1 Les échanges internationaux au sein des groupes : une focalisation sur quelques produits et vers l Union européenne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Les échanges internationaux au sein des groupes : une focalisation sur quelques produits et vers l Union européenne"

Transcription

1 1 Les échanges internationaux au sein des groupes : une focalisation sur quelques produits et vers l Union européenne Boris GUANNEL, Sylvie MABILE, Claire PLATEAU (SESSI)

2 LES ÉCHANGES INTRAGROUPE En 1999, 41 % des exportations et 36 % des importations françaises de produits industriels sont des échanges avec des entreprises localisées dans des pays différents, mais appartenant au même groupe industriel. La part de ces échanges a beaucoup augmenté ces dernières années. Elle est désormais comparable à celle des États-Unis. Cette progression s explique par l intégration européenne. Les échanges sont plus concentrés que l ensemble des échanges sur un nombre limité de produits et de destinations géographiques. Les groupes implantés en France réalisent les trois quarts de leurs échanges avec des pays de l Union européenne ; un quart concerne l automobile. Les groupes industriels organisent encore essentiellement leur production en spécialisant chacun de leurs sites de production sur un produit, pour le revendre sur un marché international. Les deux tiers des produits échangés en sont revendus en l état. S implanter à l étranger permet aux groupes de conforter la position commerciale de leur base nationale. Les filiales commerciales jouent un rôle important dans la conquête des marchés. Le marché unique permet surtout d exploiter des économies d échelle. Les échanges avec les pays à bas salaires sont peu importants. Les produits échangés sont alors plus souvent destinés à être intégrés dans le processus de production. Les sociétés transnationales dominent l activité économique. Elles organisent leur production et leurs réseaux de distribution à l échelle mondiale. Elles assignent à chacune de leurs filiales une spécialisation, fonction de l importance commerciale du marché local et des dotations en main-d œuvre ou en matières premières. En conséquence, les échanges se multiplient entre entreprises localisées dans des pays différents, mais appartenant à un même groupe. Ces échanges, qu on appelle encore échanges, sont davantage «captifs» que les autres échanges. Le groupe ne peut en effet remettre en cause, du jour au lendemain, ses investissements et ses choix techniques et commerciaux. Les échanges sont ainsi moins sensibles à court terme aux variations de la compétitivitéprix. Ils sont, en revanche, plus sensibles à la conjoncture mondiale. Ils ont, sans doute, pesé sur le repli des technologies de l information en En France, les groupes industriels internationaux réalisent 75 % des exportations et 64 % des importations industrielles. Ils organisent leur production au niveau européen, voire mondial. De ce fait, les importations françaises dépendent non seulement de la demande intérieure, mais aussi, de plus en plus, de la demande mondiale. Ainsi, les importations comme les exportations ont baissé brutalement à la fin de l année 2000, dès les premiers signes du ralentissement de l activité mondiale, et alors même que la demande intérieure française n était pas encore affectée. Échanges : plus du tiers des échanges extérieurs français En 1999, 41 % des exportations et 36 % des importations françaises de produits industriels sont des échanges entre entreprises appartenant au même groupe industriel mais localisées dans des pays différents (graphique 1). Tel est le premier constat de l enquête réalisée par le Sessi auprès de plus de entreprises industrielles (encadré 1). 34

3 LES ÉCHANGES INTERNATIONAUX AU SEIN DES GROUPES 1 - Les groupes industriels internationaux dans le commerce extérieur français de produits industriels Exportations français partenariat étrangers Groupes industriels 23 % 18 % hors français internationaux 2 % 21 % 11 % hors étrangers 5 % 16 % groupes non internationaux 4% entreprises indépendantes groupes internationaux non industriels Importations étrangers français partenariat 8 % 28 % Groupes industriels hors français internationaux 4% 13 % 11 % 6 % hors étrangers groupes non internationaux 20 % 10% entreprises indépendantes groupes internationaux non industriels 75 % des exportations et 64 % des importations de produits industriels sont réalisées par des groupes industriels internationaux, c est-à-dire des groupes possédant au moins une filiale industrielle, quel qu en soit le pays d implantation, et une filiale à l étranger. Leurs échanges extérieurs peuvent être des échanges avec des filiales du groupe, c est-à-dire des échanges. Ce peut être aussi des échanges dans le cadre d accords de partenariat ou encore des échanges hors. Les 25 % d exportation et 36 % d importation de produits industriels restants sont effectués soit par des groupes qui n ont pas de filiales à l étranger, soit par des entreprises indépendantes. Ils peuvent encore être effectués par des groupes internationaux non industriels, notamment des groupes de négoce. Sources : Enquête Échanges internationaux 1999 (Sessi, Scees, Insee), Lifi (Insee) Alors que la part de ces échanges est restée quasiment stable aux États-Unis, elle a beaucoup augmenté en France depuis 1993 : de sept points pour les exportations, de dix-sept points pour les importations. Le poids des échanges en France est désormais comparable à celui des États-Unis. Il est très supérieur à celui du Japon pour les importations (voir tableau). C est la conséquence du dynamisme des investissements directs, au cours de ces dernières années. Depuis dix ans, la France s est largement ouverte aux implantations étrangères. Les groupes industriels de nationalité étrangère contribuent fortement à ces échanges. Ils réalisent les trois quarts des importations de ce type et près de la moitié des exportations. Ce sont eux qui, pour l essentiel, sont responsables de l augmentation des échanges entre 1993 et 1999 (encadré 2). 35

4 LES ÉCHANGES INTRAGROUPE 1 - L enquête Échanges internationaux L enquête a été lancée en 2000 auprès d entreprises industrielles ou de commerce de gros, implantées en France, et qui appartiennent à des groupes industriels internationaux, c est-à-dire des groupes possédant au moins une filiale industrielle, quel qu en soit le pays d implantation, et une filiale à l étranger. Elle est limitée aux entreprises qui ont des échanges internationaux élevés : plus d un million d euros pour la somme des importations et des exportations. Elle mesure les flux de produits industriels réalisés en 1999, hors matériels militaires. Sur ce champ, entreprises ont répondu, appartenant à groupes industriels internationaux. Elles représentent 52 % des entreprises du champ de l enquête, mais 78 % des flux échangés. Une enquête du même type avait déjà été réalisée en France. Elle portait sur les échanges en Les États-Unis et le Japon en organisent également régulièrement depuis une quinzaine d années. Les échanges dans les échanges totaux aux États-Unis, au Japon et en France en % Exportations Importations 1990 (1) 1999 (2) 1990 (1) 1999 (2) États-Unis 32,8 36,2 43,7 39,4 dont groupes américains 23,1 27,7 16,1 17,2 dont groupes étrangers 9,7 8,6 27,6 22,2 Japon 16,6 30,8 14,7 23,6 dont groupes japonais 14,5 28,6 4,2 14,8 dont groupes étrangers 2,1 2,2 10,5 8,8 France 34,0 40,6 19,0 35,8 dont groupes français 21,0 23,0 7,0 7,5 dont groupes étrangers 13,0 17,6 11,0 28,3 (1) 1993 pour la France, (2) 1998 pour les États-Unis Ces chiffres donnent des ordres de grandeur, le champ et la méthodologie de ces trois enquêtes n étant pas rigoureusement identiques Sources : BEA pour l enquête américaine, ministère de l Industrie pour le Japon, Sessi pour la France 36 Automobile et pharmacie en tête Les échanges sont concentrés sur un nombre limité de produits, beaucoup plus nettement que l ensemble des échanges. L automobile et la pharmacie ont ainsi un poids dans les échanges près de deux fois supérieur à leur poids dans les échanges commerciaux français. Les échanges internes aux groupes se développent, en effet, là où sont présentes des firmes multinationales qui opèrent sur des marchés peu différenciés. L automobile arrive en tête avec 66 % d échanges (graphique 2). Elle est suivie par la pharmacie, parfumerie, entretien (55 %). L écart entre l automobile et la pharmacie ne s explique que par une moindre concentration du secteur pharmaceutique.

5 LES ÉCHANGES INTERNATIONAUX AU SEIN DES GROUPES 2 - Poids de l dans l ensemble des échanges industriels par produit Tous produits Automobile Combustibles Pharm. parf. entr. Composants Chimie Équipement foyer Équ. élec. électron. Équ. mécanique Habillement, cuir Agroalimentaire Prod. minéraux Métallurgie Bois et papier Naval. aéro. ferro Edition Textile G Importations Exportations G % % groupes étrangers* groupes français* groupes français* groupes étrangers* * groupes industriels internationaux Lecture : en 1999 l ensemble des importations d automobiles a atteint 30 milliards d euros. 61 % sont des importations internes aux groupes industriels internationaux, dont 10 % réalisés par des groupes français et 51 % par des groupes étrangers. Source : Enquête Échanges internationaux 1999 (Sessi, Scees, Insee) Les PMI y réalisent 22 % des échanges, contre seulement 7 % dans l automobile. Les échanges sont également importants dans les composants, la chimie, les biens d équipement du foyer et les équipements électriques et électroniques, secteurs où ils représentent 40 % des échanges. loin devant les industries traditionnelles et l aéronautique L est en revanche plus modeste quand le tissu industriel est plus hétérogène. Ainsi, 28 % des échanges sont internes aux groupes dans l agroalimentaire. À côté de grands groupes industriels, coexistent en effet des entreprises indépendantes et des groupes sans implantation à l étranger, qui réalisent 35 % des échanges. Il en est de même dans les industries du bois, ou encore des équipements mécaniques. En revanche, si seulement 28 % des produits minéraux sont échangés en, c est essentiellement en raison du poids des marchandises et des coûts de transport élevés. 37

6 LES ÉCHANGES INTRAGROUPE 2 - Les groupes s appuient sur leur base nationale Quelle que soit leur nationalité, les groupes s implantent à l étranger pour accéder à des marchés nouveaux, mais aussi pour spécialiser leurs unités de production. Leur stratégie relève donc bien d une nationalité. Les groupes confortent ainsi le plus souvent la position commerciale de leur pays d origine. Les ventes à des filiales à l étranger contribuent pour les trois quarts à l excédent commercial des groupes français. A l inverse, par leurs importations, les groupes étrangers creusent le déficit commercial de la France avec leur pays d origine. Les filiales de commerce de gros des groupes étrangers jouent un rôle important. Elles permettent à leurs groupes d accéder plus facilement au marché français, mais aussi de pénétrer le marché européen. Elles partagent, pour moitié avec les filiales industrielles, les importations. Elles sont parfois les seules représentantes du groupe industriel qui n a pas de site de production en France. Dans l industrie automobile, elles réalisent 40 % des importations, dans les biens d équipement électrique et électronique 30 %, dans les équipements mécaniques 25 %. Ces importations, sans contrepartie de production en France, contribuent pour plus de la moitié au déficit commercial des groupes industriels étrangers. Elles ont essentiellement pour origine l Europe et l Asie. En revanche, les filiales commerciales jouent un rôle mineur dans les exportations (8 % des exportations). Ce sont les filiales industrielles qui réalisent l essentiel des exportations. Les importations sont assez peu fréquentes pour les produits textiles ou d habillement (11 %). Les groupes industrialisés internationalisés sont en effet peu nombreux dans ce secteur d activité, alors que les PMI indépendantes et les groupes de négoce occupent une place importante. Dans l aéronautique également, les échanges ne représentent, en 1999, qu un quart des échanges. Dans ce secteur, avant la création de EADS, l internationalisation passe davantage par des partenariats du type Airbus Industrie, non comptabilisés en échanges. 38 D abord l Union européenne L Union européenne est la zone avec laquelle les échanges sont les plus intenses, mais aussi celle où ils ont le plus progressé, ces trois dernières années. Près de la moitié des échanges entre la France et les autres pays de l Union européenne sont réalisés entre filiales d un même groupe industriel : 45 % des exportations et 38 % des importations (graphique 3). Cette proportion est beaucoup plus élevée si on se limite aux filiales françaises des groupes étrangers : 68 % de leurs échanges sont des échanges avec leurs filiales européennes. L Union européenne est également la zone avec laquelle se réalise l essentiel des échanges (70 %). Cette polarisation régionale existe déjà pour le commerce extérieur français (la France réalise 64 % de ses échanges avec l Union européenne),

7 LES ÉCHANGES INTERNATIONAUX AU SEIN DES GROUPES 3 - Poids des échanges industriels par destination et provenance dans l'ensemble des échanges G Importations Exportations G Toutes zones Alena Union européenne Japon Autres Amérique Autres Europe Asie hors Japon Afrique Proche et Moyen-Orient % % groupes étrangers* groupes français* groupes français* groupes étrangers* *groupes industriels internationaux Lecture : en 1999 l ensemble des importations en provenance de l Alena a atteint 25 milliards d euros. 33 % sont des importations internes aux groupes industriels internationaux, dont 8 % réalisées par des groupes français et 25 % par des groupes étrangers. Source : Enquête Échanges internationaux 1999 (Sessi, Scees, Insee) mais elle est encore plus marquée pour les échanges. L internationalisation des entreprises industrielles s appuie donc encore essentiellement sur l espace européen. Au sein de l Europe des Quinze, les groupes industriels se sont redéployés et les échanges se sont multipliés, deux conséquences de l instauration du marché unique. puis les autres pays de la Triade Les échanges, comme les investissements directs, sont également importants avec les autres pays de la Triade : l Alena (Accord de libre-échange nordaméricain) et le Japon. La part des exportations dans les échanges de chacune de ces zones est identique à celle de l Union européenne (45 %). Dans les échanges avec le Japon, les importations pèsent un poids important : 50 %, contre 38 % avec l Union européenne et 33 % avec l Alena. Ces importations sont essentiellement l apanage de groupes japonais. Elles dépassent, par leur montant, les exportations totales de la France vers le Japon. En dehors de la Triade, les échanges sont moins intenses. Les groupes français sont encore peu présents dans ces zones émergentes, à croissance souvent rapide. Deux exceptions toutefois. D une part, les entreprises françaises ont anticipé le futur élargissement de l Union européenne. Elles investissent en Europe centrale et orientale, à la faveur d une proximité géographique, d une plus grande stabilité politique et d une main-d œuvre relativement qualifiée. 32 % des échanges avec cette 39

8 LES ÉCHANGES INTRAGROUPE zone sont des échanges. D autre part, les groupes français sont présents en Amérique latine. L implantation des groupes étrangers sur ce continent est ancienne, et le secteur automobile y joue un rôle important. 39 % des exportations vers les pays d Amérique latine sont des exportations. Le montant des échanges reste néanmoins modeste. Essentiellement de la revente en l état Les deux tiers des produits échangés à l intérieur d un groupe ne font l objet d aucune transformation ultérieure. En effet, les groupes organisent encore essentiellement leur production en spécialisant chacun de leurs sites sur un produit, pour le revendre ensuite sur un marché international. Ils cherchent, avant tout, à bénéficier d économies d échelle importantes. Ils échangent des produits similaires qui sont souvent des compléments de gamme : au sein de l Union européenne, l automobile arrive en tête des produits échangés en (31 %), suivie de la chimie (13 %). Les groupes européens sont donc plutôt des «multinationales classiques», qui cherchent à tirer parti d un vaste marché européen homogène, plutôt qu à organiser la production à l échelle européenne. Les économies européennes sont assez voisines pour ce qui est des ressources en matière premières, des coûts et de la qualification de la main-d œuvre, des goûts des consommateurs. Segmenter le processus de production est une pratique qui concerne donc encore assez peu de produits. Autrement dit, la majorité des groupes ne découpent guère leur fabrication entre leurs filiales. Quand elles proviennent de pays situés hors de la Triade, les importations sont plus souvent destinées à être intégrées dans le processus de fabrication : 47 % contre seulement 28 % pour les produits provenant de pays de la Triade. L élargissement de l Union européenne à des pays d Europe centrale pourrait modifier l organisation de la production. Comme le coût de la main-d œuvre y est plus bas, une division du travail à l échelle européenne pourrait se développer. Déjà, en 1999, 45 % des importations en provenance d Europe centrale et orientale étaient destinées à de la fabrication. Cette nouvelle division du travail serait semblable à celle qui existe déjà au sein de l Alena entre le Mexique, les États-Unis et le Canada, ou en Asie de l Est entre le Japon et les pays nouvellement industrialisés. L avènement de la production globale? L organisation de la production par les grands groupes industriels internationaux qui ont une filiale en France ressemble donc encore beaucoup à une spécialisation de la production par site industriel dans les pays développés et à des échanges classiques à partir de plates-formes commerciales. Il s agit encore peu d une intégration mondiale du processus de production, les investissements étrangers étant surtout destinés à la Triade. L entreprise globale n en a pas moins dépassé le stade du projet. Pour se développer à l étranger, l entreprise a d autres voies que la prise de contrôle du capital : soustraitance internationale, concessions de licences, accords de collaboration internationale. Dans plusieurs secteurs, notamment l automobile, des sociétés 40

9 LES ÉCHANGES INTERNATIONAUX AU SEIN DES GROUPES multinationales se transforment en concepteurs et en assembleurs spécialisés d éléments fabriqués par des sous-traitants de diverses régions du monde. Toutefois, ces soustraitants sont invités à s installer sur les mêmes sites industriels. Dans le textile, les groupes sont quasiment inexistants ; les entreprises délocalisent vers les pays à bas salaires, essentiellement par la sous-traitance et le négoce international, sans apports de capitaux. Si les échanges ont faiblement progressé aux États-Unis entre 1990 et 1998, c est vraisemblablement parce que ces nouvelles formes de coopération internationale se sont développées. Dans les années à venir, les groupes fortement endettés pourraient les plébisciter. C est un moyen de réduire les apports de capitaux, mais aussi de ménager les susceptibilités nationales, et de mieux s intégrer dans le pays d accueil. Pour en savoir plus - Rapport CPCI , Sessi, http : bord/so_bilan02.htm - «Echanges intrabranche et et internationalisation de la production», Perspectives économiques de l OCDE, n 71, juin US good trade : Imports-Exports by related parties 2000, Ministère du Commerce des États-Unis, Industrie française et mondialisation, Chiffres Clés Analyse, Sessi,

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS La France : 4 e destination mondiale Une croissance du nombre de projet Après trois années de stabilité, le nombre des projets d investissements étrangers

Plus en détail

Les réseaux d enseignes, très présents dans le commerce

Les réseaux d enseignes, très présents dans le commerce Les réseaux d enseignes, très présents dans le commerce Julien Fraichard et Corine Troïa* Depuis une trentaine d années, les réseaux d enseignes occupent largement le paysage commercial français. Trois

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Volume 2, numéro 7 29 mars 2005. La Chine. Deuxième partie : l ouverture au commerce international. Sommaire

Volume 2, numéro 7 29 mars 2005. La Chine. Deuxième partie : l ouverture au commerce international. Sommaire ISSN 1708-9158 Volume 2, numéro 7 29 mars 2005 La Chine Deuxième partie : l ouverture au commerce international Sommaire 1. Avec la mise en œuvre de réformes en 1978 et 1992, la Chine a donné une nouvelle

Plus en détail

II. Commerce des marchandises

II. Commerce des marchandises II. Commerce des marchandises En 2012, le commerce mondial des marchandises a augmenté de 2 pour cent en volume dans le contexte d une faible demande mondiale et d une baisse des prix. Cela est beaucoup

Plus en détail

Le présent document a été établi sous ma propre responsabilité et sans préjudice de la position du Ministère du Commerce Extérieur du Maroc.

Le présent document a été établi sous ma propre responsabilité et sans préjudice de la position du Ministère du Commerce Extérieur du Maroc. NOTE SYNTHETIQUE SUR LA PARTICIPATION DU MAROC AUX SECTEURS NOUVEAUX ET DYNAMIQUES DU COMMERCE MONDIAL : DIMENSION SUD-SUD. Le présent document a été établi sous ma propre responsabilité et sans préjudice

Plus en détail

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises Les Très Petites Entreprises en Bourgogne un rôle économique à conforter Le profil des 55 700 TPE (Très Petites Entreprises comptant moins de 20 salariés) de Bourgogne est très diversifié : commerce, médecin,

Plus en détail

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation subit, ces dernières années, une concurrence de plus en plus forte sur les marchés

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

4.1 Les entreprises exportatrices

4.1 Les entreprises exportatrices FICHES THÉMATIQUES 4.1 Les entreprises exportatrices Le chiffre d affaires à l exportation des entreprises industrielles françaises de 2 salariés ou plus a augmenté de 6,9 % en 26, sa plus forte hausse

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

Leçon 3 : Le développement international de l entreprise 2

Leçon 3 : Le développement international de l entreprise 2 Leçon 3 : Le développement international de l entreprise 2 I. Les modes de présence à l étranger 2 1. L exportation 2 2. Le groupement d exportateurs 2 3. Le piggy back et le piggy back croisé 2 4. L accord

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Année 2013. Baisse des échanges en 2013, après un fort ralentissement l année précédente

Année 2013. Baisse des échanges en 2013, après un fort ralentissement l année précédente http://lekiosque.finances.gouv.fr Année 2013 Les échanges, qui avaient nettement ralenti en 2012, se replient en 2013. Le recul des exportations (-1,3 %, après +3,1 %) est marqué pour certains biens intermédiaires,

Plus en détail

Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations au cours des 20 dernières années

Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations au cours des 20 dernières années mondiales de services commerciaux 1995 1 179 milliards 2005 2 516 milliards 2014 4 872 milliards mondiales de marchandises Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations

Plus en détail

SOCOFE et FLUXYS. ou la stratégie des réseaux

SOCOFE et FLUXYS. ou la stratégie des réseaux SOCOFE et FLUXYS ou la stratégie des réseaux Au centre de l Europe, la Belgique s affirme comme une véritable plaque tournante du gaz naturel. Le pays est dépourvu de cette précieuse ressource naturelle.

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

Des échanges commerciaux encore modestes, mais dont les perspectives apparaissent particulièrement prometteuses à moyen terme

Des échanges commerciaux encore modestes, mais dont les perspectives apparaissent particulièrement prometteuses à moyen terme Les échanges commerciaux francomozambicains en 2013 Résumé En 2013, les échanges de biens entre la France et le Mozambique se sont élevés à 121,2 M EUR, soit une baisse de -17,8 % sur l année. La forte

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Étude de cas «Un produit mondialisé : l automobile»

Étude de cas «Un produit mondialisé : l automobile» CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 6 janvier 2016 Étude de cas «Un produit mondialisé : l automobile» Table des matières 1 Un produit mondialisé 2 1.1 La diffusion de l automobile dans

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES 1 LES NOTIONS Echange marchand = échange de biens et de services qui s effectue sur un marché et qui donne lieu au paiement d un prix fixé

Plus en détail

Internationalisation, performances des entreprises et emploi

Internationalisation, performances des entreprises et emploi Internationalisation, performances des entreprises et emploi Alexandre Gazaniol, Internationalisation, performances des entreprises et emploi, Paris, Presses des MINES, 2012. ISBN : 978-2-911256-97-4 Presses

Plus en détail

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine Les Échanges Internationaux de l Aquitaine en 2009 2009 : Tendances et faits marquants Baisse généralisée des exportations et importations Exportations Importations Aquitaine Valeur 2009 12 083 9 664 Evolution

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

L ALENA UNE DÉCENNIE DE RENFORCEMENT D UNE RELATION DYNAMIQUE

L ALENA UNE DÉCENNIE DE RENFORCEMENT D UNE RELATION DYNAMIQUE L ALENA UNE DÉCENNIE DE RENFORCEMENT D UNE RELATION DYNAMIQUE L Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) constitue une démonstration exceptionnelle des gains que peuvent obtenir des pays ouverts

Plus en détail

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées.

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées. Vue d ensemble Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur

Plus en détail

Matériaux de construction

Matériaux de construction Cette étude des matériaux de construction couvre les produits d extraction et les matériaux issus de leurs transformations successives. Le domaine ainsi défini se répartit donc en deux sous ensembles :

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE : L ESPACE NORD-AMÉRICAIN CHAPITRE 1 : PRÉSENTATION GÉNÉRALE LE SYSTÈME-MONDE : DES ESPACES INTERDÉPENDANTS

PREMIÈRE PARTIE : L ESPACE NORD-AMÉRICAIN CHAPITRE 1 : PRÉSENTATION GÉNÉRALE LE SYSTÈME-MONDE : DES ESPACES INTERDÉPENDANTS PREMIÈRE PARTIE : L ESPACE NORD-AMÉRICAIN CHAPITRE 1 : PRÉSENTATION GÉNÉRALE LE SYSTÈME-MONDE : DES ESPACES INTERDÉPENDANTS I-QU EST-CE QUE LE SYSTÈME-MONDE Selon le géographe J. Rosnay, «Un système est

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

Résultats. Observatoire des exploitations viticoles

Résultats. Observatoire des exploitations viticoles Résultats 2006 Observatoire des exploitations viticoles Réalisation de l étude Cette étude est réalisée par le Conseil national des centres d économie rurale (CNCER) pour le compte de Viniflhor. L observatoire

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL

COMMERCE INTERNATIONAL NOVEMBRE 2013 COMMERCE INTERNATIONAL AQUITAINE Enquête auprès des entreprises exportatrices aquitaines LES EXPORTATEURS AQUITAINS : QUI SONTILS? Présentation de l échantillon Ce document présente une synthèse

Plus en détail

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Après deux années de repli, le nombre de nouveaux contrats d apprentissage progresse en Paca en 2011 : +1,3 % par

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

chimique et pharmaceutique

chimique et pharmaceutique L industrie chimique et pharmaceutique, un puissant moteur de croissance Avec son taux de croissance exceptionnel et sa forte implication dans l économie nationale, l industrie chimique et pharmaceutique

Plus en détail

SOUS-PARTIE III L UNION EUROPÉENNE COMPARÉE AUX ÉTATS-UNIS, AU JAPON ET À LA CHINE

SOUS-PARTIE III L UNION EUROPÉENNE COMPARÉE AUX ÉTATS-UNIS, AU JAPON ET À LA CHINE L UNION EUROPÉENNE COMPARÉE AUX ÉTATS-UNIS, AU JAPON ET À LA CHINE L ESPACE EUROPÉEN LES DÉPENSES DE R&D SOUS-PARTIE III L UNION EUROPÉENNE COMPARÉE AUX ÉTATS-UNIS, AU JAPON ET À LA CHINE CHAPITRE 1. LES

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/51/L.6 14 octobre 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Cinquante

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

III. Commerce des services commerciaux

III. Commerce des services commerciaux III. Commerce des services commerciaux Les exportations de services commerciaux ont augmenté de 11 pour cent. Faits saillants de l évolution en 211: vue d ensemble Données commerciales Liste des tableaux

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Etude. Les grandes implantations logistiques 2002-2006 région urbaine de lyon

Etude. Les grandes implantations logistiques 2002-2006 région urbaine de lyon Etude Les grandes implantations logistiques 2002-2006 région urbaine de lyon Les grandes implantations logistiques 2002-2006 région urbaine de Lyon Fonction stratégique pour les entreprises, la logistique

Plus en détail

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Rencontre Moyen Terme 2014/2018 Grégori Colin Economiste LA BALANCE COMMERCIALE (incluant les services marchands) Les flux

Plus en détail

Les Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) sur Aix Marseille Provence

Les Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) sur Aix Marseille Provence Les Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) sur Aix Marseille Provence DEST - CCIMP Avril 2014 P2 Les ETI : l épine dorsale de l économie ETI PME Grands groupes Un décret du 18 décembre 2008 a défini

Plus en détail

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL 1. L AQUITAINE Une région en croissance La région Aquitaine s inscrit depuis la fin des années quatre-vingt-dix dans le peloton de tête des régions françaises

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES Les surfaces Le nombre d exploitations légumières, 3 86 en 1, est en diminution comme l ensemble des exploitations agricoles. Cette baisse a davantage concerné les plus petites

Plus en détail

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA Avis présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du

Plus en détail

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE)

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE) 1. LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996 relatif aux statistiques

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 juin 2015 Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015 Aperçu de

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur la base d unités

Plus en détail

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Exportations de marchandises par région et par produit, 2013 (milliards de $EU) Augmentation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Analyse du secteur automobile marocain

Analyse du secteur automobile marocain Analyse du secteur automobile marocain Présentation du secteur L industrie automobile marocaine représente près de 5% du PIB industriel, assure 14% des Exportations industrielles et entraîne une grande

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE SEPTEMBRE 2009 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Picardie Tendances régionales Numéro 20 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

Production et distribution d électricité, de gaz, de vapeur et d air conditionné

Production et distribution d électricité, de gaz, de vapeur et d air conditionné L industrie en Production et distribution d électricité, de gaz, de vapeur et d air conditionné Chiffres clés Établissements 1 318 15,3 % des établissements industriels en Emploi 3 339 3,8 % des emplois

Plus en détail

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN Points 4 forts BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN 214 HAUSSE DES CRÉATIONS D ENTREPRISES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 214, le des créations pures d entreprises dans les secteurs

Plus en détail

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA Note de Conjoncture N 66 Page 1 Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants Effectifs IAA 540 000 530 000 520 000 510 000 500 000 490 000 480 000 Source : Acoss, calculs ANIA

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

Le commerce extérieur du Mozambique en 2013

Le commerce extérieur du Mozambique en 2013 Le commerce extérieur du Mozambique en 2013 Résumé En 2013, les échanges extérieurs du Mozambique se sont élevés à 12,6 Mds USD, en hausse de 7,4% par rapport à 2012. Les exportations sont principalement

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

Des immobilisations importantes

Des immobilisations importantes Des immobilisations importantes Comme dans toute industrie capitalistique, les investissements corporels revêtent une importance particulière, puisqu ils alimentent les immobilisations ; ces dépenses s

Plus en détail

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010 Principales conclusions Le secteur des TIC se relève de la crise économique et les marchés mondiaux des TIC se déplacent vers les

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au dévloppmnt durable n 542 Juillet 2014 L intensité énergétique a baissé dans l industrie entre 2001 et 2012 OBSRVATION T STATISTIQUS énrgi ntre 2001 et 2012, l intensité énergétique

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Intensification de l activité dans la zone euro

Intensification de l activité dans la zone euro Patrick McGuire +41 61 28 8921 patrick.mcguire@bis.org 2. Marché bancaire Les achats de titres du secteur public ont soutenu l activité au troisième trimestre 22. Les banques de la zone déclarante BRI

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Les étudiants étrangers en France et français à l étranger. Jérôme Fabre, Magda Tomasini*

Les étudiants étrangers en France et français à l étranger. Jérôme Fabre, Magda Tomasini* Éducation, formation 2 Les étudiants étrangers en France et français à l étranger Jérôme Fabre, Magda Tomasini* En 2001, 1,8 million d étudiants poursuivent des études supérieures dans un pays de l OCDE

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Rhône-Alpes Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation

Plus en détail

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER PROMOTIONS Entrecôtes saucisses ILE -DE- FRANCE études études Septembre 2009 Reprises et Bouch Trmissions A CEDER A CEDER d'entreprises à Paris Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France Reprises

Plus en détail

La part des banques dans le financement des entreprises

La part des banques dans le financement des entreprises Le financement bancaire des entreprises en Polynésie française AGENCE DE PAPEETE NUMERO 1 Janvier 08 Note expresse Établissement public Dotation 000 000 - SIRET 78 430 111 0 APE 651 A Siège social : 5

Plus en détail

Les communes de des quartiers aux profils

Les communes de des quartiers aux profils Les communes de des quartiers aux profils Les quartiers qui composent les cinq communes de l Ouest présentent des caractéristiques très contrastées : des zones denses d habitat social quasiment saturées,

Plus en détail

Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur

Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur par Bruno LUNDI Le gouvernement est en passe de renoncer à ouvrir une quatrième licence de téléphonie mobile de troisième génération en France.

Plus en détail

Déclaration de politique générale

Déclaration de politique générale Chambre de commerce internationale L organisation mondiale des entreprises Déclaration de politique générale Recommandations de politique générale d ICC sur la délocalisation de l informatique Rédigées

Plus en détail

La contribution des sociétés financières au revenu agrégé des sociétés

La contribution des sociétés financières au revenu agrégé des sociétés N o 11 626 X au catalogue N o 17 ISSN 1927-548 ISBN 978 1 1 99762-9 Document analytique Aperçus économiques La contribution des sociétés financières au revenu agrégé des sociétés par Guy Gellatly, Matthew

Plus en détail

Espagne : le secteur des machines pour le caoutchouc et le plastique notes sectorielles ICEX

Espagne : le secteur des machines pour le caoutchouc et le plastique notes sectorielles ICEX Espagne : le secteur des machines pour le caoutchouc et le plastique notes sectorielles ICEX un deux trois quatre cinq six Délimitation du secteur L offre espagnole Le commerce extérieur Les principales

Plus en détail

22 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique

22 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique DOSSIER DE PRESSE Le 10 Mars 2016 22 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique Synthèse Pour la 22 ème année consécutive, l enquête logistique 2015-2016 de l AFT

Plus en détail

Le patrimoine des Français

Le patrimoine des Français Le patrimoine des Français Les difficultés statistiques pour évaluer le patrimoine sont plus importantes que pour estimer le revenu. Mais même avec leurs imperfections, les évaluations fournies par l Institut

Plus en détail

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Dans tous les pays de l, les diplômés de l enseignement tertiaire ont plus de chances de travailler que ceux qui ne le

Plus en détail

L internationalisation de la société française (*)

L internationalisation de la société française (*) L internationalisation de la société française (*) PRESENTATION DU THEME par Guillaume DEVIN (**) L internationalisation est un thème à la mode. Appliquée à la société française, elle se rapporte à une

Plus en détail

Chapitre II : Gestion des stocks :

Chapitre II : Gestion des stocks : Chapitre II : Gestion des stocks : Section I : Présentation générale de la problématique des stocks I. 1. DEFINITION DES STOCKS : Un stock est une quantité de biens ou d articles mis en réserve pour une

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE

L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE Mémento de l Hydrogène FICHE 2.6 L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE Sommaire 1. Production et consommation d électricité dans le Monde 2. Production et consommation d électricité en France 3. Les

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

Enquête : les sous-traitants bourguignons

Enquête : les sous-traitants bourguignons Enquête : les sous-traitants bourguignons Octobre 2014 707 établissements bourguignons ont été identifiés comme travaillant en sous-traitance en mécanique générale, assemblage-soudage, chaudronnerie-tôlerie,

Plus en détail