n 27 NOMBREUSES RÉPONSES MAIS QUELLE ÉTAIT LA QUESTION? LE RÔLE DES POLITIQUES ET SOCIALES DANS LA CONTEMPORAINES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "n 27 NOMBREUSES RÉPONSES MAIS QUELLE ÉTAIT LA QUESTION? LE RÔLE DES POLITIQUES ET SOCIALES DANS LA CONTEMPORAINES"

Transcription

1 n 27 Juin 2009 RECHERCHES SUR L INSÉCURITÉ DE NOMBREUSES RÉPONSES MAIS QUELLE ÉTAIT LA QUESTION? LE RÔLE DES TRANSFORMATIONS CULTURELLES, POLITIQUES ET SOCIALES DANS LA CONSTRUCTION DES INSÉCURITÉS CONTEMPORAINES AXEL GROENEMEYER I Le s i n s é c u r i t é s c o n t e m p o r a i n e s e t l a p e u r d u crime : historique et approches Dans le cadre du WP4 traitant des Perceptions du crime et de l insécurité, un séminaire s est tenu les 1er et 2 juin 2007 à Esslingen am Neckar (Allemagne). Le thème central de ce séminaire portait sur les aspects théoriques, sociologiques et historiques ayant contribué au développement des constructions du crime et de l insécurité 1. 1 L une des premières parties de l atelier d Esslingen constituait la suite de la réunion de Hambourg, portant principalement sur les recherches empiriques comparatives sur la peur du crime. Ainsi, des exposés ont été présentés par Krzysztof Krajewski (Krakow) sur les Recherches sur la peur du crime en Pologne. Des perspectives comparatives ; Benjamin Flander (Ljubljana), sur les Recherches sur l Insécurité et la peur du crime en Slovénie ; et par Sophie Body-Gendrot (Paris) sur les Développements de la peur du crime en France. Assessing Deviance, Crime and Prevention in Europe. CRIMPREV Project. Coordination Action of the 6 th PCRD, financed by the European Commission. Contract n Starting date : 1 st July Duration : 6 months. Project coordinating by CNRS Centre National de la Recherche Scientifique. Website :

2 Cette conférence avait pour objectif de présenter des analyses comparatives des différents aspects culturels, politiques et sociaux qui façonnent les questions politiques et publiques liées aux insécurités en Europe et d en débattre. 1 - Historique, perspectives et concepts liés à l insécurité Lors de la première conférence de ce groupe de travail, organisée à Hambourg en mars 2007, la peur du crime, désignée comme thème central, a été débattue d un point de vue empirique et méthodologique. Cette peur du crime est d ailleurs très souvent présentée comme un sujet relativement nouveau dans le domaine de la criminologie et de la sociologie (voir Sessar, Newsletter 11). Les dernières recherches et discussions sur le sujet s appuient sur les études américaines portant sur la victimation et la peur du crime dans les années 60 lorsque, pour la première fois, la sécurité, la loi et l ordre ont figuré au programme des campagnes présidentielles et que plusieurs commissions présidentielles ont été créées dans le but de développer des solutions visant à faire face à la criminalité et à la violence de rue (Commission Kerner, Commission Eisenhower, commission Katzenbach) 2. Les rapports de la commission Katzenbach, en particulier, ont eu un impact politique et criminologique majeur dans la mesure où ils proposaient l élaboration de rapports statistiques périodiques ainsi que le financement d études épidémiologiques portant sur la criminalité, la victimation et la peur du crime. Depuis lors, les études sur la peur du crime sont devenues l un des thèmes centraux de la recherche criminologique empirique, non seulement aux États-Unis mais aussi dans tous les pays développés 3. Les études portant sur la peur du crime font aujourd hui partie intégrante des politiques de prévention de la criminalité de tous les pays européens (à l échelle locale mais aussi nationale), ce concept étant ainsi devenu un composant de la science sociale appliquée utilisé pour la planification et la légitimation des politiques en matière de criminalité. Même si dans l élaboration des politiques, et leur légitimation, l utilisation d études empiriques portant sur la peur du crime varie considérablement selon les différents pays européens, ces études sont conceptualisées de telle façon qu elles pourraient être directement utilisées à des fins politiques ; en tant que sorte de sondage d opinion publique, l essentiel de la recherche sur la peur du crime constitue une espèce de science appliquée ou de criminologie administrative qui manque de considérations théoriques ou de réflexions sur la signification du sujet étudié. Malheureusement, la perspective historique n a pas été suffisamment représentée lors du séminaire d Esslingen. 2 Commission consultative nationale sur les désordres civiques (Commission Kerner) 1968 ; Commission nationale sur les causes et la prévention de la violence (Commission Eisenhower) 1970 ; Commission présidentielle sur l application de la loi et l administration de la justice (Commission Katzenbach) 1967a,b 3 Pour l historique du concept peur du crime, se reporter, notamment, à Boers (1991) et Lee (2007). 2

3 Dans ces études, les questions relatives à l ampleur de la peur du crime et à ses corrélations avec les taux de victimation, les relations sociales et les incivilités de quartier, le genre, et parfois même la consommation de médias, sont les éléments les plus analysés. La sécurité et l insécurité sont conceptualisées en tant que sentiments et attitudes personnels à l égard de la criminalité et de la victimation, ces derniers étant perçus comme pertinents pour l élaboration des politiques en matière de criminalité. On attribue généralement un sens restreint à la peur du crime, à savoir une dimension émotionnelle liée à la délinquance et à la victimation (peur), d autres dimensions ayant toutefois été introduites dans la recherche criminologique : une dimension cognitive d évaluation des risques personnels de devenir une victime de la délinquance ou de violence dans un futur proche, une dimension comportementale de comportement d évitement ou d adaptation dans des situations perçues comme situations à risque, et des attitudes plus générales vis-à-vis de la délinquance (inquiétudes vis-àvis de la délinquance) et politique en matière de délinquance (attitudes punitives) (Schéma 1) 4.! Schéma 1 : Dimensions et facteurs de la peur du crime 4"#! $,&#*'! 38)-'3#.! %#&#$'! "#$%#! &'($)%*+,(,-).! /#%.0$$#((#.! *--,-'3#.! /'$,-,&#.!.-5(#!3#!&,#! 10$.022*-,0$!3#! 2)3,*.! /#'%!! )&*('*-,0$!3#.! %,.7'#.! /#%.0$$#(.!! 3).0%"*$,.*-,0$!.01,*(#!;!!,$1,&,(,-).!,$7',)-'3#.! /#%.0$$#((#.!&,.9:9&,.! 3#!(*!3)(,$7'*$1#! 102/0%-#2#$-! 38)&,-#2#$-!#-! 38*3*/-*-,0$! -*'6!3#!! 1%,2,$*(,-)!(01*(#! 10$<,*$1#! 3*$.!(#.!!,$.-,-'-,0$.!3#! 10$-%=(#! &,1-,2*-,0$! 3,%#1-#!0'!,$3,%#1-#! 2 Aspects critiques et limites de la perspective de la peur du crime Les études portant sur la peur du crime ont, dès le début, été critiquées pour leur faiblesse méthodologique, question qui a également été abordée lors de la réunion de Hambourg. C est principalement l opérationnalisation du concept avec la question standard peur de marcher seul(e) le soir dans le quartier qui a fait l objet d une vaste 4 Pour une synthèse des résultats de recherches, voir, par exemple, Ditton, Farrall (2000) ; Hale (1996) ; Farrall, Jack son, Gray (2007). 3

4 discussion. L avantage de cette question c est qu elle est régulièrement utilisée dans les recherches empiriques depuis les années 70, une série chronologique de son évolution pouvant ainsi être construite. Cependant, parallèlement, certains affirment que l on ne sait pas exactement ce qu elle mesure, ni si elle a un quelconque rapport avec l insécurité ou la peur du crime. Dans ce contexte, les recherches du groupe de Keele ont attiré beaucoup d attention (Farrall et al., 1997 ; Farrall, Gray, Jackson, 2006, 2007 ; Farrall, Jackson, Gray, 2006, 2007 ; Gray, Farrall, Jackson, 2007 ; Gray, Jackson, Farrall, 2006 ; Jackson, Farrall, Gray, 2006). En alliant des mesures qualitatives et standardisées, ils ont démontré que la question standard surestime largement la peur du crime mais que ce concept comprend aussi des dimensions et des aspects émotionnels très variés, des attitudes de colère, de protestation et de mécontentement. Tandis que les recherches classiques sur la peur du crime ont déjà distingué diverses dimensions cognitives, émotionnelles et comportementales de l insécurité, il semblerait que la dimension émotionnelle de la peur du crime soit, à son tour, divisée en plusieurs aspects et dimensions. Concernant les approches théoriques pour expliquer la peur du crime, certains affirment que c est une approche multifactorielle qui a été adoptée dans la plupart des études empiriques et que, très souvent, les analyses sont limitées à des explications ad-hoc indiquant des facteurs isolés dans l environnement physique et social de l individu comme, par exemple, l expérience directe ou indirecte de la victimation, l intégration sociale, l efficacité collective et les incivilités au sein du quartier, ou encore les variables liées au style de vie, sans pouvoir les intégrer dans une perspective théorique plus générale. Ainsi, les études portant sur la peur du crime suivent principalement un cadre de référence socio-psychologique (voir Farrall et al., 2000) : le crime est perçu comme un facteur de stress pour la population et la peur comme un indicateur de stress psycho-social qui est modéré ou amorti par des ressources d adaptation. Les études sur la peur du crime sont, de cette façon, conceptualisées selon le modèle de recherche basé sur le stress psycho-social (voir schéma 2). Principalement liée à la politique et à la recherche appliquée, l approche théorique socio-psychologique semble présenter certains avantages dans la mesure où elle permet d élaborer des mesures politiques concrètes visant à réduire la peur du crime en intervenant au niveau de ces facteurs. Même si cette approche multifacteurs peut avoir son importance pour ce qui est de produire les bases empiriques des explications théoriques, elle est néanmoins limitée dans la mesure où elle ne permet pas d explications plus généralisées centrées sur les développements politiques, culturels ou sociaux au sein des sociétés modernes. Il ne s agit pas là de la question des causes sociales, culturelles et politiques de la peur du crime, mais plutôt de la question de la peur du crime elle-même. 4

5 Dans le contexte des études de victimation, les niveaux de la peur du crime sont très souvent mis en contraste avec les risques réels de victimation différenciés selon l âge, le genre et le niveau d instruction. Une conclusion s impose : les niveaux de la peur du crime sont généralement beaucoup plus élevés que les risques réels de victimation. Ainsi, la peur du crime semble être irrationnellement élevée, en particulier chez certains groupes tels que les femmes et les personnes âgées. Traduite en politique de prévention de la criminalité, cette conclusion a engendré des mesures de prévention qui intègrent la peur du crime comme une mission politique distincte ; dans la plupart des pays européens, réduire la peur du crime est désormais un objectif politique en soi, indépendamment de la réduction de la criminalité. Mais quel est le niveau normal, rationnel ou acceptable de la peur du crime? Dans les différentes recherches par enquête et les politiques de prévention de la criminalité se trouve, tout au moins de façon implicite, l hypothèse selon laquelle il faudrait atteindre un niveau normal de la peur du crime, ce dernier devant être identique au niveau du risque de victimation. Il existe deux hypothèses de base menant à cette théorie : Tout d abord, la peur du crime est quelque chose de mesurable. Par conséquent, le fait de résoudre les problèmes méthodologiques liés à la mesure et de se poser les bonnes questions permettrait d atteindre le niveau de peur réel. Ceci est la notion de base de toute recherche empirique sur la peur du crime. La recherche empirique mesure la peur du crime, et le résultat c est qu elle trouve la peur du crime, certaines facettes de la peur du crime ayant donc des conséquences sociales et politiques qui sont basées sur des hypothèses de ce qu est la peur du crime. La criminologie participe ainsi à la création de la peur du crime (Lee, 2007). Mais le fait de mesurer ce construit par rapport au risque agrégé de devenir une victime de la délinquance est dénué de sens car les deux calculs ne se situent pas au même niveau. Tandis que la peur du crime est mesurée et construite en tant qu émotion individuelle, le risque de victimation est un calcul de probabilités agrégées qui ne pourraient pas être désagrégées au niveau individuel (en supposant que la peur du crime ait un lien quelconque avec l insécurité) 5. Par exemple : si le risque calculé de contracter un cancer du sein est de 0,3 % par an, pour les femmes d une certaine tranche d âge, il n existe aucun moyen de calculer combien de femmes devraient craindre cette maladie car elles pourraient en fait être toutes concernées (et personne ne leur demanderait de réduire leur niveau de peur). Ensuite, si nous connaissons les vraies causes de la peur, ce niveau de peur acceptable pourrait être atteint en prenant les bonnes mesures. 5 Cette notion laisse deviner la question suivante : si le niveau de la peur est proche du niveau du risque de victimation, est-ce que les gens qui en ont peur ont raison d en avoir peur parce qu ils ont un niveau de risque plus élevé? 5

6 Ceci est la notion de base de la criminologie appliquée ou administrative dans ce domaine. Un argument similaire est ici applicable : chercher les causes de la peur du crime signifie comparer des groupes contrastés (hommes/femmes, zones affichant des signes d incivilités/zones tranquilles etc.), dont les différences sont interprétées comme un rapport causal. En trouvant des différences qui ont du sens, le concept de la peur du crime se remplit de justesse et les politiques visant à réduire la peur sont justifiées. Par exemple, les programmes de gentrification entraînent souvent une réduction de la peur du crime dans la zone concernée. Mais même si cette dernière n est pas le fruit de l arrivée d une nouvelle population suite à la gentrification, il existe de bonnes raisons de croire que la réduction de la peur du crime est due à une amélioration générale de la qualité de vie qui n a strictement rien à voir avec la criminalité ou l insécurité hypothèse d ailleurs confirmée par des recherches qualitatives sur la peur du crime (Gray, Farrall, Jackson, 2007). Toutefois, la distinction de groupes présentant différents niveaux de peur du crime engendre l idée que le groupe affichant le niveau le plus faible représente le niveau normal, alors que le niveau de peur le plus élevé exige des explications et est anormal. 6 Même si nous parvenions à réduire la différence existant entre les niveaux de peur du crime de différents groupes, nous trouverions toujours d autres niveaux de peur du crime divergents entre d autres groupes pouvant justifier une intervention politique 7. Ainsi, les recherches sur la peur du crime nous apportent de nombreuses réponses précises mais nous ignorons ce qu elles signifient. Il semblerait, par ailleurs, que nous ayons également oublié la question qui nous a conduits à mener ce type de recherches empiriques. Le risque de devenir victime de la délinquance ne constitue qu une seule éventualité parmi une liste interminable de menaces possibles auxquelles les gens sont confrontés tous les jours, tout au long de leur vie. Les débats autour de la société du risque supposent que les sociétés modernes sont marquées par une augmentation exceptionnelle du nombre de situations qui sont perçues comme étant problématiques et représentant un risque ; les temps modernes sont marqués par une culture du risque particulière basée sur la mesurabilité, les calculs de probabilité et l identification (ou l invention) de situations, de populations et de comportements à risques. Les recherches sur la peur du crime se fondent parfaitement dans ce paysage. Une autre notion fondée de la sociologie du risque est l hypothèse selon laquelle il existe, dans les sociétés modernes récentes, différents contextes culturels et sociaux guidant la sélection des risques 6 Même les tentatives visant à remplacer la peur du crime par la perception du risque (Ferraro, 1995) n évitent pas nécessairement ces pièges dans la mesure où l hypothèse de base est qu il existe une déformation irrationnelle lorsque le risque réel ne correspond pas à la perception du risque. 7 Un argument identique concernant la criminalité est utilisé par Durkheim pour son célèbre concept la criminalité est normale (voir Philipson, 1971, chapitre 3). 6

7 appropriés en fonction de leur besoin en matière d intégration de groupes, de stabilisation et de réglementation. En partant de cette hypothèse, la question n est plus de savoir ce qui cause la peur du crime mais plutôt quel type de conditions culturelles, sociales et politiques font de la construction ou de la sélection des risques de criminalité et de la peur du crime un problème public. Il semblerait que l on s accorde pour dire que le concept de la peur du crime est un sujet plutôt nouveau dans le domaine de la recherche sociologique et criminologique, et dont les débuts remontent aux années 70 avec de vastes projets de recherche empirique. Toutefois, les inquiétudes vis-à-vis de la délinquance et des perturbations de l ordre social correspondent aux réflexions sur les sociétés modernes existant depuis très longtemps, avec la construction des classes dangereuses et des endroits dangereux (par ex, voir Chevalier, 2007; Emsley, 1987 ; Emsley, Knafla, 1996 ; Lee, 2007, 25 ff.), suivis des adolescents dangereux comme les rockeurs, les hippies, les voyous et les punks. Et cela continue encore aujourd hui avec la construction d autres catégories d individus dangereux comme les étrangers, les drogués, les terroristes islamiques, les catégories de déviants sexuels, ou encore les zones dangereuses des banlieues européennes ou des ghettos américains. Ces aspects de l insécurité des sociétés passées et présentes ne sont pas perçus sous l angle de la perspective de la peur du crime, et semblent également justifier le choix d autres outils conceptuels et approches méthodologiques. II Dé l i n q u a n c e e t i n s é c u r i t é e n t a n t q u e p r o b l è m e s o c i a l Tandis que la perspective de la peur du crime se centre sur les individus et leurs capacités, leurs orientations et leur style de vie au sein de leurs réseaux sociaux pour expliquer les différences des niveaux de peur selon les groupes, la perspective basée sur les problèmes sociaux se centre sur deux questions distinctes mais intimement liées. Tout d abord, quelle est la structure des contextes culturels et politiques qui encadrent la construction de l insécurité, des inquiétudes vis-à-vis de la délinquance et d autres problèmes sociaux, et quelles sont leurs conséquences sur l organisation sociale et les institutions politiques des sociétés affectées et structurées par un vaste éventail de questions problématiques et liées à l insécurité. Ensuite, comment l insécurité et la peur du crime ont-elles pu devenir l une des principales questions politiques et sociales des vingt dernières années : comment l insécurité a-t-elle été créée? Et comment a-t-elle réussi à acquérir suffisamment de légitimité et de force persuasive pour décider des élections, diriger la politique et orienter la vie de tous les jours? Il s agit ici de comprendre la raison pour laquelle certains dangers et événements (ou certaines conditions) deviennent des enjeux sociaux et politiques tandis que d autres partent aux oubliettes. 7

8 Contrairement au modèle de la peur du crime basé sur le stress socio-psychologique, la perspective des problèmes sociaux s intéresse davantage au discours social, culturel et politique sur le risque et l insécurité ainsi qu à ses conséquences culturelles, politiques et sociales (Schéma 2). Schéma 2 : Axes thématiques du point de vue de la peur du crime et des problèmes sociaux Délinquance et insécurité en tant que stress individuel 1. Inquiétude individuelle vis-à-vis de la délinquance Crime and Insecurity as a Social Problem 1. Images culturelles de la criminalité et des criminels 2. Peur du crime 2. Constructions médiatiques de la criminalité et de l insécurité 3. Évaluation des risques personnels de victimation criminelle 4. Comportement d adaptation individuel 5. Confiance dans les institutions de contrôle de la criminalité 6. Attitudes envers les sanctions pénales 3. Société du risque et culture du risque 4. Cultures du contrôle Panique morale 5. Institutions politiques de gouvernance par la criminalité 6. Institutions et politique de la justice pénale et problèmes sociaux Il existe deux grandes approches permettant d aborder ces questions : la première, basée sur le diagnostic sociologique de la modernisation et de l évolution sociale, analyse les développements économiques, sociaux, culturels et politiques au sein des sociétés modernes et suppose que les institutions sociales changeantes rendent les insécurités croissantes compréhensibles. Les concepts de société du risque, modernisation réflexive et société en réseau ont, de ce fait, acquis une grande importance. De ce point de vue, les inquiétudes croissantes vis-à-vis des problèmes d insécurité et de la criminalité sont le fruit d une perte ou d une dégénérescence des formes traditionnelles d intégration sociale et de réglementation (individualisation, pluralisation etc.), qui sont perçues comme une conséquence inévitable de la modernisation ou, parfois, comme une conséquence des transformations sociales et politiques perturbatrices. La seconde approche suit plutôt une perspective de construction sociale. Tandis que la première approche pourrait aussi être perçue comme une perspective cherchant des explications causales à l insécurité et à la peur du crime dans le développement des sociétés modernes, la seconde cherche à savoir plus directement pourquoi et comment les inquiétudes vis-à-vis de la délinquance sont devenues une question d intérêt public. Ainsi, les concepts d activités revendicatives 8, 8 En résumé, la position du constructionisme social s appuie sur l hypothèse selon laquelle le sentiment de ce qui est, ou non, un problème social est un produit, quelque chose qui a été produit ou construit par le biais des activités sociales (par ex, activités de lobbying, activitiés de mouvements sociaux, couverture médiatique, rapports de la science sociale). De ce point de vue, les problèmes sociaux sont définis en fonction de ces activités pour lesquelles Spector et Kitsuse (1977, 75) ont utilisé le terme d activités revendicatives : Les problèmes sociaux sont les activités de groupes ou d individus allèguant des griefs et des revendications concernant certaines conditions présumées. Ainsi, les problèmes 8

9 (voir 3 A) de panique morale et, plus récemment, de traumatisme culturel (voir 2 B) ont pris de l importance. Concernant ces concepts, les médias ont également beaucoup attiré l attention par leur rôle dans la construction des insécurités contemporaines. Ceci a d ailleurs fait l objet d un autre séminaire de ce workpackage (voir Meško, 2008). Les inquiétudes liées à la délinquance et à l insécurité sont davantage perçues comme le résultat des stratégies politiques et sociales. Ce qui est en jeu c est l insécurité ou le risque (perçu) au sens le plus large, souvent conceptualisé comme préoccupation envers la criminalité, attitude envers la criminalité et la justice pénale (peines), différents indicateurs de changements dans la politique criminelle ou comme la diffusion de discours sur la criminalité et la peur en tant que problème public. Même si la peur du crime est parfois utilisée en tant qu indicateur, c est davantage en tant qu élément du discours politique et criminologique plutôt que pour désigner la chose ellemême. 2 - Modernisation et insécurités A - Inquiétudes vis-à-vis de la délinquance à une époque de risque et d anxiété Lors des débats portant sur le développement d une société du risque (Beck), d une modernité réflexive (Beck, Giddens, Lash), d une modernité liquide (Bauman) ou encore d une société en réseau (Castells), la question des insécurités a été placée dans une perspective macro-sociologique plus vaste. Même s il existe de grandes différences dans ces façons d aborder l insécurité croissante, les auteurs conviennent du fait que les sociétés modernes sont caractérisées par des processus de détraditionalisation et par une complexité accrue des relations sociales et des orientations individuelles, dans laquelle les formes traditionnelles d intégration sociale, de relations sociales, d identités et de régulation sociale ont tendance à disparaitre. S inspirant des principaux concepts de ce débat, tels que l individualisation, l informatisation 9, l internationalisation et l informalisation, Hans Boutellier a, dans son article Politiques sécuritaires dans une société en réseau, identifié ces dimensions en tant que causes centrales de l insécurité croissante dans la société moderne contemporaine et analysé leurs conséquences sur la prévention de la criminalité et la justice pénale en général. Ces arguments correspondent assez bien au diagnostic de crise proposé, par exemple, par Taylor (1999) qui évoque huit types de crise sociaux (comme, par exemple, la peur du crime) ne sont pas des conditions sociales problématiques qui pourraient être découvertes; elles sont créées par, et au cours des activités revendicatives, de sorte que les conditions sociales sont tout simplement les sujets de ces revendications. 9 L informatisation est un concept utilisé par Manual Castells et qui se rapporte à l importance croissante et de plus en plus répandue des flux d informations, de la collecte d informations et de l utilisation d informations par le biais d Internet et autres formes de réseaux d information numérique. 9

10 différents ayant une incidence sur la sécurité et la peur du crime au sein des sociétés modernes récentes : la crise de l emploi (chômage croissant) ; la pauvreté matérielle et l inégalité croissante (insécurité du statut individuel) ; le multiculturalisme (peur des étrangers) ; les crises d inclusion et d exclusion (insécurité liée à l intégration sociale) ; les crises de la culture (insécurité de l orientation individuelle) ; les crises de la masculinité et des genres (insécurité de l identité de genre) ; et les crises familiales et parentales (insécurité des relations sociales intimes et de l éducation). Ces insécurités sont particulièrement accentuées au Royaume-Uni en raison des changements économiques qu a connus ce pays. En effet, dans les années 1990, le Royaume-Uni est passé du rang de puissance économique mondiale à celui d importateur net de biens et services. Toutefois, ces transformations peuvent être étendues à l ensemble des sociétés modernes après la seconde guerre mondiale et, en particulier, après la longue période de croissance économique qui s est terminée à la fin des années Ces insécurités sont condensées dans des peurs plus facilement exprimées vis-à-vis de la délinquance et des individus qui y sont associés dans ce discours moral (les voyous, les sans-abris, les jeunes, les minorités ethniques, les étrangers etc.) (Farrall, Gray, Jackson, 2007, 19). Bauman (Bauman, 2000, 215) tient également plus ou moins les mêmes propos. Il affirme que les gouvernements sont relativement impuissants face au marché et aux anxiétés qu il engendre ; ils ont concédé le pouvoir au marché et à ses forces qui, dans un système de transfert de capitaux de plus en plus globalisé, sont de plus en plus difficiles à contrôler par les gouvernements et presque impossibles à prédire avec un certain degré de certitude. Face à cela, les gouvernements choisissent de concentrer leurs efforts pour faire quelque chose, ce qui se traduit souvent par des mesures punitives. Cet argument repose sur une autre hypothèse développée dans le cadre des débats à propos de la société du risque : contrairement aux dangers, menaces et insécurités traditionnels, les risques modernes récents (et particulièrement technologiques) sont caractérisés par leur invisibilité, imprévisibilité et leurs conséquences incontrôlables. En revanche, le discours sur la peur du crime semble pouvoir être objet de connaissance, de décision (d exploitation) et potentiellement contrôlable. En cette période d incertitude, les discours qui semblent promettre de mettre fin à l ambivalence en présentant des victimes identifiables et des méchants blâmables auront probablement une place privilégiée parmi les tentatives incessantes de l État visant à imposer l ordre social. Le personnage du criminel devient ainsi un épouvantail commode et le discours sur la peur du crime un emplacement satisfaisant pour les anxiétés générées de façon plus générale (Hollway, Jefferson, 1997, 265). 10

11 B - Société multiculturelle et ennemis appropriés Le criminel, ou certains types de criminels, apparaissent comme particulièrement appropriés pour devenir le réceptacle des anxiétés sociales. Tout comme Farrall, Jackson et Gray (2007, 19) l ont déclaré : la criminalité constitue, pour différentes raisons, un réceptacle bien pratique pour les anxiétés associées à la vie moderne elle représente l un des derniers autres au sein d une société complexe. L Autre criminel représente un croque-mitaine traditionnel sur lequel les anxiétés peuvent être projetées et attaquées en toute sécurité. Ce qui distingue l Autre criminel, par exemple, de l Autre racial c est le fait que dans les sociétés modernes de nombreuses personnes connaissent, souvent en tant que membres de leur famille, des individus issus de minorités ethniques et que, de ce fait, les processus d ostracisme racial sont plus difficiles à mettre en œuvre. Par ailleurs, la condamnation sociale généralisée des opinions racistes explicites a, de toute façon, rendu tout ceci beaucoup plus difficile. Toutefois, la même chose ne s est pas produite pour les individus identifiés en tant que criminels, l Autre criminel représentant ainsi un emplacement tout à fait pratique pour le stockage des anxiétés. Mais leur argument selon lequel le criminel remplacerait l Autre ethnique en tant qu ennemi approprié de l ordre social et que menace à la sécurité personnelle ne semble pas être très convaincant, comme Romain Garbaye l a démontré dans sa communication Société multiculturelle et perceptions de la criminalité et de l insécurité, présenté lors de l atelier. Garbaye a montré, lors d une comparaison internationale de politiques locales d intégration, que suite au 11 septembre et aux attentats de Londres, les communautés musulmanes (en particulier) sont devenues des cibles idéales pour la suspicion, tout comme les noirs antillais qui ont toujours fait l objet d ostracisme dans les discours sur la peur du crime. Le développement d une société multiculturelle est perçu comme une menace à l intégration et à l ordre sociaux, les anxiétés qui y sont associées pouvant ainsi être facilement utilisées pour construire des ennemis appropriés, surtout lorsque ces derniers peuvent être construits en tant qu étrangers criminels. Cette question a également été soulignée dans la communication présentée par Willem de Haan sur La culture du contrôle en évolution aux Pays-Bas. Du drame multiculturel au traumatisme culturel, qui a analysé la façon dont a été présenté le meurtre de Theo van Gogh en 2004 ainsi que les conséquences de cette présentation (voir 2.2). Les recherches classiques sur la peur du crime ont, très souvent, confirmé qu il existait un lien étroit entre les orientations politiques de droite et xénophobes et les inquiétudes vis-à-vis de la délinquance et de la loi et l ordre. Toutefois, comme Robert et Pottier (2004, 2006) l ont montré pour la France, ce lien semble s être affaibli au cours des dernières années, et les auteurs en concluent que, de plus en plus, 11

12 les questions liées à la criminalité semblent être traitées comme des questions à part entière, indépendamment de tout aspect racial ou ethnique. C Insécurités contemporaines dans le cadre de transformations politiques et sociales Un argument reposant sur les insécurités générales associées au changement social a également été utilisé pour expliquer les niveaux accrus de la peur du crime dans des pays ayant subi des transformations politiques et sociales perturbatrices comme, par exemple, les anciens pays socialistes ou ceux qui sont passés d une dictature à une démocratie, comme l Espagne et le Portugal. Une grande partie de l atelier a été consacrée à cette question, des études de cas sur l insécurité au Portugal (Cândido da Agra et al. : Bonne insécurité et mauvaise insécurité - Insécurité et transformations de la dictature à la démocratie au Portugal), en Allemagne (Helmut Kury : Traditions et transformations du socialisme vers la démocratie : Allemagne), en Slovénie (Benjamin Flander : Transformation sociale, insécurité et peur Réflexions sur la transition de la Slovénie) et en Pologne (Krzysztof Krajewski: Transformation sociale, insécurité et peur en Pologne) ayant été présentées. Ces transformations sont extrêmement intéressantes dans la mesure où elles fournissent une espèce de situation de laboratoire social permettant d analyser la relation entre le changement politique et macro-social, et la déviance et le contrôle social. Contrairement aux crises susmentionnées, les processus de transformation sont caractérisés par des changements rapides ou perturbateurs des institutions centrales, des normes et des orientations, qui ne laissent aucune place aux processus d adaptation sans heurt. Ainsi, ce type de transformation est, par définition, marqué par une désorganisation et une désintégration sociales qui affectent les individus directement dans leur vie quotidienne, créant aussi des anxiétés sociales, des incertitudes et des insécurités. La période qui suit la transformation des anciens pays socialistes, en particulier, est marquée par une très forte augmentation de la criminalité. Toutefois, comme l a expliqué Boers (1995, 163), ceci ne devrait pas être nécessairement interprété comme une conséquence de la désintégration sociale, mais être plutôt perçu comme un effet secondaire structurel de la modernisation. Les économies capitalistes sont construites sur des incitations à la consommation, et il n a pas été possible d augmenter le contrôle policier au même rythme que ces dernières. La transformation et la modernisation capitaliste sont toujours liées à une hausse des opportunités criminelles, en particulier des atteintes aux biens. En outre, le libre-échange de biens exige des frontières plus ou moins ouvertes et, compte tenu des différences de développement économique, tout au moins entre l Allemagne de l Est et la Pologne, les motivations et les opportunités de migration 12

13 et d activités économiques criminelles s accroissent. Des conclusions identiques ont été tirées lors de l atelier animé par Benjamin Flander pour le cas slovène. Ces changements ont été corroborés par les données présentées par Helmut Kury lors de l atelier, en particulier pour l Allemagne de l Est, montrant une forte hausse des niveaux des atteintes aux biens qui, très rapidement (en deux ans), ont pratiquement atteint ceux de l Allemagne de l Ouest. Concernant la peur du crime, il a été démontré qu au cours des années qui ont suivi la réunification allemande, le niveau de la peur du crime et de la perception du risque, en Allemagne de l Est, était au moins deux fois plus élevé qu en Allemagne de l Ouest. Il a toutefois également été démontré, qu avec le temps, la population parvenait à s y adapter. Ainsi, la nouvelle image de la criminalité consécutive à la transformation est devenue une composante normale de la vie au sein des sociétés modernes. Krzysztof Krajewski a présenté des données issues d études locales sur la peur du crime, ces dernières ayant largement confirmé les niveaux accrus de peur du crime en Pologne. Mais il n est pas du tout certain que l hypothèse selon la quelle les insécurités, les incertitudes et les anxiétés sociales générales sont la cause de la peur du crime et des inquiétudes vis-à-vis de la délinquance puisse être vérifiée de façon empirique. Dans les recherches conventionnelles sur la peur du crime, il existe rarement (voire jamais) de fortes corrélations directes entre la peur du crime et les positions sociales incertaines ou marginales. Une autre faiblesse de ces perspectives macro-sociologiques est le fait qu elles supposent tout au moins de façon implicite qu il existe une hausse continue de la peur du crime dans la mesure où la modernisation entraîne l individualisation, des exigences de flexibilisation et la liquéfaction des relations sociales. Ceci présente non seulement une limite logique mais aussi une faiblesse empirique indiquant un niveau de peur du crime dans le temps plutôt instable et différencié, voire même une baisse considérable dans certains pays européens. Lorsqu on se penche sur les causes macro-sociales de la peur du crime, on s aperçoit que le lien entre la modernisation et les orientations exprimées des individus concernant la criminalité est souvent interprété comme une espèce de manipulation stratégique venant d en haut (voir Hollway, Jefferson, 1997) ou comme la construction médiatique d un ennemi approprié. À cet égard, l analyse du cas du Portugal (Cândido da Agra et al.) a permis d apporter de précieuses informations. Les auteurs ont montré que les processus de transformation rapide et perturbatrice ne sont pas nécessairement liés à une forte hausse des inquiétudes en matière de criminalité et d insécurité. Pendant la période post-révolutionnaire, en particulier, les questions d insécurité étaient surtout liées aux institutions de l ancien régime et aux attaques terroristes, et 13

14 pas spécialement aux problèmes de criminalité tels que le crime de rue ou la violence chez les jeunes. Cette situation changea au cours des années 1980 et 1990, lorsque les partis politiques s emparèrent de la question de la sécurité lors des campagnes électorales. Toutefois, les comparaisons internationales indiquent que le Portugal est aujourd hui l un des pays européens affichant les niveaux de peur du crime les plus élevés 10. Ces réflexions soulignent l importance du rôle des institutions et des stratégies politiques en ce qui concerne la construction des questions liées à l insécurité et à la criminalité, non seulement en tant que lien entre les développements macro-sociaux et la construction des insécurités, mais aussi en tant qu important facteur d analyse des insécurités et des inquiétudes contemporaines en matière de criminalité. 2 Insécurités en tant que constructions sociales et politiques A La culture du contrôle L une des principales réponses à la question des inquiétudes changeantes vis-à-vis de la délinquance et de leurs liens avec les changements institutionnels, a été la conceptualisation d une culture du contrôle par David Garland (2001). L un des points de départ de son argumentation sont les taux de criminalité élevés ou en hausse affectant la vie quotidienne des citoyens, en particulier les classes moyennes, et engendrant une conscience du crime généralisée : les taux de criminalité élevés sont perçus comme un fait social normal et la conduite d évitement de la délinquance devient un principe organisateur de la vie quotidienne. La peur du crime est suffisamment répandue pour devenir un point de référence politique, les questions liées à la criminalité étant généralement politisées et représentées par des termes émotifs. Les inquiétudes vis-à-vis des victimes et de la sécurité publique dominent la politique gouvernementale et le système de justice pénale est perçu comme étant sévèrement limité dans son impact... Un niveau de conscience du crime élevé devient alors partie intégrante de la vie sociale de tous les jours et s institutionnalise dans les médias, dans la culture populaire et dans l environnement 10 À partir des discussions sur les transitions dans les sociétés, sont apparus deux autres courants de réflexion : 1. Quel est le rôle d une expérience de dictature dans la construction de l insécurité au sein d une société? Pour ce qui est de l Allemagne et du Portugal, et peut-être aussi de l Espagne, certains soutiennent que cette expérience a agi, tout au moins pendant un certain temps, comme une espèce de barrière contre les programmes politiques trop répressifs et une surveillance trop présente de l État (par ex, tout le monde comprend très facilement que des mesures politiques introduites par le ministère allemand de l Intérieur soient qualifiées de Stasi 2.0, alors que les systèmes CCTV n ont même pas été bannis des universités anglaises). Il serait intéressant de donner suite à ces considérations dans un autre contexte, avec la participation de membres venant d autres anciens pays socialistes et aussi d Allemagne, d Italie, d Espagne, du Portugal et de la Grèce. 2. L article sur le Portugal nous rappelle qu il faudrait davantage s attarder sur ce que pourrait et devrait représenter la sécurité par rapport à la démocratie et à la liberté. Dans son papier, Cândido da Agra établit une distinction entre la mauvaise et la bonne sécurité, distinction qui renforce l idée que la sécurité conçue uniquement en tant qu objectif technique pourrait bel et bien être atteinte et conduire à une société sûre et tranquille, mais avec d énormes conséquences pour la démocratie et la liberté. La problématisation de cette question est également très liée à l expérience de la dictature. 14

15 urbain (Garland, Sparks, 2000, 199 f.). La nouvelle culture du contrôle a également été créée par les images médiatiques, la rhétorique politique mais surtout par l expérience collective de la criminalité dans la vie de tous les jours. Les citoyens se sont adaptés à cette prévalence de la criminalité avec leurs propres moyens de prévention et de contrôle. Toutefois, les exigences des classes moyennes (en Angleterre/Pays de Galles et aux Etats-Unis) en matière de sécurité ont entraîné des changements au niveau des orientations fondamentales et des institutions du système pénal, ces derniers étant liés aux transformations socio-structurelles et politiques mais ayant également entraîné toute une série de développements avec une dynamique propre. Ses analyses l ont conduit à conclure que l idéal réhabilitatif du système pénal était en crise, ouvrant la voie à une bifurcation : on observe, d une part, une tendance à la rationalisation et à la démoralisation de la criminalité entraînant des processus de décriminalisation, une orientation vers des politiques de réduction des risques et un processus consistant à responsabiliser le citoyen ( criminologie de la vie quotidienne ) et, de l autre, une criminologie de l Autre, qui reflète la notion de panique morale (voir ci-après), et qui concerne les crimes fortement médiatisés qui exigent une action omniprésente, symbolique et radicale de la part des décideurs. S inspirant de cette argumentation et de l idée de Dario Melossi (2008) sur les longs cycles de la problématisation des problèmes liés à l ordre social, Axel Groenemeyer, dans son article Du péché au risque? Images de la criminalité et de l insécurité dans la modernité récente, présenté lors de l atelier, a développé l idée que les images changeantes de la déviance dans les discours publics seraient liées aux changements intervenant au niveau de la solidarité vis-à-vis des individus déviants, cette solidarité guidant non seulement la perception de la population à l égard de la criminalité mais aussi les exigences en matière de politiques publiques et de leur légitimation. La solidarité envers les déviants et l acceptation d une certaine image du déviant correspondent à des idées politiques d intégration sociale changeantes et aux mécanismes de création de l ordre social. Lorsque le déviant est représenté comme l étranger, l autre, l ennemi ou même le monstre (criminologie de l Autre), alors les exigences de formes expressives de sanctions exclusives deviennent légitimes. Cette image correspond aux idées conservatrices de l ordre social créée par des valeurs communes ainsi qu au diagnostic du déclin de ces valeurs au sein des sociétés modernes. L image du criminel en tant qu acteur hédoniste rationnel exige des explications concernant ses choix rationnels ainsi que des formes de dissuasion rationnalisée et professionnalisée. Cette image correspond à la notion libérale de l ordre social créé par des intérêts privés et par le marché. La notion sociale-démocrate d intégration et d ordre social via une politique de welfare est reflétée par une image du déviant en tant qu individu 15

16 déficient en manque de socialisation, de capacités ou de ressources, nécessitant une resocialisation, un traitement médical ou thérapeutique, ou encore des mesures de politique sociale. C est cette image, qui a largement guidé la justice pénale du 20ème siècle, qui est aujourd hui remplacée par l image du déviant en tant que membre d une population à risque causant du tort à autrui et à la société et devant être évité à l aide de mesures techniques de gestion des risques ou de politiques d exclusion visant à défendre la société. Ainsi, les inquiétudes vis-à-vis de la délinquance et de la sécurité sont perçues non pas tant comme une conséquence directe de développements sociaux affectant les citoyens, mais plutôt comme des changements culturels qui guident les réponses institutionnelles vis-à-vis des menaces à l ordre social et le soutien que leur apporte le public. L insécurité et les inquiétudes vis-à-vis de la délinquance doivent être comprises comme un concept plus large inscrit dans des constructions plus générales des problèmes sociaux et des comportements déviants. B Préoccupations vis-à-vis de la délinquance en tant que panique morale et traumatismes culturels Une approche similaire, soulignant les processus sociaux et culturels de la construction des images associées aux problèmes sociaux et aux déviants, a été développée par Jock Young (1971) et Stanley Cohen (1972) à la fin des années 60 et début des années 70, avec le concept de panique morale. Aujourd hui encore, ce concept semble plutôt bien correspondre à l analyse contemporaine des insécurités et des préoccupations vis-à-vis de la délinquance. Dans la définition, désormais classique, de Cohen, ce dernier affirme : les sociétés semblent être sujettes, de temps à autres, à des périodes de panique morale. Une situation, un épisode, une personne ou des groupes de personnes se retrouvent définis comme une menace aux valeurs et aux intérêts sociétaux, leur nature étant présentée de façon stylisée et stéréotypée par les médias ; les barricades morales sont défendues par les éditeurs, les évêques, les politiciens et d autres individus bien-pensants ; des experts socialement accrédités établissent leur diagnostic et proposent leurs solutions ; des moyens de faire face sont évoqués ou (plus souvent) utilisés ; c est alors que la situation disparaît, s évanouit ou bien se détériore en devenant plus visible (9) 11. S inspirant du concept de croisade symbolique développé par Joseph Gusfield (1963), ce concept souligne des processus de construction sociale de la panique morale et d épouvantails ; ces phénomènes proviennent de bouleversements considérables des mœurs causés 11 Cela vaut la peine de citer cette définition en entier dans la mesure où, très souvent, la panique morale s est retrouvée associée à une notion de réaction disproportionnée qui n est, bien évidemment, pas mentionnée dans la définition d origine (voir Young, 2009, 13sqq.). La réaction publique et politique disproportionnée implique une déclaration normative et rend le concept difficile à appliquer dans les analyses sociologiques. 16

17 par des changements dans les structures et les valeurs au sein de la société. Les sujets de la panique ne naissent pas au hasard mais sont plutôt les points de déclenchement de telles transformations (Young, 2009, 4). Ainsi, l origine du concept se trouve dans des notions de conflit culturel qui trouvent leur expression lors de débats passionnés sur la morale publique et dans l indignation morale en construisant des ennemis appropriés qui deviennent le symbole du déclin moral de la société et engendrent des exigences pour que l on fasse quelque chose. Même s il n est pas limité à cela, le concept semble être particulièrement adapté à l analyse de la construction d ennemis publics en présentant des situations et des événements symboliques exceptionnels justifiant l indignation morale, même si la situation sous-jacente existe déjà depuis bien plus longtemps. Dans un autre contexte théorique, le concept de traumatisme culturel (Alexander et al., 2004) a été développé, affichant de remarquables similarités avec la panique morale. Dans les débats portant sur la construction des souvenirs collectifs ou publics, le traumatisme culturel signifie un souvenir qu un groupe, dont les membres sont concernés, a accepté et auquel il a donné publiquement crédit et qui évoque un événement ou une situation a) chargé d affect négatif, b) représenté comme impérissable, et c) perçu comme menaçant l existence d une société ou violant une ou plusieurs de ses bases fondamentales. Le traumatisme culturel se produit lorsque les membres d une collectivité sentent qu ils ont été exposés à un événement horrible qui laisse des marques indélébiles sur leur conscience de groupe, marquant ainsi leurs souvenirs à tout jamais et modifiant leur future identité de façon fondamentale et irrévocable (ibid., 1) 12. S inspirant de cette idée, Willem de Haan, dans sa communication sur La culture du contrôle en évolution aux Pays-Bas. Du drame multiculturel au traumatisme culturel, a exposé lors de l atelier une analyse de la façon dont le meurtre de Theo van Gogh (Amsterdam, 2004), a été présenté au public, ainsi que des conséquences de cette présentation. Ce meurtre a eu un grand impact sur l image que ce pays avait de lui-même en tant que société tolérante, ouverte et libérale, et ses conséquences ont influé sur le cours des orientations politiques en matière de criminalité, d ethnicité et de sécurité. De la même façon, dans son article Drame culturel et insécurité en Belgique, André Lemaître a présenté ses travaux de recherche sur l Affaire Dutroux qui, avec d autres événements exceptionnels, a provoqué des changements politiques et institutionnels importants dans le domaine de l insécurité en Belgique. Les deux auteurs soulignent que ces événements ou situations ont une signification hautement symbolique qui a été largement véhiculée et renforcée par les médias, mais que ces symboles semblent, néanmoins, exprimer des sentiments d anxiété et d insécurité sous-jacents généralisés parmi la population, de 12 Dans leur livre, les auteurs analysent comme exemples de traumatisme culturel le 11 septembre, l esclavage aux États-Unis, l Holocauste en Allemagne et les transformations perturbatrices dans les pays postsocialistes, entre autres. 17

18 nouvelles mesures et orientations politiques étant de ce fait plus facilement acceptées par cette dernière. 3 Insécurités et activités revendicatives Très souvent, les analyses de la peur du crime, du moins de façon implicite, suivent l idée selon laquelle ce que les gens pensent est important. Les changements intervenant au niveau des politiques criminelles sont expliqués par le fait que les préoccupations de la population vis-à-vis de la délinquance et de la peur changent elles aussi. Ces considérations sont parfois également exprimées dans des arguments selon lesquels l insécurité serait une conséquence de la modernisation. À partir de ce type de perspective bottom-up (ascendante), le système politique est perçu comme un instrument de la volonté publique. Toutefois, on trouve dans certaines approches critiques et constructivistes l hypothèse contraire : l insécurité serait la conséquence de la politique stratégique des élites politiques puissantes ou hégémoniques, ou des groupes (par ex, les médias) qui imposent au public un intérêt culturel. Ce type de perspective politique top-down (descendante) implique une image du système politique en tant que grand manipulateur. Même si la confrontation de ces deux approches est plutôt simpliste et ne rend pas justice à la plupart des analyses évoquées, elle souligne que la question des liens entre le système politique et la politique et les développements sociaux et la population devrait être explicitée. A - Des revendications venant d en bas? En tant que composants de la criminologie administrative, les sondages sur la peur du crime ont été conçus pour informer le système politique à propos des exigences et des orientations de la population. Ainsi, la criminologie joue bien le rôle de revendicateur dans la mesure où elle a créé un concept définissant un problème social, concept justifié par l image de la rationalité, du savoir scientifique et de l utilisation directe en vue du processus de prise de décision politique, même si c est une autre question, que de savoir quel usage est fait de ses résultats. En général, les analyses et les débats autour des activités revendicatives dans le cadre de la sociologie des problèmes sociaux soulignent le rôle actif des mouvements sociaux, des entrepreneurs de morale, des médias, des groupes d intérêt et professionnels, de l administration publique et des organisations faisant partie du système politique. Ces groupes et ces institutions jouent, généralement, un rôle actif dans la construction des problèmes publics dans la mesure où ils tentent d imposer leurs propres intérêts et orientations morales à la population et au système politique. L histoire de la problématisation de la sécurité et de la peur du crime en tant que questions publique et politique s appuie surtout sur les analyses des productions médiatiques et des activités du système politique Il existe cependant des exceptions telles que, par exemple, l analyse du rôle du 18

19 B - L instrumentalisation politique de l insécurité La peur du crime a été utilisée pour justifier diverses politiques de contrôle en matière de criminalité. En introduisant des sentences plus punitives, des restrictions aux droits des accusés, ou des formes de supervision et de surveillance plus intensives, les politiciens ont cherché à justifier les mesures proposées visant à réduire la peur du crime (Farrall, Jackson, Gray, 2007, 19). On a toujours insisté, tout au long de l histoire de ce concept, sur le fait que les inquiétudes vis-à-vis de la délinquance et de la peur du crime ont été, à l origine, introduites par Barry Goldwater et Richard Nixon lors de leur campagne électorale pour la présidence américaine en 1964 et 1968, respectivement. Au Royaume-Uni, le premier politicien à avoir transformé la peur du crime en capital politique fut Margaret Thatcher lors des élections générales de 1979, le point culminant de ce concept ayant été atteint à travers le désir de Blair d être dur avec le crime et dur avec les causes du crime, lors des élections générales de Bien que reflétant des inquiétudes et des préoccupations préexistantes, la peur du crime s est ainsi transformée en quelque chose que les politiciens qui le souhaitaient pouvaient utiliser afin d alimenter les sentiments de la population à l égard de certains sujets (ibid. ; Lee, 2007, 56 ff., pour la France voir Mucchielli, 2008). Lee (2007, 77) souligne le lien entre la criminologie et l instrumentalisation politique en tant que boucle de rétroaction de la peur du crime : les recherches sur la peur du crime par le biais d enquêtes de victimation produisent de manière statistique l objet criminologique peur du crime et constituent ainsi, de manière indirecte, un concept. Ces informations servent alors à informer l ensemble des citoyens qu ils sont effectivement effrayés, les sujets apeurés pouvant ainsi réfléchir à ces révélations. Les lobbies de la loi et l ordre et les politiciens utilisent la peur pour justifier une approche plus sévère en matière de criminalité (ils n ont pas le choix car les citoyens semblent avoir peur), point sur lequel ils s appesantissent, engendrant ainsi plus de peur. Le concept alimente le discours et le discours, à son tour, justifie le concept. En soulignant les utilisations de l insécurité dans les processus politiques (en particulier lors de campagnes électorales), cette conclusion rejoint parfaitement la notion de gouvernance par le crime développée par Jonathan Simon (2007) pour les États-Unis. Toutefois, il faut noter que cette boucle de rétroaction ne suit pas une loi naturelle, dépendant plutôt de la structure du régime politique, des institutions et de la culture. Dans sa communication sur les Régimes mouvement féministe qui, dans les années 1970, opérait en tant qu acteur collectif critiquant l attention exclusive que portait la criminologie (dominée par des hommes) sur le criminel de sexe masculin, et le fait qu elle négligeait de tenir compte des femmes victimes de violence, particulièrement. Il semblerait qu au Royaume-Uni, notamment, le mouvement féministe ait eu un rôle considérable sur l instauration de la peur du crime en tant que question publique, politique et criminologique (voir Lee, 2007, 97 ff.). 19

20 politiques et l insécurité : l Angleterre et la Norvège, Peter Green a présenté un modèle reliant la structure du régime politique, la culture médiatique et la perception du public afin d expliquer les différentes sensibilités des élites politiques concernant les perceptions du public à l égard des problèmes en Angleterre et en Norvège. Une comparaison des réactions du grand public, des médias et des politiques face à deux homicides entre enfants en Angleterre et Norvège au début des années 90 révèle qu il existe différentes raisons au populisme pénal dans chacun des pays. Les différences en matière de culture politique et médiatique peuvent contribuer à expliquer les niveaux de peur et d inquiétude plus élevés de la population suite à ces deux événements. La culture politique anglaise, hautement confrontationnelle et fondée sur les majorités parlementaires, impliqua que la presse et les politiciens légitimèrent leurs déclarations mutuelles selon lesquelles le meurtre de James Bulger traduisait un malaise moral et social plus profond. Tout de suite après cette affaire, l inquiétude de la population vis-à-vis de la délinquance fut multipliée par deux, le nombre de délinquants condamnés à la prison augmenta et, après avoir réagi avec vigueur et de façon moraliste à ce meurtre dans les tabloïds, Tony Blair apparut comme un candidat crédible à la tête du parti travailliste pour défier les conservateurs en matière d ordre public. Par contraste, la culture politique consensuelle de la Norvège contribua à empêcher la politisation de la mort de Silje Redergård par des partis rivaux, et même la presse à scandale traita sa mort comme un tragique accident. Même si ce cas d étude s inscrit également dans le cadre du concept de panique morale, il souligne l importance de la structure et de la culture institutionnelles et politiques pour expliquer les différentes réponses aux menaces liées à la sécurité. En fait, en matière de régimes politiques et de culture, le modèle européen semble être plus à même d éviter l influence directe des constructions des médias et du public sur son système politique que le modèle anglo-saxon. De la même façon, les régimes politiques disposant de solides organismes professionnels et d aide sociale et d un système de justice pénale hautement professionnalisé, sans quasiment aucune participation directe de la part des citoyens, sans système d élection des procureurs et des officiers de police, et favorisant une culture démocratique basée davantage sur un consensus des partis que sur des conflits, semblent être mieux équipés pour briser la boucle de rétroaction, même s il y a toujours eu dans la plupart des systèmes politiques européens des tentatives d instrumentalisation de la sécurité à des fins politiques. Il faut donc continuer à mener des recherches afin de découvrir si les concepts développés dans les contextes britannique et américain sont également valides pour les systèmes européens continentaux. 20

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

L éthique dans la société contemporaine

L éthique dans la société contemporaine L éthique dans les entreprises en contexte de gestion de crise dans le secteur agroalimentaire Horizon Marketing agroalimentaire 2009 Jeudi15 octobre 2009 M e Manon Beaumier, DSG-UQTR L éthique dans la

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411)

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411) PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon Niveau : 10 e et 12 e année Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411) Titre de la leçon : Prendre position

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ Rappelant les réalisations du Document de Nara de 1994 sur l authenticité dans l établissement des principes

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le sexisme Introduction La Vice-Première

Plus en détail

Exploitation technique des aéronefs

Exploitation technique des aéronefs Normes et pratiques recommandées internationales Extraits de l'annexe 6, Partie I concernant la gestion des risques lies à la fatigue Annexe 6 à la Convention relative à l aviation civile internationale

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013

Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013 Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013 La cohésion sociale et la coresponsabilité Samuel Thirion Division Recherche

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL Table des matières Mot de l auteur... 2 Crédit d'impôt pour déficience grave et prolongée des fonctions physiques ou mentales... 2 Crédit d'impôt pour personnes handicapées

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe

MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe Poitiers, 17/9/07 CARACTÉRISTIQUES DE LA RECHERCHE Mieux connaître la manière dont les 12-18 s approprient les médias électroniques et identifier les axes

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Le management des risques éthiques

Le management des risques éthiques Le management des risques éthiques Yves Boisvert, Ph.D. Professeur titulaire ÉNAP & Responsable du groupe de recherche sur l éthique publique du CERGO 1 Le risque éthique Un risque éthique est une conduite

Plus en détail

synthèse Nourddine Harrami

synthèse Nourddine Harrami synthèse Nourddine Harrami Tout au long de cet ouvrage, les questions majeures que pose l adolescence dans le Maroc de ce début du 21e siècle ont été soumises à différents éclairages théoriques et empiriques.

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

POUR DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES EFFICACES : ÉTUDE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE AU SEIN DU DDR

POUR DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES EFFICACES : ÉTUDE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE AU SEIN DU DDR POUR DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES EFFICACES : ÉTUDE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE AU SEIN DU DDR RWANDA RÉSUMÉ EXÉCUTIF Dr. Anthony Finn David Baxter Murat Onur JANVIER 2014 Programme transitionnel

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau par Catherine Séguin Problématique Cette note critique répond à un article de René Hardy «À propos

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Media Release Entreprises familiales avec avantages concurrentiels Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Freienbach, le 24 juin 2014 D après une étude de l entreprise

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Histoire et fonctionnement de l IASB

Histoire et fonctionnement de l IASB CHAPITRE 1 Histoire et fonctionnement de l IASB Ce qu il faut retenir L IASB, créé il y a plus de 30 ans, est reconnu à ce jour comme un organisme normalisateur au niveau mondial, représenté par les parties

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES 1 Décider d embaucher? 2,5 jours 1,5 jour PACK 2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT 6 jours 3 Attirer, motiver, fidéliser ses salariés 2 jours 4 Choisir son mode de management 2 jours 1 jour PACK 5 Mobiliser

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination Issy-les-Moulineaux, le 20 juillet 2007 2 e édition de l enquête Cegos sur la diversité et la discrimination en entreprise Comment favoriser la diversité en entreprise? Réponses croisées des responsables

Plus en détail

Activité AO 1 (dimensions de l identité)

Activité AO 1 (dimensions de l identité) Activité AO 1 (dimensions de l identité) Nom de l activité AO : Une pub changer les choses! Réalisation de l activité (mois/année) : Mars 2012 Discipline : Éthique et culture religieuse (thème de la Tolérance)

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail