Droit du Travail luxembourgeois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Droit du Travail luxembourgeois"

Transcription

1 Droit du Travail luxembourgeois Mario Della Schiava Octobre

2 Partie 1: Le contrat de travail en général DISPOSITIONS GENERALES Quand il y a-t-il contrat de travail? Le contrat de travail est une convention par laquelle une personne s engage à mettre son activité à la disposition d une autre personne sous la subordination de laquelle elle se place Eléments constitutif: - Prestation de travail - Rémunération - Lien de subordination 2

3 Section 1: FORME ET PREUVE DU CONTRAT DE TRAVAIL A. Forme Visite médicale préalable : aptitude / inaptitude, cessation de plein droit - un contrat écrit - par écrit au plus tard au moment de l entrée en service du salarié sinon preuve par tout moyen - double exemplaire - conséquence du refus de signature 3

4 B. Contenu du contrat L code du travail - Identité des parties - Date du début d exécution du contrat de travail - Lieu du travail (clause de mobilité géographique) - Nature de l emploi occupé (possibilité d une description des taches) - Durée du travail journalière et hebdomadaire - Horaire normal de travail - Salaire/traitement de base, compléments de salaire, gratification + périodicité - Durée du congé payé (référence aux dispositions légales suffisantes) - Durée des délais de préavis - Durée de la période d essai - Mention de la convention collective applicable - Existence d avantages en nature 4

5 Section 2 : PERIODE D ESSAI CDI OU CDD But de la période d essai Nécessité d un écrit au plus tard le jour de l entrée en fonction A. Durée de la période d essai - principe: 2 semaines à 6 mois - Incidence du niveau de la formation sur la rémunération 3 mois < CATP 6 mois = CATP 12 mois > 538 indice sanction d une période d essai trop longue - indication de la période d essai en semaines ou mois 5

6 Suspension de la période d essai Prolongation de la durée égale à la maladie avec un maximum de 1 mois Semble être la seule cause possible même si des discussions sont en cours Renouvellement ou prolongation de la période d essai Pas possible Succession de contrats Si succession de contrats en théorie la durée du précédent contrat est à déduire de la période d essai B. Test préalable 6

7 C. La résiliation du contrat pendant la période d essai - Pas possible pendant les 2 premières semaines - Pas besoin d un entretien préalable - Pas besoin d indiquer les motifs en cas de préavis - Indication de motifs précis en cas de licenciement pour faute grave - Nécessité d un recommandé ou d une remise en main propre - Respect d un délai de préavis: autant de jours que la période d essai compte de semaines 4 jours par mois d essai convenu avec un minimum de 15 jours et un maximum de 1 mois jours calendrier le préavis doit se situer à l intérieur de la période d essai 7

8 Exemples durée: 1. Essai de 3 semaines 3 jours 2. Essai de 5 mois 20 jours 3. Essai de 12 mois maximum 1 mois Exemples préavis: 1. Contrat le , essai 6 mois, résiliation le Préavis : du au Contrat le , essai 4 mois, résiliation le Maladie: 1 er au donc fin du préavis : Préavis: au Contrat le , essai 3 mois, résiliation le > Résiliation abusive car période d essai concluante 8

9 PARTIE II : LES DIFFERENTS TYPES DE CONTRAT Section 1 : LE CONTRAT A DUREE INTERMINEE Contrat de droit commun Mentions obligatoires 9

10 Section 2 : LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE A. Définition Articles L et suivants «Le CDD peut être conclu pour l exécution d une tache précise et non durable; il ne peut avoir pour objet de pourvoir durablement à un emploi lié à l activité normale et permanente de l entreprise» Exemples 1. Remplacement d un salarié temporairement absent 2. Emploi à caractère saisonnier (récoltes, vendanges ) 3. Emplois dans lesquels il est d usage de recourir au CDD( acteurs, présentateurs ) 4. Exécution d une tache occasionnelle et ponctuelle (accroissement d activité ) 5. Exécution d une tache précise et non durable 6. Travaux urgents 7. Emploi de chômeurs inscrits à l ADEM dans le cadre d une mesure de réinsertion/insertion 8. Embauche de certains demandeurs d emplois (+ aut. du min) 9. Complément de formation professionnelle (+ aut. du min) 10

11 B. Mentions obligatoires au contrat de travail L Mention de son objet - Date d échéance du terme si conclu pour une durée précise sinon durée minimale (L ; en principe max 24 mois renouvellement compris) - Nom de la personne à remplacer (si absence) - Durée de la période d essai convenue - Clause de renouvellement (L.122-5; max 2 fois) - Mention expresse qu il s agit d un CDD - Définition précise de son objet 11

12 C. Conséquence du non respect L122-9 Tout CDD conclu en violation des règles qui suivent est conclu à durée indéterminée - Règles légales autorisant le recours au CDD - Règles tenant à la forme - Fixation du terme et de la durée maximale du CDD - Règles relatives au renouvellement - Règles relatives au délai d attente et de carence La preuve contraire n est pas admise 12

13 D. Fin du CDD De plein droit à l échéance du terme Avant son terme par l employeur - Faute grave - Sinon dommages et intérêts d un montant égal à aux rémunérations qu il aurait perçues jusqu au terme du contrat sans que ce montant n excède la rémunération correspondant à la durée du préavis qui aurait du être observé si CDI (max 2 mois) Avant son terme par le salarié - Faute grave de l employeur - Sinon d&i correspondant au préjudice réellement subi (max 1 mois) 13

14 E. Poursuite des relations contractuelles à la fin du CDD Sans autre formalisme : CDI ( plus de période d essai possible et conservation ancienneté ) Un même poste ne peut être pourvu d une succession de CDD sauf période de carence (1/3 de la durée totale du CDD venu à échéance) Exceptions: - En cas de nouvelle absence du salarié remplacé - En cas de contrat à caractère saisonnier - En cas de rupture anticipée du fait du salarié sous CDD - En cas de refus de renouvellement - En cas d emploi où il est d usage de ne pas recourir au CDI 14

15 PARTIE III : LA REVISION DU CONTRAT DE TRAVAIL Une fois accord conclu, le contrat ne peut être exécuté que conformément au contenu. Les modifications ne sont possibles qu avec l accord des deux parties. L.121-4(4) Possibilité d agir avec préavis ou pour motif grave Si modification porte sur une clause essentielle alors procédure identique à celle d un licenciement 15

16 A. Les conditions de formes - LRAR - Préavis ( éventuellement entretien préalable) - Demande et indication des motifs - Choix du salarié - Conséquence du refus d accepter la modification par le salarié B. Les conditions de fond: - Motifs réels et sérieux - Motifs graves 16

17 Modifications - Changement d horaire en cas d horaire mobile - Changement d affectation - Changement de tournée - Travail de nuit - Mutation de poste C. Application par la jurisprudence - Poursuite du travail = acceptation - Inobservation des formes = nullité de la modification - Clause essentielle : la modification doit porter sur un élément du contrat qui avait été considéré par les parties comme essentiel lors de sa conclusion càd un élément les ayant amené à contracter. A l inverse la modification n est qu accessoire lorsqu elle porte sur un élément non déterminant de leur volonté soit lorsque les parties avaient prévues d emblée une modification ultérieure (CSJ ) 17

18 D. Attitude du salarié Il appartient au salarié de décider si oui ou non il accepte la modification - Soit il accepte et le contrat se poursuit - Soit il refuse et d après la jurisprudence, il doit donner sa démission. Art L Cette résiliation est assimilée à un licenciement par l employeur susceptible de recours devant les tribunaux pour licenciement abusif. 18

19 L du code du travail «Toute modification en défaveur du salarié portant sur une clause essentielle du contrat de travail doit, sous peine de nullité, être notifiée au salarié dans les formes et délais visés aux articles L et L et indiquer la date à laquelle elle sort ses effets. Dans ce cas, le salarié peut demander à l employeur les motifs de la modification et l employeur est tenu d énoncer ces motifs dans les formes et délais prévus à l article L La modification immédiate pour motif grave doit être notifiée au salarié, sous peine de nullité, dans les formes et délais prévus aux articles L et L La résiliation du contrat de travail découlant du refus du salarié d accepter la modification lui notifiée constitue un licenciement susceptible du recours judiciaire visé à l article L Les dispositions du présent article ne s appliquent pas en cas de reclassement interne au sens du livre V, titre V, relatif à l emploi des travailleurs incapables d exercer leur dernier poste de travail.» 19

20 Partie IV: LA CESSATION DU CONTRAT DE TRAVAIL Résiliation unilatérale par l employeur Résiliation unilatérale par le salarié Résiliation pour motif grave Résiliation d un commun accord Cessation de plein droit 20

21 LA RESILATION UNILATERALE PAR L EMPLOYEUR Section 1. LICENCIEMENT DU SALARIE AVEC PREAVIS A. Généralités - Droit commun des contrat - Possibilité de résilier un CDI (d ordre public) donc toute clause contraire est nulle - Mais motif réel et sérieux - Acte unilatéral ayant un caractère irrévocable et définitif 21

22 B. L entretien préalable au licenciement (L du code du travail) 1. Nécessité d un entretien préalable - Employeur occupant au moins 150 salariés - L entretien n est pas obligatoire pendant la période d essai - Calcul : entreprise + succursales et filiales ayant une unité économique et sociale. - Convention collective peut baisser ce seuil (Assurance et banque) - Licenciement avec ou sans préavis - Point de départ de la procédure 22

23 2. Sanction en cas de non-respect - Irrégularité du licenciement pour vice de forme - Indemnité: max 1 mois de salaire - Pas de cumul de dommages et intérêts pour licenciement abusif ou pour vice de forme - Licenciement abusif = motif - Licenciement irrégulier = forme 3. La convocation à l entretien préalable - Lettre recommandée ou remise en main propre - Indication de l objet de la convocation (! Intention de licencier! ) - Date, heure et lieu de l entretien - Indication du droit de se faire assister (membre du personnel ou d une organisation syndicale représentative au plan national) 23

24 Date de l entretien préalable - Au plus tôt au 2 ème jour ouvrable travaillé qui suit celui de l envoi/remise - Aménagement possible dans une convention collective Déroulement de l entretien préalable - Employeur indique les motifs du licenciement envisagé - Salarié donne ses explications - Possibilité de dresser un PV, preuve de ce qui a été dit - Problématique de l absence du salarié / demande de report Notification du licenciement - Au plus tôt le jour qui suit l entretien préalable - Au plus tard 8 jour après l entretien préalable - Dans les même formes qu un licenciement «normal» 24

25 C. Le licenciement avec préavis Règles de forme - Écrit sinon licenciement abusif - Lettre recommandée / remise en main propre avec AR - Contenu Pas de motifs Décision du licenciement Début/fin de préavis Eventuelle dispense de travail - Acte unilatéral irrévocable - Charge de la preuve 25

26 Délai de préavis < 5 ans 2 mois 5 ans 4 mois 10 ans 6 mois Détermination de l ancienneté à la date de notification du préavis Ces délais sont des minimum, l employeur peut accorder un préavis plus long. 26

27 Point de départ du délai de préavis Théorie de l envoi c est-à-dire est pris en compte le jour de la remise de la lettre à la poste. Notification antérieure au 15ème jour du mois -> début du préavis le 15 du mois en question Notification après le 14ème jour du mois -> début du préavis le 1er du mois suivant Computation : jours calendriers Délai préfixé (qui ne peut être modifié) Obligations des parties demeurent pendant le préavis Si non respect des délais, uniquement paiement d une indemnité compensatoire de préavis 27

28 Section 2. LES MOTIFS DU LICENCIEMENT Les motifs doivent exister au moment de la convocation à l entretien préalable A. La communication des motifs - Pas d indication dans la lettre de licenciement avec préavis - Demande du salarié ou son représentant dans un délai de 1 mois par courrier recommandé - Réponse écrite et détaillée de l employeur dans le mois qui suit la réception de la demande du salarié Sanction : licenciement abusif 28

29 B. Les motifs du licenciement Le motif doit être réel : - Élément objectif et matériel, susceptible d être prouvé - Cause déterminante Le motif doit être sérieux: - revêtir une certaine gravité Le motif doit être précis: - permettre à la partie qui subit le licenciement de connaitre exactement le ou les faits qui lui sont reprochés et juger en pleine connaissance de cause l opportunité d une action en justice - Impossibilité pour l employeur d invoquer d autres motifs a posteriori - Evaluation du juge 29

30 Preuve des motifs invoqués: - Incombe à l employeur - Indication des dates, illustrations, noms de témoins - Attestations testimoniales, offre de preuve, documents Si pas de demande de motifs: - Il appartient au salarié de démontrer par tous moyens que son licenciement a été abusif. Si demande tardive: - Aucune obligation légale de répondre - Conseillé de ne pas le faire car facilite la tache du salarié 30

31 C. Appréciation du motif du licenciement Appréciation in concreto Ancienneté du salarié Antécédents: - Inaptitude, négligence - Insubordination - Retards, absences fréquentes, - Avertissements Défaut de précision = absence de motifs 31

32 D. Motifs reconnus valables par la jurisprudence Absences fréquentes: la jp admet que des absences fréquentes justifient un licenciement et d autant plus si alternance absence/présence Mais : Il faut un certain seuil d absentéisme Perturbation du service / organisation de l entreprise Plus possible de compter sur une collaboration suffisamment régulière du salarié Conduite du salarié: faute, inobservation des règles de sécurité, retards systématiques, abus des installations 32

33 Motifs économiques: - l employeur doit préciser les raisons concrètes qui l amène à restructurer son entreprise - mesures de restructuration et en quoi elles concernent le salarié - certaines décisions exigent d expliquer pourquoi cet employé plutôt qu un autre ( il faut alors des critères objectifs- situation familiale par ex ou des critère subjectifs- rendement, retard ) 33

34 Section 3 : LE CAS DE L AVERTISSEMENT Pas prévu par le droit du travail luxembourgeois Existe en fait Doit être motivé Courrier recommandé avec accusé de réception Un fait ayant donné lieu à un avertissement ne peut plus donner lieu à un licenciement Il peut toutefois «renforcer» un licenciement intervenant pour un même motifs ou des motifs différents. Aperçu positif par les juges 34

35 Section 4. LE CONGÉ SPÉCIAL Pendant le délai de préavis > Max 6 jours ouvrables sur la durée du préavis. Rémunération intégrale à la condition cumulative que : - le salarié soit inscrit comme demandeur d emploi - qu il justifie sa présentation à une offre d emploi 35

36 Section 5. LA DISPENSE DE TRAVAIL Principe : Maintien du contrat de travail pendant le préavis Possibilité pour l employeur de dispenser son salarié Peut prendre effet dès la remise de la lettre Maintien intégral du salaire Attention! si c est le salarié qui demande cette dispense alors il y aura lieu de requalifier le licenciement en résiliation d un commun accord avec signature du document a quo Droit de reprendre un nouvel emploi, paiement de la différence de salaire par l ancien employeur si nouveau salaire moindre 36

37 Section 6. L INDEMNITÉ DE DÉPART A. Principe - licenciement avec préavis - Ancienneté de plus de 5 ans - N est pas due en cas de : licenciement avec effet immédiat démission du salarié résiliation d un commun accord pension de vieillesse normale - Ancienneté appréciée à la date de fin de préavis 37

38 B. Montant de l indemnité Ancienneté 5 ans 10 ans 15 ans 20 ans 25 ans 30ans Indemnité de départ 1 mois 2 mois 3 mois 4 mois 5 mois 6 mois C. Base de calcul - Salaire des 12 derniers mois - Indemnités pécuniaires de maladie, primes et suppléments courant à l exclusion des HS, gratifications et frais accessoires 38

39 D. Paiement de l indemnité - Au moment du départ - En théorie exempt d impôts ( max 12 fois SSM) sauf pour les travailleurs âgés - Pour les entreprises de moins de 20 salariés possibilité de prolonger le préavis au lieu de payer une indemnité de départ 39

40 LA RESILIATION UNILATERALE PAR LE SALARIE Lettre recommandée avec accusé de réception / remise en mains propres Avec ou sans préavis Pas besoin d énoncer les motifs Délai : Ancienneté Employeur Salarié < 5 ans 2 mois 1 mois Entre 5 et 10 ans 4 mois 2 mois > 10 ans 6 mois 3 mois 40

41 Point de départ le 15 du mois ou le 1er En cas de demande de dispense de travail par le salarié = résiliation d un commun accord Attention la démission ne se présume pas! Analyse des circonstances concrètes Ecrit exigé Non présentation sur le lieu de travail : non paiement du salaire car absence injustifiée Possibilité de démission avec effet immédiat pour motif grave dans le chef de l employeur (non paiement de salaire ) 41

42 LA RESILIATION POUR MOTIF GRAVE / AVEC EFFET IMMEDIAT Section 1: REGLES DE FORME Entretien préalable si plus de 150 salariés LRAR ou remise en main propres avec AR La lettre doit contenir les motifs du licenciement, précis, réels et sérieux -> Licenciement abusif Conseil : demander au P&T de préciser l heure sur le recommandé 42

43 Section 2 : MOTIVATION Définition La différence avec licenciement avec préavis est que le courrier doit contenir les motifs Motif grave «tout fait/faute qui rend immédiatement et définitivement impossible le maintien des relations de travail» L (2) Loi impose au juge de tenir compte des antécédents professionnels, situation sociale et tous autres élément pouvant influer sur la responsabilité du salarié 43

44 Délai pour invoquer le motif grave Un mois à compter de la connaissance des faits Sauf si exercice de poursuite pénales Délai inapplicable: si fait/faute invoqué à l appui d un nouveau fait/faute ou si entretien préalable obligatoire, la convocation doit se faire endéans le délai d un mois Suspension du délai en cas de maladie Exemple de motifs: Insubordination Vol Ivresse Comportement intolérable(injures, coups ) Absence injustifiée (attention cependant) 44

45 Section 3 : MISE À PIED CONSERVATOIRE Sans autre formalisme, sans écrit ni motivation Maintien des avantages liés au CT Licenciement pour faute grave doit intervenir au plus tôt le jour qui suit et au plus tard 8 jours après la mise à pied (attention au délai de l entretien préalable) A distinguer du licenciement oral Si salarié malade après mise à pied, il faut attendre la fin de la maladie pour licencier Conseil: convocation à un entretien préalable + mise à pied conservatoire. 45

46 Section 4 : EFFET DU LICENCIEMENT AVEC EFFET IMMÉDIAT Le contrat est résilié immédiatement et définitivement Paiement du salaire et avantage jusqu au jour du licenciement Pas droit à indemnité de départ Pas d indemnités chômage au Luxembourg Possibilité pour le salarié de les demander après accord du Président du Tribunal du travail qui analysera sommairement le dossier Durée de l indemnité 182 jours 46

47 Sanction Licenciement abusif Paiement d une indemnité de préavis Paiement d une indemnité de départ si le salarié y a droit Paiement de dommage et intérêts Si par contre licenciement régulier, le salarié ayant touché le chômage indûment devra rembourser 47

48 LA RESILIATION D UN COMMUN ACCORD Le contrat peut être résilié d un commun accord des parties Constaté par écrit en double exemplaires par l employeur et le salarié sous peine de nullité Possibilité d invoquer le vice du consentement LA TRANSACTION Contrat entre les parties qui moyennant concessions réciproques mettent un terme à un litige présent ou à naître. Exonération fiscale jusqu à concurrence de 19700,-. Un exemplaires signé par partie 48

49 Formule sacramentelle : En contrepartie du paiement, M./Mme (nom du salarié) déclare expressément ne plus avoir de revendications contre son ancien employeur quant à des éléments de rémunérations contre son ancien employeur quant à des éléments de rémunérations, salaires, indemnités et avantages spéciaux résultant du contrat de travail ayant existé entre parties. Il déclare en outre renoncer expressément et irrévocablement à toute revendication à l égard de son employeur relative notamment aux salaires et traitements, heures supplémentaires, congés non pris ou dommages et intérêts pour quelque cause que ce soit, résultant du contrat de travail et de sa résiliation subséquente. 49

50 TRANSACTION Les parties 1. (nom du salarié) 2. (nom de l employeur) considérant que M./Mme (nom du salarié) était engagé auprès de (nom de l employeur) depuis le. et le licenciement subséquent du... ont convenu ce qui suit : 1. (nom de l employeur) paie à (nom du salarié) le montant de.. à titre d indemnité transactionnelle forfaitaire. 2. En contrepartie du paiement, M./Mme (nom du salarié) déclare expressément ne plus avoir de revendications contre son ancien employeur quant à des éléments de rémunérations contre son ancien employeur quant à des éléments de rémunérations, salaires, indemnités et avantages spéciaux résultant du contrat de travail ayant existé entre parties. Il déclare en outre renoncer expressément et irrévocablement à toute revendication à l égard de son employeur relative notamment aux salaires et traitements, heures supplémentaires, congés non pris ou dommages et intérêts pour quelque cause que ce soit, résultant du contrat de travail et de sa résiliation subséquente. Etabli en double à., le, chaque partie reconnaissant avoir reçu un exemplaire. (nom de l employeur) (nom du salarié) 50

51 Résiliation du contrat de travail en cas de cessation des affaires de l'employeur et en cas de décès du salarié En cas de cessation des affaires de l employeur, les contrat de travail sont résiliés de plein droit Section 1: LA FAILLITE Le salarié a droit: au salaire du mois de survenance + mois subséquent aux indemnités égales à 50% des mensualités de préavis qu il aurait du toucher à max: rémunération et indemnité touchées en cas de licenciement avec préavis 51

52 Section 2: LE DÉCÈS Employeurs : Les héritiers doivent informer les salariés de la suite à donner Salarié: Le contrat de travail prend fin mais les héritiers ont droit à un trimestre de faveur Bénéficiaires : conjoint survivant non divorcé ou séparé de corps, sinon les enfants mineurs ou majeurs à charge, sinon les ascendants, vivants en communauté domestique et à charge de l'employé Pension de survie : versée à l employeur pendant les 4 premiers mois 52

53 LA CESSATION DE PLEIN DROIT DU CONTRAT DE TRAVAIL La pension de vieillesse La pension d invalidité : jour de la décision d attribution La perte de l indemnité pécuniaire de maladie Reclassement externe Déclaration d inaptitude pour l activité envisagée 53

54 Contrat cesse de plein droit le jour de l attribution d une pension de vieillesse et au plus tard à l âge de 65 ans si le salarié a droit à une pension de vieillesse Contrat cesse de plein droit le jour de l épuisement des droits à l indemnité pécuniaire de maladie (52 semaines ) Contrat cesse de plein droit le jour de la décision portant attribution d une pension d invalidité Contrat cesse de plein droit le jour de la notification de la décision de la commission mixte retenant un reclassement externe Incidence de la déclaration d'inaptitude du salarié au poste envisagée lors de l'examen médical d'embauche Le contrat de travail cesse de plein droit le jour de la déclaration d'inaptitude du salarié à l'occupation envisagée lors de l'examen médical d'embauche, conformément aux dispositions de l'article L du Code du travail. 54

55 PARTIE V : LA RESILIATION ABUSIVE DU CONTRAT DE TRAVAIL Est abusif et constitue un acte socialement et économiquement anormal, le licenciement qui est contraire à la loi et/ou qui n'est pas fondé sur des motifs réels et sérieux liés à l'aptitude ou à la conduite du salarié ou fondé sur les nécessités du fonctionnement de l'entreprise, de l'établissement ou du service. 55

56 Section 1: NOTION DE LICENCIEMENT ABUSIF Il s agit donc d un acte : - socialement et économiquement anormal - contraire à la loi - non fondé sur des motifs réels Est abusif le licenciement - effectué de manière orale - qui n est pas motivé ou dont la motivation n est pas assez précise - dont la réalité des motifs n a pu être prouvée par l employeur - motifs ne justifiant pas le licenciement 56

57 Section 2: L ACTION EN JUSTICE Auprès de la juridiction du travail Dans un délai de 3 mois à compter de l envoi des motifs ou de la lettre de résiliation avec effet immédiat Interruption en cas de contestation écrite : nouveau délai d 1 an (délai préfixé donc non susceptible d interruption ou de suspension ) Attention! ces délais ne sont pas d OP et il appartient à l employeur de les soulever! La forclusion ne couvre cependant que les conséquences du licenciement abusif (d&i) 57

58 Section 3: LA FORCLUSION A. Trois hypothèses: - Demande de motif dans le mois du licenciement, l employeur réponds dans le mois de la demande, le délai de forclusion commence à courir dans le mois de la notification employeur a la charge de la preuve de la réalité des motifs - Demande de motifs mais l employeur ne réponds pas: délai de forclusion court à l expiration d un délai d un mois après la demande employeur a la charge de la preuve de la réalité des motifs - Ne demande pas les motifs : délai de forclusion court à compter du licenciement / pareil pour le licenciement avec effet immédiat. salarié à la charge de la preuve du caractère abusif 58

59 B. Non application de cette forclusion - Les arriérés de salaires : 3 ans - L indemnité de départ : 3 ans - Licenciement oral car irrégularité formelle C. Notion de réclamation - Il doit s agir d une véritable réclamation = désapprobation de la résiliation /contestation de le régularité du licenciement/ menace d une action judiciaire - La réclamation est valable si faite auprès du mandataire de l employeur 59

60 Section 4. CONSEQUENCES DE L ACTION JUDICIAIRE A. Aboutissement de la demande si - faute commise par l employeur en exerçant son droit de licencier - dommage - relation causale entre le licenciement et le préjudice. Donc possibilité de voir un licenciement déclaré abusif mais sans indemnisation car aucun préjudice B. Conséquences de la résiliation abusive - Indemnité compensatoire de préavis (= rémunération correspondant à la durée du préavis qui aurait du être presté) - Indemnité de départ suivant l ancienneté - Dommage matériel - Dommage moral 60

61 Section 5. DOMMAGE MATÉRIEL - différence entre salaire théorique en cas de continuation de la relation de travail et les revenus réels après le licenciement - Calculé sur base d un période de référence évaluée par le Tribunal - Période de référence: temps qui devrait raisonnablement suffire au salarié licencié pour retrouver un nouvel emploi - Appréciation in concreto (âge, expérience, ancienneté ) - Salarié doit tout faire pour limiter son préjudice 61

62 Section 6. DOMMAGE MORAL - = consiste en l atteinte à la réputation et à la dignité du salarié, à la précarité de sa situation financière suite au licenciement, aux perspectives incertaines de son avenir professionnel - Détermination ex aequo et bono - Indemnisation relativement faible en général - L Etat (Fond pour l emploi) dispose d un recours à l encontre du salarié ou de l employeur pour se voir rembourser les indemnités chômage indûment - La loi prévoit une mise en intervention obligatoire de l Etat lorsque le salarié habite au Luxembourg - Attention! Lorsque le salarié touche un revenu pendant son préavis (chômage ou salaire), l employeur n est tenu que de lui verser la différence! 62

63 Section 7. L IRRÉGULARITÉ FORMELLE DU LICENCIEMENT - Violation d une formalité substantielle - Uniquement en cas de licenciement fondé - 1 mois de salaire max - Attention : Pas de cumul licenciement abusif et pour irrégularité formelle. L indemnité pour licenciement abusif prévaut. 63

64 Section 8: LA RÉINTÉGRATION DU SALARIÉ - Si licenciement abusif - Si le salarié le demande - Si rien ne s oppose à la reprise des relations de travail - L employeur n est pas tenu d accepter et peut être condamné par le Tribunal à des d&i pour refus de réintégration (env. 1 mois de salaire) - Demandes très rares car «s est reculer pour mieux sauter» 64

65 PARTIE VI : L INTERDICTION DE LICENCIER La maladie La grossesse La qualité de délégué du personnel Le congé parental et pour raisons familiales 65

66 Section 1: LA MALADIE Il y a interdiction de licencier en cas de maladie dûment constatée A. Obligation des salariés Avertissement de l employeur personnellement ou par personne interposé, le 1er jour Remise du certificat médical - Au plus tard le 3ème jour. (Attention! il s agit de jour calendrier!) - Charge de la preuve incombe au salarié - Réception par l employeur Ces deux obligations existent aussi en cas de prolongation de la maladie Violation peut constituer une faute grave Quid si remise tardive? Identité de la personne qui doit être informée 66

67 B. Protection contre le licenciement Principe de la protection pour tout types de licenciement Sanction : licenciement abusif Limitation dans le temps : 26 semaines d absence ininterrompue Pas de protection si : - Incapacité résulte d un crime ou d un délit - Si avertissement ou certificat remis après la notification du licenciement Attention! L important est le moment de la manifestation de volonté de l employeur C. Force probante du certificat médical Employeur peut inviter le salarié à un contre examen Médecin de son choix Proximité du lieu de travail Si avis divergents alors 3ème avis 67

68 Section 2 : LA FEMME ENCEINTE Interdiction lorsqu état de grossesse médicalement constaté et 12 semaines suivant l accouchement Possibilité de justifier a posteriori de l état de grossesse Certificat médical par LRAR Dans les 8 jours de la notifications du licenciement Procédure: - Dans les 15 jours de la résiliation du contrat - Requête au Président du Tribunal du Travail - Constater la nullité du licenciement - Ordonner son maintien ou sa réintégration - Licenciement nul et de nul effet 68

Les congés: mode d emploi pour l employeur

Les congés: mode d emploi pour l employeur Me Gabrielle Eynard Les congés: mode d emploi pour l employeur 1 Introduction Tout salarié a un droit inaliénable au congé Code du travail = minimum légal Possibilité de déroger aux règles dans un sens

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE

CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE AVENANT «MENSUELS» ARTICLE 1 : CHAMP D APPLICATION Le présent avenant règle les rapports entre les ouvriers, employés, techniciens et agents de maîtrise

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE DROIT CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE FÉVRIER 2015 Département Ressources professionnelles LE CND Un centre d art pour la danse 1, rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex 01 41 839 839 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL La rupture met un terme définitif aux obligations des parties. La suspension entraîne un arrêt momentané à l'issu duquel le contrat reprend son cours. La rupture

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur INFORMaTIONS administratives et législatives concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur Pôle sanitaire social < Ce document a été rédigé afin de vous donner une information

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009,

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009, Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du dix-sept juin deux mille dix. Numéro 35143 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Charles NEU, premier conseiller, Ria

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

LES CONGES DU PRATICIEN HOSPITALIER FICHES PRATIQUES

LES CONGES DU PRATICIEN HOSPITALIER FICHES PRATIQUES LES CONGES DU PRATICIEN HOSPITALIER FICHES PRATIQUES 1 SOMMAIRE RTT / CET p. 4 et 5 LES CONGES FORMATION p. 6 LES CONGES MATERNITE ET PATERNITE p. 7 et 8 LE CONGE PARENTAL p. 9 et 10 LES AUTORISATIONS

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Le 19 mars 2015 Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Classification et définition des emplois Article 1er Modifié par Classifications - art. 1er (VNE) Les niveaux

Plus en détail

Comment réagir face à une absence injustifiée du salarié?

Comment réagir face à une absence injustifiée du salarié? Comment réagir face à une absence injustifiée du salarié? Madame, Monsieur Veuillez trouver ci-dessous la procédure à suivre en cas d absence injustifiée d un salarié. L absence injustifiée d un salarié

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

Droit du travail. Le droit privé du Grand-duché de Luxembourg trouve son origine dans le droit civil d obédience française.

Droit du travail. Le droit privé du Grand-duché de Luxembourg trouve son origine dans le droit civil d obédience française. Droit du travail Le droit privé du Grand-duché de Luxembourg trouve son origine dans le droit civil d obédience française. Le droit du travail luxembourgeois fut marqué sur de longues périodes par une

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information

additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information Relative au contrat collectif de prévoyance complémentaire à adhésion obligatoire souscrit par votre employeur RéUNICA Prévoyance

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE (version initiale du 22 juin 2009, version modifiée par les Commissions Permanentes

Plus en détail

Le Personnel de Maison

Le Personnel de Maison Le Personnel de Maison ( Le guide de l employeur Tout ce qu il faut savoir pour l embauche de personnel de maison MISE À JOUR AVRIL 2013 3 bis, rue Mahabou. 97600 Mamoudzou / Tél. : 02 69 61 16 57 LES

Plus en détail

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque Papier Sté Date : Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque La direction de l entreprise : Dont le siège social est situé

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL. Nom :... Prénom :... Ce contrat doit être établi avant l accueil de l enfant.

CONTRAT DE TRAVAIL. Nom :... Prénom :... Ce contrat doit être établi avant l accueil de l enfant. CONTRAT DE TRAVAIL Il est conclu un contrat de travail régi par : la loi n 2005-706 du 27 juin 2005 relative aux assistants maternels et aux assistants familiaux ; le décret n 2006-627 du 29 mai 2006 relatif

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

Chapitre 5 Le départ du salarié

Chapitre 5 Le départ du salarié Chapitre 5 Le départ du salarié Introduction Le départ du salarié entraine une rupture du contrat de travail, prise à l initiative soit - de l employeur : licenciement pour motif personnel ou économique

Plus en détail

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives?

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? 1 sur 5 29/09/2014 09:21 Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex En collaboration avec Cécile Gilbert, Avocat au Barreau de l'eure,

Plus en détail

La gestion de l'emploi en temps de crise : les moyens d'action prévus par le droit du travail

La gestion de l'emploi en temps de crise : les moyens d'action prévus par le droit du travail La gestion de l'emploi en temps de crise : les moyens d'action prévus par le droit du travail Novembre 2010 Table des matières 1. Instruments de maintien dans l emploi... 3 1.1. Sans intervention d une

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Association agréée pour la fourniture de services aux personnes : SAP/N 377891759 N de Siret: 37789175900054 CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Mme/Mr ------------------------------------------,-----------------------------------------------------

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

III. Le temps de travail :

III. Le temps de travail : III. Le temps de travail : III.1. L Organisation, l Aménagement et la Réduction du Temps de Travail (OARTT). Un accord national (l OARTT «national») est négocié entre la Direction Générale et les Organisations

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg. Mon contrat de travail LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG

Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg. Mon contrat de travail LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG F I C H E S I N F O S D U F R O N T A L I E R B E L G O - L U X E M B O U R G E O I S Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg Mon contrat de travail LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG Vous venez de trouver

Plus en détail

Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg

Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg Frontalier et frontalière belge Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG 2 Considérant le développement d un véritable marché de l emploi transfrontalier entre la Belgique

Plus en détail

MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le

MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le mode et la procédure de leur réalisation, sont régis

Plus en détail

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ARTICLE 1 - OBJET Le Compte Epargne Temps permet au salarié, à son initiative, d accumuler des droits à congés rémunérés ou de bénéficier d une rémunération, immédiate

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL LIVRE PREMIER: RELATIONS INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES DU TRAVAIL LIVRE II: REGLEMENTATION ET CONDITIONS DE TRAVAIL

CODE DU TRAVAIL LIVRE PREMIER: RELATIONS INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES DU TRAVAIL LIVRE II: REGLEMENTATION ET CONDITIONS DE TRAVAIL CODE DU TRAVAIL LIVRE PREMIER: RELATIONS INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES DU TRAVAIL LIVRE II: REGLEMENTATION ET CONDITIONS DE TRAVAIL LIVRE III: PROTECTION, SECURITE ET SANTE DES SALARIES LIVRE IV: REPRESENTATION

Plus en détail

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation?

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? LES STAGIAIRES 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? La loi relative à l enseignement supérieur a défini enfin ce qu est un stage en milieu professionnel: il s agit d une «période

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

POLITIQUE. 2013-12-05 (Rés. : CA-20131205-5) AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

POLITIQUE. 2013-12-05 (Rés. : CA-20131205-5) AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE POLITIQUE NUMÉRO DE LA RÉSOLUTION : APPROUVÉ PAR : CA-20130912-8 CONSEIL D ADMINISTRATION DATE DE LA RÉSOLUTION/APPROBATION : 13 septembre 2013 ENTRÉE EN VIGUEUR : DERNIÈRE MISE À JOUR : DATE D ABROGATION

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Les principales questions relatives à l inaptitude physique du salarié. Réunion informations sociales 15 et 18 avril 2013

Les principales questions relatives à l inaptitude physique du salarié. Réunion informations sociales 15 et 18 avril 2013 Les principales questions relatives à l inaptitude physique du salarié Réunion informations sociales 15 et 18 avril 2013 1 L inaptitude : un sujet toujours d actualité Un sujet générateur d un contentieux

Plus en détail

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Avenant n 51 du 22 juin 2010 portant modification de l article 11.1 «Prévoyance» du Chapitre 11 «Prévoyance Mutuelle Retraite» de la Convention Collective

Plus en détail

Guide pour les FRONTALIERS

Guide pour les FRONTALIERS Guide pour les FRONTALIERS F R A N C O - L U X E M B O U R G E O I S 5 ème édition Mai 2012 avec le soutien financier de la Région Lorraine & de la Commission européenne 2 Fondé en 1993, EURES (acronyme

Plus en détail

d apprentissage, ainsi qu à ceux qui effectuent occasionnellement des heures de baby-sitting.

d apprentissage, ainsi qu à ceux qui effectuent occasionnellement des heures de baby-sitting. Contrat-type de travail pour les jeunes gens au pair mineurs J 1 50.15 du 18 janvier 2000 (a) Entrée en vigueur : 1 er février 2000 Vu les articles 359 à 360 du Code des obligations (CO), 1, alinéa 1,

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015 Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 2ème trimestre 2015 V ous recevez votre déclaration

Plus en détail

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel En tant que salarié à part entière, l assistant maternel a droit aux congés payés et aux jours fériés dans le respect de la législation en

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) INDEMNISATION L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans Pour qui? Pour vous si : vous avez travaillé

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Table des matières. Hervé Deckers et Laurent Dear

Table des matières. Hervé Deckers et Laurent Dear Table des matières Avant-propos 7 Hervé Deckers et Laurent Dear étendue et limites de la protection 11 Jacques Clesse et Sabine Cornélis Introduction 11 Section 1. L évolution de la protection de 1948

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE. Règles Générales

REGLEMENT MUTUALISTE. Règles Générales REGLEMENT MUTUALISTE Le présent règlement mutualiste est régi par le nouveau Code de la mutualité tel qu institué par l ordonnance N 2001-350 du 19/04/2001, complétée par les directives communautaires

Plus en détail

VI. travail et assurances sociales

VI. travail et assurances sociales VI. travail et assurances sociales A quelles règles êtes-vous soumis en tant qu employeur Ce chapitre vous fournit des indications sur les charges sociales obligatoires et sur certains aspects importants

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LA CONVENTION N 002 ENTRE D UNE PART FIMASER S.A. ET D AUTRE PART CARDIF-VIE S.A.

CONDITIONS GENERALES DE LA CONVENTION N 002 ENTRE D UNE PART FIMASER S.A. ET D AUTRE PART CARDIF-VIE S.A. CONDITIONS GENERALES DE LA CONVENTION N 002 ENTRE D UNE PART FIMASER S.A. ET D AUTRE PART CARDIF-VIE S.A. ARTICLE 1 : DEFINITIONS ASSURANCE DECES / INCAPACITE DE TRAVAIL A. Assuré : Tout emprunteur ou

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE Les numéros indiqués sont ceux des pages Les mots suivis d un astérisque renvoient à des définitions synonymes Une table thématique figure aux pages 13 à 20 et une table

Plus en détail

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Congé de maternité 2 Pour les salariées 2 Congé prénatal 2 Congé postnatal 2 Formalités administratives

Plus en détail

AVENANT DU 6 AVRIL 2006

AVENANT DU 6 AVRIL 2006 Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales Direction du Développement Social Compte Epargne Temps AVENANT DU 6 AVRIL 2006 13/04/06 1 Sommaire PREAMBULE...3 ARTICLE 1 : CHAMP D APPLICATION...3

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Les assistants maternels. employès par des particuliers

Les assistants maternels. employès par des particuliers Les assistants maternels employès par des particuliers Sommaire Références 1 - OBLIGATIONS GÉNÉRALES 2 2 - LE CONTRAT DE TRAVAIL 3 et 4 3 - PÉRIODE D ESSAI 4 4 - DURÉE DE L ACCUEIL 5 5 - RÉMUNÉRATION

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

GUIDE DE LA PORTABILITE

GUIDE DE LA PORTABILITE GUIDE DE LA PORTABILITE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Présentation du dispositif de Portabilité et Répercussions sur vos contrats Complémentaires Santé / Prévoyance

Plus en détail

11 / 2012 INFO-CENTER MES DROITS EN CAS DE LICENCIEMENT WWW.LCGB.LU I BLOG.LCGB.LU I INFOCENTER@LCGB.LU

11 / 2012 INFO-CENTER MES DROITS EN CAS DE LICENCIEMENT WWW.LCGB.LU I BLOG.LCGB.LU I INFOCENTER@LCGB.LU INFO-CENTER 11 / 2012 DOSSIER SPÉCIAL MES DROITS EN CAS DE LICENCIEMENT WWW.LCGB.LU I BLOG.LCGB.LU I INFOCENTER@LCGB.LU LCGB - INFO-CENTER Hotline: (+352) 49 94 24 222 8h30-12h00 Email: infocenter@lcgb.lu

Plus en détail

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS (7BB) ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS Entre les parties L UNITE ECONOMIQUE ET SOCIALE UES du GROUPE MALAKOFF représentée par Monsieur Stéphane ROSTAND Directeur des Ressources Humaines Et Les représentants

Plus en détail

SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012

SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012 FLASH N 46-01/10/2012 SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012 ADAPTATION DES SALAIRES ET INDEMNITES à dater du 1 er octobre 2012 Pour les employés (CP 226), conformément à l accord sectoriel 2011-2012 et

Plus en détail

INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL

INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL Docteur Anne Gillet Docteur Jacques Darmon INTRODUCTION Une judiciarisation de plus en plus importante des relations sociales avec interventions

Plus en détail