LES COMPTABLES AU CINÉMA Analyse des images projetées sur la profession comptable dans les films. Travail de session

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES COMPTABLES AU CINÉMA Analyse des images projetées sur la profession comptable dans les films. Travail de session"

Transcription

1 Etienne Bergeron-Lemieux LES COMPTABLES AU CINÉMA Analyse des images projetées sur la profession comptable dans les films Travail de session Travail présenté à Monsieur Yves Gendron Dans le cadre du cours CTB section B Mardi le 2 décembre 2008 Faculté des sciences de l administration Université Laval

2 2 Table des matières Introduction... 3 Quelles images des comptables retrouve-t-on au cinéma?... 4 Le rêveur... 6 Le travailleur assidu... 6 L intellectuel... 7 L éventuel héros... 8 Pourquoi retrouve-t-on de telles images?... 9 Quelles sont leurs conséquences? Conclusion Bibliographie... 14

3 3 Introduction My name is Wesley Gibson. [ ] I m an accountant. [ ] My life is miserable. Today is my anorexic boss' birthday. This means there's a certain amount of inter-office pressure to stand around the conference table, eating crappy food and pretending to worship her. [ ] I'm finding it hard to care about anything these days. In fact, the only thing I do care about is the fact that I can't care about anything. My dad walked out on my mom when I was seven days old [...]. My girlfriend is currently cheating on me with my best friend Barry. Seriously, it worries me; I m probably the most insignificant asshole of the twenty-first century. 1 C est sur cette narration percutante du protagoniste que la nouvelle méga production hollywoodienne Wanted (2008), mettant en vedette Angelina Jolie et James McAvoy, débute. Bien entendu, ces paroles du héros sont prononcées un peu avant qu il soit informé que son père était en réalité un tueur professionnel surhumain travaillant pour une fraternité secrète et qu il doit maintenant suivre ses traces pour préserver l équilibre et la justice dans le monde. Ce type d histoire au réalisme douteux est chose commune dans les films américains d aujourd hui. Les connaisseurs pourraient même dire que c est du réchauffé. Ce qui me fascine, ce n est pas le nombre de fois qu un script peut être recyclé avant que le public ait une légère impression de déjà vu, non, c est plutôt les choix subtils utilisés par les scénaristes pour donner un soupçon de différenciation, de profondeur et de rationalisme à leur maigre intrigue. En 1 Tiré du film Wanted (2008)

4 4 l occurrence, pourquoi avant de devenir un tueur aux réflexes surnaturels, Wesley Gibson, étiqueté dès les premières lignes du film comme un perdant, est-il un comptable? Pourquoi n est-il pas un avocat, un médecin ou un vendeur de cellulaires? Pourquoi, pour les besoins du scénario, fallait-il absolument qu il soit un comptable? C est en me posant ces questions que je réalise que, de mémoire, je ne me souviens pas de la dernière fois que j ai vu un film où le brave et courageux héros était un comptable. C est intéressant pour moi qui est à la fois futur CA et fanatique de cinéma. Comment le comptable est-il dépeint au grand écran? Cette dernière réflexion est intéressante parce qu elle m amène ultimement aux trois interrogations qui seront respectivement étudiées dans ce travail, soit : quelles images des comptables retrouve-t-on au cinéma et à la télévision? Pourquoi retrouve-t-on de telles images? Et surtout quelles sont leurs conséquences sur la comptabilité? Mon objectif est d étudier si les images projetées par l industrie titanesque de la cinématographie, notamment les stéréotypes et les préjugés, ont généralement un impact négatif sur la profession comptable. De mon humble avis, oui, et c est ce que je vais tenter de faire ressortir dans les prochaines pages. Quelles images des comptables retrouve-t-on au cinéma? While every profession is concerned with its public image, perhaps none has devoted more attention to this subject in recent years than the accounting profession 2. Depuis quelques années, il est vrai que la comptabilité tente désespérément de redonner de la couleur à son blason perçu du public comme un peu fade et ennuyeux. Au Québec, la campagne publicitaire des 2 Dimnik, T. & Felton, S. (2006)

5 5 superhéros CA 3 est un bon exemple de la peur étouffée que la profession comptable a de ne pas être capable d attirer de nouvelles recrues sur le champ de bataille. Aux États-Unis, plusieurs préoccupations similaires avaient également été exprimées par les grands cabinets, clairement inquiets du début de pénurie de candidats talentueux intéressés par la carrière de comptable 4. Suite à cette déclaration des grandes firmes, une question se pose : pourquoi la profession comptable était-elle en déclin il n y a pas si longtemps? D après une étude d Albrecht et Sack en 2000, la cause capitale de ce phénomène était the unfavourable stereotype of the accountant 5. D après l étude, c est l image négative que promènent les stéréotypes et les préjugés de la comptabilité qui affecte le recrutement. Mais qu est-ce qu un préjugé, qu est-ce qu un stéréotype et quel rôle jouent-ils dans notre quotidien? «Le préjugé peut être défini comme une attitude d un individu comportant une dimension évaluative, souvent négative, à l égard de types de personnes ou de groupes, en fonction de sa propre appartenance sociale. Le stéréotype, quant à lui, désigne les catégories descriptives simplifiées par lesquelles nous cherchons à situer autrui ou des groupes d individus 6». En d autres mots, les stéréotypes ont une connotation négative, sont octroyés de manière arbitraire à un groupe de personnes et correspondent à des traits de comportement. Bref, les stéréotypes sont la déclaration manifeste des préjugés. Selon Dimnik et Felton, l industrie du film a engendré cinq différents stéréotypes majeurs sur les comptables 7. Je vais maintenant en présenter quatre, soit les plus pertinents, et illustrer chacun d entre eux à l aide d exemples cinématographiques concrets Arthur Andersen & Co. et al., (1989) 5 Albrecht, S., & Sack, R. J., (2000) 6 Stéréotypes : Définition et caractéristiques 7 Dimnik, T. & Felton, S. (2006)

6 6 Le rêveur Premièrement, dans les films, le comptable est souvent symbolisé comme un rêveur. Il est présenté comme un optimiste naïf parfois déconnecté de la réalité de sa propre situation. Timide, renfermé et pas particulièrement intelligent, le comptable n est généralement pas au courant de comment ses pairs le perçoivent. Le rêveur est représenté comme quelqu un sans aucune autorité qui pratique par défaut un travail douloureusement ennuyant. Le seul point qui pourrait avoir une influence positive sur l image de la comptabilité par rapport au rêveur est son attitude positive face aux problèmes de la vie. Par exemple, dans le film Jerry Maguire (1996), Renee Zellweger plays a drab but sweet-natured accountant whose positive attitude eventually wins over the object of her affection 8. Apparemment inconsciente de sa situation initiale monotone, son personnage décide pourtant de quitter son emploi sur un coup de tête et suivre un objectif plus grand autant sur le plan professionnel qu affectif. Dans le film Bowfinger (1999) 9, le souriant et agréable Afrem est un comptable pour une compagnie de films en difficulté. Son rêve personnel est de quitter son emploi pour ultimement réussir en tant que scénariste de films de science fiction. Dans la plupart des films où le rêveur est présent, il est dessiné comme un comptable insignifiant avec un esprit indomptable et de grands espoirs qui lui permettront éventuellement de surmonter les obstacles de la vie. Le travailleur assidu Ce deuxième stéréotype décrit le comptable comme un personnage généralement travaillant, anxieux, sobre et pessimiste. These individuals are hardworking and dedicated, but stuck in boring, low-level jobs with little status or power 8. Le travailleur assidu n est souvent 8 Dimnik, T. & Felton, S. (2006) 9

7 7 défini que par son environnement de travail. L auditoire ne le voit que très rarement à l extérieur de ce cadre professionnel où il excelle. Comme le rêveur, le travail quotidien de ce stéréotype est présenté comme ennuyant, sans débouché et temporaire, dans le sens où le personnage ne voudrait généralement que s en échapper. Par exemple, dans le très populaire The Untouchables 10 (1987) de Brian De Palma, Oscar Wallace est un comptable assidu qui aspire plus que tout à combattre le crime dans le feu de l action. Bien que ce soit son travail acharné d auditeur qui aura finalement raison du célèbre criminel Al Capone, il perdra cependant sa vie en tentant de réaliser son rêve, soit de combattre le crime directement sur le terrain. Le comptable dépeint dans le film A Civil Action 11 (1998) mettant en vedette John Travolta est un personnage sobre et pessimiste qui travaille d arrache pied pour garder rentable son bureau privé. L obstination et la persévérance aveugle sont des caractéristiques essentielles du travailleur assidu. L intellectuel Le troisième stéréotype est régulièrement utilisé dans les comédies et présente un personnage plus jeune, plus actif que les deux images précédentes. Drôle contre son gré et peu attirant physiquement, ce type de comptable est généralement froid, avide, facilement effrayé et intellectuel à l excès. Par exemple, Rick Moranis dans Ghost Busters 12 (1984) joue le rôle de Louis Tully, un comptable à lunettes introverti et absurdement cérébral qui invite ses collègues de travail plutôt que ses amis à son party pour que l événement soit déductible d impôts. Dans Un Dîner de Cons (1998), François Pignon est un autre comptable atrocement ennuyant décrit

8 8 par l organisateur des dîners comme un champion du monde de la stupidité. Il travaille pour le ministère français des finances et trouve refuge notamment dans la construction de modèles miniatures. Kevin Malone, dans la télésérie américaine excessivement populaire The Office est un dernier exemple du stéréotype de l intellectuel. Kevin est chauve et obèse. Il parle lentement sur un ton toujours monotone et est caractérisé par son sens de l humour juvénile. Lors de son évaluation corporative annuelle, sous la question «What is your greatest strenght as an individual?», il répond simplement «Accounting». L éventuel héros Le quatrième stéréotype est l éventuel héros, un quidam parfaitement ordinaire qui, contre toute attente, relève un défi d envergure ou saute sur l opportunité de devenir un héros. Habituellement, these characters are sensitive, caring, sincere, honest, generous, funny and physically attractive 13. C est précisément le cas du protagoniste du film Wanted (2008) dont le synopsis est brièvement présenté dans l introduction. Le personnage de Wesley Gibson est drôle et physiquement attrayant. Malgré sa situation initiale pénible, il cache intérieurement un potentiel physique et psychologique hors du commun qui n attend qu à être dévoilé au grand jour. Dans Nick of Time 14 (1995), l acteur Johnny Depp joue le rôle de Gene Watson, un intrépide CA qui, non seulement sauve la vie de sa fille kidnappée, mais qui prévient également un assassinat politique en abatant lui-même le terroriste. Un dernier exemple de ce stéréotype se retrouve dans les films Look Who s Talking 15 (1989) and Look Who s Talking Too 16 (1990). 13 Dimnik, T. & Felton, S. (2006)

9 9 Mollie, CA, est femme attrayante et une mère monoparentale généreuse qui, malgré une série de relations amoureuses désastreuses avec d autres comptables, trouve finalement le vrai amour avec un chauffeur de taxi joué par John Travolta. En révisant brièvement les quatre types de stéréotypes principaux, je réalise que le portrait des comptables dans les films est beaucoup plus riche et complexe que j avais initialement anticipé. Pourquoi retrouve-t-on de telles images? La question est légitime; pourquoi retrouve-t-on ces images et d où viennent-t-elles? Sont-elles représentatives de la comptabilité? Est-ce qu il est juste de dire que la plupart des comptables dans la réalité entrent d une façon ou d une autre dans un de ces quatre stéréotypes? Dyer nous offre une déclaration intéressante à propos de la culture populaire, soit: how social groups are treated in cultural representation is part and parcel of how they are treated in life. Donc d après lui, l image des comptables dans les films est le reflet de leur image dans la vie. Penchons-nous sur ce concept et examinons comment les comptables sont perçus dans la vie en général. À ce sujet, l étude de Maslow 17 est souvent citée et présente une définition intéressante du comptable, soit «concerned only with exactness, control and order, the most obsessional of any (professional) group [ ] number bound [ ] tradition bound [ ] the opposite of the creative personality. Dans le même sens, si je me fis à propre expérience de recrutement, les étudiants en administration des affaires ont tendance à croire qu un comptable est généralement une calculatrice humaine, expert en mathématiques mentales, qui est inévitablement enfermé 17 Maslow, (1965)

10 10 dans le même espace de travail chaque jour et qui n entretient que très peu de relations sociales. Si je compare ces deux points de vue théoriques avec ma pratique en cabinet 18, je peux argumenter que lors de leur mission de vérification, les auditeurs n utilisent quasiment que des logiciels informatiques pour les calculs mathématiques et qu ils sont rapidement appelés à interagir socialement avec leurs clients. Étant donné que le travail du vérificateur est de trouver et corriger des erreurs potentielles, ce n est pas systématiquement tous les clients qui sont enclin à offrir leur aide inconditionnelle. En fait, la plupart des clients voit la vérification comme une obligation et une surcharge de travail. Cette relation client peut être délicate et nécessite des capacités interpersonnelles développées pour que les deux parties s entendent convenablement. De plus, en réalité, les auditeurs ne travaillent pas chaque jour dans le même espace de travail restreint parce que, par définition, un vérificateur travaille dans les bureaux mêmes de leur client pour avoir accès à l information plus facilement. Stereotyping has at times been criticized as unjustified prejudice 19 ; en l occurrence, je suis d accord avec cette déclaration même si je suis conscient que ces préjugés proviennent vraisemblablement d un fond de vérité. À mon avis, le public fait pas du tout ou mal la différence entre un technicien en comptabilité qui supervise la tenue de livres et un comptable agrée. Le travail et les tâches du professionnel comptable ont évolués avec les années, mais les stéréotypes ne semblent pas les avoir suivis. Ainsi, même si j admets que les tâches quotidiennes d un vérificateur ne constituent probablement pas le travail le plus passionnant sur la planète, je peux soutenir que les images provenant des films sont biaisées quant au niveau de réalisme qu elles suggèrent. 18 Chez Raymond Chabot Grant Thornton, été Dimnik, T. & Felton, S. (2006)

11 11 Quelles sont leurs conséquences? Est-ce qu il est juste de croire que les représentations que l on retrouve dans les films peuvent influencer la façon dont le public voit la profession comptable? Je pense que oui. «One of the most accessible artifacts of modern popular culture is the motion picture. In the theater, on television, and through rented videos, motion pictures today reach a larger and younger audience than any equivalent high culture event 20. Ceci dit, la représentation d une profession par la culture populaire à un auditoire aussi influençable peut avoir un impact dévastateur sur celle-ci parce que cette représentation aide à établir et renforcer des stéréotypes sur un métier qui est déjà assailli par l ignorance, les suppositions et les croyances du public. Logiquement, quelles conséquences peuvent avoir les quatre stéréotypes comptables que l on retrouve à l écran? Si je résume brièvement, le rêveur vit une existence plus qu ordinaire, le travailleur assidu est enraciné dans un travail ennuyant, l intellectuel est risible, sans intérêt et le héros éventuel n est pas un aventurier chevronné mais bien une personne ordinaire qui relève un défi. Cependant, lorsque la profession comptable regarde dans le miroir de ses stéréotypes cinématographiques, ce qu elle voit n est pas entièrement négatif. Le rêveur est plutôt positif, le travailleur assidu est acharné, l intellectuel est drôle et le héros éventuel est un gagnant. Donc, qu est-ce qui ressort le plus par rapport aux comptables au cinéma si on y réfléchit bien? C est le travail. Dans tous les stéréotypes, c est le travail du comptable, sa situation professionnelle actuelle, ses tâches quotidiennes qui sont représentés comme terriblement lourdes, monotones et fastidieuses. Certains argumenteront que le portrait de la personnalité du comptable dans les films est dans le pire des cas dépeint comme naïvement sympathique. Pour ce qui est de son travail par contre, il 20 Beard, V. (1994)

12 12 est pratiquement toujours présenté comme lassant. «It is often the job itself that is depicted in an unflattering light, not the people who do the work 21. Comme le mentionne le professeur Yves Gendron dans son cours de Vérification II, «il est difficile d expliquer à un élève ce qu est la comptabilité 22». Les tâches et les emplois disponibles aux futurs CA sont trop diversifiés pour pouvoir les résumer en quelques mots. Si on prend ce flou inhérent qui entoure la profession, mélangé avec l ignorance du public et les stéréotypes que l on retrouve dans notre culture populaire, il est évident que la réputation de la comptabilité ne s en voit pas avantagée. Les films présentent la comptabilité comme inévitablement ennuyante et, à mon avis, c est cette facette qui blesse le plus la profession. Conclusion Peut-on officiellement conclure que les images projetées par l industrie cinématographique, notamment les stéréotypes et les préjugés, ont généralement un impact négatif sur la profession comptable? Probablement pas. Cependant, c est avec une certaine assurance qu on peut affirmer qu elle ne l avantage pas. Déjà que la profession comptable est infestée de stéréotypes et que le public a de la difficulté à faire la différence entre un professionnel comptable un non professionnel, les images projetés dans les films n encouragent pas vraiment une vision réaliste de la profession. Finalement, on ne peut pas affirmer que la culture populaire est la seule cause de la perpétuité des stéréotypes comptables à travers le temps. «La créativité nous distingue, les bas bruns distinguent les autres». Est-ce que cette expression sonne une cloche? C est un des slogans officiels de la nouvelle campagne publicitaire de l ordre 21 Dimnik, T. & Felton, S. (2006) 22 Durant la séance 11

13 13 de CMA du Québec concernant la comptabilité créative. Étant moi-même en voie de devenir un CA, je trouve cette campagne légèrement inquiétante. Est-ce que l image négative des «bas bruns» ne pourrait pas être considérée comme un stéréotype? Si vous répondez oui à cette question, alors une interrogation importante est de mise : comment la comptabilité peut-elle espérer un jour se débarrasser des stéréotypes qui la tourmentent si une partie même de la profession les encourage ouvertement?

14 14 Bibliographie 1) Dimnik, T. & Felton, S. (2006). Accountant stereotypes in movies distributed in North America in the twentieth century. Accounting, Organizations and Society. 2) Albrecht, S., & Sack, R. J. (2000). Accounting education: charting the course through a perilous future. Sarasota, Florida: American Accounting Association. 3) Dyer, R. (1993). The matter of images. New York: Routledge. 4) Smith, M., & Briggs, S. (1999). From bean-counter to action hero: changing the image of the accountant. Management Accounting, January, ) Stéréotypes : Définition et caractéristiques, 6) Maslow, 1965 A. Maslow, Eupsychian management: a journal, R.D. Irwin, Homewood, Illinois (1965). 7) Beard, V. (1994). Popular culture and professional identity : Accountants in the movies. Accounting, Organizations and Society. Great Britain. 8) The Internet Movie Database 9) Arthur Andersen & Co., Arthur Young, Coopers & Lybrand, Deloitte Haskins & Sells, Ernst & Whinney, Peat Marwick Main & Co., Price Waterhouse, & Touche Ross (1989). Perspectives on Education: Capabilities for success in the accounting profession. New York: Authors.

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Tammy: Something exceptional happened today. I met somebody legendary. Tex: Qui as-tu rencontré? Tex: Who did you meet?

Tammy: Something exceptional happened today. I met somebody legendary. Tex: Qui as-tu rencontré? Tex: Who did you meet? page: pro10 1. quelqu'un, quelque chose 2. chacun vs. aucun 3. more indefinite pronouns A pronoun replaces a noun which has been mentioned or is obvious from context. An indefinite pronoun refers to people

Plus en détail

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir!

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! Me Nicolas Sapp Avocat et agent de marques de commerce Associé responsable du bureau de Québec ROBIC sencrl Québec, le 1 er juin

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 THE JOHN LYON SCHOOL MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 Section 1: Reading (20 mins) Section 2: Writing (25 mins) Important: Answer all the questions on the question paper

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a RENÉ CHARBONNEAU C o n s u l t a t i o n e t f o r m a t i o n C o n s u l t i n g a n d T r a i n i n g 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir!

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! Me Nicolas Sapp Avocat et agent de marques de commerce Associé responsable du bureau de Québec ROBIC sencrl Québec, le 1 er juin

Plus en détail

ONTARIO Court File Number. Form 17E: Trial Management Conference Brief. Date of trial management conference. Name of party filing this brief

ONTARIO Court File Number. Form 17E: Trial Management Conference Brief. Date of trial management conference. Name of party filing this brief ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Form 17E: Trial Management Conference Brief Name of party filing this brief Date of trial management conference Applicant(s) Full legal

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires

La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires Présenté par Marco Royer Assurance automobile en Alberta : les réformes de 2004 Bill 53 Introduction d une limitation

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

Règles du Service d information juridique pro bono à la cour municipale de la Ville de Montréal («SIJ») (les «Règles») En collaboration avec :

Règles du Service d information juridique pro bono à la cour municipale de la Ville de Montréal («SIJ») (les «Règles») En collaboration avec : Règles du Service d information juridique pro bono à la cour municipale de la Ville de Montréal («SIJ») (les «Règles») En collaboration avec : Table des matières 1. Mission... 3 2. Rôle de l avocat bénévole...

Plus en détail

Gulliver.com by mobeo 1

Gulliver.com by mobeo 1 Gulliver.com by mobeo 1 Sommaire Introduction A quoi sert une CRM ecommerce? Le point de vue CRM La Segmentation Les Contacts Les Visiteurs Cycle de vente Segmentation des visiteurs Ajustement Regroupements

Plus en détail

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT MODERN LANGUAGES DEPARTMENT Common Assessment Task 3 YEAR 9 Je m appelle Ma classe Mark 20 10 19 22 16 13 Total Effort Instructions For this extended piece of homework, you are going to learn and write

Plus en détail

Miroir de presse. International Recruitment Forum 9-10 mars 2015

Miroir de presse. International Recruitment Forum 9-10 mars 2015 Miroir de presse International Recruitment Forum 9-10 mars 2015 Contenu 1. L Agefi, 9'510 ex., 02.03.2015 2. Market, online, 12.3.2015 3. Studyrama, online, 13.3.2015 4. Venture Magazine, online, 15.3.2015

Plus en détail

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA «Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA Une enquête online auprès de 507 Françaises et Français détenant plus de 75000 euros d avoirs

Plus en détail

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce Orthographe Majuscules/minuscules Un Américain, un Français Le gouvernement américain, le gouvernement français La langue française, le français Sa/ça Se/ce Emploi des prépositions Avec les noms de lieu

Plus en détail

Face Recognition Performance: Man vs. Machine

Face Recognition Performance: Man vs. Machine 1 Face Recognition Performance: Man vs. Machine Andy Adler Systems and Computer Engineering Carleton University, Ottawa, Canada Are these the same person? 2 3 Same person? Yes I have just demonstrated

Plus en détail

Faits saillants et survol des résultats du sondage

Faits saillants et survol des résultats du sondage NORMES PROFESSIONNELLES NATIONALES pour les gestionnaires de ressources bénévoles Préparer les prochaines étapes Résultats du sondage d'octobre 2012 Merci aux membres qui ont pris le temps de répondre

Plus en détail

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles 03/06/13 WHAT? QUOI? Subject Sujet The assessment of professional/vocational skills (3 hours) Bilan de compétences

Plus en détail

LE MARKETING SOCIAL ET

LE MARKETING SOCIAL ET LE MARKETING SOCIAL ET LA PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE MARIE-HÉLÈNE GAGNÉ 6ème Colloque québécois sur la maltraitance envers les enfants et les adolescents Montréal, 29 octobre 2013 LE FARDEAU DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Presented by Pierre Rochon Senior Advisor for Executives APEX Objectifs de la séance 1. Comprendre en quoi consiste la saturation

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Pour une meilleure qualité de vie au travail

Pour une meilleure qualité de vie au travail Pour une meilleure qualité de vie au travail Attirer les nouveaux et retenir les anciens Conférence de clôture préparée par Estelle M. Morin, professeur HEC Montréal Colloque 30 e anniversaire de l APER

Plus en détail

Dans une agence de location immobilière...

Dans une agence de location immobilière... > Dans une agence de location immobilière... In a property rental agency... dans, pour et depuis vocabulaire: «une location» et «une situation» Si vous voulez séjourner à Lyon, vous pouvez louer un appartement.

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Bill 69 Projet de loi 69

Bill 69 Projet de loi 69 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 69 Projet de loi 69 An Act to amend the Business Corporations Act and the

Plus en détail

SOS! Parent Teens Acculturation Conflict in Immigrant Families

SOS! Parent Teens Acculturation Conflict in Immigrant Families Inclusive Leadership & Intercultural Management Training & Coaching SOS! Parent Teens Acculturation Conflict in Immigrant Families Best Practices that Foster Positive Family-School Learning Conditions,

Plus en détail

Stakeholder Feedback Form January 2013 Recirculation

Stakeholder Feedback Form January 2013 Recirculation 071 Stakeholder Feedback Fm January 2013 Recirculation A. How to Submit Your Comments 1. 2. 3. EMAIL: submissions@collegeofpsychotherapists.on.ca OR FAX: (416) 874-4079 OR MAIL: Consultations Transitional

Plus en détail

Dis où ces gens vont d après les images / Tell where these people are going based on the pictures.

Dis où ces gens vont d après les images / Tell where these people are going based on the pictures. CHAPITRE 9 ALLONS EN VILLE! Prépare toi pour l examen Dis où ces gens vont d après les images / Tell where these people are going based on the pictures. 1. Phillipe et moi allons à la poste. 2. Tu vas

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

Module Title: French 4

Module Title: French 4 CORK INSTITUTE OF TECHNOLOGY INSTITIÚID TEICNEOLAÍOCHTA CHORCAÍ Semester 2 Examinations 2010 Module Title: French 4 Module Code: LANG 6020 School: Business Programme Title: Bachelor of Business Stage 2

Plus en détail

Diligence raisonnable avant l acquisition d une PME américaine lorsqu on est au Québec : Certains aspects juridiques

Diligence raisonnable avant l acquisition d une PME américaine lorsqu on est au Québec : Certains aspects juridiques Série Frontière Sud Manufacturiers et exportateurs du Québec Comment augmenter les activités de votre entreprise au sud de la frontière? Diligence raisonnable avant l acquisition d une PME américaine lorsqu

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE Nom de l entreprise Votre nom Date VALEUR PRINCIPALES/CROYANCES (Devrait/Devrait pas) RAISON (Pourquoi) OBJECTIFS (- AN) (Où) BUT ( AN) (Quoi)

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

L impact d Internet et des médias sociaux sur le recrutement et les ressources humaines. emm-ess consultants emm-ess.com

L impact d Internet et des médias sociaux sur le recrutement et les ressources humaines. emm-ess consultants emm-ess.com L impact d Internet et des médias sociaux sur le recrutement et les ressources humaines Trois grands sujets Faire connaître vos offres d emplois Évaluer les candidats Et vos employés actuels eux? D abord,

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

Lesson Plan Physical Descriptions. belle vieille grande petite grosse laide mignonne jolie. beau vieux grand petit gros laid mignon

Lesson Plan Physical Descriptions. belle vieille grande petite grosse laide mignonne jolie. beau vieux grand petit gros laid mignon Lesson Plan Physical Descriptions Objective: Students will comprehend and describe the physical appearance of others. Vocabulary: Elle est Il est Elle/Il est Elle/Il a les cheveux belle vieille grande

Plus en détail

Guide de l'acheteur. Jean-Philippe Loiselle inc. Courtier immobilier. Tél : 514-766-1000. www.venduparloiselle.com www.remax-quebec.

Guide de l'acheteur. Jean-Philippe Loiselle inc. Courtier immobilier. Tél : 514-766-1000. www.venduparloiselle.com www.remax-quebec. Guide de l'acheteur www.venduparloiselle.com www.remax-quebec.com Tél : 514-766-1000 Merci de me faire confiance! «Dans tout type de marché, la stratégie adaptée à la réalité d'aujourd'hui me permet toujours

Plus en détail

Une offre d emploi enrichie pour une expérience candidat aboutie! Février 2015

Une offre d emploi enrichie pour une expérience candidat aboutie! Février 2015 Une offre d emploi enrichie pour une expérience candidat aboutie! Février 2015 De «papier-presse», le recrutement est devenu électronique à la fin des années 90 avec l avènement des sites emploi, puis

Plus en détail

www.cyberactionjeunesse.ca

www.cyberactionjeunesse.ca www.cyberactionjeunesse.ca CyberAction Jeunesse Canada 2011 Présentation de l organisme Projet pilote Prévention (approche en amont) Mission Objectif CyberAction Jeunesse Canada 2011 Plan de la présentation

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

PRODUCTION ORALE. Descripteur global. Monologue suivi : décrire l expérience. Monologue suivi : argumenter. Interaction orale générale

PRODUCTION ORALE. Descripteur global. Monologue suivi : décrire l expérience. Monologue suivi : argumenter. Interaction orale générale Descripteur global Monologue suivi : décrire l expérience Monologue suivi : argumenter Interaction orale générale Discussion informelle (entre amis) Coopération à visée fonctionnelle Obtenir des biens

Plus en détail

Prix de la bourse commémorative communautaire Kim Halliday. (Une division de la bourse commémorative Ron Smyth)

Prix de la bourse commémorative communautaire Kim Halliday. (Une division de la bourse commémorative Ron Smyth) Prix de la bourse commémorative communautaire Kim Halliday (Une division de la bourse commémorative Ron Smyth) Le comité du fonds de la bourse commémorative Ronald P. Smyth et Centraide de la région du

Plus en détail

Tâche finale : communiquer avec un locuteur natif par webconference lors d activités menées en classe par petits groupes. Niveau : Cycle 3 CM1 /CM2

Tâche finale : communiquer avec un locuteur natif par webconference lors d activités menées en classe par petits groupes. Niveau : Cycle 3 CM1 /CM2 Domaine : LV et TUIC Tâche finale : communiquer avec un locuteur natif par webconference lors d activités menées en classe par petits groupes. Niveau : Cycle 3 CM1 /CM2 Descriptif du projet : alors qu

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

Tex: The book of which I'm the author is an historical novel.

Tex: The book of which I'm the author is an historical novel. page: pror3 1. dont, où, lequel 2. ce dont, ce + preposition + quoi A relative pronoun introduces a clause that explains or describes a previously mentioned noun. In instances where the relative pronoun

Plus en détail

How can I communicate results effectively to different audiences? Comment communiquer ef8icacement les résultats à différents auditoires?

How can I communicate results effectively to different audiences? Comment communiquer ef8icacement les résultats à différents auditoires? How can I communicate results effectively to different audiences? Comment communiquer ef8icacement les résultats à différents auditoires? Concurrent Session: Tuesday, April 17, 2012 (11:00 12:15) Séance

Plus en détail

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix!

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! Thème 3 - Participer, protéger, partager : des choix de société? Séquence 9 Nos actions sur les réseaux sociaux 9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! à partir de la 5 e comprendre créer

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Un environnement porteur pour les conseillers financiers?

Un environnement porteur pour les conseillers financiers? E N Q U E T E M O R N I N G S T A R P A T R I M O N I A 2 0 1 5 Un environnement porteur pour les conseillers financiers? www.patrimonia.fr Résultats complets Septembre 2015 Document réservé aux conseillers

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Fiche de séquence SE PRESENTER

Fiche de séquence SE PRESENTER Problématique de la séquence Fiche de séquence SE PRESENTER Compétence(s) du S.C Pilier n 2: Pratique d une langue vivante étrangère L élève est capable de : Communiquer : se présenter, répondre à des

Plus en détail

01 - BRIGITTE, Battez-vous

01 - BRIGITTE, Battez-vous Paroles et musique : Aurélie Maggiori, Sylvie Hoarau 3eme Bureau Copyright Control PAROLES Faites-vous la guerre pour me faire la cour* Soyez gangsters, soyez voyous 1 Toi mon tout, mon loubard 2 Tu serais

Plus en détail

Consultants en coûts - Cost Consultants

Consultants en coûts - Cost Consultants Respecter l échéancier et le budget est-ce possible? On time, on budget is it possible? May, 2010 Consultants en coûts - Cost Consultants Boulletin/Newsletter Volume 8 Mai ( May),2010 1 866 694 6494 info@emangepro.com

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

Mon argent pour la vie

Mon argent pour la vie Mon argent pour la vie Bâtir son épargne. Protéger ses avoirs. Prendre sa retraite en toute confiance. QUESTIONNAIRE SUR LE STYLE DE VIE À LA RETRAITE NAME DATE CURRENT AGE AGE YOU HOPE TO RETIRE La vie

Plus en détail

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée 1 L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée Dans notre compréhension actuelle du trouble d anxiété généralisée (TAG), nous estimons que l intolérance à l incertitude joue un rôle

Plus en détail

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

PHOTO ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE. Données personnelles / personal data

PHOTO ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE. Données personnelles / personal data 1 ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE Service Public Fédéral Affaires Etrangères, Commerce et Coopération au développement Federal Public Service Foreign Affairs, External Trade and

Plus en détail

Les défis statistiques du Big Data

Les défis statistiques du Big Data Les défis statistiques du Big Data Anne-Sophie Charest Professeure adjointe au département de mathématiques et statistique, Université Laval 29 avril 2014 Colloque ITIS - Big Data et Open Data au cœur

Plus en détail

THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002

THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002 2-aes THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002 MOVED BY SECONDED BY THAT By-Law 19 [Handling

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

PRENOM NOM DE L ENTREPRISE DATE DU STAGE METIER

PRENOM NOM DE L ENTREPRISE DATE DU STAGE METIER NOM DATE DU STAGE METIER PRENOM NOM DE L ENTREPRISE L ENTREPRISE L ENTREPRISE Dates du stage :... Nom de l entreprise :.. Adresse de l entreprise :...... Que fait-on dans cette entreprise?. Combien de

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Créé par Goldfing & Pblabla Créé le 02/05/2006 09:49:00. Guide pour la déclaration d impôt

Créé par Goldfing & Pblabla Créé le 02/05/2006 09:49:00. Guide pour la déclaration d impôt Créé par Goldfing & Pblabla Créé le 02/05/2006 09:49:00 Guide pour la déclaration d impôt Disclaimer Le présent document ne se substitue, en aucun cas, aux notices que l'on trouve sur le site des impôts

Plus en détail

Vendre. PANdOre INTRODUCTION. But du vendeur : faire en sorte que tout se passe au mieux entre l entreprise et les clients/les partenaires.

Vendre. PANdOre INTRODUCTION. But du vendeur : faire en sorte que tout se passe au mieux entre l entreprise et les clients/les partenaires. Vendre PANdOre INTRODUCTION But du vendeur : faire en sorte que tout se passe au mieux entre l entreprise et les clients/les partenaires. Historique de la relation client-fournisseur : 1955-1965 : le fournisseur

Plus en détail

LA GESTION DES TALENTS

LA GESTION DES TALENTS 1. INTRODUCTION Stratégie Onboarding Intégrez vos talents Nouvelle tendance dans le monde des RH, le processus d accueil (ou «onboarding») consiste à familiariser vos nouvelles recrues aux objectifs de

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/PFA/7 PFA

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/PFA/7 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/PFA/7 Commission du programme, du budget et de l administration PFA SEPTIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Venez tourner aux Gobelins

Venez tourner aux Gobelins enez ourner ux obelins Le site du Mobilier national se compose de deux ensembles architecturaux distincts, disposés de chaque côté de la rue Berbier-du-Mets dont le tracé suit celui de la Bièvre recouverte

Plus en détail

l Enass Ecole nationale d assurances

l Enass Ecole nationale d assurances l Enass Ecole nationale d assurances Les Sinistres Corporels : Analyser, Maîtriser et Manager leur Démesure, un Enjeu de Gouvernance Marie-Bénédicte TRAWALÉ www.enass.fr Remerciements Je remercie Pierre

Plus en détail

PANKA. PORTFOLIO Karina Pannhasith. Karina Pannhasith. URBANIA Ipad Magazine School Project 2012 Photoshop Illustrator Dreamweaver Hype - HTML5

PANKA. PORTFOLIO Karina Pannhasith. Karina Pannhasith. URBANIA Ipad Magazine School Project 2012 Photoshop Illustrator Dreamweaver Hype - HTML5 PORTFOLIO PANKA Web Designer URBANIA Ipad Magazine School Project 2012 Photoshop Illustrator Dreamweaver Hype - HTML5 MASSIMO VIGNELLI The life of a designer is a life of fight : fight against the ugliness.

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions.

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA de cette semaine. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Nouvelle Montréal, le 3 février 2004 Gala de

Plus en détail

Formation continue BNF // Programme des cours 2015

Formation continue BNF // Programme des cours 2015 Formation continue BNF // Programme des cours 2015 Du 03 septembre 2015 Août Molecular Biology // Widely used methods in research laboratories Introduction and history / Principles, methods and applications

Plus en détail

English version ***La version française suit***

English version ***La version française suit*** 1 of 5 4/26/2013 4:26 PM Subject: CRA/ARC- Reminder - Tuesday, April 30, 2013 is the deadline to file your 2012 income tax and benefit return and pay any / Rappel - Vous avez jusqu'au 30 avril 2013 pour

Plus en détail

OBJECT PRONOUNS. French III

OBJECT PRONOUNS. French III OBJECT PRONOUNS French III Les pronoms objets roulent!!! Complément d'objet direct (COD) SubjectS do the action, objects receive the action Direct objects are the people or things in a sentence which receive

Plus en détail