Pollution lumineuse en Ile de France Etat des lieux - Prévention

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pollution lumineuse en Ile de France Etat des lieux - Prévention"

Transcription

1 Pollution lumineuse en Ile de France Etat des lieux - Prévention Pierre Brunet Association Nationale pour la Protection du Ciel Nocturne 31/5/2003 RAP

2 Pollution lumineuse en Ile de France Cet exposé de sensibilisation à la pollution lumineuse à l adresse des Pouvoirs Publics a été présenté à plusieurs reprises : 4/6/2 Commission Environnement du PNR du Gâtinais 18/6/2 Conférence Nature & Découvertes 30/7/2 Service ISO Renault Lardy 11/11/2 Cité des sciences et de l industrie 2/4/3 Direction Environnement du Conseil Général de l Essonne 31/5/2003 RAP

3 Objet : Pourquoi contenir la pollution lumineuse? Les moyens d y parvenir 31/5/2003 RAP

4 Pollution lumineuse Définition Pollution? Etat des lieux en Ile de France Prévention 31/5/2003 RAP

5 Définition : La «pollution lumineuse» se définit par l impact de la lumière artificielle sur l environnement. 31/5/2003 RAP

6 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Impact sur la faune 31/5/2003 RAP

7 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé PREALABLE Les objets d études de l astronomie sont par nature des objets très faiblement lumineux D où la course aux grands miroirs, collecteurs de lumière D où la fuite devant les lumières parasites 31/5/2003 RAP

8 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Le paysage nocturne en 2002 Alexis Bosson 31/5/2003 RAP

9 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Le paysage nocturne en 2002 Joe Roberts 31/5/2003 RAP

10 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Derrière la pollution lumineuse, le ciel étoilé. Le ciel rural tel qu il était dans les années 1950 Joe Roberts 31/5/2003 RAP

11 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Ainsi, «personne» n a vu l aurore boréale dans la nuit du 6 au 7 avril 2000 dans le ciel de France de 22h à 04h 31/5/2003 RAP

12 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Ainsi, «personne» n a vu l aurore boréale dans la nuit du 6 au 7 avril 2000 dans le ciel de France de 22h à 04h Emmanuel Lesieur 31/5/2003 RAP

13 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Ni celle du 21 octobre 2001 Jean- Christoffe Dalouzy 31/5/2003 RAP

14 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Le ciel étoilé au cœur de la ville, sur les toiles de Van Gogh. 31/5/2003 RAP

15 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Le ciel étoilé au cœur de la ville, sur les toiles de Van Gogh. 31/5/2003 RAP

16 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Comète de /5/2003 RAP

17 Pollution? Impact sur le paysage nocturne : observation du ciel étoilé Comète de /5/2003 RAP

18 Pollution? Impact sur la faune La vie aime la nuit la nuit comme «habitat» le noir comme «ressource» : Notion de ressource à la fois naturelle et culturelle, récemment introduite au niveau du National Park Service (NPS) américain 31/5/2003 RAP

19 Pollution? Impact sur la faune Grands et moyens mammifères Souvent se nourrissent de nuit Souvent se déplacent de nuit Et le chat domestique!... 31/5/2003 RAP

20 Pollution? Impact sur la faune Les oiseaux nocturnes Ils fuient la lumière Les rapaces nocturnes, très sensibles à l éblouissement, sont retrouvées écrasées le long des routes (mais aussi Pétrels, Courlis, Macareux, ) Les «plans lumière», très tentants sur les lieux historiques (châteaux, domaines, églises, chapelles, moulins, ponts, lavoirs, puits, ), ont un impact fort sur l habitat des espèces nocturnes, particulièrement celui des chauves-souris 31/5/2003 RAP

21 Pollution? Impact sur la faune Les oiseaux migrateurs Ils sont particulièrement exposés : cours fluviaux, littoraux, sur-éclairés. 9 octobre 2000 au matin, 344 cadavres d oiseaux migrateurs jonchent le tablier du pont Øresundsbron, reliant le Danemark à la Suède Grive musicienne : 288 Rouge-gorge : 46 Alouette des champs : 5 Pierre Mens Perturbation considérable étudiée sur le site de l aéroport de Malpensa (Italie) à l intersection de deux couloirs 31/5/2003 RAP de migration.

22 Pollution? Impact sur la faune Les insectes La lumière est un piège fatal pour la plupart des espèces. Deuxième cause d extinction après les pesticides. Source : Muséum d Histoire Naturelle Après un délais de 2 ans, un point lumineux ne piège plus d espèces remarquables : la décimation est totale. 31/5/2003 RAP

23 Pollution? Impact sur la faune Le milieu marin La pèche au lamparos, à la fois largement répandue et très réglementée. 31/5/2003 RAP

24 Pollution? Impact sur la faune En résumé : La lumière artificielle s inscrit dans le processus de fragmentation des habitats 31/5/2003 RAP

25 Etat des lieux Images satellite Sur le terrain 31/5/2003 RAP

26 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

27 Etat des lieux Images satellite Images du «Defense Meteorological Satellite Program» disponibles depuis Destinées à relever la couverture nuageuse, éclairée par la Lune Orbites polaires à 830 km, révolution en 101 mn, résolution 1 km NOAA-DMSP Vallées du nord des états-unis et du Canada 31/5/2003 RAP

28 Etat des lieux Images satellite Les travaux de l Université de Padoue (Cinzano, Falchi) et du National Geophysical Data Center (Elvidge) Repérage des régions sans couverture nuageuse Réduction de l hygrométrie Intégration de la totalité de l émission lumineuse (angle de vue) Cartographie des sources d émission lumineuse dirigées vers le ciel NOAA-DMSP NGDC-Université de Padoue Nord-Est de l Italie 31/5/2003 RAP

29 Etat des lieux Images satellite Les travaux de l Université de Padoue (Cinzano, Falchi) et du National Geophysical Data Center (Elvidge) Prise en compte de l atmosphère : hygrométrie, aérosols NOAA-DMSP NGDC-Université de Padoue Nord-Est de l Italie 31/5/2003 RAP

30 Etat des lieux Images satellite Les travaux de l Université de Padoue Falchi) et du National Geophysical Data Center (Elvidge) Prise en compte de l atmosphère : Cartographie du rapport de luminosité artificielle/naturelle du ciel (luminance ou «fond de ciel») au zénith (perte en magnitude) NOAA-DMSP NGDC-Université de Padoue < 10% : noir (< 0,10 magnitude) < 33% : bleu (< 0,31 magnitude) < 100% : vert (< 0,75 magnitude) < 300% : jaune (< 1,5 magnitudes) < 900% : orange (< 2,5 magnitudes) < 2700% : rouge (< 3,6 magnitudes) > 2700% : blanc (> 3,6 magnitudes) Nord-Est de l Italie 31/5/2003 RAP

31 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

32 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

33 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

34 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

35 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

36 Etat des lieux Images satellite NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

37 Etat des lieux Images satellite Ile de France Vallée du Rhône Alpes Atlantique Centre Massif Central IGN-Ciel&Espace Cinzano-Elvidge Falchi Juillet 2002, publication par Ciel et Espace de la superposition des travaux de Cinzano sur une carte de France IGN 31/5/2003 RAP

38 Etat des lieux Images satellite Ile de France Vallée du Rhône Alpes Atlantique Centre Massif Central IGN-Ciel&Espace Cinzano-Elvidge Falchi Juillet 2002, publication par Ciel et Espace de la superposition des travaux de Cinzano sur une carte de France IGN 31/5/2003 RAP

39 Etat des lieux Sur le terrain Mon télescope Ø 380 mm, Formule optique de Newton, avec tube ouvert type Serrurier et monture altazimuthale Dobson Télescope Obsession 31/5/2003 RAP

40 Etat des lieux Sur le terrain Au sud de Paris Dans le Parc Naturel Régional du Gâtinais (91/77) Michelin 31/5/2003 RAP

41 Etat des lieux Sur le terrain 55 km au sud de Paris Dans le Parc Naturel Régional du Gâtinais NOAA-DMSP 31/5/2003 RAP

42 Etat des lieux Sur le terrain 55 km au sud de Paris Dans le Parc Naturel Régional du Gâtinais 31/5/2003 RAP

43 Etat des lieux Sur le terrain 55 km au sud de Paris Dans le Parc Naturel Régional du Gâtinais En savoir plus sur la position du PNR du Gâtinais Français : 1, 2,3,4,5,6,7,8, 9,10 31/5/2003 RAP

44 Etat des lieux Sur le terrain S O N E En savoir plus sur la technique de prise de vue Malesherbes Etampes Auvers S t Georges Paris Evry-Corbeil (Villeneuvesur-Auvers) La Ferté Alais Milly - Fontainebleau Animer avec PixScreen (ouvrir Images_PixS creenlite/187 _031polhor2p Depuis mon «observatoire» à Villeneuve-sur-Auvers (91) dans le Parc Naturel Régional du Gâtinais 31/5/2003 RAP

45 Etat des lieux Sur le terrain N E S O En savoir plus sur la technique de prise de vue Animer avec PixScreen (ouvrir Images_PixS creenlite/18 7_000polhor Paris Evry-Corbeil St-Vrain L Orme Renault La gare de Bouray Banlieue pavillonnaire dans le Sud-Essonne, Lardy, 45 km au sud de Paris. Temps brumeux. 31/5/2003 RAP

46 Etat des lieux Sur le terrain 45 km au sud de Paris Lardy (91), pavillon de banlieue : Environ 20 étoiles dans ce secteur de la Grande Ourse StarCalc A.E. Zavalishin (degré 6 sur l échelle de Bortle magnitude 5,5) 31/5/2003 RAP

47 Etat des lieux Sur le terrain 55 km au sud de Paris Villeneuve-sur- Auvers, hors agglomération, PNR du Gâtinais : Environ 40 étoiles dans ce secteur de la Grande Ourse StarCalc A.E. Zavalishin (degré 5 sur l échelle de Bortle magnitude 6) 31/5/2003 RAP

48 Etat des lieux Sur le terrain Lot, Haute- Corse (hors agglomération) : Environ 400 étoiles dans ce secteur de la Grande Ourse (degré 2 sur l échelle de Bortle magnitude 7,5) StarCalc A.E. Zavalishin A chaque magnitude perdue, le nombre d étoiles/d objets visibles est divisée par 4 31/5/2003 RAP

49 Etat des lieux Sur le terrain 45 km au sud de Paris Lardy (91), pavillon de banlieue : Amas de galaxies de la Vierge, 50 millions d années lumière (degré 6 sur l échelle de Bortle) igital Sky Survey NASA 31/5/2003 RAP

50 Etat des lieux Sur le terrain 55 km au sud de Paris Villeneuve-sur-Auvers, hors agglomération, PNR du Gâtinais : Amas de galaxies de la Vierge, 50 millions d années lumière (degré 5 sur l échelle de Bortle) igital Sky Survey NASA 31/5/2003 RAP

51 Etat des lieux Sur le terrain Lot, Haute-Corse (hors agglomération) : Amas de galaxies de la Vierge, 50 millions d années lumière (degré 2 sur l échelle de Bortle) igital Sky Survey NASA 31/5/2003 RAP

52 Prévention Le cadre Les matériels Orientation de l émission La plage horaire de fonctionnement Modération des «plans lumière» Aspect sécuritaire 31/5/2003 RAP

53 Prévention Le cadre Agenda 21 (Rio) Notion de développement durable Protocole de Kyoto Ratifié par la France et qui précise que les signataires mettent tout en œuvre pour diminuer la demande en énergie Charte Green Light Relayée par l ADEME dans le cadre du protocole de Kyoto, à vocation européenne Résolutions «International Astronomic Union/UNESCO» de 1992 et 1997 Norme environnementale ISO /5/2003 RAP

54 Prévention Les matériels 1 Le pire A fuir 60% de l émission au dessus de l horizontale Mac Donald observatory Même si la puissance installée est généralement faible. 31/5/2003 RAP

55 Prévention Les matériels 2 Le mauvais A éviter Abat-jour partiel Verre protecteur proéminent, éblouissant 30% de l émission au dessus de l horizontale S apparente à chauffer un local fenêtres ouvertes Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

56 Prévention Les matériels 2 Le mauvais Mazda Montmartre avec ampoule apparente avec verre dépoli Philips City Vision Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

57 Prévention Les matériels 2 Le mauvais Ce modèle de base Mazda Montmartre avec ampoule tombante avec verre opalescent détruit l environnement nocturne de l Ile de France Son émission n est pas dirigé, 30% du flux lumineux est émis au-dessus de l horizontale Ce modèle de base n a pas l agrément de la Ville de Paris 31/5/2003 RAP

58 Prévention Les matériels 2 Le mauvais Mazda Estoril Mazda Comète avec globe Philips Residium Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

59 Prévention Les matériels 3 Le bon Abat-jour total Verre protecteur plat, non éblouissant <5% de l émission au dessus de l horizontale (Conforme au cahier des charges de la Ville de Paris) Mac Donald observatory Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

60 Prévention Les matériels 3 Le bon Mazda Montmartre avec ampoule sous capot avec verre transparent Mac Donald observatory Philips Traffic Vision avec verre plat 31/5/2003 RAP

61 Prévention Les matériels Principe d un matériel bien conçu Le mauvais Energie perdue Le bon Emission souhaitée Emission souhaitée Rendement dans la demi-sphère inférieure > 95% Cahiers des charges Ville de Paris 31/5/2003 RAP

62 Prévention Les matériels 3 Le bon Mazda Syplan Mazda Comète sans globe Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

63 Prévention Les matériels 3 Le bon Philips Iridium avec verre plat Thorn Alpha 2000 & Eight avec verre plat Thorn Riviera avec verre plat Thorn Riga avec verre plat Thorn Triumph avec verre plat Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

64 Prévention Orientation de l émission Orienter le flux lumineux vers sa cible : le sol Eviter l éblouissement Abat-jour couvrant 31/5/2003 RAP

65 Prévention Orientation de l émission Orienter le flux lumineux de haut en bas Abat-jour couvrant Mac Donald observatory 31/5/2003 RAP

66 Prévention La Puissance installée Exemples de recommandations des organismes allemands (LiTG) Parkings : Quartiers résidentiels : Puissance recommandée < 15 lux En savoir plus : A comparer à la plage lux classiquement observée en France sur les réalisations récentes. 31/5/2003 RAP

67 Prévention La plage horaire de fonctionnement Cerny (91 PNR Gâtinais) Consultation de la population 25% de réponses au questionnaire 56% en faveur de l extinction en fin de soirée Mennecy (91) En savoir plus sur la consultation de Cerny : 1, 2,3,4 Réflexion sur l extinction d un point lumineux sur deux en fin de soirée 31/5/2003 RAP

68 Prévention La plage horaire de fonctionnement Quelques communes du PNR du Gâtinais appliquent cette mesure Cerny Boissy-le-Cutté Villeneuve-sur-Auvers Vayres-sur-Essonnes Des sites industriels ISO Centre d essais Renault Lardy (91) 31/5/2003 RAP

69 Prévention La plage horaire de fonctionnement L éclairage des tours, un sujet d actualité La tour AXA à la Défense est éteinte en fin de soirée pour éviter les impacts d oiseaux Campagne bruxelloise «Switch off» 31/5/2003 RAP

70 Prévention Modération des «plans lumière» L éclairage des monuments parisiens est coupé à 1 heure du matin. Les églises d Ile de France sont éclairées toute la nuit Alexis Bosson 31/5/2003 RAP

71 Prévention Aspect sécuritaire Eclairage public et sécurité routière Sur les voies fortement éclairées, la fréquence des accidents baisse, mais leur gravité augmente. Ville de Paris, L éclairage des ronds-points n a pas d incidence sur la fréquence des accidents. The Lighting Journal, June/July L'éclairage le long des autoroutes n'apporte pas un plus en matière de sécurité routière. Certes, il accroît la visibilité du conducteur, mais celui-ci se sent plus en sécurité et appuie sur l'accélérateur. De plus, les poteaux d'éclairage représentent des obstacles rigides. Soulignons que cet éclairage ronge une bonne partie du budget d'entretien des routes : quelque 25 millions d'euros par an! Rapport du Ministère de L Equipement et des Transports belge, septembre /5/2003 RAP

72 Prévention Aspect sécuritaire Eclairage public et sécurité routière Signalisation horizontale alternative Produits Signature SA Balises Plots «Stimsonite» Plots «Astucia» Flash clignotant par diode électroluminescente solaire (!) 31/5/2003 RAP

73 Prévention Aspect sécuritaire L éclairage réduit-il la criminalité? Aucune étude n a permis de l affirmer «L'éclairage est l'objet d'une attention considérable. Pourtant les modèles proposés ne sont pas issus d'études élaborées, et leur efficacité est mitigée. On ne peut avoir qu'une assurance très limitée qu'un éclairage renforcé prévienne la criminalité, en particulier parce que l'on ne sait pas si les délinquants utilisent la lumière à leur propre avantage. A défaut de meilleures théories qui précisent où et quand l'éclairage peut être efficace, et d'évaluations rigoureuses de la pertinence d'un éclairage, on ne peut scientifiquement évaluer l'apport de l'éclairage». In «PREVENTING CRIME: WHAT WORKS, WHAT DOESN'T, WHAT'S PROMISING, A REPORT TO THE UNITED STATES CONGRESS, Prepared for the National Institute of Justice, 1997» 31/5/2003 RAP

74 Prévention Aspect sécuritaire L éclairage réduit-il la criminalité? En savoir plus : Les fabricants l affirment Pourtant leurs statistiques font preuve d humilité : 10 lux constitueraient un optimum (source LiTG) 31/5/2003 RAP

75 Prévention Aspect sécuritaire En revanche, les éclairages à détecteur de mouvement peuvent être d une efficacité redoutable par rapport à un éclairement continu. (La majorité des cambriolages a lieu en plein jour). L impact de l éclairage sur la criminalité est complexe. Il n est qu un élément parmi de nombreux autres facteurs. Chaque cas est particulier et les généralisations sont simplistes. La pratique d un bon éclairage ira dans le sens de la sécurité : Éviter l éblouissement Accroître la visibilité ne veut pas dire éclairer plus 31/5/2003 RAP

76 Conclusions Les raisons d un engagement à limiter la pollution lumineuse : Préserver aux hommes la vision du ciel étoilé, Préserver l'habitat des espèces nocturnes, Limiter la consommation énergétique, et la production de déchets qui en découle, Particulièrement, mission des PNR d Ile de France d expérimenter le développement durable. 31/5/2003 RAP

77 Conclusions Intégrer un critère d impact environnemental de l éclairage artificiel Par le choix des bonnes options techniques Par la définition de plages horaires de fonctionnement 31/5/2003 RAP

78 Références P. Cinzano, F. Falchi, C.D. Elvige, K.E. Baugh. The artificial night sky brightness mapped from DMSP satellite Operational Linescan System measurements. Mon. Not. R. Astron. Soc. 318, (2000). P. Cinzano, F. Falchi, C.D. Elvige. The first world atlas of the artificial night sky brightness. Mon. Not. R. Astron. Soc. 000, 1-16 (2001). Deutsche Lichttechnische Gesellschaft LiTG, Fördergemeinschaft Gutes Licht FGL, International Dark sky Association, Association Nationale pour la Protection du Ciel Nocturne (ANPCN), Société Astronomique de France (SAF), 3, rue Beethoven, Paris. Forum de discussion Guide de l espace public. L éclairage public. Mairie de Paris. Direction de la Voirie et des Déplacements. Avril Marché de fournitures. Cahier des clauses techniques particulières (CCTP). Objet : fourniture d appareils d éclairages extérieurs. Mairie de Paris, Direction de la Voirie et des Déplacements, Service de la Gestion des Infrastructures. John Bortle. Introducing the Bortle dark-sky scale. Sky&Telescope, February Syndicat de l Eclairage.17, rue Hamelin, Paris cedex 16, Catalogue Mazda Catalogue Philips Catalogue Thorn Digital Sky Survey. NASA/HEASARC. Alexander E. Zavalishin. StarCalc PixScreen TM Lite, version Crédit photos : Alexis Bosson, Jean-Christophe Dalouzy, Emmanuel Lesieur, Pierre Mens, Joe Roberts, Pierre Brunet 31/5/2003 RAP

Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi. Informations et chiffres essentiels

Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi. Informations et chiffres essentiels Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi Informations et chiffres essentiels 2014 La Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi Informations et chiffres essentiels Initié en 2009

Plus en détail

Le projet de révision du Règlement sur l éclairage extérieur de la Ville de Sherbrooke. 11 décembre 2012

Le projet de révision du Règlement sur l éclairage extérieur de la Ville de Sherbrooke. 11 décembre 2012 Le projet de révision du Règlement sur l éclairage extérieur de la Ville de Sherbrooke 11 décembre 2012 Sherbrooke, ville sous les étoiles HISTORIQUE 2003 Création du Comité de lutte contre la pollution

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Des étoiles à la Défense - Entre pollution lumineuse et gaspillage énergétique

Des étoiles à la Défense - Entre pollution lumineuse et gaspillage énergétique Des étoiles à la Défense - Entre pollution lumineuse et gaspillage énergétique Septembre 2013 Contact presse : Charles-Adrien LOUIS 09 81 49 72 59 presse@bl-evolution.com I. Des étoiles à la Défense Les

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

La mise en œuvre de cet arrêté du 25 janvier 2013 fait de la France l un des pionniers en Europe dans ce domaine.

La mise en œuvre de cet arrêté du 25 janvier 2013 fait de la France l un des pionniers en Europe dans ce domaine. 1 Delphine BATHO rappelle l entrée en vigueur à partir du 1 er juillet 2013, d une nouvelle réglementation qui s applique à l éclairage nocturne des bureaux, des magasins, des façades de bâtiments. L arrêté

Plus en détail

WWW.SOLARIS.LIGHTING. SOLARIS - 415 Allée de Fétan - 01600 TREVOUX Tél. 04 74 00 18 26 - Fax 04 74 00 40 89 - Email : info@solaris.

WWW.SOLARIS.LIGHTING. SOLARIS - 415 Allée de Fétan - 01600 TREVOUX Tél. 04 74 00 18 26 - Fax 04 74 00 40 89 - Email : info@solaris. /20 Mobilier urbain solaire Catalogue Solaris v15.1 Sommaire / Le catalogue en ligne... 2 La société Solaris... 3 Services et prestations SOLARIS... 4 Notre gamme de produits... 6 Les candélabres solaires...

Plus en détail

La réglementation sur les éclairages nocturnes a évolué. Découvrez des solutions simples pour s y conformer!

La réglementation sur les éclairages nocturnes a évolué. Découvrez des solutions simples pour s y conformer! La réglementation sur les éclairages nocturnes a évolué. Découvrez des solutions simples pour s y conformer! Quels sont les types d éclairage concernés par la réglementation? Les enseignes et publicités

Plus en détail

L observatoire virtuel astronomique : permettre l accès à tous les données et les services pour la recherche

L observatoire virtuel astronomique : permettre l accès à tous les données et les services pour la recherche Journée Base de données OSU THETA axe transversal Bases de données Laboratoire Chrono-environnement Jeudi L observatoire virtuel astronomique : permettre l accès à tous les données et les services pour

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE»

EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE» EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE» PRESENTATION 1 ASPECTS LEGISLATIF, REGLEMENTAIRE ET NORMATIF -Code Général des Collectivité Territoriale (CGCT) : -Article L2212-2 «L éclairage

Plus en détail

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16 1. Au commencement est l appareil photo.... 1 Les différents types de capteurs.. 2 Les capteurs CCD........... 3 Les capteurs CMOS.......... 3 Taille des capteurs.......... 4 Format et qualité des images....

Plus en détail

Savoir construire une photographie. Connaitre la base en technique photographique. Savoir traduire le message du mouvement en image.

Savoir construire une photographie. Connaitre la base en technique photographique. Savoir traduire le message du mouvement en image. Savoir construire une photographie Connaitre la base en technique photographique Savoir traduire le message du mouvement en image. Son contenu Sa composition La technique photographique L œil du photographe

Plus en détail

Colonnes de signalisation

Colonnes de signalisation COLONNES LUMINEUSES Ø 7 5 Ø 7 compactes à diodes Avantages : Solution complète prête à être raccordée Faible hauteur de montage Durée de vie des diodes extrêmement longue (au moins 70.000 h) et donc pratiquement

Plus en détail

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44 Pour les hivernants, l objectif a été de localiser les sites d hivernage majeurs. Ils concernent principalement les oiseaux d eau, mais aussi les rapaces diurnes et nocturnes sensibles au risque de collision.

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

Taxis parisiens : tarifs, réglementations, droits des usagers

Taxis parisiens : tarifs, réglementations, droits des usagers IRULER Á PARIS Taxis parisiens : tarifs, réglementations, droits des usagers Tout taxi parisien doit comporter : Un horodateur fixé sur la plage arrière, côté droit du véhicule, visible de l extérieur,

Plus en détail

FICHE 1 LA CONNAISSANCE DU VEHICULE

FICHE 1 LA CONNAISSANCE DU VEHICULE FICHE 1 LA CONNAISSANCE DU VEHICULE I LA SECURITE ACTIVE / PASSIVE ET LES AIDES A LA CONDUITE 1 Définitions * Sécurité active : ensemble des éléments liés au véhicule ainsi qu'aux gens et à l'environnement

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

Bruno LAFITTE Expert éclairage à l ADEME Service Bâtiment

Bruno LAFITTE Expert éclairage à l ADEME Service Bâtiment Bruno LAFITTE Expert éclairage à l ADEME Service Bâtiment Avis ADEME sur les LED Actions majeures de l ADEME sur l éclairage à LED PACTE LED CITADEL A.I.E. 4E - annex Les Avis de l ADEME L éclairage à

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

Photographier le ciel avec votre appareil photo

Photographier le ciel avec votre appareil photo Photographier le ciel avec votre appareil photo Christiane Defays Cet article s adresse aux photographes amateurs curieux du monde et du ciel, il a pour but de leur montrer comment réaliser de surprenants

Plus en détail

Le jour et la nuit. Lecture : Le jour et la nuit, comment ça marche?, Collection les questions de Justine, BELIN

Le jour et la nuit. Lecture : Le jour et la nuit, comment ça marche?, Collection les questions de Justine, BELIN CE1 Le jour et la nuit Découverte du monde 3 séances Outils pour le PE : Le temps Cycle 2, Les dossiers Hachette de 2011. Education civique et découverte du monde, Cycle 2 Collection Magellan de 2008 La

Plus en détail

LA LUMIÈRE MAÎTRISÉE LE LIFI LA COMMUNICATION PAR LA LUMIÈRE

LA LUMIÈRE MAÎTRISÉE LE LIFI LA COMMUNICATION PAR LA LUMIÈRE LA LUMIÈRE MAÎTRISÉE LE LIFI LA COMMUNICATION PAR LA LUMIÈRE 2014 EASYLUM ÉTEND SON OFFRE AVEC LE LIFI Notre savoir-faire concernant l éclairage LED est maitrisé, c est pourquoi nous intégrons dorénavant

Plus en détail

La réglementation et les obligations qui en découlent

La réglementation et les obligations qui en découlent Accessibilité en milieu urbain La réglementation et les obligations qui en découlent Actualités : les BEV La norme Afnor NF P 98-351 relative aux caractéristiques et essais des dispositifs podotactiles

Plus en détail

TECHNIQUE. Cahier. Guide d application de la norme européenne Éclairage public EN 13201

TECHNIQUE. Cahier. Guide d application de la norme européenne Éclairage public EN 13201 Cahier TECHNIQUE Guide d application de la norme européenne Éclairage public EN 13201 > Partie 1 : Sélection des classes d éclairage > Partie 2 : Exigences de performance DOSSIER RÉALISÉ PAR CHRISTIAN

Plus en détail

La situation de la pollution lumineuse en Allemagne

La situation de la pollution lumineuse en Allemagne La situation de la pollution lumineuse en Allemagne Andreas Hänel, Museum am Schölerberg, Osnabrück, et DARK SKY, Vereinigung der Sternfreunde, ahaenel@rz.uni-osnabrueck.de L'Allemagne est l'un des pays

Plus en détail

Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur

Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur Un tube fluo de 1.500 mm et de 58 W consomme 68 W avec son ballast. Dans certains cas, il pourrait être

Plus en détail

L énergie durable Pas que du vent!

L énergie durable Pas que du vent! L énergie durable Pas que du vent! Première partie Des chiffres, pas des adjectifs 9 Lumière S éclairer à la maison et au travail Les ampoules électriques les plus puissantes de la maison consomment 250

Plus en détail

Morcellement du paysage

Morcellement du paysage Morcellement du paysage L indicateur «Morcellement du paysage» montre comment le paysage en dessous de 100 mètres est morcelé par des barrières artificielles telles que des routes ou des zones d habitation.

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

TP Détection d intrusion Sommaire

TP Détection d intrusion Sommaire TP Détection d intrusion Sommaire Détection d intrusion : fiche professeur... 2 Capteur à infra-rouge et chaîne de mesure... 4 Correction... 14 1 Détection d intrusion : fiche professeur L'activité proposée

Plus en détail

COMMUNE D EPERLECQUES. Cahier des Clauses Techniques Particulières

COMMUNE D EPERLECQUES. Cahier des Clauses Techniques Particulières COMMUNE D EPERLECQUES Entretien et rénovation du parc d Eclairage Public - Location, pose et dépose des motifs d illuminations des fêtes de fin d année Cahier des Clauses Techniques Particulières Maître

Plus en détail

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL Economisons notre énergie et sauvons la planète Présentation générale 2013 PRESENTATION I. Principes de fonctionnement d une ampoule basse

Plus en détail

Eco. Plus chères à l'achat, les ampoules faible consommation se révèlent très économiques au bout de quelques mois...

Eco. Plus chères à l'achat, les ampoules faible consommation se révèlent très économiques au bout de quelques mois... Eco consommation La mairie ou la société de remontée mécanique veillent à limiter et à réduire leur consommation d énergie pour l éclairage des locaux et de la station. Grâce à des gestes simples et les

Plus en détail

Pour une gestion durable de l éclairage public

Pour une gestion durable de l éclairage public Pour une gestion durable de l éclairage public Mardi 6 décembre 2011 Amphi des 13-Vents CETE Méditerranée - Aix-en-Provence Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr

Plus en détail

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une Patrice Octobre 2012 Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une autre, il faut savoir où regarder dans

Plus en détail

Guide de l éclairage 1to1 energy Efficacité énergétique, confort et esthétique

Guide de l éclairage 1to1 energy Efficacité énergétique, confort et esthétique Guide de l éclairage to energy Efficacité énergétique, confort et esthétique Sommaire Pour y voir plus clair 3 L essentiel en bref 4 Comparatif anciennes/nouvelles ampoules 6 Ampoules basse consommation

Plus en détail

Circulaire du 5 juin 2013

Circulaire du 5 juin 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable et de l énergie Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des risques et la qualité de l environnement

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Le diagnostic en éclairage public

Le diagnostic en éclairage public Emission du 11 février 2013 S@ti TV Le diagnostic en éclairage public Intervention de M. Vincent MARCHAUT, formateur et consultant en éclairage public Présentation : Florence BONFILS, Conseiller formation

Plus en détail

ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE

ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE PILOTAGE À DISTANCE Je commande mes volets, mes éclairages, mon alarme et mon chauffage à distance PILOTAGE CHAUFFAGE Je fais des économies sur le poste chauffage

Plus en détail

L'astrophotographie au Cercle

L'astrophotographie au Cercle L'astrophotographie au Cercle Introduction générale à l'astrophotographie Le matériel Les différents domaines: imagerie sur trépied, du ciel profond... Réaliser des images sur trépied Réaliser des images

Plus en détail

BORDEREAU DE CREATION Patrimoine naturel / Millésime 2015

BORDEREAU DE CREATION Patrimoine naturel / Millésime 2015 BORDEREAU DE CREATION Patrimoine naturel / Millésime 2015 Produit Nom produit : Adresse du produit (établissement) Raison sociale : Civilité : Mlle Mme M. Nom : Prénom : Adresse : Code postal : Commune

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

Bien choisir son éclairage

Bien choisir son éclairage L habitat AGIR! Bien choisir son éclairage Meilleur pour l environnement, moins coûteux pour vous et efficace partout Édition : février 2015 sommaire glossaire introduction De la lumière sans gaspillage....

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

RÉFLECTEUR INDUSTRIEL FLUORESCENT POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR

RÉFLECTEUR INDUSTRIEL FLUORESCENT POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR RÉFLECTEUR INDUSTRIEL FLUORESCENT POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR RÉFLECTEUR INDUSTRIEL POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR Les réflecteurs industriels intégrant des tubes fluorescents T5 sont

Plus en détail

A l aube d une nouvelle vie! l éveil. AulnAt

A l aube d une nouvelle vie! l éveil. AulnAt A l aube d une nouvelle vie! l éveil AulnAt AuX Portes de clermont-ferrand Capitale régionale lovée dans un environnement naturel d exception, Clermont-Ferrand est dôtée d une position géographique centrale.

Plus en détail

8 Vers un engagement mutuel pour l environnement

8 Vers un engagement mutuel pour l environnement 8 Vers un engagement mutuel pour l environnement La prise de conscience sur les enjeux liés à l environnement est en plein essor. Ainsi les citoyens sont régulièrement sollicités pour participer à des

Plus en détail

Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation

Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation Nous vous présentons ici très brièvement les différentes parties d un télescope, en prenant l exemple d un type de

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Réussir et traiter ses photos sous UV avec Photoshop

Réussir et traiter ses photos sous UV avec Photoshop Réussir et traiter ses photos sous UV avec Photoshop par Rémi BORNET le 29/12/2009 Beaucoup de personnes n'arrivent pas à obtenir de bons résultats en photos sous UV et ne trouvent pas de conseils. Cet

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : OTIS S.A.S. Code NAF : 4329B Code SIREN : 521 07 800 Numéro de SIRET : 542107800 Nombre de salariés : 5 027 Adresse : 3 place de La Pyramide

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Les producteurs des végétaux d'ornement

Les producteurs des végétaux d'ornement 67 è Congrès de la Fédération Nationale Les producteurs des végétaux d'ornement 23/24 juin 2011 Le VÉGÉT L en CAPIT LE Dossier congressiste en Île de France, à Paris à l'espace du Centenaire Paris C est

Plus en détail

de l air pour nos enfants!

de l air pour nos enfants! B u l l e t i n d e l O Q A I n 1 Crèches et lieux d enseignement : de l air pour nos enfants! Le programme de l OQAI «Lieux de vie fréquentés par les enfants» a débuté en 2006. Une première phase de recueil

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, Notre Lightletter vous réserve également des sujets passionnants. Que cette lecture vous procure du plaisir. Votre Soc.

Mesdames, Messieurs, Notre Lightletter vous réserve également des sujets passionnants. Que cette lecture vous procure du plaisir. Votre Soc. Lightletter LIGHTLETTER 06 14 by Hess by Hess Hess. Ein Une Unternehmen société de Nordeon-Group der Nordeon-Gruppe Lakefront Park, Kissimmee (Florida, USA) Mesdames, Messieurs, le passage des installations

Plus en détail

Solar Scintillation Monitor Manuel utilisateur

Solar Scintillation Monitor Manuel utilisateur 1 Solar Scintillation Monitor Manuel utilisateur Remerciements à M. Edward Joseph Seykora pour son autorisation à utiliser son design original et ses vifs encouragements, et à Jean Pierre Brahic et Christian

Plus en détail

PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942

PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942 PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942 YCHE SOMMAIRE Présentation générale Présentation détaillée Périmètre de risques type Criticité d une salle serveurs Points complémentaires

Plus en détail

ÉCLAIRAGES PUBLICS ET SÉCURITÉ ROUTIÈRE

ÉCLAIRAGES PUBLICS ET SÉCURITÉ ROUTIÈRE Association pour la Sauvegarde du Ciel et de l Environnement Nocturnes (ASCEN) ASBL ÉCLAIRAGES PUBLICS ET SÉCURITÉ ROUTIÈRE L autre argument en faveur de la multiplication de l éclairage nocturne est celui

Plus en détail

INTRODUCTION A NASA WORLD WIND UN OUTIL POLYVALENT

INTRODUCTION A NASA WORLD WIND UN OUTIL POLYVALENT INTRODUCTION A NASA WORLD WIND UN OUTIL POLYVALENT Ce document n est qu une introduction aux multiples fonctions que propose le logiciel Nasa World Wind, et propose quelques pistes d exploitation pédagogique

Plus en détail

Paris, ville mondiale

Paris, ville mondiale Première S, géographie LMA, 2011-2012 Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Paris, ville mondiale Cours 3 I Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de

Plus en détail

NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION

NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION 1. LES DIFFERENTS TYPES DE CARTES A. Cartes routières et touristiques - MICHELIN 1/150 000 à 1/200 000 - IGN Régionales : 1/250 000 TOP 100 1/100 000 Série Plein

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

L'éclairage des tunnels par LED

L'éclairage des tunnels par LED NOTE D'INFORMATIONn 19 L'éclairage des tunnels par LED Janvier 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement Centre d'études des Tunnels www.cetu.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

LUXOMAT Exemples d implantation pour électriciens et bureau d études

LUXOMAT Exemples d implantation pour électriciens et bureau d études B.E.G. LUXOMAT d implantation LUXOMAT d implantation pour électriciens et bureau d études Indexe Profitez des nombreuses années d expérience de B.E.G. pour planifier et installer avec succès et en toute

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

La magnitude des étoiles

La magnitude des étoiles La magnitude des étoiles 1.a. L'éclat d'une étoile L'éclat d'une étoile, noté E, est la quantité d'énergie arrivant par unité de temps et par unité de surface perpendiculaire au rayonnement. Son unité

Plus en détail

Le remote. Révolution pour l astronome amateur

Le remote. Révolution pour l astronome amateur Le remote Révolution pour l astronome amateur Jérôme RUDELLE RCE 2014 Le remote C est quoi? La prise en main à distance par internet d un poste informatique, La gestion complète d un réseau intranet et

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

AGPI Mini colloque Avril 2010

AGPI Mini colloque Avril 2010 AGPI Mini colloque Avril 2010 Particularités des diodes électroluminescentes à haute puissance et leur utilisation dans les appareils d éclairage Chrisnel Blot Président du laboratoire Spectralux Une diode

Plus en détail

La spectro, c'est facile

La spectro, c'est facile La spectro, c'est facile OHP Spectro Party Observatoire de Haute Provence 25-30 juillet 2014 François Cochard francois.cochard@shelyak.com La spectro, c'est facile à certaines conditions OHP Spectro Party

Plus en détail

Vous roulez à. le radar préventif. de jour comme de nuit. haute-résistance

Vous roulez à. le radar préventif. de jour comme de nuit. haute-résistance SensibiliseZ vos conducteurs MesUREZ leurs COMPORTEMENTS Fabrication française robuste Conception innovante : assemblage par sertissage d une tôle Alu-zinc ultra robuste et d un profil d entourage triple

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

TRIBUNE BRAINWAVE GOUVERNANCE ET SéCURITé. Shadow IT, la menace fantôme. Une tendance irréversible mais pas dénuée de risques.

TRIBUNE BRAINWAVE GOUVERNANCE ET SéCURITé. Shadow IT, la menace fantôme. Une tendance irréversible mais pas dénuée de risques. TRIBUNE BRAINWAVE GOUVERNANCE ET SéCURITé Shadow IT, la menace fantôme Une tendance irréversible mais pas dénuée de risques. Par Sébastien Faivre Chief Marketing Officer de Brainwave Shadow IT, la menace

Plus en détail

Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/

Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/ Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/ PIXEL PUBLIé PAR BNP PARIBAS REAL ESTATE 28 FEBRUARY 14 Type de projet : Construction Neuve Type de bâtiment : Immeuble de bureaux Année

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP K1 ELEGANT ET COMPACT 2 K1 ETAP K1 possède une forme élégante et compacte qui s intègre aux environnements les plus variés. La gamme très complète utilise différentes sources lumineuses et des possibilités

Plus en détail

Par Richard Beauregard. Novembre 2011

Par Richard Beauregard. Novembre 2011 Par Richard Beauregard Novembre 2011 La lutte contre le bruit et autres parasites lumineux Le temps d exposition versus le compositage Les images de prétraitement L'image de précharge (Offset ou Bias)

Plus en détail

Le site participatif qui veille sur la biodiversité

Le site participatif qui veille sur la biodiversité Le site participatif qui veille sur la biodiversité : le Web 2.0 au service de la biodiversité quotidienne 2010 : année mondiale de la biodiversité > Une mobilisation planétaire majeure, mais des menaces

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

NOCTURNE ET LE DROIT À LA

NOCTURNE ET LE DROIT À LA DÉCLARATION SUR LA DEFENCE DU CIEL NOCTURNE ET LE DROIT À LA LUMIÈRE DES ÉTOILES DÉCLARATION DE LA PALMA Îles Canaries, Avril 20, 2007 StarLight DÉCLARATION POUR LA DÉFENSE DU CIEL NOCTURNE ET LE DROIT

Plus en détail

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes à l habitation et aux déplacements d des ménagesm Exemple d un ménage de 3 personnes habitant un logement de 100m² à Lille Métropole Mars

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

Commune de ROUSSET. Rapport de présentation du Règlement local de publicité

Commune de ROUSSET. Rapport de présentation du Règlement local de publicité Commune de ROUSSET Rapport de présentation du Règlement local de publicité Sommaire Introduction... 3 1. Contexte géographique et administratif... 4 1.1. Localisation... 4 1.2. Données chiffrées... 5 1.3.

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou Le Guide de l éco-agent Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou «L'écologie est aussi et surtout un problème culturel. Le respect de l'environnement passe par un grand nombre de changements comportementaux.»

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C) MAIRIE DE FENOUILLET Département de la Haute Garonne FOURNITURES DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C) MAIRIE DE FENOUILLET Département de la Haute Garonne FOURNITURES DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C) Maître de l ouvrage : MAIRIE DE FENOUILLET Département de la Haute Garonne Objet du marché : FOURNITURES DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN Date

Plus en détail

SOMMAIRE. support et transport du câblage p. 4. Energétique et Sécuritaire (IGNES) p. 18. Cable Management Systems 3. w Les systèmes de protection,

SOMMAIRE. support et transport du câblage p. 4. Energétique et Sécuritaire (IGNES) p. 18. Cable Management Systems 3. w Les systèmes de protection, SOMMAIRE w Les systèmes de protection, support et transport du câblage p. 4 w Les trois grandes familles de produits p. 8 w Les usages p. 10 w Les critères de choix p. 12 w Le savoir-faire p. 17 w Les

Plus en détail