La technique du changement le plus significatif Suivi de la responsabilisation pour le droit à la santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La technique du changement le plus significatif Suivi de la responsabilisation pour le droit à la santé"

Transcription

1 La technique du changement le plus significatif Suivi de la responsabilisation pour le droit à la santé Third World Relief Fund Steunfonds Derde Wereld Fonds de Soutien Tiers-Monde Décembre 2010

2 Cette brochure a été réalisée avec le soutien financier de la Direction générale de la Coopération belge au Développement (DGCD). Nous espérons que son contenu vous inspirera dans votre propre activité. Cependant, si vous souhaitez reproduire certains textes sur Internet ou dans une autre publication, nous vous remercions de bien vouloir mentionner la source d origine. Collaborateurs : Wim De Ceukelaire, Danny Claes, Anuschka Mahieu, Fanny Polet, Jayson Fajarda, Hans Schaap, Annelies Vermeir, Lien Jespers, Kaat Pierreux, Sylvie Luzala, María Erlinda Sandino, María Hamlin Zuniga, Gabriel García, Arturo Quizphe et Jorge Quizphe. Mise en page : Peter Zwertvagher (Brutal You!) Bruxelles, décembre Pour nous contacter, veuillez écrire à l adresse suivante : Si vous souhaitez en savoir plus sur la technique du CPS, veuillez consulter le site

3 Table des matières 1 Introduction 4 2 Expériences Palestine Philippines Amérique latine République démocratique du Congo 34 3 Recommandations et conclusions générales Sélection finale Observations Recommandations 38 3

4 1 Introduction Les personnes impliquées dans la coopération au développement savent que le suivi et l évaluation peuvent être difficiles. Pour les organisations qui n investissent pas dans des biens matériels mais plutôt dans le capital humain et organisationnel, en particulier, il est loin d être facile de mesurer les progrès accomplis et de faire connaître les réalisations et les résultats obtenus dans des rapports formels. Je vais vous raconter une anecdote concernant le suivi et l évaluation que je n oublierai jamais. Il y a quelques années, je représentais des ONG belges aux Philippines. Un jour, je me suis retrouvé sur l île de Samar à faire des heures supplémentaires avec notre organisation partenaire locale afin de trouver des indicateurs pour notre cadre logique. Cela nous a pris un temps fou pour trouver un indicateur de la pauvreté parmi les paysans démunis avec qui nous travaillions. J avais déjà essayé tous les indicateurs que je connaissais grâce aux formations et aux manuels, mais aucun ne semblait applicable selon la directrice de notre partenaire local. Alors que je commençais presque à perdre patience, je lui ai finalement demandé de me parler de ce projet réussi qu elle avait déjà mentionné pendant la pause. Comment savait-elle que l organisation avait été capable d améliorer la vie des pauvres? Elle a immédiatement commencé à me raconter avec enthousiasme leur dernière visite au village et les nombreux changements constatés dans le comportement et les conditions de vie de la population locale. Un des changements les plus frappants était que presque tout le monde utilisait désormais du sucre et de l huile de cuisson. 4 J avais trouvé mon indicateur. Et j en ai tiré une leçon : demandez aux gens de vous raconter leur histoire et vous apprendrez une multitude de choses qui ne peuvent pas être saisies dans des indicateurs. C était probablement ma première rencontre avec la technique du changement le plus significatif, bien avant que je n en entende parler. À la même période, j ai rencontré un consultant en développement qui revenait d une visite de terrain dans le cadre d un projet d évaluation ambitieux commandité par le gouvernement belge. Il m a dit : «Vous autres, vous savez ce que signifie la responsabilisation». J étais bien évidemment flatté, mais aussi intrigué. Comment en était-il arrivé à cette conclusion? Il m a expliqué qu il avait interrogé des agriculteurs aux Philippines et que la plupart d entre eux s étaient montrés très timides et hésitants lorsqu ils répondaient à ses questions. «Lorsque j ai interrogé les porte-parole des agriculteurs dans les zones de projet de votre partenaire», m a-t-il dit, «ils se sont mis debout avant de répondre à mes questions, puis ils m ont regardé dans les yeux tout en me racontant ce qui leur tenait à cœur». Cette remarque n a jamais été mentionnée dans le rapport final du consultant mais maintenant que je repense à nos premières expériences avec la technique du changement le plus significatif, cette anecdote me semble très pertinente. Ce genre d histoires et d anecdotes est souvent révélateur des préoccupations essentielles dans notre travail : la responsabilisation, la santé, le bien-être, les droits, etc. Pourtant, elles apparaissent rarement dans nos rapports officiels. C est par frustration que nous avons décidé d expérimenter la technique du changement le plus significatif. Au cours des dernières années, nous nous sommes péniblement efforcés de choisir des techniques de gestion basées sur les résultats, mais la plupart du temps nous avions le sentiment désagréable qu il manquait un élément. Nous

5 1 Introduction n écoutions presque plus les histoires des populations alors qu elles sont une mine d informations de qualité sur ce qui compte le plus pour les gens, et par conséquent pour nous. Lorsque nous avons entendu parler de la technique du changement le plus significatif, nous avons pensé qu elle pourrait nous apporter une réponse et nous avons souhaité l essayer. Nous avons recueilli et sélectionné des histoires, avec l aide de nos partenaires aux Philippines, en Palestine, en République démocratique du Congo et en Amérique latine. Chose intéressante, dans chacun de ces pays, le processus a été assez différent. Aux Philippines, un employé de notre bureau local a travaillé en étroite collaboration avec Gabriela, une de nos organisations partenaires, afin d essayer la technique du CPS avec deux sections régionales de Gabriela. En Palestine, ce fut une expérience personnelle car nous avons recueilli et choisi les histoires nous-mêmes, avec l aide des dirigeants des jeunes à Jérusalem-Est. En République démocratique du Congo, trois stagiaires ont travaillé avec le partenaire local afin de recueillir les histoires, tandis qu en Amérique latine, un consultant local a aidé l organisation partenaire locale. Nous considérons la diversité de la méthodologie comme une force, non comme une faiblesse. Sur une très courte période, elle nous a fourni énormément d expériences dont tirer des leçons. Nous souhaitons partager ces expériences, les bonnes comme les mauvaises, avec un public plus vaste impliqué dans ce genre d activités, en espérant qu il pourra ainsi améliorer son travail au service de la santé et du développement des personnes. Wim De Ceukelaire Coordinateur du département Politique et Partenariat Fonds de Soutien Tiers-Monde (FSTM) 5

6 2 Expériences 2.1 Palestine En Palestine, FSTM collabore avec les Health Work Committees (HWC), une ONG locale œuvrant pour la responsabilisation des jeunes à Jérusalem-Est. Les HWC jouent un rôle important dans la société civile palestinienne de Jérusalem-Est et sont bien ancrés parmi les jeunes. Ils organisent des programmes de santé dans la plupart des écoles palestiniennes de la ville et dirigent un centre pour les jeunes dans la vieille ville : le Centre Nidal. Ce centre a été fermé par les forces de sécurité israéliennes en juillet Méthodologie Nous avions prévu de recueillir les histoires de CPS au cours d une mission de FSTM en Palestine du 26 au 28 juillet Le but était de rassembler des histoires de jeunes bénévoles à Jérusalem, membres actifs du réseau de jeunes du Centre Nidal (communautés locales et groupes thématiques), de comités de santé scolaire et de groupes d étudiants universitaires. En raison d un manque de temps et des vacances d été, nous n avons pas pu rencontrer les bénévoles des groupes universitaires. Nous n avions pas l intention d évaluer le programme. Nous souhaitions plutôt connaître l impact des activités sur les jeunes, en écoutant les histoires de bénévoles sur le changement le plus significatif dans leur vie et sur la manière dont leur participation au programme a changé leur comportement et leur point de vue. Instructions Le manuel CPS a été envoyé au préalable à Daoud, le coordinateur des jeunes des HWC à Jérusalem, 3 semaines avant le recueil des histoires. Au début de la mission de FSTM, nous avons abordé les objectifs et la procédure de la technique du CPS avec Daoud, à l aide d une présentation informatisée. Définition des domaines du changement et de la période de référence En collaboration avec Daoud, l équipe de FSTM a défini quatre domaines de changement au sujet desquels les bénévoles devaient raconter une histoire : Le CPS dans leur vie quotidienne Le CPS dans leur conception de la santé Le CPS dans la participation de l entourage aux activités Le CPS en général («domaine libre») La période de référence n était pas la même pour tout le monde. Les bénévoles devaient parler de la période écoulée depuis le moment où ils avaient rejoint le réseau de jeunes (entre 1 et 3 ans). Sélection des participants Daoud a choisi les bénévoles. Bien que les critères de sélection aient été étudiés afin de garantir que les bénévoles représentent les différents groupes cibles du programme, la plupart des dispositions ont été prises au dernier moment avec les bénévoles et l improvisation a primé sur la sélection. La technique du CPS a été présentée brièvement en arabe aux bénévoles, par téléphone ou juste avant qu ils racontent leur histoire. Participants : 1. Meriam, 21 ans, étudiante à l Université Al Quds, 3e année de sciences économiques, groupe de communauté locale 2. Ihsan, 18 ans, vient d obtenir le baccalauréat, a rejoint Nidal il y a 1,5 an-2 ans, groupe de communauté locale. 6

7 2 Expériences Palestine 3. Samoud, 17 ans, élève en 5e année de l enseignement secondaire, membre du groupe de danse folklorique pratiquant la dabké. 4. Mustafa, 16 ans, groupe de communauté locale, Shufat. 5. Azedin, 16 ans, groupe de communauté locale, Shufat. 6. Bassil, 16 ans, a rejoint le centre Nidal il y a 3 ans, groupe de communauté locale, Shufat. 7. Nadine, 17 ans, va rentrer en dernière année de l enseignement secondaire, a rejoint Nidal il y a 4 ans, groupe de communauté locale. 8. Bashar, 17 ans, a rejoint le centre Nidal il y a 1 an, comité de santé scolaire. 9. Bassem, 17 ans, bénévole depuis 4 ans, groupe de communauté locale. Recueil des histoires Chaque bénévole a parlé pendant environ 45 minutes. La plupart des bénévoles ont raconté une histoire dans chacun des quatre domaines. Circonstances dans lesquelles les histoires ont été recueillies : Les histoires ont été recueillies par deux membres de FSTM et consignées en anglais. Les membres de FSTM ont expliqué les objec- tifs de la technique du CPS et ont interrogé les bénévoles sur le changement le plus significatif dans les quatre domaines définis, depuis qu ils sont bénévoles au sein du réseau de jeunes. Nous leur avons également demandé de nous expliquer pourquoi il s agissait du changement le plus significatif selon eux. Les bénévoles se sont exprimés en arabe. Daoud, le coordinateur des jeunes des HWC, a traduit simultanément leurs propos en anglais. Sélection des histoires Après avoir recueilli les histoires, le dernier jour de leur mission, les deux membres de FSTM se sont réunis avec Daoud et trois dirigeants des jeunes bénévoles afin de discuter des histoires et de choisir celle qui relatait le changement le plus significatif dans chaque domaine. Après avoir lu les histoires relatives à un domaine à voix haute en arabe, les dirigeants des jeunes ont discuté afin de choisir celle qui selon eux reflétait le changement le plus significatif. La même procédure a été répétée pour chacun des quatre domaines. Après chaque discussion, ils ont expliqué en anglais pourquoi ils avaient choisi une histoire en particulier. 7

8 2 Expériences Palestine Histoires de CPS Les quatre histoires sélectionnées sont les suivantes : Samoud, 17 ans : «la dabké m a donné confiance en moi» élève en 5e année de l enseignement secondaire, bénévole depuis 3 ans Domaine : changement le plus significatif dans la vie quotidienne Avant de m impliquer dans le Centre Nidal, je n avais pas beaucoup de contacts avec les gens en dehors de ma famille. Le centre m a permis de connaître beaucoup de nouvelles personnes et de nouveaux endroits à Jérusalem. J aime danser la dabké 1. C est pour cela que j ai intégré la troupe de dabké. Mais ce n est pas tout. J ai beaucoup appris sur l affaire palestinienne. Nous avons visité des villages et des villes en Palestine 48 2 et nous avons également appris des choses sur les villages détruits 3. C est pour cette raison que nous avons décidé de présenter l épuration ethnique pendant notre camp d été. Au cours de nos visites à Jérusalem, nous avons appris comment Israël change l histoire de notre ville. Les maisons arabes sont transformées en maisons juives en effaçant les inscriptions arabes du Coran. Dans le quartier de Silwan 4, personnes vont être expulsées de leur maison (qui seront démolies afin de construire un parc). Les enfants ont beaucoup apprécié cette visite. Le changement le plus significatif dans ma vie quotidienne depuis que je me suis investie est que j ai plus confiance en moi. Je me souviens d un spectacle de dabké que nous avions préparé il y a 8 deux ans. C était notre premier spectacle et nous avions invité tous nos amis et notre famille. Le spectacle devait avoir lieu au Théâtre national à Jérusalem-Est. Les spectateurs étaient déjà installés et nous étions prêts. Une heure avant le spectacle, la police israélienne est intervenue et a annulé le spectacle. Ils étaient en possession d un document stipulant que nous n avions pas d autorisation. Tout le monde était bouleversé et j en ai pleuré. Mais cet événement a également renforcé ma détermination à persévérer et ma confiance en moi. Pourquoi était-ce le changement le plus significatif? J ai appris que nous vivons sous l occupation et que je dois être forte. C est notre pays et ils ne nous empêcheront pas de danser la dabké ni d organiser nos activités. J ai été élevée dans l amour de mon pays. Lorsque j étais enfant, l armée israélienne a arrêté mon père devant moi tout en pointant une arme sur lui. Je souhaite dire au monde entier que ce sont eux les terroristes, pas nous. Les dirigeants des jeunes des HWC ont choisi l histoire de Samoud car elle contient de nombreux détails, en ce qui concerne aussi bien les activités que la société. Samoud est une fille qui n avait pas beaucoup d amis avant. Désormais, elle a de nombreux contacts et amis. Son histoire est complète et montre son apprentissage à chaque étape de sa vie. Elle montre son développement de manière détaillée. Elle montre également comment nous concevons la santé : comme une qualité de vie. Au début, elle est seulement venue pour danser la dabké. Sa vie a réellement changé! Ihsan, 18 ans : «Les gens doivent se battre pour le droit à la santé» Vient d obtenir le baccalauréat, a rejoint le Centre Nidal il y a 2 ans Domaine : changement le plus significatif dans la conception de la santé

9 2 Expériences Palestine Avec notre groupe du Centre Nidal, nous avons rendu visite aux familles qui ont été expulsées de chez elles à Sheikh Jarrah 5. Ces familles vivent désormais, dans la rue dans des conditions insalubres. Lorsque je me suis rendu dans cet endroit, j ai été consterné. Les familles étaient expulsées de leurs maisons, où des Juifs habitent désormais. Ces personnes n ont pas de maison où vivre, elles n ont rien à donner à manger à leurs enfants. C était tellement injuste. Pour moi, cette attitude montrait le mépris envers ces personnes. Cela prouve que les occupants veulent vraiment tout prendre. Cette visite m a appris que la santé doit être un droit pour tous et pas un cadeau. Ce n est pas parce que vous êtes un homme bon que vous devez pouvoir bénéficier de ce droit. Je pense que tout le monde doit avoir le droit de vivre dans de bonnes conditions d hygiène et de posséder une maison où vivre. La visite à Sheikh Jarrah m a fait réfléchir : c est l État qui doit garantir ce droit, mais il ne le fait pas. C est pour cela que les gens doivent se battre pour ce droit. Pourquoi est-ce le changement le plus significatif? Cette expérience a été très importante pour moi car il s agit d un des problèmes les plus importants auxquels les Palestiniens de Jérusalem sont confrontés actuellement. Je connais une famille qui est dans la même situation. Les dirigeants des jeunes des HWC ont choisi cette histoire car elle raconte les visites rendues aux familles expulsées à Sheikh Jarrah. C est une affaire très importante qui touche les Palestiniens à Jérusalem. En perdant leur maison, ils ont perdu 9 leur droit à la santé. Grâce à cette activité, Ihsan a compris que la santé est véritablement un droit pour tous et que le gouvernement ne fait rien. En fait, il n y a personne pour défendre les droits de ces gens. Une autre histoire dans ce domaine concernait l usage de drogues par les jeunes. Le fait que ce sujet ait été abordé est également très positif, car cela montre que ces garçons ont pris conscience qu ils pouvaient faire quelque chose pour agir contre ce problème. Meriam, 21 ans : «Je voulais que mes sœurs vivent la même expérience» Étudiante à l Université Al Quds. Troisième année de sciences économiques. Domaine : impliquer les autres Désormais, j ai une plus grande confiance en moi lorsqu il s agit d inviter les autres à nous rejoindre et je sais comment les y inciter. J ai réussi à impliquer mes deux sœurs cadettes. Grâce aux expériences que je partageais avec elles et à mon changement de comportement, elles ont eu envie de nous rejoindre. Désormais, elles participent au camp d été et l une d elles a intégré la formation à la direction. Au début, les gens ont peur d adhérer au mouvement, mais une fois qu ils se sont engagés, nous voyons le changement. Les jeunes ne connaissent pas les problèmes, c est pour cela qu ils sont d abord hésitants. Pourquoi est-ce le changement le plus significatif? C est important, car je souhaite qu elles vivent la même expérience et qu elles acquièrent les mêmes compétences et connaissances. Les dirigeants des jeunes des HWC ont choisi l histoire de Meriam car elle montre que son changement d intérêt lui fait vouloir les mêmes changements dans sa famille. Elle a atteint son objectif et ses deux sœurs sont désormais très engagées. Elle a également raconté combien les jeunes ont parfois peur d adhérer au mouvement. Pourtant,

10 2 Expériences Palestine une fois qu ils se sont engagés, ils continuent. C est une expérience courante. Ce n est pas facile de les convaincre de rejoindre le mouvement. Il faut trouver l argument décisif. Les trois garçons que nous avons également interrogés en sont un exemple. Ils faisaient partie d un groupe de 17 jeunes. Dès que certains d entre eux nous ont rejoints, les autres ont suivi. Les activités telles que les camps d été et la dabké servent à attirer les jeunes. En général, au début, ils ne sont pas très intéressés par les activités éducatives. En fait, laisser les jeunes dans l ignorance fait partie du plan des forces d occupation. Ihsan, 18 ans : «Je ne suis plus timide» Vient d obtenir le baccalauréat, a rejoint le Centre Nidal il y a 2 ans Domaine : général Auparavant, j étais très timide et j avais peur de dévoiler mes pensées. J avais très peur de ce que les autres pensaient de moi. Lorsque j essayais de donner mon avis, je pensais que les autres ne seraient pas d accord avec moi. Désormais, j ai appris comment entretenir des liens avec d autres personnes et comment me comporter avec elles. Je sais comment témoigner du respect aux autres et je sais qu ils me respectent aussi. Pourquoi est-ce le changement le plus significatif? Personne n est parfait mais vous devez toujours rechercher les bons côtés des gens et les connaissances qu ils peuvent vous apporter. Une mauvaise expérience n est pas la fin de votre vie. Vous devez persévérer et en tirer des leçons. C était important pour moi car je pense que l opinion et l attitude d une personne comptent véritablement. Le plus important, c est de ne pas être égoïste. Les dirigeants des jeunes des HWC ont choisi cette histoire car elle est révélatrice du grand changement qu ils observent chez les jeunes avec lesquels ils travaillent. Au début, ils ne savent pas comment partager entre eux. Dans la rue, ils peuvent se montrer très violents mais une fois qu ils doivent se parler, ils deviennent timides et silencieux. C est grâce à nos activités qu ils apprennent à respecter les autres, à rechercher le bon côté des gens et à partager leurs opinions. Parfois, se présenter est déjà difficile pour eux. C est un problème de société. À l école, les jeunes s assoient et écoutent. À la maison, c est la même chose. 1 Danse folklorique palestinienne. 2 «Palestine 48» est le terme employé par certains Palestiniens pour désigner le territoire qui est désormais reconnu comme étant celui d Israël tel qu il était occupé en En 1948, environ 500 villages palestiniens ont été complètement détruits et leurs habitants ont été expulsés du territoire qui est devenu par la suite Israël. 4 Silwan est un quartier palestinien de Jérusalem d environ habitants, adjacent à la vieille ville. Il abrite le site archéologique de ce qui serait la Cité de David, c est-à-dire la ville originale de Jérusalem. Cette zone est l une de celles faisant l objet du plus de controverses à Jérusalem ces derniers temps, en raison des plans de développement de cet endroit en lieu touristique. 5 Sheikh Jarrah est un quartier résidentiel palestinien situé au nord de la vieille ville, dans la zone occupée de Jérusalem-Est, où résident environ Palestiniens. En raison de l emplacement stratégique de cette zone, les organisations de colons israéliens ont toujours essayé de prendre le contrôle du territoire et des propriétés et d établir une présence constante à Sheikh Jarrah. Les groupes de colons ont redoublé d efforts au cours des dernières années et ont souvent recouru à la force pour tenter d expulser les familles et communautés palestiniennes afin d établir de nouvelles colonies. Le 2 août 2009, lors d une série d expulsions, 53 réfugiés palestiniens, parmi lesquels 20 enfants, ont été sortis de force de chez eux à Sheikh Jarrah par les autorités israéliennes, suite à une décision de justice. Les propriétés ont été cédées à une organisation de colons qui souhaite établir une nouvelle colonie dans cette zone, de sorte qu environ 300 personnes vivant dans au moins 24 autres bâtiments risquent d être expulsées. Compte tenu des efforts similaires déployés dans d autres parties du quartier de Sheikh Jarrah, le nombre total d unités prévues pour les colonies s élève à plus de 540, ce qui risque de provoquer l expulsion, l expropriation et le déplacement de force d environ 475 Palestiniens. (Source : OCHA) 10

11 2 Expériences Palestine Évaluation Après avoir choisi les histoires, les bénévoles des HWC (Daoud, Nagham, Ilham, Ahmad) ont évalué leur expérience avec la technique du CPS. Voici certains des points de l évaluation qu ils ont partagés : Les histoires sont intéressantes et précises mais elles ne reflètent pas l intégralité du travail du centre. Nous proposons également une formation sur les droits de l homme, des visites alternatives de la ville, une formation sur la situation à Jérusalem, une formation sur la santé reproductive. Toutefois, ces sujets n ont pas été abordés. En plus des jeunes, nous travaillons également avec les femmes et les enfants. Nous devons comprendre et étudier pourquoi il est si difficile de recruter plus de jeunes. Néanmoins, il s agit d un problème général qui concerne toutes les organisations ici. En réalité, nous avons bien plus de jeunes que d autres ONG. 11 Nous connaissions déjà ces bénévoles car ce sont tous des membres actifs, mais grâce à cet exercice, nous en avons appris beaucoup plus sur eux. Nous pourrons ainsi mieux nous comporter avec eux à l avenir. Nous avons appris qu il est possible d avoir un véritable impact sur les jeunes et de constater un réel changement. Nous avons vraiment besoin de plus de centres de ce genre. Le CPS est une méthode utile que nous pourrions également utiliser nous-mêmes. Nous avons une certaine pratique des évaluations. La différence avec d autres méthodes d évaluation est que celle-ci montre la réalité de la vie des jeunes sous l occupation. Au cours de leur existence, ils sont confrontés à la drogue, aux expulsions, à la violence Cette méthode met en évidence ce qui compte réellement pour eux. Grâce aux activités du Centre Nidal, les jeunes apprennent à gérer ces problèmes.

12 2 Expériences Philippines 2.2 Philippines Aux Philippines, nous collaborons avec différentes organisations partenaires, dont la plupart sont actives dans le secteur médico-social. L une de ces organisations est Gabriela, un groupement national d organisations de femmes avec lequel nous travaillons sur des programmes dans les domaines médico-social et de la défense des droits des femmes depuis Les membres de Gabriela se sont proposées pour essayer la technique du CPS avec l aide du personnel de notre bureau local Méthodologie Le siège national a préparé un guide du recueil d histoires de CPS en tagalog et l a envoyé à Gabriela. Obeth Montes, qui avait la responsabilité de l ensemble du programme, a lu et commenté le guide préparé par le siège national de FSTM avant de l envoyer aux organisateurs des sections d Iloilo et de Roxas City. Le recueil et la sélection des histoires sur le terrain se sont déroulés du 17 au 21 août. Section de Gabriela à Iloilo bientôt à la fin du programme de 3 ans. D autre part, Jayson, du siège national de FSTM, a expliqué les différentes étapes de la technique du CPS. En raison du nombre de participants, les facilitateurs ont décidé de diviser le groupe en six binômes. Les membres de chaque binôme devaient ensuite se raconter une histoire sur le changement le plus significatif au cours des trois dernières années. Les facilitateurs ont pensé qu il serait préférable de grouper chaque fois deux participants issus de régions différentes. Chaque participant devait consigner l histoire de son partenaire. Ensuite, les binômes devaient choisir laquelle des deux histoires leur paraissait la plus significative. Les organisateurs de Gabriela Iloilo avaient prévu que 25 membres participeraient au recueil d histoires de CPS, mais en raison de circonstances imprévues, seules 12 d entre eux ont pu être présentes. Malgré l absence de certaines participantes, chaque section municipale couverte par le programme de santé de Gabriela était représentée. Obeth Montes a expliqué le contexte de la technique du CPS. Elle a expliqué aux participants qu il s agit d un genre de processus d évaluation qu ils peuvent désormais utiliser puisqu ils arrivent 12 Les binômes disposaient d une heure et demie pour s échanger leurs histoires et les consigner. Pendant la présentation, chaque binôme avait le temps de raconter l histoire qu il avait choisie. Les participants dont l histoire avait été choisie devaient en outre s efforcer de remplir les blancs dans le texte écrit au cours du partage du binôme. Voici les six histoires partagées en assemblée plénière : 1. Virginia Sumaguio, Leganes, Iloilo sur la manière dont elle utilise les médicaments à base de plantes qui ont été abordés lors des formations dispensées dans le cadre du programme de santé de Gabriela à Iloilo. 2. Hydie Sotela, Leganes, Iloilo la fréquence de ses crises d asthme a diminué après qu elle ait utilisé la plante médicinale appelée sambong, qu elle a découvert au cours d une for-

13 2 Expériences Philippines mation sur les médicaments à base de plantes. 3. Gloria Galleno, Leganes, Iloilo la manière dont elle punit ses enfants a changé après qu elle ait assisté à une formation sur la violence faite aux femmes et aux enfants. Son mari et ses enfants ont soutenu sa participation aux séminaires et aux formations de Gabriela car ils estiment qu ils ont été à l origine du changement d attitude de Gloria. 4. Rosalinda Guaro, Leganes, Iloilo Elle ne croyait pas aux médicaments à base de plantes avant la mise en œuvre du programme de santé de Gabriela à Iloilo, jusqu à ce qu elle mette en pratique sur son mari qui souffrait d arthrite ce qu elle avait appris au cours d une formation. 5. Ma. Aleta A. Gamot, Sta Barbara, Iloilo Elle a découvert l utilisation de la tawa-tawa (Euphorbia hirta), une plante médicinale utilisée chez les patients souffrant de dengue. Elle a recommandé l utilisation de médicaments à base de plantes à ses voisins dans sa communauté. 6. Elena Dela Cruz, Pavia, Iloilo Elle a com mencé à comprendre les problèmes des femmes et particulièrement de la violence faite aux femmes. Elle s est intéressée aux besoins des femmes maltraitées de sa communauté qui recherchaient son aide. Conformément à la technique, les domaines n ont été déterminés qu après le recueil des histoires de CPS. Les domaines ont été définis au cours de l évaluation par les cinq organisateurs présents à la session d évaluation, y compris Lucy Francisco, la coordinatrice du programme à Iloilo. Durant l évaluation, trois histoires qui reflétaient avec la plus grande précision possible le CPS du programme de santé de la section d Iloilo ont été identifiées. Les organisateurs ont choisi trois histoires qu ils souhaitaient envoyer au siège national de Gabriela en vue d une nouvelle sélection. Sur la base des histoires recueillies, les organisateurs ont identifié les domaines qui allaient servir de base à leurs critères de sélection. Les domaines identifiés étaient l impact des services et le changement d attitude. Les histoires de Gloria Galleno, Hydie Sotela et Elena Dela Cruz ont été choisies par les cinq organisateurs. Ils ont retenu à l unanimité l histoire de Gloria Galleno car elle illustre le domaine du changement d attitude. Lucy Francisco, la coordinatrice du programme de santé à Iloilo, a déclaré qu elle ne connaissait pas l histoire de Gloria Galleno avant qu elle ne la partage. Hormis le fait de toucher au domaine du changement d attitude, l histoire d Elena Dela Cruz montre également le progrès de son travail dans la communauté. L expérience de Hydie Sotela a été choisie parmi de nombreuses histoires sur les médicaments à base de plantes car elle souligne l efficacité de l utilisation de médicaments alternatifs fournis par les travailleurs de la santé. Elle indique également un changement dans la qualité de vie de Hydie Sotela en raison de l amélioration de sa santé. Section de Gabriela à Roxas City À partir des leçons tirées de la réalisation des activités à Iloilo, des modifications ont été apportées afin d améliorer le processus utilisé à Roxas City. Les facilitateurs ont décidé de regrouper les participants selon leur communauté/section locale. Étant donné que chaque membre du groupe sait comment le programme de santé est appliqué dans sa communauté en particulier, il est plus facile d évaluer quelle histoire il est préférable de choisir. Le contexte et les mécanismes de l activité ont été abordés par les facilitateurs avant que les participants soient répartis en plusieurs groupes. Chaque groupe rassemblait trois à quatre participants et disposait de deux heures et demie pour partager ses histoires. Chaque groupe a sélectionné une histoire. Les facilitateurs et certains organisateurs qui ne participaient pas au partage des expériences passaient d un groupe à l autre pour observer et s assurer que les participants comprenaient et suivaient les instructions. 13 Contrairement au processus utilisé à Iloilo, dans un premier temps, les participants ont été incités à partager leurs histoires ensemble avant de les consigner. L expérience d Iloilo a montré que la

14 2 Expériences Philippines consignation des histoires par écrit entravait la libre discussion au cours du partage des expériences. Après avoir fait part de leurs expériences, chaque groupe a désigné une personne pour consigner l histoire choisie. Les participants dont l histoire a été choisie ont été invités à la raconter en assemblée plénière. Chaque fois qu un participant avait fini de raconter son histoire, d autres participants, des organisateurs et des facilitateurs posaient des questions afin que le participant éclaircisse certains détails. Voici les histoires présentées en assemblée plénière : 1. Lorna Coronado, barangay de Cogon, Roxas City Elle a pris conscience des droits de la femme. Elle a conseillé une voisine battue par son mari jaloux. 2. Dolores Mijares, barangay de Libas, Roxas City Elle a sermonné un membre de sa famille qui frappait son enfant. En tentant d éviter toute nouvelle violence, elle a eu la main entaillée par le couteau que son mari brandissait afin d essayer de la défendre contre ce membre de sa famille. 3. Emma Pedrano, barangay de Culasi, Roxas City Avec l aide de l organisation, la communauté est devenue soudée et a trouvé le courage de se battre pour ses terres. Grâce à l organisation, les membres de la communauté ont pris conscience des problèmes qui me nacent leur communauté tels que la démolition et l exploitation minière. 4. Marivie Arguelles, barangay de Dumolog, Roxas City La formation sur les médicaments à base de plantes dispensée par Gabriela les a particulièrement aidés pendant l épidémie de dengue. 5. Cristina Alcones, barangay de Baybay, Roxas City La formation à la direction qu elle a suivie en 2009 l a aidée à diriger sa communauté lors des campagnes contre la faim, la pauvreté et les hausses de prix. 6. Elma Deanon, barangay de Dinginan, Roxas City Auparavant, elle était soumise et sen- 14 sible aux railleries. En sa qualité de présidente de Gabriela à Roxas City, elle est devenue déterminée et a trouvé la force de lutter contre l injustice et l oppression. Après la présentation, les organisateurs ont évalué les histoires partagées et la façon dont le partage avait été réalisé. Pour les organisateurs, le partage était positif car les histoires touchaient les différents aspects du programme tels que la prise de conscience, l organisation et le service. Ces trois aspects ont été retenus comme les domaines d identification du changement le plus significatif à Roxas. Le groupe a décidé d envoyer les six histoires au siège national afin qu elles soient évaluées. Comme lors de l expérience à Iloilo, certaines histoires étaient inconnues des organisateurs. Ils ont apprécié cette méthode car elle leur a permis de connaître ces histoires, lesquelles les aideront à évaluer l impact du programme sur les communautés.

15 2 Expériences Philippines Histoires de CPS Lecture faite des histoires de CPS recueillies à Iloilo et Roxas City, le représentant national de FSTM, Hans Schaap, a choisi les histoires d Emma Pedrano (Roxas City) et Gloria Galleno (Leganes, Iloilo). Selon Hans, l histoire d Emma Pedrano est une «preuve évidente de la responsabilisation de la communauté». Il a choisi l histoire de Gloria Galleno car elle constitue une «reconnaissance des faiblesses humaines et du changement d attitude induit par le programme.» Selon Hans : «toutes ces histoires sont un bon indicateur du programme de santé de Gabriela, qui dépasse le cadre de la santé et aborde les aspects élémentaires de la lutte contre la pauvreté et l absence de droit à la santé : la responsabilisation des secteurs de base grâce à l organisation et à l éducation.» Emma Pedrano (barangay de Culasi, Roxas City) J ai connu Gabriela à la suite de notre problème de terres. Notre point de vue et notre attitude ont changé grâce à l aide de l organisation. Par ailleurs, l organisation a apporté beaucoup à ma famille et à notre communauté. Elle a contribué à nous faire prendre conscience de nos problèmes, en particulier de notre problème de terres, et à nous donner la force de les affronter. Une entreprise privée revendiquait la propriété des terres sur lesquelles nos maisons étaient construites depuis des années, voire des décennies. On nous menaçait de démolir nos maisons. Mais grâce à l organisation, nous avons réussi à arrêter la démolition. Avec l aide de l organisation, nous avons fait pression sur les agences gouvernementales compétentes afin qu elles nous donnent le droit préférentiel de rester sur nos terres. Auparavant, nous ne savions pas quelles actions nous pouvions mener. Nous ne savions pas quelle agence pouvait nous aider. Nous étions livrés à nous-mêmes et désunis. Certains se sont laissés prendre aux tromperies du demandeur. Le demandeur et les membres du gouvernement local étaient de connivence afin d inciter certains d entre nous à démolir leurs propres maisons en échange d une somme dérisoire. L organisation a révélé que le document que certains d entre nous avaient signé n était pas valable car ils l avaient fait contre leur volonté. Je remercie l organisation pour l aide qu elle nous a apportée afin de nous unir pour défendre nos terres et de trouver des moyens d améliorer notre vie. Grâce à l organisation, nous avons pu informer d autres personnes de notre communauté sur la manière de faire face à notre situation. L organisation a mis sur pied des discussions et des formations afin de nous permettre de comprendre notre situation. Nous n avons pas cédé face aux menaces et au harcèlement car nous pouvons compter sur l organisation. Gloria Galleno (barangay de Buntatala, Leganes, Iloilo) J étais très sévère avec mes enfants lorsque je les punissais. Je m emportais facilement quand j entendais des voisins dire qu ils avaient fait des bêtises. Je les frappais souvent. Je leur tirais les cheveux. Puis, j ai suivi une formation sur la violence faite aux femmes et aux enfants. J ai compris que ce n était pas la bonne manière de punir nos enfants. J ai compris que j agissais mal et que les enfants avaient aussi des droits. Je pensais que j étais la mère et qu ils devaient m obéir. Je pensais qu ils étaient simplement mes enfants et qu ils devaient faire ce que je disais. L organisation m a appris qu en tant que mère, je devais construire une relation avec mes enfants. Je me suis souvent disputée avec mon mari à cause de la manière dont je traitais nos enfants. Désormais, je sais comment m y prendre avec mes enfants et mon mari. Mon mari et mes enfants me soutiennent lorsque j assiste aux séminaires et aux formations de Gabriela car ils considèrent qu ils sont à l origine de mon changement. Siège national de Gabriela Le recueil d histoires de CPS a été organisée en collaboration avec le siège national de Gabriela, par 15

16 2 Expériences Philippines l intermédiaire de sa directrice de programme, Obeth Montes. Obeth Montes a été présente tout au long du processus et a présenté au secrétariat national les histoires choisies racontées à Iloilo et de Roxas City. Le secrétariat national a examiné les histoires et a sélectionné les suivantes comme étant le changement le plus significatif dans leurs zones de programme à Iloilo et Roxas : (1) Hydie Sotela (Iloilo) Hydie Sotela est une travailleuse de la santé dans un barangay 1. Elle travaille pour le centre médical financé par les autorités publiques locales. Son histoire montre la relation de Gabriela avec les unités des pouvoirs publics locaux. Grâce au programme, Gabriela a pu toucher les travailleurs de la santé du barangay et accroître leurs compétences en matière d action sur la santé. Cette histoire décrit également le changement d attitude et d opinions en matière de santé. Elle montre l impact et l efficacité des services fournis par le programme de santé des femmes. Hydie Sotela (barangay de Buntatala, Leganes, Iloilo) Je suis employée en qualité de travailleuse de la santé du barangay et enseignante dans une garderie. Avant le programme de santé de Gabriela, je m en remettais principalement aux médicaments occidentaux prescrits par le médecin. Lorsque j ai rejoint Gabriela, j ai appris à me servir des médicaments à base de plantes. J ai pris conscience qu en dehors des médicaments achetés en pharmacie, les plantes de notre environnement peuvent elles aussi améliorer notre santé. Désormais, j applique ce que j ai appris durant la formation chaque fois qu un membre de ma famille est malade. Auparavant, mon asthme m empêchait de dormir la nuit. Aujourd hui, j utilise des médicaments à base de plantes afin de traiter mon asthme. Après une année d utilisation, la fréquence de mes crises a diminué. Je les utilise également en inhalation. L utilisation de médicaments à base de plantes a aidé ma famille à réduire le budget destiné à l achat de médicaments. (2) Elma Deanon (Roxas City) En qualité de présidente de Gabriela à Roxas City, son histoire montre son changement d opinion. Elle met également en évidence l impact de tout le programme sur sa personne en tant que dirigeante. Elle a montré qu elle est engagée et qu elle le restera afin d œuvrer pour le changement. Elma Deanon (barangay de Dinginan, Roxas City) Auparavant, je pleurais chaque fois que j entendais des choses que je désapprouvais. J éprouvais de la réticence à m impliquer dans des problèmes qui touchent notre société. Depuis que je fais partie de l organisation, je connais nos droits. Désormais, je sais ce que nous pouvons faire grâce aux formations et aux activités auxquelles nous avons assisté. J essaie de les comprendre et de rassembler toutes les leçons que j en ai tirées. Je fais part de mes apprentissages aux communautés que nous organisons. J ai appris que nous ne devons pas taire les injustices, que nous ne devons pas laisser les gens nous tromper ou nous exploiter car nous avons tous des droits. En réfléchissant à ce que j avais appris, je me suis dit que je devais me défendre. Je fais part de mes apprentissages aux autres, en particulier aux pauvres et aux opprimés. Nous, les pauvres, n attirons pas souvent l attention des autorités alors que les riches obtiennent tout ce qu ils veulent. Je me suis dit qu un jour, les choses changeraient. Lorsque je suis devenue organisatrice, j ai changé. J ai commencé à me défendre mais aussi à militer pour l organisation et les communautés que j aide. (3) Emma Pedrano (Roxas City) voir p.15 Son histoire montre comment le programme et l organisation responsabilisent les femmes de la communauté afin d agir pour leur situation. 1 Le barangay est la plus petite unité dans l administration publique aux Philippines et fait référence à un village dans les zones rurales. 16

17 2 Expériences Philippines Évaluation Les réflexions du siège national et des organisateurs d Iloilo et de Roxas sont exposées ci-après. L utilisation du CPS comme méthode d évaluation a été bénéfique pour les organisateurs et le personnel du programme. Ils ont été informés des mesures supplémentaires à prendre pour améliorer la méthode qu ils avaient adoptée ou pour soutenir la méthode dont l efficacité était avérée dans une communauté donnée. Le partage des histoires a permis aux organisateurs des sections d évaluer à quel point les membres étaient soudés dans les sections locales et quelles étaient les aptitudes des dirigeants de la section locale. Grâce au CPS, ils ont non seulement pu mesurer l impact du programme mais aussi évaluer indirectement leur capacité d organisation et ainsi tirer des enseignements instructifs sur la manière de développer davantage leurs aptitudes à mettre en place un programme. Points de l évaluation : Étant donné que la technique du CPS était relavement nouvelle comme méthode d évaluation, les facilitateurs n étaient pas encore tout à fait familiarisés avec ce processus. Ils s inquiétaient de savoir comment elle serait utilisée et perçue par les participantes. Le recueil des histoires sur le CPS était à proprement parler un processus d apprentissage à la fois pour les participantes et les organisatrices des communautés ainsi que pour les facilitateurs eux-mêmes. Après l évaluation, les facilitateurs ont pu déterminer comment ajuster le processus utilisé à Iloilo. Des ajustements et des modifications ont été apportés afin d améliorer le processus lors de son application au cours de la session avec les participants de Roxas City. Les organisatrices de Gabriela à Iloilo et Roxas City ont apprécié le CPS en tant que méthode d évaluation car elles ont trouvé que les histoires reflétaient l impact de leur travail, ce qui, habituellement, n apparaît pas dans les évaluations officielles. Les facilitateurs ont décidé de faire du recueil des histoires du CPS une activité de groupe afin d impliquer les membres des organisations dans la sélection d histoires. Cette méthode a également révélé l importance du suivi sur le développement des membres des organisations au niveau local. Ces histoires n ont pas été consignées selon la méthode traditionnelle du suivi de l évolution du programme à la base. La technique du CPS vient compléter les données mentionnées dans les évaluations officielles. Il est important que les participantes racontent leur histoire de CPS avec spontanéité. Les participantes doivent pouvoir s exprimer complètement. La langue utilisée par les participantes est un élément essentiel. Les organisatrices locales ont aidé à traduire les instructions et les histoires partagées du tagalog en hiligaynon (langue principale des Visayas occidentales), et inversement. Les participantes ont tendance à énumérer les avantages que leur adhésion à l organisation leur a apportés. Le facilitateur a besoin de rappeler aux participantes de se concentrer uniquement sur un seul changement significatif. En ce qui concerne la section d Iloilo, les histoires ont permis d évaluer la progression du programme de santé. La plupart des histoires concernaient les avantages que le programme a procurés aux membres. Au cours du programme, des points relatifs à la manière de développer le programme ont été abordés. À Iloilo, la plupart des histoires partagées concernaient l utilisation de médicaments à base de plantes dans le cadre du service aux communautés. Une première analyse a mis en évidence le besoin de souligner la responsabilisation des membres dans les communautés. Cependant, les sections locales sont plus avancées et ont davantage confiance lorsqu elles associent les autorités locales au problème de la violence faite aux femmes et aux enfants. Toutefois, cette constatation n apparaissait pas dans l exercice du CPS. 17

18 2 Expériences Amérique latine 2.3 Amérique latine En Amérique latine, nous collaborons avec un réseau appartenant au People s Health Movement mondial. Le Movimiento para la Salud de los Pueblos - Latin America (MSP- LA) construit le mouvement populaire pour le droit à la santé à travers le continent. D un commun accord avec le MSP-LA, nous avons décidé de demander à une consultante locale, María Erlinda Sandino, de nous aider à mettre en place la méthodologie. Elle a travaillé avec une équipe de coordination composée de María Hamlin Zuniga, Gabriel García, Arturo Quizphe et Jorge Quizphe, afin de préparer son rapport : «Informe valorativo. Basado en Testimonios de Cambios Más Significativos (CMS)». Le reste de ce chapitre est constitué d extraits traduits de ce rapport disponible en format PDF Méthodologie De 2008 à 2010, le Mouvement populaire pour la santé - Amérique latine a favorisé des actions dans le cadre du projet «Réseau pour le droit à la santé en Amérique latine» et est actuellement occupé à développer de nouveaux projets. Conformément à ses lignes d action, le MSP-LA a décidé d évaluer le travail réalisé entre 2008 et 2010, à l aide de la technique du changement le plus significatif (CPS), afin de servir de base au suivi du travail effectué à partir de réflexions collectives et individuelles, de l apprentissage institutionnel et de synergies parmi les parties concernées. L objectif général de cet exercice était d aider les organisations du MSP-LA à identifier, recueillir et sélectionner les histoires de changement le plus significatif (testimonios) relatives aux expériences réalisées avec l aide du mouvement entre 2008 et Objectifs spécifiques : 1. Introduire l utilisation de cette méthodologie dans le MSP-LA afin de renforcer les structures dirigeantes et de promouvoir la participation populaire au mouvement. 2. Visualiser, partager et mobiliser grâce aux histoires et récits personnels de changement local et régional touchant les problèmes de santé les plus pertinents ayant un impact sur le plan personnel et sociétal Utiliser cette expérience pour appliquer et comprendre la méthodologie du CPS et former au sein du MSP-LA un petit groupe de personnes agissant en qualité de facilitateurs du processus de CPS dans un futur proche. La première étape a été de former une équipe technique, constituée de María Hamlin Zúniga, Arturo Quizphe, Jorge Quizphe et Gabriel García (septembre 2010). Un facilitateur externe, qui possédait une certaine expérience de la technique du CPS dans différents pays de la région, a été recruté pour participer au recueil et à la rédaction des histoires de changement le plus significatif et des documents écrits. Les documents relatifs aux expériences rapportées au MSP-LA et les documents de référence sur la technique du CPS ont été examinés. Un «Guide de recueil des histoires du changement le plus significatif» a été conçu, révisé et partagé avec un groupe de représentants des parties intéressées. Au cours du mois d octobre, les histoires de CPS ont été identifiées et recueillies au sujet des expériences suivantes : Expérience d interculturalité au cours de l IPHU à l ASECSA au Guatemala. Défense de la Pachamama et criminalisation des protestations : expériences au Guatemala et en

19 2 Expériences Amérique latine Équateur. Le droit à la santé : Forum sur la Santé au Salvador. Vivre, penser et ressentir la nature : l expérience de Laicrimpo en Argentine. Étant donné que les membres et les activités du MSP-LA se situent dans différents pays et territoires d Amérique latine, la technique du CPS a dû être utilisée avec une certaine créativité. Le recueil des histoires et le retour d informations concernant les résultats ont été effectués en ligne, par et via Skype. L histoire de Crisanta Pérez sur la criminalisation de la lutte visant à défendre les terres a été reconstituée à partir de documents et d un entretien filmé avec Crisanta. Il n a pas été possible de recueillir son histoire en personne en raison d une tempête tropicale survenue au Guatemala. Ces contributions ont permis de rédiger ce rapport d évaluation, lequel systématise les histoires du changement le plus significatif relatives à des expériences sélectionnées. Les histoires ont été regroupées en divers domaines principaux de changement : Domaine de changement 1 : renforcement de la capacité à se défendre. Domaine de changement 2 : plaidoyer politique pour la défense de la Pachamama et contre la criminalisation des protestations visant à défendre les terres. Domaine de changement 3 : plaidoyer politique pour le droit à la santé. Domaine de changement 4 : changement conceptuel en matière de santé. Pour terminer, les résultats du processus du CPS seront communiqués en retour aux participants, aux organisations membres du MSP-LA et à Fonds de Soutien Tiers-Monde. 19

20 2 Expériences Amérique latine Histoires de CPS Domaine de changement : renforcement de la capacité à se défendre Cours de l IPHU 1 Histoires de changement le plus significatif liées au cours de l IPHU : intégration de l approche interculturelle Histoire n 1 ont fait de leur mieux en ce qui concerne l infrastructure, le logement et aussi la chaleur humaine mais il manquait un accompagnement spirituel. À Chimaltenango, l accompagnement était différent, nous savions que non seulement les organisateurs mais aussi les forces que nous invoquions chaque jour pour que nos cours se déroulent au mieux étaient là pour nous. Nous donnions libre cours au flot d émotions qui font aussi que nous sommes humains et qui jouent un rôle dans notre santé. Vivian Tatiana Camacho Hinojosa, facilitatrice de cours de l IPHU au Guatemala. Cercado, Cochabamba, Bolivie. Pour moi, facilitatrice et étudiante à l International People s Health University, le changement le plus significatif a été l approche utilisée pour le cours, y compris l accompagnement rituel pendant toute sa durée. À La Havane 2, j ai participé au cours abrégé sur les déterminants sociaux de la santé et à Chimaltenango 3, à celui sur le lien entre l interculturalité et la santé. J ai senti une grande différence, à commencer par la structure des cours, non seulement à cause du programme, mais aussi en raison de la manière dont nous avons partagé nos émotions et nos pensées. À La Havane, le cours a été une occasion merveilleuse de rencontrer des gens de grande valeur, courageux, qui nous ont parlé de la situation, parfois très difficile, en matière de santé dans leur pays. À Chimaltenango, c était pareil, à ceci près que l accompagnement était essentiel. À Cuba, chaque jour était très intense et je n avais pas l impression que le cadre nous aidait dans notre processus d assimilation, de découverte et de partage de ces réalités douloureuses. Les organisateurs Dès le début, nous avons été accueillis par les ancêtres qui nous attendaient, peu importe comment chacun de nous décidait d exprimer sa spiritualité ou le nom que nous lui donnions. Chacun avait la possibilité d entrer en communication avec cette autre partie qui est particulièrement négligée par le point de vue hégémonique de l Occident. Cette autre partie fait aujourd hui la force de nos peuples. La Pachamama se fait entendre clairement dans nos cœurs, elle nous donne de l espoir même quand nous pensons que tout est perdu. En dépit de tout, elle nous aidera à continuer à défendre la vie et à en prendre soin, en commençant par nous-mêmes. Pour Vivian, la ritualité a constitué un élément extrêmement important du processus d apprentissage lors de cette expérience. Voici comment elle voit les choses : «Pour moi, c est le plus important, pas seulement en tant que médecin mais aussi en tant qu être humain dans la toile de la vie, car le rituel est pertinent. Un sentiment de lien avec ce que chacun considère comme sacré, avec respect, au-delà de la peur, des préjugés, du racisme et de la discrimination. J étais capable de rencontrer l autre comme un être humain et ce sentiment nous rendait frères, au-delà des différences que nous pourrions considérer comme profondes d un point de vue 20

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Bachir-Ahmed AHMED Bonjour, je vais vous relater ce que moi j appel : «le

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel IPAG Business School Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014 LALLEMAND Thibault Groupe : 2S81 Stage de formation au recrutement et au placement de personnel Adecco

Plus en détail

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL Le présent document comprend une série de recommandations pouvant aider les conseillers en technoprévention dans le cadre de leur communication

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE RAPPORT DE MISSION au TOGO Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE Du 1 er au 31 Juillet 2o12 I) INTRODUCTION Etudiante en Ecole d Ingénieur en Biologie industrielle, il

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Kevin G. Lynch Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet Pour l année finissant le 31 mars 2006 Catalogage avant

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 FR ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 Ce que j attends de moi, je l attends aussi de vous K.R. Ravindran Président élu du Rotary Lorsque je me suis adressé

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés produit par L Association yukonnaise d éducation et d information juridiques janvier 2015 L Héritage de Jean Une production de

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Script de vente Ruban pour la famille et les amis

Script de vente Ruban pour la famille et les amis Script de vente Ruban pour la famille et les amis Ce bref script de vente instructif vous est proposé à titre de référence. C est un complément au Guide de vente Ruban MD et aux autres outils de la Trousse

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Guide pour les personnes âgées du Manitoba Selon des recherches canadiennes, près de 10 % des personnes âgées du Manitoba seront victimes d une

Plus en détail

Vous avez besoin d argent?

Vous avez besoin d argent? Vous avez besoin d argent? Voici un système qui vous permet d acquérir un revenu récurrent d environ 1500 euros sans trop d effort! Laissez- moi compléter votre lignée pour vous! Du bureau de Joseph Edward

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Rapport de stage au Sénégal. Par. Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à. Réjean Tessier. Dans le cadre du cours

Rapport de stage au Sénégal. Par. Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à. Réjean Tessier. Dans le cadre du cours Rapport de stage au Sénégal Par Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à Réjean Tessier Dans le cadre du cours GPL-3153 : Stage de sensibilisation interculturelle en psychologie I École de Psychologie

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement»

Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement» Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement» N 1 Novembre 2015 Créée il y a 19 ans, la semaine européenne de l emploi des personnes handicapées a pour objectif de lutter contre les préjugés, et

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

E Projet d écoute FLA 30-2. Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage. Cahier de l élève. Nom :

E Projet d écoute FLA 30-2. Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage. Cahier de l élève. Nom : E Projet d écoute Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage FLA 30-2 Cahier de l élève Nom : Le grand voyage DESCRIPTION DU PROJET Tu vas écouter un extrait d une pièce de théâtre. Tu seras invité

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL?

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? R. Le Centre de crise pour les victimes de viol est un groupe de femmes qui apporte son soutien aux femmes qui ont vécu une expérience

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT?

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? Afin de vous éviter de vains efforts et pour vous épargner de précieuses heures de travail, voici quelques conseils qui guideront votre préparation. Travailler avec régularité

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail

PPE. Mon choix c'est l'école de langue fran aise

PPE. Mon choix c'est l'école de langue fran aise 7 choses qu un parent néo-canadien devrait savoir sur l éducation canadienne avant de choisir une école pour son enfant PPE Choisir l éducation de langue française car il s agit de l identité, de la vie

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir»

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» asbl Soleil-Espoir Rue Outrewe, 21 4671 Housse www.soleil-espoir.be L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» Ce document présente le service d extra-sitting

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

L estime de soi. A) La différence entre confiance et estime

L estime de soi. A) La différence entre confiance et estime L estime de soi La période des études universitaires coïncide souvent avec une période de changements et de remises en question très intenses où l estime de soi peut être particulièrement mise à l épreuve.

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Cette recherche offre une présentation de la culture et de

Plus en détail

Projet postdoctoralsur l Avenir de l éducation médicale au Canada (AEMC EMPo) Recommandation 1 Dans le contexte d un système de soins de santé en

Projet postdoctoralsur l Avenir de l éducation médicale au Canada (AEMC EMPo) Recommandation 1 Dans le contexte d un système de soins de santé en L AFMC est reconnaissante de l occasion qui lui est donnée de rencontrer les membres du Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition

Plus en détail

SONDAGE SUR LA PÉNALISATION DE CLIENTS EN FRANCE - 25 MARS 2015 98% DES PROSTITUÉS SONT CONTRE LA PÉNALISATION DES CLIENTS

SONDAGE SUR LA PÉNALISATION DE CLIENTS EN FRANCE - 25 MARS 2015 98% DES PROSTITUÉS SONT CONTRE LA PÉNALISATION DES CLIENTS SONDAGE SUR LA PÉNALISATION DE CLIENTS EN FRANCE - 25 MARS 2015 98% DES PROSTITUÉS SONT CONTRE LA PÉNALISATION DES CLIENTS Résumé des résultats du sondage Le Projet Le sondage sur la pénalisation des clients

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

Votre Fête, un bon Plan!

Votre Fête, un bon Plan! Votre Fête, un bon Plan! Une fête Plan, qu est-ce que c est? & Toutes les infos pratiques & Les organisateurs d une fête Plan partagent leur expérience & Quels projets soutenez-vous grâce à votre fête?

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail