QUELQUES REFLEXIONS SUR : L ARTICLE 21 DE LA LOI N DU 8 FEVRIER 1995 DEFINISSANT LA NOTION DE MEDIATION.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUELQUES REFLEXIONS SUR : L ARTICLE 21 DE LA LOI N 95-125 DU 8 FEVRIER 1995 DEFINISSANT LA NOTION DE MEDIATION."

Transcription

1 Avocat au Barreau de Paris, Médiateur Président de l IUMA Co-Directeur du D.U. Médiation (Nice) Chargé d enseignements à la Faculté de Droit et Science politique (U.N.S.) L article 21 de la loi n du 8 février 1995, tel que modifié par l ordonnance n du 16 novembre 2011, elle-même portant transposition de la directive n 2008/52/CE du Parlement européen et du Conseil du 21 mai 2008, sur certains aspects de la médiation en matière civile et commerciale, énonce que la médiation s entend de tout processus structuré, quelle qu en soit la dénomination, par lequel deux ou plusieurs parties tentent de parvenir à un accord en vue de la résolution amiable de leurs différends, avec l aide d un tiers, le médiateur, choisi par elles ou désigné, avec leur accord, par le juge saisi du litige. Cette définition, trop vague donc inopérante, se révèle être un facteur de confusion (I) alors même que la médiation revêt une réalité à la fois conceptuelle et pratique précise (II). I. UNE DEFINITION LEGALE FACTEUR DE CONFUSION La définition de la médiation donnée par le législateur a au moins l avantage de l œcuménisme. Elle permet en effet de prendre en compte l ensemble des processus le terme utilisé par le législateur impliquant la mise en œuvre d une méthode précise par lesquels des parties en conflit vont tenter de trouver un accord amiable, avec l assistance d un tiers, dans un contexte conventionnel comme judiciaire. A cet égard, le positionnement de ce tiers dans la recherche et la définition éventuelle de l accord final, autant que les spécificités du processus en cause, demeurent non précisés, c est-à-dire ouverts à la plus grande diversité d approches. Et c est bien là que réside le problème. Car une définition, pour être utile, doit avant tout être opératoire. C est-à-dire : D une part, permettre de discriminer précisément entre ce qui relève de son champ d application et doit alors entrer sous la dénomination à laquelle elle renvoie et ce qui n en relève pas. D autre part, permettre a minima de distinguer la dénomination à laquelle elle renvoie de dénominations distinctes. Or, la définition légale de la médiation, dont champ d application s avère trop vaste (A) et qui Date de publication : 10/03/2014 1

2 renvoie qui plus est à deux dénominations pourtant distinctes (B), ne satisfait aucune de ces exigences. A. Une définition au champ d application trop vaste En matière de médiation, le besoin d une clarification législative n a jamais été aussi prégnant. Le terme est en effet aujourd hui couramment employé pour désigner des pratiques qui n ont que peu de choses en commun les unes avec les autres en termes de concept comme de contexte, si ce n est le principe du recours à un tiers pour aider à solutionner à l amiable un conflit lato sensu. Or, de ce point de vue, la définition légale n arrange rien. En effet, force est de constater que peuvent indifféremment entrer dans la catégorie des médiations au sens de la loi, des pratiques aux approches aussi diverses pour ne pas dire antinomiques que celles du coaching, de la psychothérapie ou de la négociation raisonnée Harvard, en passant par tout et malheureusement parfois n importe quoi. Autant d approches susceptibles par ailleurs d impliquer un positionnement très variable du médiateur tant vis-à-vis des parties que dans le travail de définition de l éventuelle solution au litige. Dans ces conditions, peut-on encore véritablement parler d un processus unique que l on serait en droit de nommer «médiation»? Rien n est moins sûr. Mais le problème est plus vaste encore. Le législateur a en effet conféré une définition identique à une procédure voisine à la dénomination distincte. B. Une définition identique attachée à deux dénominations distinctes On peut noter que médiation et conciliation deux dénominations différentes donc reçoivent en droit français une définition pourtant identique. En effet, l article 1530 du Code de procédure civile (issu de l article 2 du décret du 20 janvier 2012) définit la médiation et la conciliation conventionnelles comme «tout processus structuré, par lequel deux ou plusieurs parties tentent de parvenir à un accord, en dehors de toute procédure judiciaire en vue de la résolution amiable de leurs différends, avec l'aide d'un tiers choisi par elles qui accomplit sa mission avec impartialité, compétence et diligence». Cet article se contente de reprendre en substance la définition donnée en l article 21 de la loi n du 8 février 1995, à laquelle il renvoie par ailleurs explicitement. De sorte que l on ne peut distinguer aujourd hui médiation et conciliation qu au regard de leurs contextes et acteurs spécifiques. C est-à-dire pas sur le fond. On peut se demander ce qui justifie l usage de deux dénominations pour une définition identique Date de publication : 10/03/2014 2

3 De quoi renforcer quoi qu il en soit une confusion générale déjà profonde, tout en appuyant l argument de bien des magistrats, relatif à l inutilité d un processus de médiation censé au moins sous son volet judiciaire faire double emploi avec une procédure la conciliation dont ils ont déjà vocation à faire pleinement usage. Trop englobante, une définition vire au «fourre-tout», et par là, perd tout intérêt. A vouloir que tout soit médiation, plus rien n est médiation. L absence tant d un statut légal que d un diplôme d Etat de médiateur n arrange rien à la confusion actuelle, on en conviendra. L enjeu est pourtant fondamental. Il en va du développement de la médiation en France comme mode alternatif de règlement des différends (MARD) à part entière. En pratique en effet, ce défaut de précision du législateur, parce qu il entretient un flou relatif, et dès lors un manque de «visibilité» de la médiation, risque fort d en freiner le développement en pérennisant un défaut de confiance des justiciables comme des magistrats et des avocats. Pourtant, cette situation n a rien d une fatalité. La médiation recouvre en effet une réalité à la fois conceptuelle et pratique précise et distincte, dont il serait bon de tenir compte dans la définition même de ce MARD. II. UNE REALITE CONCEPTUELLE ET PRATIQUE SPECIFIQUE Chronologiquement, le médiateur suit une démarche qui se décompose en deux temps (A). Cette démarche implique un travail sur l architecture du conflit (B). A. Le médiateur : une démarche en deux temps On peut définir la médiation comme une procédure par laquelle un tiers compétent et formé, le médiateur, expert en communication et gestion de conflits, indépendant et impartial, va mettre en œuvre ce qu'on appelle un processus structuré, appelé "modèle de médiation". Un modèle de médiation décrit un processus structuré, progressif, logique, ayant vocation à permettre aux parties de quitter une situation d'origine dans laquelle tout dialogue est interrompu (et qui fait que les parties ne peuvent négocier directement) pour atteindre une situation où la communication est restaurée, et dès lors devient possible la négociation des parties en vue d'un accord. Sa mise en œuvre va permettre de conduire des parties en conflit : Dans un premier temps à parvenir à communiquer à nouveau (le médiateur est tout d abord facilitateur de communication) ; Ensuite à négocier ensemble en vue de trouver par elles-mêmes un éventuel accord Date de publication : 10/03/2014 3

4 dont elles définiront le contenu, sans aucune interférence ou incitation de la part du médiateur. Pour ce faire, ce dernier va alors communiquer aux parties les méthodes de négociation raisonnée Harvard et superviser leurs négociations (le médiateur devient facilitateur de négociation). De cela, il suit que la médiation se caractérise par deux éléments fondamentaux : le recours à une méthodologie spécifique de gestion de conflit : le modèle de médiation ; la non intervention du médiateur dans le processus de recherche et de définition de l éventuel accord final. Cette absence d intervention du médiateur est par ailleurs ce qui distingue la médiation de la conciliation, laquelle implique un véritable travail d orientation et de conseil de la part du conciliateur. Quant au mouvement qui permet au médiateur de permettre aux parties de parvenir d abord à communiquer, puis à négocier, il est rendu possible par le travail sur «l architecture du conflit». B. La médiation : un travail sur l architecture du conflit Un modèle de médiation implique d identifier et à travailler sur ce que l on peut appeler «l'architecture du conflit», c est-à-dire l'ensemble des éléments complexes et hiérarchisés qui, au-delà des exigences/demandes formelles de chacun, sous-tendent, structurent et nourrissent le conflit de façon souvent occulte. Cette structure du conflit, cette architecture, le médiateur doit d abord la définir. L identifier donc. Par suite, il va la travailler. C est à dire : Tout d abord et progressivement, conduire chacun de ces éléments à être verbalisé, entendu, analysé en profondeur et compris par chacun. Le but étant pour le médiateur de remonter à la source fondamentale de ce conflit, à ce qui en est la cause ultime : besoins lésés (sphère subjective et affective) et/ou intérêts à satisfaire (sphère objective et pragmatique). Ensuite, permettre aux parties d envisager comment satisfaire, selon le cas, les besoins lésés ou les intérêts objectifs en cause. Là où demandes/exigences formelles sont irréconciliables par nature (d'où le conflit...), les besoins et/ou intérêts sous-jacents ne le sont pas nécessairement. Ce qui permet, en travaillant exclusivement à ces niveaux, un véritable travail de recherche d un accord pérenne. Date de publication : 10/03/2014 4

5 Conclusion : On voit bien que ce qui permet très simplement et schématiquement de distinguer médiation conciliation et arbitrage, c est fondamentalement le positionnement du tiers (médiateur ; conciliateur ; arbitre) dans l élaboration de la solution. Dans le cadre de l arbitrage, il tranche le litige et impose la solution aux parties. Dans le cadre de la conciliation, s il n impose rien, il oriente en revanche la solution par un certain nombre de conseils. En matière de médiation enfin, ce tiers n intervient tout simplement pas dans la recherche et la définition de la solution. De sorte que la définition légale de la médiation gagnerait beaucoup à intégrer sinon la nature du processus mis en œuvre décrit par un modèle de médiation à tout le moins ce positionnement tout à fait spécifique du médiateur. Date de publication : 10/03/2014 5

La médiation commerciale

La médiation commerciale La médiation commerciale La médiation, tout le monde en parle mais peu la pratique. Pourtant, les modes alternatifs de règlement des confits, les MARC, connus également sous leur vocable anglais, ADR (Alternativ

Plus en détail

ARBITRAGE, CONCILIATION, MÉDIATION & PROCÉDURE PARTICIPATIVE

ARBITRAGE, CONCILIATION, MÉDIATION & PROCÉDURE PARTICIPATIVE COMPTE-RENDU DU COLLOQUE ORGANISE PAR LE CETAN EUROPE LE 18 OCTOBRE 2013 A AIX-EN-PCE, ÉTABLI PAR GILLES RACOT, LE 04 NOVEMBRE 2013 LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT DES CONFLITS - MARC ARBITRAGE, CONCILIATION,

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL»

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» 1 ER FORUM DE MEDIATION BEYROUTH 26, 27 ET 28 JUIN 2008 «LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» Silvestre TANDEAU

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «La médiation» 10 octobre 2014. 24 mois. 15 exemplaires. Date limite d envoi des projets : Durée maximum de la recherche

APPEL A PROJETS. «La médiation» 10 octobre 2014. 24 mois. 15 exemplaires. Date limite d envoi des projets : Durée maximum de la recherche APPEL A PROJETS «La médiation» Date limite d envoi des projets : 10 octobre 2014 Durée maximum de la recherche 24 mois Projets à faire parvenir en 15 exemplaires Dépôt dans les locaux de la Mission de

Plus en détail

L arbitrage commercial international en droit algérien (*)

L arbitrage commercial international en droit algérien (*) L arbitrage commercial international en droit algérien (*) (*)-Par Yahia AMNACHE, Avocat au Barreau de Paris. www.avocats-bah.com Pendant longtemps, le procédé de règlement des différends entre sociétés

Plus en détail

INSTITUT ULYSSE MED-ARB «I.U.M.A.»

INSTITUT ULYSSE MED-ARB «I.U.M.A.» DOSSIER DE PRESENTATION Situé à Nice (06), l'institut Ulysse Médiation-Arbitrage (IUMA) a été créé en 2010 sous la forme d'une association. L IUMA est un centre qui assure la gestion et la résolution des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

L AVOCAT ET LES HONORAIRES. Ordre des barreaux francophones et germanophone

L AVOCAT ET LES HONORAIRES. Ordre des barreaux francophones et germanophone ibis advertising >coufopandelis L AVOCAT ET LES HONORAIRES Ordre des barreaux francophones et germanophone 65 av. de la Toison d Or - 1060 Bruxelles t. 32 2 648 20 98 - f. 32 2 648 11 67 info@ avocat.be

Plus en détail

L Arbitrage face aux Moyens Alternatifs de Règlement des Conflits (MARC)

L Arbitrage face aux Moyens Alternatifs de Règlement des Conflits (MARC) L Arbitrage face aux Moyens Alternatifs de Règlement des Conflits (MARC) Paris, 15 juin 2006 Me Detlev Kühner, Pôle Arbitrage dkuehner@bmhavocats.com BMHAVOCATS www.bmhavocats.com I. Introduction: Imaginons

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

LE CONFLIT D ASSOCIES

LE CONFLIT D ASSOCIES LE CONFLIT D ASSOCIES Comment éviter la mésentente? Comment y remédier? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables

Plus en détail

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE AMRAE 28 JUIN 2013 COMMENT VOYEZ VOUS L EXPERTISE «RC»? COMMENT VOYEZ VOUS

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique L huissier de justice auxiliaire de justice et partenaire 1. QUI EST L HUISSIER DE JUSTICE? L huissier de justice

Plus en détail

Règlement des différends en Afrique: Comment améliorer l organisation et le fonctionnement de la justice commerciale?

Règlement des différends en Afrique: Comment améliorer l organisation et le fonctionnement de la justice commerciale? Règlement des différends en Afrique: Comment améliorer l organisation et le fonctionnement de la justice commerciale? INTERVENANT Bâtonnier Joachim BILE-AKA Avocat Associé BILE-AKA, BRIZOUA-BI & Associés

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT DES CONFLITS

LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT DES CONFLITS LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT DES CONFLITS ÉDITO GUIDE SUR LES MARC - «Rectifier plutôt que trancher, La balance plutôt que le glaive» Il est de principe que la justice s exprime nécessairement par

Plus en détail

La Charte et le Code de la Médiation

La Charte et le Code de la Médiation La Charte et le Code de la Médiation AVERTISSEMENT Le CENTRE NATIONAL DE LA MEDIATION (CNM, 127, rue Notre-Dame des Champs, 75006 Paris), dont la Charte et le Code de la Médiation (déontologie et règles

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

Le projet de médiation scolaire au collège Henri HIRO

Le projet de médiation scolaire au collège Henri HIRO Le projet de médiation scolaire au collège Henri HIRO La médiation scolaire c est quoi? I- Définition : C est un processus qui permet, lors d un conflit, l intervention de personnes extérieures et formées,

Plus en détail

RAPPORT MAGENDIE (II)

RAPPORT MAGENDIE (II) RAPPORT MAGENDIE (II) PREAMBULE Le rapport «Célérité et qualité de la justice devant la Cour d Appel» procède d une mission du Garde des Sceaux dans l intention de «promouvoir une démarche de modernisation

Plus en détail

NOTE DESTINEE AUX EXPERTS SUR LES SPECIFICITES DU TRIBUNAL

NOTE DESTINEE AUX EXPERTS SUR LES SPECIFICITES DU TRIBUNAL Tribunal de Commerce de Paris NOTE DESTINEE AUX EXPERTS SUR LES SPECIFICITES DU TRIBUNAL Du fait de sa vocation, consacrée par les dispositions légales, le tribunal de commerce de Paris ne traite que des

Plus en détail

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe L avocat du début à l issue de la Convention de Procédure

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Guide pour la Redaction des Clauses de Reglement de Differends Internationaux

Guide pour la Redaction des Clauses de Reglement de Differends Internationaux Guide pour la Redaction des Clauses de Reglement de Differends Internationaux Introduction L accès à l arbitrage, à la médiation et aux modes alternatifs de résolution des conflits se fait le plus souvent

Plus en détail

S approprier le cadre et les techniques de la médiation sociale Vendredi 12 novembre 2010

S approprier le cadre et les techniques de la médiation sociale Vendredi 12 novembre 2010 S approprier le cadre et les techniques de la médiation sociale Vendredi 12 novembre 2010 Bonjour! Le programme de la 1/2 journée Fonctions, missions et limites du médiateur social: Les éléments constitutifs

Plus en détail

PRESENTATION DU CENTRE DE MEDIATION DES NOTAIRES DE PARIS INTERVENTION DU PRESIDENT CHRISTIAN LEFEBVRE

PRESENTATION DU CENTRE DE MEDIATION DES NOTAIRES DE PARIS INTERVENTION DU PRESIDENT CHRISTIAN LEFEBVRE Paris, le 31 janvier 2013 PRESENTATION DU CENTRE DE MEDIATION DES NOTAIRES DE PARIS INTERVENTION DU PRESIDENT CHRISTIAN LEFEBVRE JEUDI 31 JANVIER 2013 A 9 HEURES Mesdames, Messieurs les Présidents, Monsieur

Plus en détail

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants «La refondation de l Ecole» Projet de contribution du Cercle Ecole et Société Sur le thème : La formation des enseignants La mission de l Ecole est de transmettre des savoirs et des connaissances mais

Plus en détail

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Juillet 2013 Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Le cadre juridique et les modalités de traitement des réclamations 1 Introduction Aux termes de l article L.

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching

le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching Qu est-ce que le coaching? C est l accompagnement de personnes ou d équipes pour le développement de leurs potentiels et de leurs

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3010 Convention collective nationale IDCC : 1978. FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS ACCORD DU

Plus en détail

COMMENT L ACCÈS À LA JUSTICE AIDE À RÉDUIRE LA PAUVRETÉ

COMMENT L ACCÈS À LA JUSTICE AIDE À RÉDUIRE LA PAUVRETÉ Note d accompagnement de la Conférence d Avocats Sans Frontières COMMENT L ACCÈS À LA JUSTICE AIDE À RÉDUIRE LA PAUVRETÉ «Le développement doit être appréhendé comme un processus d expansion des libertés

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : V. L. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 22 Appel n o : GE-14-30 ENTRE : V. L. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON?

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? Certaines expertises conduites durant les procédures judiciaires peuvent donner lieu à la question prioritaire de

Plus en détail

présentée aux professionnels Pour rétablir le dialogue et maintenir les liens familliaux

présentée aux professionnels Pour rétablir le dialogue et maintenir les liens familliaux présentée aux professionnels Pour rétablir le dialogue et maintenir les liens familliaux Vous êtes unprofessionnel intervenant dans les domaines de l action sociale, du droit, de la santé, de l éducation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1382 du 30 octobre 2015 relatif à la médiation des litiges de la consommation NOR :

Plus en détail

La médiation. une alternative au tribunal

La médiation. une alternative au tribunal La médiation une alternative au tribunal Sommaire Evitez le tribunal, faites appel à un médiateur 3 Autant de situations 5 En quoi consiste la médiation? 6 Quelques caractéristiques de la médiation 6 La

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens

Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens Art. 492 et suivants du Code Civil Maître Sandrine Valvekens: Avocat au Barreau de Bruxelles Création d un statut unique pour toutes les personnes

Plus en détail

GESTION DES MÉSENTENTES : Présentation du processus global. 15 mai 2013 Colloque annuel

GESTION DES MÉSENTENTES : Présentation du processus global. 15 mai 2013 Colloque annuel GESTION DES MÉSENTENTES : Présentation du processus global 15 mai 2013 Colloque annuel DÉROULEMENT I/ Introduction II/ Mécanismes de concertation III/ Enquête administrative IV/ Règlement des mésententes

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Réformer le droit du travail

Réformer le droit du travail Réformer le droit du travail Par Jacques Barthélémy et Gilbert Cette Le 3 septembre 2015 Ce rapport réalisé pour Terra Nova par Gilbert Cette et Jacques Barthélémy paraît aux Editions Odile Jacob le jeudi

Plus en détail

Gestion des intérêts en commun

Gestion des intérêts en commun GINCO Gestion des intérêts en commun Jarmila LOOKS Médiation négociation coaching professionnel Qu est-ce que la médiation commerciale? = Résolution des conflits à l amiable Une recherche de compromis

Plus en détail

La procédure d alerte des copropriétés en pré-difficulté

La procédure d alerte des copropriétés en pré-difficulté ARC / DOSSIER DU MOIS D AVRIL 2009 / WWW.UNARC.ASSO.FR Copropriétés fragiles : mise en place d une procédure d alerte lorsque les impayés atteignent 25 % Nous présentons ci-dessous le détail d une nouvelle

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

AVOCAT ET GESTION DE PATRIMOINE

AVOCAT ET GESTION DE PATRIMOINE ASSEMBLEE GENERALE DES 21 ET 22 NOVEMBRE 2008 AVOCAT ET GESTION DE PATRIMOINE Rapport présenté par Jean-Jacques Uettwiller Membre du bureau du Conseil National des Barreaux Le présent rapport est un point

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19, 2, du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Bruxelles.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19, 2, du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Bruxelles. Numéro du rôle : 5046 Arrêt n 143/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19, 2, du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Bruxelles.

Plus en détail

Règlement des litiges-brevet par la médiation

Règlement des litiges-brevet par la médiation Règlement des litiges-brevet par la médiation L économie de l immatériel et des droits de propriété intellectuelle occupe une place de plus en plus importante. Ainsi, les droits de propriété intellectuelle

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Les diagrammes de flux d informations

Les diagrammes de flux d informations Les diagrammes de flux d informations Le système d information Propriétés Intitulé long Formation concernée Matière Notions Description Représentation des flux d information d une activité commerciale

Plus en détail

c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais)

c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais) Tribunal des Conflits n 3833 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Lille M. D c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais) Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur

Plus en détail

White Paper. Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal

White Paper. Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal White Paper Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal Conseils pour un ROI optimal Année après année les entreprises investissent dans les compétences linguistiques de leurs collaborateurs,

Plus en détail

GRIDAUH Écriture du SCOT. Note : La «territorialisation» des objectifs arrêtés dans le SCOT

GRIDAUH Écriture du SCOT. Note : La «territorialisation» des objectifs arrêtés dans le SCOT 1 >> LA «TERRITORIALISATION» DES OBJECTIFS ARRÊTÉS DANS LE SCOT Jean-Pierre Henry, Professeur émérite de l université, avocat spécialiste en droit public, droit de l urbanisme et droit de l environnement

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Monsieur le Bâtonnier, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

POLITIQUE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION (PGSSI)

POLITIQUE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION (PGSSI) POLITIQUE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION (PGSSI) Date : 15.06.2011 Version : 1.0 Auteur : DSI Statut : Approuvé Classification : Publique Destinataires : ACV TABLE DES MATIÈRES 1 RESUME

Plus en détail

La représentativité syndicale

La représentativité syndicale La représentativité syndicale La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail refonde les bases du système des relations sociales dans les entreprises,

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

Numéro du rôle : 3897. Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3897. Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3897 Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 184, 185, 191, 192 et 261 du Code des sociétés, posée par la Cour d appel

Plus en détail

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE LA PROCÉDURE PRUD HOMALE Le conseil de Prud hommes est compétent pour juger des litiges nés à l occasion du contrat de travail. La procédure comprend deux phases distinctes : la tentative de conciliation

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2009/6 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 15 septembre 2009 Français Original: anglais Troisième session Doha, 9-13

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

Université de Montréal. La supervision pédagogique formelle à la CSDM. par Mathieu Desjardins

Université de Montréal. La supervision pédagogique formelle à la CSDM. par Mathieu Desjardins Université de Montréal La supervision pédagogique formelle à la CSDM par Mathieu Desjardins Département d administration et fondements de l éducation Faculté des sciences de l éducation Travail présenté

Plus en détail

L organisation du conseil de prud hommes

L organisation du conseil de prud hommes L organisation du conseil de prud hommes Fiche 1 Objectif Comprendre la structure du conseil de prud hommes. Connaître la section compétente. Prérequis Lecture des articles R. 1423-34, R. 1432-4, R. 1423-5

Plus en détail

I q Droit du commerce international et droits voisins

I q Droit du commerce international et droits voisins [ Introduction au droit du commerce international 1 La mondialisation de l économie, la multiplication et la libéralisation des échanges internationaux, la diversification des différents acteurs économiques

Plus en détail

Un pas supplémentaire vers l interprofessionnalité au sein des cabinets d avocats

Un pas supplémentaire vers l interprofessionnalité au sein des cabinets d avocats 005CITY_26_33 FOCUS.qxp 25/03/11 15:56 Page 27 PicturenetCorp - Fotolia.com Un pas supplémentaire vers l interprofessionnalité au sein des cabinets d avocats Le débat sur l interprofessionnalité n est

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

Management des organisations

Management des organisations BrunoHeryConsulting +33 6 74 21 63 26 brunoheryconsulting@orange.fr 23C rue Jacques Bézullier 71100 Chalon sur Saone (France) Management des organisations Médiation Conseil/Formation BrunoHeryConsulting

Plus en détail

O1 LA «MAIN COURANTE»

O1 LA «MAIN COURANTE» FICHES OUTILS SE PRÉPARER À LA GESTION DE CRISE O1 LA «MAIN COURANTE» Pour ceux qui sont en charge de la conduite opérationnelle de la crise Dans toute crise, on se souvient toujours très bien des 5 premières

Plus en détail

UIA- Vérone 25 au 26 Janvier 2013

UIA- Vérone 25 au 26 Janvier 2013 UIA- Vérone 25 au 26 Janvier 2013 Entreprises en difficulté et Restructuration des dettes bancaires Par Silvestre TANDEAU de MARSAC Avocat au Barreau de Paris 1 Sommaire 1. LE MANDAT AD HOC et LA CONCILIATION

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 364551 ECLI:FR:CESSR:2013:364551.20130311 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Mme Laurence Marion, rapporteur M. Bertrand Dacosta, rapporteur public FOUSSARD ; SCP BOULLOCHE, avocat(s)

Plus en détail

Les procédures d assemblées

Les procédures d assemblées Les procédures d assemblées RÈGLES DE PROCÉDURE D ASSEMBLÉE Note : Ces règles sont principalement inspirées du «Guide de procédure des assemblées délibérantes» produit par l Université de Montréal, Secrétariat

Plus en détail

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre?

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Management L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Dominique GUY Descriptif : Dans le contexte actuel de recherche d optimisation

Plus en détail

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE. Les domaines d application en matière de droit social

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE. Les domaines d application en matière de droit social L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE Les domaines d application en matière de droit social Dans le domaine du droit social l acte juridique occupe une place prépondérante. La négociation est en effet un mode

Plus en détail

CAREN MEDIATION et ARBITRAGE (ci-après dénommée CAREN) REGLEMENT DE MEDIATION

CAREN MEDIATION et ARBITRAGE (ci-après dénommée CAREN) REGLEMENT DE MEDIATION CAREN MEDIATION et ARBITRAGE (ci-après dénommée CAREN) REGLEMENT DE MEDIATION Préambule La médiation est un processus structuré par lequel deux ou plusieurs parties tentent de parvenir à un accord négocié

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS LE METIER DE JUGE DES ENFANTS Penser le juge des enfants comme un métier, alors qu il s agit d une des fonctions qui s offrent aux magistrats, renvoie à une conception humaniste de ce rôle et sous-entend

Plus en détail

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Sexe - Emploi secteur public Recommandation La réclamante, agent de brigade municipale n a pu conserver son poste au sein de la brigade canine au motif de ses faibles

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

CSM. Cabinet Salima MALL. Avocat - Conseil NOTRE SAVOIR FAIRE AU SERVICE DE NOS CLIENTS UN CABINET AUX COMPÉTENCES ELARGIES

CSM. Cabinet Salima MALL. Avocat - Conseil NOTRE SAVOIR FAIRE AU SERVICE DE NOS CLIENTS UN CABINET AUX COMPÉTENCES ELARGIES Cabinet Salima MALL Avocat - Conseil NOTRE SAVOIR FAIRE AU SERVICE DE NOS CLIENTS UN CABINET AUX COMPÉTENCES ELARGIES Maître Salima MALL est inscrite au Barreau de Saint- Denis depuis le 29 juin 2005.

Plus en détail

ASES DESCRIPTIFS ET COÛTS DE CONSTRUCTION TESTS DES CHAPITRES 1-8. QUESTIONS ET RéPONSES

ASES DESCRIPTIFS ET COÛTS DE CONSTRUCTION TESTS DES CHAPITRES 1-8. QUESTIONS ET RéPONSES DESCRIPTIFS ET COÛTS DE CONSTRUCTION TESTS DES CHAPITRES 1-8 ASES QUESTIONS ET RéPONSES Centre suisse d études pour la rationalisation de la construction CRB www.crb.ch Tests des chapitres 1-8 Test du

Plus en détail

L arbitrage maritime en France

L arbitrage maritime en France Politique maritime L arbitrage maritime en France François Arradon Président de la Chambre arbitrale maritime de Paris Chacun sait que l arbitrage est un mode de règlement des litiges, mais certains ignorent

Plus en détail

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER PILOTAGE COMPTABLE BANCAIRE Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER SOMMAIRE Principales abréviations... 11 Préface de Jean-Paul Caudal... 13 Directeur

Plus en détail

FORMATION DES EXPERTS

FORMATION DES EXPERTS FORMATION DES EXPERTS L EXPERTISE EN MATIERE CIVILE Module 5 Copyright CNCEJ 2010 Reproduction interdite suivant CPI Module 5_CIVIL_2010[1] CNCEJ Commission Formation - Qualité dans l expertise mars 2010

Plus en détail

Code de droit économique. Livre XVI

Code de droit économique. Livre XVI Code de droit économique Livre XVI Table des matières LIVRE XVI Règlement extrajudiciaire des litiges de consommation... 3 TITRE 1er. - Disposition générale... 3 TITRE 2. - Le traitement des plaintes par

Plus en détail

La médiation, l arbitrage ou la Cour : Comment s y retrouver et faire les bons choix

La médiation, l arbitrage ou la Cour : Comment s y retrouver et faire les bons choix La médiation, l arbitrage ou la Cour : Comment s y retrouver et faire les bons choix MODÉRATEUR : Martin Sheehan Fasken Martineau PANÉLISTES : Yves St-Arnaud, Bombardier produits récréatifs Dominique Gibbens

Plus en détail

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Introduction Le présent document a vocation dans le cadre de l expérimentation à mieux identifier la place et le rôle de chacun au regard des prérogatives

Plus en détail