LA PATHOLOGIE DU PLANCHER ANCIEN EN BOIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PATHOLOGIE DU PLANCHER ANCIEN EN BOIS"

Transcription

1 COLLEGE NATIONAL DES EXPERTS ARCHITECTES FRANCAIS 142 ème TABLE RONDE NATIONALE TECHNIQUE ET JURIDIQUE LA PATHOLOGIE DU PLANCHER ANCIEN EN BOIS MAISON DE L ARCHITECTURE D ILE DE FRANCE PARIS 06 JUIN H30 à 17H30 INTERVENANTS : Monsieur Christophe ARNION, Ingénieur ETP, responsable du bureau d études Michel BANCON, chargé de cours au Centre d études supérieures d Histoire et de Conservation des Monuments anciens (cours de stabilité des monuments anciens) et à l Ecole supérieure d architecture Paris-Belleville. Monsieur François GRENADE, Architecte, Expert près la Cour d appel de Paris agréé par la Cour de cassation, membre du CNEAF, Maître Anne PUYBARET, Avocat au Barreau de Paris, associée du Cabinet Larrieu. Chahrazad TOMA-VASTRA, Architecte-Expert, Chargée de mission des Tables rondes au CNEAF, accueille les participants et présente les intervenants. Maître Anne PUYBARET Monsieur François GRENADE Monsieur Christophe ARNION Le BUREAU MICHEL BANCON, BET structures dont M. ARNION est le responsable, a réalisé aux côtés d Hervé BAPTISTE, Architecte en chef des monuments historiques, et de Jean-Michel WILMOTTE, Architecte, le chantier du Collège des Bernardins (20 rue de Poissy à PARIS 5 ème ). M. ARNION précise avoir été sensibilisé à l architecture au sein de la section bâtiment de l ESTP. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 1/10

2 INTERVENTION DE M. Christophe ARNION : Il y a deux grandes familles de planchers en bois : les planchers à la française ; les planchers à solives d enchevêtrure. u Les planchers à la française : Utilisés jusqu au XIX ème siècle, ils se caractérisent par un assemblage de poutres porteuses principales portant de façade à façade et de solives transversales reposant sur ces poutres (exemple : place des Vosges à Paris). Les poutres principales sont de forte section (couramment 30x30cm, exceptionnellement 50x50cm) et de portée jusqu à 7 à 8m. Elles sont encastrées dans les trumeaux en maçonnerie. Elles comportent en extrémités des ancres métalliques qui maintiennent l écartement des murs. Les ancres, fixées par des clous forgés, comportent un pli en extrémité qui est engravé dans le bois pour assurer l accrochage et la résistance à la traction, les clous n étant utilisés que pour maintenir l ancre contre la poutre. Lors des rénovations ou des réparations, il est important de maintenir les ancrages qui assurent le contreventement et la stabilité des maçonneries. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 2/10

3 Parfois l extrémité des poutres repose sur un corbeau en pierre ou un sabot en chêne relié à la poutre par un étrier métallique. Le sabot en bois est souvent motivé par la reprise d un encastrement qui a pourri. Traditionnellement, les solives, ont une section carrée (14x14cm ou 15x15cm) ou rectangulaire mais posées à plat. Elles sont généralement disposées à plein pour vide ( 1 ), c est à dire que l espace entre les solives est égal à la largeur des solives. Les solives reposent directement sur les poutres (et sur les murs en extrémités des pièces). Parfois, elles comportent une pièce de bois découpée en crémaillère habillant le repos des solives. Une autre solution employée est le repos sur une lambourde de plancher, pièce de bois rapportée le long d une poutre ou le long d un mur (ce qui évite l encastrement). La lambourde peut être maintenue par des étriers en fer plat qui chevauchent la poutre. La lambourde peut-être placée au nu inférieur des poutres ce qui permet d obtenir des plafonds plats (sans retombée de poutre). La lambourde de plancher le long d un mur repose sur des corbeaux en pierre ou en fer. L utilisation de la lambourde permet de conserver l intégrité du mur et permet en outre de faire des économies en utilisant des solives plus courtes (les bois longs étant rares). Lorsqu il y a une cheminée à foyer ouvert, le solivage est interrompu par un chevêtre, en bois assemblé à tenon et mortaise sur deux solives dites d enchevêtrure, parfois maintenu par des étriers métalliques. Le chevêtre peut être aussi tout en métal (fer plat ou carré) ; il s agit alors généralement d une modification du dispositif d origine. Des armatures métalliques permettent le remplissage au plâtre (bâti parisien) ou en maçonnerie au droit de l âtre. Dans certaines régions, le hourdis incombustible est constitué d un arc en briques surbaissé. Le chevêtre ne doit pas être trop éloigné de l appui des solives d enchevêtrure, afin de ne pas charger ponctuellement ces dernières dans leur partie centrale (limitation du moment fléchissant). Au droit des ouvertures, dans une construction bien conçue, les solives ne sont pas encastrées dans le mur, mais sont assemblées sur un linçoir, sorte de chevêtre qui reporte les charges sur les solives de part et d autre de l ouverture. Parfois, on trouve des solives reposant sur le linteau de fenêtre, qui n est pas toujours dimensionné pour recevoir ces charges ponctuelles et qui fléchit. Sur des constructions de qualité médiocre, on rencontre parfois des solives très espacées (Richelieu). Le remplissage entre les solives est dans certaines régions (Bretagne et Ouest de la France) réalisé par des quenouilles constituées de lattes de bois autour desquelles on enroule de la paille ou du foin mêlé à de l argile ; ces lattes sont posées entre les solives, l ensemble étant revêtu de torchis pour la finition en sous-face. Par endroits, l espace entre les solives est couvert de planches en bois. 1 ) Ou tant plein que vide (Techniques de l Architecture ancienne / Yves-Marie Froidevaux) 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 3/10

4 u Les planchers à solives d enchevêtrure: Ce type de plancher est plus tardif (XVIII ème siècle jusque vers 1850). Il n y a plus de poutres principales de forte section, mais des solives de section < 22x22cm, dites solives d enchevêtrure, portant de mur à mur, et qui portent des chevêtres ou linçoirs de section similaire (20x20 ou 22x22cm), lesquels supportent le solivage traditionnel en bois de section 60x180mm. Les linçoirs sont assemblés à tenon et mortaise sur les solives d enchevêtrure et maintenus par des étriers métalliques. Ils sont décalés de part et d autre afin d éviter d affaiblir les solives d enchevêtrure. Au droit des linçoirs les plus éloignés des murs, le plancher comporte une ou deux solives complémentaires parallèle au linçoir. On trouve parfois des liernes qui sont des bois placés au-dessus des solives et entaillés par dessous pour solidariser les solives et s opposer à leur rotation. Les avantages de ce type de plancher sont principalement économiques : d une part la suppression des bois rectilignes de forte section (poutres principales), et d autre part l utilisation de bois plus courts pour le solivage. Un autre avantage est une épaisseur totale de plancher réduite et sans retombées, ce qui permet des plafonds plats. Le plancher est complété par un enduit en plâtre sur lattis de châtaignier fixé sous les solives. A Paris, il comporte généralement au-dessus une aire en plâtre sur lattis et un revêtement en tommettes, ou un parquet cloué sur lambourdes bloquées au plâtre. Un désordre fréquent propre au système est la rotation des linçoirs, avec parfois une fissuration longitudinale, en raison du fait qu ils ne sont chargés que d un côté. On constate aussi des ruptures de solives d enchevêtrures au droit des assemblages des linçoirs. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 4/10

5 u Désordres : Les planchers anciens sont fréquemment l objet d attaques d insectes à larve xylophage. Sur le chêne, les insectes ne peuvent se nourrir du bois qu après une attaque de champignon. En revanche, si de l aubier a été conservé, il est fréquemment attaqué, sans que l agression se poursuive jusqu au cœur. Quelques exemples de désordres : - un dernier étage en attique, avec une façade en pans de bois reposant sur le plancher en bois ; l étanchéité de la terrasse est mal entretenue ; des infiltrations entraînent le pourrissement des encastrements du plancher. - un plombier, pour passer son réseau de chauffage, a taillé des échancrures en sous-face des solives (fibres tendues), réduisant d autant la section utile de celles-ci. - le tenon d assemblage d une solive sur une poutre sort de son logement par suite d une flexion trop importante. Le bois se déforme avant de rompre ; la contrainte admissible est de l ordre de 1/3 de la contrainte de rupture. Un plancher qui fléchit entraîne souvent un inconfort lié à la souplesse, sans risque de rupture, mais cette souplesse est considérée comme un désordre. Une flèche de 10cm sur une poutre maîtresse de forte portée est encaissée sans problème de stabilité, mais les fortes déformations peuvent toutefois entraîner des ruptures au niveau des assemblages, les tenons sortant de leur mortaise. Une humidification des bois entraîne généralement une reprise de flèche. On constate aussi l ouverture d une fissure longitudinale au niveau du dessous du tenon. La flexion d un plancher a pour conséquence des fissurations dans les enduits (plafonds) et dans les cloisons au niveau supérieur. La démolition de cloisons réputées non porteuses au niveau inférieur peut avoir des conséquences sur le fléchissement du plancher supérieur, ces cloisons participant en réalité au soutien du solivage. Certains désordres sont liés aux réhabilitations qui ne prennent pas suffisamment en compte la déformée des planchers anciens, lorsque la remise à niveau est faite par une chape de béton : 4cm d épaisseur de chape (épaisseur minimale) au droit des appuis de solives peut se traduire par 16cm à mi-portée, ce qui est un apport important de charges propres. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 5/10

6 INTERVENTION DE M. François GRENADE : Dans les litiges de copropriété, l expert ne doit pas négliger l importance de la précision du vocabulaire. François GRENADE renvoie les experts à son article paru dans le n 77 de la REVUE EXPERTS (page 51), intitulé : Les parties communes, les parties privatives et l expert architecte. L expert doit en premier lieu se faire communiquer le règlement de copropriété, et rappeler ce qui est partie commune et ce qui est partie privative. Dans le terme plancher en bois il y a une notion de structure. La structure est toujours partie commune. Un plancher a au moins quatre fonctions : la fonction porteuse, l isolement acoustique, l isolation thermique et la résistance au passage du feu. En fait, le plancher en bois est un sandwich composé de parties communes et de parties privatives : le plâtre sur lattis en sous-face est partie privative, le solivage est partie commune, de même que l aire qui supporte le revêtement de sol, qui est, lui, partie privative Un copropriétaire est en principe libre de modifier ses propres parties privatives. Mais qu est-ce qui est vraiment partie privative? On admet que c est ce qui est à l usage exclusif du copropriétaire. Or, les cloisons sont à l usage exclusif du copropriétaire. Mais démolir une cloison peut entraîner des désordres dans les structures, démolir un plafond ou changer un revêtement de sol a des conséquences sur l isolement acoustique, ou la protection au feu. Par conséquent, la copropriété devrait avoir accès à tous les projets de transformations, y compris des parties privatives, pour pouvoir en apprécier les conséquences. Lors de l expertise de désordres, il faut s intéresser à l ensemble de l immeuble et pas seulement aux seuls désordres. Il faut s intéresser aussi à l historique de l immeuble (dégâts des eaux, transformations antérieures, ). Exemples de désordres : dans un immeuble avec le 5 ème étage en attique, le plancher bas de cet étage s affaisse, ce qui entraîne la fissuration des cloisons. Au 4 ème étage, des travaux ont été réalisés mais aucun désordre n est apparent. Les désordres sont la conséquence de la démolition d une cloison ayant entraîné une flexion du plancher. dans un immeuble de 1899, l acquéreur d un appartement assigne son vendeur en vice caché. Les solives ont été revêtues de plâtre puis peintes en faux bois (!) ; il s agit de travaux privatifs, mais sous le plâtre, le bois des solives, partie commune, est quasiment en poudre. L examen de l appartement du dessus révèle qu il y a des espaces sous les cloisons, signe d une faiblesse de la structure. Le syndicat des copropriétaires invoque des travaux sans autorisation. un copropriétaire entreprend des travaux de remplacement du revêtement de sol à l étage d un immeuble. Surprise, il découvre que, dans le revêtement à démolir (partie privative), passent les conduits électriques de l étage inférieur. Faut-il considérer qu il s agit d une servitude? 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 6/10

7 De la salle : Les conduits de fumées, qui sont à l usage exclusif de chaque propriétaire, sont regroupés dans un ensemble. Les conduits, donc privatifs, traversent les appartements supérieurs jusqu à une souche commune en toiture. Supprimer un conduit a des conséquences sur l ensemble. Me PUYBARET : il convient de se référer au règlement de copropriété. Si l ensemble ne peut être divisé et a un intérêt collectif, c est une partie commune. Dans tous les immeubles anciens à plancher bois, les cloisons sont constituées de colombages bloqués au niveau du sol et sous le plancher haut : ils sont donc de fait porteurs et participent à la stabilité des parties communes. Comment apprécier la flexion admissible d un plancher ancien dont on ne connaît pas la résistance des bois? M. ARNION : On ne peut évidemment tester chacun des bois d un plancher, dont les dimensions sont très variables et dont on ne connaît pas la résistance. Il faut travailler avec des ordres de grandeur, prendre les caractéristiques moyennes et prévoir des marges de sécurité. Il faut tenir compte de l hygrométrie, en fonction de l utilisation des locaux. Dans les pans de bois, le remplissage et l enduit collaborent à la structure. Eliminer les remplissages pour faire un effet esthétique n est pas conseillé ; ces travaux sont très souvent à l origine de graves désordres. INTERVENTION DE Me Anne PUYBARET : La copropriété est régie par la Loi du 10 juillet 1965 : c est elle qui définit les parties privatives et les parties communes. Le principe général est que chacun fait ce qu il veut chez lui à condition de ne pas porter atteinte aux parties communes. En cas de doute sur un ouvrage, l avis de la copropriété doit être sollicité. Les travaux qui touchent aux parties communes doivent obligatoirement être votés en Assemblée Générale, car le syndic n a pas de mandat suffisant pour les autoriser. Toucher aux parties communes sans autorisation est une voie de fait. La sanction est de remettre les lieux dans l état où ils étaient auparavant. Un Arrêt de CC du 18 décembre 2001 conclut qu il faut se référer au règlement de copropriété. Dans une autre procédure ayant abouti à un Arrêt de CC en date du 14 avril 2010, l acquéreur d un appartement attaquait son vendeur en vice caché en raison d un plancher attaqué par des larves xylophages ; or, le fait que le parquet, partie privative, était l objet de cette attaque était indiqué dans l acte de vente. En revanche, l attaque de la structure du plancher, partie commune, ne l était pas. Ce qu il convient d en retenir c est que la Cour se livre à une analyse au cas par cas des litiges qui lui sont soumis et retient dans ce cas d espèce que tous les éléments qui constituent le plancher (dont les éléments porteurs et de remplissage) sont des parties communes et non des parties privatives. Le problème de droit évoqué dans cet Arrêt était subsidiaire. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 7/10

8 INTERVENTION DE M. Christophe ARNION : Pour la reprise et le renforcement des planchers anciens en bois, une possibilité est la technique des planchers collaborants : l amélioration de la capacité portante du plancher est obtenue par association des solives existantes et d une table de compression rapportée en bois : sur les solives sont placées des rehausses en bois et résine, avec des connecteurs métalliques, et un platelage en panneaux de bois de type KERTO (panneaux lamifiés en placages d épicéa) ou équivalent termine le plancher. la table de compression peut aussi être en béton armé : la solution consiste à remplir les espaces entre solives de blocs de polystyrène arrondis en partie supérieure et dépassant de plusieurs centimètres le dessus des solives. Une dallette de béton armé est ensuite coulée, le béton formant poutrelles au droit de chaque solive. la solution employée au musée de Cassel consiste à placer des panneaux OSB de 20mm entre les poutres, puis un polystyrène expansé de 50mm, et enfin de couler une dalle de béton armé de 80mm, avec connecteurs métalliques au droit des poutres. une solution plus courante, mais respectant moins le caractère ancien, est la pose de profilés métalliques qui moisent les poutres, avec boulonnage des profilés entre eux (les profilés n étant pas nécessairement ancrés dans les murs à leurs extrémités). Un béton armé est ensuite coulé sur un bac acier. la solution résine (RENOFORS ou TAC) consiste à coffrer une résine au-dessus des poutres, avec broches dans la poutre et les solives. Il convient de signaler que la résine fond à la chaleur et donc que la stabilité au feu de la réparation peut ne pas être satisfaisante. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 8/10

9 De la salle : Les règlements de copropriété parlent de l architecte de la copropriété, mais on a plutôt besoin d un ingénieur pour ces problèmes de structure. Me PUYBARET et M. GRENADE : La consultation de l architecte de la copropriété oblige effectivement parfois celui-ci à se faire assister par un ingénieur. C est à lui d apprécier et de ne pas outrepasser sa mission. On cite le cas d un plancher qui était descendu de 10cm suite à un encastrement de poutre pourri, lequel avait été dissimulé par un lambris. La procédure en vice caché de l acquéreur a entraîné une expertise à l occasion de laquelle il a pu être découvert sur une ancienne photo de famille que le lambris avait bien été posé par le vendeur, et donc que le désordre était apparent pour lui. Mais l acquéreur a quand même été débouté. Me PUYBARET : Pour obtenir gain de cause, il aurait fallu prouver qu il y avait volonté de dissimulation. INTERVENTION DE Me Anne PUYBARET : La responsabilité du diagnostiqueur ou du maître d œuvre est fonction de la mission qui lui a été confiée. Il est rarement possible de tout démonter lors d un diagnostic et il convient de rédiger le contrat avec soin. Sur les travaux neufs, il y a présomption de responsabilité du maître d œuvre, mais en matière de travaux sur de l ancien, c est la responsabilité contractuelle ou délictuelle qui est recherchée. De la salle : Si un copropriétaire veut faire des travaux qui concernent les parties communes, et qu il demande l avis de la copropriété, mais que l Assemblée Générale des copropriétaires ne peut statuer, faute de quorum, que se passe-t-il? Me PUYBARET : le copropriétaire peut saisir la Justice, ce qui peut être long avant d obtenir une décision, mais il ne doit en aucun cas passer outre. M. GRENADE : en cas de travaux, il faut toujours faire un constat préventif chez les voisins, constat de préférence contradictoire entre techniciens et en présence de l entreprise chargée des travaux. De la salle : Un propriétaire décide d abattre une cloison et en obtient l accord de la copropriété, mais cela provoque un affaissement du plancher et la copropriété engage des travaux de renforcement d une poutre, travaux qui entraînent des désordres beaucoup plus importants dans les autres appartements. D où l importance des diagnostics préalables, mais ceux-ci ne sont pas toujours possibles dans tout l immeuble. 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 9/10

10 M. ARNION : On peut renforcer un plancher par le dessous ou par le dessus, mais cela peut mettre en cause le voisin qui n est pas toujours d accord pour subir des travaux qu il n a pas demandés. Et pourtant, parfois la solution aux désordres est moins chère en travaillant chez le voisin, même s il faut refaire les embellissements ensuite. M. GRENADE : Le règlement de copropriété prévoit que chaque copropriétaire est obligé de subir, sans dédommagement, même à l intérieur de son logement, les conséquences de travaux sur les parties communes décidés par l AG (le remplacement d une chute d eaux usées ou d une conduite d alimentation générale, par exemple). C est l intérêt général qui prévaut. Le temps disponible étant écoulé, Chahrazad TOMA-VASTRA remercie les intervenants et l assistance et les invite à la prochaine table ronde qui aura lieu le 27 septembre rédaction et croquis de Jean-Marc DHOUAILLY photographies de Chahrazad TOMA VASTRA et Michel JEMMING PROCHAINE TRNTJ : Le vendredi 27 septembre 2013 ACCESSIBILITÉ OBLIGATIONS DEROGATIONS CONSEILS AUX ARCHITECTES ET AUX EXPERTS 142 TRNTJ du CNEAF / 06 juin 2013/ la pathologie du plancher en bois 10/10

LES PLANCHERS. Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le emt en place, se déforme.

LES PLANCHERS. Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le emt en place, se déforme. LES PLANCHERS Introduction - Charges supportées par les planchers -Poids propre -Revêtement -Cloisons -Exploitation Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le

Plus en détail

Modulation de construction et préfabrication

Modulation de construction et préfabrication Chapitre 5 : LES COMPOSANTS PREFABRIQUES EN BETON POUR LE BATIMENT Les composants préfabriqués pour le bâtiment seront divisés en 2 grandes catégories : Les composants linéaires (pieux, poteaux, poutres

Plus en détail

Façades en pan de bois ou à ossature métallique

Façades en pan de bois ou à ossature métallique FICHE TECHNIQUE Façades en pan de bois ou à ossature métallique 2 4 5 CONNAÎTRE > L ossature > Le remplissage des murs de façades > Le remplissage des murs et cloisons intérieurs REGARDER > Reconnaître

Plus en détail

C3 Plancher en bois avec support de sol coulé

C3 Plancher en bois avec support de sol coulé Arts de bâtir: Pays: C3 Plancher en bois avec support de sol coulé France PRÉSENTATION Emprise Géographique Définition Plancher bois avec support de sol coulé - Structure porteuse en poutres et/ou solives

Plus en détail

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution 57 P.2.0.8 Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution Les prescriptions de pose et les détails d exécution repris dans cette documentation sont

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

Murs poutres & planchers

Murs poutres & planchers Murs poutres & planchers Henri RENAUD Deuxième édition Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6 8. Structure porteuse : murs, planchers, charpente Eléments porteurs ou de liaisons qui contribuent

Plus en détail

C9 Charpentes assemblées triangulées

C9 Charpentes assemblées triangulées Arts de bâtir: Pays: C9 Charpentes assemblées triangulées Liban PRÉSENTATION Emprise Géographique Définition Charpentes assemblées, triangulées - Structure réalisé en bois de section, d élancement et de

Plus en détail

Rénovation Plancher d étage Marseille 5eme

Rénovation Plancher d étage Marseille 5eme Rénovation Plancher d étage Marseille 5eme Objet des travaux Rénovation d un plancher d étage en bois de 34 m 2 (6,5 x 5,83 m) dans une maison de ville située dans le 5 eme arrondissement de Marseille.

Plus en détail

Le Seacbois L E S E A C B O I S. Seacbois

Le Seacbois L E S E A C B O I S. Seacbois Le L E S E A C B O I S Chapitre I : Chapitre II : Chapitre III : Chapitre IV : CARACTERISTIQUES GENERALES POSSIBILITES DE MONTAGE LA MISE EN OEUVRE LIMITES DE PORTEE 35 Le C H A P I T R E I : CARACTERISTIQUES

Plus en détail

LES PLANCHERS. Les planchers préfabriqués et les dallages

LES PLANCHERS. Les planchers préfabriqués et les dallages Les planchers préfabriqués et les dallages fig. 4.1 désignations des planchers Le plancher : ouvrage horizontal constituant une séparation entre deux niveaux d une habitation. Selon les matériaux employés

Plus en détail

C1 Plancher en bois avec support de sol cloué, assemblé

C1 Plancher en bois avec support de sol cloué, assemblé Arts de bâtir: Pays: C1 Plancher en bois avec support de sol cloué, assemblé France PRÉSENTATION Emprise Géographique Définition Plancher en bois avec support de sol bois cloué, assemblé... - Structure

Plus en détail

5 LES PLANCHERS. les modes de vibration en cas de charges dynamiques.

5 LES PLANCHERS. les modes de vibration en cas de charges dynamiques. 5 LES PLANCHERS Les planchers ont pour rôle structurel de transmettre les charges et surcharges de fonctionnement du bâtiment aux éléments principaux de l ossature. Ils participent aussi à la stabilité

Plus en détail

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

DALLES COFFRANTES ISOLANTES POUR CONSTRUCTION PASSIVE ET POSITIVE

DALLES COFFRANTES ISOLANTES POUR CONSTRUCTION PASSIVE ET POSITIVE ISOLATION THERMIQUE EXCEPTIONNELLE Leader des matériaux de construction à haute performance BARRIÈRE THERMIQUE SIMPLICITÉ DE POSE SURCHARGE JUSQU À 1 000 KG / M 2 ET + PORTÉE LIBRE DE 8 M ET + ÉTUDES ET

Plus en détail

LES DIFFERENTS PLANCHERS

LES DIFFERENTS PLANCHERS LES DIFFERENTS PLANCHERS 1. FONCTIONS: 1.1. Stabilité mécanique : Les planchers sont calculés pour supporter les charges et les transmettre aux éléments porteurs sur les lesquels ils reposent (poutres,

Plus en détail

Nombre de colis / palette. Nombre de pièces/ palette

Nombre de colis / palette. Nombre de pièces/ palette mb rock Panneau rigide avec un bord flexible et disponible en 4 largeurs qui s adapte parfaitement aux espaces courants entre montants sans découpe Echelle de densité + le + produit : bord flexible, largeur

Plus en détail

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP.

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP. IDE A LA REDACTION D UN CCTP: Prescriptions particulières TOITURES Allotissement S 26/07/2013 REAMBULE Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un

Plus en détail

Conforme à la norme NF P 03-200

Conforme à la norme NF P 03-200 Cabinet François GUYOT Expert près la cour d appel de Rennes Cabinet François GUYOT DIAGNOSTICS IMMOBILIERS 53 rue Georges Clemenceau 35400 SAINT MALO Tél : 02 99 21 30 21 / Fax : 02 99 21 31 72 E-mail

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Une panoplie de matériaux naturels, un ensemble de technique traditionnelles au service d une maison vivante contemporaine et pourtant séculaire.

Une panoplie de matériaux naturels, un ensemble de technique traditionnelles au service d une maison vivante contemporaine et pourtant séculaire. Les fiches travaux 1 Une panoplie de matériaux naturels, un ensemble de technique traditionnelles au service d une maison vivante contemporaine et pourtant séculaire. Ces fiches couvrent les modes de chauffage,

Plus en détail

LE BOIS, UN MATÉRIAU D UNE SOUPLESSE EXTRAORDINAIRE

LE BOIS, UN MATÉRIAU D UNE SOUPLESSE EXTRAORDINAIRE II Le toit / Leçon 4 : La charpente 19. Voir Leçon 5. 20. Pour les solins, voir p. 38. LE BOIS, UN MATÉRIAU D UNE SOUPLESSE EXTRAORDINAIRE On s alarme souvent de la courbe d un arbalétrier ou d un entrait

Plus en détail

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES N o TJ-9500F GUIDE DU RÉDACTEUR DE DEVIS LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES EST DU CANADA Comprend les produits Trus Joist MD TimberStrand MD LSL, Microllam MD LVL et Parallam MD PSL Qualité constante et rendement

Plus en détail

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail

Rapport de Diagnostic Technique de l état physique. «Le Moulin à Farine à Trèbes»

Rapport de Diagnostic Technique de l état physique. «Le Moulin à Farine à Trèbes» Référence dossier : B0903020 Rapport de Diagnostic Technique de l état physique «Le Moulin à Farine à Trèbes» Maître d ouvrage Voies Navigables de France Direction Interrégionale de VNF Sud Ouest Subdivision

Plus en détail

SARL Construction Dubois Descriptif 27/03/2008 C.C.T.P.

SARL Construction Dubois Descriptif 27/03/2008 C.C.T.P. SARL Construction Dubois 3, Rue de la Charpente 93100 Montreuil sous Bois Tél: 01.41.72.11.55 Fax: 01.41.72.11.50 construction.dubois@a-doc.com C.C.T.P. Affaire N : 123/20-2008 Opération : - Edité le :

Plus en détail

ETAT DU BÂTIMENT RELATIF A LA PRESENCE DE TERMITES AVANT TRAVAUX

ETAT DU BÂTIMENT RELATIF A LA PRESENCE DE TERMITES AVANT TRAVAUX ETAT DU BÂTIMENT RELATIF A LA PRESENCE DE TERMITES AVANT TRAVAUX Textes législatifs, réglementaires et normatifs : Articles législatifs : L 133-5, L133-6, L. 271-4 à L. 271-6. Articles réglementaires :

Plus en détail

Lecture de plan bâtiment. Mai 2010

Lecture de plan bâtiment. Mai 2010 Lecture de plan bâtiment Mai 2010 Représentation des volumes Du volume au plan... Plusieurs vues sont nécessaires pour comprendre et représenter une construction! Introduction La lecture de plan de bâtiment,

Plus en détail

Produit Br eveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond

Produit Br eveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond Produit Breveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond Toiture-Terrasse Combles Sous-toiture Haut d étage Haut

Plus en détail

AUDIT DES PLANCHERS EXISTANTS

AUDIT DES PLANCHERS EXISTANTS Nice la Plaine 1 - Bt A3 RN 202 - Iscles des Arboras 06200 NICE Téléphone : 04 92 29 60 60 Télécopie : 04 93 83 83 36 Réf. client : NCA : /07 FT/FT MAIRIE DE NICE Direction des Bâtiments Communaux Service

Plus en détail

Cours 2. La structure porteuse d un bâtiment. 1 - Les fondations. 2 - Les porteurs verticaux. 3 - Les porteurs horizontaux

Cours 2. La structure porteuse d un bâtiment. 1 - Les fondations. 2 - Les porteurs verticaux. 3 - Les porteurs horizontaux La structure porteuse d un bâtiment 1 - Les fondations 2 - Les porteurs verticaux 3 - Les porteurs horizontaux 1) Les Fondations 1-1) Fonctions, définitions Les fondations d un ouvrage sont les éléments

Plus en détail

Réhabilitation éco-responsable d une maison de pêcheur

Réhabilitation éco-responsable d une maison de pêcheur Aménagement - Décoration Réhabilitation éco-responsable d une maison de pêcheur Réhabilitation en tenant compte de considérations écologiques et environnementales. Tant aux étapes de la construction (tri

Plus en détail

N LOT HT % TVA TVA TTC

N LOT HT % TVA TVA TTC N LOT HT % TVA TVA TTC 01 Administration - 19,6% - - 02 Gros-Oeuvre - 19,6% - - 03 Structure bois - 19,6% - - 04 Habillages et bardages - 19,6% - - 05 Terrasses bois - 19,6% - - 06 Couverture étanchéité

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES 1 INTRODUCTION AU PRODUIT 3 QUALITE PROFILS 4 CARACTERISTIQUES TECHNIQUES 9 TABLEAU DE PRE-DIMENSIONNEMENT 10 2 INTRODUCTION AU PRODUIT DESCRIPTION Les

Plus en détail

Dalles alvéolées en béton précontraint. Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle!

Dalles alvéolées en béton précontraint. Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle! Dalles alvéolées en béton précontraint Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle! 1. Généralités Les planchers en béton, appelés hourdis, sont aujourd hui devenus des

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 14

Rapport action tuffeau. CAHIER n 14 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 14 Maison de bourg Langeais Figure 1-1 : Façade Nord/Ouest Date de visite : 22

Plus en détail

SYSTEME CONSTRUCTIF FINNFRAME

SYSTEME CONSTRUCTIF FINNFRAME SYSTEME CONSTRUCTIF FINNFRAME LES COMPOSANTS EMPLOYÉS DANS LE SYTÈME FINNFRAME KERTO Le Kerto est le produit d ingénierie bois le plus performant pour la structure. C est un Lamibois (LVL) formé de placages

Plus en détail

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD SOLUTIONS POUR LE PLANCHER SOLUTIONS POUR LA TOITURE LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD TimberStrand MD LSL, Parallam MD PSL, Microllam MD LVL, ainsi que la nouvelle poutre TimberStrand MD LSL

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

longe l angle nord-ouest du site.

longe l angle nord-ouest du site. Villa Rotonda Goirle, Pays-Bas Architectes : Bedaux de Brouwer Architecten (Pieter Bedaux, Thomas Bedaux, Koen de Witte, Kees Paulussen, Rien Lagerwerf et Cees de Rooij) Maître d ouvrage : particulier

Plus en détail

Le Plancher Léger Thermo-Acoustique

Le Plancher Léger Thermo-Acoustique - P L T A -S e a c b o i s Le Plancher Léger Thermo-Acoustique Chapitre I : Les solutions thermiques et acoustiques Chapitre II : Les avantages du - 48 Les Solutions du - C H A P I T R E I : SOLUTIONS

Plus en détail

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Introduction Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Approche globale à l Échelle d un bâtiment Exemple : réflexion sur

Plus en détail

Diagnostic de la tenue au feu des structures. Date : 13 Juillet 2012

Diagnostic de la tenue au feu des structures. Date : 13 Juillet 2012 Réaménagement et Mise en sécurité incendie du bâtiment B du Centre de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelles de Villiers-sur-Marne Adresse du projet : 6,8 rue Maître d Ouvrage : Assistance Maître

Plus en détail

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES PLANCHERS LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES L ISOLATION THERMIQUE DES PLANCHERS DANS LE CONTEXTE DU BÂTIMENT EXISTANT

Plus en détail

Rapport n 2014/10/3376

Rapport n 2014/10/3376 Cabinet Pierrick BIZIEN S.A.R.L Expertises et diagnostics immobiliers Tél : 02 99 19 01 59 Port. : 06 30 70 05 71 Fax : 02 99 82 25 31 e-mail : cabinet.pierrickbizien@orange.fr Constat de l'état parasitaire

Plus en détail

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste oau pied du MUR La maison ancienne Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste Groupe Eyrolles, 2003-2006 Groupe Eyrolles, 2012, pour la nouvelle

Plus en détail

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

I) - HABITATIO S A) ISOLATIO I TERIEURE 1) COMBLES. a) - sous les rampants: Généralités

I) - HABITATIO S A) ISOLATIO I TERIEURE 1) COMBLES. a) - sous les rampants: Généralités I) - HABITATIO S A) ISOLATIO I TERIEURE 1) COMBLES a) - sous les rampants: Généralités Comme pour tous les isolants, il faut ménager une lame d air depuis la panne faîtière jusqu à la jonction entre les

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION INCENDIE

NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION INCENDIE Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION

Plus en détail

ISOLER LE PLANCHER DU GRENIER

ISOLER LE PLANCHER DU GRENIER Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LE PLANCHER

Plus en détail

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations...

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations... CONSTRUIRE EN BÉTON CELLULAIRE 1. Le béton cellulaire et son environnement Présentation du béton cellulaire.............................................................. 14 Historique......................................................................................

Plus en détail

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Détails 1. Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Crochet type mur sec Mortier Membrane d'étanchéite Chaînage béton Brique

Plus en détail

Réhabilitation de bâtiments anciens

Réhabilitation de bâtiments anciens Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars Réhabilitation de bâtiments anciens Remplacer un plancher en bois existant par une dalle massive 1 Introduction Dans les constructions anciennes la plupart

Plus en détail

Créer ou rénover un plafond

Créer ou rénover un plafond Plafonds Novembre 2004 Code : F3820 Photo : Nomades. Créer ou rénover un plafond Plafonds suspendus Placostil, Plafonds enduits au plâtre Perfoplaque Vous voulez : remettre à neuf un plafond abîmé, réduire

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 12

Rapport action tuffeau. CAHIER n 12 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 12 Maison de maître Forges Figure 1-1 : Façade Ouest Forges Date de visite : 22

Plus en détail

Guide Pratique. Construction d une cheminée. 2 e ÉDITION. Âtres, appareils à foyer ouvert et inserts Conduits maçonnés et métalliques

Guide Pratique. Construction d une cheminée. 2 e ÉDITION. Âtres, appareils à foyer ouvert et inserts Conduits maçonnés et métalliques Guide Pratique Construction d une cheminée Âtres, appareils à foyer ouvert et inserts Conduits maçonnés et métalliques En application des normes NF DTU 24.1 et 24.2 2 e ÉDITION SOMMAIRE Définition de l

Plus en détail

Le Guide Dégât des eaux

Le Guide Dégât des eaux Les fiches pratiques Oralia Fiche N 019 Edition Juin 2011 Le Guide Dégât des eaux Qu est-ce qu un dégât des eaux p. 1 Que faire après un dégât des eaux p. 2 La recherche de fuite p. 2 La convention CIDRE

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

ATELIER D ARCHITECTURE JCBA Sarl

ATELIER D ARCHITECTURE JCBA Sarl ATELIER D ARCHITECTURE JCBA Sarl 22, RUE LA FAYETTE 67100 STRASBOURG TEL : 03.88.43.35.74 MEL : contact@jcba.fr Objet : Projet de réhabilitation d'un immeuble situé aux n 28, 30 et 31 rue Dietrich à OBERNAI.

Plus en détail

La réglementation thermique 2012

La réglementation thermique 2012 La réglementation r thermique 2012 LES SOLUTIONS SEAC 11 SOLUTIONS POUR LA MAISON INDIVIDUELLE 21 Vide sanitaire le hourdis polystyrène avec languette Pour répondre aux exigences de la RT 2012, nous avons

Plus en détail

1.2 Paroi en briques d argile.

1.2 Paroi en briques d argile. 1.2 Paroi en briques d argile. Composant du mur Epaisseurs Références CLAYTEC! Maçonneries E = 11,5 à 49 cm 07.002, autres " Paroi extérieure E = 10 cm --- Des parois en briques d argile sont construites

Plus en détail

Formations courtes et modulaires

Formations courtes et modulaires Noria et Compagnie Centre de formation professionnelle à l'éco-construction n 7 rue de la Vilaine 44460 St Nicolas de Redon www.noria-cie.com Coordinateur : Samuel Dugelay 06 30 41 33 21 / makjo@makjo.com

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 La rénovation acoustique des immeubles existants Mathias Meisser 103, avenue Philippe Auguste, 75011 Paris, meisser@neuf.fr Présentation de nombreux

Plus en détail

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Demande de démolition 106, rue Rose de Lima Comité de démolition du 26 janvier 2010 1 Ville

Plus en détail

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale.

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale. Pièces constitutives d une charpente Charpente traditionnelle Structure principale Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire 2 1 5 4 3 1 - Panne 2 - Panne faitière 3 - Sablière 4 - Chevron

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

B1 Cahiers des charges

B1 Cahiers des charges B1 Cahiers des charges B1 cahiers des charges 35 B.1 Cahiers des charges Ce chapitre contient les cahiers des charges. Pour plus d informations, nous réfèrons au paragraphe B.3. Mise en oeuvre et B.4 Détails

Plus en détail

DALLES ELEMENTS DE COURS

DALLES ELEMENTS DE COURS CESFA BTP CAO - DAO DALLES ELEENTS DE COURS Contenu : Calcul des actions et des sollicitations Règles de calcul et dimensionnement des dalles Dispositions constructives Page 1 Nous ne traiterons dans ce

Plus en détail

Aménagement des combles

Aménagement des combles FICHE TECHNIQUE Aménagement des combles 2 2 DESCRIPTION, FONCTIONS DES COMBLES LE PROJET D AMÉNAGEMENT DES COMBLES > Autorisations administratives > Type de charpente > Plancher > Accessibilité > Isolation

Plus en détail

Travaux d étanchéité des toitures-terrasses

Travaux d étanchéité des toitures-terrasses Fiche Prévention - F1 F 04 11 Travaux d étanchéité des toitures-terrasses Les étancheurs travaillant le plus souvent en hauteur, il est nécessaire d installer des protections collectives provisoires contre

Plus en détail

Un projet de construction est une maison individuelle, un bâtiment administratif, un immeuble, une rénovation,

Un projet de construction est une maison individuelle, un bâtiment administratif, un immeuble, une rénovation, SYNTHESE PLANS DE BATIMENTS Feuille 1/12 I. INTRODUCTION Un projet de construction est une maison individuelle, un bâtiment administratif, un immeuble, une rénovation, une usine, un bâtiment agricole ou

Plus en détail

Immeuble collectif AQC

Immeuble collectif AQC AQC Immeuble collectif Comment bien utiliser votre assurance construction «Dommages-Ouvrage»? Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité

Plus en détail

www.integraspec.com LES QUESTIONS SOUVENT POSÉES : 1. C est quoi le COFFRAGE ISOLANT? 3. Quelle est la plus value d utiliser IntegraSpec?

www.integraspec.com LES QUESTIONS SOUVENT POSÉES : 1. C est quoi le COFFRAGE ISOLANT? 3. Quelle est la plus value d utiliser IntegraSpec? www.integraspec.com LES QUESTIONS SOUVENT POSÉES : 1. C est quoi le COFFRAGE ISOLANT? 2. Quels sont les autres bénéfices? 3. Quelle est la plus value d utiliser IntegraSpec? 4. Les maisons faites avec

Plus en détail

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO NERGALTO, NERLAT, GALTO Facilité d emploi, Adaptabilité, Performance Les lattis métalliques nervurés NERLAT et NERGALTO sont la solution LATTIS adoptée par les

Plus en détail

Les matériaux sains. sommaire A. Introduction

Les matériaux sains. sommaire A. Introduction sommaire A. Introduction confort thermique considérations murs cycle de vie énergie grise B. Matériaux de construction Le bois La terre La maçonnerie à joint mince C. Matériaux d isolation isolation répartie

Plus en détail

PLANCHERS FINNFRAME. Guide d installation

PLANCHERS FINNFRAME. Guide d installation PLANCHERS FINNFRAME Guide d installation SOMMAIRE MATÉRIAUX À METTRE EN ŒUVRE...04 OUTILLAGE NÉCESSAIRE...08 LE PLANCHER FINNFRAME EN 7 ÉTAPES...09 REPÉRER LE NIVEAU DU PLANCHER...12 MISE EN PLACE DES

Plus en détail

Le Seacbois LE SEACBOIS. Seacbois

Le Seacbois LE SEACBOIS. Seacbois Le LE SEACBOIS Chapitre I : Chapitre II : Chapitre III : Chapitre IV : CARACTERISTIQUES GENERALES POSSIBILITES DE MONTAGE LA MISE EN OEUVRE LIMITES DE PORTEE 35 Le C H A P I T R E I : CARACTERISTIQUES

Plus en détail

GCI-215 Charpentes métalliques I Hiver 2010 Projet de session Mardi 2 février 2010. Contexte général

GCI-215 Charpentes métalliques I Hiver 2010 Projet de session Mardi 2 février 2010. Contexte général GCI-215 Charpentes métalliques I Hiver 2010 Projet de session Mardi 2 février 2010 Contexte général Suite à de récents développements dans une municipalité du Québec, une grande compagnie de vente au détail

Plus en détail

CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS.

CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS. FICHE CONSEIL N 9 CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS. Ce document précise les dispositions constructives des cloisons et contre-cloisons en plaques

Plus en détail

INTRODUCTION DU PLANCHER SLIMLINE

INTRODUCTION DU PLANCHER SLIMLINE PLANCHER D ETAGE Introduction Le système constructif de plancher SLIMLINE est une combinaison unique de panneaux pour plafond préfabriqués, d un espace technique et d un plancher en finition. Ce système

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

Guide de mise en œuvre

Guide de mise en œuvre Guide de mise en œuvre Isolants vrac Isolation par soufflage des combles perdues Isonat Cotonwool Isonat Fibernat Références normatives et règles de l art : Le produit se pose conformément aux règles de

Plus en détail

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70 ArcelorMittal Construction Belgium Arval Plancher collaborant Cofrastra 7 PANCHERS COABORANTS COFRASTRA 7 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES Face prélaquée d Épaisseur de la dalle de à cm 7 8 96 7 7 APPICATIONS

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.0 Exercices d application 12.0.1 Structuration du chapitre 12.0.2 Bâtiment «Emphytehome» à Genève Version 1.0 12.0.1 Structuration

Plus en détail

10 maisons. énergie Faut-il changer de fournisseur? à découvrir des propriétaires témoignent. clé sur porte

10 maisons. énergie Faut-il changer de fournisseur? à découvrir des propriétaires témoignent. clé sur porte Octobre 2012 3,0 N 1 en Belgique - 31e année - N 283 énergie Faut-il changer de fournisseur? Comparons les prix à Bruxelles et dans villes wallones nouvelle FORMULE chauffage Le lexique incontournable

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

Plafonds Placostil sur montants Montage standard

Plafonds Placostil sur montants Montage standard A01 Plafonds sur ossature métallique Placostil Plafonds Placostil sur montants Montage standard Travaux préparatoires et dispositions générales Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions

Plus en détail

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LE SOL AU-DESSUS

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 9

Rapport action tuffeau. CAHIER n 9 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 9 Maison troglodyte Villaines les rochers Figure 1 1 : façade sud : Ancienne boulangerie

Plus en détail

Pathologie des constructions

Pathologie des constructions CENTRE UNIVERSITAIRE D AIN-TEMOUCHENT BP N 284 RP AIN-TEMOUCHENT, 46000- ALGERIE Institut des Sciences et de la technologie Département des Sciences fondamentales, appliquées et de la technologie Pathologie

Plus en détail

réaménagement des locaux de la maison de l'emploi Fred PETR architectes LOT CL - Page n 1 / 6

réaménagement des locaux de la maison de l'emploi Fred PETR architectes LOT CL - Page n 1 / 6 réaménagement des locaux de la maison de l'emploi Fred PETR architectes LOT CL - Page n 1 / 6 LOT N 4 CLOISONS - PLAFONDS Sommaire Chapitre I - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES...2 Chapitre II -

Plus en détail

m ieux construire sur lattes de bois, appliqué directement sur la face des blocs de béton.

m ieux construire sur lattes de bois, appliqué directement sur la face des blocs de béton. m ieux construire Reconstruction du mur de brique et rénovation générale du bâtiment de Montréal (Québec) ÉTUDE DE CAS NUMÉRO 26 3 étages Introduction Au cours de l hiver 2000-2001, un bâtiment de 30 étages

Plus en détail

Mezzanines & Passerelles

Mezzanines & Passerelles AMENAGEMENT Mezzanines & Passerelles Le recours aux mezzanines, de plus en plus fréquent dans l architecture contemporaine, est le signe évident d une recherche d ouverture. La maison n est plus entièrement

Plus en détail

INBTP-PROJET ARCH-LEÇON_007

INBTP-PROJET ARCH-LEÇON_007 C.I.B. INBTP-PROJET ARCH-LEÇON_007 1 PROGRAMME LEÇONS LEÇON_001 [T] Présentation L Architecture Tropicale LEÇON_002 [T] La maison unifamiliale LEÇON_003 [T] La maison en bande LEÇON_004 [T] L immeuble

Plus en détail

Yves Baret Traiter l humidité

Yves Baret Traiter l humidité Yves Baret Traiter l humidité 2 e édition, 2011 Groupe Eyrolles, 2007-2011 ISBN 13 : 978-2-212-13223-6 II Manifestations et effets de l humidité / Les conséquences de l humidité Le bois en œuvre craint

Plus en détail