Supplément à l hebdo À Gauche N 1273 du 23 septembre 2011 Ne peut être vendu séparément. La Revue. Le précariat, y a basta!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Supplément à l hebdo À Gauche N 1273 du 23 septembre 2011 Ne peut être vendu séparément. La Revue. Le précariat, y a basta!"

Transcription

1 Supplément à l hebdo À Gauche N 1273 du 23 septembre 2011 Ne peut être vendu séparément. La Revue Le précariat, y a basta!

2 Sommaire 3 Le précariat européen : les rues grondent en Europe Leila Chaibi 8 Avec le «care», tous précaires! Laurent Maffeïs 20 Le travail précaire, c est la santé précaire Entretien avec Marie Pascual 27 La précarité : nom féminin Fatima-Ezzahra Benomar 33 Auto-entrepreneur ou auto-exploité Guillaume Étievant 38 Et si on appliquait le droit du travail? Raphaëlle Manvussa 43 Il faut savoir où dormir pour pouvoir rêver Margaux Leduc 46 Abolir le précariat Martine Billard 54 L amour de la vie contre la précarité Benoit Schneckenburger Le premier numéro de la revue À Gauche est encore disponible. Directeur de la publication : François Delapierre Rédactrice en chef : Jeanne Fidaz Photos : Stéphane Burlot Illustrations : Dobritz (dessins extraits de l ouvrage Le placard a horreur du vide), Fatima-Ezzahra Benomar, Serge Trocquenet Correction, révision : Sylvie Aebisher, Francis Plet, Martial Souchard Maquette : Graffic Imprimerie : Grenier, Gentilly Supplément de À Gauche, ISSN : CPPAP n 0613G83311 À Gauche, 63 avenue de la République Paris

3 Génération précaire 2

4 Génération précaire Le précariat européen : les rues grondent en Europe Introduction par Leila Chaibi Génération à l arrache, génération «700 euros», geracao a rasca, génération précaire En Espagne, au Portugal, en Grèce ou en France, sous des appellations différentes, on retrouve la même jeunesse révoltée, confrontée quotidiennement à la précarité. Partout en Europe, on croise les mêmes profils de jeunes, souvent surdiplômés, qui s attendaient à disposer d un niveau de vie au moins équivalent à celui de leurs parents, comme cela avait été le cas pour les générations précédentes. Partout en Europe, on croise cette génération qui ne s attendait pas à une vie de galères, et qui pensait accéder naturellement à un emploi stable, un logement, à la possibilité de construire une famille et de partir chaque été en vacances. Pour ces millions de jeunes, ce qui devait arriver n arriva pas. Le capitalisme promet à cette jeunesse un futur plus sombre, plus dur. Pouvoir vivre sa vie «dignement» est redevenu une revendication. Qui l aurait cru? Investie dans les mouvements de précaires depuis 2005 en France, je me suis rendue chez nos voisins ibériques lors des mobilisations des indignados en Espagne et de la Geraçao A Rasca au Portugal. J ai été immédiatement saisie par les similitudes entre ces revendications dénonçant à chaque fois le sacrifice d une génération entière à coups de précarité ; le sacrifice du présent et l hypothèque du futur pour le profit immédiat de la finance et de l oligarchie. État des lieux Au Portugal, la question de la précarité s est cristallisée autour des «reçus verts», 3

5 Génération précaire qui permettent aux employeurs de payer à la tâche tout salarié sans qu il bénéficie de protection sociale. Ces «reçus verts» qui étaient initialement créés pour rémunérer les travailleurs indépendants se sont étendus à une part de plus en plus importante de la population : d abord les jeunes lors de leurs premiers emplois, puis leurs parents en remplacement de leur emploi stable, et aujourd hui les retraités travaillant pour compléter leur trop faible pension. Leurs voisins espagnols n ont pas de «reçus verts», mais la précarité règne déjà dans le pays. Le taux de chômage des jeunes atteint un niveau historique : 45 %! Au campement de la Puerta del Sol à Madrid, Pablo, un jeune indignado de 24 ans m a confirmé avoir ce sentiment que sa génération avait été mise au placard pour le bien-être d une minorité qui s accapare le pouvoir et l argent du pays. Ici, la précarité n est pas que dans le contrat de travail, mais partout, au quotidien, du lever au coucher quand on sait où pouvoir se coucher. En Espagne, au Portugal ou en Grèce, un jeune sur deux est obligé d habiter chez ses parents à 30 ans passés. En Grèce, la jeunesse, qui est à la fois la plus diplômée d Europe et la plus touchée par le chômage, est au cœur d un vaste plan d austérité rythmé par les agences de notation pour gaver copieusement les banquiers. En France, la jeunesse est également utilisée comme un laboratoire du déman- tèlement des droits et des acquis sociaux. À leur entrée sur le marché du travail, les jeunes sont soumis à un «bizutage social» : stages, intérim, CDD, service civique, autoentrepreneuriat Il faut en moyenne 8 à 10 ans à un jeune pour obtenir un emploi stable. En Italie, les jeunes sont considérés comme tels jusqu à 40 ans! On pourrait lister les nombreux pays européens faisant les frais de ce mode de diffusion de la précarité, devenue un véritable outil des gouvernements pour pressurer les salaires à la baisse et casser les acquis sociaux. Précariser pour obéir à la finance Partout, on précarise la jeunesse, on expérimente sur elle de nouvelles formes de sous-contrats de travail encore moins chers, encore plus flexibles, n offrant plus les garantis des contrats de travail de droit commun. Il est très facile de s attaquer aux nouveaux entrants sur le marché du travail qui n ont jamais connu la stabilité d un contrat de travail classique avec les droits afférents. Cette part de la population est donc mise en concurrence avec les salariés stabilisés. La situation de ces derniers est menacée, sous la pression de cette réserve de précaires contraints d effectuer le même travail à moindre coût. Pire, en France, nos gouvernants remplacent le salariat par une armée de travailleurs gratuits. Jean-François Copé, patron de l UMP, propose ainsi d imposer à chaque jeune de moins de 25 ans trois 4

6 Génération précaire mois de service civique obligatoire rémunérés grassement (350 par mois). En mai 2011, Laurent Wauquiez, annonçait le dépôt d une proposition de loi visant à conditionner le RSA à plusieurs heures hebdomadaires de travail d intérêt général, un substitut à la peine de prison! La colère qui gronde Ces dernières années, les mobilisations contre la précarité se sont multipliées en Europe. On se souvient de la mobilisation des Français contre le CPE en Fin 2008, la génération «700 euros» grecque a battu le pavé. Ces derniers mois, le rythme des mouvements contre la précarité s est accéléré. Le 12 mars 2011, au Portugal, suite à un buzz créé sur Facebook par quatre jeunes précaires en dehors des cadres politiques et syndicaux, a lieu une manifestation de plus de personnes, du jamais vu depuis la Révolution des Œillets de La geracao a rasca et le Mouvement du 12 mars font irruption dans l espace public. L effet de souffle dépasse les frontières du Portugal. Le 15 mai, surgissent les campements géants des Indignés (indignados) à la Puerta del Sol (Madrid), Plaza Catalunya (Barcelone) et dans un certain nombre de villes espagnoles. Ils protestent contre la confiscation du pouvoir politique et économique par quelques-uns et récla- Ces dernières années, les mobilisations contre la précarité se sont multipliées en Europe. ment une démocratie réelle, maintenant. La génération «700 euros» grecque réapparaît en organisant un campement d Indignés devant le Parlement pour protester contre les plans d austérité. Et la France? À la fin des années 1990, la France a connu des marches contre le chômage. Depuis les premières grèves de la restauration rapide en 2001 avec la grève du Pizza Hut Opéra et celle du Mac Donald s de Strasbourg Saint-Denis, on a connu des mouvements de précaires épars. Les précaires ont dû recourir à des formes de mobilisation originales, se situant en dehors des cadres institutionnels, syndicaux et politiques traditionnels. On peut citer pour exemple le mouvement des stagiaires né en 2005 avec Génération Précaire, dénonçant les centaines de milliers de travailleurs gratuits corvéables et jetables que constituent les stagiaires. Pour faire entendre le problème de ces travailleurs sans droits et invisibles, et pour faire face au nécessaire anonymat des militants qui craignaient d être mis en difficulté dans leur recherche d emploi par leur mobilisation, les militants de Génération Précaire ont choisi d intervenir dans des lieux symboliques munis d un masque blanc couvrant l intégralité de leur visage. Le collectif l Appel et la pioche organise depuis 2008 de nombreuses actions médiatiques contre la précarité : mise en quarantaine contre la Grippe Précaire, 5

7 Génération précaire pique-niques redistributifs dans les supermarchés, nettoyage de la précarité dans les services à la personne, etc. Tandis que la gauche libérale prend pour modèle les schémas de la droite, la gauche sociale et politique a souvent eu des difficultés à appréhender la question de la précarité. Elle a continué de s adresser à la société comme si celle-ci était constituée de salariés en CDI, en ignorant l apparition de toute cette masse de précaires, parce que ceux-ci ne rentraient pas dans la grille de lecture classique du mouvement ouvrier. Dans ce contexte, les précaires ont été forcés d inventer de nouveaux cadres d action, bien souvent, sans passer par les syndicats et les partis politiques. En France, la situation est en train de changer, on en veut pour preuve l intérêt croissant des syndicats pour la question de la précarité. Par ailleurs, le Parti de Gauche a choisi de mettre la lutte contre la précarité au cœur de son orientation politique. Mais on trouve là l une des raisons du caractère non-partisan, voire même antiparti, propres aux mouvements d indignés européens. Ces mouvements ont pour point commun d être nés de façon spontanée, en dehors des canaux institutionnels du mouvement social. Au fil des mobilisations des Indignés, on a 6 Les jeunes précaires européens partagent les mêmes codes, les mêmes usages des technologies de l information, la même pratique des réseaux sociaux parce que tous ont conscience d être dans le même sac. assisté à la construction d un réseau européen de lutte contre la précarité. Ainsi, la commission «Extension» des Indignés de la Puerta del Sol faisait le lien avec les mouvements en cours en Italie, France ou encore au Royaume-Uni. Des interconnexions en vidéo par Skype entre des villes de pays différents étaient organisées lors des assemblées générales. Les précaires de tous pays échangent des informations en temps réel via Internet au sujet de l évolution des mobilisations dans chacun des pays. Cela fonctionne car les jeunes précaires européens partagent les mêmes codes, les mêmes usages des technologies de l information, la même pratique des réseaux sociaux, parce que tous ont conscience d être dans le même sac. Les liens tissés entre ces précaires aux nationalités différentes au cours de leurs mobilisations ont permis de faire émerger une conscience de classe d un précariat européen. Tous ont le sentiment d appartenir à la même tribu de galériens. Il semble qu on assiste à une prise de conscience de la position sociale du précariat dans le système capitaliste, et surtout, de sa capacité à agir collectivement contre les lois de la finance, qui sont les mêmes dans toute l Europe. En France, contrairement à la Grèce ou l Espagne, nous n avons pas connu cette

8 Génération précaire année de mobilisation d ampleur contre la précarité et les tentatives de reprise du mouvement des indignés espagnols qui ont émergé (dont celle de la place de la Bastille) n ont pas connu le succès escompté. Peut-être les indignés français ont-ils trop voulu copier-coller le mouvement espagnol, jusqu au mimétisme dans les gestes et dans les mots. Et par ailleurs, le mouvement social français avait déjà été épuisé par la mobilisation contre la réforme des retraites de l automne D autre part, en France la droite est au pouvoir. Dans notre pays, le passage à une nouvelle majorité peut être perçu comme un moyen d enrayer la casse sociale. Mais ce n est pas une alternance qui répondra à la précarité, car la précarisation est inhérente au capitalisme. Cela donne d autant plus de sens et de pertinence au projet du Front de Gauche qui veut rompre avec le social libéralisme et le capitalisme. Tandis que les Espagnols se réunissent à nouveau à Madrid et font de la convergence européenne des Indignés leur mot d ordre, nous devons tout mettre en œuvre pour ne pas manquer le rendez-vous européen qu ils nous proposent. Le Front de Gauche et ses composantes répondent présents, pour une Europe libérée des diktats des agences de notation et des banquiers, pour rendre à la jeunesse le futur que le capitalisme lui a volé. Quand les peuples s organisent, la rue gronde et son écho traverse les mers et les frontières. n Leila Chaibi est animatrice de L Appel et la Pioche et secrétaire nationale du Parti de Gauche à l'abolition du précariat. 7

9 Les apprentis sorciers de la précarité Avec le «care», tous précaires! Laurent Maffeïs «Ne voir et ne vouloir traiter que l exclusion et la grande pauvreté revient à occulter le fait que la précarité est la traduction d un renforcement des inégalités sociales qui est devenu en quelques années le problème le plus considérable que la société française ait eu à affronter depuis longtemps. Ses causes et ses effets vont bien au delà de la population visible des exclus.» Rapport de 1987 du Haut Comité de Santé publique La précarité ne tombe pas du ciel. Elle n est pas «une loi de la vie» comme le prétend Laurence Parisot pour mieux la faire avaler. La précarité est une construction économique, sociale et politique. Corollaire du capitalisme, elle n a pu s installer durablement dans la société que parce que des gouvernements ont facilité son développement. La précarité n est donc pas le fruit d une évolution «naturelle» et insoutenable de l économie. Elle n est pas un «mal nécessaire», mais le mal choisi par certaines politiques qui ont modelé le marché du travail en fonction des besoins du capitalisme. Ces politiques libérales, menées aussi bien par des conservateurs que par des sociaux-démocrates, n ont pas seulement favorisé la marche du capitalisme financier vers toujours plus de flexibilité et de précarité. Depuis 15 ans, ces apprentis sorciers l ont aussi précédée et amplifiée, en allant parfois au devant des attentes d un système pourtant néfaste au plus grand nombre. Nous présentons ici les principales évolutions des politiques de précarisation des contrats et des relations de travail. Jusqu au stade ultime du travail 8

10 Les apprentis sorciers de la précarité 9

11 Les apprentis sorciers de la précarité gratuit et forcé qui est en train d être atteint. Une histoire à connaître par tous ceux qui, avec le Front de Gauche, s engagent pour abolir le précariat. La précarité, fondement et moteur du capitalisme La précarité n est qu une loi d un système économique bien particulier : le capitalisme. Marx et Engels ont mis en lumière dès le XIX e siècle cette dimension précarisante du capitalisme. Ils ont montré comment ce système se nourrit d instabilité pour avancer, là où d autres systèmes économiques privilégient, au contraire, la continuité et l immuabilité. Ils ont aussi identifié l angoisse et le sentiment de déclassement qui en résulte chez les travailleurs rendus précaires. Voici comment ils l expliquent en 1848 dans le Manifeste du Parti communiste, en des termes d une redoutable actualité : «La bourgeoisie ne peut exister sans révolutionner sans cesse l ensemble des rapports sociaux. [ ] Ce bouleversement continuel de la production, ce constant ébranlement de tout le système social, cette agitation et cette insécurité perpétuelles distinguent l époque bourgeoise de toutes les précédentes. Tous les rapports sociaux, figés et couverts de 10 Ce bouleversement continuel de la production, ce constant ébranlement de tout le système social, cette agitation et cette insécurité perpétuelles distinguent l époque bourgeoise de toutes les précédentes. rouille, avec leur cortège de conceptions antiques et vénérables, se dissolvent ; ceux qui les remplacent vieillissent avant d avoir pu s ossifier. Tout ce qui avait solidité et permanence s en va en fumée, tout ce qui était sacré est profané, et les hommes sont forcés enfin d envisager leurs conditions d existence et leurs rapports réciproques avec des yeux désabusés.» Proudhon a aussi montré dès 1840 comment la précarité du rapport salarial capitaliste entretient la «peur du lendemain» chez les travailleurs, tout en garantissant a contrario la stabilité et la sérénité au capitaliste : «Le salaire du travailleur ne dépasse guère sa consommation courante et ne lui assure pas le salaire du lendemain, tandis que le capitaliste trouve dans l instrument produit par le travailleur un gage d indépendance et de sécurité pour l avenir ( ) c est en cela surtout que consiste ce que l on a si bien nommé exploitation de l homme par l homme.» (Proudhon, Qu est-ce que la propriété? Chapitre III) Au début du capitalisme la bourgeoisie a conçu les premiers rapports salariaux en réaction au système féodal de l engagement perpétuel. Sous l ancien régime, le serf n avait certes aucune autonomie économique et personnelle mais

12 Les apprentis sorciers de la précarité il disposait d une visibilité sur son sort et d une forme de protection à vie. Par opposition, les premières relations de travail furent marquées par l extrême précarité en étant régies par le simple droit civil comme n importe quel échange de marchandises. Sous ce règne du «contrat de louage», le travailleur était ainsi loué et renvoyé au gré des besoins du développement capitaliste, sans avoir aucune visibilité sur sa situation future. Cette ère du travail journalier et à la tâche dura pendant tout le XIX e siècle. La précarité du travail se trouve donc au fondement de la naissance et du développement du capitalisme. La conquête ouvrière de la maîtrise du temps contre la précarité A travers la précarité qu il alimente, le capitalisme cherche donc à rester seul maître du temps social, en privant les travailleurs de la maîtrise du temps long et en les empêchant de se projeter durablement dans leur travail. A l inverse, une des vocations principales du mouvement ouvrier a été et reste encore de conquérir le droit pour les travailleurs de pouvoir se projeter dans leur emploi, dans leur salaire et tout simplement dans leur vie. Bref le droit d avoir un avenir économique et social suffisamment balisé pour s autoriser des projets personnels. La bourgeoisie a conçu les premiers rapports salariaux en réaction au système féodal de l engagement perpétuel. La conquête ouvrière d une certaine maîtrise du temps fut lente et très imparfaite. Il faut par exemple attendre 1928 pour que les contrats de travail soient garantis en cas de changement de direction de l entreprise. Auparavant, un simple changement de PDG permettait à une entreprise de remettre en cause tous les contrats de travail. Et il faudra attendre 1968 pour que soit garanti à tous le droit à la mensualisation du salaire, un élément décisif pour desserrer l horizon économique des travailleurs au-delà de la journée ou de la semaine. Les mutations du capitalisme et la relance de la précarisation La financiarisation du capitalisme et son internationalisation à partir des années se sont traduites par une précarisation accrue. Le raccourcissement des horizons temporels de la production et de l investissement, avec l avènement de la dictature du court terme et du «juste à temps» ont percuté les quelques règles qui avaient permis de stabiliser les contrats de travail. Les libéraux furent les premiers à faire sauter des protections pour satisfaire aux besoins de ce nouvel âge du capitalisme. En France, la droite légalise ainsi l intérim en 1972 et crée le CDD en 1979 officiellement pour lutter contre le chômage. Raymond Barre invente les 11

13 Les apprentis sorciers de la précarité contrats TUC, premiers contrats aidés précaires qui s apparentent à un soutien public à la précarité. Toutes ces évolutions n ont cessé de s aggraver jusqu à aujourd hui. D exception, les contrats les plus précaires sont devenus la règle. Ainsi, depuis le début des années 2000, le CDD est devenu la norme de recrutement et d entrée sur le marché du travail. Et depuis 2002, le nombre de salariés en CDD a augmenté de 32 % en France. L accommodement stratégique des sociaux-démocrates avec la précarité La stratégie sociale-démocrate, quant à elle, n a nullement permis d enrayer cette évolution et elle l a même parfois accélérée. Comment expliquer que les sociaux-démocrates, qui avaient soutenu la stabilisation du contrat de travail durant une bonne partie du XX e siécle, en soient venus à le remettre en cause? Il faut se pencher pour cela sur leur rapport stratégique au capitalisme. A partir des années 1980, la social-démocratie n a absolument pas pris en compte la mutation du capitalisme. Elle n a pas vu sa financiarisation et son internationalisation. Elle a continué à faire comme si elle pouvait, dans le cadre national, soutenir la dynamique capitaliste, y compris en lui faisant des concessions, pour obtenir en retour des avancées 12 En France, la droite légalise ainsi l intérim en 1972 et crée le CDD en 1979 officiellement pour lutter contre le chômage. pour les travailleurs. Or le capitalisme financier transnational était désormais totalement étranger à cette logique et a eu depuis lors pour seul objectif de réduire systématiquement les garanties collectives du travail. Sans se préoccuper d aucune négociation, ni d aucune contrepartie Les sociaux-démocrates ont ainsi multiplié les concessions sans obtenir aucune avancée en retour. En renonçant à affronter directement le capitalisme, ils se sont progressivement accommodés de la précarité comme mal nécessaire de la «nouvelle économie». Une figure socialedémocrate du PS français, Martine Aubry joua un véritable rôle d apprenti sorcier dans ces évolutions depuis les années Par exemple, en 1982, les lois Auroux, dont Martine Aubry est un des principaux rédacteurs, valident le principe du CDD même si elles en limitent les possibilités de recours et la durée. Mais plus grave pour la suite, elles introduisent les premières possibilités de modulation du temps de travail. Et elles mettent un terme à l autorisation de l inspection du travail pour effectuer des heures supplémentaires. Autant d outils qui vont devenir des machines à précarité dans les mains des entreprises. Sous couvert de promesse de liberté dans le travail et de libre choix, les sociaux-démocrates ont ainsi mis le doigt dans le mouvement

14 Les apprentis sorciers de la précarité d individualisation des rapports sociaux qui est devenu la nouvelle matrice du capitalisme. Et cette illusion sociale-démocrate va se poursuivre et ouvrir de nouveaux espaces de précarité. Partout en Europe, les grands pays sociaux-démocrates sont ainsi devenus progressivement de véritables eldorados du temps partiel : Pays-Bas (45 %), Royaume-Uni (25 %), Allemagne (22 %). Avec la facilitation et même l incitation financière publique au temps partiel, s est ouverte une énorme brèche en termes de précarité salariale. En effet le temps partiel dynamite le salaire minimum, grand acquis de la lutte contre la précarité. Sous le règne du temps partiel de masse, le SMIC n est plus qu une garantie horaire puisque son montant mensuel va fluctuer en fonction du nombre d heures effectuées à temps partiel. C est une forme de retour en arrière sur la mensualisation : le versement mensuel du salaire est toujours garanti mais pas son montant. Combiné avec la modulation du temps de travail, le temps partiel a plongé des millions de travailleurs dans une immense instabilité et imprévisibilité dans leur rapport au temps de travail. Soumises à ce régime, les caissières peuvent voir Les sociauxdémocrates ont ainsi multiplié les concessions sans obtenir aucune avancée en retour. En renonçant à affronter directement le capitalisme, ils se sont progressivement accommodés à la précarité comme mal nécessaire de la «nouvelle économie». leurs journées de travail raccourcies ou rallongées par les horaires fractionnés qui les immobilisent sans leur garantir un salaire fixe en retour. Ainsi 40 % des salariés à temps partiel vivent aujourd hui sous le seuil de pauvreté. Là aussi, Martine Aubry joua en France un rôle d apprenti sorcier. Comme ministre du travail et de l emploi dans les gouvernements Cresson, puis Bérégovoy, Aubry est à l origine, en 1992, d une politique d incitation financière au temps partiel, à travers des exonérations de cotisations sociales. Sans effet durable contre le chômage, cette politique s est soldée par un désastre salarial en étant à l origine des «travailleurs pauvres» et du calvaire des salariés en horaires fractionnés. 1,4 millions de salariés sont aujourd hui à temps partiel contraint dont 80 % de femmes. Leur nombre a augmenté de 27 % depuis Martine Aubry dut d ailleurs reconnaître, plusieurs années plus tard, l énorme erreur de cette politique d incitation au temps partiel qui fut partiellement abandonnée à partir de Mais après huit ans d incitation financière publique, le mal était fait et durablement installé. Pourtant cela ne servit pas de leçon à 13

15 Les apprentis sorciers de la précarité Martine Aubry. Toujours en pleine illusion sociale-démocrate, elle continua sous le gouvernement Jospin à considérer que l on pouvait concéder aux entreprises des marges de flexibilité s il pouvait en résulter un surcroit de liberté des travailleurs. Ce fut, par exemple, le cas avec les forfaits jours des cadres, inventés par Martine Aubry dans sa 2 e loi sur les 35 heures de Un vaste mirage. Non seulement les cadres peuvent désormais être exploités sans aucune limite horaire quotidienne et hebdomadaire, mais ils n y ont pas réellement gagné en liberté. Au contraire, ils y ont gagné en stress et en incertitude. Et la droite s est ensuite fait un malin plaisir de s engouffrer dans la brèche pour étendre ces forfaits jours à des millions de salariés non cadres. Au point que ces forfaits jours sont aujourd hui la cible de multiples recours de salariés et de syndicats devant les tribunaux. Ils sont même considérés, au niveau européen, comme dangereux pour la santé et ayant nui au droit au repos minimum des travailleurs. Martine Aubry ne peut pourtant pas dire qu elle n a pas été prévenue à l époque. En effet, dans la discussion de ce projet de loi au Sénat en novembre 1999, un sénateur socialiste, Jean-Luc Mélenchon s est démarqué de son groupe pour dénoncer ces forfaits jours et tenter de les supprimer. Le 4 novembre 1999, à la tribune du Sénat, 14 Le temps partiel dynamite le salaire minimum, grand acquis de la lutte contre la précarité. il pointait le risque de temps de travail à plusieurs vitesses induit par le forfait jour à la tribune du Sénat : «Nous voulons que la durée soit la même pour tous les types de travailleurs. C est pourquoi, je le dis à titre personnel, je suis pour des maxima à tous les niveaux, quotidien, hebdomadaire, mensuel et annuel. C est dans cet état d esprit qu a été déposée toute une série d amendements. J attire votre attention sur le fait que le contingentement de 217 jours de travail représente tout de même heures possibles de travail. C est beaucoup trop! Nous nous battons, quant à nous, pour 35 heures pour tout le monde.» Pour Jean-Luc Mélenchon, ce fut là l un des multiples combats menés au PS contre l illusion et l impasse sociale-démocrate. Le mirage de la flexi-sécurité Depuis une quinzaine d années, les sociaux-démocrates détricotent ainsi les protections du contrat de travail qu ils avaient eux-mêmes contribué à établir pendant les soixante-dix années précédentes. Ils l ont fait dans toute l Europe : Royaume-Uni de Tony Blair, Allemagne de Gerhard Schröder, Danemark de Poul Nyrup Rasmussen, Portugal de José Socrates, et continuent de le faire : Espagne de Zapatero, Grèce de Papandréou Bien que désormais dans l impasse sur le plan politique et électoral, ils poursuivent la

16 Les apprentis sorciers de la précarité 15

17 Les apprentis sorciers de la précarité même politique avec les mêmes illusions. Le concept de «flexisécurité» en est une nouvelle illustration. Venu de la socialdémocratie scandinave, ce concept est désormais commun aux libéraux et aux sociaux-démocrates français. Il est en tête des priorités de la droite puisqu on le trouve, par exemple, dans la déclaration de politique générale prononcée le 24 novembre 2010, dans laquelle François Fillon plaide pour «progresser dans la voie de la flexisécurité». Mais il est aussi très présent au PS : il était particulièrement à la mode dans les contributions présentées lors du dernier congrès, en La contribution Delanoë y appelait par exemple à «concilier la flexibilité nécessaire aux entreprises avec la sécurité des salariés». Exactement comme Ségolène Royal qui affirmait dès 2006 qu «il faut débloquer la société, en y introduisant à la fois plus de précarité et plus de sécurité. Pour une partie du PS, il y a toujours trop de précarité». Moscovici, Guérini et Collomb vantaient eux aussi dans leur contribution cette flexisécurité en invoquant le fameux modèle scandinave «garantissant à l entreprise une forte capacité de flexibilité». Les solutions qui en découlent pour les travailleurs misent le plus souvent sur la responsabilisation individuelle. La contribution de Royal proposait ainsi de refonder toute 16 Les sociauxdémocrates ont renoncé à combattre la précarité par des garanties collectives. Ils l acceptent comme un mal nécessaire. la protection sociale sur des «comptes individuels de cotisations». Et Moscovici insistait aussi sur la «nécessité de tenir compte du processus d individualisation sociale qui travaille en profondeur notre société». Un mal nécessaire pour le PS, à taxer comme l alcool ou la cigarette Les sociaux-démocrates ont donc renoncé à combattre la précarité par des garanties collectives. Ils l acceptent comme un mal nécessaire. D ailleurs ils ne s opposent même plus à la droite quand elle crée de nouveaux contrats précaires. Ainsi, fin avril 2008, le PS a décidé de s abstenir sur la loi Bertrand de modernisation du marché du travail qui créait pourtant de nouveaux contrats ultra précaires (le contrat de mission, le contrat de portage salarial) et facilitait les licenciements à travers la séparation dite à l amiable (où le salarié renonce à ses droits) et l allongement de la période d essai pour tous les contrats sur le modèle du CNE-CPE. Seuls Marc Dolez à l Assemblée nationale et Jean-Luc Mélenchon et Maryse Bergé Lavigne au Sénat s y sont opposés parmi les socialistes. Et tous les trois ont depuis quitté le PS et sont aujourd hui membres du Parti de Gauche. Dans le projet socialiste pour 2012, il n y

18 Les apprentis sorciers de la précarité a pas non plus de remise en cause frontale de la précarité. Le PS soutient «une évaluation précise des reculs introduits par la droite dans le code du travail». Mais il se garde bien de toute proposition visant à interdire les contrats précaires. Par exemple, il refuse d abroger le forfait jour des cadres et propose seulement de revenir sur son extension aux non cadres. En cela, il est largement en deçà des revendications syndicales de cadres qui luttent contre le forfait jour. Le projet du PS promet aussi que «le Le thème de la CDI sera favorisé, notamment en supprimant les exonérations de cotisations sociales aux entreprises qui emploient un quota trop élevé de travailleurs précaires». Cela signifie que les entreprises pourront continuer à développer la précarité mais qu elles devront payer un peu plus cher à partir d un quota «trop élevé» de précaires. Evidemment, ce quota n est pas précisé. La même logique de «renchérissement» est préférée à toute interdiction des licenciements boursiers, puisque le PS annonce que «le coût des licenciements sera plus cher pour les entreprises qui versent des dividendes». Molex, Continental, Unilever, Sanofi Aventis et les autres pourront donc continuer à licencier! En payant un peu plus. Du point de vue des salariés précaires qui vivent souvent la peur au ventre, ces propositions signifient que leur précarité et flexisécurité était particulièrement à la mode dans les contributions présentées lors du dernier congrès socialiste, en leur souffrance peuvent être achetées par l entreprise. En proposant ainsi de taxer la précarité, comme l alcool ou la cigarette, le PS se situe toujours dans la conception de la précarité comme «mal nécessaire». Pour le Front de Gauche au contraire, du moment où la précarité et les licenciements boursiers sont des maux inacceptables, il n est pas question de les renchérir à partir d un certain seuil, mais bien de les interdire pour protéger les millions de salariés qui les subissent. Le travail gratuit et forcé, nouvel horizon de la précarité Dans sa perpétuelle transformation, le capitalisme a besoin d inventer sans cesse de nouvelles illusions pour imposer de nouvelles contraintes aux travailleurs : il s agit de rideaux de fumée pour poursuivre la précarisation sous un autre nom. Il en est ainsi des théories du «workfare» et du «care» avancées depuis quelques années au nom de la lutte contre «l assistanat», là aussi par des libéraux et des sociaux-démocrates. En application des théories du workfare selon lesquelles le chômeur est en partie responsable de sa situation, le gouvernement social-démocrate de Schröder a inventé les fameux «jobs à un euro» subventionnés par l Etat dans le cadre du plan Hartz IV. Pour ne pas perdre leurs 17

19 Les apprentis sorciers de la précarité allocations sociales, travailleurs allemands ont été contraints d accepter ces contrats qui s apparentent à du travail forcé et quasi gratuit. C est une manière honteuse de considérer que les chômeurs sont les premiers responsables de leur situation. C est aussi la mise en pièces d un des systèmes d assurance chômage les plus anciens et avancés d Europe. Laurent Wauquiez et l UMP n ont donc rien inventé avec leur idée de contraindre les bénéficiaires du RSA à un travail d intérêt général, même très peu payé, pour conserver leurs allocations. Mais l idée de conditionner des allocations, jusque là universelles, à la réalisation d un travail gratuit n est pas non plus le monopole de la droite en France. François Hollande a ainsi proposé qu en contrepartie de l augmentation des bourses, les étudiants soient obligés de fournir des heures de tutorat ou d accompagnement scolaire. Dans la proposition de Wauquiez comme dans celle de Hollande, c est non seulement le principe du travail gratuit et forcé qui se trouve affirmé mais aussi la précarisation de missions d intérêt général essentielles. En effet, les travaux dans les collectivités locales évoqués par Wauquiez comme les tâches de tutorat universitaire chères à Hollande sont des missions permanentes de service public qui devraient être 18 Du point de vue des salariés précaires qui vivent souvent la peur au ventre, ces propositions signifient que leur précarité et leur souffrance peuvent être achetées par l entreprise. exercées par des fonctionnaires formés et qualifiés. Avec le «care», le socialisme est-il soluble dans le maternage? Dans la même logique d individualisation, le tout nouveau concept à la mode chez les sociaux-démocrates est le «care». Martine Aubry s en est réclamée à plusieurs reprises en appelant de ses vœux «une société du soin», dans laquelle les services publics notamment ne fonctionneraient plus «selon des règles générales» mais «sur la prise en charge de chacun» (interview au Monde magazine du 6 juin 2010). Bien qu Aubry prétende se démarquer de ses origines anglo-saxonnes, cette théorie propose en réalité une extension de la logique du «workfare», qui ne concernait que les chômeurs, à l ensemble du champ social. Ce concept du «care» privilégie l individualisation des politiques sociales et du droit du travail «au cas par cas». Pur produit de l empirisme anglo-saxon, cette logique disqualifie les protections collectives et la capacité de la société à traiter collectivement les problèmes. Elle nie ainsi la prétention républicaine à déterminer un intérêt général par la la loi et à l imposer à tous. La théorie du «care» découle du précepte

20 Les apprentis sorciers de la précarité du blairiste Anthony Giddens selon lequel «la pauvreté est un phénomène biographique». Les pauvres ou les précaires sont ainsi considérés comme des personnes «à la marge». Cette approche de la précarité comme vulnérabilité ou fragilité suggère que les personnes touchées ont une faiblesse intrinsèque, un défaut, une faille qui les desservent dans la société et les rétrogradent dans la grande course sociale. C est la même logique qui conduit à «responsabiliser les pauvres» et à dénoncer l assistanat. Dans l ouvrage de contributions d intellectuels au projet du PS pour 2012, préfacé par Martine Aubry, on peut ainsi lire que «dans la société du care», «la société prend soin de vous, mais vous devez aussi prendre soin des autres et Ce concept du «care» privilégie l individualisation des politiques sociales et du droit du travail «au cas par cas». de la société». Cela sous entend que tous les droits sociaux deviennent négociables en fonction du comportement personnel de chacun. Dans cette optique, la précarité n est plus pensée comme le résultat d un système producteur d inégalités mais comme un accident de parcours. Pour les tenants du «care», la société n est pas pleinement responsable de ce qui arrive à certains de ses membres. Elle doit leur tendre la main, mais encore faut-il qu ils la saisissent. Ce concept du «care» fournit ainsi l arrière plan idéologique d un nouvel âge d or de la précarité. Mais pour ses inventeurs anglosaxons, il a aussi une vertu cachée. Les théories du «care» invitent en effet à ne pas chercher dans le fonctionnement global de la société les causes de la pauvreté et de la précarité. Cela fournit un excellent alibi aux actionnaires et aux très hauts revenus qui peuvent ainsi continuer à concentrer les richesses en développant la précarité et la pauvreté du plus grand nombre. En réduisant le message socialiste à un discours de patronage et de maternage, ces théories vont à l encontre de la vocation du socialisme qui est de développer un discours et une pratique permanente du partage des richesses et d émancipation des travailleurs. n Laurent Maffeïs est responsable national du secteur Études du Parti de gauche 19

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

Les jeunes et la précarité : mettre fin au bizutage social

Les jeunes et la précarité : mettre fin au bizutage social Les jeunes et la précarité : mettre fin au bizutage social Depuis plus d un an, la France est frappée par la crise économique et financière mondiale. Si les origines de cette crise sont connues et dénoncées

Plus en détail

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire «Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire Congrès exceptionnel FGTB Liège-Huy-Waremme 2009 - Document de travail

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre Revisitez votre politique de flexibilité au regard des nouvelles dispositions issues de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 IAE de Toulouse Conférence

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE COLLOQUES TRADUIRE ÉROS 73 TRADUCTION / ÉDITION : ÉTAT DES LIEUX DELPHINE RIVET 86 COLLOQUES QUI sont les traducteurs aujourd hui? Comment leur rémunération a-t-elle

Plus en détail

Le télétravail cela peut vous changer la vie!

Le télétravail cela peut vous changer la vie! Le télétravail cela peut vous changer la vie! Par Sabine Beaucamp La notion de télétravail est apparue au début des années 80. Le succès escompté n a certes pas été rencontré à cette époque. Le télétravail

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Journée d information et d échanges organisée par l Equipe de droit social, UMR 7354 DRES La prévention des facteurs de pénibilité,

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 RÉSUMÉ ET PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Le marché du travail des jeunes en Belgique est moins performant que la moyenne En Belgique, les jeunes qui sortent

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne.

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne. 007-011 Avant propos_avant-propos 25/07/13 17:20 Page7 Avant-propos Gerhard CROMME* L Europe et l Allemagne ont besoin d une France compétitive Cet article reprend les thèmes du discours prononcé par Gerhard

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi Le 15 juillet 2013 Madame Rita Dionne-Marsolais Monsieur Gilles Duceppe Coprésidents Commission nationale d examen sur l assurance-emploi Tour de la Place Victoria, C.P. 100 800, rue du Square Victoria,

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DE L ARTISTE : UNE HISTOIRE SANS FIN?

LE STATUT SOCIAL DE L ARTISTE : UNE HISTOIRE SANS FIN? LE STATUT SOCIAL DE L ARTISTE : UNE HISTOIRE SANS FIN? Par Estelle CEULEMANS Conseillère Service d'études Fédéral, Département Social FGTB-ABVV Quelle place une société veut-elle donner à ses artistes?

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

L emploi permet-il toujours de s intégrer à la société française?

L emploi permet-il toujours de s intégrer à la société française? 1) Analyse du sujet : T.E.S. Fustel de Coulanges 2013/2014 GALY marjorie.galy@wanadoo.fr http://www.toileses.org Eléments de correction du BAC BLANC de SES N 4 TESL L emploi permet-il toujours de s intégrer

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Andréas Boes et Thomas Lühr Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Pour les salariés allemands les plus qualifiés, l effacement des limites entre temps professionnel et

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Des conclusions qui appellent à la mobilisation Rapport du RIOCM sur le sous-financement des organismes communautaires de

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013 1 NOTE PRÉLIMINAIRE... 2 2 LE BILAN SOCIAL AU 31 DECEMBRE 2013... 3 2.1 EMPLOI... 3 2.2 RÉMUNÉRATIONS... 9 2.3 HYGIENE ET SÉCURITÉ... 13 2.4 AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL... 13 2.5 FORMATION... 14 2.6 RELATIONS

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec

Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec QUÉBEC, LE 3 SEPTEMBRE 2009 Le réseau FADOQ présente aujourd hui son mémoire dans le cadre de la

Plus en détail

LE DROIT DES RESSORTISSANTS ETRANGERS AUX PRESTATIONS SOCIALES Novembre 2014

LE DROIT DES RESSORTISSANTS ETRANGERS AUX PRESTATIONS SOCIALES Novembre 2014 LE DROIT DES RESSORTISSANTS ETRANGERS AUX PRESTATIONS SOCIALES Novembre 2014 Tout propos et toute action en la matière doivent viser à répondre aux préoccupations légitimes des Français, qui considèrent

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ ÉLECTIONS 2012 : LA FNATH INTERPELLE LES CANDIDATS Le prochain quinquennat sera marqué par la crise sociale et économique. Pleinement touchés, les accidentés de la vie ne devront pas être sacrifiés sur

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond Pour une protection solidaire et équitable : l assurance générale

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET Bien que la Sécurité Sociale assimile l accident de trajet aux accidents du travail en matière d indemnisation, il existe des différences. C est pourquoi il convient de déterminer le régime des accidents

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ Guide salariés n o 2 MARS 2015 Le livret du retraité Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères... 8 Points

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Le cas Suisse Pr.Victoria CURZON PRICE IREF, Professeur honoraire Université de Genève La Suisse Adopte le «frein à

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail