Les droits d'enregistrement & de timbre (Version 2006)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les droits d'enregistrement & de timbre (Version 2006)"

Transcription

1 Les droits d'enregistrement & de timbre (Version 2006) Chapitre 7 - Tarif des droits d enregistrement et de timbre applicables aux principales opérations Les principales opérations étudiées sont celles portant sur : - Les immeubles ; - Les fonds de commerce et le droit au bail ; - Les meubles, et - Les sociétés. Section 1. Les immeubles Sous-section 1. Droit de mutation à titre onéreux 1. Régime général En régime général, le droit de mutation des immeubles à titre onéreux s élève à 5% auquel il convient d ajouter un droit de timbre de 2 dinars par feuille. Au droit proportionnel de 5%, il convient d'ajouter un droit de 1% soit au profit de la conservation foncière soit au titre des mutations d'immeubles non inscrits au registre foncier. 2. Régimes particuliers Il existe quatre principaux régimes particuliers de mutation d immeubles à titre onéreux : a) Terrain destiné à la construction d immeubles à usage d habitation : Les droits sont liquidés selon le barème progressif suivant : - jusqu à 120 m2 1% - de 120,001 à 300 m2 2% - de 300,001 à 600 m2 3% - au delà de 600 m2 5%. Au droit proportionnel, il convient d ajouter un droit de timbre de 2 D par feuille. A ce droit, il convient d'ajouter un droit de 1% au profit de la conservation foncière soit au titre des mutations d'immeubles non inscrits au registre foncier. b) Acquisition d une maison d habitation, à titre individuel, auprès d un promoteur immobilier : Le droit est liquidé au tarif de 15 D par page sans droit de timbre s'il s'agit d'une première mutation. Au droit fixe il convient d'ajouter un droit de 1% au profit de la conservation foncière soit au titre des mutations d'immeubles non inscrits au registre foncier. c) Acquisitions de terrains ou de bâtiments aménagés pour l exercice d activité économique auprès de promoteur immobilier ou auprès des autres intervenants dans le secteur immobilier : Le droit est liquidé au tarif de 15 D par page sans droit de timbre. Au droit fixe, il convient d'ajouter un droit de 1% au profit de la conservation foncière soit au titre des mutations d'immeubles non inscrits au registre foncier. d) Acquisition d un immeuble nécessaire à l exploitation par une entreprise totalement exportatrice régie par le code d incitations aux investissements ou établie dans un parc d'activités économiques ou par les sociétés de commerce international totalement exportatrices ou les établissements de santé prêtant la totalité de leurs services au profit des non résidents : Une telle acquisition s enregistre gratis. Toutefois, si l'immeuble acquis par les entreprises bénéficiant du régime fiscal de l'exportation totale est immatriculé, le droit de 1% de la conservation de la propriété foncière est dû. Si l'immeuble est non 1

2 immatriculé, les entreprises concernées sont exonérées du paiement du droit de mutation et de partage. 3. Défaut d origine Lorsque le contrat de vente ne mentionne pas l origine et les références de l enregistrement de la précédente mutation, il est dû un complément pour défaut d origine de 3%. Non application des pénalités de retard au droit complémentaire pour défaut d origine : En cas d enregistrement après les délais, les pénalités ne sont pas dues sur les droits pour défaut d origine. Possibilité de restitution : Le droit d origine de propriété des immeubles de 3% est restituable dans un délai de 3 ans à partir de la date d'obtention des justifications requises et sans dépasser le délai de 5 ans à compter de la date du paiement des droits. 4. Conservation foncière et droit sur les immeubles non inscrits au registre foncier Lorsque l immeuble est immatriculé, le salaire de la conservation foncière est dû au taux de 1%. Lorsque l'immeuble n'est pas inscrit au registre foncier, il est dû un droit de 1% sur la valeur de l'immeuble. 5. Droits sociaux dans les sociétés immobilières Lorsqu ils sont représentatifs d immeubles, les droits sociaux dans les sociétés soumises au régime de la transparence (actions ou parts conférant à leurs possesseurs le droit à la jouissance ou à la propriété d immeubles ou fractions d immeubles) sont traités en tant qu immeubles. Sous-section 2. Échange d immeubles 1. Droit d échange L échange d immeubles donne lieu à un droit de 2,5% assis sur la valeur la plus faible majorée, éventuellement, du droit de mutation de 5% assis sur la soulte ou, si elle est supérieure, sur la plusvalue. Un droit de timbre est en outre dû au tarif de 2 dinars par feuille. 2. Défaut d origine Pour chaque immeuble dont l origine et les références de l enregistrement de la précédente mutation font défaut, il est dû un droit complémentaire pour défaut d origine de 3% assis sur la valeur de cet immeuble. 3. Immeuble immatriculé ou non immatriculé Le salaire de la conservation foncière pour chaque immeuble immatriculé ou le droit sur les immeubles non inscrits au registre foncier est dû au taux de 1% assis sur la valeur de cet immeuble. Sous-section 3. Apport en société 1. Apport pur et simple Un apport pur et simple portant sur un immeuble est un apport d un immeuble non grevé d aucune dette. Il est rémunéré par des droits sociaux. Il donne ouverture à un droit d enregistrement avec tous les autres apports purs et simples de 100 dinars. En cas de défaut de mention de l origine de propriété et des références de l enregistrement de la précédente mutation, le droit complémentaire de 3% pour défaut d origine est dû. Si l immeuble est immatriculé à la conservation foncière, l apport en société donne lieu au versement du salaire de la conservation foncière au taux de 1% assis sur la valeur d apport. S'il n'est pas immatriculé, il est dû un droit de 1% sur les immeubles non inscrits au registre foncier. 2

3 2. Apport à titre onéreux L apport est à titre onéreux lorsqu il est rémunéré en argent ou par la prise en charge par la personne morale bénéficiaire de l apport d un passif imputable à l immeuble. L apport à titre onéreux donne ouverture au droit proportionnel de 5% majoré éventuellement du droit complémentaire de 3% pour défaut de mention de l origine de propriété et des références de l enregistrement de la précédente mutation. Si l immeuble est immatriculé, il donne lieu au versement du salaire de la conservation foncière au taux de 1%. S'il n'est pas immatriculé, il donne lieu au droit de 1% dû sur les immeubles non inscrits au registre foncier. Sous-section 4. Enregistrement d une mutation d immeuble prescrite L enregistrement d une mutation d immeuble dont l acte remonte à plus de 10 ans (avec signatures légalisées) s effectue au minima de perception de 15 dinars pour la formalité (article 22.I du code des droits d enregistrement et de timbre). Mais pour être opposable, la prescription des droits proportionnels de 5% doit résulter d un acte ayant acquis date certaine depuis plus de 10 ans. Sous-section 5. Régimes spéciaux 1. L élection de command Ce régime nécessite la réunion de trois conditions cumulatives : (1) La faculté d élire command a été réservée dans l acte d adjudication ou dans le contrat de vente ; et (2) La déclaration de command est faite dans les 24 heures de l adjudication ou du contrat de vente ; et (3) La déclaration est faite par acte public et notifiée à la recette des finances. Lorsque ces trois conditions sont réunies, l acte de déclaration de command s enregistre au droit fixe de 15 dinars par page. 2. Résiliation du contrat Le régime applicable aux résiliations diffère selon qu il s agit d une résiliation amiable ou judiciaire. A. Résiliation amiable : La résiliation amiable (rétrocession) s analyse comme une nouvelle mutation, sauf si elle intervient dans les 3 jours de l acte de mutation initial et qu elle soit constatée par un acte de résiliation ayant date certaine. B. Résiliation judiciaire : La résiliation judiciaire présente l avantage de ne pas entraîner, dans tous les cas, une nouvelle mutation et de s enregistrer par conséquent au minima de perception des jugements et non au droit proportionnel de mutation des immeubles. En outre, si l annulation est prononcée par un jugement définitif pour : - cause de lésion, ou - cause de vices cachés, ou - lorsqu il y a annulation pour, par exemple, incapacité, vice de consentement et d une façon générale pour défaut d un élément essentiel entraînant nullité du contrat, le droit de mutation perçu sur la mutation initiale annulée par l effet du jugement devient restituable sur demande à présenter dans un délai de 3 ans à compter du jour du jugement ou l arrêt passé en force de chose jugée rendant les droits restituables. Le délai de 5 ans prévu par l article 28 du CDPF n est pas applicable dans ce cas. 3. La vente sous condition La condition peut être suspensive ou résolutoire. A. Vente sous condition suspensive : Lorsque la vente est assortie d une condition suspensive, le contrat s enregistre, provisoirement, au droit fixe de 15 dinars par page. 3

4 B. Vente sous condition résolutoire : La condition résolutoire n empêchera pas l enregistrement au droit proportionnel de mutation. 4. La promesse de vente La promesse de vente s enregistre, en principe, au droit fixe sauf si elle est accompagnée par une prise de possession effective. Lorsque la promesse de vente comporte tous les éléments d un contrat de vente, elle s enregistre au droit proportionnel de mutation de la même façon qu une vente pure et simple. Sous-section 6. Hypothèque d immeuble Le contrat d hypothèque : S enregistre au droit fixe de 15 dinars par page. Inscription et mainlevée de l hypothèque : Si l immeuble est immatriculé à la conservation foncière, l inscription de l hypothèque entraîne un salaire de la conservation foncière de 0,2% du montant garanti. Le même salaire est dû lors de l inscription de la mainlevée ou la radiation de l hypothèque. Sous-section 7. Location d immeubles Il est fait une distinction entre les locations à usage d habitation et les locations à usage professionnel. Immeubles destinés à l habitation : Les locations d immeubles à usage d habitation s enregistrent au tarif de 5 dinars par page. Immeubles à usage professionnel : Les locations d immeubles à usage professionnel s enregistrent au droit proportionnel de 1% assis sur le montant toute taxe comprise d une année majoré d un droit de timbre de 2 dinars par feuille. Sous-section 8. Leasing immobilier Le régime diffère selon qu il s agit des droits applicables à l entrée (conclusion du contrat de leasing) ou des droits applicables à la sortie (contrat de cession de l immeuble par la société de leasing au preneur ou au locataire). Droits dus à l entrée : À l entrée, l acquisition de l immeuble par la société de leasing (ou sa mise au nom de la société de leasing même en cas de lease-back) s enregistre comme une mutation ordinaire d immeuble, à savoir : - droit de mutation de 5%, - majoré éventuellement du droit complémentaire de 3% pour défaut de mention d origine de la propriété des références de l enregistrement de la précédente mutation, - si l immeuble est immatriculé, le salaire de la conservation foncière au taux de 1% est dû ou il est dû un droit de 1% sur les immeubles non inscrits au registre foncier. En revanche, le droit proportionnel de 1% sur le montant des loyers d une année n est pas dû. Droits dus à la sortie : Le contrat de cession de l immeuble de la société de leasing au preneur s enregistre au droit fixe de 15 dinars par page majoré éventuellement, pour les immeubles immatriculés, du salaire de la conservation foncière ou du droit sur les immeubles non inscrits au registre foncier. En revanche, si la vente est faite à un tiers autre que le locataire, la mutation s enregistre au droit proportionnel applicable aux mutations d immeubles. Section 2. Les opérations portant sur le fonds de commerce et le droit au bail Les contrats de mutation de fonds de commerce doivent, sous peine de nullité absolue, être rédigés par les avocats. Cette règle ne s'applique pas aux actes conclus par l'etat et les organismes assimilés. 4

5 Sous-section 1. Mutation à titre onéreux 1. Taux Les mutations à titre onéreux de fonds de commerce et de droit au bail s enregistrent au droit proportionnel de 2,5% du prix, auquel s ajoute un droit de timbre de 2 dinars par feuille. 2. Assiette d enregistrement du fonds de commerce Le prix de vente du fonds de commerce est constitué par le prix de vente de la clientèle, de l achalandage, du droit au bail et des objets mobiliers servant à l exploitation du fonds. «Lorsque l acte de vente comprend un fonds de commerce et des marchandises, le droit proportionnel est perçu sur la totalité du prix au taux réglé pour les fonds de commerce, à moins qu il ne soit stipulé un prix particulier pour les marchandises et que ces marchandises ne soient estimées et suffisamment désignées au contrat» Assiette d enregistrement du droit au bail L assiette du droit de mutation du droit au bail est constituée par le prix de cession majoré éventuellement des loyers dus par le vendeur. Sous-section 2. Apport en société 1. Apport pur et simple L apport d'un fonds de commerce avec ou sans autres apports purs et simples est passible du droit fixe de 100 dinars. 2. Apport à titre onéreux Lorsque l apport est en totalité ou en partie à titre onéreux, la fraction à titre onéreux donne lieu à l imputation des passifs sur les éléments d actifs apportés, élément par élément. Le passif imputé sur les éléments incorporels s enregistre au droit proportionnel de 2,5% majoré d un droit de timbre de 2 dinars par feuille. Sous-section 3. Nantissement du fonds de commerce Il est dû trois droits : le droit d enregistrement du contrat de nantissement, le droit d inscription du privilège du vendeur et le nantissement du fonds de commerce. 1. Enregistrement du contrat de nantissement Ce contrat est soumis à l enregistrement obligatoire au tarif des actes innomés au droit fixe de 15 dinars par page. 2. Privilège du vendeur Le droit d inscription de la créance du vendeur ou du créancier gagiste est fixé à 0,25% en principal. Il est perçu lors de l enregistrement de l acte de vente sur le prix ou la portion du prix non payé. 3. Nantissement du fonds de commerce L enregistrement du contrat de nantissement s effectue au taux de 0,25% sur le capital de la créance. Le nantissement exclut la valeur de la marchandise. 1 D après Monsieur Hédi CHEMLI, in Droits de timbre et d enregistrement - Tunis 1984, page

6 4. Location du fonds de commerce La location du fonds de commerce donne lieu à un droit proportionnel de 1% sur le montant TVA comprise du loyer d une année auquel s ajoute un droit de timbre de 2 dinars par feuille. Section 3. Les opérations portant sur les meubles Sous-section 1. Régime général Les mutations de meubles à titre onéreux ne sont pas soumises à l enregistrement obligatoire. En revanche, sont soumises à l enregistrement, les ventes publiques de meubles ainsi que les mutations de meubles à titre gratuit. Sous-section 2. Ventes publiques de meubles 1. Conditions d imposition Pour qu une vente publique soit passible du droit d enregistrement proportionnel de 2,5% appliqué aux ventes publiques de meubles auquel s ajoute un droit de timbre de 2 dinars par feuille, il faut que la vente publique soit constatée par un acte authentique dressé par un officier public. Dans ce cas, la vente publique s enregistre, dans les 10 jours, au droit proportionnel de 2,5% auquel s ajoute un droit de timbre de 2 dinars par feuille. 2. Ventes publiques non soumises à l enregistrement obligatoire Contrairement à la règle, les ventes publiques réalisées en exécution des dispositions relatives à la faillite ne sont pas obligatoirement soumises à la formalité de l enregistrement. Il s ensuit que l acte dressé par l officier public s enregistre au droit fixe de 15 dinars par page. 3. Actions des sociétés anonymes Les transactions publiques portant sur les actions de sociétés anonymes s enregistrent à la Bourse des Valeurs Mobilières. Cet enregistrement à la bourse est une condition de validité du contrat. Il est à remarquer que la législation antérieure à la loi n du 14 novembre 1994 portant réorganisation du marché financier comportait une exonération expresse des ventes d actions en bourse du droit d enregistrement. Cette exonération n a pas été expressément reconduite dans la loi n du 14 novembre 1994 portant réorganisation du marché financier, ce qui laisse, néanmoins, planer une incertitude fiscale. Dans la pratique, seuls les droits de bourse sont dus. Sous-section 3. Apport en sociétés 1. Apport pur et simple L apport pur et simple de meubles est passible du droit fixe de 100 dinars dans le cadre de l apport pur et simple global. 2. Apport à titre onéreux Les apports de meubles à titre onéreux ne sont pas passibles de droit d enregistrement. 3. Partage de l actif social Le partage de l actif social de biens meubles donne lieu au droit de partage au taux de 0,5%. Néanmoins, l apport pur et simple de biens meubles constituant un corps certain donne lieu à l application de la théorie de la mutation conditionnelle. En conséquence, si le bien meuble constituant un corps certain est repris au moment du partage par son apporteur initial, aucun droit n est dû. 6

7 En revanche, si ledit bien est repris par un autre associé, le droit de partage est dû au taux de 0,5% auquel s ajoute un droit de timbre de 2 dinars par feuille. Section 4. Les opérations relatives aux sociétés Sous-section 1. Les apports en société (à la constitution ou lors d une augmentation de capital) 1. Régime commun à toutes les sociétés A. Apports purs et simples : Qu ils soient en numéraire ou en nature, les apports purs et simples donnent lieu à un droit fixe de 100 dinars. B. Apports à titre onéreux : Les droits dus sont fonction du régime des mutations applicables à l élément d actif sur lequel l imputation est opérée. Le passif pris en charge par la société bénéficiaire de l apport doit être imputé selon les règles et dans l ordre suivant : 1. Selon la règle de rattachement : Ainsi, un emprunt garanti par une hypothèque s impute sur l immeuble hypothéqué en garantie et entraîne le droit d apport de 5% applicable aux mutations d immeubles. 2. Au bénéfice de la société, mais cela nécessite d indiquer l imputation dans l acte constatant l apport ou dans un acte séparé. 3. À défaut d imputation expresse, l imputation du passif s effectue proportionnellement aux apports concernés. L ordre d imputation le plus avantageux : L imputation la plus avantageuse consiste à imputer le passif dans l ordre suivant : (1) La trésorerie + les créances + les marchandises + le matériel. Cette imputation n entraîne pas d imposition, soit un taux zéro. (2) Le fonds de commerce (éléments incorporels) et le droit au bail. Cette imputation entraîne un taux de 2,5%. (3) Les immeubles. Cette imputation est soumise au taux de 5%, le plus élevé. C. Droits supplémentaires particuliers aux apports d immeubles : En cas d apport d immeuble sans mention de l origine de propriété ou sans mention des références de l enregistrement de la précédente mutation, le droit complémentaire au taux de 3% est dû. Dans le cas où l immeuble apporté est immatriculé à la conservation foncière, le salaire de la conservation au taux de 1% est dû. Dans le cas où l'immeuble n'est pas immatriculé, un droit de 1% est dû au titre des immeubles non inscrits au registre foncier. 2. Droits spécifiques aux sociétés anonymes A. Droit de 15 dinars par page : En plus des droits dus en raison des apports, la pratique a consacré d autres droits pour les sociétés anonymes. Ainsi, il est dû un droit de 15 dinars par page : 1. Des statuts sauf les deux exemplaires conservés par la recette fiscale lors de la constitution. 2. De la liste des souscripteurs. 3. De l attestation de blocage des fonds délivrée par la banque. 4. Du procès-verbal du premier conseil d administration. B. Droit de souscription et de versement (article 24 du code des droits d enregistrement et de timbre) : La déclaration de souscription et de versement reçue par le receveur des finances donne lieu à la perception d un droit de souscription et de versement assis sur le montant du capital souscrit selon le barème suivant par tranche : Capital souscrit Montant du droit Jusqu à D 25 D de ,001 D à D 50 D Au dessus de D 100 D 7

8 3. Augmentation de capital par incorporation de réserve L augmentation de capital par incorporation de la réserve spéciale de réévaluation légale est enregistrée gratis. En revanche, l incorporation de toute autre réserve au capital donne lieu à un droit fixe de 100 dinars quel que soit le montant des réserves incorporées. 4. Amortissement du capital L amortissement du capital est l opération par laquelle la société rembourse à ses actionnaires tout ou partie du montant nominal de leurs actions à titre d avance sur le produit de la liquidation future de la société. Le capital demeure inchangé puisque le capital remboursé est immédiatement remplacé par une incorporation de réserves disponibles mais les actions amorties deviennent des actions de jouissance. L amortissement du capital s enregistre au droit fixe de 15 dinars par page. Mais, il semble que les nouvelles règles impératives de répartition des bénéfices introduites par le code des sociétés commerciales rendent la technique d'amortissement du capital inopérante. 5. Droits dus sur la cession des titres de capital représentatifs d apports en nature dans les deux années de l apport En droit, les actions représentatives d apports en nature sont non négociables pendant les deux années qui suivent la constitution définitive de la société ou l augmentation du capital. Aux termes du I de l article 29 du code des droits d enregistrement, les cessions d actions, de parts de fondateurs ou de parts d intérêts effectuées pendant les deux ans qui suivent la réalisation de l apport en nature fait à la société sont réputées avoir pour objet les cessions des biens représentés par ces titres et il est fait application, pour la perception du droit d enregistrement sur lesdites cessions, de toutes les règles relatives à la vente de ces biens. Pour les titres attribués en rémunération d apports en société et pour les besoins de la perception du droit d enregistrement, chaque élément d apport est évalué distinctement avec indication des numéros des titres attribués à chacun d eux. À défaut de ces évaluations et indications, le droit d enregistrement est perçu au taux applicable aux ventes d immeubles. Sous-section 2. Réduction du capital 1. Réduction du capital pour résorber des pertes Le procès-verbal constatant la réduction du capital pour résorber les pertes s enregistre au droit fixe de 100 dinars. 2. Réduction du capital pour annuler ses propres titres La réduction du capital à la suite d annulation de ses propres titres s enregistre au droit fixe de 100 dinars. Lorsque les titres sont représentatifs d immeubles (droit de jouissance de propriété), leur rachat s enregistre au tarif des droits de mutation des immeubles. 3. Réduction - partage La réduction du capital s enregistre au droit fixe de 10 dinars par page du procès-verbal de l assemblée générale extraordinaire. Le partage donne lieu à la perception du droit de partage selon les règles applicables au partage. 8

9 Sous-section 3. Dissolution et partage 1. Acte de dissolution Le procès-verbal de dissolution de la société s enregistre au droit fixe de 100 dinars. 2. Droit de partage Selon Monsieur Abdelmajid Ben Fraj 1 «le droit de partage doit être constaté par un écrit, le droit de partage est en effet un droit d acte, il n est donc pas exigible en cas de partage verbal. Il doit, aussi, s agir d un véritable partage. Le partage est un acte qui met fin à l indivision et que chaque copartageant reçoive un droit de propriété exclusif sur les biens mis dans son lot. Mais, le droit de partage est exigible sur les partages partiels qui ne portent que sur une fraction des biens sociaux, tels que le remboursement suite à une réduction du capital». Les droits dus diffèrent selon la nature du bien attribué en partage : 1- Corps certains repris par l apporteur Principe applicable : L attribution à un apporteur des biens ou valeurs dont il a fait apport à la société ne donne pas ouverture au droit de partage, sauf s il s agit de sommes d argent ou de choses fongibles. Lorsqu un apporteur reprend un corps certain dont il a fait apport, il est fait application de la théorie de la mutation conditionnelle : aucun droit de partage n est dû. Sont assimilés à des corps certains repris par l apporteur, les actions ou parts qui ont donné lieu à l application du droit d enregistrement lors de leur acquisition. Dans ce cas, l attribution des biens représentés par ces titres au moment de la dissolution de la société ne donne ouverture au droit d enregistrement que si cette attribution est faite à une personne autre que le cessionnaire (article 29 II du code des droits d enregistrement). 2- Corps certains repris par un associé autre que l apporteur Principe applicable : L attribution d un apport à un associé autre que l apporteur rend les droits de mutation exigibles sur la valeur des biens à la date de l apport, à la condition qu il s agisse de corps certains. Le droit de partage ne peut être perçu sur les valeurs qui supportent le droit de mutation. Le droit de mutation applicable au bien repris est dû. Si le bien repris est un meuble, le droit de partage au taux de 0,5% est dû. 3- Immeubles et meubles constituant des acquêts sociaux Le droit de partage est dû au taux de 0,5%. La base de calcul du droit de partage est constituée par le montant partagé déduction faite de la soulte éventuelle lorsque ladite soulte donne ouverture aux droits de mutation à titre onéreux. 4- Partages d espèces Le droit de partage est dû au taux de 0,5%. Droit de timbre : Lorsque le droit de partage est dû, le droit de timbre au tarif de 2 dinars par feuille est aussi dû. Droits complémentaires sur les immeubles : Lorsque le partage porte sur des immeubles immatriculés à la conservation foncière, le salaire de la conservation au taux de 1% est dû sur la valeur des immeubles. Lorsque l'immeuble n'est pas immatriculé, un droit de 1% est dû au titre du partage d'immeubles non inscrits au registre foncier. En cas de défaut de mention de l origine des immeubles ou des références de l enregistrement de la précédente mutation, le droit complémentaire de 3% est dû. Mais, cette remarque ne semble présenter qu un intérêt théorique dans le cas des personnes morales. 1 D après Monsieur Abdelmajid Ben Fraj, Cours d enregistrement, manuscrit. 9

10 Sous-section 4. Fusion des sociétés Les fusions de sociétés peuvent se réaliser soit par l absorption par une société d une ou plusieurs autres sociétés soit par création d une société nouvelle par la fusion de plusieurs sociétés qui font apport de leur patrimoine puis disparaissent. La fusion par absorption s analyse comme une augmentation de capital de la société absorbante alors que la fusion par création d une société nouvelle s analyse comme une constitution de société. 1. Fusion entre sociétés de capitaux Les droits dus sont les suivants : 1- L augmentation de capital de la société absorbante ou le capital de la société nouvelle est enregistré selon les règles ordinaires soit un droit fixe de 100 D majoré éventuellement des droits de 15 dinars par page sur les autres actes (statuts de la nouvelle société, procès-verbal du premier conseil d administration, etc...). 2- La prise en charge du passif de la société absorbée donne normalement lieu à un droit fixe de 100 dinars. Néanmoins, un seul droit fixe de 100 dinars est dû en raison de la règle de non cumul des droits fixes prévue par l article 19 II du code des droits d enregistrement. 3- Si la société absorbée apporte des immeubles, le salaire de la conservation foncière au taux de 1% sera dû sur les immeubles immatriculés et le droit de mutation de 1% sera dû sur les immeubles non inscrits au registre foncier. Aucun droit de partage ne sera dû suite à la disparition de la société absorbée. 2. Fusion entre une société de personnes et une société de capitaux dont l absorbante ou la société nouvelle doit être une société de capitaux (article 412 du CSC) Lorsqu une des sociétés n est pas une société de capitaux, il est fait application du régime des apports mixtes : 1- La partie de l apport rémunérée par des titres sociaux donne lieu à un droit fixe de 100 dinars. 2- La partie de l apport non rémunérée par des titres sociaux est soumise selon les règles applicables aux apports à titre onéreux. Selon le droit commun, la prise en charge par la société réceptrice des apports du passif des sociétés apporteuses donne ouverture aux droits proportionnels de mutation. Les taux de ces droits sont déterminés par la nature des biens sur lesquels s impute le passif. Les parties peuvent imputer le passif de la manière qui leur est la plus favorable, c est-à-dire en considérant comme transmis à titre onéreux les biens exempts de droits de mutation (numéraire, créances, marchandises, matériel) ou donnant ouverture aux droits les moins élevés (fonds de commerce, droit au bail) 1. Sous-section 5. Transformation des sociétés Le régime applicable diffère selon que la transformation entraîne ou non un être moral nouveau : 1- Si la transformation ne s interprète pas comme créant un nouvel être moral, seul le droit fixe de 100 dinars sera dû. 2- Si la transformation s interprète comme créant un être moral nouveau, la transformation donne ouverture aux droits dus lors de la constitution de la société par application du régime des apports mixtes. La transformation d une société n entraîne pas création d un être moral nouveau lorsque : - La possibilité est prévue dans les statuts au moment de la transformation ; - La transformation est autorisée ou prévue par la loi, telle la transformation d une SARL en société anonyme ou l inverse. 1 Hédi Chamli, Droits de timbre et d enregistrement - Tunis 1984, pa ge

11 Sous-section 6. Prorogation de la durée d une société Le régime applicable diffère selon que la prorogation intervient avant ou après l expiration de la durée de la société. 1. Prorogation d une société avant l expiration de sa durée statutaire La prorogation décidée avant le terme statutaire de la société s enregistre au droit fixe de 100 dinars. 2. Prorogation d une société après l expiration de sa durée statutaire Dans ce cas, il y a création d un nouvel être moral qui donne ouverture aux droits dus lors de la constitution selon les règles applicables aux apports mixtes. 11

Note commune N 2 / 2014 R E S U M E

Note commune N 2 / 2014 R E S U M E REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales Note commune N 2 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 53 de la loi n 2013-54

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 /

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 / LEASING ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES Cadre légal Ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 (remplaçant la loi n 90 / 10 du 10 / 04 / 1990) relative à la monnaie etau crédit. 68 : «Sont assimilées à des opérations

Plus en détail

RESUME NOTE COMMUNE N 19 / 2005

RESUME NOTE COMMUNE N 19 / 2005 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 19 / 2005 OBJET: Commentaire des dispositions des articles 37 et 38 de la loi de

Plus en détail

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006)

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) L imposition des plus-values des particuliers fait l objet d un traitement séparé qui la distingue de l imposition des autres revenus

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 21/ 2005 OBJET: Commentaire des dispositions des articles 39 et 40 de la loi n 2004-90

Plus en détail

7.3. Les différents modes de transmission

7.3. Les différents modes de transmission 7.3. Les différents modes de transmission La manière d exercer l activité et le choix de la forme juridique ont des répercussions importantes sur le processus de transmission 7.3.1. Les impacts du choix

Plus en détail

64 Présentation du régime

64 Présentation du régime OPÉRATIONS IMMOBILIÈRES 64 Présentation du régime Les règles applicables en matière de TVA immobilière Règles applicables depuis le 11 mars 2010... 6000 Champ immobilière... 6001 Règles de territorialité...

Plus en détail

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Réalisé par: BENNANI Mohammed Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Introduction LOGO Notion et les éléments du fonds de commerce La vente du FdC L apport du FdC Le nantissement du FdC Le contrat de

Plus en détail

Droits d'enregistrement et de timbre. Chapitre 2 - Quelques principes et théories applicables au droit d enregistrement

Droits d'enregistrement et de timbre. Chapitre 2 - Quelques principes et théories applicables au droit d enregistrement Droits d'enregistrement et de timbre (Version 2006) Chapitre 2 - Quelques principes et théories applicables au droit d enregistrement Sont successivement étudiés : - Le principe d'interprétation ; - L'influence

Plus en détail

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011 MARCHAND DE BIENS 02/08/2011 Sont considérés comme marchands de biens les personnes qui effectuent habituellement des achats en vue de la revente d'immeubles, fonds de commerce, parts ou actions de sociétés

Plus en détail

R E S U M E NOTE COMMUNE N 32 / 2004. OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des biens entre époux

R E S U M E NOTE COMMUNE N 32 / 2004. OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des biens entre époux REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 32 / 2004 OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Au nom du peuple, La Chambre des Députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Au nom du peuple, La Chambre des Députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Loi n 90-17 du 26 Février 1990, portant Refonte de la Législation Relative à La Promotion Immobilière modifiée et complétée par: Loi n 91-76 du 2 Août 1991 Loi n 91-98 du 31 Décembre 1991 portant Loi de

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS

DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS mis à jour jusqu au 31 décembre 2007 1 TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS Chapitre premier : Champ d application I.- Définition A compter du

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité

Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité INSERM - Le 20 avril 2006 Société en participation : aspects juridiques C est

Plus en détail

Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie

Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie Entre les soussignés: Nom Prénom Adresse (Si co-souscripteur) Nom Prénom Adresse Ci-après dénommé(s) «le Constituant ou le Souscripteur», Et (Le prêteur)

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP BIENVENUE AU DOMAINE DU GRAND TOURTRE UN SÉJOUR DE VACANCES INOUBLIABLE 18 place de l Hôtel de Ville 16 210 CHALAIS Tel: +33(0)5 45 98 31 56 Fax: +33(0)5 45 98 31 55 Email: france@shelbournedevelopment.com

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients. Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL

Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients. Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL Fonds de commerce ou titres de société : Que faut-il préférer? 2 Acquisition

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

Les retenues à la source (Version 2005)

Les retenues à la source (Version 2005) Les retenues à la source (Version 2005) Chapitre 6 - Les retenues à la source sur les revenus des capitaux mobiliers et les jetons de présence Après avoir défini les revenus des capitaux mobiliers (Section

Plus en détail

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de perception régulièrement mis en recouvrement sont exécutoires contre

Plus en détail

S.A. actions minimum S.A.

S.A. actions minimum S.A. Pr. SAMIRA BOUNID La société anonyme : La S.A. est commerciale à raison de sa forme, quelque soit son objet. Son capital est divisé en actions négociables représentatives d apports en numéraire (argent)

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Session de formation de Matadi sur le droit OHADA

Session de formation de Matadi sur le droit OHADA Session de formation de Matadi sur le droit OHADA I. Notions du fonds de commerce II. Contenu du fonds de commerce III. Les opérations portant sur le fonds de commerce 1. La location-gérance 2. La cession

Plus en détail

Droits d'enregistrement et de timbre. Chapitre 1 - Étude générale sur les droits d enregistrement

Droits d'enregistrement et de timbre. Chapitre 1 - Étude générale sur les droits d enregistrement Droits d'enregistrement et de timbre (Version 2006) Chapitre 1 - Étude générale sur les droits d enregistrement Selon REFALO, «l enregistrement consiste dans l analyse d un acte sur un registre à ce destiné

Plus en détail

Petit lexique juridique

Petit lexique juridique Petit lexique juridique A Acte authentique : écrit établi par un officier public (notaire par ex.) dont les affirmations font foi jusqu à inscription de faux. Acte extrajudiciaire : acte signifié par un

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/06/16 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

Constitution des sociétés

Constitution des sociétés Chapitre Constitution des sociétés O b j e ctifs du chapitre : Etre capable de procéder aux écritures comptables de constitution de différentes sociétés en fonction des situations qui se présentent. D

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

SOMMAIRE. Flash sur l Augmentation de Capital... 3. Chapitre 1. Responsables de la note d opération... 5

SOMMAIRE. Flash sur l Augmentation de Capital... 3. Chapitre 1. Responsables de la note d opération... 5 1 SOMMAIRE Flash sur l Augmentation de Capital... 3 Chapitre 1. Responsables de la note d opération... 5 1.1 Responsable de la note d opération. 5 1.2 Attestation du responsable de la note d opération......

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

Cahier des conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat

Cahier des conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE Cahier des conditions de vente Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat Article 12 et Annexe n 3 Version avril

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Chapitre 4 : Trouver des financements

Chapitre 4 : Trouver des financements Chapitre 4 : Trouver des financements L'entrepreneur a le choix, dans le cadre de son projet de création ou de reprise d'entreprise, entre plusieurs sources de financement. On distingue généralement deux

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Photos non contractuelles FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI fiscale «Déficits fonciers», permettant au porteur de parts de bénéficier du régime fiscal dit

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

GODFREY - HIGUET AVOCATS

GODFREY - HIGUET AVOCATS GODFREY - HIGUET AVOCATS Clive GODFREY Jean-Pierre HIGUET Avocats à la Cour LA TITRISATION A LUXEMBOURG ET SON APPLICATION EN MATIERE IMMOBILIERE 1. Cadre légal de la titrisation au Luxembourg Avec la

Plus en détail

com Plan Information Encouragement à la propriété du logement 1.1 Limites temporelles / délais de blocage

com Plan Information Encouragement à la propriété du logement 1.1 Limites temporelles / délais de blocage Information Encouragement à la propriété du logement com Plan La loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP) vous permet d utiliser votre argent de la Caisse

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE

DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE L associé unique d une EURL peut décider à tout moment, librement, de dissoudre la société. 27/02/2015 Ce type de dissolution connaît quelques particularités

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL IMMOBILIER

LE CREDIT-BAIL IMMOBILIER TSD NOTAIRES 1 PREAMBULE 1. Loi 66-455 du 2 juillet 1966 2. Ordonnance 67-837 du 28 septembre 1967 3. Décret 72-665 du 4 juillet 1972 4. Loi 73-446 du 25 avril 1973 5. Loi 84-46 du 24 janvier 1984 6. Loi

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

LES FORMES JURIDIQUES

LES FORMES JURIDIQUES 1 LES FORMES JURIDIQUES Les structures juridiques de l Entreprise Il existe deux types de structures juridiques: L Entreprise Individuelle ou E.I. et l E.I. Responsabilité Limitée La société et plus particulièrement

Plus en détail

Table des matières. Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES

Table des matières. Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES Table des matières Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES SOUS-PARTIE I : PRÉSENTATION DE LA FISCALITÉ IMMOBILIÈRE LOCATIVE... 109 Section

Plus en détail

Texte n DGI 09/2011 R E S U M E

Texte n DGI 09/2011 R E S U M E BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS N 02/06/2011 DIFFUSION GENERALE 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 09/2011 NOTE COMMUNE N 7/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Chronique de la doctrine administrative

Chronique de la doctrine administrative Les textes fiscaux sont destinés à être mis en œuvre par tous les fonctionnaires chargés du recouvrement de l impôt. Souvent techniques, complexes et parfois imprécis ou mal rédigés 1, les textes fiscaux

Plus en détail

République Tunisienne Ministère de l'enseignement Supérieur & de la recherche scientifique CERTIFICAT D ETUDES SUPERIEURES DE REVISION COMPTABLE

République Tunisienne Ministère de l'enseignement Supérieur & de la recherche scientifique CERTIFICAT D ETUDES SUPERIEURES DE REVISION COMPTABLE République Tunisienne Ministère de l'enseignement Supérieur & de la recherche scientifique CERTIFICAT D ETUDES SUPERIEURES DE REVISION COMPTABLE Session de septembre 2010 EPREUVE DE FISCALITE APPROFONDIE

Plus en détail

Prêt Social de Location Accession PSLA. Marché Immobilier Social. Dernière mise à jour Mars 2013. Document réservé exclusivement aux Professionnels

Prêt Social de Location Accession PSLA. Marché Immobilier Social. Dernière mise à jour Mars 2013. Document réservé exclusivement aux Professionnels Prêt Social de Location Accession PSLA Marché Immobilier Social Dernière mise à jour Mars 2013 Document réservé exclusivement aux Professionnels Tout savoir sur le Prêt Social Location Accession Les principes

Plus en détail

Table des matières. Sommaire... 2

Table des matières. Sommaire... 2 Table des matières Sommaire... 2 Introduction... 4 1. L évolution historique... 4 a) Une origine ancienne... 4 b) L avènement du financement bancaire... 5 c) La perspective d une recrudescence... 5 2.

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 14-12 en date du 22/07/2014. La note d information relative à la seconde

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE

GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE Acheter un bien immobilier est une opération juridique sensible. Quelles précautions prendre? Rencontrez votre notaire en amont de votre

Plus en détail

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 1115 du Code général des impôts Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement Juin

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois.

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois. LA LOCATION VENTE Dans la plupart des cas en matière de transfert de propriété de biens immobiliers, nous employons la technique du contrat de vente immobilière pure et simple. Lors de la signature dudit

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 I-1-03 N 118 du 7 JUILLET 2003 IMPOT SUR LES SOCIETES. DISPOSITIONS PARTICULIERES FUSIONS ET OPERATIONS ASSIMILEES (C.G.I., art. 54 septies,

Plus en détail

BANQUE DE L HABITAT Siège Social : 18, Avenue Mohamed V 1080

BANQUE DE L HABITAT Siège Social : 18, Avenue Mohamed V 1080 AUGMENTATION DE CAPITAL BANQUE DE L HABITAT Siège Social : 18, Avenue Mohamed V 1080 Décisions à l origine de l émission L Assemblée Générale Extraordinaire de la Banque de l Habitat, tenue le 18 février

Plus en détail

Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation

Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation Entre les soussignés: Ageas France, Société Anonyme au capital de 118 950 045,33 Euros, Entreprise régie par le Code des assurances dont le siège social

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Bien gérer son patrimoine Huitième édition, 1998, 2001, 2004, 2008, 2010, 2012, 2013, 2014 ISBN : 978-2-212-55995-8

Plus en détail

Cette loi de finances a élargi l application du régime fiscal des sièges régionaux ou internationaux

Cette loi de finances a élargi l application du régime fiscal des sièges régionaux ou internationaux Les mesures fiscales introduites par la loi de finances 2015 s inscrivent dans le cadre des orientations du Gouvernement et de la mise en œuvre des recommandations des Assises Nationales sur la Fiscalité

Plus en détail

Index alphabétique. CO CC LFus ORC LSR OSRev. Conversion 622 Cours d émission 624 Destruction 659,732a Division 623

Index alphabétique. CO CC LFus ORC LSR OSRev. Conversion 622 Cours d émission 624 Destruction 659,732a Division 623 Index alphabétique CO CC LFus ORC LSR OSRev A Accès aux locaux Entreprises de révision sous surveillance de l Etat 13 Acte authentique Constitution (SA) 629 Constitution (Sàrl) 777 Décision de fusion 20

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 14/3 du 1 er octobre 2014 L.I.R. n 14/3 Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances 1) Définitions et introduction La loi

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 N 0010/MEF/DGI-DLCD NOTE DE

Plus en détail

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI Conférence PNI Mars 2014 Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI De nombreuses personnes s interrogent sur la manière de transmettre leur patrimoine. La société civile immobilière

Plus en détail

SOMMAIRE FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL... 1 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION...

SOMMAIRE FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL... 1 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION... SOMMAIRE FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL... 1 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION... 3 1.1. RESPONSABLE DE LA NOTE D OPERATION... 3 1.2. ATTESTATION DU RESPONSABLE DE LA NOTE D OPERATION...

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE. Cahier des conditions de vente

VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE. Cahier des conditions de vente VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE Cahier des conditions de vente Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat Article 12 et Annexe n 3 Version consolidée

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE 1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE Références juridiques : La promotion immobilière est régie par la loi n 90-17 du 26 février 1990, portant refonte de la législation

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Société par actions simplifiée

Société par actions simplifiée Société par actions simplifiée Durée : 16 heures Support : 600 diapositives Objectifs Maîtriser les règles de fonctionnement de la SAS, de la création à la liquidation. Savoir décrypter les statuts et

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT

MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT Le Gouvernement du Burkina Faso a obtenu dans le cadre de sa politique de lutte contre la pauvreté

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

Attention, l offre se termine au plus tard le 31 août 2009! Avertissement à l investisseur

Attention, l offre se termine au plus tard le 31 août 2009! Avertissement à l investisseur SCPI Sema 2i Profitez des avantages fiscaux de la Loi Girardin en contrepartie d une conservation des parts pendant au moins 6 ans à compter de la date d achèvement du dernier logement (prévue en 2011).

Plus en détail

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier,

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier, Décret n 99-2773 du 13 décembre 1999 relatif à la fixation des conditions d ouverture des «Comptes Epargne en Actions», des conditions de leur gestion et de l utilisation des sommes et titres qui y sont

Plus en détail

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires Voies d exécution Auteur(s) : Marianne Dumeige-Istin et Patricia VANNIER Présentation(s) : Marianne Dumeige-Istin : Avocat - 20 ans de pratique professionnelle domaines de prédilection : droit des affaires,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/10/44 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO HABITATION 1 Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER RÉSIDENTIEL BBC EN CONTREPARTIE D UNE DURÉE DE CONSERVATION DES PARTS ÉGALE À LA DURÉE DE VIE

Plus en détail

Fiscalité des comptes courants d'associés

Fiscalité des comptes courants d'associés Fiscalité des comptes courants d'associés Article juridique publié le 08/06/2015, vu 610 fois, Auteur : Innocent KOUAKOU Lorsqu une société est confrontée à des besoins en financement de sa trésorerie,

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008)

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) Objet Article Dispositions Taux Principe 52-I Règle générale Hôtels Bureaux

Plus en détail

CONTRAT PRELIMINAIRE A UNE VENTE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT CONDITIONS GENERALES

CONTRAT PRELIMINAIRE A UNE VENTE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT CONDITIONS GENERALES Au Résidence LES JARDINS DE JADE Commune du Gosier Département de la Guadeloupe EXPOSE CONTRAT PRELIMINAIRE A UNE VENTE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT CONDITIONS GENERALES Le RESERVANT a projeté d édifier

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail