Global Entrepreneurship Monitor

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Global Entrepreneurship Monitor"

Transcription

1 Global Entrepreneurship Monitor L entrepreneuriat en comparaison internationale Rapport national suisse 2009 Rico J. Baldegger Andreas A. Brülhart Mathias J. Rossi Patrick E. Schüffel

2 Réalisé avec le soutien de:

3 Remerciements Les auteurs tiennent à remercier vivement les experts nationaux qui ont aimablement accepté de nous donner leur point de vue sur les conditions cadres de la création d entreprise en Suisse. Nous remercions également les 2024 personnes qui ont accepté de participer à l enquête téléphonique réalisée par l entreprise DemoSCOPE. Ce rapport n aurait pas pu se concrétiser sans l appui généreux de l agence pour la promotion de l innovation (CTI) et de l Institut suisse pour la formation à l entrepreneuriat. Diverses personnes ont contribué de manière exceptionnelle à cette étude d envergure. Les auteurs souhaitent en premier lieu remercier Muriel Berger, collaboratrice scientifique de l Institut Entrepreneuriat & PME, qui a assuré la coordination avec efficience et efficacité ainsi que Danièle Rueger et Otto Raemy pour la révision constructive et la traduction. Les auteurs tiennent aussi à remercier l équipe de coordination du projet GEM, en particulier Mick Hancock, Chris Aylett, Niels Bosma, Alicia Corduras et Yana Litovsky, ainsi que les commanditaires du projet GEM au Babson College, Babson Park, MA (USA), à l Universidad del Desarollo, Santiago, au Chili et à l Université de Reykjavik, Reykjavik, Islande. Ce rapport reprend certains éléments des résultats du rapport mondial «Bosma, N. & Levie, J. (2010). Global Entrepreneur ship Monitor 2009 Executive Report», disponible en ligne à l adresse suivante: Les données utilisées dans cette étude ont été collectées et traitées de manière centralisée par le consortium GEM. Les auteurs assument toute la responsabilité en ce qui concerne l analyse et l interprétation des données. Les auteurs du rapport GEM En tant que professeur de gestion et d entrepreneuriat à la Haute école de gestion de Fribourg, Rico J. Baldegger dirige l Institut Entrepreneuriat & PME et exerce le rôle de responsable académique du Master in Entrepreneurship. Il a fait ses études à l Université de St-Gall et a obtenu son doctorat à l Université de Fribourg. Il est l auteur de nombreuses publications sur les thèmes des processus de fondation d entreprises, de l internationalisation des PME et de la réorganisation des entreprises familiales. Andreas Brülhart est responsable de filière pour le Master in Entrepreneurship à la Haute école de gestion de Fribourg. Il a étudié à Fribourg et Vaduz et travaille actuellement à son doctorat à la Hochschule Liechtenstein. Ses sujets de recherche se situent dans les domaines «Opportunity Recognition» et «Entrepreneurship Education». Il bénéficie de plusieurs années d expérience dans les start-ups. Mathias J. Rossi est professeur en organisation et en ressources humaines à la Haute école de gestion de Fribourg. Docteur de la faculté des HEC de l Université de Lausanne, ses intérêts de recherche et ses publications récentes portent sur l entrepreneuriat féminin, l entrepreneuriat senior, l entrepreneuriat social et la mesure de la performance entrepreneuriale. Patrick Schüffel travaille en tant que business developer et consultant à Zurich et est chargé de cours à la Haute école de gestion de Fribourg. Après avoir obtenu un diplôme à l Université de Mannheim, un master à la Haute école de gestion de Bergen en Norvège, il a terminé un doctorat à la Henley Business School de l Université de Reading. Il a publié de nombreux articles et ouvrages sur le thème de l entrepreneuriat, de la stratégie et du commerce international Swiss Executive Report 1

4 Management Summary Ce cinquième rapport national suisse du projet Global Entrepreneurship Monitor (GEM) décortique l activité entrepreneuriale en Suisse, et traite de sujets particuliers comme l entrepreneuriat social, l entrepreneuriat féminin et le financement des activités entrepreneuriales. Le projet GEM est un projet de recherche international lancé conjointement dans les années 1990 par la London Business School en Angleterre et le Babson College aux Etats-Unis. Le rapport global du GEM compare les résultats obtenus dans 54 pays, alors que le rapport suisse se concentre sur les résultats dans notre pays, et les compare essentiellement avec ceux des pays dont l économie est aussi basée sur l innovation. En outre, ce rapport met l accent sur certains thèmes particuliers, comme l esprit d entreprise, les activités et les ambitions, ainsi que les conditions cadres pour entreprendre. Enfin l impact de la récession économique sur les activités des entreprises sera développé. Attitudes entrepreneuriales et perceptions de l entrepreneuriat: en règle générale, les attitudes et les perceptions de la population adulte à l égard de l entrepreneuriat sont supérieures à la moyenne des pays dont l économie est basée sur l innovation. Par contre, l attention portée en Suisse à l entrepreneuriat et aux entrepreneurs par les médias pourrait être améliorée. Activités entrepreneuriales: au moment de l enquête, à peine 7,7 % des adultes en Suisse étaient en phase de création d entreprise (entrepreneurs potentiels) ou à la tête d une entreprise de moins de 3 ans (jeunes entrepreneurs). Ce taux d activité entrepreneuriale (TEA) est en constante augmentation depuis 2005, et permet à la Suisse d occuper le 6 e rang parmi les pays comparables. Ambitions entrepreneuriales: les ambitions entrepreneuriales pour les entreprises à fort potentiel de croissance (HEA) obtiennent un score de 0.6 %, plaçant ainsi la Suisse en 13 e position parmi les 20 pays dont l économie est basée sur l innovation. La composante innovante considérée comme un indicateur supplémentaire de la volonté d entreprendre n est en Suisse pas supérieure à la moyenne. Cette image de l ambition entrepreneuriale peut être complétée par une orientation internationale relativement modérée des activités entrepreneuriales. Conditions cadres pour entreprendre: les conditions cadres en Suisse ont été évaluées par les experts comme étant sensiblement meilleures que dans les autres pays dont l économie est basée sur l innovation. Les points forts de la Suisse sont les infrastructures matérielles, la protection de la propriété intellectuelle, les finances, les connaissances et la technologie ainsi qu une stabilité du marché intérieur. Par contre, les règles administratives, la fiscalité, l engagement politique ainsi que les normes et valeurs sociétales ont été moins bien notés. L entrepreneuriat et la récession : la crise économique a laissé des traces visibles dans l activité entrepreneuriale en Suisse. Bien que l indépendance en tant que choix de carrière continue à être perçue favorablement (plus d entreprises ont été créées que durant la même période l an dernier), les jeunes entrepreneurs ont été plus nombreux à cesser leur activité et les ambitions internationales des entreprises ont été nettement redimensionnées. Un sentiment de pessimisme est clairement perceptible à propos des opportunités d affaires, de la création ou du développement des entreprises. La situation est encore plus grave puisque nous constatons qu elle touche les entrepreneurs de tous âges, toutes branches et tous types de formation Swiss Executive Report

5 Sommaire Figures 4 Tableaux 5 1 Introduction Le modèle GEM Comment le GEM mesure-t-il l entrepreneuriat? Le GEM en Suisse 9 2 Une vue d ensemble de l entrepreneuriat en Attitudes et perceptions vis-à-vis de l entrepreneuriat Activité entrepreneuriale Ambitions entrepreneuriales Les conditions cadres pour entreprendre 23 3 L entrepreneuriat et la récession de Impacts de la récession sur le processus d entrepreneuriat Impacts de la récession sur le type d entrepreneur 29 4 Thème spécial I: Activité entrepreneuriale sociale «Social Entrepreneurship» Propagation de l activité de création entrepreneuriale sociale Comparaison entre les taux TAE et l activité entrepreneuriale sociale Typologie de l activité entrepreneuriale sociale 36 5 Thème spécial II: «Entrepreneurial Finance» Capital initial informel Le Business Angel en Suisse Capital-risque 40 6 Thème spécial III: «Female Entrepreneurship» Evolution de l activité entrepreneuriale féminine Profil de l entrepreneuriat des femmes Perspectives 43 Bibliographie 44 Liste des experts 45 Glossaire 46 Notes 47 Copyright 2010 R. Baldegger, A. Brülhart, M. Rossi et P. Schüffel Graphisme et mise en page: STLDESIGN - Estelle Hofer-Piguet Dans le présent document, toute désignation de personne, de statut et de fonction vise indifféremment l homme ou la femme Swiss Executive Report 3

6 Figures Figure 1: Le modèle GEM 8 Figure 2: Les étapes clés de l entrepreneuriat 9 Figure 3: Figure 4: Crainte d échouer chez les individus ayant une bonne opportunité d affaires en relation avec la population interrogée, Taux d activité entrepreneuriale dans les 20 pays dont l économie est basée sur l innovation, avec un intervalle de confiance de 95 % 13 Figure 5: Raisons de la cessation d une activité économique, par groupes de pays et en Suisse, Figure 6: Taux d activité entrepreneuriale et PIB par habitant en USD (source: GEM et FMI, 2009) 15 Figure 7: Activité entrepreneuriale (TEA) par secteurs, Figure 8: Entreprises établies par secteurs 16 Figure 9: Taux d activité entrepreneuriale par catégories d âge et groupes de pays, Figure 10: Activité entrepreneuriale par catégories d âge pour la Suisse 17 Figure 11: Entrepreneurs seniors par secteurs, Figure 12: Taux d activité entrepreneuriale par genre dans les pays dont l économie est basée sur l innovation, Figure 13: Activité de création d entreprises à forte aspiration de croissance (HEA), Figure 14: Propagation relative de créations d entreprises à croissance forte et modérée, Figure 15: Taux des activités entrepreneuriales (TEA) avec de nouveaux produits et/ou marchés, Figure 16: Part des activités de création d entreprises avec orientation internationale, Figure 17: Protection des travailleurs et activité entrepreneuriale à haut potentiel de croissance, Figure 18: Conditions cadres pour entreprendre (avis d expert) par groupes de pays et pour la Suisse (moyenne non pondérée) 25 Figure 19: Normes et valeurs sociales (avis d experts) en Suisse, Figure 20: Transfert technologique et scientifique (avis d experts) en Suisse, Figure 21: Figure 22: Figure 23: Point de vue des entrepreneurs sur les opportunités de créer une entreprise en comparaison annuelle, par niveau de développement des pays (moyennes nationales non pondérées), Point de vue des entrepreneurs sur les opportunités de croissance d une entreprise en comparaison annuelle, par niveau de développement des pays (moyennes nationales non pondérées), Effets de la crise économique sur la perception des opportunités d affaires par les entrepreneurs, par niveau de développement des pays (moyennes nationales non pondérées), Swiss Executive Report

7 Figure 24: Figure 25: Effets de la crise économique sur la perception des opportunités d affaires par les entrepreneurs, par niveau de développement des pays et selon l âge des interrogés (moyennes nationales non pondérées), Effets de la crise économique sur la perception des opportunités d affaires par les entrepreneurs, par niveau de développement des pays et selon le niveau de formation des interrogés (moyennes nationales non pondérées), Figure 26: Activité entrepreneuriale sociale (SEA) par pays dans les économies mues par l innovation, Figure 27: Activité entrepreneuriale sociale (SEA) par groupe d âge, Figure 28: Typologie des activités de l entrepreneuriat social, Figure 29: Part d investisseurs informels parmi la population des 18 à 64 ans (avec un intervalle de confiance de 95 %), Figure 30: Niveau du capital initial informel en pour cent du PIB (sources: GEM et IMF), Figure 31: Figure 32: Capital initial nécessaire par rapport au PIB par habitant en USD (moyenne) (Sources: GEM et FMI), Investissement en capital-risque en pourcentage du PIB, après une phase de croissance (Source: EVCA.com et les associations nationales de capital-risque) 41 Figure 33: Evolution de l activité entrepreneuriale féminine entre 2003 et Figure 34: Taux d activité entrepreneuriale des femmes, par secteurs, Tableaux Tableau 1: Attitudes et perceptions entrepreneuriales dans les 20 pays dont l économie est basée sur l innovation. (Source: GEM et FMI, 2009) 11 Tableau 2: Activité entrepreneuriale dans les 20 pays dont l économie est basée sur l innovation 12 Tableau 3: Classement des conditions cadres (avis d experts), Tableau 4: Tendances entrepreneuriales dans les pays basés sur l innovation (Source: GEM et FMI), en comparaison avec Tableau 5: Activité entrepreneuriale sociale tout au long du processus entrepreneurial, GEM Swiss Executive Report 5

8 1 Introduction 1.1 Le modèle GEM L année 2009 restera dans toutes les mémoires en raison de la récession et notamment de ses incidences négatives mondiales dans la plupart des économies. Alors que les nations et les régions tentent de reconstruire leur économie, la compréhension générale de la relation entre initiative entrepreneuriale et développement économique reste encore incomplète. Ceci est d une part imputable au fait que les deux domaines sont observés séparément. D autre part, les données internationales harmonisées sont insuffisantes dans le domaine de l entrepreneuriat. Depuis 1997, l organisation Global Entrepreneurship Monitor (GEM) s efforce donc de combler cette carence en menant chaque année une collecte harmonisée de données et en recourant dans le monde entier à la collaboration d experts du domaine de l entrepreneuriat. Le Global Report, contenant une comparaison de tous les pays participants, est à chaque fois publié au début de l année et constitue la base des rapports nationaux publiés par la suite. Le projet de recherche GEM concentre ses intérêts sur trois grands objectifs: mesurer les différences relatives au niveau des activités entrepreneuriales entre les pays, déceler les facteurs qui influencent les activités entrepreneuriales au niveau national, identifier les conditions politiques à même de favoriser les activités entrepreneuriales. Les analyses traditionnelles de la croissance économique et de la compétitivité ont tendance à négliger le rôle des nouvelles et petites entreprises dans l économie nationale. L étude GEM implique par contre une approche complète, qui tient compte du degré des activités entrepreneuriales au sein d un pays et détermine les différentes natures et phases de l entrepreneuriat. Bien que seuls des pays à revenu élevé aient participé aux premières études GEM, l ambition a toujours été d intégrer autant de pays que possible afin de soutenir les décideurs politiques dans leurs efforts de promotion du développement économique par le biais d activités entrepreneuriales. En 2009, le nombre des pays participants a augmenté de 25 % pour atteindre 54 pays. Les 54 nations présentent une forte différence en termes de développement économique, raison pour laquelle elles sont depuis 2008 attribuées aux catégories suivantes: économies mues par les facteurs, par l efficacité et par l innovation. I La comparaison entre pays ne comparer que le comparable Depuis le «GEM Global Report 2008», la comparaison entre pays utilise la classification du «Global Competitiveness Report» (Porter, Sachs et McArthur, 2002). Cette classification prévoit la subdivision des pays en trois groupes. Un premier groupe est composé des pays de faible puissance économique, lesdites économies mues par les facteurs. La croissance de ces pays découle principalement d une plus grande utilisation de facteurs de production primaires (terres, gisements de matières premières, main-d œuvre peu qualifiée). La croissance économique du deuxième groupe (économies mues par l efficacité) repose avant tout sur une augmentation de l efficacité, obtenue assez souvent par des investissements directs étrangers (p. ex., importation de technologies de production). Les pays du troisième groupe, les économies mues par l innovation, se caractérisent par de gros investissements dans la formation, la recherche et le développement, tant de la part de l Etat que du secteur privé. Des processus sociaux d apprentissage, des hiérarchies planes dans les organisations ainsi que des échanges intenses entre producteurs et clients favorisent le développement et le lancement de nouveaux produits et services. Dans ce contexte, de jeunes entreprises innovantes peuvent jouer un rôle important. La Suisse fait partie des économies dites «innovationdriven». Parmi les 54 entreprises ayant participé au GEM 2009, 20 proviennent de pays appartenant à ce groupe. Ces pays constituent le groupe de comparaison pour les données de la Suisse Swiss Executive Report

9 Economies mues par les facteurs: Arabie Saoudite*, Cisjordanie et Bande de Gaza, Algérie*, Guatemala*, Jamaïque*, Liban*, Maroc, Ouganda, Tonga, Venezuela*, Yémen. Economies mues par l efficacité: Afrique du Sud, Argentine, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Chili, Chine, Colombie, Croatie*, Equateur, Hongrie *, Iran, Jordanie, Lettonie*, Malaisie, Panama, Pérou, République Dominicaine, Roumanie*, Russie*, Serbie, Tunisie, Uruguay. Economies mues par l innovation: Allemagne, Belgique, Corée du Sud, Danemark, Emirats Arabes Unis, Espagne, Etats-Unis d Amérique, Finlande, France, Grande-Bretagne et Irlande du Nord, Grèce, Hong- Kong, Islande, Israël, Italie, Japon, Norvège, Pays-Bas, Slovénie, Suisse. * Pays en voie de transition vers le niveau suivant L entrepreneuriat joue un rôle différent dans chacune des phases du développement économique. Dans les économies mues par l innovation, les activités industrielles se déplacent progressivement vers le secteur des prestations de service, la recherche et le développement sont renforcés et l intensité des connaissances augmente dans le secteur industriel et tertiaire. Ces développements ouvrent la voie à des activités entrepreneuriales innovantes. Il n est pas rare que de jeunes entreprises innovantes disposent, lors de la création d innovations, de certains avantages par rapport à des grandes entreprises établies et représentent ainsi une part importante de «destruction créatrice». Les jeunes entreprises mues par l innovation et en quête d opportunités peuvent contribuer à une part considérable de la croissance et de la création de bien-être, pour autant qu elles soient nées dans un environnement économique et financier sain et stable Attitudes, activités et ambitions entrepreneuriales Diverses définitions de l entrepreneuriat circulent dans la littérature. Le modèle GEM intègre les diverses perspectives de l entrepreneuriat et admet qu une série de grandeurs peuvent influencer les attitudes, l activité et les ambitions (Attitudes, Activities and Aspirations) entrepreneuriales. L interaction dynamique de ces trois composantes donne lieu à une activité entrepreneuriale productive création d emplois et de bien-être. Les attitudes entrepreneuriales sont des attitudes par rapport à l entrepreneuriat. Dans quelle mesure la population croit-elle qu il y a de bonnes opportunités d affaires ou de quel statut les entrepreneurs jouissent-ils dans la société? Ceci dépend de l attitude entrepreneuriale. Quels risques est-on prêt à courir ou comment estime-t-on les capacités, le savoir et l expérience en matière de création d entreprise, en sont d autres éléments importants. Les attitudes entrepreneuriales influencent l activité des entrepreneurs et vice-versa. Les individus qui connaissent des entrepreneurs ou des fondateurs et sont donc familiariser avec ce processus auront tendance à avoir une attitude plus positive envers l entrepreneuriat. Et ce sont justement les pays mus par l innovation qui ont besoin d individus à même d identifier et de réaliser des opportunités d affaires. Une attitude positive envers l entrepreneuriat au niveau national s exprime par des mesures de soutien, la mise à disposition d une aide financière et d autres appuis. L activité entrepreneuriale peut prendre différentes formes. Dans ce cas, le nombre absolu d entreprises fondées par la population est important, de même que le rapport entre les créations et les fermetures d entreprise. Les activités entrepreneuriales peuvent se différencier aux niveaux les plus divers. Elles sont par exemple subdivisées par branche, par taille de l équipe des fondateurs ou selon des indicateurs démographiques comme le sexe, l âge ou le niveau de formation du fondateur. L activité entrepreneuriale est perçue comme un processus (Gartner, 1985). C est pour cette raison que le GEM enregistre l activité entrepreneuriale à divers stades de l intention de fonder l entreprise jusqu à l arrêt de l activité entrepreneuriale, en passant par l entreprise établie. Les ambitions entrepreneuriales décrivent l aspect qualitatif de l activité entrepreneuriale. Par exemple, les efforts entrepris pour lancer de nouveaux produits ou processus, pour prospecter les marchés internationaux, pour mettre en place une nouvelle organisation ou pour générer de la croissance avec des capitaux externes. Les ambitions entrepreneuriales mises en œuvre peuvent avoir une incidence déterminante sur l activité entrepreneuriale. GEM a effectué des mesures en vue d identifier les activités entrepreneuriales présentant un haut potentiel de croissance (high-aspiration entrepreneurship) Swiss Executive Report 7

10 1.1.2 Conditions cadres entrepreneuriales Les conditions cadres entrepreneuriales décrivent les propriétés de l environnement socio-économique qui ont une incidence notable sur l entrepreneuriat. Les conditions cadres de l entrepreneuriat dans des économies mues par les facteurs et l efficacité sont tirées du Global Competitiveness Report (Schwab, 2009). Le modèle GEM élargit des conditions cadres spécifiques pour l entrepreneuriat et l innovation (voir Levie et Autio, 2008 pour ce qui est des bases théoriques). Les conditions cadres sont toutes déterminantes pour un pays, qu il soit mû par les facteurs, l efficacité ou l innovation. Les pays sont classés selon la phase qui est la plus importante pour le niveau de développement actuel; en conséquence, l importance des conditions cadres entrepreneuriales dépend également de la phase du développement économique. Toutes les conditions cadres peuvent être tirées du modèle GEM (figure 1). Le modèle GEM explicite de quelle manière l entrepreneuriat est influencé par le contexte national. Dans le projet GEM, les conditions cadres sont saisies via un entretien standardisé avec des experts nationaux de l entrepreneuriat. Les trois composantes de l entrepreneuriat (attitudes, activité et ambitions) peuvent également être tirées du modèle. Ces éléments sont recueillis par le biais d une enquête harmonisée au niveau international de la population adulte GEM et la relation entre entrepreneuriat et développement économique Bien que le projet GEM saisisse des données uniques en leur genre dans le domaine des conditions cadres et des attitudes, activités et ambitions entrepreneuriales, il n est pas envisagé de définir l effet de l entrepreneuriat sur le développement économique. Cette relation est plutôt difficile à appréhender. Différents types et différentes phases d entrepreneuriat influencent la croissance économique (Sternberg et Wennekers, 2005). En outre, la relation est réciproque. L entrepreneuriat influence la croissance économique qui, à son tour, influence l entrepreneuriat. De premières approches permettant de démêler cette interdépendance complexe sont fournies par Van Stel et al. (2005), Acs et Varga (2005), Acs et Amoros (2008) ainsi que par Koellinger et Thurik (2009). II Exigences de base - Institutions - Infrastructure - Stabilité macroéconomique - Santé et formation de base Figure 1: Le modèle GEM Contexte social, culturel, politique Depuis d autres sources disponibles Tiré du GEM National Expert Survey Facteurs d'accroissement de l'efficacité - Formation universitaire et professionnelle - Efficacité du marché des marques - Efficacité du marché du travail - Sophistication du marché financier - Disponibilité technologique - Taille du marché Innovation et entrepreneuriat - Financement entrepreneurial - Politique gouvernementale - Programme gouvernemental pour l'entrepreneuriat - Formation entrepreneuriale - Transfert R&D - Infrastructure légale et commerciale pour l'entrepreneuriat - Ouverture du marché intérieur - für Unternehmertum - Infrastructure physique pour l'entrepreneuriat - Normes socioculturelles Entreprises établies (Primary Economy) Entrepreneuriat Attitudes: - Opportunités / occasions saisies - Capacité saisie Activité: - Stade précoce (early-stage) - Persistance/endurance - Exits Ambitions: - Croissance - Innovation - Création de valeurs sociales Tiré du GEM Adult Population Survey (APS) Nouvelle branche, croissance de l'entreprise Croissance économique nationale (innovation des postes de travail et innovation technique) Swiss Executive Report

11 1.2 Comment le GEM mesure-t-il l entrepreneuriat? Contrairement à la plupart des autres jeux de données sur l entrepreneuriat, le GEM n effectue pas ses mesures au niveau de l entreprise, mais à celui de l individu. GEM examine le rôle, le comportement de l individu par rapport aux attitudes, activités et ambitions entrepreneuriales. Dans l optique du processus de l entrepreneuriat, l activité entrepreneuriale est subdivisée en diverses phases (figure 2). Le paiement des salaires à une personne, y compris le propriétaire sur une période de plus de trois mois, est interprété comme une création d entreprise. Les personnes qui préparent activement des ressources en vue d une création, mais qui n ont pas encore procédé à la création, sont appelées «Entrepreneurs émergents» (nascent entrepreneurs). Les individus qui possèdent et gèrent une entreprise, mais qui n ont pas encore payé de salaires pendant plus de 42 mois, sont appelés «Entrepreneurs nouveaux» (new business owner-managers). Les 42 mois correspondent à une durée issue de conclusions théoriques et pratiques sur la phase de démarrage des entreprises (voir à ce sujet Reynolds, Bosma, Autio et al., 2005). Le taux total d activité entrepreneuriale (TAE ou Total Entrepreneurial Activity, TEA) est obtenu en additionnant les entreprises émergentes et nouvelles. Les personnes qui ont versé des salaires pendant plus de 42 mois sont définies comme des «Entrepreneurs établis» (established business owner). Enfin, les individus qui ont cessé une activité entrepreneuriale durant les douze derniers mois sont également saisis. 1.3 Le GEM en Suisse En 2009, la Suisse a participé pour la cinquième fois au projet GEM, qui existe depuis A l avenir, elle vise une participation annuelle au projet GEM, afin d établir pour la Suisse une base de données fiable sur le thème de l entrepreneuriat. Une base de données qui présente un fort potentiel d analyse et offre les bases pour des mesures politiques et privées et d autres études. Au printemps et en été 2009, l institut d étude de marché reconnu Demoscope a interrogé par téléphone 2024 personnes, âgées de 18 à 99 ans et choisies au hasard en Suisse. En outre, 36 experts nationaux de l entrepreneuriat ont été interviewés sur les conditions cadres de l entrepreneuriat en Suisse. La direction du projet GEM pour la Suisse est assumée par l Institut Entrepreneuriat & PME de la Haute école de gestion de Fribourg (www.gem-suisse.ch). Le rapport de cette année contient différents thèmes spéciaux, en plus des données sur l activité entrepreneuriale en général et des analyses sur les incidences de la récession. Le chapitre 4 est consacré aux explications sur le «Social Entrepreneurship» alors que le chapitre 5 traite de l «Entrepreneurial Finance». La série des thèmes spéciaux s achève par un chapitre consacré au «Female Entrepreneurship». Fermeture de l'entreprise Taux d'activité entrepreneuriale (TAE) Entrepreneurs potentiels: opportunités, savoir et compétences Entrepreneurs émergents: travaillent sur des projets d entreprise en gestation Nouveaux entrepreneurs: propriétaires dirigeants d'entreprises nouvelles (moins de 3.5 années) Conception Fondation Pérennité Entrepreneurs établis: propriétaires dirigeants d entreprises établies (plus de 3.5 années) Figure 2: Les étapes clés de l entrepreneuriat 2009 Swiss Executive Report 9

12 2 Une vue d ensemble de l entrepreneuriat en 2009 Dans ce chapitre, nous montrerons comment se situe la Suisse en ce qui concerne les attitudes, les activités et les motivations entrepreneuriales. La Suisse sera comparée avec les 20 pays à économie basée sur l innovation. La partie 2.1 présentera tout d abord les attitudes et les perceptions par rapport à l entrepreneuriat. La partie 2.2 présentera ensuite une analyse de l activité entrepreneuriale en Suisse, en examinant successivement cette activité sous l angle de l abandon d activité, de la répartition par âge et par genre, et des secteurs économiques où elle s exerce. Le chapitre se clôt par une discussion sur les ambitions entrepreneuriales et les conditions cadres qui régissent l activité d entreprendre en Suisse. 2.1 Attitudes et perceptions vis-à-vis de l entrepreneuriat Pour qu une activité entrepreneuriale, quelle qu elle soit, puisse avoir lieu dans un pays donné, deux éléments doivent être présents: des opportunités entrepreneuriales, et des personnes ayant les compétences nécessaires à une activité entrepreneuriale. Il est donc autant important pour des individus de percevoir des opportunités d entreprendre dans la région où ils vivent que d estimer avoir les compétences nécessaires au lancement d une activité entrepreneuriale. Nous savons que le nombre ou la nature des opportunités perçues, de même que les compétences estimées, peuvent être développées par des éléments touchant aux spécificités nationales comme la croissance de l économie ou de la population, la culture, de même que les politiques menées en faveur de l entrepreneuriat. Il y a pourtant d autres facteurs en jeu. Une confrontation de la population, dans leur région ou à travers les médias, à des entrepreneurs talentueux qui font preuve de succès, pourrait conduire les gens à estimer plus fortement leurs compétences, sans d ailleurs que le niveau de compétences effectif s en trouve amélioré. L effet sera d autant plus fort lorsque le climat économique est favorable. Enfin, on pourra constater parmi la population certaines différences quant aux compétences estimées, différences qui s expliqueront par des raisons historiques socioéconomiques ou des raisons d ordre culturel. Qu une personne manifeste une perception positive à l égard de l entrepreneuriat n implique en rien qu elle se retrouvera avec certitude impliquée dans une activité de nature Peur de l'échec: % de la population (18-64 ans) 60% 55% 50% 45% 40% 35% 30% US KR CH FI AE DE SI UK IS DK HK IL IT FR GR ES JP Figure 3: Crainte d échouer chez les individus ayant une bonne opportunité d affaires en relation avec la population interrogée, % NO NL BE 20% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45% 50% 55% Peur de l'échec: % des individus ayant une bonne opportunité d affaires Swiss Executive Report

13 entrepreneuriale. Il y a en réalité plusieurs choix à faire, consciemment ou non. La première question qui se pose est celle des coûts d opportunité: il s agit de comparer les retombées estimées d une activité entrepreneuriale à celles qu on peut escompter en pratiquant une autre activité, l alternative la plus commune dans nos régions étant le statut de salarié. La seconde question est celle du risque, ou plus précisément le lien entre le risque pris et les retombées espérées. Même dans le cas où les retombées positives d une activité entrepreneuriale sont considérablement supérieures à celles de toute autre alternative, le risque estimé peut être considéré comme étant trop élevé pour se lancer. Si les perceptions individuelles liées à la prise de risque sont évidemment déterminantes lorsqu il s agit de passer d un statut d employé à celui d entrepreneur, des considérations démographiques comme le genre, l âge ou l origine jouent aussi un rôle. Les éléments mentionnés ci-dessus pourraient mener des individus à déclarer une intention de démarrer une entreprise, et même à agir dans ce sens. En Suisse comme dans la majorité des pays développés, il s agit d un entrepreneuriat par opportunité, par opposition à la situation d entrepreneuriat par nécessité qu on peut trouver dans des pays moins riches. Le Tableau 1 compare les indicateurs permettant d estimer la perception vis-à-vis de l entrepreneuriat en Suisse et dans les pays comparables, ceux dont l économie est basée sur l innovation. Dans ces pays, on s attend en général à une opinion plutôt positive vis-à-vis de l entrepreneuriat, couplée à une relativement faible intention d entreprendre. C est le cas en Suisse, où des scores plutôt élevés en matière de perceptions de l entrepreneuriat cohabitent avec des intentions entrepreneuriales plutôt faibles. Tableau 1: Attitudes et perceptions entrepreneuriales dans les 20 pays dont l économie est basée sur l innovation. (Source: GEM et FMI, 2009) Opportunités perçues Compétences perçues Peur de l'échec * Intentions entrepreneuriales ** Entrepreneuriat en tant que bonne chance de carrière Statut plus élevé des entrepreneurs prospères Attention des médias envers l'entrepre neuriat Belgique Danemark Allemagne Finlande France Grèce Hong Kong Islande Israël Italie Japon Pays-Bas Norvège Suisse Slovénie Espagne Corée du Sud Emirats Arabes Unis Etats-Unis Royaume-Uni Moyenne (non pondérée) * Dénominateur : population ans percevant de bonnes opportunités pour démarrer une affaire. ** Dénominateur : population ans n étant pas engagée dans une activité entrepreneuriale Swiss Executive Report 11

14 Ceci s explique certainement par les revenus relativement plus élevés que l on peut obtenir avec le statut de salarié. D autres éléments pourraient être considérés: en Suisse, selon les déclarations des experts, si le capital nécessaire est disponible, certaines lourdeurs administratives peuvent être vues comme un obstacle. Le questionnaire GEM demande aussi aux répondants si la crainte de l échec les empêcherait de démarrer une activité. Il est assez logique de penser que la crainte de l échec est moins présente chez les personnes qui décèlent de bonnes opportunités dans un avenir proche que dans la population en général, et c est bien sûr le cas en Suisse. Notre pays se range parmi ceux où la crainte de l échec, que ce soit pour les personnes décelant une opportunité ou pour la population en général, est la moins forte. Tous nos voisins affichent des scores bien plus élevés. S il est difficile d interpréter cette différence, on pourrait risquer l hypothèse que la relative bonne couverture sociale rend somme toute l échec moins pénalisant que dans d autres pays. Les attitudes générales vis-à-vis de l entrepreneuriat en Suisse sont mesurées par les trois indicateurs qui figurent sur le côté droit du tableau 1. Le premier indicateur évalue dans quelle mesure les répondants estiment que, en Suisse, l entrepreneuriat est considéré comme un choix de carrière acceptable. On sait que cet indicateur est d autant plus faible que le développement économique du pays en question est élevé, et de ce point de vue, la Suisse ne déroge pas à la règle. Le deuxième indicateur vérifie la considération dont bénéficient les entrepreneurs qui font preuve de succès. Ici, les différences entre les économies sont moins marquées, les entrepreneurs à succès sont crédités d un bon statut social par environ trois quarts des répondants. Le troisième indicateur quant à lui s intéresse à la popularité du thème de l entrepreneuriat en demandant aux répondants s ils estiment bonne la Tableau 2: Activité entrepreneuriale dans les 20 pays dont l économie est basée sur l innovation Entrepreneurs émergents Nouveaux entrepreneurs Activité entrepreneuriale totale (TAE) Entrepreneurs établis Fermeture de l entreprise Création par nécessité pas d autre option ( % du TAE) Création par opportunité amélioration du revenu ( % du TAE) Belgique Danemark Allemagne Finlande France Grèce Hong Kong Islande Israël Italie Japon Pays-Bas Norvège Suisse Slovénie Espagne Corée du Sud Emirats Arabes Unis Etats-Unis Royaume-Uni Moyenne (non pondérée) Swiss Executive Report

15 couverture médiatique de l entrepreneuriat. Si, globalement, l image de l entrepreneuriat est bonne en Suisse, meilleure que dans les pays comparables, notre pays se distingue nettement par le statut élevé qu obtiennent chez nous les entrepreneurs qui ont du succès. 2.2 Activité entrepreneuriale Le tableau 2 synthétise, pour les pays dont l économie est basée sur l innovation, l implication dans des activités entrepreneuriales à différents stades du processus. Les principaux indices mesurés dans ce tableau sont le taux d activité entrepreneuriale (TAE), autrement dit le taux d entrepreneurs émergents et le taux d entrepreneurs nouveaux. Le taux d entrepreneurs émergents donne une indication des entreprises qui sont en gestation. Le taux d entrepreneurs nouveaux indique, quant à lui, la participation des répondants dans une entreprise ayant payé des salaires depuis moins de 3 ans et demi au moment de l enquête. Pour ces deux indicateurs, l étude a pris en compte des entreprises dans laquelle les personnes interrogées étaient directement impliquées dans la gestion, sans en être forcément propriétaires à 100 %. Le taux d activité entrepreneuriale (TAE) présenté dans la figure 4 est l addition du taux d entrepreneurs émergents et du taux d entrepreneurs nouveaux. Les barres verticales représentent les intervalles de confiance de 95 %, ou marge d erreur, et indiquent la précision des estimations. La Suisse, avec un TAE de 7.7 %, se situe dans la moyenne supérieure des pays industrialisés, derrière les Emirats Arabes Unis, l Islande et la Grèce, mais très largement devant tous ses voisins directs. Le TAE de la Suisse est par ailleurs en progression constante depuis Nous avons demandé aux personnes, qui ont abandonné leur affaire dans les douze mois précédant l enquête, de préciser les raisons de cette cession. De ce point de vue, la Suisse se distingue des pays à structure économique comparable sur trois points: en Suisse, on abandonne dans une plus large mesure son entreprise pour des raisons de retraite, parce qu on a vendu son entreprise, et beaucoup moins parce qu on a trouvé un emploi. Sans examen en profondeur, il est difficile de se prononcer sur ces différences. Tout au plus pourrionsnous faire l hypothèse que chez nous, le choix se fait entre la retraite et l activité entrepreneuriale. Est-ce dû au relatif confort financier de la situation de bien des retraités, ou aux pièges fiscaux que cache l attribution d une rente parallèlement à un revenu? En ce qui concerne la vente de son entreprise, la Suisse fait face à une vague importante de personnes possédant leur entreprise et arrivant à l âge de la retraite. Or la remise de son entreprise dans le cercle extra-familial, souvent par le biais d une vente plutôt qu au sein de la famille, est une pratique attestée de plus en plus courante (Halter, Schrettle & Baldegger, 2009). Cesser son activité pour changer d emploi 20% % de la population (18-64 ans) 15% 10% 5% 0% Japon Belgique Danemark Hong Kong Italie Allemagne France Espagne Finlande Slovénie Royaume-Uni Israël Corée du Sud Pays-Bas Suisse Etas-Unis Norvège Grèce Islande Emirats Arabes Unis Figure 4: Taux d activité entrepreneuriale dans les 20 pays dont l économie est basée sur l innovation, avec un intervalle de confiance de 95 % 2009 Swiss Executive Report 13

16 est plus fréquent dans les pays qui nous entourent, c est peutêtre là le signe d une plus grande mobilité sur le marché du travail, ou peut-être, dans certains cas, l indice que l entrepreneuriat n est souvent considéré que comme une situation provisoire, en attendant de trouver une autre activité salariée TEA La figure 6 met en évidence la relation entre les TAE nationaux et produit national brut (PNB) avec parité de pouvoir d achat (PPA) par habitant. Les pays ayant un faible revenu par habitant ont une économie nationale caractérisée par une importante proportion de très petites entreprises (TPE). Au fur et à mesure que le revenu par habitant augmente, l industrialisation ainsi que des économies d échelle permettent à des entreprises de taille plus importante de satisfaire une demande en expansion et de jouer ainsi un rôle de plus en plus important dans l économie. Une certaine stabilité politique et économique est importante pour générer de la croissance, et ceci n est possible que par le développement d institutions fortes, et d un appareil législatif transparent et communément accepté. L augmentation du rôle de ces grandes entreprises peut s accompagner d une diminution du nombre de créations d entreprises, les gens trouvant un emploi salarié dans ces grandes organisations. Ainsi, on voit bien sur le graphique que l activité entrepreneuriale n est pas simplement fonction des différences de développement socio-économique, mais est aussi influencée par d autres facteurs, comme la croissance de la population, qui aura un effet sur la demande, ou la taille de la population d entrepreneurs, qui pourra jouer un rôle de modèle. La Suisse, qui se situe très clairement dans la partie droite du graphique, là ou le PIB par habitant est élevé, est plutôt dans la moyenne supérieure en ce qui concerne le TAE, au-dessus de la courbe. Figure 5: Raisons de la cessation d une activité économique, par groupes de pays et en Suisse, % 90% 80% Incident Raisons personnelles 70% Retraite 60% Cessation prévue d avance 50% 40% Autre possibilité d emploi/d affaires Occasion de vendre l entreprise 30% Problèmes de financement 20% Entreprise non profitable 10% 0% Economies mues par les facteurs Economies mues par l efficacité Economies mues par l innovation Suisse Swiss Executive Report

17 % des 18 à 64 ans impliqués dans une création d'entreprise (TEA) 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% UG GT YE JM CO PE CN VE TG DO DZ LB MA EC CL BR AR JO IR UY LV SY TN PA ZA HR MY BA YU RO RU HU SA GR KR IL ES SI FR UK IT DE JP AE IS CH NL FI DK BE HK US NO Figure 6: Taux d activité entrepreneuriale et PIB par habitant en USD (source: GEM et FMI, 2009) 0% PIB par tête, parité de pouvoir d'achat épurée, en milliers ($) 1. secteur 2. secteur 3. secteur: orienté business 3. secteur: orienté consommateurs Economies mues par les facteurs Economies mues par l efficacité Economies mues par l innovation Suisse 0% 20% 40% 60% 80% 100% Figure 7: Activité entrepreneuriale (TEA) par secteurs, Swiss Executive Report 15

18 Les graphiques 7 et 8 montrent la distribution par secteurs, pour les entrepreneurs établis et récents. De ce point de vue, la Suisse se distingue des pays à économie comparable par la plus grande part de ses entreprises actives dans les services aux entreprises, ce qui s explique probablement par la prééminence de services liés aux finances. Si l on compare les deux catégories d entrepreneurs, on peut constater que les entrepreneurs récents privilégient ces services aux entreprises, catégorie qui semble donc en croissance. A l inverse, le secteur de l extraction est plus fourni chez les entrepreneurs établis que chez les entrepreneurs récents Structure selon l âge et le genre Le graphique 9 montre bien que l activité entrepreneuriale diffère selon les groupes d âge, et ceci quel que soit le niveau de développement économique. En règle générale, le groupe des ans est celui qui, en moyenne, atteint le taux le plus élevé. On peut aussi constater que, les plus jeunes mis à part, la volonté de créer une entreprise décroît à mesure que l âge, et notamment les compétences perçues, augmentent. De ce point de vue, la Suisse se distingue par une proportion élevée d entrepreneurs dans les catégories d âge élevées, le groupe des ans et le groupe de ans, qui s explique probablement par la part importante des individus s établissant comme indépendants dans le domaine d activité qui était le leur en tant que salarié, souvent la finance ou le conseil. Figure 8: Entreprises établies par secteurs 1. secteur 2. secteur 3. secteur: orienté business 3. secteur: orienté consommateurs Economies mues par les facteurs Economies mues par l efficacité Economies mues par l innovation Suisse 0% 20% 40% 60% 80% 100% Swiss Executive Report

19 18-24 ans ans ans ans ans 25% 20% % de la population (18-64 ans) 15% 10% 5% 0% Economies mues par les facteurs Economies mues par l efficacité Economies mues par l innovation Suisse Figure 9: Taux d activité entrepreneuriale par catégories d âge et groupes de pays, 2009 «Senior Entrepreneur» Le comportement entrepreneurial, soit la création d une nouvelle entreprise, est associé généralement aux personnes jeunes, et semble décliner avec l âge. Pourtant, de plus en plus de travaux mettent en évidence un phénomène qui prend de l importance dans nos pays industrialisés: la création d entreprises par des personnes âgées, proches de la retraite, ou déjà retraitées, phénomène que l on nomme parfois l «entrepreneuriat senior». L enquête GEM permet de mettre en évidence l existence de ce phénomène. Le taux d entrepreneuriat senior progresse en effet régulièrement depuis 2005, passant de 2.9 % à 6 %. De ce point de vue, la Suisse se distingue des pays comparables avec une proportion plus élevée d entrepreneurs dans les groupes d âge élevés (voir graphique 10), et tout laisse à penser que ce phénomène ira en s amplifiant, ce qui justifie de dresser un profil de l entrepreneur senior, à partir de ses motivations et de ses caractéristiques. 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% Total Junior (<55) Senior (55-64) En examinant la répartition par secteurs d activités, on constate que les entrepreneurs seniors sont essentiellement présents dans le secteur de la transformation, et beaucoup moins présents dans les autres secteurs (figure 11). Figure 10: Activité entrepreneuriale par catégories d âge pour la Suisse 2009 Swiss Executive Report 17

20 50% Junior (<55) Senior (>=55) 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 1. secteur 2. secteur 3. secteur: orienté business 3. secteur: orienté consommateurs Figure 11: Entrepreneurs seniors par secteurs, 2009 Lorsqu on interroge les seniors sur leurs ambitions en terme de croissance, d internationalisation, ou d utilisation de nouvelles technologies dans leur offre de produits ou de services, ils ont systématiquement moins d ambition que les plus jeunes. Par opposition aux catégories plus jeunes, les seniors semblent donc moins présents dans les entreprises à haut potentiel de croissance en termes de part de marché et de création d emplois. Les entrepreneurs seniors deviendront probablement dans un avenir proche une catégorie incontournable du paysage économique suisse. De ce point de vue, il n est pas inutile de s y préparer, afin de faciliter, voire d encourager, ce genre d activités. En effet, des obstacles spécifiques à cette classe d âge existent probablement, parmi lesquels on pourrait mentionner une certaine difficulté à accéder au financement, la question des pièges fiscaux liés à l obtention d un revenu parallèlement à une rente, le manque de certaines compétences spécifiques, ou encore les stéréotypes liés aux représentations des personnes âgées. Prendre en compte ces éléments permettra ainsi de mettre en valeur ces entrepreneurs qui font partie d un tissu économique entrepreneurial diversifié Swiss Executive Report

Global Entrepreneurship Monitor

Global Entrepreneurship Monitor Global Entrepreneurship Monitor L entrepreneuriat en comparaison internationale Rapport national suisse 2010 Rico J. Baldegger Andreas A. Brülhart Patrick E. Schüffel Thomas Straub Remerciements Les auteurs

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Dans tous les pays de l, les diplômés de l enseignement tertiaire ont plus de chances de travailler que ceux qui ne le

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Selon le rapport annuel établi pour l année 2008-2009 par le World Economic

Plus en détail

PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I)

PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I) PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I) Summary in English Résultats du PISA 2009 : Savoirs et savoir-faire des élèves : Performance des élèves en compréhension de l'écrit, en mathématiques

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Neuchâtel, 2005 Doctorats Les nouveaux docteurs en sciences exactes et naturelles et sciences techniques représentent des ressources humaines hautement

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA SANTÉ AVOIRS CARRIÈRE LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA PRINCIPAUX RÉSULTATS OBTENUS AVEC LA BASE DE DONNÉES MERCER SUR LES RSR (MISE À JOUR DE 2014) AVRIL 2015

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013. Éditorial

Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013. Éditorial VOLUME 14 NUMÉRO 2Mai 2014 Éditorial Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013 Le Global Entrepreneurship Monitor, communément

Plus en détail

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM)

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM) Documents de recherche de la BDIM 2008 Catégorie économique Pour usage interne seulement Profils des catégories d immigration d après la BDIM 2008 Gens d affaires immigrants Travailleurs Résultats tirés

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

la création D ENTREPRISES au FÉMinin

la création D ENTREPRISES au FÉMinin la création D ENTREPRISES au FÉMinin QUELLES SPÉCIFICITÉS?... En France on peut mieux faire L environnement entrepreneurial français est un des plus favorables pour la création d entreprises féminine à

Plus en détail

Développement des ressources humaines

Développement des ressources humaines Développement des ressources humaines Comme il a été dit plus haut, la compétitivité d une économie dépend non seulement de son capital matériel mais aussi des connaissances que possèdent ses entrepreneurs

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Indice sage de confiance des entreprises

Indice sage de confiance des entreprises Indice sage de confiance des entreprises Tendances mondiales L indice Sage de confiance des entreprises est une mesure annuelle effectuée auprès des PME dans le monde, afin de présenter une image claire

Plus en détail

Baromètre Manpower des perspectives d emploi *

Baromètre Manpower des perspectives d emploi * Sous embargo jusqu au 12 mars 00h01 Communiqué de presse Nanterre, le 12 mars 2013 Baromètre Manpower des perspectives d emploi * LES EMPLOYEURS FRANÇAIS S ATTENDENT À DES PERSPECTIVES D EMPLOI STABLES

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Article sur Minitab Statistical Software : Comprendre des données sur le progrès social à l aide de l analyse factorielle

Article sur Minitab Statistical Software : Comprendre des données sur le progrès social à l aide de l analyse factorielle Article sur Minitab Statistical Software : Comprendre des données sur le progrès social à l aide de l analyse factorielle L objectif est de montrer comment une analyse statistique multivariée, plus précisément

Plus en détail

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Connaissances, objectifs et exigences Lieu, Date Zurich, 19 Août 2014 Projet

Plus en détail

Sous embargo jusqu au 07 décembre 2010, 11:00 Heure de Paris

Sous embargo jusqu au 07 décembre 2010, 11:00 Heure de Paris PISA 2009 Note de présentation (France) Sous embargo jusqu au 07 décembre 2010, 11:00 Heure de Paris Pour toute question, s adresser à: Éric Charbonnier, Division des indicateurs et analyses, Direction

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

Circulation de capital humain de la Chine : Possibilités, avantages et conséquences en matière de politiques

Circulation de capital humain de la Chine : Possibilités, avantages et conséquences en matière de politiques Circulation de capital humain de la Chine : Possibilités, avantages et conséquences en matière de politiques Henry Huiyao Wang Ph.D. Agrégé supérieur Harvard Kennedy School Directeur général du Center

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR

Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR Marché intérieur, industrie, entrepreneuriat et PME SYNTHÈSE Tableau de bord de l Union de l innovation 2015: la performance en matière

Plus en détail

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 1/ Les quatre types d organisations du travail Les organisations à structure simple Elles caractérisent souvent les PME, avec une faible autonomie

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe. Pays dont les ressortissants sont dispensés de visa

Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe. Pays dont les ressortissants sont dispensés de visa Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe Pour la zone caraïbe du Royaume des Pays-Bas, soit : les éléments territoriaux d Aruba, de Curaçao et de Saint-Martin, et les Pays-Bas

Plus en détail

Gens d affaires immigrants Entrepreneurs Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM)

Gens d affaires immigrants Entrepreneurs Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM) Documents de recherche de la BDIM 2008 Catégorie économique Pour usage interne seulement Profils des catégories d immigration d après la BDIM 2008 Gens d affaires immigrants Entrepreneurs Résultats tirés

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Trois entreprises sur cinq souffrent d une infrastructure informatique inadaptée

Trois entreprises sur cinq souffrent d une infrastructure informatique inadaptée L environnement commercial actuel présente à la fois d innombrables opportunités et de multiples risques. Cette dichotomie se révèle dans le monde de l informatique (et dans les conseils d administration

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Administration électronique

Administration électronique Comité 24 Administration électronique I Depuis sa création en 1945, une des principales priorités de l ONU a été de «réaliser la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d ordre

Plus en détail

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS PARTIE 3 Avant-propos...76 Synthèse...77 Règlements européens > Les paiements des rentes d accident du travail...8 > Les paiements des pensions d invalidité...83 > Les paiements des pensions de vieillesse...86

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2015 5, avril 2015 www.ftu.be/ep Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Une comparaison avec les pays

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une convention fiscale avec le Canada 1

Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une convention fiscale avec le Canada 1 Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une 1 Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une 1 Pays 2 Intérêts 3 Dividendes 4 Redevances

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines

Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines Texte original Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines 0.822.724.2 Conclue à Genève le 23 juin 1975 Approuvée

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences FRANCE PISA 2012 : Faits marquants Performance en mathématiques La performance des élèves de 15 ans en mathématiques se situe en France au niveau de la moyenne des pays de l OCDE, avec un score de 495

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Quelle est la répartition entre investissements public et privé dans l éducation?

Quelle est la répartition entre investissements public et privé dans l éducation? Indicateur Quelle est la répartition entre investissements public et privé dans l éducation? En moyenne, dans les pays de l OCDE, 83 % du financement des établissements d enseignement proviennent directement

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Les clés de la mixité

Les clés de la mixité Women Matter 2012: Making the Breakthrough Les clés de la mixité Focus sur les entreprises françaises 2 McKinsey conduit depuis de nombreuses années des travaux de recherche sur le rôle des femmes au sein

Plus en détail

Ce que les Suisses pensent des banques

Ce que les Suisses pensent des banques Novembre 2015 Ce que les Suisses pensent des banques Résultats des échanges au sein des groupes de réflexion et de l enquête d opinion de l Association suisse des banquiers (ASB) Introduction Quels avantages

Plus en détail

FRANCE HOTEL MARKET SENTIMENT SURVEY INTRODUCTION. Mars 2009

FRANCE HOTEL MARKET SENTIMENT SURVEY INTRODUCTION. Mars 2009 FRANCE HOTEL MARKET SENTIMENT SURVEY Mars 2009 REPARTITION DES REPONDANTS EN % INTRODUCTION 4,1% 7,3% 5,7% PAR REGION 13,8% 14,6% L étude Horwath HTL Global Hotel Market Sentiment Survey a été lancée afin

Plus en détail

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années Taux de pérennité à 3 ans des créations pures de la génération 2002 Le taux de pérennité à trois ans des entreprises créées (créations pures) en 2002 est de 66 %. Autrement dit, pour 100 entreprises créées

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance Le saviez-vous? Les marchés publics représentent en moyenne au moins 15% du PIB d un pays. L Accord de l OMC sur les

Plus en détail

Santé et travail des seniors: une vision européenne

Santé et travail des seniors: une vision européenne Santé et travail des seniors: une vision européenne Les colloques du COR Vendredi 29 novembre 2007 Thierry Debrand (Irdes) Contact: debrand@irdes.fr Introduction et contexte Les pays industrialisés font

Plus en détail

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes.

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes. Introduction Depuis le début des années 1980, les analystes et décideurs économiques de tous bords semblent être unanimes pour reconnaître l échec du modèle étatique du développement qui a prévalu pendant

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE?

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? Office National de Sécurité Sociale SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? 1. Envoi dans des pays de l Union européenne (UE) Depuis le 1er mai 2010, le Règlement CE n 883/2004 détermine la

Plus en détail

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie Consultation Tourisme Questionnaire pour l industrie Identification de l entreprise (choisissez une seule option parmi les questions a f) a) Où se trouve le siège de votre entreprise (pays de résidence)?..

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail