Peut-on vraiment réguler les flux internationaux de capitaux?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Peut-on vraiment réguler les flux internationaux de capitaux?"

Transcription

1 Plan Peut-on vraiment réguler les flux internationaux de capitaux? Gunther CAPELLE-BLANCARD Professeur à l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Directeur adjoint du CEPII La contribution du secteur financier à l économie Les marchés financiers : un monde qui change Un secteur financier surdimensionné? The death of distance? Deux sujets controversés Faut-il taxer les activités financières? Les centres financiers internationaux Les activités financières, un moteur essentiel de la croissance économique Contribue à l'allocation du capital Participe à la mise en commun de l'épargne Facilite le partage des risques Améliore le contrôle et la surveillance des entreprises Favorise la production et la diffusion des informations Les activités financières, un moteur essentiel de la croissance économique De nombreux travaux académiques Eugène Fama (efficience des marchés) Ross Levine (finance-croissance) Favoriser la croissance des marchés, les échanges et la liquidité Oui, mais jusque où?

2 L évolution du secteur bancaire au Royaume-Uni et aux Etats-Unis (en % du PIB) 1% 9% L évolution des prêts bancaires en France sur longue période (en % du PIB) 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% % Source Capelle-Blancard & Couppey-Soubeyran, CPO 213. Données : Schularick & Taylor (29). Credit booms gone bust: Monetary policy, leverage cycles and financial crises, , NBER Working paper No de Saint Marc, Michelle, Histoire monétaire de la France, , Paris, 1983 (le total des prêts accordés en France est estimé comme étant deux fois celui du Crédit lyonnais, de la Société général, du Comptoir national d escompte and du Crédit industriel et commercial ; : Conseil National du Crédit (collecté par Eric Monnet) ; : Insee (Crédit à l économie de caractère bancaire) ; : Banque de France (A2.A.1.U6.22.Z1) Evolution des actifs bancaires dans les principaux pays de l OCDE France Allemagne Italie Japon Etats-Unis En milliards de dollars US, données annuelles Volume mondial de transactions sur le marché des changes Echanges mondiaux de marchandises PIB mondial Base Source : Capelle-Blancard & Couppey-Soubeyran, CPO 213. Données : OCDE - Analyse du compte de résultat et du bilan. Note : les données ne sont pas disponibles pour le Royaume-Uni Source : Capelle-Blancard & Couppey-Soubeyran, CPO 213. Données : marchés de changes : enquêtes triennales de la BRI et extrapolation pour l année 1997 à partir des données pour les États-Unis ; PIB : FMI ; échanges : Banque mondiale.

3 Évolution des marchés boursiers et obligataires mondiaux 1 8 En trillions de dollars PIB Capitalisation boursière Marché obligataire Source : Capelle-Blancard (21, International Economics) Source : Capelle-Blancard & Couppey-Soubeyran, CPO 213. Données : World Federation of Exchange, BIS Quarterly Review, mars 212, tableaux 11 et 16. O Brien (1992) «Global Financial Integration: The End of Geography» The end of geography, as a concept applied to international financial relationships, refers to a state of economic development where geographical location no longer matters, or matters less than hitherto. In this state, financial market regulators no longer hold sway over their regulatory territory; that is rules no longer apply to specific geographical frameworks, such as the nation-state or other typical regulatory/jurisdictional territories. For financial firms, this means that the choice of geographical location can be greatly widened Stock exchanges can no longer expect to monopolize trading in shares of companies in their country or region For the consumer of financial services, the end of geography means a wider range of services will be offered, outside the traditional services offered by local banks.» Qu est ce qu une place financière? Souvent la place financière est assimilée (implicitement) à la Bourse. => Présence physique sur le parquet => Concentration extrême Londres : le Square Mile (la City) : 2,6 km² New York : Wall Street (le Financial district) Paris : palais Brongniart (9 ème, 8 ème et 2 ème ).

4 NYSE Bombay Stock And Cotton Exchange NYSE Dojima, Japon (173)

5 Andreas Gursky, Kuwait Stock Exchange II, 28 Gursky, CBOT Gursky, Hong Kong Nasdaq

6 Le Trading Haute Fréquence Le Trading Haute Fréquence 952 quotes per minute were disseminated for all stocks on all exchanges in the U.S. 14, ,18 Source : Angel, Harris et Chester Spatt, 213. Equity Trading in the 21st Century Source : Angel, Harris et Chester Spatt, 213. Equity Trading in the 21st Century La fragmentation des marchés Source : Angel, Harris et Chester Spatt, 213. Equity Trading in the 21st Century Source : Angel, Harris et Chester Spatt, 213. Equity Trading in the 21st Century. Données : Rosenblatt Securities

7 LA TAXATION DES ACTIVITÉS FINANCIÈRES Source : Angel, Harris et Chester Spatt, 213. Equity Trading in the 21st Century. Données : CRSP database Taxer les activités financières? We task the IMF to prepare a report ( ) as to how the financial sector could make a fair and substantial contribution toward paying for any burdens associated with government interventions to repair the banking system. G-2 Leaders Statement, The Pittsburg Summit September 25, 29. My commitment is to recover every single dime the American people are owed. ( ) I m proposing a Financial Crisis Responsibility Fee to be imposed on major financial firms until the American people are fully compensated for the extraordinary assistance they provided to Wall Street. President Barack Obama January 14, 21. Taxer les activités financières? Pourquoi? Pourquoi faire? Pour mettre quelques grains de sable? Pour lutte contre la spéculation et la volatilité? Pour limiter les prises de risque excessive? Pour contenir la taille du secteur financier? Ou juste pour lever de nouvelles recettes fiscales?

8 Quelles modalités? L assiette faut-il taxer les bonus, les profits, le bilan, le horsbilan, uniquement les engagements risqués, les transactions de change, les transactions financières, lesquelles? Le périmètre : le projet requiert-il une coopération internationale ou peut-il être mis en place sur une base nationale ou régionale? Doit-on taxer seulement les banques ou tous les intermédiaires financiers? L affectation du produit de la taxe : les revenus doivent-ils être affectés à un fonds d assurance, être traités comme n importe quelle recette fiscale, ou servir à financer des projets de développement? Tobin tax, Robin Hood tax, FTT, STT Taxe sur les transaction financières en France depuis août 212 (,2%). En Septembre 212, 11 Etats membres de l EU on choisit de taxer les transactions financières d ici 214. Il existe déjà différent dispositifs de taxe sur les transaction financière dans le monde, notamment au Royaume-Uni, en Suisse, à Hong Kong, en Chine ou au Brésil. C est la première fois qu une telle taxe sera mise en place à un niveau supra-national. 3 Un sujet controversé And then there s the proposal for a Financial Transactions Tax... Even to be considering this at a time when we are struggling to get our economies growing is quite simply madness. David Cameron, British Prime Minister And then there s the idea of taxing financial transactions, which have exploded in recent decades. The economic value of all this trading is dubious at best. In fact, there s considerable evidence suggesting that too much trading is going on it suggests that to the extent that taxing financial transactions reduces the volume of wheeling and dealing, that would be a good thing. Paul Krugman, economist and Nobel Laureate mais très populaire European Parliament Eurobarometer (EB77.2) Couverture : EU27 ( citoyens de l EU) Population : > 15 ans Méthodologie : Face-to-face (CAPI) Champs : 1-25 mars 212 / TNS Opinion 66% des Européens sont en faveur d une taxe sur les transactions financières 73% dans la zone euro, 78% en Allemagne, 79% en France, 66% en Espagne 53% au Royaume-Uni 31 32

9 Pourquoi? Quelle est la principale raison pour votre soutien au projet de taxe sur les transactions financières? Lutter contre la spéculation excessive et ainsi aider à prévenir les crises : 42% Faire payer aux acteurs financiers le coût de la crise : 36% Réduire les déficits publics : 12% Financements innovants : 7% Autres / Ne savent pas : 3% Pourquoi pas? Quelle est la principale raison de votre opposition à une taxe sur les transactions financières dans l'ue? Risque d affaiblir la compétitivité du marché financier européen : 23% Une telle taxe sur les transactions financières ne peut être introduite qu au niveau mondial : 23% Susceptible de provoquer des sorties de capitaux de l'ue : 23% Les acteurs financiers européens seraient les seuls à contribuer aux coûts de la crise : 21% Autres / Ne savent pas : 1% Quel impact? Méthode Quel impact? Echantillon Causalité inverse Biais de simultanéité => Protocol empirique : Échantillon «traité» versus «nontraité» (groupe de contrôle) Analyse en double-différence : 2 groupes de contrôle Grande et moyennes capitalisations étrangères cotées sur Euronext Petites capitalisations françaises cotées sur Euronext 19 titres (liste publiée au J.O.) 59 inclus dans l indice Euronext 1 3 inclus dans l indice Next 15. Période de 12 mois (6 mois avant, 6 après). Données journalières Source : Datastream Après quelques filtres : observations

10 Mesurer la liquidité des marchés Volume: V i,t = Number of shares traded * closing price for the stock Turnover: T i,t = Number of shares traded / total number of shares available to ordinary investors Bid-ask spread: S i,t = 2*(PA i,t PB i,t ) / (PA i,t +PB i,t ) where PA i,t and PB i,t are the asking price and the bid price Liquidity Ratio: LR i,t = V i,t / R i,t Price Reversal: PR i,t is minus the coefficient of a regression of R i,t on V i,t 1 *sign(r i,t 1 ), controlling for R i,t 1. Mesurer la volatilité des marchés Squared Return: SR i,t = (R i,t )² where R i,t = log(p i,t /P i,t 1 ) AbsoluteReturn: AR i,t = R i,t π/2 Conditional variance: CV i,t is proxied with a GARCH(1,1) model. High-low range: HLR i,t = (log PH i,t log PL i,t )² / 4 log(2) where PH i,t and PL i,t are the highest price and the lowest price achieved for the stock i on the day t. Daily Price Amplitude: DPA i,t = 2*(PH i,t PL i,t )/(PH i,t +PL i,t ) Daily Volume (million euros) Euronext 1 Figure B. Historical trading volume at the Bourse de Paris Panel A. Annual turnover 2 5 million Feb 12 2 Jun 12 2 Oct 12 1 Feb 13 5 FR_STT nofr_nostt

11 Taxer les transactions financières Évolution du taux d imposition implicite du secteur bancaire français, par type d établissement La taxe a coïncidé avec une diminution des volume de transaction, mais pas d autre effet sur la liquidité des marchés et sa capacité à absorber des chocs. Pas d effet non plus sur les mesures de volatilité. 45% 4% 35% 3% % 37% 35% 3% 38% Ni la panacée, ni une «folie» 25% 2% 26% 18% Davantage un outil fiscal que règlementaire 15% 1% 13% 8% 5% % Ensemble des banques Grandes banques commerciales Banques mutualistes 41 Source : Capelle-Blancard & Couppey-Soubeyran, CPO 213. Données : OCDE. Analyse du compte de résultat et du bilan. Évolution du taux d imposition implicite global du secteur bancaire des principaux pays de l OCDE ( ) Un lien étroit entre la dérégulation financière et l essor des profits % Résultat avant impôt (en mds d'euros, échelle de gauche) Impôt sur le résultat (en mds d'euros, échelle de gauche) Taux de taxation implicite (échelle de droite) 4% 35% 3% 25% 2% 15% 2 1% 5% % Source : Capelle-Blancard & Couppey-Soubeyran, CPO 213. Données : OCDE. Analyse du compte de résultat et du bilan. La liste des pays inclus : Allemagne, Autriche (jusqu en 28), Belgique, Canada, Danemark, Espagne, États-Unis, Finlande, France, Irlande (depuis 1995), Italie, Japon (jusqu en 28), Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni (jusqu en 28), Suède, Suisse. Source : Philippon & Reshef (211)

12 Une forte croissance des activités financières transfrontières France Germany United Kingdom United States Japan Source : Capelle-Blancard & Couppey-Soubeyran, CPO 213. Données : BRI, positions extérieures des banques résidentes (toutes les monnaies, tous les secteurs Table 2A).. Les filiales des banques européennes dans les centres financiers offshore Nombre de filiales Nombre de filiales à l étranger Pourcentage de filiales étrangères domiciliées dans les centres financiers offshore A B Deutsche Bank AG % 17% BNP Paribas % 12% Barclays Bank Plc % 42% Crédit Agricole S.A % 13% Royal Bank of Scotland Plc % 23% Banco Santander SA % 11% Société Générale % 14% UBS AG % 12% HSBC Bank Plc % 32% ING Bank NV % 6% UniCredit SpA % 7% Crédit Suisse AG % 21% Commerzbank AG % 12% Sources : Données Bankscope. Notes : Filiales de premier rang, détenues à hauteur d au moins 25 %. Compilation des auteurs. Conclusion La crise de 27 : une énorme surprise qui en cachait beaucoup d autres CONCLUSION Perte de trading : Société Générale (28) Escroquerie : Madoff-Ponzi (29) et ce n était qu un début!

13 Conclusion Blanchiment : HSBC (212 : 1,5 mds), Banque du Vatican (213) Manipulation des indices : Libor (212 : 2 mds, RBS, Barclays, UBS), ISDAfix (213), FX? HFT et risque opérationnel : Knight Capital (août 212), Flash Crash (mai 21). Shanghai (16 août 213), Goldman Sachs (2 août 213), Apple (Nasdaq, 22 août 213) Conclusion Comment garder confiance en ce système bancaire et financier englué dans tant de scandales, d'escroqueries et de dissimulation? Front-running : Thomson Reuters (juillet 213), NYSE (sept. 212), Need to Know News (Deutsche Börse), Colocation Trop grandes pour être condamnées? ANNEXES

14 Evolution des corrélations entre les rentabilités boursières de la France et de ses principaux partenaires Evolution des corrélations entre les rentabilités boursières de la France et des Etats-Unis depuis 1854 Source : Capelle-Blancard et Couppey-Soubeyran, 28. Questions Internationales. Source : Capelle-Blancard et Couppey-Soubeyran, 28. Questions Internationales. Degree of Concentration of Stock Markets Worldwide 9% 25% Rémunérations et profits 85% 8% 75% 7% 65% 6% 55% 5% 45% 4% Top (left scale) Top (left scale) Herfindhal-Hirschman Index (right scale) 23% 21% 19% 17% 15% 13% 11% 9% 7% 5% Note: Ranking on the basis of market capitalization (year-end). The Herfindhal-Hirschman index is equal to the sum of the square of the market share of all the stock markets that are members of the WFE. Data source: World Federation of Exchanges (29). Source : Capelle- Blancard & Tadjeddine. Source : Capelle-Blancard (21, La documentation Française)

15 4 35 Une mauvaise allocation des talents? Evolution des rémunérations dans le secteur financier et non financier en France (base 1 en 1951) Sociétés non financières Sociétés financières Source : Capelle-Blancard (21, La documentation Française) Source : Capelle-Blancard & Couppey-Soubeyran, CPO 213. Données : OCDE. Comptes non financiers par secteurs. NFD1P: Rémunération des salariés. «When Wall Street does well, New York City and New York State do well» Lobbying by the Financial Industry S&P 5 (left scale) Nb. of employees in thousands (right scale) Figure. Stock market performance and Wall Street jobs a. Number of employees: Securs., Commod. Contr., and Othr. Finan. Invs. & Relat. Activs. Source : Capelle-Blancard & Tadjeddine Source : Igan, Mishra & Tressel (21)

16 La financiarisation des marchés Ile-de-France L augmentation du prix des matières premières est-elle liée à la financiarisation des marchés? Source : Capelle-Blancard & Coulibaly (212) Données: GARP Ile-de-France 1 9 FTT revenue ( million), lhs Figure A. Revenues from the French FTT As % of total tax revenue, rhs,25% 8,2% 7 6,15% 5 4,1% 3 2,5% 1 Données: GARP,% Source: OECD : Impôt de Bourse ; (expected): Taxe sur les transactions financières 64

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences?

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? Patrick ARTUS, Directeur de la Recherche et des Etudes, NATIXIS Table Ronde Les

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Prix du pétrole. (US$ 110/brl. à la fin de 2012)

Prix du pétrole. (US$ 110/brl. à la fin de 2012) Valeurs mobilières Banque Laurentienne Carlos Leitao Stratège et économiste en chef Le 20 janvier, 2012 Prix du pétrole (US$ 1/brl. à la fin de 2012) 2 2 Prix du pétrole WTI: moy. mobile 2 jours Prix journalier

Plus en détail

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE 1 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE Janvier 28 LE MARCHE 1. L Europe, 1 er marché mondial PIB 27 (estimation - en milliards de Dollars) 18 16 14 12 1 14 69,8 16 574,4 13 794,2 13 194,7 GDP 26 GDP 27 8 6 4 4

Plus en détail

LONDON NOTICE No. 3565

LONDON NOTICE No. 3565 EURONEXT DERIVATIVES MARKETS LONDON NOTICE No. 3565 ISSUE DATE: 15 February 2012 EFFECTIVE DATE: 12 March 2012 FTSE 100 INDEX FUTURES CONTRACT THREE MONTH EURO (EURIBOR) INTEREST RATE FUTURES CONTRACT

Plus en détail

B) La problématique à court et moyen terme

B) La problématique à court et moyen terme Atelier 1B «La globalisation des marchés financiers, tendances et enjeux pour le Canada» Sujet : La marginalisation du Canada sur les scènes économique et financière mondiales. Ses conséquences probables

Plus en détail

A-t-on encore besoin des banques?

A-t-on encore besoin des banques? A-t-on encore besoin des banques? Patrick ARTUS Chef économiste, Directeur de la Recherche et des Etudes, Membre du Comité Exécutif - NATIXIS Journées de l Economie Lyon 15 novembre 213 A quoi ressemblera

Plus en détail

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 Données actualisées 1 composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 En pourcentage Nature de la dépense 1960 2010 Produits alimentaires et produits non alcoolisés 26,5 13,3 Boissons

Plus en détail

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao Matinale Recherche «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao INFORMATIONS PRATIQUES FORMAT Matinale Recherche DATE 15 octobre

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation des banques et performances économiques?

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation des banques et performances économiques? Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation des banques et performances économiques? 2012 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu En septembre 2008 «Si Lehman Brothers s était

Plus en détail

Adaptation des banques aux nouvelles régulations et impact sur le financement de l économie

Adaptation des banques aux nouvelles régulations et impact sur le financement de l économie Adaptation des banques aux nouvelles régulations et impact sur le financement de l économie Gunther Capelle-Blancard Directeur-adjoint, CEPII Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne L incidence

Plus en détail

BNP Paribas Rencontre Actionnaires. Marseille 20 octobre 2009

BNP Paribas Rencontre Actionnaires. Marseille 20 octobre 2009 BNP Paribas Rencontre Actionnaires Marseille 20 octobre 2009 1 Des résultats 2008 robustes malgré une crise financière sans précédent Adaptation au nouvel environnement Atouts structurels Fortis Banque

Plus en détail

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Sommaire I - La mutation permanente du secteur bancaire français 1.1 - Le poids économique du secteur bancaire et financier 1.2 - L indispensable

Plus en détail

Compétitivité française : Quelques constats

Compétitivité française : Quelques constats Compétitivité française : Quelques constats Gilbert Cette Banque de France et Université d Aix-Marseille Gilbert Cette 1 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis

Plus en détail

Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées. Maurice N.

Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées. Maurice N. Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées Maurice N. Marchon Plan de la présentation Mise en situation Enseignements

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange Sous thème 1.2 : La dimension internationale de l échange Chapitre 4 : L ouverture des économies Problématique(s) du sous thème : Les conséquences

Plus en détail

Innover dans un contexte global: Quelles stratégies possibles, quelles conséquences pour les Ressources Humaines?

Innover dans un contexte global: Quelles stratégies possibles, quelles conséquences pour les Ressources Humaines? Innover dans un contexte global: Quelles stratégies possibles, quelles conséquences pour les Ressources Humaines? Dominique Jolly, Professeur à SKEMA Business School, Professeur Visitant à CEIBS (Shanghai)

Plus en détail

List of Countries to which Liste de pays auxquels le Canada Accords Canada accorde la Reciprocal Protection protection réciproque

List of Countries to which Liste de pays auxquels le Canada Accords Canada accorde la Reciprocal Protection protection réciproque CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION List of Countries to which Liste de pays auxquels le Canada Accords Canada accorde la Reciprocal Protection protection réciproque under the Act sous la Loi SOR/93-282

Plus en détail

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1 CPIS ACN 2014 Banque de France DGS - DBDP 1 Points évoqués Objectifs et contenu du CPIS Les limites du CPIS Quelques apports du CPIS sur les interconnections internationales Banque de France DGS - DBDP

Plus en détail

List of Countries to which Canada Accords Reciprocal Protection under the Act

List of Countries to which Canada Accords Reciprocal Protection under the Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION List of Countries to which Canada Accords Reciprocal Protection under the Act Liste de pays auxquels le Canada accorde la protection réciproque sous la Loi SOR/93-282

Plus en détail

Marché immobilier en Ile-de-France

Marché immobilier en Ile-de-France Marché immobilier en Ile-de-France Contexte des marchés locatifs et de l investissement Virginie Houzé Directeur Etudes et Recherche France 18 juin 2015 Paris? Liquidité & Risque Liquidité & risque 10

Plus en détail

BASE DE DONNÉES MONDE

BASE DE DONNÉES MONDE BASE DE DONNÉES MONDE 2013 SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

SWAPS. Lionel Artige HEC Université de Liège

SWAPS. Lionel Artige HEC Université de Liège SWAPS Lionel Artige HEC Université de Liège Swaps 5 types de swaps par ordre d importance sur les marchés financiers : Swaps de taux (interest rate swaps) Swaps de devises (currency swaps) Swaps de crédits

Plus en détail

Les Marché des Swaps Immobiliers

Les Marché des Swaps Immobiliers Les Marché des Emmanuek Deboaisne Fixed Income - France Tel : 01.42.98.57.81 Présentation à l 18 mars 2008 Sommaire 1. L Evolution des Prix Immobiliers 2. Utilisation des 3. Le Marché des 4. Les Indices

Plus en détail

Rapport semestriel LBPAM RESPONSABLE TRESO. au 30 septembre 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français. CLASSIFICATION Monétaire Court Terme

Rapport semestriel LBPAM RESPONSABLE TRESO. au 30 septembre 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français. CLASSIFICATION Monétaire Court Terme Rapport semestriel au 30 septembre 2014 LBPAM RESPONSABLE TRESO Part «E» Part «I» Part «T» Part «G1» FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français CLASSIFICATION Monétaire Court Terme AFFECTATION DES

Plus en détail

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015 Aperçu des prix des opérations de placement Édition de janvier 2015 2 Aperçu des prix des opérations de placement Remarques générales Remarques générales Votre conseiller/conseillère à la clientèle vous

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées)

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) SOR/2000-53 DORS/2000-53 Current to January 25, 2016

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

Un document d'information est disponible sur les sites Internet de l'émetteur ( www.prime-city.com ) et d'euronext ( www.euronext.com).

Un document d'information est disponible sur les sites Internet de l'émetteur ( www.prime-city.com ) et d'euronext ( www.euronext.com). CORPORATE EVENT NOTICE: Admission par cotation directe PRIMECITY INVESTMENT PLC PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150513_03699_ALT DATE: 13/05/2015 MARCHE: Alternext Paris Pour faire suite à l'avis PAR_20150513_03698_MLI

Plus en détail

Les enjeux économiques des élections américaines de 2008

Les enjeux économiques des élections américaines de 2008 ASDEQ - Outaouais Ottawa, 16 octobre 28 Les enjeux économiques des élections américaines de 28 Francis Généreux Économiste senior Les enjeux économiques des élections américaines de 28 Le bilan des années

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

FUND RISK MANAGEMENT Monthly Report

FUND RISK MANAGEMENT Monthly Report FUND RISK MAGEMENT Umbrella AMM Finance Sicav Net Asset Value 11,832,35536 FUND ID Fund name AMM Finance Sicav Sub-fund name Amazone Euro Fund ISIN LU0248849613 Currency EUR Benchmark - FUND RISK PROFILE

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Thèmes. Séquence des événements. Boom du crédit (2002 2007) Crise Financière (2007 2008) Grande Récession (2008 2009) Grande Illusion (2010????

Thèmes. Séquence des événements. Boom du crédit (2002 2007) Crise Financière (2007 2008) Grande Récession (2008 2009) Grande Illusion (2010???? Valeurs mobilières Banque Laurentienne Carlos Leitao Stratège et économiste en chef Le 15 novembre, 2011 Thèmes Séquence des événements Boom du crédit (2002 2007) Crise Financière (2007 2008) Grande Récession

Plus en détail

5.3 5.3 5.2 5.1 5.1 5.1 5.0 4.9 4.8 4.6 4.6 4.6 4.5 4.5 4.5 4.1 3.3 3.1. Comparaisons internationales

5.3 5.3 5.2 5.1 5.1 5.1 5.0 4.9 4.8 4.6 4.6 4.6 4.5 4.5 4.5 4.1 3.3 3.1. Comparaisons internationales 3.1 INFORMATIONS GÉNÉRALES 3.1.1 Etat de développement des clusters Le développement des clusters est élevé et généralisé dans l économie (sur une échelle de 1 à 7, le score le plus élevé étant le meilleur).

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Maîtrisez vos liquidités et gérez vos risques

Maîtrisez vos liquidités et gérez vos risques Maîtrisez vos liquidités et gérez vos risques Cash Management Virtuel d ING Michel Rutte Global Principal Product Manager Paris 15 mars 2016 ING Wholesale Banking Cash management Virtuel: pourquoi? Les

Plus en détail

State as a shareholder, corporate governance of SOEs

State as a shareholder, corporate governance of SOEs France : Etat-actionnaire, gouvernance des entreprises publiques State as a shareholder, corporate governance of SOEs Alain TURC, contrôleur général économique et financier Ministère de l économie, des

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Des villes, des pays et des continents.

Des villes, des pays et des continents. > Des villes, des pays et des continents. Towns, countries and continents. les pays et les provinces les villes la provenance vocabulaire Vous habitez où? En Europe. Où ça, en Europe? Au Portugal. Où ça

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Résultat de l'augmentation de capital par émission d'absa avec maintien du droit préférentiel de souscription

Résultat de l'augmentation de capital par émission d'absa avec maintien du droit préférentiel de souscription CORPORATE EVENT NOTICE: Résultats de l'augmentation de capital par émission d'actions assorties de bons de souscription d'actions (ABSA) avec maintien du droit préférentiel de souscription DIAGNOSTIC MEDICAL

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Le RMB, une monnaie internationale incontournable

Le RMB, une monnaie internationale incontournable Le RMB, une monnaie internationale incontournable 12/02/2012 Bei XU Economiste & Martine GRAFF Expert Trade Finance Introduction 1. Les chiffres clés de l économie chinoise 2. L internationalisation du

Plus en détail

EURO ZONE: economic impact of the financial crisis

EURO ZONE: economic impact of the financial crisis 1 EURO ZONE: economic impact of the financial crisis Michel Aglietta Univ Paris West, Cepii and Groupama-am Euro zone and European Union: a generalized slump with a recovery starting in Q3 2009 2 Euro

Plus en détail

Produits Cash. Euronext

Produits Cash. Euronext CONTACT Media : +31.20.550.4488 (Amsterdam), +32.2.509.1392 (Bruxelles) +351.217.900.029 (Lisbonne), +44.20.7379.2789 (Londres) +1.212.656.2411 (New York), +33.1.49.27.11.33 (Paris) CONTACT Relations Investisseurs

Plus en détail

Perspectives économiques 2014-2015 L économie mondiale en transition

Perspectives économiques 2014-2015 L économie mondiale en transition Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie mondiale en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918 CMC MARKETS UK PLC Conditions Tarifaires CFDs Plateforme Next Generation Août 2014 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par la

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES. CFD Contracts for Difference. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918

CONDITIONS TARIFAIRES. CFD Contracts for Difference. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918 CONDITIONS TARIFAIRES CFD Contracts for Difference Plateforme Next Generation Août 2014 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations

Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur la détention des actions de l association par ses filiales (associations

Plus en détail

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers?

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? Fabrice Riva House of Finance Université d été de l Asset Management Université Paris-Dauphine 27 août 2015 Fabrice Riva Liquidité et Asset

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

LA BOURSE DE LUXEMBOURG AU SERVICE DES MARCHES DES CAPITAUX INTERNATIONAUX

LA BOURSE DE LUXEMBOURG AU SERVICE DES MARCHES DES CAPITAUX INTERNATIONAUX LA BOURSE DE LUXEMBOURG AU SERVICE DES MARCHES DES CAPITAUX INTERNATIONAUX Christian DESCOUPS Secrétaire de la Bourse de Luxembourg Université d été du Syndicat des Traducteurs Professionnels Luxembourg,

Plus en détail

Fund name here au 31 décembre 2004

Fund name here au 31 décembre 2004 Compte indiciel de marché monétaire Le compte indiciel de marché monétaire reflète les variations quotidiennes de l indice des bons du Trésor à 91 jours DEX. Les objectifs d un compte de marché monétaire

Plus en détail

Renminbi Cash Management

Renminbi Cash Management Facilitez vos activités avec la Chine Renminbi Cash Management La dynamique du marché chinois La Chine, 2 ème économie mondiale 1 er exportateur mondial 1 er fournisseur en Europe 2 ème acheteur en Europe

Plus en détail

La crise des dettes souveraines en Europe

La crise des dettes souveraines en Europe La crise des dettes souveraines en Europe Renaud Fillieule (Université Lille 1) Université d automne en économie autrichienne ESC Troyes, septembre 2012 La zone euro Allemagne Autriche Belgique Chypre

Plus en détail

Les banques centrales: pour quoi faire? Session finale The Big Picture. Bruxelles, le 14 octobre 2015

Les banques centrales: pour quoi faire? Session finale The Big Picture. Bruxelles, le 14 octobre 2015 Les banques centrales: pour quoi faire? Session finale The Big Picture Bruxelles, le 14 octobre 2015 L Eurosystème Une politique monétaire unique pour 19 pays Aperçu Une crise globale Suscitant des réactions

Plus en détail

Tableau 1 Flux et Encours des titres de créances négociables (en milliards d euros, 2002-2011, France)

Tableau 1 Flux et Encours des titres de créances négociables (en milliards d euros, 2002-2011, France) 1. Le marché monétaire Théories et mécanismes monétaires Jézabel Couppey-Soubeyran & Emmanuel Carré Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne) Dossier de TD n 2 Autour du thème Les marchés de capitaux, leurs

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES Christophe Mianné, Luc François Sommaire Notre activité Nos atouts La gestion du risque Conclusion 2 Notre activité 3 Les métiers Distribution de produits dérivés actions

Plus en détail

Informations sur Atradius Notation

Informations sur Atradius Notation Informations sur Atradius Notation Décembre 2013 Atradius N.V. Atradius est le numéro 2 mondial de l assurance-crédit et du cautionnement, et le leader de ces solutions pour les multinationales, avec une

Plus en détail

Tarif des principales opérations sur titres

Tarif des principales opérations sur titres Tarif des principales opérations sur titres 01 janvier 2015 Ordres Euronext... 2 Bourse étrangère... 3 Euro-obligations... 4 Fonds de placement KBC (1)... 4 Produits d investissement KBC émis par KBC AM...

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Secretariat-General L'examen annuel de la croissance 2015: Le programme de la Commission pour la croissance et l'emploi est fondé sur trois piliers

Plus en détail

Conditions tarifaires

Conditions tarifaires Conditions tarifaires CFD-Contracts for Difference Octobre 2013 Conditions Tarifaires Vous trouverez ci-dessous les conditions tarifaires applicables à votre Compte de trading. Les termes, utilisés dans

Plus en détail

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL 2012 /2013 2012 /2013 Sommaire 5 13 6 1 - Sommaire Statistiques générales Tab 2.1 Nombre d entreprises établies suivant leur spécialisation 16 Tab

Plus en détail

Multiple issuers. La cotation des actions ROBECO ci-dessous est suspendue sur EURONEXT PARIS dans les conditions suivantes :

Multiple issuers. La cotation des actions ROBECO ci-dessous est suspendue sur EURONEXT PARIS dans les conditions suivantes : CORPORATE EVENT NOTICE: Suspension de cotation Multiple issuers PLACE: Paris AVIS N : PAR_20141002_07393_EUR DATE: 02/10/2014 MARCHE: EURONEXT PARIS La cotation des fonds mentionnés ci-dessous sera suspendue

Plus en détail

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années.

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années. ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Espérons que la BCE comprend qu il ne faut pas sortir trop tard du Quantitative Easing Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : soit que les réformes structurelles

Plus en détail

LES INDICES BOURSIERS

LES INDICES BOURSIERS TRADAFRIQUE LES INDICES BOURSIERS [Type the document subtitle] Di [Pick the date] Qu est ce que les indices boursiers Les indices permettent de mesurer l évolution des marchés boursiers ce sont à la fois

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

Tarif des principales opérations sur titres

Tarif des principales opérations sur titres Tarif des principales opérations sur titres 1er janvier 2014 Ordres Euronext... 2 Bourse étrangère... 3 Euro-obligations... 4 Fonds de placement KBC... 4 Encaissements de titres matériels... 5 de titres

Plus en détail

End of the floor on EURCHF

End of the floor on EURCHF Les marchés financiers en toute sérénité End of the floor on EURCHF 11 March 2015 Need to revise risk management and hedging strategies? 15 January: was this a black swan? What hints helped anticipating

Plus en détail

INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES

INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES RÈGLES RÉGISSANT LA PROPRIÉTÉ Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-62F Le 13 décembre 2000 Nouvelles règles en matière de régime

Plus en détail

Policy Paper n 2 - Labex Réfi

Policy Paper n 2 - Labex Réfi Policy Paper n 2 - Labex Réfi Taxe sur les transactions financières : une taxe Pigou, pas une taxe Tobin Marius Frunza, Didier Marteau Janvier 2013 Taxe sur les transactions financières : une taxe Pigou,

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE - CREDIT LYONNAIS

CREDIT AGRICOLE - CREDIT LYONNAIS CREDIT AGRICOLE - CREDIT LYONNAIS CREDIT AGRICOLE - CREDIT LYONNAIS Un groupe bancaire européen de tout premier plan Une vocation historique de banque universelle Une forte ambition de développement pour

Plus en détail

GSF-6032 Automne 2009

GSF-6032 Automne 2009 THÉORIE DE LA NÉGOCIATION ET TRANSACTIONS APPLIQUÉES (FRONT OFFICE) GSF-6032 Automne 2009 Enseignant: Philippe Bélanger Courriel: philippe.belanger@fsa.ulaval.ca Bureau: PAP-3224 Horaire: Lundi 12h30 à

Plus en détail

Evolution générale du développement des télécommunications

Evolution générale du développement des télécommunications Evolution générale du développement des télécommunications Séminaire à Niamey, avril 2001 Le document original a été développé par Dr. Tim Kelly, ITU/SPU, et complété par Saburo Tanaka et Pape-Gorgui Touré.

Plus en détail

Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies.

Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies. PRESS RELEASE For immediate release Regional mobilization Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies. Rouyn-Noranda, March 13, 2013- Since the decisions to be

Plus en détail

RIO TINTO P.L.C. - Radiation des actions RIO TINTO PLC d'euronext Paris et d'euroclear France. - Offre de cession des actions sur le marché Anglais.

RIO TINTO P.L.C. - Radiation des actions RIO TINTO PLC d'euronext Paris et d'euroclear France. - Offre de cession des actions sur le marché Anglais. CORPORATE EVENT NOTICE: Radiation d'actions RIO TINTO P.L.C. LOCATION: Paris NOTICE: PAR_20120130_02277_EUR DATE: 30/01/2012 MARKET: EURONEXT PARIS Replace PAR_20120130_02265_EUR - Radiation des actions

Plus en détail

Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories

Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories (Comité des normes des fonds d investissement canadiens) Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories 31 mai 2006 (avec amendements en vigueur au 1 er août 2006) Toutes les

Plus en détail

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire,

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, Laure Capron BNP Paribas Securities Services Responsable FATCA France 18 septembre 014 Table

Plus en détail

Average effective tax rates of pensioners and workers

Average effective tax rates of pensioners and workers Taxing Wages 2-21/Les impôts sur les salaires 2-21 Figure 1. s of pensioners and workers income tax total Canada Finland.. 1. 1.5 2. 2.5 1. 1.5 2. 2.5 Germany Italy.. 1. 1.5 2. 2.5 1. 1.5 2. 2.5 Japan

Plus en détail

SOLOCAL GROUP. Le nombre d'actions ordinaires en circulation sur EURONEXT PARIS est ainsi porté de 1 166 296 943 à 38 876 564.

SOLOCAL GROUP. Le nombre d'actions ordinaires en circulation sur EURONEXT PARIS est ainsi porté de 1 166 296 943 à 38 876 564. CORPORATE EVENT NOTICE: Regroupement d'actions SOLOCAL GROUP PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150921_07323_EUR DATE: 21/09/2015 MARCHE: EURONEXT PARIS Le conseil d administration de SOLOCAL GROUP a décidé de

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

Market Data Feed. Maîtrisez le flux.

Market Data Feed. Maîtrisez le flux. Market Data Feed Maîtrisez le flux. Market Data Feed (MDF) est un service très performant de diffusion de données de marché en temps réel permettant une importante personnalisation dans leur sélection.

Plus en détail