«Where is my mind?»: Effets cérébraux du binge drinking.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Where is my mind?»: Effets cérébraux du binge drinking."

Transcription

1 Université Catholique de Louvain Institut de Recherche en Sciences Psychologiques Unité Neurosciences, Systèmes et Cognition (NEUROCS) Centre de Santé et Développement Psychologique (CSDP) «Where is my mind?»: Effets cérébraux du binge drinking. Pierre Maurage Liège, le 30 mars 2012

2 Au sommaire 1 Vers une nouvelle conception des effets de l alcool. 2 Effets cérébraux du binge drinking. 3 En résumé: ce qu on sait, ce qu on ignore. 4 Que faire? Quelques pistes de réflexion.

3 1 Vers une nouvelle conception

4 La vision classique Selon la vision classique: (1) L alcool est moins dangereux que d autres drogues. (2) L alcool chez les jeunes n est pas un problème, hors effets aigus et alcoolo-dépendance. (3) Le binge drinking a toujours existé. (4) Le binge drinking n a pas d effets à long terme. Vision entretenue par l image positive de l alcool dans la société.

5

6

7 Vers une nouvelle conception Idée générale: Cette vision classique pourrait sous-évaluer les conséquences de l alcool. Et en particulier du binge drinking chez les jeunes.

8 Vers une nouvelle conception Vision classique: L alcool est moins dangereux que d autres drogues. Mais L alcool est la substance ayant le plus de conséquences néfastes pour soi et pour les autres.

9 Nutt et al., 2010

10 Vers une nouvelle conception Vision classique: L alcool chez les jeunes n est pas un problème. Mais L adolescence est la période critique pour le développement des dépendances.

11 Vers une nouvelle conception Le cercle de l addiction: usage abus DEVELOPPEMENT dépendance RECHUTE abstinence sevrage Deux moments clés dans la dépendance, mais un seul étudié jusqu ici

12 Vers une nouvelle conception Vision classique: Le binge drinking a toujours existé. Mais Cette pratique s accentue et se généralise.

13 Evolution du binge drinking Systématisation du phénomène Généralisation à de nouvelles populations 40-60% des ans

14 Vers une nouvelle conception Vision classique: Le binge drinking n a pas d effets à long terme. Mais Le binge drinking a des effets rapides sur la mémoire et l attention.

15 Attention Prise de décision Mémoire Johnson et al., 2008; Scaife & Duka, 2009; Townshend & Duka, 2005

16 En résumé «Paradigm shift» dans l étude du binge drinking: - L alcool est la substance ayant le plus d effets néfastes. - L alcool est particulièrement dangereux chez les jeunes. - Le binge drinking est de plus en plus fréquent. - Le binge drinking a des effets cognitifs marqués. Mais quels en sont les effets cérébraux?

17 2 Effets cérébraux du binge drinking

18 Logique générale On sait que le Binge Drinking: - Est une pratique en essor, surtout chez les jeunes. - Est associé à des déficits d attention et de mémoire. - Est un mode de consommation particulièrement néfaste pour le fonctionnement cérébral (modèle animal): - cerveau en maturation - alternance alcoolisation / sevrage

19 Les potentiels évoqués

20 Amplitude (µv) = Intensité du processus Latence (ms) = Vitesse du processus

21 Première recherche - Présélection via questionnaire (462 étudiants de 1 ère Bac) - Sélection de 18 binge drinkers «attendus» et 18 contrôles - Pour les deux groupes: pas de consommation régulière passée, pas d autres troubles ou consommations - 2 phases d expérience en 1 ère Bac: - Début (groupes identiques) - Fin (binge vs contrôles) - Tâche cognitive simple Maurage et al., 2009

22

23

24 Première recherche Les résultats en potentiels évoqués montrent: - Temps 1: Pas de différences entre groupes - Temps 2: Latence retardée chez les binge drinkers Après seulement 9 mois de Binge Drinking, le fonctionnement cérébral est RALENTI par rapport à un groupe contrôle. Résultats confirmés par d autres groupes de recherche. Crego et al., 2009; 2010

25 Seconde recherche - Objectif: évaluer l influence respective de deux effets: - Quantité d alcool consommée - Mode de consommation d alcool - 4 groupes de 20 participants Maurage et al., 2012

26 15 Contrôles Buveurs Quotidiens Binge Drinkers 1 Binge Drinkers Effet de quantité de consommation Effet du mode de consommation Total Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche

27 Effet de: - Quantité consommée: B1 B2 - Mode de consommation: BQ B1 Contrôles Buveurs Quotidiens Binge Drinkers 1 Binge Drinkers 2

28 Deux études seulement en IRMf Sous-activation de certaines zones mais suractivation d autres. Schweinsburg et al., 2010

29 Maurage et al., submitted

30 3 En résumé: ce qu on sait, ce qu on ignore

31 On sait désormais que le Binge Drinking - Conduit à moyen terme à des déficits cérébraux anatomiques et fonctionnels - Ces déficits sont proportionnels à la quantité consommée et au mode de consommation - Le cerveau des Binge Drinkers : - est en souffrance neuronale - fonctionne plus lentement et moins efficacement - présente des déficits parallèles à celui des alcooliques (bien que moins marqués)

32 On ignore si le Binge Drinking - Conduit à des déficits irréversibles - Est lié à des déficits accentués en cas de comorbidité ou de début plus précoce - A des effets concrets dans la vie «réelle» - Conduit à l alcoolodépendance Crews et al., 2007

33 4 Que faire? Quelques pistes de réflexion

34 a. Informer sur les effets et leur prévention - Psychoéducation: A minima, que chacun connaisse les effets du Binge Drinking. - Informer sur l alcool et ses effets est utile, mais certainement pas suffisant. - L extrême majorité des gens connaissent les effets d une consommation excessive mais continuent à boire. Marmot et al., 2005

35 b. Questionner la survalorisation de l alcool - Lien alcool bénéfices santé (p.ex. cardiaques) - Lien alcool - valeurs positives (p.ex. sport) - Pratiques commerciales: Sponsoring, nouvelles cibles, nouveaux moments - Nécessité d informer sur ces pratiques (et d interdire la publicité pour l alcool)

36 La publicité pour l alcool Partout, tout le temps.

37 c. Réflexion sur le coût des boissons - Prix de la bière = prix d un soft alcoolisées - Tabac: hausse fréquente - Proposition: hausse réfléchie, au moins pour distinguer alcool et non alcool

38 Est-ce que ça marche? - Lien négatif établi entre consommation et prix - Idéal: hausse des prix + réduction de disponibilité - Mais politiquement peu vendeur Marmot et al., 2005; Pearson, 2004; Treise et al., 1999

39 d. Un message central Les effets positifs arrivent avant les effets négatifs Les Binge Drinkers Cherchent 1 Amusement 2 Etre plus sociable 3 Se sentir joyeux, relaxé 4 Oublier les problèmes Obtiennent Les effets positifs sont atteints à 3-4 doses, les effets négatifs n arrivent qu après. Pourquoi continuer à boire? Turrisi & Wiersma, 1999; Stolle et al., 2009

40 Pour conclure - Le «paradigm shift» a eu lieu dans la recherche sur le binge drinking. - Mais pas dans la vision sociétale et individuelle. - Eviter la dramatisation, mais aussi la sousestimation. - Pas un discours de prohibition, mais de connaissance du produit.

41 Merci pour votre attention Remerciements aux co-auteurs des études: Frédéric Joassin, Salvatore Campanella, Mauro Pesenti, Pierre Philippot, Jessica Modave, Auriane Speth. Maurage et al. (2009). Journal of Psychiatry and Neuroscience, 34(2), Maurage et al. (2012). Clinical Neurophysiology, in press. Pierre MAURAGE Université Catholique de Louvain (UCL) Faculté de Psychologie, CSDP & NEUROCS 10, place Cardinal Mercier B-1348 Louvain-la-Neuve Tél: 010/

* fermeture le lendemain

* fermeture le lendemain MOIS DE JANVIER 2011 Samedi 1 01h35 08h43 14h09 21h14 Dimanche 2 02h41 09h42 15h15 22h09 Lundi 3 03h38 10h32 16h10 22h56 Mardi 4 04h26 11h15 16h57 23h37 Mercredi 5 05h07 11h54 17h37 *00h14 Jeudi 6 05h45

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance Quelques définitions : qu est ce qu une drogue? la modification de l état de conscience Étymologie de «addict» une dette de plaisir La dépendance

Plus en détail

MON JOURNAL HEBDOMADAIRE

MON JOURNAL HEBDOMADAIRE LUNDI DATE : vous avez présentés vous avez exercées MARDI DATE : vous avez présentés vous avez exercées MERCREDI DATE : vous avez présentés vous avez exercées JEUDI DATE : vous avez présentés vous avez

Plus en détail

Le réentrainement attentionnel

Le réentrainement attentionnel Le réentrainement attentionnel Une nouvelle méthode pour réduire les troubles émotionnels Alexandre Heeren a, b a Groupe de recherche en Psychopathologie et Neurosciences, Université catholique de Louvain

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé?

Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé? Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé? Thierry Lang Thierry Lang Inserm UPS UMR 1027 La consommation de tabac est un déterminant majeur de la mortalité en France 60,000 décès par an

Plus en détail

Entreprise. Nom Salarié. * AT : Accident de Travail CP : Congés Payés

Entreprise. Nom Salarié. * AT : Accident de Travail CP : Congés Payés Entreprise. Nom Salarié. * AT : Accident de Travail Mois de Janvier Semaine 01 JEUDI 1 VENDREDI 2 SAMEDI 3 DIMANCHE 4 Semaine 02 LUNDI 5 MARDI 6 MERCREDI 7 JEUDI 8 VENDREDI 9 SAMEDI 10 DIMANCHE 11 Semaine

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

Le sportif face aux substances psychoactives. CMBCS 7 juin 2011. M. Walter

Le sportif face aux substances psychoactives. CMBCS 7 juin 2011. M. Walter Le sportif face aux substances psychoactives CMBCS 7 juin 2011. M. Walter Plan A. Les incontournables : tabac, cannabis, alcool B. L arrêt sportif : une période de vulnérabilité CMBCS 7 juin 2011. M. Walter

Plus en détail

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre BAYONNE jeudi 25 octobre 2012 Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre De quoi parle-t-on? Conduites Addictives Les modes d

Plus en détail

Alcool : je fais le point sur ma consommation

Alcool : je fais le point sur ma consommation Alcool : je fais le point sur ma consommation Tous concernés? De quoi s agit-il? On a l habitude d évoquer un risque pour la santé au-delà de 3 verres standard par jour pour les hommes ou 2 pour les femmes,

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire Sommaire EmeVia et les mutuelles

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

FICHE D INSCRIPTION SEANCES DE SOPHROLOGIE EN GROUPE

FICHE D INSCRIPTION SEANCES DE SOPHROLOGIE EN GROUPE SEANCES DE SOPHROLOGIE EN GROUPE Séances en groupe : selon calendrier le lundi de 18h à 19h15 le lundi de 19h30 à 20h45 le vendredi de 14h à 15h15 le samedi de 9h à 10h15 le samedi de 10h30 à 11h45 niveau

Plus en détail

7 Effets néfastes de l alcool : impact du binge drinking sur le cerveau

7 Effets néfastes de l alcool : impact du binge drinking sur le cerveau 7 Effets néfastes de l alcool : impact du binge drinking sur le cerveau Les effets à court terme et à long terme de l initiation de la consommation d alcool à l adolescence et de la modalité particulièrement

Plus en détail

Prévention. conduites addictives. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger

Prévention. conduites addictives. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger Prévention conduites addictives Guide d information et de prévention Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre santé Tabac, alcool, drogues La dernière décennie a marqué une

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

Tabac et Anxiété. Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens

Tabac et Anxiété. Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens Tabac et Anxiété Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens Comorbidité des troubles psychiatriques NCS-R (1994) Prévalence vie entière % Trouble psychiatrique

Plus en détail

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques.

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. LUDIVINE FAGES Infirmière Anesthésiste/Hypnopraticien DIU aide au sevrage tabagique Année universitaire 2014/2015

Plus en détail

Besoin en personnes le Jeudi

Besoin en personnes le Jeudi Besoin en personnes le Jeudi Jeudi 7/11/13 Responsable 08h00 à 12h00 12h00 à 17h00.. Commissariat Général Disponibilité: 1 1 1 06/05/2013 1/ 5 Besoin en personnes le Vendredi Vendredi 8/11/13 Responsable

Plus en détail

Communiquer et vendre aux Seniors

Communiquer et vendre aux Seniors Communiquer et vendre aux Seniors Objectif : donner des outils praticopratiques pour mieux vendre aux Seniors Constats : ceux qui ont été formés et ont appliqué, ont doublé leurs ventes Avoir des difficultés

Plus en détail

LES CAUSES ET LES CONSÉQUENCES DE LA CONSOMMATION D ALCOOL PRÉCOCE. Présenté par Catherine Paradis 14 mai 2010 - ROND-POINT 2010

LES CAUSES ET LES CONSÉQUENCES DE LA CONSOMMATION D ALCOOL PRÉCOCE. Présenté par Catherine Paradis 14 mai 2010 - ROND-POINT 2010 LES CAUSES ET LES CONSÉQUENCES DE LA D ALCOOL PRÉCOCE Présenté par Catherine Paradis 14 mai 2010 - ROND-POINT 2010 1 LA SUR INTRODUCTION La vente d alcool aux mineurs est interdite. Des efforts ont été

Plus en détail

JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES

JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES Atelier 4 - Accompagnement individuel Mardi 5 février 2013 Genève Dominique Conant CENEA Fondation Neuchâtel Addictions Alcochoix + Le choix de la modération Un programme

Plus en détail

Alcool : où trouver de l aide à Rennes?

Alcool : où trouver de l aide à Rennes? Alcool : où trouver de l aide à Rennes? En parler... Se faire aider... Consulter... S informer... ALCOOL Où TROUVER DE L AIDE À RENNES? L alcoolisme est une maladie caractérisée par la dépendance psychique

Plus en détail

Conférence de rentrée maternelle 2014

Conférence de rentrée maternelle 2014 Conférence de rentrée maternelle 2014 Circonscription de Montmorency 7 octobre 2014 Isabelle Goubier-Sène, IEN Refondation de l école Rythmes scolaires lundi mardi mercredi jeudi vendredi 8h30 Disponibilité

Plus en détail

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Alcool, tabac et drogues illicites : au-delà du produit consommé, c est davantage le comportement de consommation - conduite addictive - qui détermine le risque pour

Plus en détail

POURQUOI NON?... VENTE D ALCOOL AUX MINEURS Une loi pour prévenir les risques

POURQUOI NON?... VENTE D ALCOOL AUX MINEURS Une loi pour prévenir les risques POURQUOI NON?... VENTE D ALCOOL AUX MINEURS Une loi pour prévenir les risques La loi interdit la vente d alcool aux mineurs. Je vous propose de lire cette brochure, vous y trouverez les risques que j encours

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

PRESENTATION DE LA CIPCA. MILDECA- colloque INSERM 1

PRESENTATION DE LA CIPCA. MILDECA- colloque INSERM 1 PRESENTATION DE LA CIPCA MILDECA- colloque INSERM 1 LA CIPCA A ÉTÉ MISE EN PLACE DANS LE CADRE DU PLAN GOUVERNEMENTAL 2013-2017 Pour que la prévention devienne une priorité des politiques de lutte contre

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

SECTEUR DE LE CHEYLARD-ST MARTIN-DE-VALAMAS JANVIER 2014

SECTEUR DE LE CHEYLARD-ST MARTIN-DE-VALAMAS JANVIER 2014 JANVIER 2014 01 Mercredi ROCHETTE ROCHETTE 02 Jeudi ROCHETTE 03 Vendredi JOUBERT 04 Samedi JOUBERT 05 DIMANCHE JOUBERT JOUBERT 06 Lundi JOUBERT 07 Mardi JOUBERT 08 Mercredi JOUBERT 09 Jeudi JOUBERT 10

Plus en détail

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP)

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Extrait du bulletin communal de juin 2010 Alcool, ce qu il faut savoir Guide réalisé par le Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Rue des Carmes, 26 6900 Marche-en-Famenne pssp@marche.be

Plus en détail

Parler d'alcool en entreprise Mise en place d une politique intégrant le contrôle

Parler d'alcool en entreprise Mise en place d une politique intégrant le contrôle Parler d'alcool en entreprise Mise en place d une politique intégrant le contrôle Lausanne, le 07 novembre 2012 Congrès d Addiction Suisse Dépistage alcool et drogues au travail: une bonne idée? Parler

Plus en détail

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens INTRODUCTION Un statut actuel un peu flou Ce n est pas un médicament

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

CARPE DIEM : UN REGARD DIFFERENT, UNE APPROCHE DIFFERENTE DE LA GESTION HUMAINE DES RESSOURCES

CARPE DIEM : UN REGARD DIFFERENT, UNE APPROCHE DIFFERENTE DE LA GESTION HUMAINE DES RESSOURCES 13 rue de l Aillerie B.P. 49 60240 CHAUMONT-en-VEXIN 03 44 49 53 10 contact@audit-asso.net www.audit-asso.net PROGRAMME D UN STAGE SUR LE THÈME : CARPE DIEM : UN REGARD DIFFERENT, UNE APPROCHE DIFFERENTE

Plus en détail

Faculté de Médecine de Nantes Présentation du mémoire pour le DIU de Tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest

Faculté de Médecine de Nantes Présentation du mémoire pour le DIU de Tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Faculté de Médecine de Nantes Présentation du mémoire pour le DIU de Tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Qui sont les utilisateurs de la cigarette électronique, et quelles modifications

Plus en détail

* 1 L entretien motivationnel: objectifs. * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies

* 1 L entretien motivationnel: objectifs. * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies * 1 L entretien motivationnel: objectifs * a - Définition * b - Les deux phases techniques * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies * a - Les 4R, la grille SECA

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Enquête sur l érosion dentaire

Enquête sur l érosion dentaire Octobre 2013 GSK N 111617 Contact : Damien Philippot 01 45 84 14 44 damien.philippot@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La méthodologie

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d activité en tant qu organisme formateur : 42670364267

Plus en détail

L alcool du côté de l époque

L alcool du côté de l époque L alcool et moi? L alcool du côté de l époque la vitesse de consommation et les quantités consommées par occasion augmentent, pour boire un maximum d'alcool en un minimum de temps dans le seul but de se

Plus en détail

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La méthodologie Page 3 La méthodologie Etude

Plus en détail

Alcool : où trouver de l aide à Rennes?

Alcool : où trouver de l aide à Rennes? Alcool : où trouver de l aide à Rennes? En parler... Se faire aider... Consulter... S informer... ALCOOL Où TROUVER DE L AIDE À RENNES? L alcoolisme est une maladie caractérisée par la dépendance psychique

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE L ENQUÊTE DE SATISFACTION

COMPTE-RENDU DE L ENQUÊTE DE SATISFACTION COMPTE-RENDU DE L ENQUÊTE DE SATISFACTION Vous avez été 206 usagers à répondre à notre enquête de satisfaction et nous vous en remercions. Retrouvez ci-dessous les résultats de cette enquête et les réponses

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2013. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2013. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2013 1 2 1. Contexte et objectifs Présentation d emevia et de ses missions Le premier réseau français de mutuelles étudiantes de proximité qui regroupe 10 mutuelles régionales Les mutuelles

Plus en détail

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE RÉDUCTION ET ARRÊT DU TABAC NOUVEAU FRUIT EXOTIQUE NICOTINE 2 mg GOMME À MÂCHER MÉDICAMENTEUSE PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE UNE MÉTHODE SIMPLE POUR RÉDUIRE À MON RYTHME Médicament réservé à l adulte

Plus en détail

Marketing de l'alcool et troubles liés à l'usage d'alcool

Marketing de l'alcool et troubles liés à l'usage d'alcool Marketing de l'alcool et troubles liés à l'usage d'alcool GUILLOU LANDREAT Morgane ERCR SPURBO, Faculté de médecine BREST Addictologie, CHRU BREST Définition du Marketing «Le marketing est l effort d adaptation

Plus en détail

LA REDUCTION DES RISQUES LIES AU TABAGISME Mythe ou réalité? Diminution importante des ventes de cigarettes et de la prévalence du tabagisme Mais une diminution qui se ralentit en 2004 LA REDUCTION DES

Plus en détail

Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données

Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données DAT 974 - Axe 1 - Mission Observation COSU du 03/12/2012 Monique RICQUEBOURG Observatoire Régional de la Santé (ORS) 1 Plan de la

Plus en détail

Comment «s amuser sans abuser» lors des fêtes en ville? La Ville d Angers agit.

Comment «s amuser sans abuser» lors des fêtes en ville? La Ville d Angers agit. Comment «s amuser sans abuser» lors des fêtes en ville? La Ville d Angers agit. Contexte Des débordements importants depuis quelques années, avec une recrudescence depuis 2008 sur quelques rues du centre

Plus en détail

Charte. Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie

Charte. Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie La consommation excessive d alcool et les conduites à risque associées sont des

Plus en détail

Colloque du RESPADD dans le cadre de la Journée mondiale sans tabac 2014

Colloque du RESPADD dans le cadre de la Journée mondiale sans tabac 2014 Colloque du RESPADD dans le cadre de la Journée mondiale sans tabac 2014 Aurélie Lermenier Mai 2014 Enquête ETINCEL-OFDT : premiers éléments sur l usage de la cigarette électronique en France w w w. o

Plus en détail

Dossier de Partenariat

Dossier de Partenariat Dossier de Partenariat Votre Coach Qui se cache derrière Cré Action? Cré Action est un cabinet de coaching spécialisé dans l accompagnement mental. Notre travail s appuie sur des compétences en psychologie,

Plus en détail

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT POGAMME D ENTAÎNEMENT 2013 POGAMME D ENTAÎNEMENT Dans ce programme d entraînement vous aurez à courir sur une fréquence de 3 fois par semaine pour une durée totale de 18 semaines réparties en 3 périodes

Plus en détail

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching + MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching Sommaire 2 Objectifs de l enquête. Méthodologie Profil des répondants Résultats Mobilité professionnelle..

Plus en détail

Enquête de Santé par Interview Belgique 2001

Enquête de Santé par Interview Belgique 2001 Enquête de Santé par Interview Belgique 21 Livre 3 Style de Vie IPH/EPI REPORTS nr 22-22 Rue de Louvain, 44 1 Bruxelles Section d'epidémiologie Rue Juliette Wytsman, 14 15 Bruxelles Tél : 2/642.57.94 e-mail

Plus en détail

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Nadia L Espérance, Ph. D. Nadia_lesperance@ssss.gouv.qc.ca Agente de planification, programmation et recherche Chercheure en établissement

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI ALCOOL DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014 Micheline CLAUDON Alain EDDI 2 Pourquoi consomme-t-on des drogues? Pour se sentir bien Pour se sentir mieux Pour faire mieux Pour faire comme les

Plus en détail

Certificat d'aptitude Professionnelle

Certificat d'aptitude Professionnelle Certificat d'aptitude Professionnelle DECOLLETAGE : Opérateur Régleur en Décolletage PERIODE DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Établissement de Formation : Lycée Paul Emile Victor 625, Avenue de Gottmadingen

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Il s agit du Trouble avec Déficit Attentionnel et/ou Hyperactivité impulsivité (TDAH).

Il s agit du Trouble avec Déficit Attentionnel et/ou Hyperactivité impulsivité (TDAH). L hyperactivité se définit comme un trouble comportemental reconnu (cf rapport du Parlement Européen 2002) et répondant à des critères diagnostiques précis selon le DSM IV ou la CIM 10. Il s agit du Trouble

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

Cesser de fumer une fois pour toutes

Cesser de fumer une fois pour toutes MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Cesser de fumer une fois pour toutes Aperçu de la trousse Félicitations! Vous vous apprêtez à vivre une expérience

Plus en détail

Institution EL YAKADA Année scolaire : 2013/2014 Salé. La Direction de l Institution EL YAKADA À Tous les parents et tuteurs des élèves

Institution EL YAKADA Année scolaire : 2013/2014 Salé. La Direction de l Institution EL YAKADA À Tous les parents et tuteurs des élèves de l Institution EL YAKADA Mardi 22 Octobre 2013 1 ère A.E.P 1et2 Jeudi 24 octobre 2013 1 ère A.E.P 3et4 * partir de 16h45min Vendredi 25 octobre 2013 1 ère A.E.P 5, 6 et 7 de l Institution EL YAKADA Mardi

Plus en détail

La Fondation pour la Recherche Médicale développe la recherche dans le domaine des addictions

La Fondation pour la Recherche Médicale développe la recherche dans le domaine des addictions La Fondation pour la Recherche Médicale développe la recherche dans le domaine des addictions Paris, le 27 janvier 2015 La Fondation pour la Recherche Médicale (FRM) a lancé en 2014 un programme dédié

Plus en détail

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien 2014 Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien Grand témoin Natalie Dessay Invités plateau Hervé Platel (Le cerveau transparent la révolution des techniques de neuroimagerie cérébrale) Emmanuel Bigand (Historique

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Présentation presse Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Le pourquoi de l étude Contexte Un marché du conseil en profonde mutation Une décroissance du chiffre d affaire en 2002 et

Plus en détail

Dates du Bac et Inscriptions à l Université.

Dates du Bac et Inscriptions à l Université. 1 Lundi 9 février 6 e année, N 6 Dates du Bac et Inscriptions à l Université. Retrouvez les Term-Infos en ligne sur le site de Stanislas : www.stanislas.fr Session 2009 : calendrier des épreuves écrites

Plus en détail

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte 43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de l enfant et de l adulte Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient RÉPONSES

Plus en détail

Le travail prématuré. Signes et symptômes. Apprenez à reconnaître les signes du travail prématuré et sachez que faire dans ce cas.

Le travail prématuré. Signes et symptômes. Apprenez à reconnaître les signes du travail prématuré et sachez que faire dans ce cas. Un message important pour les femmes enceintes, leurs partenaires et familles Le travail prématuré Signes et symptômes Apprenez à reconnaître les signes du travail prématuré et sachez que faire dans ce

Plus en détail

Evolution des pratiques tabagiques entre 2001 et 2011 d étudiants en Pharmacie

Evolution des pratiques tabagiques entre 2001 et 2011 d étudiants en Pharmacie Evolution des pratiques tabagiques entre 2001 et 2011 d étudiants en Pharmacie SAVANOVITCH C. (1) SAUVANT-ROCHAT M.P. (1) Clermont Université, Université d Auvergne, Faculté Pharmacie, EA 4681-PEPRADE,

Plus en détail

Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest!

Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest! Communiqué de presse Juin 2009 Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest! AlcooTel, le test d alcoolémie pour mobile le plus performant du marché, simple ergonomique et gratuit est désormais

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015 2015 OBJECTIF Ce programme d entraînement a comme objectif de vous préparer à réaliser un défi unique et ambitieux : courir des relais de 1 km et 2 km pendant plus de 30 heures consécutives, en reliant

Plus en détail

Consommation de substances

Consommation de substances Consommation de substances Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : B 7.6 analyser les facteurs sociaux susceptibles d influencer le

Plus en détail

Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes.

Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes. Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes. Vous avez été nombreux à y répondre, nous vous en remercions et vous proposons

Plus en détail

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Etude réalisée par la FAGE entre mars et mai 2014 auprès de 3086 étudiants 1 Eléments de contexte

Plus en détail

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations 1 Objectif de ce TD: - Mobiliser vos connaissances de l an dernier afin de réutiliser et de maîtriser ces outils statistiques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION MARC ARTHUR CONSULTING AND PARTNERS Pour une image forte, des valeurs sûres 2014-2015 Tous droits réservés Agence conseil en communication publicitaire et évènementielle 1- NOS

Plus en détail

Planning Groupe 1. du Lundi 24 Aout au Samedi 5 Septembre. Matin. Lundi 24 Mardi 25 Mercredi 26 Jeudi 27 Vendredi 28 Lundi 31. Samedi 5.

Planning Groupe 1. du Lundi 24 Aout au Samedi 5 Septembre. Matin. Lundi 24 Mardi 25 Mercredi 26 Jeudi 27 Vendredi 28 Lundi 31. Samedi 5. Planning Groupe 1 Lundi 24 Mardi 25 Mercredi 26 Jeudi 27 Vendredi 28 Lundi 31 Samedi 5 RDV à 14h00 Planning Groupe 2 Lundi 24 Mardi 25 Mercredi 26 Jeudi 27 Vendredi 28 Lundi 31 Samedi 5 RDV à 14h30 Planning

Plus en détail

MCQ. Domrémy MCQ. Présenté par : -Cassandra Côté, éducatrice spécialisée Domrémy. -Marie-Josée Poisson, agente de relations humaines

MCQ. Domrémy MCQ. Présenté par : -Cassandra Côté, éducatrice spécialisée Domrémy. -Marie-Josée Poisson, agente de relations humaines Présenté par : -Cassandra Côté, éducatrice spécialisée Domrémy MCQ -Marie-Josée Poisson, agente de relations humaines Domrémy MCQ -Claude Fréchette, éducatrice spécialisée CJMCQ Début de la mise en place

Plus en détail

RESTAURATION INDÉPENDANTE

RESTAURATION INDÉPENDANTE M A R K E T I N G E T P R O M O T I O N D E S V E N T E S E N R E S T A U R A T I O N E T U D E D E C A S N 1 RESTAURATION INDÉPENDANTE Document étudiant Restaurant Chez Mar tine et René 1- Présentation

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO

Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO Inès Khati (ERES IPLESP INSERM UMR_S 1136), Gwenn Menvielle (IPLESP INSERM) Aude Chollet (IPLESP INSERM), Nadia

Plus en détail

Le compte-rendu des questionnaires

Le compte-rendu des questionnaires Janvier 2014 Le compte-rendu des questionnaires Semaines de la Solidarité Internationale 2013 1/20 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I. Le questionnaire... 3 II. Les résultats globaux... 4 A. L âge des répondants...

Plus en détail

RÉSEAU FRANCOPHONE INTERNATIONAL EN PROMOTION DE LA

RÉSEAU FRANCOPHONE INTERNATIONAL EN PROMOTION DE LA 1 ère ANNONCE RÉSEAU FRANCOPHONE INTERNATIONAL EN PROMOTION DE LA SÉCURITÉ ET LA PRÉVENTION DES TRAUMATISMES 8 e SÉMINAIRE INTERNATIONAL EN PROMOTION DE LA SÉCURITÉ ET EN PRÉVENTION DES TRAUMATISMES 20,

Plus en détail

Centre MALVAU. Etablissement de Soins de Suite et de Réadaptation en Addictologie

Centre MALVAU. Etablissement de Soins de Suite et de Réadaptation en Addictologie Centre MALVAU 21 quai des Violettes 37400 AMBOISE tél : 02.47.57.21.92 fax : 02.47.57.66.54 e-mail : centre.malvau@lasantedelafamille.fr Etablissement de Soins de Suite et de Réadaptation en Addictologie

Plus en détail

Jeunes en Ile-de-France : activités physiques, surpoids et conduites à risque

Jeunes en Ile-de-France : activités physiques, surpoids et conduites à risque PREFECTURE D'ILE-DE-FRANCE REGION D'ILE-DE-FRANCE INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D EDUCATION POUR LA SANTE Observatoire régional de santé d'ile-de-france Jeunes en Ile-de-France : activités physiques,

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE COMPTABILITÉ FINANCES Numérotez les sites de 1 à 3 par ordre de préférence (ne remplir qu un seul dossier de candidature)

LICENCE PROFESSIONNELLE COMPTABILITÉ FINANCES Numérotez les sites de 1 à 3 par ordre de préférence (ne remplir qu un seul dossier de candidature) UNIVERSITÉ D AUVERGNE FACULTÉ DES SCIENCES ÉCONOMIQUES ET DE GESTION 41, boulevard François Mitterrand - BP 54 63002 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 Tél. : 04 73 17 76 38 - Fax : 04 73 17 75 75 Cadre réservé

Plus en détail