LA PATHOLOGIE DU PLANCHER ANCIEN EN BOIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PATHOLOGIE DU PLANCHER ANCIEN EN BOIS"

Transcription

1 COLLEGE NATIONAL DES EXPERTS ARCHITECTES FRANCAIS 142 ème TABLE RONDE NATIONALE TECHNIQUE ET JURIDIQUE LA PATHOLOGIE DU PLANCHER ANCIEN EN BOIS MAISON DE L ARCHITECTURE D ILE DE FRANCE PARIS 06 JUIN H30 à 17H30 INTERVENANTS : Monsieur Christophe ARNION, Ingénieur ETP, responsable du bureau d études Michel BANCON, chargé de cours au Centre d études supérieures d Histoire et de Conservation des Monuments anciens (cours de stabilité des monuments anciens) et à l Ecole supérieure d architecture Paris-Belleville. Monsieur François GRENADE, Architecte, Expert près la Cour d appel de Paris agréé par la Cour de cassation, membre du CNEAF, Maître Anne PUYBARET, Avocat au Barreau de Paris, associée du Cabinet Larrieu. Chahrazad TOMA-VASTRA, Architecte-Expert, Chargée de mission des Tables rondes au CNEAF, accueille les participants et présente les intervenants. Maître Anne PUYBARET Monsieur François GRENADE Monsieur Christophe ARNION Le BUREAU MICHEL BANCON, BET structures dont M. ARNION est le responsable, a réalisé aux côtés d Hervé BAPTISTE, Architecte en chef des monuments historiques, et de Jean-Michel WILMOTTE, Architecte, le chantier du Collège des Bernardins (20 rue de Poissy à PARIS 5 ème ). M. ARNION précise avoir été sensibilisé à l architecture au sein de la section bâtiment de l ESTP. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 1/10

2 INTERVENTION DE M. Christophe ARNION : Il y a deux grandes familles de planchers en bois : les planchers à la française ; les planchers à solives d enchevêtrure. u Les planchers à la française : Utilisés jusqu au XIX ème siècle, ils se caractérisent par un assemblage de poutres porteuses principales portant de façade à façade et de solives transversales reposant sur ces poutres (exemple : place des Vosges à Paris). Les poutres principales sont de forte section (couramment 30x30cm, exceptionnellement 50x50cm) et de portée jusqu à 7 à 8m. Elles sont encastrées dans les trumeaux en maçonnerie. Elles comportent en extrémités des ancres métalliques qui maintiennent l écartement des murs. Les ancres, fixées par des clous forgés, comportent un pli en extrémité qui est engravé dans le bois pour assurer l accrochage et la résistance à la traction, les clous n étant utilisés que pour maintenir l ancre contre la poutre. Lors des rénovations ou des réparations, il est important de maintenir les ancrages qui assurent le contreventement et la stabilité des maçonneries. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 2/10

3 Parfois l extrémité des poutres repose sur un corbeau en pierre ou un sabot en chêne relié à la poutre par un étrier métallique. Le sabot en bois est souvent motivé par la reprise d un encastrement qui a pourri. Traditionnellement, les solives, ont une section carrée (14x14cm ou 15x15cm) ou rectangulaire mais posées à plat. Elles sont généralement disposées à plein pour vide ( 1 ), c est à dire que l espace entre les solives est égal à la largeur des solives. Les solives reposent directement sur les poutres (et sur les murs en extrémités des pièces). Parfois, elles comportent une pièce de bois découpée en crémaillère habillant le repos des solives. Une autre solution employée est le repos sur une lambourde de plancher, pièce de bois rapportée le long d une poutre ou le long d un mur (ce qui évite l encastrement). La lambourde peut être maintenue par des étriers en fer plat qui chevauchent la poutre. La lambourde peut-être placée au nu inférieur des poutres ce qui permet d obtenir des plafonds plats (sans retombée de poutre). La lambourde de plancher le long d un mur repose sur des corbeaux en pierre ou en fer. L utilisation de la lambourde permet de conserver l intégrité du mur et permet en outre de faire des économies en utilisant des solives plus courtes (les bois longs étant rares). Lorsqu il y a une cheminée à foyer ouvert, le solivage est interrompu par un chevêtre, en bois assemblé à tenon et mortaise sur deux solives dites d enchevêtrure, parfois maintenu par des étriers métalliques. Le chevêtre peut être aussi tout en métal (fer plat ou carré) ; il s agit alors généralement d une modification du dispositif d origine. Des armatures métalliques permettent le remplissage au plâtre (bâti parisien) ou en maçonnerie au droit de l âtre. Dans certaines régions, le hourdis incombustible est constitué d un arc en briques surbaissé. Le chevêtre ne doit pas être trop éloigné de l appui des solives d enchevêtrure, afin de ne pas charger ponctuellement ces dernières dans leur partie centrale (limitation du moment fléchissant). Au droit des ouvertures, dans une construction bien conçue, les solives ne sont pas encastrées dans le mur, mais sont assemblées sur un linçoir, sorte de chevêtre qui reporte les charges sur les solives de part et d autre de l ouverture. Parfois, on trouve des solives reposant sur le linteau de fenêtre, qui n est pas toujours dimensionné pour recevoir ces charges ponctuelles et qui fléchit. Sur des constructions de qualité médiocre, on rencontre parfois des solives très espacées (Richelieu). Le remplissage entre les solives est dans certaines régions (Bretagne et Ouest de la France) réalisé par des quenouilles constituées de lattes de bois autour desquelles on enroule de la paille ou du foin mêlé à de l argile ; ces lattes sont posées entre les solives, l ensemble étant revêtu de torchis pour la finition en sous-face. Par endroits, l espace entre les solives est couvert de planches en bois. 1 ) Ou tant plein que vide (Techniques de l Architecture ancienne / Yves-Marie Froidevaux) 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 3/10

4 u Les planchers à solives d enchevêtrure: Ce type de plancher est plus tardif (XVIII ème siècle jusque vers 1850). Il n y a plus de poutres principales de forte section, mais des solives de section < 22x22cm, dites solives d enchevêtrure, portant de mur à mur, et qui portent des chevêtres ou linçoirs de section similaire (20x20 ou 22x22cm), lesquels supportent le solivage traditionnel en bois de section 60x180mm. Les linçoirs sont assemblés à tenon et mortaise sur les solives d enchevêtrure et maintenus par des étriers métalliques. Ils sont décalés de part et d autre afin d éviter d affaiblir les solives d enchevêtrure. Au droit des linçoirs les plus éloignés des murs, le plancher comporte une ou deux solives complémentaires parallèle au linçoir. On trouve parfois des liernes qui sont des bois placés au-dessus des solives et entaillés par dessous pour solidariser les solives et s opposer à leur rotation. Les avantages de ce type de plancher sont principalement économiques : d une part la suppression des bois rectilignes de forte section (poutres principales), et d autre part l utilisation de bois plus courts pour le solivage. Un autre avantage est une épaisseur totale de plancher réduite et sans retombées, ce qui permet des plafonds plats. Le plancher est complété par un enduit en plâtre sur lattis de châtaignier fixé sous les solives. A Paris, il comporte généralement au-dessus une aire en plâtre sur lattis et un revêtement en tommettes, ou un parquet cloué sur lambourdes bloquées au plâtre. Un désordre fréquent propre au système est la rotation des linçoirs, avec parfois une fissuration longitudinale, en raison du fait qu ils ne sont chargés que d un côté. On constate aussi des ruptures de solives d enchevêtrures au droit des assemblages des linçoirs. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 4/10

5 u Désordres : Les planchers anciens sont fréquemment l objet d attaques d insectes à larve xylophage. Sur le chêne, les insectes ne peuvent se nourrir du bois qu après une attaque de champignon. En revanche, si de l aubier a été conservé, il est fréquemment attaqué, sans que l agression se poursuive jusqu au cœur. Quelques exemples de désordres : - un dernier étage en attique, avec une façade en pans de bois reposant sur le plancher en bois ; l étanchéité de la terrasse est mal entretenue ; des infiltrations entraînent le pourrissement des encastrements du plancher. - un plombier, pour passer son réseau de chauffage, a taillé des échancrures en sous-face des solives (fibres tendues), réduisant d autant la section utile de celles-ci. - le tenon d assemblage d une solive sur une poutre sort de son logement par suite d une flexion trop importante. Le bois se déforme avant de rompre ; la contrainte admissible est de l ordre de 1/3 de la contrainte de rupture. Un plancher qui fléchit entraîne souvent un inconfort lié à la souplesse, sans risque de rupture, mais cette souplesse est considérée comme un désordre. Une flèche de 10cm sur une poutre maîtresse de forte portée est encaissée sans problème de stabilité, mais les fortes déformations peuvent toutefois entraîner des ruptures au niveau des assemblages, les tenons sortant de leur mortaise. Une humidification des bois entraîne généralement une reprise de flèche. On constate aussi l ouverture d une fissure longitudinale au niveau du dessous du tenon. La flexion d un plancher a pour conséquence des fissurations dans les enduits (plafonds) et dans les cloisons au niveau supérieur. La démolition de cloisons réputées non porteuses au niveau inférieur peut avoir des conséquences sur le fléchissement du plancher supérieur, ces cloisons participant en réalité au soutien du solivage. Certains désordres sont liés aux réhabilitations qui ne prennent pas suffisamment en compte la déformée des planchers anciens, lorsque la remise à niveau est faite par une chape de béton : 4cm d épaisseur de chape (épaisseur minimale) au droit des appuis de solives peut se traduire par 16cm à mi-portée, ce qui est un apport important de charges propres. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 5/10

6 INTERVENTION DE M. François GRENADE : Dans les litiges de copropriété, l expert ne doit pas négliger l importance de la précision du vocabulaire. François GRENADE renvoie les experts à son article paru dans le n 77 de la REVUE EXPERTS (page 51), intitulé : Les parties communes, les parties privatives et l expert architecte. L expert doit en premier lieu se faire communiquer le règlement de copropriété, et rappeler ce qui est partie commune et ce qui est partie privative. Dans le terme plancher en bois il y a une notion de structure. La structure est toujours partie commune. Un plancher a au moins quatre fonctions : la fonction porteuse, l isolement acoustique, l isolation thermique et la résistance au passage du feu. En fait, le plancher en bois est un sandwich composé de parties communes et de parties privatives : le plâtre sur lattis en sous-face est partie privative, le solivage est partie commune, de même que l aire qui supporte le revêtement de sol, qui est, lui, partie privative Un copropriétaire est en principe libre de modifier ses propres parties privatives. Mais qu est-ce qui est vraiment partie privative? On admet que c est ce qui est à l usage exclusif du copropriétaire. Or, les cloisons sont à l usage exclusif du copropriétaire. Mais démolir une cloison peut entraîner des désordres dans les structures, démolir un plafond ou changer un revêtement de sol a des conséquences sur l isolement acoustique, ou la protection au feu. Par conséquent, la copropriété devrait avoir accès à tous les projets de transformations, y compris des parties privatives, pour pouvoir en apprécier les conséquences. Lors de l expertise de désordres, il faut s intéresser à l ensemble de l immeuble et pas seulement aux seuls désordres. Il faut s intéresser aussi à l historique de l immeuble (dégâts des eaux, transformations antérieures, ). Exemples de désordres : dans un immeuble avec le 5 ème étage en attique, le plancher bas de cet étage s affaisse, ce qui entraîne la fissuration des cloisons. Au 4 ème étage, des travaux ont été réalisés mais aucun désordre n est apparent. Les désordres sont la conséquence de la démolition d une cloison ayant entraîné une flexion du plancher. dans un immeuble de 1899, l acquéreur d un appartement assigne son vendeur en vice caché. Les solives ont été revêtues de plâtre puis peintes en faux bois (!) ; il s agit de travaux privatifs, mais sous le plâtre, le bois des solives, partie commune, est quasiment en poudre. L examen de l appartement du dessus révèle qu il y a des espaces sous les cloisons, signe d une faiblesse de la structure. Le syndicat des copropriétaires invoque des travaux sans autorisation. un copropriétaire entreprend des travaux de remplacement du revêtement de sol à l étage d un immeuble. Surprise, il découvre que, dans le revêtement à démolir (partie privative), passent les conduits électriques de l étage inférieur. Faut-il considérer qu il s agit d une servitude? 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 6/10

7 De la salle : Les conduits de fumées, qui sont à l usage exclusif de chaque propriétaire, sont regroupés dans un ensemble. Les conduits, donc privatifs, traversent les appartements supérieurs jusqu à une souche commune en toiture. Supprimer un conduit a des conséquences sur l ensemble. Me PUYBARET : il convient de se référer au règlement de copropriété. Si l ensemble ne peut être divisé et a un intérêt collectif, c est une partie commune. Dans tous les immeubles anciens à plancher bois, les cloisons sont constituées de colombages bloqués au niveau du sol et sous le plancher haut : ils sont donc de fait porteurs et participent à la stabilité des parties communes. Comment apprécier la flexion admissible d un plancher ancien dont on ne connaît pas la résistance des bois? M. ARNION : On ne peut évidemment tester chacun des bois d un plancher, dont les dimensions sont très variables et dont on ne connaît pas la résistance. Il faut travailler avec des ordres de grandeur, prendre les caractéristiques moyennes et prévoir des marges de sécurité. Il faut tenir compte de l hygrométrie, en fonction de l utilisation des locaux. Dans les pans de bois, le remplissage et l enduit collaborent à la structure. Eliminer les remplissages pour faire un effet esthétique n est pas conseillé ; ces travaux sont très souvent à l origine de graves désordres. INTERVENTION DE Me Anne PUYBARET : La copropriété est régie par la Loi du 10 juillet 1965 : c est elle qui définit les parties privatives et les parties communes. Le principe général est que chacun fait ce qu il veut chez lui à condition de ne pas porter atteinte aux parties communes. En cas de doute sur un ouvrage, l avis de la copropriété doit être sollicité. Les travaux qui touchent aux parties communes doivent obligatoirement être votés en Assemblée Générale, car le syndic n a pas de mandat suffisant pour les autoriser. Toucher aux parties communes sans autorisation est une voie de fait. La sanction est de remettre les lieux dans l état où ils étaient auparavant. Un Arrêt de CC du 18 décembre 2001 conclut qu il faut se référer au règlement de copropriété. Dans une autre procédure ayant abouti à un Arrêt de CC en date du 14 avril 2010, l acquéreur d un appartement attaquait son vendeur en vice caché en raison d un plancher attaqué par des larves xylophages ; or, le fait que le parquet, partie privative, était l objet de cette attaque était indiqué dans l acte de vente. En revanche, l attaque de la structure du plancher, partie commune, ne l était pas. Ce qu il convient d en retenir c est que la Cour se livre à une analyse au cas par cas des litiges qui lui sont soumis et retient dans ce cas d espèce que tous les éléments qui constituent le plancher (dont les éléments porteurs et de remplissage) sont des parties communes et non des parties privatives. Le problème de droit évoqué dans cet Arrêt était subsidiaire. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 7/10

8 INTERVENTION DE M. Christophe ARNION : Pour la reprise et le renforcement des planchers anciens en bois, une possibilité est la technique des planchers collaborants : l amélioration de la capacité portante du plancher est obtenue par association des solives existantes et d une table de compression rapportée en bois : sur les solives sont placées des rehausses en bois et résine, avec des connecteurs métalliques, et un platelage en panneaux de bois de type KERTO (panneaux lamifiés en placages d épicéa) ou équivalent termine le plancher. la table de compression peut aussi être en béton armé : la solution consiste à remplir les espaces entre solives de blocs de polystyrène arrondis en partie supérieure et dépassant de plusieurs centimètres le dessus des solives. Une dallette de béton armé est ensuite coulée, le béton formant poutrelles au droit de chaque solive. la solution employée au musée de Cassel consiste à placer des panneaux OSB de 20mm entre les poutres, puis un polystyrène expansé de 50mm, et enfin de couler une dalle de béton armé de 80mm, avec connecteurs métalliques au droit des poutres. une solution plus courante, mais respectant moins le caractère ancien, est la pose de profilés métalliques qui moisent les poutres, avec boulonnage des profilés entre eux (les profilés n étant pas nécessairement ancrés dans les murs à leurs extrémités). Un béton armé est ensuite coulé sur un bac acier. la solution résine (RENOFORS ou TAC) consiste à coffrer une résine au-dessus des poutres, avec broches dans la poutre et les solives. Il convient de signaler que la résine fond à la chaleur et donc que la stabilité au feu de la réparation peut ne pas être satisfaisante. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 8/10

9 De la salle : Les règlements de copropriété parlent de l architecte de la copropriété, mais on a plutôt besoin d un ingénieur pour ces problèmes de structure. Me PUYBARET et M. GRENADE : La consultation de l architecte de la copropriété oblige effectivement parfois celui-ci à se faire assister par un ingénieur. C est à lui d apprécier et de ne pas outrepasser sa mission. On cite le cas d un plancher qui était descendu de 10cm suite à un encastrement de poutre pourri, lequel avait été dissimulé par un lambris. La procédure en vice caché de l acquéreur a entraîné une expertise à l occasion de laquelle il a pu être découvert sur une ancienne photo de famille que le lambris avait bien été posé par le vendeur, et donc que le désordre était apparent pour lui. Mais l acquéreur a quand même été débouté. Me PUYBARET : Pour obtenir gain de cause, il aurait fallu prouver qu il y avait volonté de dissimulation. INTERVENTION DE Me Anne PUYBARET : La responsabilité du diagnostiqueur ou du maître d œuvre est fonction de la mission qui lui a été confiée. Il est rarement possible de tout démonter lors d un diagnostic et il convient de rédiger le contrat avec soin. Sur les travaux neufs, il y a présomption de responsabilité du maître d œuvre, mais en matière de travaux sur de l ancien, c est la responsabilité contractuelle ou délictuelle qui est recherchée. De la salle : Si un copropriétaire veut faire des travaux qui concernent les parties communes, et qu il demande l avis de la copropriété, mais que l Assemblée Générale des copropriétaires ne peut statuer, faute de quorum, que se passe-t-il? Me PUYBARET : le copropriétaire peut saisir la Justice, ce qui peut être long avant d obtenir une décision, mais il ne doit en aucun cas passer outre. M. GRENADE : en cas de travaux, il faut toujours faire un constat préventif chez les voisins, constat de préférence contradictoire entre techniciens et en présence de l entreprise chargée des travaux. De la salle : Un propriétaire décide d abattre une cloison et en obtient l accord de la copropriété, mais cela provoque un affaissement du plancher et la copropriété engage des travaux de renforcement d une poutre, travaux qui entraînent des désordres beaucoup plus importants dans les autres appartements. D où l importance des diagnostics préalables, mais ceux-ci ne sont pas toujours possibles dans tout l immeuble. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 9/10

10 M. ARNION : On peut renforcer un plancher par le dessous ou par le dessus, mais cela peut mettre en cause le voisin qui n est pas toujours d accord pour subir des travaux qu il n a pas demandés. Et pourtant, parfois la solution aux désordres est moins chère en travaillant chez le voisin, même s il faut refaire les embellissements ensuite. M. GRENADE : Le règlement de copropriété prévoit que chaque copropriétaire est obligé de subir, sans dédommagement, même à l intérieur de son logement, les conséquences de travaux sur les parties communes décidés par l AG (le remplacement d une chute d eaux usées ou d une conduite d alimentation générale, par exemple). C est l intérêt général qui prévaut. Le temps disponible étant écoulé, Chahrazad TOMA-VASTRA remercie les intervenants et l assistance et les invite à la prochaine table ronde qui aura lieu le 27 septembre rédaction et croquis de Jean-Marc DHOUAILLY photographies de Chahrazad TOMA VASTRA et Michel JEMMING PROCHAINE TRNTJ : Le vendredi 27 septembre 2013 ACCESSIBILITÉ OBLIGATIONS DEROGATIONS CONSEILS AUX ARCHITECTES ET AUX EXPERTS 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 10/10

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

Murs poutres & planchers

Murs poutres & planchers Murs poutres & planchers Henri RENAUD Deuxième édition Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6 8. Structure porteuse : murs, planchers, charpente Eléments porteurs ou de liaisons qui contribuent

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

AUDIT DES PLANCHERS EXISTANTS

AUDIT DES PLANCHERS EXISTANTS Nice la Plaine 1 - Bt A3 RN 202 - Iscles des Arboras 06200 NICE Téléphone : 04 92 29 60 60 Télécopie : 04 93 83 83 36 Réf. client : NCA : /07 FT/FT MAIRIE DE NICE Direction des Bâtiments Communaux Service

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES 1 INTRODUCTION AU PRODUIT 3 QUALITE PROFILS 4 CARACTERISTIQUES TECHNIQUES 9 TABLEAU DE PRE-DIMENSIONNEMENT 10 2 INTRODUCTION AU PRODUIT DESCRIPTION Les

Plus en détail

LE BOIS, UN MATÉRIAU D UNE SOUPLESSE EXTRAORDINAIRE

LE BOIS, UN MATÉRIAU D UNE SOUPLESSE EXTRAORDINAIRE II Le toit / Leçon 4 : La charpente 19. Voir Leçon 5. 20. Pour les solins, voir p. 38. LE BOIS, UN MATÉRIAU D UNE SOUPLESSE EXTRAORDINAIRE On s alarme souvent de la courbe d un arbalétrier ou d un entrait

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Introduction Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Approche globale à l Échelle d un bâtiment Exemple : réflexion sur

Plus en détail

Créer ou rénover un plafond

Créer ou rénover un plafond Plafonds Novembre 2004 Code : F3820 Photo : Nomades. Créer ou rénover un plafond Plafonds suspendus Placostil, Plafonds enduits au plâtre Perfoplaque Vous voulez : remettre à neuf un plafond abîmé, réduire

Plus en détail

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Détails 1. Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Crochet type mur sec Mortier Membrane d'étanchéite Chaînage béton Brique

Plus en détail

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD SOLUTIONS POUR LE PLANCHER SOLUTIONS POUR LA TOITURE LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD TimberStrand MD LSL, Parallam MD PSL, Microllam MD LVL, ainsi que la nouvelle poutre TimberStrand MD LSL

Plus en détail

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

Plafonds Placostil sur montants Montage standard

Plafonds Placostil sur montants Montage standard A01 Plafonds sur ossature métallique Placostil Plafonds Placostil sur montants Montage standard Travaux préparatoires et dispositions générales Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LE SOL AU-DESSUS

Plus en détail

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO NERGALTO, NERLAT, GALTO Facilité d emploi, Adaptabilité, Performance Les lattis métalliques nervurés NERLAT et NERGALTO sont la solution LATTIS adoptée par les

Plus en détail

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Demande de démolition 106, rue Rose de Lima Comité de démolition du 26 janvier 2010 1 Ville

Plus en détail

Le Guide Dégât des eaux

Le Guide Dégât des eaux Les fiches pratiques Oralia Fiche N 019 Edition Juin 2011 Le Guide Dégât des eaux Qu est-ce qu un dégât des eaux p. 1 Que faire après un dégât des eaux p. 2 La recherche de fuite p. 2 La convention CIDRE

Plus en détail

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale.

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale. Pièces constitutives d une charpente Charpente traditionnelle Structure principale Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire 2 1 5 4 3 1 - Panne 2 - Panne faitière 3 - Sablière 4 - Chevron

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

B1 Cahiers des charges

B1 Cahiers des charges B1 Cahiers des charges B1 cahiers des charges 35 B.1 Cahiers des charges Ce chapitre contient les cahiers des charges. Pour plus d informations, nous réfèrons au paragraphe B.3. Mise en oeuvre et B.4 Détails

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat 14 Les performances thermiques des matériaux

Plus en détail

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70 ArcelorMittal Construction Belgium Arval Plancher collaborant Cofrastra 7 PANCHERS COABORANTS COFRASTRA 7 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES Face prélaquée d Épaisseur de la dalle de à cm 7 8 96 7 7 APPICATIONS

Plus en détail

Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois

Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois Cette vous permettra d appréhender les principes fondamentaux du système constructif ossature bois selon les normes et DTU en vigueur. Elle

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise

Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise 1 Les étapes d un dossier MOB au bureau d études: 1. La réalisation du devis 2. Passage en commande du dossier 3. La demande d éléments 4. Le plan d implantation

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un nouvel ouvrage est paru en 2013, destiné aux artisans, entreprises, architectes, maîtres d œuvre et maîtres d ouvrage,

Plus en détail

30% SolivBox 34 : une solution innovante, pour utiliser et. Valoriser les combles perdus. Economies. Valoisation de votre habitation

30% SolivBox 34 : une solution innovante, pour utiliser et. Valoriser les combles perdus. Economies. Valoisation de votre habitation SolivBox 34 : une solution innovante, pour utiliser et Valoriser les combles perdus s Un bâtiment perd de la chaleur par le haut, car la chaleur monte. L isolation de la toiture est donc la priorité. 30

Plus en détail

L isolation extérieure dès le gros œuvre

L isolation extérieure dès le gros œuvre L isolation extérieure dès le gros œuvre L ISOLATION PAR L EXTERIEUR : SA SUPERIORITE SUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR RTh est un nouveau procédé de maçonnerie spécialement conçu pour l isolation par l

Plus en détail

ISOLER LES MURS PAR L EXTÉRIEUR

ISOLER LES MURS PAR L EXTÉRIEUR Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS DÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LES MURS PAR

Plus en détail

Assistance à Maîtrise d Ouvrage Cinéma Jour de Fête

Assistance à Maîtrise d Ouvrage Cinéma Jour de Fête Assistance à Maîtrise d Ouvrage Cinéma Jour de Fête 74 RUE DE VIENNE, 27140 GISORS RAPPORT DE DIAGNOSTIC DES SONDAGES REALISES DANS LA SALLE DE PROJECTION 0. TABLE DES MATIERES 0. Table des matières...

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

Immeuble collectif AQC

Immeuble collectif AQC AQC Immeuble collectif Comment bien utiliser votre assurance construction «Dommages-Ouvrage»? Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

BATIBOUW 2011 25 février 2011

BATIBOUW 2011 25 février 2011 Centre Scientifique et Technique de la Construction www.cstc.be BATIBOUW 2011 25 février 2011 Antoine Tilmans, ir Division Climat, Equipement et Performance Energétique CSTC - Centre Scientifique et Technique

Plus en détail

Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre

Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre D01 Protection au feu des structures Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre Généralités et principes La stabilité au feu des structures évite, en cas d incendie,

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Acoustique et thermique

Acoustique et thermique Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule 2. Étude de systèmes constructifs 29 Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule Les bonnes solutions thermiques n améliorent pas forcément l acoustique!

Plus en détail

Présentation. - le plan de masse qui définit la position de la construction sur le terrain,

Présentation. - le plan de masse qui définit la position de la construction sur le terrain, Dessin Industriel LECTURE DE PLANS BATIMENT p1 Présentation La lecture de plan de bâtiment, va vous permettrent de décoder, analyser, tous types de dessins et de documents qui interviennent dans un projet

Plus en détail

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP.

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP. IDE A LA REDACTION D UN CCTP: Prescriptions particulières MURS PORTEURS INTERIEURS Allotissement S 26/07/2013 REAMBULE Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

La pose d un plafond. La prise des mesures

La pose d un plafond. La prise des mesures La prise des mesures La prise des mesures, souvent contraignante chez nos confrères, même pour l établissement d un devis, est réduite à sa plus simple expression chez nous. Il suffit de prendre la plus

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense 5 ème Forum International Bois Construction FBC 2015 Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense P. Gontier 1 Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense Pascal Gontier Architecte

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m²

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Cahier de charge NON définitif. Adaptations possibles selon l arrivée de nouveaux matériaux bois ou la mise en œuvre de techniques

Plus en détail

SCI DE FOURETON 1 rue Chantelauze. Etablissement : 1 / 2 DOMAINE CHÂTEAU DU BUISSON «Le Buisson» Dossier N : 500032751 42000 SAINT-ETIENNE

SCI DE FOURETON 1 rue Chantelauze. Etablissement : 1 / 2 DOMAINE CHÂTEAU DU BUISSON «Le Buisson» Dossier N : 500032751 42000 SAINT-ETIENNE SCI DE FOURETON 1 rue Chantelauze Etablissement : 1 / 2 DOMAINE CHÂTEAU DU BUISSON «Le Buisson» REVISION D'ESTIMATION EN VALEURS D ASSURANCE Date de relevé : 07/06/2010 Date de valeur : 01/01/2010 SCI

Plus en détail

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES TOITS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Vérifiez l état du recouvrement de la toiture ainsi que de ses composantes structurales. Si ceux-ci

Plus en détail

Charpente et couverture

Charpente et couverture Charpente et couverture Guide pratique du patrimoine bâti du Vexin français Les paysages du Vexin français sont fortement marqués par ces longs pans de toiture couverts de tuiles. En très grande majorité

Plus en détail

B2.- Performances acoustiques de divers éléments de construction

B2.- Performances acoustiques de divers éléments de construction B2.- Performances acoustiques de divers éléments de construction B2.1.- Caractéristiques d absorption B2.1.1.- Coefficients d absorption de surfaces couvertes par différents éléments Maçonnerie et enduits

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

gamme GROS-œuvre Briques de structure et de cloisons traditionnelles

gamme GROS-œuvre Briques de structure et de cloisons traditionnelles gamme GROS-œuvre Briques de structure et de cloisons traditionnelles Les Briques de structure Briques C Savoir-faire et innovation Savoir-faire de la brique Les briques en terre cuite sont, par excellence,

Plus en détail

Les portes intérieures

Les portes intérieures Les portes intérieures TECHNOLOGIE 2è DEGRE Wilmotte Bernard Institut Saint-Joseph de Saint Hubert Généralités 2 Description 2 Relevé des dimensions 3 Les genres de portes 3 Systèmes de suspension ou de

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Le 26 septembre 2013 INSPECTION PRÉACHAT. Objet : Référence : Madame, Monsieur,

Le 26 septembre 2013 INSPECTION PRÉACHAT. Objet : Référence : Madame, Monsieur, Le 26 septembre 2013 Sujet : Objet : Référence : INSPECTION PRÉACHAT Madame, Monsieur, À la suite du mandat que vous nous avez confié, nous nous sommes rendus à l immeuble cité en titre, le 24 septembre

Plus en détail

8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE

8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE 8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE De nombreux produits en acier (plats, tubes, barres, tiges, câbles, cornières ) sont utilisés pour les aménagements intérieurs et dans les éléments annexes

Plus en détail

s31 s33 s47 TJI MD Les solives

s31 s33 s47 TJI MD Les solives 1.888.453.8358 woodbywy.com Les solives TJI MD s31 TJI MD s33 TJI MD s47 guide d installation pour ossature de plancher et de toiture AVERTISSEMENT : NE PAS marcher sur des solives non contreventées, car

Plus en détail

RUPTEURS DE PONTS THERMIQUES

RUPTEURS DE PONTS THERMIQUES Groupe Coopératif Matériaux Envirobat Méditerranée Chapitre Fiche Procédé Constructif Repère Ponts thermiques V2 juillet 2013 Titre fiche RUPTEURS DE PONTS THERMIQUES PRESENTATION DU PRODUIT ET CONTEXTE

Plus en détail

Nous souhaitons réaliser des travaux d aménagement et de décoration dans notre bâtiment.

Nous souhaitons réaliser des travaux d aménagement et de décoration dans notre bâtiment. CONSULTATION DANS LE CADRE DE L AMENAGEMENT DE LA SALLE DE REUNION DU 1 ER ETAGE AU CTIG (INRA DE JOUY EN JOSAS) 1 OBJET DE LA MISSION Nous souhaitons réaliser des travaux d aménagement et de décoration

Plus en détail

Récapitulation: Date de construction 1980 / conjointement avec A&S Écoles construites en 1980 et avant = feront partie de l évaluation.

Récapitulation: Date de construction 1980 / conjointement avec A&S Écoles construites en 1980 et avant = feront partie de l évaluation. Décembre 2011 Récapitulation: Moncton High Moncton / Roland Pépin - Campbellton Fermeture de deux écoles, qui a nécessité le transfert des élèves et des employés questionnement de la population. 3 février

Plus en détail

BÂTIMENTS INDUSTRIELS

BÂTIMENTS INDUSTRIELS BÂTIMENTS INDUSTRIELS UNE ADAPTATION NATURELLE AUX BESOINS DE VOTRE ACTIVITÉ Le bois et plus particulièrement les solutions constructives Metsä Wood permettent d envisager en toute simplicité la construction

Plus en détail

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété 1. Caractéristiques et champ d application d une Assurance Immeuble : Existe -t-il une obligation d assurance? Aucun texte

Plus en détail

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance La cie Matériaux de construction BP Canada 08 06 16 13 13 BOIS, PLASTIQUES et MATÉRIAUX COMPOSITES Revêtements structuraux isolants Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance Le R-4 HP de BP

Plus en détail

Histoire de charpente

Histoire de charpente Histoire de charpente Le 15 juin 2012 la restauration de la toiture de l église de Murtin a débuté. Malgré sa hauteur honorable, la grue installée sur la place s est retrouvée bloquée par le coq dominant

Plus en détail

Réussir l'isolation des combles non aménagés

Réussir l'isolation des combles non aménagés Réussir l'isolation des combles non aménagés DES BONS CONSEILS POUR FAIRE SOI-MÊME! 1 Le choix d un isolant En avant-projet, il est recommandé de prendre en considération plusieurs critères, afin de choisir

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange du XVIII ème siècle Localisation : 49260

Plus en détail

LA CHARPENTE. Les principales pièces des charpentes traditionnelles

LA CHARPENTE. Les principales pièces des charpentes traditionnelles Les principales pièces des charpentes traditionnelles La charpente (fig. 5.1 et 5.2) : ensemble de pièces en bois qui portent la couverture. Les charpentes présentent diverses formes et différentes pentes

Plus en détail

La construction en bois (1 ère partie) Congrès annuel de l OIFQ Pavillon Gene H. Kruger, Québec 23 septembre 2010

La construction en bois (1 ère partie) Congrès annuel de l OIFQ Pavillon Gene H. Kruger, Québec 23 septembre 2010 La construction en bois (1 ère partie) Congrès annuel de l OIFQ Pavillon Gene H. Kruger, Québec Christian Dagenais, ing., M.Sc. Conseiller technique Centre d expertise sur la construction commerciale en

Plus en détail

Création d'une véranda. Monsieur et Madame LECAMUS 7 Place Foirals 82190 MIRAMONT DE QUERCY. Cahier des Clauses Techniques Particulières

Création d'une véranda. Monsieur et Madame LECAMUS 7 Place Foirals 82190 MIRAMONT DE QUERCY. Cahier des Clauses Techniques Particulières Monsieur et Madame LECAMUS 7 Place Foirals 82190 MIRAMONT DE QUERCY Cahier des Clauses Techniques Particulières TOUS CORPS D'ETAT ENVELOPPE SOMMAIRE DESCRIPTIF : ELEVATIONS... 4 Coffre : volet roulant...

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

MACONNERIE/GROS OEUVRE

MACONNERIE/GROS OEUVRE GIDE AVANT METRE MACONNERIE/GROS OEVRE MET 2 ORDRE D EXECTION Infrastructure Maçonnerie soubassement : murs, poteaux, poutres, chaînages, enduit d étanchéité, escaliers Maçonnerie superstructure : Dallage

Plus en détail

LOT N 2 CHARPENTE 02.00 SPECIFICATION TECHNIQUE CHARPENTE BOIS...2

LOT N 2 CHARPENTE 02.00 SPECIFICATION TECHNIQUE CHARPENTE BOIS...2 LOT N 2 CHARPENTE 02.00 SPECIFICATION TECHNIQUE CHARPENTE BOIS...2 02.01 PRESCRIPTIONS...2 02.01.01 Prescriptions réglementaires...2 02.01.02 Qualité des bois...2 02.02 NOTE DE CALCULS ET PLANS...2 02.03

Plus en détail

SANDWICH CHEVRONNÉ Détails de mise en œuvre

SANDWICH CHEVRONNÉ Détails de mise en œuvre SANDWICH CHEVRONNÉ Un système de toiture Détail de toiture avec ferme Poinçon Entrait retroussé Échantignolle Panne faîtière Semelle Panne intermédiaire Arbalétrier 2 Détail de toiture avec mur de refend

Plus en détail

Le collège André Malraux à Senones

Le collège André Malraux à Senones Le collège André Malraux à Senones 2 Le collège André Malraux à Senones 4 Le mot du Président du Conseil Général 8 Genèse d un projet 10 Organisation des volumes et fonctions 12 Démarche haute Qualité

Plus en détail

Solutions durables et innovantes pour maisons bois

Solutions durables et innovantes pour maisons bois Concept Solutions durables et innovantes pour maisons bois Des solutions techniques et performantes pour l univers de la construction Construire plus naturellement, c est concevoir des maisons saines et

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR solutions résidentielles en isolation www.greensun.be Greensun: la société Isolez avec Greensun L isolation de votre habitation ou appartement, par l intérieur

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Parois industrielles préfabriquées. Willy Naessens 61

Parois industrielles préfabriquées. Willy Naessens 61 Parois industrielles préfabriquées Willy Naessens 61 Dans le domaine de la préfabrication, les parois préfabriquées en béton offrent une solution efficace pour toutes façades extérieures et cloisonnements

Plus en détail

L assurance dommages-ouvrage

L assurance dommages-ouvrage Vous construisez un bâtiment neuf ou réalisez certains travaux sur un bâtiment existant? Afin de faciliter les indemnisations des maîtres d ouvrage lors de la survenance de sinistres, le législateur (loi

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis?

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis? GUIDE PRATIQUES GUIDE PRATIQUE AUTORISATION TRAVAUX avez-vous le permis? Vous envisagez de faire réaliser des travaux? Attention, de la construction d une maison à la rénovation des combles en passant

Plus en détail

fermacell Newsletter Réalisation d un plafond de piscine avec les plaques Powerpanel H 2 2/2014 I Fermacell Sàrl Suisse

fermacell Newsletter Réalisation d un plafond de piscine avec les plaques Powerpanel H 2 2/2014 I Fermacell Sàrl Suisse fermacell Newsletter 2/2014 I Fermacell Sàrl Suisse Réalisation d un plafond de piscine avec les plaques Powerpanel H 2 O n Powerpanel H 2 O La protection idéale contre l humidité S. 3 n Powerpanel HD

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE MARINADOUR 25 Allées Marines 64100 BAYONNE NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Bâtiment B2 Edition du 27/06/2013 Page 1 sur 9 A/ APPARTEMENTS Gros œuvre : 1) Démolition, nettoyage du terrain. 2) Fondations des

Plus en détail

GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE*

GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE* GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE* BIEN CHOISIR SON PRODUIT : 1 ) Composition d un bloc-porte : Un bloc-porte est composé d une porte (1) associée à une huisserie (ou dormant ou cadre (2)). 2 )

Plus en détail

Emprisonnons la chaleur 7 L isolation des murs

Emprisonnons la chaleur 7 L isolation des murs Emprisonnons la chaleur 7 L isolation des murs 7.1 Isolant soufflé 7.2 Rénovation de l intérieur 7.3 Rénovation de l extérieur 7.4 Endroits divers : garages attenants et autres espaces 7.5 Ajouts et nouvelles

Plus en détail

L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche?

L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche? A S S U R A N C E S L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche? 1. Le contrat Dommages ouvrage (pour les particuliers) 2. La responsabilité décennale (pour les professionnels) 3. Les différentes phases

Plus en détail

REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION

REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION FICHE CONSEIL N 2 REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION (Plaques, carreaux, enduits) Ces préconisations communes des Industriels du plâtre ont pour but d aider l expert mandaté dans son

Plus en détail

Solutions constructives. planchers

Solutions constructives. planchers Solutions constructives planchers Le Groupe Fabemi se positionne comme l industriel français répondant aux besoins horizontaux grâce à son offre de systèmes constructifs complets manuportables. Nos équipes

Plus en détail

Organiser, plannifier

Organiser, plannifier Dossier HABITAT - Organiser, plannifier Organiser, plannifier 010-011 Les métiers et l organisation Situation de départ : Les travaux de la maison vont commencer, qui doit intervenir en premier, comment

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail