Session de formation de Matadi sur le droit OHADA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Session de formation de Matadi sur le droit OHADA"

Transcription

1 Session de formation de Matadi sur le droit OHADA

2 I. Notions du fonds de commerce II. Contenu du fonds de commerce III. Les opérations portant sur le fonds de commerce 1. La location-gérance 2. La cession

3 I. NOTION DU FONDS DE COMMERCE Définition Le fonds de commerce est, en droit OHADA, régi par les articles 135 à 168 de l AUDCG. Il est un élément essentiel de la vie commerciale dans la mesure où c est lui qui donne confiance aux créanciers du commerçant.

4 Le fonds de commerce est constitué par un ensemble de moyens qui permettent au commerçant d attirer et de conserver la clientèle (Art.135 AUDCG). Le commerçant réunit alors grâce à ses compétences un certain nombre d éléments corporels et incorporels pour non seulement attirer la clientèle mais aussi pour la fidéliser.

5 II. CONTENU DU FONDS DE COMMERCE Il s agit des éléments corporels et incorporels du fonds de commerce. Le fonds de commerce comprend nécessairement la clientèle et l enseigne ou la clientèle et le nom commercial, sans préjudice du cumul de la clientèle avec l enseigne et le nom commercial.

6 Il peut comprendre différents éléments mobiliers, corporels et incorporels, notamment les éléments suivants: les installations, les aménagements et agencements, le matériel, le mobilier, les marchandises en stock, le droit au bail, les licences d exploitation, les brevets, d invention, marques de fabrique et de commerce, dessins et modèles, et tout autre droit de propriété intellectuelle nécessaires à l exploitation.

7 Les éléments corporels du fonds de commerce Ce sont : le matériel et l outillage qui sont des biens meubles durablement affectés à l exploitation du fonds tels que les machines, le matériel roulant etc. les marchandises qui sont des stocks de matières premières ou de produits destinés à la vente.

8 Les éléments incorporels du fonds de commerce (Art.137 AUDCG) Ce sont : les licences d exploitation les brevets d invention, marque de fabrique et de commerce, dessins et modèles et tout autre droit de propriété intellectuelle le droit de bail.

9 Les exclusions ou les éléments ne pouvant servir de fonds de commerce Ce sont : Les immeubles dans lesquels les commerçants exercent leur activité tout en étant propriétaire. Les créances et dettes légitimement personnelles au commerçant.

10 III. LES OPERATIONS PORTANT SUR LE FONDS DE COMMERCE Le fonds de commerce peut être exploité directement ou en exécution d un contrat de location-gérance.

11 1. La location gérance de fonds de commerce Définition Convention par laquelle le propriétaire du fonds de commerce, personne physique ou morale, en concède la location, en qualité de bailleur, à une personne physique ou morale, locataire-gérant, qui l exploite en son nom et à ses risques et périls, moyennant un loyer ou une redevance.

12 L entreprenant ne peut être partie à un contrat de location-gérance. le fonds de commerce Il est ainsi interdit à l entreprenant d être partie à un contrat de location gérance.

13 Conditions de validité de la location-gérance Pour le preneur Le preneur du fonds de commerce appelé locataire gérant doit satisfaire à toutes les exigences et formalités attachées à la profession commerciale. Il doit donc avoir la qualité de commerçant.

14 Pour le bailleur En ce qui concerne le bailleur ou propriétaire, des garanties sont prises pour sécuriser le locataire gérant. Il s agit notamment : Il doit avoir exploité, pendant deux ans au moins, en qualité de commerçant, le fonds mis en gérance ou avoir exercé pendant la même durée les fonctions de gérant.

15 Il ne doit pas tomber sous le coup d une interdiction ou d une déchéance d exercer le commerce. Les dettes du bailleur nées de l exploitation des fonds lui sont exigibles par la juridiction compétente dès lors que la location-gérance met en péril leur recouvrement. Cette disposition est frappée de forclusion trois mois après publication du contrat de location gérance.

16 Publicité Le contrat de location gérance doit être publié par la partie la plus diligente, et aux frais du locatairegérant, dans la quinzaine de sa date, sous forme d extraits dans un journal habileté à publier les annonces légales et paraissant dans le lieu où le fonds de commerce est inscrit au RCCM.

17 Le propriétaire du fonds (bailleur), s il est commerçant, doit modifier à ses frais son inscription au RCCM par la mention de la mise en location gérance de son fonds. Le preneur étant devenu commerçant doit également s obliger à satisfaire aux formalités requises à la charge de son actuel statut.

18 L expiration du terme prévu ou anticipé du contrat de locationgérance donne lieu aux mêmes mesures de publicité aux frais du locataire-gérant.

19 Le locataire-gérant est tenu d indiquer en tête de ses bons de commande, factures et autres documents à caractère financier ou commercial, avec son numéro d immatriculation au RCCM, sa qualité de locataire-gérant, sous peine de sanction pénale prévue par la loi nationale.

20 Effets de la location- gérance La location gérance produit des effets à l égard des parties contractantes ainsi qu à l égard des tiers.

21 a. Entre les parties Le propriétaire du fonds assume les obligations du bailleur: il ne doit pas troubler la locataire-gérant dans sa gestion, notamment en exploitant un fonds concurrent. Le locataire-gérant est quant à lui tenu d exploiter le fonds avec diligence ; il ne doit pas modifier la destination, sous-louer le fonds sans autorisation du bailleur.

22 Il est tenu de payer au bailleur un loyer correspondant à la redevance due pour la jouissance des locaux, et un loyer pour la jouissance des éléments corporels et incorporels du fonds de commerce. Il doit également restituer le fonds à la fin du contrat.

23 b. A l égard des tiers Les dettes du bailleur nées de l exploitation du fonds peuvent être déclarées immédiatement exigibles par la juridiction compétente si elle estime que la location-gérance met en péril leur recouvrement. L action est introduite par tout intéressé, à peine de forclusion, dans le délai de trois mois de la date de publication du contrat de location-gérance.

24 Jusqu à la publication du contrat de location-gérance, le propriétaire du fonds est solidairement responsable des dettes du locataire-gérant nées de l exploitation du fonds donné en location-gérance. Seules les dettes d exploitation, à l exclusion des autres dettes, sont concernées par la solidarité.

25 L expiration du contrat de locationgérance à son terme normal ou anticipé rend immédiatement exigible les dettes contractées par le locataire-gérant du fonds pendant la gérance.

26 2. La cession du fonds de commerce Le fonds de commerce représente une valeur économique importante. De ce fait, puisqu il est aussi considéré comme un bien unique, il peut faire l objet d une vente qui porte sur tous les éléments non expressément exclus de l opération. Tous les éléments du fonds de commerce font l objet d une opération unique au lieu d une cession élément par élément.

27 Conditions de la cession du fonds de commerce Conditions de fond La cession du fonds de commerce obéit aux règles générales de la vente. Les règles de formation des contrats s appliquent alors surtout en matière de capacité, de consentement, et tout ce qui peut entraîner la nullité du contrat. La cession doit avoir pour objet la clientèle, cette dernière étant inséparable du fonds.

28 Le prix de cession doit être sérieux et sincère et les parties sont tenues d exprimer entièrement dans l acte de vente qui peut être sous la forme d acte sous seing privé ou d acte authentique.

29 Conditions de forme a. Forme et preuve de l acte La vente d un fonds de commerce peut être réalisée soit par acte sous-seing privé, soit par acte authentique. L acte peut revêtir la forme écrite ou non. L essentiel est d en apporter la preuve. Toutefois, en pratique la forme écrite facilite certaines formalités de publicité ou d immatriculation.

30 Tout acte constatant la cession d un fonds de commerce doit énoncer : 1. pour les personnes physiques, l état civil complet du vendeur et de l acheteur, et, pour les personnes morales, leur nom, leur dénomination sociale, leur forme juridique, l adresse de leur siège ; 2. les activités du vendeur et de l acheteur ;

31 3. leurs numéros d immatriculation au RCCM ; 4. s il y a lieu, l origine du fonds au regard du titulaire qui a précédé le vendeur ; 5. l état des privilèges, nantissements et inscriptions grevant le fonds ; 6. le chiffre d affaires réalisé au cours de chacune des trois dernières années d exploitation, ou depuis son acquisition si le fonds n a pas été exploité depuis plus de trois ans ;

32 7. les résultats commerciaux réalisés pendant la même période ; 8. le bail annexé à l acte avec l indication, dans l acte, de sa date, de sa durée, du nom et de l adresse du bailleur et du cédant s il y a lieu ; 9. le prix convenu ; 10. la situation et les éléments du fonds vendu ; 11. le nom et l adresse du notaire ou de l établissement bancaire désigné en qualité de séquestre si la vente a lieu par acte sous seing privé.

33 L omission ou l inexactitude des mentions requises ci-dessus peut entraîner la nullité de la vente, si l acquéreur le demande, et s il prouve que cette omission ou cette inexactitude a substantiellement affecté la consistance du fonds cédé et qu il en subit un préjudice. Cette demande doit être formée dans le délai d un an à compter de la date de l acte.

34 Tout demandeur en nullité doit démontrer que l omission ou l inexactitude des mentions a affecté de façon substantielle la consistance du fonds et qu il en est résulté un préjudice dans un délai d un an à partir de l acte.

35 b. La publicité Tout acte constatant une cession de fonds de commerce doit être déposé en une copie certifiée conforme par le vendeur ou l acquéreur au RCCM. Il appartient au vendeur et à l acquéreur, chacun en ce qui le concerne, de faire procéder à la mention modificative correspondante.

36 Dans un délai de 15 jours francs à compter de sa date, l acte constatant la cession du fonds de commerce doit être publié à la diligence de l acquéreur, sous forme d avis, dans un journal habilité à publier des annonces légales et paraissant dans le lieu où le vendeur est inscrit au RCCM.

37 Effets de la cession du fonds de commerce La cession du fonds produit des effets entre les parties, et parfois à l égard des créanciers.

38 a. Effets entre parties Obligations du vendeur Mettre le fonds cédé à la disposition de l acheteur à la date prévue dans l acte de cession(délivrer les éléments du fonds cédé à la disposition de l acheteur et lui permettre de jouir du fonds en lui présentant la clientèle, en lui remettant les documents utiles, les clés des locaux où se situe le fonds de commerce )

39 S abstenir de tout comportement de nature à gêner l acquéreur dans l exploitation du fonds vendu. Assurer à l acquéreur la possession paisible de la chose vendue et en particulier le garantir contre les droits que d autres personnes prétendraient faire valoir sur le fonds vendu.

40 Garantir l acheteur contre l éviction, les vices cachés et les troubles provenant des tiers qui revendiqueraient le fonds. Une clause de non-rétablissement doit être prévue au contrat pour éviter que le vendeur se rétablisse dans la même activité.

41 Obligation de l acheteur L obligation principale de l acheteur est de payer le prix. En effet, l acheteur doit payer le prix, aux jour et lieu fixés dans l acte de vente, entre les mains du notaire ou de tout établissement bancaire désigné d un commun accord entre les parties à l acte.

42 Le notaire ou l établissement bancaire ainsi désigné doit conserver les fonds en qualité de séquestre pendant un délai de 30 jours, ce délai commençant à courir au jour de la parution dans un journal habilité à publier la vente au titre des annonces légales.

43 Si au terme de ce délai, aucune opposition dans un journal n a été notifiée au séquestre, celui-ci doit tenir le prix de vente à la disposition du vendeur. Si une ou plusieurs oppositions sont notifiées pendant ce délai, le prix de vente n est disponible pour le vendeur que sur justification de la main levée de toutes les oppositions.

44 Nullité de plein droit de toute contre-lettre ayant pour objet ou effet de dissimuler tout ou partie du prix de cession du fonds de commerce. Lorsque le prix n est pas payé comptant, le vendeur dispose d un privilège sur le fonds de commerce vendu.

45 Il doit à cet effet procéder à l inscription de son privilège de vendeur dans les formes requises au présent Acte uniforme. Si le vendeur n est pas payé aux échéances convenues, il peut demander la résolution de la vente, conformément au droit commun.

46 Le vendeur qui exerce l action résolutoire notifie celle-ci par acte extrajudiciaire ou par tout moyen prouvant par écrit la notification aux créancier inscrits sur le fonds, et ce, au domicile élu par eux dans leurs inscriptions. Il procède également à la prénotation de son action résolutoire conformément aux dispositions prévues à cet effet par l Acte uniforme portant organisation des sûretés.

47 La résolution ne peut être prononcée que par la juridiction compétente du lieu d immatriculation du vendeur du fonds. Toute convention de résolution amiable d une vente de fonds de commerce est inopposable aux créanciers de l acquéreur du fonds qui ont pris une inscription sur le fonds.

48 b. A l égard des tiers Droit d opposition des créanciers L article 157 de l AUDCG fait obligation à l acheteur de payer le prix entre les mains d un notaire ou d un établissement bancaire désigné d un commun accord des parties. Le prix doit être conservé pendant 30 jours à compter de la parution de la publication de la vente dans le journal d annonces légales.

49 Il ajoute qu en cas d opposition au paiement, celle-ci doit être notifiée par acte extrajudiciaire au notaire où à l établissement bancaire, à l acquéreur et au greffe de la juridiction où est tenue le registre du commerce et du crédit mobilier.

50 Effets de l opposition L opposition a pour effet de bloquer le prix entre les mains de l intermédiaire et d empêcher qu il soit versé au vendeur. L opposant ou les opposants saisissent la juridiction compétente pour faire constater leurs créances et obtenir la réparation du prix à leur profit. Les opposants ne bénéficient d aucun privilège et tant que la répartition n est pas faite, d autres créanciers peuvent se joindre à eux.

51 Tout créancier du vendeur qui forme opposition doit notifier celle-ci par acte d huissier ou par tout moyen permettant d en établir la réception effective : 1 ) au notaire ou à l établissement bancaire désigné en qualité de séquestre ; 2 ) à l acquéreur pris à son adresse telle que figurant dans l acte ;

52 3 ) au greffe de la juridiction ou à l organe compétent dans l Etat Partie qui tient le RCCM auquel est inscrit le vendeur, à charge pour le greffe ou l organe compétent dans l Etat Partie de procéder à l inscription de cette opposition sur le RCCM. L acte d opposition doit énoncer, outre les mentions d identification du créancier opposant, le montant et les causes de la créance, et contenir élection de domicile dans le ressort de la juridiction où et tenu le RCCM.

53 Les formalités ainsi mises à la charge du créancier opposant par le présent article sont éditées à peine de nullité de son opposition. L opposition produit un effet conservatoire. Il appartient au créancier opposant de saisir la juridiction compétente pour faire constater sa créance, et recevoir le paiement de celle-ci.

54

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Réalisé par: BENNANI Mohammed Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Introduction LOGO Notion et les éléments du fonds de commerce La vente du FdC L apport du FdC Le nantissement du FdC Le contrat de

Plus en détail

CESSION DE FOND DE COMMERCE

CESSION DE FOND DE COMMERCE CESSION DE FOND DE COMMERCE Remarque : Le présent acte de vente de fonds de commerce n est donné qu à titre indicatif. Les parties peuvent donc librement l aménager sous réserve, toutefois, que soient

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana. LOI n 2003-038 SUR LE FONDS DE COMMERCE EXPOSE DES MOTIFS

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana. LOI n 2003-038 SUR LE FONDS DE COMMERCE EXPOSE DES MOTIFS REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana LOI n 2003-038 SUR LE FONDS DE COMMERCE EXPOSE DES MOTIFS La réforme du fonds de commerce s impose comme une suite nécessaire à la réforme

Plus en détail

La violation de cette disposition est constitutive d une infraction. pénale

La violation de cette disposition est constitutive d une infraction. pénale La location gérance Introduction Les opérateurs du monde des affaires ont coutume de clamer à qui veut les entendre que le socle de l activité commerciale c est la confiance. C est très certainement une

Plus en détail

OHADA Acte uniforme sur le droit commercial

OHADA Acte uniforme sur le droit commercial Acte uniforme sur le droit commercial Acte adopté le 17 avril 1997 et paru au JO n 1 du 1 er octobre 1997 Index [NB - les chiffres renvoient aux numéros des articles] Acte de commerce : 2 s Agents commerciaux

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

CESSION D UN CABINET D AVOCAT

CESSION D UN CABINET D AVOCAT CESSION D UN CABINET D AVOCAT Entre les soussignés : 1., Avocat au Barreau de PARIS, De nationalité française, Né le à ), Ayant son domicile à, (situation et régime matrimonial) Ci-après dénommé le Vendeur,

Plus en détail

DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES

DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES LA LOCATION-GERANCE Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse DSE Sous réserves d usage Septembre

Plus en détail

7.3. Les différents modes de transmission

7.3. Les différents modes de transmission 7.3. Les différents modes de transmission La manière d exercer l activité et le choix de la forme juridique ont des répercussions importantes sur le processus de transmission 7.3.1. Les impacts du choix

Plus en détail

La cession de fonds de commerce

La cession de fonds de commerce La cession de fonds de commerce 021 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

LE FC EN DROIT MAROCAIN

LE FC EN DROIT MAROCAIN LE FC EN DROIT MAROCAIN Le fonds de commerce est, selon l article 79 du code de commerce, Un bien meuble incorporel constitué par l ensemble des biens mobiliers affectés à l exercice d une ou plusieurs

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE Le séquestre obligatoire du prix d une vente de fonds de commerce est extrêmement important pour : - l acquéreur, afin de lui garantir qu

Plus en détail

AVERTISSEMENT PREALABLE

AVERTISSEMENT PREALABLE AVERTISSEMENT PREALABLE Ce contrat vous est proposé à titre de documentation. Un contrat doit toujours être adapté aux objectifs poursuivis par les parties et à leurs particularités juridiques propres.

Plus en détail

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL ET L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL Page : 1/5 Est-il plus intéressant d acheter un fonds de commerce ou les titres d une société?

Plus en détail

CONVENTION DE CESSION DE FONDS DE COMMERCE

CONVENTION DE CESSION DE FONDS DE COMMERCE http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net CONVENTION DE CESSION DE FONDS DE COMMERCE Auteur: Me Arnaud Carlot, avocat E-mail: (Bruxelles) arnaudcarlot@skynet.be Tel / @lex4u.com 02.346.00.02 Fax:

Plus en détail

LE NANTISSEMENT DU FONDS DE COMMERCE

LE NANTISSEMENT DU FONDS DE COMMERCE LE NANTISSEMENT DU FONDS DE COMMERCE Le fonds de commerce est un bien meuble constitué de la réunion d»éléments corporels et incorporels dont la valeur économique est susceptible de représenter une garantie

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Le fonds de commerce

Le fonds de commerce Le fonds de commerce Plan du rapport : Introduction I- Identification du fond de commerce : 1- Concept clientèle 2- Les éléments du fond de commerce a- Eléments corporels. b- Eléments incorporels. II-

Plus en détail

LE FONDS DE COMMERCE :

LE FONDS DE COMMERCE : LE FONDS DE COMMERCE : SOMMAIRE : INTRODUCTION : L EXPLOITATION DU FONDS DE COMMERCE : LA VENTE DU FONDS DE COMMERCE : L APPORT DU FONDS DE COMMERCE : LE NANTISSEMENT DU FONDS DE COMMERCE : DROIT AU BAIL

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Modèles prêts à l emploi sur CD-Rom www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

VENTE DU FONDS DE COMMERCE

VENTE DU FONDS DE COMMERCE VENTE DU FONDS DE COMMERCE INTRODUCTION: Le fonds de commerce est par définition un bien meuble incorporel. Selon l'article 135 de l'acte Uniforme OHADA portant droit commercial général, c'est un ensemble

Plus en détail

Préambule : le processus juridique de la reprise. Le montage juridique Le protocole d accord Les formalités de la reprise

Préambule : le processus juridique de la reprise. Le montage juridique Le protocole d accord Les formalités de la reprise Réussir votre projet d entreprise LA REPRISE TRANSMISSION D ENTREPRISE Les modalités juridiques de la reprise d entreprise Préambule : le processus juridique de la reprise Le montage juridique Le protocole

Plus en détail

Conditions générales de location et d exploitation d images

Conditions générales de location et d exploitation d images Conditions générales de location et d exploitation d images PREAMBULE 1. Aux termes des présentes conditions, la notion de photographie est définie comme "Tout document reproduisant une image sur support

Plus en détail

LA CESSION DE FONDS DE COMMERCE. Partenariat Horesca & Maître Michel Schwartz

LA CESSION DE FONDS DE COMMERCE. Partenariat Horesca & Maître Michel Schwartz LA CESSION DE FONDS DE COMMERCE Partenariat Horesca & Maître Michel Schwartz Propos introductifs 2 Sommaire 3 Sommaire I- La définition de la notion de fonds de commerce II- Les caractéristiques de la

Plus en détail

Pas d inscription possible (R.532-6)

Pas d inscription possible (R.532-6) 1 er cas : Le créancier dispose d un titre exécutoire (L.511-2) Cas : Décision d une juridiction de l ordre judiciaire ou administratif ayant force exécutoire acte notarié revêtu de la formule exécutoire

Plus en détail

Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie

Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie Entre les soussignés: Nom Prénom Adresse (Si co-souscripteur) Nom Prénom Adresse Ci-après dénommé(s) «le Constituant ou le Souscripteur», Et (Le prêteur)

Plus en détail

Contrat de bail commercial

Contrat de bail commercial Lettres & contrats pour les entrepreneurs indépendants Louer Contrat de bail commercial Un contrat de bail commercial ne doit pas nécessairement être aussi étendu qu on le croit généralement. En effet,

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. DEFINITION L est un organisme de formation professionnelle qui développe et dispense des formations en présentiel intra-entreprise et interentreprises. L est rattaché à

Plus en détail

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX PROBLEME Les communes sont parfois propriétaires d'un patrimoine important et susceptible de leur procurer des ressources qu'elles doivent gérer selon les

Plus en détail

II ÈME PARTIE LES INSTRUMENTS JURIDIQUES DU COMMERÇANT : LE FONDS DE COMMERCE ET LES CONTRATS COMMERCIAUX

II ÈME PARTIE LES INSTRUMENTS JURIDIQUES DU COMMERÇANT : LE FONDS DE COMMERCE ET LES CONTRATS COMMERCIAUX II ÈME PARTIE LES INSTRUMENTS JURIDIQUES DU COMMERÇANT : LE FONDS DE COMMERCE ET LES CONTRATS COMMERCIAUX CHAPITRE I - LE FONDS DE COMMERCE Le fonds de commerce (F.C.) est désormais défini par l art. 79

Plus en détail

guide La location gérance s informer Juridique La volonté d entreprendre, le choix de réussir

guide La location gérance s informer Juridique La volonté d entreprendre, le choix de réussir s informer guide La location gérance La volonté d entreprendre, le choix de réussir Juridique La location-gérance, ou gérance libre, permet au propriétaire d un fonds de commerce ou d artisanat de le

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE 1/5 ARTICLE CG.1 : DEFINITIONS DES PARTIES CONTRACTANTES L «adjudicateur» est l AGEFIPH, représentée dans le cadre du marché par son Directeur Général.

Plus en détail

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES SOMMAIRE I. Le contrat de travail II. Le bail à loyer III. Le contrat de prestation de services IV. Le recouvrement de créances V. La protection du contenu d

Plus en détail

Plan de présentation à suivre & informations à rassembler pour formuler une offre de reprise dans le cadre d un projet de plan de cession

Plan de présentation à suivre & informations à rassembler pour formuler une offre de reprise dans le cadre d un projet de plan de cession 1 Plan de présentation à suivre & informations à rassembler pour formuler une offre de reprise dans le cadre d un projet de plan de cession Conformément au disposition de l article L642-2 du Code de Commerce

Plus en détail

L an deux mil treize Et le neuf juillet

L an deux mil treize Et le neuf juillet KF/AE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN -------------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN -------------------- ORDONNANCE DU JUGE DE L URGENCE --------------------

Plus en détail

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 /

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 / LEASING ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES Cadre légal Ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 (remplaçant la loi n 90 / 10 du 10 / 04 / 1990) relative à la monnaie etau crédit. 68 : «Sont assimilées à des opérations

Plus en détail

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce)

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Guichet d Economie Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne Noël, Échevin de l Economie et de l Emploi et avec le soutien du

Plus en détail

Document non contractuel. Modèle Contrat de cautionnement

Document non contractuel. Modèle Contrat de cautionnement Modèle Contrat de cautionnement de Dénomination sociale [à compléter], forme [à compléter] au capital de [à compléter], dont le siège social est situé à [à compléter], immatriculée au Registre du Commerce

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Le prêt d honneur reprise / transmission

Le prêt d honneur reprise / transmission Initiative Réunion Entreprendre accorde des prêts d honneur, sans intérêts et sans garanties personnelles, remboursable sur 5 ans maximum. Le prêt d honneur est un prêt personnel et non un prêt accordé

Plus en détail

SECURISER & RECOUVRER SES CREANCES

SECURISER & RECOUVRER SES CREANCES SECURISER & RECOUVRER SES CREANCES SECURISER & RECOUVRER SES CREANCES EN AMONT: l anticipation S informer sur son client Contractualiser sa créance Garantir sa créance ENAVAL:laréactivité Eviter les prescriptions

Plus en détail

POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE

POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE Polynésie française : la chronique juridique des notaires TEXTES Délibération n 87-138 AT du 23 décembre 1987 (JOPF du 7 janvier

Plus en détail

Algérie. Crédit-bail

Algérie. Crédit-bail Crédit-bail Ordonnance n 96-09 du 10 janvier 1996 Titre 1 - Des dispositions générales relatives au crédit-bail Chapitre 1 - De la définition des opérations de crédit-bail Art.1.- Le crédit-bail ou leasing,

Plus en détail

Conditions générales de ventes

Conditions générales de ventes Conditions générales de ventes 1 Application des conditions générales de ventes de Air Tech Concept. Les présentes conditions générales de ventes sont applicables à tous les produits et services vendus

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

LA CESSION DES CREANCES PROFESSIONNELLES

LA CESSION DES CREANCES PROFESSIONNELLES UNIVERSITE CADI AYYAD FACULTE DES SCIENCES SEMLALIA MARRAKECH DEPARTEMENT DE PHISIQUE LICENSE PROFESSIONNELLE GENIE LOGISTIQUE LA CESSION DES CREANCES PROFESSIONNELLES Réalisé par : Fatima EL GHOULTI Khadija

Plus en détail

1. Objet Le règlement a pour objet de définir les règles de formulation et de l examen des Réclamations par la Société.

1. Objet Le règlement a pour objet de définir les règles de formulation et de l examen des Réclamations par la Société. Page 1 / 6 1. Objet Le règlement a pour objet de définir les règles de formulation et de l examen des Réclamations par la Société. 2. Limites de validité Le règlement est un document interne de la Société

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

Transfert de patrimoine commercial Aspects civils

Transfert de patrimoine commercial Aspects civils Prof. Edgar Philippin Transfert de patrimoine commercial Les outils Loi sur la fusion Instruments de la loi Transfert de patrimoine Scission Fusion Cadre formel plus strict Contrat de vente (art. 184 ss

Plus en détail

1. Le lieu d exécution pour toutes les obligations nées du contrat de livraison est le lieu de l établissement commercial du vendeur.

1. Le lieu d exécution pour toutes les obligations nées du contrat de livraison est le lieu de l établissement commercial du vendeur. Conditions Générales Unifiées de l Industrie Textile Allemande Version du 01.01.2002 Les Conditions Générales Unifiées ne sont applicables qu entre commerçants Art. 1er Lieu d exécution, livraison et acceptation

Plus en détail

Comores. Loi relative aux marques

Comores. Loi relative aux marques Loi relative aux marques Loi n 64-1360 du 31 décembre 1964 [NB - Loi n 64-1360 du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce ou de service] Titre 1 - Du droit de propriété des marques Art.1.-

Plus en détail

Plan du cours de Droit des Affaires

Plan du cours de Droit des Affaires Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Plan du cours de Droit des Affaires Licence 2 Droit Monsieur le Professeur BUREAU www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier, très sincèrement,

Plus en détail

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE 1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE Références juridiques : La promotion immobilière est régie par la loi n 90-17 du 26 février 1990, portant refonte de la législation

Plus en détail

CESSION DU FONDS DE COMMERCE

CESSION DU FONDS DE COMMERCE CESSION DU FONDS DE COMMERCE 02/05/2011 Le fonds de commerce composé d éléments incorporels (clientèle, autorisation, brevet ) et d éléments corporels (marchandises, matériel) correspond à l activité commerciale

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE Article 1 : Offres et Devis CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les offres de prix ne sont valables que pendant un délai de 3 mois à compter de leur émission et n engage le vendeur que dans la mesure où les

Plus en détail

DES MEUBLES CORPORELS

DES MEUBLES CORPORELS Un bien meuble corporel est un bien qui a une existence matérielle et qui peut être déplacé (ex : un téléviseur, une voiture). Les procédures civiles d exécution, et notamment les saisies de meubles corporels,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. Séances du mercredi 17 février 2010

ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. Séances du mercredi 17 février 2010 Année 2010. N o 18 bis A.N. (C.R.) ISSN 0242-6765 Jeudi 18 février 2010 ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE XIII e Législature SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Séances du mercredi

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT

REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT EXPOSÉ PRÉALABLE : La Société MUTUACHAT, société par actions simplifiée à capital variable, a notamment pour objet la centralisation des achats ainsi que l achat de biens

Plus en détail

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Mise à jour des informations Décembre 2011 1. Objet de la licence 1.1 L objet de la licence est le logiciel mis au point et fabriqué

Plus en détail

Constitution des sociétés

Constitution des sociétés Chapitre Constitution des sociétés O b j e ctifs du chapitre : Etre capable de procéder aux écritures comptables de constitution de différentes sociétés en fonction des situations qui se présentent. D

Plus en détail

Merci de remplir les renseignements vous concernant. CONTRAT DE DISTRIBUTION

Merci de remplir les renseignements vous concernant. CONTRAT DE DISTRIBUTION Pour vous inscrire : Veuillez retourner le contrat ci-dessous dûment signé avec votre tampon commercial par FAX en deux (2) exemplaires. FAX n. 01 34 29 49 10 Merci de remplir les renseignements vous concernant.

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION

CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilié(s) à... - ci-après dénommé bailleur - et 2. Monsieur... et Madame... domicilié(s) actuellement à... - ci-après

Plus en détail

(B.O.B., 2010, N 4, p.967)

(B.O.B., 2010, N 4, p.967) 26 AVRIL 2010 -LOI N 1/07.CODE DE COMMERCE. (B.O.B., 2010, N 4, p.967) Note : Dans un texte unique, le décret loi n 1/ 45 du 9 juillet édictait des dispositions régissant la profession de commerçant et

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE ARTICLE I - Objet...2 ARTICLE II - Etendue de la Sous-licence...3 ARTICLE III - Territoires concédés...3 ARTICLE IV - Conditions d accès...3

Plus en détail

OPTIONS CHOISIES : ENTRE :

OPTIONS CHOISIES : ENTRE : LICENCE DE REUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA LOIRE AVEC DIFFUSION D'IMAGES AU PUBLIC OU A DES TIERS OPTIONS CHOISIES : NON COMMERCIALE COMMERCIALE AVEC

Plus en détail

M A N D A T D E C O M M E R C I A L I S A T I O N MANDAT N...

M A N D A T D E C O M M E R C I A L I S A T I O N MANDAT N... M A N D A T D E C O M M E R C I A L I S A T I O N MANDAT N... Mandat de commercialisation non exclusif Entre : La société MENDI ARTEAN, Société Civile de Construction Vente immatriculée au Registre du

Plus en détail

Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation

Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation Entre les soussignés: Ageas France, Société Anonyme au capital de 118 950 045,33 Euros, Entreprise régie par le Code des assurances dont le siège social

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de perception régulièrement mis en recouvrement sont exécutoires contre

Plus en détail

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.)

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) 02/03/2015 La société civile immobilière est une forme de société civile dont les opérations sont relatives aux immeubles. Cependant, il ne peut s'agir de toutes

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE 27/02/2015 L EURL - Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée dotée de la personnalité morale, n est pas une nouvelle forme de société ; c est

Plus en détail

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Informations aux clients et (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Edition 01.2011 Informations aux clients Informations aux clients Ce que vous devriez savoir à propos

Plus en détail

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE Une entreprise est une entité économique et sociale qui permet la production et la vente de biens et de services répondant à un besoin par le biais de

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION Entre les soussignés : - - M (indiquer identité et adresse) - M (indiquer identité et adresse) Il est établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société en participation

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE SAISONNIERE

CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE SAISONNIERE - Page N 1 - CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE SAISONNIERE Entre les soussignés : IDENTIFICATION DES PARTIES La société «NEOTHEM», société à responsabilité limitée, au capital de 15,000,00 euros, ayant son siège

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER L Assemblée Nationale a délibéré et adopté, Le Président de la République

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES Auteur: Me Marie Dupont, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour

Plus en détail

BAIL DE LOCATION DE TERRAIN NU

BAIL DE LOCATION DE TERRAIN NU BAIL DE LOCATION DE TERRAIN NU Exemplaire preneur ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur et/ou Madame. (nom, prénom, adresse, code postal) Ci-après dénommé(e) «le BAILLEUR», d une part Ayant, si nécessaire, pour

Plus en détail

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE LOYERS IMPAYÉS...3 CHAPITRE I CE QUI EST GARANTI...3 CHAPITRE II MONTANT...3 CHAPITRE III CE QUI N EST PAS GARANTI...3 CHAPITRE IV EN CAS DE SINISTRE...4

Plus en détail

La reprise du fonds de commerce

La reprise du fonds de commerce La reprise du fonds de commerce Animé par : M. Régis MORENNE Expert-Comptable Associé Me Ronan LEBEAU Avocat Directeur de Région Me Vincent LEMEE Notaire Associé à RENNES Quelques définitions Qu est-ce

Plus en détail

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL)

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) État de Genève Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) Art. Forme de la garantie Toute garantie en espèces ou en valeurs fournie en faveur d un bailleur par un locataire ou par

Plus en détail

Entre : Ci-après dénommé (e) "l Auteur" D une part, Et : Ci-après dénommé (e) "l Editeur" D autre part, En présence du :

Entre : Ci-après dénommé (e) l Auteur D une part, Et : Ci-après dénommé (e) l Editeur D autre part, En présence du : CONTRAT DE CESSION DES DROITS D EDITION MUSICALE Entre : Ci-après dénommé (e) "l Auteur" D une part, Et : Ci-après dénommé (e) "l Editeur" En présence du : D autre part, Bureau Burkinabé du Droit d Auteur,

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail