La virologie générale et médicale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La virologie générale et médicale"

Transcription

1 11/02/2015 (11h12h) BUJON Solène L2 (CR : Hamza Berguigua) AIH Pr de Lamballerie 10 pages La virologie générale et médicale Plan A. Structure des virus cycle I. Définition d un virus II. Les constituants élémentaires du virus B. La classification C. L'infection I. Les étapes de l'infection II. Evolution de la cellule III. Voie conduisant à la production initiale d ARNm viraux D. La transmission E. Les défenses anti virale F. Syndrome pseudogrippal G. Les temps d incubation 1/10

2 A. Structure des virus cylce I. Définition d un virus Le virus a une structure relativement simple dans laquelle on trouve un certain nombre d'éléments comme des acides nucléiques, une capside.. Ils ne sont pas autonomes, ils sont dits parasites intracellulaire obligatoires. (ils doivent parasiter une cellule pour se développer) Il ont une grande variabilité, bien plus large que les bactéries. On trouve des virus partout chez les animaux, les humains, les moustiques, les algues, les parasites, les plantes.. II. Les constituants élémentaires du virus Eléments importants constituant les virus : Acide nucléique : génome ADN ou ARN. Capside : protéines entourant ADN. Il y a deux symétries pour la capside : icosaédrique et hélicoïdale. Enveloppe : structure lipidique inconstante, on parle de virus nus ou enveloppés. Le génome est toujours présent mais est très variable : ADN/ ARN,double brin/simple brin, circulaire/ linéaire, en un seul segment/avec plusieurs segments (jusqu'à 15 segments). Dans la classification des virus on distingue en premier lieu virus à ADN et virus à ARN. La principale différence entre les virus à ARN et à ADN est que les virus à ARN ont une réplication peu fidèle (nombreuses erreurs) par rapport aux virus à ADN. (les ARN polymérases n ayant pas les mécanismes de détection et correction d erreurs qu ont les ADN polymérases des virus à ADN). Ainsi les virus à ARN sont plus sensibles aux variations génétiques (VIH, virus hépatite C, par exemple) La taille du génome est variable, les virus à ARN sont petits (10 à 20 kb) alors que c est beaucoup plus variable pour les virus à ADN (de 3kb à des tailles gigantesques autour d'un million de bases) La capside est la chose la plus spécifique du virus. Ce sont des protéines réunies de façon stable autour d'un acide nucléique. L'assemblage est très stable grâce à des propriétés éléctrodynamiques. Elle peut être hélicoïdale ou polyédrique (icosaèdre à 20 faces) En pratique on a fréquemment la symétrie icosaédrique qui est très régulière avec une symétrie d ordre 5, et d'une importante stabilité. 2/10

3 Il existe des formes plus dégradée (moins symétriques) comme le virus de l herpès. Le nucléocapside est l'ensemble composé du génome et de la capside L enveloppe n'est pas obligatoire, elle est beaucoup plus souple et souvent dérivée des membranes cellulaires (cytoplasmique, golgienne, ou nucléaire) selon les virus. Elle contient des lipides de la cellule et des protéines virales qui seront reconnues par le système immunitaire de l'organisme. On distingue les virus nus et les virus enveloppés. B. La classification On présentera deux types de classification. La classification des virus repose sur la structure et non les propriétés biologiques. Le point d'entrée est la nature de l'acide nucléique ( ADN ou ARN) Les Virus à ADN : ssdna (ADN simple brin) : circociridae, parvoviridae dsdna (ADN double brin) : asfarviridae, papillomaviridae (nu), poxviridea (varéole, verrue), polyomaviridae, adenoviridae (nu), herpesviridae (enveloppe), iridoviridea (nu), hepadnaviridae (hépatide B avec revers transcriptase) 3/10

4 Les virus ARN : beaucoup plus nombreux ds RNA (deux brins ARN ): Une famille : reociridae (rotavirus : première cause d'hospitalisation pédiatrique) ssrna de polarité positive :c estàdire que leur orientation est celle d'un ARNm il peut être lu par les ribosmomes et donné des protéines : caliciviridae (diarhée),(nu) picornaviridae (polimérite), (nu) astroviridae, HEV like, flaviridae (enveloppé) (fièvre jaune, daigne), coronaviridae (enveloppé) togaviridae (chykungunya), arteriviridae, novaviridae 4/10

5 ss RNA de polarité négative : ils ne peuvent pas être lus Orthomyxioviridae(grippe) deltavirus (hépatite delta) paramyxoviridae( rougeole, oreillon..) Rhabdoviridae(rage) filoviridae (ébola) retroviridae (VIH possédant revers transcriptase) Arenaviridae (peu présent en Europe) bunyaviridae(fièvre de la vallée du rif) Il existe une classification plus médicale : ADN Bicaténaire ADN monocaténaire Capside icosaédrique à symétrie cubique Virus nus Adénoviridae Papillomaviridae Pollyomaviridae Virus enveloppés Herpesviridae Heptaviridae Capside à symétrie complexe Capside icosaédrique à symétrie cubique Virus enveloppés Virus nus Paxiviridae Parvoviridae 5/10

6 Pour les virus à ARN on ne reprend pas tous les virus ARN monocaténaire segmenté Capside tubulaire à symétrie hélicoïdale Virus enveloppés Orthomyxioviridae bunyaviridae Arenaviridae ARN Monocaténaire ARN monocaténaire diploïde ARN bicaténaire segmenté Capside non caractérisée Capside complexe Capside icosaédrique à symétrie cubique Virus enveloppés Virus enveloppés Virus nus deltavirus retroviridae reociridae Les éléments importants de la classification sont : la nature de L'acide nucléique (ADN ou ARN) et la présence ou l'absence d'enveloppe. Ces éléments ont de réelles implications médicales. C. La infection 6/10

7 I. Les étapes de l'infection L'infection d'une cellule se fait en six étapes Attachement à la surface de la cellule Entrée dans la cellule Décapsidation qui met le génome à nu Réplication du génome Encapsidation : les nouveaux génomes entrent dans des nouvelles capsides Sortie du virus Certains virus se multiplient dans le cytoplasme et d autres dans le noyau. Les mécanismes de pénétration : Endocytose médiée par un récépteur : le virus se colle sur un récépteur et la cellule de manière active va endocyter le virus (grippe, influenzavirus, adenovirus). Translocation directe à travers la membrane : mécanisme qui permet de passer dans la membrane (poliovirus) Fusion entre la membrane de la cellule et l'envelloppe du virus la capside est ejectée à l'intérieur de la cellule (paramyxovirus, herpesvirus, HIV) Les virus vont alors se multiplier dans le cytoplasme ou dans le noyau La sortie peut se faire de manière violant (eclate la cellule ou la tue) ou plus douce en emportant une partie de la membrane de la cellule comme le virus de la grippe. II. Evolution de la cellule : La cellule a plusieurs devenirs après l'infecion : Effet cytopathique : la cellule va mourire cela ne correspond pas forcément aux virus les plus agressifs médicalement cela dépend de la localisation et du renouvellement du tissu concerné. Tolérance de l infection : apparition d'un équilibre avec une infection tempérés qui peut dégénérer ou non. Transformation maligne de la cellule : elle rend la cellule cancéreuse Mécanisme de la cancérogénèse : Les virus peuvent activer un oncogène cellulaire par mutation, par amplification ou replication accélérée. D'autre virus sont liés à l activité d antioncogènes qui vont être détruit et donc favoriser l'activité de l'oncogène (papillomavirus) Virus connu pour être lié à des cancerogénes (à connaître ++): HTLv 1 : rétrovirus responsable de cancérisation de lymphocytes T (on le trouve dans les caraibes, au japon, en afrique mais peu europe) Virus hépatite B : cancer du foi 7/10

8 Virus hépatite C : cancer primitif du foi Papillomavirus : cancer du col utérin Virus Epstein Barr ou EBV : c'est un herpesvirus associé à plusieurs cancers dont le lymphome de Burkitt (lymphome B) et un carcinome nasopharyngé. Le 8ème herpesvirus ou HHV8 : associé au sarcome de Kaposi III. Voie conduisant à la production initiale d ARNm viraux : Ce mécanisme de production d'arn messagers est différent dans chaque cas. : ADN bicaténaire qui ressemble au génome humain. Les ARN polymérases cellulaires vont faire des ARNm à partir de cette ADN. Il suffit que le génome soit adressé au noyau. ADN monocaténaire : il n'y a pas d enzyme qui prend en charge des ADN monocaténaires. Il faut alors constituer le brin complémentaire qui est fait par les ADN polymérases cellulaires. Les Arn polymérases peuvent faire l'arnm. Les virus à ADN monocaténaire sont les seuls à ne pas avoir de polymérase. ARN monocaténaire à polarité positive sont déjà des ARNm ARN monocaténaire polarité négatif : Ils sont revers complémentaires d'arnm. Les ARN doivent être recopiés dans l autre sens or dans nos cellules on a que des ARN polymérases ADN dépendantes (elles doivent partir d une molécule d ADN) donc ces virus ont dans leur capside leur propre polymérase) Les retrovirus : (ex VIH) leur génomes est un ARN de polarité positif mais ils n'ont pas de cycle classique. Ils possèdent la revers transcriptase, pour à partir de son ARN créer de L ADN qui sera traité comme les ADN cellulaires/.la Revertranscriptase recopie L ARN en ADN et l intègre dans le génome de la cellule. ARN bicaténaire de polarité négative : polymérase du virus refait un ARN de polarité positive. 8/10

9 D. La transmission : Le principe simple est que les virus enveloppés sont fragiles, on les trouve dans les voies respiratoires et sont sensibles a l alcool, et les virus nus sont solides, on les trouve dans les selles, ils sont resistants à l alcool. Cependant il existe des exceptions. Un virus ne donne pas forcément la pathologie correspondant à la voie d entrée (ex rougeole entre par voie respiratoire mais donne une pathologie cutanée) La transmission respiratoire ou salivaire : Cette transmission est très fréquente. La transmission orofécale : ingurgité par voie orale et éliminé par les selles. Endenovirus, hepatide A hepatide B La transmission sexuelle : VIH papillomavirus, herpes, hépatide b (des virus sont transmicibles par différentes voies) Transmission iatrogénique : rare mis provoque de grande épidémie : PRION, HHV8, VIH.. Transmission de la mère à l enfant : Elle est différente selon qu'elle se fasse in utero ou à la naissance ou après la naissance (allaitement) :rubéole, HSB.. Transmission par les moustiques Transmission à partie des animaux : rage E. Les défenses anti virale : Première ligne : peau, muqueuse.. Immunité innée : l'immunité innée antivirale très différentes que celle pour les bactéries. Elle met en jeu principalement les interferons (alpha et beta surtout) on les utilise en thérapie. D'autres éléments sont importants comme les cellules NK. Immunité acquise : elle implique les lymphocytes B qui sécrètent des anticorps et lymphocytes T essentiellement cytotoxiques (Ly T4 helper sécrètent des cytocines impliquées dans la voie de LB et des LTCD8) F. Syndrome pseudogrippal : Le syndrome pseudogrippal est non spécifique, il est provoqué par de multiples pathogènes dont la plupart sont des virus. Les principales manifestations sont : Fièvre Céphalée causé par interferon 9/10

10 Myalgie causé par interferon Asthénie G. Les temps d incubation : C'est le temps écoulé avant apparition des symptômes. Certains ont un incubation très courte : virus donnant des infections respiratoires et gastroenterites (1journée en générale) leur potentiel épidémique est très grand : rotavirus, grippe, ruhm, herpès.. Incubation autour de 14 jours : varicelle HIV, oreillon, rubéole.. Incubation de plusieurs mois : hépatite B, rage.. 10/10

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

Structure et réplication des virus. Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie. Un peu d Histoired. Un virus redoutable. Le virus de la variole

Structure et réplication des virus. Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie. Un peu d Histoired. Un virus redoutable. Le virus de la variole Tous les êtres vivants hébergent h des virus Structure et réplication des virus Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie Bactéries (bactériophages) Champignons Algues Plantes Tabac Virus de la mosaïque

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

V. Exemples choisis. 1. Classification et propriétés

V. Exemples choisis. 1. Classification et propriétés V. Exemples choisis 1. Classification et propriétés Autrefois, les Polyomavirus et les Papillomavirus étaient regroupés en une famille unique nommée Papovaviridae (nom qui regroupe le début du nom de chaque

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Virus oncogènes humains

Virus oncogènes humains UE virologie Cours samedi 21/11/09 10h30 Professeur : Pr. Vincent MARECHAL Centre de Recherche des Cordeliers vincent.marechal@crc.jussieu.fr Virus oncogènes humains 1 sur 16 Table des matières Généralités

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Les vaccins «anti cancers» : une manne pour l industrie pharmaceutique

Les vaccins «anti cancers» : une manne pour l industrie pharmaceutique Les vaccins «anti cancers» : une manne pour l industrie pharmaceutique Le lancement du vaccin contre le cancer du col de l utérus, après celui de l hépatite B, a donné des ailes à la recherche sur les

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus:

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus: généralités Infections à Herpès virus Virus: S. Nguyen 03/2005 multiplication intracellulaire taille: nanomètre pls composants: -acide nucléique (ADN, ARN) -capside -enveloppe ou non généralités herpès

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

La Pandémie du SIDA. Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000.

La Pandémie du SIDA. Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000. La Pandémie du SIDA Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000. Adultes Région/Pays infectés (%) afrique subsaharienne 8,57 antilles

Plus en détail

Les femmes **** **** Historique

Les femmes **** **** Historique Les femmes **** Historique Et les femmes? Statistiques Symptômes spécifiques aux femmes atteintes du VIH Biologie et liquides organiques Inégalité Connaissez les faits **** Historique Au début des années

Plus en détail

PAPILLOMAVIRUS - HPV. et Cancer ORL. JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie

PAPILLOMAVIRUS - HPV. et Cancer ORL. JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie PAPILLOMAVIRUS - HPV et Cancer ORL JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie PAPILLOMAVIRUS DNA en minichromosome Virus nus, résistants Cancérigènes chez l animal Et, pour certains génotypes chez l homme

Plus en détail

La référence bibliographique de ce document se lit comme suit:

La référence bibliographique de ce document se lit comme suit: Infectiologie Jean Joly Chapitre 6 La référence bibliographique de ce document se lit comme suit: Joly J (2003) Infectiologie. In : Environnement et santé publique - Fondements et pratiques, pp. 145-162.

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

Eléments primordiaux de biologie moléculaire

Eléments primordiaux de biologie moléculaire Eléments primordiaux de biologie moléculaire Pourquoi s intéresser au matériel génétique? Base de l information génétique Tissu Cellule Noyau Organisme entier Lieu où est localisé l ADN Mol d ADN qui est

Plus en détail

Le Virus Influenza. Nicolas Le Scouarnec Erwan Garo Grégory Béchard 1 6 Lycée Victor Hugo - Hennebont

Le Virus Influenza. Nicolas Le Scouarnec Erwan Garo Grégory Béchard 1 6 Lycée Victor Hugo - Hennebont Le Virus Influenza Nicolas Le Scouarnec Erwan Garo Grégory Béchard 1 6 Lycée Victor Hugo - Hennebont Ce dossier est disponible à l adresse http ://nlsn.free.fr/grippe.php3 1 Introduction Pour nombre d

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

CANCEROGENESE 1 1. Problème «Comment les modifications des caractères génétiques entraînent-elles elles des pathologies?» 2 Q1 : Quelles sont les caractéristiques de ces pathologies? 3 2. Faits d observation

Plus en détail

LES PAPILLOMA VIRUS HUMAINS

LES PAPILLOMA VIRUS HUMAINS UE : De l'agent Infectieux à l'hôte Virologie Date : 06/03/2012 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h - 17h Enseignant : Isabelle Guarrigue Ronéistes : BREDONTIOT Anaïs CABOT SALAR Mélissa LES PAPILLOMA VIRUS

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Antiviraux ciblant les polymérases virales

Antiviraux ciblant les polymérases virales Antiviraux ciblant les polymérases virales Barbara Selisko Barbara.Selisko@afmb.univ-mrs.fr Research Group Viral Replicases: Structure, Function & Drug Design Head: Bruno Canard Architecture et Fonction

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2009-2010 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Professeur Joël LUNARDI

Professeur Joël LUNARDI Biochimie - Biologie moléculaire Chapitre 3 : La réplication du matériel génétique Professeur Joël LUNARDI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre

Plus en détail

Papillomavirus Humains HPV

Papillomavirus Humains HPV U.F.R Médecine L3 Année 2014 / 2015 U.E. Agents Infectieux Papillomavirus Humains HPV Pr. Astrid Vabret Laboratoire de Virologie, CHU Caen EA4655 U2RM Université Basse-Normandie Centre National de référence

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases :

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : SYNTHESE Chapitre 4 Cycle cellulaire Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : G1 : phase de croissance cellulaire et d activités métaboliques normales. S : phase

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Les virus biologiques et informatiques

Les virus biologiques et informatiques Quelles sont les analogies entre les virus biologiques et les virus informatiques? Groupe : -DIAB Nicolas -FAUROBERT Emeric -PIAT Grégoire Groupe : DIAB Nicolas FAUROBERT Emeric PIAT Grégoire Dossier TPE

Plus en détail

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques.

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS Idriss Guessous Service de médecine de premier recours, HUG 2013 LES POINTS

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES La transcription Information : dans le noyau (sous forme d'adn) Synthèse des protéines : dans le cytoplasme (au niveau des ribosomes du reticulum endoplasmique) L'ADN ne sort

Plus en détail

L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique.

L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique. L L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique. Figure 1 Mitochondries observées au microscope électronique à transmission Plus tard, cet ADN

Plus en détail

OGM : pour le meilleur? Ou pour le pire?(ou les deux ) Laroche Fabrice, biologiste fablaroche@gmail.com- 0624290703

OGM : pour le meilleur? Ou pour le pire?(ou les deux ) Laroche Fabrice, biologiste fablaroche@gmail.com- 0624290703 OGM : pour le meilleur? Ou pour le pire?(ou les deux ) Laroche Fabrice, biologiste fablaroche@gmail.com- 0624290703 (Nouvelles techniques de manipulation du vivant Inf OGM 0ctobre 2011) I. Petite mise

Plus en détail

La dengue Biologie Moléculaire & Pathogénie

La dengue Biologie Moléculaire & Pathogénie Agence Universitaire de la Francophonie COOPERATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE AVEC LE VIET NAM Paris, Octobre 2008 Partie II: La dengue Biologie Moléculaire & Pathogénie Philippe Desprès II-01 particules

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule»

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» Technologie de l ADN recombinant Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» 1 Les techniques de l ADN Recombinant But: isoler des fragments d ADN de génomes complexes et les recombiner

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06 Correction -«Vraies» questions de cours -«fausses» questions de cours: questions pour voir si pouviez imaginer une réponse crédible qui n était

Plus en détail

«La solidarité médicale en action» Infection VIH. Dr Kara Biologiste CH Marc Jacquet 77000 Melun

«La solidarité médicale en action» Infection VIH. Dr Kara Biologiste CH Marc Jacquet 77000 Melun «La solidarité médicale en action» Infection VIH Dr Kara Biologiste CH Marc Jacquet 77000 Melun I. Les rétroviridae Famille des Rétroviridae : 3 sous-familles Spumavirus Oncovirus Lentivirus non pathogènes

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Aujourd hui, il y a plus de consortium, ce qui permet des avancées plus rapides.

Aujourd hui, il y a plus de consortium, ce qui permet des avancées plus rapides. GFMOM 20/01/2012 Cours 2 partie 2 T. Bourgeron II. LA CYTOGENETIQUE Nous allons étudier les anomalies chromosomiques des plus grossières aux plus fines. Ces anomalies peuvent être retrouvées dans la population

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2004-2005 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

Virologie vétérinaire

Virologie vétérinaire Virologie vétérinaire Chapitre 14 Perspectives en virologie Perspectives en virologie Diagnostic virologique de nouvelle génération Recherche des nouveaux virus : virus discovery Les virus comme agents

Plus en détail

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction CEC André-Chavanne BIO 3 OS La synthèse des protéines transcription code génétique traduction I. La «Transcription» : de l ADN à l ARNm. L'adresse suivante permet d accéder à une ANIMATION sur la TRANSCRIPTION.

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

Sciences 8 le système immunitaire exercices

Sciences 8 le système immunitaire exercices Sciences 8 le système immunitaire exercices Exercice 1 : Remplis les blancs. 1. Les organismes qui sont la cause de maladies comme les bactéries et les virus sont appelés. 2. Les maladies peuvent être

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux Les différentes méthodes de détection des cellules du système immunitaire 1 - Etude morphologique Elle est réalisée sur 2 types

Plus en détail

LES HEPATITES VIRALES

LES HEPATITES VIRALES LES HEPATITES VIRALES Infect virales atteignant préférentiellement le foie avec lés inflammatoires, altérat hépatocytaire (cytolsye hépatique) et élévat des transaminases. Etiolo gie Transm ission Contam

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX

ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX La thérapeutique antivirale progresse avec lenteur car elle s'attaque à des micro-organismes ne se multipliant qu'à l'intérieur des cellules vivantes dont ils détournent

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau.

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau. Chapitre 2 : localisation et organisation de l information génétique Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie HépatiteC n 7 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatite chronique B : quelques notions pour mieux connaître ma maladie Sommaire Après plusieurs prises de sang, mon médecin me confirme que

Plus en détail

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD Dijon, le 8 Octobre 2009 Grippe A / H1N1 v Pr Ch. RABAUD On avait prévu Une grippe H5, grave, nous venant des oiseaux et d ASIE Grippe aviaire (1997) : 407 cas ; 256 décès pas de transmission interhumaine

Plus en détail

Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique)

Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique) 6- Structure et organisation des génomes 6-1 Génomes eucaryotes Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique) 6-1-1 Génomes nucléaires 6-1-1-1 Nombre d exemplaires

Plus en détail

Chapitre 2 : Organisation de la cellule

Chapitre 2 : Organisation de la cellule Partie 1 : notions de biologie cellulaire DAEU- Cours Sciences de la Nature & de la Vie- Marc Cantaloube Chapitre 2 : Organisation de la cellule La cellule est l unité de base des êtres vivants. Il existe

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM Défis reliés à l infection par le VIH Paul Jolicoeur, M.D., Ph. D. Chercheur fondamental Directeur de l unité de recherche

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes.

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes. III.1.6 Le Nucléole Ce sont des structures fibrillaires sphériques denses du noyau interphasique et prophasique des organismes supérieurs. Les nucléoles qui sont le site de formation des ribosomes fixent

Plus en détail

Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS

Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS QU EST-CE QU UN VACCIN? COMMENT AGIT IL? QUE CONTIENT IL? QUE RISQUONS NOUS A ETRE OU NE PAS ETRE VACCINE? COMMENT

Plus en détail

L exemple de la détermination de la structure cristallographique de la nucléocapside du bluetongue virus

L exemple de la détermination de la structure cristallographique de la nucléocapside du bluetongue virus J. Phys. IV France 130 (2005) 203 207 C EDP Sciences, Les Ulis DOI: 10.1051/jp4:2005130014 L exemple de la détermination de la structure cristallographique de la nucléocapside du bluetongue virus P. Gouet

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 1 DOMAINE D UTILISATION DES ANTICORPS IN VITRO ET IN VIVO B)Utilisation des Anticorps in vitro - dosages

Plus en détail

Risques infectieux et protection de l organisme.

Risques infectieux et protection de l organisme. Risques infectieux et protection de l organisme. L œil humain ne peut pas voir les objets dont la taille est inférieure à 0.1 mm Tous ces êtres vivants dont taille est inférieure à 0.1 mm sont appelés

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail