ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX"

Transcription

1 ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX La thérapeutique antivirale progresse avec lenteur car elle s'attaque à des micro-organismes ne se multipliant qu'à l'intérieur des cellules vivantes dont ils détournent le métabolisme à leur profit. La chimiothérapie antivirale se heurte donc à plusieurs obstacles : elle est souvent cytotoxique car elle perturbe le métabolisme cellulaire normal. Toute thérapeutique anti-infectieuse a en effet pour objectif de supprimer lagent infectieux sans léser la cellule. Or, la plupart des virus utilisent des voies métaboliques de la cellule-hôte pour la réplication de leur génome. De nombreuses molécules capables de bloquer leur réplication sont donc aussi des toxiques cellulaires. elle ne peut prétendre éradiquer l'infection virale latente. Une molécule antivirale ne peut en effet agir qu'au moment de la réplication virale. Les antiviraux n'ont donc qu'un effet virostatique et, vis-à-vis de certains virus "latents", comme les herpesvirus ou les rétrovirus, ne peuvent agir quau moment des récurrences. Seuls certains antiseptiques ont un effet virulicide mais ils ne peuvent être utilisés par voie interne. elle sélectionne fréquemment des mutants résistants à leur activité. au cours de la plupart des infections virales, de la grippe à la verrue, en passant par le bouton de fièvre ou la rougeole, les signes cliniques apparaissent après que les virus se soient multipliés dans les cellules et que les lésions se soient constituées... Toutefois les connaissances acquises depuis vingt ans dans les mécanismes moléculaires des cycles de multiplication des virus ont fait apparaître des cibles plus spécifiques. Plusieurs étapes du cycle peuvent être concernées : - Fixation, pénétration, décapsidation La seule thérapeutique actuellement utilisée à cette étape est la rimantadine, qui s'oppose à la décapsidation du virus Influenza A : en augmentant le ph de la vacuole d'endocytose, elle empêche la fusion de l'enveloppe virale avec la membrane cellulaire. On a découvert depuis peu les récepteurs cellulaires de plusieurs virus : la molécule CD4 pour les VIH, la molécule CD21 (ou CR2 - récepteur de C3b) pour le VEB, la molécule ICAM-1 (intercellular adhesion molecule) pour les rhinovirus. On peut espérer trouver des molécules qui bloquent spécifiquement les interactions entre ligand viral et récepteur cellulaire. - Synthèse des ARN messagers (ARNm) Certains virus codent leur propre ARN polymérase, d'autres codent les enzymes nécessaires à la création de la "coiffe" en 5'. Bien qu'analogues aux enzymes cellulaires dans leurs fonctions, ces protéines virales peuvent constituer des cibles pour une thérapeutique antivirale. - Traduction des ARN messagers La traduction des ARN messagers viraux diffère de celle des ARN messagers cellulaires. En effet, alors que la traduction des ARNm cellulaires s'arrête, celle des ARNm viraux est florissante. Quel est le mécanisme, sans doute d'origine virale, qui permet une reconnaissance spécifique des ARN messagers viraux par la cellule? Sa connaissance pourrait déboucher sur une thérapeutique.

2 - Réplication de l'acide nucléique viral La plupart des antiviraux actuels agissent sur la réplication proprement dite. La réplication du génome utilise parfois des enzymes d'origine virale qu'on ne trouve donc qu'à l'intérieur des cellules infectées. C'est le cas de tous les virus à ARN, en particulier le VIH qui utilise une transcriptase. C'est aussi le cas des "gros" virus à ADN : les herpesvirus ainsi que les adenovirus. - Intégration du génome viral dans le génome cellulaire Certains virus insèrent leur génome dans celui de la cellule-hôte. Cette insertion peut constituer une étape obligatoire de leur cycle de multiplication, comme dans le cas des rétrovirus. Elle peut être nécessaire à la transformation de la cellule dans le cas des papillomavirus, des herpesvirus ou du virus de l'hépatite B. Certains virus utilisent des enzymes de la cellule-hôte mais d'autres, les rétrovirus en particulier, codent une intégrase qui peut constituer une cible pour une thérapeutique antivirale. - Morphogénèse virale De nombreuses protéines virales sont synthétisées sous la forme de précurseurs géants qui sont ensuite découpés en protéines de structure ou en enzymes par une protéase virale. Les inhibiteurs des protéases virales empêchent l'assemblage et la maturation des virions et la cellule infectée ne produit plus que des virions défectifs. CIBLES ET MOLÉCULES ETAPE CIBLE MOLÉCULE(S) UTILISÉE(S) Fixation / Décapsidation Récepteurs cellulaires Analogues de récepteurs viraux Transcription du génome viral Transcriptase virale Inhibiteurs de la transcriptase oligonucléotides antisens * Régulation de la transcription Protéines de régulation Inhibiteurs de la protéine Tat (VIH) * Montage des ARN transcrits cibles variées Ribavirine * Traduction des ARNm ARN-m Interférons oligonucléotides antisens * Réplication de l'adn ADN polymérase virale Acyclovir (Zovirax ) * Réplication de l'arn ARN-polymérase virale Inhibiteurs de la ARN-polymérase Transcription réverse Transcriptase réverse (RT) Zidovudine (Rétrovir ) * Fragmentation des polyprotéines Protéase virale Inhibiteurs des protéases Assemblage des virions Protéines de matrice Inhibiteurs des protéases * * molécules disponibles ou en cours d'expérimentation

3 Impossible d'afficher l'image liée. Le fichier a peut-être été déplacé, renommé ou supprimé. Vérifiez que la liaison pointe vers le fichier et l'emplacement corrects. INHIBITEURS DE L'ADN-POLYMÉRASE VIRALE Les inhibiteurs des ADN polymérases virales constituent à l'heure actuelle la famille d'agents antiviraux la plus importante. La majorité des virus à ADN - exception faite des papovavirus et des parvovirus - et les rétrovirus ont des ADN polymérases propres, distinctes des ADN polymérases cellulaires. Ces enzymes assurent la synthèse de l'adn à partir d'une matrice d'adn (ou d'arn pour les rétrovirus). Les substrats de ces enzymes sont les désoxynucléotides-triphosphates (nucléotides des quatre bases : Adénine = datp ; Thymine = dttp ; Cytosine = dctp et Guanine = dgtp). La chaîne d'adn en cours de synthèse s'allonge par l'addition de déoxynucléotides-monophosphates unis entre eux par des liaisons phosphodiesters. L'énergie nécessaire à la création de la liaison provient de l'hydrolyse du nucléotide triphosphate et la formation d'un résidu pyrophosphate : 1 - LES ANALOGUES ACTIFS SUR LES VIRUS A ADN La plupart des antiviraux utilisés actuellement sont des analogues de nucléosides. La majorité d'entre eux sont exclusivement actifs sur les virus appartenant à la famille des Herpesviridae. Les analogues utilisés présentent le plus souvent des modifications du sucre lié à la base, le désoxyribose : disparition de la structure cyclique pour l'acyclovir et le gancyclovir, adjonction d'un radical azoté (azide) pour la zidovudine,

4 disparition d'un radical hydroxyle dans le cas de la didéoxyinosine (ddi) et de la didéoxycytidine (ddc) Les analogues de nucléosides pénètrent dans la cellule où il sont triphosphorylés par des kinases. Il s'agit donc de "prodrogues" puisqu'ils sont préalablement transformés en principe actif dans la cellule. Après leur triphosphorylation, ces analogues entrent en compétition avec les substrats naturels pour le site actif de l'adn-polymérase. Les inhibiteurs ont une faible affinité pour les ADN polymérases cellulaires et une forte affinité pour les ADN-polymérases virales entraînant le blocage du site actif. Si l'enzyme parvient à incorporer l'analogue à la chaîne d'adn en cours de synthèse, celui-ci en bloque l'élongation car il n'a pas la structure chimique capable d'établir une liaison phosphodiester avec le nucléotide suivant. L'affinité particulière des analogues pour les ADN polymérases virales n'est pas encore expliquée. Les ADN-polymérases cellulaires ou virales étant fonctionnellement très proches, la sélectivité des analogues provient d'un choix très rigoureux parmi un nombre considérable de molécules synthétisées. La sélectivité des analogues a le plus souvent comme conséquence un spectre d'activité assez étroit : chaque molécule n'est active que sur un virus ou un groupe de virus apparentés. La sélectivité n'est d'ailleurs pas absolue et la toxicité vis-à-vis des cellules s'exprime par des effets secondaires très fréquents lors des chimiothérapies antivirales. Cette toxicité rapproche la thérapeutique antivirale de la chimiothérapie anticancéreuse. Les premiers analogues de nucléosides utilisés tels que l'adénine-arabinoside (Vidarabine) se sont révélés très toxiques. N'étant pas sélectifs ils inhibent aussi bien l'adn polymérase virale que l'adn polymérase cellulaire. Aciclovir (Zovirax ) Il s'agit d'un analogue du guanosine dont le désoxyribose est remplacé par une chaîne latérale acyclique. Le produit est actif sur certains herpesvirus : les HSV1 et 2 et le VVZ (à plus haute dose). La première étape de phosphorylation est réalisée par une thymidine-kinase virale que possèdent ces virus, les deux autres phosphorylations sont ensuite assurées par des kinases cellulaires. Les thymidine-kinases cellulaires sont peu efficaces de sorte que l'analogue triphosphate n'est formé que dans les cellules infectées. Valaciclovir (Zelitrex ) C'est l'ester de la L-valine et de l'aciclovir rapidement et entièrement métabolisé en Aciclovir. Ce dérivé a une biodisponibilité par voie orale 5 fois plus élevée que l'aciclovir (50%). Il est utilisé dans le traitement du zona. Gancyclovir (Cymévan ) Le gancyclovir, assez proche de l'acyclovir, se révèle actif sur la plupart des herpesvirus mais il est surtout remarquablement actif contre le virus cytomégalique (CMV) : cent fois plus actif que l'acyclovir. Il est également beaucoup plus toxique (toxicité médullaire : neutropénie et thrombopénie) et n'est utilisé que dans le traitement des infections sévères chez les immunodéprimés.

5 Le virus est dépourvu de thymidine-kinase mais l'infection semble favoriser la synthèse de kinases cellulaires de sorte que les concentrations en gancyclovir-triphophate sont bien supérieures à celles des cellules non infectées. Cette propriété renforce la spécificité antivirale du produit. Famcyclovir (Oravir ) Le Famciclovir est assez proche du gancyclovir. Il est actif sur les virus HSV, EBV et VVZ. D'une très grande biodisponibilité par voie orale (75%), il est utilisé dans les traitements des infections à VVZ. Acide phosphonoformique (Foscarnet ) Un analogue du pyrophosphate, l'acide phosphonoformique (Foscarnet ) est un inhibiteur direct d'adn polymérase virale : il bloque le site de liaison du pyrophosphate de l'enzyme. Le produit est toxique (fixation osseuse, toxicité rénale). On l'utilise dans le traitement des infections par CMV ou virus herpétiques devenus résistants à l'acyclovir chez les patients immunodéficients. 2 - LES ANTIRÉTROVIRAUX Parmi tous les analogues de nucléosides étudiés ou en cours d'étude, quatre produits sont actuellement utilisés : NOM CHIMIQUE ABRÉVIATION DÉNOMINATION COMMUNE SPÉCIALITÉ Azidothymidine AZT Zidovudine Rétrovir Didéoxyinosine ddi Didanosine Videx Didéoxycytidine ddc Zalcitabine Hivid Didéhydodidéoxythymidine d4t Stavudine Zerit Les analogues sont phosphorylés dans les cellules infectées et dans les cellules saines par des kinases cellulaires. L'analogue triphosphate est utilisé comme un substrat par la transcriptase réverse qui est bloquée. Si l'enzyme parvient à incorpore l'analogue à la chaîne d'adn en cours de synthèse, celui-ci en bloque l'élongation car il n'a pas la structure chimique capable d'établir une liaison phosphodiester avec le nucléotide suivant. L'analogue est environ 100 fois plus inhibiteur vis-à-vis de la transcriptase réverse que vis-à-vis de l'adn-polymérase cellulaire. Les effets secondaires sont variés : Rétrovir présente une toxicité hématologique : anémies et neutropénies plus fréquentes avec des posologies élevées ou chez les patients à un stade évolué de la maladie. Videx et Hivid ne présentent pas de toxicité hématologique mais peuvent provoquer des neuropathies périphériques douloureuses et des pancréatites. 3 - LA RIBAVIRINE La structure de cette molécule est à première vue celle d'un analogue de nucléoside avec un noyau pyrimidique ouvert. Elle ressemble en fait à la guanosine. Le spectre théorique d'activité de la molécule est étendu : virus à ADN : adenovirus, herpesvirus et surtout virus à ARN : virus influenza A et B, virus respiratoire syncytial (VRS), arenavirus, bunyavirus, reovirus et VIH.

6 La molécule est triphosphorylée dans les cellules. Les cibles de la molécule triphosphate semblent multiples, ce qui pourrait expliquer son large spectre : inhibition de la transcriptase virale pour les virus à ARN, inhibition enzymatique de la synthèse de GTP avec diminution du pool cellulaire de nucléotides correspondants nécessaire aux réplications cellulaires et virales, inhibition de la production de la coiffe en 5' des ARN-messagers. La molécule est toxique : elle provoque des anémies et des embryopathies (dangers au cours de la grossesse). Actuellement la ribavirine est utilisée exclusivement sous forme d'aérosols dans le traitement des infections sévères à VRS chez le jeune enfant (un traitement coûteux : 400 $ par jour). On l'a utilisée avec succès dans le traitement des fièvres hémorragiques (la fièvre de Lassa en particulier) par voie intraveineuse, mais la toxicité de la molécule limite son emploi dans des infections moins sévères. LES INTERFÉRONS Interférence et interférons L'interférence Depuis longtemps, on a observé que l'infection d'un organisme par un premier virus peut empêcher l'infection par un second virus, voisin ou non du premier : le phénomène a été désigné sous le nom d'interférence. Interférence et interféron ont été découverts en Angleterre : ce sont de fauxamis! En français, interférence est un terme utilisé en physique pour désigner la superposition de deux vibrations de même longueur d'onde (à l'origine des "parasites" de radio ou de télévision). En anglais, outre cette signification, to interfere veut également dire "gêner, empêcher, contrecarrer, s'opposer à" : c'est dans ce sens qu'il faut comprendre l'interférence en virologie. En 1943, W. et G. Henle montrent que : si des virus Influenza A et B sont inoculés simultanément, ils peuvent se multiplier ensemble dans une même cellule qui produit des virus de deux types. si la chorio-allantoïde est d'abord inoculée avec un virus Influenza A, puis 24 heures plus tard par un virus Influenza B, la multiplication du second est partiellement ou totalement inhibée.

7 Impossible d'afficher l'image liée. Le fichier a peut-être été déplacé, renommé ou supprimé. Vérifiez que la liaison pointe vers le fichier et l'emplacement corrects. Des cellules infectées par un virus résistent donc à une surinfection par un autre virus vis-à-vis duquel elles sont normalement sensibles. L'interféron En 1957, Isaacs et Lindenmann partent du travail des Henle et démontrent que linterférence a pour médiateur une substance soluble produite par les cellules infectées. Ils donnent à cette substance le nom d'interféron. : Ils inoculent une suspension de virus grippal tué par la chaleur sur une membrane chorio-allantoïdienne (mca) incubée dans un milieu de culture liquide pendant 24 heures à 37 C. Le surnageant, évidemment dépourvu de particules virales, est prélevé et mis en contact pendant 24 heures avec une membrane chorio-allantoïdienne fraîche Un virus Influenza vivant est ensuite ajouté au tube précédent : il ne se multiplie pas Les interférons

8 Ils constituent une famille de petites protéines (150 acides aminés environ), glycosylées ou non, synthétisées par les cellules, le plus souvent en réponse à l'agression d'un virus. Lactivité antivirale de ces protéines est très large mais elles sont spécifiques de lespèce productrice : chaque espèce animale produit ses propres interférons : ils ne sont actifs que dans l'espèce où ils ont été produits (un interféron animal ne protège pas des cellules humaines et ne peut donc pas être utilisé comme traitement chez l'homme). En revanche, les interférons ne sont pas spécifiques du virus inducteur : les interférons empêchent (plus ou moins) la multiplication d'autres virus. On distingue trois classes dinterféron humain (IFN) : IFN-α, IFN-β et IFN-γ daprès leur antigénicité. Les trois types sont antigéniquement distincts : un antisérum pour un interféron α ninactive pas les deux autres types. L'interféron α : Linterféron α est une dénomination collective dune vingtaine de protéines codées chacune par un gène distinct. Ces protéines ne sont pas glycosylées pour la plupart et présentent entre elles de très fortes homologies. Le type α est sécrété par les macrophages. L'interféron β Un seul gène β codant un interféron glycosylé présentant environ 50 % dhomologie avec linterféron α. Linterféron β est habituellement obtenu par culture de fibroblastes. En fait de nombreuses cellules de lorganisme synthétisent ces deux types d' interférons. L'interféron γ Linterféron γ correspond à linterféron immun. Il est sécrété par les lymphocytes T H après stimulation antigénique (lantigène étant présenté par les cellules présentatrices dantigènes (les CPA) dans la niche des molécules CHM de classe II). TYPE D'IFN α β γ SOURCE PRINCIPALE Leucocytes Fibroblastes Cellules épithéliales Lymphocytes T Cellules NK AGENT INDUCTEUR VIRUS VIRUS Antigènes Mitogènes

9 NOMBRE DE SOUS-TYPES environ GLYCOSYLATION NON (pour la plupart) OUI OUI FORME FONCTIONNELLE Monomère Dimère Tétramère ACTIVITÉ PRINCIPALE ANTIVIRAL ANTIVIRAL ANTIVIRAL IMMUNOMODULATEUR ACTIVE : MÉCANISME D'ACTION INHIBENT LES SYNTHESES PROTÉIQUES les T-cytotoxiques les macrophages les cellules NK Les interférons sont en fait des cytokines qui ont deux activités biologiques : activité antivirale et régulation cellulaire. Lactivité antivirale des trois interférons est comparable mais la régulation cellulaire est surtout le fait de linterféron γ. La production d'interféron Linfection virale déclenche la production dinterféron α et/ou β par la cellule. Le signal activateur est l'arn bicaténaire qui apparaît au cours du cycle de multiplication du virus, quil sagisse de virus à ARN ou de virus à ADN. Certains virus sont meilleurs inducteurs dinterféron que dautres : ils ont pour caractéristique de se multiplier lentement et de ne pas perturber les synthèses protéiques de la cellule-hôte. La synthèse dinterféron se prolonge 24 à 48 heures puis cesse. Linterféron est éventuellement glycosylé puis excrété dans le milieu extérieur où il diffuse dans lenvironnement.

10 Impossible d'afficher l'image liée. Le fichier a peut-être été déplacé, renommé ou supprimé. Vérifiez que la liaison pointe vers le fichier et l'emplacement corrects. cellule "interféronée" Effets de l'interféron

11 Linterféron se fixe à un récepteur présent à la surface des cellules : il existe un récepteur commun aux interférons α et β et un récepteur propre à l'interféron γ. Les interférons sont des cytokines puissantes : 10 à 20 molécules suffisent à protéger une cellule saine de linfection virale. La fixation au récepteur active une protéine-kinase membranaire qui phosphoryle 3 protéines cytoplasmiques. Ces dernières migrent alors vers le noyau et s'associent à une protéine nucléaire pour former un facteur de transcription qui se fixe sur un site spécifique de l'adn. La fixation active la transcription dun ensemble de gènes en aval du site. Les protéines obtenues sont les protéines antivirales (PAV). Les interférons empêchent aussi bien la réplication des virus à ADN que celle des virus à ARN. Les PAV doivent donc perturber une étape du cycle de multiplication commune aux virus à ADN et aux virus à ARN : cette étape est la traduction des ARN messagers viraux. Mécanismes moléculaires de l'activité antivirale Parmi les gènes activés par la fixation de linterféron, trois dentre eux codent les enzymes suivantes : une 2-5 oligoadénylate synthétase une endonucléase : l'arnse L une protéine-kinase Ces trois enzymes sont localisées dans le cytoplasme sous une forme inactive : leur activation nécessite la présence de (ARN)². La cellule saine "interféronée" est donc en état de veille. Elle ne s'oppose pas à la pénétration du virus mais les enzymes de surveillance vont être activées au moment où le cycle de multiplication fait apparaître cet (ARN)² inhabituel. Le premier mécanisme fait intervenir les 2 premières enzymes : La 2-5 oligoa synthétase polymérise quelques molécules d'atp (3 à 5 molécules) par une liaison inhabituelle 2' 5' (et non 5' 3'). Ces oligonucléotides sont appelés collectivement les oligonucléotides "2-5 A". Les 2-5 A activent alors l'arnse qui fragmente les ARN-messagers.

12 Impossible d'afficher l'image liée. Le fichier a peut-être été déplacé, renommé ou supprimé. Vérifiez que la liaison pointe vers le fichier et l'emplacement corrects. Impossible d'afficher l'image liée. Le fichier a peut-être été déplacé, renommé ou supprimé. Vérifiez que la liaison pointe vers le fichier et l'emplacement corrects. Le second mécanisme fait intervenir la protéine-kinase : La protéine-kinase activée phosphoryle une sous-unité du facteur d'initiation eif-2 (eucaryotic Initiation Factor) qui a pour mission de fixer l'arnt initiateur, un ARNt-Met. La phosphorylation "gèle" le complexe d'initiation et le ribosome sur l'extrémité de l'arnm à traduire. Le facteur eif-2 n'est plus recyclable et la synthèse protéique est bloquée

13 Impossible d'afficher l'image liée. Le fichier a peut-être été déplacé, renommé ou supprimé. Vérifiez que la liaison pointe vers le fichier et l'emplacement corrects. ACTION DES PROTÉINES ANTIVIRALES L'arrêt de la transcription des ARN messagers n'est pas sélective et les ARN-m cellulaires subissent le même sort que les ARN viraux. Dans ces conditions, la mort de la cellule est possible mais c'est le prix à payer pour que l'infection virale ne progresse pas. L'interféron et l'immunité Les interférons α et β font partie des facteurs de l'immunité non spécifique : ils constituent l'une des premières défenses de l'organisme contre les agressions virales, avant que ne se développe l'immunité spécifique. Les interférons limitent l'extensîon de l'infection : En même temps qu'un virus, on injecte un sérum anti-ifn à des animaux sensibles : ceux-ci présentent des infections beaucoup plus sévères que des animaux ne recevant que le virus seul. En revanche, les interférons ne semblent par jouer un rôle majeur dans l'éradication du virus qui est le fait de l'immunité spécifique à médiation cellulaire. Synthèse industrielle des interférons Les interférons α, β et γ sont produits par génie génétique : L'un des gènes humains codant un interféron est isolé puis inséré dans un plasmide :

14 Impossible d'afficher l'image liée. Le fichier a peut-être été déplacé, renommé ou supprimé. Vérifiez que la liaison pointe vers le fichier et l'emplacement corrects. Impossible d'afficher l'image liée. Le fichier a peut-être été déplacé, renommé ou supprimé. Vérifiez que la liaison pointe vers le fichier et l'emplacement corrects. Le plasmide est introduit dans un colibacille, une levure ou une cellule de mammifère (hamster chinois). L'interféron produit est extrait du milieu de culture et purifié par fixation à des anticorps monoclonaux ou par des méthodes chimiques : transfert du plasmide (culture de colibacill e) extracti on Utilisation des interférons en thérapeutique Tous les interférons, qu'ils soient de type α, β, ou γ, ont des propriétés : antivirales antiprolifératives immunomodulatrices 1" - l'interféron α 1/ activité antivirale L'interféron α est utilisé dans le traitement des hépatites chroniques actives dues aux virus des hépatites B et C. Le but du traitement est l'éradication complète du virus afin d'éviter la constitution d'une cirrhose et par là mérne l'apparition d'un cancer. 2/ activité antiproliférative

15 L'interféron α agit à la phase initiale de la mitose en allongeant le cycle cellulaire. Il est utilisé dans le traitement de certaines tumeurs, en particulier : leucémies à tricholeucocytes, sarcome de Kaposi associé au sida, mélanome malin disséminé. Interféron α Roféron A Laroféron (hépatite C) Introna Viraféron (hépatite C) 2 - l'interféron β L'interféron β est uniquement utilisé pour ses propriétés immunomodulatrices, qui s'opposent à celles de I'IFN γ : il inhibe la production d'interféron γ et, par conséquent, la prolifération des lymphocytes T cytotoxiques. il restaure une activité T suppressive. L'interféron β est utilisé dans le traitement des formes de sclérose en plaques (SEP) évoluant par poussées : la SEP est une maladie inflammatoire démyélinisante du SNC. De cause inconnue, il s'agirait d'une maladie auto-immune. L'intervention de l'interféron y est suspectée dans la genèse des lésions caractéristiques de la SEP, au cours de laquelle on observe également une activité T suppressive déficiente. Interféron β Avonex Bétaféron 3 - l'interféron γ L'interféron γ est uniquement utilisé pour ses propriétés immunomodulatrices, qui s'opposent à celles de I'IFN β activation des macrophages activation des lymphocytes Th1 activation des cellules NK

16 L'interféron γ est utilisé dans le traitement de la granulomatose septique chronique (maladie génétique, rare, des phagocytes, qui présentent un défaut du complexe enzymatique de la NADPHoxydase : ils n'ont pas d'activité bactéricide. Les bactéries sont phagocytées mais ne sont pas détruites. Les infections sont fréquentes et graves). Interféron γ Imukin Effets secondaires des interférons Les effets secondaires accompagnant les traitements aux interférons sont le reflet de leurs activités diverses sur le métabolisme cellulaire : syndrome pseudo-grippal quasiment constant (sensible au paracétamol), nausées, malaises, asthénie, modifications de l'humeur (dépression). Retour au sommaire

L'interférence (1935) L'interféron (1957) Les interférons. 1 - les interférons de type I : α, β, λ et ω. (to interfere = empêcher, gêner, s'opposer à)

L'interférence (1935) L'interféron (1957) Les interférons. 1 - les interférons de type I : α, β, λ et ω. (to interfere = empêcher, gêner, s'opposer à) - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p. 1 - LES INTERFÉRONS L'interférence (1935) (to interfere = empêcher, gêner, s'opposer à) Dès 1935, on avait constaté que l'infection expérimentale d'un

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2009-2010 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2004-2005 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX

TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX UE de l Agent Infectieux à l Hôte Mars 2012 TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX Dr Isabelle GARRIGUE UMR CNRS MFP Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr La lutte antivirale Mesures

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Structure et réplication des virus. Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie. Un peu d Histoired. Un virus redoutable. Le virus de la variole

Structure et réplication des virus. Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie. Un peu d Histoired. Un virus redoutable. Le virus de la variole Tous les êtres vivants hébergent h des virus Structure et réplication des virus Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie Bactéries (bactériophages) Champignons Algues Plantes Tabac Virus de la mosaïque

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson 15 Applications des techniques de génie génétique à la gastro-entérologie et à l hépatologie : Paradigmes fondamentaux de la biologie moléculaire de la cellule G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J.

Plus en détail

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

Production de médicaments

Production de médicaments Production de médicaments Pour fabriquer des produits biopharmaceutiques, il faut des chercheurs qui tâtonnent inlassablement pour trouver les bonnes combinaisons. Car la plus légère des modifications

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Dr Joanna POFELSKI Service d hépatod pato-gastroentérologierologie CH d Annecyd Particularités? Virus hépatotropes / cytopathogènes : lésions hépatiques

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Biologie LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Février 2006 I. L'INTRODUCTION Chaque cellule d'un organisme supérieur provient de la multiplication d'une cellule préexistante (cellule

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Biologie Moléculaire

Biologie Moléculaire Université Pierre et Marie Curie Biologie Moléculaire Objectifs au cours de Biochimie PAES 2009-2010 Pr. C. Housset (Chantal.Housset@st-antoine.inserm.fr) Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

Antiviraux ciblant les polymérases virales

Antiviraux ciblant les polymérases virales Antiviraux ciblant les polymérases virales Barbara Selisko Barbara.Selisko@afmb.univ-mrs.fr Research Group Viral Replicases: Structure, Function & Drug Design Head: Bruno Canard Architecture et Fonction

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 Andrew Tolonen atolonen@genoscope.cns.fr Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 A- Généralités I- La vie sur terre telle que nous la connaissons ne

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : - des Caisses Régionales d'assurance Maladie 27/03/96 - des Caisses

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux Les différentes méthodes de détection des cellules du système immunitaire 1 - Etude morphologique Elle est réalisée sur 2 types

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Communiqué de presse. Merck Serono. 18 septembre 2008

Communiqué de presse. Merck Serono. 18 septembre 2008 Communiqué de presse 18 septembre 2008 Merck Serono annonce le lancement de l'essai clinique ORACLE MS destiné à évaluer la cladribine en comprimés chez des patients à risque de développer une sclérose

Plus en détail

Folia veterinaria LES TRAITEMENTS ANTIVIRAUX CHEZ LES ANIMAUX DOMESTIQUES. Introduction

Folia veterinaria LES TRAITEMENTS ANTIVIRAUX CHEZ LES ANIMAUX DOMESTIQUES. Introduction Folia veterinaria LES TRAITEMENTS ANTIVIRAUX CHEZ LES ANIMAUX DOMESTIQUES Introduction La prévention par la vaccination est, de loin, le moyen le plus efficace pour lutter contre les infections virales

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire Biocell C. Alcaide 16/01/2012 Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire I - Cytometrie en flux Cytométrie en flux : Analyses quantitatives sur des cellules ou populations cellulaires C'est une technique

Plus en détail

Les vaccins «anti cancers» : une manne pour l industrie pharmaceutique

Les vaccins «anti cancers» : une manne pour l industrie pharmaceutique Les vaccins «anti cancers» : une manne pour l industrie pharmaceutique Le lancement du vaccin contre le cancer du col de l utérus, après celui de l hépatite B, a donné des ailes à la recherche sur les

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE LA SEP

LES TRAITEMENTS DE LA SEP LES TRAITEMENTS DE LA SEP Dr Florence ROBERT Service Neurologie CHU Saint-Etienne 1er Colloque de la sclérose en plaques, Saint-Etienne, le 25/05/2012 LES TRAITEMENTS DE FOND DEPENDENT: du type de SEP

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES

4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES 4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES 4.1 Épreuve écrite portant sur le programme général du secteur A (Biologie et physiologie cellulaires, biologie moléculaire: leur intégration au niveau des organismes).

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

Cours de Mme Ollivier. Le 17.12.2008

Cours de Mme Ollivier. Le 17.12.2008 Pharmacologie de la pathologie VIH : Les anti-rétroviraux Rôle infirmier dans la prise en charge du patient sous ARTV : éducation, prévention et gestion des effets secondaires Cours de Mme Ollivier Le

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

TITRE : On est tous séropositif!

TITRE : On est tous séropositif! PRÉPARER UNE «SITUATION COMPLEXE DISCIPLINAIRE», SITUATION D APPRENTISSAGE ET/OU D ÉVALUATION TITRE : On est tous séropositif! classe : 3 ème durée : 30 min I - Choisir des objectifs dans les textes officiels.

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006 La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel En 1890 Emil Fisher a proposé le modèle "serrure et clé" pour expliquer la façon de fonctionner des systèmes biologiques. Un substrat rentre et

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

VIRUS DE L'IMMUNODEFICIENCE HUMAINE (HIV)

VIRUS DE L'IMMUNODEFICIENCE HUMAINE (HIV) VIRUS DE L'IMMUNODEFICIENCE HUMAINE (HIV) En 1999, dans le monde, plus de 33 millions de sujets dont 43% de femmes étaient infectés par le virus de l'immunodéficience humaine ou HIV. L'épidémie progresse

Plus en détail

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie HépatiteC n 7 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatite chronique B : quelques notions pour mieux connaître ma maladie Sommaire Après plusieurs prises de sang, mon médecin me confirme que

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération Dr JACQUES SIMARD Le mandat de cette plateforme est d offrir l expertise à la fine pointe de la technologie afin de générer des données de séquence

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Une hépatite est une inflammation du foie causée soit par des substances toxiques (médicaments,

Plus en détail