Troisième Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale. Libreville, du 21au 22 Octobre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Troisième Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale. Libreville, du 21au 22 Octobre 2013"

Transcription

1 CEEAC : Communauté Economique des Etats de l Afrique centrale CEEAC : Communidad Economica de los Estados del Africa Central CEEAC : Communidade Economica dos estados da Africa Central ECCAS : Economic Community for Central African States Troisième Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale. Libreville, du 21au 22 Octobre 2013 Compte rendu des travaux Résumé du 1 er jour Cérémonie d ouverture Mot de bienvenue et allocution du Coordonnateur Résident, Allocution d OCHA, Allocution du représentant de SG/ CEEAC, Allocution d ouverture Secrétaire Général, Min. de l Intérieur, de la Sécurité Publique, de l Immigration et de la Décentralisation La séance de travail a commencé par une introduction présentative des : Grande articulation de la journée, Objectifs et résultats de la rencontre et la méthodologie Session 1 Point de situation sur le suivi du Plan d Action de Yaoundé La présentation des différents participants a été suivie par le briefing sur la table ronde de Genève du 20 mai 2013, présidé par le Dr Nana, Monsieur Marcel MINKALA porteur du projet et Monsieur Dominique KUITSOUC pour le compte de la CEEAC a apporté sa contribution. Cette table ronde s est tenue en marge de la 4 ème Session de la Plate-Forme Mondiale pour la Réduction des Risques de Catastrophe tenu à Genève du 19 au 23 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 1

2 Mai Y étaient conviés : les bailleurs de fonds et donateurs potentiels, les Ambassadeurs des Etats membres de la CEEAC. A l issue des travaux étaient présidés par le représentant du Gabon, il a été suggéré: - à la CEEAC de procéder à une grande diffusion du plaidoyer lié à la mobilisation des ressources - que le plan d action de Yaoundé entre progressivement dans sa phase concrète. L opérationnalité participant à la crédibilité et à la visibilité. L organisation météorologique mondiale s est engagée à mener une étude de faisabilité de projet de centre climatique sous-régional afin de proposer avant décembre 2013 un document directeur régional devant être soumis aux différents ministres en charge de la question. La Banque Mondiale / Global Facility for Disaster Reduction and Recovery a promis faire le plaidoyer auprès de l UE afin que le 10 ème FED tienne compte de l Afrique Centrale. La Proposition soumise à Bruxelles a d ailleurs été inspirée par le plan d action de Yaoundé. 5 millions d Euros devraient être alloué à l Afrique centrale. D autres partenaires ont également fait des promesses et des protocoles de partenariat doivent être envisagés et signés. La séance d échanges qui a suivi a soulevé des interrogations quant aux avancées ou difficultés rencontrées depuis cette table ronde. Sur la question des partenariats, outre les promesses faites il n y pas eu de véritable avancée. Le représentant de la CEEAC a informé que la prochaine rencontre ACP/ UE prévue le 22 novembre 2013 sera consacré exclusivement au 10 ème FED et, donnera l occasion de relancer le plaidoyer. Il a déploré la gestion centralisée à New York et à Dakar de certains instruments de renforcement de capacité par le PNUD, qui rend complexe la mise en application de certains projets. Recommandations : En conclusion du briefing sur la table ronde tenue à Genève le 20 mai 2013 les propositions suivantes ont été faites : saisir de façon formelle les partenaires stratégiques, précédemment identifiés ; 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 2

3 désigner une équipe chargée du plaidoyer auprès des partenaires identifiés. Elle devra porter et assurer le suivi des courriers officiels ; mettre en place un programme identifiant les projets pouvant être réalisés à court terme ; s entendre sur un chronogramme de mise en œuvre devant permettre d évaluer le travail accompli ; recenser des ressources plurielles de la sous-région : financement, ressources humaines, capacité opérationnelle, etc. ; créer un répertoire des experts issus des Etats membres de la CEEAC. Une équipe conduite par Mme TOGO Hortense, composé d un représentant CEEAC, du Directeur de la protection civile du Tchad, a été constituée à cet effet. Elle devra adresser une 1 ère mouture de son travail à l OCHA, à la CEEAC et au Président du Comité de suivi dans un mois ; elle pourra se faire appuyer par Dr TONFACK BELVAL pour l identification des experts ; commencer à travailler sur le plaidoyer pour s assurer un appui du 11 ème FED de l UE. Session 2 - Observation sismique et volcanologique - Cas du Lac Nyos et Monoun présenté par le directeur de l Institut de Recherche Géologique et Minier le Dr HELL - Cas de des volcans de Goma présenté par OVG Goma, Dr Mavonga Les observatoires mis en place dans ces régions permettent d assurer en amont la veille. Les systèmes installés permettent d assurer la prévision des événements volcaniques et sismiques. Les données recueillies servent aussi bien à produire des cartes d aléas qu à faire faire de la prévention des catastrophes. Au Cameroun, suite aux conséquences de l émanation des gaz dans les 2 lacs à cratère (Monoun et Nyos), les autorités, avec l aide des partenaires nationaux et internationaux ont investi dans la sécurisation des sites incriminés. Au niveau du lac Nyos trois (03) colonnes de dégazage ont été installées ainsi qu un système d alerte émettant un signal sonore devant prévenir la population en cas de sortie incontrôlée 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 3

4 et massive de gaz. Ce système de dégazage a permis à ce jour de réduire de 70% la quantité de gaz dissouts contenu(e)s dans ce lac. Par ailleurs, des exercices de simulation ont été menés afin de préparer la population à une éventuelle explosion de ces lacs. De même le renforcement du barrage naturel de lac Nyos par la méthode de jet grouting vient d être effectué afin d annihiler le risque majeur de rupture de ce dernier ; Il ne reste aujourd hui que le risque d érosion superficielle de ce barrage qui va être résolu dans les tous prochains mois. S agissant de l observatoire sismique de GOMA. En 2002 les 2 seuls sismographes encore en service avaient permis d annoncer l irruption volcanique. Mais le contexte socio-politique, le manque de financement n avaient pas permis de réagir. Par la suite la communauté internationale dota l observatoire de capacité de surveillance. Cependant pour maximiser les données, il faudrait entourer le volcan de stations de mesure. Les difficultés / faiblesses dénoncés par les exposants sont relativement les mêmes : - financement - ressources humaines (vieilles équipes, difficultés de renouvellement et de recrutement) - équipement - incivisme des populations (acte de vandalisme sur les matériels) La séance de questions/réponses a permis à la représentante de FICR de proposer une implication en amont de la Croix Rouge comme relai auprès des communautés. Il a été également question de la gestion transfrontalière entre la RDC et le Rwanda qui est tout proche des volcans. Recommandations : Il existe déjà une collaboration entre les chercheurs des instituts des 2 pays (notamment pour appliquer certaines actions en cours au Lac Nyos à appliquer au Lac Vert au Nord Kivu) mais la mise en place d un partenariat formel a été souhaitée ; encourager les Gouvernements et partenaires à continuer d appuyer ces institutions et favoriser une relève technique et scientifique ; 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 4

5 renforcer les mécanismes de liaison transfrontaliers et de préparation commune (Cameroun-Nigéria, RDC-Burundi-Rwanda) Session 3 - Déplacements en temps de catastrophes naturelles, assistance et protection aux personnes déplacées L objectif de l exposant de OCHA a été de présenter une idée commune de la protection, de rappeler la responsabilité des Etats et de la revue des actions de préparation à mettre en place. A cet effet la définition proposée par le Comité Permanent Inter Agence (IASC-CPIA) a été exposée. Des éclaircissements sur les termes de réfugiés et de déplacés ont été apportés afin de lever la confusion. L exposant a présenté des différentes stratégies d assistance et de protection des personnes affectées ainsi que des précautions nécessaires devant être mises en place dans les différentes phases de la crise. Il a été également question de la responsabilité en matière de protection qui incombe aux Etats en temps de catastrophes. Le point sur la sécurisation des données et des archives a longuement retenu l attention des participants Session 4 - Risques sanitaires et mécanismes de réponse aux urgences sanitaires en Afrique Centrale, présenté par le Dr Manzila du bureau Afrique de l OMS Un inventaire des risques sanitaires spécifiques à la région Afrique Centrale a été répertorié où, en plus des catastrophes naturelles, les conflits socio-politiques occupent une place importante dans la région. Quant au mécanisme de gestion des risques de catastrophe, une étude menée en 2011 a révélé que la majorité des pays de la région africaine n était pas dotés de capacité institutionnelle dans la gestion des risques de catastrophe (GRC) dans le domaine de la santé. Dans le souci de palier à ces insuffisances, l OMS a développé 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 5

6 la stratégie africaine de gestion des risques de catastrophe dans le secteur de la santé qui a été adoptée par les pays membres. La stratégie couvre une période de 10 ans ( ) et prend en compte tout le cycle de catastrophe. Les différents outils développés dans le cadre de sa mise en œuvre ont été également présentés. La spécificité du secteur de la santé est d être au bout de la chaîne des conséquences des catastrophes d où la nécessité d une prise en compte systématique du volet santé dans toutes les planifications de la gestion des catastrophes. Recommandations : Faire le plaidoyer auprès des Etats afin que ceux-ci apportent leur contribution à la mise en place du «fonds africain d urgence de santé publique» (African Public Health Emergency Fund, APHEF). A ce jour seul 2 millions de dollars US ont été apportés, loin des 50 millions visés pour le fonds ; Prendre en compte la stratégie africaine de GRC dans le Plan d action de Yaoundé pour le secteur de la santé. o Encourager les Etats membres à mettre en œuvre la stratégie africaine de GRC par la mise en œuvre des activités programmées telles que : la mise en place des mécanismes de gestion des catastrophes et de santé à intégrer la gestion des risques de catastrophes (GRC) et des indicateurs de GRC dans les systèmes d informations sanitaires ; o l établissement des procédures opérationnelles pour l intégration des risques de catastrophes dans les systèmes sanitaires ; o l évaluation des capacités nationales (Country Capacity Assessment) en GRC selon la méthodologie préparée par l OMS 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 6

7 Session 5 - Présentation du Cadre opérationnel de l Organisation internationale pour les migrations (OIM) en cas de crise migratoire Le cadre opérationnel en cas de crise migratoire a été signé par les Etats membres de l OIM en novembre Tous les Etats de la CEEAC sont membres de l OIM à l exception de Sao Tome et Principe qui est Observateur et de la Guinée Equatoriale. Ce cadre est entré en application en 2013 et peut désormais s appliquer à la gestion des crises ayant des dimensions migratoires en Afrique centrale. Les débats se sont appesantis sur les conditions d intervention de l OIM qui appuie les Gouvernements qui sont les premiers responsables de la protection de toutes les personnes présentes sur leur sol. Il ressort du débat que l intervention humanitaire de l OIM se fait en accord avec l Etat concerné et exceptionnellement sur la base d une résolution voté par le Conseil de sécurité de l ONU autorisant l intervention des humanitaires dans certaines circonstances. S agissant de la situation actuelle en RCA, l OIM n y est pas présente mais une équipe est en cours de déploiement pour appuyer la réponse humanitaire internationale, sans opposition du gouvernement centrafricain. Recommandation : Encourager les Etats Membres à utiliser le Cadre opérationnel en cas de crise migratoire pour renforcer leur propre capacité de préparation et de réponse aux crises migratoires, avec l appui de l OIM si nécessaire. 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 7

8 Résumé du 2 ème jour 22 octobre 2013 Session 6 - Compte rendu des prévisions saisonnières PRESAC Les prévisions saisonnières présentées par PRESAC avaient comme de donner un aperçu sur l évolution de temps, du climat et des précipitations compris entre la période octobre décembre 2013 en utilisant plusieurs techniques, notamment l observation de la température de la mer, techniques de zone Niño qui ont permis de de déterminer les tendances probables des précipitations et la cartographie des risques mettant en exergue trois zones selon que les tendances supérieures, égales et inférieures à la normale : dans la zone de risques supérieurs à la normale l on retrouve la Guinée Equatoriale, Sao Tomé, Cameroun, Gabon, Congo, RDC ; le reste de pays de la région se classent dans la zone de risques à tendance normale suivant les seuils des statistiques fournies par OMM en collaboration avec ACMAD ; des climatologues ont également contribué avec des données hydrologiques sauf pour le Cameroun qui n avait pas des informations disponibles au moment de lancement du logiciel. En guise de mesures de préparation, dans les zones à risques de tendances supérieures, il a été recommandé que des surveillances modérées soient effectuées surtout dans la partie ouest de Gabon, du Cameroun, de la République du Congo, et de la République Démocratique du Congo. Par contre, de surveillance à faible portée devra se réaliser dans la partie sud est de la République Démocratique du Congo. 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 8

9 Session 7 - Outils d évaluation du niveau de préparation aux urgences Cette présentation faite par OCHA ROWCA a proposé un paquet minimum d actions aux Etats pour leur permettre de mesurer le niveau de préparation dans leurs pays respectifs. Ce paquet d activités couvre 5 composantes essentielles pour un renforcement de l état de préparation aux urgences: 1. Evaluation des capacités nationales en matière de préparation aux urgences et de réduction des risques de catastrophes : Ces évaluations sont inspirée des 5 priorités du cadre d action de Hyogo et sont un effort inter organisation au niveau régional et national en appui aux Gouvernements.. De telles évaluations ont été réalisées en 2010 au Ghana, en 2011 au Mali, en 2012 au Nigeria et en 2013 au Burundi. Signalons par ailleurs que dans le cadre du Nigeria, les évaluations ont bénéficié de l apport d une mission de l équipe de protection civile de l Union Européenne et des experts UNDAC. En tout 40 institutions ont été visitées dans la région. 2. Evaluation des besoins : Les priorités sectorielles stratégiques sont possibles grâce à la disponibilité et la fiabilité des informations sur les besoins identifiés à temps suite à une crise soudaine. Ainsi, une approche commune des évaluations rapides initiales durant la première phase qui suit une urgence (nommée MIRA) est vulgarisée auprès des partenaires humanitaires et des Etats afin de permettre aux autorités de prendre des décisions et options nécessaires pour la mise en œuvre des plans d interventions aux urgences liées aux catastrophes. Avec l approche MIRA l on vise à standardiser les outils d évaluation et harmoniser les approches entre gouvernements et partenaires afin de minimiser les écarts qui biaisent le consensus sur les données ou informations à utiliser afin de répondre aux urgences. Des efforts d adaptation ont connu des résultats encourageants notamment dans les pays d Asie du sud-est et au Burkina-Faso. 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 9

10 L exercice MIRA débouche sur des simulations pour affiner la compréhension des acteurs (exemple de la RDC). Le seul défi demeure son appropriation au niveau des autorités locales sur l ensemble du pays. 3. Préparer et Tester : C est principalement la planification des mesures d urgences basée sur un plan de contingence dont le processus s étale sur 4 phases : évaluation des risques - actions minimales de préparation - processus de contingence - plans de réponses. Les risques ainsi identifiés et analysés doivent régulièrement être surveillés et les dispositifs de contingence et de coordination doivent être testés grâce à des exercices de simulation. 4. Gérer l information : OCHA avec l apport de certains acteurs offre un certain nombre de services dont, l appui aux développement de base de données Qui fait Quoi, Où (inventaires des acteurs) centralisation des données opérationnelles communes pour être accessibles à tous, outils de récoltes de données ou check-lists, appui à l analyse et l évaluation par les informations géospatiales ou systèmes d information géographique (exemple de la mis à disposition de clichés satellite pour suivre les crues des rivières au Nigeria en 2012). Session 8 Discussion avec le Représentant Spécial des Nations Unies pour l Afrique Centrale (UNOCA) L Ambassadeur Moussa a eu l occasion d échanger avec les participants sur les causes de migrations internes et externes en zone CEEAC. L UNOCA œuvre en coopération avec les autorités des pays pour renforcer les dynamiques de prévention et de gestion des conflits ainsi qu à la consolidation de la paix et de la sécurité dans la sous-région aussi, à travers le cadre de coopération avec des partenaires dont la CEEAC en tête. L Amb. Moussa a pu rappeler que le fait de migrer est ancien, qu il découle le plus souvent du mal être dans son pays et la rechercher de perspectives meilleures. 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 10

11 Un mieux vivre est donc une condition préalable indispensable pour stabiliser les populations. Session 9 - Présentations des pays sur l état de préparation et de gestion des urgences : République Démocratique du Congo, République Du Congo, Tchad, Angola, Sao Tomé, Burundi, Gabon, Cameroun. En référence au cadre Hyogo et le plan d actions de Yaoundé, les pays ci-dessus suivant le canevas envoyé par la CEEAC ont présenté les situations de leurs pays respectifs suivies des actions réalisées, les contraintes inhérentes, et les perspectives envisagées. Il en ressort que ces pays n ont pas eu le même niveau d exécution pour des raisons internes et stratégiques globales. En dehors des contraintes quasi générales concernant les insuffisances techniques, les financements et le faible accompagnement des autorités politiques, les pays comme Sao Tomé, la RDC, le Burundi sont confrontés à des écueils spécifiques comme des conflit de leadership sur la gestion des catastrophes et le manque d appui à des projets à plus long terme tels que le projet de gestion de l érosion côtière à Sao Tomé et Principé. Recommandations : Renforcer la coordination de la préparation et la réponse aux catastrophes en donnant plus de poids aux structures en charge, en encourageant les services dépendant de Ministères à devenir des agences plus autonomes (à l image de ce qui s est fait au Bénin par exemple) Clarifier l ancrage institutionnel des plateformes de gestion des risques de catastrophes : ce ne sont pas des organes décisionnels ni de réponse qui remplacent d autres structures mais plutôt des forums d échange, d harmonisation des approches et de partage d informations. Ne pas clarifier cela risque de faire perdurer le biais qui entrave la mise en place des platesformes dans les pays. Ces plateformes doivent être situées à un niveau suffisant pour ne pas être perçues comme partisanes ou liées à un Ministère exclusivement. 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 11

12 Promouvoir des réunions régulières des décideurs politiques et Ministres en charge de la gestion des catastrophes afin d assurer un poids politique plus important à ces questions. Session 10 - Opérationnaliser le Plan d Action de Yaoundé Décisions : Dans l optique d une meilleure opérationnalisation du Plan d Action de Yaoundé, il a été proposé que le Comité de suivi se transforme en Comité de pilotage chargé de la coordination et de l exécution du Plan d Action de Yaoundé. Ce Comité sera doté d un coordonnateur technique assisté d un secrétaire chargé de la gestion opérationnelle du Plan d Action de Yaoundé. Le Comité de pilotage est composé comme suit : - Président : Dr Jean Pierre NANA (Cameroun) ; - 1 er Vice Président : Mme Hortense TOGO, épouse MOUSSOUNDA (Gabon) ; - 2è Vice Président : Général Edouard NIBIGIRA (Burundi) ; - Conseillers : M. Raymond BONGOLE EFOYA (RDC) ; M. Francisco BIMBA (Angola) ; - Facilitateurs : Mme Mabilo TESSE MBIA (Tchad) M. Edmond MAKIMOUHA (Congo Brazzaville) M. Quaresma Cécilio SACRAMENTO (São Tomé e Principe) - Personnes ressources : (République Centrafricaine) (Guinée Equatoriale) - Coordonnateur technique : M. Marcel MIKALA (ONU OCHA) Le Secrétaire sera désigné par la CEEAC. Une feuille de route a été assignée au Coordonnateur technique pour une période intérimaire de six mois, au terme de laquelle un bilan d étape sera effectué à 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 12

13 Yaoundé. Le coordonnateur sera chargé de préparer l esquisse de la feuille de route susmentionnée assorti du chronogramme de mise en œuvre y relatif. Il devra également travailler en étroite collaboration avec les pays pour qu ils préparent chacun 1-2 projets entrant dans les priorités du plan d action de Yaoundé. La prochaine consultation aura lieu à Bujumbura en ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 13

Consortium pour la Recherche, l Innovation et la Formation pour le Développement en Afrique Centrale (CRIFDAC) Honoré TABUNA

Consortium pour la Recherche, l Innovation et la Formation pour le Développement en Afrique Centrale (CRIFDAC) Honoré TABUNA Communauté Économique des Etats de l Afrique Centrale CEEAC Economic community of Central Africa States ECCAS Communidad Economica de los Estados del Africa Central CEEAC Communidade Economica dos estados

Plus en détail

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC)

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) 1. ADRESSE : CEEAC : +241-44 47 31 BP 2112 Fax:+241-44 47 32 Libreville Gabon Email: ceeac.orgsr@inet.ga Website : www.ceeac-eccas.org

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

ATELIER SOUS-REGIONAL DE PROGRAMATION DES ACTIVITES ET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES COORDINATIONS NATIONALES ET INSTITUTIONS PARTENAIRES

ATELIER SOUS-REGIONAL DE PROGRAMATION DES ACTIVITES ET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES COORDINATIONS NATIONALES ET INSTITUTIONS PARTENAIRES ATELIER SOUS-REGIONAL DE PROGRAMATION DES ACTIVITES ET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES COORDINATIONS NATIONALES ET INSTITUTIONS PARTENAIRES Bujumbura, 11-13 février 2008 COMMUNIQUE FINAL Le Secrétariat

Plus en détail

Economie verte et gouvernance forestière dans les Etats membres de la CEEAC

Economie verte et gouvernance forestière dans les Etats membres de la CEEAC Communauté Économique des Etats de l Afrique Centrale CEEAC Economic community of Central Africa States ECCAS Communidad Economica de los Estados del Africa Central CEEAC Communidade Economica dos estados

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia, Tel.:(251-1) 51 38 22 Fax: (251-1) 51 93 21 Email: oau-ews@telecom.net.et CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE 32 EME REUNION

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS Des recommandations détaillées sur l approche de responsabilité sectorielle

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE SOUS-REGIONAL DE PILOTAGE DU PROGRAMME MIKE AFRIQUE CENTRALE N DJAMENA, 24-25 AVRIL 2007

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE SOUS-REGIONAL DE PILOTAGE DU PROGRAMME MIKE AFRIQUE CENTRALE N DJAMENA, 24-25 AVRIL 2007 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE SOUS-REGIONAL DE PILOTAGE DU PROGRAMME MIKE AFRIQUE CENTRALE N DJAMENA, 24-25 AVRIL 2007 INTRODUCTION Il s est tenu à N Djamena du 24 au 25 avril 2007, la 3 ème réunion

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL. Présentation : Capitaine TINE DPC

LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL. Présentation : Capitaine TINE DPC République du Sénégal Un Peuple - Un But - Une Foi *********** Ministère de l Intérieur *********** DIRECTION DE LA PROTECTION CIVILE LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL Présentation : Capitaine

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL PARIS21 AFRIQUE FRANCOPHONE Notes préparées par les pays participants à la visioconférence SNDS du 12 juillet 2006.

PROGRAMME REGIONAL PARIS21 AFRIQUE FRANCOPHONE Notes préparées par les pays participants à la visioconférence SNDS du 12 juillet 2006. PROGRAMME REGIONAL PARIS21 AFRIQUE FRANCOPHONE Notes préparées par les pays participants à la visioconférence SNDS du 12 juillet 2006. Bénin Burundi Comores Guinée Niger RCA - Togo Bénin... 1 Burundi...

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC (SE), Expert-Responsable

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011

RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011 OIC/COMCEC/27-11/D(24) Original : Anglais RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011 OUAGADOUGOU BURKINA FASO Présenté

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004 Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux Nairobi, le 20 mai 2004 Résumé des Discussions et Recommandations 1. Il s est tenu à Nairobi,

Plus en détail

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre

Plus en détail

Aperçu de l utilisation de l information environnementale par la Banque africaine de développement

Aperçu de l utilisation de l information environnementale par la Banque africaine de développement Atelier sur les statistiques de l'environnement en appui à la mise en œuvre du Cadre pour le Développement des Statistiques de l'environnement Lomé, 19-23 novembre 2015 Aperçu de l utilisation de l information

Plus en détail

AEDES -Journées thématiques médicament 21, 22 et 23 septembre 2010. Emilienne Pola Yissibi, Pharmacien de Santé Publique, Consultante HPPN/OCEAC

AEDES -Journées thématiques médicament 21, 22 et 23 septembre 2010. Emilienne Pola Yissibi, Pharmacien de Santé Publique, Consultante HPPN/OCEAC AEDES -Journées thématiques médicament 21, 22 et 23 septembre 2010 Initiatives d harmonisation des politiques/réglementations pharmaceutiques au niveau sous-régional Emilienne Pola Yissibi, Pharmacien

Plus en détail

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Remarques introductives du Dr Jean PING Président de la Commission de l Union africaine à l ouverture de la 11 ème Réunion du Mécanisme de Coordination Régionale

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale»

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale» REUNION AD HOC D EXPERTS SUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous Régional pour l Afrique Centrale F Distr : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.BUS/14/Inf.1

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

BELGIQUE. CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session. La situation en République Centrafricaine (S/2009/128)

BELGIQUE. CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session. La situation en République Centrafricaine (S/2009/128) BELGIQUE CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session La situation en République Centrafricaine (S/2009/128) DECLARATION DE S.E. M. JAN GRAULS AMBASSADEUR REPRESENTANT PERMANENT DE LA BELGIQUE AUPRES DES NATIONS

Plus en détail

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO *

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * Note de recherche du ROP LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * L Union africaine (UA) a élaboré une architecture continentale de paix et

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Bamako, 11-13 décembre 2007

Bamako, 11-13 décembre 2007 Mise en oeuvre des Lignes directrices de Robben Island en Afrique francophone Bamako, 11-13 décembre 2007 RAPPORT NARRATIF Introduction Ce séminaire, co-organisé par L Association pour la Prévention de

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ******

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Université de Dschang Département de Genie Rural SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Dschang, du 24 au 26 Juillet 2006 ******* Document d orientation

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA . TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT DES ECHANGES COMMERCIAUX INTRACOMMUNAUTAIRES POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE

Plus en détail

L atelier a été modéré par M. Jean-Marie Noiraud, avec comme rapporteur M. Armand Asseng Ze.

L atelier a été modéré par M. Jean-Marie Noiraud, avec comme rapporteur M. Armand Asseng Ze. Compte rendu final de l atelier sous-régional d évaluation de l avancement du projet «Renforcement de la sécurité alimentaire en Afrique Centrale à travers la gestion et l utilisation durable des produits

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport atelier ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST 28 et 29 janvier 2015 GWP/ Afrique de l Ouest NOTE CONCEPTUELLE ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX ATELIER DE VALIDATION DU PROJET DE PLAN D ACTIONS POUR LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DE BASE A ACCES UNIVERSEL AU CAMEROUN YAOUNDE, HOTEL MONT FEBE 05-06 FEVRIER 2015 Yaoundé, Cameroun, 04-06

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Remise de 6 ambulances et de matériel pour la lutte contre l épidémie Ebola

COMMUNIQUE DE PRESSE. Remise de 6 ambulances et de matériel pour la lutte contre l épidémie Ebola AMBASSADE DU JAPON Conakry, le 9 mars 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Remise de 6 ambulances et de matériel pour la lutte contre l épidémie Ebola Le 9 mars 2015, Son Excellence Monsieur Naotsugu Nakano, Ambassadeur

Plus en détail

ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE

ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE Bamako, Mali du 12 au 15 mars 2012 1. Introduction Français L atelier et la

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI)

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) 1) Contexte général La phase I du projet Risques Naturels (RN-COI) a été financée par l

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

SEGMENT DES EXPERTS PRELUDE A LA CONFERENCE DES MINISTRES DE LA CEEAC SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE CENTRALE RAPPORT DES TRAVAUX DES EXPERTS

SEGMENT DES EXPERTS PRELUDE A LA CONFERENCE DES MINISTRES DE LA CEEAC SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE CENTRALE RAPPORT DES TRAVAUX DES EXPERTS SEGMENT DES EXPERTS PRELUDE A LA CONFERENCE DES MINISTRES DE LA CEEAC SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE CENTRALE RAPPORT DES TRAVAUX DES EXPERTS Brazzaville, Palais des congrès / Ministère des Affaires Etrangères

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT COORDINATEUR/ CHEF D EQUIPE DES CONSULTANTS POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE DES PAYS DE LA REGION DES GRANDS

Plus en détail

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG)

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Qu est INSARAG? Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (connu sous son sigle en anglais, INSARAG)

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES

CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- DIX-SEPTIEME SESSION EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES GENEVE, LE 10 JUIN 2011 COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

RENCONTRE DE VALIDATION DU PLAN D ACTION DE PLAIDOYER POUR LA RRC 2015-2016

RENCONTRE DE VALIDATION DU PLAN D ACTION DE PLAIDOYER POUR LA RRC 2015-2016 RENCONTRE DE VALIDATION DU PLAN D ACTION DE PLAIDOYER POUR LA RRC 2015-2016 Rapport présenté par Brigitte KONKOBO Adama GNANOU Juin 2015 1 INTRODUCTION Depuis 2010, les partenaires de Christian Aid que

Plus en détail

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence 1) Contexte/mandat du (niveau province) Le Groupe de Travail protection de l enfance () pour la province du Nord Kivu en RDC existe depuis début 2008. Il s agit d un groupe technique qui dépend du Cluster

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Libreville 14 & 15 mars 2013 RAPPORT FINAL

Libreville 14 & 15 mars 2013 RAPPORT FINAL Atelier de planification opérationnelle du Projet COMIFAC-FAO relatif aux «systèmes de surveillance et de MNV nationaux avec une approche régionale pour les pays du Bassin du Congo» Libreville 14 & 15

Plus en détail

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES Commission du Bassin du Lac Tchad Siège CBLT - BP 727 - N Djamena - Tchad Tel: +235 22 52.41.45 Fax: +235 22 52.41.37 E-mail : cblt_lcbc@intnet.td RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso

Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso Guiatin Youssouf Institut National de la Statistique et de la Démographie, Burkina Faso guiatinyoussouf@yahoo.fr

Plus en détail

Diagnostic et Leçons à tirer

Diagnostic et Leçons à tirer Atelier sur le diagnostic des systèmes d information et d alerte précoce au Tchad Diagnostic et Leçons à tirer 20 Mars 2012, N Djamena, Tchad Plan de la présentation Les attentes d un système d information

Plus en détail

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 15 août 2014 Français Original: anglais ECE/CEP/2014/12 Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingtième

Plus en détail

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

PRE-ATELIER DE REFLEXION SUR LA MISE EN PLACE D UNE PLATEFORME D ECHANGE ENTRE LES INSTITUTS DE SANTE PUBLIQUE DE COTE D IVOIRE 09 au 10 OCTOBRE 2013

PRE-ATELIER DE REFLEXION SUR LA MISE EN PLACE D UNE PLATEFORME D ECHANGE ENTRE LES INSTITUTS DE SANTE PUBLIQUE DE COTE D IVOIRE 09 au 10 OCTOBRE 2013 PRE-ATELIER DE REFLEXION SUR LA MISE EN PLACE D UNE PLATEFORME D ECHANGE ENTRE LES INSTITUTS DE SANTE PUBLIQUE DE COTE D IVOIRE 09 au 10 OCTOBRE 2013 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La côte d Ivoire, pour

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment?

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment? 3-32 GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES La planification est indispensable pour atteindre les objectifs escomptés. Ce diagramme (figure 5) illustre quelques points clés relatifs à la gestion du

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition)

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Introduction Le 20 décembre 2013, l'assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution en

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

Termes de Référence de l Université d été d Afrique centrale

Termes de Référence de l Université d été d Afrique centrale Termes de Référence de l Université d été d Afrique centrale Titre : Economie verte et changements climatiques Date : 12 au 19 avril 2015 Lieu : Bujumbura-Burundi Langues : Français et Anglais. 1. Contexte

Plus en détail

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION Distr. GENERALE A/AC.237/38 16 août 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION D UNE CONVENTION-CADRE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Huitième session Genève, 16-27 août

Plus en détail

Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour 2008

Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour 2008 Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour Le Plan de Travail Commun se base sur les objectifs stratégiques de l Appel Consolidé (CAP)

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Ordre du Jour Provisoire

Ordre du Jour Provisoire 14 E REUNION DU CONSEIL DE L ITIE, BRUXELLE DU 13 14 DECEMBRE 2010 Document du Conseil 14-1 Ordre du Jour Provisoire Secrétariat International de l ITIE Oslo, 29 novembre 2010 Lundi 13 décembre 11:30 14

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC Lieu de travail :

Plus en détail

La gestion des frontières

La gestion des frontières Réunion thématique sur La gestion des frontières 5-6 novembre 2013 Hôtel Husa Princesa, Madrid, Espagne Note de cadrage & Agenda Note de cadrage Contexte La gestion des frontières a été identifiée par

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM. NOTE D INFORMATION sur le GAFSP

GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM. NOTE D INFORMATION sur le GAFSP GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM NOTE D INFORMATION sur le GAFSP Présentée par Ndiogou Fall Comité de pilotage GAFSP Aout 2010 1 La crise alimentaire de 2008 a relancé le débat sur la situation

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Expert international en Education

Expert international en Education Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Le Partenariat ECES-EFEAC dans le renforcement innovant des capacités électorales en Afrique. Plan de présentation

Le Partenariat ECES-EFEAC dans le renforcement innovant des capacités électorales en Afrique. Plan de présentation Le Partenariat ECES-EFEAC dans le renforcement innovant des capacités électorales en Afrique Programme de mise en place des dynamiques de renforcement institutionnel et de formation pour l ensemble des

Plus en détail