PROTÉGER SES MARQUES SUR INTERNET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROTÉGER SES MARQUES SUR INTERNET"

Transcription

1 La propriété intellectuelle pour les PME dans un contexte international : livre de lajungle ou îleautrésor 31 mai 2013 Nathalie DREYFUS Dreyfus& associés, Fondatrice et Dirigeante Conseil en Propriété Industrielle, Expert auprès du Centre d Arbitrage et de Médiation de l'ompi PROTÉGER SES MARQUES SUR INTERNET

2 PRÉSENCE ET PROTECTION DES MARQUES SURLES RÉSEAUX SOCIAUX

3 Qu entend on par réseau social? Un réseau social est une plateforme de communication en ligne qui permet à un internaute de rejoindre ou de créer des réseaux d utilisateurs ayant des intérêts communs. Un réseau social se présente comme un site Internet qui permet, après une inscription généralement gratuite et renseignée (nom, date de naissance, adresse ) d accéder à une plateforme déchange d échange et de dialogue.

4 Réseaux à vocation mondiale Les différentes catégories de réseaux Général : Facebook, MySpace, Second Life Microblogging g : Twitter, Google Buzz Professionnel : LinkedIn, Viadeo Amis : Classmates ou Trombi Photos/Vidéos : YouTube, DailyMotion, Flickr Partage de documents : SlideShare Réseaux régionaux ou thématiques QQ (Chine plus de comptes actifs) Bigadda (Inde plus de d utilisateurs)

5 Présence commerciale : exemple de Starbucks Compte certifié Recrutement Déclinaisons nationales Animation commerciale Offre commerciale

6 Quel est leur statut juridique? Il est difficileil d identifier les auteurs decontenus illicitesit sur les réseaux sociaux: Qu est ce qu un réseau social? Ils sont installés à l étranger létranger Ils cachent leur identité par le biais de services d anonymat plus simple de se tourner vers le fournisseur de service de réseautage social Selon l avis 5/2009 du G29 «Plateformes de communication en ligne permettant à des personnes de créer des réseaux d utilisateurs partageant des intérêts communs» Au sens juridique un service de la société de l information tel que défini à l art. 1er, para. 2 de la directive 98/34/CE, modifiée par la directive 98/48/CE Un service de la société de l information est un service «presté normalement contre rémunération, à distance par voie électronique à la demande individuelle d un destinataire de services»

7 Quel est leur statut juridique en France? Facebook : La jurisprudence distingue entre la société Facebook Inc. et la société Facebook UK Ltd ainsi que sa succursale française, Facebook kfrance. TGI Paris, ord. réf., 13 avril 2010, Giraud c/ Sté Facebook France Facebook UK Ltd qualifiée de prestataire technique : «La société défenderesse n'est pas l'éditeur des contenus publiés, mais un prestataire technique dont l'activité est d'offrir un accès à des services de communication au public en ligne [ ]» CA Paris, pôle 1, 3 e ch., 4 janvier 2011 La société Facebook UK Ltd et sa succursale ont fait appel en soulignant qu elles sont : «des entités différentes de Facebook Inc., que leur activité est strictement limitée à des fonctions commerciales et de marketing, qu aucune [d elles] n exerce d autorité sur les opérations et le contenu des domaines facebook.com et facebook.fr, que ces sites internet sont entretenus et contrôlés par la société Facebook Inc.» Facebook UK Ltd et Facebook France ne sont pas hébergeurs du contenu des pages mises en ligne sur le site facebook.com, mais Facebook Inc. : oui

8 Quel est leur statut juridique en France? YouTube TGI Créteil, 1 re ch., sect. A, 14 décembre 2010, INA c/ La Société YouTube: «Le rôle de YouTube se limite à la fourniture d une technologie de stockage et de visionnage de vidéos, permettant leur mise en ligne à la seule initiative des utilisateurs du site, se distinguant ainsi fondamentalement du service éditeur, aucun choix des contenus offerts au public ni aucune intervention sur ceux ci n étant opérés» YouTube est un hébergeur de contenus Confirmé par l arrêt TGI de Paris, 4 avril 2013, H&M / YouTube et Google Dailymotion Cass. Civ. 1, 17 févr. 2011, Sté Nord Ouest Production et Sté UGC Image c/ Sté Dailymotion: i «Le réencodage de nature à assurer la compatibilité de la vidéo à l interface de visualisation, de même que le formatage destiné à optimiser la capacité d intégration du serveur en imposant une limite à la taille des fichiers postés, sont des opérations techniques qui participent i t à l essence du prestataire d hébergement et qui n induisent en rien une sélection par ce dernier des contenus mis en ligne». Dailymotion était fondée à revendiquer le statut d intermédiaire technique au sens de l article 6 I 2 de la LCEN. TGI de Paris, 13 septembre 2012, TF1 et autres / Dailymotion

9 Quel est leur statut juridique en France? Vers un statut tttspécifique éifi Rapport traçant un premier bilan de la loi n du 29 octobre 2007 relative à la lutte contre la contrefaçon, publié le 9 février 2009 par les sénateurs Laurent Béteille et Richard Yung: Propose de créer un statut intermédiaire : celui d éditeur de services sur Internet Seraient considérés comme éditeurs de services sur Internet, tous ceux qui tirent «un avantage économique direct de la consultation des contenus hébergés». Les éditeurs de services sur Internet seraient également soumis «à une obligation de surveillance des contenus hébergés». La majorité des sites web 2.0 se verrait alors appliquer un nouveau régime qui emporterait pour eux deux obligations de moyen: Implémenter un système d alerte ou de signalement permettant aux internautes de notifier un contenu illicite; Mettre en œuvre tous les moyens propres à assurer une surveillance des contenus.

10 Le username Le username est un nom, réel ou imaginaire, i i choisi ipar l internaute et qui a vocation à l identifier sur les réseaux sociaux. Le username est un signe distinctif dont peuvent se doter les utilisateurs d un site de réseautage social pour personnaliser une adresse URL. L'espace de nommage sur Facebook est plus de 2x plus important que le nombre de noms de domaine enregistrés toutes extensions confondues (+200 millions de noms domaines enregistrés / 570 millions de usernames possibles). Principe de réservation : Premier arrivé, Premier servi ou plutôt tôtpremier arrivé, iéseul servi.

11 Le username Attention toutefois avec les termes génériques Facebook veille à ce que l identifiant soit en accord avec l identité de l organe titulaire de la page et a déjà restreint les fonctionnalités de certaines pages qui ne respectaient pas cette condition. Les usernames ont acquis une valeur marchande On voit des sites d'échange se créer (ex: tweexchange), même si leur revente ou leur transfert t est en principe interdit. Un username e ne peut être remis sen circulation cuato quand bien be même le compte correspondant a été supprimé. Facebook se réserve le droit de supprimer et/ou de récupérer un username à sa seule discrétion et sans justification. Pas de règles èl UDRP applicables.

12 Les différents types d atteintes Contrefaçon Atteinte à l image de marque Atteinte à des droits d auteur Atteinte au droit à l image Atteinte à un droit de Dessins & Modèles Diffamation Dénigrement Pratiques commerciales trompeuses Concurrence déloyale Parasitisme social engineering, phishing Liste de correspondance

13 Les différents types d atteintes Marque Usurpation d identité (profil personnel) Droit à l image Droit d auteur

14 Typologie des atteintes Username squatting Marques reproduites dans l'url Marques reproduites dans le nom d'une page pg ou d'un compte Marques reproduites sur une page Web Contenu litigieux Pages communautaires Facebook

15 Les éléments critiques d'une page Facebook Nom de la page Username URL Image / Logo Liens vers des sites extérieurs Publicités provenant de la régie publicitaire de Facebook Reproduction de la marque dans le contenu de la page

16 L'atteinte aux droits de marque: Le username squatting apparition ii des pratiques abusives d enregistrement le username squatting Le username squatting est aux réseaux sociaux ce que le cybersquatting est aux noms de domaine. Ces pratiques abusives sont nombreuses et touchent tout à chacun, bien que les personnes et les marques bénéficiant d une certaine notoriété soient les plus touchées. Le username squatting peut être défini comme l enregistrement dun d un nom d utilisateur, dit «username», reprenant les droits des tiers. Il peut notamment être : un nom patronymique (usurpation d identité) ; une dénomination ou un nom commercial (responsabilité civile) ; une marque ou un droit d auteur (atteinte aux droits de propriété intellectuelle).

17 L'atteinte aux droits de marque: le username squatting com/kenzo

18 L'atteinte aux droits de marque : la marque est reproduite dans l'url

19 L'atteinte aux droitsde de marque : la marque est reproduite dans le nom de page

20 L'atteinte aux droits de marque : la marque est reproduite sur la page

21 L'atteinte aux droits de marque : le contenu de la page est litigieux

22 L'atteinte aux droits de marque : le contenu de la page est litigieux

23 L'atteinte aux droits de marque : le contenu de la page est litigieux

24 L atteinte aux droitsd auteurs dauteurs L du Code de propriété intellectuelle : «la qualité d'auteur appartient, sauf preuve contraire, à celui ou à ceux sous le nom de qui l'œuvre est divulguée» Cependant, lorsque l on s inscrit sur un réseau social, on adhère aux conditions générales d utilisation de ce réseau : Facebook : octroi d une licence non exclusive, transférable, sous licenciable, sans redevance (gratuite) et mondiale. Twitter : octroi d une licence non exclusive, mondiale, gratuite, sous licenciable, accordant le droit d utiliser utiliser, copier, reproduire, traiter, adapter, modifier, publier, transmettre, afficher et distribuer les contenus sur tout support par toute méthode de distribution connu ou amené à exister. CA de Pau, 23 mars 2012, Sébastien R. / Facebook absence de consentement à cette clause attributive de compétence donc réputée non écrite. TGI de Paris, 29 mai 2012, TF1 c/ YouTube Ce type de «clause inscrite dans des conditions d utilisation qui ne sont pas négociées par l internaute est contestable au regard du droit d auteur faute de préciser les limites temporelles et spatiales de la cession à titre gratuit». Le parallélisme entre les CGU de YouTube et celles de Facebook et Twitter, à savoir absence de négociation, cession à titre gratuit, laisse penser que l analyse du Tribunal serait facilement transposable à la cession mise en place dans les conditions d utilisation des réseaux sociaux.

25 Les conditions générales : Facebook «Pour le contenu protégé par les droits de propriété intellectuelle, comme les photos ou vidéos («propriété intellectuelle»), vous nous donnez spécifiquement la permission suivante, conformément à vos paramètres de confidentialité et paramètres d applications : vous nous accordez une licence non exclusive, transférable, souslicenciable, sans redevance et mondiale pour l utilisation des contenus de propriété intellectuelle que vous publiez sur Facebook ou en relation à Facebook («licence de propriété intellectuelle»). Cette licence de propriété intellectuelle se termine lorsque vous supprimez vos contenus de propriété intellectuelle ou votre compte, sauf si votre compte est partagé avec d autres personnes qui ne l ont pas supprimé.»

26 L entreprise acteur sur les réseaux sociaux Organiser sa présence sur Facebook kdevient une nécessité Utilisation commerciale de Facebook et autres réseaux sociaux Création d un réseau mondial pour être mieux vu Toutefois : plus on est vu plus les risques d atteintes sont nombreux Conditions générales et particulières : «les règles èl du jeu» des réseaux sociaux. Cession des droits de PI aux réseaux. Qui est propriétaire des données publiées? Gestion des réseaux sociaux de l entreprise : salarié ou prestataire? Contrôle des informations publiées sur les réseaux.

27 Organiser sa présence sur Facebook Lacoste est présent sur les réseaux sociaux AUJOURD HUI Username réservé par un particulier, Mr Dupond Compte personnel privé: Username réservé par une agence de communication, TheMediaCompany Compte de lagence l agence de l agence :

28 Organiser sa présence sur Facebook Lacoste perd le contrôle tôl de sa page X DEMAIN Mr Dupond quitte Lacoste Retraité Part à la concurrence Perte du contrôle de la page X Lacoste et TheMediaCompany sont en litige Lacoste perd le contrôle de la page Les pages et usernames ne peuvent pas être transférés TheMediaCompany utilise la page pour critiquer Lacoste

29 Comment contrôler effectivement sa page Organiser sa présence sur Facebook Adresse générique Compte entreprise Réservation le plus tôt possible de l identifiant et de quelques noms relatifs à l activité

30 Organiser sa présence sur Facebook Compte personnel vs. Compte entreprise Profil personnel (données à caractère personnel) Page unique Username attribué sans garantie Participation aux groupes, comme fan et utilisation des applications Pas de profil (aucun risque sur des données personnelles) Gestion de pages multiples Usernames demandés sur la base de droits de marque Pas de fonction personnelle (impossible d être le fan d une page) Administration locale des pages

31 Le risque de buzz : l effet Streisand L'effet Streisandest est un phénomène internetqui semanifestepar l'augmentation considérable de la diffusion d'information ou de documents faisant l'objet d'une tentative de retrait ou de censure. L'expression «effet Streisand» fait référence à un incident survenu en 2003 au cours duquel Barbra Streisand attaqua en justice le photographe Kenneth Adelman et le site Pictopia.com, dans le but de limiter la diffusion d'une photographie aérienne de sa maison. Adelman indiqua qu'il avait pris des photographies de propriétés en bord de côte à des fins d'étude de l'érosion du littoral dans le cadre d'un projet. La conséquence de cette action en justice fut que la connaissance par le public de cette image s'accrut substantiellement, et qu'elle devint très populaire sur Internet, avec plus de personnes qui visitèrent le site le mois suivant. Extrait de Wikipédia

32 PRÉSENCE ET PROTECTION DES MARQUES SURLES MOTEURS DE RECHERCHES

33 Le service Google Adwords Adwords est un système publicitaire payant. Il offre aux annonceurs la possibilité de sélectionner les mots clés avec lesquels ils souhaitent associer leurs annonces. Les annonceurs composent un bref message et insèrent un lien vers leur site web. Google autorise l utilisation de marques à titre de mots clés par des tiers pour paramétrer ces campagnes publicitaires. Il n y a pas de limite aux annonceurs susceptibles de sélectionner un même mot clé. Risque de conflit entre annonceurs et titulaires de droits de marque.

34 Le service Google Adwordsd Les liens commerciaux sont ils clairement identifiés comme message publicitaire par le consommateur? Les liens commerciaux sont situés près des résultats naturels dans des encarts spécifiques. Quel impact ont ces liens sur le consommateur? Des études marketing démontrent que les annonces publicitaires sont moins regardées et que le nombre de clicks sur ces liens est plutôt faible par rapport aux résultats naturels. Malgré tout, ils restent un moyen complémentaire aux annonceurs pour être mieux vu des internautes. Un consommateur à la recherche d un produit d une marque particulière peut voir s afficher des liens commerciaux renvoyant à un concurrent du titulaire de cette marque.

35 Lorsque la marque est utilisée comme mot clé, y a t il usage au sens du droit des marques? Y a t il atteinte à la marque? S agit il il d une contrefaçon, defaits de concurrence déloyale ou de parasitisme? Si l activité constitue un fait de contrefaçon, qui doit être tenu responsable : le référenceur, l annonceur ou les deux?

36 Les hésitations de la jurisprudence française Responsabilité de l annonceur : unanimement reconnue par les juridictions françaises sur le terrain de la contrefaçon, de la concurrence déloyale et du parasitisme. Responsabilité de Google : la jurisprudence retient des solutions variables. Responsabilité de Google pour avoir suggéré l achat de mots clés, ne pas avoir contrôlé et ne pas avoir rapidement mis un terme aux agissements frauduleux. TGI de Nanterre 13 octobre 2003 TGI de Paris 8 décembre 2005 Les divergences d appréciation entre les Proposer un mot clé nest n est pas un acte de contrefaçon mais participe d une activité de prestataire de service de publicité. Responsabilité délictuelle de Google pour avoir favorisé une activité contrefaisante. Tribunaux perdurent. La Cour est saisie dans trois affaires Google. Elle s en remet à la CJUE en posant plusieurs questions préjudicielles. Cour de Cassation 20 mai 2008

37 CJUE 23 mars 2010, affaires jointes C 236/08 : bouleversement jurisprudentiel questions préjudicielles Dans le cadre de son système publicitaire, Google fait il un usage à titre de marque des mots clés reproduisant ou imitant des marques déposées. Google peut il bénéficier pour le système Adwords du régime de responsabilité d hébergeur? Sur la responsabilité de Google «Dans le cas du prestataire d un service de référencement, celui ci permet à ses clients de faire usage de signes identiques ou similaires à des marques, sans faire lui même un usage desdits signes». La Cour considère que Google, en sa qualité de fournisseur de mots clés dans le cadre d un service de référencement payant, bénéficie du régime de responsabilité limité de l hébergeur. Sur la responsabilité de l annonceur L annonceur fait usage de la marque, dans la vie des affaires, pour des produits ou services similaires ou identiques portant atteinte à la fonction d origine de la marque en créant un doute dans l esprit du consommateur sur son origine.

38 CJUE 22 septembre 2011, affaires C 323/09, Interflora Inc c/marks & Spencer plc Prolongement de sa jurisprudence La Cour confirme l apport de la jurisprudence de 2010 et rappelle que le titulaire ne peut s opposer «à l usage d un signe identique à sa marque en tant que mot clé» que s il satisfait l ensemble des conditions posées par les articles 5 de la directive 89/104 et 9 du règlement n 40/94 ainsi que par la jurisprudence. Elle s intéresse plus particulièrement à la condition d atteinte à «l une des fonctions essentielles de la marque». Les nouveautés La Cour définit pour la première fois la fonction de garantie d investissement comme une fonction permettant de se servir de sa marque pour «acquérir ou conserver une réputation susceptible d attirer et de fidéliser des consommateurs». Elle admet également qu il existe un chevauchement entre la fonction de publicité et d investissement. L acquisition ou la conservation de la réputation peut se faire, certes par la publicité, mais également par d autres «techniques commerciales».

39 Application immédiate des décisions en France Responsabilité de Google et de l annonceur difficile à engager. Cour d Appel de Paris, 1 ère ch., 2 février 2011, Google France c/ Auto IES S.A. La Cour suit la jurisprudence européenne en précisant que le but poursuivi par l annonceur est de «proposer une alternative par rapport aux produits couverts par la marque» visant à un avantage économique. Il n y a pas d atteinte à la fonction d origine de la marque lorsque «la rubrique dédiée aux messages promotionnels est exempte de tout signe constituant une reproduction ou une imitation de la marque [ ] se limite à désigner le produit promu en des termes génériques». Il en va de même lorsque «les noms de domaine figurant sous les annonces [ ] ne sont pas susceptibles de faire l objet d un quelconque rattachement avec le titulaire de la marque». Sauf reprise de la marque dans l annonce ou dans le lien hypertexte, l annonceur peut difficilement voir sa responsabilité engagée.

40 CA Paris, 11 mai 2011, Google France et Inc. et Home Ciné Solutions c/ Cobrason La Cour retient la responsabilité délictuelle de l annonceur. «en réutilisant, sous la forme de mot clé, la dénomination sociale et le nom de domaine "Cobrason" la société Solutions [ ] ]a nécessairementgénéréune confusion dans l espritde lesprit la clientèle potentielle [ ] et provoqué, de ce seul fait, un détournement déloyal de clientèle ainsi qu une utilisation parasitaire de l investissement effectué par la société intimée». Pour la première fois depuis l arrêt de la CJUE du 23 mars 2010, Google voit sa responsabilité engagée pour concurrence déloyale et pratique commerciale trompeuse. La Cour considère «qu en proposant le mot clé Cobrason [ ] et en faisant ensuite apparaitre sur la page de recherche [ ] sous l intitulé liens commerciaux, le site d un dun concurrent à celui correspondant au mot clé sélectionné, la société Google Inc. a également contribué techniquement à la confusion générée dans l esprit du public intéressé».

41 Cassation, 29 janvier 2013, Solutions c/ Google et Cobrason Sur l action en concurrence déloyale contre Google Méconnaissance par la Cour d appel de certaines dispositions l article 6 de la LCEN en ce qu elle n a pas répondu aux conclusions de Google qui revendiquait le régime de responsabilité limité de l hébergeur. Sur l action en concurrence déloyale contre l annonceur La décision d appel ne relève pas de circonstances caractérisant un risque de confusion entre les sites internet des entreprises. Sur les pratiques commerciales il trompeuse La Cour considère que les motifs étaient impropres à caractériser cette pratique, privant ainsi la décision de base légale. La Cour fait un pas en arrière. Encore une fois, il est difficile de voir la responsabilité de Google et de l annonceur engagée.

42 CA Paris, Pôle 5, 1 ère ch., Arrêt êtdu 17 avril 2013, Sedo Gmbh, Sedo.com c/ DNXCorp, MKR Miesen Sedo exploite l une des plateformes les plus importantes de vente de noms de domaine et pages parking. L affichage des annonces publicitaires est effectué, notamment, par Google. Sur l éventuelle application du régime de responsabilité limité de l hébergeur La Cour considère que l exploitation du site français visant à mettre en relation ses clients français suffit pour pouvoir envisager l application de ce régime. Surlaconnaissanceet et lecontrôle desdonnéesdonnées Sedo sélectionne les mots clés auprès de Google, peut refuser l inscription des noms de domaine, exerce une action déterminante sur le contenu des pages parking qui produisent les liens commerciaux, exploite les pages litigieuses en percevant des revenus de la part des annonceurs. Mots clés, annonces présentes sur les pages parking, rémunération de la part des annonceurs Y a t il une possibilité d y voir un lien avec le service Adwords proposé par Google?

43 Responsabilité de Google pour contrefaçon? La Cour condamne l hébergeur La Cour considère que Sedo a agi en tant qu éditeur et le condamne à une lourde amende pour contrefaçon de marque. Google éditeur? Les similitudes entre les deux services sont perceptibles. En condamnant ainsi Sedo, la Cour d appel ouvre une porte conduisant peut être à un nouvel examen des pratiques de Google à travers l exploitation des Adwords. La question reste toutefois en suspend, dans l attente d une décision de la Cour de Justice, pourquoi pas en ce sens?

44 MARQUES ET NOMS DE DOMAINE

45 I/ L actualité des noms de domaine. Contentieux judiciaire. Contentieux extrajudiciaire II/ L ouverture des nouvelles extensions (new gtlds)

46 État des noms de domaine par extension Au quatrième trimestre 2012

47 . chute de 2 points par rapport à 2011 due à un contexte économique délicat. extensions génériques (gtld) et nationales (cctld) croissance de 7 % en cas spécifique du.cn chinois: 81%

48 Progression du.fr de 14 % en 2012,pour atteindre les 2,5 millions noms de domaine fin 2012

49 I/ L actualité des noms de domaine. Contentieux judiciaire. Contentieux extrajudiciaire

50 La protectiond unnom dun nom de domaine peutêtre conditionnée par son caractère distinctif CA Versailles, 12 e ch., 17 juill. 2012, n 11/01111 La société Mobilier et Agencement, l appelante lappelante, est propriétaire de la marque française CHAMBRES ET LITERIE et titulaire du nom de domaine <chambres et literie.fr>. La société Groupe Matelsom a été assignée pour contrefaçon et concurrence déloyale en raison de la réservation du nom de domaine <chambres et literie.com>, dirigeant vers son site officiel La Cour confirme le jugement de première instance qui avait débouté la société Mobilier et Agencement. Elle rappelle qu un nom de domaine «est susceptible de protection au fondement de l article 1382 du Code civil et ce, pour éviter un risque de confusion, s il est toutefois distinctif». Tel n est pas le cas du nom de domaine <chambreset literie.fr> qui est «descriptif du contenu du site», les termes le composant «s apparentant à des mots clés».

51 Nécessité de l usage actif du nom de domaine CA Paris, pôle 1, 3 e ch., 15 mai 2012, n 11/20087 Juristemploi.com i présente un caractère distinctifi if et est en lui même protégeable. L agencement des termes permet «de cibler l activité que ce nom de domaine entend identifier et qui correspond à la recherche ou l offre d emploi de juriste». Les noms de domaine juristemploi.com et jurisemploi.com «présentent pour un internaute moyennement et normalement attentif, [ ], un degré de similitude tel qu il peut les confondre». Au moment de la réservation de <jurisemploi.com> par l intimé, le nom de domaine <juristemploi.com>, réservé par le demandeur, n était nétait pas exploité. Bien qu antérieur antérieur, <juristemploi.com> se voit donc opposé <jurisemploi.com>. Il n a donc pas pu rapporter la preuve d un trouble manifestement illicite, ni se prévaloir de la survenance d un dundommagedommage imminent.

52 Nom de domaine et nom de collectivité ité territoriale i Cass. com., 10 juill. 2012, n En appel, la Cour d Agen a considéré qu il n y avait pas de trouble manifestement illicite car : En 2004, il n existait pas de protection du nom des communes ; L article L.711 4, h) du Code de la propriété intellectuelle protège les collectivités territoriales to es contre un dépôt de marque, mais asne concerne ce e pas les noms sde domaine. La Chambre commerciale casse l arrêt pour défaut de base légale et ordonne le renvoi de l affaire devant la Cour d appel de Bordeaux pour apprécier l existence d un risque de confusion entre le nom de domaine litigieux et le nom de la collectivité territoriale. Cet arrêt est attendu, pouvant fixer le régime juridique des collectivités territoriales.

53 Reprise à l identique d une marque dans un nom de domaine et absence de transfert TGI Paris, 3 e ch., 2 e sect., 27 janv Le caractère distinctif d une marque s apprécie «au regard de l ensemble des produits ou services qu elle désigne au jour du dépôt» demande de nullité rejetée Les demandes de déchéance pour défaut d exploitation et pour dégénérescence sont rejetées. La contrefaçon des marques du demandeur par reproduction dans le nom de domaine <blindtest.com> est reconnue. Cependant : letransfert n est pas pour autant ordonné ; le demandeur n a pas réussi à prouver l existence d un comportement déloyal et fautif quant à la réservation du nom de domaine <blindtest.com>, qui imiterait le nom de domaine <blind test.com>.

54 Contrat de licence conclu dans le but d enregistrer un nom de domaine en.eu:contrat de service CJUE, 19 juill. 2012, aff. C 376/11, Pie Optiek c/ Bureau Gevers L ouverture d un nom de domaine en.eu est conditionnée par un critère de présence sur le territoire i de l Union. certains titulaires de marque (notamment US) sans établissement principal dans l Union ont recours à un montage juridique. Question préjudicielle posée à la CJUE pour clarifier la situation du.eu. Selon la CJUE : «En effet, il serait contraire aux objectifs des règlements n 733/2002 et 874/2004 de permettre à un titulaire d un droit antérieur qui dispose de la plénitude de ce droit mais ne satisfait pas au critère de présence sur le territoire de l Union d obtenir, à travers une personne qui satisfait à ce critère de présence mais ne dispose pas, même en partie ou temporairement, dudit droit, un nom de domaine.eu à son profit.»

55 Clarification de la qualification fiscale de la licence de nom de domaine TA Montreuil, 1 re ch., 9 févr. 2012, n la société ebay France «était titulaire à titre exclusif du droit d usage sur Internet du nom de domaine «ebay.fr» ; qu elle pouvait dès lors en tirer régulièrement des revenus non seulement en l exploitant, mais aussi, [ ], enmettantcommeenl espècecetteexploitationà la disposition d une autre société»; que «ce droit d usage est constitutif d une sourcepotentiellederevenuset doté d une pérennité suffisante pour la personne à qui il est attribué»; ainsi, un tel droit doit être considéré «comme un élément d immobilisation incorporelle qui devait figurer à l actif du bilan de la société requérante, sans qu il soit nécessaire pour le qualifier ainsi ideseprononcer sur lacessibilité dunomded domaine qui en est à l origine i».

56 Le contentieux extrajudiciaire.ompi.naf Nombre de décisions rendues En 2012, ¾ des plaintes devant l OMPI concernaient un.com. Top 6 des secteurs dont sont issus les demandeurs devant l OMPI : 1) La Vente 2) La banque et la finance 3) Les biotechnologies et le secteur pharmaceutique 4) La mode 5) Autres secteurs 6) Internet et les nouvelles technologies

57 Les plaintes UDRP devant l OMPI en Décisions UDRP rendues devantl OMPI 2012 : décisions rendues noms de domaine. 341 Experts issus de 48 pays. Décisions en 13 langues, top 5 : Anglais Espagnol Chinois Français Néerlandais. 91% de cybersquattage. 1 litige sur 5 se règle avant le prononcé d une décision UDRP

58 La procédure de résolution des litiges : Entrée en vigueur le 21 novembre 2011 Demande à l AFNIC de suppression ou de transmission i d un nom de domaine. Pas d indemnisation. Textes applicables: Arrêté du 19 février 2010 Articles L.45 à L.45 8 du CP et CE Charte de nommage de l AFNIC Règlement du système de résolution des litiges (Syreli), Arrêté du 21 octobre 2011 Textes de l AFNIC, politique de publication et d accès à l information sur les.fr et politique de gestion des litiges

La procédure d objection "Legal Rights Objection" et les nouveaux mécanismes de protection des droits pour les nouveaux TLDs APRAM 7 juin 2012

La procédure d objection Legal Rights Objection et les nouveaux mécanismes de protection des droits pour les nouveaux TLDs APRAM 7 juin 2012 La procédure d objection "Legal Rights Objection" et les nouveaux mécanismes de protection des droits pour les nouveaux TLDs APRAM 7 juin 2012 Charlotte Spencer Centre d arbitrage et de médiation de l

Plus en détail

TD 1 Marque vs Nom de Domaine

TD 1 Marque vs Nom de Domaine TD 1 Marque vs Nom de Domaine 1 COUR DE CASSATION, chambre commerciale, 13 décembre 2005 Publié le 30 janvier 2006 SA Soficar c/ SA Le Tourisme moderne compagnie parisienne du tourisme N 04-10.143 Cassation

Plus en détail

LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION DE LA MARQUE D'UN CONCURRENT DANS LE CADRE D'UN SERVICE DE REFERENCEMENT PAYANT

LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION DE LA MARQUE D'UN CONCURRENT DANS LE CADRE D'UN SERVICE DE REFERENCEMENT PAYANT DROIT DES MARQUES LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION Claire PEREZ Decembre 2011 Le droit des marques et le droit commercial doivent sans cesse s adapter et appréhender les nouvelles

Plus en détail

Gare au référencement payant! Google Adwords

Gare au référencement payant! Google Adwords Gare au référencement payant! Google Adwords par France Charruyer, Société d'avocats ALTIJ, Associé fondateur I/ Comment ça marche : Le Fonctionnement du programme publicitaire Google Adwords Google exploite

Plus en détail

1er trimestre 2015 Version n 2. Les tendances PARL. Procédures alternatives de résolution de litiges de l Afnic

1er trimestre 2015 Version n 2. Les tendances PARL. Procédures alternatives de résolution de litiges de l Afnic 1er trimestre 2015 Version n 2 Les tendances PARL Avant-propos En 2012, l Afnic éditait pour la première fois les tendances SYRELI : Une mine d'informations pour tous ceux qui désiraient comprendre la

Plus en détail

Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP

Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP Article juridique publié le 20/11/2011, vu 2654 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Nous envisagerons ci-après

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

L essentiel sur l Afnic

L essentiel sur l Afnic «Moyens d actions sous.fr, la procédure Syreli» Isabel Toutaud 1 L essentiel sur l Afnic Association loi 1901 fondée en 1998 ; Gestionnaire historique du.fr mais également du.re,.pm,.tf,.wf,.yt Désignée

Plus en détail

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS 2 Présentation et état d avancement du

Plus en détail

Newsletter 9 Juin 2011 Du nouveau chez les acteurs du Web

Newsletter 9 Juin 2011 Du nouveau chez les acteurs du Web Newsletter 9 Juin 2011 Du nouveau chez les acteurs du Web 2.0 Deux évènements récents ont marqué l'actualité des acteurs du web 2.0 : (i) les trois arrêts rendus par la Cour de cassation le 17 février

Plus en détail

PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE

PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE Ces Précisions concernant le Signalement d un Contenu Illicite ont pour but de vous fournir une explication des questions figurant au formulaire

Plus en détail

Créer son site internet. en toute légalité

Créer son site internet. en toute légalité Créer son site internet en toute légalité Julie TOMAS, Juriste TIC Aquitaine Europe Communication Plan de l intervention I. Les préalables à la création du site internet 1- le choix et l enregistrement

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIÈRES DU SERVICE D AGENT TRADEMARK CLEARINGHOUSE Version en date du 10/03/2014

CONDITIONS PARTICULIÈRES DU SERVICE D AGENT TRADEMARK CLEARINGHOUSE Version en date du 10/03/2014 DEFINITIONS : CONDITIONS PARTICULIÈRES DU SERVICE D AGENT TRADEMARK CLEARINGHOUSE Version en date du 10/03/2014 Abused DNL (Domain Name Labels) : Labels de Noms de Domaine dont l enregistrement a été considéré

Plus en détail

Conditions générales de services

Conditions générales de services Conditions générales de services Les présentes conditions générales de prestations exposent les droits et obligations de la société COOPTIME, 22, rue de la Pépinière 75008 Paris, immatriculée au RCS de

Plus en détail

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Les médias sociaux : Facebook et Linkedin Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Avant de commencer Veuillez S.V.P. tester votre matériel audio en utilisant l assistant d installation audio. Plan Qu

Plus en détail

Tableau des dernières décisions en matière de liens commerciaux. Parties Juridiction Fondements juridiques- Motivation Sanctions

Tableau des dernières décisions en matière de liens commerciaux. Parties Juridiction Fondements juridiques- Motivation Sanctions La jurisprudence française ne sait plus sur quel pied danser s agissant des liens commerciaux et attend que la CJCE lui donne le rythme, par Cendrine Claviez, Avocat, avec la participation d Elodie Plard

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet MENTIONS LEGALES Consonnances.fr a fait l'objet d'une déclaration auprès de la Commission Nationale de l'informatique et des Libertés, sous le numéro 1595804. Conformément aux articles 39 et suivants de

Plus en détail

Droit du commerce électronique

Droit du commerce électronique Droit du commerce électronique Auteur(s) : Céline Castets-Renard Présentation(s) : Maître de conférences de droit privé, HDR, Université de Toulouse I CapitoleCo-directrice du Master 2 Droit et informatique

Plus en détail

Cour d appel de Paris Pôle 5 - Chambre 2. Arrêt du 28 mars 2014. Sofrigam / Carl G., Softbox Systems

Cour d appel de Paris Pôle 5 - Chambre 2. Arrêt du 28 mars 2014. Sofrigam / Carl G., Softbox Systems Cour d appel de Paris Pôle 5 - Chambre 2 Arrêt du 28 mars 2014 Sofrigam / Carl G., Softbox Systems Décision déférée : TGI Paris, 1er février 2013, 3e chambre 2e section Références de publication : http://www.legalis.net/

Plus en détail

= actif essentiel et porte d entrée incontournable à un site web

= actif essentiel et porte d entrée incontournable à un site web Par Philippe RODHAIN Conseil en propriété industrielle Chargé d enseignement - Université Bordeaux IV IP SPHERE 11 rue Guillaume Leblanc - 33000 BORDEAUX Tél : 05 56 96 50 11 - Fax : 05 56 79 72 28 courriel

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisations et de Ventes. pro

Conditions Générales d Utilisations et de Ventes. pro Conditions Générales d Utilisations et de Ventes pro 1. Objet Le présent accord a pour objet de déterminer les conditions de collaboration entre les deux sociétés dans le but de récolter des demandes de

Plus en détail

Charte académique relative à L HEBERGEMENT DES SITES WEB

Charte académique relative à L HEBERGEMENT DES SITES WEB Charte académique relative à L HEBERGEMENT DES SITES WEB Académie de Grenoble - Janvier 2013 1 CHARTE ACADEMIQUE RELATIVE A L HEBERGEMENT DES SITES WEB OBJET Le serveur académique, placé sous la responsabilité

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

MENTIONS LEGALES. Siège social : SHOM 13 Rue du Chatelier - CS 92 803 29 228 BREST Cedex 2

MENTIONS LEGALES. Siège social : SHOM 13 Rue du Chatelier - CS 92 803 29 228 BREST Cedex 2 MENTIONS LEGALES En vertu de l article 19 de la loi n 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique, les informations suivantes sont portées à la connaissance des utilisateurs :

Plus en détail

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Luxembourg, le 13 mai 2014 Presse et Information Arrêt dans l'affaire C-131/12 Google Spain SL, Google Inc. / Agencia Española de Protección

Plus en détail

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Le Code de la propriété intellectuelle doit prochainement être modifié par un décret dont la publication et l entrée

Plus en détail

SITE INTERNET 14/11/2008

SITE INTERNET 14/11/2008 SITE INTERNET 14/11/2008 Internet est un espace soumis aux règles de droit commun et, depuis le 21 juin 2004, aux dispositions de la loi pour la confiance dans l économie numérique (LCEN). Si des questions

Plus en détail

Les nouvelles extensions internet : enjeux, opportunités et protection

Les nouvelles extensions internet : enjeux, opportunités et protection Les nouvelles extensions internet : enjeux, opportunités et protection Animé par : Maître Claire Mourrieras, avocate spécialiste en propriété intellectuelle et technologies de l information, Cabinet Fidal

Plus en détail

Audit juridique de votre site : pour se lancer sans risques dans le e-commerce

Audit juridique de votre site : pour se lancer sans risques dans le e-commerce Audit juridique de votre site : pour se lancer sans risques dans le e-commerce Animé par : Bernard LAMON Lamon et Associés Membre du réseau international ITECHLAW Certifié qualité ISO 9001:2008 N FQA :

Plus en détail

Nouvelles extensions génériques et protection des titulaires de marques

Nouvelles extensions génériques et protection des titulaires de marques Nouvelles extensions génériques et protection des titulaires de marques A l heure où le secteur ICT est mis à l honneur au Luxembourg et fait l objet de la plus grande attention par les pouvoirs publics,

Plus en détail

DÉCISION DE L EXPERT Société Air France contre M. Stéphane Beaubrun Litige n DFR2010-0045

DÉCISION DE L EXPERT Société Air France contre M. Stéphane Beaubrun Litige n DFR2010-0045 CENTRE D ARBITRAGE ET DE MÉDIATION DÉCISION DE L EXPERT Société Air France contre M. Stéphane Beaubrun Litige n DFR2010-0045 1. Les parties Le Requérant est la société Air France, Roissy, France, représenté

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES SITES D ANNONCES ET DES

LA RESPONSABILITE DES SITES D ANNONCES ET DES LA RESPONSABILITE DES SITES D ANNONCES ET DES FOURNISSEURS DE LIENS COMMERCIAUX, LE SYSTEME GOOGLE ADWORDS ET DES MOTS CLES NEGATIFS... OU EN SOMMES-NOUS? Par Esther DUPAIN Conseil en Propriété Industrielle,

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme ze-questionnaire.com

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme ze-questionnaire.com Conditions Générales d Utilisation de la plateforme ze-questionnaire.com Droit applicable : Français. Date de dernière mise à jour : 24/07/2015. 1. Préambule, Objet, et Définitions 1.1 Présentation ze-questionnaire.com

Plus en détail

Multimédia : quels droits? pour qui?

Multimédia : quels droits? pour qui? Osez l innovation avec la CCI Atelier Multimédia : quels droits? pour qui? Jeudi 15 octobre 2015 Osez l innovation avec la CCI Atelier Agnès ROBIN Maître de conférences à la Faculté de Droit de Montpellier

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE «DESTINATION POUR TOUS»

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE «DESTINATION POUR TOUS» REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE «DESTINATION POUR TOUS» Version du 25/09/2013 Approuvée par La ministre des affaires sociales et de la santé La ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales

Plus en détail

2.3 Conditions d utilisation

2.3 Conditions d utilisation Conditions Générales d Utilisation de Paris fournisseurs, portail fournisseurs de la collectivité parisienne. En date du 15/05/2013, les présentes conditions générales du portail Paris fournisseurs ont

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL»

CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL» Article 1. Préambule CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL» Accor exploite un site web accessible au public à l adresse principale www.accorhotels.com, ainsi que le site mobile accorhotels.com et

Plus en détail

Charte de la page Facebook Biarritz Tourisme Conditions générales d utilisation

Charte de la page Facebook Biarritz Tourisme Conditions générales d utilisation Charte de la page Facebook Biarritz Tourisme Conditions générales d utilisation Bienvenue sur la fan page Facebook officielle de Biarritz Tourisme La page Facebook «Biarritz Tourisme» a pour objectif de

Plus en détail

Programme nouveaux gtlds personnalisés. Système de «Trademark Clearhousing»

Programme nouveaux gtlds personnalisés. Système de «Trademark Clearhousing» Choix d une phase Sunrise Procédures de résolution de litiges Programme nouveaux gtlds personnalisés Système de «Trademark Clearhousing» 1. Mise en place d une phase Sunrise - permet aux titulaires de

Plus en détail

L adresse du Site ci-après désigné «le Site» est la suivante : www.service-en-tete.fr

L adresse du Site ci-après désigné «le Site» est la suivante : www.service-en-tete.fr Le Site «Service en Tête», accessible via l adresse, inscrite au registre de la préfecture de Nanterre dont le siège social est situé, Immeuble H20,, 92569 Rueil- Malmaison CEDEX-France. Le Responsable

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEE GENERALE DE L OMPI QUESTIONS CONCERNANT LES NOMSDE DOMAINE DE L INT ERNET

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEE GENERALE DE L OMPI QUESTIONS CONCERNANT LES NOMSDE DOMAINE DE L INT ERNET OMPI WO/GA/32/3 ORIGINAL : anglais DATE : 20 juillet 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEE GENERALE DE L OMPI Trente- deuxième session (17 e session ordinaire) Genève,

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation du site editions-amorosa.com pour les membres de la Communauté AMOROSA (Comité de Lecture Citoyen + Auteurs)

Conditions Générales d'utilisation du site editions-amorosa.com pour les membres de la Communauté AMOROSA (Comité de Lecture Citoyen + Auteurs) Conditions Générales d'utilisation du site editions-amorosa.com pour les membres de la Communauté AMOROSA (Comité de Lecture Citoyen + Auteurs) Le présent site appartient à la Société Editions Les Nouveaux

Plus en détail

Promotion touristique et marketing électronique

Promotion touristique et marketing électronique Décoder le jargon juridique Promotion touristique et marketing électronique L approche juridique Julie TOMAS, Juriste TIC Aquitaine Europe Communication Décoder le jargon juridique I. L achat de mots-clés

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL. Affaire n 44308: centre-medical-louise.

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL. Affaire n 44308: centre-medical-louise. - CENTRE BELGE D ARBITRAGE ET DE MÉDIATION DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL Affaire n 44308: centre-medical-louise.be 1. Les parties 1.1. La plaignante

Plus en détail

DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION LETTRE DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION OCTOBRE 2010 P 2 Cour de cassation, Chambre Commerciale 13 juillet 2010 Dernier épisode de l affaire GOOGLE ADWORDS? BREVES

Plus en détail

USEED Conditions d utilisation

USEED Conditions d utilisation USEED Conditions d utilisation USEED Inc. (USEED) assure l entretien de son site Web en guise de service aux personnes qui le visitent, aux clients avec lesquels USEED conclut une entente de service distincte

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86 1 Formations & Conseils Web Marketing Myriam GHARBI Formations & Conseils Web Marketing Vous êtes Auto-entrepreneur, Créateur d'entreprise, Salarié au sein d'une TPE, PME ou dans une Collectivité? Vous

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Marques et internet Les liaisons dangereuses

Marques et internet Les liaisons dangereuses Les liaisons dangereuses Club Propial, 13 novembre 2012 Olivier Girard & Damien Quelier Conseils en Propriété Industrielle, Cabinet Nuss, Strasbourg Jean-Louis Kraemer Responsable juridique et RH Sté Méphisto,

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du site web

Conditions générales d utilisation du site web Conditions générales d utilisation du site web La société Royal Canin France SAS, société par action simplifiée, enregistrée au RCS de Nîmes sous le numéro B 380 824 888, dont le siège social est 650 avenue

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation de l Espace Client Employeur La Banque Postale Assurance Santé La Banque Postale Assurance Santé a développé le site internet Espace Client Employeur (le Site) pour des

Plus en détail

DÉCISION DE L AFNIC. senioriales-indignezvous.fr. Demande n FR-2013-00446

DÉCISION DE L AFNIC. senioriales-indignezvous.fr. Demande n FR-2013-00446 DÉCISION DE L AFNIC senioriales-indignezvous.fr Demande n FR-2013-00446 I. Informations générales i. Sur les parties au litige Le Requérant : La société PV SENIORIALES PROMOTION ET COMMERCIALISATION Le

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC Article 1 Définitions L «Application» : il s agit de l application mise à disposition des Clients par COGELEC. La «Base de données» : il s agit de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE «MATOQUE92»

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE «MATOQUE92» CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE «MATOQUE92» SOMMAIRE PRESENTATION DU BARREAU DES HAUTS DE SEINE ET MENTIONS LÉGALES...3 DEFINITIONS...3 OBJET DES CONDITIONS D UTILISATION...3 ACCEPTATION DES

Plus en détail

Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS.

Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS. MENTIONS LEGALES Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS. HALLOWEEN SAS, («La Société»), au capital de 95.000,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES APPLICATIONS MYAPPGOLIVE, MY AGEND ART, MON AGEND ART

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES APPLICATIONS MYAPPGOLIVE, MY AGEND ART, MON AGEND ART CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES APPLICATIONS MYAPPGOLIVE, MY AGEND ART, MON AGEND ART ARTICLE 1 : OBJET DES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION Les présentes Conditions Générales d Utilisation, ci-après

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES adoptée par l Assemblée de l Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle et l Assemblée générale de l Organisation Mondiale

Plus en détail

TABLE DES MATIERES (les numéros renvoient aux pages)

TABLE DES MATIERES (les numéros renvoient aux pages) TABLE DES MATIERES (les numéros renvoient aux pages) Table des abréviations... 7 Introduction... 11 Partie I - L enregistrement des noms de domaine... 31 Titre 1 Ŕ L existence de domaines de premier niveau,

Plus en détail

Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg

Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg La présente charte a pour objet de définir les conditions et modalités d'exploitation de la marque Hosted in Luxembourg ci-après désignée «Le

Plus en détail

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC?

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? - Un marché public est un contrat conclu à titre onéreux entre un pouvoir adjudicateur (collectivité territoriale, Etat ) et un opérateur économique public ou privé pour

Plus en détail

Le référencement en question : - Que dit la loi?

Le référencement en question : - Que dit la loi? Bruxelles 30 septembre 2014 Le référencement en question : - Que dit la loi? Etienne Wery Avocat aux barreaux de Bruxelles et de Paris Chargé d enseignement à l université etienne.wery@ulys.net www.ulys.net

Plus en détail

Ces tableaux sont complétés par des commentaires distinguant les procédures de notification existant en France, aux Etats-Unis et en Finlande.

Ces tableaux sont complétés par des commentaires distinguant les procédures de notification existant en France, aux Etats-Unis et en Finlande. Tableaux comparatifs commentés des régimes de responsabilité des prestataires techniques aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, en Espagne et en Finlande Par David Guilliet et Ronan Hardouin, DESS Droit

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration La société ROCOLUC S.A. est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d

Plus en détail

PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE

PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE NOTAMMENT EN MATIÈRE DE COMMERCIALISATION DE LISTES D ADRESSES VENTE PAR CORRESPONDANCE JEUX-CONCOURS PUBLICITAIRES EDITION JUIN 2001 DE QUOI S AGIT-IL? Il n

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Pass / 28 Novembre 2012. By Philippe Coudol

Pass / 28 Novembre 2012. By Philippe Coudol Pass / 28 Novembre 2012 By Philippe Coudol Un peu d histoire Quelques chiffres Les leviers de la stratégie digitale Les 10 secrets d un bon dispositif La visibilité Sur les moteurs Sur les médias sociaux

Plus en détail

Droit des Marques et Noms de domaine. David Forest

Droit des Marques et Noms de domaine. David Forest Droit des Marques et Noms de domaine David Forest Présentation 1 Les marques Chapitre 1 - Qu'est-ce qu'une marque? 19 1 - Présentation 19 Définition 19 Nature 19 Comparaison avec les régimes du droit d'auteur

Plus en détail

Le consommateur ne dispose pas du droit de renoncer à l'achat.

Le consommateur ne dispose pas du droit de renoncer à l'achat. CONVENTION DE PLACEMENT D ANNONCE Identification des parties D une part, la SPRL JSWR Consulting, inscrite à la Banque Carrefour des Entreprises de Belgique sous le numéro 0846.338.559 et sise à 4260 BRAIVES,

Plus en détail

L'utilisation du service mis en place par TEMPLAR, et décrit dans les présentes conditions générales, est entièrement gratuite.

L'utilisation du service mis en place par TEMPLAR, et décrit dans les présentes conditions générales, est entièrement gratuite. La société TEMPLAR a ouvert le site Internet globber.info. (Ci-après «le Site») L utilisation du Site implique de respecter les termes des présentes conditions d utilisation. En accédant au Site, tout

Plus en détail

Comores. Loi relative aux marques

Comores. Loi relative aux marques Loi relative aux marques Loi n 64-1360 du 31 décembre 1964 [NB - Loi n 64-1360 du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce ou de service] Titre 1 - Du droit de propriété des marques Art.1.-

Plus en détail

Concurrence déloyale par imitation de produit : quelle juridiction saisir?

Concurrence déloyale par imitation de produit : quelle juridiction saisir? Concurrence déloyale par imitation de produit : quelle juridiction saisir? Par Virginie Ulmann, Associée, et Nathalie Marchand, Local Partner, au cabinet Baker & McKenzie à Paris. Publié le 25 septembre

Plus en détail

Le site Internet www.oustaucamarguen.com (ci-après désigné le "Site") est édité par la Société d Exploitation de l Oustau Camarguen.

Le site Internet www.oustaucamarguen.com (ci-après désigné le Site) est édité par la Société d Exploitation de l Oustau Camarguen. Mentions Légales Le site Internet www.oustaucamarguen.com (ci-après désigné le "Site") est édité par la Société d Exploitation de l Oustau Camarguen. Forme juridique : SARL Capital social : - RCS : A 326

Plus en détail

Cookies de session ils vous permettent de sauvegarder vos préférences d utilisation et optimiser l expérience de navigation de l Utilisateur ;

Cookies de session ils vous permettent de sauvegarder vos préférences d utilisation et optimiser l expérience de navigation de l Utilisateur ; Ce site utilise des Cookies, émis également par des tiers, pour des raisons de fonctionnalité, pratiques et statistiques indiquées dans notre politique en matière de Cookies. Politique en matière de Cookies

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE Article 1 Parties contractantes Le présent site internet (ci-après dénommé «le Site») et les services qui y sont proposés (ci-après dénommés «les Services»)

Plus en détail

Licence Publique de l Union européenne V.1.1

Licence Publique de l Union européenne V.1.1 Licence Publique de l Union européenne V.1.1 EUPL Communauté Européenne 2007 La présente Licence Publique de l Union européenne ("EUPL") 1 s applique à toute Œuvre ou Logiciel (telle que ci-dessous définis)

Plus en détail

Guide juridique de l'e-commerce et de l'e-marketing

Guide juridique de l'e-commerce et de l'e-marketing Choisir un nom de domaine et une marque 1. Introduction 13 2. Définitions et notions juridiques 14 2.1 Le nom de domaine 14 2.1.1 Qu est-ce qu un nom de domaine? 14 2.1.2 Un nom de domaine, pour quoi faire?

Plus en détail

Conditions générales d'utilisation Site web gaea21

Conditions générales d'utilisation Site web gaea21 Conditions générales d'utilisation Site web gaea21 Objet Les présentes conditions générales définissent les termes et les conditions générales d utilisation ainsi que les conditions de mise à disposition

Plus en détail

QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014

QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014 QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014 Stratégie juridique Vous avez pris la résolution de créer un réseau pour développer votre enseigne Le choix du ou des contrats de distribution est

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Mentions légales du site «www.groupama-predict.fr»

Mentions légales du site «www.groupama-predict.fr» Mentions légales du site «www.groupama-predict.fr» L'accès au site «www.groupama-predict.fr», ci-après dénommé le «Site», implique l'acceptation des dispositions détaillées ci-après. Le Site accessible

Plus en détail

Droit de la propriété industrielle

Droit de la propriété industrielle Droit de la propriété industrielle Auteur(s) : Jean-Pierre Clavier Présentation(s) : Jean-Pierre Clavier est professeur de droit privé à l Université de Nantes. Il dirige l Institut de Recherche en Droit

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVE A L UTILISATION DE L ESPACE FIDÉLITÉ

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVE A L UTILISATION DE L ESPACE FIDÉLITÉ CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVE A L UTILISATION DE L ESPACE FIDÉLITÉ DEFINITIONS Version en date du 11 juillet 2011 Client : Toute personne physique ou morale, signataire des conditions contractuelles

Plus en détail

Atelier «Données, flux, juridique» - 11/09/2015 Dijon

Atelier «Données, flux, juridique» - 11/09/2015 Dijon Atelier «Données, flux, juridique» - 11/09/2015 Dijon Liste des présents NOM, Prénom Structure Titre BILLARDON, Pierre Alain Conseil départemental 71 direction de la communication BONIN, Séverine ADT Saône

Plus en détail

Mentions Légales. Le site Internet www.saintjames-bouliac.com (ci-après désigné le "Site") est édité par la Société d Exploitation du Saint James.

Mentions Légales. Le site Internet www.saintjames-bouliac.com (ci-après désigné le Site) est édité par la Société d Exploitation du Saint James. Mentions Légales Le site Internet www.saintjames-bouliac.com (ci-après désigné le "Site") est édité par la Société d Exploitation du Saint James. Forme juridique Capital social RCS Code APE SA 3 500 000

Plus en détail

Les outils du Web* : comment ça marche et à quoi ça sert?

Les outils du Web* : comment ça marche et à quoi ça sert? Sites Web Les outils du Web* : comment ça marche et à quoi ça sert? Sites marchands, e-commerce Forums Blogs Réseaux sociaux grand public : Facebook, Twitter Réseaux sociaux professionnels : Linkedin,

Plus en détail

A. Applicabilité de la loi Informatique et libertés

A. Applicabilité de la loi Informatique et libertés Chapitre 2 : Notions fondamentales et loi Informatique et libertés 55 A. Applicabilité de la loi Informatique et libertés Chapitre 2 : Notions fondamentales et loi Informatique et libertés L applicabilité

Plus en détail

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques F SCT/31/8 REV.4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 23 MARS 2015 Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques Trente et unième session Genève, 17 21

Plus en détail

--------------------------------------- 1 --------------------------------------- PubOnline

--------------------------------------- 1 --------------------------------------- PubOnline ARTICLE 1 - CHAMP D'APPLICATION Les présentes conditions générales de vente et de fourniture de services s'appliquent, sans restriction ni réserve, à l'ensemble des produits et des services proposés par

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE ARTICLE I - Objet...2 ARTICLE II - Etendue de la Sous-licence...3 ARTICLE III - Territoires concédés...3 ARTICLE IV - Conditions d accès...3

Plus en détail

E-RÉPUTATION ET MAUVAISE RÉPUTATION

E-RÉPUTATION ET MAUVAISE RÉPUTATION E-RÉPUTATION ET MAUVAISE RÉPUTATION Ségolène Rouillé-Mirza Avocate au Barreau de Tours 15 février 2011 Introduction 1/2 Qu est ce que l e-réputation? Définition de réputation Dictionnaire Larousse: «Manière

Plus en détail

CHARTE DE NOMMAGE DU DOMAINE.ma..ma

CHARTE DE NOMMAGE DU DOMAINE.ma..ma CHARTE DE NOMMAGE DU DOMAINE.ma.ma Juin 2006 Article 1 : Objet La présente charte de nommage a pour objet de fixer les règles de gestion administrative et technique des noms de domaine «.ma». Article 2

Plus en détail

Schuler (M.), «Vers un épuisement des droits d auteur sur Internet?», publié le 6 novembre 2014, www.journaldunet.com, consulté le 25 novembre 2014.

Schuler (M.), «Vers un épuisement des droits d auteur sur Internet?», publié le 6 novembre 2014, www.journaldunet.com, consulté le 25 novembre 2014. 1 COUR DE JUSTICE DE L UNION EUROPEENNE - ORDONNANCE, 21 OCTOBRE 2014, BESTWATER INTERNATIONAL GMBH C/ MM. MEBES ET POTSCH MOTS CLEFS : droit d auteur contrefaçon transclusion framing vidéo communication

Plus en détail

Consultation publique du 12/07/10 au 12/09/10 : l ouverture des.fr à l Europe

Consultation publique du 12/07/10 au 12/09/10 : l ouverture des.fr à l Europe L AFNIC dispose de deux ans pour ouvrir le.fr aux personnes physiques dont l adresse est située hors de France, dans l Union européenne ainsi qu à l ensemble des personnes morales établies dans l Union

Plus en détail

CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE

CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE Entre les soussignés La Société Anonyme d Economie Mixte (S.A.E.M.) de gestion des espaces de stationnement ROUEN PARK dont le siège social est sis Mairie de

Plus en détail