CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX"

Transcription

1 PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres malades, aux membres du personnel ou à l environnement. CIRCUIT GENERAL Utilisation du matériel Pré- NETTOYAGE Traitement d inactivation des ATNC si nécessaire Séchage Conditionnement Et stérilisation Désinfection niveau Intermédiaire ou de Haut niveau par immersion séchage Usage «propre» simple La pré- Objectif:c(est une opération qui consiste à immerger les instruments dans une solution détergente et désinfectante (bactéricide) aussitôt après leur utilisation: elle permet d éviter : La fixation des matières organiques par séchage La contamination du personnel, de l environnement Pour remplir ces fonctions, elle doit être réalisée immédiatement après l emploi, sur le lieu d utilisation. Pour les DM comportant des cavités, il est impératif de procéder, dés la fin de leur utilisation à l irrigation des canaux afin de les débarrasser immédiatement des salissures. Pour certains objets, plateau, garrot, cuvette etc ) une pré- suivi d un nettoyage avec un produit détergent-désinfectant peut s avérer suffisante. Pour d autres, ce 1er traitement sera compléter par une stérilisation. 1

2 normes Le produit utilisé doit être bactéricide selon les normes NF EN 1040 (NFT 72152) et bactéricide également en présence de substances interférentes (NF T ). NETTOYAGE Objectif:éliminer les salissures et réduire simultanément le nombre de micro-organismes présents. Cette étape est indispensable. Le nettoyage conjugue l action physico-chimique du produit (détergent), l action thermique et l action mécanique du brossage (écouvillonnage) et du rinçage. Plusieurs techniques: Manuel: avec brosse, écouvillon,lavette et produit détergent. Rinçage ç l eau du réseau Automatique: machine à laver à bras rotatifs, à ultra-sons, pour le lavage et la des endoscopes, lavebassins Les machines à laver et à désinfecter les instruments, comportant une phase de rinçage par de l eau à une T supérieure à 80 C, permet de supprimer l étape de pré à condition de traiter les instruments sans délai après leur utilisation. Traitement d inactivation des ATNC Procédures à mettre en oeuvre matériel Thermorésistant Procédure habituelle A Nettoyage + Sté Vapeur 134 pdt 18mn ou 125,121 pdt 20mn Procédure renforcée B Nettoyage + sté Vapeur 134 pdt 18mn Procédure Renforcée C Nettoyage + Immersion pdt 1h soit dans eau de javel à 6 ch soit dans soude 1M + sté vapeur 134 pdt 18mn Procédure maximale D Séquestration du matériel (après 2 nettoyages successifs) en attente de diag. Si diag + et si non confirmé = destruction du matériel 2

3 Thermosensible Nettoyage + Sté basse T À défaut : à acide péracétique Nettoyage +immersion pdt 1h soit dans l eau de javel soit dans la soude+procé dé de stérilisation ou de Si procédure impossible : double nettoyage + par acide péracétique Nettoyage + immersion dans soude 2M pdt 1h + ou stérilisation basse T Destruction du matériel ne supportant aucune des 2 méthodes sauf OPH qui doit: 2 nettoyages + F.VILLEGAS - Cadre acide IBODE Formateur-péracétique 2012 Si diag négatif = procédure de traitement des Dispositifs utilisés dans un acte à risque pour tout patient Séquestration : courte durée dans un endroit défini dans chaque étblit, à la connaissance de l EOH séchage Objectifs : limiter la prolifération microbienne limiter les risques de rouille Le séchage doit être soigneux si le matériel ne doit pas être réutilisé. Il doit être réalisé avant stérilisation, ou après par immersion. Techniques : chiffon sec, non pelucheux, propre voire stérile selon le niveau de pratiqué Air de qualité médicale ( soufflette) Armoires chauffantes Objectifs: La Stérilisation obtenir un niveau de qualité de contamination des DM inférieur à 10puissance 6 dans un lot. Empêcher la recontamination au moyen d un emballage. Stérilisation à la vapeur: 134 C pendant 18mn 125 C pendant 15mn Stérilisation basse T Oxyde d éthylène Gaz plasma Radiations ionisantes = rayons gamma, électrons accélérés Désinfection de haut niveau 3

4 La Objectif :réduire le nombre de micro-organismes présents au moment de l opération en fonction des objectifs fixés. Techniques : Chimique : Manuelle : par immersion dans une solution désinfectante, par application d un désinfectant à l aide d une chiffonnette imprégné d une solution désinfectante. Semi-automatique : à l aide d un pulvérisateur permettant une de contact par «dispersat dirigé» pour les surfaces) Automatique : à l aide d appareils spécifiques pour la des contenants à déchets humains (bassins), d endoscopes ou d instrumentation (tuyaux d anesthésie). La chimique implique l utilisation d un produit chimique dont les paramètres doivent lui permettre d atteindre le spectre d activité correspondant au niveau de recherché. La thermique Désinfection thermique: l eau chaude détruit les populations et micro-organismes à l état végétatif; elle est cependant incapable de détruire les formes sporulées et les ATNC. La T doit être supérieure à 80 C pour être efficac e dans des temps raisonnables. Son utilisation est mise à profit dans les cycles de rinçage de matériel dans les machines à laver et à désinfecter (laveurs-désinfecteurs)une norme est en cours de préparation, pour les lave-bassins thermiques, dans les désinfecteurs à vapeur d eau. Avantage de l eau chaude : économique, moins nocive tant pour le malade que pour le personnel que pour l environnement // aux résidus. La chimico-thermique La chimico-thermique utilise l activité accrue de nombreux désinfectants à haute T. Elle est réalisée à l aide d appareils spécifiques : des bassins, d endoscopes. Ces appareils réalisent en général, l étape de nettoyage préalable à la. 4

5 Objectifs : Le rinçage final Éliminer tout résidu de produit Éviter la recontamination du matériel désinfecté Techniques: La qualité de l eau doit être adaptée au niveau d exigence déterminée Le rinçage final doit être abondant La manipulation de matériel doit être effectuée avec des mains de niveau de contamination égal ou inférieur au niveau de contamination supposé du matériel: mains propres devant être parfois habillées de gants stériles. Stockage Objectifs : Permettre la conservation de l intégrité du matériel Empêcher la recontamination du matériel désinfecté Techniques: Dans un contenant protégeant de la contamination de l environnement, sur un rayonnage ajouré Placard propre, fermé et également entretenu. La matériel peut être stocké dans des emballages individuels de qualité micro biologique adaptée. Avant toute nouvelle utilisation, les DM critiques, à haut risque infectieux, seront soumis à une nouvelle. Techniques, méthodes en fonction du matériel Les instruments chirurgicaux: évaluation du risque ATNC Trempage immédiat dés la fin de l intervention dans du DD pour instruments Lavage en machine ou manuel avec la solution ou un détergent neutre compatible (produit contenant un anticorrosif) Brossage soigneux (rainures, articulations) Démontage complet des instruments Écouvillonnage et nettoyage à la seringue des parties creuses Inactivation selon risque infectieux ATNC Rinçage soigneux Séchage avec un tissu propre ou air comprimé Lubrification si besoin Vérification du matériel : absence de rouille, de dépôts, contrôle des tranchants Conditionnement pour stérilisation 5

6 Le matériel médical ou hôtelier Bassins, cantines, cuvettes, verre à urine, matériel d anesthésie Tout le matériel en contact soit : avec les malades Avec des produits issus des malade Employer une solution détergente-désinfectante selon les indications du fabricant Faire tremper : laver, rincer et sécher avant de ranger Si matériel provenant de patients infectés, il est souhaitable de procéder à un 2ème trempage Choisir un produit adapté aux matériels à désinfecter Remarques: Matériel contact alimentaire : produit agréeé Pour les tuyaux : purger à l air comprimer ou les faire tourner pour chasser l eau. Assurance-qualité Chacune des étapes doit faire l objet de procédures écrites Rédigées par les équipes assurant les tâches décrites Vérifiées par l encadrement Validées par le CLIN Les procédures doivent précisées : L objet, le domaine d application de l activité Ce qui doit être fait et qui doit le faire Où et comment cela doit être fait Quels matériels, équipements et documents à utiliser Comment cela doit être maitrisé et enregistré Traçabilité Chacune des étapes doit faire l objet d une traçabilité Pré- Nettoyage Désinfection Stérilisation Le dossier de libération des charges stérilisées doit contenir Le contenue détaillée de la charge Les fiches attestant de la pré- et du nettoyage La fiche d évaluation du risque ATNC Le résultat des contrôles (test de Bowie-Dick, diagramme d enregistrement, éventuellement physico-chimiques) L étiquette apposée sur chacune des unités stérilisées constituant la charge (lot) de stérilisation. 6

7 La matériovigilance La défectuosité d un appareil ou produit pouvant entraîner un défaut de stérilité ou de constitue un risque d incident grave qu il convient de déclarer à l AFSSAPS. Un incident imputé à un désinfectant de DM doit également être déclaré, selon la même filière. Responsabilité Le pharmacien est responsable de la stérilisation produite par son établissement de santé. Les utilisateurs de matériel médico-chirurgical sont responsables de sa pré-, de son nettoyage s il n est pas réalisé en stérilisation centrale et ou de. Les personnels formés sont responsables de l entretien du matériel, selon les procédures recommandées Le CLIN définit la politique de et de stérilisation, en accord avec la pharmacie et les services économiques, acheteurs L EOH organise la diffusion des protocoles et la formation continue du personnel. Évaluation Le médecin du service et le cadre de santé doivent contrôler le respect des procédures codifiées L efficacité des procédés de peut être vérifiée par des prélèvements avec l aide du laboratoire de bactériologie. 7

8 Stérilisation à la vapeur d eau C est la méthode de choix à l hôpital pour tout le matériel qui résiste à la chaleur. Cette méthode est efficace pour l inactivation des prions Cette stérilisation à la vapeur d eau doit être validée selon la norme NF EN 554 pour chaque type de charge Pour garantir la qualité, la centralisation de la stérilisation est une démarche nécessaire. On doit stériliser à la vapeur tout ce qui peut l être. bibliographie Guide et recommandations Agence française de normalisation: guide sur le traitement des instruments chirurgicaux Guide technique d hygiène hospitalière c;clin sud-est 8

Entretien du matériel Tâches spécifiques

Entretien du matériel Tâches spécifiques Entretien du matériel Tâches spécifiques Service hygiène - 2015 Gestion et entretien des matelas à eau Principe du matelas à eau Matelas compartimenté, recevant de l eau tiède (37 ) à un niveau indiqué

Plus en détail

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE)

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) Entretien matériel VALENCE B, Grenoble JANVIER 2010 Objectif La stérilisation à la vapeur d eau (autoclave) est la méthode de référence dans les établissements

Plus en détail

Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et stérilisation des inserts et limes SATELEC

Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et stérilisation des inserts et limes SATELEC Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et stérilisation des inserts et limes SATELEC Avertissements Ne pas utiliser de laine d acier ou des produits de nettoyage abrasifs. Éviter les solutions contenant

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et de stérilisation des pièces à main pour générateur ultrasons SATELEC

Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et de stérilisation des pièces à main pour générateur ultrasons SATELEC Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et de stérilisation des pièces à main pour générateur ultrasons SATELEC Ce protocole concerne les pièces à main Suprasson, Newtron et Newtron Led. Avertissements

Plus en détail

Quel Équipement Pour Prendre En Charge Le Lavage en Stérilisation?

Quel Équipement Pour Prendre En Charge Le Lavage en Stérilisation? Quel Équipement Pour Prendre En Charge Le Lavage en Stérilisation? Annette Beaugas, pharmacien PH (CH Avranches Granville) Brigitte Faoro, pharmacien PH (CHU Montpellier) Patrick Musso, Ingénieur biomédical

Plus en détail

PROTOCOLES DE NETTOYAGE, DECONTAMINATION ET STERILISATION DES ACCESSOIRES SATELEC

PROTOCOLES DE NETTOYAGE, DECONTAMINATION ET STERILISATION DES ACCESSOIRES SATELEC PROTOCOLES DE NETTOYAGE, DECONTAMINATION ET STERILISATION DES ACCESSOIRES SATELEC Version août 2011 E-mail: satelec@acteongroup.com www.acteongroup.com Page 1 sur 64 SOMMAIRE : PIECE A MAIN PIEZOTOME :...

Plus en détail

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau 1 Note introductive (chapô) La mise en place d une démarche globale de gestion de la qualité de l eau consiste à assurer la maîtrise des risques sanitaires liés

Plus en détail

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires L atteinte des objectifs d économie d énergie et de réduction des gaz à effet de serre doit passer par l installation d équipements performants,

Plus en détail

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical Note technique de la commission Désinfection de la SF2H Novembre 2013 Rédacteurs : R. Baron, H. Boulestreau, P. Chaize, B. Croze, F. Karnycheff, L. Simon, X. Verdeil, D. Verjat-Trannoy Indications des

Plus en détail

» INSTRUMENTS CHIRURGICAUX RE-UTILISABLES «

» INSTRUMENTS CHIRURGICAUX RE-UTILISABLES « 1/5» INSTRUMENTS CHIRURGICAUX RE-UTILISABLES «Des instruments chirurgicaux sont des produits de haute précision. Leur utilisation et maniement correcte et décrit en suite. Pour éviter des risques pour

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS

EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Service : Microbiologie Méthode technique Mise en service de la première version : Mise en application de cette version : EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Rédaction : BLETTNER.C

Plus en détail

Méthodes Générales de Nettoyage et Stérilisation pour les Dispositifs Médicaux Orthopédiques

Méthodes Générales de Nettoyage et Stérilisation pour les Dispositifs Médicaux Orthopédiques Méthodes Générales de Nettoyage et Stérilisation pour les Dispositifs Médicaux Orthopédiques Les méthodes suivantes pour le nettoyage et la stérilisation ont été validées par la majorité des fabricants

Plus en détail

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN Audit Régional en endoscopie 2008 Antenne Régionale CCLIN-FELIN Organisation Régionale de l audit Développement de l activité endoscopie Evolution de la législation Alertes matériovigilance EVALUATION

Plus en détail

Stérilisation en EMS et petites structures: quelles perspectives? Contraintes et opportunités

Stérilisation en EMS et petites structures: quelles perspectives? Contraintes et opportunités Stérilisation en EMS et petites structures: quelles perspectives? Contraintes et opportunités H.Ney 02/02/2007 1 Les points abordés Les conditions requises pour retraiter les dispositifs médicaux en EMS

Plus en détail

Choix des produits désinfectants en milieu de soins

Choix des produits désinfectants en milieu de soins Choix des produits désinfectants en milieu de soins Réunion des réseaux ARLIN Midi-Pyrénées Toulouse, 8 décembre 2015 Xavier Verdeil Equipe Opréationnelle en Hygiène CHU Toulouse Purpan 1 Les produits

Plus en détail

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1-

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Médecine nucléaire par Sophie Delisle Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire La gestion des déchets hospitaliers respecte une réglementation très

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

Version révisée n 3. Mars 2009. Remplace la version d octobre 2005

Version révisée n 3. Mars 2009. Remplace la version d octobre 2005 Bonnes Pratiques de Fabrication des Encres utilisées sur la face non en contact des aliments des emballages de denrées alimentaires et d articles destinés au contact des aliments Version révisée n 3 Remplace

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

LE CHOIX DES GANTS DE PROTECTION

LE CHOIX DES GANTS DE PROTECTION Service Hygiène et sécurité LE CHOIX DES GANTS DE PROTECTION Réglementation Fiche 15 Novembre 2011 GENERALITES Conformément à l article L 4121-1 du code du travail, l employeur doit doter les agents d

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Sommaire 1- DOMAINE D'APPLICATION 2- INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LA SÉCURITÉ 3- CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Sommaire 1- DOMAINE D'APPLICATION 2- INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LA SÉCURITÉ 3- CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES Clé à cliquet dynamométrique Notice d in nstruction & Protocole Sommaire 1- DOMAINE D'APPLICATION 2- INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LA SÉCURITÉ 3- CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES 4- MISE EN SERVICE DE LA CLÉ DYNAMOMÉTRIQUE

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Modèle Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Vu les articles R. 5126-9, R. 5126-10, R. 5126-20, L.5126-2 du CSP, Vu l arrêté du 31 mars 1999 relatif

Plus en détail

PROTOCOLE. La Commission locale d information de Flamanville, représentée par Michel LAURENT, Président,

PROTOCOLE. La Commission locale d information de Flamanville, représentée par Michel LAURENT, Président, PROJET PROTOCOLE pour la réalisation de prélèvements et de mesure dans l environnement relatifs aux émissions ou rejets des installations du centre nucléaire de production d électricité EDF de Flamanville

Plus en détail

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine RECOMMANDATIONS recommandations de GESTION DES PRODUITS DE SANTÉ SOUMIS À LA CHAÎNE DU FROID ENTRE +2 C ET +8 C À L OFFICINE édition de décembre 2009 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Respect des engagements

Plus en détail

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) Agent logistique

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA STÉRILISATION? LA DÉSINFECTION? ÉTAPES CONDUISANT A L OBTENTION D UN PRODUIT STÉRILE OU D UN PRODUIT DÉSINFECTÉ

QU EST-CE QUE LA STÉRILISATION? LA DÉSINFECTION? ÉTAPES CONDUISANT A L OBTENTION D UN PRODUIT STÉRILE OU D UN PRODUIT DÉSINFECTÉ QU EST-CE QUE LA STÉRILISATION? LA DÉSINFECTION? ÉTAPES CONDUISANT A L OBTENTION D UN PRODUIT STÉRILE OU D UN PRODUIT DÉSINFECTÉ Un dispositif médical qui vient d être utilisé pour un acte invasif ou non

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

Devenir SST : Programme

Devenir SST : Programme Devenir SST : Programme Pré requis : Aucun Encadrement : La formation est dispensée au minimum par un formateur SST rattaché à : Un organisme de formation habilité pour la formation de SST et le maintien/actualisation

Plus en détail

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels ANNEXE I c LEXIQUE 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels Amélioration : Ensemble des mesures techniques, administratives et de gestion, destinées à améliorer la sûreté de

Plus en détail

Travail de chirurgie : la stérilisation

Travail de chirurgie : la stérilisation Michau Marie-Pierre Spécialisation en pédiatrie Haute Ecole de la Province de Namur Travail de chirurgie : la stérilisation Professeur responsable : Dr. Erpicum Table des matières 1. Introduction...p.1

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

La désacidification dans des services d archives

La désacidification dans des services d archives d «La désacidification de masse» Journée d'étude, mardi 29 mars 2011 La désacidification dans des services d archives Marie-Dominique Parchas 1 Archives de France 1. Les archives - des documents uniques

Plus en détail

LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels

LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels LEXIQUE Amélioration : ensemble des mesures techniques, administratives et de gestion destinées à améliorer la sûreté de fonctionnement d un bien sans changer sa fonction requise (FD X 60-000 : mai 2002).

Plus en détail

Audit d un service de stérilisation dans une petite structure : expérience vaudoise

Audit d un service de stérilisation dans une petite structure : expérience vaudoise Audit d un service de stérilisation dans une petite structure : expérience vaudoise Monica Attinger - Infirmière HPCI Service de la santé publique canton de Vaud 22 septembre 2011 - Berne Procédure en

Plus en détail

Change d une couche lavable

Change d une couche lavable Change d une couche lavable (à destination des professionnelles de l EAJE) Organisation Attention, les couches lavables nécessitent des changes fréquents, ne pas dépasser 2 h : noter l'heure de change

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

MODE OPÉRATOIRE ENTRETENIR LE MATERIEL D ENDOSCOPIE DIGESTIVE

MODE OPÉRATOIRE ENTRETENIR LE MATERIEL D ENDOSCOPIE DIGESTIVE MODE OPÉRATOIRE ENTRETENIR LE MATERIEL D ENDOSCOPIE DIGESTIVE MO ENDO 002 v7 02/2014 1/7 MODIFICATION APPORTÉE mise à disposition du produit inactivant «prion OBJET Décontamination, détergence et désinfection

Plus en détail

FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST)

FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST) FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST) Durée : Participants : Public : Pré-requis : Objectifs : Moyens pédagogiques : Intervenant 12 heures + si nécessaire, le temps pour traiter les

Plus en détail

Conditions techniques pour le raccordement des producteurs aux réseaux publics d électricité en France Les prescriptions administratives Résumé

Conditions techniques pour le raccordement des producteurs aux réseaux publics d électricité en France Les prescriptions administratives Résumé Conditions techniques pour le raccordement des producteurs aux réseaux publics d électricité en France Les prescriptions administratives Résumé Philippe Cruchon Secrétariat d État à l industrie, Service

Plus en détail

COMMISSION GENERALE DE NORMALISATION DU BATIMENT DTU

COMMISSION GENERALE DE NORMALISATION DU BATIMENT DTU Rôle et statut des NF DTU Pour leurs travaux de Bâtiment, les Maîtres d ouvrages peuvent choisir de se référer dans les contrats à des clauses types (administratives ou techniques). Ces clauses types bien

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques

Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques Pr DERRJI S S. Derraji 18/01/2011 1 Plan Introduction Historique Décret 2-09-139 - CHAPITRE 1 : Objectifs,

Plus en détail

1. LE SAUVETAGE-SECOURISME DU TRAVAIL

1. LE SAUVETAGE-SECOURISME DU TRAVAIL ANNEXE 2b MODULE de FORMATION SST Complémentaire de l unité d enseignement «Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC 1)» Ce module de formation complémentaire est destiné aux salariés ayant suivi

Plus en détail

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1 cahier spécial 45 Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage Par Aurélien Bignon, BioM Advice Les dispositifs médicaux (DM) doivent suivre une procédure d évaluation biologique décrite

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

Préfecture de la Gironde

Préfecture de la Gironde Protocole relatif au fonctionnement des établissements conchylicoles en période de crise phyco-toxinique permettant la vente de coquillages mis en stockage protégé ou issus de zones non concernées. Préfecture

Plus en détail

L anodisation. en milieu sulfurique

L anodisation. en milieu sulfurique Les traitements de surface de l aluminium et de ses alliages L anodisation en milieu sulfurique A.Steyer AVANT-PROPOS. L ensemble des opérations devant concourir à l accomplissement de l anodisation en

Plus en détail

Les Directives ATEX. Améliorer. la Sécurité et les Conditions de Travail : les Directives ATEX

Les Directives ATEX. Améliorer. la Sécurité et les Conditions de Travail : les Directives ATEX Les Directives ATEX Améliorer la Sécurité et les Conditions de Travail : les Directives ATEX DIRECTIVE ATEX 1999/92/CE : LES OBLIGATIONS DE L EXPLOITANT L exploitant doit : établir un document relatif

Plus en détail

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL I - Instructions pour la pré-désinfection / nettoyage manuel, décontamination et des adaptateurs RISKONTROL. Avertissements: Ne pas utiliser de laine d acier ou des produits de nettoyage abrasifs. Eviter

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

Christian MATHIEU. Arnaud COUPÉ

Christian MATHIEU. Arnaud COUPÉ Récupération, Recyclage, Régénération Christian MATHIEU Gérant Arnaud COUPÉ Directeur Technique Récupération, Recyclage Régénération La Réglementation La France s'aligne sur le règlement européen 1005/2009

Plus en détail

Programme et Méthodes Formation des S.S.T

Programme et Méthodes Formation des S.S.T OBJECTIF PEDAGOGIQUE Sécurité - Environnem ent - Form ation Programme et Méthodes Formation des S.S.T Face à une situation d accident, le Sauveteur Secouriste du Travail doit être capable de : - Rechercher

Plus en détail

Brevet de Technicien Supérieur. Management des Unités Commerciales

Brevet de Technicien Supérieur. Management des Unités Commerciales Brevet de Technicien Supérieur Management des Unités Commerciales LE PROJET DE DÉVELOPPEMENT DE L UNITÉ COMMERCIALE 2 ème année Lycée Marie Curie - Versailles http://www.lyc-curie-versailles.ac-versailles.fr/

Plus en détail

LES CONSEILS ANTALIS FILM ÉTIRABLE & RÉTRACTABLE L IMPORTANCE DU BON FILM QUELS TYPES DE FILMS SONT DISPONIBLES? QUEL FILM POUR QUELLE APPLICATION?

LES CONSEILS ANTALIS FILM ÉTIRABLE & RÉTRACTABLE L IMPORTANCE DU BON FILM QUELS TYPES DE FILMS SONT DISPONIBLES? QUEL FILM POUR QUELLE APPLICATION? L IMPORTANCE DU BON FILM QUELS TYPES DE FILMS SONT DISPONIBLES? QUEL FILM POUR QUELLE APPLICATION? Film étirable soufflé (Blown) Le film soufflé est doté d une excellente résistance. Utilisation : Identique

Plus en détail

Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des

Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des patients. Ces textes s efforcent : d accompagner l

Plus en détail

Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance

Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance 34èmes JOURNEES NATIONALES D ETUDES SUR LA STERILISATION, LYON, 4 et 5 avril 2012 Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance Dori AFRAIE, Bénédicte BENOIT & Laurent THIERRY

Plus en détail

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits)

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits) Infections liées aux soins Guide de prévention (extraits) Technique du lavage des mains Mouiller Savonner Rincer Sécher par tamponnement Fermer le robinet avec l essuie-mains Indications du lavage des

Plus en détail

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) de Tuteur d entreprise. INTITULÉ

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités susceptibles de lui être confiées peuvent être, à titre d exemples non exhaustifs :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités susceptibles de lui être confiées peuvent être, à titre d exemples non exhaustifs : COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2006 07 74 0251 Catégorie : B Dernière modification : 10/05/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Animateur (trice) d équipe

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2014 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ Guide d utilisation Partie IX - Module GAZ Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 4 1.3 Les fiches de contrôles... 4 1.4 Les éléments des fiches de contrôles... 4 1.5

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

Toujours à vos côtés. Notice d emploi WE 75 ME WE 100 ME WE 150 ME. BEfr

Toujours à vos côtés. Notice d emploi WE 75 ME WE 100 ME WE 150 ME. BEfr Toujours à vos côtés Notice d emploi WE 75 ME WE 1 ME WE 15 ME BEfr Sommaire Sommaire 1 Sécurité... 3 1.1 Mises en garde relatives aux opérations... 3 1.2 Utilisation conforme... 3 1.3 Consignes générales

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Convention de partenariat Chambre des Métiers et de l Artisanat et Conseil Général de la Nièvre

DOSSIER DE PRESSE. Convention de partenariat Chambre des Métiers et de l Artisanat et Conseil Général de la Nièvre DOSSIER DE PRESSE Convention de partenariat Chambre des Métiers et de l Artisanat et Conseil Général de la Nièvre Jeudi 14 Octobre 2010 à 11h Au Foyer du Conseil Général Contacts presse : DCRCE Conseil

Plus en détail

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition (Attention : MAJ au 13/07/2014 - vérifier au cas par cas les textes en vigueur) A COMMUNIQUER

Plus en détail

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif adaptables au dispositif DPC (conformément aux orientations nationales) La liste des formations énumérées ci-après est indicative

Plus en détail

01 CONCEPTS DE BASE e PRÉPARATION DES SURFACES (voir aussi chapitre Systèmes de Mise en peinture)

01 CONCEPTS DE BASE e PRÉPARATION DES SURFACES (voir aussi chapitre Systèmes de Mise en peinture) LA PEINTURE INDUSTRIELLE, QU EST-CE QUE C EST CONCEPTS DE BASE (voir aussi chapitre Systèmes de Mise en peinture) C est un facteur primordial préalable aux opérations de mise en peinture. Une mauvaise

Plus en détail

NOM CLIENT ADRESSE1 ADRESSE2 CP VILLE

NOM CLIENT ADRESSE1 ADRESSE2 CP VILLE ZAC Avenue de Satolas Green 69330 Pusignan France t: +33 (0) 472 45 36 00 f: +33 (0) 472 45 36 99 www.stryker.fr Pusignan, le 17 juin 2011. Pour diffusion : - au Correspondant Matériovigilance - au Pharmacien

Plus en détail

Situations pédagogiques à risques / Utilisation de l électricité Fiche 07N Page 1 / 6. Sécurité électrique

Situations pédagogiques à risques / Utilisation de l électricité Fiche 07N Page 1 / 6. Sécurité électrique Situations pédagogiques à risques / Utilisation de l électricité Fiche 07N Page 1 / 6 Contexte légal : Sécurité électrique BO N 10 de mars 1998. «La mise en œuvre, dans les établissements scolaires, des

Plus en détail

CQP Pilote de ligne de conditionnement (H/F) des industries chimiques : Niveau IV*

CQP Pilote de ligne de conditionnement (H/F) des industries chimiques : Niveau IV* CQP Pilote de ligne de conditionnement (H/F) des industries chimiques : Niveau IV* Dossier VAE Candidat Nom :... Prénom :... Signature : *LE NIVEAU AUQUEL IL EST FAIT REFERENCE EST CELUI DE LA NOMENCLATURE

Plus en détail

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus.

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus. les chaudières performantes Depuis 20 ans... hier... ++ Des chiffres révélateurs Le chauffage et la production d eau chaude représentent les deux tiers de la facture d énergie des ménages. Par ailleurs,

Plus en détail

Annexe V. Lignes directrices concernant les bonnes pratiques de distribution en gros des médicaments.

Annexe V. Lignes directrices concernant les bonnes pratiques de distribution en gros des médicaments. Annexe V. Lignes directrices concernant les bonnes pratiques de distribution en gros des médicaments. I. Cette annexe est d'application aux médicaments visés à la Partie Ire et à la Partie II du présent

Plus en détail

Eliane Chassot responsable adjointe Stérilisation Centrale 01.10.09

Eliane Chassot responsable adjointe Stérilisation Centrale 01.10.09 LE CONDITIONNEMENT Eliane Chassot responsable adjointe Stérilisation Centrale 01.10.09 Le conditionnement Le matériel d emballage Les systèmes de fermeture La péremption L étiquetage 2 Textes règlementaires

Plus en détail

JOURNÉE DE SENSIBILISATION AU TRI DES

JOURNÉE DE SENSIBILISATION AU TRI DES JOURNÉE DE SENSIBILISATION AU TRI DES DÉCHETS HOSPITALIERS EHUOran, 27 Février 2013 Prof. N. Midoun Problématique Le thème à traiter pour cette journée concerne les DASRI, il a été choisi parce que la

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique adoptée par le conseil d administration du CPE les Globules le 4 juin 2013 Révisé et adopté par le CA le 22 mai 2014. Le centre de la petite

Plus en détail

COMPÉTENCE Le service par JAEGGI

COMPÉTENCE Le service par JAEGGI COMPÉTENCE Le service par JAEGGI Pour un fonctionnement sûr et durable «Nous sommes là pour vous, pendant toute la durée de service de votre appareil.» Sasha Niffeler, directeur des ventes Service Europe

Plus en détail

UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES

UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES NORME 2008.01 Direction des services professionnels Présent pour vous NORME 2008.01 Utilisation du télécopieur pour la transmission des ordonnances

Plus en détail

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI)

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) 8 Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) Les EPCI sont des acteurs de proximité des communes de plus en plus présents au quotidien. Leur vocation de mutualisation

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 92 11 89 0101 (1) FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE TITRE DE LA QUALIFICATION : Technicien de la qualité I - OBJECTIF

Plus en détail

PORTES COULISSANTES VULCANO

PORTES COULISSANTES VULCANO PORTES COULISSANTES VULCANO MANUEL D INSTALLATION, USAGE ET ENTRETIEN Portes coulissantes coupe-feu. 1. Avertissements généraux 3 2. Emballage et transport 3 3. Conditions environnementales 3 4. Avertissements

Plus en détail

Tenons corono-radiculaires en fibres de verre et forets

Tenons corono-radiculaires en fibres de verre et forets Tenons corono-radiculaires en fibres de verre et forets PRESENTATION Boîte contenant : taille 1 : 5 tenons (jaune) + 1 foret taille 2 : 5 tenons (rouge) + 1 foret taille 3 : 5 tenons (bleu) + 1 foret Recharges

Plus en détail

Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection

Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection 2013 Céline Mercier: celine-eau.mercier@veolia.com JF Renard: jean-francois.renard@lyonnaise-des-eaux.fr PE Fratczak: pierre-elie.fratczak@veolia.com

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 23 février 2007 relatif à la définition des appareillages réservés aux orthopédistesorthésistes, aux conditions

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

2. RECHERCHER LES DANGERS PERSISTANTS POUR PROTEGER

2. RECHERCHER LES DANGERS PERSISTANTS POUR PROTEGER PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL La formation s adresse à un groupe de 4 à 10 personnes et sa durée est de 12 heures auxquelles il faut ajouter, si nécessaire, le temps pour

Plus en détail

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Les outils du GREPHH : la liste s allonge Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Delphine Verjat-Trannoy et Danièle Landriu CClin Paris-Nord Réunion sur la prévention du risque infectieux

Plus en détail

RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE

RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE www.frigorie-france.com 12V/24/220V MANUEL D UTILISATION 1 Cet Appareil ne peut être utilisé qu à l intérieur avec l une des sources d énergie suivantes: Cet Appareil

Plus en détail

ErP. La nouvelle réglementation européenne.

ErP. La nouvelle réglementation européenne. ErP La nouvelle réglementation européenne. Étiquetage énergétique des produits Eco-conception des produits Exigences minimales d efficacité énergétique www.riello.be ErP: Energy related Products ErP signifie

Plus en détail

Article 53. Installations de chauffage, de cuisine ou de production d eau chaude par combustion.

Article 53. Installations de chauffage, de cuisine ou de production d eau chaude par combustion. REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL DU VAL-DE-MARNE TITRE II LOCAUX D HABITATION ET ASSIMILES CHAPITRE III AMENAGEMENT DES LOCAUX D HABITATION Section 5 INSTALLATIONS D ELECTRICITE ET DE GAZ, DE PRODUCTION

Plus en détail

CLIMATISATION TRANQUILLE 12.MONTAGE. 12.2 Montage des nattes sur plaque Placoplâtre

CLIMATISATION TRANQUILLE 12.MONTAGE. 12.2 Montage des nattes sur plaque Placoplâtre 12.2 Montage des nattes sur plaque Placoplâtre La mise en place de plafonds chauffants en plaque de plâtre est considérée comme traditionnelle et régie par le DTU 25.41 depuis septembre 1981. Les plafonds

Plus en détail

REFERENCES REGLEMENTAIRES

REFERENCES REGLEMENTAIRES Le guide des Equipements de Protection Individuelle est un dossier comprenant plusieurs documents : - Ce premier document, qui évoque les généralités sur les EPI et les tenues de travail. - Ensuite, des

Plus en détail

BPR: Le Conditionnement Du guide à la pratique

BPR: Le Conditionnement Du guide à la pratique BPR: Le Conditionnement Du guide à la pratique HNey 20092007 1 Préambule Les dispositifs médicaux m nettoyés s doivent être protégés s pour éviter toute nouvelle contamination Le conditionnement des dispositifs

Plus en détail

Lave-bassins à thermo-désinfection. Série LP. Hygiène dans les hôpitaux, maisons de retraite, centres de rééducation

Lave-bassins à thermo-désinfection. Série LP. Hygiène dans les hôpitaux, maisons de retraite, centres de rééducation Lave-bassins à thermo-désinfection Série LP Hygiène dans les hôpitaux, maisons de retraite, centres de rééducation Série LP Lave-bassins à thermo-désinfection pour hôpitaux et cliniques Un vaste choix

Plus en détail

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GENERALE ENTREPRISES Marché unique : mise en œuvre et législation des biens de consommation Produits pharmaceutiques : cadre législatif et autorisations de mise sur le marché

Plus en détail