Zoonoses: ces compagnons qui partagent tout

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Zoonoses: ces compagnons qui partagent tout"

Transcription

1 Forum Hygiène hospitalière, Zoonoses: ces compagnons qui partagent tout Olivier Clerc Service des maladies infectieuses/smph

2 Zoonoses Infections transmissibles de l animal à l homme 75% des maladies émergentes sont des zoonoses Ex. Méningites liée à Streptococcus suis chez les éleveurs de porcs en Chine

3 Plus de 200 zoonoses répertoriées

4 Maladies à déclaration obligatoire en Suisse

5 Animaux familiers en Suisse Chats 26% Chiens 13% Poissons 7% Lapins 6% Oiseaux 4% Cochons d Inde 4% Autres rongeurs Environ 4% Statistiques 2004

6 Les «nouveaux animaux de compagnie» Pas de chiffres officiels (CH) En extension: reptiles, amphibiens, araignées, 3% ménages américains possèdent un reptile, le plus fréquemment une tortue. MMWR 1999

7 Cas 1 Patiente de 38 ans, bonne santé habituelle Ramène 2 chatons de ses vacances annuelles au Portugal, ce qui lui vaut des griffures à répétition Notion d une adénopathie axillaire indolore 1 mois plus tard, céphalées, arthralgies, myalgies, pas de fièvre Consulte en urgence en raison d une baisse de l acuité visuelle de l œil D

8 Fond d œil droit Sérologies: Bartonella henselae: IgG et IgM positifs Papillite, cotton-wool spots Diagnostic de vasculite rétinienne dans le contexte d une maladie des griffes du chat

9 Maladie des griffes du chat Bartonella henselae, germe isolé en 1992 Germe intracellulaire, tropisme pour les cellules endothéliales Incidence variable: 3.7/ personnes en Connecticut Etude cas-contrôle contrôle Exposition chatons: OR 15 Griffure/morsure par un chaton: OR 27 Posséder un chaton infesté par des puces: OR 29 Zangwill, NEJM 1993

10 Chez le chat Germes intra-érythrocytaires - Surtout jeunes chats, réservoir principal et vecteurs - 56% des chats < 1 an présentaient une bactériémie à B.Henselae, 90% une sérologie positive - Asymptomatiques, parfois fébriles - Un chat peut être bactériémique plusieurs mois, parfois par intermittence - Plus fréquent chez les chats errants Chomel, J Clin Microbiol 1995

11 90% des cas: évolution bénigne Papule d inoculation 3-10 j après contact Durée 1-3 semaines, souvent asymptomatique Adénopathie du site de draînage, après env. 2 semaines Suppuration dans 10-15% des cas Résolution habituelle en 1-4 mois Carithers HA, Am J Dis Child 1985

12 Autres types d atteintes: Dissémination avec atteinte d organes (œil, foie, cerveau ): surtout immunosupprimés et âgés Atteinte hépato-splénique 1-2% patients, surtout enfants (fièvre d origine indéterminée) Endocardite Surtout patients âgés avec lésion valvulaire préalable

13 Traitements Pas systématique pour adénopathie isolée! Ponction-aspiration Azithromycine 5 j (Bass, Pediatr Infect Dis J 1992) Alternative: ciprofloxacine, rifampicine Atteinte hépato-splénique Azithromycine/gentamycine+rifampicine Neuro-rétinite Doxycycline+rifampicine Traitement prolongé chez l immuno-supprimé!

14 Cas 2 Garçon de 4 ans, œil droit rouge avec «tache blanche» centrale, depuis quelques semaines. Bonne santé habituelle, pas de voyage récent, aucune symptomatologie générale. 2 chiens à la maison Baisse acuité visuelle

15 Bilan complémentaire: Éosinophilie sanguine marquée Sérologie Toxocarose positive Diagnostic de toxocarose oculaire, compliquée par un décollement postérieur de la rétine US fond de l œil

16 Toxocarose - Zoonose parasitaire responsable du syndrome de larva migrans - Répartition sur toute la surface du globe - Toxocara canis (chiens) > toxocara cati (chats) - Larve adulte dans le lumen intestinal de l animal, produit jusqu à œufs dans les selles par jour - Homme: hôte accidentel chez qui les larves restent en attente dans les tissus -Contamination féco-orale. Pelloux, Rev Med Int 2004

17 Epidémiologie -Helminthiase zoonotique la plus fréquente des pays occidentaux -Taux d infestation chez les chiens adultes: 7-52%, probablement plus élevés dans les pays en développement -Contamination par mains souillées par terre/sable Enfants à risque! Transmission facilitée en zone tropicale: -Séroprévalence: % en pays occidentaux 93% Réunion Pelloux, Rev Med Int 2004

18 Clinique Fonction de l importance de l infestation - Asymptomatique - Atteintes cutanées, pulmonaires - Larva migrans oculaire - Formes sévères avec atteinte pluriviscérale, très rarement fatales DD: asthme, eczéma atopique, urticaire chronique

19 Traitements Albendazol (Zentel), durée en fonction sévérité +/- stéroïdes Prophylaxie Eloigner chats/chiens des bacs à sable/aires de jeux Vermifuger chats/chiens (dès 3 semaines de vie): à 2, 4, 6, 8 semaines, puis mensuellement Hygiène des mains

20 Cas 3 Patient 53 ans, polyarthrite rhumatoïde (AINS, IPP) Hospitalisé 10 mois auparavant: Diarrhées profuses 10 jours, déshydratation Cultures de selles négatives (effectuées sous Ciproxine) Depuis 4 jours, EF max. 39.5, nausées, diarrhées 6-10x/j verdâtres. Hospitalisation vu mauvais état général. Pas de voyage en zone tropicale, pas de consommation alimentaire suspecte. Culture de selles: Salmonella enteritidis Stam F et al, CID 2003

21 Le patient est un éleveur de tortues tropicales en aquarium. Investigations complémentaires Culture de l eau d un aquarium et culture de selles d une tortue: Salmonella enteritidis, souche démontée identique à celle retrouvée chez le patient. Diagnostic retenu de salmonellose acquise par contact avec tortues

22 Salmonellose et reptiles Salmonelle = commensal naturel du tractus gastro-intestinal (lézards, serpents, tortue) 40% des sérotypes retrouvés sont rares chez l homme et d autres animaux, en dehors de transmission directe Excrétion dans les selles, contamination secondaire de l environnement grâce à une survie prolongée Transmission à l homme par contact direct, parfois par morsures, par l intermédiaire d objects contaminés Mermin et al, CID 2004

23 Impact épidémiologique 1.4 Mios salmonelloses/an USA Contamination la plus fréquente = alimentation contaminée (œufs, volaille) cas/an attribuables aux reptiles Plus fréquemment invasives Hospitalisations plus fréquentes Impliquent plus fréquemment les enfants Mermin et al, CID 2004

24 Situation en Suisse Salmonelloses Maladie à déclaration obligatoire (par le laboratoire) Aucune donnée sur origine, pas de mention d un risque lié aux reptiles par l OFSP

25 Mesures préventives (CDC) Lavage des mains/désinfection avec solution d alcool après manipulation de reptiles Immuno-compromis/enfants < 5 ans devraient éviter le contact avec reptiles Pas de reptile dans les établissements où séjournent des immuno-compromis/enfants < 5 ans Eloigner les reptiles des zones où l on cuisine Pas d accès libre à toute la maison aux reptiles Traitement antibiotique: ne permet pas une élimination durable chez l animal Tortues de moins de 10 cm sont interdites depuis 1975 par la FDA! MMWR 1999

26 Cas 4 Garçon de 7 ans, amené par sa mère en raison d une perte de cheveux localisée Lésion cutanée légèrement prurigineuse Contacte avec un chat sauvage récemment, «en cours de domestication». «Teigne tondante»

27 Dermatophytoses Champignons qui requièrent la kératine pour leur croissance: - Atteinte de la peau, des cheveux et des ongles Différents types d espèces: -Anthropophiles: transmission interhumaine -Géophiles: transmission de l environnement -Zoophiles: transmission par contact des animaux Gupta et al, Med Myc 2000, 38:

28 Teigne tondante (tinea capitis) = organisme le plus fréquemment transmis de l animal à l homme

29 Epidémiologie et clinique Microsporum canis Transmission via contact avec animaux malades, chats et chiens le plus fréquemment Requièrent un réservoir animal: perte de virulence après transmissions interhumaines Infection favorisée par hygiène limite, promiscuité A risque: enfants de plus de 6 ans et pré-pubères (sébum: effet toxique sur dermatophytes) Aspect de cheveux cassés à proximité de la racine Forme inflammatoire = kérion Complication = alopécie cicatricielle Gupta et al, Med Myc 2000

30 Diagnostic prélèvement et culture sur milieu spécifique (Sabouraud) Traitement systémique nécessaire: terbinafine (Lamisil) 2-4 semaines fluconazol (Diflucan) 2-4 semaines Prise en charge de l animal infecté! Gupta et al, Med Myc 2000

31 DD: folliculite bactérienne, infection herpétique, dermatite péri-orale DD: eczéma nummulaire, dermatite de contact, maladie de Lyme aiguë, psoriasis

32 Cas 5 Homme 76 ans, hospitalisé pour état hautement fébrile, baisse d état général. Pas de symptôme respiratoire Epouse de 77 ans, admise le lendemain pour des symptômes identiques Le couple possède un magasin d oiseaux Saito et al, J Clin Micro 2005

33 Diagnostic de psittacose posé sur la base de l évolution sérologique Chlamydia psittaci/avium Bactérie intracellulaire, ne pousse pas en culture Diagnostic: PCR/détection d anticorps Transmission à l homme par oiseaux le plus souvent Distribution dans le monde entier

34 Epidémiologie, transmission CDC: 1136 cas reportés ( ) 72%: oiseaux domestiques 6%: oiseaux sauvages 12%: éleveurs de volaille 10%: aucun contact anamnestique Transmission via inhalation aérosols: selles séchées > sécrétions directes Incubation 5-14 j, max. 39j Cas d épidémies rapportées Rares descriptions de transmissions interhumaines Chez l oiseau: Asymptomatique décès Grayton JT, Curr Clin Top Infect Dis 1991

35 Clinique Formes asymptomatiques Syndrome grippal, myalgies, toux sèche, début aigu Tableau de méningite «aseptique» Rares: décompensation respiratoire, hépatite, méningo-encéphalite, endocardite Traitement Doxycycline 100 mg 2x/j (10-21j) Macrolides (clarithromycine, azithromycine) Quinolones (moxifloxacine, levofloxacine) Yung AP, Med J Aust 1988

36 Etiologie/pneumonies communautaires 152 patients hospitalisés Incidence probablement sous-estimée, vu la fréquence des formes peu voire pas symptomatiques! Socal et al, Eur J Clin Microbiol Inf Dis 1999

37 Homme bosniaque de 44 ans, BSH, en Suisse depuis 6 ans Masse pulmonaire radiologique, considérée comme un kyste bronchogénique Suite à un effort de toux, le patient vomit un liquide brunâtre Cas 6

38 Bronchoscopie en urgence: mise en évidence de protoscolex, diagnostic d échinococcose kystique (Echinococcus granulosus) Hôtes définitifs: chiens domestiques > autres canidés: coyote, dingo : asymptomatiques! Hôtes intermédiaires: moutons, porcs, rongeurs Homme = hôte aberrant, chez qui se forme le kyste hydatique Localisation: 70% foie 25% poumons 5% autres (os, cerveau, rein ) Kyste unique > 70% des cas Eckert, Clin Microbiol Rev. 2004

39 Clinique Fonction de la localisation/taille du kyste/organe impliqué -Probablement longtemps asymptomatique -Effet de masse: Hépatomégalie, ictère par compression, Toux chronique, dyspnée Symptomes neurologiques focaux -Rupture du kyste: réaction anaphylactique, dissémination intra-péritonéale, Survie prolongée possible! Eckert, Clin Microbiol Rev. 2004

40 Epidémiologie, transmission Plusieurs sous-types génétiques distincts, adaptés aux hôtes définitifs/intermédiaires Œufs d E. granulosus peuvent survivre plusieurs mois dans l environnement Transmission par ingestion de nourriture/eau contaminée, contact avec chiens

41 Facteurs de risques Espagne: Campos, Am J Trop Med Hyg 2000 Nombre de chiens dans la famille Chiens nourris avec viscères d animaux abattus Chiens autorisés à entrer dans les habitations Argentine: Larrieu, Ann Trop Med Parasitol 2002 Premières années de vie entourées de chiens Europe: 1-8 cas/ /an Chine: jusqu à 42/ /an

42 Sérologie: Diagnostic 90% sensibilité si kyste hépatique 60% si kyste pulmonaire Faible sensibilité si kyste cérébral, osseux Imagerie US/CT/IRM Cave: risque de dissémination secondaire ou de réaction de type anaphylactoïde en cas de ponction!

43 Echinococcus multilocularis (alvéolaire) Maladie hépatique, pseudo-tumorale Lésions métastatiques possibles Mortalité sans traitement 90% à 10 ans Hôtes principaux: renards > chiens >> chats Sérologie: sensibilité de 97%

44 Traitements E. kystique Chirurgie radicale Suivi régulier (stt si calcifications extensives) PAIR: Ponction, Aspiration, Injection (NaCl, alcool), Réaspiration (ttt albendazol) E. alvéolaire Chirurgie radicale (si possible) Traitement albendazol au long cours

45 Prévention >10% des chiens sont infestés au moins à 1 reprise sur 10 ans Un chien infesté excrète des œufs durant plusieurs mois, ces œufs peuvent adhérer au pelage Vermifuger 1x/mois les chiens, d autant plus si chasseur de rongeur (= hôte intermédiaire d E. multilocularis) Eviter de nourrir les chiens avec abats potentiellement contaminés (E. granulosus). Desplazes, Magazine de l OVF 2004

46 Zoonoses A envisager dans le diagnostic différentiel! Anamnèse: contact avec animal? Malade ou non? Envisager contacts brefs, avec animaux «inhabituels» Attention particulière: Patients immunosupprimés, enfants < 5 ans, patients âgés: prudence avec reptiles, jeunes chats/chiens, animaux avec diarrhées Femmes enceintes: risque de toxoplasmose Prévention et connaissance des risques potentiels importants Prévention: prise en charge vétérinaire! Rabinowitz PM, Am Fam Physician 2007

47 Merci de votre attention!

Nouveaux risques zoonosiques en pratique canine

Nouveaux risques zoonosiques en pratique canine Nouveaux risques zoonosiques en pratique canine Jean Blancou AFVAC 8 décembre 2007 1 Les Zoonoses ou maladies zoonosiques sont des maladies ou des infections qui se transmettent naturellement des animaux

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

L échinococcose alvéolaire

L échinococcose alvéolaire L échinococcose alvéolaire DOSSIER Sommaire : 1. Qu est-ce que l échinococcose alvéolaire? 2. Comment la maladie se transmet-elle à l homme? 3. Comment se manifeste l échinococcose alvéolaire? 4. Existe-t-il

Plus en détail

Risque Animalier en milieu professionnel: Capitaine vétérinaire Karine LE BLEIS Conseiller technique cynotechnique de sécurité civile SDIS 68

Risque Animalier en milieu professionnel: Capitaine vétérinaire Karine LE BLEIS Conseiller technique cynotechnique de sécurité civile SDIS 68 Risque Animalier en milieu professionnel: Capitaine vétérinaire Karine LE BLEIS Conseiller technique cynotechnique de sécurité civile SDIS 68 Certaines professions au contact des animaux, soit de façon

Plus en détail

Maladie de Lyme. Pr Alain Gervaix

Maladie de Lyme. Pr Alain Gervaix Pr Alain Gervaix Historique: 1883 A Buchwald décrit une maladie de la peau suggestive de l acrodermatite chronique atrophiante 1919 A Afzelius décrit une lésion dermatologique en forme d anneau suivant

Plus en détail

Journée régionale Hygiène prévention des infections en EMS 14.11.13. Animation assistée par les animaux et risque infectieux

Journée régionale Hygiène prévention des infections en EMS 14.11.13. Animation assistée par les animaux et risque infectieux Journée régionale Hygiène prévention des infections en EMS 14.11.13 Animation assistée par les animaux et risque infectieux Introduction En France : plus de 61 millions d animaux de compagnie qui contribuent

Plus en détail

Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003

Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Cours de bactériologie et virologie

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Les animaux en EHPAD : règles d hygiène

Les animaux en EHPAD : règles d hygiène 5 ème journée régionale de formation et d information. Prévention du risque infectieux en EHPAD CHRU de LILLE Les animaux en EHPAD : règles d hygiène Annie BRENET, CDS Hygiéniste ARLIN Picardie Jeudi 23

Plus en détail

Infestation par Toxocara cati,

Infestation par Toxocara cati, Fiche technique n 23 Infestation par Toxocara cati, la toxocarose féline La toxocarose féline est principalement due à Toxocara cati, un ver parasite fréquemment rencontré chez le chat. Il peut être à

Plus en détail

La vermifugation de routine devient un réel plaisir

La vermifugation de routine devient un réel plaisir La vermifugation de routine devient un réel plaisir Pour votre santé et celle de votre chien, il est essentiel de le vermifuger régulièrement. L administration d un anthelminthique n équivaut pas nécessairement

Plus en détail

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Introduction L hyperéosinophilie est définie par la présence de polynucléaires éosinophiles circulants à plus de 0,5 G/l (500/µl) (quel que soit leur

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

ITEM 101 : PATHOLOGIES D INOCULATION : CAT DEVANT UNE PLAIE

ITEM 101 : PATHOLOGIES D INOCULATION : CAT DEVANT UNE PLAIE ITEM 101 : PATHOLOGIES D INOCULATION : CAT DEVANT UNE PLAIE Interrogatoire Examen physique - Profession Main dominante - Statut VAT - Circonstances : Horaires Objet vulnérant Délai de prise en charge AT?

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

MALADIE DES GRIFFES DE CHAT

MALADIE DES GRIFFES DE CHAT MALADIE DES GRIFFES DE CHAT ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES DR DORRA LAHIANI SERVICE DES MALADIES INFECTIEUSES DE SFAX Cours de collège, Sfax, 5 Février 2010 INTRODUCTION Maladie des griffes de chat

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad 28/03/2013 Plan de la présentation Définitions des IRA et GEA Etiologies Grippe et norovirus La surveillance de la grippe et de la GEA en France La surveillance des

Plus en détail

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003 Diarrhée à Rotavirus 1 Rotavirus : Épidémiologie Virus ubiquitaire, découvert en 1973 Touche adultes et enfants ; surtout E Agent n 1 de diarrhée aiguë sévère de l enfant < 5 ans Transmission feco-orale,

Plus en détail

Cas clinique Infection par Inoculation. Dr KAABIA N Cours de collège Février Sfax 2010

Cas clinique Infection par Inoculation. Dr KAABIA N Cours de collège Février Sfax 2010 Cas clinique Infection par Inoculation Dr KAABIA N Cours de collège Février Sfax 2010 Cas clinique En Septembre 2008 Mme H, 72 ans, originaire de Souassi Fièvre + éruption suite à une morsure animale Antécédents

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

Une cholestase atypique

Une cholestase atypique Une cholestase atypique CREGG PARIS 11 décembre 2009 Dr Pierre Toulemonde Clinique Saint Jean Languedoc TOULOUSE Mr. S. 30 ans, tunisien, est hospitalisé aux urgences pour malaise sans perte de connaissance

Plus en détail

Module 7 - Edition 2004 - Item 101 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2004 - Item 101 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2004 - Item 101 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX I. Identifier les situations à risques de pathologie d inoculation II. Diagnostiquer

Plus en détail

Mycoses tropicales profondes

Mycoses tropicales profondes Mycoses tropicales profondes Histoplasmoses: histoplasmose à H capsulatum, à H duboisii Penicilliose Blastomycose Coccidioïdomycose Paracoccidioïdomycose Histoplasmose à Histoplasma capsulatum var capsulatum

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Syndrome de Larva migrans

Syndrome de Larva migrans Syndrome de Larva migrans Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Syndrome de larva migrans viscéral... 2 2. 1 Définition...1 2. 2 Agents pathogènes... 1 2. 2. 1 Cycle

Plus en détail

Les zoonoses en élevage

Les zoonoses en élevage Le saviez-vous Les sujets fragiles Les personnes dont les défenses naturelles sont affaiblies (maladies chroniques, greffes, certains traitements ), les femmes enceintes se trouvant au contact d animaux,

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

AIDE AU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE DES AVORTEMENTS INFECTIEUX DES BOVINS

AIDE AU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE DES AVORTEMENTS INFECTIEUX DES BOVINS AIDE AU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE DES AVORTEMENTS INFECTIEUX DES BOVINS Les avortements chez la vache sont à déclaration obligatoire, dans le cadre de la prophylaxie de la brucellose. Toutefois, cette maladie

Plus en détail

Les vers de nos compagnons

Les vers de nos compagnons Les vers de nos compagnons Il se peut que votre animal de compagnie soit contaminé par des vers sans que vous ne vous en rendiez compte. Près d'un animal de compagnie sur deux (chat et chien) est porteur

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

LES PARASITES EXTERNES

LES PARASITES EXTERNES Clinique Vétérinaire du Lac 74320 SEVRIER tel : 04 50 52 63 98 - fax : 04 50 52 49 73 info@veterinairedulac.fr Dr NARDIN Dr DOLIGER Dr BARBE LES PARASITES EXTERNES Dès leur plus jeune âge, les chiens et

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

Les principales anthropozoonoses

Les principales anthropozoonoses Les principales anthropozoonoses Les principales anthropozoonoses Ou plutôt les principales maladies animales transmissibles à l homme en Belgique. La rage La rage Le grand classique aujourd hui éteint.

Plus en détail

«MENINGITES INSOLITES»

«MENINGITES INSOLITES» «MENINGITES INSOLITES» Deux observations clinico-biologiques Laurent VILLENEUVE Service de Biologie Polyvalente CH AUBAGNE OBSERVATION N 1 Femme 57 ans hospitalisation Urgences CH Aubagne 09/07/2004 pour

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé - Arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

maladie des griffes du chat (cat scratch disease)

maladie des griffes du chat (cat scratch disease) hépatomégalie avec multiples nodules infra centimétriques dispersés dans les 2 lobes,perturbations microcirculatoires, splénomégalie avec les mêmes nodules, adénopathies cœliaques et du hile hépatique

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

Item 168. Parasitoses digestives : giardiose, amoebose, téniasis, ascaridiose, oxyurose

Item 168. Parasitoses digestives : giardiose, amoebose, téniasis, ascaridiose, oxyurose CHAPITRE 1 Amœbose I. Épidémiologie 16 II. Physiopathologie 17 III. Clinique 19 IV. Diagnostic biologique 20 V. Examens complémentaires non biologiques 21 VI. Traitement et prévention 22 Nouveau programme

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

TOXOPLASMA. Toxoplasma gondii, agent de la toxoplasmose

TOXOPLASMA. Toxoplasma gondii, agent de la toxoplasmose TOXOPLASMA Toxoplasma gondii, agent de la toxoplasmose 1. Le parasite 1.1. Historique En 1908, à l Institut Pasteur de Tunis, Nicolle et Manceaux découvrent chez un Rongeur, le Gondi, Ctenodactylus gondii,

Plus en détail

La Dermatophytose féline, la teigne du chat

La Dermatophytose féline, la teigne du chat Fiche technique n 15 La Dermatophytose féline, la teigne du chat La teigne est une infection* due à des «champignons» (les dermatophytes) qui envahissent la couche superficielle de la peau, les poils,

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Les virus de la grippe

Les virus de la grippe Données actuelles sur les Virus de la Grippe Classique et Aviaire Laurent Andréoletti (MCU-PH) Laboratoire de Virologie Médicale, EA-3798 CHU et Faculté de Médecine de Reims Les virus de la grippe Famille

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 Alain Gravier, Gilles Ollagnon, Anne Iordanoff Coqueluche Bordetella pertussis (OMS : 300.000 décès dans monde), strictement humaine, transmission

Plus en détail

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000 Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Maladie de Lyme Ce qu il faut faire et ne pas faire Pierre Abgueguen Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Janvier

Plus en détail

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD Dijon, le 8 Octobre 2009 Grippe A / H1N1 v Pr Ch. RABAUD On avait prévu Une grippe H5, grave, nous venant des oiseaux et d ASIE Grippe aviaire (1997) : 407 cas ; 256 décès pas de transmission interhumaine

Plus en détail

Les parasites externes du chien

Les parasites externes du chien Les parasites externes du chien La puce La puce, doit-elle être considérée comme un parasite normal du chien? Non, elle vit à ses dépends, les femelles prélevant du sang sur le chien pour se nourrir. La

Plus en détail

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 APPARITION DE LA MALADIE Dans l état actuel de la connaissance du dossier, le virus de la grippe H1N1 qui circule au Mexique se transmet d homme

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

L éruption d Aymeric (9 ans)

L éruption d Aymeric (9 ans) L éruption d Aymeric (9 ans) Une lésion érythémateuse annulaire non prurigineuse constatée la veille Une petite papule en son centre? Aucun signe général L éruption d Aymeric (9 ans) QU EST-CE QUE C EST?

Plus en détail

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens LA GRIPPE A H1N1v Ce que doivent savoir les obstétriciens EPIDÉMIOLOGIE LA PANDÉMIE EN FRANCE La dynamique de l épidémie n est pas prévisible Les épidémiologistes et virologues estiment qu il y aurait

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

Un chat à vous couper le souffle.

Un chat à vous couper le souffle. Un chat à vous couper le souffle. Quizz en Infectiologie Hentzien M, Robbins A, Bani-Sadr F 1 M.O 66 ans ATCD : Anévrysme Aorte Abdominale, prothèse aorto-bi-iliaque en 2010 Tabagisme AIT en 2009 UGD hémorragique

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901 informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Association loi 1901 INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Le Centre d Information des Viandes

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

La toxoplasmose. Zoonose Chat, herbivores. Gravité chez le fœtus chez les sujets immunodéprimés

La toxoplasmose. Zoonose Chat, herbivores. Gravité chez le fœtus chez les sujets immunodéprimés Toxoplasmose La toxoplasmose Toxoplasma gondii Protozoaire Apicomplexa Intracellulaire strict parasite tout type de cellule Métamorphose/cycle tachyzoïte bradyzoïte/enkystement/latence Zoonose Chat, herbivores

Plus en détail

15 - Toxoplasmose congénitale

15 - Toxoplasmose congénitale 15 - Toxoplasmose congénitale 1 Généralités L'infection maternelle est généralement très discrète chez le sujet immunocompétent. Dans 90% des cas, elle est asymptomatique et passe inaperçue. 1.1 Actualités

Plus en détail

Penicilliose. (infection à Penicillium marneffei) infection opportuniste du SIDA spécifiquement sud est asiatique. MS.IFMT.Sémoin.VIH, Janv.

Penicilliose. (infection à Penicillium marneffei) infection opportuniste du SIDA spécifiquement sud est asiatique. MS.IFMT.Sémoin.VIH, Janv. Penicilliose (infection à Penicillium marneffei) infection opportuniste du SIDA spécifiquement sud est asiatique MS.IFMT.Sémoin.VIH, Janv.2005 1 Penicillium marneffei : historique 1956: Capponi décrit

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL SERVICE DE DIAGNOSTIC LABORATOIRE DE PARASITOLOGIE RAPPORT 2013 CHATS

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL SERVICE DE DIAGNOSTIC LABORATOIRE DE PARASITOLOGIE RAPPORT 2013 CHATS UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL SERVICE DE DIAGNOSTIC LABORATOIRE DE PARASITOLOGIE RAPPORT 2013 CHATS Durant l année 2013, nous avons effectué, dans notre laboratoire, un grand nombre d analyses coproscopiques

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

Les parasites externes

Les parasites externes Les parasites externes Les chats sont volontiers promeneurs, curieux ou à la recherche de congénères. Ils sont donc plus facilement parasités que les chiens. Ils sont la principale source de puces pour

Plus en détail

Grippe A/H1N1 Situation actuelle et circuit de prise en charge. VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales

Grippe A/H1N1 Situation actuelle et circuit de prise en charge. VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Grippe A/HN Situation actuelle et circuit de prise en charge VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Dynamique de l épidémie pour la semaine du 4 au 20 sept 2009 -En médecine de ville

Plus en détail

Le chikungunya dans les Antilles

Le chikungunya dans les Antilles C I R E A N T I L L E S G U Y A N E Le chikungunya dans les Antilles ANTILLES GUYANE Le point épidémiologique N 1 / 214 Situation épidémiologique actuelle à Saint Martin Martinique Guadeloupe Surveillance

Plus en détail

Le point sur la coqueluche en 2012

Le point sur la coqueluche en 2012 Le point sur la coqueluche en 2012 11 e journée du RRH - ARLIN de Basse-Normandie Dr F. Borgey 25 octobre 2012 - Centre de Congrès de Caen Exemple 1 - Coqueluche en EHPAD en 2009 Une investigation en EHPAD

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.uniscontrelagrippe.ch www.bag.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en sont les

Plus en détail

Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc. SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA

Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc. SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA Définition La PPR est une maladie virale très contagieuse qui affecte

Plus en détail

Item 87 : Infections cutanéomuqueuses. mycosiques : Infections à dermatophytes de la peau glabre, des plis et des phanères

Item 87 : Infections cutanéomuqueuses. mycosiques : Infections à dermatophytes de la peau glabre, des plis et des phanères Item 87 : Infections cutanéomuqueuses bactériennes et mycosiques : Infections à dermatophytes de la peau glabre, des plis et des phanères Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène

Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène Bruno Coignard pour les équipes d investigation Grippe A(H1N1) Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice

Plus en détail

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes Ebola dans la pratique Se préparer en 10 étapes 1 1. Qu est-ce que la fièvre Ebola? Ebola est un virus filiforme qui se rencontre en Afrique sub-saharienne Hôte naturel = animaux sauvages P. ex. chauves-souris,

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1)

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) du 26 avril au 30 septembre 2009 région de la Capitale-Nationale Présentation à la Chambre de Commerce de la ville de Québec 9 octobre 2009 François Desbiens,

Plus en détail

Qu est-ce que la peste?

Qu est-ce que la peste? Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Qu est-ce que la peste? État : 1 juin 2008 Réponses aux questions fréquemment posées concernant

Plus en détail

LA GRIPPE AVIAIRE - 1 - PARTICULARITES DES VIRUS GRIPPAUX. Influenzavirus A observé au microscope électronique

LA GRIPPE AVIAIRE - 1 - PARTICULARITES DES VIRUS GRIPPAUX. Influenzavirus A observé au microscope électronique PARTICULARITES DES VIRUS GRIPPAUX Le virus de la grippe appartient aux Influenzavirus A, qui sont les seuls Influenzavirus à infecter les oiseaux et les mammifères. Ce sont des virus à ARN enveloppés,

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est une maladie contagieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis aussi appelé bacille de Koch. Au moment de l inhalation du bacille

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

LA RAGE de l inoculation à la clinique

LA RAGE de l inoculation à la clinique LA RAGE de l inoculation à la clinique Héla Karray-Hakim Cours collège, Sfax- 5 février 2010 1885: 1 ère vaccination INTRODUCTION RAGE ZOONOSE largement répandue dans le monde (tous les mammifères y sont

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail