Troisième Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale. Libreville, du 21au 22 Octobre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Troisième Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale. Libreville, du 21au 22 Octobre 2013"

Transcription

1 CEEAC : Communauté Economique des Etats de l Afrique centrale CEEAC : Communidad Economica de los Estados del Africa Central CEEAC : Communidade Economica dos estados da Africa Central ECCAS : Economic Community for Central African States Troisième Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale. Libreville, du 21au 22 Octobre 2013 Compte rendu des travaux Résumé du 1 er jour Cérémonie d ouverture Mot de bienvenue et allocution du Coordonnateur Résident, Allocution d OCHA, Allocution du représentant de SG/ CEEAC, Allocution d ouverture Secrétaire Général, Min. de l Intérieur, de la Sécurité Publique, de l Immigration et de la Décentralisation La séance de travail a commencé par une introduction présentative des : Grande articulation de la journée, Objectifs et résultats de la rencontre et la méthodologie Session 1 Point de situation sur le suivi du Plan d Action de Yaoundé La présentation des différents participants a été suivie par le briefing sur la table ronde de Genève du 20 mai 2013, présidé par le Dr Nana, Monsieur Marcel MINKALA porteur du projet et Monsieur Dominique KUITSOUC pour le compte de la CEEAC a apporté sa contribution. Cette table ronde s est tenue en marge de la 4 ème Session de la Plate-Forme Mondiale pour la Réduction des Risques de Catastrophe tenu à Genève du 19 au 23 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 1

2 Mai Y étaient conviés : les bailleurs de fonds et donateurs potentiels, les Ambassadeurs des Etats membres de la CEEAC. A l issue des travaux étaient présidés par le représentant du Gabon, il a été suggéré: - à la CEEAC de procéder à une grande diffusion du plaidoyer lié à la mobilisation des ressources - que le plan d action de Yaoundé entre progressivement dans sa phase concrète. L opérationnalité participant à la crédibilité et à la visibilité. L organisation météorologique mondiale s est engagée à mener une étude de faisabilité de projet de centre climatique sous-régional afin de proposer avant décembre 2013 un document directeur régional devant être soumis aux différents ministres en charge de la question. La Banque Mondiale / Global Facility for Disaster Reduction and Recovery a promis faire le plaidoyer auprès de l UE afin que le 10 ème FED tienne compte de l Afrique Centrale. La Proposition soumise à Bruxelles a d ailleurs été inspirée par le plan d action de Yaoundé. 5 millions d Euros devraient être alloué à l Afrique centrale. D autres partenaires ont également fait des promesses et des protocoles de partenariat doivent être envisagés et signés. La séance d échanges qui a suivi a soulevé des interrogations quant aux avancées ou difficultés rencontrées depuis cette table ronde. Sur la question des partenariats, outre les promesses faites il n y pas eu de véritable avancée. Le représentant de la CEEAC a informé que la prochaine rencontre ACP/ UE prévue le 22 novembre 2013 sera consacré exclusivement au 10 ème FED et, donnera l occasion de relancer le plaidoyer. Il a déploré la gestion centralisée à New York et à Dakar de certains instruments de renforcement de capacité par le PNUD, qui rend complexe la mise en application de certains projets. Recommandations : En conclusion du briefing sur la table ronde tenue à Genève le 20 mai 2013 les propositions suivantes ont été faites : saisir de façon formelle les partenaires stratégiques, précédemment identifiés ; 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 2

3 désigner une équipe chargée du plaidoyer auprès des partenaires identifiés. Elle devra porter et assurer le suivi des courriers officiels ; mettre en place un programme identifiant les projets pouvant être réalisés à court terme ; s entendre sur un chronogramme de mise en œuvre devant permettre d évaluer le travail accompli ; recenser des ressources plurielles de la sous-région : financement, ressources humaines, capacité opérationnelle, etc. ; créer un répertoire des experts issus des Etats membres de la CEEAC. Une équipe conduite par Mme TOGO Hortense, composé d un représentant CEEAC, du Directeur de la protection civile du Tchad, a été constituée à cet effet. Elle devra adresser une 1 ère mouture de son travail à l OCHA, à la CEEAC et au Président du Comité de suivi dans un mois ; elle pourra se faire appuyer par Dr TONFACK BELVAL pour l identification des experts ; commencer à travailler sur le plaidoyer pour s assurer un appui du 11 ème FED de l UE. Session 2 - Observation sismique et volcanologique - Cas du Lac Nyos et Monoun présenté par le directeur de l Institut de Recherche Géologique et Minier le Dr HELL - Cas de des volcans de Goma présenté par OVG Goma, Dr Mavonga Les observatoires mis en place dans ces régions permettent d assurer en amont la veille. Les systèmes installés permettent d assurer la prévision des événements volcaniques et sismiques. Les données recueillies servent aussi bien à produire des cartes d aléas qu à faire faire de la prévention des catastrophes. Au Cameroun, suite aux conséquences de l émanation des gaz dans les 2 lacs à cratère (Monoun et Nyos), les autorités, avec l aide des partenaires nationaux et internationaux ont investi dans la sécurisation des sites incriminés. Au niveau du lac Nyos trois (03) colonnes de dégazage ont été installées ainsi qu un système d alerte émettant un signal sonore devant prévenir la population en cas de sortie incontrôlée 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 3

4 et massive de gaz. Ce système de dégazage a permis à ce jour de réduire de 70% la quantité de gaz dissouts contenu(e)s dans ce lac. Par ailleurs, des exercices de simulation ont été menés afin de préparer la population à une éventuelle explosion de ces lacs. De même le renforcement du barrage naturel de lac Nyos par la méthode de jet grouting vient d être effectué afin d annihiler le risque majeur de rupture de ce dernier ; Il ne reste aujourd hui que le risque d érosion superficielle de ce barrage qui va être résolu dans les tous prochains mois. S agissant de l observatoire sismique de GOMA. En 2002 les 2 seuls sismographes encore en service avaient permis d annoncer l irruption volcanique. Mais le contexte socio-politique, le manque de financement n avaient pas permis de réagir. Par la suite la communauté internationale dota l observatoire de capacité de surveillance. Cependant pour maximiser les données, il faudrait entourer le volcan de stations de mesure. Les difficultés / faiblesses dénoncés par les exposants sont relativement les mêmes : - financement - ressources humaines (vieilles équipes, difficultés de renouvellement et de recrutement) - équipement - incivisme des populations (acte de vandalisme sur les matériels) La séance de questions/réponses a permis à la représentante de FICR de proposer une implication en amont de la Croix Rouge comme relai auprès des communautés. Il a été également question de la gestion transfrontalière entre la RDC et le Rwanda qui est tout proche des volcans. Recommandations : Il existe déjà une collaboration entre les chercheurs des instituts des 2 pays (notamment pour appliquer certaines actions en cours au Lac Nyos à appliquer au Lac Vert au Nord Kivu) mais la mise en place d un partenariat formel a été souhaitée ; encourager les Gouvernements et partenaires à continuer d appuyer ces institutions et favoriser une relève technique et scientifique ; 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 4

5 renforcer les mécanismes de liaison transfrontaliers et de préparation commune (Cameroun-Nigéria, RDC-Burundi-Rwanda) Session 3 - Déplacements en temps de catastrophes naturelles, assistance et protection aux personnes déplacées L objectif de l exposant de OCHA a été de présenter une idée commune de la protection, de rappeler la responsabilité des Etats et de la revue des actions de préparation à mettre en place. A cet effet la définition proposée par le Comité Permanent Inter Agence (IASC-CPIA) a été exposée. Des éclaircissements sur les termes de réfugiés et de déplacés ont été apportés afin de lever la confusion. L exposant a présenté des différentes stratégies d assistance et de protection des personnes affectées ainsi que des précautions nécessaires devant être mises en place dans les différentes phases de la crise. Il a été également question de la responsabilité en matière de protection qui incombe aux Etats en temps de catastrophes. Le point sur la sécurisation des données et des archives a longuement retenu l attention des participants Session 4 - Risques sanitaires et mécanismes de réponse aux urgences sanitaires en Afrique Centrale, présenté par le Dr Manzila du bureau Afrique de l OMS Un inventaire des risques sanitaires spécifiques à la région Afrique Centrale a été répertorié où, en plus des catastrophes naturelles, les conflits socio-politiques occupent une place importante dans la région. Quant au mécanisme de gestion des risques de catastrophe, une étude menée en 2011 a révélé que la majorité des pays de la région africaine n était pas dotés de capacité institutionnelle dans la gestion des risques de catastrophe (GRC) dans le domaine de la santé. Dans le souci de palier à ces insuffisances, l OMS a développé 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 5

6 la stratégie africaine de gestion des risques de catastrophe dans le secteur de la santé qui a été adoptée par les pays membres. La stratégie couvre une période de 10 ans ( ) et prend en compte tout le cycle de catastrophe. Les différents outils développés dans le cadre de sa mise en œuvre ont été également présentés. La spécificité du secteur de la santé est d être au bout de la chaîne des conséquences des catastrophes d où la nécessité d une prise en compte systématique du volet santé dans toutes les planifications de la gestion des catastrophes. Recommandations : Faire le plaidoyer auprès des Etats afin que ceux-ci apportent leur contribution à la mise en place du «fonds africain d urgence de santé publique» (African Public Health Emergency Fund, APHEF). A ce jour seul 2 millions de dollars US ont été apportés, loin des 50 millions visés pour le fonds ; Prendre en compte la stratégie africaine de GRC dans le Plan d action de Yaoundé pour le secteur de la santé. o Encourager les Etats membres à mettre en œuvre la stratégie africaine de GRC par la mise en œuvre des activités programmées telles que : la mise en place des mécanismes de gestion des catastrophes et de santé à intégrer la gestion des risques de catastrophes (GRC) et des indicateurs de GRC dans les systèmes d informations sanitaires ; o l établissement des procédures opérationnelles pour l intégration des risques de catastrophes dans les systèmes sanitaires ; o l évaluation des capacités nationales (Country Capacity Assessment) en GRC selon la méthodologie préparée par l OMS 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 6

7 Session 5 - Présentation du Cadre opérationnel de l Organisation internationale pour les migrations (OIM) en cas de crise migratoire Le cadre opérationnel en cas de crise migratoire a été signé par les Etats membres de l OIM en novembre Tous les Etats de la CEEAC sont membres de l OIM à l exception de Sao Tome et Principe qui est Observateur et de la Guinée Equatoriale. Ce cadre est entré en application en 2013 et peut désormais s appliquer à la gestion des crises ayant des dimensions migratoires en Afrique centrale. Les débats se sont appesantis sur les conditions d intervention de l OIM qui appuie les Gouvernements qui sont les premiers responsables de la protection de toutes les personnes présentes sur leur sol. Il ressort du débat que l intervention humanitaire de l OIM se fait en accord avec l Etat concerné et exceptionnellement sur la base d une résolution voté par le Conseil de sécurité de l ONU autorisant l intervention des humanitaires dans certaines circonstances. S agissant de la situation actuelle en RCA, l OIM n y est pas présente mais une équipe est en cours de déploiement pour appuyer la réponse humanitaire internationale, sans opposition du gouvernement centrafricain. Recommandation : Encourager les Etats Membres à utiliser le Cadre opérationnel en cas de crise migratoire pour renforcer leur propre capacité de préparation et de réponse aux crises migratoires, avec l appui de l OIM si nécessaire. 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 7

8 Résumé du 2 ème jour 22 octobre 2013 Session 6 - Compte rendu des prévisions saisonnières PRESAC Les prévisions saisonnières présentées par PRESAC avaient comme de donner un aperçu sur l évolution de temps, du climat et des précipitations compris entre la période octobre décembre 2013 en utilisant plusieurs techniques, notamment l observation de la température de la mer, techniques de zone Niño qui ont permis de de déterminer les tendances probables des précipitations et la cartographie des risques mettant en exergue trois zones selon que les tendances supérieures, égales et inférieures à la normale : dans la zone de risques supérieurs à la normale l on retrouve la Guinée Equatoriale, Sao Tomé, Cameroun, Gabon, Congo, RDC ; le reste de pays de la région se classent dans la zone de risques à tendance normale suivant les seuils des statistiques fournies par OMM en collaboration avec ACMAD ; des climatologues ont également contribué avec des données hydrologiques sauf pour le Cameroun qui n avait pas des informations disponibles au moment de lancement du logiciel. En guise de mesures de préparation, dans les zones à risques de tendances supérieures, il a été recommandé que des surveillances modérées soient effectuées surtout dans la partie ouest de Gabon, du Cameroun, de la République du Congo, et de la République Démocratique du Congo. Par contre, de surveillance à faible portée devra se réaliser dans la partie sud est de la République Démocratique du Congo. 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 8

9 Session 7 - Outils d évaluation du niveau de préparation aux urgences Cette présentation faite par OCHA ROWCA a proposé un paquet minimum d actions aux Etats pour leur permettre de mesurer le niveau de préparation dans leurs pays respectifs. Ce paquet d activités couvre 5 composantes essentielles pour un renforcement de l état de préparation aux urgences: 1. Evaluation des capacités nationales en matière de préparation aux urgences et de réduction des risques de catastrophes : Ces évaluations sont inspirée des 5 priorités du cadre d action de Hyogo et sont un effort inter organisation au niveau régional et national en appui aux Gouvernements.. De telles évaluations ont été réalisées en 2010 au Ghana, en 2011 au Mali, en 2012 au Nigeria et en 2013 au Burundi. Signalons par ailleurs que dans le cadre du Nigeria, les évaluations ont bénéficié de l apport d une mission de l équipe de protection civile de l Union Européenne et des experts UNDAC. En tout 40 institutions ont été visitées dans la région. 2. Evaluation des besoins : Les priorités sectorielles stratégiques sont possibles grâce à la disponibilité et la fiabilité des informations sur les besoins identifiés à temps suite à une crise soudaine. Ainsi, une approche commune des évaluations rapides initiales durant la première phase qui suit une urgence (nommée MIRA) est vulgarisée auprès des partenaires humanitaires et des Etats afin de permettre aux autorités de prendre des décisions et options nécessaires pour la mise en œuvre des plans d interventions aux urgences liées aux catastrophes. Avec l approche MIRA l on vise à standardiser les outils d évaluation et harmoniser les approches entre gouvernements et partenaires afin de minimiser les écarts qui biaisent le consensus sur les données ou informations à utiliser afin de répondre aux urgences. Des efforts d adaptation ont connu des résultats encourageants notamment dans les pays d Asie du sud-est et au Burkina-Faso. 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 9

10 L exercice MIRA débouche sur des simulations pour affiner la compréhension des acteurs (exemple de la RDC). Le seul défi demeure son appropriation au niveau des autorités locales sur l ensemble du pays. 3. Préparer et Tester : C est principalement la planification des mesures d urgences basée sur un plan de contingence dont le processus s étale sur 4 phases : évaluation des risques - actions minimales de préparation - processus de contingence - plans de réponses. Les risques ainsi identifiés et analysés doivent régulièrement être surveillés et les dispositifs de contingence et de coordination doivent être testés grâce à des exercices de simulation. 4. Gérer l information : OCHA avec l apport de certains acteurs offre un certain nombre de services dont, l appui aux développement de base de données Qui fait Quoi, Où (inventaires des acteurs) centralisation des données opérationnelles communes pour être accessibles à tous, outils de récoltes de données ou check-lists, appui à l analyse et l évaluation par les informations géospatiales ou systèmes d information géographique (exemple de la mis à disposition de clichés satellite pour suivre les crues des rivières au Nigeria en 2012). Session 8 Discussion avec le Représentant Spécial des Nations Unies pour l Afrique Centrale (UNOCA) L Ambassadeur Moussa a eu l occasion d échanger avec les participants sur les causes de migrations internes et externes en zone CEEAC. L UNOCA œuvre en coopération avec les autorités des pays pour renforcer les dynamiques de prévention et de gestion des conflits ainsi qu à la consolidation de la paix et de la sécurité dans la sous-région aussi, à travers le cadre de coopération avec des partenaires dont la CEEAC en tête. L Amb. Moussa a pu rappeler que le fait de migrer est ancien, qu il découle le plus souvent du mal être dans son pays et la rechercher de perspectives meilleures. 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 10

11 Un mieux vivre est donc une condition préalable indispensable pour stabiliser les populations. Session 9 - Présentations des pays sur l état de préparation et de gestion des urgences : République Démocratique du Congo, République Du Congo, Tchad, Angola, Sao Tomé, Burundi, Gabon, Cameroun. En référence au cadre Hyogo et le plan d actions de Yaoundé, les pays ci-dessus suivant le canevas envoyé par la CEEAC ont présenté les situations de leurs pays respectifs suivies des actions réalisées, les contraintes inhérentes, et les perspectives envisagées. Il en ressort que ces pays n ont pas eu le même niveau d exécution pour des raisons internes et stratégiques globales. En dehors des contraintes quasi générales concernant les insuffisances techniques, les financements et le faible accompagnement des autorités politiques, les pays comme Sao Tomé, la RDC, le Burundi sont confrontés à des écueils spécifiques comme des conflit de leadership sur la gestion des catastrophes et le manque d appui à des projets à plus long terme tels que le projet de gestion de l érosion côtière à Sao Tomé et Principé. Recommandations : Renforcer la coordination de la préparation et la réponse aux catastrophes en donnant plus de poids aux structures en charge, en encourageant les services dépendant de Ministères à devenir des agences plus autonomes (à l image de ce qui s est fait au Bénin par exemple) Clarifier l ancrage institutionnel des plateformes de gestion des risques de catastrophes : ce ne sont pas des organes décisionnels ni de réponse qui remplacent d autres structures mais plutôt des forums d échange, d harmonisation des approches et de partage d informations. Ne pas clarifier cela risque de faire perdurer le biais qui entrave la mise en place des platesformes dans les pays. Ces plateformes doivent être situées à un niveau suffisant pour ne pas être perçues comme partisanes ou liées à un Ministère exclusivement. 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 11

12 Promouvoir des réunions régulières des décideurs politiques et Ministres en charge de la gestion des catastrophes afin d assurer un poids politique plus important à ces questions. Session 10 - Opérationnaliser le Plan d Action de Yaoundé Décisions : Dans l optique d une meilleure opérationnalisation du Plan d Action de Yaoundé, il a été proposé que le Comité de suivi se transforme en Comité de pilotage chargé de la coordination et de l exécution du Plan d Action de Yaoundé. Ce Comité sera doté d un coordonnateur technique assisté d un secrétaire chargé de la gestion opérationnelle du Plan d Action de Yaoundé. Le Comité de pilotage est composé comme suit : - Président : Dr Jean Pierre NANA (Cameroun) ; - 1 er Vice Président : Mme Hortense TOGO, épouse MOUSSOUNDA (Gabon) ; - 2è Vice Président : Général Edouard NIBIGIRA (Burundi) ; - Conseillers : M. Raymond BONGOLE EFOYA (RDC) ; M. Francisco BIMBA (Angola) ; - Facilitateurs : Mme Mabilo TESSE MBIA (Tchad) M. Edmond MAKIMOUHA (Congo Brazzaville) M. Quaresma Cécilio SACRAMENTO (São Tomé e Principe) - Personnes ressources : (République Centrafricaine) (Guinée Equatoriale) - Coordonnateur technique : M. Marcel MIKALA (ONU OCHA) Le Secrétaire sera désigné par la CEEAC. Une feuille de route a été assignée au Coordonnateur technique pour une période intérimaire de six mois, au terme de laquelle un bilan d étape sera effectué à 3 ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 12

13 Yaoundé. Le coordonnateur sera chargé de préparer l esquisse de la feuille de route susmentionnée assorti du chronogramme de mise en œuvre y relatif. Il devra également travailler en étroite collaboration avec les pays pour qu ils préparent chacun 1-2 projets entrant dans les priorités du plan d action de Yaoundé. La prochaine consultation aura lieu à Bujumbura en ème Consultation régionale pour la gestion des catastrophes en Afrique Centrale p. 13

Libreville 14 & 15 mars 2013 RAPPORT FINAL

Libreville 14 & 15 mars 2013 RAPPORT FINAL Atelier de planification opérationnelle du Projet COMIFAC-FAO relatif aux «systèmes de surveillance et de MNV nationaux avec une approche régionale pour les pays du Bassin du Congo» Libreville 14 & 15

Plus en détail

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Renforcement de la sûreté maritime en Afrique de l Ouest et du Centre: Réseau intégré de garde-côtes L OMI a mis au point, avec l aide

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS Des recommandations détaillées sur l approche de responsabilité sectorielle

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Remise de 6 ambulances et de matériel pour la lutte contre l épidémie Ebola

COMMUNIQUE DE PRESSE. Remise de 6 ambulances et de matériel pour la lutte contre l épidémie Ebola AMBASSADE DU JAPON Conakry, le 9 mars 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Remise de 6 ambulances et de matériel pour la lutte contre l épidémie Ebola Le 9 mars 2015, Son Excellence Monsieur Naotsugu Nakano, Ambassadeur

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

REUNION DE COORDINATION DU CARN RBM YAOUNDE, 13-15 JUILLET 2010

REUNION DE COORDINATION DU CARN RBM YAOUNDE, 13-15 JUILLET 2010 REPORT RBM/EXD/2010/REP. 15 JUL 2010 Official document General distribution Français REUNION DE COORDINATION DU CARN RBM YAOUNDE, 13-15 JUILLET 2010 RAPPORT Le groupe de coordination du réseau Faire Reculer

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC (SE), Expert-Responsable

Plus en détail

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES Commission du Bassin du Lac Tchad Siège CBLT - BP 727 - N Djamena - Tchad Tel: +235 22 52.41.45 Fax: +235 22 52.41.37 E-mail : cblt_lcbc@intnet.td RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET

Plus en détail

La montagne n aura pas accouché d une souris à Bruxelles, tant étaient

La montagne n aura pas accouché d une souris à Bruxelles, tant étaient Le pari stratégique de la France en Afrique TRIBUNE n 541 Germain-Hervé Mbia Yebega Observatoire Politique et Stratégique de l Afrique (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Chercheur associé à la

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ******

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Université de Dschang Département de Genie Rural SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Dschang, du 24 au 26 Juillet 2006 ******* Document d orientation

Plus en détail

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa L an 2013, le 28 et 29 août, s est tenue dans la salle du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, le Forum sur la Gouvernance de l Internet en Afrique Centrale,

Plus en détail

BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45

BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45 Réseau des Aires Protégées d Afrique Centrale Secrétariat Exécutif BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45 Email: secretariat.executif@rapac.org Web : www.rapac.org TERMES

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC 8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC Compte rendu Par Julie GAGOE Date : Jeudi 05-04-12 Lieu : Bureau du SE COMIFAC Agenda 1. Evaluation de la feuille de route 2011 2. Défis et priorités

Plus en détail

Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme

Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme Séminaire régional à l intention des parlementaires et fonctionnaires de parlements des pays

Plus en détail

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG)

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Qu est INSARAG? Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (connu sous son sigle en anglais, INSARAG)

Plus en détail

L Afrique Centrale et le FGI

L Afrique Centrale et le FGI Collège International de l'afnic http://www.afnic.fr/afnic/international/college L Afrique Centrale et le FGI Victor NDONNANG Membre du Collège International de l AFNIC Cameroun Sommaire Introduction Présentation

Plus en détail

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE 5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET 3 è m e REUNION MINISTERIELLE P OUR LA R E D U C T I ON DES RISQUES DE CATASTROPHE DU 13 AU 16 MAI 2014 ABUJA (NIGERIA) DECLARATION SOMMAIRE C ONTRIBUTION AFRICAINE

Plus en détail

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE RAPPORT DE RÉUNION Réunion des Organes et Institutions Spécialisées de la CEMAC consacrée à l élaboration des fiches-projets, cadres logiques et stratégies de promotion du Programme Économique Régional

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

Rapport de fin du Programme

Rapport de fin du Programme Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Département des Affaires Economiques et Sociales du Secrétariat Général des Nations Unies Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS

BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS UNITED NATIONS NATIONS UNIES BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS Plate-forme des femmes pour l Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération Objet

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Trente-et-unième réunion 18 avril 2015 Déclaration de Mr. Regis Immongault Ministre de l économie, de la promotion des investissements et de la prospective Gabon

Plus en détail

Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+

Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+ Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+ Yaoundé 22 juillet 2014 Département des forêts FAO Aperçu Introduction: CCNUCC & REDD+ Surveillance MNV Mesure Notification

Plus en détail

Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014. Introduction. ETAPPE 1 : Définition du contexte

Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014. Introduction. ETAPPE 1 : Définition du contexte Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014 Introduction Ce document est établi suivant la méthodologie du Cadre de Gestion des Risques (Risk Management Framework) proposé

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014.

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014. UNITED NATIONS EP UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4 United Nations Environment Programme Distr.: Restricted 17 March 2014 Original: French 11è Réunion de la Conférence des Parties de la Convention pour la

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT -

Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT - Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT - 2 ème Subvention forfaitaire à l Ecole Régionale post-universitaire d Aménagement et

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ (version amendée à Kampala, en Ouganda, le 19 août 2003) 2 Les signataires des présents Statuts, Reconnaissant

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION Central African Backbone Communication Infrastructure and Technology CAB CIT Congo Projet N IDA 49740 CG

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Le Partenariat ECES-EFEAC dans le renforcement innovant des capacités électorales en Afrique. Plan de présentation

Le Partenariat ECES-EFEAC dans le renforcement innovant des capacités électorales en Afrique. Plan de présentation Le Partenariat ECES-EFEAC dans le renforcement innovant des capacités électorales en Afrique Programme de mise en place des dynamiques de renforcement institutionnel et de formation pour l ensemble des

Plus en détail

1.4 - Durée du contrat: 3 mois. 1.5 - Date de début de publication de l avis d appel d offre : 01 février 2013

1.4 - Durée du contrat: 3 mois. 1.5 - Date de début de publication de l avis d appel d offre : 01 février 2013 Organisation pour l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires Organization for the Harmonization of Business Law in Africa Organizacion parala Armonizacion en Africa de la Legislacion Empresarial

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES INSPECTEURS DE TRAVAIL DANS LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS MIGRANTS EN MAURITANIE, MALI ET SÉNÉGAL

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES INSPECTEURS DE TRAVAIL DANS LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS MIGRANTS EN MAURITANIE, MALI ET SÉNÉGAL RENFORCEMENT DES CAPACITES DES INSPECTEURS DE TRAVAIL DANS LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS MIGRANTS EN MAURITANIE, MALI ET SÉNÉGAL Project type: Secondary project type: Geographical coverage: Executing

Plus en détail

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 Présentation : Sadamba TCHAGBELE, Directeur EAMAC, Niamey - NIGER Slide 1 Sommaire Introduction ti Bilan de la formation à l

Plus en détail

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Par Carlos Rojas-Arbulu, Délégué Commercial Principal (Afrique de l`ouest), Service de Délégués Commerciaux du Canada, Ambassade du Canada, Senegal

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF)

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Charte constitutive de la Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Le 26 novembre 2014 PREAMBULE - Considérant l ampleur et la place prépondérante qu occupent les jeunes dans

Plus en détail

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA CONFÉRENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES EN CHARGE DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION (CITMC-4) 4 ème SESSION ORDINAIRE KHARTOUM,

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Séminaire régional. L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ;

Séminaire régional. L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ; Séminaire régional L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ; Partage des expériences de République Démocratique du Congo, du Burundi,

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Pour le recrutement d un Consultant International

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN FEUILLE DE ROUTE POUR L ASSAINISSEMENT, LE REDRESSEMENT ET LA DYNAMISATION DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET

Plus en détail

Rapport de la 1 ère visite du pays

Rapport de la 1 ère visite du pays Page 1 sur 11 Protection a l enfance en urgence Suivi de situation et de l intervention Rapport de la 1 ère visite du pays 25 Août 06 Septembre, 2014, Bangui, République Centrafricaine (RCA) Page 2 sur

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

La Réforme Humanitaire

La Réforme Humanitaire La Réforme Humanitaire Edifier un système de réponse humanitaire plus efficace et prévisible é Lancée en 2005 par le Coordonnateur des Secours d Urgence ERC, USG Affaires Humanitaires. La réforme cherche

Plus en détail

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Burundi Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Organisation : Ministère de l'intérieur et de la Sécurite Publique

Plus en détail

Liste des participants

Liste des participants Liste des participants Atelier de l Union Africaine sur la transposition en droit national et l application de la Convention de Kampala sur les Personnes Déplacées Internes N Djamena, 2-3 Mai 2013 No.

Plus en détail

Intégration de la Migration dans les stratégies nationales de développement

Intégration de la Migration dans les stratégies nationales de développement Newsletter numéro 1 Mars2015 Newsletter n 1 OIM ie Intégration de la Migration dans les stratégies nationales de développement Avancement de la Phase II en ie Pour la deuxième phase (2014-2018), l OIM

Plus en détail

1 Informations générales

1 Informations générales PAMEC-CEEAC Programme d Appui aux Mécanismes de Coordination et au renforcement des capacités de la CEEAC pour la mise en œuvre et le suivi du PIR Communauté Economique des Etats de l Afrique Centrale

Plus en détail

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine La politique nationale et le soutien de la Communauté internationale au développement de la Réforme du Secteur de

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Azzouz Kerdoun. Inventaire des institutions nationales et internationales opérant dans le domaine des migrations internationales en Algérie

Azzouz Kerdoun. Inventaire des institutions nationales et internationales opérant dans le domaine des migrations internationales en Algérie Institut universitaire européen Commission européenne EuropeAid Cooperation Office Financé par la Commission européenne - Programme MEDA Projet de coopération sur les questions liées à l intégration sociale

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil

Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil Commission de l Union africaine Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil République de Côte d Ivoire

Plus en détail

NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale

NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale Réunion Ad hoc NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale F Distr. : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.HLTIC/13/Inf.1 Février : 2013 Original : Français Ad Hoc

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT

Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT Regional Workshop on Data Management Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT Kampala (Ouganda), 26 28 octobre 2009 Plan de la présentation Introduction La gestion des

Plus en détail

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

BRICKS. Synthèse des travaux. De la cérémonie d ouverture

BRICKS. Synthèse des travaux. De la cérémonie d ouverture & SAWAP Programme Sahel et Afrique de BRICKS SAWAP BRICKS Synthèse des travaux SAWAP 1 12 3 La conférence du Programme Sahel et Afrique de l Ouest en appui à la Grande muraille verte (SAWAP) et le lancement

Plus en détail

SYNTHESE DES REPONSES APPORTEES PAR AFRISTAT AUX QUESTIONS POSEES PAR LES PAYS PARTICIPANT AUX VISIOCONFERENCES SNDS DES 12 ET 17 MAI 2006.

SYNTHESE DES REPONSES APPORTEES PAR AFRISTAT AUX QUESTIONS POSEES PAR LES PAYS PARTICIPANT AUX VISIOCONFERENCES SNDS DES 12 ET 17 MAI 2006. SYNTHESE DES REPONSES APPORTEES PAR AFRISTAT AUX QUESTIONS POSEES PAR LES PAYS PARTICIPANT AUX VISIOCONFERENCES SNDS DES 12 ET 17 MAI 2006. INFORMATIONS GÉNÉRALES La BAD compte appuyer les pays dans l

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 1 Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 2 1. Fidèles aux principes de fraternité et de solidarité entre les peuples, tel que stipulés dans

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

PROGRAMME. Palais des Congrès Cotonou, Bénin

PROGRAMME. Palais des Congrès Cotonou, Bénin PROGRAMME Palais des Congrès Cotonou, Bénin La réunion est réalisée par la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le développement (CNUCED) avec l apport financier Du Fonds commun pour les produits

Plus en détail

Réseau Ouest et Centre Africain des laboratoires vétérinaires de diagnostic pour l'influenza aviaire et les autres maladies transfrontières

Réseau Ouest et Centre Africain des laboratoires vétérinaires de diagnostic pour l'influenza aviaire et les autres maladies transfrontières Réseau Ouest et Centre Africain des laboratoires vétérinaires de diagnostic pour l'influenza aviaire et les autres maladies transfrontières Objectifs du réseau Deuxième plan d'action 2009 Objectif global:

Plus en détail

FS-PDDAA/CEEAC Rapport technique d étape Juin à Décembre 2012

FS-PDDAA/CEEAC Rapport technique d étape Juin à Décembre 2012 FS-PDDAA/CEEAC Rapport technique d étape Juin à Décembre 2012 Nom du Projet: Fonds Subsidiaire-Programme Détaillé pour le Développement de l Agriculture en Afrique/Communauté Économique des États de l

Plus en détail

CAPACITY BUILDING FOR

CAPACITY BUILDING FOR REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU DIRECTION DE L ELECTRICITÉ CAPACITY BUILDING FOR INTERMINISTERIAL COOPERATION IN THE COLLECTION AND EXCHANGE OF ENERGY- RELATED

Plus en détail

Atelier de formation à IMIS (système intégré de gestion de données) BAMAKO : 5 au 9 mai 2008

Atelier de formation à IMIS (système intégré de gestion de données) BAMAKO : 5 au 9 mai 2008 Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Atelier de formation à IMIS (système intégré de gestion de données) BAMAKO : 5 au 9 mai 2008 POINTS SAILLANTS DE L ATELIER Points saillants

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

COMPTE RENDU REUNION DE CONCERTATION RIFFEAC-UNIVERSITE DE WISCONSIN-UICN CARPE

COMPTE RENDU REUNION DE CONCERTATION RIFFEAC-UNIVERSITE DE WISCONSIN-UICN CARPE COMPTE RENDU REUNION DE CONCERTATION RIFFEAC-UNIVERSITE DE WISCONSIN-UICN CARPE Vue des participants lors de la rencontre Introduction Il s est tenu, le 25 juillet 2012 dans la salle de conférence du RIFFEAC,

Plus en détail

MONITORING THE ILLEGAL KILLING OF ELEPHANTS

MONITORING THE ILLEGAL KILLING OF ELEPHANTS MONITORING THE ILLEGAL KILLING OF ELEPHANTS Procès-verbal de la réunion régionale du programme MIKE de CITES, tenue à Nairobi (Kenya), les 10 et 11 septembre 2002 Résumé analytique 1. Rapport d avancement

Plus en détail

Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III)

Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III) Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III) E/ECA/STATCOM/3/7 décembre

Plus en détail

Sécurité des moyens d existence. Changements climatiques, migrations et. Programme des Nations Unies pour l environnement

Sécurité des moyens d existence. Changements climatiques, migrations et. Programme des Nations Unies pour l environnement Sécurité des moyens d existence Changements climatiques, migrations et Programme des Nations Unies pour l environnement Ce rapport a été réalisé grâce à un partenariat technique entre le Programme des

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC).

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). PRÉAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun ; Le Gouvernement de la République Centrafricaine ; Le Gouvernement de la République

Plus en détail

FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO

FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO ANNEE UNIVERSITAIRE 2005-2006 FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO Informations générales, conditions d admission, frais de participation et dossier de candidature.

Plus en détail