II II II III f! I II II II II - A MARSEILLE. dwtu Cl a ude -F'iiu1:iji s.\'liard. iui(ieciii et é rudit,

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "II II II III f! I II II II II - A MARSEILLE. dwtu Cl a ude -F'iiu1:iji s.\'liard. iui(ieciii et é rudit,"

Transcription

1 Document II II II III f! I II II II II - 1L 1IiSFE :trciifologiqt1 )E tiitt[ttli-bol{eiy A MARSEILLE l:t C()ii(lLlinit du Muse tl'auvhe'(loie de \luieilii' ieiils(rite 't 180:2 ; siilitii'itt. 1iiiulanl de longues ;LIIlt es,jusluen il a eoii-' litu(. ;I\'e le 1LIse de Peinture. nu seul et unique MLIsl'^vau dwtu Cl a ude -F'iiu1:iji s.\'liard. iui(ieciii et é rudit, auteur le plusieun ouvrages luistùii1iies tin hies, (lue 1 l'se ilie dut la de vi, tti'e. Pendant la Rvolntioui Achard avait., ave le puis grand recueilli ile kitis i'lis les ubjels d'att. livres, iitntisci'tts. 1ti(ldIlli'5, t'lc., 1l)auiIii)flhIls dans les 'iise, les niunastres et les cln'tle;iux, et avait iitstalh' les rllectiiti ainsi fo'itti's ilait " l'ancien couvent les Bernardines. 11, Lvre actuel. l'n le préret du lt1rai'trrient. :h;i'les Di-lai-voix, dut l 'adilitoillur bien i'iun'te t éti les plus fi''ndis, lit ItOltilitil' _i'lii'ii i'iiitseiviili'lil' tlii tinsee et de l:u l.n utiiite temps, loti di-ridait di' coneerttri'i' dans ce vaste local ils llu'i'nam'dinn la Bildiutliiqiit. I Musi. le Iuuisci'vuit.oire de Musique, le Nliiseiiiii il'luistoii't' naturelle. li'.larilin Bol.ani1ue, et lis Li'oles uaiimitnunales. Et, li l iur i'ni'u ''lnr le nouveau tuiiisie. t:ltuml's l)la F(OX lui l'ais;iit laure diuti par la ville d'arles de quel- 'e untiquilus, et los y luisait sai'('(pbagcs lrunsliul'ter i'lii'i'dieiis qui s' trouvaient (tilts Ii cm'viut.. de l'i1ise Sanut-\ uitor. - (tte l'inm 1(l'NiiCtl(' d'ouvrir ici utie' 1 im'i'nthcse. (ii't;iiiies 1ers_unes, aujiumr(l'ltui 'flaire, i'egre1tcutitie ces tuntliiauux n'aient pas été laissés ou ils étaient. Cem'laineiuent il est lion, eu pti ne.ipe, que les objets deuicurent à leur place pi'iinitive, et l'on ne doit pas dépouiller les

2 4 LE îniusée DU dflati:aifflfl;ly,' MAIsI:l[Lt: riutriiritienis tu ii tilil tlo. iiitis. Mai, i- ttiiiii unix,li,ni il invisibles dans Iii.tiiitt, 'ivpi lc:tit(-\jhii. ti;tieiit a pli j,i,'s perdus pour in sictu', Il 'i ' ' P lus, ils éb WW ex i t s, juui's (11 t'aiuirs lit's ((ii les li,i,''li's.' jti'es.ni dans i'éits,c ù ibn iiimiiii;itutus iliint ils ne liurii. n( que litip de tiares, el. iliitil ils unit. aifluuil'- ii liui j,,, s,'rvt"s. Le lm',jei. rie Charles 1)r'Iut'i 'ix r''iativi_nieuit titi ''t uuviti les Bu'- uiai'diues ne fut d'ailleurs lu. y,u &'x,rnii,,ri. Luii-riii"iue l'ut reinpiac'' rununu' préfet, en 13. par ' hiliti u,i';,u, qui lridtt du''rter ce IiililiiCfl( L l'iiusi;illtiii,ii du ivrir iltiiu'i;ii ilint un vriiul d décidi'r la création. Un,' It, g'u:i :ilui's, tutu' I'tiii tuitu'p l'ai, ii trauusi't'r les Ituiiieauxi. t le, uhjisa lit i.1u'luils iïghs'ilit ituveut, la rhi1u'll' u'tui'lh' titi et h' nuu 'tu ltist lui, iuiauguur' 'n si'iiteinbu'p li ne coinpivnail,hn's, tri ni! d'tii'i'li'i,ti,', oh1t'is.sarcophages ('t iii ' 1't'iji1iiuis. quo luit t utuvi' 'uiuuiiuu'ts dansle premier eu lute des ttt bigues du uiii'-"i' (Il. Le MUe (I '. h&tloic resta ainsi, ait nt'x au Musée ils Beaux- Arts, dans la chapelle (les Rei'uuartlincs, juiu'i'uu I8(3. li ni' s'était guii'c uitv'i' ippt', 1Oi ' Su.i ui'tifl eutmip de fortuit' iii ptu' vint, CII l'eut- I'Lu'IIiSSiIi]i ('uuusjilu'l'lhlt'ul('ilt. uui)ti4ci' la 1nuuti:i1u;,Iii( u lui couistieu'er titi i'iïijtlttu't'uiïeuti plus vaste. Ce 1,111 ltiruli5iti d'antiquités' lui uit'laruiii ' ''iuuiu s urvpiierities l'triuiie pal' Ciut-Bi'v, ai'ltuisitittut qui l'ut en i'tiiitu une titiiuti'in, t'ai' la 'ville ne la paya, uue 45,0D() fraiu's, et, sur les ibjets (gvp_ tiens rataiitguts put' M. Mttsjit'i'ii, il il'',' ('II ti jets tant ijiit lie i ii 'ii vi i 'uint'nt rias du ccitt' ' 'ulluci iun. Cl t-11cv, (liii nvjjit etc peit ''n E. 'yjtit', GuJLiIuII(' iiiutceiri, par M(flu it ui t I_Ah, ' avait, j.,tls trentecinq auuutes, et y avait l'oriné nui v,ritaijh' uuuse : uuuiiséu' inruniplet, paire t itu t' Clot- 13, n ' etant. point égypiologme, avait. ni'ligi certaines S("i'ics, tuais cttnlpust tin uuluiluis une h,.'ui' u, ut' iuit tic hts'u'i'neuiui'uit. li aurait i'it itupt)ssuhlu' (le iutc'ei' itt.'iiili.'i'i nui Chti_-Iiu'v titi Musuu'. Mus juisluini'ui lit ville 't'uuil, ;ul.rts di' piuiiliies ng_ti'ittiiuns (Jili n 'avaient, pas uni" iliums tic quatre nue di' IDU à 10. l'in'- qiu(rr li'ctuttcau-lt,iu'iiv. Un du''i ii iv ii.iiir'i' I' iutusie t\ltti'ul. et. pu'n di, iu'ttips ajut'"s. en lv Il-;, uisl'iu't'r tous les riiuntuuiients tit ' s tic l'ancien Muuei'. ut d'en C.iuistituri' ainsi lin HOU- (I) Notice des,iiontlme,i(c antique couiset'r,s dans 1' jiu,(e,enu de j!ar.çeitie (pas' b'aurie dc Saint- i'iuçent). - siareeiiic, Aciiai'J, or, Xiii (1805), in-8.

3 Vie ri LE 1ISIE l)u (Il\TlXlJ-ltORlLY.\. M.tRsE il. L1: veau, le Musii' d't i'rhiuliigio. 1(4111 le irtiiiii ffl'1. C. I'('iiOiI. 1l.c(Ii lut Le t lit:tii-lti iily s' 1 ) 1 i('1 1(' ainsi d u min ' I' soli 1 tidateur. Louis ltilv. neeiriaitt et ;riii leur iiiarsil1ai. 1iii cii fit oui iii iiet'ita uii»tiiicliuit, ii 171fl. par lli'l't1iti'i'i' 111iit_.i4.)Scl4l(1ilLIl1, ii1iaii I' tu CillaI. L' ros -l'uvrv à l'in' t'rniiu '., liu'sjlie, villifi8, Liuisit ' r''ly mourut. Son fils. aîné, l,tik-,losi'1tli-l)cuis, lit t'uluhiiiu('r la ronstroction ; siuti'iiii'iil il il'iiitiiuit liii ltl)llvl''lti iil pull!' la façadv à un i.1il temps, Poutre et ar'ititoto, CirisoaU, qui fut 1reit r ai'oltiteeiu' i_l'!'itipératrire Catitetint' Ii vt uluvoliile I'\ aderitie de 1) jiittirt' lu I 4zii'is. la' (Iun.si1l (le Clérjssl'itti, ou.uiiervé dans les du Se ressent furieniu'iit ([Li uôt italien il';ilors:l'artiste y Itru)uliue la décor:tliuii avec U 11' V'rve,IL 111W 4(1t)él'itlitO. Bru fl lie suivit (l'ailiotin le nouveau plan (il conserva soulenieul le 1'rnton, 4't 5F' tintteuita l'iiuu' laiiule toute unie, 'i ligues iiit1,li', dune sitlu'iéie uji_ti iiexu'iiil pas i'ioguuu't. Quant à la lti'uiratitiii iiti'ioure. eh' fui ni'- unit l'ip uvi't' ditit eive du' Vii'n, Cliaix. dont les plafunuls ut. les (1055(15 lie 1uui'tes souit ul'uue ruunpnsilicn eiittilialilu e et bniii'oulié'. et l'tuiie eï(clitiofl des plus iiiéulfol'i'es. L tuis-jiisepli-denys Bniél y tiitiuriul en Ii n'avait jamais été iiiarié, et le eht';tu ilu'viut la tuului'i"tc le suit It'èi'u' eatil Ilutuu'é Ituii'élV. Celui-ri mourut à son lu tir en l$o, cl son hérita à sa tille unique, qu'il avait ita née au marquis de Panisse-Passis. C'est la famille dl' Paiisse-I'a'sis u vendu le Clntiea.u-tinrélv h Ni. Paulin Talalaot, l)iia'.(eui' des vlivinins di fer P. L. M.. cl c'est 'e dernier qui l'a rétroeéuié à la viii '' de siarseilie, contrairement k la Ct'l)VitiiiO, gu'iiui'alu'itieuit i''t) ililul(l ' à Marseille qui veut que le eh'tti'tu ait été durit' k la Ville- Comme musée, ici te superbe liai uli ii ion offre tous les iflrofl Vél) ionts (Jti'OlhPflt lit plupart lie lits 1uiii5éC.', je VOiiï tlii'è OOUC qui uni. été iuistaités drutis dos nïiunttiïiiits faits iii' iii' autre ilestirialinit. On a P y luger u'.oflvu_'ilal)l('flielit. tu_nu l'ahuri. tu' muséeégvptiu_'ui (et emuit'e lis pet i1sobjets soli lti''i1t4l5 au i'ez-de-chaussée. (le t'liuniiiité) (li' itinittère li eu' qu'il constitue i tut cnemhie. Mais il u été absolument ituipuissible tic faire de nt'me ' les autres séries, et il faut bien se ri-si Ïi 1 1;i1 er dans tes iutèuui's salles et pi- ip- mêle les uni iquilés gii'u'.q1u'', muuuaiuies, cellesd'oi'igineloeale et l ' origine i1rangère, t u'uttiuu les objets lu liioyofl-(' liii iiièiite unoili'ritu. Lus colleeuuns,cl'ailleum's,sc sont notablement développées depuis

4 L 6 LE MUSÉE DU ClJATl'L'jtOJII, y A MARSEILLE qui, wmuev n tt liin,'" de ta rlitpi'i!' fl»ri'diii' tui ltut'lv ail point que k' tilanqut' le iit'c ilïinipili'e ii 5V 1iii'i' sentit' : ii 'aiii,inl JIhIS (Ie qu;ilt'i' des vingt-deii iil'ei'tie tin Mue li' salon de i'ii'uptiun, une citnnihi'e il tiit'lii't'. t' t';tluiri' 'I Ili) cabinet y attenant ipiit i dé'.'uflsei'v' aveu leni iitiihilier it leur aspeil primitifs, et iii' e pi'i'luut pas pal' 'r'nrjueut il liistullation iii' vitrinc.s. Elles suzil ri';t j tli'iii's tr'th'.' 1ucth', fuit le salon avec san inin!enr' diva il il l'onu laie et si' beaux v;i's tic Chine ; la elitiinhie avec si tenture en hue tuile iii' l'inde h grands ramages ; et la ('liapeili' avec ses nlbî en ivarhi'e s uiptis pal' Fotinun. Le jii'i'iffl('i' accroisse iri'nl ilupritant vient lie ht cession. l'aile Jrat' le oii ci'lieutipui, ii une fiattie ' li' hi "OiiVr't I rit C;itii1iana, l'uit de temps api's la nuuvelle instalialiru du \ttisri'. La villo do \iiii'- sr'iile i'cr'ttt pain' sa part une ceultiine ttiuijr'ts, stti'tutit iles vaes peints, ilunt plusieurs il'tiiw i'ielie valeur. Puis 't' l'itt l'iii'qitisition l'une partie de ta eulieulion Cusnui. environ IO rihjet. sriihpttii'es en cakaii'u.v;tses et statuettes de lci','e cn il v. [la rra ittieuit choisis. ('t formant uut erisenthle complet, aveu des sp'iiiwtts de tuies 1c upoques di' l'ail cliyju'iute. Un des Putipliivs (1 11 Must"', M. An glet', inuit cmi 1891, o beau- VOUE) ur tflhu'i hur i ' et ar'cruissent q 'nj ries collections, Il ii, nrttttnttutcnt, ta'uni, puis c'rl au Mtis"e u te belle s1'iv di' V ('ITt' s ;intiities. d'autant Plus 11i't"Vii'use rjiie la plupart do.s, (liii la cilluil f) sent sont de pu'ovcn;inr'u locale, surtout ih',i'le,. Il a t"ttleiiu'nt t't4it1,ii Initie tille salle de pi'r''s il 'iiu'fi"vii'i'ii:' relitii'' et il'uitjt rl'"lke, qui. patu' cire de valeurs ti's ing;iies. n'en fument pas itiuiti un emn''iiilrte iuilt"u'i'satit..je ne mu'li'ai lins des u'elum'trdur'_ Iiuit de m!iunnun'nls et o!jets antiques l u it ii faites tui-itiu'nie '1' il était. fort liahih' eu ce guru) et ilonni's nu Mu'a"i. val. ( I lletic l t; u'r il udtji'ts sont Il(uf'uI(,'t leur t u3tu'' (laits tics Sid pe rue dans les musées. l)'ailh'uu's l> drruttuteu i's, sin afituet', mie uuta ritu r'ult lins. cl. sur la plalu' h' ninu'hu'e uiù dan., le granit vesljliuir', l'ut's nous su' lisent aujiiui'ri'iiui cmi lcllt'es d'or, il faut 'lever er.'uix de l',\dittiuisti'tul ion des Il rjui'u's, qui n (hmné tint' IiIi 5ii'ir' dru rn, tics li'ul'tiiteuu's rie I'liruspir'i' aux. ièule ' ieu'miien, celui de M. P. 'l'm'ah;unrl. à qui le Must"e doit tiiuitti,i'i' rl ' inus'u'i1 -rl titis u'iumflines hurrali',, fuit iuui I iii i' t aflles pour l ' ItiStl)i'(' iii' In 1'"gion, ii celui tic M. L. 'ft'u'c;tu, qui ii téguif' hile ''011ecliun rie terres cuites rie la Uyrén aïr jur.

5 LE, MUSÉE DU CIIAIEAU_LiORILY \ M\flSEILl.E 1 l' es liavitiix rie voirie ixiiiliçà 31iiiIIi ion lii tiitriil aussi eniiliir le ifnse. Les travaux ile irriiseineril du lias-iii de (aileiiac en 18:11 iiiit fourni les iliiiuineuls tes plus Itriiiix poile I'tklite cl la iijiri.(raiitliv iii' Marseille uliiluc. li ('si stiliitiriit i't regretter :1ii p ta Coitiiiiiii iii_inhiil(e par la Ville put, surveiller et's travaux au lii tin t di' vue ;Li'eli(iIOitue ri e enmgwwer les di'i'ouvi'tles, ait ignoré aussi eoinplteiiieiil les preitiiers (lk Is de soit in(t ier. ()lis le S(C(ifl(l l:iiijiii'r, le et'ce i t iii' 1i fiip Impériale (mainusant rue le ta liil->lul)uiiilie) ; il V n qiii'iiuc' aimis te pvre.elnitiul iiv la tue Ci lhert. et, plus rivniinpnt encore, les granits travaux iii mis au jour un certaiti nunihi'e uloblete inscripiiolus, bas reliefs. vases. qui, salis être ainsi iuouulu'eux et aussi sin j lti;ilifs qu'on le \'oltdi':iit. ont UI' tirs grande 1(1 (111' I'hi'.tiiiii de Maiseitie. Un peut se m'ndie con pu y par ev qui pi'écdc, quc, le Musée d'ai'- chéologic iii Mu'ille iiuuitpieiiul des stries fort nombreuses et fort viit'i 'es : trol l vaii"cs mt'iume. 1,uurte gt_ii'tt les iouei'vatrut's qui ne prélendi'ntpa., aviiii, la science univtrsi'llr! par ('X('IO]iI(' la épirap}miuue C0111lWond des insi'riplions égv1livnii'. ulialult"eniiis. phéniciennes..re1uis l;itiii's. Iiuinvariti'. tiv:iiiti ii ti'inenii'fltti's ii;ulie, fi';uuuusvs. (t ililt]uiics. Ifli' iapiilt' ('titituénatiort des séries et lies jhi"cs pi'ilhpillr's inoulrer;i mieux la l'ltll(ss(' ii ' iiii inusée ll1i n'est tient ('Ire pa., ec)flhiti iiul;lrll qu'il I 'Ta il (tc l'('ti'v Dans te musée (' - itien, établi au ri'z-di'-iltaussée, r u illiatre, ullcs qui se fout suite, il faut signaler hi taule l'titïi'iiuili' i'olinuc iles "gvitiuli:igiits 51(15 le mini di' talute iii' CIt-Bey. et qui pile ti'ente quatre rai'tiuehes rivaum allant di' ta i:irizièiiu p à la dixneuvi"mc dynastie, ce qui vit fuji un monument i'lironiuliuiitu e ile premire (trille ; - la Nlèw itii tir('1t' d'osiris \outinniiiiu (17 P (lvuitstir) - les quatre slélt's oi'' iiti ' CS iii' Kitsa, si'n'iliv rival cl g('uiral (lu e ou 00 1iVfl;(lIi. flitillu iiient s Unijui' S j usqu '?t ce jolli'.ilit M. Unsperd> - Jeux superbes Sll'i'iplic.r's. hill Vil Serpentine verte, l'auitrcen basalte noir. liiu ileitn. tté1iii1ui' i',i' ui( '. d'uni' u'xécutiou VI d'une vonservatil Ili p:ii ' fuiites enfin. jiai'iiui lis 1ii'lil iihjehs. une collection d'enseignes siirrres les plus il mini' scie exli'('- immeniviil luiricase, et enrore peu étudiée, de statuettes il' itivinilés de t'('piii j ue gréco-i"gypl ('liii La Chaldée et l'asytie ne suiit presque pas représentées ; tuais,

6 LE MtJti; g 1)11 CIIATEAV-I.loItELy A MAHSEILLE par enlr. Iépigi'aiiiip sn h i IiiIui' nous offre ii. 'lux seules ilis,1ipluns j(i1iiuiiu('iliies li ivu'5jt1sr111'iri Cl) F' raiai, l'uilsruiptiun lie Mai-.^oillo (t;ut'it uli. taxis liuiu temple fil- I(;ial), et. I'nii1iti,uu (l ' _\vigiloil putauiue (li' la 1urètie Zavleiuial ). Et i*einulu'nl t une série 4iinsiii1it j i,iis hiiiivaritus, provenant de de grossir cette 1i ''li t 'ad[ietion orientale. Tiwi le jesti' lu rez-de-cliauissée est occupé par lis uiunuiuiiuts 1 u 'nlains.gallo-riiuniilis, el chrétiens primitifs. La Gièe propre ut lourai quelques in iniiineiul.. iiiléi'si uts. connue l'autel el la lias' il,' tr('pic(l décorés de relier rapportés de flélus par Clioiso it-(iiichi. iii' nième i U'Ii u i ' belle stèle fmnéraiic tiu Céiaiuii 1iie.l'Atlièiies. De legvpti: grei.quic piieuiiiunl. des fragimiemits do listes de vainqueurs aux jeux. des insiriptiotis funé- 11il'0S, liii JfllJ)iI1s d'une ceitairue imuiporlance. y ilisouim, ul'lsocraie à Nici'cI"s. et div ctirietisis tableifu, s d'éauliems. \fais les iuioruunueiits les [lus intéressants soni les ituùnuirieuls de pioveieumlec locale. Eu preiuuière ligue, il faul citer les qu;iraiulc ri une pilites Chapelles uuinuolilhes trouvées en l(it. lus du peril' nient. di' la rue (le la lbpulmlique, daims lu rue \iil : iununu'nts l? l'uiu 1'iit. l0nrteu1)j)s pour (les iliç)fluuiuionls l ihéuu iij eius et qui somut, à ui ' i'ii pas douter, grecs, et grefs de M;irsi'i lie, et ' les i'mii siècles api's la la f induit ion de la ville.. Puis v i e nnent les in su ril u tuins, grecques cl latines, lriumvé es à Mam'seille ut dans lis iuviiu uns. (oiiiiuii imiusée épil9aplu iu iuie. le Musée de Marseille ni' peul éviduaniucuul rivaliseruver ceux ' le Lvi:iui, de Xb"s ou d1 Narbuunnu. Mais il l'einpuiile par le niiinhie et la hi';uuuté de ses s utm u ailili;u' u s, jii'uveiuuuiit d'arles ou clemarsille, jialulul lesquels celui de Flavius _\Iiunoiiuis. qui vivait sous l'eiupeest célèbre parmi les uuigiaphistes et uurcliéologues. Plusieurs ile ces sareuuphages suitut de ] 'ipiiiit chrélietumie, cl Passent. dans la tiaditiwu locale, pour avoir contenu les restes du peu'iuuuiages réli"liui's, 'uuiullie saint (assien et les oiiipaçnous de saint. M;umu'ice Plus importante encuu'v p sl la fameuse inscrijulioim funéraire de Volusiauiiis et l 'uirluuuatus, qui. si lui reslilulion iii M. E. Lr llluun( est exatti, uui'aieiml él," immuirtvrisés. (lalus le courafil, du ser,inrl, nu peut-étre, du prunier siècle de nuire ère. Si. cuunmiiv tiuul. le prie Ù croire, celte pierre pi'iivii:oul de Maiseillen elle jette uni' siiugumliuu' luuiuum'i'c sur la question si obscure des iii'igiuui.'s du chiislian j.muic (utiis notre pays.

7 LE MUSÉE l'itt Clt.TEAU-BOIl1LY A MARSEILLE 9 l;iiiiii Je sigli;(ll'ai enc i wv une série de ii saï l u4s antiques, piuv'4i;ui[ de Marseille. (I'UIiP (léco)ratiou his p i'ti'nlière. et l5 (lit1x curieuses statues gauloises ( trouvées 'i Velu lix près (L\.ix. Les salles du lireiniel' él 'e infcu'ini'iit,,mi.re une petite collectiuii d'objets 1itéliili,i'ii1tu, bu petits IJI)jels, bronzes, statuettes et, vases 41e terre cuite. Les bronzes 150 statuettes envii'un) ft'- iuient une jolie eollec.tii)il. sans l,ièces tares touletois : ils ne sont (tailleurs pas de provenance locale. triais vieriiient presque tous. suit 1'Elrui'ie, soit de l'orientpar coutre, le sol de Marseille i fiui'rii n ' uiibi'e dc sui'coiliages et d'urnes funéraires en plomb, ipuii aspc't très particulier. lkins la nièuie salli' que les hrn'i.es 't les plombs li gurait autre- Une i'iill('ctiuil de bijoux antiques en ùr'. i ' V l) tii ' l1s. phéniciens, grecs, et gallo-romains^ en tout 184 numéros. Ils oui tous clé volés. pendant la nuit (lu 5 au 6 mats (tamis 'les circonstances iieincui'ées absolument uitérieiises. Bien qu'il n 'y eût aui uiuie 1jjèi' lune très grande valeur. la perte des bijoux gallot'iiuiiilieis suui'tiittl, provenant i0il1' la plupart il'at'les. est iulimm'iw.nl r'i'gl'(tta luli En lait de verres (près de 400 pièces) il y a une fort jolie série provenant d'egypte. iie Pliénicie ci de Chypr', et une autre, plus iiiij,ui'lantc 'ute ire, provenant d'arles. di Mai'seillc et (le quelques autres villes di, Pu'ovence De nième, pur la eértiiiiq mie, statuettes et poteries, (plus de pièces), 1i propre,l'asie Mineure, Chvpr', la th'ande Grèce et l'et.rurie tirent de bons spécimens de leurs l'aliriques ; et Marseille et la Provence, Arle surtout. nussi largement représeutées..ie ni' bornerai à signaler, parmi l' vases grecs, une aigiiièi'e rappi)rtée 011 ne sait d'où par Ckt-Bey. qui est lin (lls Plus beaux vases mycéniens connus, et une série assez nonibu'emust' (le vases (le style géométrique, rares dans les musées d'europe. Quant aux olijels d'origine local, qui consistent surtout cii iuiei'i's counuuuuuies, ils iinp mal gré leur humble aspect. une imprt;iiii'e arch éoloiq tir' r&lle, surtout au poin t de vue (le [Ii topographie antique le Marseille ceux lu moins, et ils sont assez iiomiiln'eux, dont un a relevé soigneusement l'eniplae'unent lors de leur découverte. L'a i'ctméologi e du liii yen-a Ce occupe u ne place beaucoup mni:d u s considérable que l'archéologie classique; tuais la valeur des pièces

8 7 Mg 10 LE ML SEE Dl' CIIATEAU-ltolll;LY A MARSEILLE i l n compense le petit nombre. Cesofit CI aboi'd tic riil'ii'ilx i.1 apiti'aux I'(1)1t15. l}1)\' t'ttill ; puis lous les chapiteaux de l'église Sait-Marlin, fleilloliv il y a quelques années, (lui ont été transportés au Musée, et y fornieut uni. série fort importante pour ihisl'ire de la sr ullitui'e daii e midi de la France h la lin du quirizii"imic Siècle. Une liés belle st;ilue oihiqiie, plus ancienne, provenant, de I'titrienrie cathéiriile, a d'autant plus Je valeur que les ouvres de ce genre sont rares en l'roveitr.e. Enfin une frise J)I'OvIlfl ut d'arles dénul. dans sa verve anuiisanle, le style (le la l{'ii;uissumice dans l'exécution, alois que la conception cii est enr. 'tr Ioule iuiultré. guée de l'esprit du moyen-âge En fait de monuments IL d'olujcts de la période moderne, le Musée n'est l ias très riche. Ii t 1)11 recueillir, il y ii quelques années, un muiuututent intéressant jiruir l'histoire locale, le tombeau du lauteux l q 'rre Lilierlat, (cliii livra en 1596 la ville h llcni'i 1V), et le sauvem' ainsi d'une cicstructioïl imévilahie.mais on iciret.l.i' de ci,ius_ tater qu'une série qui devrait éti'e de premier urire, la sévie des céi';uuïmiqnes mnodem'iies. représentée n'esl. que pal' (iu 1 l(lt1es trop rares pièces de vieux Marseille. (le Moustiers et le aiut-.jeau-1 Désert. El. Et il n'y ;u plus guère à espérer (lue la collection s'accroisse dans l'avenir, vu l'achat uemnent avec, lequel les amateurs se dispu - Lent maintenant ces pièces, et les prix excessifs dont ils les paknt. Enfin une dernière série, qui devrait aussi ètro plus riche, vu les relations de Marseille avec l'extrèmne Orient. comprend environ deux cents objets provenant de l'inde, de la Chine, du.japon et. du Tonkin. On y a joint quelques antiquités aztèques. On peut voir par r,' rapide résumé que le _Musée Bor('-l ' y est. il lit luis un musée d'archéologie générale et un musée locale. Comme archéologue générale, je ne crois pas qu'il y en ait un seul dans toute la province qui offre dis séries aussi diverses et. 'les spéciniemis aussi intéressants. La chaire ul'am'cluéologk' que ne manquera pas de comporter la future I ruiversité (le. Marseille aura là de quoi exercem' ses étudiants à ta connaissance des inscription> et des mmuonumnuunts figurés les Plus divers ; elles études égyptulogiques y trouveraient à coup sûr lin autre secours qu'à Lyon et à Bordeaux, OÙ on essaie aujourd'h iii de les acclimater. Comme arcliéologii' ut histoire locales, les collections du Musée ilot'ély sont d'une cxl émne i nuliom'tance., et montrer j'espère bientôt (1 t1'ofl Peut s'en servi' 1 1 (1111' atugmenter singulièrement notre Connaissance de Marseille antique. 11 y a lit de véritables trésors, qu'on

9 LE MU S E DU C IIATEAU-ItOBELY A MAIISEILLE dl n trop liii ti'inl s laissés iiiiitiiiés. Aussi 'si-ce dans ce sens que je i'eti,n'' sui'l'ut d'augi,iiitiet' les ileclii'iis en tichant d' y faire i'titt'pi' peti à 1 5 (1 tout ce iiie 1'iîi u di'uouvi'i't et Lotit ec tiue l'on il écouvre bios la région. Ici intervient, r ii ni li eu reusement, la question budgétaire. Les créaux ai'quisitiuii, ilipuis l'installation lu Irlusée au huiau-lhuiéiy,juq1i'eii lsu, ont varié de à 7.0(x) francs. i'uis, pal suite, 01)1) ilu niauv;ii vouloir (le la iiluflil'ijialité, mais lus ettibari'is fiimnriuis de In vil!', ils se sont abaissés à 2MOD. et ont, nième été ri iiplèteiiii'nl sup)i'iiu's pendant deux années. On nous atiiriiie l ue ces mauvais temps sut passés. t on nous promet ui l'avenir tes divers musées de la ville (rit!' tous ont été réduits à In niièiimc siluatiunti jbiii'uflt (le plus larges ci'ulits. ii faut qu'il en soit ainsi. pour le bon renom de Marseille, et dans son inléi'èt mémo bien entendu. Récemment, on n (141111e (te transférer au Musée d'archéologie, k titre. provisoire (mais c'est un provisoire qui sans cloute durera longtlnmpsla euiiei,tiill lesestziin1ies.quela Uihliolli"qitc nepouviitciposer, fa mite de place. t nie salle cl un cot't'i for 4111 Musée Ont été affect ès ii un cabinet tln estampes; niais ce ci biitel n'a pu,jusquà présent être ouvert au piibiii'. i'insitl'lkani:e (les crédits ii'ayant pas pel'iflis encore cli' l'installer euimvenaidelui(iit.. Ce quijmist.ilie d'ailleurs soit t'attache au Musée il' mi' I ii oi e, c'est (Ille cet te col le ' '.1 ii (I t n'a d' un purtance qu'au point le vue archéologique et local : seules, les gravure.s i id.ci'ussanl Marseifle et ta Provence. vues et plans anciens, sont en noinhri' et l'urinent un 4i)seffll le assez consiléi'a bic, qui vient de S'jmccl'oiti' iiotal)le,liicflt. P'' l'acquisition de toute UIIC i'ollecttøît bien con nue à.\1ai'vill '. Et c'est uniquement, dans ce setis plutit it'eiiéologique qu'artistique, que Ion se propose le développer le nouveau cabiii''i, de ftoti à vn l 'aii'c un iiisti'uiiietit de travail pour les recher -ches sur l'histoire i't I:i liipiigi'iphie provinciales. La plupart des.\los'es di.' province nmaiiqi.m'imt de 'al 1 liites, A cet éaitl-fi, IV Musée Biu'ély est ivaiiiti'nmaiit a,liimii'itl,llmmil.nl pourvu, et je rendre ci'iis suivie aux lecteurs 10 la ReviIl' en leui' donnant l'initiation lus diver i'alaloguesdu Musée: le SIJIlI du les rédiger,on va le Viii', n été rouflé à (les savants dont Il' 1101(1 siif'tjt k en uton. lier la va leur. ()11 peut regretter que personne k Marseille n'ait cru ilevl)ji' alois se cliii rei' de cette 1che ; mais l'important est (lue le travail ait été fait., et bien fait. I.e livret publié p li 187( par M M. Penon ci Saure! ile Musée ta r-

10 1 12 LE Mt'SEE OU i:livl'e.\p-borlly A MAIISEILLE chejlo,ie de Marseille. lr»e#"li d'une nouee historique sur le Châfruulkriéy e miré de plans et de tur'r._\îar'seilte, Barlatier-Veissat in-8 de 108 pages) est utile, qnuite quoiquefort incûiirplel. parie ro mentionne certaines sériesabsentes dans les autres ettaiugrrrs. Criialryjue du Musée E9111)tien de Marseille, par M. G. 31fispero. Paris, imprimerie Nationale ; in-8 de VI11-08 pages!.to numéros). Calaloi1ui' des arrt iquilés grecques et romaines du Jlusr'e di, 311t)-seille, par II'. Frrrhrrer. Paris, Imprimerie Nationale, 1897 ; in-8 de XI pg' ) numéros). Gahiloque des noninnenis rl'étir'u,s du Muser' tir' Murs'ille, par M. Edownd Le Blair!.. Paris, Imprimerie National'', 1894 ; in-8 le 11-) pages (79 numéros ; plus 48 numéros en appendire au M usée égyptien). Mu.ée des antiques de la ville d' Marseille ; Salle des reproductions élude de»ronrinients historiques faits et donnés par R. Augier, Corrsr',raleur-Adjoint Marsiilli'..\ll;i ni, 1888 ; in-8 de 6 pages. Les moninuents sabéens et lrinryarifes du Musée darrhe'oloqie (le Murseule. par M. Ilartrriq Derernbuurq. ; Paris, Lr'rrarx, 1899 ; in-8 de lu pages (extrait de la Revue A rclu"oioqiij ue. t, XXXV ),. tous ces catalogues, sauf au dernier. manquent les illustrations dont tout. le inonde aujourd'hui reconnaft la nécessité. Tespèrr pouvoir, dans un prochain avenir, combler cette lacune, au moins lur ce qui ctncerne les antiquités grecques, runlairres et ehi'éticnnr's, et, en même temps, ou 1eu t-être auparavant, publier un supp]éin''nt aux divers cala logir es ' su p pi é mi' n t. rendu I iéce.ssa ire par les u r'q - sitions assez nombreuses faites depuis qu'ils ont été rérlig"s (1). Tout catalogue futur aura désormais pour base un in viril ;r j r' iront uscru cet inventaire, qui u manqué au Musée jusqu'en t r alors été rédigé par M. Laugier, Conservateur du Cairirret des.\lrrl;iilles, chargé pendant quelques mois, à titre provisoire. :le la t itt rit dur Musée naturellement. il n été Os lors soi g neusementl'riii j j rut'. Il MICHEL CLERC Profess pur à l'université Directeur du Musée Llordy. I t Depuis que le cataloguefrmhner a été rérli g," i en 1889 environ 300 objets nouveaux sont entrés au Mus)e. LAVAI,, - Imprimerie parieienne, L. RARNEOCI) & C',