BAUX COMMERCIAUX. Adoption de l'ilat. e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BAUX COMMERCIAUX. Adoption de l'ilat. e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011"

Transcription

1 e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011 BAUX COMMERCIAUX Adoption de l'ilat La loi du 17 mai 2011 publiée au Journal officiel du 18 mai 2011 crée l'indice des loyers des activités tertiaires (ILAT), qui peut désormais être contractuellement choisi par les bailleur et preneur. L'article 63 de la loi numéro du 17 mai 2011 de simplification et d'amélioration de la qualité du droit, publiée au Journal officiel du 18 mai 2011, modifie les articles L et L du Code de commerce en créant l'indice des loyers des activités tertiaires (ILAT). Cet indice est constitué de 50% de la moyenne annuelle de l'indice des prix à la consommation (hors tabac et loyer), de 25% de la moyenne annuelle de l'indice du coût de la construction et de 25% de la moyenne annuelle du produit intérieur brut. L'ILAT peut donc, depuis le 19 mai 2011, être choisi contractuellement pour la révision du loyer d'un bail commercial. Il s'applique aux baux en cours, sous réserve de la conclusion par les parties d'un avenant exprimant leur choix d'adopter cet indice. La première publication trimestrielle de ce nouvel indice devrait intervenir courant juillet 2011, s'agissant des données du premier trimestre 2011, et la suivante le vendredi 7 octobre 2011, s'agissant de celles du deuxième trimestre 2011.

2 Indexation : validité des clauses à indice de base fixe Le Tribunal de Grande Instance de Paris revient sur sa jurisprudence du 5 janvier 2010 en refusant de déclarer non écrite la clause d'un bail prévoyant une indexation du loyer en fonction d'un indice de base fixe. Aux termes d'un jugement du 5 janvier 2010 (TGI Paris, 18 ème Chambre, 1 ère section, 5 janvier 2010), le Tribunal de Grande Instance de Paris avait jugé qu'une clause d'un bail prévoyant une indexation du loyer en fonction d'un indice de base fixe, à savoir le dernier indice publié lors de la date de prise d'effet du bail, était contraire à l'article L du Code monétaire et financier et donc nulle (cf. e-bulletin n 4 du mois d'avril 2010). Ce jugement avait été suivi d'une décision dans le même sens rendue le 27 mai 2010 par la 2 e section de la 18 e Chambre du TGI de Paris. Ces décisions, graves de conséquences, ont suscité de nombreuses critiques. Aux termes d'un Jugement du 13 janvier 2011 (TGI Paris, 18 ème Chambre, 2 e section, 13 janvier 2011), le Tribunal de Grande Instance de Paris revire de position, en considérant que "le législateur a, par cette disposition [article L du Code monétaire et financier], de toute évidence voulu exclure que, par le biais d'une clause d'échelle mobile licite, il soit pratiqué une indexation des loyers d'un montant supérieur à l'indice. Sont ainsi visées les clauses par lesquelles le loyer d'origine est indexé sur la base d'un indice remontant à plus de douze mois du jour où l'indexation est pratiquée, ce qui revient en effet à pratiquer une indexation supérieure à la variation de l'indice". Le tribunal retient enfin, à propos de la formule d'indexation fondée sur l'indice de l'année N- 1, que "cette méthode de calcul est strictement identique à celle résultant de l'application directe de la clause d'indexation au loyer d'origine" et, en conséquence, que "la clause litigieuse ( ) n'a donc pas pour effet de faire subir au loyer une variation de l'indice supérieure à la durée s'écoulant entre chaque révision". Le tribunal refuse donc de déclarer non écrite la clause d'un bail prévoyant une indexation du loyer en fonction d'un indice de base fixe. En outre, le tribunal rappelle la règle selon laquelle, pour interpréter les contrats, il faut s'attacher non au sens littéral des termes mais rechercher la volonté commune des parties. Ce jugement, particulièrement motivé, semble sonner le glas de la jurisprudence "anti-clause à indice de base fixe", dans l'attente toutefois des arrêts de la Cour d'appel de Paris à intervenir à la suite des jugements des 5 janvier et 27 mai 2010.

3 CONSTRUCTION- ENVIRONNEMENT Nouvelle durée de validité du diagnostic de performance énergétique Le décret du 13 avril 2011 fixe la durée de validité du diagnostic de performance énergétique (DPE) à dix ans. Le décret n du 13 avril 2011 relatif à la durée de validité du diagnostic de performance énergétique, modifie l'article R du Code de la construction et de l'habitation et précise que la durée de validité du diagnostic de performance énergétique (DPE) est fixée à dix ans. Cette durée s'applique désormais à tous les DPE visés aux articles L et suivants du Code de la construction et de l'habitation. A noter la suppression de l'alinéa 5 de l'article L du Code de la construction et de l'habitation qui fixait la durée de validité du DPE en cas de vente et disposait l'obligation de produire un DPE en cas de location saisonnière (ancien article R du même Code). Nouveau diagnostic sur les déchets issus des travaux de démolition A compter du 1 er mars 2012, le maître d'ouvrage se trouvera dans l'obligation de réaliser un diagnostic portant sur les déchets issus des travaux de démolition ou de réhabilitation lourde d'un bâtiment, sous peine d'amende pénale. Le décret numéro du 31 mai 2011 crée l'obligation, pour les maîtres d'ouvrage, de réaliser un diagnostic portant sur les déchets issus des travaux de démolition de bâtiments d'une surface hors œuvre brute supérieure à m ², ayant accueilli une activité agricole, industrielle ou commerciale et ayant été le siège d'une utilisation, d'un stockage, d'une fabrication ou d'une distribution d'une ou plusieurs substances dangereuses classées comme telles en vertu de l'article R du Code du travail. Ce diagnostic doit être réalisé préalablement à la demande de permis de démolir ou à la passation des marchés d'entreprise. Ce dispositif, codifié aux articles R à R du Code de la construction et de l'habitation, s'appliquera aux démolitions de bâtiments pour lesquelles la date de dépôt de la demande de permis de démolir ou, à défaut, la date d'acceptation des devis ou de passation des marchés relatifs aux travaux de démolition, sera postérieure au 1 er mars 2012.

4 Qualifications professionnelles et audit énergétique La réalisation des audits énergétiques requiert un niveau d'ingénieur en thermique du bâtiment et une activité principale au cours des trois dernières années correspondant à cette qualification. Une réponse ministérielle publiée le 22 mars 2011 (JO AN, p. 2774) revient sur les modalités d'habilitation des personnes / organismes qui contrôleront la réalisation des DPE. Après avoir rappelé l'obligation de fournir un DPE dans un certain nombre de cas, Madame la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement précise que les personnes amenées à réaliser des DPE collectifs doivent, comme pour tous les autres volets du DPE, respecter les conditions mentionnées à l'article L du Code de la construction et de l'habitation. Ainsi, les personnes chargées des DPE collectifs doivent présenter des garanties de compétence et disposer d'une organisation et de moyens appropriés. Elles souscrivent obligatoirement une assurance permettant de couvrir les conséquences d'un engagement de leur responsabilité et, afin de prévenir les conflits d'intérêt, ne peuvent avoir un lien de nature à porter atteinte à leur impartialité et à leur indépendance avec le propriétaire ou son mandataire, ou encore avec une entreprise pouvant réaliser des travaux sur les ouvrages, installations ou équipements pour lesquels elles sont chargées d'établir un diagnostic. Les diagnostiqueurs et les DPE qu'ils ont réalisés font l'objet d'une surveillance régulière par les organismes certificateurs. FISCALITE IMMOBILIERE Réforme de la redevance pour création de bureaux en Ilede-France L'arrêté du 4 mai 2011 délimitant la zone couverte par l'unité urbaine de Paris a permis à l'administration fiscale de débuter les opérations de liquidation de la redevance à compter du 18 mai La réforme de la redevance pour création de bureaux en Ile-de-France a été initiée par la loi de finances rectificatives pour 2010, qui a notamment réorganisé le zonage en harmonisant le régime de la redevance pour création de bureaux et celui de la taxe annuelle de bureaux, selon trois secteurs. L'entrée en vigueur de ce dispositif a été retardée en attendant la parution de l'arrêté délimitant la zone couverte par l'unité urbaine de Paris mentionnée aux articles 231 ter du code général des impôts et L du Code de l'urbanisme, arrêté paru le 4 mai 2011 et publié au JO du 17 mai dernier. Si tous les obstacles ne sont pas encore levés, l'administration a néanmoins débuté les opérations de calcul et de perception de la redevance "nouvelle formule".

5 Détail et ventilation du prix dans l'acte de vente L'instruction fiscale du 24 janvier 2011 revient sur l'importance de distinguer, dans l'acte de vente, le prix hors taxes et le montant de la TVA ainsi que la ventilation du prix en fonction des engagements (de construire ou de revendre) pris par l'acquéreur. L'instruction fiscale du 18 avril 2011 (BOI 7 C-2-11) a pour objet de présenter les nouvelles règles applicables en matière de droits de mutation à titre onéreux (DMTO) à certaines opérations portant sur des immeubles. Conformément au rescrit fiscal n 2010/20 du 6 avril 2010, l'instruction précise que la notion de prix exprimé (sur lequel sont liquidés les droits d'enregistrement et la taxe de publicité foncière) s'entend du prix hors TVA lorsque le montant de la TVA due par le cédant est mentionné distinctement dans l'acte de vente. Si la TVA n'a pas été mentionnée distinctement, la liquidation des droits doit être effectuée sur le prix payé par l'acquéreur incluant la TVA. Par ailleurs, l'acquéreur pouvant souscrire simultanément des engagements de construire et de revendre pour une même acquisition, une ventilation du prix correspondant à la part de chaque engagement devra être mentionnée dans l'acte de vente. URBANISME Limitation du recours des associations contre un permis de construire Le Conseil Constitutionnel vient de déclarer conforme à la Constitution la limitation du recours des associations instaurée par l'article L du Code de l'urbanisme. L'article L du Code de l'urbanisme dispose qu'une association n'est recevable à agir contre un arrêté d'autorisation de construire que si le dépôt des statuts de l'association en préfecture est intervenu antérieurement à l'affichage en mairie de la demande de construire. Saisi d'une question préjudicielle de constitutionnalité, le Conseil d'etat (CE, 6 avril 2011, n , Assoc. Vivraviry) a renvoyé au Conseil Constitutionnel le soin de se prononcer sur la légalité d'une telle limitation à la recevabilité des recours des associations. Dans sa décision numéro QPC du 17 juin 2011 (publiée au journal officiel du 18 juin, page 10460), le Conseil Constitutionnel estime que "la restriction ainsi apportée au droit de recours est limitée aux décisions individuelles relatives à l'occupation ou à l'utilisation des sols. Aucune atteinte n'est portée au droit de recours des membres des associations".

6 VENTE IMMOBILIERE Moment d'appréciation de la lésion La lésion doit être appréciée au moment de la rencontre des volontés sur la chose et sur le prix, qui correspond normalement à la date de la signature de la promesse synallagmatique de vente. Au cas d'espèce, une promesse synallagmatique de vente sous conditions suspensives d'un terrain non constructible n'a pas été réitérée par acte authentique, malgré la réalisation de toutes les conditions suspensives et le versement du prix. Dix ans plus tard, le terrain étant entre temps devenu constructible, sa valeur a considérablement augmenté et le vendeur a assigné l'acquéreur en rescision pour lésion. La Cour de cassation (Civ. 3 ème, 30 mars 2011, FS-P+B, n ), suivant le raisonnement de la Cour d'appel de Rennes, considère que la date de la signature de la promesse synallagmatique de vente est celle à laquelle doit être appréciée la lésion. Selon les juges suprêmes, "le moment de la vente" visé par l'article 1675 du Code civil est celui de la rencontre des volontés sur les éléments essentiels du contrat, à savoir la chose et le prix, ce qui correspond à la date de la signature de la promesse de vente, même en présence de conditions suspensives.

Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers

Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers e-bulletin Droit immobilier, n 16, mai 2013 BAUX COMMERCIAUX Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers La fixation d un loyer à paliers n est pas un obstacle

Plus en détail

Etendue de l'obligation d'entretien du bailleur dans une galerie commerciale

Etendue de l'obligation d'entretien du bailleur dans une galerie commerciale e-bulletin Droit immobilier, n 15, mars 2013 BAUX COMMERCIAUX Etendue de l'obligation d'entretien du bailleur dans une galerie commerciale Le bailleur d'un local situé dans un centre commercial dont il

Plus en détail

Le non-respect du droit de préemption est sanctionné par la nullité de la vente.

Le non-respect du droit de préemption est sanctionné par la nullité de la vente. Veille juridique Cabinet Lawrizon Avocats Septembre 2014 BAUX COMMERCIAUX - Loi relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises (ou Loi Pinel) : synthèse concernant les conditions d

Plus en détail

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX APPORTS DE LA LOI DU 18 JUIN 2014, DITE «LOI PINEL» ET DE SON DÉCRET D APPLICATION novembre 2014 Newsletter Baux Commerciaux La loi relative à l artisanat,

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL Textes Loi LME du 4 août 2008 Loi MURCEF du 11 décembre 2001 Article L. 145-3 du code de commerce Article L. 145-5 du code de

Plus en détail

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Novembre 2011 La révision du loyer d'un bail commercial

Plus en détail

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Article juridique publié le 13/03/2015, vu 1511 fois, Auteur : Avocat David MICHEL La loi relative à l'artisanat, aux commerces et

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Baux commerciaux

Flash. Flash d information Immobilier. Baux commerciaux AVRIL MAI 2014 NUMÉR O 3 Flash Dans ce numéro Baux commerciaux...1 Construction...4 Loi ALUR...4 Vente...5 Baux commerciaux Bail commercial : limite à l efficacité d un pacte de préférence en cas de vente

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE

LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE Lettre d information N 5 DROIT IMMOBILIER Juillet / Août 2014 LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX La loi n 2014-626 du 18 juin 2014, relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises apporte

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 36 2012 OBJET

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 36 2012 OBJET INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 36 2012 RUBRIQUE Fiscalité Instruction du 27 mars 2012 BOI 3 C-2-12 du 5 avril 2012 TVA à 7% Information Professionnelle UCI n 21-2012 Taux réduit de TVA à 7% applicable

Plus en détail

TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions

TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions Siège Social 23 rue de la Performance Europarc BV3 59650 VILLENEUVE D'ASCQ Tél : 03 20 04 06 00 Fax : 03 20 79 09 42 Email : contact@tostain-laffineur.com Interview

Plus en détail

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX Jeudi 9 juillet 2015 Club Pierre #44 Magali MARTON Head of EMEA Research, DTZ Jean-Marc PEYRON

Plus en détail

I. INTRODUCTION... 2 II. LA JURISPRUDENCE «PRIVILEGES» ET SA CONFIRMATION... 2

I. INTRODUCTION... 2 II. LA JURISPRUDENCE «PRIVILEGES» ET SA CONFIRMATION... 2 Fiche à jour au 1 er octobre 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Licence en droit, 3 ème semestre Matière : Droit des Affaires Web-tuteur : Olivier ROLLUX BAUX COMMERCIIAUX : LA REVIISIION DU

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DPE

LE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DPE LE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DPE Mars 2008 Qu'est-ce qu'un DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE? P1 S o m m a i r e Quelles opérations nécessitent un DPE? Le contenu du DPE Validité et valeur

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier La fin du levier d indexation. Baux commerciaux. Baux commerciaux...1. Urbanisme...2. Construction...

Flash. Flash d information Immobilier La fin du levier d indexation. Baux commerciaux. Baux commerciaux...1. Urbanisme...2. Construction... JUILLET - OCT OBRE 2013 NUMÉR O 10 Flash Dans ce numéro Immobilier... 1 Baux commerciaux...1 Urbanisme...2 Construction...3 Corporate... 3 Baux commerciaux Flash d information Immobilier La fin du levier

Plus en détail

N 114 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986. Annexe au procès-verbal de la séance du 27 novembre 1985. PROJET DE LOI

N 114 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986. Annexe au procès-verbal de la séance du 27 novembre 1985. PROJET DE LOI N 114 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 Annexe au procès-verbal de la séance du 27 novembre 1985. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE relatif au renouvellement

Plus en détail

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr SOMMAIRE ØLa Loi PINEL ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr La renégociation, 1 LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION

Plus en détail

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme La loi ALUR réforme notamment la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. En voici les principales nouveautés. ALUR et statut de la copropriété Par Séverine Antunes, consultante à la

Plus en détail

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence?

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence? Guylaine Bourdouleix Objet: DocPratic n 201 DocPratic n 201 10/03/2014 Quand verser la contrepartie financière de la clause de non concurrence? Saisie des rémunérations 2014 Le déplafonnement du loyer

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL IMMOBILIER

LE CREDIT-BAIL IMMOBILIER TSD NOTAIRES 1 PREAMBULE 1. Loi 66-455 du 2 juillet 1966 2. Ordonnance 67-837 du 28 septembre 1967 3. Décret 72-665 du 4 juillet 1972 4. Loi 73-446 du 25 avril 1973 5. Loi 84-46 du 24 janvier 1984 6. Loi

Plus en détail

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial FICHE THEMATIQUE n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1. LE BAIL COMMERCIAL 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial 1.2.1. Résiliation triennale 1.2.2. Résiliation anticipée

Plus en détail

QUOI DE NEUF EN 2015?

QUOI DE NEUF EN 2015? Claire Valérie QUOI DE NEUF EN 2015? LE SOMMAIRE 1. Les baux commerciaux 2. La publicité des comptes au greffe 3. Les cotisations RSI 4. L autoliquidation de la tva 5. Nouveaux logiciels : les indicateurs

Plus en détail

Droit immobilier R È G L E M E N T A T I O N. Contrat type de syndic de copropriété et prestations particulières 26 mars 2015

Droit immobilier R È G L E M E N T A T I O N. Contrat type de syndic de copropriété et prestations particulières 26 mars 2015 Lettre d information 17 Droit immobilier R È G L E M E N T A T I O N Contrat type de syndic de copropriété et prestations particulières 26 mars 2015 J U R I S P R U D E N C E Effet de la remise des clés

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2014

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2014 N 50147#19 N 2041 GF DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2014 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration INVESTISSEMENTS

Plus en détail

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en neuf pages jointes à cette lettre de transmission.

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en neuf pages jointes à cette lettre de transmission. Par lettre du 18 septembre 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion de votre commune, conformément à la procédure contradictoire

Plus en détail

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 Emmanuelle BELLAICHE membre du Réseau AJA - 7, avenue de la Bourdonnais - 75007 Paris e.bellaiche@aja-avocats.com + 33 (0) 1 71 19 71 47 L interdiction d

Plus en détail

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises,

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX www.actior.fr 1 Les objectifs de la loi PINEL : équilibrer

Plus en détail

Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne

Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne Le Bail commercial Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne peuvent être contredites par les conventions

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL. 1. Destination du bail (activité exercée)

LE BAIL COMMERCIAL. 1. Destination du bail (activité exercée) LE BAIL COMMERCIAL Le bail commercial est un contrat par lequel le bailleur remet un bien à la disposition d un locataire (ou preneur) pour un usage commercial pendant une durée de 9 ans, contre le paiement

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DU BAILLEUR EN MATIERE DE BAUX COMMERCIAUX

LES OBLIGATIONS DU BAILLEUR EN MATIERE DE BAUX COMMERCIAUX LES OBLIGATIONS DU BAILLEUR EN MATIERE DE BAUX COMMERCIAUX Le décret de 1953 fixant le statut des baux commerciaux ne définit pas les obligations réciproques des parties. Celles-ci répondent au droit commun

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 6 AVRIL 2012 5 B-20-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 6 AVRIL 2012 5 B-20-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 6 AVRIL 2012 5 B-20-12 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF («SCELLIER»). AMENAGEMENT DE LA REDUCTION D

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 87 DU 14 OCTOBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 D-3-09 INSTRUCTION DU 6 OCTOBRE 2009 IMPOT SUR LE REVENU. REVENUS FONCIERS. DISPOSITIFS D ENCOURAGEMENT

Plus en détail

LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER

LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER Avocat au barreau de Paris Après le plan d action présenté par Madame PINEL le 19 juin 2013, le projet de loi du 21 août 2013 rassemblait un certain

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LE PLAFONNEMENT. 1- rappels I- INDEXATION LES CLAUSES

PREMIERE PARTIE LE PLAFONNEMENT. 1- rappels I- INDEXATION LES CLAUSES PREMIERE PARTIE LE PLAFONNEMENT 1- rappels I- INDEXATION LES CLAUSES Les clauses de révision sont inutiles puisque les textes d ordre public L 145-37 & L145-38 du code du commerce fixent les modalités

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 294239 Publié au recueil Lebon Section du Contentieux M. Stirn, président Mme Karin Ciavaldini, rapporteur Mme Legras Claire, rapporteur public HAAS ; FOUSSARD, avocats Lecture du vendredi

Plus en détail

BIC Amortissements Régimes particuliers - Amortissement des biens dans le cadre d'opérations de crédit-bail mobilier et immobilier

BIC Amortissements Régimes particuliers - Amortissement des biens dans le cadre d'opérations de crédit-bail mobilier et immobilier Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-AMT-20-40-20-20120912 DGFIP BIC Amortissements Régimes particuliers

Plus en détail

BOI-ENR-DMTOM-30-20120912

BOI-ENR-DMTOM-30-20120912 BOI-ENR-DMTOM-30-20120912 ENR - Mutations de propriété à titre onéreux de meubles - Cession du droit à un bail d'immeuble et conventions assimilées I. Cession du droit à un bail d'immeuble ou du bénéfice

Plus en détail

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX La véritable incidence de la loi Pinel sur les loyers commerciaux ne pourra être constatée qu'au regard de la réaction du marché (analyse à postériori).

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Baux commerciaux. La validité des clauses de révision à base fixe. Baux commerciaux...1

Flash. Flash d information Immobilier. Baux commerciaux. La validité des clauses de révision à base fixe. Baux commerciaux...1 NOVEMBRE 2013 NUMÉR O 11 Flash Dans ce numéro Immobilier... 1 Baux commerciaux...1 Le projet de loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR)...5 Vente...6 Construction...8 Baux commerciaux

Plus en détail

Newsletter n 10 Mars 2012

Newsletter n 10 Mars 2012 Newsletter n 10 Mars 2012 La SHOB et la SHON sont remplacées par la surface plancher depuis le 1er Mars 2012. À l occasion de l adoption de la loi Grenelle 2 en juillet 2010, le Parlement a autorisé le

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA REFORME DE LA TVA IMMOBILIERE : LES CONSEQUENCES SUR LES LOTISSEMENTS COMMUNAUX

NOTE D INFORMATION SUR LA REFORME DE LA TVA IMMOBILIERE : LES CONSEQUENCES SUR LES LOTISSEMENTS COMMUNAUX Département Finances Dossier suivi par Claire GEKAS Juin 2010 NOTE D INFORMATION SUR LA REFORME DE LA IMMOBILIERE : LES CONSEQUENCES SUR LES LOTISSEMENTS COMMUNAUX La première loi de finances rectificative

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ ET DE BARÈME

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ ET DE BARÈME ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ ET DE BARÈME DOSSIER 1 : INVESTISSEMENT LOCATIF : CONTRAT DE LOCATION 30 points 1.1 - Vous compléterez le tableau en annexe 1 (12 points) CLAUSES DU CONTRAT LOCATION NUE

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE

N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE PROJET DE LOI adopté le 13 juin 1984 N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE tendant à faciliter l'accession à la propriété immobilière

Plus en détail

La Fédération Française du Bâtiment a publié l'indice FFB de la construction du 1er Trim 2013.

La Fédération Française du Bâtiment a publié l'indice FFB de la construction du 1er Trim 2013. La Fédération Française du Bâtiment a publié l'indice FFB de la construction du 1er Trim 2013. Les primes d'assurance de la plupart des contrats multirisque habitation et assurance d'immeubles en copropriété

Plus en détail

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Le dossier de diagnostic technique DDT permet à l acquéreur ou au locataire de mieux connaître les éléments essentiels du logement pouvant avoir des conséquences sur la sécurité

Plus en détail

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011 MARCHAND DE BIENS 02/08/2011 Sont considérés comme marchands de biens les personnes qui effectuent habituellement des achats en vue de la revente d'immeubles, fonds de commerce, parts ou actions de sociétés

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL. 1. Destination du bail (activité exercée)

LE BAIL COMMERCIAL. 1. Destination du bail (activité exercée) LE BAIL COMMERCIAL Le bail commercial est un contrat par lequel le bailleur remet un bien à la disposition d un locataire (ou preneur) pour un usage commercial pendant une durée de 9 ans, contre le paiement

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IF-TFB-10-160-60-20150619 DGFIP IF - Taxe foncière sur les propriétés bâties

Plus en détail

E.D.I. La garantie d une expérience au service de la qualité et du juste prix. Votre expert depuis plus de 10 ans dans les diagnostics immobiliers.

E.D.I. La garantie d une expérience au service de la qualité et du juste prix. Votre expert depuis plus de 10 ans dans les diagnostics immobiliers. La garantie d une expérience au service de la qualité et du juste prix Votre expert depuis plus de 10 ans dans les diagnostics immobiliers. 1 Le DPE 2011, comment ça marche? 2 Un DPE à quoi ça sert? Un

Plus en détail

ENGAGEMENT DE CAUTION CONJOINTE ET SOLIDAIRE

ENGAGEMENT DE CAUTION CONJOINTE ET SOLIDAIRE ENGAGEMENT DE CAUTION CONJOINTE ET SOLIDAIRE Je soussigné (Nom, Prénoms) demeurant. déclare par la présente, me porter caution conjointe, solidaire et personnelle, sans bénéfice de discussion ni de division,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 D-3-06 N 161 du 2 OCTOBRE 2006 REVENUS FONCIERS. DEDUCTION SPECIFIQUE EN FAVEUR DES LOGEMENTS VACANTS REMIS EN LOCATION. ARTICLE 46 DE LA LOI

Plus en détail

LE DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE (DDT) IMMOBILIER OBLIGATOIRE A L'OCCASION DE LA VENTE D IMMEUBLE BATI

LE DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE (DDT) IMMOBILIER OBLIGATOIRE A L'OCCASION DE LA VENTE D IMMEUBLE BATI MAJ 03/07/12 Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LE DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE (DDT) IMMOBILIER OBLIGATOIRE A L'OCCASION DE LA VENTE D IMMEUBLE BATI L'article L271-4 du code de la construction

Plus en détail

INVESTISSEMENTS LOCATIFS : PLAFONDS 2014

INVESTISSEMENTS LOCATIFS : PLAFONDS 2014 Février 2014 INVESTISSEMENTS LOCATIFS : PLAFONDS 2014 FISCALITE L'administration fiscale actualise les plafonds de loyers et de ressources applicables aux dispositifs Duflot, Scellier, Robien, Borloo et

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX PROBLEME Les communes sont parfois propriétaires d'un patrimoine important et susceptible de leur procurer des ressources qu'elles doivent gérer selon les

Plus en détail

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation RÈGLEMENT sur les conditions d'occupation des logements à loyers modérés (RCOLLM) du 7 janvier 007 (état: 0.0.007) 840...5 LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu la loi sur le logement du 9 septembre 975

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 5 D-4-06

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 5 D-4-06 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 5 D-4-06 N 179 du 2 NOVEMBRE 2006 IMPOT SUR LE REVENU. REVENUS FONCIERS. DISPOSITIFS D'ENCOURAGEMENT À L'INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOCATIF. DÉDUCTION AU TITRE DE L'AMORTISSEMENT.

Plus en détail

LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI

LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI Département Finances AR/AH Dossier suivi par Alain ROBY et Maud ROLHION mai 2010 LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DES PRETS A L'AMELIORATION

CONDITIONS GENERALES DES PRETS A L'AMELIORATION www.caissedesdepots.fr DIRECTION REGIONALE UNDEFINED Fascicule AMEPI 09-03 Préfinancement Simplement révisable Indexé inflation CONDITIONS GENERALES DES PRETS A L'AMELIORATION ARTICLE 5 - DEFINITIONS La

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 33 DU 15 MARS 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 3 A-3-10 INSTRUCTION DU 15 MARS 2010 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - DROITS D ENREGISTREMENT - DISPOSITIF ISSU DE

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 5 B-16-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 5 B-16-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 5 B-16-12 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT EN FAVEUR DES INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS REALISES DANS LE SECTEUR DE LA LOCATION

Plus en détail

(CGI, article 1586 A extrait) (CGI, article 1384)

(CGI, article 1586 A extrait) (CGI, article 1384) TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES Prolongation par les départements de la durée d exonération des logements à usage locatif appartenant aux organismes HLM et SEM. (CGI, article 1586 A extrait) "Pour

Plus en détail

Le diagnostic TVA d une opération immobilière

Le diagnostic TVA d une opération immobilière Le diagnostic TVA d une opération immobilière sert à déterminer les régimes de TVA et DMTO envisageables pour une opération donnée : éviter les risques fiscaux et moduler le prix. Pour une opération donnée,

Plus en détail

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris BAUX COMMERCIAUX ACTUALITÉ 2011 2012 IMMATRICULATION DU PRENEUR Décisions i de la Cour de cassation 3è ch. Civ. : 15 sept. 2010 n 09 68521 23 nov. 2010 n 09 68685 18 janv. 2011 n 10 11583 3 mai 2011 n

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 30 DU 7 AVRIL 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-8-11 INSTRUCTION DU 28 MARS 2011 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

Plus en détail

BAIL COMMERCIAL : Qui doit payer les travaux de mise en conformité?

BAIL COMMERCIAL : Qui doit payer les travaux de mise en conformité? BAIL COMMERCIAL : Qui doit payer les travaux de mise en conformité? De plus en plus de locataires d un bail commercial s interrogent sur la prise en charge des travaux de mise en conformité du local d

Plus en détail

Les difficultés attendues après la loi Pinel

Les difficultés attendues après la loi Pinel M e Géraldine Piedelièvre Avocat, associé Lefèvre Pelletier & associés, Avocats ANALYSE Les difficultés attendues après la loi Pinel Si les dispositions de la loi Pinel du 18 juin 2014 et de son décret

Plus en détail

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur Garanties diverses fournies par le crédit- preneur 1.- Cautionnement solidaire par la société Est à l'instant intervenu aux présentes :, agissant ici au nom et en sa qualité de président de la société

Plus en détail

N Rue Commune Etage Bâtiment Porte. Dépendances dont le locataire a la jouissance exclusive

N Rue Commune Etage Bâtiment Porte. Dépendances dont le locataire a la jouissance exclusive CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE Entre les soussignés, M., Mme, Mlle (nom, prénom, adresse) désigné(s) ci-après le bailleur et M., Mme, Mlle (nom, prénom, adresse) désigné(s) ci-après le preneur il a été convenu

Plus en détail

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX Les baux dérogatoires La durée et le droit au renouvellement La fixation et la révision du loyer - 1-7 juillet 2015 Introduction Statut d ordre public o Location d immeubles

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 D-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 D-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 D-1-12 IMPOT SUR LE REVENU. DISPOSITIFS D INCITATION A L INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOCATIF. ACTUALISATION POUR 2012 DES PLAFONDS

Plus en détail

TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE

TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE 77 BOULEVARD MALESHERBES BP179 75363 PARIS CEDEX 08 TEL. + 33 1 44 90 14 14 WWW.CHEUVREUX-NOTAIRES.FR 1 DUREE

Plus en détail

ANNEXE I A L'ARTICLE R. 353-90

ANNEXE I A L'ARTICLE R. 353-90 ANNEXE I A L'ARTICLE R. 353-90 conventions conclues entre l'etat et les personnes physiques ou morales autres que les organismes d HLM et les sociétés d économie mixte pour la construction ou l acquisition

Plus en détail

Conventionnement. Madame, Monsieur,

Conventionnement. Madame, Monsieur, DELEGATION... Conventionnement N de convention : hhhhhhhhhhhhhhhhhhhh la présente convention a été validée par l Anah le hh hh hhhh Signature N 12 808*05 Réservé à l Anah CONVENTION À LOYER SOCIAL OU TRÈS

Plus en détail

B.O.I. N 85 du 5 MAI 1998 [BOI 3A-3-98]

B.O.I. N 85 du 5 MAI 1998 [BOI 3A-3-98] B.O.I. N 85 du 5 MAI 1998 [BOI 3A-3-98] Références du document 3A-3-98 Date du document 05/05/98 Annotations Lié au BOI 3B-2-06 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 3 A-3-98 N 85 du 5 MAI 1998 3 C.A. / 18-3 B

Plus en détail

Création d entreprise & locaux

Création d entreprise & locaux Création d entreprise & locaux 1. Achat ou location Achat d'un local Le droit de propriété offre un avantage évident pour l'entrepreneur : celui d'être chez lui! Sous réserve des réglementations telles

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL Vendredi 03 avril 2015 Solen REMY-GANDON Avocat Département Règlement des Contentieux FIDAL TROYES 03 25 82 65 01 Solen.remy-gandon@fidal.com 1 Baux commerciaux

Plus en détail

LA CONCLUSION D'UN BAIL A FERME

LA CONCLUSION D'UN BAIL A FERME LA CONCLUSION D'UN BAIL A FERME Comme tout contrat, un bail à ferme doit respecter certains principes généraux édictés par les articles 1101 et suivants du code civil, et notamment celles édictées par

Plus en détail

BAIL COMMERCIAL LOGEMENT MEUBLE SPECIMEN. Avec la faculté de se substituer ultérieurement à toute personne physique ou morale.

BAIL COMMERCIAL LOGEMENT MEUBLE SPECIMEN. Avec la faculté de se substituer ultérieurement à toute personne physique ou morale. Entre les soussignés : BAIL COMMERCIAL LOGEMENT MEUBLE BAIL COMMERCIAL DE BIENS IMMOBILIERS POUR LE LOGEMENT «PERSONNES AGEES» Société intervenant à l acte :... Civilité :... Nom :... Prénom :... Code

Plus en détail

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223]

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223] Références du document 4G223 Date du document 25/06/98 SECTION 3 Entreprises utilisant une adresse dite de domiciliation Dans le cadre des mesures destinées à faciliter la création des entreprises, la

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

ACTUALITÉ PATRIMONIALE ET JURIDIQUE

ACTUALITÉ PATRIMONIALE ET JURIDIQUE ACTUALITÉ PATRIMONIALE ET JURIDIQUE N 3 - Décembre 2014 1 Actualité Patrimoniale est une publication de Quilvest Banque Privée Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 18 500

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Nous profitons de cette lettre pour vous présenter nos vœux de santé, paix et sérénité dans un monde où les tensions sont exacerbées. Sur le plan économique, nous espérons que la

Plus en détail

Mandat de recherche sans exclusivité donné à un avocat pratiquant la transaction immobilière

Mandat de recherche sans exclusivité donné à un avocat pratiquant la transaction immobilière Mandat de recherche sans exclusivité donné à un avocat pratiquant la transaction immobilière 1. Le(s) mandant(s) M... (nom, prénom-s, profession, date et lieu de naissance, nationalité, domicile). Et M...

Plus en détail

JURIDIQUE - COMPTABILITE

JURIDIQUE - COMPTABILITE Numéro 106 juin 2015 FISCAL - Annonce de la mise en œuvre du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu - Taux, abattements et exonérations de droits d'enregistrement applicables aux ventes d'immeubles

Plus en détail

Instruction du 26 octobre 1993 (BOI 7 G-6-93)

Instruction du 26 octobre 1993 (BOI 7 G-6-93) G MTG EXEMPTION 1 EXEONERATION+ TB1 abt 3 Instruction du 26 octobre 1993 (BOI 7 G-6-93) I. CHAMP D'APPLICATION DE L ARTICLE 21 DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 1993 A. LES BIENS CONCERNÉS PAR LE

Plus en détail

[NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT

[NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT Décembre 2013 Janvier 2014 [NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT 1 Sommaire I. Information sur le cabinet... 3 II. Actualités fiscales... 4 1. Une créance de carry-back née après l'ouverture d'une procédure

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER www.fidal.com LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER COMITÉDERÉDACTION L ÉQUIPE IMMOBILIER FISCALITÉ Un nouvel avenant à la convention fiscale conclue entre la France et le Luxembourg a été signé le 5 septembre

Plus en détail

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris I / Etude La saisie conservatoire sur les comptes bancaires

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LOUER UN LOGEMENT MEUBLÉ : CRITÈRES ET RÈGLES APPLICABLES

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LOUER UN LOGEMENT MEUBLÉ : CRITÈRES ET RÈGLES APPLICABLES LOUER UN LOGEMENT MEUBLÉ : CRITÈRES ET RÈGLES APPLICABLES La location d'un logement meublé Introduction Le régime relatif aux locations meublées a été instauré par la loi du 29 juillet 1998 et inséré dans

Plus en détail

PROGRAMME 2014. Rue du Midi 15 Case postale 5607 1002 Lausanne Tél. 021/341 41 41 Fax 021/341 41 46 www.cvi.ch mail@cvi.ch

PROGRAMME 2014. Rue du Midi 15 Case postale 5607 1002 Lausanne Tél. 021/341 41 41 Fax 021/341 41 46 www.cvi.ch mail@cvi.ch PROGRAMME 2014 Rue du Midi 15 Case postale 5607 1002 Lausanne Tél. 021/341 41 41 Fax 021/341 41 46 www.cvi.ch mail@cvi.ch TOUS LES COURS EN UN COUP D'OEIL TITRE PUBLIC-CIBLE PAGE Remplir un contrat de

Plus en détail

64 Présentation du régime

64 Présentation du régime OPÉRATIONS IMMOBILIÈRES 64 Présentation du régime Les règles applicables en matière de TVA immobilière Règles applicables depuis le 11 mars 2010... 6000 Champ immobilière... 6001 Règles de territorialité...

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail