LES COMPTABLES AU CINÉMA Analyse des images projetées sur la profession comptable dans les films. Travail de session

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES COMPTABLES AU CINÉMA Analyse des images projetées sur la profession comptable dans les films. Travail de session"

Transcription

1 Etienne Bergeron-Lemieux LES COMPTABLES AU CINÉMA Analyse des images projetées sur la profession comptable dans les films Travail de session Travail présenté à Monsieur Yves Gendron Dans le cadre du cours CTB section B Mardi le 2 décembre 2008 Faculté des sciences de l administration Université Laval

2 2 Table des matières Introduction... 3 Quelles images des comptables retrouve-t-on au cinéma?... 4 Le rêveur... 6 Le travailleur assidu... 6 L intellectuel... 7 L éventuel héros... 8 Pourquoi retrouve-t-on de telles images?... 9 Quelles sont leurs conséquences? Conclusion Bibliographie... 14

3 3 Introduction My name is Wesley Gibson. [ ] I m an accountant. [ ] My life is miserable. Today is my anorexic boss' birthday. This means there's a certain amount of inter-office pressure to stand around the conference table, eating crappy food and pretending to worship her. [ ] I'm finding it hard to care about anything these days. In fact, the only thing I do care about is the fact that I can't care about anything. My dad walked out on my mom when I was seven days old [...]. My girlfriend is currently cheating on me with my best friend Barry. Seriously, it worries me; I m probably the most insignificant asshole of the twenty-first century. 1 C est sur cette narration percutante du protagoniste que la nouvelle méga production hollywoodienne Wanted (2008), mettant en vedette Angelina Jolie et James McAvoy, débute. Bien entendu, ces paroles du héros sont prononcées un peu avant qu il soit informé que son père était en réalité un tueur professionnel surhumain travaillant pour une fraternité secrète et qu il doit maintenant suivre ses traces pour préserver l équilibre et la justice dans le monde. Ce type d histoire au réalisme douteux est chose commune dans les films américains d aujourd hui. Les connaisseurs pourraient même dire que c est du réchauffé. Ce qui me fascine, ce n est pas le nombre de fois qu un script peut être recyclé avant que le public ait une légère impression de déjà vu, non, c est plutôt les choix subtils utilisés par les scénaristes pour donner un soupçon de différenciation, de profondeur et de rationalisme à leur maigre intrigue. En 1 Tiré du film Wanted (2008)

4 4 l occurrence, pourquoi avant de devenir un tueur aux réflexes surnaturels, Wesley Gibson, étiqueté dès les premières lignes du film comme un perdant, est-il un comptable? Pourquoi n est-il pas un avocat, un médecin ou un vendeur de cellulaires? Pourquoi, pour les besoins du scénario, fallait-il absolument qu il soit un comptable? C est en me posant ces questions que je réalise que, de mémoire, je ne me souviens pas de la dernière fois que j ai vu un film où le brave et courageux héros était un comptable. C est intéressant pour moi qui est à la fois futur CA et fanatique de cinéma. Comment le comptable est-il dépeint au grand écran? Cette dernière réflexion est intéressante parce qu elle m amène ultimement aux trois interrogations qui seront respectivement étudiées dans ce travail, soit : quelles images des comptables retrouve-t-on au cinéma et à la télévision? Pourquoi retrouve-t-on de telles images? Et surtout quelles sont leurs conséquences sur la comptabilité? Mon objectif est d étudier si les images projetées par l industrie titanesque de la cinématographie, notamment les stéréotypes et les préjugés, ont généralement un impact négatif sur la profession comptable. De mon humble avis, oui, et c est ce que je vais tenter de faire ressortir dans les prochaines pages. Quelles images des comptables retrouve-t-on au cinéma? While every profession is concerned with its public image, perhaps none has devoted more attention to this subject in recent years than the accounting profession 2. Depuis quelques années, il est vrai que la comptabilité tente désespérément de redonner de la couleur à son blason perçu du public comme un peu fade et ennuyeux. Au Québec, la campagne publicitaire des 2 Dimnik, T. & Felton, S. (2006)

5 5 superhéros CA 3 est un bon exemple de la peur étouffée que la profession comptable a de ne pas être capable d attirer de nouvelles recrues sur le champ de bataille. Aux États-Unis, plusieurs préoccupations similaires avaient également été exprimées par les grands cabinets, clairement inquiets du début de pénurie de candidats talentueux intéressés par la carrière de comptable 4. Suite à cette déclaration des grandes firmes, une question se pose : pourquoi la profession comptable était-elle en déclin il n y a pas si longtemps? D après une étude d Albrecht et Sack en 2000, la cause capitale de ce phénomène était the unfavourable stereotype of the accountant 5. D après l étude, c est l image négative que promènent les stéréotypes et les préjugés de la comptabilité qui affecte le recrutement. Mais qu est-ce qu un préjugé, qu est-ce qu un stéréotype et quel rôle jouent-ils dans notre quotidien? «Le préjugé peut être défini comme une attitude d un individu comportant une dimension évaluative, souvent négative, à l égard de types de personnes ou de groupes, en fonction de sa propre appartenance sociale. Le stéréotype, quant à lui, désigne les catégories descriptives simplifiées par lesquelles nous cherchons à situer autrui ou des groupes d individus 6». En d autres mots, les stéréotypes ont une connotation négative, sont octroyés de manière arbitraire à un groupe de personnes et correspondent à des traits de comportement. Bref, les stéréotypes sont la déclaration manifeste des préjugés. Selon Dimnik et Felton, l industrie du film a engendré cinq différents stéréotypes majeurs sur les comptables 7. Je vais maintenant en présenter quatre, soit les plus pertinents, et illustrer chacun d entre eux à l aide d exemples cinématographiques concrets Arthur Andersen & Co. et al., (1989) 5 Albrecht, S., & Sack, R. J., (2000) 6 Stéréotypes : Définition et caractéristiques 7 Dimnik, T. & Felton, S. (2006)

6 6 Le rêveur Premièrement, dans les films, le comptable est souvent symbolisé comme un rêveur. Il est présenté comme un optimiste naïf parfois déconnecté de la réalité de sa propre situation. Timide, renfermé et pas particulièrement intelligent, le comptable n est généralement pas au courant de comment ses pairs le perçoivent. Le rêveur est représenté comme quelqu un sans aucune autorité qui pratique par défaut un travail douloureusement ennuyant. Le seul point qui pourrait avoir une influence positive sur l image de la comptabilité par rapport au rêveur est son attitude positive face aux problèmes de la vie. Par exemple, dans le film Jerry Maguire (1996), Renee Zellweger plays a drab but sweet-natured accountant whose positive attitude eventually wins over the object of her affection 8. Apparemment inconsciente de sa situation initiale monotone, son personnage décide pourtant de quitter son emploi sur un coup de tête et suivre un objectif plus grand autant sur le plan professionnel qu affectif. Dans le film Bowfinger (1999) 9, le souriant et agréable Afrem est un comptable pour une compagnie de films en difficulté. Son rêve personnel est de quitter son emploi pour ultimement réussir en tant que scénariste de films de science fiction. Dans la plupart des films où le rêveur est présent, il est dessiné comme un comptable insignifiant avec un esprit indomptable et de grands espoirs qui lui permettront éventuellement de surmonter les obstacles de la vie. Le travailleur assidu Ce deuxième stéréotype décrit le comptable comme un personnage généralement travaillant, anxieux, sobre et pessimiste. These individuals are hardworking and dedicated, but stuck in boring, low-level jobs with little status or power 8. Le travailleur assidu n est souvent 8 Dimnik, T. & Felton, S. (2006) 9

7 7 défini que par son environnement de travail. L auditoire ne le voit que très rarement à l extérieur de ce cadre professionnel où il excelle. Comme le rêveur, le travail quotidien de ce stéréotype est présenté comme ennuyant, sans débouché et temporaire, dans le sens où le personnage ne voudrait généralement que s en échapper. Par exemple, dans le très populaire The Untouchables 10 (1987) de Brian De Palma, Oscar Wallace est un comptable assidu qui aspire plus que tout à combattre le crime dans le feu de l action. Bien que ce soit son travail acharné d auditeur qui aura finalement raison du célèbre criminel Al Capone, il perdra cependant sa vie en tentant de réaliser son rêve, soit de combattre le crime directement sur le terrain. Le comptable dépeint dans le film A Civil Action 11 (1998) mettant en vedette John Travolta est un personnage sobre et pessimiste qui travaille d arrache pied pour garder rentable son bureau privé. L obstination et la persévérance aveugle sont des caractéristiques essentielles du travailleur assidu. L intellectuel Le troisième stéréotype est régulièrement utilisé dans les comédies et présente un personnage plus jeune, plus actif que les deux images précédentes. Drôle contre son gré et peu attirant physiquement, ce type de comptable est généralement froid, avide, facilement effrayé et intellectuel à l excès. Par exemple, Rick Moranis dans Ghost Busters 12 (1984) joue le rôle de Louis Tully, un comptable à lunettes introverti et absurdement cérébral qui invite ses collègues de travail plutôt que ses amis à son party pour que l événement soit déductible d impôts. Dans Un Dîner de Cons (1998), François Pignon est un autre comptable atrocement ennuyant décrit

8 8 par l organisateur des dîners comme un champion du monde de la stupidité. Il travaille pour le ministère français des finances et trouve refuge notamment dans la construction de modèles miniatures. Kevin Malone, dans la télésérie américaine excessivement populaire The Office est un dernier exemple du stéréotype de l intellectuel. Kevin est chauve et obèse. Il parle lentement sur un ton toujours monotone et est caractérisé par son sens de l humour juvénile. Lors de son évaluation corporative annuelle, sous la question «What is your greatest strenght as an individual?», il répond simplement «Accounting». L éventuel héros Le quatrième stéréotype est l éventuel héros, un quidam parfaitement ordinaire qui, contre toute attente, relève un défi d envergure ou saute sur l opportunité de devenir un héros. Habituellement, these characters are sensitive, caring, sincere, honest, generous, funny and physically attractive 13. C est précisément le cas du protagoniste du film Wanted (2008) dont le synopsis est brièvement présenté dans l introduction. Le personnage de Wesley Gibson est drôle et physiquement attrayant. Malgré sa situation initiale pénible, il cache intérieurement un potentiel physique et psychologique hors du commun qui n attend qu à être dévoilé au grand jour. Dans Nick of Time 14 (1995), l acteur Johnny Depp joue le rôle de Gene Watson, un intrépide CA qui, non seulement sauve la vie de sa fille kidnappée, mais qui prévient également un assassinat politique en abatant lui-même le terroriste. Un dernier exemple de ce stéréotype se retrouve dans les films Look Who s Talking 15 (1989) and Look Who s Talking Too 16 (1990). 13 Dimnik, T. & Felton, S. (2006)

9 9 Mollie, CA, est femme attrayante et une mère monoparentale généreuse qui, malgré une série de relations amoureuses désastreuses avec d autres comptables, trouve finalement le vrai amour avec un chauffeur de taxi joué par John Travolta. En révisant brièvement les quatre types de stéréotypes principaux, je réalise que le portrait des comptables dans les films est beaucoup plus riche et complexe que j avais initialement anticipé. Pourquoi retrouve-t-on de telles images? La question est légitime; pourquoi retrouve-t-on ces images et d où viennent-t-elles? Sont-elles représentatives de la comptabilité? Est-ce qu il est juste de dire que la plupart des comptables dans la réalité entrent d une façon ou d une autre dans un de ces quatre stéréotypes? Dyer nous offre une déclaration intéressante à propos de la culture populaire, soit: how social groups are treated in cultural representation is part and parcel of how they are treated in life. Donc d après lui, l image des comptables dans les films est le reflet de leur image dans la vie. Penchons-nous sur ce concept et examinons comment les comptables sont perçus dans la vie en général. À ce sujet, l étude de Maslow 17 est souvent citée et présente une définition intéressante du comptable, soit «concerned only with exactness, control and order, the most obsessional of any (professional) group [ ] number bound [ ] tradition bound [ ] the opposite of the creative personality. Dans le même sens, si je me fis à propre expérience de recrutement, les étudiants en administration des affaires ont tendance à croire qu un comptable est généralement une calculatrice humaine, expert en mathématiques mentales, qui est inévitablement enfermé 17 Maslow, (1965)

10 10 dans le même espace de travail chaque jour et qui n entretient que très peu de relations sociales. Si je compare ces deux points de vue théoriques avec ma pratique en cabinet 18, je peux argumenter que lors de leur mission de vérification, les auditeurs n utilisent quasiment que des logiciels informatiques pour les calculs mathématiques et qu ils sont rapidement appelés à interagir socialement avec leurs clients. Étant donné que le travail du vérificateur est de trouver et corriger des erreurs potentielles, ce n est pas systématiquement tous les clients qui sont enclin à offrir leur aide inconditionnelle. En fait, la plupart des clients voit la vérification comme une obligation et une surcharge de travail. Cette relation client peut être délicate et nécessite des capacités interpersonnelles développées pour que les deux parties s entendent convenablement. De plus, en réalité, les auditeurs ne travaillent pas chaque jour dans le même espace de travail restreint parce que, par définition, un vérificateur travaille dans les bureaux mêmes de leur client pour avoir accès à l information plus facilement. Stereotyping has at times been criticized as unjustified prejudice 19 ; en l occurrence, je suis d accord avec cette déclaration même si je suis conscient que ces préjugés proviennent vraisemblablement d un fond de vérité. À mon avis, le public fait pas du tout ou mal la différence entre un technicien en comptabilité qui supervise la tenue de livres et un comptable agrée. Le travail et les tâches du professionnel comptable ont évolués avec les années, mais les stéréotypes ne semblent pas les avoir suivis. Ainsi, même si j admets que les tâches quotidiennes d un vérificateur ne constituent probablement pas le travail le plus passionnant sur la planète, je peux soutenir que les images provenant des films sont biaisées quant au niveau de réalisme qu elles suggèrent. 18 Chez Raymond Chabot Grant Thornton, été Dimnik, T. & Felton, S. (2006)

11 11 Quelles sont leurs conséquences? Est-ce qu il est juste de croire que les représentations que l on retrouve dans les films peuvent influencer la façon dont le public voit la profession comptable? Je pense que oui. «One of the most accessible artifacts of modern popular culture is the motion picture. In the theater, on television, and through rented videos, motion pictures today reach a larger and younger audience than any equivalent high culture event 20. Ceci dit, la représentation d une profession par la culture populaire à un auditoire aussi influençable peut avoir un impact dévastateur sur celle-ci parce que cette représentation aide à établir et renforcer des stéréotypes sur un métier qui est déjà assailli par l ignorance, les suppositions et les croyances du public. Logiquement, quelles conséquences peuvent avoir les quatre stéréotypes comptables que l on retrouve à l écran? Si je résume brièvement, le rêveur vit une existence plus qu ordinaire, le travailleur assidu est enraciné dans un travail ennuyant, l intellectuel est risible, sans intérêt et le héros éventuel n est pas un aventurier chevronné mais bien une personne ordinaire qui relève un défi. Cependant, lorsque la profession comptable regarde dans le miroir de ses stéréotypes cinématographiques, ce qu elle voit n est pas entièrement négatif. Le rêveur est plutôt positif, le travailleur assidu est acharné, l intellectuel est drôle et le héros éventuel est un gagnant. Donc, qu est-ce qui ressort le plus par rapport aux comptables au cinéma si on y réfléchit bien? C est le travail. Dans tous les stéréotypes, c est le travail du comptable, sa situation professionnelle actuelle, ses tâches quotidiennes qui sont représentés comme terriblement lourdes, monotones et fastidieuses. Certains argumenteront que le portrait de la personnalité du comptable dans les films est dans le pire des cas dépeint comme naïvement sympathique. Pour ce qui est de son travail par contre, il 20 Beard, V. (1994)

12 12 est pratiquement toujours présenté comme lassant. «It is often the job itself that is depicted in an unflattering light, not the people who do the work 21. Comme le mentionne le professeur Yves Gendron dans son cours de Vérification II, «il est difficile d expliquer à un élève ce qu est la comptabilité 22». Les tâches et les emplois disponibles aux futurs CA sont trop diversifiés pour pouvoir les résumer en quelques mots. Si on prend ce flou inhérent qui entoure la profession, mélangé avec l ignorance du public et les stéréotypes que l on retrouve dans notre culture populaire, il est évident que la réputation de la comptabilité ne s en voit pas avantagée. Les films présentent la comptabilité comme inévitablement ennuyante et, à mon avis, c est cette facette qui blesse le plus la profession. Conclusion Peut-on officiellement conclure que les images projetées par l industrie cinématographique, notamment les stéréotypes et les préjugés, ont généralement un impact négatif sur la profession comptable? Probablement pas. Cependant, c est avec une certaine assurance qu on peut affirmer qu elle ne l avantage pas. Déjà que la profession comptable est infestée de stéréotypes et que le public a de la difficulté à faire la différence entre un professionnel comptable un non professionnel, les images projetés dans les films n encouragent pas vraiment une vision réaliste de la profession. Finalement, on ne peut pas affirmer que la culture populaire est la seule cause de la perpétuité des stéréotypes comptables à travers le temps. «La créativité nous distingue, les bas bruns distinguent les autres». Est-ce que cette expression sonne une cloche? C est un des slogans officiels de la nouvelle campagne publicitaire de l ordre 21 Dimnik, T. & Felton, S. (2006) 22 Durant la séance 11

13 13 de CMA du Québec concernant la comptabilité créative. Étant moi-même en voie de devenir un CA, je trouve cette campagne légèrement inquiétante. Est-ce que l image négative des «bas bruns» ne pourrait pas être considérée comme un stéréotype? Si vous répondez oui à cette question, alors une interrogation importante est de mise : comment la comptabilité peut-elle espérer un jour se débarrasser des stéréotypes qui la tourmentent si une partie même de la profession les encourage ouvertement?

14 14 Bibliographie 1) Dimnik, T. & Felton, S. (2006). Accountant stereotypes in movies distributed in North America in the twentieth century. Accounting, Organizations and Society. 2) Albrecht, S., & Sack, R. J. (2000). Accounting education: charting the course through a perilous future. Sarasota, Florida: American Accounting Association. 3) Dyer, R. (1993). The matter of images. New York: Routledge. 4) Smith, M., & Briggs, S. (1999). From bean-counter to action hero: changing the image of the accountant. Management Accounting, January, ) Stéréotypes : Définition et caractéristiques, 6) Maslow, 1965 A. Maslow, Eupsychian management: a journal, R.D. Irwin, Homewood, Illinois (1965). 7) Beard, V. (1994). Popular culture and professional identity : Accountants in the movies. Accounting, Organizations and Society. Great Britain. 8) The Internet Movie Database 9) Arthur Andersen & Co., Arthur Young, Coopers & Lybrand, Deloitte Haskins & Sells, Ernst & Whinney, Peat Marwick Main & Co., Price Waterhouse, & Touche Ross (1989). Perspectives on Education: Capabilities for success in the accounting profession. New York: Authors.

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme Évaluation de l enseignement COMMENTAIRES Activité : GSF-6008-S (82526) Finance corporative Enseignant : Jean-François Guimond Session : Automne 2012 Méthode d évaluation : Papier Date de l évaluation

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

LA PERSONNE SPÉCIALE

LA PERSONNE SPÉCIALE LA PERSONNE SPÉCIALE These first questions give us some basic information about you. They set the stage and help us to begin to get to know you. 1. Comment tu t appelles? What is your name? Je m appelle

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC

BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC GUIDE À L INTENTION DES COMMANDITAIRES BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC @cbtu_women facebook.com/buildtogether.ca LE PROGRAMME «BÂTIR ENSEMBLE» INCLUT DES STRATÉGIES QUI ONT ÉTÉ ADAPTÉES POUR RECRUTER

Plus en détail

FOUNDATION CERTIFICATE OF SECONDARY EDUCATION UNIT 1 - RELATIONSHIPS, FAMILY AND FRIENDS (FRENCH) LISTENING (SPECIMEN) LEVEL 4.

FOUNDATION CERTIFICATE OF SECONDARY EDUCATION UNIT 1 - RELATIONSHIPS, FAMILY AND FRIENDS (FRENCH) LISTENING (SPECIMEN) LEVEL 4. FOUNDTION ERTIFITE OF SEONDRY EDUTION UNIT 1 - RELTIONSHIPS, FMILY ND FRIENDS (FRENH) LISTENING (SPEIMEN) LEVEL 4 NME TOTL MRK: NDIDTE NUMBER ENTRE NUMBER 10 Task 1 Personal details What does this girl

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold S o m m a i r e Introduction 1 1. Benjamin Graham 7 2. Philip Fisher 53 3. Warren Buffett et Charles Munger 81 4. John Templeton 133 5. George Soros 169 6. Peter Lynch 221 7. John Neff 255 8. Anthony Bolton

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl)

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Introduction Plan Introduction Définition de la PNL Que veut dire la programmation neuro

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain?

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Marc Antonin Hennebert, Ph.D. Professeur agrégé HEC Montréal Chercheur CRIMT marc antonin.hennebert@hec.ca & Olivier

Plus en détail

Votre entreprise Le titre du poste que vous recherchez Le nom du candidat Exemple : Note concernant la candidate Tremblay (exemple)

Votre entreprise Le titre du poste que vous recherchez Le nom du candidat Exemple : Note concernant la candidate Tremblay (exemple) Votre spécialiste en acquisition de talents Symbiose Ressources humaines 514-448-5630 info@symbioserh.net Tabledesmatières NoteconcernantlacandidateTremblay(exemple)...1 Résumédelacandidature(exemple)...2

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac STG ou professionnel de comptabilité 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

Genma. October 7, 2015. This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License.

Genma. October 7, 2015. This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License. L identité numérique Genma October 7, 2015 This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License. Introduction Identité réelle/virtuelle, e-réputation, droit

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

British Council LearnEnglish Online

British Council LearnEnglish Online British Council LearnEnglish Online Kiros Langston, English Programmes Manager, British Council Tunisia Nick Cherkas, English Programmes Manager, British Council Morocco British Council LearnEnglish Online

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

Tous pour un... un pour tous!

Tous pour un... un pour tous! Tous pour un... un pour tous! Activités de développement de la solidarité Élèves du primaire GUIDE D ANIMATION À L INTENTION DES ENSEIGNANTS proposé par 5935, St-Georges, bureau 310 Lévis (Québec) G6V

Plus en détail

Trousse du présentateur 2014-2015. Cégeps Technique de comptabilité et de gestion

Trousse du présentateur 2014-2015. Cégeps Technique de comptabilité et de gestion Trousse du présentateur 2014-2015 Cégeps Technique de comptabilité et de gestion _pager votre passion. Pros recherchés! Vous avez en main la trousse du présentateur de l Ordre des CPA du Québec. Celle-ci

Plus en détail

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER SECTION 1 L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER OBJECTIF RECHERCHÉ L acte de mesurer et d évaluer est plus difficile que ce qu on peut imaginer au premier abord. S il est relativement aisé de calculer quelque

Plus en détail

Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel

Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel Le transfert de la direction Quand l'entreprise demeure familiale Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel Contexte du présent carnet Le PDG de la PME devra un jour laisser

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

It s tea time! Grâce à votre ami John Smith vous allez apprendre. comment vous présenter présenter quelqu un donner l heure

It s tea time! Grâce à votre ami John Smith vous allez apprendre. comment vous présenter présenter quelqu un donner l heure 01 It s tea time! Grâce à votre ami John Smith vous allez apprendre comment vous présenter présenter quelqu un donner l heure un peu de grammaire les articles et les pronoms personnels la forme affirmative

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes ATELIER : Motiver et engager les jeunes dans leur parcours Présenté par : Éric Darveau, Directeur général

Plus en détail

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard:

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: 1. Déroulement du stage Rapport de stage Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: Tableau 1. Périodes de stage lieu date bilan Edition l amiénois du

Plus en détail

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT 2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT MASTER 2 RECHERCHE OPTION DROIT PRIVE FONDAMENTAL ANCIEN DIPLÔME D ETUDES APPROFONDIES (D.E.A) Option DROIT PRIVE

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin Ipsos Public Affairs / GEF Février 2007 Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles Regards croisés hommes/femmes GEF Qui sommes-nous? Créé en janvier 2002, GEF regroupe 9 associations

Plus en détail

Les 7 compétences du chef de projet efficace

Les 7 compétences du chef de projet efficace Formation Nodesway Les 7 compétences du chef de projet efficace Nodesway Alain Fernandez À ton avis, quelles sont les principales compétences d un chef de projet efficace? C est un organisateur avant tout.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Contents National 5 French Reading; Context: Employability

Contents National 5 French Reading; Context: Employability Contents National 5 French Reading; Context: Employability (questions extracted from Credit past papers) Question Topic Jobs (Vincent Pernaud; radio presenter) Jobs (Marie-Laure Lesage; Concierge d hôtel

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux?

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux? Réponses au questionnaire ludique par de 2 classes de CM1/CM2 de Courtoiville (35) Suite à la projection durant la Biennale de l égalité 2011 à Saint-Malo. 1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film.

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce Orthographe Majuscules/minuscules Un Américain, un Français Le gouvernement américain, le gouvernement français La langue française, le français Sa/ça Se/ce Emploi des prépositions Avec les noms de lieu

Plus en détail

PEINTRE EN BATIMENT FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement) Lorène

PEINTRE EN BATIMENT FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement) Lorène Dossier n 7 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» PEINTRE EN BATIMENT Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement)

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

API08 Evaluation site internet

API08 Evaluation site internet UNIVERSITE DE TECHNOLOGIE DE COMPIEGNE API08 Evaluation site internet Fédération Française des échecs Emilien NOTARIANNI Printemps 2014 Table des matières Introduction... 2 Evaluation «subjective»... 3

Plus en détail

ENQUÊTER ENTREPRISES

ENQUÊTER ENTREPRISES GUIDE POUR AGIR Comment ENQUÊTER dans les ENTREPRISES et passer les «barrages» JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi enquêter dans les entreprises? Vous pensez connaître

Plus en détail

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION Des outils pour la réflexion INTRODUCTION Les politiques d austérité du gouvernement ont des effets importants sur les groupes et sur les gens avec qui nous travaillons.

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau

Forum Panafricain de Haut niveau Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) EVALUATION DES REFORMES DES COURS ET INSTITUTIONS

Plus en détail

Pour une meilleure qualité de vie au travail

Pour une meilleure qualité de vie au travail Pour une meilleure qualité de vie au travail Attirer les nouveaux et retenir les anciens Conférence de clôture préparée par Estelle M. Morin, professeur HEC Montréal Colloque 30 e anniversaire de l APER

Plus en détail

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES DANS

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a RENÉ CHARBONNEAU C o n s u l t a t i o n e t f o r m a t i o n C o n s u l t i n g a n d T r a i n i n g 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t

Plus en détail

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal Analyse communicationnelle de l épuisement professionnel (burnout) chez les travailleurs et travailleuses du domaine des communications-marketing au Québec Sarah DÉRAPS Université du Québec à Montréal

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Compte-rendu de lecture

Compte-rendu de lecture Compte-rendu de lecture Di Vora Romain Classe de NRC 1 Rappel : Expression (3 points) Utilisez le correcteur orthographique!! Note : 17/20 Aspects bibliographiques (1 point) Titre : Autoportrait de l'auteur

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à :

Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à : Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à : LIT455G-40 Stéphane Leclerc L opposition entre les deux personnages principaux dans Seven de David Fincher par Simon Dor Travail dû le 9 mai 2005 UQÀM

Plus en détail

Fiche pédagogique - Court-métrage Knick Knack. Knick Knack est une court film d animation américain des studios Pixar, réalisé en 1989.

Fiche pédagogique - Court-métrage Knick Knack. Knick Knack est une court film d animation américain des studios Pixar, réalisé en 1989. Knick Knack est une court film d animation américain des studios Pixar, réalisé en 1989. Lien : https://www.youtube.com/watch?v=ctmygrzqxpc Synopsis : Sur une étagère, parmi différents souvenirs, un bonhomme

Plus en détail

les 7 vérités inédites

les 7 vérités inédites Résumé Prospection : les 7 vérités inédites La prospection, ça marche! La prospection classique consiste à présenter son produit de la meilleure façon possible aux prospects. L espoir est que certains

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

Soirée d information pour les parents

Soirée d information pour les parents Soirée d information pour les parents Secondaire 3 Dominique Demers C.O. École secondaire Grande-Rivière Déroulement Aperçu du système scolaire du Québec Les séquences mathématiques démystifiées L impact

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION : 2011 Feuille 1 / 6 SUJET DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES Epreuve de Langue Vivante Etrangère : ANGLAIS SESSION 2011 Durée : 1 h 30 Coefficient : 1 Ce sujet

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Révisions : définir et expliquer

Révisions : définir et expliquer Révisions : définir et expliquer 1. Fondements du marketing et études de marché 1) Notions de valeurs perçues par le client? Rapport qualité prix. 2) Quels sont les leviers d actions qui crée de la valeur?

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

Commentaires pour le premier trimestre

Commentaires pour le premier trimestre Commentaires pour le premier trimestre Elèves en progrès Après un début d année décevant,. semble s être ressaisi. Ses résultats sont convenables dans la Maîtrise de la Langue voire satisfaisants en Mathématiques.

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées.

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées. Élève 1 Nombre total de points 2 (77%) Devoir 1: Entretien 5 points Devoir 2 : Jeu de rôle 5 points Devoir 3 : Commentaire 4 points Transcription du commentaire (Temps de production 1:32 min) Prestation

Plus en détail

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world Votre entrée dans le monde des plombiers Entering a plumber world Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Quelle est la principale différence entre l université et le marché du travail? What is the main difference

Plus en détail

Deuxième semaine : L assurance du salut

Deuxième semaine : L assurance du salut Deuxième semaine : L assurance du salut Répondez par VRAI (V) ou FAUX (F) Maintenant je peux être sûr que je suis sauvé. Dieu veut que je pèche pour me montrer plus d amour. Si je pèche et meurs sans me

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail