Chapitre 1 : ONDES ET PARTICULES : Supports de l information

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 1 : ONDES ET PARTICULES : Supports de l information"

Transcription

1 THEME Sous -thème OBSERVER Ondes et particules Chapitre 1 : ONDES ET PARTICULES : Supports de l information NOTIONS ET CONTENUS Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre Les ondes dans la matière Houle, ondes sismiques, ondes sonores. Magnitude d un séisme sur l échelle de Richter. Niveau d intensité sonore Détecteurs d ondes (mécaniques et électromagnétiques) et de particules (photons, particules élémentaires ou non) COMPETENCES ATTENDUES - Extraire et exploiter des informations sur l absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre et ses conséquences sur l observation des sources de rayonnements dans l Univers. - Connaître des sources de rayonnement radio, IR et UV. - Extraire et exploiter des informations sur les manifestations des ondes mécaniques dans la matière. - Connaître et exploiter la relation liant le niveau d intensité sonore à l intensité sonore. - Extraire et exploiter des informations sur : des sources d ondes et de particules et leurs utilisations / un dispositif de détection. SOMMAIRE I. Rayonnements dans l Univers. 1. Nature du rayonnement. 2. Les sources de rayonnement. 3. Absorption et détection des rayonnements. 4. Réutilisations par l Homme. - Pratiquer une démarche expérimentale mettant en œuvre un capteur ou un dispositif de détection. II. Les ondes dans la matière. 1. Nature de ces ondes. 2. Source, manifestations et détection des ondes mécaniques. 3. Le niveau d intensité sonore. Activité expérimentale : Utilisation d un oscilloscope ACTIVITE Activité documentaire : Atmosphère et rayonnements dans l Univers 18 ; 22 ; 24 ; 26 p p 63 EXERCICES MOTS CLES Rayonnements, ondes électromagnétiques, fréquence, longueur d onde, célérité, domaines spectraux, détection, niveau d intensité sonore. M.Meyniel 1/7

2 LES SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES EN TERMINALE SCIENTIFIQUE De nos jours, dans notre société, les informations arrivent de toutes parts, de tous ordres et immédiatement. La formation de l esprit est donc nécessaire pour transformer l information en connaissance à acquérir (les 2 facettes indissociables de l activité éducative). Le programme de TS s inscrit alors dans le prolongement de celui de 1 S en approfondissant la formation à la démarche scientifique afin de consolider les compétences déjà rencontrées et d en acquérir deux nouvelles : extraire et exploiter les informations. Pour cela, divers supports multiples seront proposés (textes de vulgarisation et scientifiques en français ou non, graphiques, tableaux de données, vidéos, signaux, spectres, modèles, expériences simulées ou réalisées, ). L extraction a pour but de s interroger de manière critique sur la valeur scientifique des informations, sur la pertinence et de choisir de façon argumentée ce qui est à retenir par rapport à une information surabondante et parfois erronée (où la connaissance objective et rationnelle doit être distinguée de l opinion et de la croyance). L exploitation passera ensuite par l étape d identification des grandeurs physiques ou chimiques et par celle de modélisation. Cette formalisation pourra conduire à l établissement d équation et leur traitement, numérique comme graphique. Le but est donc de raisonner avec méthode et de mettre en œuvre avec rigueur l ensemble des étapes permettant d aboutir à une solution au problème posé. Le recours à l outil mathématique pourra se faire mais sans le lieu commun. L exploitation sera aussi menée de façon qualitative mais toujours avec rigueur (analyse dimensionnelle, examen préalable des phénomènes en cause, comparaison des o.g, peuvent permettre une simplification efficace et amener une résolution rapide à un problème a priori complexe). Ainsi, on apprendra à faire un peu de physique-chimie «avec les mains» afin de savoir communiquer en tant que scientifique avec des non-scientifiques. Enfin, on prendra soin d effectuer une analyse critique des résultats obtenus notamment en comparant les effets attendus et ceux observés. L exploitation d un résultat apparaîtra alors comme : - un moyen de validation ou non des hypothèses faites lors d une modélisation - le point de départ d un réinvestissement à l interface entre «comprendre» et «agir». Dans cette optique de formation de l esprit, le programme de TS comme celui de 1 S s articule autour des 3 grandes phases de la démarche scientifique : observer, comprendre et agir en partant de questionnements sur notre quotidien. M.Meyniel 2/7

3 OBSERVER : ONDES ET MATIERE Toute démarche scientifique débute sur l observation. * La vie sur Terre n est autorisée que par la présence du Soleil à son voisinage (condition nécessaire mais non suffisante à la vie autres conditions : ie l eau sous 3 états). Pourquoi? parce qu il apporte l énergie première. Comment? via son rayonnement. * Par ailleurs, de nos jours, avec le dérèglement climatique, de plus en plus de catastrophes naturelles se produisent à l instar des séismes, des raz-de-marée, phénomènes de nature ondulatoire. * L Homme sait également fabriquer de la lumière, visible ou non, ou bien émettre des ondes radio, sonores. Il en ressort que, dans notre quotidien, les rayonnements et les ondes sont continuellement en interaction avec la matière. Mais toutes ces phénomènes n ont pas forcément la même nature, pas le même support ou la même énergie. L illustration de ce premier thème va donc s appuyer sur ce phénomène d onde et de rayonnement dans sa globalité. Dans un premier temps, nous illustrerons, de manière non exhaustive, les sources de rayonnement extraterrestres et les sources d onde terrestres (notamment les ondes sonores) en essayant de préciser leur nature. Cela permettra de revoir les particules élémentaires ou composites (noyau, atomes, molécules) supports, tout aussi précieux que les ondes, de l information. Nous en profiterons alors pour nous intéresser à leur détection afin de recueillir les données qu elles véhiculent. Dans un 2 ème temps, d après leurs observations, nous essayerons de déterminer les caractéristiques et les propriétés des ondes en définissant les grandeurs physiques associées. Et, toujours dans un souci d observation, nous mettrons en exergue certains phénomènes propres aux ondes (comme la diffraction, les interférences ou encore l effet Doppler) tout en pointant leur intérêt et l utilisation que l on peut en faire. Importance de connaître pleinement un phénomène pour pouvoir le réutiliser. Enfin, si l effet Doppler permet une investigation en astrophysique, nous verrons que les ondes véhiculent bien d autres informations comme nous l avons fait en seconde avec la lumière visible venant des étoiles pour déterminer leur température et leur composition. Ici, nous élargirons notre étude sans se restreindre au domaine du visible en nous portant plutôt cette fois sur l infiniment petit. Prérequis - Signal périodique : motif, période (définition, détermination graphique, unité) / fréquence (f = 1/T) - Ondes : vitesse de propagation (v = d/ t, dépend du type d onde et du milieu), onde sonore (v = 340 m.s -1, pas de propagation dans le vide, domaine d audibilité [20 ; Hz]), OEM (c = 3, m/s, domaine de visibilité = domaine de fréquence restreint entre UV et IR) - Sources de lumière : lumière mono- ou polychromatique selon nombre de radiations émises par la source, notion de longueur d onde λ et domaine de visibilité [400 ; 800 nm], longueur d onde dans le vide λ 0 = c/f, notion d indice optique n = c/v - Spectres d émission et d absorption - Matière colorée : absorbance A (grandeur positive ou nulle, sans dimension, liée à l intensité de la lumière absorbée par une espèce en solution, dépend de la longueur d onde) mesurée par spectrophotomètre, spectre d absorption de la solution = graphe A = f(λ), loi de Beer-Lambert A = ε λ.l.c (l en cm et c en mol.l -1 ) avec le coefficient d absorption molaire fonction de la longueur d onde ; la loi étant additive A = A i - Groupes caractéristiques et classes fonctionnelles : alcool (groupe hydroxyle OH), aldéhyde et cétone (groupe carbonyle C=O), acide carboxylique (groupe carboxyle COOH) M.Meyniel 3/7

4 ONDES ET PARTICULES : SUPPORT DE L INFORMATION Les observations au voisinage de la Terre ou même dans tout l Univers mettent en exergue le transport d informations par les ondes et autres rayonnements. Mais qu elle est la nature de ces ondes? de ces rayonnements? Comment les détecte-t-on? C est ce que nous allons voir dans ce chapitre en nous intéressant à ces moyens de transport d informations. Nous essayerons de déterminer leur nature puis leur provenance, leur source. Dès lors, il conviendra d étudier les moyens de détection dont nous disposons afin de pouvoir exploiter leurs données voire les réutiliser. Pour cela, nous verrons dans un premier temps ce qu il en est des informations véhiculées dans l Univers avant de redescendre sur Terre dans un second temps. I. Rayonnements dans l Univers. 1. Nature du rayonnement. L énergie solaire nous parvient par rayonnement. Le rayonnement constitue donc un mode de transport d énergie. On distingue 2 types de rayonnement : * l émission de particules telles que les protons, neutrons, noyaux d hélium, neutrinos, électrons (provenant hypothétiquement de supernovas, explosions d étoile en fin de vie (donc froides) et très massives. Les particules subiraient ensuite différentes modifications au cours de leur voyage spatiale). * l onde électromagnétique OEM. Chaque OEM, appelée aussi radiation, est caractérisée par sa fréquence ν (Hz) ou sa longueur d onde dans le vide λ 0 (m). Ces 2 grandeurs physiques sont liées par la relation : λ 0 = c / ν c = 3, m.s Les sources de rayonnement. célérité de la lumière dans le vide TOUS les objets célestes émettent des rayonnements. Lors de l émission de particules, ces dernières interagissent avec de la matière ou des champs magnétiques (on parle alors de rayonnement synchrotron) engendrant des OEM. Les OEM sont regroupées dans divers domaines selon la quantité d énergie transportée : Interactions des particules cosmiques (proton, noyaux d hélium) avec les gaz interstellaire (proche du vide) Naines blanches, étoiles à neutrons Etoile très chaudes T > K = rayonnement cosmique 0,1 nm 10 nm 1 mm 1 m longueur d onde λ (m) rayons γ rayons X fréquence UV visible infrarouge µ-ondes ondes radio ou hertziennes ν (Hz) Etoile froides T < K Gaz froids, supernovae, poussière interstellaire, planètes, astéroïdes, restes du Big Bang Le domaine du visible est restreint et s étend entre [400 ; 800 nm]. On distingue : - les sources chaudes : particules à haute fréquence, λ < 400 nm => Haute énergie. - les sources froides : particules de faible fréquence, λ > 800 nm => Faible énergie. [Cf 2 de : enrichissement du spectre vers le violet lorsque la température augmente] M.Meyniel 4/7

5 3. Absorption et détection des rayonnements. Les rayonnements se propagent dans le vide et dans des milieux matériels. Dans la matière, il peut y d ailleurs y avoir une interaction. Document 1 : Exemples d absorption de rayonnements au niveau de l atmosphère * Les astroparticules peuvent produire des particules secondaires comme les muons, abondants en milieu marin * Le vent solaire, flux particulaire (protons + électrons issus de collisions violentes entre atomes d hydrogène) émis par le Soleil et dévié vers les pôles par le champ magnétique terrestre, interagit avec les molécules de l air comme l ozone pour produire des photons d OEM visibles. On parle alors d aurores polaires. * Les rayonnements ionisants (γ et X) sont totalement absorbés par les constituants de l atmosphère (protoxyde d azote N 2 O, dioxygène O 2 et ozone O 3 ). * Les rayons UV sont partiellement absorbés : les UV C, les plus dangereux, sont absorbés contrairement aux UV B qui brûlent et aux UV A qui permettent de bronzer (ces derniers sont cependant absorbés par les nuages). * Le domaine du visible n est quasiment pas absorbé : on parle alors de fenêtre visible. * Le proche IR est essentiellement absorbé par la vapeur d eau et le dioxyde de carbone CO 2 conduisant à un l effet de serre. * Les micro-ondes et les ondes radio ne sont quasiment pas absorbés : on parle de la fenêtre radio. Document 2 : Détection des rayonnements L étude des rayonnements impose leur détection. Cas des particules : * Dans une chambre à brouillard, une particule chargé provoque la condensation de la vapeur en minuscule gouttes d eau matérialisant ainsi la trajectoire de la particule. Cette dernière, selon les paramètres, fournit alors des informations sur la charge et la masse des particules. * Le compteur Geiger détecte les particules α, β, γ. Cas des OEM : * L œil constitue un détecteur naturel. Les cellules de la rétine sont photosensibles et engendrent un message électrique transmis au cerveau par le nerf optique. * Une antenne permet de capter les ondes radio qui y engendrent une vibration électronique et donc un signal électrique. * Un capteur CCD est constitué de nombreuses cellules photoélectriques (pixels) qui produisent un signal électrique en fonction du domaine spectrale incident. Contraintes d observation Si tout le rayonnement est absorbé par une matière, celle-ci est dite opaque à ce rayonnement et empêche alors sa détection. La détection nécessite donc une matière transparente afin que tout le rayonnement ne soit pas absorbé. Ainsi, on préfère utiliser les RX pour étudier un squelette car non absorbé par les organes et la peau (mais par l air) ou pour regarder à travers un sac ou une valise. L absorption des rayons X, γ et d une partie des UV par l atmosphère impose la satellisation d instruments de détection (télescope Hubble). Rq : * Une antenne-rateau augmentaient le nombre d OEM détectées et donc la qualité de l information. Une antenne parabolique (copie forme œil) facilite encore plus la concentration des rayonnements. 4. Réutilisations par l Homme. Dans tous les domaines, l Homme s est inspiré de la Nature et des phénomènes dans l Univers pour inventer améliorer son confort et bien-être dans la vie de tous les jours. Le domaine des OEM ne fait pas exception : Ondes radio : géolocalisation (GPS), téléphonie mobile, radiodiffusion, télévision, wi-fi Micro-ondes : four à micro-ondes (ondes à 2,5 GHz qui permet de faire vibrer les molécules d eau) IR : télécommande, vision nocturne ( émet IR), thermomètre auriculaire, effet de serre (Terre émet IR) UV : cabine de bronzage, détection faux billet, potabilisation de l eau, le Soleil RX : radiographie médicale (les os absorbent les rayons X et apparaissent blancs, cf photo) Rγ : éléments radioactifs, scintigraphie, radiothérapie anticancérigène M.Meyniel 5/7

6 II. Les ondes dans la matière. 1. Nature de ces ondes. Certaines ondes ne peuvent pas se propager dans le vide. Elles nécessitent un milieu matériel pour se propager. On parle des ondes mécaniques. 2. Source, manifestations et détection des ondes mécaniques. Pour donner naissance à une onde mécanique, un apport d énergie dans un milieu matériel est nécessaire. La perturbation se propage alors à partir de la source (lieu de naissance) modifiant localement et temporairement certaines propriétés (vitesse, position, pression, ) du milieu matériel dans lequel elle se trouve. Document 3 : Exemples d ondes mécaniques * Le vent apporte l énergie à la surface de l eau engendrant la houle : mouvement ondulatoire à la surface de la mer. Lors de tempête, elle peut être forte et détruire des constructions (digues, ports, ), * La membrane d un haut-parleur vibre comprimant puis dilatant la couche d air avec laquelle elle est en contact engendrant des ondes sonores : les molécules de gaz se rapprochent (compression) puis s éloignent (dilatation) les unes des autres engendrant des variations de pression. Si ces variations sont très rapides et de grandes amplitudes, on parle d onde de choc produite par une explosion ou un vol supersonique. Les effets destructeurs peuvent être alors importants. * La rupture des roches au niveau des zones de contact entre les plaques tectoniques engendre des ondes sismiques : l analyse des tracés des sismographes permet de définir trois types d ondes. - Les ondes les plus rapides, les premières à s inscrire sur le sismographe, sont appelées les ondes primaires ou ondes P. Elles correspondent à des mouvement longitudinaux. Leur vitesse varie de 3,5 à 14 km.s -1 selon les roches traversées. - Les ondes secondaires ou ondes S correspondent à des mouvements transversaux. Elles se propagent 1,7 fois moins vite que les ondes P. - Les ondes L, ondes de surface, sont les plus lentes mais ont une grande amplitude. Elles correspondent à des mouvements très complexes de «torsion» du sol. Les ondes S et L sont les plus destructrices. L énergie libérée est souvent mesurée par rapport à l échelle logarithmique de Richter (chaque unité correspond à une multiplication par 10 environ). Les ondes mécaniques, comme les OEM, transportent de l énergie sans transporter de matière. Document 4 : Détection des ondes mécaniques Comme pour les OEM, un capteur permet de transformer une grandeur physique du milieu modifiée par la perturbation en une grandeur facile à exploiter, souvent en énergie électrique. Ex : * Dans un sismomètre, des capteurs électromécaniques transforment les mouvements du sol en signaux électriques. * Dans notre oreille, les cellules ciliées derrière le tympan oscille avec l air engendrant des signaux électriques véhiculés par le nerf auditif. Il en va de même pour un microphone. Réutilisations par l Homme : Les données électriques recueillies par les capteurs permettent l exploitation des informations transmises. Ex : * Les données sismiques permettent de géolocaliser l épicentre d un séisme, de calculer la vitesse des ondes, de connaître les propriétés des couches traversées, * Lors d une échographie, des ondes ultrasonores sont envoyées par l émetteur. A chaque interface des tissus rencontrés, ces ondes sont en partie réfléchies et en partie transmises. Le récepteur capte alors les ondes réfléchies et engendre un signal électrique. Un traitement numérique des données collectées permet la reconstitution d une image. * Utilisation des ultrasons pour déterminer à quel moment récolter les cannes à sucres puisque la vitesse des ultrasons dépend de la concentration en sucre. Ainsi, la production peut être optimisée. M.Meyniel 6/7

7 3. Le niveau d intensité sonore. L oreille humaine normale perçoit des sons dont les fréquences sont comprises entre 20 Hz et 20 khz fréquence (Hz) infrasons sons audibles ultrasons longueur d onde (m) 17 sensibilité maximale 0,017 de l oreille Certains sons captés par l oreilles sont perçus de manière désagréable voire douloureuse selon l intensité sonore. L intensité sonore caractérise la puissance énergétique reçue par l oreille et s exprime en W.m -2. Pour l oreille humaine, un son est perceptible si l intensité sonore est comprise entre (seuil d audibilité) et 25 W.m -2 (seuil de douleur). Or cette sensation physiologique n est pas proportionnelle à cette intensité sonore. En effet, lorsque l on assiste à un concert, les intensités sonores dues à chaque instrument s ajoutent, mais le son ne paraît pas proportionnellement plus fort. C est pourquoi, on définit une nouvelle grandeur liée à la sensibilité de l oreille humaine qui utilise une échelle logarithmique est aisée à exploiter : le niveau sonore L (level). Le niveau d intensité sonore est défini par la relation : L = 10.log ( I I 0 ) avec I 0 = 1, W.m -2 L s exprime en décibel (db). (seuil d audibilité) Le niveau sonore varie entre 0 (seuil d audibilité) et 120 db (seuil de douleur) et se mesure avec un sonomètre. Ex d application : Soit 2 bassistes jouant à la même intensité sonore. Quelle est la variation du niveau sonore perçu par l oreille si un seul bassiste jouait juste précédemment toujours à la même intensité? A faire Lorsque l intensité sonore est multipliée par 2, le niveau sonore augmente de 3 db. Rq : * La durée d exposition joue un rôle sur les effets du bruit supporté : douleur au bout de 15 min près de travaux publics à 110 db. Conclusion : Les ondes et les particules constituent donc des supports d information pour les objets célestes et leur composition (particules + radiations émises/absorbées), leur température et pour la Terre et sa composition interne avec les ondes sismiques. Leur observation est donc primordiale. Et pour avoir accès à ces informations, l Homme a développé des détecteurs toujours plus performants en tenant compte des contraintes existantes. Ainsi, il a pu déterminer les caractéristiques de ces ondes et en étudier les propriétés afin de les réutiliser. C est ce que nous continuerons à voir dans le prochain chapitre. Compétences - Extraire et exploiter des informations sur l absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre et ses conséquences sur l observation des sources de rayonnements dans l Univers. - Connaître des sources de rayonnement radio, IR et UV. - Extraire et exploiter des informations sur les manifestations des ondes mécaniques dans la matière. - Connaître et exploiter la relation liant le niveau d intensité sonore à l intensité sonore. - Extraire et exploiter des informations sur : des sources d ondes et de particules et leurs utilisations / un dispositif de détection. - Pratiquer une démarche expérimentale mettant en œuvre un capteur ou un dispositif de détection. M.Meyniel 7/7

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Matériel : Logiciel winoscillo Logiciel synchronie Microphone Amplificateur Alimentation -15 +15 V (1) (2) (3) (4) (5) (6) ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Connaissances et savoir-faire

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique Fiches PROGRAMME 2012 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Chapitre 4 : Rayonnements et particules

Chapitre 4 : Rayonnements et particules 1. Définitions Chapitre 4 : Rayonnements et particules Un rayonnement (ou radiation) est l émission ou la transmission d'énergie transportée par une onde électromagnétique (ou OEM) ou une particule (proton,

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

CHAPITRE 1 : ONDES ET PARTICULES

CHAPITRE 1 : ONDES ET PARTICULES CHAPITRE 1 : ONDES ET PARTICULES Lycée International des Pontonniers Septembre 2016 1. Rayonnements dans l Univers 1.1. Rayonnement électromagnétique solaire - un spectre très étendu : des ondes radio

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Séquence 1. Ondes et matière. Sommaire

Séquence 1. Ondes et matière. Sommaire Séquence 1 Ondes et matière Problématique Des sources «froides» (rayonnement cosmologique, nuages interstellaires, corps solides, etc.) aux plus «chaudes» (étoiles et sources associées), en passant par

Plus en détail

2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4

2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4 2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4 Nom Prénom : Note : / 20 Cours / 5 Exercices d application / 9 Résolution de problème ou analyse de documents / 6 Partie A : Questions de cours 5 points

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température.

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température. Chapitre 1 : Ondes et particules, support d information Sources de rayonnements doc 1 : le rayonnement électromagnétique. Le Soleil, comme tous les corps célestes, émet des rayonnements électromagnétiques

Plus en détail

TP 1 : Détecteurs d'ondes et de particules - Correction

TP 1 : Détecteurs d'ondes et de particules - Correction TP : étecteurs d'ondes et de particules - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur des sources d'ondes et de particules et sur un dispositif de détection. Pratiquer une démarche

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale Ondes acoustiques ; acoustique musicale On appelle onde mécanique le phénomène de propagation d une perturbation dans un milieu élastique, sans transport de matière mais avec transport d énergie. L exemple

Plus en détail

ONDES ET PARTICULES : SUPPORT DE L INFORMATION

ONDES ET PARTICULES : SUPPORT DE L INFORMATION ONDES ET PARTICULES : SUPPORT DE L INFORMATION Les observations au voisinage de la Terre ou même dans tout l Univers mettent en exergue le transport d informations par les ondes et autres rayonnements.

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler. THEME : Observer ondes et matière. Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV

Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler. THEME : Observer ondes et matière. Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV THEME : Observer ondes et matière Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler I Présentation de l effet Doppler Ecouter les fichiers Audio

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

PARTIE I : OBSERVER. Chapitre 1

PARTIE I : OBSERVER. Chapitre 1 PARTIE I : OBSERVER Extraire et exploiter des informations sur l absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre et ses conséquences sur l observation des sources de rayonnements dans l Univers.

Plus en détail

Chapitre «Couleur des objets»

Chapitre «Couleur des objets» Lycée Joliot Curie à 7 PHYSIQUE - Chapitre II Classe de 1 ère S Chapitre «Couleur des objets» La sensation de couleur que nous avons en regardant un objet dépend de nombreux paramètres. Elle dépend, entre

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Exercice 1 : Question de cours. Q1 : Que faut-il pour que la troisième loi de Newton s applique à deux corps A et B en interaction? Q2 : Qu observe t-on lorsque l on réalise

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 4 Les lampes au quotidien Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus Différentes sources de lumière : étoiles, lampes variées, laser, DEL,

Plus en détail

RDP : Combien de photons pour une photo?

RDP : Combien de photons pour une photo? 1S Thème : Observer RDP : Combien de photons pour une photo? DESCRIPTIF DU SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution

Plus en détail

Acoustique musicale et physique des sons

Acoustique musicale et physique des sons TP DE PHYSQIUE N 8 SPECIALITE TS 1/6 ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Objectifs TP de physique N 8 Acoustique musicale et physique des sons Connaître le domaine des fréquences audibles pour l oreille

Plus en détail

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel I n t r o d u c t i o n Quelques données générales La Terre est née il y a 4,5 milliards d années. L eau a alors permis la naissance de la vie. Il

Plus en détail

2) Vitesse de propagation des ondes sonores : Soit d la distance parcourue par l onde sonore pendant une durée t, avec une vitesse v, alors :

2) Vitesse de propagation des ondes sonores : Soit d la distance parcourue par l onde sonore pendant une durée t, avec une vitesse v, alors : Ch. 5 ONDES ET IMAGERIE MEDICALE Objectifs : Connaître la définition et la distinction d une onde sonore et d une onde électromagnétique (domaines de fréquence ) Connaître les vitesses de propagation de

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche?

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? Introduction de dossier : Newton, dans sa vision de la blancheur de la lumière solaire résultant de toutes les 3 couleurs primaire

Plus en détail

Les télécommunications par ondes hertziennes datent d un peu plus d un siècle :

Les télécommunications par ondes hertziennes datent d un peu plus d un siècle : Un peu d Histoire Les télécommunications par ondes hertziennes datent d un peu plus d un siècle : 1831 : Découverte de l induction par Michael Faraday (1791 1867) : Production d effets électriques à distance

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

Spectroscopie infra-rouge

Spectroscopie infra-rouge Chimie organique 8 : Spectroscopie infra-rouge Jusqu au début du XX ème siècle, l identification de molécules organiques constituait un lourd travail. Les grosses molécules étaient d abord fragmentées

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Frédéric Clette Observatoire Royal de Belgique World Data Center SILSO Structure interne 2 a L atmosphère solaire cm 3 3 Un large spectre de

Plus en détail

TS - I.4 Les ondes sonores et ultrasonores Synthèse

TS - I.4 Les ondes sonores et ultrasonores Synthèse Les ondes sonores et ultrasonores Sommaiire -I- Qu'est-ce qu'un son? ------------------------------------------------2 -II- La réception sonore: L oreille. ----------------------------------------2 -III-

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS Pr. S.SECK GASSAMA INTRODUCTION La terre et les êtres vivants qui la peuplent sont exposés de façon continue ou discontinue à différents types de rayonnements. Pour comprendre

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

La détection des ondes et des particules

La détection des ondes et des particules Chapitre 1 La détection des ondes et des particules La majorité des rayonnements, ondes et particules, qui nous parviennent sont invisibles. Ceci explique le temps qu il a fallu pour les capter, les utiliser

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Figure 1. radiotélescope

Figure 1. radiotélescope O1 Activité 1 1) Replacez dans les cadre, sous le schéma, le type d'ondes correspondant :rayons X, infrarouge (IR), millimétrique ou micro-ondes (mm), rayons gamma (γ), visible (V), radio, ultraviolet

Plus en détail

Chapitre 1 Ondes électromagnétiques

Chapitre 1 Ondes électromagnétiques Chapitre 1 Ondes électromagnétiques 1. Formules 2. Dualité onde-particule 3. Les types d ondes électromagnétiques 4. La thermoluminescence 5. Les applications des ondes électromagnétiques 6. Application

Plus en détail

De la seconde à la première S. en sciences-physiques et chimiques

De la seconde à la première S. en sciences-physiques et chimiques De la seconde à la première S en sciences-physiques et chimiques programme pour une transition réussie La seconde La première Les TPE Évaluation diagnostic A vous de jouer Le site Les sciences au lycée

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Techniques d analyses d œuvres d art

Techniques d analyses d œuvres d art Rappels : Pour espérer réussir à faire une conversion il est indispensable de connaître le tableau de multiples et sous multiples suivant : Gm Mm km m mm µm nm Pour convertir des centimètres en kilomètres,

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale Automne 2011 Nom : Chaque question à choix multiples vaut 3 points 1. Une lentille convergente dont l indice de réfraction est de 1,5 initialement

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Les ondes sonores et visuelles

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Les ondes sonores et visuelles Notes d'études secondaires Sciences et technologie 316 Les ondes sonores et visuelles Nom: Prénom: Groupe: Date: 1 LES ONDES Une onde est une perturbation qui se propage. Une onde transporte de l énergie,

Plus en détail

ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES

ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES 1. Vitesse de la lumière 1.1 Formules 1.2 Valeurs 2. Dualité onde-corpuscule 3. Types d ondes électromagnétiques et applications 4. Utilisation des rayons 4.1 La lumière visible 4.2 Les ultra-violets 4.3

Plus en détail

PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013

PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013 PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013 Classe : Terminale S Section linguistique : toutes Matière : Physique et Chimie Obligatoire Langue d enseignement : français Nom de l ensei gnant : GOULARD Hélène Nombre

Plus en détail

Caractériser une onde. Caractériser une onde progressive à une dimension. A) Je sais donner la définition d une onde progressive à une dimension

Caractériser une onde. Caractériser une onde progressive à une dimension. A) Je sais donner la définition d une onde progressive à une dimension d Caractériser une onde! PLAN 1 Caractériser une onde progressive à une dimension A) Je sais donner la définition d une onde progressive à une dimension Une onde progressive à une dimension est une perturbation

Plus en détail

Le Soleil Les étoiles

Le Soleil Les étoiles Le Soleil Les étoiles Le soleil est une étoile paramètres: Rayon: 695997 km ~ 109 rayons terrestres Masse: 1.989 10 30 kg ~ 333000 masses terrestres Luminosité: 3.826 10 26 W Température de surface: 5770

Plus en détail

Résumé de cours : Spectres Infrarouge

Résumé de cours : Spectres Infrarouge Résumé de cours : Spectres Infrarouge I. Introduction : Le rayonnement infrarouge (IR), invisible à l œil nu, est situé dans domaine de longueur d onde supérieur à 800 nm. Lorsqu un échantillon est traversé

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

f m 280 Hz 0,30x1,0.10

f m 280 Hz 0,30x1,0.10 CORRECTION DU TP PHYSIQUE N 12 SPECIALITE TS 1/5 LA RECEPTION RADIO Correction du TP de physique N 12 La réception radio Activité préparatoire Les stations radios : nécessité d un dispositif récepteur

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

GENERALITES SUR LE BRUIT

GENERALITES SUR LE BRUIT GENERALITES SUR LE BRUIT SES CARACTERISTIQUES PHYSIQUES Pression atmosphérique durée Un son est constitué par une vibration sonore produite par des variations plus ou moins rapides de la pression atmosphérique

Plus en détail

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE Lycée International des Pontonniers Novembre 2015 I. Généralités 1. Spectre d absorption - Lorsqu elle traverse une substance autre que l air ou le vide, la lumière

Plus en détail

D où viennent les couleurs de l arc en ciel?

D où viennent les couleurs de l arc en ciel? Matériel : Lampe lumière blanche, prisme, lentille convergente, moteur, disque de Newton. Playmobil de différentes couleurs, lampe et filtres colorés. D où viennent les couleurs de l arc en ciel? 1. Observations

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO 20 mars 2014

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO <jiayin.gao@univ-paris3.fr> 20 mars 2014 Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO 20 mars 2014 La phonétique acoustique La phonétique acoustique étudie les propriétés physiques du signal

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE3-1 : Physique Chapitre 4 : Les ondes Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. IV- Les ondes Finalité du chapitre Pour

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs 17 POLYNÉSIE FRANÇAISE JUIN 2006 PARTIE I 13 POINTS Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs Document 1 Les tribulations d un sirop Trois phénomènes se combinent pour expliquer la couleur

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE 1-Les Objectifs du chapitre. Ce que je dois connaître Définition de absorbance, transmittance, nombre d'onde. La loi de Beer-Lambert notions de déplacement chimique

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

SE PROTEGER DU BRUIT

SE PROTEGER DU BRUIT SE PROTEGER DU BRUIT Situation : La «consommation» de musique amplifiée est aujourd hui en pleine expansion : de plus en plus de jeunes vont en concert, en discothèque et écoutent quotidiennement un baladeur.

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

I.M.A Institut de Maintenance Aéronautique Rue Marcel Issartier 33700 MERIGNAC. Propriétés de l atmosphère et aéronautique

I.M.A Institut de Maintenance Aéronautique Rue Marcel Issartier 33700 MERIGNAC. Propriétés de l atmosphère et aéronautique I.M.A Institut de Maintenance Aéronautique Rue Marcel Issartier 33700 MERIGNAC Propriétés de l atmosphère et aéronautique Janvier 2007 O.LOSEILLE Plan du cours I. Atmosphère réelle I.1 Chimiquement I.2

Plus en détail

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR)

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) 1 Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Pour déterminer la formule développée d une molécule, on peut utiliser diverses méthodes : Des méthodes chimiques

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE Réalisation : Pierre Bischoff, sous la direction de François Mangenot CNDP d Alsace, 1997 Durée : 04 min 07 s À l aide d expériences filmées et d animations

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail