Pollution lumineuse en Ile de France Etat des lieux - Prévention

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pollution lumineuse en Ile de France Etat des lieux - Prévention"

Transcription

1 Pollution lumineuse en Ile de France Etat des lieux - Prévention Pierre Brunet Association Nationale pour la Protection du Ciel Nocturne 31/5/2003 RAP

2 Pollution lumineuse en Ile de France Cet exposé de sensibilisation à la pollution lumineuse à l adresse des Pouvoirs Publics a été présenté à plusieurs reprises : 4/6/2 Commission Environnement du PNR du Gâtinais 18/6/2 Conférence Nature & Découvertes 30/7/2 Service ISO Renault Lardy 11/11/2 Cité des sciences et de l industrie 2/4/3 Direction Environnement du Conseil Général de l Essonne 31/5/2003 RAP

3 Objet : Pourquoi contenir la pollution lumineuse? Les moyens d y parvenir 31/5/2003 RAP

4 Pollution lumineuse Définition Pollution? Etat des lieux en Ile de France Prévention 31/5/2003 RAP

5 Définition : La «pollution lumineuse» se définit par l impact de la lumière artificielle sur l environnement. 31/5/2003 RAP

6 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Impact sur la faune 31/5/2003 RAP

7 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé PREALABLE Les objets d études de l astronomie sont par nature des objets très faiblement lumineux D où la course aux grands miroirs, collecteurs de lumière D où la fuite devant les lumières parasites 31/5/2003 RAP

8 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Le paysage nocturne en 2002 Alexis Bosson 31/5/2003 RAP

9 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Le paysage nocturne en 2002 Joe Roberts 31/5/2003 RAP

10 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Derrière la pollution lumineuse, le ciel étoilé. Le ciel rural tel qu il était dans les années 1950 Joe Roberts 31/5/2003 RAP

11 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Ainsi, «personne» n a vu l aurore boréale dans la nuit du 6 au 7 avril 2000 dans le ciel de France de 22h à 04h 31/5/2003 RAP

12 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Ainsi, «personne» n a vu l aurore boréale dans la nuit du 6 au 7 avril 2000 dans le ciel de France de 22h à 04h Emmanuel Lesieur 31/5/2003 RAP

13 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Ni celle du 21 octobre 2001 Jean- Christoffe Dalouzy 31/5/2003 RAP

14 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Le ciel étoilé au cœur de la ville, sur les toiles de Van Gogh. 31/5/2003 RAP

15 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Le ciel étoilé au cœur de la ville, sur les toiles de Van Gogh. 31/5/2003 RAP

16 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Comète de /5/2003 RAP

17 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Comète de /5/2003 RAP

18 Pollution? Impact sur la faune La vie aime la nuit la nuit comme «habitat» le noir comme «ressource» : Notion de ressource à la fois naturelle et culturelle, récemment introduite au niveau du National Park Service (NPS) américain 31/5/2003 RAP

19 Pollution? Impact sur la faune Grands et moyens mammifères Souvent se nourrissent de nuit Souvent se déplacent de nuit Et le chat domestique!... 31/5/2003 RAP

20 Pollution? Impact sur la faune Les oiseaux nocturnes Ils fuient la lumière Les rapaces nocturnes, très sensibles à l éblouissement, sont retrouvées écrasées le long des routes (mais aussi Pétrels, Courlis, Macareux, ) Les «plans lumière», très tentants sur les lieux historiques (châteaux, domaines, églises, chapelles, moulins, ponts, lavoirs, puits, ), ont un impact fort sur l habitat des espèces nocturnes, particulièrement celui des chauves-souris 31/5/2003 RAP

21 Pollution? Impact sur la faune Les oiseaux migrateurs Ils sont particulièrement exposés : cours fluviaux, littoraux, sur-éclairés. 9 octobre 2000 au matin, 344 cadavres d oiseaux migrateurs jonchent le tablier du pont Øresundsbron, reliant le Danemark à la Suède Grive musicienne : 288 Rouge-gorge : 46 Alouette des champs : 5 Pierre Mens Perturbation considérable étudiée sur le site de l aéroport de Malpensa (Italie) à l intersection de deux couloirs 31/5/2003 RAP de migration.

22 Pollution? Impact sur la faune Les insectes La lumière est un piège fatal pour la plupart des espèces. Deuxième cause d extinction après les pesticides. Source : Muséum d Histoire Naturelle Après un délais de 2 ans, un point lumineux ne piège plus d espèces remarquables : la décimation est totale. 31/5/2003 RAP

23 Pollution? Impact sur la faune Le milieu marin La pèche au lamparos, à la fois largement répandue et très réglementée. 31/5/2003 RAP

24 Pollution? Impact sur la faune En résumé : La lumière artificielle s inscrit dans le processus de fragmentation des habitats 31/5/2003 RAP

25 Etat des lieux Images satellite Sur le terrain 31/5/2003 RAP

26 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

27 Etat des lieux Images satellite Images du «Defense Meteorological Satellite Program» disponibles depuis Destinées à relever la couverture nuageuse, éclairée par la Lune Orbites polaires à 830 km, révolution en 101 mn, résolution 1 km NOAA-DMSP Vallées du nord des états-unis et du Canada 31/5/2003 RAP

28 Etat des lieux Images satellite Les travaux de l Université de Padoue (Cinzano, Falchi) et du National Geophysical Data Center (Elvidge) Repérage des régions sans couverture nuageuse Réduction de l hygrométrie Intégration de la totalité de l émission lumineuse (angle de vue) Cartographie des sources d émission lumineuse dirigées vers le ciel NOAA-DMSP NGDC-Université de Padoue Nord-Est de l Italie 31/5/2003 RAP

29 Etat des lieux Images satellite Les travaux de l Université de Padoue (Cinzano, Falchi) et du National Geophysical Data Center (Elvidge) Prise en compte de l atmosphère : hygrométrie, aérosols NOAA-DMSP NGDC-Université de Padoue Nord-Est de l Italie 31/5/2003 RAP

30 Etat des lieux Images satellite Les travaux de l Université de Padoue Falchi) et du National Geophysical Data Center (Elvidge) Prise en compte de l atmosphère : Cartographie du rapport de luminosité artificielle/naturelle du ciel (luminance ou «fond de ciel») au zénith (perte en magnitude) NOAA-DMSP NGDC-Université de Padoue < 10% : noir (< 0,10 magnitude) < 33% : bleu (< 0,31 magnitude) < 100% : vert (< 0,75 magnitude) < 300% : jaune (< 1,5 magnitudes) < 900% : orange (< 2,5 magnitudes) < 2700% : rouge (< 3,6 magnitudes) > 2700% : blanc (> 3,6 magnitudes) Nord-Est de l Italie 31/5/2003 RAP

31 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

32 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

33 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

34 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

35 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

36 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

37 Etat des lieux Images satellite Ile de France Vallée du Rhône Alpes Atlantique Centre Massif Central IGN-Ciel&Espace Cinzano-Elvidge Falchi Juillet 2002, publication par Ciel et Espace de la superposition des travaux de Cinzano sur une carte de France IGN 31/5/2003 RAP

38 Etat des lieux Images satellite Ile de France Vallée du Rhône Alpes Atlantique Centre Massif Central IGN-Ciel&Espace Cinzano-Elvidge Falchi Juillet 2002, publication par Ciel et Espace de la superposition des travaux de Cinzano sur une carte de France IGN 31/5/2003 RAP

39 Etat des lieux Sur le terrain Mon télescope Ø 380 mm, Formule optique de Newton, avec tube ouvert type Serrurier et monture altazimuthale Dobson Télescope Obsession 31/5/2003 RAP

40 Etat des lieux Sur le terrain Au sud de Paris Dans le Parc Naturel Régional du Gâtinais (91/77) Michelin 31/5/2003 RAP

41 Etat des lieux Sur le terrain 55 km au sud de Paris Dans le Parc Naturel Régional du Gâtinais NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

42 Etat des lieux Sur le terrain 55 km au sud de Paris Dans le Parc Naturel Régional du Gâtinais 31/5/2003 RAP

43 Etat des lieux Sur le terrain 55 km au sud de Paris Dans le Parc Naturel Régional du Gâtinais En savoir plus sur la position du PNR du Gâtinais Français : 1, 2,3,4,5,6,7,8, 9,10 31/5/2003 RAP

44 Etat des lieux Sur le terrain S O N E En savoir plus sur la technique de prise de vue Malesherbes Etampes Auvers S t Georges Paris Evry-Corbeil (Villeneuvesur-Auvers) La Ferté Alais Milly - Fontainebleau Animer avec PixScreen (ouvrir Images_PixS creenlite/187 _031polhor2p Depuis mon «observatoire» à Villeneuve-sur-Auvers (91) dans le Parc Naturel Régional du Gâtinais 31/5/2003 RAP

45 Etat des lieux Sur le terrain N E S O En savoir plus sur la technique de prise de vue Animer avec PixScreen (ouvrir Images_PixS creenlite/18 7_000polhor Paris Evry-Corbeil St-Vrain L Orme Renault La gare de Bouray Banlieue pavillonnaire dans le Sud-Essonne, Lardy, 45 km au sud de Paris. Temps brumeux. 31/5/2003 RAP

46 Etat des lieux Sur le terrain 45 km au sud de Paris Lardy (91), pavillon de banlieue : Environ 20 étoiles dans ce secteur de la Grande Ourse StarCalc A.E. Zavalishin (degré 6 sur l échelle de Bortle magnitude 5,5) 31/5/2003 RAP

47 Etat des lieux Sur le terrain 55 km au sud de Paris Villeneuve-sur- Auvers, hors agglomération, PNR du Gâtinais : Environ 40 étoiles dans ce secteur de la Grande Ourse StarCalc A.E. Zavalishin (degré 5 sur l échelle de Bortle magnitude 6) 31/5/2003 RAP

48 Etat des lieux Sur le terrain Lot, Haute- Corse (hors agglomération) : Environ 400 étoiles dans ce secteur de la Grande Ourse (degré 2 sur l échelle de Bortle magnitude 7,5) StarCalc A.E. Zavalishin A chaque magnitude perdue, le nombre d étoiles/d objets visibles est divisée par 4 31/5/2003 RAP

49 Etat des lieux Sur le terrain 45 km au sud de Paris Lardy (91), pavillon de banlieue : Amas de galaxies de la Vierge, 50 millions d années lumière (degré 6 sur l échelle de Bortle) igital Sky Survey NASA 31/5/2003 RAP

50 Etat des lieux Sur le terrain 55 km au sud de Paris Villeneuve-sur-Auvers, hors agglomération, PNR du Gâtinais : Amas de galaxies de la Vierge, 50 millions d années lumière (degré 5 sur l échelle de Bortle) igital Sky Survey NASA 31/5/2003 RAP

51 Etat des lieux Sur le terrain Lot, Haute-Corse (hors agglomération) : Amas de galaxies de la Vierge, 50 millions d années lumière (degré 2 sur l échelle de Bortle) igital Sky Survey NASA 31/5/2003 RAP

52 Prévention Le cadre Les matériels Orientation de l émission La plage horaire de fonctionnement Modération des «plans lumière» Aspect sécuritaire 31/5/2003 RAP

53 Prévention Le cadre Agenda 21 (Rio) Notion de développement durable Protocole de Kyoto Ratifié par la France et qui précise que les signataires mettent tout en œuvre pour diminuer la demande en énergie Charte Green Light Relayée par l ADEME dans le cadre du protocole de Kyoto, à vocation européenne Résolutions «International Astronomic Union/UNESCO» de 1992 et 1997 Norme environnementale ISO /5/2003 RAP

54 Prévention Les matériels 1 Le pire A fuir 60% de l émission au dessus de l horizontale Mac Donald observatory Même si la puissance installée est généralement faible. 31/5/2003 RAP

55 Prévention Les matériels 2 Le mauvais A éviter Abat-jour partiel Verre protecteur proéminent, éblouissant 30% de l émission au dessus de l horizontale S apparente à chauffer un local fenêtres ouvertes Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

56 Prévention Les matériels 2 Le mauvais Mazda Montmartre avec ampoule apparente avec verre dépoli Philips City Vision Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

57 Prévention Les matériels 2 Le mauvais Ce modèle de base Mazda Montmartre avec ampoule tombante avec verre opalescent détruit l environnement nocturne de l Ile de France Son émission n est pas dirigé, 30% du flux lumineux est émis au-dessus de l horizontale Ce modèle de base n a pas l agrément de la Ville de Paris 31/5/2003 RAP

58 Prévention Les matériels 2 Le mauvais Mazda Estoril Mazda Comète avec globe Philips Residium Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

59 Prévention Les matériels 3 Le bon Abat-jour total Verre protecteur plat, non éblouissant <5% de l émission au dessus de l horizontale (Conforme au cahier des charges de la Ville de Paris) Mac Donald observatory Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

60 Prévention Les matériels 3 Le bon Mazda Montmartre avec ampoule sous capot avec verre transparent Mac Donald observatory Philips Traffic Vision avec verre plat 31/5/2003 RAP

61 Prévention Les matériels Principe d un matériel bien conçu Le mauvais Energie perdue Le bon Emission souhaitée Emission souhaitée Rendement dans la demi-sphère inférieure > 95% Cahiers des charges Ville de Paris 31/5/2003 RAP

62 Prévention Les matériels 3 Le bon Mazda Syplan Mazda Comète sans globe Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

63 Prévention Les matériels 3 Le bon Philips Iridium avec verre plat Thorn Alpha 2000 & Eight avec verre plat Thorn Riviera avec verre plat Thorn Riga avec verre plat Thorn Triumph avec verre plat Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

64 Prévention Orientation de l émission Orienter le flux lumineux vers sa cible : le sol Eviter l éblouissement Abat-jour couvrant 31/5/2003 RAP

65 Prévention Orientation de l émission Orienter le flux lumineux de haut en bas Abat-jour couvrant Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

66 Prévention La Puissance installée Exemples de recommandations des organismes allemands (LiTG) Parkings : Quartiers résidentiels : Puissance recommandée < 15 lux En savoir plus : A comparer à la plage lux classiquement observée en France sur les réalisations récentes. 31/5/2003 RAP

67 Prévention La plage horaire de fonctionnement Cerny (91 PNR Gâtinais) Consultation de la population 25% de réponses au questionnaire 56% en faveur de l extinction en fin de soirée Mennecy (91) En savoir plus sur la consultation de Cerny : 1, 2,3,4 Réflexion sur l extinction d un point lumineux sur deux en fin de soirée 31/5/2003 RAP

68 Prévention La plage horaire de fonctionnement Quelques communes du PNR du Gâtinais appliquent cette mesure Cerny Boissy-le-Cutté Villeneuve-sur-Auvers Vayres-sur-Essonnes Des sites industriels ISO Centre d essais Renault Lardy (91) 31/5/2003 RAP

69 Prévention La plage horaire de fonctionnement L éclairage des tours, un sujet d actualité La tour AXA à la Défense est éteinte en fin de soirée pour éviter les impacts d oiseaux Campagne bruxelloise «Switch off» 31/5/2003 RAP

70 Prévention Modération des «plans lumière» L éclairage des monuments parisiens est coupé à 1 heure du matin. Les églises d Ile de France sont éclairées toute la nuit Alexis Bosson 31/5/2003 RAP

71 Prévention Aspect sécuritaire Eclairage public et sécurité routière Sur les voies fortement éclairées, la fréquence des accidents baisse, mais leur gravité augmente. Ville de Paris, L éclairage des ronds-points n a pas d incidence sur la fréquence des accidents. The Lighting Journal, June/July L'éclairage le long des autoroutes n'apporte pas un plus en matière de sécurité routière. Certes, il accroît la visibilité du conducteur, mais celui-ci se sent plus en sécurité et appuie sur l'accélérateur. De plus, les poteaux d'éclairage représentent des obstacles rigides. Soulignons que cet éclairage ronge une bonne partie du budget d'entretien des routes : quelque 25 millions d'euros par an! Rapport du Ministère de L Equipement et des Transports belge, septembre /5/2003 RAP

72 Prévention Aspect sécuritaire Eclairage public et sécurité routière Signalisation horizontale alternative Produits Signature SA Balises Plots «Stimsonite» Plots «Astucia» Flash clignotant par diode électroluminescente solaire (!) 31/5/2003 RAP

73 Prévention Aspect sécuritaire L éclairage réduit-il la criminalité? Aucune étude n a permis de l affirmer «L'éclairage est l'objet d'une attention considérable. Pourtant les modèles proposés ne sont pas issus d'études élaborées, et leur efficacité est mitigée. On ne peut avoir qu'une assurance très limitée qu'un éclairage renforcé prévienne la criminalité, en particulier parce que l'on ne sait pas si les délinquants utilisent la lumière à leur propre avantage. A défaut de meilleures théories qui précisent où et quand l'éclairage peut être efficace, et d'évaluations rigoureuses de la pertinence d'un éclairage, on ne peut scientifiquement évaluer l'apport de l'éclairage». In «PREVENTING CRIME: WHAT WORKS, WHAT DOESN'T, WHAT'S PROMISING, A REPORT TO THE UNITED STATES CONGRESS, Prepared for the National Institute of Justice, 1997» 31/5/2003 RAP

74 Prévention Aspect sécuritaire L éclairage réduit-il la criminalité? En savoir plus : Les fabricants l affirment Pourtant leurs statistiques font preuve d humilité : 10 lux constitueraient un optimum (source LiTG) 31/5/2003 RAP

75 Prévention Aspect sécuritaire En revanche, les éclairages à détecteur de mouvement peuvent être d une efficacité redoutable par rapport à un éclairement continu. (La majorité des cambriolages a lieu en plein jour). L impact de l éclairage sur la criminalité est complexe. Il n est qu un élément parmi de nombreux autres facteurs. Chaque cas est particulier et les généralisations sont simplistes. La pratique d un bon éclairage ira dans le sens de la sécurité : Éviter l éblouissement Accroître la visibilité ne veut pas dire éclairer plus 31/5/2003 RAP

76 Conclusions Les raisons d un engagement à limiter la pollution lumineuse : Préserver aux hommes la vision du ciel étoilé, Préserver l'habitat des espèces nocturnes, Limiter la consommation énergétique, et la production de déchets qui en découle, Particulièrement, mission des PNR d Ile de France d expérimenter le développement durable. 31/5/2003 RAP

77 Conclusions Intégrer un critère d impact environnemental de l éclairage artificiel Par le choix des bonnes options techniques Par la définition de plages horaires de fonctionnement 31/5/2003 RAP

78 Références P. Cinzano, F. Falchi, C.D. Elvige, K.E. Baugh. The artificial night sky brightness mapped from DMSP satellite Operational Linescan System measurements. Mon. Not. R. Astron. Soc. 318, (2000). P. Cinzano, F. Falchi, C.D. Elvige. The first world atlas of the artificial night sky brightness. Mon. Not. R. Astron. Soc. 000, 1-16 (2001). Deutsche Lichttechnische Gesellschaft LiTG, Fördergemeinschaft Gutes Licht FGL, International Dark sky Association, Association Nationale pour la Protection du Ciel Nocturne (ANPCN), Société Astronomique de France (SAF), 3, rue Beethoven, Paris. Forum de discussion Guide de l espace public. L éclairage public. Mairie de Paris. Direction de la Voirie et des Déplacements. Avril Marché de fournitures. Cahier des clauses techniques particulières (CCTP). Objet : fourniture d appareils d éclairages extérieurs. Mairie de Paris, Direction de la Voirie et des Déplacements, Service de la Gestion des Infrastructures. John Bortle. Introducing the Bortle dark-sky scale. Sky&Telescope, February Syndicat de l Eclairage.17, rue Hamelin, Paris cedex 16, Catalogue Mazda Catalogue Philips Catalogue Thorn Digital Sky Survey. NASA/HEASARC. Alexander E. Zavalishin. StarCalc PixScreen TM Lite, version Crédit photos : Alexis Bosson, Jean-Christophe Dalouzy, Emmanuel Lesieur, Pierre Mens, Joe Roberts, Pierre Brunet 31/5/2003 RAP

Pollution lumineuse en Provence Etat des lieux - Prévention

Pollution lumineuse en Provence Etat des lieux - Prévention Pollution lumineuse en Provence Etat des lieux - Prévention Pierre Brunet Association Nationale pour la Protection du Ciel Nocturne 10/7/2003 PNR du Lubéron 1 Pollution lumineuse en Provence Cet exposé

Plus en détail

La citadelle de Sisteron : l émergence d une approche innovante de la mise en lumière. Paul VERNY CEREMA/DTER Med

La citadelle de Sisteron : l émergence d une approche innovante de la mise en lumière. Paul VERNY CEREMA/DTER Med La citadelle de Sisteron : l émergence d une approche innovante de la mise en lumière Paul VERNY CEREMA/DTER Med Le projet de la citadelle de Sisteron Les objectifs du projet - Valorisation nocturne du

Plus en détail

Impact de l éclairage artificiel sur la santé humaine, la faune et la flore

Impact de l éclairage artificiel sur la santé humaine, la faune et la flore Impact de l éclairage artificiel sur la santé humaine, la faune et la flore Johanne Roby, professeur-chercheure Cégep de Sherbrooke Groupe de recherche sur la lumière Luminosité à partir de sources naturelles

Plus en détail

Pollution lumineuse?

Pollution lumineuse? Pollution lumineuse? Il s agit de toute modification de l'environnement nocturne naturel et de toute nuisance provoquée par l usage inadéquat et abusif de lumière artificielle. provoque l éblouissement

Plus en détail

La pollution lumineuse

La pollution lumineuse La pollution lumineuse Un problème des solutions! Sauvons le ciel étoilé (et notre énergie)! Structure de la présentation Qu est-ce que la pollution lumineuse? Voilement des étoiles Sécurité et visibilité

Plus en détail

1 - Statistique au Royaume-Uni sur l efficacité de l éclairage des ronds-points

1 - Statistique au Royaume-Uni sur l efficacité de l éclairage des ronds-points 1 - Statistique au Royaume-Uni sur l efficacité de l éclairage des ronds-points 2 - Efficacité de l éclairage des autoroutes en Belgique 3 - Eclairage public et sécurité routière à la Ville de Paris 4

Plus en détail

- Un site rural équipé ou non d infrastructures utilisées régulièrement pour observer la voute céleste

- Un site rural équipé ou non d infrastructures utilisées régulièrement pour observer la voute céleste - Un observatoire astronomique professionnel - Un observatoire astronomique amateur - Un site rural équipé ou non d infrastructures utilisées régulièrement pour observer la voute céleste - Un site classé:

Plus en détail

Intervention du SDCEA en Eclairage Public

Intervention du SDCEA en Eclairage Public Intervention du SDCEA en Eclairage Public Introduction... Le Syndicat apporte à ses collectivités adhérentes, une prestation qui couvre toute la compétence relative à l éclairage public: l investissement

Plus en détail

Le projet de révision du Règlement sur l éclairage extérieur de la Ville de Sherbrooke. 11 décembre 2012

Le projet de révision du Règlement sur l éclairage extérieur de la Ville de Sherbrooke. 11 décembre 2012 Le projet de révision du Règlement sur l éclairage extérieur de la Ville de Sherbrooke 11 décembre 2012 Sherbrooke, ville sous les étoiles HISTORIQUE 2003 Création du Comité de lutte contre la pollution

Plus en détail

Réussir dans la conversion aux DEL

Réussir dans la conversion aux DEL Réussir dans la conversion aux DEL HSBC MCEE 2015 Place Bonaventure, Montréal Mihai R. Pecingina, ing. Consultants DND, Président IDA Québec Jean-François Longchamps EALUX et membre d IDA Québec) Contenu:

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

DONNÉES À COLLECTER AVANT USAGE DU QUESTIONNAIRE EN LIGNE

DONNÉES À COLLECTER AVANT USAGE DU QUESTIONNAIRE EN LIGNE Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l Environnement Nocturnes Retrouvez informations et conseils sur www.villes-et-villages-etoiles.fr Promouvoir la qualité de votre environnement nocturne,

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. La télégestion de l éclairage public de Saint Gratien, ville la plus équipée en France. Présentation le :

DOSSIER DE PRESSE. La télégestion de l éclairage public de Saint Gratien, ville la plus équipée en France. Présentation le : DOSSIER DE PRESSE La télégestion de l éclairage public de Saint Gratien, ville la plus équipée en France Présentation le : mardi 6 avril 2010 à 11h00 Hôtel de Ville Place Gambetta 95210 Saint Gratien Dans

Plus en détail

Les pollutions. 3 Agir chez soi 5. 4 Agir dans sa commune 7 4/1 - Les actions 7 4/2 - Les soutiens 9. 5 Pour en savoir plus 9

Les pollutions. 3 Agir chez soi 5. 4 Agir dans sa commune 7 4/1 - Les actions 7 4/2 - Les soutiens 9. 5 Pour en savoir plus 9 Les pollutions lumineuses Vous souvenez-vous d avoir marché dans une vraie nuit noire récemment? Non? En cause un phénomène nouveau : les pollutions lumineuses. Leurs conséquences : la disparition du ciel

Plus en détail

CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE. Pour un transport et des services maritimes responsables

CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE. Pour un transport et des services maritimes responsables CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE Pour un transport et des services maritimes responsables PREAMBULE Véritables acteurs de la mondialisation, les armateurs français œuvrent au quotidien pour un transport

Plus en détail

La mise en œuvre de cet arrêté du 25 janvier 2013 fait de la France l un des pionniers en Europe dans ce domaine.

La mise en œuvre de cet arrêté du 25 janvier 2013 fait de la France l un des pionniers en Europe dans ce domaine. 1 Delphine BATHO rappelle l entrée en vigueur à partir du 1 er juillet 2013, d une nouvelle réglementation qui s applique à l éclairage nocturne des bureaux, des magasins, des façades de bâtiments. L arrêté

Plus en détail

PRÉSENTATION D IDA Québec

PRÉSENTATION D IDA Québec PRÉSENTATION D IDA Québec (créée en octobre 2003) IDA Québec, la section québécoise de IDA (International Dark-Sky Association) a pour mission la promotion, la conservation et la protection de l environnement

Plus en détail

Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi. Informations et chiffres essentiels

Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi. Informations et chiffres essentiels Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi Informations et chiffres essentiels 2014 La Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi Informations et chiffres essentiels Initié en 2009

Plus en détail

POLLUTION LUMINEUSE : Explication, Impacts, Solutions. PNR des Pyrénées Ariégeoises / 11 mai 2012 Réunion d information «Éclairage public»

POLLUTION LUMINEUSE : Explication, Impacts, Solutions. PNR des Pyrénées Ariégeoises / 11 mai 2012 Réunion d information «Éclairage public» POLLUTION LUMINEUSE : Explication, Impacts, Solutions PNR des Pyrénées Ariégeoises / 11 mai 2012 Réunion d information «Éclairage public» LA «POLLUTION LUMINEUSE» : Qu est-ce que c est? PNR des Pyrénées

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2015 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail

Etude concernant l éclairage des bâtiments non résidentiels de la ville de Strasbourg - Janvier 2014

Etude concernant l éclairage des bâtiments non résidentiels de la ville de Strasbourg - Janvier 2014 Etude concernant l éclairage des bâtiments non résidentiels de la ville de Strasbourg - Janvier 2014 Dossier de presse Contact presse : Thomas BASCH presse@bl-evolution.com 07 87 77 95 63 Table des matières

Plus en détail

Contrat global performanciel d éclairage public

Contrat global performanciel d éclairage public Contrat global performanciel d éclairage public Mardi 27 janvier 2015 Assises de l'énergie, Bordeaux Stéphane Baly 1. Introduction Constat 2002: installations d éclairage public vétustes et surconsommatrices,

Plus en détail

photo Sky & Telescope avant et après application des critères

photo Sky & Telescope avant et après application des critères Association Nationale pour la Protection du Ciel Nocturne ( A.N.P.C.N. ) Société Astronomique de France 3, rue Beethoven - 75016 PARIS E-mail : anpcn@astrosurf.com Site ANPCN : http://www.astrosurf.com/anpcn

Plus en détail

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine

Plus en détail

CONCEPTION ET REALISATION D UNE AIRE DE

CONCEPTION ET REALISATION D UNE AIRE DE FICHE 13 CONCEPTION ET REALISATION D UNE AIRE DE STATIONNEMENT DES TMD SUR AUTOROUTES DANS L AGGLOMERATION LYONNAISE Résumé : Le groupe de travail SPIRAL-TMD a mené une réflexion sur les dispositifs qui

Plus en détail

La «pollution lumineuse» se définit par l impact de la lumière artificielle sur l environnement

La «pollution lumineuse» se définit par l impact de la lumière artificielle sur l environnement La «pollution lumineuse» se définit par l impact de la lumière artificielle sur l environnement Impact sur le paysage nocturne Impact sur la faune Impact sur la flore Impact sur l humain Eclairage des

Plus en détail

GUIDE D ASTROPHOTOGRAPHIE

GUIDE D ASTROPHOTOGRAPHIE GUIDE D ASTROPHOTOGRAPHIE P. Legeay Version n 3 mars 2014 Table des matières Préambule p.4 Les principaux réglages p.5 ----------------------------------------------------------- Arc-en-ciel p.6 Parhélie

Plus en détail

une echelle 1. Dispositif formé de barreaux permettant de monter et descendre. 2. Rapport entre une longueur réelle et sa représentation.

une echelle 1. Dispositif formé de barreaux permettant de monter et descendre. 2. Rapport entre une longueur réelle et sa représentation. une echelle 1. Dispositif formé de barreaux permettant de monter et descendre. 2. Rapport entre une longueur réelle et sa représentation. ex : Sur cette carte, l échelle est de 1 cm pour 100 km. Si l échelle

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

Les Vitrages à Isolation Renforcée

Les Vitrages à Isolation Renforcée Les Vitrages à Isolation Renforcée Vitrage à Isolation Renforcée En neuf et en réhabilitation, les VIR s imposent en tant que solutions efficaces et rentables Glasstec : 24 oct 2006 1 Les Vitrages à Isolation

Plus en détail

Les audits énergétique : une approche pédagogique

Les audits énergétique : une approche pédagogique Les audits énergétique : une approche pédagogique Journée information «Les changements climatiques et la gestion énergétique : mon école dans l ère de Kyoto» 12 mars 2009 Sommaire I. Projets et principes

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

Efficacité énergétique des villes Quels capteurs pour quelles informations?

Efficacité énergétique des villes Quels capteurs pour quelles informations? Efficacité énergétique des villes Quels capteurs pour quelles informations? J.-B. Henry, V. Le Sant, R. Chasseigne, S. Pierrard, P. Ridoux 1 Qui sommes-nous? Laboratoire d'essais et expert technique Organisme

Plus en détail

L éclairage public, VERS UN ECLAIRAGE JUSTE

L éclairage public, VERS UN ECLAIRAGE JUSTE GUIDE L éclairage public, VERS UN ECLAIRAGE JUSTE Photographie Rodolphe Robelin - Ville de Parthenay - «Jardin d inspiration médiévale» Vue satellite nocturne de l Europe Année 2011 Syndicat Mixte d Action

Plus en détail

Illumination du Jet d'eau, des fontaines, des églises, rue de la Corraterie

Illumination du Jet d'eau, des fontaines, des églises, rue de la Corraterie pour mieux vivre Eclairage public : garantir une mobilité et une sécurité optimales pour les piétons et les usagers de la route. Eclairage des voies publiques et signalisation routière. Lieux publics :

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

1 er décembre 2011 Auditorium Maison de l Habitat

1 er décembre 2011 Auditorium Maison de l Habitat 1 er décembre 2011 Auditorium Maison de l Habitat Programme 9h00 Propos introductifs Danielle AUROI, présidente de l Aduhme 9h10 Rappel des enjeux de l éclairage public pour les collectivités Aude LENOIR,

Plus en détail

Une lueur dans l aube

Une lueur dans l aube 5 n Photographier le ciel de nuit La lumière zodiacale Une lueur dans l aube Lorsque le ciel est particulièrement limpide, sans aucune source de lumière, ni même la présence d un croissant de lune, il

Plus en détail

La réglementation sur les éclairages nocturnes a évolué. Découvrez des solutions simples pour s y conformer!

La réglementation sur les éclairages nocturnes a évolué. Découvrez des solutions simples pour s y conformer! La réglementation sur les éclairages nocturnes a évolué. Découvrez des solutions simples pour s y conformer! Quels sont les types d éclairage concernés par la réglementation? Les enseignes et publicités

Plus en détail

ECLAIRAGE INTELLIGENT EXTERIEUR

ECLAIRAGE INTELLIGENT EXTERIEUR JOEL RISPAL - HARVARD ENGINEERING SYNDICAT DE L ECLAIRAGE ECLAIRAGE INTELLIGENT EXTERIEUR SYNDICAT DE L ECLAIRAGE Commission Gestion de l éclairage Membres : ABB, Comatélec, Etap, GE Lighting, Harvard

Plus en détail

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine Ecole nationale supérieure du tourisme La méthode HACCP Module : nutrition Etudiante : ABOUTITE Yasmine 2009 Sommaire : I/ définition de l abréviation HACCP II/ la signification du HACCP III/ l historique

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Réduire la pollution lumineuse. L éclairage nocturne excessif nuit à l homme et à la nature.

Réduire la pollution lumineuse. L éclairage nocturne excessif nuit à l homme et à la nature. Cette brochure présente les moyens à la disposition des communes pour épargner à l environnement un éclairage inutile et employer l énergie avec parcimonie. beco Berner Wirtschaft Economie bernoise Réduire

Plus en détail

ELECTRIFICATION SOLAIRE DE L ECLAIRAGE PUBLIC. Quartier des Chiffonniers. (Le Caire, Egypte) ONG : LOCUS. jjjjjj

ELECTRIFICATION SOLAIRE DE L ECLAIRAGE PUBLIC. Quartier des Chiffonniers. (Le Caire, Egypte) ONG : LOCUS. jjjjjj jjjjjj ELECTRIFICATION SOLAIRE DE L ECLAIRAGE PUBLIC Quartier des Chiffonniers (Le Caire, Egypte) ONG : LOCUS 1 Présentation de l ONG L association LOCUS Jana Revedin, architecte PhD, professeur d université,

Plus en détail

LA POLLUTION LUMINEUSE IMPACTS SUR L ÉCOSYSTÈME ET L ÉCONOMIE

LA POLLUTION LUMINEUSE IMPACTS SUR L ÉCOSYSTÈME ET L ÉCONOMIE LA POLLUTION LUMINEUSE IMPACTS SUR L ÉCOSYSTÈME ET L ÉCONOMIE Polychronis S. Karagkiozidis Chimiste M. Sc - conseiller scolaire De la Macédoine Centrale de Grèce E-mail: info@polkarag.gr Site: www.polkarag.gr

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Association pour la Sauvegarde du Ciel et de l Environnement Nocturnes (ASCEN) ASBL IMPACTS ASTRONOMIQUES DE LA POLLUTION LUMINEUSE

Association pour la Sauvegarde du Ciel et de l Environnement Nocturnes (ASCEN) ASBL IMPACTS ASTRONOMIQUES DE LA POLLUTION LUMINEUSE Association pour la Sauvegarde du Ciel et de l Environnement Nocturnes (ASCEN) ASBL IMPACTS ASTRONOMIQUES DE LA POLLUTION LUMINEUSE «Le ciel, notre héritage commun et universel, est une partie intégrale

Plus en détail

15 % Secteur spécialisé

15 % Secteur spécialisé LA PROPRETE, un service universel et indispensable Secteur classique Bureaux, locaux administratifs, musées, gymnases, écoles, centres commerciaux, parties communes d immeubles Services associés aux bâtiments,

Plus en détail

CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE

CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE conclue entre Monsieur le Préfet de L Essonne et Monsieur José RAMOS,

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 Le déroulement de la soirée 1. Qu est-ce qu un PLUi? 2. Etat des lieux du territoire 3. Temps d échanges

Plus en détail

Cahier des charges Lumière

Cahier des charges Lumière Cahier des charges Lumière Janvier 2006 Isoparc Cahier des charges lumière page 1 Sommaire Introduction I - Le Développement Durable et les économies d énergie* 1- La nuisance lumineuse 2 Les prescriptions

Plus en détail

curité publique pour les établissements recevant du public

curité publique pour les établissements recevant du public Les études de sûrets reté et de sécurits curité publique pour les établissements recevant du public 1 De quelle sûreté parle t on? Le terme «sûreté» concerne ici la prévention des actes de malveillance

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Présentation générale Septembre 2014 Le Cluster Lumière Né à Lyon en 2008 Porté par un groupe fondateur (Présidence) Le Cluster Lumière est le seul Cluster en France pour la filière éclairage S appuyant

Plus en détail

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002 Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien 9 juin 2006 Claude GOT Deux ruptures brutales ont été observées Elles ont toutes les deux été provoquées par des décisions politiques Juillet

Plus en détail

LANTERNE VFL540 LED CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

LANTERNE VFL540 LED CARACTERISTIQUES TECHNIQUES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES IP66, étanche à l eau et à la poussière. Corps en fonte d aluminium injecté, dissipateur thermique intégré Traitement anti-corrosion titanium, visserie inox traitement PCS.

Plus en détail

Certifications LEED / HQE (Eclairage)

Certifications LEED / HQE (Eclairage) Sylumis 3, Rue Victor Cousin 77127 Lieusaint www.sylumis.com Certifications LEED / HQE (Eclairage) LEED HQE 7 Chapitres (5 principaux + 2 bonus) 14 Cibles 4 niveaux de performances 3 niveaux de performances

Plus en détail

PRÉSENTATION. Grégory ANGUENOT sous la direction de M.PETRELLA IA IPR STI

PRÉSENTATION. Grégory ANGUENOT sous la direction de M.PETRELLA IA IPR STI PRÉSENTATION sous la direction de M.PETRELLA IA IPR STI Un bon éclairage est nécessaire pour créer des conditions visuelles optimums. En planifiant une installation d'éclairage un certain nombre de facteurs

Plus en détail

www.covoiturage-campus.com

www.covoiturage-campus.com CRÉATION D UNE PLATE-FORME DE MOBILITÉ DURABLE FRANCILIENNE INTER-CAMPUS Institut Européen pour des Territoires Durables 55, avenue de Paris 78035 Versailles Tel 01.39.25.78.03 Fax 01.39.25.79.24 www.fondaterra.com

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

Manuel d utilisation: Fonctionnement de l application Active+ Mobile

Manuel d utilisation: Fonctionnement de l application Active+ Mobile 1 (6) Manuel d utilisation: Fonctionnement de l application Active+ Mobile DESCRIPTION GÉNÉRALE L application Active+ Mobile permet d ajuster les réglages de la nouvelle solution Active+ d Helvar. Pour

Plus en détail

RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Transformer nos convictions en actions...

RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Transformer nos convictions en actions... Transformer nos convictions en actions... Notre mbition Nouvelles technologies vertes, rationalisation des data centers Le métier de Capgemini est aujourd hui de plus en plus orienté vers l optimisation

Plus en détail

Réglementation de la Publicité Extérieure

Réglementation de la Publicité Extérieure Direction Départementale des Territoires de la Savoie Réglementation de la Publicité Extérieure Présentation sommaire ( mars 2015) Cadre réglementaire La loi sur la publicité extérieure de 1979, transcrite

Plus en détail

la maison de l environnement, des sciences et du développement durable

la maison de l environnement, des sciences et du développement durable la maison de l environnement, des sciences et du développement durable www.agglo-sqy.fr/maison-environnement PAPIER RECYCLÉ Maison de l environnement, des sciences et du développement durable 6 rue Haroun

Plus en détail

Conférence départementale de l éclairage

Conférence départementale de l éclairage Conférence départementale de l éclairage Extinction nocturne de l éclairage : quelles responsabilités? SDEMS 77 Cabinet Marchaut - Mercredi 13 février 2014 à Melun Par SIMON WILLIAMSON Avocat - Docteur

Plus en détail

Les conduites addictives

Les conduites addictives Les conduites addictives Depuis 2006, l alcool est le premier facteur d accidents au niveau national et est responsable de plus de 29 % des accidents mortels il est présent dans 9% des accidents corporels

Plus en détail

Plan National d Action pour des Achats Publics Durables P.N.A.A.P.D.

Plan National d Action pour des Achats Publics Durables P.N.A.A.P.D. Plan National d Action pour des Achats Publics Durables P.N.A.A.P.D. En guise d introduction - Un guide méthodologique plus qu un texte réglementaire - Une référence pour fédérer tous les efforts : ceux

Plus en détail

COTITA Centre Est. Eclairage public du réseau r. routier national : Méthode de réalisation r. diagnostic des installations.

COTITA Centre Est. Eclairage public du réseau r. routier national : Méthode de réalisation r. diagnostic des installations. Centre Est Eclairage public du réseau r routier national : Méthode de réalisation r d un d diagnostic des installations VERNY Paul CETE MéditerranM diterranée, 27 janvier 2011 Le contexte national et international

Plus en détail

fiche de cas n 12 Publicité en agglomération: conditions d'utilisation du mobilier urbain comme support publicitaire

fiche de cas n 12 Publicité en agglomération: conditions d'utilisation du mobilier urbain comme support publicitaire Réglementation relative à la publicité applicable au 1er juillet 2012 Présentation adaptée à la configuration démographique du département de la Manche Article R581-42 du code de l'environnement Le mobilier

Plus en détail

Pour une gestion durable de l éclairage public

Pour une gestion durable de l éclairage public Pour une gestion durable de l éclairage public Mardi 6 décembre 2011 Amphi des 13-Vents CETE Méditerranée - Aix-en-Provence Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr

Plus en détail

Pour la première fois, depuis 2008, Il y a plus d urbains que de ruraux. Mais la croissance urbaine a surtout lieu dans le Sud.

Pour la première fois, depuis 2008, Il y a plus d urbains que de ruraux. Mais la croissance urbaine a surtout lieu dans le Sud. Pour la première fois, depuis 2008, Il y a plus d urbains que de ruraux. Mais la croissance urbaine a surtout lieu dans le Sud. A gauche, une ville. A droite, une ville. Pourquoi autant de différences?

Plus en détail

Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches?

Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches? Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches? D après J. Bastié, La France dans le monde : A,1 «Ville du désir, Paris est le premier centre de congrès internationaux du monde. Ses

Plus en détail

ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES

ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES : impacts, adaptation, mitigation MODULE 4 Combien d énergie une maison doit-elle consommer? par Sebastian Weissenberger SOMMAIRE Introduction 1. Les normes dans le secteur

Plus en détail

pour faire des économies d'énergie et de budget. N hesitez pas de nous contacter nnnnnnn cissokho@soleluce.it visitez notre site www.soleluce.

pour faire des économies d'énergie et de budget. N hesitez pas de nous contacter nnnnnnn cissokho@soleluce.it visitez notre site www.soleluce. SOLELUCE est une entreprise qui vise à proposer un ensemble d'informations, de conseils et de technologies sur les énergies renoubelables en particulier sur les panneaux solaires photovoltaïques et l éclairage

Plus en détail

31/01/2014 1. Forum du bâtiment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâtiment

31/01/2014 1. Forum du bâtiment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâtiment 1 Atelier «Intégration des énergies renouvelables dans le bâtiment» Solution de Climatisation Solaire Réversible Marie NGHIEM Chef de projet et Cofondatrice Helioclim 2 Un marché en attente d une solution

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

CAHIER D ACTIVITÉS POUR DÉCOUVRIR LA NUIT

CAHIER D ACTIVITÉS POUR DÉCOUVRIR LA NUIT CAIER D ACTIVITÉS POUR DÉCOUVRIR LA NUIT «L autre jour, je suis parti avec mon papa pour faire une expédition à la campagne chez des amis à lui. J avais amené mon filet pour attraper des lucioles car Martine,

Plus en détail

Commission Climat - Energie. Maison du Parc Labarde La Coquille 8 juillet 2014

Commission Climat - Energie. Maison du Parc Labarde La Coquille 8 juillet 2014 Commission Climat - Energie Maison du Parc Labarde La Coquille 8 juillet 2014 Ordre du jour Présentation des membres : tour de table Rôle et du fonctionnement de la commission Plan Climat Energie Territorial

Plus en détail

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes à l habitation et aux déplacements d des ménagesm Exemple d un ménage de 3 personnes habitant un logement de 100m² à Lille Métropole Mars

Plus en détail

AFFIRMER. votre identité lumière

AFFIRMER. votre identité lumière AFFIRMER votre identité lumière L éclairage public contribue à la qualité du cadre de vie. Il a pour objectifs d améliorer la visibilité, la sécurité des biens et des personnes ainsi que la mise en valeur

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT

PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT Le Permis de Construire (PC) et le lotissement sont deux outils de planification urbaine qui touchent plus particulièrement la construction. Ces deux outils ont émergé

Plus en détail

Bruno LAFITTE Expert éclairage à l ADEME Service Bâtiment

Bruno LAFITTE Expert éclairage à l ADEME Service Bâtiment Bruno LAFITTE Expert éclairage à l ADEME Service Bâtiment Avis ADEME sur les LED Actions majeures de l ADEME sur l éclairage à LED PACTE LED CITADEL A.I.E. 4E - annex Les Avis de l ADEME L éclairage à

Plus en détail

La gestion durable d'un parc d'éclairage extérieur

La gestion durable d'un parc d'éclairage extérieur Journée Journée technique technique La gestion durable d'un parc d'éclairage extérieur Appui méthodologique AMO Paul VERNY Dter Méditerranée - CEREMA Sébastien ERGAND Dter Normandie-Centre CEREMA 1 Eléments

Plus en détail

L'affichage publicitaire enseignes, préenseignes et publicités visibles des voies ouvertes à la circulation publique

L'affichage publicitaire enseignes, préenseignes et publicités visibles des voies ouvertes à la circulation publique L'affichage publicitaire enseignes, préenseignes et publicités visibles des voies ouvertes à la circulation publique Évolution et impacts de la nouvelle réglementation pour les gestionnaires de voirie

Plus en détail

L USEDA et le changement climatique

L USEDA et le changement climatique ETREPILLY VAUX ANDIGNY L USEDA et le changement climatique HOLNON CRAONNE 1 Présentation de l USEDA Autorité organisatrice de la distribution d énergie ( AODE) Propriétaire de réseaux de distribution d

Plus en détail

Une classe Astronomie

Une classe Astronomie Organisation prévue : Une classe Astronomie L'encadrement de l'activité «Astronomie» par un intervenant spécialisé. Du CALA (Centre d Astronomie de Lyon Ampère) Chaque classe est scindée en 2 groupes qui

Plus en détail

Special Lightletter Tuningen. Tuningen s impose avec des luminaires intelligents à LED. Hess. Une société de Nordeon-Group

Special Lightletter Tuningen. Tuningen s impose avec des luminaires intelligents à LED. Hess. Une société de Nordeon-Group Tuningen s impose avec des luminaires intelligents à LED Hess. Une société de Nordeon-Group 82 % d économie énergétique En passant à la technique LED et en utilisant une commande d éclairage intelligente,

Plus en détail

La DDT Nos missions : l Économie Agricole et le Développement Rural : instruction des aides de la politique agricole commune La Forêt, l Eau et l

La DDT Nos missions : l Économie Agricole et le Développement Rural : instruction des aides de la politique agricole commune La Forêt, l Eau et l La DDT Nos missions : l Économie Agricole et le Développement Rural : instruction des aides de la politique agricole commune La Forêt, l Eau et l Environnement : préservation de la ressource en eau, qualité

Plus en détail

La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013

La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013 Lundi 6 juin 2011 La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013 Historique du Congrès : Après l Australie (Geelong, octobre 2005) et les USA (Washington,

Plus en détail

Le risque routier encouru par les salariés

Le risque routier encouru par les salariés Le risque routier encouru par les salariés Le risque routier encouru par les salariés... Un enjeu pour l entreprise Un risque souvent méconnu, ou mal appréhendé Statistiques PLAN Introduction : Conduire

Plus en détail

Initiation à la photographie sous marine

Initiation à la photographie sous marine Initiation à la photographie sous marine 1. Présentation de l appareil photo 2. La photo sous marine (1/2) 3. La photo sous marine (2/2) 4. Traitement numérique Présentation de l appareil photo 1. Les

Plus en détail

LES ENGAGEMENTS DE RTE POUR L ENVIRONNEMENT

LES ENGAGEMENTS DE RTE POUR L ENVIRONNEMENT MEMOIRE DESCRIPTIF II - LES ENGAGEMENTS DE RTE POUR L ENVIRONNEMENT Deuxième partie LES ENGAGEMENTS DE RTE POUR L ENVIRONNEMENT 15 PROJET DE ZONE D ACCUEIL DE PRODUCTION D ELECTRICITE DE LAVERA-FOS 16

Plus en détail

Catalogue. www.2fenergie.com direction@2fenergie.com

Catalogue. www.2fenergie.com direction@2fenergie.com Catalogue Néon LED T8 1200mm Ces néons LED ont une plus grande durée de vie que les néons fluorescents traditionnels. Ils vous feront Économiser jusqu'à 60% d'électricité. Avantages : Faible consommation

Plus en détail

Lampe intérieure à détecteur RS PRO 5100

Lampe intérieure à détecteur RS PRO 5100 Lampe intérieure à détecteur RS PRO 5100 Texte d'info Tout simplement lumineuse! Lampe à détecteur hyper fréquence RS PRO 5100 Sensor idéale pour les parkings couverts, les parkings souterrains, les entrepôts

Plus en détail

Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault

Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault Une adresse privilégiée, aux portes de Paris BBC POUR RÉDUIRE VOTRE CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE La Seine-et-Marne, le poumon vert de l Ile-de-France Forêts, surfaces

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

Connaître la nouvelle réglementation

Connaître la nouvelle réglementation Affichage publicitaire novembre 2012 Connaître la nouvelle réglementation Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Pourquoi

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Plan de déplacementsd au Cœur de la Stratégie des Entreprises Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. 25 janvier 2006 Document 7ème SenS libre d utilisation sous réserve d en citer la source

Plus en détail

Le développement durable à Center Parcs LE SUJET COMPREND DEUX PARTIES

Le développement durable à Center Parcs LE SUJET COMPREND DEUX PARTIES Le développement durable à Center Parcs LE SUJET COMPREND DEUX PARTIES PAGES BARÈME INDICATIF Présentation du sujet 2 à 3 Dossier documentaire 3 à 8 Première partie 12 points Mission 1 Dossier documentaire

Plus en détail