Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD"

Transcription

1 Nouveautés en vaccination Gaston De Serres, MD

2 Objectifs pédagogiques Suite à cette présentation, le participant sera en mesure de: Décrire la morbidité due au zona chez les personnes âgées et les données concernant l efficacité et la sécurité du vaccin contre le zona Décrire l épidémiologie du pneumocoque depuis l introduction du vaccin conjugué et l impact potentiel qu auront les nouveaux vaccins conjugués contre le pneumocoque à 10 ou 13 sérotypes Décrire les données sur l efficacité du vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) chez les hommes. Il pourra aussi expliquer l évolution du programme de vaccination des filles au Québec. 2

3 3 Zona

4 Caractéristiques cliniques Commence typiquement par un prodrome: céphalée photophobie, malaise, fièvre Sensations cutanées anormales et douleur Éruption typiquement unilatérale Zones les plus touchées:thorax, cou, ophtalmique Éruption dure 7 10 jours avec guérison complète en 2-4 semaines Généralement moins sévère chez les enfants que chez les adultes 4

5 Incidence du zona et de la névralgie post herpétique (NPH) Incidence du zona varie de 1,2 à 3,4 par 1000 personnes années et augmente rapidement avec l âge Enfants < 1 par 1000 p.a. Personnes de plus de 65 ans: 12 par 1000 p.a. (Dworkin 2001) Approximativement 50% des personnes qui vivent jusqu à 85 ans auront eu un épisode de zona NPH augmente aussi avec l âge 40% chez les personnes 50 ans 75% chez les adultes de 75 ans (Portenoy 1986; Lancaster 1995;Dworkin 2001) 5

6 6 MMWR 2008;57:RR5

7 Névralgie post herpétique 7 Helgason, BMJ 2000

8 8

9 9

10 10

11 11 Résultats de l étude STPS

12 12

13 Vaccin contre le zona Bon profil d efficacité mais diminue avec l âge Efficacité semble persister sur une période de 7 ans Bon profil de sécurité Pas de programme de gratuité pour le moment 13

14 Vaccination contre le pneumocoque Depuis décembre 2004, VPC-7 offert à tous les nouveau-nés Calendrier à 3 doses administrées à 2, 4 et 12 mois. Rattrapage «passif» prévu pour les enfants âgés entre 4 mois et 59 mois Couverture vaccinale de 91% avec 3 doses à 24 mois (Boulianne 2009) 14

15 Fardeau des infections à pneumocoque chez les enfants âgés de moins de 5 ans au Québec, en 2001, avant l introduction d un vaccin pneumococcique conjugué (Boulianne et coll. 2007) Forme clinique Nombre de cas Nombre de décès Méningite 19 1 Bactériémie Pneumonie Otite moy. aigue Total

16 16

17 17 Vaccins conjugués contre le pneumocoque

18 Taux pour personnes-années Incidence des infections invasives à pneumocoque en fonction du sérotype dans la population âgée de <5 ans au Québec, avant et après l implantation du programme de vaccination avec le VPC-7 (De Wals et coll. 2008a) B 9V 14 18C 19F 23F 6A 9N 18B 19A 1 3 7F 10A 11A 11B 15A 15B 15C 17F 21 22F 29 33A 33F 34 35B 38

19 PCV-10 (Synflorix) Homologué depuis décembre 2008 Contient 10 polysaccharides: Les 7 du PCV-7 et les sérotypes 1, 5 et 7F Trois protéines porteuses différentes Protéine D: lipoprotéine de surface exprimée par pratiquement toutes les souches de Haemophilus influenzae (Forsgren et coll. 2008). Anatoxine tétanique (18C) Anatoxine diphtérique (19F) Pour augmenter l amplitude et la qualité de la réponse immunitaire 19

20 PCV-10 Efficacité/immunogénicité Pas de données d efficacité contre les infections invasives Essais randomisés VPC-10 a démontré sa non-infériorité au VPC-7 pour ce qui est des antigènes communs, Atteinte du seuil de référence (0.20 µg/ml) chez plus de 90 % des vaccinés pour les trois sérotypes additionnels (mesure après 3 doses primaires) Induction d anticorps fonctionnels et d une mémoire immunitaire. Les concentrations maximales en anticorps obtenues après 3 doses primaires sont généralement plus faibles avec le VPC-10 qu avec le VPC-7 20

21 Efficacité contre les otites Prymula et coll doses vaccin 11-valent utilisant la protéine (sérotype 3) Efficacité Otite moyenne aigue 34 % (IC95% 21 % à 44 %) Otites causées par des souches de pneumocoque inclues dans le vaccin 53 % (IC95 % : 35 % à 66 %) Otites causées par des souches Hi non capsulées 35 % (IC95 % : 2 % à 57 %) Prévention d un placement d un tube de ventilation 60 % (IC95 % : - 27 % à 88 %) Protection croisée contre les souches apparentées à celles figurant dans le vaccin (66 % en moyenne; IC95 % : 22 % à 85 %). À l âge de mois, après la dose de rappel, on a observé une réduction de la prévalence du portage rhinopharyngé des souches de streptocoque figurant dans le vaccin et de l Haemophilus. 21

22 Efficacité des PCV PCV-7 (IC 95%) Otite moyenne aigue 6 % (-4 % à 16 %) PCV-11 (IC 95%) 34 % (21% à 44 %) OMA causée par sérotype du vaccin Placement de tube de ventilation Otites causées par souches Hi non capsulées 57 % (45 % à 67 %) 39 % (4 % à 61 %) 53% (35% à 66%) 60% (27% à 88%) 35% (2% à 57%) 22

23 Fardeau de la maladie dans l ensemble de la population québécoise dans les différent scénarios Fardeau résiduel de la maladie Pas de vaccin VPC-7 VPC-10 Nombre de cas Toutes les issues Infections invasives Pneumonies (hospitalisées ou non) Otites moyennes (épisodes) Placements de tube de ventilation Décès (infections invasives et pneumonies) VPC-7 vs pas de vaccin VPC-10 vs pas de vaccin VPC-10 vs VPC Différence de cas Infections invasives <1 Pneumonies (hospitalisées ou non) Otites moyennes Décès Survivants avec séquelles -6-6 <1 Années de vie perdues (actualisées à 3 %) QALY perdues (actualisées à 3 %)

24 Incertitudes Le VPC-10 apporterait une protection contre les infections invasives complémentaire relativement modeste dans le contexte québécois actuel (environ 6 cas d infections invasives prévenus par an chez les < 5 ans, soit environ 10 % du total des cas résiduels). Protection indirecte générée par le VPC-10 inconnue, car les niveaux d anticorps induits par le nouveau produit sont généralement plus faibles qu avec le PCV-7. Protection conférée par le VPC-10 contre les infections invasives causées par pneumocoque de sérotype 19A est incertaine et par des souches Hi non encapsulées. 24 Difficile de quantifier l ampleur de la prévention des otites conférée par 3 doses de VPC-10 par rapport à 4 doses et du phénomène de remplacement qui peut survenir avec tout vaccin.

25 PCV-13 Avantages Efficacité prouvée contre les infections invasives et immunité de groupe Permet de couvrir le 19A Inconvénient Pas d impact supplémentaire sur les otites N est pas encore homologué au Canada 25

26 26 Vaccin VPH quadrivalent chez les hommes

27 Vaccin VPH chez les hommes Plan de l étude Étude avec répartition au hasard (1:1), menée à double insu et contrôlée par placebo 3 doses de GARDASIL ou du placebo aux mois 0, 2 et 6 Durée prévue du suivi : 36 mois (30,1 mois en moyenne dans l analyse actuelle) Sujets inscrits à l étude : Hommes hétérosexuels (HH) hommes de 16 à 23 ans Hommes ayant des relations sexuelles avec d autres hommes (HARSAH) 602 hommes de 16 à 26 ans 27

28 Résultats du dépistage du VPH avec la méthode PCR au jour 1 Le jour 1, 32,8 % des sujets ont obtenu des résultats positifs au test de dépistage pour 1 type de VPH. 10,0 % 9,0 % 8,0 % 7,0 % 6,0 % 5,0 % 4,0 % 3,0 % 2,0 % 1,0 % 0,0 % VPH 16 VPH 56 VPH 51 VPH 52 VPH 39 VPH 31 VPH 6 VPH 18 VPH 58 VPH 59 VPH 45 VPH 33 VPH 35 VPH 11 28

29 Population conforme au protocole A reçu les trois doses de vaccin Résultats négatifs au test sérologique le jour 1 et résultats négatifs à la méthode PCR le jour 1 et le mois 7 pour les types de VPH pertinents N a pas dérogé au protocole Les paramètres ont été évalués à compter du mois 7 Gardasil Placebo Total n = n = n = Nombre de sujets ayant reçu au moins 1 injection Admissibles à l analyse selon le protocole en lien avec : VPH des types 6 et VPH de type VPH de type

30 Efficacité Lésions génitales externes Population conforme au protocole GARDASIL (n = 1 397) Placebo (n = 1 408) Paramètre Tous les sujets Cas Inc. par 100 p.-a. Cas Inc. par 100 p.-a. % d efficacité IC à 95 % Valeur de p 3 0,1 31 1,1 90,4 (69, 98) < 0,001 HH 2 0,1 26 1,0 92,4 (70, 99) HARSAH 1 0,4 5 2,0 79,0 (-88, 100) n = nombre de sujets répartis au hasard ayant reçu au moins 3 doses, qui ont été suivis après le mois 7 et qui n ont pas dérogé au protocole p.-a. = personnes-années; IC = intervalle de confiance 30 Les lésions génitales externes comprennent les verrues génitales externes, les néoplasies intraépithéliales périnéales, périanales et péniennes, le cancer du pénis, le cancer périanal et le cancer périnéal; le dénombrement des cas a commencé après le mois 7.

31 Efficacité Infections Population évaluable selon le protocole Paramètre Infection persistante* GARDASIL (n = 1 390) Cas Inc. par 100 p.-a. Cas Placebo (n = 1 400) Inc. par 100 p.-a. % d efficacité IC à 95 % 15 0, ,1 85,6 75, 92 Valeur de p < 0,001 Détection de l ADN** 136 5, ,0 44,7 32, 56 < 0,001 * INFECTION PERSISTANTE Détection de l ADN du VPH dans des échantillons anogénitaux à > 2 visites consécutives à > 6 mois d intervalle (± 1 mois) ou maladie associée au VPH des types 6, 11, 16 et 18 avec résultats positifs pour le même type à la visite suivante ** DÉTECTION DE L ADN Détection de l ADN du VPH dans les échantillons anogénitaux lors d au moins 1 visite 31

32 Innocuité Vaccin anti-vph quadrivalent Placebo n % n % Sujets inclus dans la population d analyse Sujets ayant fait l objet d un suivi Nombre de sujets : Avec un ou plusieurs EI EI au point d injection EI général Avec EI lié au vaccin EI au point d injection EI général Sans EI grave* 8 0,4 11 0,6 EI grave lié au vaccin 0 0,0 0 0,0 Décès 3 0,0 10 0,5 Abandon de l étude pour cause d EI 5 0,3 14 0,7 Abandon pour cause d EI lié au vaccin 2 0,1 3 0,2 32

33 VPH chez les hommes Vaccin semble donner une bonne protection contre les lésions à VPH Vaccin n a pas encore d homologation pour cette indication 33

34 Conclusion Plusieurs nouveaux vaccins efficaces et sécuritaires Pénétration des nouveaux vaccins ralentie par leur prix Discours antivaccinal non généralisé mais suscite de l inquiétude dans la population Important de pouvoir informer vos patients sur les bons résultats amenés par les récents programmes de vaccination 34

Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Rapport Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d'affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

IMPORTANT VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

IMPORTANT VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR GARDASIL [vaccin recombinant quadrivalent contre le virus du papillome humain (types 6, 11, 16 et 18)] Le présent dépliant constitue la troisième et dernière

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités?

Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités? Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités? Gaston De Serres, MD, PhD Institut National de santé publique du Québec

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Evaluation économique de la vaccination contre les infections àhpv

Evaluation économique de la vaccination contre les infections àhpv Evaluation économique de la vaccination contre les infections àhpv Etat de la question B. DERVAUX Université Droit et Santé Lille 2 CHRU de Lille L évaluation économique La démarche économique Base du

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Prevenar 13 suspension injectable Vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) 2. COMPOSITION QUALITATIVE

Plus en détail

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles «Programmes de vaccination gratuite en 4 e année du primaire» Contre l hépatite B pour les garçons et les filles (incluant une protection contre l hépatite A ) Contre le virus du papillome humain (VPH)

Plus en détail

Vaccination en réanimation

Vaccination en réanimation Vaccination en réanimation CÉLINE PULCINI MCU-PH SERVICE D INFECTIOLOGIE CHU DE NICE PLAN 1. Épidémiologie de quelques maladies à prévention vaccinale 2. Réponse immunologique à la vaccination en réanimation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 MENINGITEC suspension injectable en seringue préremplie Vaccin méningococcique du groupe C oligosidique conjugué (adsorbé) B/1 seringue munie d un bouchon

Plus en détail

Vaccination contre les HPV

Vaccination contre les HPV Vaccination contre les HPV *Pr Hélène Peigue-Lafeuille Laboratoire de Virologie, CHU Clermont-Fd CNR Enterovirus- parechovirus, Laboratoire associé EA4843 Université d Auvergne Clermont1 *Haut Conseil

Plus en détail

Pourquoi un vaccin contre le VPH?

Pourquoi un vaccin contre le VPH? F Pourquoi un vaccin contre le VPH? Niveaux visés Secondaire 1er cycle Disciplines Langue maternelle Science et technologie Disciplines de formation Santé et bien-être Médias Sujets Santé et sécurité Objectifs

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses Vaccination: savoir répondre r aux controverses Marc H. Lebel, MD, FRCPC Service des maladies infectieuses 1 Objectifs Identifier les principaux effets adverses reliés à la vaccination Savoir répondre

Plus en détail

Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de

Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) Mise à jour sur l utilisation des vaccins quadrivalents contre le méningocoque au Canada PROMOUVOIR ET

Plus en détail

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 )

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) MONOGRAPHIE Prevnar * 13 Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) Suspension pour injection intramusculaire Agent d immunisation active * M.D. de Wyeth Pfizer

Plus en détail

Une déclaration du comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de

Une déclaration du comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de Une déclaration du comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) Mise à jour des recommandations visant le calendrier d'immunisation relatif au vaccin contre le virus du

Plus en détail

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille 2015 JL SCHMIT

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille 2015 JL SCHMIT Mise au point sur la vaccination antiméningoccique DU Lille 2015 JL SCHMIT Bon modèle Capsule polysaccharidique Intérêt de la conjugaison à des protéines pour augmenter la réponse vaccinale Emergence d

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Gardasil, suspension injectable. Vaccin Papillomavirus Humain [Types 6, 11, 16, 18] (Recombinant, adsorbé). 2. COMPOSITION

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul Actualités D. Abiteboul VACCINATIONS Actualités Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Nouveau calendrier vaccinal 2013 Arrêté du 2 août 2013 et Instruction du 21 janvier

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle

10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle Section 10.2.2 Var 10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle Composition Deux vaccins contre la varicelle sont distribués au Canada : Varilrix (GlaxoSmithKline) et Varivax III (Merck). Il s agit de vaccins

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

Voici ce qu est le zona

Voici ce qu est le zona Voici ce qu est le zona Le zona est plus courant que vous ne le croyez. Lisez ce qui suit pour savoir si vous présentez un risque de développer le zona. Qu est-ce que le zona? Le zona est une éruption

Plus en détail

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION ETUDE QUALITATIVE REALISEE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES DU JURA ET DE COUPLES ADOLESCENTES/ REPRESENTANTS

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

La vaccination des séniors

La vaccination des séniors La vaccination des séniors Actualités Thérapeutiques, 6//04 Dr Maeva LEFEBVRE Maladies Infectieuses et Tropicales Centre Fédératif Prévention Dépistage CHU de Nantes La prévention chez les séniors : un

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Qu est-ce que le VPH? Qu est-ce que le VPH? Quels sont les signes et les symptômes d une infection à VPH? Le VPH cause-t-il

Plus en détail

Plan de vaccination suisse 2015

Plan de vaccination suisse 2015 Schweizerische Eidgenossenschaft Conféderation suisse Confederazione Svizzera Confederaziun svizra Département féderal de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Etat : 2015 Office fédéral

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Prévention par la vaccination des maladies attribuables aux virus du papillome humain au Québec DEVIS D ÉVALUATION

Prévention par la vaccination des maladies attribuables aux virus du papillome humain au Québec DEVIS D ÉVALUATION Prévention par la vaccination des maladies attribuables aux virus du papillome humain au Québec DEVIS D ÉVALUATION INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Prévention par la vaccination des maladies

Plus en détail

Les vaccinations en EHPAD

Les vaccinations en EHPAD Les vaccinations en EHPAD Recommandations du Calendrier Vaccinal 2009 Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème journée régionale de formation et d information Antenne régionale Nord Pas de Calais

Plus en détail

Service de vaccination santé voyage pour les coopérants d IISF

Service de vaccination santé voyage pour les coopérants d IISF Service de vaccination santé voyage pour les coopérants d IISF Je vous offre le service de vaccination voyage durant les fins de semaine préparatoires. Je fais ce travail bénévolement depuis quelques années

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Vaccination contre le pneumocoque et Grippe. J.Gaudelus Service de Pediatrie Hopital Jean Verdier 93140 Bondy Université Paris XIII

Vaccination contre le pneumocoque et Grippe. J.Gaudelus Service de Pediatrie Hopital Jean Verdier 93140 Bondy Université Paris XIII Vaccination contre le pneumocoque et Grippe J.Gaudelus Service de Pediatrie Hopital Jean Verdier 93140 Bondy Université Paris XIII Barriere hematoencephalique 2 Pathologies dues au Pneumocoque Vaccination

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues Introduction Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées 1. La vaccination donne la grippe!? 2. La grippe, c est juste un gros rhume! 3. La vaccination contre la grippe est contreindiquée chez

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Menveo MC Vaccin oligosaccharidique contre le méningocoque des groupes A, C, W-135 et Y conjugué au CRM 197 Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

Avis 10 juillet 2013

Avis 10 juillet 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 juillet 2013 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille (CIP : 34009 399 011-5) Boîte de 10 seringues pré-remplies avec

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Le point sur la vaccination pneumococcique. J Gaillat

Le point sur la vaccination pneumococcique. J Gaillat Le point sur la vaccination pneumococcique J Gaillat 100 ans de prévention pneumococcique Grabenstein Clin Microbiol Infect 2012; 18 (Suppl. 5): 15 24 1895 Les sérums peuvent être efficaces 1909-30 Vaccins

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS OU TUTEURS

RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS OU TUTEURS Santé et Affaires sociales RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS OU TUTEURS Lisez l information donnée dans cette brochure. Remplissez, signez et retournez le formulaire de consentement à la vaccination

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

La vaccination contre les VPH au Québec : mise à jour des connaissances et propositions du comité d experts. comité sur l immunisation du québec

La vaccination contre les VPH au Québec : mise à jour des connaissances et propositions du comité d experts. comité sur l immunisation du québec comité sur l immunisation du québec La vaccination contre les VPH au Québec : mise à jour des connaissances et propositions du comité d experts INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Avis du Comité

Plus en détail

HPV Human Papilloma Virus

HPV Human Papilloma Virus QuickTime et un décompresseur GIF sont requis pour visualiser cette image. PATHOLOGIE GYNECOLOGIQUE HPV INDUITE J.L.LEROY Hôpital Jeanne de Flandre CHRU LILLE XI Journée e Régionale R de pathologie infectieuse

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme, qu est ce que c est? Une des plus petites

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour AUDIT VACCINATIONS Résultats 1 er tour Participation Population Résultats par vaccination : - DTP - Hépatite B - Rougeole - Coqueluche - Méningite C - Human Papilloma Virus Résultats des participants Sommaire

Plus en détail

COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech

COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech EXTRAIT des Mises à jour en gynécologie médicale Volume 2010 Publié le 10 décembre 2010 TRENTE-QUATRIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

Vaccination anti-pneumococcique : Quelles sont les situations actuelles dans l Union Européenne? Quels élements de réponse pour la Belgique?

Vaccination anti-pneumococcique : Quelles sont les situations actuelles dans l Union Européenne? Quels élements de réponse pour la Belgique? UCL - RESO Unité d Education pour la Santé Ecole de santé Publique Centre «Recherche en systèmes de santé» Vaccination anti-pneumococcique : Quelles sont les situations actuelles dans l Union Européenne?

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

La dysplasie cervicale

La dysplasie cervicale La dysplasie cervicale Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez consulter

Plus en détail

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B 10.4.3 : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B Composition Un vaccin inactivé combiné contre l hépatite A et l hépatite B est distribué au Canada : Twinrix (GlaxoSmithKline). Les antigènes utilisés

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH. 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon

Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH. 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon Pneumocoque Données microbiologiques Portage naso-pharyngé

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

La sûreté du vaccin contre le VPH

La sûreté du vaccin contre le VPH Coalition to STOP Cervical Cancer Counseil d administration FICHE D INFORMATION La sûreté du vaccin contre le VPH Introduction Dès leur apparition sur le marché aux Etats-Unis et en Europe en 2006, les

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Conseil Supérieur de la Santé. Guide de vaccination

Conseil Supérieur de la Santé. Guide de vaccination Conseil Supérieur de la Santé Guide de vaccination DROITS D AUTEUR Service public Fédéral de la Santé publique, de la Sécurité de la Chaîne alimentaire et de l Environnement Conseil Supérieur de la Santé

Plus en détail

Actualités en vaccinologie

Actualités en vaccinologie Actualités en vaccinologie Nouveautés technologiques : expérience rouennaise du méningocoque B François CARON Infectiologie CEMI 19 Pasteur 4 avril 2014 1 Actualités en vaccinologie Nouveautés technologiques

Plus en détail

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière 1. Je veux me protéger efficacement de la grippe La grippe n est pas un simple rhume. Fièvre soudaine, toux

Plus en détail

L immunisation des adultes. Communiquer avec vos patients

L immunisation des adultes. Communiquer avec vos patients L immunisation des adultes Communiquer avec vos patients L immunisation des adultes Les vaccins sont recommandés à tous les stades de la vie. Un professionnel de soins de santé peut aider ses patients

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail