AUDIT DES PLANCHERS EXISTANTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUDIT DES PLANCHERS EXISTANTS"

Transcription

1 Nice la Plaine 1 - Bt A3 RN Iscles des Arboras NICE Téléphone : Télécopie : Réf. client : NCA : /07 FT/FT MAIRIE DE NICE Direction des Bâtiments Communaux Service Sports et Culture Division Culture 59, rue Beaumont NICE CEDEX 4 Rapport N SGO /1/1 Mission : Audit plancher A l'attention de Monsieur André DOMINICI Copie : / Rapport établi par : Frédéric TRUNTSCHKA Nice, le mercredi 26 septembre 2007 AUDIT DES PLANCHERS EXISTANTS ŒUVRE DE LA FOURMI 2, PLACE WILSON 3, RUE FONCET NICE (Indice 2) Ce rapport comporte 49 pages dont 1 page de garde Le Chargé d affaire Frédéric TRUNTSCHKA Siège social : 17 bis, place des Reflets - La Défense COURBEVOIE Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de Euros - RCS Nanterre B

2 SOMMAIRE 1. OBJET DESCRIPTION SOMMAIRE DE L OUVRAGE ET DE LA STRUCTURE DOCUMENTS REMIS REPERAGE DE ZONES ET FILES DE PLANCHERS SUR SOUS-SOL PLANCHER BOIS ZONE 1 DE L AIRE D ACCUEIL ET TRI PLANCHERS BOIS ZONE 2 DU LOCAL POUBELLE ET DE LA SALLE DE DECOUPE PLANCHER BOIS AVEC CHAPE ZONE 3 DU LOCAL BUREAU 1 ET CUISINE PLANCHER BOIS AVEC DALLE BETON ZONE 4 DU LOCAL SALLE DE COUTURE PLANCHER BOIS AVEC CHAPE ZONE 5 DU LOCAL BUREAU 3 ET SALLE DE TRAVAIL PLANCHER BOIS AVEC CHAPE ZONE 6 DU LOCAL BUREAU REPERAGE DE ZONES DE PLAFONDS SUR RDC PLAFOND ZONE 7 SUR TRI ACCEUIL / LOCAL POUBELLE / SALLE DE DECOUPE PLAFOND ZONE 8 SUR SALLE DE COUTURE PLAFOND ZONE 9 SUR SANITAIRES / BUREAU / CUISINE / CIRCULATION PLAFOND ZONE 10 SUR BUREAU / SALLE DE TRAVAIL SONDAGES REALISES DIVERS CONCLUSIONS ANNEXE PHOTOGRAPHIQUES VUE GENERALE DE L ETABLISSEMENT PLACE WILSON VUE GENERALE DE L ETABLISSEMENT RUE FONCET POTEAU METALLIQUE FILE 1/B DE LA ZONE POTEAU METALLIQUE FILE 1/B DE LA ZONE SUPPORT DE TRAPPE ZONE 1 DE PLANCHER CONSTITUTION TRAPPE ZONE 1 DE PLANCHER SCELLEMENT CORNIERE SUPPORT DE TRAPPE DE LA ZONE 1 DE PLANCHER SOLIVE PORTEUSE ET PLANCHE DE LA ZONE 1 EN LIMITE DE LA ZONE BETON SOUS SANITAIRES SOLIVE PORTEUSE DE LE LA ZONE 1 DE PLANCHER RECOUPEMENT CENTRAL DU PLANCHER DE LA ZONE PROFILE SUR APPUI DE RIVE DE PLANCHER DE LA ZONE PLANCHE DE 27 MM SUR ZONE 3 DE PLANCHER SOLIVE DISCONTINUE SUR ZONE 3 DE PLANCHER AVEC RABOUTTAGE BIAIS GRAVATS DANS FAUX PLAFOND DE LA ZONE 3 DE PLANCHER GRAVATS DANS FAUX PLAFOND DE LA ZONE 3 DE PLANCHER PROFIL METALLIQUE I A PLAT ENTAILLANT LA SOLIVE DE LA ZONE SOLIVE SUR POTEAU DE LA ZONE 3 DE PLANCHER SOLIVES DE LA ZONE 4 DE PLANCHER EN COULOIR DES CAVES POUTRE COFFREE SUR LA ZONE 4 DE PLANCHER AVEC COULURE DE LAITANCE EN COULOIR DES CAVES FILE POUTRE COFFREE ENTRE 2 SOLIVES DE LA ZONE 4 AVEC COULURE DE LAITANCE DE PLANCHER COULOIR DES CAVES FILES 10 ET EPAISSEUR DU MUR DE COULOIR DES CAVES DE LA ZONE 4 ET 5 DE PLANCHER VUE GENERALE DU COULOIR DES CAVES ZONES 4 ET 5 DE PLANCHER page 2/49

3 23. VUE GENERALE DU COULOIR DES CAVES DE LA ZONE 4 ET 5 DE PLANCHER VUE DU PLANCHER ZONE 6 DANS COULOIR CAVES VUE DU PLANCHER ZONE 6 DANS COULOIR CAVES VUE DU PLANCHER ZONE 6 DANS LA CAVE AU TRAVERS DE LA GRILLE D AERATION GRAVATS DANS LES JOINTS DE PLANCHES DE LA ZONE 6 AVEC POLYANE SUR PLANCHES PLANCHES DE 27 MM SUR ZONE APPUI DES SOLIVES SUR SOUPIRAIL SUR PLACE WILSON DE LA ZONE APPUI DES SOLIVES SUR SOUPIRAIL SUR PLACE WILSON DE LA ZONE VUE DU SOL SUR PLANCHER DE LA ZONE VUE DU SOL SUR PLANCHER DE LA ZONE VUE DU SOL SUR COULOIR DEVANT SALLE DE COUTURE SUR ZONE 3 AVEC LE DENIVELLE SUR LA SALLE DE COUTURE DE LA ZONE PASSAGE SUR PLANCHER ENTRE ZONE 1 (NON REFAITE) ET ZONE 2 (SUR CHAPE NEUVE) VUE DE LA DALLE BETON SOUS LE SANITAIRE CONTRE LE BUREAU DALLE BETON SOUS SANITAIRE A -7,5 CM AU-DESSUS ARASE SOLIVE ZONE AVEC TOMETTES NEUVES SUR LE SEUL SANITAIRE SUR LA DALLE BETON DE LA ZONE VUE DE LA CHAPE DANS LA CUISINE SUR LE PLANCHER DE LA ZONE VUE ENTRE COULOIR ET BUREAU 2 SUR LA ZONE 6 DE PLANCHER VUE DU SOL SUR PLANCHER ZONE 5 DEVANT LA SALLE DE TRAVAIL VUE DU SOL SUR ZONE 5 DANS LA SALLE DE TRAVAIL PLAFOND ACCUEIL ZONE PLAFOND LOCAL POUBELLE ZONE PLAFOND LOCAL DECOUPE ZONE PLAFOND SALLE DE COUTURE ZONE PLAFOND SUR COULOIR ZONE PLAFOND EN CUISINE ZONE PLAFOND EN CUISINE DETAIL ZONE PLAFOND SALLE DE TRAVAIL ZONE VUE PORTE SUR ENTREE COTE IMMEUBLE VUE PORTE SUR ENTREE COTE IMMEUBLE MARCHE DE 12 CM COTE BUREAU SONDAGE CUISINE VUE GENERALE SONDAGE CUISINE MAILLE CARRE DU TREILLIS SOUDE SONDAGE CUISINE EPAISSEUR DE CHAPE SONDAGE CUISINE EPAISSEUR DE CHAPE SONDAGE ATELIER VUE GENERALE sondage atelier epaisseur de la dalle beton ARMATURE ATELIER PERPENDICULAIRE PLACE WILSON ECARTEMENT ARMATURE ATELIER PARALLELE PLACE WILSON ECARTEMENT ARMATURE ATELIER PERPENDICULAIRE PLACE WILSON DIAMETRE ARMATURE ATELIER PARALLELE A LA PLACE WILSON DIAMETRE page 3/49

4 1. OBJET A la demande de la Mairie de Nice représenté par Monsieur André DOMINICI, le BUREAU VERITAS s est rendu sur le site de l association «Œuvre de la fourmi» sis à Nice 2, place Wilson / 3, rue Foncet dans le but de réaliser un audit de solidité des structures de planchers existants. L objectif de la mission est de donner un avis sur la capacité portante des planchers support de l exploitation, de leur solidité à froid et de définir le degré coupe feu actuel en comparaison de celui à atteindre. Sur ce dernier point, les planchers hauts de l exploitation seront aussi inspectés Notre première investigation a été basée sur des constations visuelles sans démontage ni sondage des parties normalement accessibles de l établissement lors de nos visites le vendredi 08 juin 2007, le mardi 12 juin 2007 et le lundi 18 juin Suite au rapport à l indice 1, des sondages ont été réalisés afin d affiner les conclusions. 2. DESCRIPTION SOMMAIRE DE L OUVRAGE ET DE LA STRUCTURE L établissement est implanté au RDC et au sous-sol d un immeuble d habitation ancien au 2 place Wilson à Nice dont la date de construction est estimée au alentour de Il n occupe pas l intégralité du RDC et du sous-sol. La distribution des locaux est la suivante : SOUS-SOL : - Stockage des habits - Chaufferie gaz RDC : - Réception accueil avec salle de tri - Local poubelles - Salle de découpe - Salle de repassage - Bureau 1 - Bureau 2 - Bureau 3 - Cuisine - Salle de travail - Sanitaires La construction est du type traditionnelle avec : - Mur en maçonnerie de pierre avec localement des murs ajoutés en aggloméré de béton creux de Plancher en bois avec solives en bois massif et planches rainurées bouvetée avec localement des zones avec chape ou dalle béton 3. DOCUMENTS REMIS Intitulé et références des documents N et indice Date du document Date du document PLAN DE DEMOLITION SOUS-SOL // PLAN DE DEMOLITION RDC // PLAN DE PROJET SOUS-SOL // PLAN DE PROJET RDC // page 4/49

5 4. REPERAGE DE ZONES ET FILES DE PLANCHERS SUR SOUS-SOL ZONE 5 ZONE 6 ZONE 3 ZONE 4 ZONE 1 ZONE page 5/49

6 page 6/49

7 5. PLANCHER BOIS ZONE 1 DE L AIRE D ACCUEIL ET TRI Le plancher de la zone 1 est entièrement en bois avec seulement un revêtement plastique en surface posé sur un panneau de bois compressé complémentaire estimé à 16 mm. Il est situé au droit de la zone Réception accueil tri. Dans cette zone, il était constitué de solives en bois de section 16 à 18 cm de haut et de 10 cm de large avec une portée de 6,10 m environ et un espacement de 0,55m environ. Il était surmonté par un platelage en planche rainurées bouvetées de 27mm d épaisseur et de 85mm de large (Photos n 8, 9, 31 et 34) A l origine, ce plancher était dimensionné, compte-tenu des portées pour une surcharge d environ 100 dan/m² sans critère de flèche puisque une telle portée conduirait à environ 35 mm de flèche. Par la suite, ce plancher a été renforcé par la mise en place d un mur porteur central en agglo sur la file C avec au droit des passages des profilés métalliques constitués entre les files 0 et 9 de profils en I jumelés divisant ainsi par 2 sa portée et entre files 14 et 17 de double U. Pour permettre la mise en place des profilés métalliques, une entaille a été réalisé en sous face des solives bois qui sont continues. Par ailleurs, la trémie d escalier a aussi été créée après par réalisation d un mur en bord de trémie sur lequel repose les solives bois qui ont été raccourcies sur la file E. Pour l activité exercée, l application de la norme NF P conduit à retenir selon notre analyse 400 dan/m² sur la zone d accueil avec comptoir (350 dan/m² dans le projet où il y aura salle de tri et poubelles) et 350 dan/m² sur la zone de stockage. Par ailleurs, un critère de poinçonnement de 200 dan sur un cercle de 25 mm de diamètre est requis suivant cette dernière norme (pied de mobilier par exemple). Pour une portée de 3,05m actuelle, les solives porteuses et le platelage permettent de tenir une surcharge d exploitation maximale de 250 dan/m² en répartie. Par contre le platelage lui est incapable d encaisser la contrainte de poinçonnement de 200 dan sur 25 mm de diamètre qui pour l instant n est pas réalisée sur le site mais qui pourrait ce produire. Bien que la présence du panneau compressé de 16mm par-dessus améliore la situation, son état de dégradation ne permet pas de résoudre ce problème. D autre part, les profilés métalliques en double IPN de 100 de 4,20 de portée à mi-portée des solives donnent avec 250 dan/m² une contrainte de l ordre de 40 dan/mm² très supérieure au 24 dan/mm². Pour respecter la contrainte et le critère de flèche, la surcharge de 100 dan/m² ne peut pas être dépassée. Il est à noter que les poteaux ponctuels en 10x10x4 métallique (Photos n 3 et 4) n ont pas dans cette zone de rôle structurel particulier. Par ailleurs, il est à noter la présence d une trappe de passage (Photos n 5, 6 et 7) dont la constitution ne permet pas à notre sens de dépasser les 100 dan/m² (Sur file D). On peut noter sur les photographies une couleur blanchâtre du plancher bois. Ceci résulte du fait qu ils ont été peints. Néanmoins, la dégradation de la peinture montre que les planchers ont été souvent soumis à une présence d humidité ce qui généralement n améliore pas la rigidité du plancher et donne des déformations excessives. A ce stade, les solives actuelles hors zone trappe permettent de reprendre une surcharge de 250 dan/m² mais le renfort métallique central ne peut pas aller au-delà de 100 dan/m² et le critère de poinçonnement des planches n est pas respecté. Ceci est très inférieur aux surcharges réglementaires à respecter sur cette zone. Par ailleurs et compte-tenu des profils métalliques, la stabilité au feu est quasi nulle. Compte tenu de l accessibilité totale de ce plancher par-dessus et par-dessous, il semble tout indiquer de mettre en œuvre un remplacement de ce dernier afin d atteindre la surcharge réglementaire de la NF P et d assurer le traitement CF 1h. Sur cette zone, on trouve aussi localement une zone en béton sur une demi-travée à la place de 2 solives entre files A et C et au-delà de la file 17 (Photos n 8, 35, 36 et 37). Cette zone est implantée sous un seul des sanitaires de l étage ou les tomettes sont neuves au sol. Compte tenu de la hauteur du plancher d environ 20 cm et du fait que l arase basse du plancher soit à -7,5 cm par rapport à la solive conduit à un plancher de 13 cm environ en béton armé. Compte-tenu des portées et que la zone est à 250 dan/m², il n y a pas, à notre sens pour cet élément de problème. Néanmoins, dans la réfection globale du plancher cette zone sera à remplacer de par sa position géométrique page 7/49

8 6. PLANCHERS BOIS ZONE 2 DU LOCAL POUBELLE ET DE LA SALLE DE DECOUPE Le plancher de la zone 2 est entièrement en bois avec seulement un revêtement plastique en surface posé sur un panneau de bois compressé estimé à 16 mm. Il est situé au droit de la zone local poubelles et salle de découpe. Dans cette zone, il était constitué de solives en bois de section 18 à 20 cm de haut et de 9 cm de large avec une portée de 6,10 m environ et un espacement de 0,52m environ. Il était surmonté par un platelage en planches rainurées bouvetées de 27mm d épaisseur et de 85mm de large (Photos n 10, 11, 32 et 34) A l origine, ce plancher était dimensionné, compte-tenu des portées pour une surcharge d environ 100 dan/m² sans critère de flèche puisque une telle portée conduirait à environ 40 mm de flèche. Par la suite, ce plancher a été renforcé par la mise en place d un profilé métallique central constitué par 2 U jumelés divisant ainsi par 2 sa portée en file G ainsi que d un profilé de rive le long de la file H. Il s agit d UPN de 160 (Photos n 10 et 11). Pour l activité exercée, l application de la norme NF P conduit à retenir selon notre analyse 250 dan/m² sur le zone de circulation et la salle de découpe et 350 dan/m² sur le local poubelle (400 dan/m² dans le projet d aménagement en aire de réception et d accueil). Par ailleurs, un critère de poinçonnement de 200 dan sur un cercle de 25 mm de diamètre est requis suivant cette dernière norme (pied de mobilier par exemple). Pour une portée de 3,05m actuelle, les solives porteuses et le platelage permettent de tenir une surcharge d exploitation maximale de 250 dan/m² en répartie. Par contre le platelage lui est incapable d encaisser la contrainte de poinçonnement de 200 dan sur 25 mm de diamètre qui pour l instant n est pas réalisée sur le site mais qui pourrait ce produire. Bien que la présence du panneau compressé de 16mm par-dessus améliore la situation, son état de dégradation ne permet pas de résoudre ce problème. D autre part, les profilés métalliques en double UPN de 160 de 5,20 de portée à mi-portée des solives donnent avec 250 dan/m² une contrainte de l ordre de 18 dan/mm² inférieure au 24 dan/mm² mais avec une flèche de 2,08 cm un peu excessive. Pour respecter le critère de flèche, la surcharge de 200 dan/m² ne peut pas être dépassée. On peut noter sur les photographies une couleur blanchâtre du plancher bois. Ceci résulte du fait qu ils ont été peints. Néanmoins, la dégradation de la peinture montre que les planchers ont été souvent soumis à une présence d humidité ce qui généralement n améliore pas la rigidité du plancher et donne des déformations excessives. A ce stade, les solives actuelles permettent de reprendre une surcharge de 250 dan/m² mais le renfort métallique central ne peut pas aller au-delà de 200 dan/m² et le critère de poinçonnement des planches n est pas respecté. Ceci est très inférieur aux surcharges réglementaires à respecter. Par ailleurs et compte-tenu des profils métalliques, la stabilité au feu est quasi nulle. Compte tenu de l accessibilité totale de ce plancher par-dessus et par-dessous, il semble tout indiquer de mettre en œuvre un remplacement de ce dernier afin d atteindre la surcharge réglementaire de la NF P et d assurer un traitement CF1h. 7. PLANCHER BOIS AVEC CHAPE ZONE 3 DU LOCAL BUREAU 1 ET CUISINE Le plancher de la zone 3 est en bois avec une chape et un revêtement en carrelage (couloir et cuisine), en tomette (sanitaires) et en moquette sur le bureau (Photos n 33 et 38) Il est clair que la chape a été refaite dans la zone carrelée (hors zone tomette) compte-tenu que l on voit très clairement un polyane sur les planches de bois et que les anciens gravats de démolition coincés entre les planches sont retombés avec le rétrécissement des planches sur les dalles de faux plafonds. Ces derniers sont à éliminer immédiatement afin d éviter la chute d une plaque de faux plafond et des gravats associés (Photos n 14 et 15). Par contre, la chape n a pas été refaite dans les zones avec les anciennes tomettes d époque et avec la moquette. Pour les anciennes tomettes c est évident. Pour la moquette, sous le réagréage de sol, la trace des anciennes tomettes est visible page 8/49

9 La zone 3 se divise donc en 2 zones la 3.1 concernant les chapes neuves dans le couloir et la cuisine et le 3.2 dans le bureau et les sanitaires d époque. Pour les 2 zones le plancher bois était constitué de solives en bois de section 18 à 20 cm de haut et de 10 cm de large avec une portée de 5,90 m environ et un espacement de 0,50m environ. Il était surmonté par un platelage en planche rainurées bouvetées de 27mm d épaisseur (Photo n 12) et de 85mm de large avec une chape initiale probablement de l ordre de 6 cm avec revêtement. A l origine, ce plancher était dimensionné, compte-tenu des portées pour une surcharge d environ 100 dan/m² sans critère de flèche puisque une telle portée conduirait à environ 60 mm de flèche. Néanmoins, sur la file 1 à côté de la file E, on trouve une solive interrompue (Photo n 13) à proximité du mur en aggloméré de 20 et dont la continuité est assurée par une coupe à 45 entre les 2 parties de pannes. Il devait y avoir à l époque une particularité d aménagement à cet endroit. Compte-tenu de la présence du mur en aggloméré de la chaufferie, cette particularité ne pose pas de problème. Par la suite, ce plancher a été renforcé par la mise en place d un mur en aggloméré de 20 au droit de la chaufferie ramenant ainsi la portée à 4,10 m environ Pour l activité exercée, l application de la norme NF P conduit à retenir selon notre analyse 250 dan/m² sur cette zone. Par ailleurs, un critère de poinçonnement de 200 dan sur un cercle de 25 mm de diamètre est requis suivant cette dernière norme (pied de mobilier par exemple). Le sondage réalisé dans le sol de la cuisine montre sur la zone 3.1 qu une nouvelle chape en micro-béton (petits granulats) a été réalisée avec un ferraillage (Photo n 53). Cette chape est de 6 à 7cm (Photo n 55 et photo n 56) d épaisseur avec un ferraillage constitué d un treillis soudé à la maille 160x160 (photo n 54) avec un diamètre 5. L enrobage de l armature est quasi-nul. Compte-tenu de la nature de la chape et du ferraillage, il ne s agit pas d une dalle béton sur fond de coffrage réalisé par le plancher bois. Le seul but de cette chape est d apporté une certaine rigidité d ensemble vis-à-vis de charge localisée. Ceci permet notamment de s affranchir des problèmes de poinçonnement. Néanmoins dès lors que l on raisonne sur une charge d exploitation répartie sur l ensemble de la zone c est la limitation imposée par le plancher bois qui est à prendre en compte en tant que porteur structurel. Pour une portée de 4,10m actuelle, les solives porteuses, le platelage et le revêtement en chape permettent de tenir une surcharge d exploitation de 250 dan/m² en répartie mais sans respect du critère de flèche. Le respect de la flèche revient à limiter la surcharge à 150 dan/m² Le mur qui réduit la portée à 4,10m, s arrête et les files 9, 10, 11, 12 ne sont pas renforcées. La file 9 a un poteau a mi-porté qui permet d assurer le report de charge. La file 10 en a un aussi mais il est trop proche du mur pour avoir un effet significatif (Photo n 17). Les files 11 et 12 ont une portée moins longue mais les conclusions restes équivalentes. Par ailleurs, il est à noter la présence d une entaille dans les solives pour le passage d un profilé en I à plat au droit des files 8 et 9 proche de la ligne D (Photo n 16). Ceci affaiblie les solives mais il est cependant placé dans la zone comprimé du bois, a priori sans jeu, permettant ainsi le passage des efforts de compression liés à la flexion. Il est à noter que les poutres au-dessus de la chaufferie n ont pu être visualisées compte-tenu de la présence d un plafond non démontable en projection plâtre. Les positions et sections ont été extrapolées à partir des mesures du couloir. On peut noter sur les photographies une couleur blanchâtre du plancher bois. Ceci résulte du fait qu ils ont été peints. Néanmoins, la dégradation de la peinture montre que les planchers ont été souvent soumis à une présence d humidité ce qui généralement n améliore pas la rigidité du plancher et donne des déformations excessives. A ce stade avec une chape existante (tomette et moquette) et une chape neuve avec armature (carrelage couloir et cuisine) de 6cm, la limitation provient du plancher bois. Les solives actuelles permettent de reprendre une surcharge de 150 dan/m² (250 dan/m² sans respect du critère de flèche) sur la zone de la chaufferie et de 100 dan/m² sur la zone la zone au-delà. Ceci est inférieur aux surcharges réglementaires à respecter. Le degré coupe feu du plancher est estimé à ¼ heure sauf au-dessus de la chaufferie ou une projection plâtre a été réalisée pour au moins une protection coupe feu de degré 1h. Le critère non respecté pour cette zone concerne celui de la déformation avec la surcharge de 250 dan/m². L examen des revêtements du dessus montre que le carrelage n a subi de désordre que dans la cuisine qui est placée au-dessus de la zone sans le mur en agglo de la chaufferie. Bien que le critère de flèche uniquement ne soit pas respecté, on peut à notre avis assurer un recoupement par profilés métalliques entre la chaufferie et le mur du fond (dont l épaisseur sera à vérifier pour l ancrage) et un remplacement des anciennes chapes (bureau avec moquette et sanitaire) avec une nouvelle chape page 9/49

10 armée. Ceci permettra d avoir une rigidité sensiblement équivalente sur la zone. Ce plancher devra aussi faire l objet d un renfort au droit des solives entaillées. Un traitement coupe feu de dégré 1h sera ensuite nécessaire. Ceci impose des renforcements structuraux à partir des caves. Afin de les éviter et ne conserver en cave que la prestation de protection au feu, on pourra opter pour la mise en place de connecteurs métalliques sur les poutres et la réalisation d une dalle en béton armé par-dessus (plancher mixte connecté). 8. PLANCHER BOIS AVEC DALLE BETON ZONE 4 DU LOCAL SALLE DE COUTURE Le plancher de la zone 4 est en bois avec probablement une dalle béton réalisée par dessus. Il est clair que le revêtement dessus a été refait dans son épaisseur totale compte-tenu que l on voit très clairement un polyane entre les jeux des planches de bois (Photos n 18, 19, 20, 22 et 23). Le niveau fini de cette zone est environ 7 à 9 cm au-dessus des autres zones. Compte-tenu de cette configuration, il est fort probable que ce soit une dalle béton qui ait été coulée sur le plancher bois qui avait été mis à nu comme coffrage avec un polyane d interposition. Avec l épaisseur de chape ailleurs, associé au 7 à 9 cm de dépassement, ceci conduirait à une dalle béton de 15 cm environ. Ces hypothèses n ont pas été confirmées par le sondage réalisée. Il s agit bien d une dalle béton mais d épaisseur plus modeste. Il y avait donc des différences altimétriques des divers planchers. L épaisseur de béton est d environ 9 cm. Soit une charge morte de l ordre de 225 dan/m². Cette dalle à était coulée sur le fond de coffrage formé par le plancher bois. Le mur séparatif du couloir avec les caves bien que non prévu porteur mesure 30 cm d épaisseur (Photo n 21) et a servi d étai linéaire donnant ainsi une portée maxi de 4,30m avec des solives de 22x9 tous les 50cm. Ce coffrage en charge de courte durée permet de prendre les 225 dan/m². Il est à noter quelques points singuliers comme la présence d une poutre sur la file 5 et entre les files 10 et 11. Celle sur la file 5 (Photo n 19) semble avoir été réalisé pour remplacer une poutre bois dans son rôle de coffrage (coulage de première phase). Celle entre file 10 et 11 entre 2 solives (Photo n 20) ne correspond ni au milieu de la pièce ni a sa fin. Elle n a pas d explication pratique sauf a montrer que le 1 er panneau de dalle formée est sensiblement carré et qu une suite à cette dalle était envisagée par panneau sensiblement carrée. Il est à noter qu en fin de dalle, il n y a pas de poutre. POUTRE BETON Cette dalle de 9 cm (Photo n 58) est armé avec des armatures en HA10 e=15 (Photos n 60 et 62) parallèlement à la façade sur place Wilson et du HA8 e=20 (Photos n 59 et 61) dans l autre sens avec un enrobage de 1,5cm. Il n a pas été vu de connexion entre la dalle béton et les poutres bois alors que la largeur du sondage intercepte au moins 2 solives. Un tube métallique a été vu mais, il ne correspond pas au système connu généralement sous avis technique relatif à la connexion bois / béton. Il est donc surprenant de noter que les armatures les plus importantes ne sont pas positionnées dans le sens a priori porteur de façade à refend central. Vraisemblablement ce plancher est, malgré le ferraillage, porteur dans le sens façade refend et utilise le bénéfice du mur de 30 cm longeant les caves. La portée est donc de 4,30m page 10/49

11 Pour l activité exercée, l application de la norme NF P conduit à retenir selon notre analyse 250 dan/m² sur cette zone. Par ailleurs, un critère de poinçonnement de 200 dan sur un cercle de 25 mm de diamètre est requis suivant cette dernière norme (pied de mobilier par exemple). Le ferraillage en place sans connexion au bois ne permet pas de justifier la tenue de la dalle qu avec le béton avec abstraction du plancher bois. Si on utilise le plancher bois avec 4,30m de portée et une chape de 9cm, les solives porteuses, le platelage et le revêtement en chape permettent de tenir une surcharge d exploitation de 250 dan/m² en répartie mais sans respect du critère de flèche. Le respect de la flèche revient à limiter la surcharge à 150 dan/m². Néanmoins, ce critère de flèche est important pour les matériaux fragiles sur dalle et l inconfort. Il est clair que la dalle de 9cm à conféré une rigidité d ensemble qui permet à notre sens d admettre un bon comportement de la dalle pour une surcharge de 250 dan/m². A ce stade avec une dalle béton sur plancher bois de 9cm de la zone 4, la surcharge de 250 dan/m² est atteinte. Le degré coupe feu du plancher est estimé à ¼ heure. On pourra opter pour la mise en place de connecteurs métalliques sur les poutres et la réalisation d une dalle en béton armé par-dessus (plancher mixte connecté) dans le cas où la solution retenue sur les autres zones est celle-ci afin d avoir une homogénéité structurelle continue sur la zone de cave. 9. PLANCHER BOIS AVEC CHAPE ZONE 5 DU LOCAL BUREAU 3 ET SALLE DE TRAVAIL Le plancher de la zone 5 est en bois avec probablement une chape avec un revêtement en sol souple. Une partie de cette zone est totalement inaccessible dans les caves privatives et un relevé partiel des sections a été fait et extrapolé (Photos n 40 et 41) Il est clair que la chape au-dessus sur les zones visibles (couloir cave) a été refaite compte-tenu que l on voit très clairement un polyane sur les planches de bois. Dans cette zone, le plancher était constitué de solives en bois de section 20 à 22 cm de haut et de 9 cm de large avec une portée de 5,90 m environ et un espacement de 0,50m environ. Il était surmonté par un platelage en planche rainurées bouvetées de 27mm d épaisseur et de 85mm de large avec une chape initiale de probablement de l ordre de 6 cm avec revêtement. A l origine, ce plancher était dimensionné, compte-tenu des portées pour une surcharge d environ 100 dan/m² sans critère de flèche puisque une telle portée conduirait à environ 35 mm de flèche. Il est à noter qu il existe sur une partie un mur de 30 cm d épaisseur longeant les caves qui bien que non prévu porteur apporte une certaine rigidité au plancher. Il n est cependant pas certain que ce mur continu dans l intégralité de la zone 5. Pour l activité exercée, l application de la norme NF P conduit à retenir selon notre analyse 250 dan/m² sur cette zone. Par ailleurs, un critère de poinçonnement de 200 dan sur un cercle de 25 mm de diamètre est requis suivant cette dernière norme (pied de mobilier par exemple). Pour une portée de 5,90m actuelle, les solives porteuses, le platelage et le revêtement en chape supposé permettent de tenir une surcharge d exploitation de 100 dan/m² en répartie mais sans respect du critère de flèche. Le respect de la flèche revient à limiter la surcharge à 50 dan/m² environ. A ce stade et avec les hypothèses d une chape de 6cm, les solives actuelles permettent de reprendre une surcharge de 100 dan/m² sans critère de flèche et de 50 dan/m² avec respect d une condition de flèche. Ceci est très inférieur aux surcharges réglementaires à respecter. Une solution pourrait consister à refaire un plancher béton par-dessus en utilisant le plancher comme coffrage mais ceci nécessiterait des étais en sous-sol car le mur de 30 longeant les caves n est pas forcement existant en bout de zone 5. Par ailleurs ceci conduira à avoir des pentes complémentaires dans l établissement et à augmenter la hauteur de l entrée Place Wilson actuellement à 12 cm. Un recoupement de portée des solives est possible et serait équivalente à la zone 3. Ce recoupement compte-tenu de la longueur de la zone 5 devrait être repris par des porteurs verticaux intermédiaire dont l existence sera à vérifier dans les page 11/49

12 caves. Un traitement coupe feu de degré 1 heure serait à réaliser et notamment au droit des soupirails. Par ailleurs, sur un soupirail files 18, 19, le bois de reprise des solives semble abimé et devra être vérifié (non accessible dans la cave) et renforcé ou remplacé (Photo n 29 et 30). Ceci impose des renforcements structuraux à partir des caves. Afin de les éviter et ne conserver en cave que la prestation de protection au feu, on pourra opter pour la mise en place de connecteurs métalliques sur les poutres et la réalisation d une dalle en béton armé par-dessus (plancher mixte connecté). 10. PLANCHER BOIS AVEC CHAPE ZONE 6 DU LOCAL BUREAU 2 Le plancher de la zone 6 est en bois avec une chape avec un revêtement en sol soupe et carrelage (Photos n 24, 25, 26, 27, 28 et 39). Une partie de cette zone est totalement inaccessible dans les caves privatives et un relevé partiel des sections a été fait et extrapolé Il est clair que la chape dessus a été refaite sur la zone visible correspondant au couloir en carrelage compte-tenu que l on voit très clairement un polyane sur les planches de bois (photos n 27 et 28). Dans cette zone, il était constitué de solives en bois de section 20 cm de haut et de 9,5 cm de large avec une portée de 6,00 m environ et un espacement de 0,50m environ. Il était surmonté par un platelage en planche rainurées bouvetées de 27mm d épaisseur et de 85mm de large avec une chape initiale de probablement de l ordre de 6 cm avec revêtement. A l origine, ce plancher était dimensionné, compte-tenu des portées pour une surcharge d environ 100 dan/m² sans critère de flèche puisque une telle portée conduirait à environ 35 mm de flèche. Pour l activité exercée, l application de la norme NF P conduit à retenir selon notre analyse 250 dan/m² sur cette zone. Par ailleurs, un critère de poinçonnement de 200 dan sur un cercle de 25 mm de diamètre est requis suivant cette dernière norme (pied de mobilier par exemple). Pour une portée de 6,00m actuelle, les solives porteuses, le platelage et le revêtement en chape et carrelage supposé permettent de tenir une surcharge d exploitation de 100 dan/m² en répartie mais sans respect du critère de flèche. Le respect de la flèche revient à limiter la surcharge à 50 dan/m² environ. A ce stade et avec les hypothèses une chape de 6cm avec revêtement, les solives actuelles permettent de reprendre une surcharge de 100 dan/m² sans critère de flèche et de 50 dan/m² avec respect d une condition de flèche. Ceci est très inférieur aux surcharges réglementaires à respecter. Une solution pourrait consister à refaire un plancher béton par-dessus en utilisant le plancher comme coffrage mais ceci nécessiterait des étais en sous-sol car le mur de 30 longeant les caves ne semble pas existant sur la zone 6. Par ailleurs ceci conduira à avoir des pentes complémentaires dans l établissement suivant traitement des zones adjacentes. Un recoupement de portée des solives est possible et serait équivalente à la zone 3. Un traitement coupe feu de degré 1 heure serait à réaliser et notamment au droit des soupirails. Ceci impose des renforcements structuraux à partir des caves. Afin de les éviter et ne conserver en cave que la prestation de protection au feu, on pourra opter pour la mise en place de connecteurs métalliques sur les poutres et la réalisation d une dalle en béton armé par-dessus (plancher mixte connecté) page 12/49

13 11. REPERAGE DE ZONES DE PLAFONDS SUR RDC ZONE 10 ZONE 9 ZONE 8 ZONE page 13/49

14 12. PLAFOND ZONE 7 SUR TRI ACCEUIL / LOCAL POUBELLE / SALLE DE DECOUPE Ce plafond correspond aux construction d époque. Il s agit vraisemblablement d un lattis de canisses ou de lattes fixé sous les solives avec du plâtre (Photos n 42, 43 et 44) Ce plafond ne présente pas de désordre visuel particulier en dehors de petite fissuration et décollement de peinture. Dans ces conditions, on peut estimer pour la zone 7 l ensemble chape, plancher bois, lattis et plâtre coupe feu de degré 1/2h pour une exigence de 1 heure. Une protection complémentaire sera nécessaire. On pourra par exemple traiter ce plafond par flocage en respectant l ordre suivant : - Mise en place des suspentes pour le futur faux plafond de finition accrochées au solives porteuses - Mise en place d un métal déployer (ou autre système permettant l adhérence en fonction du produit retenu) - Réalisation du flocage - Mise en place du faux plafond Les canalisations électriques risquant d être prises dans le flocage devront être traitées comme une installation incorporée. 13. PLAFOND ZONE 8 SUR SALLE DE COUTURE Ce plafond correspond en typologie aux construction d époque. Néanmoins, il semble que ce dernier ait été rénové. Le détail de rénovation n est pas connu. Il peut aller de la simple reprise des plâtre à la remise en œuvre d un nouveau lattis avec plâtre (Photo n 45). Dans tous les cas, les propriétés vis-à-vis du feu sont peu affectées par ce type de travaux. Ce plafond ne présente pas de désordre visuel particulier. Dans ces conditions, on peut estimer pour la zone 8 l ensemble chape, plancher bois, lattis et plâtre coupe feu de degré 1/2h pour une exigence de 1 heure. Une protection complémentaire sera nécessaire. On pourra par exemple traiter ce plafond par flocage en respectant l ordre suivant : - Mise en place des suspentes pour le futur faux plafond de finition accrochées au solives porteuses - Mise en place d un métal déployer (ou autre système permettant l adhérence en fonction du produit retenu) - Réalisation du flocage - Mise en place du faux plafond Les canalisations électriques risquant d être prises dans le flocage devront être traitées comme une installation incorporée. 14. PLAFOND ZONE 9 SUR SANITAIRES / BUREAU / CUISINE / CIRCULATION Sur cette zone, il existe des faux plafonds en dalle 600x600 dont la hauteur de mise en œuvre n a pas permis leur ouverture avec les moyens d accès sur site. Néanmoins, la zone sanitaires, bureau, cuisine et circulation semble clairement être de la même typologie compte tenu de la géométrie des locaux. Sur cette zone, apparaît des formes de poutres avec des intervalles irréguliers. On voit par exemple une continuité de «poutre» entre cuisine et circulation dont l extrémité cuisine laisse passer le décor de rive et un tuyau (Photos n 46, 47 et 48). Un sondage permettra de mieux appréhender la nature de cette structure qui peut résulter de remaniement et renfort. Néanmoins, à ce stade d investigation, le plancher présente probablement la même composition et ne dépassera pas le coupe feu de degré ½ heure. Dans ces conditions, on peut estimer pour la zone 9 l ensemble chape, plancher bois, lattis et plâtre au maximum coupe feu de degré 1/2h pour une exigence de 1 heure. Une protection complémentaire sera nécessaire page 14/49

15 On pourra par exemple traiter ce plafond par flocage en respectant l ordre suivant : - Mise en place des suspentes pour le futur faux plafond de finition accrochées au solives porteuses - Mise en place d un métal déployer (ou autre système permettant l adhérence en fonction du produit retenu) - Réalisation du flocage - Mise en place du faux plafond Les canalisations électriques risquant d être prises dans le flocage devront être traitées comme une installation incorporée. 15. PLAFOND ZONE 10 SUR BUREAU / SALLE DE TRAVAIL Sur cette zone, il existe des faux plafonds en dalle 600x600 dont la hauteur de mise en œuvre n a pas permis leur ouverture avec les moyens d accès sur site. Néanmoins, la zone bureau et salle de travail semble être de la même typologie compte tenu de la géométrie des locaux. Ce plafond correspond aux construction d époque. Il s agit vraisemblablement d un lattis de canisses ou de lattes fixé sous les solives avec du plâtre (Photo n 49). Ce plafond ne présente pas de désordre visuel particulier en dehors de petite fissuration et décollement de peinture. Dans ces conditions, on peut estimer pour la zone 7 l ensemble chape, plancher bois, lattis et plâtre coupe feu de degré 1/2h pour une exigence de 1 heure. Une protection complémentaire sera nécessaire. On pourra par exemple traiter ce plafond par flocage en respectant l ordre suivant : - Mise en place des suspentes pour le futur faux plafond de finition accrochées au solives porteuses - Mise en place d un métal déployer (ou autre système permettant l adhérence en fonction du produit retenu) - Réalisation du flocage - Mise en place du faux plafond Les canalisations électriques risquant d être prises dans le flocage devront être traitées comme une installation incorporée. 16. SONDAGES REALISES Deux sondages ont été réalisés par la ville de Nice (Photos 53 à 62) dans l atelier et dans la cuisine. Cuisine Atelier page 15/49

16 18. DIVERS Il est à noter que l établissement n est pas isolé par une porte coupe feu de degré ½ h avec ferme porte (ou baie obturée en coupe feu de degré 1 heure). Ceci est visible sur les photos n 50 et 51. Il est à noter la présence de marche à l entrée de 12 cm côté place Wilson (photo n 52). 18. CONCLUSIONS ZONE CAPACITE PORTANTE COUPE FEU RENFORCEMENT PH SS Zone dan/m² pour 350 à 400 requis Nul pour 1 h requis Par remplacement du plancher Zone dan/m² pour 350 à 400 requis Nul pour 1 h requis Par remplacement du plancher Zone dan/m² (sans critère de flèche) sauf au-delà chaufferie avec 100 pour 250 requis ¼ h pour 1 h requis (1 h réalisé sur chaufferie) Renforcement par recoupement ou remplacement du plancher Zone dan/m² ¼ h pour 1 h requis Néant Zone dan/m² sans critère de flèche pour 250 requis ¼ h pour 1 h requis Renforcement par recoupement ou remplacement du plancher et traitement de renforcement solive sur soupirail Zone dan/m² sans critère de flèche pour 250 requis ¼ h pour 1 h requis PH RDC Zone 7 // CF ½ h pour 1 h requis Zone 8 // CF ½ h pour 1 h requis Zone 9 // CF ½ h pour 1 h requis Zone 10 // CF ½ h pour 1 h requis Renforcement par recoupement ou remplacement du plancher A l analyse précédente, on peut noter des différences altimétriques des niveaux finis de planchers. On note que la dalle béton de l atelier (Zone 4) est 7cm au-dessus de la zone d entrée en plancher bois (Zone 1 et zone 2) et 6cm au-dessus de la zone carrelée ou en sol plastique (Zone 5 et zone 6). Compte-tenu des épaisseurs de chape et du bois compressé sur l entrée, on peut en déduire les éléments suivants : En prenant en référence altimétrique le niveau actuel fini du plancher bois d entrée on obtient les altimétries suivantes : - La zone 1 et la zone 2 a son plancher bois d origine en planche a -0,02m. - La zone 4 avec chape de 9cm est à 7cm au-dessus de la zone 2 et a donc son plancher bois d origine a -0,02m. - La zone 5 et la zone 6 de 6 cm de chape et 0,5 cm de carrelage est à 6 cm au-dessous de la zone 4 et à donc son plancher à 2,5 cm sous celui de la zone 4 et a donc son plancher à -0,045m. Pour conserver un accès handicapé utilisable, le niveau fini de la zone 1 et 2 ne peut quasiment pas évoluer et le remplacement complet du plancher est dans ces conditions nécessaires (pas de recharge possible). Cette zone est accessible dessus et dessous. Pour les autres zones, les renforts structurels ou remplacement des planchers semblent difficiles avec la présence des caves. Une solution pourrait être l utilisation du plancher bois actuel avec mise en place de connecteurs métalliques sur les solives et réalisation d une dalle de béton armé. Ces procédés sont sur avis technique (type TECNARIA ou SYLVABAT ou REPPEL ). Chaque procédé a son mode de dimensionnement et doit faire l objet d une étude spécifique par un BET spécialisé. Par ailleurs, et afin d atteindre la stabilité au feu une protection en sous face sera nécessaire (Par exemple par flocage ou équivalent). Le dénivelé entre les zones d entrée 1 et 2 et le reste du local avec connexion sur bois existera toujours et devrait être sensiblement équivalent. Il devra être de 10% maxi sur 0,50cm afin de respecter la réglementation handicapée. // // // // page 16/49

17 ANNEXE PHOTOGRAPHIQUES page 17/49

18 1. VUE GENERALE DE L ETABLISSEMENT PLACE WILSON 2. VUE GENERALE DE L ETABLISSEMENT RUE FONCET page 18/49

19 3. POTEAU METALLIQUE FILE 1/B DE LA ZONE 1 4. POTEAU METALLIQUE FILE 1/B DE LA ZONE page 19/49

20 5. SUPPORT DE TRAPPE ZONE 1 DE PLANCHER 6. CONSTITUTION TRAPPE ZONE 1 DE PLANCHER page 20/49

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO NERGALTO, NERLAT, GALTO Facilité d emploi, Adaptabilité, Performance Les lattis métalliques nervurés NERLAT et NERGALTO sont la solution LATTIS adoptée par les

Plus en détail

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70 ArcelorMittal Construction Belgium Arval Plancher collaborant Cofrastra 7 PANCHERS COABORANTS COFRASTRA 7 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES Face prélaquée d Épaisseur de la dalle de à cm 7 8 96 7 7 APPICATIONS

Plus en détail

MACONNERIE/GROS OEUVRE

MACONNERIE/GROS OEUVRE GIDE AVANT METRE MACONNERIE/GROS OEVRE MET 2 ORDRE D EXECTION Infrastructure Maçonnerie soubassement : murs, poteaux, poutres, chaînages, enduit d étanchéité, escaliers Maçonnerie superstructure : Dallage

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

C.C.T.P. Construction d une crèche associative «Lei minòts» Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds

C.C.T.P. Construction d une crèche associative «Lei minòts» Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds Construction d une crèche associative «Lei minòts» M.I.N. d Avignon Maitre d ouvrage : association Les Maisons du Monde C.C.T.P. Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds Décembre 2010 Lot n 4 Cloisons

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES Ecole de MIRANGO I Vincent DAVID Le 21 décembre 2010 Table des matières 1- Les outils d accessibilité principalement utilisés 1-1 Les rampes d accès

Plus en détail

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES PRÉGYMÉTALTM Mise en œuvre Caractéristiques techniques pages 90 à 9 PRINCIPES DE POSE A POINTS SINGULIERS 7 A 0 ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES TRAÇAGE ET POSE DES RAILS CONTRE-CLOISONS

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre

Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre D01 Protection au feu des structures Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre Généralités et principes La stabilité au feu des structures évite, en cas d incendie,

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A maçonnerie Construire soi-même un escalier de béton à double quart tournant en kit Bricoler du Côté d e la M ais o n Label BRICOLER DU CÔTÉ DQUALITÉ E LA MAISON LABEL BRICOLER DU CÔTÉ DE LA MAISON Label

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

Murs poutres & planchers

Murs poutres & planchers Murs poutres & planchers Henri RENAUD Deuxième édition Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6 8. Structure porteuse : murs, planchers, charpente Eléments porteurs ou de liaisons qui contribuent

Plus en détail

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS HALLE DES SPORTS EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS LOT N 07 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES SERRURERIE 1 VRD

Plus en détail

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Détails 1. Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Crochet type mur sec Mortier Membrane d'étanchéite Chaînage béton Brique

Plus en détail

Solutions constructives. planchers

Solutions constructives. planchers Solutions constructives planchers Le Groupe Fabemi se positionne comme l industriel français répondant aux besoins horizontaux grâce à son offre de systèmes constructifs complets manuportables. Nos équipes

Plus en détail

Arval. Planchers collaborants. Cofraplus 60

Arval. Planchers collaborants. Cofraplus 60 Cofraplus 6 es photos : Image de synthèse (a Tour) Sport City Tower, Doha (Qatar) Architecte : Concept Architect Hadi Simaan, Floride (USA) Structure : Arup, ondres (Royaume-Uni) Au milieu, à droite Parking

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

Présentation. - le plan de masse qui définit la position de la construction sur le terrain,

Présentation. - le plan de masse qui définit la position de la construction sur le terrain, Dessin Industriel LECTURE DE PLANS BATIMENT p1 Présentation La lecture de plan de bâtiment, va vous permettrent de décoder, analyser, tous types de dessins et de documents qui interviennent dans un projet

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

Créer ou rénover un plafond

Créer ou rénover un plafond Plafonds Novembre 2004 Code : F3820 Photo : Nomades. Créer ou rénover un plafond Plafonds suspendus Placostil, Plafonds enduits au plâtre Perfoplaque Vous voulez : remettre à neuf un plafond abîmé, réduire

Plus en détail

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free. VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.fr RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS

Plus en détail

Centre international d études pédagogiques

Centre international d études pédagogiques Centre international d études pédagogiques 1, avenue Léon-Journault 92318 Sèvres Cedex Tél. : 33 (0)1 45 07 60 22 - Fax : 33 (0)1 45 07 60 31 Site Internet : www.ciep.fr MARCHE DE TRAVAUX D AMENAGEMENT

Plus en détail

DISTOTABLET Copyright ArpAsoft

DISTOTABLET Copyright ArpAsoft RAPPORT DE L ETAT PARASITAIRE Loi TERMITE du 8 juin 1999 - DECRET n 2000-613 Arrêté du 10 août 2000 En conformité avec la Norme AFNOR NF P 03-200. Situation de l immeuble 12, rue Jules Verne 44000 Nantes

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois Forum Bois Construction Beaune 2011 La Règue verte - 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois B. Dayraut 1 La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature

Plus en détail

RAPPORT D AUDIT SOLIDITE

RAPPORT D AUDIT SOLIDITE RAPPORT D AUDIT SOLIDITE Parking Centre commercial Carrefour Nice Lingostière Réalisé par : Pour le compte de : Date Indice 20/03/2012 A SARL 1GBTP 1796 Rte de Gattières 06510 Carros Tel : 06.62.41.42.62

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Le Plancher Nouvelle Génération

Le Plancher Nouvelle Génération Le Plancher Nouvelle Génération ISOLTOP ZAC du Plan 191 Avenue du counoise 84320 Entraigues sur la sorgue Tel : 04 90 23 52 42 Fax : 04 90 23 51 83 contact@isoltop.com www.isoltop.com Version 5 1 Bien

Plus en détail

Produits préfabriqués lourds

Produits préfabriqués lourds Fiche Prévention - E4 F 13 14 Produits préfabriqués lourds Manutention, stockage et transport Les produits préfabriqués lourds sont nombreux et communément utilisés sur les chantiers de gros œuvre. Parmi

Plus en détail

Assistance à Maîtrise d Ouvrage Cinéma Jour de Fête

Assistance à Maîtrise d Ouvrage Cinéma Jour de Fête Assistance à Maîtrise d Ouvrage Cinéma Jour de Fête 74 RUE DE VIENNE, 27140 GISORS RAPPORT DE DIAGNOSTIC DES SONDAGES REALISES DANS LA SALLE DE PROJECTION 0. TABLE DES MATIERES 0. Table des matières...

Plus en détail

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment Réglementations Thermique Acoustique Aération Fiche d application Acoustique Départements d Outre-Mer Version 1.1 Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

>I Maçonnerie I Escaliers

>I Maçonnerie I Escaliers ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières g Terminologie n Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

PROGRAMME D INVESTISSEMENT * * *

PROGRAMME D INVESTISSEMENT * * * PROGRAMME D INVESTISSEMENT * * * PALAIS ACROPOLIS 1 PRESENTATION DU PROGRAMME Généralités : Le programme d investissement concerne la réalisation de travaux permettant de garantir la pérennité des ouvrages,

Plus en détail

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale.

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale. Pièces constitutives d une charpente Charpente traditionnelle Structure principale Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire 2 1 5 4 3 1 - Panne 2 - Panne faitière 3 - Sablière 4 - Chevron

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

La pose d un plafond. La prise des mesures

La pose d un plafond. La prise des mesures La prise des mesures La prise des mesures, souvent contraignante chez nos confrères, même pour l établissement d un devis, est réduite à sa plus simple expression chez nous. Il suffit de prendre la plus

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE

8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE 8 LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS ET LA SERRURERIE De nombreux produits en acier (plats, tubes, barres, tiges, câbles, cornières ) sont utilisés pour les aménagements intérieurs et dans les éléments annexes

Plus en détail

Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense 5 ème Forum International Bois Construction FBC 2015 Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense P. Gontier 1 Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense Pascal Gontier Architecte

Plus en détail

GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE*

GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE* GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE* BIEN CHOISIR SON PRODUIT : 1 ) Composition d un bloc-porte : Un bloc-porte est composé d une porte (1) associée à une huisserie (ou dormant ou cadre (2)). 2 )

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

gamme GROS-œuvre Briques de structure et de cloisons traditionnelles

gamme GROS-œuvre Briques de structure et de cloisons traditionnelles gamme GROS-œuvre Briques de structure et de cloisons traditionnelles Les Briques de structure Briques C Savoir-faire et innovation Savoir-faire de la brique Les briques en terre cuite sont, par excellence,

Plus en détail

Doublages thermo-acoustiques Placostil

Doublages thermo-acoustiques Placostil 01 Doublages sur ossature métallique Placostil Doublages thermo-acoustiques Placostil Description Les doublages Placostil renforcent les caractéristiques thermiques et acoustiques des parois auxquelles

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

PROFIL : 3.45.1000. PROFIL MÉTALLIQUE POUR COUVERTURE SÈCHE Longueur standard : de 1500 à 12000 mm Nuance de l acier : S320 GD selon norme NF EN 10147

PROFIL : 3.45.1000. PROFIL MÉTALLIQUE POUR COUVERTURE SÈCHE Longueur standard : de 1500 à 12000 mm Nuance de l acier : S320 GD selon norme NF EN 10147 Édition n 1 PROFIL : 3.45.1000 PROFIL MÉTALLIQUE POUR COUVERTURE SÈCHE Longueur standard : de 1500 à 12000 mm Nuance de l acier : S320 GD selon norme NF EN 10147 Revêtement Épaisseur (mm) Galvanisé Z275

Plus en détail

VILLA N B11-2 pièces duplex

VILLA N B11-2 pièces duplex Vallon Sapin Sapin Olivier Fil d'eau le 25/04/97 Orme Fil d'eau le 25/04/97 01 Fil d'eau le 4/03/96 Rue Yves Brayer - MANDELIEU LA NAPOULE Terrasse 4,31 Jardin REZ DE CHAUSSEE 5,40 Séjour Cuisine SdB CE

Plus en détail

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE ETUDE DE L EXISTANT CONSTRUCTION STRUCTURE (Références photos du chantier- 1960) LA GRANDE COURONNE

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail

800_Pajol Cpt au 31-01-2011 inclus. Complexe Sportif PAJOL SOLUTION RADIER. Finitions Scellements et calfeutrements Coulage plancher.

800_Pajol Cpt au 31-01-2011 inclus. Complexe Sportif PAJOL SOLUTION RADIER. Finitions Scellements et calfeutrements Coulage plancher. 800_Pajol Cpt au 31-01-2011 inclus Complexe Sportif PAJOL SOLUTION RADIER BILAN MAIN D' ŒUVRE RECAP COD DESIGNATIONS Bud AVANCMT CREDIT DEPENSE ECART ACT 14 817,00 106,00 14 817,00 3,65% 541,45 570,00-28,55

Plus en détail

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet Dossier Travaux d efficacité énergétique Projet d Isolation Thermique par l Extérieur (ITE) Ravalement Isolant maison individuelle (Le retour d expérience de Mr et Mme Parenti) 11 Date d emménagement au

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES

PROTECTIONS COLLECTIVES PROTECTIONS COLLECTIVES SOMMAIRE PROTECTIONS COLLECTIVES DE RIVES ET TOITURES presse rapide et ses consoles, protections avec poteaux, protection de rive par traversée de mur 3 CONSOLES POUR PLANCHERS

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN à des bâtiments collectifs

04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN à des bâtiments collectifs RAPPORT D ETUDE Référence projet: 04-001-B N de document: 04-001-rp02 Diagnostic DOREAN Date: 20-01-2005 Nombre de page: 8 Annexe(s): 0 04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN

Plus en détail

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières Terminologie Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

Réussir l assemblage des meubles

Réussir l assemblage des meubles Réussir l assemblage des meubles Assemblages en ligne Systèmes d accrochage de meuble LES BONS CONSEILS POUR FAIRE SOI-MÊME! 1 Les différents types d assemblage Les assemblages en angle ou en croix permettent

Plus en détail

HOTEL D ENTREPRISES. 6 ATELIERS (de 246 m² à 497 m²) 8 BUREAUX (de 35 m² à 113 m²) A LOUER

HOTEL D ENTREPRISES. 6 ATELIERS (de 246 m² à 497 m²) 8 BUREAUX (de 35 m² à 113 m²) A LOUER HOTEL D ENTREPRISES 6 ATELIERS (de 246 m² à 497 m²) ET 8 BUREAUX (de 35 m² à 113 m²) A LOUER PARC D ACTIVITES DES 6 MARIANNE ESCAUDAIN (59) Zone Franche Urbaine Permis de construire obtenu le 10 avril

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19)

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Marque de qualité identifiant les produits adaptés à notre environnement climatique Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Recommandations, conseils d utilisation et de mise

Plus en détail

Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise

Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise 1 Les étapes d un dossier MOB au bureau d études: 1. La réalisation du devis 2. Passage en commande du dossier 3. La demande d éléments 4. Le plan d implantation

Plus en détail

La solution céramique

La solution céramique octobre 2010 LES ATOUTS DE LA SOLUTION CERAMIQUE Confort Acoustique Conductibilité thermique Economie Coût global Introduction Les planchers chauffants connaissent depuis quelques années un fort développement.

Plus en détail

IMPORTANT : Cette page de synthèse ne peut être utilisée indépendamment du rapport d expertise complet

IMPORTANT : Cette page de synthèse ne peut être utilisée indépendamment du rapport d expertise complet Bien immobilier expertisé : 1 RUE MAURICE PELLERIN PC 699803 Etage : SS-2 et SS-1 92600 ASNIERES SUR SEINE Lot(s) : 2132à2141.2160.2161.2167.2169.2170.2176.2183. 2184.2169.2168 Références cadastrales :

Plus en détail

Fixer et accrocher. Photo : CIP Maison Phenix - Mareuil-les-Meaux. Fixer et accrocher. dans les ouvrages en plaques de plâtre ou en carreaux de plâtre

Fixer et accrocher. Photo : CIP Maison Phenix - Mareuil-les-Meaux. Fixer et accrocher. dans les ouvrages en plaques de plâtre ou en carreaux de plâtre Fixer et accrocher Novembre 2004 Code : F3824 Photo : CIP Maison Phenix - Mareuil-les-Meaux Fixer et accrocher dans les ouvrages en plaques de plâtre ou en carreaux de plâtre Vous voulez : fixer des étagères,

Plus en détail

Municipalité 16 avril 2014

Municipalité 16 avril 2014 Municipalité 16 avril 2014 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant PR14.12PR une demande de crédit d'investissement de Fr. 680 000.- pour les travaux de remise en état du Temple Pestalozzi

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay et Madame

Plus en détail

Cahier des Prescriptions Techniques d exécution CPT Sols Grands formats - Travaux neufs

Cahier des Prescriptions Techniques d exécution CPT Sols Grands formats - Travaux neufs Revêtements de sols intérieurs en carreaux céramiques de grand format et de format oblong collés au moyen de mortiers-colles dans les locaux P3 au plus en travaux neufs Cahier des Prescriptions Techniques

Plus en détail

Plafonds Placostil sur montants Montage standard

Plafonds Placostil sur montants Montage standard A01 Plafonds sur ossature métallique Placostil Plafonds Placostil sur montants Montage standard Travaux préparatoires et dispositions générales Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions

Plus en détail

REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION

REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION FICHE CONSEIL N 2 REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION (Plaques, carreaux, enduits) Ces préconisations communes des Industriels du plâtre ont pour but d aider l expert mandaté dans son

Plus en détail

Cloisons de distribution Caroplatre

Cloisons de distribution Caroplatre 04 Cloisons de distribution en carreaux de plâtre Cloisons de distribution Caroplatre Description Les carreaux de plâtre Caroplatre sont des éléments en plâtre 100% naturel fabriqués en usine. Leur coloration

Plus en détail

Nombre de m 2 / colis. Nombre de colis/ palette

Nombre de m 2 / colis. Nombre de colis/ palette easyrock Rouleau revêtu d un pare-vapeur kraft polyéthylène utilisé en rénovation. Echelle de densité + le + produit : la performance et la simplicité, avec un R = 5,10 m 2.K/W en 200 mm mono couche. le

Plus en détail

Lot n 6 - DOUBLAGES / CLOISONS SECHES / FAUX PLAFONDS

Lot n 6 - DOUBLAGES / CLOISONS SECHES / FAUX PLAFONDS Lot n 6 - DOUBLAGES / CLOISONS SECHES / FAUX PLAFONDS 6.1 PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES 6.1.1 Généralités Les présentes prescriptions techniques particulières au lot doublages-cloisons sèches,

Plus en détail

L isolation extérieure dès le gros œuvre

L isolation extérieure dès le gros œuvre L isolation extérieure dès le gros œuvre L ISOLATION PAR L EXTERIEUR : SA SUPERIORITE SUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR RTh est un nouveau procédé de maçonnerie spécialement conçu pour l isolation par l

Plus en détail

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 ECOLE SPECIALE DES TRAVAUX PUBLICS PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 AUTEUR : GABILLAT Arnaud PACAUD Fabien BUSSUTIL Clothilde TAN Vincent B3 1 IMPLANTATION DU PROJET Programme : Réalisation

Plus en détail

Affaire n : 2 282 131 N/Réf : CB623/2010/272/BC/CD Rapport émis par : B. COZE Rueil-Malmaison, le 7 mars 2011

Affaire n : 2 282 131 N/Réf : CB623/2010/272/BC/CD Rapport émis par : B. COZE Rueil-Malmaison, le 7 mars 2011 BUREAU VERITAS 5 bd Marcel POURTOUT 92563 RUEIL MALMAISON CEDEX Urbania Val d Ouest 38 rue Albert Sarraut 78000 VERSAILLES Téléphone :01 47 52 49 70 Télécopie : 01 47 77 03 22 A l attention de Mme ALILI

Plus en détail

CARNET DE SANTE LYCEE COLBERT A MARSEILLE. Destinataires : AREA M. SIRON

CARNET DE SANTE LYCEE COLBERT A MARSEILLE. Destinataires : AREA M. SIRON AGENCE DE MARSEILLE CONTROLE TECHNIQUE DE CONSTRUCTION 8 RUE JEAN JACQUES VERNAZZA BP 193 13322 MARSEILLE CEDEX 16 04.96.15.22.60 04.96.15.23.96 CARNET DE SANTE LYCEE COLBERT A MARSEILLE Destinataires

Plus en détail

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES TOITS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Vérifiez l état du recouvrement de la toiture ainsi que de ses composantes structurales. Si ceux-ci

Plus en détail

Projet : REHABILITATION DES BUREAUX DE LA MSA NYONS PHASE : PROJET. CCTP LOT N 02 Plâtrerie / cloisons / faux plafonds

Projet : REHABILITATION DES BUREAUX DE LA MSA NYONS PHASE : PROJET. CCTP LOT N 02 Plâtrerie / cloisons / faux plafonds Projet : REHABILITATION DES BUREAUX DE LA MSA NYONS PHASE : PROJET CCTP LOT N 02 Plâtrerie / cloisons / faux plafonds MAITRE D'OUVRAGE : MSA ARDECHE DROME LOIRE 29, rue Frédéric Chopin, 26000 Valence Tél

Plus en détail

N 5 SUPERSTRUCTURE. Enveloppe Seconde œuvre. Arezou MONSHIZADE MOBat

N 5 SUPERSTRUCTURE. Enveloppe Seconde œuvre. Arezou MONSHIZADE MOBat N 5 SUPERSTRUCTURE Enveloppe Seconde œuvre Arezou MONSHIZADE MOBat SUPERSTRUCTURE: Eléments constructifs SUPERSTRUCTURE Murs et baies Plancher Toiture Couverture +Seconde oeuvre INFRASTRUCTURE Sol Semelles

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE

LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE - page 1/5 LOT 02 CHARPENTE BOIS / BARDAGE IMPORTANT LOT 00 : Les entrepreneurs doivent impérativement prendre connaissance des prescriptions communes (lot 00) ainsi que

Plus en détail

Acoustique et thermique

Acoustique et thermique Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule 2. Étude de systèmes constructifs 29 Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule Les bonnes solutions thermiques n améliorent pas forcément l acoustique!

Plus en détail

ESCALIERS. passer des dénivellations supérieures à 7%

ESCALIERS. passer des dénivellations supérieures à 7% ESCALIERS passer des dénivellations supérieures à 7% 2 définitions essentielles : Contremarche et giron Le rapport H/G donne la pente d une volée de marches ex : 16 cm / 32 cm = 50% Emmarchement, emprise,

Plus en détail

Guide d installation

Guide d installation PANNEAUX POLYVALENTS EN FIBROCIMENT Guide d installation Finex : solide par nature Finex inc. est un chef de file dans le domaine de la construction en fibrociment. Finex fabrique et offre une ligne de

Plus en détail

LA PATHOLOGIE DU PLANCHER ANCIEN EN BOIS

LA PATHOLOGIE DU PLANCHER ANCIEN EN BOIS COLLEGE NATIONAL DES EXPERTS ARCHITECTES FRANCAIS 142 ème TABLE RONDE NATIONALE TECHNIQUE ET JURIDIQUE LA PATHOLOGIE DU PLANCHER ANCIEN EN BOIS MAISON DE L ARCHITECTURE D ILE DE FRANCE PARIS 06 JUIN 2013

Plus en détail

Le Domaine les Moulins NOTICE DESCRIPTIVE

Le Domaine les Moulins NOTICE DESCRIPTIVE Le Domaine les Moulins 46, rue Paul Valéry - 75116 Paris NOTICE DESCRIPTIVE (Prévue par l article R 261.13 du CCH suivant l arrêté du 10 mai 1968) SAINTE-MAXIME «LE DOMAINE LES MOULINS» ENSEMBLE IMMOBILIER

Plus en détail

Vis à béton FBS et FSS

Vis à béton FBS et FSS Vis à béton FBS et FSS Un montage rapide et de hautes performances. ETA-11/0093 ETAG 001-6 Usage multiple pour application non structurelle dans le béton Z-21.8-2015 ETA-11/0095 ETAG 001-3 Option 1 pour

Plus en détail

REHABILITATION DES LOGEMENTS DE LA CITE BAD A ABIDJAN - COCODY

REHABILITATION DES LOGEMENTS DE LA CITE BAD A ABIDJAN - COCODY REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE ----------- BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ---------- REHABILITATION DES LOGEMENTS DE LA CITE BAD A ABIDJAN - COCODY DESCRIPTIF LOT 02 GROS-OEUVRE MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES 1 INTRODUCTION AU PRODUIT 3 QUALITE PROFILS 4 CARACTERISTIQUES TECHNIQUES 9 TABLEAU DE PRE-DIMENSIONNEMENT 10 2 INTRODUCTION AU PRODUIT DESCRIPTION Les

Plus en détail