site archéologique de ce qui serait la Cité de David, c est-à-dire la ville originale de Jérusalem. Cette zone est l une de celles faisant l objet du plus de controverses à Jérusalem ces derniers temps, en raison des plans de développement de cet endroit en lieu touristique. 5 Sheikh Jarrah est un quartier résidentiel palestinien situé au nord de la vieille ville, dans la zone occupée de Jérusalem-Est, où résident environ Palestiniens. En raison de l emplacement stratégique de cette zone, les organisations de colons israéliens ont toujours essayé de prendre le contrôle du territoire et des propriétés et d établir une présence constante à Sheikh Jarrah. Les groupes de colons ont redoublé d efforts au cours des dernières années et ont souvent recouru à la force pour tenter d expulser les familles et communautés palestiniennes afin d établir de nouvelles colonies. Le 2 août 2009, lors d une série d expulsions, 53 réfugiés palestiniens, parmi lesquels 20 enfants, ont été sortis de force de chez eux à Sheikh Jarrah par les autorités israéliennes, suite à une décision de justice. Les propriétés ont été cédées à une organisation de colons qui souhaite établir une nouvelle colonie dans cette zone, de sorte qu environ 300 personnes vivant dans au moins 24 autres bâtiments risquent d être expulsées. Compte tenu des efforts similaires déployés dans d autres parties du quartier de Sheikh Jarrah, le nombre total d unités prévues pour les colonies s élève à plus de 540, ce qui risque de provoquer l expulsion, l expropriation et le déplacement de force d environ 475 Palestiniens. (Source : OCHA) 10

11 2 Expériences Palestine Évaluation Après avoir choisi les histoires, les bénévoles des HWC (Daoud, Nagham, Ilham, Ahmad) ont évalué leur expérience avec la technique du CPS. Voici certains des points de l évaluation qu ils ont partagés : Les histoires sont intéressantes et précises mais elles ne reflètent pas l intégralité du travail du centre. Nous proposons également une formation sur les droits de l homme, des visites alternatives de la ville, une formation sur la situation à Jérusalem, une formation sur la santé reproductive. Toutefois, ces sujets n ont pas été abordés. En plus des jeunes, nous travaillons également avec les femmes et les enfants. Nous devons comprendre et étudier pourquoi il est si difficile de recruter plus de jeunes. Néanmoins, il s agit d un problème général qui concerne toutes les organisations ici. En réalité, nous avons bien plus de jeunes que d autres ONG. 11 Nous connaissions déjà ces bénévoles car ce sont tous des membres actifs, mais grâce à cet exercice, nous en avons appris beaucoup plus sur eux. Nous pourrons ainsi mieux nous comporter avec eux à l avenir. Nous avons appris qu il est possible d avoir un véritable impact sur les jeunes et de constater un réel changement. Nous avons vraiment besoin de plus de centres de ce genre. Le CPS est une méthode utile que nous pourrions également utiliser nous-mêmes. Nous avons une certaine pratique des évaluations. La différence avec d autres méthodes d évaluation est que celle-ci montre la réalité de la vie des jeunes sous l occupation. Au cours de leur existence, ils sont confrontés à la drogue, aux expulsions, à la violence Cette méthode met en évidence ce qui compte réellement pour eux. Grâce aux activités du Centre Nidal, les jeunes apprennent à gérer ces problèmes.

12 2 Expériences Philippines 2.2 Philippines Aux Philippines, nous collaborons avec différentes organisations partenaires, dont la plupart sont actives dans le secteur médico-social. L une de ces organisations est Gabriela, un groupement national d organisations de femmes avec lequel nous travaillons sur des programmes dans les domaines médico-social et de la défense des droits des femmes depuis Les membres de Gabriela se sont proposées pour essayer la technique du CPS avec l aide du personnel de notre bureau local Méthodologie Le siège national a préparé un guide du recueil d histoires de CPS en tagalog et l a envoyé à Gabriela. Obeth Montes, qui avait la responsabilité de l ensemble du programme, a lu et commenté le guide préparé par le siège national de FSTM avant de l envoyer aux organisateurs des sections d Iloilo et de Roxas City. Le recueil et la sélection des histoires sur le terrain se sont déroulés du 17 au 21 août. Section de Gabriela à Iloilo bientôt à la fin du programme de 3 ans. D autre part, Jayson, du siège national de FSTM, a expliqué les différentes étapes de la technique du CPS. En raison du nombre de participants, les facilitateurs ont décidé de diviser le groupe en six binômes. Les membres de chaque binôme devaient ensuite se raconter une histoire sur le changement le plus significatif au cours des trois dernières années. Les facilitateurs ont pensé qu il serait préférable de grouper chaque fois deux participants issus de régions différentes. Chaque participant devait consigner l histoire de son partenaire. Ensuite, les binômes devaient choisir laquelle des deux histoires leur paraissait la plus significative. Les organisateurs de Gabriela Iloilo avaient prévu que 25 membres participeraient au recueil d histoires de CPS, mais en raison de circonstances imprévues, seules 12 d entre eux ont pu être présentes. Malgré l absence de certaines participantes, chaque section municipale couverte par le programme de santé de Gabriela était représentée. Obeth Montes a expliqué le contexte de la technique du CPS. Elle a expliqué aux participants qu il s agit d un genre de processus d évaluation qu ils peuvent désormais utiliser puisqu ils arrivent 12 Les binômes disposaient d une heure et demie pour s échanger leurs histoires et les consigner. Pendant la présentation, chaque binôme avait le temps de raconter l histoire qu il avait choisie. Les participants dont l histoire avait été choisie devaient en outre s efforcer de remplir les blancs dans le texte écrit au cours du partage du binôme. Voici les six histoires partagées en assemblée plénière : 1. Virginia Sumaguio, Leganes, Iloilo sur la manière dont elle utilise les médicaments à base de plantes qui ont été abordés lors des formations dispensées dans le cadre du programme de santé de Gabriela à Iloilo. 2. Hydie Sotela, Leganes, Iloilo la fréquence de ses crises d asthme a diminué après qu elle ait utilisé la plante médicinale appelée sambong, qu elle a découvert au cours d une for-

13 2 Expériences Philippines mation sur les médicaments à base de plantes. 3. Gloria Galleno, Leganes, Iloilo la manière dont elle punit ses enfants a changé après qu elle ait assisté à une formation sur la violence faite aux femmes et aux enfants. Son mari et ses enfants ont soutenu sa participation aux séminaires et aux formations de Gabriela car ils estiment qu ils ont été à l origine du changement d attitude de Gloria. 4. Rosalinda Guaro, Leganes, Iloilo Elle ne croyait pas aux médicaments à base de plantes avant la mise en œuvre du programme de santé de Gabriela à Iloilo, jusqu à ce qu elle mette en pratique sur son mari qui souffrait d arthrite ce qu elle avait appris au cours d une formation. 5. Ma. Aleta A. Gamot, Sta Barbara, Iloilo Elle a découvert l utilisation de la tawa-tawa (Euphorbia hirta), une plante médicinale utilisée chez les patients souffrant de dengue. Elle a recommandé l utilisation de médicaments à base de plantes à ses voisins dans sa communauté. 6. Elena Dela Cruz, Pavia, Iloilo Elle a com mencé à comprendre les problèmes des femmes et particulièrement de la violence faite aux femmes. Elle s est intéressée aux besoins des femmes maltraitées de sa communauté qui recherchaient son aide. Conformément à la technique, les domaines n ont été déterminés qu après le recueil des histoires de CPS. Les domaines ont été définis au cours de l évaluation par les cinq organisateurs présents à la session d évaluation, y compris Lucy Francisco, la coordinatrice du programme à Iloilo. Durant l évaluation, trois histoires qui reflétaient avec la plus grande précision possible le CPS du programme de santé de la section d Iloilo ont été identifiées. Les organisateurs ont choisi trois histoires qu ils souhaitaient envoyer au siège national de Gabriela en vue d une nouvelle sélection. Sur la base des histoires recueillies, les organisateurs ont identifié les domaines qui allaient servir de base à leurs critères de sélection. Les domaines identifiés étaient l impact des services et le changement d attitude. Les histoires de Gloria Galleno, Hydie Sotela et Elena Dela Cruz ont été choisies par les cinq organisateurs. Ils ont retenu à l unanimité l histoire de Gloria Galleno car elle illustre le domaine du changement d attitude. Lucy Francisco, la coordinatrice du programme de santé à Iloilo, a déclaré qu elle ne connaissait pas l histoire de Gloria Galleno avant qu elle ne la partage. Hormis le fait de toucher au domaine du changement d attitude, l histoire d Elena Dela Cruz montre également le progrès de son travail dans la communauté. L expérience de Hydie Sotela a été choisie parmi de nombreuses histoires sur les médicaments à base de plantes car elle souligne l efficacité de l utilisation de médicaments alternatifs fournis par les travailleurs de la santé. Elle indique également un changement dans la qualité de vie de Hydie Sotela en raison de l amélioration de sa santé. Section de Gabriela à Roxas City À partir des leçons tirées de la réalisation des activités à Iloilo, des modifications ont été apportées afin d améliorer le processus utilisé à Roxas City. Les facilitateurs ont décidé de regrouper les participants selon leur communauté/section locale. Étant donné que chaque membre du groupe sait comment le programme de santé est appliqué dans sa communauté en particulier, il est plus facile d évaluer quelle histoire il est préférable de choisir. Le contexte et les mécanismes de l activité ont été abordés par les facilitateurs avant que les participants soient répartis en plusieurs groupes. Chaque groupe rassemblait trois à quatre participants et disposait de deux heures et demie pour partager ses histoires. Chaque groupe a sélectionné une histoire. Les facilitateurs et certains organisateurs qui ne participaient pas au partage des expériences passaient d un groupe à l autre pour observer et s assurer que les participants comprenaient et suivaient les instructions. 13 Contrairement au processus utilisé à Iloilo, dans un premier temps, les participants ont été incités à partager leurs histoires ensemble avant de les consigner. L expérience d Iloilo a montré que la

14 2 Expériences Philippines consignation des histoires par écrit entravait la libre discussion au cours du partage des expériences. Après avoir fait part de leurs expériences, chaque groupe a désigné une personne pour consigner l histoire choisie. Les participants dont l histoire a été choisie ont été invités à la raconter en assemblée plénière. Chaque fois qu un participant avait fini de raconter son histoire, d autres participants, des organisateurs et des facilitateurs posaient des questions afin que le participant éclaircisse certains détails. Voici les histoires présentées en assemblée plénière : 1. Lorna Coronado, barangay de Cogon, Roxas City Elle a pris conscience des droits de la femme. Elle a conseillé une voisine battue par son mari jaloux. 2. Dolores Mijares, barangay de Libas, Roxas City Elle a sermonné un membre de sa famille qui frappait son enfant. En tentant d éviter toute nouvelle violence, elle a eu la main entaillée par le couteau que son mari brandissait afin d essayer de la défendre contre ce membre de sa famille. 3. Emma Pedrano, barangay de Culasi, Roxas City Avec l aide de l organisation, la communauté est devenue soudée et a trouvé le courage de se battre pour ses terres. Grâce à l organisation, les membres de la communauté ont pris conscience des problèmes qui me nacent leur communauté tels que la démolition et l exploitation minière. 4. Marivie Arguelles, barangay de Dumolog, Roxas City La formation sur les médicaments à base de plantes dispensée par Gabriela les a particulièrement aidés pendant l épidémie de dengue. 5. Cristina Alcones, barangay de Baybay, Roxas City La formation à la direction qu elle a suivie en 2009 l a aidée à diriger sa communauté lors des campagnes contre la faim, la pauvreté et les hausses de prix. 6. Elma Deanon, barangay de Dinginan, Roxas City Auparavant, elle était soumise et sen- 14 sible aux railleries. En sa qualité de présidente de Gabriela à Roxas City, elle est devenue déterminée et a trouvé la force de lutter contre l injustice et l oppression. Après la présentation, les organisateurs ont évalué les histoires partagées et la façon dont le partage avait été réalisé. Pour les organisateurs, le partage était positif car les histoires touchaient les différents aspects du programme tels que la prise de conscience, l organisation et le service. Ces trois aspects ont été retenus comme les domaines d identification du changement le plus significatif à Roxas. Le groupe a décidé d envoyer les six histoires au siège national afin qu elles soient évaluées. Comme lors de l expérience à Iloilo, certaines histoires étaient inconnues des organisateurs. Ils ont apprécié cette méthode car elle leur a permis de connaître ces histoires, lesquelles les aideront à évaluer l impact du programme sur les communautés.

15 2 Expériences Philippines Histoires de CPS Lecture faite des histoires de CPS recueillies à Iloilo et Roxas City, le représentant national de FSTM, Hans Schaap, a choisi les histoires d Emma Pedrano (Roxas City) et Gloria Galleno (Leganes, Iloilo). Selon Hans, l histoire d Emma Pedrano est une «preuve évidente de la responsabilisation de la communauté». Il a choisi l histoire de Gloria Galleno car elle constitue une «reconnaissance des faiblesses humaines et du changement d attitude induit par le programme.» Selon Hans : «toutes ces histoires sont un bon indicateur du programme de santé de Gabriela, qui dépasse le cadre de la santé et aborde les aspects élémentaires de la lutte contre la pauvreté et l absence de droit à la santé : la responsabilisation des secteurs de base grâce à l organisation et à l éducation.» Emma Pedrano (barangay de Culasi, Roxas City) J ai connu Gabriela à la suite de notre problème de terres. Notre point de vue et notre attitude ont changé grâce à l aide de l organisation. Par ailleurs, l organisation a apporté beaucoup à ma famille et à notre communauté. Elle a contribué à nous faire prendre conscience de nos problèmes, en particulier de notre problème de terres, et à nous donner la force de les affronter. Une entreprise privée revendiquait la propriété des terres sur lesquelles nos maisons étaient construites depuis des années, voire des décennies. On nous menaçait de démolir nos maisons. Mais grâce à l organisation, nous avons réussi à arrêter la démolition. Avec l aide de l organisation, nous avons fait pression sur les agences gouvernementales compétentes afin qu elles nous donnent le droit préférentiel de rester sur nos terres. Auparavant, nous ne savions pas quelles actions nous pouvions mener. Nous ne savions pas quelle agence pouvait nous aider. Nous étions livrés à nous-mêmes et désunis. Certains se sont laissés prendre aux tromperies du demandeur. Le demandeur et les membres du gouvernement local étaient de connivence afin d inciter certains d entre nous à démolir leurs propres maisons en échange d une somme dérisoire. L organisation a révélé que le document que certains d entre nous avaient signé n était pas valable car ils l avaient fait contre leur volonté. Je remercie l organisation pour l aide qu elle nous a apportée afin de nous unir pour défendre nos terres et de trouver des moyens d améliorer notre vie. Grâce à l organisation, nous avons pu informer d autres personnes de notre communauté sur la manière de faire face à notre situation. L organisation a mis sur pied des discussions et des formations afin de nous permettre de comprendre notre situation. Nous n avons pas cédé face aux menaces et au harcèlement car nous pouvons compter sur l organisation. Gloria Galleno (barangay de Buntatala, Leganes, Iloilo) J étais très sévère avec mes enfants lorsque je les punissais. Je m emportais facilement quand j entendais des voisins dire qu ils avaient fait des bêtises. Je les frappais souvent. Je leur tirais les cheveux. Puis, j ai suivi une formation sur la violence faite aux femmes et aux enfants. J ai compris que ce n était pas la bonne manière de punir nos enfants. J ai compris que j agissais mal et que les enfants avaient aussi des droits. Je pensais que j étais la mère et qu ils devaient m obéir. Je pensais qu ils étaient simplement mes enfants et qu ils devaient faire ce que je disais. L organisation m a appris qu en tant que mère, je devais construire une relation avec mes enfants. Je me suis souvent disputée avec mon mari à cause de la manière dont je traitais nos enfants. Désormais, je sais comment m y prendre avec mes enfants et mon mari. Mon mari et mes enfants me soutiennent lorsque j assiste aux séminaires et aux formations de Gabriela car ils considèrent qu ils sont à l origine de mon changement. Siège national de Gabriela Le recueil d histoires de CPS a été organisée en collaboration avec le siège national de Gabriela, par 15

16 2 Expériences Philippines l intermédiaire de sa directrice de programme, Obeth Montes. Obeth Montes a été présente tout au long du processus et a présenté au secrétariat national les histoires choisies racontées à Iloilo et de Roxas City. Le secrétariat national a examiné les histoires et a sélectionné les suivantes comme étant le changement le plus significatif dans leurs zones de programme à Iloilo et Roxas : (1) Hydie Sotela (Iloilo) Hydie Sotela est une travailleuse de la santé dans un barangay 1. Elle travaille pour le centre médical financé par les autorités publiques locales. Son histoire montre la relation de Gabriela avec les unités des pouvoirs publics locaux. Grâce au programme, Gabriela a pu toucher les travailleurs de la santé du barangay et accroître leurs compétences en matière d action sur la santé. Cette histoire décrit également le changement d attitude et d opinions en matière de santé. Elle montre l impact et l efficacité des services fournis par le programme de santé des femmes. Hydie Sotela (barangay de Buntatala, Leganes, Iloilo) Je suis employée en qualité de travailleuse de la santé du barangay et enseignante dans une garderie. Avant le programme de santé de Gabriela, je m en remettais principalement aux médicaments occidentaux prescrits par le médecin. Lorsque j ai rejoint Gabriela, j ai appris à me servir des médicaments à base de plantes. J ai pris conscience qu en dehors des médicaments achetés en pharmacie, les plantes de notre environnement peuvent elles aussi améliorer notre santé. Désormais, j applique ce que j ai appris durant la formation chaque fois qu un membre de ma famille est malade. Auparavant, mon asthme m empêchait de dormir la nuit. Aujourd hui, j utilise des médicaments à base de plantes afin de traiter mon asthme. Après une année d utilisation, la fréquence de mes crises a diminué. Je les utilise également en inhalation. L utilisation de médicaments à base de plantes a aidé ma famille à réduire le budget destiné à l achat de médicaments. (2) Elma Deanon (Roxas City) En qualité de présidente de Gabriela à Roxas City, son histoire montre son changement d opinion. Elle met également en évidence l impact de tout le programme sur sa personne en tant que dirigeante. Elle a montré qu elle est engagée et qu elle le restera afin d œuvrer pour le changement. Elma Deanon (barangay de Dinginan, Roxas City) Auparavant, je pleurais chaque fois que j entendais des choses que je désapprouvais. J éprouvais de la réticence à m impliquer dans des problèmes qui touchent notre société. Depuis que je fais partie de l organisation, je connais nos droits. Désormais, je sais ce que nous pouvons faire grâce aux formations et aux activités auxquelles nous avons assisté. J essaie de les comprendre et de rassembler toutes les leçons que j en ai tirées. Je fais part de mes apprentissages aux communautés que nous organisons. J ai appris que nous ne devons pas taire les injustices, que nous ne devons pas laisser les gens nous tromper ou nous exploiter car nous avons tous des droits. En réfléchissant à ce que j avais appris, je me suis dit que je devais me défendre. Je fais part de mes apprentissages aux autres, en particulier aux pauvres et aux opprimés. Nous, les pauvres, n attirons pas souvent l attention des autorités alors que les riches obtiennent tout ce qu ils veulent. Je me suis dit qu un jour, les choses changeraient. Lorsque je suis devenue organisatrice, j ai changé. J ai commencé à me défendre mais aussi à militer pour l organisation et les communautés que j aide. (3) Emma Pedrano (Roxas City) voir p.15 Son histoire montre comment le programme et l organisation responsabilisent les femmes de la communauté afin d agir pour leur situation. 1 Le barangay est la plus petite unité dans l administration publique aux Philippines et fait référence à un village dans les zones rurales. 16

17 2 Expériences Philippines Évaluation Les réflexions du siège national et des organisateurs d Iloilo et de Roxas sont exposées ci-après. L utilisation du CPS comme méthode d évaluation a été bénéfique pour les organisateurs et le personnel du programme. Ils ont été informés des mesures supplémentaires à prendre pour améliorer la méthode qu ils avaient adoptée ou pour soutenir la méthode dont l efficacité était avérée dans une communauté donnée. Le partage des histoires a permis aux organisateurs des sections d évaluer à quel point les membres étaient soudés dans les sections locales et quelles étaient les aptitudes des dirigeants de la section locale. Grâce au CPS, ils ont non seulement pu mesurer l impact du programme mais aussi évaluer indirectement leur capacité d organisation et ainsi tirer des enseignements instructifs sur la manière de développer davantage leurs aptitudes à mettre en place un programme. Points de l évaluation : Étant donné que la technique du CPS était relavement nouvelle comme méthode d évaluation, les facilitateurs n étaient pas encore tout à fait familiarisés avec ce processus. Ils s inquiétaient de savoir comment elle serait utilisée et perçue par les participantes. Le recueil des histoires sur le CPS était à proprement parler un processus d apprentissage à la fois pour les participantes et les organisatrices des communautés ainsi que pour les facilitateurs eux-mêmes. Après l évaluation, les facilitateurs ont pu déterminer comment ajuster le processus utilisé à Iloilo. Des ajustements et des modifications ont été apportés afin d améliorer le processus lors de son application au cours de la session avec les participants de Roxas City. Les organisatrices de Gabriela à Iloilo et Roxas City ont apprécié le CPS en tant que méthode d évaluation car elles ont trouvé que les histoires reflétaient l impact de leur travail, ce qui, habituellement, n apparaît pas dans les évaluations officielles. Les facilitateurs ont décidé de faire du recueil des histoires du CPS une activité de groupe afin d impliquer les membres des organisations dans la sélection d histoires. Cette méthode a également révélé l importance du suivi sur le développement des membres des organisations au niveau local. Ces histoires n ont pas été consignées selon la méthode traditionnelle du suivi de l évolution du programme à la base. La technique du CPS vient compléter les données mentionnées dans les évaluations officielles. Il est important que les participantes racontent leur histoire de CPS avec spontanéité. Les participantes doivent pouvoir s exprimer complètement. La langue utilisée par les participantes est un élément essentiel. Les organisatrices locales ont aidé à traduire les instructions et les histoires partagées du tagalog en hiligaynon (langue principale des Visayas occidentales), et inversement. Les participantes ont tendance à énumérer les avantages que leur adhésion à l organisation leur a apportés. Le facilitateur a besoin de rappeler aux participantes de se concentrer uniquement sur un seul changement significatif. En ce qui concerne la section d Iloilo, les histoires ont permis d évaluer la progression du programme de santé. La plupart des histoires concernaient les avantages que le programme a procurés aux membres. Au cours du programme, des points relatifs à la manière de développer le programme ont été abordés. À Iloilo, la plupart des histoires partagées concernaient l utilisation de médicaments à base de plantes dans le cadre du service aux communautés. Une première analyse a mis en évidence le besoin de souligner la responsabilisation des membres dans les communautés. Cependant, les sections locales sont plus avancées et ont davantage confiance lorsqu elles associent les autorités locales au problème de la violence faite aux femmes et aux enfants. Toutefois, cette constatation n apparaissait pas dans l exercice du CPS. 17

18 2 Expériences Amérique latine 2.3 Amérique latine En Amérique latine, nous collaborons avec un réseau appartenant au People s Health Movement mondial. Le Movimiento para la Salud de los Pueblos - Latin America (MSP- LA) construit le mouvement populaire pour le droit à la santé à travers le continent. D un commun accord avec le MSP-LA, nous avons décidé de demander à une consultante locale, María Erlinda Sandino, de nous aider à mettre en place la méthodologie. Elle a travaillé avec une équipe de coordination composée de María Hamlin Zuniga, Gabriel García, Arturo Quizphe et Jorge Quizphe, afin de préparer son rapport : «Informe valorativo. Basado en Testimonios de Cambios Más Significativos (CMS)». Le reste de ce chapitre est constitué d extraits traduits de ce rapport disponible en format PDF Méthodologie De 2008 à 2010, le Mouvement populaire pour la santé - Amérique latine a favorisé des actions dans le cadre du projet «Réseau pour le droit à la santé en Amérique latine» et est actuellement occupé à développer de nouveaux projets. Conformément à ses lignes d action, le MSP-LA a décidé d évaluer le travail réalisé entre 2008 et 2010, à l aide de la technique du changement le plus significatif (CPS), afin de servir de base au suivi du travail effectué à partir de réflexions collectives et individuelles, de l apprentissage institutionnel et de synergies parmi les parties concernées. L objectif général de cet exercice était d aider les organisations du MSP-LA à identifier, recueillir et sélectionner les histoires de changement le plus significatif (testimonios) relatives aux expériences réalisées avec l aide du mouvement entre 2008 et Objectifs spécifiques : 1. Introduire l utilisation de cette méthodologie dans le MSP-LA afin de renforcer les structures dirigeantes et de promouvoir la participation populaire au mouvement. 2. Visualiser, partager et mobiliser grâce aux histoires et récits personnels de changement local et régional touchant les problèmes de santé les plus pertinents ayant un impact sur le plan personnel et sociétal Utiliser cette expérience pour appliquer et comprendre la méthodologie du CPS et former au sein du MSP-LA un petit groupe de personnes agissant en qualité de facilitateurs du processus de CPS dans un futur proche. La première étape a été de former une équipe technique, constituée de María Hamlin Zúniga, Arturo Quizphe, Jorge Quizphe et Gabriel García (septembre 2010). Un facilitateur externe, qui possédait une certaine expérience de la technique du CPS dans différents pays de la région, a été recruté pour participer au recueil et à la rédaction des histoires de changement le plus significatif et des documents écrits. Les documents relatifs aux expériences rapportées au MSP-LA et les documents de référence sur la technique du CPS ont été examinés. Un «Guide de recueil des histoires du changement le plus significatif» a été conçu, révisé et partagé avec un groupe de représentants des parties intéressées. Au cours du mois d octobre, les histoires de CPS ont été identifiées et recueillies au sujet des expériences suivantes : Expérience d interculturalité au cours de l IPHU à l ASECSA au Guatemala. Défense de la Pachamama et criminalisation des protestations : expériences au Guatemala et en

19 2 Expériences Amérique latine Équateur. Le droit à la santé : Forum sur la Santé au Salvador. Vivre, penser et ressentir la nature : l expérience de Laicrimpo en Argentine. Étant donné que les membres et les activités du MSP-LA se situent dans différents pays et territoires d Amérique latine, la technique du CPS a dû être utilisée avec une certaine créativité. Le recueil des histoires et le retour d informations concernant les résultats ont été effectués en ligne, par et via Skype. L histoire de Crisanta Pérez sur la criminalisation de la lutte visant à défendre les terres a été reconstituée à partir de documents et d un entretien filmé avec Crisanta. Il n a pas été possible de recueillir son histoire en personne en raison d une tempête tropicale survenue au Guatemala. Ces contributions ont permis de rédiger ce rapport d évaluation, lequel systématise les histoires du changement le plus significatif relatives à des expériences sélectionnées. Les histoires ont été regroupées en divers domaines principaux de changement : Domaine de changement 1 : renforcement de la capacité à se défendre. Domaine de changement 2 : plaidoyer politique pour la défense de la Pachamama et contre la criminalisation des protestations visant à défendre les terres. Domaine de changement 3 : plaidoyer politique pour le droit à la santé. Domaine de changement 4 : changement conceptuel en matière de santé. Pour terminer, les résultats du processus du CPS seront communiqués en retour aux participants, aux organisations membres du MSP-LA et à Fonds de Soutien Tiers-Monde. 19

20 2 Expériences Amérique latine Histoires de CPS Domaine de changement : renforcement de la capacité à se défendre Cours de l IPHU 1 Histoires de changement le plus significatif liées au cours de l IPHU : intégration de l approche interculturelle Histoire n 1 ont fait de leur mieux en ce qui concerne l infrastructure, le logement et aussi la chaleur humaine mais il manquait un accompagnement spirituel. À Chimaltenango, l accompagnement était différent, nous savions que non seulement les organisateurs mais aussi les forces que nous invoquions chaque jour pour que nos cours se déroulent au mieux étaient là pour nous. Nous donnions libre cours au flot d émotions qui font aussi que nous sommes humains et qui jouent un rôle dans notre santé. Vivian Tatiana Camacho Hinojosa, facilitatrice de cours de l IPHU au Guatemala. Cercado, Cochabamba, Bolivie. Pour moi, facilitatrice et étudiante à l International People s Health University, le changement le plus significatif a été l approche utilisée pour le cours, y compris l accompagnement rituel pendant toute sa durée. À La Havane 2, j ai participé au cours abrégé sur les déterminants sociaux de la santé et à Chimaltenango 3, à celui sur le lien entre l interculturalité et la santé. J ai senti une grande différence, à commencer par la structure des cours, non seulement à cause du programme, mais aussi en raison de la manière dont nous avons partagé nos émotions et nos pensées. À La Havane, le cours a été une occasion merveilleuse de rencontrer des gens de grande valeur, courageux, qui nous ont parlé de la situation, parfois très difficile, en matière de santé dans leur pays. À Chimaltenango, c était pareil, à ceci près que l accompagnement était essentiel. À Cuba, chaque jour était très intense et je n avais pas l impression que le cadre nous aidait dans notre processus d assimilation, de découverte et de partage de ces réalités douloureuses. Les organisateurs Dès le début, nous avons été accueillis par les ancêtres qui nous attendaient, peu importe comment chacun de nous décidait d exprimer sa spiritualité ou le nom que nous lui donnions. Chacun avait la possibilité d entrer en communication avec cette autre partie qui est particulièrement négligée par le point de vue hégémonique de l Occident. Cette autre partie fait aujourd hui la force de nos peuples. La Pachamama se fait entendre clairement dans nos cœurs, elle nous donne de l espoir même quand nous pensons que tout est perdu. En dépit de tout, elle nous aidera à continuer à défendre la vie et à en prendre soin, en commençant par nous-mêmes. Pour Vivian, la ritualité a constitué un élément extrêmement important du processus d apprentissage lors de cette expérience. Voici comment elle voit les choses : «Pour moi, c est le plus important, pas seulement en tant que médecin mais aussi en tant qu être humain dans la toile de la vie, car le rituel est pertinent. Un sentiment de lien avec ce que chacun considère comme sacré, avec respect, au-delà de la peur, des préjugés, du racisme et de la discrimination. J étais capable de rencontrer l autre comme un être humain et ce sentiment nous rendait frères, au-delà des différences que nous pourrions considérer comme profondes d un point de vue 20

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Lettre d information n 9 Le 1er octobre 2009

Lettre d information n 9 Le 1er octobre 2009 Lettre d information n 9 1 er octobre 2009 1. Des nouvelles du Pérou Installés depuis deux mois à Quiparacra, un village situé au milieu des Andes péruviennes, trois volontaires de l association GreenBees

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS

BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS Août 2012 Tout d abord, un grand MERCI à tous ceux qui sont intervenus et qui ont fourni des efforts

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Guide Confiance en soi

Guide Confiance en soi Guide Confiance en soi Phase Être en relation avec soi Guide.Confiance-juillet 2014.doc 27-07-14 Ce document, créé par ÉCOUTE TON CORPS, est destiné pour votre usage personnel seulement. Seuls nos diplômés

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

«Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA

«Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA ID: «Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA Swiss children s objectively measured physical activity Questionnaire pour les parents sur

Plus en détail

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin.

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Extra Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Participez à l'action de Nouvel An d'alterfin! Alterfin est à la recherche de personnes qui souhaitent

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Circonscription de. Valence d Agen

Circonscription de. Valence d Agen Circonscription de Valence d Agen Pourquoi ce guide? Depuis des décennies, le sujet des devoirs à la maison est discuté dans et hors de l école. Nous avons souhaité faire le point sur ce sujet afin de

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Etre un homme ou une femme ne fait pas grande différence au fond au regard du projet. Ce qui importe c est l investissement de chacun et la richesse des collaborations.

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

daycare 2012 Un jour pour notre avenir Sous le patronage de www.daycare.lu

daycare 2012 Un jour pour notre avenir Sous le patronage de www.daycare.lu daycare 2012 PwC / CARE Sous le patronage de Un jour pour notre avenir Madame Mady Delvaux-Stehres, Ministre de l Éducation nationale et de la Formation professionnelle Monsieur Nicolas Schmit, Ministre

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

La participation citoyenne et la politique locale

La participation citoyenne et la politique locale La participation citoyenne et la politique locale Comment sommes-nous arrivés à s intéresser à la participation citoyenne? Avant l arrivée du Plan de Cohésion Sociale à Waremme (avril 2008), nous étions

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Guide de rédaction d un BUSINESS PLAN dans la restauration Auteur : Amandine Prat Conseils en création et

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Kerberos mis en scène

Kerberos mis en scène Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 5 1 Kerberos mis en scène Sébastien Gambs (d après un cours de Frédéric Tronel) sgambs@irisa.fr 12 janvier 2015 Sébastien Gambs Autour de l authentification

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé INFORMATIONS GÉNÉRALES Termes de référence créés/mis à jour le 13 janvier 2015 Titre Secteur Lieu d affectation (ville, pays) Durée de l affectation Juriste associé

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres,

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Prières de confession et assurance du pardon Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Pour toutes les fois où nous étions trop fatigués pour nous préoccuper de nos

Plus en détail

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations...

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Au fait, la prière c est quoi, quand, comment, pourquoi? Utilisez cette courte vidéo de 2 pour faire réfléchir les jeunes sur le thème de

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Pour le parent à la recherche de son enfant enlevé par l autre parent

Pour le parent à la recherche de son enfant enlevé par l autre parent enfant enlevé par l autre parent En cas d urgence, COMPOSEZ LE 911. Premières étapes à faire immédiatement Cette liste de contrôle vous aidera à rassembler toute l information utile aux corps policiers.

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Ce qu il est bon de savoir concernant le bureau d idées 2 Une excellente idée: le bureau d idées 4 Le bureau d idées: des enfants

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Commission européenne European Commission Enterprise publication OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative à

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE Présenté à M. Luc Saint- Hilaire Fait par Mélanie Hanley-Boutin 95 114 726 3 octobre 2011 École des arts visuels de l Université

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

Négociation ministérielle pour un prêt de la Banque mondiale

Négociation ministérielle pour un prêt de la Banque mondiale PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF

FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF COTA asbl 7, rue de la révolution 1000 Bruxelles www.cota.be COTA asbl Fiche 9 - Technique du changement le plus significatif Cette fiche s inscrit

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Marathon des lettres, du 1 er au 18 décembre 2011 Semaines de sensibilisation et d action autour des droits humains

Marathon des lettres, du 1 er au 18 décembre 2011 Semaines de sensibilisation et d action autour des droits humains Aux enseignant e s intéressé e s par les activités d'amnesty International Berne, le 24 octobre 2011 10 DÉCEMBRE: JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS HUMAINS Madame, Monsieur, A l occasion de l anniversaire

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

Les ordinateurs pour apprendre à lire et écrire à l âge adulte : L opinion de ceux qui apprennent à lire et écrire en Ontario

Les ordinateurs pour apprendre à lire et écrire à l âge adulte : L opinion de ceux qui apprennent à lire et écrire en Ontario Les ordinateurs pour apprendre à lire et écrire à l âge adulte : L opinion de ceux qui apprennent à lire et écrire en Ontario Par Jean Lock Kunz et Spyridoula Tsoukalas Conseil canadien de développement

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA

I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA Q. : Quelle est la repre-ientatìvìte- du MORENA? R. : On m a dit qu actuellement le MORENA aurait 80 % de sympathisants...

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation.

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Chaque Matin... Chaque heure de MIDI... Chaque AprÈs-midi... Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Apprenez comment vous pouvez faire cesser l intimidation. Les communautés et les écoles

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail