La responsabilité pénale dans l entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La responsabilité pénale dans l entreprise"

Transcription

1 GUIDE JURIDIQUE DE L ENTREPRISE Traité théorique et pratique 2 e édition Titre XII Livre La responsabilité pénale dans l entreprise Adrien MASSET Avocat au barreau de Verviers Professeur à l Université de Liège 3B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_VOOR", p. 1, 20 September 2006, 09:44

2 3B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_VOOR", p. 2, 20 September 2006, 09:44

3 LIVRE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DANS L ENTREPRISE Table des matières INTRODUCTION Criminalité d affaires Code pénal des affaires Inflation pénale et dépénalisation Droit pénal des affaires et procédure pénale La délinquance internationale en droit pénal des affaires Plan du livre 11 CHAPITRE 1. QUI, DANS L ENTREPRISE, EST PÉNALEMENT RESPONSABLE? L IMPORTANCE DE LA LOI DU 4 MAI 1999 INSTAURANT LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DES PERSONNES MORALES Entreprise individuelle ou sociétaire Entreprise individuelle Entreprise sociétaire Le régime de la responsabilité pénale dans l entreprise sociétaire avant cette loi du 4 mai 1999 Aperçu historique Les problèmes de droit pénal général posés par l ancienne théorie de la responsabilité pénale des personnes morales Les remèdes légaux apportés avant 1999 et maintenus après 1999, pour réduire l incidence de la non-responsabilité pénale des personnes morales: responsabilité civile des amendes, amendes administratives et transactions administratives La loi du 4 mai 1999 instaurant la responsabilité pénale des personnes morales: les raisons et les étapes du changement Le principe de la responsabilité pénale des personnes morales: un principe presque général Le principe de la responsabilité pénale des personnes morales: la personne morale est punissable, tantôt seule, tantôt avec la personne physique Le régime des sanctions pénales applicables aux personnes morales déclarées coupables Les dispositions de procédure pénale propres à la répression des infractions commises par les personnes morales Le problème classique et épineux de l application de la loi nouvelle dans le temps 30 CHAPITRE 2. UNE SANCTION REDOUTABLE: L INTERDICTION PROFESSIONNELLE Arrêté royal n o 22 du 24 octobre 1934 adouci par la loi du 2 juin Les interdictions d administrer, de gérer et de surveiller une société commerciale 32 GUJE (2 e éd.), 7 septembre 2006 Livre B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_TABMAT", p. 3, 20 September 2006, 10:12

4 TITRE XII. L ENTREPRISE ET SES RESPONSABILITÉS 170. L interdiction d exercer une activité commerciale L effet des condamnations prononcées à l étranger L effet dans le temps des interdictions ayant sorti leurs effets avant la loi du 2 juin CHAPITRE 3. LES PRINCIPALES INFRACTIONS APPLICABLES AUX ENTREPRISES Plan 35 SECTION 1. LES INFRACTIONS PRÉVUES PAR LE CODE PÉNAL LES DISPOSITIONS PROPRES À L ENTREPRISE Applications LES RÈGLES RELATIVES À LA CONFISCATION SPÉCIALE ET AU BLANCHIMENT La confiscation spéciale L infraction de blanchiment: notion L objet de l infraction de blanchiment Eléments constitutifs de l infraction Caractéristiques de l infraction Présentation de la loi instaurant le régime préventif de blanchiment DISPOSITIONS GÉNÉRALES APPLICABLES NOTAMMENT AUX ENTREPRISES Introduction 47 A. Les faux en écritures Le cadre légal Eléments constitutifs du faux en écritures Cas d application La peine Usage de faux Prescription 51 B. L abus de confiance et l abus de biens sociaux L abus de confiance Le cadre légal Eléments constitutifs de l abus de confiance Cas d application La peine 54 4 Livre Kluwer 3B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_TABMAT", p. 4, 20 September 2006, 10:12

5 LIVRE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DANS L ENTREPRISE 330. Infractions voisines L abus de biens sociaux Le cadre légal Elements constitutifs de l abus de biens sociaux Répression de l infraction 57 C. L escroquerie Le cadre légal Eléments constitutifs de l escroquerie Cas d application La tentative d escroquerie Les peines Infractions voisines 61 D. Les infractions lie es a` l état de faillite Disparition des infractions de banqueroute mais maintien du droit pénal de la faillite Auteurs des infractions liées à l état de faillite Faut-il un état de faillite? Infractions visées par l article 489 du Code pénal Infractions visées par l article 489bis du Code pénal Infractions visées par l article 489ter du Code pénal Infractions visées par les articles 489quinquies et sexies du Code pénal: infractions commises par des tiers Les peines Addendum: Les dispositions pénales de la loi du 17 juillet 1997 relative au concordat judiciaire 67 SECTION 2. LES INFRACTIONS PRÉVUES PAR LES LOIS PARTICULIÈRES INTRODUCTION L inflation législative LOIS PARTICULIÈRES EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Plan 68 A. La répression du travail frauduleux Raison d être Eléments constitutifs du travail frauduleux Cas particuliers et exceptions 70 GUJE (2 e éd.), 7 septembre 2006 Livre B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_TABMAT", p. 5, 20 September 2006, 14:21

6 TITRE XII. L ENTREPRISE ET SES RESPONSABILITÉS B. La répression de la fraude fiscale Introduction Les sanctions administratives Fraude fiscale et choix de la voie la moins imposée La mesure générale anti-abus de droit Les sanctions pénales Paiement des droits éludés et solidarité fiscale La charte du contribuable La fraude communautaire 77 C. Les infractions a` la réglementation comptable Champ d application Les petites entreprises Les moyennes et grandes entreprises en route vers les petites sociétés et les autres sociétés Le régime des moyennes et grandes entreprises en route vers les petites sociétés et les autres sociétés Le régime des petites entreprises Les personnes responsables Les sanctions La responsabilité pénale des professionnels du contrôle comptable 82 D. Les infractions a` la re glementation des prix Ubiquité delaréglementation des prix Les différents régimes de prix Les sanctions pénales Le pouvoir de transiger de l administration Le pouvoir de transiger du parquet Les mesures provisoires 84 E. Les pratiques du commerce L action en cessation Les sanctions pénales Les pratiques du commerce directement sanctionnées pénalement Les actes accomplis de mauvaise foi La violation des prescriptions judiciaires Le commercial tient le criminel en état 86 F. Le droit pénal de l environnement Le cadre légal La pollution de l atmosphère La pollution des eaux La lutte contre le bruit La lutte contre la pollution par les déchets 91 G. Le droit pénal des activités réglemente es Les dispositions légales 92 6 Livre Kluwer 3B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_TABMAT", p. 6, 20 September 2006, 10:12

7 LIVRE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DANS L ENTREPRISE H. Le droit pénal de la consommation Les dispositions légales La loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation 94 I. Le délit d initie Le cadre légal Qu est-ce qu un initié? Qu est-ce qu une information privilégiée? Quels sont les instruments financiers visés? Quels sont les comportements prohibés? Quelles sont les sanctions? Intervention de la CBFA à 860. Réservés 98 J. Le droit pénal social Les dispositions légales 98 SECTION 3. LE DROIT PÉNAL DES SOCIÉTÉS Présentation générale Provocation à l achat de titres de sociétés par des moyens frauduleux La violation des règles d information et de publicité La distribution de dividendes ou de tantièmes fictifs La distribution illicite d un acompte sur dividende La réduction délictueuse de capital social Les faux dans les comptes annuels 104 BIBLIOGRAPHIE 107 GUJE (2 e éd.), 7 septembre 2006 Livre B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_TABMAT", p. 7, 29 September 2006, 09:43

8 TITRE XII. L ENTREPRISE ET SES RESPONSABILITÉS 8 Livre Kluwer 3B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_TABMAT", p. 8, 20 September 2006, 10:12

9 LIVRE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DANS L ENTREPRISE Introduction Criminalité d affaires La responsabilité pénale de l entreprise touche à la matière du droit pénal des affaires, à la matière du droit pénal économique, à la matière de la délinquance en col blanc ou encore à la matière de l intervention du droit pénal dans la vie des affaires. Les entreprises, ni plus ni moins que les autres activités humaines et économiques, versent parfois dans la délinquance. La délinquance économique soulève des questions juridiques, criminologiques, sociales et éthiques. Les questions juridiques concernent notamment l application des principes généraux du droit pénal, par exemple la mise en œuvre de l imputabilité morale ou de l état de nécessité. Les questions criminologiques mettent spécialement en exergue ce qui est communément appelé le chiffre noir, à savoir la délinquance non apparente, non découverte, non répertoriée. Les questions sociales insistent sur les répercussions économiques et sociales qui frappent les tiers, spécialement les travailleurs, touchés, indirectement mais parfois plus durement que les dirigeants indélicats, par les sanctions pénales prononcées contre les entreprises. Les questions éthiques s interrogent sur la nécessité de l intervention du droit pénal à l encontre des entreprises. 020 Code pénal des affaires Il n existe pas en droit belge de Code pénal des affaires, qui regrouperait les infractions sanctionnant ce que l on qualifierait de délinquance des affaires. Le contenu de ce droit pénal des affaires est au contraire éclaté dans diverses sources: le Code pénal pour les infractions classiques, et des lois les plus variées pour des infractions les plus variées. Ces dernières lois ne comportent, souvent, que l une ou l autre disposition pénale agrémentant d une touche répressive des réglementations plus techniques les unes que les autres. Une autre difficulté serait de délimiter ce champ du droit pénal des affaires, sur la définition duquel personne ne s accorde Inflation pénale et dépénalisation L adage Nul n est censé ignorer la loi (pénale en l espèce) trouve en droit pénal des affaires une acuité remarquable. C est un truisme que de se lamenter actuellement sur la croissance exponentielle des réglementations touchant à la vie des affaires assorties, de-ci de-là, de sanctions pénales. Les polices, spécialisées ou non, et le parquet disposent d un arsenal législatif et réglementaire impressionnant pour faire respecter le principe de la loyauté dans la vie 1. La version initiale de La responsabilité pénale de l entreprise, a été rédigée par Mr. P. Troisfontaines. La présente version est, pour l essentiel, mise à jour au 1 er avril Th. Afschrift et V.A. De Brauwere, Manuel de droit pénal financier, Editions Kluwer, 2001, 599 p.; J. Spreutels, F. Roggen, E. Roger France, Droit pénal des affaires, Bruylant, 2005, 1230 p. GUJE (2 e éd.), 7 septembre 2006 Livre B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 9, 20 September 2006, 11:19

10 TITRE XII. L ENTREPRISE ET SES RESPONSABILITÉS des affaires. Certains auteurs ne manquent pas de s interroger sur le manque d effectivité de ce droit pénal des affaires. La dépénalisation du droit des affaires doit aussi retenir l attention: il s agit de préférer à la sanction pénale d autres modalités de contrainte dites mieux adaptées à la vie des affaires: sanctions civiles, sanctions commerciales, sanctions administratives Droit pénal des affaires et procédure pénale La procédure pénale de droit commun trouve évidemment à s appliquer dans le cadre de la répression des infractions commises dans la vie des affaires 2. De nombreuses lois particulières intéressant le droit pénal des affaires prévoient cependant d importantes dérogations à ce droit commun de la procédure pénale: ainsi, des organes de recherche spécialisés sont rendus compétents pour vérifier l application correcte de la législation; des pouvoirs de recherche exceptionnels sont attribués à ces polices spécialisées (règles spécifiques pour les perquisitions, saisies, rédaction des procèsverbaux,...); les possibilités d extinction de l action publique par l effet de la transaction sont développées; le délit d entrave à l exercice des contrôles est mis en exergue;... Au détour de l une ou l autre législation envisagée, nous évoquerons certaines de ces particularités La délinquance internationale en droit pénal des affaires L internationalisation des relations commerciales et économiques, l ouverture sur des marchés nouveaux précédemment peu accessibles, la mise en place progressive d une structure économique européenne favorable à ce développement international des affaires et l importance des enjeux financiers concernés, ont été autant d éléments propices à l apparition voire à l accélération d une délinquance transnationale des affaires. L imagination des délinquants a profité de l abolition de ces frontières: les législations pénales nationales et internationales ont eu à réagir, d une part en adoptant des règles spécifiques en matière de compétence judiciaire internationale, d autre part en complétant leur arsenal répressif sous l impulsion régulière de conventions interna- 1. Sur la dépénalisation du droit des affaires, voy. spécialement A. De Nauw, Les métamorphoses administratives du droit pénal de l entreprise, Gand, Mys & Breesch, 1994, 190 p.; Comp. la loi du 13 mai 1999 relative aux sanctions administratives dans les communes, insérant un article 119bis dans la nouvelle loi communale et un article 601ter dans le Code judiciaire; sur cette loi, voy., A. Masset, Les santions administratives dans les communes: en route vers le droit communal armé, J.T., 2001, pp et Adm. Publ., 2002, pp (version complétée), ainsi que De vraies santions administratives ou des sanctions pénales camouflées?, Réflexions en droit interne belge, Rev. Fac. Dr. Liège, 2005, pp Sur la procédure pénale de droit commun, voy. M. Franchimont, A. Jacobs et A. Masset, Manuel de procédure pénale, Larcier, Coll. Fac. Droit Liège, 2006; H.D. Bosly et D. Vandermeersch, Procédure pénale, La Charte, 2005; R.P.D.B., t. IX Compl., v8 Procédure pénale, Sur ces particularités, voy. notamment H.D. Bosly, Mise en œuvre des poursuites et pouvoirs d investigation dans l entreprise, Le risque pénal dans la gestion des entreprises, Actes du 41 e Séminaire de la Commission Droit et Vie des Affaires de l Université de Liège, E. Story-Scientia, 1992, pp J. Spreutels, La poursuite des infractions en droit pénal des affaires et D. Matray, Punir le dirigeant ou protéger l entreprise, Le droit des affaires en évolution L entreprise face au droit pénal, Bruylant, 1995, pp. 239 à 259 et pp. 261 à Livre Kluwer 3B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 10, 29 September 2006, 09:45

11 LIVRE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DANS L ENTREPRISE tionales en matière pénale, enfin en développant des collaborations policières et judiciaires Plan du livre Après cette brève introduction, la matière peut être examinée en 4 chapitres: Chapitre 1. Qui, dans l entreprise, est pénalement responsable? Chapitre 2. L interdiction professionnelle en tant que peine à redouter. Chapitre 3. Les infractions du Code pénal appliquées à la vie des affaires. Chapitre 4. Les infractions des lois particulières appliquées à la vie des affaires. 1. Sur le sujet, voy. J.-P. Spreutels, Les infractions internationales Développements récents du droit pénal international des affaires, Le risque pénal dans la gestion des entreprises, Actes du 41 e Séminaire de la Commission Droit et Vie des Affaires de l Université de Liège, E. Story-Scientia, 1992, pp ; J.A.E. Vervaele, La fraude communautaire et le droit pénal européen des affaires, P.U.F., 1994, 436 p.; D. Robert, La justice ou le chaos, Editions Stock, 1996, 349 p., portant l appel de Genève ; A. Bernardi, Vers une européanisation du droit pénal des affaires? Limites et perspectives d un ius commune criminale, Rev. dr. pén., 1997, pp. 405 à 457. Centre d études pour l application du droit communautaire en matière pénale et financière, Le corpus Iuris au regard du droit belge, les premiers pas vers un nécessaire espace judiciaire européen, Fac. Dr. U. Lg., éd. Bruylant et Maklu, 2000, 206 p.; M. Delmas-Marty, Corpus iuris portant dispositions pénales pour la protection des intérêts financiers de l Union Européenne, éd. Economica, Paris, 1997, 179 p. C. Van De Wijngaert, Droit pénal et Communautés européennes, Rev. dr. pén., 1982, pp. 837 à 862; sur l arrêt du 27 octobre 1991, voy. G. Stessens, R.W., , pp. 137 à 153; J. Vervaele, Compétences en matière de sanctions administratives de et dans l Union Européenne - Vers un système de sanctions administratives européennes?, Rev. dr. pén., 1994, pp. 933 à 975. G. De Kerckhove et A. Weyenbergh, Vers un espace judiciaire pénal européen, éd. U.L.B., 2000, 372 p. M. Jaeger, Les rapports entre le droit communautaire et le droit pénal: l institution d une communauté de droit, Rev. dr. pén., 2004, p ; L. Moreillon et A. Willi-Jayet, Coopération judiciaire pénale dans l Union européenne, Bruylant, 2005, 746 p. GUJE (2 e éd.), 7 septembre 2006 Livre B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 11, 20 September 2006, 11:19

12 TITRE XII. L ENTREPRISE ET SES RESPONSABILITÉS Chapitre 1. Qui, dans l entreprise, est pénalement responsable? L importance de la loi du 4 mai 1999 instaurant la responsabilité pénale des personnes morales 070 Entreprise individuelle ou sociétaire L exercice d une entreprise peut revêtir deux formes distinctes: l entreprise est tantôt individuelle, tantôt sociétaire; l individu exerce son activité en personne physique dans la première hypothèse; dans la seconde hypothèse, l entreprise a pris la forme d une société commerciale, personne morale dotée de la personnalité juridique. 080 Entreprise individuelle Depuis toujours, le droit pénal belge a été conçu pour les individus; le principe de la responsabilité pénale individuelle est affirmé, tout comme le principe de la personnalité de la peine. Appliqués au droit pénal des affaires, ces principes ne posent pas de difficultés pour l entreprise individuelle: l entrepreneur qui exerce individuellement ses activités doit évidemment répondre personnellement des infractions pénales commises par son entreprise, c est-à-dire par lui-même. Ainsi, encourra personnellement la sanction pénale, le commerçant qui s installe en personne physique sans être inscrit au registre du commerce 1 ou qui exerce une activité réglementée sans disposer des connaissances de gestion de base et/ou de la compétence professionnelle Entreprise sociétaire L exercice d une activité sous le couvert d une société, société commerciale ou société civile à forme commerciale, quelle qu en soit la forme (SPRL, SPRLU, SA, SNC, SC,...), a pour effet de conférer la personnalité juridique à cette entreprise sociétaire: celle-ci, en tant que telle, dispose de droits et de devoirs; l obligation de respecter la loi pénale pèse sur la société, personne morale. Le droit pénal va-t-il dès lors pouvoir venir sanctionner la société, personne morale, qui a violé la loi pénale? La société, en tant que telle, peut-elle être l auteur de l infraction pénale? Le droit pénal belge, après plus de 130 années de fidélité au principe de l irres- 1. Art. 4 et 44bis des lois relatives au registre du commerce, coordonnées le 20 juill. 1964: Est puni d une amende de 26 à euros, celui qui exerce une activité commerciale pour laquelle elle n a pas informé le greffe du tribunal de commerce conformément à l article 22bis ou pour laquelle les renseignements fournis sont inexacts. Adde les art. 62 et 63 de la loi du 16 janv portant création d une Banque-carrefour des Entreprises, modernisation du registre du commerce, création de guichetsentreprises agréés et portant diverses dispositions. 2. Art. 16, 1 er de la loi-programme du 10 févr pour la promotion de l entreprise indépendante. 12 Livre Kluwer 3B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 12, 20 September 2006, 11:19

13 LIVRE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DANS L ENTREPRISE ponsabilité pénale des sociétés, a bouleversé cette question en adoptant la loi du 4 mai 1999 instaurant la responsabilité pénale des personnes morales; cette loi a été publiée au Moniteur belge le 22 juin 1999 et est en vigueur depuis le 2 juillet Pour montrer l ampleur du changement ainsi légalement réalisé et parce que plusieurs dossiers judiciaires concernent encore des faits antérieurs à la nouvelle loi, il n est pas inutile, dans un premier temps, d exposer l essentiel du régime de la responsabilité pénale dans l entreprise sociétaire avant cette loi du 4 mai Le régime de la responsabilité pénale dans l entreprise sociétaire avant cette loi du 4 mai 1999 Aperçu historique La responsabilité pénale des personnes morales, entreprises sociétaires pour ce qui nous concerne, a connu diverses évolutions en droit pénal belge et a suscité l intérêt d une doctrine abondante 1. En un premier temps, la jurisprudence belge avait adopté le principe societas delinquere non potest : seule une personne physique, à l exclusion d une société, peut commettre une infraction; en conséquence, ce sont les personnes physiques par l intermédiaire desquelles la société a agi, qui sont, dans la réalité des choses, les auteurs des infractions commises et qui en sont pénalement responsables. En un deuxième temps, la jurisprudence belge avait adopté le principe societas delinquere potest, sed puniri non potest : la société peut commettre une infraction, mais ne peut pas encourir de peine 2, celle-ci venant frapper les personnes physiques par l intermédiaire desquelles elle a agi; cette solution était celle qui prédominait en droit belge en matière d imputabilité judiciaire jusqu à l adoption de la loi du 4 mai L imputabilité judiciaire, c est-à-dire réalisée par le juge au départ des éléments concrets de la cause parmi lesquels interviennent les statuts, situation de droit, et ce qui a été vécu concrètement dans la société, situation de fait, désignait donc la personne physique, organe de droit ou de fait ou préposé, qui avait commis l acte prohibé par la loi ou s était abstenu de faire ce que la loi imposait; la responsabilité pénale de cette personne physique poursuivie comme organe, de droit ou de fait, d une 1. Pour les études les plus récentes sur cette question avant la réforme, voy. F. Van Remoortere, La question de la responsabilité pénale des personnes morales en droit de l environnement, Rev. dr. pén., 1991, pp ; A. De Nauw, La délinquance des personnes morales et l attribution de l infraction à une personne physique par le juge, note sous Cass., 23 mai 1990, R.C.J.B., 1992, pp ; F. Tulkens et M. Van de Kerchove, Introduction au droit pénal, E. Story-Scientia, 3 e éd., 1997, p , F. Deruyck, Pour quand la responsabilité pénale des personnes morales en droit belge?, J.T., 1997, pp. 697 et s.; M. Faure et D. Rouf, Naar een wettelijke formulering van de strafrechtelijkheid van de rechtspersoon, R.W., , pp. 417 et s.; O. Ralet, Responsabilités des dirigeants de sociétés, Bull. ass., 1996, p. 733 et s.; F. Deruyck, De rechtspersoon in het strafrecht, Mys & Breesch, 1996; D. Matray, Punir le dirigeant ou protéger l entreprise, Le droit des affaires en évolution L entreprise face au droit pénal, Bruylant, 1995, pp. 261 à 310; J.-P. Bours, La responsabilité pénale des entreprises, L entreprise en difficulté, Actes C.D.V.A., 17 avril 1997, Actualités du droit, 1997, pp. 461 à 480; O. Ralet, Responsabilités des dirigeants de sociétés, Larcier, 1996, pp. 267 à 279; pour une étude de droit comparé récente, voir G. Stessens, Corporate criminal liability : a comparative perspective, Internat. & Comp. Law Quaterly, 1994, vol. 43, pp. 493 à 520; W. Cassiers, La responsabilité pénale des personnes morales: une solution en trompe-l œil?, Rev. dr. pén., pp A.B.J.E., Les sociétés bientôt punissables - Quel impact sur la vie des entreprises?, éd. Bruylant, P. ex., Corr. Bruxelles, 14 janv. 1986, J.T., 1986, p. 396 et Rev. dr. pén., 1986, p. 629; Cass., 19 mars 1991, Pas., 1991, I, p. 664; L. Franc ois, Implications du delinquere sed non puniri potest, Mélanges offerts à R. Legros, U.L.B., 1985, pp ; adde,a.de Nauw, Le vouloir propre de la personne morale et l action civile résultant d une infraction, note sous Cass., 19 oct. 1992, R.C.J.B., 1995, pp. 229 à 258; Corr. Bruxelles, 20 mars 1998, J.L.M.B., 1998, p. 870 (aff. Renault Vilvorde); Cass., 23 déc. 1998, Rev. dr. pén., 1999, p. 393 (aff. Agusta-Dassault). GUJE (2 e éd.), 7 septembre 2006 Livre B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 13, 20 September 2006, 11:19

14 TITRE XII. L ENTREPRISE ET SES RESPONSABILITÉS personne morale à laquelle était imputée un fait punissable, devait être démontrée de manière concrète: de la sorte, il a pu être jugé que lorsque le dossier ne révélait pas les comportements individuels qui seraient délictueux, on ne pouvait pas se référer à une responsabilité collective qui résulterait de la participation à des délibérations litigieuses du conseil d administration si les décisions n y avaient pas été unanimes et si les procès-verbaux n individualisaient pas en quel sens les prévenus avaient voté 1. Le législateur avait parfois résolu la difficulté de la détermination concrète de la personne physique pénalement responsable au sein des entreprises: la loi désignait elle-même cette personne physique. L imputabilité légale de l infraction pouvait être illustrée par les exemples suivants: en vertu de l article 11 de l arrêté royal du 23 octobre 1978 relatif à latenuedes documents sociaux, sont punis d un emprisonnement et/ou d une amende précisés l employeur, ses préposés ou mandataires qui n établissent pas les documents adéquats; en vertu de l article 81, 1 o, de la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail, sont punis d un emprisonnement et/ou d une amende précisés, l employeur, ses mandataires ou préposés qui ne respectent pas les dispositions légales; en vertu de l article 16 de la loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité etaux comptes annuels des entreprises, sont punis d une amende de 50 à euros. les commerçants, personnes physiques et les administrateurs, gérants, directeurs ou fondés de pouvoirs de personnes morales qui contreviennent à certaines obligations légales 2 ; en vertu de l ancien article 205 des lois sur les sociétés commerciales, coordonnées le 30 novembre 1935, sont punis d une amende de 50 à euros. les gérants ou les administrateurs qui auront distribué des dividendes fictifs Les problèmes de droit pénal général posés par l ancienne théorie de la responsabilité pénale des personnes morales Dans la mesure où ces différentes législations rendaient applicables aux infractions qu elles sanctionnaient les articles du Code pénal consacrés aux principes généraux du droit pénal (application du livre 1 er C.P.), les personnes physiques poursuivies pour les infractions commises par la personne morale, étaient évidemment en droit de faire valoir les causes de non-imputabilité, de non-culpabilité et les causes de justification classiques: contrainte, erreur ou ignorance invincible, force majeure, état de nécessité, Ainsi, le chef d entreprise devait être autorisé àavancer des causes de justification et à contester l imputabilité s il avait fait appel à un professionnel de la comptabilité et si aucune faute personnelle, suivant le critère de l homme normalement raisonnable et prudent, ne pouvait lui être reprochée, à lui, dirigeant Bruxelles, 24 avril 1985, Pas., 1985, II, p. 109 et Rev. prat. soc., 1986, p. 153; Cass., 9 oct. 1984, Pas., 1985, I, p L article 16 de la loi du 17 juillet 1975 a été partiellement remplacé pour ce qui concerne les sociétés par les articles 126 et 171 C. soc. suite à la codification de cette matière par la loi du 7 mai voy. infra, n o 510 et s. 3. L article 205 L.C.S.C. a été remplacé, sans altération de sa teneur, par les articles 348 C. soc. pour les SPRL, 388 pour les SC, et 649 pour les SA, suite à la codification de cette matière par la loi du 7 mai Voy. les exemples d application de ces causes de justification et d excuse dans le cadre des infractions à la législation relative au respect des conventions collectives de travail, D. Delooz-Lamers, Conventions collectives de travail, Qualifications et jurisprudence pénales, Lois spéciales, La Charte, 1993, pp Adde, N. Denies et N. Basecqz, Droit de l environnement et droit économique et social: réflexion sur l élément moral dans les lois et règlements particuliers, Rev. dr. pén., 1994, pp. 473 à P. Troisfontaines, La responsabilité des dirigeants d entreprise: aspects du droit comptable, Ann. Dr., 1983, p. 57; Cass., 13 févr. 1967, Pas., 1967, I, p. 722; R. Elst, Chronique de jurisprudence Documents sociaux Responsabilité pénale des secrétariats agréés, Rev. b. séc. soc., 1975, p Livre Kluwer 3B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 14, 20 September 2006, 11:19

15 LIVRE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DANS L ENTREPRISE Ces principes n occultaient pas l idée que la personne qui, selon les statuts, était la gérante de la société demeurait pénalement punissable lorsqu elle s abstenait d exercer à l égard de son mandataire son pouvoir de surveillance 1. Par application des mêmes principes généraux, d autres personnes que celles désignées comme auteurs par la loi, pouvaient être poursuivies en qualité de coauteurs ou complices, dès lors que, sciemment et volontairement, elles avaient apporté une aide indispensable ou utile à laréalisation de l infraction; ainsi, était poursuivi comme complice de banqueroute simple, le banquier qui, en connaissance de cause, avait octroyé au failli une distribution abusive de crédit à un taux excessif 2 ;demême, était complice d une infraction celui qui donnait, non pas un simple conseil, mais une instruction utile à la perpétration de cette infraction 3, ce qui donnait toute la mesure des dangers de l activité des professionnels du conseil tels les notaires, les avocats, ou les experts-comptables et fiscaux. Dans un domaine proche, la jurisprudence n autorisait la délégation partielle de pouvoirs, élisive de responsabilité pénale dans le chef de l auteur légal de l infraction, que si le subordonné auquel étaient confiées la direction et la surveillance des services dans lesquels l acte délictueux avait été commis, était pourvu de la compétence et de l autorité nécessaires pour veiller effectivement à l observation de la loi Les remèdes légaux apportés avant 1999 et maintenus après 1999, pour réduire l incidence de la non-responsabilité pénale des personnes morales: responsabilité civile des amendes, amendes administratives et transactions administratives Face à l impossibilité d atteindre directement les sociétés pour les infractions commises par leurs représentants, organes de droit ou de fait ou préposés, le législateur, bien avant la loi du 4 mai 1999, avait déjà àde nombreuses reprises consacré unrégime qui atteignait, de facto, ces sociétés. Ainsi, la loi pénale avait parfois prévu outre les sanctions pénales d emprisonnement et d amende contre la personne physique par laquelle la société avait agi, des sanctions complémentaires affectant directement la société. Il en était notamment ainsi avec: la responsabilité civile des amendes: les lois particulières déclarent très souvent les sociétés civilement responsables des amendes prononcées contre les personnes physiques condamnées; ainsi l article 109 de la loi du 14 juillet 1991 sur les pratiques du commerce et sur l information et la protection du consommateur déclare les sociétés et associations ayant la personnalité civile civilement responsables des condamnations aux dommages-intérêts, amendes, frais, confiscations, restitutions et sanctions pécuniaires quelconques prononcées pour infraction aux dispositions de la loi contre leurs organes ou préposés; l affichage du jugement de condamnation à l extérieur ou à l intérieur des établissements du contrevenant, ou la publication de ce jugement aux frais du 1. Corr. Charleroi, 4 janv. 1995, Rev. dr. pén., 1995, p A. Zenner, La responsabilité du donneur de crédit en cas de faillite d un client débiteur, Rev. Banq., 1974, pp ; Cass. fr. (crim.), 18 mai 1976, D., 1976, cah. 1, pp Cass., 29 oct. 1973, Pas., 1974, I, p. 221 et concl. P. Mahaux. 4. J. Constant, Précis de droit pénal, Les principes généraux, Liège, 6 e éd., 1975, pp , n o 73; Cass., 7 oct. 1994, J.T.T., 1996, p. 81; E. Roger-France, La délégation de pouvoirs en droit pénal ou comment prévenir le risque pénal dans l entreprise, J.T., 2000, pp P. Waeterinckx, La responsabilité pénale, un risque maîtrisable pour l entreprise? La délégation de pouvoirs en droit pénal, Rev. dr. pén., 2003, p. 425 et s.; J. Spreutels,F.Roggen,E.Roger France, Droit pénal des affaires, Bruylant, 2005, pp GUJE (2 e éd.), 7 septembre 2006 Livre B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 15, 20 September 2006, 11:19

16 TITRE XII. L ENTREPRISE ET SES RESPONSABILITÉS contrevenant par la voie des journaux, est rendue possible, par exemple, par l article 459 du Code des impôts sur les revenus; la confiscation des bénéfices illicites réalisés à la faveur de l infraction; cette sanction est rendue facultative, par exemple, par l article 108 de la loi précitée du 14 juillet 1991; la fermeture de l établissement peut parfois être prononcée par le tribunal; cette fermeture ne peut pas excéder un an dans le cas prévu par l article 9, 5, de l arrêté-loi du 22 janvier 1945 sur la réglementation économique et les prix; l injonction de faire avec ou sans astreinte; celle-ci se rencontre notamment dans l article 41 de la loi du 10 juin 2006 sur la protection de la concurrence économique, qui permet au Conseil de la concurrence d infliger une astreinte à l entreprise qui ne respecterait pas l ordre de rétablissement de la concurrence effective. lemécanisme des amendes administratives et le paiement de transactions administratives: ce double mécanisme, même s il est un peu en marge de l aspect pénal des infractions au sein des entreprises, doit néanmoins être perçu également comme un moyen de faire supporter par la société elle-même le poids de la sanction en cas de transgression des normes; la plus importante disposition légale concernant les amendes administratives réside dans la loi du 30 juin 1971 relative aux amendes administratives applicables en cas d infraction à certaines lois sociales et qui peuvent être infligées par le ministre de l emploi et du travail en cas de certaines violations de droit pénal social; cette législation a servi de texte de référence pour de nombreuses législations ultérieures; le mécanisme ainsi mis au point a cependant subi la censure de la Cour d arbitrage qui a conclu à la violation du principe constitutionnel d égalité dans la mesure où le tribunal du travail ne pouvait pas réduire l amende au-dessous du minimum légal, alors que, pour une même infraction à une loi permettant l application de l article 85 du Code pénal, le tribunal correctionnel pouvait infliger une amende inférieure au minimum légal s il existait des circonstances atténuantes 1 ; fort de cette leçon, le législateur belge a modifié la loi 2 ; la Cour d arbitrage a encore été àla base de diverses modifications légales dans ce domaine du droit social 3 ; mentionnons encore, pour illustrer le mécanisme des amendes administratives, la loi du 10 juin 2006 sur la protection de la concurrence économique 4, ainsi que la loi du 11 janvier 1993 relative à la 1. C.A. 14 juill. 1997, Rev. dr. pén., 1997, p. 1238; F. Lagasse, Amendes administratives, droit pénal général et Cour d arbitrage Considérations sur les arrêts rendus le 14 juillet 1997 par la Cour d arbitrage, J.T.T., 1997, p. 353 et s. C.A., 30 juin 1999, arrêt n8 76/1999, M.B., 24 nov. 1999, J.T., 1999, 768, note O. Michiels, et J.T.T. 1999, 449, note F. Lagasse, Amendes administratives, circonstances atténuantes et Cour d arbitrage. 2. Art. 76 L. du 13 févr. 1998, insérant art. 1ter dans L. du 30 juin Cette disposition n a pas été censurée par C.A., 30 juin 1999, M.B., 24 nov F. Lagasse, Manuel de droit pénal social, Larcier, 2003, pp C.A., 16 juin 2004, arrêtn8 105/ 2004, M.B., 5 oct. 2004, J.T.T., 2004, p. 497, note F. Lagasse et V. Marchand. Art. 145 de la loiprogramme du 27 déc et art. 22 de la loi du 27 déc portant des dispositions diverses, M.B., 31 déc M. Waelbroeck et J. Bouckaert, La loi sur la protection de la concurrence économique, J.T., 1992, pp ; P. De Vroede, De wet tot bescherming van de economische mededeling, Gand, Mys & Breesch, 1997, 410 p. P. de Wolf, Les sanctions aux infractions commises en droit de la concurrence économique, Ing.-Cons., 2003, pp M. Beeuwsaert, Programme d amendes dans le cadre de la loi sur la protection de la concurrence économique, R.D.C., 2004, pp Livre Kluwer 3B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 16, 20 September 2006, 11:19

17 LIVRE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DANS L ENTREPRISE prévention de l utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux 1 ;lemécanisme de la transaction administrative peut être illustré par l article 263 de la loi générale sur les douanes et accises et par les dispositions légales prises sur cette base, point central de la lutte en Belgique contre les opérations de fraude à l Union européenne en matière notamment de politique agricole commune 2, ou encore par les dispositions de la loi du 14 juillet 1991 sur les pratiques du commerce et sur l information et la protection du consommateur La loi du 4 mai 1999 instaurant la responsabilité pénale des personnes morales: les raisons et les étapes du changement La Belgique était encore un des rares pays européens 4 à ne pas connaître le principe de la responsabilité pénale des personnes morales; un concert très important de voix, spécialement internationales, s était élevé de manière de plus en plus pressante en faveur de l adoption de ce régime également en droit belge: nombreux étaient les avertissements émanant de divers organismes internationaux, dont le Conseil de l Europe, et nombreuses étaient les recommandations émanant de commissions d enquêtes parlementaires belges qui insistaient sur la nocivité croissante et spécifique de la délinquance des personnes morales et sur les écueils d une intervention pénale classique en ce domaine 5. C est à dessein et en réponse à des objections doctrinales que le législateur belge a opté pour un régime de responsabilité pénale des personnes morales et non pour un 1. J. Thony, Les mécanismes de traitement de l information financière en matière de blanchiment de l argent, Rev. dr. pén., 1996, pp ; G. Nejman, La loi du 11 janvier 1993 sur le blanchiment et la répression de la fraude fiscale, in X, La nouvelle législation bancaire belge Yearbook 1994, Gand, Mys & Breesch, 1994, pp J.-P. Spreutels et P. de Mûelenaere (s.l.d.), La cellule de traitement des informations financières et la prévention du blanchiment de capitaux en Belgique, Bruxelles, Bruylant, C. Van den Wyngaert, E.E.G.-fraude en strafrecht: waarom komen er zo weinig fraudegevallen voor de strafrechter?, in Liber amicorum Jules D Haenens, Gand, Mys & Breesch, 1993, pp ; J. Messine et F. Bultot, Les instruments juridiques belges de lutte contre la fraude aux intérêts financiers des Communautés européennes, éd. Centre d étude pour l application du droit communautaire en matièrepénale et financière, Bruxelles, Bruylant, 1998, 325 p.; D. Merckx, Transactie inzake douane en accijnzen, note sous Anvers, 24 déc. 1978, R.W., , pp P. Doelle, De la création de l Office européen de la lutte antifraude (OLAF) Vers une possible communautarisation de la protection pénale des intérêts financiers communautaires, R.P.D.B., 2001, p. 801 et s. F. Desterbeck, De toegevoegde waarde van OLAF. Enkele beschouwingen over de bewijswaarde van OLAFverslagen in het strafonderzoek en voor de strafrechtsmachten in België, R.W., , pp P. De Vroede, De wet op de handelspraktijken Van depenalisatie naar administratiefrechtelijke rechtshandhaving, in Liber amicorum Marc Châtel, Kluwer, 1991, pp ; J. Fagnart, Boutiquiers et consommateurs: même combat?, in X, Les pratiques du commerce Premier bilan et perspectives d application de la loi du 14 juillet 1991, éd. Fac. dr. Univ. Libre Bruxelles, Bruylant, 1994, pp Pour un examen de droit comparé, voy. Collectif, La responsabilité pénale dans l entreprise vers un espace européen unifié?, Rev. sc. crim., 1997, p. 253 et s., n o 2; S. Geeroms, De toerekening van het misdrijf aan de rechtspersoon een rechtsvergelijkende analyse, Panopticon, 1997, p. 421 et s.; M. Faure et K. Schwarz, De strafrechtelijke en civielrechtelijke aansprakelijkheid van de rechtspersoon en zijn bestuurders, Interscientia, 1998, 283 p.; Association Capitant, La responsabilité aspects nouveaux, (Journées panaméennes), dont le rapport général de R. Roth sur La responsabilité pénale des personnes morales, et les rapports de Belgique, Brésil, Canada, Colombie, France, Italie, Luxembourg et Pays-Bas, L.G.D.J., 1999, tome L, 821 p. 5. Sur ces raisons, voy. notamment F. Deruyck, Pour quand la responsabilité pénale des personnes morales en droit pénal belge?, J.T., 1997, pp ; Chr. Hennau, G.Schamps et J. Verhaegen, Indispensable responsabilité de l entreprise, inacceptable culpabilité collective A propos de l avantprojet de loi belge relative à la responsabilité pénale des personnes morales, J.T., 1998, pp , prolongé par Y. Hannequart, La responsabilité pénale des personnes morales: punir l être collectif ou corriger ses déficiences?, J.T., 1999, pp Adde, p. ex., le rapport de la Commission d enquête parlementaire du Sénat sur la criminalité organisée. GUJE (2 e éd.), 7 septembre 2006 Livre B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 17, 20 September 2006, 11:19

18 TITRE XII. L ENTREPRISE ET SES RESPONSABILITÉS régime de mesures de sûreté : les rédacteurs de la loi ont conçu la personne morale comme une réalité sociale qui peut commettre une faute pénale propre et doit donc aussi pouvoir être tenue responsable sur le plan pénal, en telle sorte qu il n est pas recouru au modèle-fiction, selon lequel la personne morale est purement considérée comme une collectivité de personnes physiques individuelles. 110 Le principe de la responsabilité pénale des personnes morales: un principe presque général 1, 2 Le régime nouveau consacré par la loi du 4 mai 1999 a tout d abord valeur de principe général dès lors qu il est affirmé pour toutes les matières pénales, sans distinction entre le droit pénal commun, le droit pénal fiscal, le droit pénal de l environnement, le droit pénal social, ou d autres subdivisions du droit pénal particulier: l affirmation du principe de la responsabilité pénale des personnes morales est en effet inscrite dans un nouvel article 5 du Code pénal, ce qui, par l effet de l article 100 du Code pénal, rend ce principe applicable à toutes les infractions pénales. Il n y aurait, pour tenir ce principe général en échec, que le recours à des dispositions contraires dans les lois et règlements particuliers, technique non encore utilisée par des lois et règlements particuliers depuis la publication de la loi du 4 mai 1999 au Moniteur belge du 22 juin Le régime nouveau a par ailleurs valeur de principe général renforcé puisque, par le recours au mécanisme de l assimilation, il est déclaré applicable à des groupements qui ne constituent pas, sur le plan juridique, des personnes morales, c est-à-dire qui ne disposent pas de la personnalité juridique au plan civil (mais qui bénéficient de la sorte d une «personnalité juridique pénale») ni par conséquent de patrimoine propre: de manière limitative, l article 5 du Code pénal, pour son objet, assimile aux personnes morales les groupements suivants: les associations momentanées, les associations en participation, les sociétés à objet commercial qui n ont pas déposé les extraits de certains actes au greffe du tribunal de commerce, les sociétés commerciales en formation et les sociétés civiles qui n ont pas pris la forme d une société commerciale; cette assimilation est présentée dans l exposé des motifs comme justifiée par le souci 1. Pour un commentaire de la loi nouvelle, voy., parmi les auteurs francophones: A. Masset, La loi du 4 mai 1999 instaurant la responsabilité pénale des personnes morales: une extension du filet pénal modalisée, J.T., 1999, pp ; F. Deruyck, La loi du 4 mai 1999 sur la responsabilité pénale des personnes morales, R.D.C., 1999, p. 653 et s.; J. Messinne, Propos provisoires sur un texte curieux: la loi du 4 mai 1999 instituant la responsabilité des personnes morales, Rev. dr. pén., 2000, pp ; F. Ke fer, La responsabilité pénale de la personne morale: une réponse de plus à la délinquance d entreprise, in C.U.P., vol. 37, févr. 2000, Le point sur le droit pénal, pp. 7-40; Ch. Vanderlinden, La loi instaurant la responsabilité pénale des personnes morales et le droit pénal social, Rev. dr. pén., 2000, pp M. Burton, Le point sur la responsabilité pénale des personnes morales, in Actualités de droit pénal et de procédure pénale (I), Liège, Commission Université-Palais, CUP, déc. 2003, vol. 67, pp M. Nihoul (s.l.d.), La responsabilité pénale des personnes morales en Belgique une évaluation de la loi du 4 mai 1999 après cinq années d application, La Charte, 2004, 429 p.; J. Spreutels,F.Roggen,E.Roger France, Droit pénal des affaires, Bruylant, 2005, pp Pour un commentaire de la loi nouvelle, voy., parmi les auteurs néerlandophones: Ph. Traest, De wet van 4 mei 1999, tot invoering van de strafrechtelijke verantwoordelijkheid van rechtspersonen, T.R.V., 1999, pp ; H. Van Bavel, De wet van 4 mei 1999, tot invoering van de strafrechtelijke verantwoordelijkheid van rechtspersonen, A.J.T., , pp ; A. De Nauw et F. Deruyck, De strafrechtelijke verantwoordelijkheid van rechtspersonen, R.W., , pp S. Van Dyck, De (privaatrechtelijke) rechtspersoon als strafbare dader van een misdrijf, T. Straf., 2001, p. 227 et s. P. Waeterinckx, De strafrechtelijke verantwoordelijkheid van de rectoscope, een karaïte analyse van enkele capita selecta uit de eerste rechtspraak, in Strafrecht van nu en straks, Die Keure, 2003, pp M. Faure et P. Waeterinckx, De strafrechtelijke verantwoordelijkheid van de rechtspersoon: een blik op de rechtspraak en enkele knelpunten uit de praktijk, T. Straf., 2004, p. 318 et s. 18 Livre Kluwer 3B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 18, 20 September 2006, 11:19

19 LIVRE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DANS L ENTREPRISE d éviter une discrimination entre entités économiques selon la forme juridique qu elles auraient adoptée. Il est à observer que cette assimilation n embrasse pas les associations sans but lucratif en formation (les associations sans but lucratif constituées sont évidemment concernées), ni certaines associations de fait comme les syndicats ou les partis politiques; l exposé des motifs précise que son objectif, par le recours à la technique de l assimilation, a d abord été d éviter des discriminations entre des entités qui présentent des activités essentiellement économiques; ce motif, pour réel qu il puisse être, est cependant en porte à faux avec la reconnaissance de la responsabilité pénale des associations sans but lucratif dont la grande majorité n ont, de fait, qu une activité économique tout à fait réduite pour ne pas dire nulle 1. Le régime nouveau a par contre valeur de principe général relatif puisque, par le recours au mécanisme de l exclusion, il est déclaré inapplicable à certaines personnes morales de droit public: sont expressément exclues du champ d application de l article 5 du Code pénal «l Etat fédéral, les régions, les communautés, les provinces, l agglomération bruxelloise, les communes, les zones pluricommunales, les organes territoriaux intracommunaux 2, la Commission communautaire française, la Commission communautaire flamande, la Commission communautaire commune et les centres publics d aide sociale»: l exposé des motifs du projet de loi exclut ces entités pour le motif 3 qu elles disposent d un organe directement élu selon des règles démocratiques 4 ; les autres personnes morales de droit public, par exemple les entreprises publiques autonomes, ne répondent en effet pas à cette particularité; le motif avancé pour exclure tous les centres publics d aide sociale est plus particulier: seule une dizaine de ces institutions dispose également d un organe directement élu selon des règles démocratiques et cette catégorie devait dès lors être exemptée du principe; tous les C.P.A.S. bénéficient cependant de ce régime d exemption, car il a été estimé qu introduire une discrimination au détriment des C.P.A.S. non élus directement, aurait constitué une discrimination inacceptable 5. Les entités et groupements qui ne se voient pas ainsi reconnaître cette «personnalité juridique pénale» ne peuvent être inquiétées pénalement en tant que telles: la responsabilité pénale sera approchée par le recours à la technique classique de 1. Sur cette question, voy. Commission Droit et Vie des Affaires, Univ. Liège, Actes du colloque des mars 1985, Les A.S.B.L.: évaluation critique d un succès, Gand, Story-Scientia, 1985, 556 p. 2. Ces institutions sont prévues par l article 41 de la Constitution. 3. Il a été jugé par la Cour d arbitrage, dans un arrêt n8 128/2002 du 10 juill. 2002, M.B., 13 nov. 2002, que la différence de traitement entre personnes morales selon qu elles disposent d un organe démocratiquement élu ou non repose sur un critère objectif et que, partant, cette disposition ne violait pas les art. 10 et 11 de la Constitution. 4. Les bourgmestres et échevins communaux sont donc exclus du champ d application de la loi du 4 mai 1999; pour un cas d application, voy. notamment, Cass., 3 mars 1999, Rev. dr. pén., 1999, p. 1197; ce régime discriminatoire a cependant été adouci pour les mandataires communaux par l effet d une loi du 4 mai 1999 également (M.B., 28 juill. 1999) relative à la responsabilité civile et pénale des bourgmestres, échevins et membres de la députation permanente; sur cette loi, voy. A. Masset, La loi du 4 mai 1999 relative à la responsabilité civile et pénale des bourgmestres, échevins et membres de la députation permanente, in C.U.P., vol. 37, févr. 2000, Le point sur le droit pénal, pp Adde la loi du 10 février 2003 relative à la responsabilité des et pour les membres du personnel au service des personnes publiques, M.B., 27 févr. 2003, et les commentaires de cette loi par: L. Kerzmann, La loi du 10 févier 2003 relative à la responsabilité des agents des services publics, R.G.A.R., 2004, p ; par S. Covenaeker, De nieuwe wet van 10 februari 2003 betreffende de aansprakelijkheid van en voor personeelsleden in dienst van openbare rechtspersonen, R.G.D.C., 2003, p. 476 et s.; et par J. De Staercke, C.D.P.K., 2003, p Adde, C.A., 12 janv. 2005, J.L.M.B., 2005, p. 595, obs. concluant à une absence de violation des art. 10 et 11 de la Constitution à propos de cette exclusion; comp. M. Nihoul, L immunité pénale des collectivités publiques est-elle «constitutionnellement correcte»?, Rev. dr. pén., 2003, pp Il s agit des C.P.A.S. visés à l article 17bis de la loi organique du 8 juillet 1976, à savoir les C.P.A.S. des communes de la périphérie bruxelloise, de Comines et de Fourons. GUJE (2 e éd.), 7 septembre 2006 Livre B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 19, 20 September 2006, 11:19

20 TITRE XII. L ENTREPRISE ET SES RESPONSABILITÉS recherche de la responsabilité pénale individuelle des personnes physiques composant ces entités et groupements. Enfin, le rapport parlementaire précise laconiquement que «il n est pas explicité que le changement de forme de la personne morale (par fusion, scission, absorption ou changement de forme juridique) n a en tant que tel pas d influence sur la responsabilité. Cela découle cependant automatiquement des règles du droit des sociétés» 1. Ph. Hamer 2 estime que, en dehors de ces hypothèses de fraude retenues par l article 20, alinéa 2, du titre préliminaire du Code de procédure pénale, la nouvelle entité créée à la suite de la fusion ou de la scission ne continue pas la personne morale disparue et n est plus tenue sur le plan pénal des infractions éventuellement commises par cette dernière avant l opération de restructuration, contrairement aux principes applicables à la responsabilité civile; il ajoute que cette solution ne trouvera pas à s appliquer en matière de transfert de branche ou d universalité car il n y a pas de disparition de la personne morale cédante; il poursuit en précisant qu en cas de cession de parts, la personnalité juridique de la société cédante n est pas affectée, seul l actionnariat se trouvant modifié, en telle sorte que la personne morale pourra être poursuivie ou condamnée pour des infractions commises avant la cession d actions: cet auteur attire dès lors l attention sur le soin particulier à mettre dans la rédaction des conventions de cession. Ajoutons qu une société en faillite peut être poursuivie pénalement Le principe de la responsabilité pénale des personnes morales: la personne morale est punissable, tantôt seule, tantôt avec la personne physique Le champ d application de l article 5 C.P. Toute personne morale est pénalement responsable des infractions qui sont intrinsèquement liées à laréalisation de son objet, ou à ladéfense de ses intérêts, ou de celles dont les faits concrets démontrent qu elles ont été commises pour son compte. Lorsque la responsabilité de la personne morale est engagée exclusivement en raison de l intervention d une personne physique identifiée, seule la personne qui a commis la faute la plus grave peut être condamnée. Si la personne physique identifiée a commis la faute sciemment et volontairement, elle peut être condamnée en même temps que la personne morale responsable. On ne dira jamais assez combien ce régime est alambiqué et inutilement compliqué 4. L imputabilité matérielle Le régime nouveau de la responsabilité pénale institué par la loi du 4 mai 1999 ne trouve à s appliquer que dans les hypothèses énumérées par la loi et qui concrétisent 1. Rapport fait au nom de la Commission de la justice du Sénat par Madame Jeanmoye, Doc. parl.,sén., n o 1217/6, p. 3; notons que l article 13, alinéa 2 de la loi nouvelle permet le maintien de l exercice de l action publique dans ces hypothèses si cette transformation de la société a eu pour but d échapper à la répression Doc. parl., Ch. repr., n o 2093/5, pp Ph. Hamer, Incidence d opérations particulières sur la responsabilité pénale des personnes morales: constitution et dissolution de la société, scission, cession de parts, de branche d activité ou d universalité, in La responsabilité des personnes morales: punir plus ou punir mieux les entreprises?, Journée d étude organisée par Skyroom Events, Bruxelles, 28 sept. 1999, 11 p., spéc. pp Corr. Gand, 28 janv. 2003, J.D.S.C. 2004, p. 334, note P. Lambrecht et V. Bosly, T.M.R. 2003, p M. Nihoul (s.l.d.), La responsabilité pénale des personnes morales en Belgique une évaluation de la loi du 4 mai 1999 après cinq années d application, La Charte, 2004, pp Cette étude se complète d une analyse statistique du Service de la politique criminelle portant sur les jugements en application de la loi, pp Livre Kluwer 3B2 (v 8.07k/W (Nov )), "J:/JOBS/3D/GUJE/SUP75/XII-LIVRE119-4/IX-L119-4_BOEK", p. 20, 20 September 2006, 11:19

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21 Table des matières Avant-propos... 7 Préface... 9 Liste des abréviations... 11 Introduction générale... 15 1. Sociétés concernées... 15 2. Dérogations au principe de la responsabilité limitée... 16 3.

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

N 2157 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 février 2000. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR LE SÉNAT

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

LA PRATIQUE JUDICIAIRE

LA PRATIQUE JUDICIAIRE SC001078/competence CENTRE D E FORM ATION PROFESSIONNELLE des Barreaux d e Liège, Verviers, Eupen, Marche -en-famenne, Neufchâtea u et Arlon LA PRATIQUE JUDICIAIRE Schéma des questions à aborder dans le

Plus en détail

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965 SOMMAIRE I. LÉGISLATION SPECIALE Loi modifiant le régime des sociétés en matière d impôts sur les revenus et instituant un système de décision anticipée en matière fiscale 24 décembre 2002 Arrêté royal

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Numéro du rôle : 2223. Arrêt n 145/2002 du 15 octobre 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2223. Arrêt n 145/2002 du 15 octobre 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2223 Arrêt n 145/2002 du 15 octobre 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 22, 3, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de

Plus en détail

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite.

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite. CONVENTION collective de travail n 32 bis du 7 juin 1985 concernant le maintien des droits des travailleurs en cas de changement d employeur du fait d un transfert conventionnel d entreprise et réglant

Plus en détail

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2801 Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation du décret de la Commission communautaire française du 16 janvier 2003 modifiant la loi du 21 avril 1965

Plus en détail

Numéro du rôle : 5257. Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5257. Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5257 Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 3bis, 2 à 4, de l arrêté royal n 22 du 24 octobre 1934 relatif à l interdiction

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos...................................................................................... 5 I. CODES Code civil (extraits)...............................................................................

Plus en détail

La mise en location d un logement et le code du logement.

La mise en location d un logement et le code du logement. La mise en location d un logement et le code du logement. Les problème rencontrés. 1) La simple apposition d une affiche «appartement / studio / chambre à louer» permet-elle une visite d initiative par

Plus en détail

25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? 2. Qui peut être commissaire et qui le nomme?

25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? 2. Qui peut être commissaire et qui le nomme? Le gérant de la SPRL 71 25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? L article 141 C. soc. définit les sociétés qui ne sont pas tenues de nommer un commissaire. En pratique,

Plus en détail

Numéro du rôle : 5721. Arrêt n 182/2013 du 19 décembre 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5721. Arrêt n 182/2013 du 19 décembre 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5721 Arrêt n 182/2013 du 19 décembre 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à la loi du 12 avril 1985 «chargeant le Fonds d indemnisation des travailleurs licenciés

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/005 DÉLIBÉRATION N 11/004 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU GOUVERNEUR

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés.

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés. Droit de rencontres «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Mai 2011 Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés I.- Introduction & rappels II.- La Loi-programme du 20 juillet 2006

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11 Table des matières CHAPITRE I Introduction générale... 11 1. Caractère d ordre public... 13 1.1. Application territoriale... 13 1.2. Principe de faveur... 14 1.2.1 Types de clauses... 15 1.2.2 Institution

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Les droits et devoirs des chefs d établissement

Les droits et devoirs des chefs d établissement Les droits et devoirs des chefs d établissement MODULE 1 Éléments de droit pénal général 1 re partie Cadre juridique et modalités d intervention du chef d établissement 2 e partie ÉLÉMENTS DE DROIT PÉNAL

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

La faillite personnelle : une sanction civile et professionnelle des dirigeants sociaux

La faillite personnelle : une sanction civile et professionnelle des dirigeants sociaux La faillite personnelle : une sanction civile et professionnelle des dirigeants sociaux Article juridique publié le 11/03/2011, vu 29036 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM 1) Définition et conditions de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Le dossier médical et le secret professionnel

Le dossier médical et le secret professionnel Le dossier médical et le secret professionnel Par Me Francis TEHEUX et Me Jean-François HENROTTE I. La tenue d un dossier médical L obligation de tenir un dossier médical pour chaque patient est à la fois

Plus en détail

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30 UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL École de criminologie Automne 2014 CRI 1151 Justice criminelle 1 CHARGÉ DE COURS: KEVIN MOUSTAPHA LOCAL: B-2285 PAVILLON JEAN BRILLANT NOMBRE DE CRÉDITS : 3 HORAIRE : Les lundis

Plus en détail

Numéro du rôle : 5128. Arrêt n 20/2012 du 16 février 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5128. Arrêt n 20/2012 du 16 février 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5128 Arrêt n 20/2012 du 16 février 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 65 de la loi du 13 mai 1999 portant le statut disciplinaire des membres du personnel

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

Numéro du rôle : 5510. Arrêt n 120/2013 du 7 août 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5510. Arrêt n 120/2013 du 7 août 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5510 Arrêt n 120/2013 du 7 août 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 6, alinéa 1er, 1, de la loi du 10 avril 1990 réglementant la sécurité privée et

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement Circulaire 36200 p. 1 Circulaire n 509 Allocations familiales en faveur des enfants placés, conformément aux articles 51, 3, 7 et 70 L.C. (Txt 40) C. 06/03/1992 Nous constatons qu un certain nombre de

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Table des matières. 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15

Table des matières. 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15 Table des matières 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15 Benoit Dejemeppe Conseiller à la Cour de cassation Maître de conférences à l Université Saint-Louis Bruxelles

Plus en détail

Numéro du rôle : 5297. Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5297. Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5297 Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 38, 5, des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées par

Plus en détail

Numéro du rôle : 4004. Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 4004. Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T Numéro du rôle : 4004 Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10 de la loi du 20 juillet 2005 «modifiant la loi du 8 août 1997 sur les faillites,

Plus en détail

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 Parue dans le Moniteur Belge du 28 décembre 2006 Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 CHAPITRE VI. Fonds d indemnisation des victimes de l amiante Section 1re. Mission et fonctionnement

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5172 Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 621 du Code d instruction criminelle, posée par la chambre des mises en accusation

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Table des matières LARCIER 249

Table des matières LARCIER 249 Chapitre I. Le secret bancaire interne belge en matière d impôts autres que l impôt sur le revenu... 9 I.1. Introduction... 9 I.2. Le secret bancaire en matière de T.V.A.... 9 I.2.1. I.2.2. Les obligations

Plus en détail

Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo)

Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo) Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo) Chap. I. Dispositions générales Art. 1 : Les messageries financières

Plus en détail

INTRODUCTION A LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE DES MANDATAIRES COMMUNAUX EN REGION WALLONE.

INTRODUCTION A LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE DES MANDATAIRES COMMUNAUX EN REGION WALLONE. INTRODUCTION A LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE DES MANDATAIRES COMMUNAUX EN REGION WALLONE. Séminaire PV assurances à Villers la Ville : 26 juin 2015 Me Johan Vanden Eynde Avocat Bruxelles Charleroi

Plus en détail

Numéro du rôle : 5417. Arrêt n 60/2013 du 25 avril 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5417. Arrêt n 60/2013 du 25 avril 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5417 Arrêt n 60/2013 du 25 avril 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 43 du Code des impôts sur les revenus 1964, tel qu il a été modifié par l article

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

L existence de la société commerciale

L existence de la société commerciale TABLE DES MATIÈRES Liste des principales abréviations 5 Introduction 9 Section I Classification des sociétés commerciales 11 1. Grandes catégories 11 A) Sociétés commerciales par la forme ou par l objet

Plus en détail

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES LA COUR C ON S T I T U T I O N N E L LE D E B E LG I QU E P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES 2014 3 TABLE DES MATIERES 1 1. DE LA COUR D ARBITRAGE À LA COUR CONSTITUTIONNELLE 5 a) Création de la Cour

Plus en détail

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS.

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS. Dans un arrêt du 26.03.2008 (R.G. 2007/719, inédit, déposé à la bibliothèque), la 17 ème chambre de la Cour d Appel de Mons s est prononcée sur une question délicate d application des dispositions législatives

Plus en détail

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S )

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) Concordat du 18 octobre 1996 sur les entreprises de sécurité 1 ) I. Généralités

Plus en détail

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Le présent document est établi sur base de l article 17, paragraphe 1 er, alinéa 2 du règlement grand-ducal du 10 juin 2009 portant organisation

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Guichet d Economie Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne Noël, Échevin de l Economie et de l Emploi et avec le soutien du

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 22 octobre 2014 de présentation des dispositions de droit pénal et de procédure pénale de la loi n 2014-790 du 10 juillet 2014 visant à lutter contre la concurrence sociale déloyale NOR :

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

TITRE 2 L ACCÈS À LA PROFESSION ET LE TITRE D AGENT IMMOBILIER 19

TITRE 2 L ACCÈS À LA PROFESSION ET LE TITRE D AGENT IMMOBILIER 19 Table des matières PRÉFACE 5 INTRODUCTION 7 PREMIÈRE PARTIE Une profession réglementée TITRE 1 LE CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE 15 La loi-cadre du 1 er mars 1976 15 L arrêté royal du 6 septembre 1993 17

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE. PROPOSITION DE LOI visant à encadrer la profession d agent sportif,

ASSEMBLÉE NATIONALE. PROPOSITION DE LOI visant à encadrer la profession d agent sportif, Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. TEXTE ADOPTÉ n 432 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations...

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : SAA0201952 DL DELIBERATION N 2002-162 APF DU 5 DECEMBRE 2002 portant réglementation de la consultation juridique et la rédaction d actes sous seing privé.

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose!

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! 1. Introduction Le présent article se limite aux sociétés anonymes et ne prend pas en compte

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Niger Textes de référence :! Code pénal du NIGER, Niamey1993.! Code de procédure pénale du NIGER.! Décret n 96-069 du

Plus en détail

Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image

Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image Table des matières Préface... 7 Remerciements... 9 Introduction... 13 Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image Introduction... 17 I. Le droit de propriété... 19 II. La protection de la vie privée...

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement Loi du 5 septembre 2001 portant garantie d'une réduction continue de la dette publique et création d'un Fonds de vieillissement (Moniteur belge du 14 septembre 2001), modifiée par la loi du 20 décembre

Plus en détail

LES DROITS DE LA DEFENSE LORS DE L AUDITION «LIBRE» Sabrina Goldman Avocat au Barreau de Paris

LES DROITS DE LA DEFENSE LORS DE L AUDITION «LIBRE» Sabrina Goldman Avocat au Barreau de Paris LES DROITS DE LA DEFENSE LORS DE L AUDITION «LIBRE» Sabrina Goldman Avocat au Barreau de Paris La réforme de la garde-à-vue du 14 juin 2011 1, adoptée à la suite de plusieurs décisions du Conseil constitutionnel,

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

L interprétation du droit fiscal (cours)

L interprétation du droit fiscal (cours) L interprétation du droit fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I L interprétation du droit fiscal par le juge... 4 L absence de techniques impératives d interprétation...

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) 1. La localisation du débiteur 1.1. Les personnes physiques

Plus en détail

A R R E T. copie non corrigée

A R R E T. copie non corrigée Numéro du rôle : 3081 Arrêt n 102/2005 du 1er juin 2005 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives aux articles 34, 1er, 1 et 1 bis, et 39, 1er, du Code des impôts sur les revenus 1992,

Plus en détail

LA CONSTITUTION CANADIENNE

LA CONSTITUTION CANADIENNE Objectifs d apprentissage Présenter aux élèves la notion de loi constitutionnelle. Comprendre l histoire et la nature de la Constitution canadienne. Mieux connaître les responsabilités des divers ordres

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

1. Tribunal de Première Instance de Nivelles, 6 ème ch. correctionnelle 15 janvier 2014 Procédure initiée par le Ministère Public.

1. Tribunal de Première Instance de Nivelles, 6 ème ch. correctionnelle 15 janvier 2014 Procédure initiée par le Ministère Public. JUGEMENTS ET ARRETS EN MATIERE D EXERCICE ILLÉGAL D ACTIVITÉS COMPTABLES POUR COMPTE DE TIERS EN QUALITÉ D INDEPENDANT 2014 1. Tribunal de Première Instance de Nivelles, 6 ème ch. correctionnelle 15 janvier

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT. Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion

Fiche conseil DIRIGEANT. Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion DIRIGEANT Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010 M. Alain D. et autres La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 22 septembre 2010,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

M 412 SYSTÈME JURIDIQUE ET JUDICIAIRE DUT GEA ANNÉE SPÉCIALE

M 412 SYSTÈME JURIDIQUE ET JUDICIAIRE DUT GEA ANNÉE SPÉCIALE M 412 SYSTÈME JURIDIQUE ET JUDICIAIRE DUT GEA ANNÉE SPÉCIALE Jean-François Paulin Maître de conférences en droit privé www.jfpaulin.com / jeanfrancoispaulin@gmail.com Qu est-ce que le Droit? Le Droit est

Plus en détail

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE En matière de publicité, la tromperie peut coûter très cher! Comment présenter ses opérations immobilières de la manière la plus favorable possible, sans pour autant encourir

Plus en détail