AB : Quelles sont les règles d or pour créer son entreprise?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AB : Quelles sont les règles d or pour créer son entreprise?"

Transcription

1 Antony BABKINE étudiant en grande école de commerce et entrepreneur a réalisé une interview à deux voix de deux spécialistes reconnus de l entrepreneuriat, tant par leur expertise que par leur implication dans le processus entrepreneurial. Jacques ARLOTTO dirige l incubateur d AUDENCIA Nantes et le réseau des incubateurs de l enseignement supérieur IES!, Philippe JOURDAN, associé fondateur de la société PANEL ON THE WEB, auteur de marketing Research (Dunod) est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l Université d Evry Val d Essonne. AB : Quelles sont les règles d or pour créer son entreprise? Philippe JOURDAN «Je pense qu il y en a deux : Il faut garder sa passion intacte. On ne crée qu en étant passionné, et le management c est communiquer cette passion. Développer une entreprise c est au départ faire énormément de sacrifices, pour les accepter il faut donc qu il y ait une contrepartie. Cette contrepartie ce n est pas la richesse, pas tout de suite en tout cas, 1

2 mais c est de se lever tous les jours en se disant que ce que l on fait est passionnant, qu on le construit et qu on le fait pour soi, dans un cadre librement choisi. Il y a donc à la fois une notion de liberté, et une notion de passion qui domine, une passion partagée. Il faut aussi savoir être humble et accepter l échec. C est sans doute le plus difficile, car en France nous ne sommes pas dans une culture de l échec. Quand tout réussit, tout va bien, mais lorsque quelqu un échoue, il est vite montré du doigt. Une des grandes qualités, une des grandes forces à mon sens de la culture d entreprise dans d autres pays c est que quelqu un qui a échoué est présumé avoir acquis l expérience issue des enseignements de son échec. Il a donc une prédisposition à recommencer, à rebondir. Je crois qu il faut garder cela à l esprit. Il y a beaucoup de projets qui échouent, et c est normal ; il y a sans doute 2 projets sur 3 qui ne donnent pas l espoir que l on a placé en eux initialement. Pour autant j ai l habitude de dire des gens qui ont échoué et des gens qui en on retiré les enseignements, qu ils ont une prédisposition formidable pour recommencer et sans doute réussir la fois suivante. Ce sont des choses parfaitement admises dans d autres pays, qui le sont un peu moins en France, et si on pouvait évoluer dans ce domaine là, je pense que l on aurait de supers repreneurs, et de supers créateurs d entreprise.» Jacques ARLOTTO «Je verrais plutôt qu une règle d or, trois règles d or : - avoir une bonne idée, - constituer une très bonne équipe - savoir s entourer et savoir utiliser le conseil Si vraiment ces trois éléments sont présents dans la création d entreprise, on a de fortes chances pour que le projet soit une très belle réussite» 2

3 AB : Est-il plus facile de créer son entreprise aujourd hui pour un jeune? Jacques ARLOTTO «Aujourd hui, il est plus facile pour un jeune de créer son entreprise qu il y a quelques années. En effet, la législation a grandement simplifié les formalités administratives, et aujourd hui il existe de nombreux moyens de préparer son projet, de se renseigner, de se documenter, et de se lancer beaucoup plus efficacement : la dématérialisation des documents, l accès à des banques de données via internet peuvent grandement faciliter le lancement d une entreprise.» AB : Quel est l âge idéal pour créer son entreprise? Philippe JOURDAN «C est une question difficile, je suis relativement partagé. Je pense qu il est bien de créer son entreprise quand on est jeune, on a sans doute plus d énergie, plus d enthousiasme, une forte capacité à fédérer. Pour autant la création d entreprise c est un parcours d obstacles, on peut lever certains d entre eux par son réseau de relations, par son expérience, par la pratique professionnelle qu on a pu avoir avant Je dirai donc que pour moi il n y a pas de vérité bien établie : il y a des jeunes qui réussissent très tôt, très vite, et il y en a d autres qui ont sans doute plus d opportunités, d aptitude à créer leur entreprise après une première expérience professionnelle.» 3

4 AB : Quels sont les organismes d aide à la création d entreprise? Quelles structures existent pour accompagner l entrepreneur? Jacques ARLOTTO «Il existe de très nombreux organismes d aide à la création d entreprise. Des organismes d origine publique, para publique, et privée. Si on prend les organismes publics, il existe des agences d état comme «OSEO» qui concerne le lancement des projets innovants au niveau des PME. Soit elles financent des projets innovants, soit elles aident au financement de projets qui peuvent être assez importants. Il existe également des établissements consulaires, comme les chambres de commerce, les chambres de métiers, ou différentes associations qui interviennent à différents degrés et à différents moments de la phase de création d entreprise. On retrouve également des structures qui se développent sans cesse et qui sont apparues en France au début des années 1980 ; elles sont connues sous le nom de «pépinières d entreprises» et sous le nom d «incubateurs d entreprises». Elles sont rejointes aujourd hui par des «couveuses»: elles permettent à des jeunes créateurs de tester leur projet. Il existe aussi des associations qui interviennent sur des thématiques plus ou moins larges et qui sont là en général pour aider à former le créateur, pour le mettre en relation avec d autres entrepreneurs, ou avec des organismes susceptibles de l aider. Il y a aujourd hui en France environ 300 pépinières et incubateurs, qui sont réparties sur l ensemble du territoire métropolitain, et également dans certains DOM/TOM. Ces structures font de l accompagnement, c'est-à-dire qu elles informent, conseillent, aident à préparer le projet, et aident pour certaines d entre-elles à faire fonctionner l entreprise durant les premiers mois de son existence. En général les structures de type pépinières accueillent une, deux, ou une dizaine de personnes au sein de locaux adaptés aux besoins de la jeune entreprise (ils font généralement quelque m² à quelques dizaines de m²). Ces pépinières fournissent tout un ensemble de services : un accompagnement, de la formation, du conseil, de la mise en relation, et également un soutien moral très important. Quand on lance son entreprise, on est amené à devoir tout faire en même temps, et on ne sait pas 4

5 toujours comment s y prendre ; si l entreprise est accompagnée par une pépinière de qualité, elle pourra optimiser ses chances de réussite de manière très importante. Les incubateurs d entreprise qu on trouve en parallèle des pépinières en France travaillent plutôt sur des projets innovants et avant la phase de création, même si certaines pépinières travaillent aussi avant cette phase de création. Les incubateurs qui ont été lancés en 1999 avec la loi Allègre sur l innovation et la recherche, il y a donc 29 incubateurs à ce jour répartis sur l ensemble du territoire français. Ces incubateurs travaillent exclusivement sur des projets innovants, qui vont relever des technologies de l information et de la communication, des sciences de l ingénieur, des bio technologies, des sciences du vivant, et des sciences des matériaux. Ces incubateurs vont travailler, vont aider le créateur à travailler sur l idée, une idée innovante, qui peut émaner d un laboratoire public ou d un laboratoire privé, ou même d une simple réflexion, d un particulier qu il s agisse d un cadre d entreprise, d un ingénieur, d un salarié, voire même d un étudiant ou d une personne sans emploi. Le travail de l incubateur va vraiment porter sur l aide à la réflexion, à la préparation du plan d affaire. Le plan d affaires est un dossier qui va représenter le profil du projet d entreprise. Ce profil commence par l idée, par l équipe de création, et par les aspects techniques, commerciaux, et marketing, et financiers qui vont être testés, formatés, adaptés à ce qu on pense faire de son entreprise. En général on constate une phase de réflexion pour réaliser un plan d affaire qui est présentable, c'est-à-dire, présentable à des partenaires, à des associés, à des banquiers, à des investisseurs, voire même à des clients ou à des fournisseurs, il faut compter plusieurs mois de préparation, et si le projet est vraiment innovant, on compte en général 9 à 12 mois de préparation pour avoir un plan d affaires qui tienne la route, c'est-àdire, un plan d affaires qui va susciter l intérêt, et qui va faire dire aux partenaires, aux clients potentiels, aux investisseurs «cette idée là va aboutir sur un marché, on peut donc gagner de l argent avec ce projet». Les organismes comme les pépinières et les incubateurs sont là vraiment pour aider et accompagner, ils ne se substituent pas au créateur, mais ils sont là pour leur servir de coach, 5

6 de conseil, un peu comme un entraineur d une équipe de football, il est là pour ajuster l équipe, si le milieu de terrain par exemple est un peu faible, il va faire sortir un joueur, le faire reculer ou le faire monter. Pour les accompagnateurs, les spécialistes en conseil en matière de création d entreprise, ça va être la même chose, donc il va falloir aiguiller, réajuster, et parfois réadapter le projet, dont le but est d amener vers un marché. Bien entendu dans un certain nombre de cas, on va s apercevoir que finalement, le marché n est pas là, alors il va falloir que l incubateur ou la pépinière mette le créateur devant ses responsabilités, et le créateur devra par lui-même arrêter le projet parce qu il ne pourra pas se transformer en réussite entrepreneuriale. Donc le rôle des ses organismes est vraiment très important. Parmi les organismes qui interviennent, les plus connus à ce jour en France ce sont les chambres de commerce et d industrie, qui interviennent aussi sur de nombreux services, ce sont des organismes qui peuvent également faire du conseil, et de l aiguillage. Ces organismes sont connus de part l antériorité dans la vie économique des chambres de commerce (la plus vieille chambre de commerce a été créée au XVIème siècle à Marseille) donc dans le vécu et dans l esprit du grand public, quand on pense entreprise, ou création d entreprise, on pense chambre de commerce. Vous avez des organismes plus récents, mais qui sont très efficaces eux aussi quand on lance une entreprise, je pense notamment à l agence pour la création d entreprise, dont le portail internet est remarquable d informations pour les créateurs, et il existe aussi des sites plus spécialisés, des structures plus spécialisées, des associations thématiques, comme les associations regroupant des pépinières et des incubateurs d entreprise à travers différents réseaux, de type régionaux ou nationaux, Réseau P3MIL en Ile de France pour les pépinières d entreprises, le réseau Retis au niveau national pour les incubateurs, les parcs scientifiques, les technopôles, qui sont des regroupements d entreprises, des sites qui sont dédiés à la recherche et à la production d industrie ou de services. En France il existe de nombreux sites qu on retrouve aussi sur les principales aires métropolitaines du territoire. Ces organismes, ces réseaux de structures interviennent aussi de manière importante pour aider à lancer une entreprise. 6

7 Vous avez aussi et il ne faut pas l oublier, les écoles de commerce, les écoles d ingénieur, et même certaines universités, qui permettent à des jeunes de pouvoir se lancer, et qui peuvent préparer leur projet au sein de ses différentes structures. Certaines écoles d ingénieur et école de commerce proposent des incubateurs étudiants, avec des moyens logistiques et puis aussi l accès au savoir de différents professeurs, tant dans la discipline de type science de gestion que dans les disciplines techniques, suivant les savoirs et les ressources en expertise dont disposent les écoles, l étudiant peut tout à fait préparer son projet tout au long de sa scolarité, et vous avez même des structures qui se regroupent : vous avez par exemples plusieurs universités et établissements d enseignement supérieur, qui interviennent dans ce que l on appelle les maisons de l entrepreneuriat, et qui regroupe les principales composantes en matière d enseignement supérieur et qui permet à des étudiants de trouver les bonnes personnes, de mieux se former à la création d entreprise, et également de préparer son projet, quelque soit la filière que suit l étudiant..» Philippe JOURDAN «Des organismes il y en a de très nombreux : d aide, de soutien, de financement, de développement de réseau, certains sont complètement informels, d autres dépendent des pouvoirs publics, d autres d associations, de regroupements, etc. J en citerai un qui m a particulièrement aidé, c est celui du réseau des incubateurs puisque nous sommes une entreprise qui a été incubée, pas au démarrage, mais après quelques mois d activité, ca a été un passage extrêmement enrichissant à une époque où nous étions encore une structure fragile. Nous avons donc bénéficié de locaux, de services, de conseil, et nous avons surtout été soutenus y compris psychologiquement car nous avons traversé des périodes de doutes, comme tous chefs d entreprise. J ai particulièrement apprécié cette période, je dirai que des années après, j en garde un excellent souvenir. Il y a donc énormément de structures, qu elles soient formelles ou informelles. Concernant les structures formelles, il y a évidemment celles mises en place par les services publics, ou bien celles mises en place par les entreprises à l initiative des fédérations, des associations, des syndicats de regroupement professionnels. Je dirai que pour moi, s il y en a 7

8 une qui domine les autres, c est sans doute le réseau des incubateurs, puisque nous avons eu la chance d être incubé. Nous ne l avons pas été immédiatement au départ, mais nous étions une jeune pousse avec déjà quelques mois d activité. Par contre cela nous a permis à un moment où nous avions vraiment décollé en termes de chiffre d affaires et d activité, de nous appuyer sur des ressources, des locaux, mais aussi sur des compétences, une expertise, un vrai soutien, y compris un soutien psychologique. Comme tout chef d entreprise nous avons traversé des périodes de doute, nous avons donc pu avoir les conseils de gens qui croyaient dans notre projet, qui nous ont encouragés à poursuivre, qui nous ont donnés les bons leviers pour poursuivre, et j en garde un excellent souvenir avec le recul. Le fait d être passé d une entreprise de 3 salariés à 27 en quelques années, montre que l incubation peut être un excellent booster de business.» AB : Quelles sont les qualités d un entrepreneur? Philippe JOURDAN Les qualités sont partagées quelque soit l activité. Il y a bien évidemment la compétence dans son métier, je crois qu il faut être à la fois légitime, compétent, il faut avoir une bonne expérience et bien connaître le métier à fond. J ai souvent l habitude de dire à mes salariés que si je suis capable de les encadrer et de leur donner des directives, c est que tout ce qu ils ont fait y compris les erreurs qu ils sont à même de commettre aujourd hui, en réalité je les ai déjà faites, ou je les ai déjà commises. C est la première qualité quelque soit le métier, qu on soit dans le service ou dans l industrie. La qualité plus fondamentale est une capacité forte de résistance psychologique au doute, aux échecs, aux périodes pendant lesquelles les affaires vont parfois moins bien, où le stress, la charge de travail nous oblige à choisir entre des priorités multiples. Il faut, au bout d un certain, en particulier lorsque que l entreprise se développe, savoir compter avec deux qualités essentielles : La première : recruter des bons profils et savoir passer la main. C est un peu le drame des chefs d entreprise dans les TPE, lorsqu ils deviennent une PME, et que de la PME 8

9 on devient une entreprise de plus grosse taille, savoir s encadrer, déléguer, responsabiliser les collaborateurs, est nécessairement une étape obligée et je ne pense pas que ce soit une étape forcément facile. En tout cas ce sont des choses que l on n apprend pas en termes de management, mais plutôt sur le terrain. La deuxième : la capacité à diffuser son enthousiasme et à faire qu à n importe quelle étape où on se trouve dans la création de l entreprise qu on ait toujours l enthousiasme du début.» Jacques ARLOTTO «Pour être un entrepreneur, il ne faut pas disposer de la totalité des qualités que certains voient dans un entrepreneur. Mais certaines sont fondamentales. Je pense par exemple à la persévérance, au fait de pouvoir manager une équipe, d être méthodique, organisé et de savoir vendre. Ce sont des qualités indispensables. Il y a aussi des qualités que l on peut avoir naturellement comme se passer de sommeil, si on peut dormir 6 7h par nuit, c est plus intéressant que si pour être en forme on doit dormir une dizaine d heures. Tout le monde n a pas la même physiologie. Les personnes qui peuvent dormir moins ont des mêmes atouts que n ont pas les personnes quoi ont besoin de beaucoup de sommeil pour être efficace. Un entrepreneur doit savoir aussi dire non, ce n est pas évident, surtout en phase de démarrage, on a tendance à toujours dire oui, pour essayer d avoir des clients, pour faire des propositions. Mais à un moment donné si le prospect vous demande constamment des compléments d information, il faut savoir lui dire que votre temps vaut de l argent, et que vous ne pouvez pas continuer à vous occuper de lui sans qu il fasse un geste significatif, à savoir qu il fasse une commande. Donc savoir dire non, c est une qualité importante, savoir manager une équipe, être persévérant, entreprenant, avoir de l imagination, avoir un certain sens de l empathie, mais il faut savoir aussi être ferme, comme je le disais, par rapport à des clients, qui finalement ne se transforment pas en clients, mais restent au stade de prospect, peut être même vous ont-ils fait faire le lièvre au profit d autres concurrents, donc il faut savoir aussi détecter ces pièges des affaires qu on va rencontrer dès le début de son aventure entrepreneuriale. 9

10 Il faut savoir aussi prendre du temps pour soi, on pense souvent qu un entrepreneur n a pas de vie de famille, ne peut pas se reposer, n a plus de vacances, il faut savoir s organiser. Si on sait s organiser, on doit réussir à trouver du temps libre. Dans les premiers temps, bien sûr ces temps sont relativement réduits, mais il faut au moins savoir s arrêter un jour par semaine, faire autre chose, s oxygéner, et non pas être 24h/24, 7jrs/7 sur son projet. Par la suite cela dépend des modes d organisation de chacun, il y a des chefs d entreprise qui prennent régulièrement des vacances, ça peut être des week-ends prolongés, ou une semaine complète, une coupure plus ou moins importante, ça va pouvoir se faire à condition qu il y ait déjà une équipe en place, en qui l entrepreneur a confiance, cela peut aussi se faire aussi aujourd hui grâce aux moyens de communication, on peut toujours être joignable à peu près de partout dans le monde. Savoir faire des coupures c est aussi important. Il faut savoir aussi qu avoir de longues journées de 12h voire même plus n est pas rare dans les premiers temps, mais ensuite l entreprise ayant trouvé son rythme de croisière, on doit arriver à des journées beaucoup plus raisonnables, et qui peuvent tourner parfois pour les plus chanceux aux environs de 8-9h, et puis pour d autre on est plutôt sur du 10-12h. Peu importe, tout dépend le cycle d activité, la façon dont s est organisé l entrepreneur, mais quoi qu il en soit, si on peut résumé, c est de l organisation, de l empathie, savoir dire non, savoir s entourer également et savoir prendre du temps pour soi pour réfléchir et pour lever la tête du guidon.» AB : Que faut-il faire pour qu une création d entreprise soit une réussite? Jacques ARLOTTO «Pour qu une création soit un succès, il faut que cette création trouve un marché. Aujourd hui avec internet, certaines créations sont devenues des succès en quelques mois. Un investissement faible, et à la portée de tout le monde au départ : quelques ordinateurs, un fournisseur d accès internet suffisent amplement dans un premier temps pour lancer un 10

11 projet qui utilisera les moyens d internet. Evidemment après avec le développement, il faut plus de moyens mais là, il y a l arrivée d investisseurs, les «business angels» ou ce qu on appelle des investisseurs institutionnels qui apportent beaucoup de fonds. Le passage à la vitesse supérieure pourra se faire à partir du moment où le site, qu il s agisse d un site marchand ou de services, aura beaucoup de personnes qui se connecteront sur ce site. On le voit avec tous les sites de réseaux sociaux, de sites communautaires, les moteurs de recherches, les sites où on dépose des photos, où on commande des billets d avion, des billets de train, de cinéma, de théâtre, tous ces sites là connaissent des grands succès et il s en crée tous les jours, et au début on commence avec le minimum. La réussite se fera à partir du moment où le projet d entreprise du créateur aura trouvé un marché. Cela peut se faire au départ sur une simple idée, un constat, un manque. Dailymotion par exemple qui est très prisé des jeunes générations a démarré à la suite d un constat : on ne pouvait pas il y a quelques années, déposer, récupérer de la vidéo sur internet. Dailymotion et Youtube ont eu la même idée en même temps des deux côtés de l Atlantique. Il y avait un manque et il a été comblé. Aujourd hui, un site qui permet de mettre des vidéos en ligne a peu de chance de faire du tort à ces deux sites majeurs. Un projet qui trouve un marché sera un succès, mais pour trouver le marché, il faut quand même un minimum de préparation. Si vous présentez un produit ou un service à moitié fini, les clients ne seront pas très réceptifs et il n y aura même pas du tout de clients. Vous devez être prêt quand vous allez sur le marché, qu il s agisse d internet, ou d un commerce qui a pignon sur rue, vous ne pouvez pas accueillir des clients au beau milieu d un chantier, avec des pots de peinture, et des caisses enregistreuses qui trainent sur le sol. Pour être prêt à commercialiser il faut préparer. Un bon projet, qui aura des chances de succès est un projet préparé. Le temps de préparation est d environ plusieurs mois avant de mettre le projet face au public. Qu il s agisse d un projet relativement simple comme un camion pizza, ou d un projet plus complexe qui demande le développement d algorithmes ou de codes informatique, il faut toujours plusieurs mois de préparation pour au moins une personne. Mais en général les projets qui ont beaucoup d ambition sont généralement des projets qui sont constitués de plusieurs personnes. En général il y a des équipes de 2 3 personnes au départ, il y a une catalyse qui se produit et à ce moment là, si le produit est au point, si le marché est là, cela 11

12 va se savoir très rapidement. Si l entreprise utilise internet pour vendre ses services par exemple, dans ce cas là, au bout de quelques mois elle peut se trouver à la tête d un portefeuille de plusieurs centaines, dizaines de milliers de clients, choses qui jusque là était inimaginable pour atteindre plusieurs dizaines de milliers de client, il fallait plusieurs années en règle générale. La grande distribution a bouleversé ça, à partir des années 60, mais il y avait derrière des années d expérience dans le commerce. Internet a permis en cassant la barrière physique de toucher un maximum de personnes en un minimum de temps, à condition que ce que l on propose correspondante à un marché. Si vous avez une super idée, mais que le marché n est pas là, cela restera une idée. Vous vous serez fait plaisir intellectuellement, mais vous n aurez pas gagné d argent, ou créé d emploi, de valeur ajoutée. A la fin ce qui compte c est le marché, qu il soit déjà présent, ou qu on le crée.» Philippe JOURDAN «Je pense qu au début dans la création d entreprise nous sommes extrêmement sollicités de tous les côtés : on a énormément de choses à faire et pas forcément l expérience pour juger des priorités. La question qui se pose très tôt est de savoir s il vaut mieux rechercher des clients, des financements ou éventuellement des appuis. Idéalement, il faudrait les trois. Pour autant, si j en juge par mon expérience, la priorité doit être donnée aux clients. Quand on a un projet il faut très rapidement trouver des clients, des références : on n a pas forcément les moyens de finaliser des études de marché, donc c est l écoute des clients, l observation des pratiques, la multiplication des rendez vous, qui va permettre assez rapidement d aiguiller le projet dans la bonne direction. Ce n est pas pour autant qu il faille négliger les financements. Tout dépend de la concentration capitalistique demandé par le projet. Si celle-ci est faible, je crois qu il vaut mieux passer par une période un peu délicate dans laquelle il faut savoir gérer ses dépenses, sans doute se restreindre au niveau de son salaire, mais assurer un autofinancement. Je suis assez partisan dans les activités de service de ne pas se tourner immédiatement vers du capital car je trouve que les bonnes pratiques de gestion, la bonne économie de son entreprise se perpétue également quand on a plus de moyens. 12

13 Il faut savoir dire non, refuser des choses, car de toute façon on va être occupé à 500%. Il ne faut donc pas trop se disperser, il y a beaucoup de choses intéressantes, des projets dans lesquelles on a envie de foncer, des tas de relations avec qui on a envie de contracter, mais il faut savoir que l on aura pas le temps de répondre au 1/5 ème des sollicitations qui vont se présenter. Il faut donc avoir assez rapidement cette capacité à gérer ses priorités, à savoir dire non.» AB : «Est-ce que tout le monde peut créer son entreprise? Jacques ARLOTTO : «Presque tout le monde peut créer son entreprise. Pas tout le monde, il y a des personnes qui ne veulent pas prendre de responsabilités, c est un état naturel chez eux, dans ce cas là ils ne pourront pas créer leur entreprise, et il ne faut pas essayer de les convaincre car c est aux antipodes de leur façon d être et de leur vouloir. Ces personnes peuvent être d excellents collaborateurs, mais en aucun cas chef d entreprise. En revanche, beaucoup de personnes peuvent créer leur entreprise, mais n y pensent pas toujours, car le travail qu elles exercent déjà en tant que salarié les intéresse, il est donc difficile de les faire arrêter du jour au lendemain, mais cela peut arriver. Il y a également des personnes qui s ennuient dans leur travail, il y a donc beaucoup de possibilité pour la plupart de d entre eux de devenir des créateurs d entreprise potentiels. Nous avons également chez les jeunes, les étudiants quels qu ils soient, pas mal de possibilités, car nous savons aujourd hui que les carrières sont de plus en plus multi entreprises on commence a avoir des passerelles qui se font entre des carrières de salariés et des carrières de dirigeant d entreprise, voir même des carrières qui sont menées en parallèle. On peut être par exemple salarié d une entreprise le matin, et le soir diriger une autre entreprise, c est un cas qui est de plus en plus fréquent. Parfois on laisse tomber une activité de salarié pour se consacrer exclusivement à une carrière d entrepreneur. Souvent d ailleurs en phase de lancement, on constate que les deux activités sont menées en parallèle, et l une finit par prendre le dessus sur l autre, mais ce n est pas souvent évident 13

14 de gérer ses deux activités, certains préfèrent couper les ponts d un coup et quitter leur ancienne activité pour se consacrer a 100% sur leur nouveau projet, et d autres vont essayer de jongler entre les deux activités, le temps d amorcer la pompe entre une activité salarié et une activité entrepreneur. Beaucoup de personnes peuvent entreprendre, mais bien sur pas tout le monde. Si vous avez malheureusement des soucis de santé, ou un niveau d étude relativement faible, il sera important d abord d améliorer votre santé ou de faire des formations qui sont adaptées aux créateur, quelque soit le domaine d activité. Elles peuvent prendre quelques dizaine d heure, ou bien même une année, et elles donneront beaucoup plus de chances de réussites. De nombreux organismes permettent de former des créateurs qui ont des niveaux de formation qui ne sont pas adapté à leur nouvelle activité, mener les deux activités en parallèles et le résultat est très intéressant car les taux de réussites sont beaucoup plus élevés que le créateur qui va se lancer sans avoir eu de formation adaptée à sa nouvelle activité. Quoi qu il en soit, créer une entreprise est accessible à beaucoup plus de monde que l on ne le croit.» Philippe JOURDAN Je dirai deux choses : - Il y a une somme de qualités qui ne relève pas d une démarche de formation ou d éducation spécifique. Il y a bien sûr une contribution de l enseignement, de l éducation, de la formation, qui aident à l acquisition de cet état d esprit, mais c est aussi des qualités qui tiennent à la personnalité. Le champ est donc large, et ouvert à beaucoup de monde. - Pour autant, si j en juge des aléas du marché, du projet qui peut être le sien, les personnes qui mentalement sont les plus aptes à créer, et qui le reste pendant des années, ce sont des gens qui ont une caractéristique essentielle, celle de toujours croire en leur projet, et d éviter le phénomène de stop and go extrêmement préjudiciable au développement qui est d accélérer le rythme quand tout va bien et de ralentir et de verser dans une inquiétude parfois exagérée lorsque tout va mal. En réalité, je pense que ce sont un peu les bonnes qualités d un capitaine dans la 14

15 tempête, on est là pour rassurer l équipage, pour assurer une direction et pour dire que même s il faut réduire la voilure, le cap et la direction sont des constantes. On peu choisir de ralentir l allure, de se réfugier dans un port, mais à un moment, quand on dirige une entreprise, c est rassurer sur le chemin parcouru, celui qu il reste à parcourir et ce, quelques soit les conditions qui se présentent. Cette qualité là, tout le monde de la possède pas. Certains sont plus inquiets que d autres, certains versent plus facilement dans le doute que d autres, mais c est vrai que les patrons d entreprise sont des gens qui dans la tempête sont capables de dire finalement, réduisons l allure, prenons les précautions nécessaires et qui s imposent, mais surtout, ne changeons pas de cap.» AB : Est-ce que créer son entreprise prend beaucoup de temps? Jacques ARLOTTO «Créer son entreprise c est quelque chose qui demande du temps, de la réflexion et de la passion. Créer son entreprise n est donc pas quelque chose de facile, même pour ceux qui ont vraiment la fibre entrepreneuriale ; néanmoins, c est une aventure qui en vaut la peine, et avec de la méthode, du conseil, en utilisant du conseil, des organismes d aide, de la réflexion, beaucoup de préparation, créer son entreprise devient plus facile que ce que l on peut penser.» AB : Quelles sont les erreurs qu il faut éviter quand on crée une entreprise? Philippe JOURDAN «Même si on dressait la liste des erreurs à éviter, on fera toujours des erreurs. Ce qu il faut c est rester extrêmement manœuvrant, savoir discerner très vite quand on s est fourvoyé, 15

16 ne pas hésiter à revenir en arrière et à se remettre en cause ou en question. On est dans une économie où les ajustements sont quasi quotidiens. Un projet, même figé dans le marbre d un business plan, doit s apprécier à l aune des réalités, et nous ne les appréhendons que lorsque nous y sommes confrontées. La première erreur à éviter est de rester rigide sur ses positions. Pour autant, la deuxième erreur à éviter c est de manquer de cadre. Je pense que l étape qui consiste à construire un business plan est une étape à laquelle on ne consacre pas suffisamment de temps et de moyens au départ, et c est pourtant une étape essentielle. On a consacré en ce qui nous concerne pas mal de temps à réfléchir au business plan, ce qui a deux vertus : - être certain qu on fédère les gens avec qui on souhaite travailler sur un projet qu on partage (puisque le business plan c est le moment de mettre ce projet à plat et d en discuter à plusieurs) - fournir un cadre qui permet ensuite d apprécier l évolution de son activité par rapport à un référentiel ; sans de référentiel, il est extrêmement difficile d apprécier le chemin parcouru, ou qu il reste à parcourir. On s est éloigné du business plan, mais nous avons toujours tenu à l actualiser, à réviser à la hausse ou à la baisse les hypothèses de ce business plan. Aujourd hui encore, c est plus pour nous un schéma directeur qu un business plan, et je dirai que la deuxième erreur à éviter c est de ne pas prendre le temps de formaliser cette démarche. Il ne faut pas en être l esclave, mais il faut aussi savoir consacrer suffisamment de temps à ce document, qui, avec le temps va finir par devenir un véritable outil de pilotage, et de gestion de l activité. Voila pour ce qui est des deux erreurs assez classiques qu on peut commettre au départ. On va forcément commettre des erreurs dans les phases de croissance ultérieure. La première c est de ne pas apprécier assez vite ou assez tôt les ressources dont on va avoir besoin. Il faut consacrer énormément de temps à recruter, c'est-à-dire rencontrer beaucoup de gens, prendre le temps de sonder les motivations et de choisir ses collaborateurs. Ce sont des choses que l on ne peut pas déléguer car ce sont des gens qui vont travailler avec vous, alors c est la moindre des choses que de s impliquer dans le choix de ses collaborateurs. Pour autant, ce n est pas une science exacte : ils peuvent se tromper sur vous, et 16

17 inversement, mais l erreur la plus fréquente est de commencer à réfléchir au collaborateur dont on a besoin, au moment où on en a besoin. En réalité, c est une réflexion que devrait être faite dans l activité de service qui est la nôtre, compte tenu du temps de formation, d intégration, etc. entre minimum 8 mois et plus ou moins 1 an avant le besoin effectif du collaborateur. Avec le recul, le principal frein à la croissance qu on a pu connaître en ce qui nous concerne, est moins lié au marché qu au fait que nous n avons pas disposé suffisamment tôt des ressources dont nous avions besoin pour répondre au développement de l activité tel qu il se présentait. Il faut donc savoir anticiper, surtout sur la gestion des ressources humaines.» Jacques ARLOTTO «Il faut être capable de lancer un projet qu on peut mener jusqu au bout. Aujourd hui il est quasiment impossible pour une personne physique de mobiliser les fonds nécessaires à lancer des grands projets industriels, puisque ceux ci ont besoin de fonds très importants, et donc il faut des sociétés qui disposent de moyens très importants pour lancer ce type de projet. En revanche en matière de service, ou à la limite d industrie légère, on peut avec des moyens raisonnables, voire même avec ses économies, se lancer. Il faut donc un minimum d économies, un projet réfléchi, dans un domaine que l on connaît bien. Les projets qui réussissent le mieux sont des projets dont le créateur est originaire du milieu. Il est rare que des projets réussissent de manière spectaculaire dans un domaine que le créateur ne connaît pas. Il y a des réussites effectivement, mais ce ne sont pas les cas les plus fréquents. Il faut donc : - un domaine que l on connaît bien, - un minimum d économies, qui peut être complété par la famille, les amis voire même par les business angels, les «investisseurs providentiels», qui sont des personnes qui ont déjà réussit une ou plusieurs création d entreprise et qui ont donc gagné beaucoup d argent, et qui décident d investir dans votre projet, pas pour vous faire plaisir, mais parce qu ils savent qu ils vont gagner de l argent avec. - un carnet d adresse ; c est un autre avantage qu apportent les business angels 17

18 - de la méthode et de la préparation : un projet qui réussit est un projet préparé ; un projet non préparé en général ne dure pas longtemps. Il est indispensable de bien préparer son projet car il va falloir convaincre les clients Sans tous ces ingrédients on risque d aller au devant de grandes désillusions. Il est indispensable d être professionnel du début à la fin du procédé car la concurrence est intense aujourd hui, surtout avec la mondialisation, on ne peut donc pas faire de l à peu près.» 18

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE?

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? Anne CHATAURET Volet Interfaçage QU EST-CE QU UNE PLATEFORME INITIATIVE? 2 Les «Plateformes

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

SYNTHESE COURS D ENTREPRENEURIAT ESSEC BBA 2013

SYNTHESE COURS D ENTREPRENEURIAT ESSEC BBA 2013 SYNTHESE COURS D ENTREPRENEURIAT ESSEC BBA 2013 220 étudiants 80 heures de cours 68 heures de simulation de création d entreprise Développer les compétences entrepreneuriales par l expérimentation Présentation

Plus en détail

renforcer votre jeune entreprise

renforcer votre jeune entreprise Parrainés Profitez de l expérience de chefs d entreprises aguerris pour renforcer votre jeune entreprise Pierre Grimaldi PARRAINÉ - Apéro Fiesta www.lyon-ville-entrepreneuriat.org par Lyon Ville de l Entrepreneuriat

Plus en détail

LES PÉPINIÈRES DE LA CCI RENNES

LES PÉPINIÈRES DE LA CCI RENNES LES PÉPINIÈRES DE LA CCI RENNES EDITO Notre LES ÉLUS DU BUREAU DE LA CCI RENNES BENOÎT CABANIS Vice-Président Délégué Création Reprise Transmission d Entreprise leitmotiv, vous conduire vers la performance

Plus en détail

: aujourd hui, un véritable succès et demain, quel avenir?

: aujourd hui, un véritable succès et demain, quel avenir? Paris, le 07 octobre 2009 er Baromètre Ciel Auto uto-entrepreneur : aujourd hui, un véritable succès et demain, quel avenir? 1 er Contexte du 1 er Baromètre Ciel Auto-Entrepreneur En mars dernier, Ciel,

Plus en détail

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011>

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> COMMUNIQUE W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! Les artisans peinent à trouver de

Plus en détail

Les 3 erreurs fréquentes qui font qu'un site e-commerce ne marche pas. Livret offert par Kiro créateur de la formation Astuce E-commerce

Les 3 erreurs fréquentes qui font qu'un site e-commerce ne marche pas. Livret offert par Kiro créateur de la formation Astuce E-commerce Les 3 erreurs fréquentes qui font qu'un site e-commerce ne marche pas Livret offert par Kiro créateur de la formation Astuce E-commerce 1 Ce livret vous est offert gratuitement. Vous pouvez l'imprimer

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

1 er guide PDF. Comment démarrer?

1 er guide PDF. Comment démarrer? 1 er guide PDF Comment démarrer? Bonjour, vous avez décidé de faire carrière dans les Relations Humaines. Et vous avez choisi Kapler Magazine. Bravo, c est le meilleur choix. Voyons maintenant comment

Plus en détail

Financer votre projet en fonds propres : acteurs

Financer votre projet en fonds propres : acteurs Acteur majeur du capital investissement pour les PME Forum 1ers contacts Financer votre projet en fonds propres : acteurs et modalités juin 2011 LES ACTIONS ET MOYENS DE CDC ENTREPRISES CDC Entreprises,

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Fébronie Tsassis Se présenter et convaincre en 2 33

Fébronie Tsassis Se présenter et convaincre en 2 33 Fébronie Tsassis Se présenter et convaincre en 2 33 Entrée en scène: Acteur et trac Transpiration, rougeurs, gorge nouée Peur: trou de mémoire, bafouiller Le trac nécessaire? A gérer! CORPS Respect Révision

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

www.cercledoutremanche.com

www.cercledoutremanche.com LE FINANCEMENT DES PME : LES BUSINESS ANGELS P our placer l entreprise et l emploi au cœur de l économie de marché, du processus de plein-emploi et de justice sociale, encore faut-il avoir les moyens de

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

L innovation numérique

L innovation numérique ç ç 2ème Colloque ISD «Information Systems Dynamics» Programme International de Recherche L innovation numérique au service de la transformation des entreprises Chapitre 5 Colloque jeudi 23 septembre 2010

Plus en détail

Marketing. en 12 étapes clés. Une introduction au Marketing Automation Comment délivrer le bon contenu au bon moment à son interlocuteur

Marketing. en 12 étapes clés. Une introduction au Marketing Automation Comment délivrer le bon contenu au bon moment à son interlocuteur Marketing Automation en 12 étapes clés Une introduction au Marketing Automation Comment délivrer le bon contenu au bon moment à son interlocuteur Marketing Automation : pourquoi cela fonctionne mieux qu

Plus en détail

") # /!"! ) )# ") / 1) )) -()#! "-) " ") 2) "! #" ). ") () ) )!. #) ()" #!0 ) () ))!)() -! () "!!""#!! 6) $ )7 )! " # )!"!! ) ) " #9# () () ") ") )

) # /!! ) )# ) / 1) )) -()#! -)  ) 2) ! # ). ) () ) )!. #) () #!0 ) () ))!)() -! () !!#!! 6) $ )7 )!  # )!!! ) )  #9# () () ) ) ) !"#! "# $$% #"%&&' & ()*()*!+,"!*!)!+!""")!,()!""#!)!-!#)."!/0, ) ") # /!"! ) )# ") / 1) )) -()#! "-) " ") 2) #!!!""))3)#"#!)"!!3 "- "! #" ). ") () ) )!. ()4)"!#5#")!)! #) ()" #!0 ) () ))!)() -! () "!!""#!!

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE

INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE Bureaux 11-13 avenue de la Division Leclerc 94234 Cachan Cedex 01 49 84 85 85 contact@lafabrique-valdebievre.fr www.lafabrique-valdebievre.fr

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Copyright 2008 Patrick Marie.

Copyright 2008 Patrick Marie. 2008 Par Patrick Marie et Supply Money En vous procurant cet ebook Supply Money vous donne l'autorisation de le donner uniquement par le moyen de votre choix, à vos abonnés clients etc... A le seul condition

Plus en détail

DOSSIER de présentation

DOSSIER de présentation Projet d Habitat Participatif intergénérationnel et écologique DOSSIER de présentation 2015 Sommaire Mots d Ecoravissants Présentation d Ecoravie Donnez du sens à votre argent Chiffres et dates Contact

Plus en détail

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise DOSSIER DE PRESSE La 6 e édition des Rencontres de la création et de la reprise d entreprise se tiendra le jeudi 12 février 2009 au Zénith de Limoges, de 8h30 à 18h. L accès est gratuit et ouvert à tous,

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets

Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Outplacement Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets L outplacement Nous abordons la transition de carrière comme une

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

La SEM Régionale des Pays de la Loire, outil essentiel contre la crise

La SEM Régionale des Pays de la Loire, outil essentiel contre la crise La SEM Régionale des, outil essentiel contre la crise Dossier de presse Conférence de presse La Roche-sur-Yon, 8 juin 2009 Sommaire : Communiqué de synthèse En annexe : - Fiches SEM - Note de conjoncture

Plus en détail

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI (adsbygoogle = window.adsbygoogle []).push({}); franchisé WSI Témoignage d'un Témoignage d'un franchisé Midas Témoignages de franchisés Autosmart Témoignages de franchisés La Mie Câline Témoignages franchisé

Plus en détail

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Maillage 3D adapté à l écoulement d air à l arrière d un avion supersonique Vous êtes dirigeant de PME de la filière logicielle et conscient que l innovation

Plus en détail

Cadrer la stratégie boursière

Cadrer la stratégie boursière Chapitre 1 Cadrer la stratégie boursière Chercher la valeur dans tout investissement Qu est-ce que la stratégie boursière? Elle consiste à «chercher la valeur», nom technique utilisé par les analystes

Plus en détail

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B É t u d e WHY CONSULTING Performance Commerciale en B2B La performance commerciale d une entreprise est un sujet complexe qui emprunte des chemins différents selon les organisations et les marchés, car

Plus en détail

Les Règles d Or pour réussir son Projet CRM

Les Règles d Or pour réussir son Projet CRM Les Règles d Or pour réussir son Projet CRM L I V R E B L A N C Sommaire Le CRM, clé de votre performance!... 3 Les règles d or pour réussir votre projet CRM... 4 Règle n 1 - Intégrer le projet de CRM

Plus en détail

UN MBA POUR QUI, POURQUOI?

UN MBA POUR QUI, POURQUOI? PARTIE 1 UN MBA POUR QUI, POURQUOI? L e MBA est une formation connue et reconnue dans le monde entier. Cependant, l appellation MBA n est pas un label déposé. Conséquence : l univers des MBA est un monde

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

Quand un investissement réduit permet la réussite

Quand un investissement réduit permet la réussite Quand un investissement réduit permet la réussite Il s installe dans l ancien local vide de la boulangerie déplacée à 100 m et fait le choix d un investissement réduit. Pour leur première installation,

Plus en détail

N 1. WiSEED finance en capital les startups dès 100 000. WiSEED en quelques chiffres. des investisseurs au sein d un holding dédié à votre entreprise.

N 1. WiSEED finance en capital les startups dès 100 000. WiSEED en quelques chiffres. des investisseurs au sein d un holding dédié à votre entreprise. N 1 WiSEED finance en capital les startups dès 100 000 L a plateforme de crowdfunding WiSEED, pionnière et n 1 en France depuis 2008, a déjà permis à plus de 50 startups de lever plus de 15 millions d

Plus en détail

E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter

E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter Le e-commerce selon les derniers chiffres est en bonne croissance. Il se dit que de belles perspectives l attendent. Mais, loin de tout optimisme

Plus en détail

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile 1 4 Les De plus en plus d organisations voient l Agilité comme une piste de solution aux problèmes auxquels elles sont confrontées. Par ailleurs,

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

dossier de presse weforge [ 2015 ]

dossier de presse weforge [ 2015 ] dossier de presse weforge [ 2015 ] 2 SOMMAIRE weforge, c est quoi? Weforge, c est quoi?... p. 2 Une réponse aux nouvelles façons de travailler Weforge Office... p. 4 Investir au profit des dynamiques de

Plus en détail

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE 8 Chapitre 1 L engouement pour les formations en management, au sein des écoles

Plus en détail

Guide pratique. Pour une recherche efficace de sponsors

Guide pratique. Pour une recherche efficace de sponsors Guide pratique Pour une recherche efficace de sponsors Guide Pratique Association Interfédérale du Sport Francophone asbl Quai de Rome 53 4000 LIEGE Tél.: 04/344 46 06 Fax: 04/344 46 01 E-mail: info@aisf.be

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 25 mai 2011 Contact presse : Cécile Mériguet cecile.meriguet@savoie-technolac.com 06 45 48 38 58 Illustrations et photos sur demande

DOSSIER DE PRESSE 25 mai 2011 Contact presse : Cécile Mériguet cecile.meriguet@savoie-technolac.com 06 45 48 38 58 Illustrations et photos sur demande // La Base Académie // DOSSIER DE PRESSE 25 mai 2011 Contact presse : Cécile Mériguet cecile.meriguet@savoie-technolac.com 06 45 48 38 58 Illustrations et photos sur demande Dispositif d accompagnement

Plus en détail

Techniques d accueil clients

Techniques d accueil clients Techniques d accueil clients L accueil est une des phases capitales lors d un entretien de vente. On se rend tout à fait compte qu un mauvais accueil du client va automatiquement engendrer un état d esprit

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

Lancer et réussir sa campagne de collecte

Lancer et réussir sa campagne de collecte Lancer et réussir sa campagne de collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Lancer et réussir votre campagne de collecte Étape 1 : Rédiger votre page de collecte - Présenter votre projet

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management 2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management Double-diplôme INSEEC BACHELOR/FACulté DE PHARMACIE Bachelor en Management Un double-diplôme inseec bachelor / faculté de pharmacie CAleNDRieR

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

LE DOSSIER IMMO DU MOIS. sans stress! mum DEMENAGER... immo. ÉLe déménagement idéal É

LE DOSSIER IMMO DU MOIS. sans stress! mum DEMENAGER... immo. ÉLe déménagement idéal É ÉLe déménagement idéal É DEMENAGER... sans stress! LE DOSSIER IMMO DU MOIS Un déménagement, ça stresse énormément? Il est vrai que ce changement de repères peut chambouler notre petit monde et celui de

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Les fonds d investissement

Les fonds d investissement Un objectif commun la croissance des PME Les fonds d investissement Le manque de maturité de certaines entreprises, les techniques de pointe qu elles développent, rendent difficile l appréciation de leur

Plus en détail

Couveuse d Activités et d Entreprises. Sécuriser le parcours des créateurs

Couveuse d Activités et d Entreprises. Sécuriser le parcours des créateurs Couveuse d Activités et d Entreprises Sécuriser le parcours des créateurs Besoin d un appui au démarrage? Un créateur d entreprise, même s il a très bien préparé son projet, a en tête beaucoup de questions

Plus en détail

«L entraîneur médiocre parle, le bon explique, le super démontre et le meilleur inspire» John Kessel

«L entraîneur médiocre parle, le bon explique, le super démontre et le meilleur inspire» John Kessel «L entraîneur médiocre parle, le bon explique, le super démontre et le meilleur inspire» John Kessel Pascale JOLY, Fondatrice du Cabinet : COACHDAFFAIRES Entrepreneur, Executive & Business Coach AAA Autodidacte,

Plus en détail

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement?

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Ce livret vous a été remis en complément de la vidéo «4 éléments pour travailler plus efficacement». Visitez http://methode-prepa.com pour

Plus en détail

Sommaire. Paroles du fondateur. Historique. Notre constat du marché. Notre concept. Notre offre. Notre ambition pour le réseau.

Sommaire. Paroles du fondateur. Historique. Notre constat du marché. Notre concept. Notre offre. Notre ambition pour le réseau. dossier de presse Sommaire page 4 : page 5 : page 6 : page 7 : page 8 : page 9 : page 10 : page 12 : page 13 : page 15 : page 17 : Paroles du fondateur Historique Notre constat du marché Notre concept

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Juin 2014. Le covoiturage de la mer. Le site leader de la co-navigation!

DOSSIER DE PRESSE Juin 2014. Le covoiturage de la mer. Le site leader de la co-navigation! DOSSIER DE PRESSE Juin 2014 Le covoiturage de la mer Le site leader de la co-navigation! UNE NOUVELLE FACON DE NAVIGUER Le partage : nouveau monde de consommation! Partager sa voiture ou encore sa maison

Plus en détail

Guide Pratique Gérez efficacement vos contacts

Guide Pratique Gérez efficacement vos contacts Guide Pratique Gérez efficacement vos contacts SOMMAIRE Avant Propos 3 Faites un bilan de votre situation actuelle 4 Quelle est la différence entre un logiciel de gestion de contacts et mon organisation

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Créer son entreprise - 2012. Marketing. Les bases Les premières démarches. GENILEM www.genilem.ch

Créer son entreprise - 2012. Marketing. Les bases Les premières démarches. GENILEM www.genilem.ch Créer son entreprise - 2012 Marketing Les bases Les premières démarches 1 Créer son entreprise - 2012 A la fin du cours, vous serez en mesure de savoir ce qu est le marketing vous poser les bonnes questions

Plus en détail

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable «Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde» Gandhi works et n n a lo y b a B n o ti a ci o ss a L Babyloan

Plus en détail

LE PRET À LA CRÉATION D ENTREPRISE DE A À Z

LE PRET À LA CRÉATION D ENTREPRISE DE A À Z DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2006 POUR FINANCER ET ACCOMPAGNER LES PME LE PRET À LA CRÉATION D ENTREPRISE DE A À Z 13 millions de Français rêvent de créer leur entreprise (enquête IFOP, janvier 2006). En

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail

Dossier de presse Holimeet

Dossier de presse Holimeet Dossier de presse Holimeet Mardi 9 juin 2015 holimeet@gmail.com holimeet.fr Table des matières Communiqué Présentation de Holimeet 3 4-5 Le concept Holimeet, dans la mouvance du tribalisme planétaire La

Plus en détail

Transformation Digitale

Transformation Digitale M M A R K E N T I V E Transformation Digitale des entreprises www.markentive.fr Agence de Stratégie Digitale à Paris 14, Rue Mandar 75002 PARIS +33 (0)1.56.88.49.03 contact@markentive.com 2 Sommaire A

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Ce document a comme objectif de présenter le contenu d'un cycle d ateliers de formations à la création d entreprise, spécifique

Plus en détail

Découvrez La Formule Magique Pour Gagner De L argent Sur Internet

Découvrez La Formule Magique Pour Gagner De L argent Sur Internet Découvrez La Formule Magique Pour Gagner De L argent Sur Internet De VOTRE NOM votre-site.com Licence Licence Droit De Revente Maître : [OUI] Vendre le ebook en version PDF (minimum 17 euros) [OUI] Vendre

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

Les revenus de l activité professionnelle

Les revenus de l activité professionnelle Comment ne pas se tromper quand on commence, et surtout faut-il ne pas se tromper? À chacun de trouver la réponse à cette question, ô combien personnelle. Le but de cet ouvrage est de débroussailler un

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Consultant indépendant en portage salarial

Consultant indépendant en portage salarial Consultant indépendant en portage salarial AD Missions met à votre disposition un éventail de services efficaces destinés à simplifier la gestion de votre activité et stimuler son développement. Un accompagnement

Plus en détail