La perte de la souveraineté : Rousseau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La perte de la souveraineté : Rousseau"

Transcription

1 La perte de la souveraineté : Rousseau Cet entretien porte un titre particulier, peut- être même intriguant, et pour comprendre le sens de la perte, il nous faut d abord comprendre ce qu est la souveraineté. Ce concept a reçu de nombreuses définitions au cours de l histoire philosophique. Il a signifié la capacité à diriger le peuple par la grâce divine durant la presque totalité du moyen âge occidental. Puis le pouvoir de donner la loi et de la faire appliquer, dans le cadre du contrat social de Hobbes. Plus récemment, le penseur allemand Carl Schmitt la présentait comme la capacité à agir et prendre des décisions dans des situations d urgence. Nous laisserons de côté ces approches de la souveraineté pour la penser, avec Rousseau, comme le pouvoir politique issu de la volonté générale. Nous tenterons alors de montrer qu il y a perte de la souveraineté populaire au profit d une étroite portion de la société, portion que nous pourrions nommer l oligarchie ou la ploutocratie. Il nous faudra analyser cette perte de la souveraineté, mais, avant tout, tentons d éclaircir le concept à partir du Contrat social de Rousseau. La souveraineté : le pouvoir au peuple! Pourquoi avoir choisi Rousseau afin de définir le concept de souveraineté? Puisque nous approuvons son association directe entre le pouvoir politique et la société civile dans son ensemble, faisant de lui un penseur essentiel de la démocratie, réelle cette fois- ci et non pas réservée à une fraction de la population, comme c était le cas à Athènes par exemple. Selon l auteur, le pouvoir n appartient pas à un membre de la société, le monarque par exemple, ou le premier ministre, ni à un groupuscule, comme une aristocratie, une oligarchie ou un gouvernement, mais chacun d entre nous le possède en propre et en partage avec les autres. C est à ce titre que nous considérons Rousseau comme un penseur essentiel et que nous faisons le pari d éclairer le concept de souveraineté à partir du Contrat social. La souveraineté populaire a pour fondement le contrat social, acte d union des multiples forces individuelles en un seul et même corps politique. Par ce contrat, chacun aliène sa puissance individuelle et son droit à tout faire pour assurer sa conservation pour donner au corps politique la puissance commune nécessaire à garantir sa sécurité et son bien- être personnel, en plus de lui fournir l assurance de ses propriétés et la défense de ses biens. Rousseau résume les termes du contrat en ces mots : «Chacun de nous met en commun sa

2 personne et toute sa puissance sous la suprême direction de la volonté générale ; et nous recevons en corps chaque membre comme partie indivisible du tout.» 1 Le contrat institue alors un corps politique, qui peut être pensé, du moins métaphoriquement, comme un corps humain. Ce n est que par cette institution que le pouvoir souverain est légitime. La souveraineté appartient donc au corps politique dans son ensemble, lui- même formé par tous les membres de la société. Elle réside dans le peuple, c est lui qui détient le pouvoir politique. Seul le peuple, en tant que corps politique constitué de tous les membres de l État, est légitimement titulaire de l autorité publique. Poursuivons cette analyse en soulignant le caractère inaliénable et indivisible de la souveraineté. Le pouvoir de décider dans la sphère politique relève de la volonté générale, c est- à- dire de l ensemble des volontés citoyennes qui aspirent au bien commun, et non de volontés particulières qui visent l intérêt privé. La volonté générale n est pas la même chose que la volonté de tous puisqu elle n est pas la somme des intérêts privés. Comme nous le dit Rousseau : «Il y a souvent bien de la différence entre la volonté de tous et la volonté générale ; celle- ci ne regarde qu à l intérêt commun, l autre regarde à l intérêt privé, et n est qu une somme de volontés particulières : mais ôtez de ces mêmes volontés les plus et les moins qui s entre- détruisent, reste pour somme des différences la volonté générale.» 2 Pour penser la volonté générale, il faut donc considérer uniquement l intérêt commun, c est- à- dire la volonté de chaque citoyen lorsqu il pense au bien de la société dans son ensemble. C est la volonté générale qui constitue le souverain, et cette volonté ne peut être prise de force ou transférée, car autrement elle n est plus générale. L expression tangible de la volonté générale est la loi. Celle- ci est de nature générale et oblige l ensemble des membres de la société sans exception. La volonté générale ne peut s exprimer que sur des actions et sujets abstraits, jamais sur des faits ou individus concrets. Tous les membres de la société s engagent sous les mêmes conditions générales, la loi vaut pour tous de la même façon. En somme, ce n est pas le gouvernement ou l assemblée législative qui sont auteurs des lois, mais toujours le peuple, qui exprime ainsi sa souveraineté. Si le peuple rassemblé sous la forme de la volonté générale a le pouvoir de faire les lois (pouvoir législatif), le gouvernement a uniquement le pouvoir de les faire exécuter (pouvoir exécutif). Son rôle essentiel est d assurer la communication entre le souverain et le peuple : 1 Rousseau, J.- J. Du contrat social, Gallimard, Saint- Amand, 2010, p.183 (en italique dans le texte). 2 Ibid. P.193 2

3 «Qu est- ce donc que le Gouvernement? Un corps intermédiaire établi entre les sujets et le Souverain pour leur mutuelle correspondance, chargé de l exécution des lois, et du maintien de la liberté, tant civile que politique.» 3 Le gouvernement peut donc être modifié, limité ou destitué par le peuple, qui demeure en toutes circonstances titulaire de la puissance législative. En fait, si la magistrature s empare de cette dernière, il ne s agit plus d un gouvernement légitime, mais de despotisme, et les citoyens ne sont plus obligés d obéir. En ce sens, le souverain agit toujours pour le bien commun et le gouvernement ne fait qu exécuter les lois, sans quoi la société est dissoute : «S il arrivait enfin que le Prince eut une volonté particulière plus active que celle du Souverain, et qu il usât pour obéir à cette volonté particulière de la force publique qui est dans ses mains, en sorte qu on eut, pour ainsi dire, deux Souverains, l un de droit et l autre de fait ; à l instant l union sociale s évanouirait, et le corps politique serait dissout.» 4 En résumé, la souveraineté, selon Rousseau, trouve son origine et fondement dans le contrat social, à l avantage de tous les particuliers qui acceptent de transférer leur force à un pouvoir commun s ils en voient l avantage et conservent leur égalité et leur liberté naturelles. Le corps ainsi formé a sa volonté propre, la volonté générale, qui seule peut décider des règles de l association. La souveraineté, le pouvoir populaire, s exprime alors par la loi, abstraite et générale, à laquelle tous doivent se conformer. Le rôle du gouvernement est exclusivement d appliquer la loi aux cas concrets qui surviennent dans la vie de tous les jours et de la faire respecter. La souveraineté aujourd hui ou le subterfuge de l oligarchie Nous pouvons dès lors nous demander si les actions des gouvernements contemporains reflètent la volonté générale, si les lois émises par ceux- ci sont dans l intérêt commun. En fait, nous cherchons à savoir si le terme démocratie a encore un sens, si le peuple est celui qui décide de son destin. Sommes- nous en démocratie? Nous sommes habités par un fort sentiment, voir par une certitude quasi- objective, de vivre à l intérieur d une société démocratique. Pourtant, loin s en faut, puisque les pressions des fortunés font souvent pencher la balance des actions gouvernementales vers la ploutocratie. Hervé Kempf dans son ouvrage 3 Ibid. p Ibid. p.221 3

4 L oligarchie ça suffit, vive la démocratie, soutient que nous ne sommes plus en démocratie : «[ ] j ai employé systématiquement le terme d «oligarchie» pour caractériser la situation actuelle. Mais en laissant subsister une ambiguïté qu il faut éclaircir : car le terme désigne à la fois une réalité sociologique l oligarchie regroupe les oligarques, les membres de l oligarchie et un système politique l oligarchie par opposition à la démocratie ou à la monarchie. Ainsi, l on vit à la fois en état d oligarchie et sous la direction d une oligarchie.» 5 Cette position est un peu radicale et suppose que le peuple n a plus son mot à dire sur les lois promulguées et sur les actions des gouvernements. Par contre, il faut prendre conscience de l immense pouvoir qu ont les plus riches quand vient le temps de prendre des décisions, de faire des lois, et d exprimer par celles- ci, non plus la volonté générale, mais leur volonté particulière, la volonté de leur classe. Nous devons concéder à Kempf qu un glissement est en train de s opérer, de la démocratie vers l oligarchie, et en ce sens tentons maintenant de découvrir les moyens qui permettent ce glissement et les conséquences de ce dernier. La marchandisation de l État au bénéfice des oligarques prend plusieurs formes, qui visent toutes à accroître les liens de proximité entre le secteur public et le secteur privé, voir à subordonner le premier au second. La première forme que nous désirons relever est le lobbying. Cette activité est de plus en plus utilisée par les riches sociétés pour tenter d influencer les gouvernements en leur faveur. Par exemple, au Québec, le projet de loi 14 prévoit une refonte en profondeur de la Loi sur les mines, qui date de Le gouvernement propose d interdire de nouvelles possessions de claims dans les zones urbaines et de villégiature et de ne permettre aux compagnies qui en possèdent déjà de faire de l exploration, et à plus forte raison de l exploitation, qu à condition de s entendre avec les municipalités concernées. Ce projet de loi a suscité de vives réactions auprès de l Association minière du Québec, de l Association de l exploration minière du Québec et des différentes compagnies minières. L AEMQ compte par ailleurs neuf lobbyistes qui œuvrent auprès du gouvernement afin de négocier une loi plus clémente pour les compagnies. Dans le cadre de la refonte de la Loi sur les mines et du développement du Plan nord, plus d une centaine de lobbyistes se sont inscrits au registre afin d avoir leur mot à dire sur la nouvelle loi ou de convaincre le gouvernement de leur accorder des subventions ou des avantages (entre autres pour construire des routes, des chemins de fer 5 Kempf, H. L oligarchie ça suffit, vive la démocratie, Seuil, Mesnil- sur- l Estrée, 2011, p.27. 4

5 et des ports). 6 La minière Osisko est celle qui est le mieux représentée auprès du gouvernement avec seize noms au registre. Ses lobbyistes font pression auprès du gouvernement afin d obtenir les permis requis et de mettre en œuvre le développement d une mine d or à ciel ouvert à Malartic dans les délai prévus. Aux États- Unis, les lobbies investissent des sommes importantes pour promouvoir leurs intérêts auprès des gouvernants. Pour s en convaincre, pensons aux 126 millions dépensés par les lobbies financiers lors de la réforme de Wall Street proposée par Barack Obama (loi Dodd- Frank) ou aux 544 millions destinés à freiner la réforme sur la santé. 7 En 2009 seulement, le budget total consacré au lobbying aux États- Unis a été de 3,5 milliards. 8 Ces lobbies sont de plus en plus puissants et ils fournissent aussi leur expertise au pouvoir politique lorsque celui- ci n est pas qualifié, laissant de moins en moins l opportunité aux citoyens et aux groupes de citoyens d influer sur les décisions qui les concernent. La seconde forme de marchandisation de l État est liée au transfert des figures importantes de l administration publique vers l entreprise privée, et vice- versa. Le domaine privé recrute un personnel expérimenté possédant des contacts avantageux au sein du gouvernement afin de maximiser ses chances d obtenir des contrats publics ou de promouvoir des mesures liées à ses intérêts. Pensons entre autres au dossier des gaz de schiste, qui enflamme le Québec depuis plus d un an, et aux liens existant entre le Parti libéral et les compagnies qui désirent exploiter la ressource gazière. 9 Plusieurs postes importants au sein de l administration et des relations publiques des compagnies privées sont occupés par des anciens conseillés ou élus libéraux. Par exemple, la firme de François Pilote (GVM), un bon ami de Jean Charest, en plus d avoir été son conseiller et organisateur politique, a obtenu un important contrat de lobbying de la part de Talisman (une compagnie albertaine intéressée par l exploitation des gaz de schiste au Québec). Un ancien conseiller de Nathalie Normandeau, la ministre des Ressources naturelles démissionnaire, Martin Daraîche, a été embauché comme lobbyiste pour l Association pétrolière et gazière du Québec. L APGQ a également embauché Stéphane Gosselin en tant que directeur général, moins d une semaine après qu il eut quitté son poste de chef de cabinet du ministère du Développement économique, alors dirigé par Clément Gignac. Commentant ces révélations à propos des liens étroits unissant la filière gazière et le 6 Voir Shields, A. Boom minier : les lobbyistes s activent, Le Devoir, Actualités sur l environnement, 13 septembre Kempf, H. L oligarchie ça suffit, vive la démocratie, Seuil, Mesnil- sur- l Estrée, 2011, p Ibid. p Voir Robitaille, A. Un gouvernement en crise Les schistes, une filière libérale?, Le Devoir, Québec, 3 septembre

6 gouvernement libéral, Stéphane Bédard du Parti québécois déclarait au Devoir : «l impression qui est laissée aux Québécois, c est qu on privilégie les intérêts particuliers plutôt que l intérêt collectif dans ce dossier- là. Si on laisse des gens être à la solde d une industrie [ ], c est très inquiétant pour la suite des choses.» 10 Cependant, dans le dossier des gaz de schiste, le Parti libéral n est pas le seul à flirter avec l industrie, puisque celle- ci a mis la main sur deux anciens chefs du Parti québécois, dont l un fut premier ministre de 1996 à 2001, Lucien Bouchard et André Boisclair. En effet, depuis le 21 février 2011, Bouchard occupe le poste de président du conseil d administration de l APGQ, alors qu André Boisclair donne ses recommandations pour favoriser l acceptabilité sociale de l exploitation des gaz de schiste aux membres du conseil d administration de Questerre (une autre compagnie albertaine désirant exploiter les gaz de schiste au Québec), depuis le 16 septembre dernier. Si de nombreux anciens politiciens d envergure sont embauchés suite à leur carrière politique par le domaine privé, l inverse est aussi vrai, puisque l État rapatrie aussi des personnalités qui ont connu certains succès dans le domaine privé. Lors du plus récent remaniement ministériel du gouvernement Charest, Clément Gignac est venu remplacer Nathalie Normandeau en tant que ministre des Ressources naturelles et de la Faune, en plus d être nommé ministre responsable du Plan Nord. Or M. Gignac a été économiste chez Desjardins et à la Banque Laurentienne, avant de devenir stratège et économiste en chef de la Banque nationale de 2002 à Autre exemple, américain cette fois : le secrétaire du Trésor américain entre 1991 et 1999, qui a défendu la loi Gramm- Leach- Bliley (1999), abrogeant ainsi la loi Glass- Steagall, Rubert Rubin, est un ancien PDG de la banque Goldman Sachs. Profitant des nouvelles règles qu il a contribué à instituer, soit celles permettant aux banques de dépôt de se livrer à des placements à risque, il est devenu vice- président de Citigroup, poste qui lui permit d empocher plus de 126 millions de dollars. Son dauphin et secrétaire adjoint, Larry Summers, a poursuivi dans la logique de la dérèglementation à titre de secrétaire du Trésor américain, encouragent la loi de modernisation des marchés (2000), qui interdisait de réglementer tous les produits dérivés. Cette loi lui a permis d engranger plus de 20 millions de dollars en tant que conseiller spécial d un fonds de produits dérivés. Les lois défendues par Rubin et Summers ont largement contribué à la crise financière majeure survenue en Par ailleurs, Barrack Obama a nommé Summers au titre de chef du Conseil économique national au début de sa présidence. 10 Idem. 11 Voir Ferguson, C. Inside Job, Sony Pictures, 109 min. 6

7 Soulignons également la nomination de l ancien vice- président de Monsanto, Michael Taylor, comme adjoint à l Agence de l alimentation et des médicaments. La troisième forme de marchandisation de l État s exprime par la privatisation d institutions et de services qui relevaient autrefois du secteur public. Ainsi l État, et par conséquent le peuple qu il devrait représenter, remet entre les mains du secteur privé de grands pans de ses actifs et de ses activités. Au Québec, les privatisations et la sous- traitance des services étaient au cœur même du projet de réingénierie de l État lorsque le Parti libéral dirigé par Jean Charest a été élu en Deux exemples de concessions lucratives au domaine privé retiennent ici notre attention : la vente des droits d exploration sur l île d Anticosti par Hydro- Québec et l utilisation de services d expertise des firmes de génie conseil concernant les projets routiers. Fin 2007 et début 2008, la division Pétrole et Gaz d Hydro- Québec cède ses 40 permis d exploration sur l île d Anticosti à deux entreprises privées : cinq permis à Junex et trente- cinq à Pétrolia. Ces ventes de permis, à la suite du démantèlement de la division Pétrole et Gaz d Hydro- Québec, n ont pas suscité de réactions importantes à l époque, mais sont aujourd hui fort questionnables. Au cours de l été, nous apprenions que l île d Anticosti a peut- être le plus important potentiel pétrolier terrestre de tout le Québec. Des firmes indépendantes ont évalué le potentiel pétrolier de l île à plus de 40 milliards de barils, soit plus de 4000 milliards de revenus bruts. Étrangement, Hydro- Québec, qui avait investi 9.8 millions en exploration sur l île entre 2002 et 2007, n avait pas décelé l immense potentiel pétrolier. C est pourquoi la société publique a vendu une part de ses permis à l entreprise Junex, fondée par deux anciens de la Société québécoise d investissement pétrolier (SOQUIP), Jean- Yves Lavoie et Jacques Aubert. À noter aussi : André Caillé, PDG d Hydro- Québec entre 1996 et 2004, siège au conseil d administration de Junex depuis 2008 et Peter Dorrins, chef de la division Pétrole et Gaz de la société d État entre 2003 et 2006, est maintenant chef des opérations chez Junex. 12 Le second exemple de la mise aux enchères des actifs et des services de l État concerne l expertise publique qui se déplace vers le privé. Dans leur entreprise de réduction des coûts opérationnels et des déficits publics, les gouvernements sabrent dans les services, congédient du personnel qualifié ou ne font pas de nouvelles embauchent lorsque des employés du secteur public prennent leur retraite. Ces coupures au sein de la fonction publique ouvrent grande la porte à une prise de contrôle accrue du secteur privé sur les activités étatiques. Or le secteur privé vise rarement l intérêt général, mais avant tout l augmentation des profits et l intérêt des 12 Voir Shields, A. 40 milliards de barils de pétrole à Anticosti, Le Devoir, Actualités économiques, 29 septembre

8 actionnaires, comme le souligne Manon Corneiller du Devoir : «La fonction publique a pour priorité le service aux citoyens, leurs besoins et ceux des générations futures. En deux mots, le bien commun, ce qui n a rien à voir avec la satisfaction rapide d actionnaires gloutons. Pour les fonctionnaires, l efficacité a un sens différent et la rentabilité est une considération étrangère, à moins de diriger une société d État à vocation commerciale.» 13 Le meilleur exemple est sans doute celui de l industrie de la construction québécoise. Le ministère des Transports du Québec devait gérer en 2011 des investissements routiers atteignant 4,7 milliards, soit 2,5 milliards de plus qu en Pourtant, pour faire face à ces énormes investissements, le gouvernement n a pas cru bon engager de nouveaux experts, choisissant plutôt de laisser les firmes d ingénieurs privées et les firmes de génie- conseil faire le travail. Ces firmes organisent la planification des travaux publics, au Comité de concertation, rendent publics les appels d offre, fournissent les soumissions, exécutent les travaux et exercent, dans la plupart des cas, les vérifications après- coups. Cette situation a mené à un vaste système de collusion et de corruption, impliquant même le crime organisé et des partis politiques, système présenté dans le rapport Duchesneau. Son auteur écrit d ailleurs à ce propos : «S il devait y avoir intensification du trafic d influence dans la sphère politique, on ne parlerait plus simplement d activités criminelles marginales, ni même parallèles. On pourrait soupçonner une infiltration, voire une prise de contrôle de certaines fonctions de l État ou des municipalités, comme celle de l octroi de contrats publics.» 15 Cette situation est fort préoccupante compte tenu des réductions budgétaires de 7,8 milliards prévues par le gouvernement canadien avant 2015, affectant de nombreux fonctionnaires de la fonction publique, entre autres les 776 postes abolis à Environnement Canada. Les paradis offshore ou comment déjouer l État Après avoir considéré la marchandisation de l État au profit du secteur privé comme moyen pour les oligarques de s emparer du pouvoir politique, voyons maintenant les ressources que leur offre l économie mondiale pour éviter de se plier aux règles étatiques. Dans son livre Offshore; Paradis fiscaux et souveraineté criminelle, Alain Deneault rend compte de la perte de la souveraineté politique au profit d une forme particulière de souveraineté économique. Les 13 Corneiller, M. Un État ratatiné, Le Devoir, Canada, 28 septembre Voir Noël, A. Le rapport Duchesneau pour les nuls, Cyberpresse, Actualités, 1 er octobre Citation tirée du rapport Duchesneau. 8

9 institutions publiques, les États de droit, ont perdu l emprise et le contrôle sur des marchés colossaux et des transactions secrètes, ce qui profite uniquement à une sphère très riche d individus. Ainsi, la réelle puissance politique et socio- économique, selon l auteur, serait la «souveraineté offshore», et ce au détriment de la souveraineté politique au sens moderne du terme. À titre d exemple, la moitié des stocks mondiaux (plus de 38 téradollars US) serait consignée dans des paradis fiscaux échappant au contrôle des États. 16 Cet argent y est placé par de grandes sociétés aux ramifications diffuses et obscures. Au niveau historique, un problème inédit a été causé par l arrivée des sociétés multinationales et des échanges toujours plus nombreux entre les nations du monde : À qui déclarer les profits et payer les impôts? Une des premières règles en ce domaine a été de ne pas imposer deux fois les profits des sociétés : l impôt sera payé là où se trouve le siège social de la société, ou de sa filière. Ainsi, s en est suivi un combat pour accueillir les sièges sociaux des grandes sociétés. Les îles Caïmans en 1798 et Monaco en 1868 ont été les premiers à offrir des impôts très bas, voir nuls, aux sociétés ayant leur siège social sur leur territoire. Puis le secret bancaire a été garanti en Suisse en 1934 et un peu plus tard aux îles Caïmans. Voici une liste non- exhaustive des pays qui hébergent aujourd hui un ou des paradis fiscaux : Bahamas, Andorre, Panama, Bermudes, Suisse, Luxembourg, Angleterre (City de Londres, îles Caïmans), États- Unis (Delaware), etc. Les États ont ainsi perdu le pouvoir d imposer les grandes puissances économiques, mais aussi de connaître l étendu de leurs actifs, le nombre de leurs échanges et la source de leur profit. Les progrès techniques, la finance électronique, les avancées dans les communications, les actionnaires instables, la concurrence des marchés ont fait en sorte que l imposition est devenue quasi nulle et le secret bancaire toujours plus grand. Pour faire face à la compétition internationale, les États sont dorénavant obligés de dérèglementer leur propre économie afin d attirer les capitaux sur leur territoire. Le nombre grandissant des paradis fiscaux et le secret qu ils garantissent à leurs clients sont liés au développement du crime organisé mondial. Les centres offshore ont permis aux criminels fortunés de mélanger les sources de revenu licites et illicites, jusqu à les rendre indistincts. En fait, les chambres de compensation (par exemple Euroclear en Belgique et Clearstream au Luxembourg), sorte de notariat qui encrypte les données des transactions pour les garder secrètes, permettent de blanchir l argent et ensuite de l investir dans des secteurs de 16 Deneault, Alain. Offshore. Paradis fiscaux et souveraineté criminelle, Écosociété, Montréal, 2010, p

10 l économie traditionnels et légaux. En chiffre, on estime à 1000 milliards de dollars le blanchiment d argent annuel. 17 Le produit criminel brut annuel serait de 1500 milliards, dont 1000 milliards uniquement pour la drogue. 18 D un autre côté, il est aussi à noter que les banques et les États occidentaux profitent de ce capital illicite, parce que l argent, une fois blanchi, y est réinvestit. Les riches sociétés financières ne profitent pas uniquement des paradis fiscaux, mais aussi d autres genres de paradis offshore. Parmi ceux- ci, notons tout d abord les zones franches pour le développement économique (!) des pays pauvres. Dans ces zones, il n y a pas d impôts, pas de lois du travail ou de règles environnementales. On dénombrait 2700 zones franches dans le monde en Il y a, en plus des zones franches, les ports francs, qui ont pour but de réduire le coût du transport maritime. Ces ports francs représentent 60% des bateaux enregistrés pour le transport de marchandise. 20 Les bateaux peuvent s y enregistrer facilement, presque sans contrôle. Leurs propriétaires se retrouvent ainsi à l abri des lois du travail et du fisc. En ce sens, la Canada Steamship Lines, dont Paul Martin, ancien premier ministre canadien, est l actionnaire unique, possède une filière internationale à la Barbade (un paradis fiscal) et pratique les affaires maritimes offshore. 21 Cette manière de faire est la source de nombreux accidents et déversements. Par exemple, un navire russe nommé le Probo Koala, enregistré au Panama, a déversé une quantité impressionnante de déchets toxiques au large de la Cote d Ivoire en Dans le même ordre d idées, le Canada est, en son genre, un «paradis» pour les entreprises minières. Profitant de subventions massives et de couvertures juridiques contre les abus, 70% des entreprises minières du monde sont enregistrées à Toronto. Ces entreprises sont souvent liées à la corruption, à des problèmes environnementaux, à des contrats léonins et irréversibles passés avec de terribles dictateurs, comme en témoigne le livre d Alain Deneault, Noir Canada. Elles participent ainsi à l exploitation financière et naturelle des pays du Sud. Subventionnées par le Canada, elles exploitent à rabais les richesses naturelles et enregistrent leurs revenus dans des paradis fiscaux. Après coups, avec le secret bancaire, retracer la responsabilité suite à différents délits s avère quasi- impossible. 17 Ibid. p Ibid. p Ibid. p Ibid. p Ibid. p

11 En somme, selon Alain Deneault, l État est devenu un simple instrument des puissances économiques, qui s organisent en marge de la société civile, dans les paradis offshore. Les systèmes politiques modernes sont en voie de s écrouler devant l économie néolibérale et le laisser- aller économique. «Hors de portée des cadres juridiques, les instances actives dans les paradis fiscaux parviennent même à instrumentaliser ce qu il reste de l État de droit tout en organisant leur pouvoir par des biais qui ne concernent plus ce dernier. Banques et fonds d investissements, multinationales, mafias de tout genre et autres élites politiques corrompues utilisent à souhait l État de droit quand celui- ci peut leur servir ou en font fi complètement quand cela s impose.» 22 Le citoyen ordinaire des démocraties occidentales est tenu dans le secret sur les agissements des puissantes sociétés internationales, qui profitent des chambres de compensation pour camoufler la majeure partie de leurs transactions. Conclusion Notre entretien questionnait la perte de la souveraineté. Pour préciser cet enjeu, nous avons d abord défini la souveraineté comme étant la capacité du peuple à exercer le pouvoir politique en se donnant des lois communes et universellement valables, dictées par la volonté générale. Le gouvernement légitime doit, selon Rousseau, agir à titre d intermédiaire entre le souverain et les particuliers, pour appliquer et faire respecter la loi. À son avis, lorsque les lois et les actions du gouvernement reflètent l influence de volontés particulières, le gouvernement n est plus légitime et le contrat social est rompu. Utilisant le concept de souveraineté de Rousseau, nous avons démontré que les gouvernants sont aux prises avec d intenses pressions venant du secteur privé et d intérêts particuliers, remettant en cause la structure démocratique de nos sociétés. Par le lobbying, les échanges de personnel entre les secteurs privés et publics et la privatisation des actifs et des services étatiques, nous assistons à un glissement de la démocratie vers l oligarchie, c est- à- dire à une perte de la souveraineté. Ce glissement s est aussi vérifié lorsque nous avons présenté les ressources offertes par le marché mondialisé aux oligarques qui veulent éviter de se soumettre aux règles des États de droits : les paradis offshore. Pourtant, nous osons croire qu il n est pas trop tard, que le peuple assemblé peut encore faire reculer les gouvernements élus et les puissantes sociétés multinationales. 22 Ibid. p

Tournés vers l avenir?

Tournés vers l avenir? Avril 2011 Petit lundi - Spécial Budget BUDGETS PROVINCIAUX 2010-2011 ET 2011-2012 Tournés vers l avenir? Tournés vers l avenir est le titre du document de présentation du budget 2011-2012 que le ministre

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG)

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Déposé dans le cadre des consultations publiques au sujet des évaluations environnementales stratégiques sur

Plus en détail

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Nous pouvons nous permettre le Grand bond par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Les gens seront nombreux à lire le manifeste Un grand bond vers l avant et à trouver ses objectifs valables et motivants.

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT

CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT Résumé de l étude Par Maxime Duchesne Politologue (M. Sc. pol. ), étudiant en économie aux H.E.C et chercheur indépendant OCTOBRE 2014 «Les résultats

Plus en détail

Objet : Commentaires de la FCEI sur le projet de Règlement d application de la Loi sur les entreprises de services monétaires et

Objet : Commentaires de la FCEI sur le projet de Règlement d application de la Loi sur les entreprises de services monétaires et 630, boul. René-Lévesque O., bureau 2880 Montréal (Québec) H3B 1S6 Le 29 juin 2011 Me Anne-Marie Beaudoin Secrétaire de l Autorité Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C.P.

Plus en détail

ENJEUX L espace média des étudiants des cours d économie, d histoire, de politique et de sociologie

ENJEUX L espace média des étudiants des cours d économie, d histoire, de politique et de sociologie Géopolitique de la dette américaine Par Rébecca Palanee Présentation du problème géopolitique En réponse à leur dette grossissante, les États-Unis émettent des obligations gouvernementales, des titres

Plus en détail

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Amélioration significative de la collaboration avec l UE L accord entre la

Plus en détail

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale CADRE FINANCIER D OPTION NATIONALE POUR L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC Autorisé et payé par Sylvain Gauthier, agent officiel du parti Document préparé par l équipe économique d Option nationale Vers un Québec

Plus en détail

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS Les Emirats bénéficient d'une des économies les plus dynamiques au monde. Réputé pour sa beauté naturelle et son "art de vivre", Dubaï a également acquis la réputation

Plus en détail

Loi 10. ARGUMENTAIRE CONTRE LE PROJET de. démantèlement FICHE 1 AUCUNE SOLUTION POUR AMÉLIORER LES SERVICES EN ACTION CONTRE LE

Loi 10. ARGUMENTAIRE CONTRE LE PROJET de. démantèlement FICHE 1 AUCUNE SOLUTION POUR AMÉLIORER LES SERVICES EN ACTION CONTRE LE ARGUMENTAIRE CONTRE LE PROJET de Loi 10 FICHE 1 AUCUNE SOLUTION POUR AMÉLIORER LES SERVICES À LA POPULATION DANS LE PROJET DE LOI 10 DU MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX, GAÉTAN BARRETTE, BIEN

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

HUIT RAISONS DE FAIRE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC ET DE VOTER POUR LE BLOC QUÉBÉCOIS.

HUIT RAISONS DE FAIRE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC ET DE VOTER POUR LE BLOC QUÉBÉCOIS. HUIT RAISONS DE FAIRE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC ET DE VOTER POUR LE BLOC QUÉBÉCOIS. Chères Québécoises, chers Québécois, Dans le cadre de sa campagne permanente de promotion de l indépendance, le Bloc Québécois

Plus en détail

Des mots pour des maux

Des mots pour des maux Des mots pour des maux Le Plan Nord: Un plan pour qui? 1. Pourquoi s y intéresser? Qu est-ce que le Plan Nord? C est un projet économique qui a pour but d exploiter les mines, la forêt, l énergie et les

Plus en détail

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLcorruption version5 Janvier

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1175e Avril 2007 INDICATEURS D OPÉRATIONS

Plus en détail

DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES

DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES QUESTIONS POUR UN DIALOGUE ENTRE LES DIFFÉRENTES PARTIES PRENANTES SUR L INVESTISSEMENT RESPONSABLE DANS DES ZONES DE GOUVERNANCE DÉFICIENTE Examen

Plus en détail

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014 Sujet : Transactions de portefeuille : on rajoute un fonds de couverture (hedge fund). / Portfolio transactions: we are adding a hedge fund. Source : DalpéMilette Date : 21 janvier 2014 Les opinions exprimées

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Cadre budgétaire Élections 2012

Cadre budgétaire Élections 2012 Cadre budgétaire Élections 2012 Introduction Ce cadre budgétaire démontre qu il existe des voies alternatives aux politiques d austérité défendues par le Parti libéral. Un gouvernement qui fait preuve

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT Section 1 : Les moyens financiers et matériels Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire L indemnité parlementaire prévue à l article 37 de la Constitution a pour

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

Le Manifeste du ME-F

Le Manifeste du ME-F 1 Mouvement Européen-France Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents Juillet - aout 2013 Rapport de dépouillement 11/08/2013 2 Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents. Juillet aout 2013

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1126778L/Bleue-1 -----

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1126778L/Bleue-1 ----- RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (1 er avril 2012) La dette du Québec est-elle légitime? Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de sociologie au

Plus en détail

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers internationaux 1 s est accordé sur ces Principes qui constituent

Plus en détail

UN TARIF À 10,00 $ : UNE PROPOSITION JUDICIEUSE POUR SORTIR DE LA CRISE

UN TARIF À 10,00 $ : UNE PROPOSITION JUDICIEUSE POUR SORTIR DE LA CRISE UN TARIF À 10,00 $ : UNE PROPOSITION JUDICIEUSE POUR SORTIR DE LA CRISE Tarif fixe et universel de 10,00$ pour les réseaux des services de garde éducatif au Québec, mais un impact proportionnel sur le

Plus en détail

L'Etat profond américain

L'Etat profond américain Peter Dale SCOTT L État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle Traduit de l américain par Maxime Chaix Éditions Demi-Lune Collection Résistances L'Etat profond américain www.editionsdemilune.com

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

Diriger une association dans le secteur culturel

Diriger une association dans le secteur culturel Diriger une association dans le secteur culturel une affaire de compétence et d'engagement Les faits saillants du résultat de l analyse de la profession Dirigeante ou dirigeant d association Avec la collaboration

Plus en détail

STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ. Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne!

STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ. Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne! STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne! La situation Jacques Robichaud et Richard Larivée sont actionnaires

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-THÉRÈSE-DE-LA-GATINEAU

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-THÉRÈSE-DE-LA-GATINEAU CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-THÉRÈSE-DE-LA-GATINEAU Séance ordinaire du conseil de la susdite municipalité tenue à l école Laval, le lundi 3 mars 2014 à 19 h, à laquelle sont présents

Plus en détail

Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION

Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION 2 Déclaration de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages CONFÉRENCE DE KASANE SUR LE COMMERCE ILLÉGAL

Plus en détail

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président du Conseil

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses. Secteur des banques

Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses. Secteur des banques Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses Secteur des banques RÉTROACTION SUR LA DÉCLARATION D OPÉRATIONS DOUTEUSES : SECTEUR DES BANQUES 1. Introduction Ce rapport a été rédigé pour le secteur

Plus en détail

Faits saillants du budget 2015-2016 du Québec

Faits saillants du budget 2015-2016 du Québec Faits saillants du budget 2015-2016 du Québec Le 26 mars 2015 N o 2015-13 Aujourd hui, le ministre des Finances et de l Économie du Québec, M. Carlos Leitão, a déposé le budget 2015-2016. Ce budget indique

Plus en détail

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec Emilio B. Imbriglio Associé, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton Emilio

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT 1 Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

RAPPORT ET RECOMMANDATIONS SUR L ACCORD ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL (AÉCG) ENTRE LE CANADA ET L UNION EUROPÉENNE

RAPPORT ET RECOMMANDATIONS SUR L ACCORD ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL (AÉCG) ENTRE LE CANADA ET L UNION EUROPÉENNE RAPPORT ET RECOMMANDATIONS SUR L ACCORD ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL (AÉCG) ENTRE LE CANADA ET L UNION EUROPÉENNE 29 avril 2011 Eau Secours! Créée en 1997, la coalition a pour but de revendiquer et

Plus en détail

REGROUPEMENT DES PROPRIÉTAIRES DE TAXI DE MONTRÉAL. Att: M. ROBERT POÊTI- Ministre du transport du Québec.

REGROUPEMENT DES PROPRIÉTAIRES DE TAXI DE MONTRÉAL. Att: M. ROBERT POÊTI- Ministre du transport du Québec. REGROUPEMENT DES PROPRIÉTAIRES DE TAXI DE MONTRÉAL Le 13 décembre 2014 Att: M. ROBERT POÊTI- Ministre du transport du Québec. Sujet : Transport illégal et l industrie de taxi à Montréal. M. Le Ministre,

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE L intégration économique européenne ne s est pas déroulée selon un processus linéaire. Ainsi si le traité de Rome de 1957 et l Acte unique de

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

PIPELINE SAINT-LAURENT: UN PROJET SOCIALEMENT RESPONSABLE. Mémoire de la Chambre de Commerce de Lévis

PIPELINE SAINT-LAURENT: UN PROJET SOCIALEMENT RESPONSABLE. Mémoire de la Chambre de Commerce de Lévis PIPELINE SAINT-LAURENT: UN PROJET SOCIALEMENT RESPONSABLE Mémoire de la Chambre de Commerce de Lévis Présenté au : Bureau d audiences publiques sur l environnement relativement à la construction d un oléoduc

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

2007-9 23 novembre 2007

2007-9 23 novembre 2007 Mesures visant à soutenir le secteur manufacturier Le présent bulletin d information a pour but de rendre publiques les modalités d application du nouveau crédit d impôt remboursable pour la formation

Plus en détail

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission Première tranche de vécu : l année précédent mon départ de l université, le directeur de mon département obtient du rectorat l

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS EN VUE DE L ADOPTION DU PROJET DE LOI 77, LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

Budget du Québec de 2015-2016 Faits saillants

Budget du Québec de 2015-2016 Faits saillants des Services fiscaux Numéro 2015-21F Budget du Québec de 2015-2016 Faits saillants Le 26 mars 2015 En bref Le ministre des Finances, monsieur Carlos Leitao, a présenté aujourd'hui, le 26 mars 2015, le

Plus en détail

MINIERE EN AFRIQUE. Par Papa Gora BAR (SENEGAL) - Mai 2012

MINIERE EN AFRIQUE. Par Papa Gora BAR (SENEGAL) - Mai 2012 ET A LA GOUVERNANCE MINIERE EN AFRIQUE Par Papa Gora BAR (SENEGAL) - Mai 2012 L ITIE : Initiative pour la Transparence des Industries Extractives ressources minérales, l vise à renforcer la gouvernance

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

Qu est-ce que cela veut dire de vivre dans un monde de mondialisation?

Qu est-ce que cela veut dire de vivre dans un monde de mondialisation? Français Qu est-ce que cela veut dire de vivre dans un monde de mondialisation? Équipe 2 Il n y a pas assez d éducation du public sur ce qui se passe par rapport à la mondialisation. On n est pas informé,

Plus en détail

Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009

Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009 Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009 Sommaire : Art. 1 : Personnalité Art. 2 : Siège et durée Art. 3 : Buts Art. 4 : Etendue géographique et fonctionnement Art. 5 : Les Membres Art. 6

Plus en détail

numéro Parlonsaffaires Dans ce

numéro Parlonsaffaires Dans ce Bulletin électronique pour les chefs d entreprises Mars 2013 Parlonsaffaires Une initiative du Centre financier aux entreprises Québec-Portneuf et des caisses participantes Dans ce numéro 1 Planification

Plus en détail

sur le revenu des aînés

sur le revenu des aînés L impact de l impôt sur le revenu des aînés AQDR NATIONALE ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉRETRAITÉES 1 Table des matières 1. Préface. 2 2. La situation générale...

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Octobre 2014 En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Les revenus de placement gagnés au sein de votre société sont imposés en fonction du type de revenu

Plus en détail

TITRE II COMPOSITION

TITRE II COMPOSITION STATUTS DE L OBSERVATOIRE DE LA NATURE Article 1 er : Constitution et dénomination TITRE I CONSTITUTION ET OBJET DE L ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association

Plus en détail

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc.

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc. ACCÈS POUR TOUS Mémoire de l ACCC présenté au Comité permanent des ressources humaines, du développement social et de la condition des personnes handicapées Mémoire préparé par : Association des collèges

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Le sous-financement chronique de notre éducation est une stratégie pour forcer l intégration avec les

Plus en détail

les Réponses à vos Questions

les Réponses à vos Questions _Allemagne _Belgique _France _Italie _Luxembourg _Pays-Bas _Danemark _Irlande _Royaume-Uni _Grèce _Espagne _Portugal _Autriche _Finlande La Constitution Européenne : les Réponses à vos Questions _Suède

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809)

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006 portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté en leur séance

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1033682L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord sous forme d échange de lettres entre le Gouvernement

Plus en détail

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX CHAPITRE 11 L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION ET LA FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE Selon la forme juridique choisie, le ou les créateurs d entreprise ont plus ou moins de pouvoir de décision. L exercice

Plus en détail

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Position de la FCCQ dans le cadre de la consultation publique tenue par l Autorité des marchés financiers 29 juin 2011 555,

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Régime d imposition du gain en capital Régime d imposition

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval Politique de gouvernance Association des diplômés de l Université Laval Adoptée en décembre 2011 et modifiée en mars 2014 - Page 1 Table des matières 1. Objectifs de la politique de gouvernance... 3 2.

Plus en détail

L Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec (ARPAC)

L Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec (ARPAC) Projet de loi n 25, Loi transférant au président de l Office de la protection du consommateur la responsabilité de la délivrance des licences de commerçant et de recycleur de véhicules routiers Mémoire

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité

La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité Robert Reich 6 mai 2012 La victoire de François Hollande n

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs expérimentés de 55 ans et plus Novembre 2011 Introduction

Plus en détail

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1237b Avril 2006 LES NOTAIRES ET LA

Plus en détail

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne Accord d investissements avec l Espagne Décret exécutif n 90-39 du 30 janvier 1990 [NB - Accord entre la République algérienne démocratique et populaire et le Royaume d Espagne relatif à la promotion et

Plus en détail

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS IRIS Institut de recherche et d informations socio-économiques La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

Plus en détail

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 )

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 ) AJ2011-04 Émis le 2011-06-02 AU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION AU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU DIRECTEUR DES SERVICES FINANCIERS AU RESPONSABLE DU PROGRAMME PALV AU RESPONSABLE DU PROGRAMME SOINS À DOMICILE

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue!

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Les décisions prises au niveau fédéral peuvent sembler

Plus en détail

Mémoire. présenté à. par. Le Regroupement des sociétés d aménagement forestier du Québec (RESAM)

Mémoire. présenté à. par. Le Regroupement des sociétés d aménagement forestier du Québec (RESAM) Mémoire présenté à La Commission d étude sur la maximisation des retombées économiques de l exploitation des ressources naturelles dans les régions ressources par Le Regroupement des sociétés d aménagement

Plus en détail