Trouble de l usage avec ou sans substances Dépendance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Trouble de l usage avec ou sans substances Dépendance"

Transcription

1 Option psychologie clinique Mme Amélie Dentz Trouble de l usage avec ou sans substances Dépendance On en parle pour tout trouble de l usage avec ou sans abus de substances. Elle n est pas liée à la quantité de substance consommée. Type de relation -incapacité de réduire sa consommation -une obligation comportementale Les signes de la dépendance : Une quantité et/ou durée de la prise plus importante que prévue, Incapacité de contrôler Augmentation du temps passé à se procurer, utiliser ou récupérer des effets. Conséquence sur activités (sociales, professionnelles, loisirs) réduites. Poursuite de l utilisation malgré un problème physiologique, physique. Les signes de tolérances et de sevrage sont des critères de dépendance. Tolérance : augmentation de la quantité nécessaire pour obtenir le même effet ou effet réduit si on garde la même dose. Des signes de sevrage : lors d un sevrage complet ou partiel -consommer pour éviter les symptômes de sevrage. Ex : jeu pathologique, nervosité et impulsions. Ex : alcool. Tremblements, anxiété, agitation, dépression nerveuse, nausées, malaise. Entre 6 à 48 heures après un sevrage Se dissipe entre 2 à 5 jours. Complications : crise toxico-chimiques Crises : contorsion au niveau des mouvements DSM-V Réalisé à partir de entretiens. Association A.P. Trouble de l usage avec ou sans substance (Substance Use Disorder). Remplace le terme de dépendance ou d addiction. Critère important de «craving» : désir impétueux de consommer. Début intégration trouble de l usage sans substance Dans le futur, une même catégorie pour les troubles liés aux substances et sans substance. Quels sont les troubles classés dans le DSMV? Substance-related Substance-Related Disorders Alcohol-Related Disorders Cafeine-Related Disorders

2 Cannabis-RD Particular marijuana Hallucinogen-RD Inhalant : troubles liés à l utilisation des solvants volatiles EX. hydrocarbures comme le toluène ou l essence Opioid Related Disorders Dérivé de l opium (morphine, codéine) Sedative, Hypnotic or Anxiolytiques TobacoRD Other SRD Non substance RD comme le gambling (jeu pathologique) 4 catégories Dépresseurs : alcool, sédatif, hypnotique, solvant volatile Stimulant : nicotine, cocaïne, amphétamine, ecstasy Opicide : morphine, héroïne Hallucinogène : LSD Par rapport au DSM IV : Début d une classification des troubles de l usage sans substance : Seulement le jeu pathologique Pas assez de recherche pour Internet, jeu vidéo, sexe, travail, achat compulsif 11 critères du DSM-V : Il faut que cela ait lieu durant 12 mois continu. Trouble de l usage Altération significative du fonctionnement Souffrance significative 1. La substance objet de l usage est souvent prise en quantité plus importante ou pendant une période plus prolongée que prévu. 2. Il existe un désir persistant ou des efforts infructueux pour dominer ou contrôler l utilisation de cette substance. 3. Beaucoup de temps est passé à des activités nécessaires pour obtenir la substance, utiliser la substance objet de l usage ou récupérer de ses effets. 4. Il existe une envie intense de consommer la substance. 5. Utilisation répétée de la substance objet de l usage, incapacité de remplir des obligations majeures, au travail, à l école, ou à la maison. 6. Utilisation de la substance malgré des problèmes interpersonnels ou sociaux, persistants ou récurrents causés ou exacerbés par les effets de la substance. 7. Abandon des activités importantes. 8. Consommation dans des situations dangereuses. 9. On continue à consommer même si l on sait que l on a un problème psychologique ou physique important causé ou exacerbé par la substance. 10. Il existe une tolérance définie par l un des symptômes suivants :

3 - Besoin de quantités notablement plus fortes de la substance pour obtenir une intoxication ou l effet désiré. - Effet notablement diminué en cas d utilisation continue d une même quantité de la substance 11. Il existe un sevrage caractérisé par l une ou l autre des manifestations suivantes : -syndrome de sevrage caractérisé à la substance -la substance (ou une substance proche) est prise pour soulager ou éviter les symptômes de sevrage Résultats 7/11 : trouble sévère A partir de 5/11 : trouble modéré 2/11 trouble léger Rémission Rémission précoce : pas de critères depuis au moins trois mois, mais moins de 12 mois. Rémission prolongée (pas de critère depuis au moins 12 mois, sauf le critère craving. A préciser : l accès à la substance objet de l usage limité par l environnement (par exemple séjour à l hôpital) Ou traitement de substitution ex : patch. Autre classification CIM 10 Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes. OMS Troubles mentaux classés F (F10-F19) : Troubles mentaux et du comportement liés à l'utilisation de substances psycho-actives Polyconsommation Choix des substances Dans l alcool : incapable de réduire la prise, oppression, tolérance, perte de contrôle, incapable de réduire la consommation Dans la CIM 10 : troubles mentaux et du comportement liés à l utilisation de substances psychoactives Troubles variés Tous liés à l utilisation d une ou de plusieurs substances psychoactives prescrites ou non par un médecin) Troubles liés à l utilisation de substances multiples Le troisième caractère : la substance ex. F12 cannabis Le quatrième caractère : les tableaux cliniques Diagnostic : Informations fournies par le sujet (analyse de sang, d urine) Des symptômes physiques et psychologiques Les signes et comportements cliniques Les drogues trouvées chez le patient Les renseignements de tierce personne

4 Tout cela ensemble permet d établir un diagnostic. Une intoxication Des conséquences nocives Une dépendance D autres troubles Intoxication aigüe : Des perturbations Conscience Cognitive Perceptive Affect Comportement Dissipe avec le temps Complications possibles. Ex : les convulsions. Utilisation nocive pour la santé Fatigue chronique, dépression, hépatite, abus d une substance psychoactive Syndromes de dépendance : Comportementaux Cognitifs Physiologiques Une consommation répétée Un désir puissant de prise Une difficulté à contrôler Poursuite de la consommation malgré des conséquences Troubles psychotiques liés à la prise de substance : -phénomène psychotiques survenant durant ou immédiatement après la consommation d une substance -hallucinations -une distorsion des perceptions -idées délirantes -perturbations psychomotrices (agitation ou stupeur) -affect anormaux Syndrome amnésique Troubles chroniques de la mémoire (faits récents et anciens) Perturbations de la perception du temps et de la chronologie des événements (Fini pour la CIM10) Eléments communs aux troubles de l usage Notion de plaisir et de récompense

5 Apprentissage Conditionnement Le circuit de la récompense Connections nerveuses : groupes de neurones Zones de cerveau communiquent (aire segmentale ventrale, et noyau accumbens) le messager chimique est le neurotransmetteur dopamine. Communication entre neurones. Libération de la dopamine au niveau des synapses. Ex : la cocaïne, augmentation de la dopamine au niveau du noyau accumbens (motivation et renforcement du comportement) Le noyau accumbens, est un ensemble de neurones situés à l'intérieur de la zone corticale prosencéphale. Il semble qu'il joue un rôle important dans le système de récompense, le rire, le plaisir, l'assuétude (accoutumance, dépendance ("addiction")), la peur et l'effet placebo. Motivation Le trouble de l usage active les systèmes motivationnels du cerveau normalement activé pour des besoins primaires : manger, boire, activité sexuelle. L objet de l usage, stimuli associés, devient biologiquement nécessaire. Répétition de l exposition, association est renforcée et génère une réponse comportementale neurochimique de plus en plus forte. Plus on en reprend, plus on a besoin d alcool. Apprentissage contexte Apprentissage associatif (personnage ou environnement associé à l objet de l usage), désir impérieux après une période d abstinence. C est pourquoi des personnes sevrées peuvent rechuter selon le contexte. Résumé : Le système de récompense va générer un apprentissage par association et comme le comportement entraîne une conséquence positive, on a envie de le répéter. Ex : un individu achète un gâteau, qu il apprécie. Cela active son système de récompense, Par apprentissage, on garde en mémoire la conséquence positive du comportement qu il reproduira. Agit sur les processus motivationnels. Commun aux troubles de l usage Forte comorbidités : cooccurrence (En psychiatrie, la comorbidité est la présence simultanée de plusieurs diagnostics. Elle n'implique pas nécessairement la présence de multiples maladies, mais l'impossibilité d'émettre un seul diagnostic.) -50% trouble mental trouble de l usage On a 4,5 fois de risque plus élevé d avoir un trouble de l usage si l on a déjà trouble mental. Comorbidité entre troubles de l usage : Troubles alimentaires Jeu pathologique

6 Trouble des conduites Dépression Anxiété trouble du déficit de l attention avec ou sans hyperactivité POURQUOI? Cela implique des zones similaires dans le cerveau. Trouble de l usage car trouble mental comme la dépression. Mais le trouble de l usage peut accélérer la survenue d un trouble mental (ex : cocaïne donc symptôme psychotique) Le sevrage peut également entraîner des modifications d humeur, qui conduisent à la dépression. Egalement commun aux troubles de l usage : Altération cognitive (inhibition, mémoire, prise de décision, anticipation, planification, raisonnement) OMS (2004) Facteurs de risque Environnementaux, facilité de se procurer la substance, pauvreté, changement sociaux, influence de la culture des pairs, normes et attitudes culturelles, politiques Facteurs individuels Prédisposition génétique possible, maltraitance pendant l enfance, troubles de la personnalité, personnalité dépendante, structure familiale perturbée, mauvais résultats scolaires, exclusion sociale, dépression et comportement suicidaire Difficulté d inhibition, impulsivité, faible tolérance au stress, faible estime de soi, isolement, inactivité Traits de personnalité : Recherche de sensation, nouveauté, forte impulsivité, décision rapide, manque de planification, anticipation, névrosisme (=Prédisposition d'un individu à ressentir des émotions négatives. Une personne ayant un névrosisme important est facilement encline à la colère, à l anxiété ou encore à la dépression. ), introversion, alexithymie (difficulté pour communiquer verbalement les émotions et discours répétitif) recoder, exprimer des émotions, hostilité, trouble du comportement, attention, persistance persévérance ou comportement en dépit de la frustration ou fatigue. Hérédité La cocaïne ou stimulants (70%), alcool ou tabac (60%, hallucinogènes (40% d hérédité) La part génétique est associée à des sous-groupes : Age de début précoce avant 20 ans Sévérité Une tolérance initiale à l alcool Des traits psychopathiques associés Recherche de sensation : besoin nouveauté, se lasse vite Dans ce cas, héritabilité estimée à 88%. L environnement peut favoriser ou réprimer une vulnérabilité génétique.

7 Les règles morales et religieuses familiales Un climat familial Facteur de protection : Famille, définition de règle claire, support familial, expression des émotions, cohésion familiale, adaptabilité Facteur protecteur OMS : environnement (situation économique, maîtrise des situations, soutien social, intégration sociale, événements positifs de la vie) Facteurs protecteurs individuels (surmonter les difficulté, efficacité personnelle, perception des risques, optimisme, comportements favorables à la santé, résister à la pression sociale) Rapport de l OMS substance abuse publications neuroscience. Cours du 23/09/2014 Trouble de l usage : la semaine dernière, nous avions étudié cela avec deux manuels (DSM5 et CIM10) Substances psychoactives Notion d évitement (on en consomme pour s empêcher de penser à quelque chose de désagréable. Cela peut être lié aux rapports sociaux (on se sent désinhibé). On va trouver une perturbation du fonctionnement cérébral. Circuit de la récompense. IMPACTS : L abus va avoir un impact sur la perception (visuelle ou auditive). Au niveau cognitif, aura un impact sur la mémoire (difficulté à retenir de nouvelles informations) Aura aussi un impact sur l émotion. Aussi sur la motivation (on a envie de consommer la substance, on est motivé pour cela, et on se démotive pour d autres activités). On a des données différentes selon les pays. Les comparaisons sont difficiles, les critères sont différents. Les résultats sont difficiles à comparer, les questions posées dans les études sont différentes). Le moyen pour comparer, va être de s appuyer sur les données de l OMS : même méthodologie Pays les plus consommateurs en matière de substances psychoactives : Ukraine (6,5%) Etats-Unis (4%) Pays-Bas (3%) France 12 ème position (0,7%)

8 La consommation peut-elle varier selon le sexe? Oui. Risque est plus bas chez la femme, mais tend d être moins important pour la tranche ans. Là, la consommation commence à se rapprocher entre hommes et femmes, surtout en Europe, Japon et Chine pour l alcool. Dans une moindre mesure pour le Cannabis. Augmentation du nombre de consultations pour troubles de l usage. Polyconsommation : étude de cas Livre psychopathologie des addictions : 12 cas cliniques. Addictions et dépression : le double diagnostic. Cas de Melle S. Il faut savoir répertorier le motif de la consultation, les troubles mentaux associés, la consommation, le motif de la consommation, le facteur risque (famille ou social, travail ) Description clinique : exemple : tremblements, se gratte etc Motif consultation : symptômes de sevrage, dépression. Sa demande concerne un sevrage héroïne et alcool Troubles mentaux associés : dépression réactionnaire, suite à échec du CAP, départ du conjoint, décès de la mère Consommation : commence tôt, dès 14 ans, tabac, alcool, cannabis, médication (héroïne à 25 ans) un paquet de cigarette par jour, alcool parfois, cannabis début de soirée ou matin, médicament (accès facile) Motif consommation : Pour diminuer les émotions négatives qu elle ressent. Envie irrésistible de consommer, aussi pour s évader, se relaxer, pour dormir (médicament), pour éviter des pensées négatives, combattre l anxiété et augmenter l estime de soi. Facteur risque : famille environnement familial «insécure», antécédents alcooliques, problème de communication, violence, grands-parents et parents se battent. Facteur risque social, travail, célibataire, frère distant, a quand même une amie, échec scolaire avant CAP, travail précaire (petits boulots, AAH, est sous curatelle) Description clinique : signe de dépression, visage figé, dos courbe, mains crispées, tremblement, peut-être lié au sevrage. BILAN : début de consommation festive mais vulnérabilité individuelle. Fonctionnement intellectuel dans la moyenne. Attention, peut-être idées suicidaires. Entretien avec la patiente : Anamnèse Information santé : quel est le produit consommé? Evaluation questionnaire, évaluation intellectuel, projectif. Attention, certains patients mentent.

9 Données de l HAS et OFDT importantes pour faire des études Qu est-ce que la polyconsommation? Def : Au moins deux substances de façon simultanée ou rapprochée, pour au moins l une de ces substances, la conduite doit être d un usage nocif ou de dépendance. Association à des troubles de l usage sans substance possible. Usage concomitant : c est consommer plusieurs produits à une même occasion. (On boit de la bière et on fume). N inclut pas la dépendance. En épidémiologie, la prévalence est une mesure de l'état de santé d'une population à un instant donné. Pour une affection donnée. Prévalence de la polyconsommation : 15% de la population des ans. Polyconsommation prévalence (en France) ans (11%) ans (9%) 65 ans (5%) En France, on consomme le plus souvent ensemble l alcool et le tabac pour un usage concomitant. (5,9%) Ensuite, c est le tabac et le cannabis (1,6%). La tranche d âge la plus touchée c est les ans (11,6%) Troisième, encore plus rare, c est l alcool et cannabis (0,1%) Tabac, alcool, cannabis (0,7%) Polyconsommation incluant le cannabis est très rare au-delà de 34 ans. Le cannabis est plus lié à l ecstasy (51%). En France : Association chez les femmes de l alcool/tabac est en légère diminution, alors que le tabac/cannabis est en augmentation. Association chez les hommes de l alcool-tabac et alcool/tabac/cannabis augmente, alors que le tabac/cannabis baisse. Adolescents : facteur risque Absentéisme scolaire. On préconise dans ce cas des thérapies familiales pour l aider à s en sortir. Il faut aller chercher les implications sociales et les comorbidités connues et en rechercher d autres. Entretien

10 Recommandations : ne jamais refuser la prise en charge de l usage problématique d une seule SPA (substance psychoactive). Interventions privilégiées : de type pluridisciplinaire interventions psychologiques, psychiatrie, psychothérapiques, socio-éducatif, association entraide ou groupe de parole Cas sévère : traitements résidentiels sur plusieurs mois (hospitalisation). Population sensible : -femmes enceintes, prendre en charge la femme dès le début de la grossesse, après le départ de la maternité, projet de soin pour la femme et l enfant. -Egalement les personnes âgées. Compliqué car c est tabou. Il peut y avoir des troubles associés, comme la dépression, l isolement, la vie en institution, perte des liens familiaux, les médicaments. -Egalement les sportifs (produits dopants ) -Population carcérale Exemple de questionnaire que l on peut utiliser questionnaire ADOSPA Usage nocif de substances psychoactives chez l adolescent. Auto-questionnaire, rapide (1mn), réponse par oui ou non, score supérieur ou égal à 2 = risque modéré, 3 ou plus = risque élevé. Exemples de questions : «Êtes-vous déjà monté(e) dans un véhicule (auto, moto, scooter) conduit par quelqu un (vous y compris) qui avait bu ou qui était défoncé(e)?» «Utilisez-vous de l alcool ou d autres drogues pour vous détendre, vous sentir mieux ou tenir le coup?» «Avez-vous oublié des choses que vous deviez faire (ou fait des choses que vous n auriez pas faites) quand vous utilisez de l alcool ou d autres drogues?» «Consommez-vous de l alcool et d autres drogues quand vous êtes seul(e)?» «Avez-vous déjà eu des problèmes en consommant de l alcool ou d autres drogues?» «Vos amis ou votre famille vous ont-ils déjà dit que vous deviez réduire votre consommation de boissons alcoolisées ou d autres drogues? Cours du 30/09/2014 Que se passe-t-il quand on boit? Quelle est la consommation à risque? PLAN du cours : Facteurs de risque Décès Fonction cognitive Ivresse Binge Drinking ALCOOL

11 Population sensible DSMV Deux questionnaires Traitements Molécule chimique : éthanol (alcool éthylique est un psychotrope) Un psychotrope est une substance qui agit principalement sur l'état du système nerveux central en y modifiant certains processus biochimiques et physiologiques cérébraux, sans préjuger de sa capacité à induire des phénomènes de dépendance, ni de son éventuelle toxicité 1. En altérant de la sorte les fonctions du cerveau, un psychotrope induit des modifications de la perception, des sensations, de l'humeur, de la conscience (états modifiés de conscience) ou d'autres fonctions psychologiques et comportementales. L alcool pénètre d abord dans la muqueuse buccale, œsophage, intestin et intestin grêle. Il passe directement dans le sang et il est éliminé à 95% par le foie, et dans l urine à 5%. Qu est-ce qui accélère le passage dans le sang? La chaleur, le gaz carbonique, le sucre, la vitesse d absorption, (cf. «eating is cheating»), à jeun, l alcool circule plus vite dans le sang, les facteurs individuels (maladies, fatigue, poids et masse graisseuse et musculaire). Consommation à risque 2 verres par jour en moyenne chez les femmes et 3 verres pour les hommes. 21 verres/ semaines pour les hommes et 14 verres par semaine pour les femmes ou bien une fois 4 verres. 3 types d usagers : Expérimentateurs (déjà essayé) Usagers réguliers (3 verres par semaine.) Usagers quotidiens Equivalences en verre : Un verre standard Une chope de bière à 5) (25cl) = une coupe de champagne à 12 (10cl) = un verre de vin à 12 (cl) = un verre de whisky à 40 (13cl) Mais le verre est plus important à la maison, chez des amis qu au restaurant. Où la personne a-t-elle consommé? Précision pour les cocktails ou le whisky, le goût est dilué mais pas l alcool. Les bières n ont pas le même taux d alcool. Certaines sont à 2 ou 3 et d autres jusqu à 65 Calcul du taux d alcoolémie

12 Alcool pur ingéré (en gramme) / poids x coefficient de diffusion Coefficient de diffusion est à 0,7 pour un homme et 0,6 pour une femme. En fonction de cela, on détermine le taux d alcoolémie (de 0,1 à max 5g.) 5g = coma et mort Une bouteille de vin qui contient 72 g d alcool pour une femme de 50 kg, bu en deux heures, cela donne 2,25 g/litre dans le sang. Il lui faudra 11 heures pour revenir à 0,5 g/l et 15 heures pour avoir évacué tout l alcool. Idées reçues sur le taux d alcoolémie. Le café ou la douche froide. Le seul moyen, c est d attendre l évacuation. Pourquoi boit-on? - Pour se relaxer, pour apaiser une tension, le stress quotidien, pour se désinhiber dans une soirée, cela a un effet sur la souffrance psychologique et éprouver un sentiment de toute puissance. - Dans le cas de douleurs chroniques, (fibromyalgie, arthrose ) - Pour des notions de plaisir, prise de risque, recherche de sensations et transgresser des interdits. En France, c est la substance la plus consommée en France en matière de substance psychoactive. Il y a 6,4 millions d usagers quotidiens. Avant, il existait une forte consommation de vin de table et légère baisse de la bière. Toujours autant de consommation pour les spiritueux. 5 ème pays européen en terme de consommation. Parmi les facteurs à risque : Les jeunes actifs ont tendance à consommer davantage que les étudiants. Le chômage Les ans, épisode dépressif majeur peut être un facteur de précipitation. Tentative de suicide et personne bipolaires (oscillation entre différents états : dépression et maniaque) Chez les ans, côté anxiolytiques de l alcool. Phobie, trouble panique. Suicide : 10-15% des suicides sont pratiqués sous alcool. Isolement social, et troubles mentaux associés (dépression) Personnalité antisociale (mépris, transgression) Personnalité antisociale : elle a des comportements qui enfreignent la loi, elle trompe autrui de manière intentionnelle, avec de la manipulation, une préoccupation pour autrui est réduite. Trouble des conduites ou un TOP (trouble oppositionnel et provocation) avant 15 ans. On peut poser ce diagnostic chez les adultes. Manque d empathie, difficulté de se mettre à la place d autrui, difficulté à être responsable, et beaucoup d impulsivité et beaucoup de recherche de sensations.

13 Répartition de la consommation d alcool dépend de beaucoup de facteurs. Chez les jeunes, plus de consommation dans les pays de la Loire, par exemple. Si la variable est ivresse répétée : très important en Bretagne. La prévalence (pourcentage maladie) 10% usage problématique 15% hommes vs 5% pour les femmes et 4-5 % alcoolo-dépendants Hospitalisation en 2007 : séjours Décès : sur l ensemble des décès en France, 7 % sont liés à l alcool, 3 ème position en terme de mortalité, complications/an et 30% décès accident de la route ( )- 0,20g/l -travail (10-20%) -Accidents domestiques (20%) Délits et violences Délits et crimes : 40% Violences conjugales : 30% Complications possibles Cancers, cirrhose du foie et psychose alcoolique (3000 décès par an) Décès selon l âge et le sexe 1 personne sur deux va décéder avant 65 ans pour les alcooliques importants Diminue l espérance de vie de 10 à 15 ans, surtout chez l homme. Fonctionnement cognitif : 50 % des alcooliques vont avoir des troubles (mémoire, raisonnement, planification ) Cela peut s aggraver (syndrome de Wernicke et de Korsakoff), liés à une carence en thiamine (vitamines B1) Syndrome de Wernicke : trouble oculaire, trouble cognitif, altération de la conscience, trouble moteur (titube, a du mal à marcher) Syndrome Korsakoff est un syndrome plus grave -L'amnésie antérograde est un trouble de la mémoire caractérisé par l'incapacité à se rappeler d'événements qui suivent le début de l'amnésie. L'amnésie antérograde se distingue de l'amnésie rétrograde, qui désigne l'incapacité à se rappeler des événements survenus avant le début de l'amnésie), - Désorientation spatio-temporelle (quel jour on est, où l on est), - parfois délire, parfois coma Ivresse : (video sur binge drinking et ivresse) Première ivresse : 14,9 ans chez les hommes 15,3 chez les femmes Au moins une fois dans leur vie pour les gens en général: 59,8%, environ 17 ans.

14 15 minutes entre le moment où l on boit et celui on l on mesure les effets. Binge drinking : consommer beaucoup d alcool en peu de temps. Faire cela régulièrement a des effets neurologiques. Phase de l ivresse : désinhibition, vomissement, endormissement progressif et phase de coma. Si coma position latérale de sécurité, afin qu elle ne ravale pas le vomis. Ivresse devient problématique quand elle se répète (10 ivresses/an). Cela concerne plus les hommes. Qu est-ce que l ivresse exactement? 3 phases : 1. Phase de l excitation, fonctionnement intellectuel renforcé, bien-être psychologique, on se sent désinhibé (ex : logorrhée, on parle beaucoup) Ensuite, changement d humeur, irritabilité 2. Phase de l ébriété troubles moteurs (maladresse), on devient obsessionnel, on a des difficultés d élocution, incohérence, instabilité émotionnelle on rit puis on pleure. 3. Parfois : paralysie, anesthésie, coma (différente intensité possible) Ivresse à risque si l on commence tôt, beaucoup d ivresses conduisent aussi à la dépendance. Être à jeun. Troubles organiques et mentaux accentuent encore les risques, froid ou chaleur (hydratation). Quand on est en sevrage, quand on est polyconsommateur ou lorsque l on prend des médicaments. Cours du 06/10/2014 Petit rappel avec questions sur le cours précédent : Consommation à risque : 2 verres pour les femmes et 3 verres pour les hommes Calcul du taux d alcoolémie? Pourquoi boit-on? Décès? Syndrome de Wernicke Syndrome de Korsakoff 3 phases de l ivresse? BINGE DRINKING C est le fait de consommer beaucoup d alcool en peu de temps. Ce n est pas un trouble mental, pas un diagnostic, c est un phénomène de société. Elle n est pas de l alcoolo-dépendance. Car elle peut se suivre d une période d abstinence. Critères : 5 consos rapides pour un homme et 4 pour une femme. En une fois : au moins 0,80g en deux heures, plus de trois fois sur les deux dernières semaines. Cela peut avoir des effets neurologiques importants si l on fait cela pendant plusieurs années, même si pas de dépendance. Seuil de risque? On n a pas assez d études. C est pourquoi il est conseillé aux femmes enceintes la tolérance et la recommandation alcool : 0.

15 Alcool chez les personnes âgées : Facile d accès. C est ce qui est le plus consommé par les aînés avec les benzodiazépines (anesthésiants). C est compliqué car c est tabou, caché. Paradoxe entre image de la sagesse, expérience, dignité et alcool. Elles en ont honte et ne vont pas demander de l aide. Personne âgée tolère moins l alcool, parfois elle a moins de tissu adipeux et moins de masse musculaire. Donc le taux d alcoolémie est plus élevé, l élimination est plus lente (foie, reins fonctionnent moins bien, donc mettent plus de temps à éliminer) Ils tolèrent moins car la maladie, les troubles du sommeil font qu ils sont moins tolérants à l alcool, et également l alimentation et les médicaments. Vin, bières : hausse de consommateurs réguliers et les dépendants sont en hausse chez les plus de 60 ans. Consommation à risque : Plus de 65 ans : 1 à 2 verres par jour pour les hommes et les femmes (21 verres/semaine), pas plus de 3 verres en une seule occasion, ans moins d un ou zéro verre. Pourquoi boivent-elles? Dernier plaisir, désir de mort inconscient (conduite presque suicidaire avec l alcool), si l alcool est présent depuis longtemps, que faire? Changement des habitudes quotidiennes. Le deuil, la solitude, l isolement : difficulté à le gérer, donc on boit. Ce qui est difficile, c est qu elles ne vont pas demander de l aide. Elles viennent consulter, mais pour d autres raisons (chute, malaise, trouble de l humeur, conscience?) Ou bien pour intoxication. On en doute car les conséquences sont faibles : pas de travail, peu de famille, les quantités sont faibles, les critères de dépendance sont non-présents. Critères du DSM-5 : Alcohol Intoxication : Chez les ans survenue de l intoxication arrive au moins par an. 44% en fin d étude, 70% au lycée. Cela induit des changements comportementaux et psychologiques (humeur ) Difficulté motrice, d élocution, nausée, maux de tête, mouvements involontaires Au niveau cognitif : difficultés à se concentrer, trouble de la mémoire, perte de conscience, distorsion du jugement, comportement sexuel à risque, changement d humeur, comas. Traitement en urgence, ils viennent car ils viennent d avoir un accident ou un trouble chronique. Alcohol Withdrawal (sevrage) Syndrome de sevrage chez 50% des dépendants

16 Présence de délire associé ou non? Delirium Symptômes mineurs de 6 à 12 heures après la prise d alcool. Etat de stupeur, anxiété, agitation et vomissement. Ce sont les premiers symptômes qui apparaissent. Craving. On peut également avoir des maux de tête, de la sueur, des palpitations, de l anorexie de la dépression, du craving (désir impérieux de consommer). C est ce désir qui est très important dans le sevrage. Il faut avoir au moins 2 symptômes : Répercussion : souffrance, sociale, professions, loisir : Arrêt de l alcool, mais par d autres troubles mentaux ou autres substances. Delirium associé, s il y a hallucination (c est un cas sur 20), elles apparaissent 24 à 48 heures après la consommation d alcool, et delirium tremens (48 à 72 heures) Si on arrête soudainement, le syndrome de sevrage peut mal se passer, si l on réduit la consommation trop rapidement, si l on ne mange pas assez, si l on a un traumatisme crânien, une maladie, infection. Des patients viennent pour autre chose, ils sont hospitalisés et souffrent d un symptôme de sevrage. Donc il faut gérer le symptôme de sevrage Alcohol-Induced Persisting Dementia On boit régulièrement pendant une longue période et la prise d alcool va perturber le fonctionnement cognitif (planification, pensée, jugement). On retrouve les deux syndromes Wernicke-Korsakoff. C est difficile de déterminer si c est dû à l alcool. Difficile d apprendre de nouvelles informations, confusion mentale, problème de langage et apraxie, (incapacité à effectuer un mouvement, on ne sait plus quel est le but d un mouvement (faire ses lacets)) On ne reconnaît plus un objet, on est désorienté, on souffre d agitation et de paranoïa, des troubles oculaires, changements d humeur et de personnalité, peur d être seul, ce qui est important, c est les troubles de la mémoire et tout ce qui y est attaché. Ce type de démence est lié à une carence en vitamine B1 (thiamine), fonctionnement cérébral, c est grave et cela peut se poursuivre plusieurs années Alcohol-Induced Persisting Amnestic Trouble important, qui concerne les plus de 40 ans, quand c est un alcoolisme prolongé. Trouble transitoire de la mémoire chez les plus de 50 ans. Demande des proches. Elles disent qu elles sont malades, mais elles ont du mal à ressentir de l émotion, elles sont détachées de ce trouble. On retrouve des changements de personnalité, de l apathie (indifférence à l envie, la motivation, l émotion), confabulation (Trouble de la mémoire se manifestant comme une fabulation dite «compensatrice» des lacunes amnésiques intéressant surtout le

Adopter une attitude critique vis-à-vis des. conduites addictives. risques et des. conduites addictives. Capacités : Contenu : Fiche 3-1

Adopter une attitude critique vis-à-vis des. conduites addictives. risques et des. conduites addictives. Capacités : Contenu : Fiche 3-1 Module 3 Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Module 1 Santé et équilibre de vie Module 2 Alimentation et santé Module 4 Sexualité et prévention Module 5 Protection du consommateur

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP)

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Extrait du bulletin communal de juin 2010 Alcool, ce qu il faut savoir Guide réalisé par le Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Rue des Carmes, 26 6900 Marche-en-Famenne pssp@marche.be

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 Les Addictions Comportementales Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 C est quoi une addiction? Il s agit d une substance ou d une activité qui stimule le centre de

Plus en détail

Addictions et dépendances

Addictions et dépendances Addictions et dépendances Joëlle Visier Médecin Tabacologue CES de Bobigny/CPAM 93 Dr Hervé LE CLESIAU - Médecin Directeur Drogue, toxicomanie, addiction Faiblesse, vice, manie Souffrance, maladie Récompense,

Plus en détail

Les addictions chez les adolescents

Les addictions chez les adolescents Les addictions chez les adolescents L adolescence Adolescence signifie en latin «grandir» Le passage entre l enfance et l âge adulte Une génération intermédiaire Le sentiment d identité ne peut être ni

Plus en détail

Séquence 2 : la polyconsommation. DEVOIR MAISON

Séquence 2 : la polyconsommation. DEVOIR MAISON Séquence 2 : la polyconsommation. Objectif général de la séquence : être capable d adopter une attitude critique vis-à-vis des conduites addictives. NOM : Classe : Prénom : Date : DEVOIR MAISON NOTE :

Plus en détail

SENSIBILISATION ALCOOL

SENSIBILISATION ALCOOL SENSIBILISATION ALCOOL PLACE DE L ALCOOL DANS L HISTOIRE DANS LA RELIGION DANS LA GASTRONOMIE DANS LA CULTURE DANS L ECONOMIE LA CONSOMMATION D ALCOOL DES FRANCAIS 14 % des Français sont des consommateurs

Plus en détail

Consommation de drogues (alcool) et santé mentale AQPAMM

Consommation de drogues (alcool) et santé mentale AQPAMM Consommation de drogues (alcool) et santé mentale «La consommation (drogues/alcool) n est pas un sport de spectateur. Un jour ou l autre, c est toute la famille qui participe.» Joyce Rebeta-Burditt Atelier

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

Moi et Mes addictions

Moi et Mes addictions Hygiène de vie Moi et Mes addictions Je m évalue Je m informe PRÉSENTS POUR VOTRE AVENIR Professeur Gérard Dubois Membre de l Académie Nationale de Médecine Service Santé Publique - CHU Amiens. Membre

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours 44 ème Journées de Formation Médicale Continue, Tours, septembre 2006 I - DEFINITIONS DES DIFFERENTS

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Les Addictions sans produit

Les Addictions sans produit Les Addictions sans produit C est l impossibilité de contrôler son comportement vis-à-vis de l activité de prédilection telles que : le sport, le sexe, le jeu (en ligne, d argent, vidéo), les achats compulsifs,

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

SUBSTANCES PSYCHOACTIVES Attention danger!

SUBSTANCES PSYCHOACTIVES Attention danger! Pour la santé au travail SUBSTANCES PSYCHOACTIVES Attention danger! Alcool, tabac, cannabis, ecstasy, héroïne, cocaïne, GHB, certains médicaments (anxiolytiques, hypnotiques, antidépresseurs...) sont des

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

CANNABIS: effets et méfaits. Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise

CANNABIS: effets et méfaits. Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise CANNABIS: effets et méfaits Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise 1 Cannabis: Abréviation du nom «cannabis sativa». Toutes les composantes de la plante contiennent les substances psychoactives dont

Plus en détail

ET SI NOUS EN PARLIONS...

ET SI NOUS EN PARLIONS... ET SI NOUS EN PARLIONS... Santé, je me protège! Édito Dans le cadre de notre politique d entreprise, nous nous sommes engagés à prévenir les risques sur la santé et la sécurité au travail de l ensemble

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 «PERSONNALITES» ADDICTIVES Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 Le concept d addiction Plan L histoire naturelle des addictions La construction des traits

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

http://addictologie.hug-ge.ch

http://addictologie.hug-ge.ch Jeudi 5 février 2015 Gerard Calzada http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES Wikipédia 2 http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES

Plus en détail

Alcool : je fais le point sur ma consommation

Alcool : je fais le point sur ma consommation Alcool : je fais le point sur ma consommation Tous concernés? De quoi s agit-il? On a l habitude d évoquer un risque pour la santé au-delà de 3 verres standard par jour pour les hommes ou 2 pour les femmes,

Plus en détail

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Les Angoisses du normal au pathologique Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Quelques éléments de définition Stress : Anxiété : Angoisse :

Plus en détail

I. Troubles de l anxiété

I. Troubles de l anxiété I. Troubles de l anxiété Définition : - Réponse normale à une menace ou un changement inattendu dans l environnement (situations normales, maladie psychiatrique). - Un patient atteint d un trouble de l

Plus en détail

ASSUETUDES ET TROUBLES PSYCHIATRIQUES

ASSUETUDES ET TROUBLES PSYCHIATRIQUES ASSUETUDES ET TROUBLES PSYCHIATRIQUES La consommation de produits psychotropes (à savoir toute substance, licite ou illicite, récréative ou médicamenteuse, qui agit sur le cerveau et en modifie le fonctionnement)

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE

DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE Rédaction : Jean-Philippe RAYNAUD Objectifs : Connaître les différentes formes de

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

Document de référence. La dépendance à l alcool

Document de référence. La dépendance à l alcool Document de référence La dépendance à l alcool Table des matières Introduction 2 Définition 2 Signes et symptômes 3 Intervenir auprès d un employé 4 Traitements et ressources disponibles 5 Conclusion 6

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

LA GROSSESSE ET L ALCOOL EN QUESTIONS

LA GROSSESSE ET L ALCOOL EN QUESTIONS A L C O O L E T S A N T É LA GROSSESSE ET L ALCOOL EN QUESTIONS Dépôt légal ISBN 978-2-923548-24-1 2008 A L C O O L E T S A N T É LA GROSSESSE ET L ALCOOL EN QUESTIONS 1 PRÉSENTATION Éduc alcool est un

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON

Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON Aucun conflit Établir les diagnostics en toxicomanie selon le DSM 5 Élucider les enjeux de l ordonnance

Plus en détail

Et si on en parlait...

Et si on en parlait... plaq alcool 220312:Mise en page 1 30/03/2012 14:55 Page 1 Alcool Et si on en parlait... Ce document vise à informer les usagers des risques qui sont associés à la consommation d alcool plaq alcool 220312:Mise

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Alcool, tabac et drogues illicites : au-delà du produit consommé, c est davantage le comportement de consommation - conduite addictive - qui détermine le risque pour

Plus en détail

Sexualité, addiction et genre: aspects médicobiologiques

Sexualité, addiction et genre: aspects médicobiologiques Sexualité, addiction et genre: aspects médicobiologiques Barbara Broers Département de Médecine Communautaire Rencontre réseau genre, Infodrog 13/11/07 Plan de la présentation Concepts généraux Sexualité

Plus en détail

A. OMS - ASSIST V3.0, français

A. OMS - ASSIST V3.0, français A. OMS - ASSIST V3.0, français Interviewer I...I Clinique I...I Identité patient I...I Date I...I INTRODUCTION (A lire au patient. Peut être adapté au contexte local) Je vous remercie d avoir accepté de

Plus en détail

ALCOOLISME ET DEPENDANCE. Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS

ALCOOLISME ET DEPENDANCE. Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS ALCOOLISME ET DEPENDANCE Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS I. INTRODUCTION Consommateurs de boissons alcoolisées: +/- 60 à 70% de la population Suède: consommation le WE ++ : accidents,

Plus en détail

COCAÏNE crack ou free base

COCAÏNE crack ou free base COCAÏNE crack ou free base QU EST-CE QUE C EST? C La cocaïne est une substance psychoactive d'origine végétale, extraite des feuilles de cocaïer. C Une fois transformée par un procédé chimique, elle devient

Plus en détail

La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau

La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau LES RELATIONS ENTRE L ABUS, LA DÉPENDANCE ET LES TROUBLES MENTAUX par Karen Fortin Christophe est un jeune homme de 20 ans qui éprouve des difficultés

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Evaluation de l'addiction : DSM-5

Evaluation de l'addiction : DSM-5 Evaluation de l'addiction : DSM-5 Source : American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.) Mode d utilisation inadapté d'un produit conduisant

Plus en détail

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Marie-Josée Filteau, MD, FRCP(C) Patricia Gravel Clinique Marie-Fitzbach Plan Stress au travail Burnout Trouble de l adaptation Dépression majeure Troubles

Plus en détail

CONGRÈS DU CQJDC 3 MAI 2012

CONGRÈS DU CQJDC 3 MAI 2012 CONGRÈS DU CQJDC 3 MAI 2012 Formation élaborée par les services régionaux de soutien et d expertise TRP de la Montérégie et de Laval-Laurentides-Lanaudière Anne-Marie Beaulieu, Carole Carrière et Louise-Hélène

Plus en détail

Cannabis 2010: se battre ou en débattre? Jeudi 23 septembre 2010. Fondation Louis-Jeantet. Service d addictologie http://addictologie.hug ge.

Cannabis 2010: se battre ou en débattre? Jeudi 23 septembre 2010. Fondation Louis-Jeantet. Service d addictologie http://addictologie.hug ge. Cannabis 2010:? se battre ou en débattre? Jeudi 23 septembre 2010 Fondation Louis-Jeantet Service d addictologie http://addictologie.hug ge.ch Cannabis: Ange ou démon point de vue 2010 Dr Thomas Rathelot

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

Alcool et seniors Bernard Gibour Intersecteur d Alcoologie du Hainaut CH Saint-Amand-les-Eaux A- Des spécificit cificités s liées à l âge B- Boire trop, c est c combien? C- Les modalités s du mésusage

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

N O S L I M I T E S?!

N O S L I M I T E S?! NOS LIMITES?! Cette brochure contient des informations essentielles sur l alcool et peut vous permettre de calculer votre. L alcool L alcool est une drogue licite et réglementée dont la substance psychoactive

Plus en détail

9/ Les addictions. I. Généralités sur les addictions

9/ Les addictions. I. Généralités sur les addictions SEMESTRE 5 UE 2.6.S5 Processus psychopathologiques 9/ Les addictions I. Généralités sur les addictions Définitions Addictions = Processus dans lequel est réalisé un comportement qui peut avoir pour fonction

Plus en détail

La psychiatrie dans le cinéma

La psychiatrie dans le cinéma La psychiatrie dans le cinéma Plaisir de voir, plaisir de critiquer, plaisir de débattre Prof Daniele Zullino Dr Gerard Calzada Hallucinogènes Classification des substances!! Dépresseurs du SNC Stimulants

Plus en détail

Trois Franciliens sur quatre déclarent

Trois Franciliens sur quatre déclarent 37 Excès de consommation d alcool et tabac vont de pair En Ile-de-France, 14 % des personnes boivent tous les jours de l alcool. Un tiers des Franciliens peuvent être considérés comme des consommateurs

Plus en détail

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI ALCOOL DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014 Micheline CLAUDON Alain EDDI 2 Pourquoi consomme-t-on des drogues? Pour se sentir bien Pour se sentir mieux Pour faire mieux Pour faire comme les

Plus en détail

ADDICTION. Comprendre et s en libérer. Remerciements. Projet réalisé par Cindy et Magali Etudiantes infirmières

ADDICTION. Comprendre et s en libérer. Remerciements. Projet réalisé par Cindy et Magali Etudiantes infirmières Projet réalisé par Cindy et Magali Etudiantes infirmières ADDICTION Comprendre et s en libérer Remerciements Les stagiaires pour leur participation Véronique et Cindy pour leur disponibilité et leur implication

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud,

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud, Les idées reçues ADIJA oct 2012 Dr C Renaud, La pollution de l air est plus mauvaise pour la santé que la fumée de tabac! VRAI - FAUX FAUX La fumée est le champion des polluants, avant les moisissures

Plus en détail

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités.

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités. Addiction à l alcool I. Définitions II. Etiologie III. Epidémiologie IV. Dépistage, repérage V. Examens biologiques VI. Signes cliniques VII. Complications somatiques VIII. Prise en charge OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

Plus en détail

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Marthylle LAGADEC lagadecaddiction@gmail.com Hôpital Paul Brousse Service d Addictologie du Pr. Reynaud (Villejuif) Institut Fédératif des Addictions

Plus en détail

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Gestion du stress et de l anxiété par les TCC Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Rappel sur les bases du modèle cognitif du stress Définitions du

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

Quizz s é c u r i t é

Quizz s é c u r i t é Quizz s é c u r i t é r o u t i è r e Selon vous, le nombre de personnes tuées sur les routes dans le monde chaque année représente environ : A. La population de l Estonie B. C. Les populations des villes

Plus en détail

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Avant le sevrage : Evaluation de la de la dépendance comportementale, psychologique ou physique, Autoobservation, test de Fagerstrom (Fagerstrom en annexe)

Plus en détail

LES DROGUES. Action des drogues sur le cerveau. Substance par substance: les effets sur le cerveau

LES DROGUES. Action des drogues sur le cerveau. Substance par substance: les effets sur le cerveau LES DROGUES Introduction Action des drogues sur le cerveau Substance par substance: les effets sur le cerveau Les principaux produits: * Le cannabis * la cocaïne * L ecstasy et les drogues d aujourd hui

Plus en détail

Questionnaire ICA. Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles :

Questionnaire ICA. Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles : Questionnaire ICA Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles : Sexe : Féminin Masculin Age : ans Nombre d années d études (y compris l école obligatoire) terminées et réussies

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Fiche Mémo Patient avec un trouble bipolaire : repérage et prise en charge initiale en premier recours

Fiche Mémo Patient avec un trouble bipolaire : repérage et prise en charge initiale en premier recours Fiche Mémo Patient avec un trouble bipolaire : repérage et prise en charge initiale en premier recours Juin 2015 Préambule Le trouble bipolaire est une maladie psychiatrique chronique et récurrente, de

Plus en détail

INSTITUT SUISSE DE PRÉVENTION DE L ALCOOLISME ET AUTRES TOXICOMANIES

INSTITUT SUISSE DE PRÉVENTION DE L ALCOOLISME ET AUTRES TOXICOMANIES INSTITUT SUISSE DE PRÉVENTION DE L ALCOOLISME ET AUTRES TOXICOMANIES QU EST-CE QUE LE CANNABIS? Je viens de découvrir que ma fille a apparemment une «habitude» de consommation de cannabis. Je ne connais

Plus en détail

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Problèmes posés en psychiatrie Le PTSD : une clinique encore mal connue La

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

Bases neurobiologiques de la récompense

Bases neurobiologiques de la récompense Bases neurobiologiques de la récompense Le système de récompense est la base neurobiologique de l'apprentissage. Il est indispensable à la survie, car il fournit la motivation nécessaire à la réalisation

Plus en détail

Risques psychosociaux: regards croisés

Risques psychosociaux: regards croisés Risques psychosociaux: regards croisés Dr Danzin Psychiatre - PH hôpital Charcot (Plaisir) - Attachée à la consultation «souffrance et travail» du service de Pathologie Professionnelle de l hôpital Raymond

Plus en détail

CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS

CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS CONDUITES ADDICTIVES HISTORIQUE, DEFINITION, CONCEPTS Cours de PCEM 1 Professeur Olivier COTTENCIN, Faculté de Médecine de Lille L'addiction est une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible

Plus en détail

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux SEMESTRE 2 UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques 11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux Névrose et anxiété La névrose est une perturbation de l ensemble de la personnalité plus marquée au niveau

Plus en détail

Objectifs pédagogiques

Objectifs pédagogiques CDU_Chap01.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 3:54 15 A I Item 45 Addiction et conduites dopantes : épidémiologie, prévention, dépistage. Morbidité, comorbidité et complications. Prise en charge, traitement

Plus en détail

Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse

Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse Dr Catherine Agbokou Faculté de Médecine Paris VI, Paris Généralités Historique - Cullen (1777) : neurasthénie, hystérie, hypocondrie - Freud - névrose

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS SOCIOLOGIQUES

RENSEIGNEMENTS SOCIOLOGIQUES Services à la vie étudiante Sherbrooke (Québec) J1K 2R1 Psychologie et orientation 819 821 7666 (téléphone) 819 821 7689 (télécopieur) 1 800 267 8337 poste 67666 (sans frais) spo@usherbrooke.ca DATE :

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

Addictions et conduites dopantes Q45. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Addictions et conduites dopantes Q45. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Addictions et conduites dopantes Q45 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Bibliographie Richard D., Senon J. L. : Dictionnaire des drogues et autres addictions,

Plus en détail

Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale

Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale 20 FEVRIER 2008 Colloque de Médecine Communautaire et Premier Recours MAKRIS Dionysios L apéritif du jour Vignette clinique-unité de l Alcoologie Partager

Plus en détail

Alcool, stupéfiants et sécurité routière

Alcool, stupéfiants et sécurité routière L organisation de manifestations sur le territoire de la commune Vinça 13 décembre 2012 Alcool, stupéfiants et sécurité routière Didier DELAITRE Médecin enquêteur - BEA et Colonel Bruno MERCIER Médecin

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

ce qu il faut savoir

ce qu il faut savoir Alcool et drogues ce qu il faut savoir LA GROSSESSE: un moment privilégié pour prendre soin de soi et de l enfant à naître Une femme enceinte doit souvent changer certaines de ses habitudes quotidiennes.

Plus en détail

LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine

LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Malade exprimant des plaintes somatiques Beaucoup des troubles

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous les résultats des réponses qui nous paraissent les plus intéressantes : Pour quelles raisons consommez-vous du cannabis?

Vous trouverez ci-dessous les résultats des réponses qui nous paraissent les plus intéressantes : Pour quelles raisons consommez-vous du cannabis? Nous sommes quatre élèves de Terminale STT en option Administration. Nous avons choisi comme projet pour notre baccalauréat de réaliser une réunion d information sur le cannabis. Pour cela, une classe

Plus en détail

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Ouvrons le dial O gue Alcool Pour arrêter faire le de point fumer MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Pour faire le point Votre médecin vous a proposé de faire le

Plus en détail

L ACTION DES DROGUES SUR

L ACTION DES DROGUES SUR L ACTION DES DROGUES SUR 16 Système de recapture de la dopamine Neuromédiateur (dopamine) Récepteur spécifique à dopamine >>LA DOPAMINE ET LE «CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE» Les drogues qui agissent le plus

Plus en détail

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction.

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction. avec la collaboration du Centre de vulgarisation de la connaissance, Université Paris XI LEXIQUE LE CANNABIS SOUS L ŒIL DES SCIENTIFIQUES Addiction État de besoin vis-à-vis d une drogue ou d une pratique

Plus en détail