De l'applicabilité des Sciences Cognitives à l'ingénierie & au design pédagogique :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De l'applicabilité des Sciences Cognitives à l'ingénierie & au design pédagogique :"

Transcription

1 U N I V E R S I T E L U M I E R E L Y O N 2 E n c o h a b i l i t a t i o n a v e c l 'Ecole Normale Supérieure L et tres et Sci ences Humaines, Lyon. De l'applicabilité des Sciences Cognitives à l'ingénierie & au design pédagogique : Mise à l'épreuve expérimentale du modèle d'analyse Cognitive des Techniques d'apprentissage Mémoire de Master en Humanités et Sciences Humaines Mention Sciences Cognitives, spécialité Recherche Parcours Perception, Langage, Image (niveau M2) Formation sous la responsabilité du Professeur Olivier Koenig Mémoire délivré au jury le 25 juin 2007 par Francois-Xavier Penicaud réalisé sous la direction des Docteur Emmanuelle REYNAUD & Professeur Isabelle TAPIERO au Laboratoire d'etude des Mécanismes Cognitifs ; CNRS, Université de Lyon.

2 Remerciements Il est essentiel pour moi de remercier une série de personnes et services sans qui ce travail aurait été impossible. En premier lieu bien entendu Isabelle Tapiero et Emmanuelle Reynaud, qui ont accepté mon encadrement malgré le caractère particulier de ce stage. Je leur suis reconnaissant pour l'ouverture d'esprit dont elles ont pu faire preuve, leurs efforts, leur sympathie, et bien entendu leur patience. En second lieu il m'est essentiel de remercier Camille, enseignant à l'université Lumière Lyon 2, qui a accepté de se laisser conseiller et observer dans le cadre de ses enseignements. Je remercie aussi la faculté de Sciences du Langage de l'université Lyon 2, et plus particulièrement Lukas Balthasar, pour m'avoir laissé entièrement libre de réaliser cette expérimentation dans le cadre du cycle normal des cours. Je remercie par ailleurs le service Sentier de l'université, et plus particulièrement Philippe, Marion et Guy pour leur assistance technique précieuse. J'adresse une pensée toute particulière à Emilie et Benjamin, pour leur soutien permanent et les échanges amicaux que nous entretenons. De même, je tiens à exprimer ma sincère gratitude aux membres des associations Estigma et Fresco. Les échanges que nous entretenons assidûment depuis 5 ans furent une source de motivation insatiable et m'ont permis une émancipation scientifique et personnelle sans laquelle ce travail n'aurait pas existé. Le dernier remerciement ira à Anne-Gaëlle : ta présence à mes côtés m'est essentielle.

3 Résumé L'enseignement aux adultes est une problématique économique majeure de la société de la connaissance, qui demande à prendre en compte de multiples facteurs et de multiples acteurs. L'un des maillons essentiel parce que final de la chaîne de conception des formations consiste dans le design de la situation de formation. En effet, pour que l'apprentissage soit efficace, il est essentiel que l'on se soucie du mode préhension des informations par les apprenants. Bien qu'originellement interdisciplinaires, les sciences de l'éducation ont effectuées une chasse gardée du champ de réflexion et d'analyse des outils, méthodes, et pratiques d'enseignement. Les sciences cognitives, parce q'elles étudiants l'ensemble des mécanismes mis en jeu en situation de formation, devraient pouvoir en ce champ trouver un domaine d'application particulièrement prolifique des connaissances qu'elles développent, ce afin d'adapter l'offre de formation aux capacités mécanismes cognitifs des apprenants. Dans ce travail nous avons dans un premier temps tenté de présenter un modèle de description des schémas interactifs, modèles issus de la littérature des sciences d l'éducation, pour voir comment une approche cogniticienne forçait à repenser ceux-ci de manière à les rapprocher dune formulation ontologiquement plus vérace. Ce travail fait, notre objectif était de tester l'un des rares cadres d'optimisation des technologies d'enseignement qui se réclame des sciences cognitives. Autour des trois principaux axes qui le composent orientation intrinsèque de la motivation, explicitation des connaissances, et plurimodalité de la présentation des contenus de formation nous avons chercher à en éprouver la validité, l'applicabilité, et l'efficience en situation écologique. Les conclusions de ce travail nous permettent un fort optimisme quand aux potentialités d'application efficace des sciences cognitives au domaine de l'ingénierie pédagogique, dans une démarche d'échange avec les sciences de l'éducation. Et ce n'est as de nulle part que vient la publication annoncée au 12 juin 2007 du rapport de l'ocde au titre prometteur : "2007, Comprendre le cerveau : Naissance d'une science de l'apprentissage".

4 SOMMAIRE Remerciements... 2 Résumé... 3 SOMMAIRE... 4 Introduction... 1 Schéma interactif des situations d'enseignement... 3 Le modèle ACTA Bien orienter la motivation des étudiants...12 Favoriser l'explicitation des connaissances...17 Favoriser un usage plurimodal de la perception...20 Hypothèses théoriques...21 Hypothèses expérimentales...22 Matériel & Méthodes d'expérimentation De la nécessaire modestie de la démarche appliquée...23 Population...25 Objet...26 Méthodes...27 Données écartées et justifications...29 Hypothèses opérationnelles...30 Résultats Discussion Principales limites du protocole...34 Conclusions...35 Bibliographie & Annexes... 37

5 Introduction Toutes les opérations de formation des adultes visent à transmettre un ensemble d'informations, de connaissances, à chacun des apprenants. Cette transmission doit permettre l'intégration idéalement complète, partielle en pratique- de ces informations au socle de connaissances antérieures de l'apprenant. Dans cette situation chacun des sujets apprenants se retrouve à devoir appréhender un flux d'informations extérieures. Celles-ci sont apportées par le média interactif de l'enseignant (qui possède sont propre état cognitif), des co-apprenants, ainsi que des éventuels supports complémentaires (polycopiés, diaporamas, structures d'e-learning, etc.) qui lui sont fournit. A partir de ces éléments l'apprenant doit mettre en jeu son système perceptif pour appréhender ces données puis un ensemble d'autres fonctions de son système cognitif afin de s'élaborer une représentation sélective par essence- sur laquelle il pourra opérer. Si l'on accepte que le critère d'homéostasie s'applique au système cognitif, l'état nouveau provoqué par ces opérations doit en lui-même provoquer une réorganisation autopoétique du système cognitif concerné et par là même favoriser l'intégration de l'information sous une forme à dépendance directe des états mentaux précédents. Cet ensemble interactif et multifactoriel d'activités se structure autour de l'objectif terminal que cette intégration cognitive soit non pas volatile mais bien persistante dans le temps. Plus encore, elle doit apporter à l'apprenant un avantage cognitif pour les situations sur lesquels il sera amener à opérer, notamment dans le cadre professionnel. En apportant une explication d'origine interdisciplinaire des mécanismes entrant en jeu dans l'élaboration, l'intégration, le maintien et la transmission de connaissances, l'approche des sciences cognitives nous semble pertinente pour approvisionner massivement les travaux des sciences de l'éducation. Quels mécanismes cognitifs, dans toute leur diversité, sont mobilisés en situation d'enseignement comme d'apprentissage? Comment les recherches en sciences cognitives, si elles y répondent ne serait-ce que partiellement, ont-elles le potentiel de fournir d'efficaces outils d'analyse des pratiques d'enseignement et d'apprentissage. En amont de l'ensemble de ce qui s'avère être un système complexe (Newell, & Simon, 1972 ; Paquette, Crevier, & Aubin, 1997), intervient le concepteur (voir l'équipe de conception) de formation - il s'agit bien souvent du formateur lui-même qui produit une méta analyse du plan de Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 1

6 formation. Peuvent aussi intervenir des assistants de conception qui pourront participer à l'élaboration des supports d'enseignement. Tout cela constitue une chaîne de conception de la formation à laquelle il convient classiquement (Brien, 1981) d'ajouter le manager stratégique (qui étudie et identifie les besoins) ainsi que l'innovateur initial, producteur du savoir (chercheur, expert, ). Ce savoir, pour les experts notamment, peut se retrouver majoritairement implicite. Peut intervenir alors toute une chaîne de travail reconnue aujourd'hui derrière l'expression de Gestion des Connaissances (ou Knowledge Management) dont potentiellement un assistant (humain ou artificiel) à l'explicitation de connaissances. Cependant la formalisation scientifique a ses limites et il demeure important de considérer des sous-systèmes d'activités autant que cela reste cohérent. Cette nécessité est d'autant plus forte que le système obéit aux règles contraignantes d'un système complexe plurifactoriel à facteurs d'influence non déterminants. Au sein de la chaîne de conception décrite plus haut, après avoir passé le choix des objectifs, du contenu et du public, il reste trois niveaux de la conception de formation que l'on peut pertinemment scinder : la structuration générale de l'offre de formation ; le choix, la structuration, et la mise à disposition des supports de formation ; et enfin ce qui pourrait être considéré comme un support d'un type particulier- le déroulement des interactions entre population apprenante et enseignant. L'étude ici menée se cantonne à cette dernière approche. Ainsi se limite-t-elle à la considération du formateur, dans sa relation interactive directe (durant une séance d'enseignement en présentiel) avec l'apprenant. Dans la réflexion de cette problématique existent très peu de modèles opérationnels, comme le rappelle d'ailleurs le Centre pour la Recherche et l'innovation de l'ocde (OECD, 2002) après en avoir tenté une revue internationale pour l'occasion du forum de Tokyo. Au sein de la dynamique autour des initiatives de l'ocde, s'est marqué l'investissement des structures françaises. C'est dans ce contexte que Alain Finkel, en 2005, après l'organisation d'une série de colloque sur le sujet, tentera de proposer un modèle opérationnel d'analyse Cognitive des Techniques d'apprentissages (ACTA). Notons bien que l'originalité du modèle ACTA tient à ce qu'il porte sur le question des interactions entre l'enseignant et son apprenant adulte. D'autres modèles, comme le modèle MISA (Paquette, Crevier, & Aubin, 1997 ; Paquette, De La Teja, Lundgren-Cayrol, Léonard, & Ruelland, 2002), plus ancien, se sont plus attachés à la phase de structuration du contenu de formation qu'à Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 2

7 celle des interactions enseignants - apprenants et ce essentiellement pour des modèles d'enseignements à distance, ignorant de ce fait les questions d'interactions apprenant / formateur. Cependant l'efficience du modèle ACTA, bien que déjà enseigné à des praticiens et reposant sur des fondements théoriques apparemment solides, n'a jamais été validée dans les conditions écologiques auxquelles il prétend être appliqué. Afin de lever le doute persistant autour de l'applicabilité des modèles cogniticiens en matière d'optimisation des procédés d'ingénierie pédagogique, nous avons souhaité tenté une validation expérimentale du modèle ACTA. Schéma interactif des situations d'enseignement Différentes options de modélisation des situations d'interaction pédagogique existent, principalement issues des sciences de l'éducation. Le cadre théorique du triangle pédagogique, proposé par Jean Houssaye (2000), est sans doute l'un des plus répandus mais surtout des plus adéquates à traiter de la question des interactions en elles-mêmes. Cette conceptualisation pose trois acteurs : le professeur, le savoir, et les élèves. Quant aux relations entretenues par ces acteurs, définis comme processus, nous préfèrerons ici employer la terminologie d'intentionnalité, là où Houssaye parle d'affectivité. Ce choix se justifie par le trop grand risque de confusion en raison de la sémantique de l'affection au sein de la littérature cogniticienne. Par ailleurs il permet de plus aisément mettre en évidence les rapprochements de la culture cogniticienne à celle de l'ingénierie pédagogique. Ceci permet de considérer différemment chacun des liens intentionnels que ces objets entretiennent les uns aux autres. De ce fait chacun des doublons d'acteurs est unit par un processus particulier : enseigner, former, ou apprendre. Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 3

8 Selon Houssaye, chacun de ces processus est de nature intentionnelle (affective selon sa terminologie), et la sélection d'un processus intentionnel, sélectionnerait deux acteurs au détriment du troisième ainsi qu'au détriment des relations que l'acteur "mort" pourrait avoir avec les deux autres acteurs. Ainsi par le processus "enseigner" peut-on désigner une situation magistrale où l'enseignant privilégiera son rapport au savoir et à l'évocation qu'il en fait : "Le professeur fait exister le savoir et le savoir justifie le professeur". Cela s'opérerait au détriment de sa relation avec l'élève mais par ailleurs forcerait l'élève à se placer dan une relation passive, de "mort", vis-à-vis du savoir lui-même. Le processus "apprendre" quand à lui, dominant dans les approches de formation à distance, considère un processus intentionnel autonome que l'élève peut développer vis-à-vis du savoir, que ce soit spontanément ou sur consigne. Il développera ainsi une stratégie d'autoformation au dépend de sa relation au professeur, professeur dont il marginalisera la position. Le média entre l'activité "apprendre" et l'activité "enseigner" ne passe alors pas le filtre du savoir. Il est médié indirectement, par un support non in situ (livre, support e-learning, cd-rom, etc.), et le procédé intentionnel qui relie le professeur au savoir deviendrait invisible. Enfin le processus "former" désignera la relation intentionnelle réversible du professeur vers son élève. Considérant le développement d'une relation de maître à élève, il privilégiera leur contact interactif direct, de façon distincte du savoir qui ne devient plus l'objet de la relation. Les protagonistes ne définiraient alors plus qu'un comportement à direction de l'autre, la relation au savoir n'entrant alors plus dans le schéma d'activités ni de l'élève ni du professeur. Nous soulignerons la relativité de ce processus dont la définition sera partiellement réversible selon que l'on se place de la position de l'élève ayant une certaine relation intentionnelle à l'objet professeur, ou de la position du professeur ayant une certaine relation intentionnelle à l'objet élève. Ceci n'est cependant que peu souligné par Houssaye notamment du fait de la terminologie d'affectivité qui, dans le sens commun, ne correspond pas obligatoirement à une relation de nature unidirectionnelle comme l'intentionnalité le suppose. C'est cette relation du professeur vers son élève qui nous intéressera, dans ce qu'elle a pour objectif de développer les connaissances de l'élève. Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 4

9 A noter que si l'on reprend ce modèle dans la perspective d'une optimisation des interactions au sein d'une offre de formation, on peut projeter qu'optimiser une formation peut se faire par un travail : 1. sur la qualité des unités en jeu (formateur formé - savoir) : 1.1. qualité des formés : choix du commanditaire 1.2. qualité du formateur : choix du responsable des RH de la Formation 1.3. qualité du savoir : (définit en objectif) assumé par le responsable de formation selon la contrainte d'inclusion au savoir du formateur ou (définit en média) la structuration des médias de savoir. 2. sur la qualité des relations entre ces unités : 2.1. qualité de la relation formateur - formé 2.2. qualité de la relation formateur savoir 2.3. qualité de la relation formé - savoir On serait en droit de poser la question de la validité du modèle triangulaire (tout comme celle du modèle ACTA) par considération qu'en situation d'enseignement de groupe réduit ou individuel, la problématique passe d'une pluralité de relations à un objet devant être commun (travail du formateur possible sur un objet commun spécifique à chaque formé) à la problématique d'une relation de la connaissance du groupe (analyse majoritaire) à l'objectif de savoir commun. Ceci pourrait fausser donc le travail d'explicitation qui passerait d'intergroupal à interindividuel. Nous n'approfondirons cependant pas cette piste puisque c'est sur la notion même de savoir collectif que nous reviendrons. Dans le cadre théorique développé par Houssaye, il est particulièrement troublant de noter la façon dont celui-ci élimine l'objectif de savoir qui est l'origine même de la mise en place de cette relation - du processus "former" : "Cette relation ne s'articule pas en tant que telle autour d'un savoir ; c'est même le vide du savoir qui permet la contraction sur les processus affectifs.". Il est toutefois important de voir que les sciences de l'éducation se dotent, au travers de ce type de modélisations, d'outils de description et de critiques des pratiques éducatives, à utilité épistémique, plus que de modèles à validité ontologique. La citation suivante de Houssaye lui-même, sur les conclusion qu'il tire de son travail de modélisation, en est d'ailleurs une nette illustration : "Toute pédagogie est articulée sur la relation privilégiée entre deux des trois éléments et l'exclusion du troisième [ ] ; changer de pédagogie revient à changer de relation de base" Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 5

10 Il est probable que ce soit notamment par la recherche de cette vérité ontologique qui leur est si caractéristique que les sciences cognitives peuvent approvisionner à profit les sciences de l'éducation. L'approche même de penser les modélisations pour qu'elles soient vraisemblables au fonctionnement neurocognitif est en soi le gage d'une progression des modèles. Il apparaît ici essentiel, dans le cadre de notre réflexion sur l'applicabilité des sciences cognitives à l'ingénierie pédagogique, et avant de rapporter un modèle cognitif à ces scénarios pédagogiques, de formuler un certain nombre de remarques sur le modèle de triangle pédagogique. Prenons dans un premier temps le fait même de poser le savoir comme étant un ensemble de concepts qui existeraient extérieurement aux systèmes cognitifs du formateur et des formés. Cette conception proprement métaphysique ne peut être laissée en l'état dans un traitement cogniticien. Le modèle ACTA, qui s'intègre dans une perspective représentationaliste forte, n'y serait d'ailleurs probablement pas transposable en l'état. Dans la perspective du triangle pédagogique, la connaissance semble considérée sans relation à son support organique. Il serait alors nécessaire d'expliquer le concept de savoir de façon parfaitement scindé d'un quelconque support biologique. On peut envisager que l'objet n'est pas le savoir des sujets en tant que tel, mais la partie consensuelle de la représentation de leurs savoirs propres. D'une certaine manière une représentation réciproque de l'état des connaissances de l'autre. En situation d'apprentissage, le savoir subjectif n'aurait en ce sens d'importance en soi qu'au travers de sa relation au savoir commun. Le but des diverses relations intentionnelles du triangle serait alors d'accroître, chez l'apprenant, la représentation qu'il se sera faite des mécanismes de traitement de l'information de son formateur en vue, dans un autre temps, d'intégrer ceux-là à se propres mécanismes de traitement de l'information. Cependant, le troisième élément du triangle ne peut alors rester l'objet savoir, au vu notamment des mécanismes décrit comme sous-jacents à l'activité "enseigner". Quelques soit le courant théorique auquel nous nous rattachons en sciences cognitives (cognitivisme, connexionnisme, énaction, modèles hybrides, etc.), la problématique naturaliste que pose le programme des sciences cognitives est intrinsèquement lié à l'idée que les connaissances sont la nature même du fonctionnement mental d'un individu, de ses capacités de traitement de l'information, et que ces connaissances n'existent que dans le fait qu'elle appartiennent à individu. Bien entendu l'individu, par se diverses productions comportementales et langagières tentera de Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 6

11 dégager des invariances entre son mode traitement de l'information 1 et celui des systèmes cognitifs avec lesquels il interagit. Cette capacité à dégager massivement des invariants est d'ailleurs le plus souvent considérée comme une connaissance en soi, un mécanisme cognitif propre à l'humain. Mais il n'en restera pas moins que le savoir n'est qu'un ensemble de règles de traitement de l'information qui lui appartient indivisiblement. Le savoir est une capacité de traitement de l'information, traitement dont le comportement résultant est fonction de l'information et de l'état du tractus cognitif. Notons bien que l'utilisation du terme de tractus, caricatural à souhait, ne cherche pas à sousentendre une passivité du système. Il s'agit seulement d'expliciter, par analogie au rôles et fonctionnement du tractus vocal, que de la nature du système cognitif dépend le résultat du traitement de l'information. Ceci permet de concevoir la cognition comme un canal conducteur et modificateur de l'information. On peut selon cette logique supposer que la situation préalable à la formation est telle que chacun des tractus cognitifs mis en jeu (formateur et formé) ne permettra pas un traitement pouvant les amener à des comportements similaires. L'acte de formation visera alors à amener l'étudiant vers une imitation de ses processus de traitement de l'information. 1 Qu'il s'agisse d'une information issue d'un mécanisme interne ou d'une à activité stimulante du monde extérieur. Que cela ai pour effet la production d'une activité motrice ou cognitive (mémorisation, réorganisation conceptuelle, modification de poids d'association, etc.) Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 7

12 L'objectif de l'acte de formation devient alors de rechercher un rapprochement du comportement du tractus cognitif de l'apprenant par apport à celui de l'enseignant. Il s'agit donc de donner à l'apprenant un pattern de stimulations informationnelles qui lui permettra de donner à son tractus cognitif une forme lui permettant d'aborder les situations d'une manière similaire à ce qu'en aurait fait le tractus cognitif de l'enseignant. Durant en l'enseignement l'apprenant devra appliquer un traitement des informations, traitement dont la finalité est l'autodétermination d'une modification de son tractus cognitif, par autorépétition en mémoire de travail et élaboration, renforcement, ou inhibition, d'associations multimodales. A l'issu de l'enseignement les tractus cognitifs ne seront pas analogues, encore moins identiques, mais devront permettre un comportement ou des démarches cognitives de l'étudiant qui eux seront en analogie au comportement de l'enseignant. Cette perspective subjectiviste et inaliénable du savoir pousse à modifier le triangle pédagogique à réinterpréter autrement les processus "enseigner", "apprendre", et "former". Ainsi pour le processus "Enseigner", le savoir n'est pas au centre, mais constitue le départ de la démarche. La finalité n'est plus la relation de l'enseignant à un savoir collectif, mais l'énonciation de son savoir subjectif (par l'enseignant). On voit qu'à l'inverse, la démarche d'apprendre n'est pas la Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 8

13 définition d'une relation à un savoir commun, mais une tâche de traitement et d'appropriation d'un énoncé enseignant dans la finalité de modifier son propre savoir. Cette démarche, introduisant une délimitation par le média des activités "enseigner" et "apprendre", fonctionne tout autant que l'on considère un schéma d'enseignement en présentiel, ou à distance. C'est simplement le caractère non immédiat (et sa forme bien entendu) de l'énoncé qui modifie la nature des tâches. Ainsi la limite essentielle introduite par la non immédiateté du média est l'impossibilité d'interaction. Le média est un et unique dans le cas d'un média indirect, tandis que le média direct est multiple, constitué d'une série de petits énoncés, chacun définit en fonction du précédent et selon les retours directement donnés (verbalement ou non) par le corps apprenant. Revenons à présent sur l'élimination, que fait Houssaye, du savoir au sein du processus "former", nous ferons appel à l'idée développée par Sperber et Wilson (1986) dans le cadre de leur théorie de la pertinence. Selon eux les énoncés et autres contenus communiqués (qu'importe le média), sont produits selon un critère de pertinence en dépendance directe de la situation d'énonciation. Cette situation est définie tant en fonction du lieu et du temps d'énonciation, mais plus encore selon les connaissances réelles et projetées des interlocuteurs ainsi qu'en fonction des objectifs (partagés ou personnels) de l'échange. Le contenu informationnel produit (langagier ou autre) doit donc s'ancrer dans cette situation projetée et s'adapter au fur et à mesure que le modèle de situation évolue. Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 9

14 Aussi est-ce que l'échange d'informations, pour être pertinent, doit prendre en compte les intentions de chacun, intentions qui doivent se tourner vers l'évolution de la relation du savoir subjectif à l'objectif de savoir commun ; l'établissement d'un savoir commun doit être posé au seul rang d'objectif, son existence métaphysique n'étant pas tangible. La relation au formateur est alors un relais dans cet accès. Dans sa relation au formé, l'enseignant doit se tourner vers cette perspective, formaliser ses énoncés et sa recherche d'interaction, sous une forme qui en favorisera la préhension et orientera la démarche de l'élève dans le propre objectif d'apprentissage de ce dernier (i.e. de modification de ses connaissances, de son tractus cognitif). Ici, il y a intention explicite de l'étudiant d'apprendre par l'énoncé enseignant et intention explicite de l'enseignant d'induire par son énoncé une démarche d'apprentissage de l'étudiant. La situation même d'enseignement ne permet pas, du fait de cette démarche explicite de chacun, d'éliminer l'objectif de savoir commun du processus "former". Il est d'ailleurs superflu de rappeler ici ce que la littérature de psychologie sociale, au travers par exemple des très célèbres expériences de Millgram, a démontré sur l'impact de l'autorité e du contexte dans le traitement des situations. De même en situation d'enseignement, l'étudiant ne se comportera vis vis de l'enseignant que par considération de celui-ci comme porteur d'un savoir. De même l'enseignant n'agira que sous son égide de médiateur entre un savoir qui est sien (même s'il le juge collectif) et le savoir (ou tractus cognitif) de l'apprenant. Les choses ainsi définies, ce qui fait réellement différer le processus "former" de celui d'"enseigner" est que ce n'est pas le savoir enseignant qui est au centre des interactions, mais bien le savoir étudiant. Ainsi, si la finalité de "enseigner" est la production initié par l'enseignant d'un énoncé (médié directement ou indirectement) préhensible par l'étudiant, la finalité de "apprendre" une recherche Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 10

15 personnelle initiée par l'apprenant d'auto modification du tractus cognitif, en revanche la finalité "former" correspondrait à un schéma d'activité initié par l'enseignant dont la finalité est de provoquer une modification du tractus cognitif de l'apprenant. La relation au savoir apparaît alors essentielle et intrinsèquement imposée à la relation mais doit être repensée. Dans le processus "former", l'enseignant devient ainsi un média vers le savoir que l'étudiant se projette en objectif. Ce savoir posé en objectif est alors le système de connaissance du professeur lui-même. Le formateur est conçu comme compétent par le contenu même de son système de connaissance, comme ce que l'on pourrait qualifier être un tractus de traitement des stimulations du monde lui permettant de mettre en place un comportement le plus adéquat possible et opérant aux situations futures. Son objectif est alors de mettre en place une relation la plus saillante possible pour permettre au système cognitif auquel il fait face (celui de l'étudiant) dont il ne peut qu'inférer une grande partie de l'état de savoir de performer son potentiel de traitement d'information dans un sens analogique au sien. Mais c'est aussi l'importance, l'orientation attentionnelle, que l'étudiant accordera à cette démarche constructiviste de co-détermination qui en déterminera l'efficacité. Dans la question de la relation de l'apprenant à la modification de son savoir, et pour aider l'enseignant dans sa démarche de suivi des modifications du tractus cognitif de l'étudaints, le modèle ACTA propose la mise en place d'une démarche d'explicitation. Elle doit permettre l'identification consciente par l'étudiant de la nature de l'apprentissage et la vérification pour l'enseignant de l'orientation prise par le processus de modification du tractus cognitif apprenant (voir chapitre "Favoriser l'explicitation des connaissances", p. 20). Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 11

16 Le modèle ACTA Le modèle développé par Alain Finkel se base sur une conception profondément représentationaliste de la cognition. Le travail de l'étudiant est de ce fait selon lui d'avant tout élaborer une bonne représentation du contenu de l'enseignement. L'enseignant a de ce fait pour rôle de favoriser la bonne production de ces représentations. Il ressort, même s'il ne se limite pas à cela, trois vecteurs principaux du modèle ACTA : motivation, plurimodalité, et explicitation des connaissances. Tous doivent permettre de favoriser l'élaboration des représentations par les étudiants, mais surtout de stabiliser le savoir subjectif des étudiants. Bien orienter la motivation des étudiants La situation d'enseignement consiste d'abord en un lieu où les protocoles sociaux imposent une représentation réciproque des intentions 2, l'enseignant devant transmettre une information dont l'apprenant a la charge de faire acquisition au long terme. Selon Happe (1993) la relevance theory de Sperber et Wilson (1986) rend explicite le rôle de la compréhension des intentions dans la communication humaine. Par parallélisme elle évoque à ce sujet comment la littérature concernant les théories de l'esprit rend largement compte du fait qu'une partie importante de cette analyse des intentions est produite de façon implicite. Ce constat ne nécessite donc pas une recherche d'explicitation verbale systématique du contenu de ces intentions. Ce niveau minimal d'intentions supposées de chacun semble rester commun à l'ensemble des situations d'enseignement aux adultes. Ontologiquement cela peut être associé au fait, décrit plus haut, que les processus de formation, d'enseignement, et d'apprentissage, sont rattachées à une situation d'énonciation toute particulière, définit par un cadre non aléatoire. Finkel (2005) souligne que les intentions sont directement liées au critère de motivation, ellesmêmes cruciales à la qualité d'apprentissage. Il est en effet communément admis par la communauté scientifique (Deci, 1971 ; Fenouillet, 1999 ; Dessus, & Gentaz 2006 ; Eisenberger, Pierce, & 2 " intention " est ici à prendre dans le sens commun du terme, pas celui correspondant à son usage épistémologique Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 12

17 Cameron, 1999 ; Brien, 1997) que la motivation est un moteur essentiel à une bonne qualité d'apprentissage. Quand au lien fait entre l'intention et la motivation, rappelons que le critère de motivation est un processus orienté vers un objectif. L'intention en elle-même définit l'objectif et crée ainsi la motivation. La limite entre ces deux concepts est d'ailleurs très floue, en témoigne l'usage fréquent en alternance ou en remplacement de "motivation" du terme "intérêt" (Campion, Martins, & Wilheim, 2006 ; Deci, 1971) dont la sémantique intrinsèque est moins émotionnelle, plus passive aussi. Cependant, Finkel (2005), reprenant les travaux de Fenouillet (1999) insiste sur la variété des paramètres sources de la motivation des apprenants. En détaillant ces paramètres, il insiste notamment sur la pertinence à privilégier les sources de motivation intrinsèques (versus extrinsèques) à la tâche. Dire (Dessus, & Gentaz, 2006) qu'une motivation est intrinsèque, c'est dire que la satisfaction de réalisation de la tâche est due à cette réalisation elle-même, indépendamment des effets et récompenses qui en seraient la conséquence. A l'inverse une motivation est extrinsèque lorsque qu'elle ne vient pas de la tâche elle-même mais des conséquences de la réalisation de cette tâche. Dans le cas d'une motivation extrinsèque là tâche n'est pas réalisée pour elle-même (cas de la motivation intrinsèque) mais pour ce que son effectivité occure. Rapporter l'orientation intrinsèque de la motivation à la problématique de l'enseignement aux adultes consiste à privilégier le développement de compétences comme source consciente de motivation à contrario de l'usage, trop fréquent, de la valorisation de la sanction de l'évaluation ou à plus large échelle du diplôme. Ce dernier point se justifie par le lien du plaisir qui dans le premier cas se fait à l'activité cognitive d'apprentissage elle-même, là où elle se fait à la satisfaction de réussite donc moins directement lié aux connaissances - dans le second cas. Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 13

18 L'une des premières expériences significative sur le sujet fut celle de Deci (1971). Il fut mis en place une expérience dans laquelle était demandé aux sujets de résoudre des "casse-tête", sans contrainte de temps. Tous les sujets avaient déclarés, dans une phase de test, avoir de l'intérêt pour cette activité. Après une phase contrôle (pour évaluer le niveau initial des participants), vint une phase ou l'un des groupes reçu de l'argent à chaque réussite (motivation extrinsèque), tandis que l'autre non. Etaient recueillit le temps passé à la réalisation de la tâche, comme indicateur de l'intérêt de la personne à la réaliser. Dans cette seconde phase, comme cela a déjà été fait dans d'autres expériences (les behavioristes l'appelaient la "loi de l'effet"), on observe un gain d'intérêt pour le groupe récompensé. En revanche, lorsque dans une ultime étape ont été enlevées les récompenses, un gain significatif d'intérêt fut observé pour le groupe non récompensé par rapport au récompensé. D'après Dessus et Gentaz (2006), cet effet a été depuis largement reproduit, tant avec des mesures d'intérêt qu'avec des mesures de performance au long terme, avec des résultats plus significatifs chez les enfants que les adultes. Ce qu'il est notamment intéressant de voir dans ces résultats, ce n'est pas seulement l'avantage qualitatif de la motivation intrinsèque sur la motivation extrinsèque, mais bien au-delà le fait que le développement d'une motivation extrinsèque est nuisible au développement de la motivation intrinsèque. Toutefois, le constat n'est pas si consensuel qu'il n'y parait. Ainsi, Eisenberger, Pierce, et Cameron (1999) nuancent fortement les travaux de Deci et ses collaborateurs (Deci, 1971 ; Deci, Koestner, & Ryan, 1999). S'ils conviennent qu'une motivation extrinsèque portant sur une récompense tangible immédiate altère la motivation intrinsèque, les travaux qu'ils ont menés ne leur semblent pas permettre une conclusion identique pour ce qui concerne les récompenses plus indirectes ayant une signification sociale ou personnelle pour le sujet. Ce dernier type de récompenses semble au contraire approvisionner positivement la motivation intrinsèque. Pour Einsenberger et al. (1999), l'opposition analysée par Deci et al. (1971) 3 au travers du caractère extrinsèque de la motivation est mal définit. Selon eux c'est le critère de trivialité de la récompense qui est à considérer, parce que directement lié au sentiment dit d'autodétermination de la tâche (Einsenberger, & al., 1999 ; Finkel, 2005 ; ). Pour aller en leur sens, Finkel dira d'ailleurs "il faut se sentir libre pour se sentir compétent". 3 Originellement les auteurs basent leurs critiques sur l'article de synthèse, ui reprend les conclusions de l'article de 1971 : Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 14

19 Nous ferons ici remarquer, sans le développer outre mesure, que certains travaux, comme ceux de Dreher, Kohn, et Berman (2006), issus des neurosciences cognitives, définissent la motivation comme l'association d'un ensemble de connaissances et d'expériences (à encodage distribué), avec l'activité du système de récompense dopaminergique du cortex préfrontal, mais aussi du striatum ventral. Les auteurs, dans leurs conclusions, postule que le système préfrontal serait particulièrement mis en jeu dans l'association d'un comportement éphémère lié récompensé, tandis que le striatum permettrait un couplage de récompense vis-à-vis d'activités de plus long terme, notamment des activités nécessitant une recherche d'informations plus approfondie. Les auteurs rattachent ainsi les activités du striatum à des activités motivationnelles de plus haut niveau, et le cortex préfrontal à des activités de couplage sur es programmes cognitifs de complexité moindre, plus restrictifs surtout. Ces données suggèrent ainsi que des processus différents sont mis en jeu selon l'échelle à laquelle se situe le couplage vis-à-vis de la récompense. Notons à ce sujet (Brien, 1997 ; Dessus, & Gentaz, 2006) que dans le cas d'une tâche pour laquelle la récompense nécessite la bonne réalisation d'une démarche d'analyse aboutie, le progrès en lui-même est l'aboutissement d'un objectif partiel d'un objectif général plus éloigné. La planification, via une série de sous-objectifs (implicites ou explicites), des séquences de tâches permettant l'accomplissement d'un programme menant à un objectif l'objectif final étant la source réel de motivation prend alors toute son importance. C'est sur la nature des sous-objectifs et des tâches que devrait alors être mis l'accent. Il est donc parfaitement compatible à ces données, et aux analyses de Dreher, et al. (2006), d'envisager que le comportement motivationnel lui-même, dans lequel le striatum serait impliqué, consiste en une association des systèmes de récompenses à des objectifs d'activités et non plus des objectifs de résultats. En effet, en croisant ces données neuroscientifiques avec les données comportementales préalablement décrites, il semble que l'introduction d'un objectif valorisable, d'une récompense, comme source de motivation, n'est pas en soi néfaste à condition que cela ne soit pas une récompense immédiate et déliée de la nature de l'activité afin que le développement de la compétence cible soit lui-même essentiel à cet aboutissement. Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 15

20 Il est intéressant de clore ce débat en l'ouvrant aux analyses de Maunsell (2004) qui développe une critique générale des expériences qui font études de l'impact de la nature des récompenses. Il y remet ainsi en question le fait qu'elles portent sur la nature même du fonctionnement du système de récompense et appelle à ce que l'on en recentre les conclusions autour de la question de l'attention. Ainsi, selon l'auteur, varier la nature de la récompense, et surtout varier le moment et le lieu de leur apparition comme le font la plupart des travaux en la matière c'est avant tout modifier le contexte et la portée attentionnelle du sujet sur la récompense. Il note d'ailleurs que chez le macaque différentes études notent une modulation de l'activité de l'aire latérale intrapariétale (LIP) par une modulation de la récompense, sans faire référence aucune aux fonctions attentionnelles, largement décrites (pour revue voir Wardak, 2003, chap. 1), associés à cette aire. L'apport critique de l'auteur rejoint ainsi en partie l'analyse développée plus haut, permettant de penser que ce n'est pas tant la nature extrinsèque de la récompense qui modifie le comportement, mais la manière dont l'effort cognitif peut être dirigé plus ou moins directement vers celle-ci. Nous sommes donc bien à considérer une dimension attentionnelle de la cognition, notamment dépendante de l'échelle temporelle et spatiale à laquelle se situe la récompense. En accord avec les analyses de Maunsell donc, il nous apparaît d'autant plus pertinent de formuler l'orientation de la motivation comme un moyen de manipulation de l'orientation de l'attention des apprenants, moyen pour lequel on pourra utiliser des perspectives éloignées de récompense. Dans le cadre du triangle pédagogique de Houssaye (2000), il s'agit donc de se concentrer sur le choix de la relation d'intentionnalité que l'on pousse l'élève à valoriser. En effet l'une des sources de motivation de l'élève est la satisfaction d'une relation affective réussie vis-à-vis de l'enseignant. Cette amélioration de la satisfaction de la relation professorale peut notamment provenir d'une recherche de réussite aux évaluations et ce de préférence à celles de court terme. Par ailleurs l'élève en ce sens peut rechercher à éviter de contrarier l'enseignant en minimisant ses interactions immédiates en Mémoire de Recherche Master de Sciences Cognitives - François-Xavier Pénicaud Page 16

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA 1. POUR EN FINIR AVEC LES NOTES? Les notes ne sont pas le meilleur indicateur de l atteinte d une compétence, pourtant on les utilise largement surtout dans le second degré.

Plus en détail

3. ÉPREUVES. Épreuve E4 : Communication et relations avec les acteurs internes et externes

3. ÉPREUVES. Épreuve E4 : Communication et relations avec les acteurs internes et externes 3. ÉPREUVES À l issue des épreuves orales, aussi bien en CCF qu'en forme ponctuelle, les s ne donnent aucune indication sur la valeur de la prestation du candidat. La note proposée n'est pas communiquée

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

Page : 1 de 9 POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES

Page : 1 de 9 POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES POLITIQUE Code : Page : 1 de 9 Titre : POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES Origine : Le Service de l'éducation des adultes et de la formation professionnelle

Plus en détail

L'INFORMATIQUE AU SERVICE DE L'ANGLAIS

L'INFORMATIQUE AU SERVICE DE L'ANGLAIS 153 Monique BERNARD, Patricia BERTAUX, Claire MANIEZ Né dès le premier trimestre de l'année scolaire 1986-1987, le groupe LANGUES du CRI de Nancy-Metz était à l'origine formé d'enseignants d'anglais et

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

GUIDE DES ACTIVITES PEDAGOGIQUES COMPLEMENTAIRES

GUIDE DES ACTIVITES PEDAGOGIQUES COMPLEMENTAIRES GUIDE DES ACTIVITES PEDAGOGIQUES COMPLEMENTAIRES Année scolaire 2013-2014 Sommaire Sommaire p. 3 Présentation générale des APC p. 5 Conception et mise en œuvre des APC p. 6 Annexe 1 : questions/réponses

Plus en détail

LA COMPETENCE. TACHE (ou but, environnement, opérations) EVALUER. www.cadredesante.com

LA COMPETENCE. TACHE (ou but, environnement, opérations) EVALUER. www.cadredesante.com L'évaluation en pédagogie : Définitions et concepts- clés Descriptif : L'évaluation, tout le monde en parle, mais sait-on bien de quoi nous parlons? Le vocabulaire que nous utilisons est-il bien adapté?

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée O b s e r v a t o i r e E V A P M É q u i p e d e R e c h e r c h e a s s o c i é e à l ' I N R P Taxonomie R. Gras - développée Grille d'analyse des objectifs du domaine mathématique et de leurs relations

Plus en détail

DIPLÔME D'ÉTAT INFIRMIER Session de juin 2014 - Soutenance le 11 juin 2014 Mémoire de fin d'études écrit et personnel SOUTENANCE ORALE

DIPLÔME D'ÉTAT INFIRMIER Session de juin 2014 - Soutenance le 11 juin 2014 Mémoire de fin d'études écrit et personnel SOUTENANCE ORALE DIPLÔME D'ÉTAT INFIRMIER Session de juin 2014 - Soutenance le 11 juin 2014 Mémoire de fin d'études écrit et personnel L'EXPÉRIENCE DANS LA PRISE EN CHARGE DE L'URGENCE PAR L'INFIRMIER SAPEUR-POMPIER SOUTENANCE

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Article sélectionné par : CapLine com.

Article sélectionné par : CapLine com. Article sélectionné par : CapLine com. [KNOWLEDGE MANAGEMENT] Le KM est une aventure à la fois personnelle et collective qui rassemble des individualités autour des valeurs et vision d'une organisation.

Plus en détail

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE 29 UN PLAN DE FORMATION À L'INFORMATIQUE DE TOUS LES ÉLÈVES, DE L'ÉCOLE PRIMAIRE AU LYCÉE Note n 8 du groupe technique disciplinaire informatique - décembre 1991 - (principaux extraits) 1. INFORMATIQUE

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

Le rôle des stages en entreprise dans la construction du projet professionnel d'élèves de 10H section exigences de base

Le rôle des stages en entreprise dans la construction du projet professionnel d'élèves de 10H section exigences de base Synthèse du mémoire de Master présenté à la Faculté des lettres de l'université de Fribourg (CH) Département des sciences de l'éducation Le rôle des stages en entreprise dans la construction du projet

Plus en détail

Évaluer la satisfaction des participants à une action de formation

Évaluer la satisfaction des participants à une action de formation Les fiches En Lignes fiche n 39 Décembre 2007 Évaluer la satisfaction des participants à une action de formation Sommaire : Pourquoi évaluer?---------------------- p. 1 Quoi évaluer?----------------------------

Plus en détail

CONSTRUCTION PROGRESSIVE DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE L'ENSEIGNEMENT ET DE L'EDUCATION

CONSTRUCTION PROGRESSIVE DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE L'ENSEIGNEMENT ET DE L'EDUCATION CONSTRUCTION PROGRESSIVE DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE L'ENSEIGNEMENT ET DE L'EDUCATION Ce document, destiné aux étudiants, aux fonctionnaires stagiaires ou nouvellement titularisés et

Plus en détail

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Catégories/Questions Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Le professeur témoignait de l intérêt envers les étudiants. Le professeur semblait se soucier

Plus en détail

Aide à la gestion du projet final ISN

Aide à la gestion du projet final ISN Aide à la gestion du projet final ISN 1 - La place du projet dans l ISN «Les activités des élèves sont organisées autour d une équipe de projet dont les tâches sont les suivantes : repérer le besoin ou

Plus en détail

ROI et BEP de l'e-learning

ROI et BEP de l'e-learning ROI et BEP de l'e-learning Bienvenue dans l'outil de calcul de rentabilité (Return On Investment ou retour sur investissement - R.O.I. et Break Even Point ou point critique - B.E.P.) de l'e-learning! Présentation

Plus en détail

Licence professionnelle Métiers de la forme- Conseil et suivi personnalisé en APDE (activités physiques de développement et d entretien)

Licence professionnelle Métiers de la forme- Conseil et suivi personnalisé en APDE (activités physiques de développement et d entretien) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Métiers de la forme- Conseil et suivi personnalisé en APDE (activités physiques de développement et d entretien) Université Toulouse

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Guide pour la rédaction, la présentation et l'évaluation des travaux de fin d'étude (TFE) dans le cadre de la formation Did@cTIC

Guide pour la rédaction, la présentation et l'évaluation des travaux de fin d'étude (TFE) dans le cadre de la formation Did@cTIC Guide pour la rédaction, la présentation et l'évaluation des travaux de fin d'étude (TFE) dans le cadre de la formation Did@cTIC Afin de finaliser son parcours de formation Did@cTIC, chaque participant-e

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

LES LANGUES AUX ADULTES : POUR UNE PÉDAGOGIE DE L AUTONOMIE

LES LANGUES AUX ADULTES : POUR UNE PÉDAGOGIE DE L AUTONOMIE MELANGES PEDAGOGIQUES 1973 LES LANGUES AUX ADULTES : POUR UNE PÉDAGOGIE DE L AUTONOMIE M. CEMBALO et H. HOLEC C.R.A.P.E.L. Le nombre croissant d'adultes auxquels les dispositions légales sur la formation

Plus en détail

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force "Logiciels éducatifs et multimédia":

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force Logiciels éducatifs et multimédia: Introduction Les nouveaux outils n'apporteront un plus à l'enseignement que dans le cadre de nouvelles pratiques pédagogiques, plus centrées sur la personne de l'étudiant, sur le développement de ses compétences

Plus en détail

«Enseigner les sciences»: un espace numérique d'échange et de formation concernant l'enseignement des sciences à l'école primaire

«Enseigner les sciences»: un espace numérique d'échange et de formation concernant l'enseignement des sciences à l'école primaire «Enseigner les sciences»: un espace numérique d'échange et de formation concernant l'enseignement des sciences à l'école primaire Laurent Dubois Chargé d'enseignement à l'université de Genève Faculté de

Plus en détail

Guide pour la rédaction, la défense et l'évaluation des travaux de fin d'étude (TFE) dans le cadre de la formation Did@cTIC

Guide pour la rédaction, la défense et l'évaluation des travaux de fin d'étude (TFE) dans le cadre de la formation Did@cTIC Guide pour la rédaction, la défense et l'évaluation des travaux de fin d'étude (TFE) dans le cadre de la formation Did@cTIC Afin de finaliser son parcours de formation Did@cTIC, chaque participant-e au

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN LEGISTIQUE (CEFOLEG)

RAPPORT DE STAGE CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN LEGISTIQUE (CEFOLEG) FACULTE DE PSYCHOLOGIE ET DES SCIENCES DE L'EDUCATION TECFA Technologies de Formation et Apprentissage RAPPORT DE STAGE CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN LEGISTIQUE (CEFOLEG) René Glaus rglaus@mail.com

Plus en détail

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE TD 01 GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE I/ LA GESTION BUDGETAIRE EST UN OUTIL DE PREVISION : Pour souligner l'importance de la gestion budgétaire et de la gestion prévisionnelle d une façon plus large,

Plus en détail

DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS

DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS EXAMEN PRATIQUE EP - 1 - Remarques générales Conformément aux dispositions réglementaires pour l obtention du Master en Pédagogie Spécialisée / Enseignement Spécialisé, les étudiant-e-s

Plus en détail

L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région. École - Entreprise

L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région. École - Entreprise L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région École - Entreprise Entre l Académie d Orléans-Tours représentée par Paul Canioni Recteur, Chancelier des Universités et La Fédération Française

Plus en détail

Canevas concernant la formation individualisée encadrée

Canevas concernant la formation individualisée encadrée Canevas concernant la A Description générale La formation individualisée se déroule en deux temps dans le même groupe. Une période d observation (3 séances) est suivie d une période de co-animation (6

Plus en détail

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996)

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Légende: Le 31 mai 1996, les conclusions de la conférence ministérielle euro-méditerranéenne de Rome portant

Plus en détail

FORMATION DE FORMATEUR

FORMATION DE FORMATEUR FORMATION DE FORMATEUR Finalité : Il s'agit d'amener des formateurs et intervenants occasionnels ayant des missions pédagogiques à développer les compétences humaines et techniques facilitant le développement

Plus en détail

Traduction Claire Mouhot

Traduction Claire Mouhot L'ENSEIGNEMENT DES MATHEMATIQUES AUX ELEVES AYANT DES TROUBLES DE L'APPRENTISSAGE OU DES DIFFICULTES EN MATHEMATIQUES INTRODUCTION Un Guide pour les Maîtres Madhavi Jayanthi Russell Gersten Scott Baker

Plus en détail

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015 II COLLOQUE SUR L INTERDISCIPLINARITÉ DANS LA FORMATION DU PROFESSEUR DE LANGUES ÉTRANGÈRES (CIFLEX) 19-21 mars 2015 PROGRAMME DE LICENCE EN LANGUES MODERNES, OPTIONS ANGLAIS ET FRANÇAIS CÉLÉBRATION DU

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

La dissémination interne des innovations de terrain

La dissémination interne des innovations de terrain La dissémination interne des innovations de terrain Par Isabelle Jacob, 2002. Contrairement à ce que l'on croit au premier abord, l'un des aspects les plus difficiles dans le Management de l'innovation,

Plus en détail

La Pédagogie Active. Mais avant d'expliquer ce qui caractérise la pédagogie active, il est important de préciser ce qu'est l'apprentissage.

La Pédagogie Active. Mais avant d'expliquer ce qui caractérise la pédagogie active, il est important de préciser ce qu'est l'apprentissage. La Pédagogie Active La Pédagogie Active fait partie des méthodes qui relèvent de ce qu on nomme l'apprentissage expérientiel (1), c'est à dire apprendre en faisant. Il s'agit d'impliquer l'apprenant dans

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

Se former à l'analyse de l'activité pédagogique et soignante

Se former à l'analyse de l'activité pédagogique et soignante Se former à l'analyse de l'activité pédagogique et soignante L approche par les compétences Marc NAGELS 17 Mars Conseil La pensée réflexive par l analyse de l activité en école paramédicale L'approche

Plus en détail

LE NOUVEL "ASTER" Jean-Pierre Astolfi

LE NOUVEL ASTER Jean-Pierre Astolfi LE NUVEL "ASTER" Jean-Pierre Astolfi Cette nouvelle revue Aster résulte de la transformation du bulletin interne aux équipes de didactique des sciences expérimentales de l'inrp. Elle vise à fournir aux

Plus en détail

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS 131 OUTILS D' ÉDUCATIFS Philippe DESSUS, Pascal MARQUET MOTS-CLÉS Typologie des logiciels d'eao, Processus d'apprentissage, Mesure des performances didactiques. RÉSUMÉ A travers l'eao, l'informatique tente

Plus en détail

Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012

Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012 Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012 (modifiée par la note de service n 2012-100 du 29 j uin 2012 et par la note de service n 2012-179 du 20 novembre 2012) (Education nationale : bureau DGESCO A2-1)

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Dispositifs de formation et Serious Game Analyse des porosités

Dispositifs de formation et Serious Game Analyse des porosités Dispositifs de formation et Serious Game Analyse des porosités Raquel Becerril-Ortega et Pierre-André Caron Maîtres de conférence en Sciences de l'éducation Equipe Trigone Laboratoire CIREL, Université

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit de l Université Montpellier 1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes En

Plus en détail

plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre

plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Lapointe Conseiller en gestion Publié par la Direction

Plus en détail

FRENCH, SECOND LANGUAGE

FRENCH, SECOND LANGUAGE FRENCH, SECOND LANGUAGE TEST DE CLASSEMENT FRE-1092-6 FRE-5091-6 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN SEPTEMBRE 1998 Quebec FRENCH, SECOND LANGUAGE TEST DE CLASSEMENT FRE-1092-6 FRE-5091-6 DÉFINITION DU DOMAINE

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Annexe 2 INFORMATION ET GESTION. Spécialité «Communication» Classe de première de la série Sciences et technologies de la gestion

Annexe 2 INFORMATION ET GESTION. Spécialité «Communication» Classe de première de la série Sciences et technologies de la gestion Bulletin officiel hors-série n 1 du 12 février 2004 Programme des lycées (pages 56 à 61) Annexe 2 INFORMATION ET GESTION Spécialité «Communication» Classe de première de la série Sciences et technologies

Plus en détail

Travail individuel en autonomie : test de positionnement, activités, cours et ressources, test d'évaluation finale

Travail individuel en autonomie : test de positionnement, activités, cours et ressources, test d'évaluation finale Domaine 3 : Pédagogie Fiche signalétique Présentation (sujet et objectifs pédagogiques) Sujet : utilisations pédagogiques des TIC en situation Objectifs: Objectif-1 : préparer les travaux des modules compétences

Plus en détail

ESS METHODES DE TRAVAIL

ESS METHODES DE TRAVAIL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ESS METHODES

Plus en détail

GUIDE DES DROITS D'AUTEUR À L'USAGE DES ENSEIGNANTS ET CHERCHEURS

GUIDE DES DROITS D'AUTEUR À L'USAGE DES ENSEIGNANTS ET CHERCHEURS Université Catholique de Louvain GUIDE DES DROITS D'AUTEUR À L'USAGE DES ENSEIGNANTS ET CHERCHEURS Prof. Mireille Buydens 2 INTRODUCTION Enseigner ou poursuivre des recherches, quel qu'en soit le domaine,

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique. Site Web informatisé, captures d'écran (vidéocaptures), évaluations informatisées

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique. Site Web informatisé, captures d'écran (vidéocaptures), évaluations informatisées Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Préparation au laboratoire (Prépa-Labo!) Résumé Ce scénario s'inscrit dans un cours de physique où les étudiants

Plus en détail

e-demos : Guide d'utilisation

e-demos : Guide d'utilisation Laboratoire de Soutien à l'enseignement Télématique (LabSET) Institut de Formation et de Recherche pour l'enseignement Supérieur (IFRES) Université de Liège (ULg) e-demos : Guide d'utilisation Novembre

Plus en détail

Les aires de mobilité professionnelle

Les aires de mobilité professionnelle Les cahiers de l observatoire des métiers DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES NOVEMBRE 2001 Les aires de mobilité professionnelle UN OUTIL D ACCOMPAGNEMENT DES PROJETS D ÉVOLUTION PROFESSIONNELLE CENTRE

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF)

LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF) LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF) Les 11 compétences essentielles en coaching ont été développées par ICF afin d assurer une meilleure compréhension

Plus en détail

CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure. Ensuite:

CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure. Ensuite: CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure Ensuite: Majeures Développement : J11 (-1,-2, -3 pour options) et J12 pour profession Sociale : J21 (-1,-2, -3

Plus en détail

Langages de modélisation de situations d'apprentissage : l'approche Learning Design

Langages de modélisation de situations d'apprentissage : l'approche Learning Design Séminaire Grains Éducatifs Grenoble 16 mars 2005 Langages de modélisation de situations d'apprentissage : l'approche Learning Design INRP Jean-Philippe PERNIN (*,**) (*) Institut national de recherche

Plus en détail

Journées d étude «Les doctorants et l information scientifique» 3 et 4 juin 2010

Journées d étude «Les doctorants et l information scientifique» 3 et 4 juin 2010 Journées d étude «Les doctorants et l information scientifique» 3 et 4 juin 2010 3èmes journées d étude du réseau national des URFIST 10èmes rencontres FORMIST Campus de La Doua, Lyon Villeurbanne Madeleine

Plus en détail

Accompagnement personnalisé Bilan des journées de formation. Année scolaire 2010-2011

Accompagnement personnalisé Bilan des journées de formation. Année scolaire 2010-2011 Accompagnement personnalisé Bilan des journées de formation Année scolaire 2010-2011 Au cours du mois de mars 2011, des formations académiques d une journée sur «L'accompagnement personnalisé au lycée»

Plus en détail

ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION

ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION E1 FRANÇAIS (Coef 3) U1 1. Objectif L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer

Plus en détail

Principes généraux pour mener une séquence d'apprentissage

Principes généraux pour mener une séquence d'apprentissage Principes généraux pour mener une séquence d'apprentissage CE QUE NE DOIT PAS ÊTRE UNE SEANCE DE CLASSE Exposée c'est à dire une «coulée verbale» où seul le maître travaille devant immobiles (aucune activité

Plus en détail

Contenu disciplinaire (CK)

Contenu disciplinaire (CK) Compilation des suggestions apportées par les participants aux ateliers du Rendez-vous des conseillers pédagogiques Colloque de l AQPC 2013 Application technologique Trouver les causes, la biologie derrière

Plus en détail

Méthodologie du reportage vidéo

Méthodologie du reportage vidéo 1 Méthodologie du reportage vidéo Mai 2002, Philippe Bouesse Professeur animateur, CRDP POURQUOI PRODUIRE UN REPORTAGE VIDÉO EN CLASSE? Apprendre à communiquer C'est un moyen de transmission d'informations

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel B.O. 1995 n 11 du 15 juin 1995 Programme de français Baccalauréat Professionnel PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel Arrêté du 9 mai 1995 - B.O. n 11 du 15 juin 1995 PRÉAMBULE : FINALITÉS ET

Plus en détail

Cette activité propose aux élèves de déterminer la durée et la distance nécessaires à un véhicule de la gendarmerie

Cette activité propose aux élèves de déterminer la durée et la distance nécessaires à un véhicule de la gendarmerie Olivier PILORGET - Académie de Nice - TraAM 2013-2014 " EXCES DE VITESSE " 3 ème - 2 nd Testée avec une classe de 3 ème sur une séances de 55 min Image tirée d'un reportage vidéo de Marc Mehran sur Nice

Plus en détail

Outil d'aide à l'évaluation des compétences du référentiel du professeur des écoles à l'usage des stagiaires

Outil d'aide à l'évaluation des compétences du référentiel du professeur des écoles à l'usage des stagiaires Outil d'aide à l'évaluation des compétences du référentiel du professeur des écoles à l'usage des stagiaires Conception du document : Dans le cadre de la formation de formateurs 2012-2013, les tuteurs

Plus en détail

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Comme nous le témoignent les recherches sur le tableau blanc interactif (TBI), The interactive whiteboard revolution: Teaching with IWBs

Plus en détail

Synthèse de la présentation "De l'éducation présentielle à l'éducation distancielle: quelques concepts et études de cas"

Synthèse de la présentation De l'éducation présentielle à l'éducation distancielle: quelques concepts et études de cas Synthèse de la présentation "De l'éducation présentielle à l'éducation distancielle: quelques concepts et études de cas" Barbara Class Juin 2001 En guise d'introduction Avant d entrer dans le vif du sujet,

Plus en détail

MASTER SMEEF : 2013/2014 NOM DE L'ETUDIANT :... LIEU DE STAGE :... PERIODE DE STAGE :... CYCLE ET NIVEAU DE CLASSE :... NOM DU MAITRE D'ACCUEIL

MASTER SMEEF : 2013/2014 NOM DE L'ETUDIANT :... LIEU DE STAGE :... PERIODE DE STAGE :... CYCLE ET NIVEAU DE CLASSE :... NOM DU MAITRE D'ACCUEIL MASTER SMEEF Spécialité «Professorat des écoles» Deuxième année Parcours sans alternance Fiche évaluative : stage de pratique accompagnée Année universitaire 2013/2014 NOM DE L'ETUDIANT :... LIEU DE STAGE

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation OBJECTIFS - Connaître les phases d élaboration d un cahier des charges de formation - Etre capable de définir les objectifs

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle. NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013

ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle. NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013 ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013 Le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie, Vu

Plus en détail

Processus Gestion de Projet

Processus Gestion de Projet Processus Gestion de Projet 1 / 11 Contenu 1 Introduction... 3 2 Le cycle de vie du projet... 4 2.1 Présentation... 4 2.2 Cycle de vie d un projet... 5 2.3 Les livrables... 5 3 Les étapes du management

Plus en détail

La formation itinérante : une pédagogie active de l enseignement du russe pour les adultes en Europe

La formation itinérante : une pédagogie active de l enseignement du russe pour les adultes en Europe Revue Européenne de Psychologie et de Droit www.psyetdroit.eu La formation itinérante : une pédagogie active de l enseignement du russe pour les adultes en Europe Introduction : 1 Antonina Zhukovskaïa

Plus en détail

Didactique et méthodologie du FLE / FLS

Didactique et méthodologie du FLE / FLS UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs de FLE Didactique et méthodologie du FLE / FLS Actualiser et dynamiser vos pratiques de classe Descriptifs des modules de formation

Plus en détail

Texte 13 La résolution de problèmes en techniques de génie électrique

Texte 13 La résolution de problèmes en techniques de génie électrique Texte 13 Deux personnes décrivent la résolution de problèmes comme stratégie pédagogique. Lise Poirier Proulx, adjointe à la direction de PERFORMA à l Université de Sherbrooke en 1997, décrit cette stratégie

Plus en détail

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Isabel Urdapilleta Responsable Pédagogique du Master 1 psychologie sociale,

Plus en détail

ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM

ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM Détour historique En 1909:«Les exercices de calcul mental figureront à l emploi du temps et ne devront pas être sacrifiés à des

Plus en détail

SIMULATION EN BIOLOGIE

SIMULATION EN BIOLOGIE 119 R. LESTOURNELLE Les logiciels éducatifs de sciences naturelles sont peu nombreux et certains répondent mal aux objectifs assignés à notre enseignement. C'est pourquoi depuis des années, je me suis

Plus en détail

Modules de formations proposés

Modules de formations proposés Modules de formations proposés 1. La boîte à outils de l organisateur 2. Améliorer les performances par l approche processus 3. Réussir un diagnostic d organisation 4. Manager un projet jusqu au succès

Plus en détail

iche 5 La décentralisation dans le domaine du patrimoine

iche 5 La décentralisation dans le domaine du patrimoine Page 12 La décentralisation dans le domaine du patrimoine 1 / Les objectifs poursuivis et les principes qui fondent les propositions de décentralisation 2 / Une nouvelle répartition des rôles entre les

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

Introduction de l innovation technologique dans l éducation

Introduction de l innovation technologique dans l éducation Introduction de l innovation technologique dans l éducation innovation Introduction de l innovation technologique dans l éducation Code: innovation Originaux url: http://tecfa.unige.ch/guides/tie/html/innovation/innovation.html

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

INFORMATIQUE ET ALLEMAND LANGUE ÉTRANGÈRE ÉTRANGÈRE" BILAN ET PERSPECTIVES DE LA RECHERCHE UNIVERSITAIRE

INFORMATIQUE ET ALLEMAND LANGUE ÉTRANGÈRE ÉTRANGÈRE BILAN ET PERSPECTIVES DE LA RECHERCHE UNIVERSITAIRE 197 INFORMATIQUE ET "ALLEMAND LANGUE ÉTRANGÈRE" BILAN ET PERSPECTIVES DE LA RECHERCHE UNIVERSITAIRE La distance sera mince entre le genre "bilan" et le genre "compte rendu d'activité", tant l'auteur de

Plus en détail

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE 133 LES : APPROCHE DIDACTIQUE Face aux divers logiciels d'enseignement, on se trouve actuellement face à une difficulté qui s'explique par l'évolution des logiciels. Les premiers didacticiels, mimant en

Plus en détail

Licence Bi-disciplinaire anglais-allemand

Licence Bi-disciplinaire anglais-allemand Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Bi-disciplinaire anglais-allemand Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail