RAPPORT ANNUEL 2012 RAPPORT SUR LES COMPTES SOCIAUX RAPPORT ANNUEL KBL (Switzerland) Ltd

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT ANNUEL 2012 RAPPORT SUR LES COMPTES SOCIAUX RAPPORT ANNUEL 2012. KBL (Switzerland) Ltd"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL 2012 RAPPORT SUR LES COMPTES SOCIAUX RAPPORT ANNUEL 2012 KBL (Switzerland) Ltd 1

2 RAPPORT ANNUEL 2012 Sommaire 3 Conseil d'administration 4 Comité de Direction Rapport de Gestion 5 Rapport du Conseil d'administration Rapport de l'organe de révision sur les comptes sociaux 13 Rapport de l'organe de révision Comptes sociaux 15 Bilan 17 Compte de résultat 18 Tableau de financement 19 Annexe des comptes KBL European Private Bankers SA 43 Structure du Groupe KBL 44 Adresses du Groupe KBL 2

3 CONSEIL D'ADMINISTRATION (situation au 31 décembre 2012) Jacques PETERS Olivier de JAMBLINNE de MEUX* Marie-Paule GILLEN* Président du Comité de Direction Membre du Comité de Direction Avocate KBL EUROPEAN PRIVATE BANKERS SA KBL EUROPEAN PRIVATE BANKERS SA François CHAUDET Avocat Giulio MERLANI* Administrateur de sociétés Giancarlo OLGIATI Avocat Lorenzo PIAGET* Conseiller fiscal * Membres du Comité d'audit de Risque et de Compliance AUDIT INTERNE Alain Amann Responsable Audit Interne, KBL (Switzerland) Ltd ORGANE DE REVISION Ernst & Young S.A., Genève 3

4 COMITE DE DIRECTION (situation au 31 décembre 2012) Ruedi BAUMGARTNER Directeur Général Chief Executive Officer Asset Management Irène BRACHMOND* Membre du Comité de Direction Chief Information & Operations Officer IT, Operations Support, Client Administration Michelle CATTIER Membre du Comité de Direction Wealth Management Paul MALFEYT* Membre du Comité de Direction Chief Finance & Risk Officer Compliance, Finance, Central Services, Information Security * Sous réserve de l'approbation de la FINMA (demande en cours) Wealth Management Michelle CATTIER Private Banking Bruno GEIGER Private Banking Succursale de Lausanne Fabrizio DI BELLO Private Banking Succursale de Lugano Francesco DE BOURBON Private Banking Succursale de Zürich Asset Management Eric EBERMEYER Asset Management, Markets Support Secrétariat Général Pierre Séverine Philippe JOYE CLEMENT LAYANI Secrétariat Général, Ressources Humaines Legal Marketing & Communications, Organisation Finance Paul Aurélie Wilfrid MALFEYT AYZAC DECITRE Finance, Central Services Compliance Information Security IT & Opérations Irène BRACHMOND Operations Support, Client Administration Di-Cu DO Information & Technologies 4

5 RAPPORT ANNUEL 2012 Rapport du Conseil d'administration Rapport du Conseil d'administration à l'assemblée Générale des Actionnaires 5

6 RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION 2012 à l'assemblée Générale des Actionnaires L'environnement L année 2012 aura été riche en turbulences, marquée par une forte aversion au risque ayant atteint son paroxysme au mois de juin avec les élections grecques puis par une reprise graduelle de l appétit pour le risque au second semestre, portée notamment par des mesures politiques encourageantes. Le cycle économique mondial affiche quelques signes de stabilisation, voire de légère amélioration. Toutefois, ces signes demeurent fragiles, vulnérables à tout choc et inégalement répartis. Ainsi, si la Chine présente les données les plus encourageantes, aux États-Unis la situation demeure plus mitigée et la Zone Euro comme le Japon clôturent l année 2012 en récession. La Zone Euro est entrée en récession au 3ème trimestre L ensemble des composants de la croissance a révélé une demande domestique faible. En effet, alors que la contribution de la consommation privée et publique était nulle, seul le commerce extérieur a soutenu la croissance face à des investissements toujours faibles. Hélas, la production industrielle est en recul, le chômage en constante augmentation et les conditions de financement restent sous pression. Malgré quelques signes de stabilisation, les indicateurs de confiance sont toujours à des niveaux très bas et donnent des signes de faiblesse pour l année à venir. La reprise américaine se confirme mais son ampleur reste modeste par rapport aux normes historiques. Les élections de novembre ont débouché sur un statu quo (Président démocrate, Congrès divisé) compliquant les prises de décisions. Les difficultés rencontrées pour atteindre un compromis budgétaire avant l échéance du 31 décembre ont pesé sur la confiance et la demande domestique fin C est l investissement des sociétés qui en a le plus pâti, le marché de l emploi s étant montré plus résistant. L inflation a confirmé sa tendance baissière dans les pays développés sur les derniers mois de l année. Cette diminution des tensions inflationnistes s explique par un recul des pressions énergétiques. L inflation «core» a, quant à elle, suivi la même tendance. Pratiquement tous les marchés de capitaux ont affiché une croissance à deux chiffres, grâce aux banques centrales qui, par une injection de liquidités sans fin, ont totalement débloqué le fonctionnement normal du marché et stimulé les épargnants/investisseurs à grimper plus haut sur l échelle du risque pour obtenir un rendement décent. L année 2012 aura été un excellent cru pour les investisseurs obligataires, particulièrement pour les obligations européennes qui ont présenté des rendements à deux chiffres, grâce à la réduction de la prime de risque, tant sur la dette des Etats périphériques que sur la dette des entreprises. A l heure actuelle, au moins dix pays, représentant environ 35% de l économie mondiale, proposent des obligations d Etat à 5 ans dont le taux d intérêt réel est négatif. Ce phénomène, connu sous le nom de «répression financière», est synonyme de mort lente par asphyxie pour les épargnants qui vivent de leurs intérêts. C est malheureusement le prix à payer pour sortir progressivement de la crise financière. En Suisse, bien que le rythme de croissance se tasse en 2012, impacté par le retour en récession de son principal partenaire commercial (l Europe), la conjoncture reste bien orientée. Notamment la bonne tenue du commerce extérieur, malgré un franc suisse toujours fort, souligne la capacité de l industrie suisse à s ajuster pour maintenir une certaine compétitivité. Bien que l aversion pour le risque ait reculé, la Suisse demeure une destination refuge pour les investisseurs, et dans ce contexte, la BNS continue à défendre le taux plancher de 1.2 contre l euro. Certains acteurs commencent à se soucier d une probable surchauffe du marché immobilier dans les grands centres urbains. Les pressions sur le secret bancaire ne se sont pas relâchées en 2012, l Europe emboitant le pas aux Américains. Avec FATCA, la Suisse cède à la pression et entend de facto abolir le secret bancaire pour les clients américains de ses banques. Cette nouvelle donne pourrait accroître un peu plus l appétit de l Union Européenne et d autres pays pour l échange automatique d informations. La place financière suisse va continuer à soutenir les accords Rubik et est «fermement décidée à n'accepter et ne gérer à l'avenir que des avoirs fiscalement conformes». Le gouvernement continue de concentrer ces efforts autour du modèle Rubik. Malgré l entrée en vigueur des accords avec l Angleterre et l Autriche, ainsi que l intérêt de l Italie, l Espagne et la Grèce, le refus de l Allemagne en fin d année met un frein au modèle suisse d impôt à la source. Des deux côtés de la frontière, politiciens et banquiers réclament une réglementation au niveau européen plutôt qu une multiplicité d accords bilatéraux. Les exigences réglementaires, telles la mise en application de FATCA, continuent de peser sur la rentabilité des banques suisses. Le redimensionnement de la place financière suisse au sein de l économie continue sa route, et le renouvellement de son modèle devrait durer encore un certain temps devrait encore être une année de croissance atone, la crise de la Zone Euro et l incertitude budgétaire aux États-Unis restant deux facteurs d incertitude majeurs. La croissance des principales économies développées devrait toujours rester faible en début d année mais elle devrait s accélérer graduellement grâce à la poursuite d actions politiques dans la bonne direction et au soutien monétaire massif des grandes banques centrales. 6

7 RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION 2012 à l'assemblée Générale des Actionnaires La Banque Un nouvel actionnaire pour le Groupe KBL epb Le 31 juillet 2012, le Groupe KBL epb a changé d'actionnaire. L'annonce faite à fin 2011 que Precision Capital avait conclu un accord avec KBC Groupe a en effet été validée par toutes les autorités concernées. Comme annoncé dans la presse, l'arrivée de Precision Capital en tant qu'actionnaire du Groupe KBL epb ouvre des perspectives de croissance importantes pour le Groupe, à la fois sur les marchés européens mais aussi en Asie et au Moyen Orient. Precision Capital soutiendra notamment KBL epb dans la mise en œuvre d une stratégie de développement, tout en veillant à maintenir et renforcer le haut niveau d excellence du service à la clientèle. En Europe, notre actionnaire estime pouvoir assurer la croissance tant de manière organique que par acquisition en saisissant les opportunités stratégiques de croissance en Europe pour la clientèle on shore. En Asie et au Moyen Orient, les liens forts de Precision Capital accélèreront l expansion de KBL epb dans ces nouvelles régions. Dans ce cadre, KBL spb se concentrera sur la clientèle internationale désireuse de trouver en Suisse la stabilité économique et politique, la préservation de la sphère privée et la qualité d'un service Swiss made. Changement au niveau de la Direction Générale Le Comité de Direction de notre Banque a été renouvelé afin de faire face de manière optimale aux défis annoncés pour la place bancaire en Suisse et les exigences d'un développement d'une clientèle internationale UHNWI. Ainsi le Comité de Direction est composé de quatre membres: Monsieur Ruedi Baumgartner, CEO, Madame Michelle Cattier, Madame Irène Brachmond et Monsieur Paul Malfeyt (ces deux derniers sous réserve de l'approbation de la FINMA, demande en cours). Changement au niveau de la structure Dans le cadre de la redéfinition de la mission de KBL spb, il a été considéré que la société de gestion Privagest n'apportait pas une valeur ajoutée suffisante pour la garder en activité. Aussi, dès le 30 septembre, elle a été mise en veille. Privagest ne contribuant plus aux résultats de la Banque de manière matérielle, la présentation des comptes consolidés n'est plus relevante, aussi seuls les comptes statutaires de la Banque sont présentés dans le présent rapport a été une année de restructuration. La Banque a dû être adaptée aux nouvelles réalités. Ainsi le personnel est passé de 135 collaborateurs à fin 2011 à moins d'une centaine au cours du premier trimestre Les effets de cette réduction ne se feront sentir qu'à moyen terme. 7

8 RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION 2012 à l'assemblée Générale des Actionnaires La Banque LES COMPTES STATUTAIRES Le Bilan Le bilan au 31 décembre 2012 totalise CHF mios (2011 : CHF mios). Les fonds propres, après prise en compte de la perte d'exercice de CHF 8.2 mios, s'élèvent à CHF 82.8 mios (2011 : CHF 91 mios). La rubrique "Liquidités" a crû de manière importante passant de CHF 28.2 mios à CHF 66.2 mios. Elle représente essentiellement les avoirs auprès de la Banque Nationale Suisse (BNS). L'augmentation de ces avoirs sur les comptes de la BNS correspond à une élévation des besoins de couverture des dépôts de la clientèle par des avoirs en Suisse. En effet, les engagements envers la clientèle se sont accrus d'environ CHF 66 mios pour atteindre CHF 364 mios (2011 : CHF 298 mios). D'autre part, les créances sur les banques n'ont que peu varié puisqu'elles affichent CHF 289 mios contre CHF 251 mios l'année précédente. Au passif, les engagements envers les banques se sont réduits passant de CHF 66 mios à CHF 32 mios. La Banque exerce une activité de crédit uniquement en tant que prestation de service complémentaire au conseil en placement et à la gestion de fortune. Le montant des crédits accordés à la clientèle au se monte à CHF 52 mios en baisse de CHF 36 mios. Ce recul résulte du remboursement de quelques crédits importants parvenus à leurs échéances. Les immobilisations financières se composent, au , principalement d'obligations de la Confédération (CHF 50.6 mios) détenues dans le portefeuille de la Banque afin de répondre aux exigences réglementaires en matière de garantie de dépôts en complément des avoirs déposés auprès de la BNS. Elles restent stables. Les autres actifs enregistrent pour l'essentiel les valeurs de remplacement positives sur instruments financiers dérivés (CHF 2.9 mios) en relation avec le total des positions ouvertes en fin d'année, alors que sous les autres passifs, à côté des valeurs de remplacement négatives (CHF 2.9 mios), figurent les montants dû au titre de la taxe européenne qui représentent CHF 3.3 mios (2011 : CHF 3.2 mios). Soulignons, à propos des opérations sur instruments financiers dérivés, que la Banque ne prend aucune position pour son propre compte et couvre sur le marché de manière systématique les opérations réalisées par la clientèle. Le poste participation correspond à la détention de Privagest S.A. qui a été valorisée à hauteur de ses fonds propres. Au sein des immobilisations corporelles, la plus grande part est occupée par les immeubles que détient la Banque pour son propre usage. Ils représentent CHF 29 mios au Les comptes de régularisation se composent à l'actif essentiellement des charges payées d'avance et produits à recevoir, ainsi que des intérêts courus sur immobilisations financières pour CHF 1.2 mios. Au passif, le montant des charges à payer s'élève à CHF 7 mios. Les correctifs de valeurs et provisions ont légèrement augmenté par rapport à 2011 puisqu' ils croissent de CHF 1.3 mios pour se fixer à CHF 5.2 mios. La variation la plus importante est afférente aux risques juridiques pour lesquels la provision a été augmentée de CHF 0.9 mio. 8

9 RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION 2012 à l'assemblée Générale des Actionnaires La Banque Les produits Résultat des opérations d'intérêts Le résultat des opérations d'intérêts est en recul de 33% par rapport à l'exercice précédent. Ce fléchissement est imputable à la baisse des taux et à la décroissance du portefeuille de crédit. Les taux d'intérêts moyens déjà bas en 2011 ont encore légèrement fléchi. Produits des intérêts et dividendes des immobilisations financières Ces produits résultent du placement des fonds propres disponibles dans un portefeuille majoritairement composé d'obligations de la Confédération Suisse. La duration moyenne du portefeuille est d'environ 3 ans et son rendement annuel s'élève à 0.84%. Par rapport à l'exercice précédent, ces produits ont légèrement décru, le produit de quelques obligations arrivées à échéance au dernier trimestre a été placé en liquidités auprès de la BNS. Résultat des opérations de commissions et prestations de service Le résultat des opérations de commissions représente 92% des produits bruts d'exploitation contre 90% en En 2012, les produits sur les opérations de négoce de titres et les placements ont accusé un fléchissement de pratiquement 12% qui est à mettre en relation d'une part avec la baisse des avoirs administrés (CHF 3.1 mias en 2012 contre CHF 3.3 mias en 2011) et d'autre part avec une diminution importante du volume des opérations. Ainsi, les commissions sur opérations de bourse ont diminué de 20% par rapport à l'exercice précédent. Rappelons que l'une des grandes composantes des commissions prélevées consiste dans les commissions d'administration. Elles incluent tous les frais inhérents à l'administration des avoirs (tenue du compte, encaissement des coupons, traitements des opérations sur titres et les placements fiduciaires). Elles sont prélevées trimestriellement sur la fortune moyenne déposée. Précisons, de surcroît, que ces commissions couvrent des réalités différentes puisque sous ce nom générique figurent, hormis les prélèvements déjà mentionnés, les commissions sur les mandats de gestion discrétionnaire et les mandats de conseil. Les stratégies de gestion définies dans le mandat de gestion discrétionnaire sont déterminées en fonction du profil de risque établi avec le client. Notre service d'asset Management recherche avec le client la solution qui correspond le mieux à sa situation personnelle à travers une approche de gestion assymétrique (visant à réduire l'impact des mouvements baissiers tout en permettant de participer aux phases haussières) soutenue par une gestion active de risque du portefeuille. Les clients en mandat conseil reçoivent un soutien analogue dans la définition du portefeuille qu'ils entendent gérer eux-mêmes avec l'assistance de la Banque. Le client bénéficie de conseils fréquents sur les marchés et les opportunités de vente et d'acquisition mais conserve son pouvoir absolu de décision. 9

10 RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION 2012 à l'assemblée Générale des Actionnaires La Banque La Banque a perçu moins de rétrocessions sur fonds que lors de l'exercice A fin octobre 2012, le Tribunal Fédéral, au sujet des rétrocessions, concluait, dans la mesure où il y avait conflits d'intérêts, à la restitution des rétrocessions aux clients sous mandats de gestion. A cette occasion, la Banque tient à rappeler qu'elle propose à sa clientèle des produits issus d'une architecture ouverte dûment sélectionnés pour leur performance et vise uniquement l'intérêt du client. Résultat sur opérations de négoce Ce résultat est constitué essentiellement des bénéfices de change. La plupart des opérations sur devises sont effectuées pour le compte de la clientèle et sont liées aux investissements en bourse. Notre Banque ne prend aucune position de change pour son propre compte. Les charges Les charges d'exploitation présentent une diminution de 8% par rapport à Ainsi, l'effort de réduction des coûts s'est poursuivi après des réductions de 17% en 2011 et de 10% en Les charges du personnel Les effectifs en postes de travail à plein temps ont diminué de 10% passant de au à au Le montant des salaires et des autres rémunérations contractuelles a, quant à lui, diminué de 6%. A noter que les charges en 2012 incluent les frais et indemnités à payer consécutifs à la restructuration que la Banque a réalisée en cours d'exercice. Le fonds de prévoyance présentait un déficit de 92% à fin décembre Afin de combler ce manque de couverture des engagements, le Conseil d'administration a décidé d'abandonner à titre temporaire la réserve de contribution pour l'affecter à la couverture des engagements. Le taux de couverture est ainsi remonté à environ 99% et ce malgré les frais engendrés par les changements de base technique, une nouvelle table de mortalité ayant été adoptée et le taux technique ayant été abaissé de 4% à 3.25%. Les frais informatiques Les coûts informatiques ont régressé régulièrement depuis 2009, époque de la mise en place d'une importante migration informatique (HUB du Groupe KBL epb). Les charges ont diminué en passant de CHF 5.1 mios en 2010 à CHF 3.5 mios en En 2012 elles baissent à nouveau pour atteindre un montant de CHF 2.8 mios. Le coût interne lié au HUB du Groupe KBL epb représente un montant de CHF 1.34 mios, soit 48% de la rubrique. Amortissements Les amortissements 2012 restent à hauteur de ceux enregistrés en 2011, les investissements restant limités. Correctifs de valeurs, provisions et pertes La Banque a constitué un montant de CHF 0.5 mio pour couvrir des risques de défaillance de crédits. Une provision de CHF 1.6 mios, qui doit servir à couvrir d'éventuels déficits de couverture dans le fonds de prévoyance, a été créée. 10

11 RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION 2012 à l'assemblée Générale des Actionnaires La Banque Produits et charges extraordinaires Les produits extraordinaires sont composés à hauteur de CHF 0.6 mio par des dissolutions de provisions essentiellement liées à des risques juridiques. Proposition de répartition du bénéfice Perte de l'exercice CHF - 8,200,813 Perte reportée au début d'exercice CHF -29,099,015 Perte à reporter CHF -37,299,828 Le Conseil d'administration Me Giancarlo Olgiati et Monsieur Giulio Merlani ont fait savoir qu'ils ne souhaitaient pas voir leur mandat renouvelé. Aussi, le Conseil d'administration les remercie très chaleureusement pour leur contribution au cours de longues années dont ils ont fait bénéficier la Banque. Le Conseil d'administration propose de renouveller le mandat des autres membres pour une année et de nommer Monsieur Yves Stein aux fonctions d'administrateur. Ainsi, le Conseil d'administration se composerait comme suit à l'issue de l'assemblée générale : M. Jacques Peters M. François Chaudet Mme Marie Paule Gillen M. Olivier de Jamblinne M. Lorenzo Piaget M. Yves Stein Organe de révision Le Conseil d'administration propose de reconduire le mandat d'ernst & Young pour l'audit des comptes pour une nouvelle période d'un an. 11

12 RAPPORT ANNUEL 2012 RAPPORT SUR LES COMPTES SOCIAUX Comptes Sociaux

13

14

15 BILAN AU 31 DECEMBRE 2012 (avec chiffres comparatifs 2011 exprimés en francs suisses) ACTIF Actifs Annexe Liquidités 66,264,755 28,201,520 Créances résultant de papiers monétaires 2, ,843 Créances sur les banques 288,864, ,342,757 Créances sur la clientèle 52,023,283 88,148,157 Créances hypothécaires 506, ,704 Portefeuille de titres destinés au négoce 231,895 88,536 Immobilisations financières 2.1 / ,656,924 62,891,885 Participations 3.3 / 3.4 2,330,000 2,685,472 Immobilisations corporelles ,822,756 33,486,078 Goodwill , ,533 Comptes de régularisation 2,523,650 4,317,134 Autres actifs ,003,039 5,929,235 Total des actifs 499,460, ,757,854 Total des créances sur les sociétés du groupe et les participants qualifiés 236,882, ,845,593 15

16 BILAN AU 31 DECEMBRE 2012 (avec chiffres comparatifs 2011 exprimés en francs suisses) PASSIF Passifs Annexe Engagements résultant de papiers monétaires 647, ,897 Engagements envers les banques 32,088,088 65,945,491 Engagements envers la clientèle sous forme d'épargne et de placements 729, ,075 Autres engagements envers la clientèle 363,247, ,273,605 Comptes de régularisation 7,323,520 10,236,738 Autres passifs ,352,143 9,397,959 Correctifs de valeurs et provisions 3.7 5,277,831 4,023,233 Réserves pour risques bancaires généraux 2.1 / 3.7 2,601,286 2,601,286 Capital social 3.8 / ,745,265 53,745,265 Réserve légale générale 33,497,320 33,497,320 Autres réserves 30,250,000 30,250,000 (Perte reportée) / Bénéfice reporté -29,099,015-28,086,942 (Perte de l'exercice) / Bénéfice de l'exercice -8,200,813-1,012,073 Total des passifs 499,460, ,757,854 Total des engagements envers les sociétés du groupe et les participants qualifiés 32,519,869 68,063,865 HORS BILAN Opérations hors bilan Annexe Engagements conditionnels 3.1 5,577,833 7,363,960 Engagements irrévocables ,520,161 10,171,282 Engagements de libérer et d'effectuer des versements supplémentaires ,000 30,000 Instruments financiers dérivés Valeurs de remplacement positives 4.2 2,869,034 3,969,008 Valeurs de remplacement négatives 4.2 2,859,954 3,937,520 Montant du sous-jacent ,514, ,742,647 Opérations fiduciaires ,308, ,106,038 16

17 COMPTE DE RESULTAT AU (avec chiffres comparatifs 2011 exprimés en francs suisses) RESULTAT Annexe Produit des intérêts et des escomptes 1,845,966 2,914,964 Produit des intérêts et des dividendes des immobilisations financières 489, ,328 Charges d'intérêts -414, ,117 Résultat des opérations d'intérêts 1,920,086 2,856,175 Produit des commissions: - sur les opérations de crédit 114, ,066 - sur les opérations de négoce de titres et les placements 25,934,099 29,604,248 - sur les autres prestations de service 720, ,282 Charges de commissions -896,324-1,132,644 Résultat des opérations des commissions et des prestations de service 25,873,142 29,425,952 Résultat des opérations de négoce 5.1 3,247,968 3,084,798 Résultat des immeubles 163, ,880 Autres produits ordinaires 30, ,445 Autres résultats ordinaires 194, ,325 Charges de personnel ,332,746-27,917,200 Autres charges d'exploitation 5.3-8,091,309-9,613,158 Charges d'exploitation -34,424,055-37,530,358 Bénéfice brut -3,188,782-1,788,108 Amortissements sur l'actif immobilisé -2,630,245-2,005,141 Correctifs de valeurs, provisions et pertes -2,776, ,460 Résultat intermédiaire -8,595,581-4,549,709 Produits extraordinaires ,622 4,482,263 Charges extraordinaires , ,573 Impôts -313, ,054 Perte de l'exercice -8,200,813-1,012,073 17

18 TABLEAU DE FINANCEMENT AU (avec chiffres comparatifs 2011 exprimés en francs suisses) TABLEAU DE FINANCEMENT Sources Emplois Sources de fonds de fonds de fonds Emplois de fonds Flux de fonds du résultat opérationnel (financement interne) (Perte) / Bénéfice 8,200,813 1,012,073 Amortissements sur l'actif immobilisé 2,630,245 2,005,141 Correctifs de valeur et provisions 1,254,598 5,107,675 Autres actifs 2,482,114 7,671,351 Autres passifs 2,601,735 6,958,615 Comptes de régularisation actifs 1,793,484 8,310,187 Comptes de régularisation passifs 2,913,218 1,352,734 Balance 5,555,325 3,555,582 Flux de fonds des transactions relatives aux capitaux propres Balance - - Flux de fonds des mutations dans l'actif immobilisé Immobilisations corporelles 479, ,626 Balance 479, ,626 Flux de fonds de l'activité bancaire Engagements résultant de papiers monétaires 510,293 19,430 Engagements envers les banques 33,857,403 7,830,988 Engagements envers la clientèle sous forme d'épargne et de placements 19,589 12,274 Autres engagements envers la clientèle 65,974,380 68,556,101 Créances résultant de papiers monétaires 730, ,674 Créances sur les banques 37,522,182 71,642,558 Créances sur la clientèle 36,124,874 10,027,475 Créances hypothécaires 66, ,150 Immobilisations financières 12,234, ,166 Portefeuille de titres destinés au négoce 143, ,745 Balance 44,098,544 1,159,573 Etat des liquidités Liquidités 38,063,235 3,915,529 Solde 38,063,235 3,915,529 TOTAL 44,098,544 44,098,544 4,715,155 4,715,155 18

19 1 COMMENTAIRES RELATIFS A L'ACTIVITE ET MENTION DE L'EFFECTIF DU PERSONNEL KBL (Switzerland) Ltd est actif dans le domaine de la gestion de fortune pour le compte d'une clientèle privée. Les revenus proviennent principalement de la gestion, du trafic des paiements ainsi que du négoce de titres pour le compte de la clientèle privée. Les opérations d'intérêts représentent une source de revenus secondaire. Les prêts à la clientèle sont essentiellement des crédits lombards adossés à des sûretés. Les opérations interbancaires sont en majorité des opérations à court terme avec KBL Luxembourg. KBL (Switzerland) Ltd ("la Banque") a son siège à Genève et est également active à travers un réseau comprenant trois succursales en Suisse, à Lugano, Zurich et Lausanne, et une filiale en Suisse. L'effectif du personnel au 31 décembre 2012, converti en postes de travail à plein temps, s'élevait à employés ( 2011: employés). La Banque sous-traite auprès de KBL European Private Bankers S.A. le développement, l'exploitation, la maintenance technique et la sauvegarde de son système d'information. 2 PRINCIPES COMPTABLES ET D'EVALUATION La tenue de la comptabilité ainsi que les principes comptables et d'évaluation sont conformes au Code des Obligations, à la Loi Fédérale sur les Banques et à son ordonnance, aux dispositions statutaires et aux directives de l'autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Les états financiers individuels au 31 décembre 2012 sont présentés conformément à la Circulaire FINMA 2008/2 du 20 novembre 2008 régissant l'établissement des comptes. En 2011 le rapport annuel était établi sur une base consolidée entraînant un restatement des chiffres comparatifs du présent rapport dans les annexes suivantes : - Tableau de Financement, p Portefeuille de titres et de métaux précieux destiné au négoce, p Présentation de l'actif immobilisé, p Plan de prévoyance, p Structure des échéances de l'actif circulant et des fonds étrangers, p Répartition du bilan entre la Suisse et l'étranger, p Répartition des actifs par pays / groupe de pays, p Bilan par monnaies, p Principes comptables et d'évaluation des comptes sociaux a) Principe de saisie des opérations Toutes les opérations sont saisies à la date de leur conclusion. L'inscription au bilan des opérations de change au comptant, d'achat/vente de titres et de placements/emprunts interbancaires à terme s'effectue à la date de règlement. b) Conversion des monnaies étrangères Les actifs et les passifs en monnaies étrangères sont convertis en francs suisses aux cours de change en vigueur à la date du bilan. Les produits et les charges sont convertis aux cours de change en vigueur à la date de la transaction. Les gains et pertes de change en relation avec les positions au bilan résultant du changement des parités monétaires sont compris dans le résultat de l'exercice. 19

20 Les principaux cours de change appliqués lors de la clôture sont les suivants : EUR USD GBP JPY Les positions à terme sont estimées aux cours résiduels des devises au jour de l'établissement du bilan. Les pertes et les bénéfices sur les positions de change à terme sont inclus dans le résultat de change au jour de l'établissement du bilan. c) Evaluation des instruments financiers dérivés ouverts Les instruments financiers ouverts à la date du bilan sont évalués à leur valeur de marché. Les valeurs de remplacement positives représentent le montant de la perte comptable maximale possible que la Banque subirait à la date du bilan si les contreparties n'étaient plus en mesure de remplir leurs engagements de paiement. Les valeurs de remplacement négatives correpondent au montant qui serait perdu par la contrepartie en cas de non exécution de la Banque. d) Liquidités, créances et engagements résultant de papiers monétaires, engagements envers la clientèle et créances et engagements envers les banques Ces rubriques sont portées au bilan pour leur valeur nominale. Les intérêts courus sont calculés prorata temporis jusqu'à la date du bilan et figurent dans les comptes de régularisation actifs et passifs. Les comptes métaux sont comptabilisés au cours de la date de clôture. e) Créances sur la clientèle et créances hypothécaires Les créances sur la clientèle et les créances hypothécaires sont portées au bilan pour leur valeur nominale. Les éventuels correctifs de valeurs sur les créances compromises sont présentés en déduction des rubriques du bilan. f) Traitement des intérêts compromis La Banque provisionne les intérêts échus, non encaissés, de plus de 90 jours. Lorsque la créance est classée en contentieux et que le paiement des intérêts est peu probable, la Banque renonce à la comptabilisation des intérêts. 20

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport au 30 juin 2015 Comptes consolidés

Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport au 30 juin 2015 Comptes consolidés Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport au 30 juin 2015 Comptes consolidés Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport de gestion 4 Chiffres-clés 5 Périmètre de consolidation 9 Bilan consolidé 11 Compte

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

XXXXXX. Information préalable au 31.12.2002. Base individuelle / Entreprise. Cochez la case appropriée d'une X

XXXXXX. Information préalable au 31.12.2002. Base individuelle / Entreprise. Cochez la case appropriée d'une X Banque nationale suisse Direction de la statistique Saisie des données Case postale Bon de livraison pour disquettes (FRIN) A imprimer et joindre à la disquette Raison sociale Adresse NPA Localité Collaborateur

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT Société anonyme au capital de 103 312 500. Siège social : 33, rue du Quatre Septembre, 75002

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Fondation collective Swiss Life Invest, Zurich. Règlement relatif aux placements. (fondation) Entrée en vigueur: 1er avril 2015

Fondation collective Swiss Life Invest, Zurich. Règlement relatif aux placements. (fondation) Entrée en vigueur: 1er avril 2015 Swiss Life SA, General-Guisan-Quai 40, Case postale, 8022 Zurich Fondation collective Swiss Life Invest, Zurich (fondation) Règlement relatif aux placements Entrée en vigueur: 1er avril 2015 web1497 /

Plus en détail

PARTIE B - NOTES ANNEXES AUX COMPTES SOCIAUX

PARTIE B - NOTES ANNEXES AUX COMPTES SOCIAUX PARTIE B - NOTES ANNEXES AUX COMPTES SOCIAUX Note 1. Informations générales et faits marquants La société Bricorama SA et ses filiales exploitent en France, au Benelux et en Espagne un réseau de grandes

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ CRÉDIT AGRICOLE FINANCEMENTS (SUISSE) SA

RAPPORT D ACTIVITÉ CRÉDIT AGRICOLE FINANCEMENTS (SUISSE) SA 2013 RAPPORT D ACTIVITÉ CRÉDIT AGRICOLE FINANCEMENTS (SUISSE) SA (SUISSE) SA 02 03 Sommaire Message du Président et du Directeur Général 03 Message du Président et du Directeur Général 04 Quelques chiffres

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Bilan Compte de résultat Tableau des flux de trésorerie Variation des capitaux propres Annexe aux comptes consolidés 1 Transition aux normes IFRS 2 Principes et

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

Loterie Romande. Rapport financier

Loterie Romande. Rapport financier 2013 Loterie Romande Rapport financier Sommaire Sommaire Bilan au 31 décembre 2013 2 Compte de résultat 2013 3 Tableau de financement 2013 4 Tableau des fonds propres 5 Répartition 2013 5 Répartition 2013

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable NC 01 - "Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation

Plus en détail

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires Objectif 01. La Norme Comptable NC 01 -"Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation des états financiers

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13 ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS Données consolidées Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014 Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1. Principes et méthodes de consolidation 2. Evénements significatifs postérieurs à la clôture

Plus en détail

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 1 - DEFINITION DES PRODUITS DERIVES 2 - DEFINITIONS DES MARCHES 3 - USAGE DES CONTRATS 4 - COMPTABILISATION DES OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 51 SECTION 5

Plus en détail

Loterie Romande. financier

Loterie Romande. financier 2011 Rapport financier Société de la Loterie de la Suisse Romande 13, rue Marterey Case postale 6744 1002 Lausanne CH Tél. + 41 21 348 13 13 Fax + 41 21 348 13 14 info@loro.ch www.loro.ch Sommaire Bilan

Plus en détail

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch AUDIT Le nouveau droit comptable Comptes annuels illustratifs kpmg.ch 2 KPMG Le nouveau droit comptable: comptes annuels illustratifs Table des matières Remarques préliminaires et hypothèses 3 Comptes

Plus en détail

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités)

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités) 31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES (Comptes non audités) Sommaire Etats financiers consolidés Bilan consolidé 1 Compte de résultat consolidé 3 Etat du résultat net et gains et pertes comptabilisés

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 68/54 DÉCISION (UE) 2015/425 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 15 décembre 2014 modifiant la décision BCE/2010/21 concernant les comptes annuels de la Banque centrale européenne (BCE/2014/55) LE CONSEIL

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 décembre 2013 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 4 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2013 4 ETAT DU RESULTAT NET ET DES VARIATIONS D ACTIFS ET DE PASSIFS COMPTABILISEES

Plus en détail

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut Comptes sociaux au 31 décembre 2013 A. Bilan ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut 2013 Amort. et dépréc. Immobilisations incorporelles 3-4 21 280 1 926 19 354 19 071 Immobilisations corporelles 3-4 7

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES Établissement de crédit agréé et société de courtage

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Tarification gestion de fortune clientèle privée

Tarification gestion de fortune clientèle privée Tarification gestion de fortune clientèle privée Tarifs en vigueur dès le 01.01.2013 S informer Index Page 1. Mandats de gestion discrétionnaires 2 2. Administration des dépôts titres 6 3. Achats et ventes

Plus en détail

modifié par les règlements n o 2010-06 du 7 octobre 2010 et n 2014-02 du 6 février 2014 de l'autorité des normes comptables

modifié par les règlements n o 2010-06 du 7 octobre 2010 et n 2014-02 du 6 février 2014 de l'autorité des normes comptables Règlement du Comité de la réglementation comptable n o 2002-04 du 12 décembre 2002 relatif aux documents de synthèse individuels des entreprises d'investissement modifié par les règlements n o 2010-06

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-PERIGORD

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-PERIGORD PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-PERIGORD Société coopérative à capital et personnel variables au capital

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Avis portant plan et règles de fonctionnement des comptes et présentation des états financiers des entités d assurances et /ou de réassurances.

Plus en détail

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.23 J ai mon voyage inc. La société J'ai mon voyage inc., une agence de voyages, a été fondée le 1 er juillet 20-0 par Madame Dodo Michel. Le 20 juin 20-3, le comptable de l'entreprise

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL ALSACE VOSGES

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL ALSACE VOSGES PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL ALSACE VOSGES Société Coopérative de droit privé à capital et personnel variables

Plus en détail

Exercice 1 2.10. Le Bon Vieux Temps inc 2. Problèmes et solutions

Exercice 1 2.10. Le Bon Vieux Temps inc 2. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 1 2.10 Le Bon Vieux Temps inc 2 Fondée par M. Honoré Tremblay le 1 er octobre 20-2, la société Le Bon Vieux Temps inc. est une entreprise qui se spécialise dans la vente de meubles

Plus en détail

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 1 - DEFINITIONS DES OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 2 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX CESSIONS PARFAITES 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX PENSIONS

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS Objectif(s) : o Traitement comptable des régularisations des charges et des produits. Pré-requis : o Principes généraux de la comptabilité,

Plus en détail

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES Objectif(s) : o o o Evaluation des créances et dettes libellées en monnaies étrangères, Traitements comptables : facturation, fin d'exercice, règlement, Conséquences

Plus en détail

Belgique. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Belgique. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Belgique Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Rapport de la direction

Rapport de la direction Rapport de la direction Les états financiers consolidés de Industries Lassonde inc. et les autres informations financières contenues dans ce rapport annuel sont la responsabilité de la direction et ont

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07

Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07 REGLEMENT N 00-03 DU 4 JUILLET 2000 RELATIF AUX DOCUMENTS DE SYNTHESE INDIVIDUELS DES ENTREPRISES RELEVANT DU COMITE DE LA REGLEMENTATION BANCAIRE ET FINANCIERE Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

CRD 4 Compte technique par pays 27/01/2003

CRD 4 Compte technique par pays 27/01/2003 CRD 4 Compte technique par pays 27/01/2003 Primes Produit Provisions Provisions Autres Autres produits Frais COMPAGNIE IARD émises net des pour primes pour sinistres provisions techniques d'acquisition

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012

Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Information au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Table des matières 1. Introduction 3 1.1.

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2008 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Rapport semestriel 2015

Rapport semestriel 2015 Rapport semestriel 2015 Janvier juin Mieux accompagné. PostFinance est parvenue à réagir en souplesse aux conditions changeantes du marché, y compris à l adoption d un taux d intérêt négatif par la Banque

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ Crédit Agricole Financements (Suisse) SA

RAPPORT D ACTIVITÉ Crédit Agricole Financements (Suisse) SA 2011 RAPPORT D ACTIVITÉ Crédit Agricole Financements (Suisse) SA (SUISSE) SA Sommaire 03 Message du Président et du Directeur Général 04 Quelques chiffres 06 Rapport d activité 2011 08 Perspectives 2012

Plus en détail

4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM

4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 98-07 DU 23 JUIN 1998 4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM Le Conseil National de la Comptabilité, réuni en Assemblée Plénière le 23 juin 1998, a adopté

Plus en détail

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge)

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge) Ce document est la traduction du Supplément N 1 au Prospectus de Base rédigé en anglais qui a été approuvé par la FSMA. En cas de contradictions entre la version anglaise et la version française du Supplément

Plus en détail

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900 -10 Fonds associatifs et réserves Poste Fonds associatifs sans droit de reprise 102000 Poste Valeur du patrimoine intégré 102100 Poste Fonds statutaires (à déclarer en fonction des statuts) 102200 Poste

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2007 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

Groupe Vaudoise Assurances : bénéfice consolidé record et croissance supérieure au marché suisse dans toutes les branches

Groupe Vaudoise Assurances : bénéfice consolidé record et croissance supérieure au marché suisse dans toutes les branches Communiqué de presse Groupe Vaudoise Assurances : bénéfice consolidé record et croissance supérieure au marché suisse dans toutes les branches Résultat ordinaire avant impôts de CHF 182,9 millions et bénéfice

Plus en détail