Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE"

Transcription

1 Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE Etabli le : Actualisé le : Soutenu par: Mobilservice Pratique c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse 22, 3011 Berne Téléphone Secrétariat:

2 Aperçu Rester mobile et autonome même en prenant de l âge. Les nombreuses offres de mobilité et les nouveautés en matière de technique font qu il est parfois difficile, notamment pour les personnes âgées, de se sentir à l aise au milieu du trafic. «Etre et rester mobile» aide les participants à rester indépendants et autonomes dans leurs déplacements. L exemple de Thoune Comment prendre un billet de train en utilisant l écran tactile des CFF? Comment transporter mes achats à la maison? Comment rester en bonne santé, mobile et autonome en avançant en âge? Ces questions et ces préoccupations des personnes âgées concernant leur mobilité quotidienne ont été le point de départ de la décision prise par la ville de Thoune d organiser, durant l hiver 1999/2000, les premiers cours de mobilité pour les aînés. Quelque 100 personnes ont participé aux cinq journées de cours du module «Mobilité et santé». Sur la base du succès rencontré par ce projet pilote, cette offre est désormais proposée au plan national dans plusieurs villes de Suisse, complétée par d autres modules grâce à une collaboration avec la CI Vélo («A vélo en sécurité») et le TCS («Check up Conduire aujourd hui»). L exemple de Genève Le succès des cours de mobilité mis en place dans différentes villes de Suisse alémanique ont incité Genève à proposer, en 2003, la première série de cours «Etre et rester mobile» en Suisse romande, dans le cadre d un projet pilote. Bien que le projet ait eu un écho extrêmement positif dans les médias, la participation a été Etre et rester mobile page 2 / 10

3 légèrement plus faible que prévue. Le partenariat local, regroupant notamment la Ville et le Canton de Genève, Pro Senectute et les Transports publics genevois (TPG), a décidé de modifier quelque peu ces cours afin de les proposer à nouveau en Il est en outre prévu d élargir l offre à d autres villes romandes avec des partenaires intéressés. Etre et rester mobile page 3 / 10

4 Description Le distributeur de billets représente souvent un obstacle infranchissable. Dans les cours de mobilité, on s exerce à l utiliser. Contexte En matière de mobilité, les offres et les technologies se développent à un rythme toujours plus rapide et s adressent généralement aux groupes d âge performants de notre société, qui ont une capacité d apprentissage élevée. Une proportion importante des personnes âgées, toujours plus nombreuses, est dépassée par cette évolution qui, couplée aux diminutions physiques liées à un manque d exercice, peut entraîner un sentiment d incapacité, des craintes, une perte d autonomie, voire un isolement. Des événements déterminants comme le fait de devoir rendre son permis de conduire, une maladie ou un accident, peuvent considérablement limiter la mobilité quotidienne lorsqu on ne connaît pas d offre alternative ou si l on ne sait pas bien l utiliser. Offre C est là qu interviennent les cours de mobilité «Etre et rester mobile». Ils sont proposés sous la forme de trois modules. Le module 1 «Mobilité et santé» (module de base) explique les offres de mobilité en théorie et en pratique: les principaux éléments développés dans ce cours d une journée sont une description de l ensemble du Etre et rester mobile page 4 / 10

5 système des transports publics, des offres et des services de mobilité combinée ainsi que des aspects de sécurité des déplacements à pied, l utilisation des distributeurs de billets (en particulier l écran tactile des CFF) et une sensibilisation au fait que la mobilité est bonne pour la santé. Les modules 2 et 3 sont plus spécifiques. Dans le cours «A vélo en sécurité», on s exerce à faire du vélo; les participants apprennent à rouler à vélo en toute sécurité et à maîtriser des situations inhabituelles comme circuler dans un rond-point. Enfin, le module «Check up Conduire aujourd hui» explique les nouvelles prescriptions et règles de la circulation, propose des exercices pratiques de conduite et montre comment rouler en économisant de l énergie et en ménageant l environnement. Il apprend également à atteindre un degré de sécurité élevé en adaptant sa conduite. Les cours bénéficient d un large soutien tant au plan national qu au niveau régional. Les institutions et les services publics qui contribuent à ces cours sont principalement actifs dans le domaine de la mobilité (p.ex. CFF, CI Vélo, TCS), la santé (p.ex. Promotion Santé Suisse) et le social (p.ex. Pro Senectute). Expériences Les premières enquêtes réalisées le jour du cours ainsi que six mois plus tard, mais qui ne sont pas encore représentatives en raison du faible nombre de participants sondés, indiquent que le cours est très utile aux participants dans leur vie quotidienne. La plupart d'entre eux sont satisfaits de ce qu ils ont appris; ils sont notamment plus à l aise lors de l utilisation de distributeurs de billets, ils ont plus de facilité à s orienter et se sentent plus assurés dans les grandes gares. Les résultats montrent aussi qu ils utilisent plus souvent les transports publics et que l utilisation de la voiture est réduite, tant en ce qui concerne le nombre de courses que les distances parcourues. Les trois quarts des personnes interrogées avouent que la participation au cours a été le facteur déclenchant de ce changement de comportement. Par ailleurs, on observe que le groupe cible des aînés est hétérogène et assez peu réceptif au thème de la mobilité. Beaucoup de personnes âgées pensent ne pas appartenir à cette catégorie et trouvent que le mouvement et les déplacements dans le quotidien n est pas un thème d un grand intérêt pour un cours, contrairement à l informatique, par exemple. Il faudrait surtout s adresser de manière plus ciblée aux hommes. Pour que l offre ait du succès, il faut être très attentif à la communication (marketing). Bien que l acceptation parmi les partenaires nationaux et régionaux soit très élevée, certaines difficultés peuvent néanmoins se manifester au niveau du financement, en particulier à cause des aspects multiples que le produit regroupe et qui font que les responsabilités ne sont pas toujours claires. La mise en place d une structure de ce type peut s avérer un travail de longue haleine. La plupart des partenaires reconnaissent néanmoins l avantage d une intégration dans un partenariat solide tant en ce qui concerne le contenu qu au niveau politique. Etre et rester mobile page 5 / 10

6 Profil Moyens de transport mobilité piétonne mobilité cycliste mobilité combinée transports publics transports individuels motorisés transports de marchandises Motifs de déplacements déplacements domicile-travail déplacements pour les achats déplacements pour les loisirs déplacements professionnels déplacements pour rendre service déplacements domicile-école Domaines d action prestation de service marketing planification du trafic et du territoire véhicules et équipements Importance de la commune < 5'000 habitants 5'000 10'000 habitants 10'000 20'000 habitants > 20'000 habitants Type de commune adapté au projet ville / agglomération commune résidentielle située à l extérieur d une agglomération commune à forte densité d emploi commune rurale commune touristique Durée de mise en œuvre du projet 6 mois 1 an 2 ans 5 ans Coût d investissement faible (< Fr ) moyen (Fr. 10' Fr ) élevé (> Fr ) Frais d exploitation annuels faibles (< Fr ) moyens (Fr. 5' Fr ) élevés (> Fr ) Etre et rester mobile page 6 / 10

7 Effets Environnement et Energie La gestion du projet national Etre et rester mobile a subi régulièrement un certain nombre d évaluations, notamment des cours offerts, sur la base de questionnaires écrits soumis aux participants. L'évaluation du cours «mobilité et santé» (bureau Rundum, 2005) montre des effets clairs quant au choix du moyen de transport : 12% des participants ont abandonné l'utilisation de la voiture. Le nombre et la longueur des trajets en voiture ont diminué. Avant le suivi du cours, la distance parcourue chaque année par les automobilistes s'élève à une fourchette d environ 3260 à 4900 kilomètres. Six mois plus tard, cette fourchette ne représente plus qu environ 1280 à 3860 kilomètres. Cela correspond à une réduction de 20% à 60%. Les réductions d émissions CO2 obtenues sont considérables : Par participant et année, environ 600 kg de CO2 sont économisés. Société «Etre et rester mobile» encourage les personnes âgées à rester indépendantes, autonomes et en bonne santé et supprime les craintes et les barrières mentales. Economie Les coûts de la santé diminuent. Une plus grande assurance dans le trafic entraîne une diminution des accidents et des frais qui en découlent. Les entreprises de transports acquièrent de nouveaux usagers. Etre et rester mobile page 7 / 10

8 Outils Démarche L élaboration, la mise en œuvre et le développement ultérieur sont soutenus et suivis par la direction nationale du projet. Cette dernière donne en outre des directives qui doivent être respectées par les partenaires (assurance de qualité). 1. Contact avec la direction nationale du projet 2. Définition de la direction locale du projet (bureau privé, organisation de transports, service administratif, etc.) 3. Mise sur pied d un partenariat local composé de partenaires des domaines de la mobilité, du social, de la santé et de l économie. Les partenaires participent financièrement et/ou en offrant des prestations (animateurs pour les cours, billets gratuits pour les transports publics, annonces gratuites, mise à disposition de salles de cours, prise en charge de la procédure d inscription, marketing, etc.) 4. Définition d un patronage par une ou plusieurs personnalités connues du public (du monde politique ou culturel) 5. Définition des instruments de marketing (p.ex. flyers) et des canaux (p.ex. information dans les journaux de quartier) 6. Mise en œuvre du marketing 7. Préparation des cours (déroulement, animateurs, contenu, documentation fournie, inscriptions et facturation, etc.) 8. Organisation des cours 9. Evaluation Financement Le financement des cours n est de loin pas autonome. Dans la pratique, il s avère qu aucun organisme ou service administratif n est disposé à assurer seul les moyens tiers; il faut plutôt que les moyens soient mis à disposition par plusieurs partenaires. La réalisation est d autant plus simple que les partenaires investissent de manière plus importante en prestations propres. Le sponsoring par des entreprises s est avéré difficile dans la phase de mise en place, mais pourrait être envisagé à moyen terme. Il faut, dans tous les cas, montrer aux partenaires l avantage qu ils peuvent retirer du projet. Les prestations au plan national sont du ressort de la direction nationale du projet (p.ex. articles pour la presse nationale). Etre et rester mobile page 8 / 10

9 Marketing Le marketing s effectue à trois niveaux avec les instruments suivants: 1. Niveau national / public large Publications dans des magazines des domaines de la mobilité, des aînés/du social et de la santé; site Internet national avec des informations locales; modèles de flyers, annonces, etc. 2. Niveau régional / public large Médias régionaux et locaux, annonces, site Internet 3. Niveau régional / axé sur les groupes cibles Publication dans des programmes de cours dont les principaux groupes cibles sont les personnes âgées (p.ex. programmes de cours de Pro Senectute), distribution de flyers par le biais des partenaires (p.ex. guichets de banques, cabinets médicaux, centres de rencontres de quartier, salles paroissiales, etc.), présence lors de manifestations destinées aux aînés, mailings Informations complémentaires Autres liens: Etre et rester mobile: Autres documents à télécharger: Évaluation du cours février 2004 (en allemand) ( Adresses de contact et fournisseurs: - RUNDUM) mobil Albert Clavadetscher Postfach 2525 Obere Hauptgasse Thun Tel: Service d aménagement et d éclairage public Marcel E. Mühlestein Rue de l Hôtel-de-Ville 4 CP Génève 3 Tel: Etre et rester mobile page 9 / 10

10 Demandez conseil auprès des représentants de Mobilservice PRATIQUE de votre canton: Responsable de l élaboration de ce cas pratique: Canton de Berne beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse Berne Hotline: ou Etre et rester mobile page 10 / 10

Cas pratique PROMOTION DU CARSHARING DANS LES COMMUNES

Cas pratique PROMOTION DU CARSHARING DANS LES COMMUNES Cas pratique PROMOTION DU CARSHARING DANS LES COMMUNES Etabli le: 01.12.2004 Actualisé le: 04.08.2008 Soutenu par: Mobilservice PRATIQUE c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse

Plus en détail

Cas pratique GESTION DE LA MOBILITÉ DANS LES CLUBS DE SPORT. Etabli le: 07.04.2005 Actualisé le: 04.06.2014

Cas pratique GESTION DE LA MOBILITÉ DANS LES CLUBS DE SPORT. Etabli le: 07.04.2005 Actualisé le: 04.06.2014 Cas pratique GESTION DE LA MOBILITÉ DANS LES CLUBS DE SPORT Etabli le: 07.04.2005 Actualisé le: 04.06.2014 Mobilservice Rédaction PRATIQUE Uwe Schlosser Hirschengraben 2 CH-3011 Berne redaktion@mobilservice.ch

Plus en détail

Cas pratique NEWRIDE -VELOS ELECTRIQUES. Etabli le : 15.03.2004. Laupenstrasse 22, 3011 Berne Téléphone 031 633 57 83

Cas pratique NEWRIDE -VELOS ELECTRIQUES. Etabli le : 15.03.2004. Laupenstrasse 22, 3011 Berne Téléphone 031 633 57 83 Cas pratique NEWRIDE -VELOS ELECTRIQUES Etabli le : 15.03.2004 Actualisé le : 24.01.2007 Soutenu par: Mobilservice Pratique c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse 22,

Plus en détail

Cas pratique BOURSES-VELOS

Cas pratique BOURSES-VELOS Cas pratique BOURSES-VELOS Etabli le: 15.03.2004 Actualisé le: 24.06.2005 Soutenu par: Mobilservice Pratique c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse 22, 3011 Berne Téléphone

Plus en détail

Cas pratique PROMOTION DU VELO DANS LES ENTREPRISES EN TANT QUE VEHICULE DE SERVICE 03.08.2009

Cas pratique PROMOTION DU VELO DANS LES ENTREPRISES EN TANT QUE VEHICULE DE SERVICE 03.08.2009 Cas pratique PROMOTION DU VELO DANS LES ENTREPRISES EN TANT QUE VEHICULE DE SERVICE 03.08.2009 Mobilservice PRATIQUE Rédaction: c/o Büro für Mobilität AG Uwe Schlosser Hirschengraben 2 3011 Berne Tél.

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats LE FINANCEMENT DES PME ET TPE Synthèse des résultats Le 17 décembre 2007 I- Les besoins de financement des PME et TPE Les besoins de financement des PME et TPE varient fortement en fonction de la taille

Plus en détail

Cas pratique JOURNEE EUROPEENNE "EN VILLE, SANS MA VOITURE"

Cas pratique JOURNEE EUROPEENNE EN VILLE, SANS MA VOITURE Cas pratique JOURNEE EUROPEENNE "EN VILLE, SANS MA VOITURE" Etabli le: 15.03.2004 Actualisé le : 29.06.2005 Soutenu par: Mobilservice Pratique c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions

Plus en détail

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants?

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants? assurés à la RAM La RAM est spécialisée dans la gestion du régime obligatoire d assurance maladie des indépendants - artisans, commerçants et professions libérales, pour le compte du Régime Social des

Plus en détail

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Maison de l Emploi et de la Formation d Alençon 6/8 rue des Filles Notre-Dame 61 000 ALENÇON Tél : 02.50.9042.00 PÉRIMÈTRE

Plus en détail

Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles

Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles 10.10.2005 Soutenu par: Mobilservice PRATIQUE c/o beco Economie bernoise Protection contre

Plus en détail

Semaines de l énergie dans les bâtiments communaux Description du projet

Semaines de l énergie dans les bâtiments communaux Description du projet Semaines de l énergie dans les bâtiments communaux Description du projet Economiser l énergie porte ses fruits 1. Objectifs des Semaines de l'énergie dans les bâtiments communaux...3 2. Déroulement des

Plus en détail

Cas pratique SERVICE DE LIVRAISON A DOMICILE A VELO. Etabli le: 15.03.2004 Actualisé le: 24.06.2005, 02.12.2013

Cas pratique SERVICE DE LIVRAISON A DOMICILE A VELO. Etabli le: 15.03.2004 Actualisé le: 24.06.2005, 02.12.2013 Cas pratique SERVICE DE LIVRAISON A DOMICILE A VELO Etabli le: 15.03.2004 Actualisé le: 24.06.2005, 02.12.2013 Mobilservice Rédaction PRATIQUE Uwe Schlosser Hirschengraben 2 CH-3011 Berne redaktion@mobilservice.ch

Plus en détail

RÉSULTATS D UN SONDAGE SUR LES BESOINS DES PARENTS D ENFANTS DE 0-5 ANS

RÉSULTATS D UN SONDAGE SUR LES BESOINS DES PARENTS D ENFANTS DE 0-5 ANS RÉSULTATS D UN SONDAGE SUR LES BESOINS DES PARENTS D ENFANTS DE 0-5 ANS Juin 2015 Projet «La Voix des parents» - Municipalités de Pincourt, Île- Perrot, Terrasse-Vaudreuil, Notre-Dame-de-l Île-Perrot Projet

Plus en détail

Trousse de base pour l organisation d un. Tour du silence

Trousse de base pour l organisation d un. Tour du silence Trousse de base pour l organisation d un Tour du silence TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 3 I. ORGANISATION D UN TOUR DU SILENCE 4 A. CONSTITUER UN COMITE ORGANISATEUR 4 COORDONATEUR 4 BENEVOLES 4 PARTENAIRES

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Déplacements et accessibilité des. commerces CONNAISSEZ-VOUS LE PROFIL DE VOS CLIENTS?

Déplacements et accessibilité des. commerces CONNAISSEZ-VOUS LE PROFIL DE VOS CLIENTS? Déplacements et accessibilité des commerces CONNAISSEZ-VOUS LE PROFIL DE VOS CLIENTS? 1 Les quatre noyaux de l enquête Déjà étudiés lors de l enquête de 1999, les quatre noyaux commerciaux présentent des

Plus en détail

1. Contact avec la clientèle

1. Contact avec la clientèle 1. Contact avec la clientèle Objectif évaluateur 1.1.1 Mener des entretiens Cet objectif est mis en œuvre et évalué en entreprise. Les bases théoriques sont fournies à l école. Je comprends les énoncés

Plus en détail

Octroi de subventions cantonales à l association Swiss Jazz School pour la période de 2017 à 2020. Crédit d objet. 4 Répercussions financières...

Octroi de subventions cantonales à l association Swiss Jazz School pour la période de 2017 à 2020. Crédit d objet. 4 Répercussions financières... Le Conseil-exécutif du canton de Berne Der Regierungsrat des Kantons Bern Rapport Date de la séance du CE: 13 janvier 2016 Direction: Direction de l instruction publique N d affaire: 707746 Classification:

Plus en détail

Le stress : Comment le gérer étape par étape

Le stress : Comment le gérer étape par étape Le stress : Comment le gérer étape par étape Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 8.3 évaluer la relation qui existe entre la gestion

Plus en détail

Profil des répondants 2009 2001

Profil des répondants 2009 2001 Étude sur les comportements et attitudes des personnes à capacité physique restreinte sur les marchés de l Ontario, des Maritimes et de la Nouvelle-Angleterre 2009 Faits saillants 1 - Méthodologie M. Louis-Philippe

Plus en détail

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online Carte de crédit : près de 4 des Suisses l utilisent pour acheter online L utilisation d une carte de crédit doit être avant tout pratique et simple. C est ce qui ressort de l étude comportementale de bonus.ch

Plus en détail

La participation au Trophée des Audacieuses

La participation au Trophée des Audacieuses Réglement du concours A ÉDITION 2013 Article 1 : Objet et catégories du Trophée A La création d entreprise par les femmes est encore insuffisante. Les femmes ne représentent, en effet, que 30 % créateurs

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Brevet fédéral d informaticienne en technique des systèmes et réseaux TIC Brevet fédéral d informaticienne de gestion 1. :

Plus en détail

Remarques importantes:

Remarques importantes: Formulaire de demande de subventions 2016 - Promotion de projets dans le cadre du programme SuisseEnergie pour les communes, pour les cités de l énergie LA PRÉSENTE NOTICE A ÉTÉ ÉLABORÉE POUR UNIFIER LES

Plus en détail

Sécurité des patients Suisse

Sécurité des patients Suisse Elle est organisée par la fondation Sécurité des patients Suisse Semaine d action la sécurité des patients Dialogue avec les patientes et les patients Présentation De quoi s agit-il? 3 Public cible et

Plus en détail

Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social.

Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social. Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social. Café des Ainés 2015 Page 1 1 Introduction Les membres de la commission «bien

Plus en détail

TRANSPORTS 2015-2016 DANS LE CADRE DE LA PEDAGOGIE SPECIALISEE CONTRAT. entre

TRANSPORTS 2015-2016 DANS LE CADRE DE LA PEDAGOGIE SPECIALISEE CONTRAT. entre TRANSPORTS 2015-2016 DANS LE CADRE DE LA PEDAGOGIE SPECIALISEE CONTRAT entre Société de transports / Société organisatrice des transports (ci-après : le transporteur) : Nom : Adresse : Représentée par

Plus en détail

Le label de qualité EMfit un sceau de garantie dans la promotion de la santé

Le label de qualité EMfit un sceau de garantie dans la promotion de la santé Le label de qualité EMfit un sceau de garantie dans la promotion de la santé Le label de qualité EMfit est un sceau de garantie pour les animateurs et animatrices de cours 1 actifs dans le domaine de la

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

Résumé de l étude du comportement des PME/PMI suisses en matière d adoption de système de gestion intégré. Entre méconnaissance et satisfaction.

Résumé de l étude du comportement des PME/PMI suisses en matière d adoption de système de gestion intégré. Entre méconnaissance et satisfaction. Haute école de gestion de Genève CRAG - Centre de Recherche Appliquée en Gestion Cahier de recherche (résumé) Résumé de l étude du comportement des PME/PMI suisses en matière d adoption de système de gestion

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Au boulot à vélo. www.veloactif.be

Au boulot à vélo. www.veloactif.be Tous vélo actifs Au boulot à vélo www.veloactif.be Une action du Plan Wallonie cyclable Pour améliorer les conditions de la pratique du vélo et développer significativement son utilisation en Wallonie,

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Les paramètres clés des déplacements professionnels

Les paramètres clés des déplacements professionnels Les paramètres clés des déplacements professionnels 9 Les déplacements professionnels Les déplacements professionnels des répondants sont effectués à 70 % via des véhicules légers (véhicule personnel ou

Plus en détail

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION Département 64 «Clair matin» Intitulé, ancienneté et lieu d implantation PRESENTATION DE L ACTION La maison d enfants à caractère social «Clair matin» a été créé en 1964 et s est implantée à Borce, dans

Plus en détail

Management & Leadership

Management & Leadership Management & Leadership Certificat ASFC Brevet fédéral de «Spécialiste de la conduite d un groupe» «Diriger et apprendre ne sont pas dissociables.» - John F. Kennedy Case postale 259 1951 Sion Tél. 027

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement.

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement. Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais Programme inter-établissement Evaluation Sommaire 1 - Résultats de l enquête par questionnaire : début de programme...

Plus en détail

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël www.snf.ch Wildhainweg 3, case postale 8232, CH-3001 Berne Division Carrières Bourses Evaluation du Programme des bourses du Fonds national suisse (FNS) Résumé du rapport Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe,

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

franchir le pas de l e-commerce en mettant en ligne son tout nouveau site Internet qui proposera

franchir le pas de l e-commerce en mettant en ligne son tout nouveau site Internet qui proposera Objet: Communiqué de presse - lancement du nouveau site Internet www.etilux.com Etilux.com - 11 ans Liège, le 11 juin 2008. Depuis plus de 30 ans, Etilux se positionne en tant que fournisseur de solutions

Plus en détail

Plateforme sur les friches industrielles en Suisse www.friches.ch

Plateforme sur les friches industrielles en Suisse www.friches.ch Plateforme sur les friches industrielles en Suisse www.friches.ch L adresse Internet pour la reconversion des friches industrielles en Suisse www.friches.ch Valoriser les friches industrielles Une idée

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

Petit déjeuner du Commerce - l étude de marché 20 septembre 2013

Petit déjeuner du Commerce - l étude de marché 20 septembre 2013 more Swiss hightech start-up's Diapositive Heute ist schönes Wetter in St. Gallen. Offre venture lab ist eine Élasjdfasdf Léjdflasjdf Lsdjflasdjf Asldfjasd sdlfjalsdjfal Marché Demande Jérôme Favoulet

Plus en détail

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE Dossier Médical Personnel BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE MARS 2012 L AVANCÉE DU DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL EN QUELQUES CHIFFRES - MARS 2012 26 LE NOMBRE DE RÉGIONS DANS LESQUELLES DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Patrouilleur TCS. Un métier dans la high-tech, une passion. patrouille tcs

Patrouilleur TCS. Un métier dans la high-tech, une passion. patrouille tcs Patrouilleur TCS Un métier dans la high-tech, une passion. patrouille tcs En devenant Patrouilleur TCS, vous choisissez l un des métiers les plus utiles de Suisse. Principales activités» Apporter une aide

Plus en détail

Formation professionnelle TIC Suisse

Formation professionnelle TIC Suisse Formation professionnelle TIC Suisse DIRECTIVES concernant l examen professionnel de: Informaticienne / informaticien 1 en technique des systèmes et réseaux TIC Informaticienne / informaticien en développement

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES L implication du bénévole dans son association Cahier n 4 Juillet 2009 Sous la direction de Cécile BAZIN Jacques MALET Première vague d enquête mise en place d octobre

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux collectes de fonds

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux collectes de fonds Ville de Montréal Service de la culture Division des quartiers culturels 2014 FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS Programme d aide aux collectes de fonds Conditions et exigences pour les projets de collecte

Plus en détail

Management & Leadership

Management & Leadership Management & Leadership Certificat ASFC Brevet fédéral de «Spécialiste de la conduite d un groupe» «Diriger et apprendre ne sont pas dissociables.» - John F. Kennedy Sion : 027 346 59 79 St-Maurice : 024

Plus en détail

Présentation Nuits de l Orientation en Lorraine

Présentation Nuits de l Orientation en Lorraine Table des matières Présentation Nuits de l Orientation en Lorraine Concept Nuits de l Orientation en Chiffres Nuits de l Orientation en Images Revue de Presse Programme 2016 Publics Devenir Partenaire

Plus en détail

Salles de consommation

Salles de consommation Salles de consommation Qu est-ce que c est? Les salles de consommation permettent de résoudre les problèmes associés à la consommation de drogue sur la voie publique et réduire les risques liés à la consommation

Plus en détail

Portail clients SanitasNet. Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013

Portail clients SanitasNet. Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013 Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013 Table des matières 1. Préambule....................... 3 2. Autorisation d accès................. 3 3. Accès technique

Plus en détail

Centre de Travail et de Formation Flevoland Pays-Bas

Centre de Travail et de Formation Flevoland Pays-Bas Conférence de Diffusion des Pactes Territoriaux pour l Emploi Bruxelles, 8, 9 et 10 novembre 1999 Centre de Travail et de Formation Flevoland Pays-Bas 1. IDENTIFICATION / PROMOTEUR DE L OUTIL Type d outil

Plus en détail

centre de connaissance sécurite routière

centre de connaissance sécurite routière centre de connaissance sécurite routière MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009 RESUME DE PARTIE 3 : NORMES SOCIALES, PERCEPTION DES RISQUES ET NOUVEAUX THÈMES MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009

Plus en détail

velopass: un concept d exploitation pour réseaux de vélos en libre-service et vélostations

velopass: un concept d exploitation pour réseaux de vélos en libre-service et vélostations velopass: un concept d exploitation pour réseaux de vélos en libre-service et vélostations Coordination vélostations Yverdon-les-Bains 29 octobre 2010 Programme velopass sàrl: buts et historique vélos

Plus en détail

DÉROULEMENT DE LA PROCÉDURE «MESURES ANTIBRUIT SUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS»

DÉROULEMENT DE LA PROCÉDURE «MESURES ANTIBRUIT SUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS» Service de l environnement et de l énergie (SEVEN) Ch. des Boveresses 155 1066 Epalinges DÉROULEMENT DE LA PROCÉDURE «MESURES ANTIBRUIT SUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS» Le schéma de déroulement de la procédure

Plus en détail

Stratégie pro-parent

Stratégie pro-parent Stratégie pro-parent Objectifs généraux : 1. Amélioration de la communication 1.1. Entre l école et les parents 1.2. Institutionnelle avec l école et les parents 1.3. Entre la Commission scolaire et le

Plus en détail

Travail bénévole pour les sans-emploi

Travail bénévole pour les sans-emploi Travail bénévole pour les sans-emploi Manuel destiné aux services de placement et aux organisations recourant à des bénévoles Les personnes d origine étrangère et le bénévolat Les bénéficiaires de l aide

Plus en détail

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef SPF SANTE PUBLIQUE, Le 22/01/07 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT DIRECTION GENERALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» --- Réf.

Plus en détail

Pour appuyer la mise en œuvre de l APQ, Alberta Education a produit de la documentation en français et anglais, dont les textes suivants :

Pour appuyer la mise en œuvre de l APQ, Alberta Education a produit de la documentation en français et anglais, dont les textes suivants : Résumé Contexte L initiative d activité physique quotidienne Le gouvernement de l Alberta s est engagé à améliorer la santé et le bien-être des enfants et des adolescents de l Alberta. Depuis septembre

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

SAISINE SPECIFIQUE N 7 : COMMERCES ET SERVICES DE PROXIMITE. Avis commun des Conseils de village de

SAISINE SPECIFIQUE N 7 : COMMERCES ET SERVICES DE PROXIMITE. Avis commun des Conseils de village de Conseils de Village Commune de Bouchemaine Janvier 2012 SAISINE SPECIFIQUE N 7 : COMMERCES ET SERVICES DE PROXIMITE Avis commun des Conseils de village de Pruniers Val de Maine, Le Bourg, La Pointe, Campagne

Plus en détail

Représentant national 1

Représentant national 1 Représentant national 1 Lieu de travail : Supérieur immédiat : Statut : REMARQUE : Échelle salariale : Exigences linguistiques : Yaounde, Cameroun Chef des programmes pour l Afrique centrale et occidentale

Plus en détail

Analyse de l impact des fonds en faveur de la formation professionnelle déclarés de force obligatoire

Analyse de l impact des fonds en faveur de la formation professionnelle déclarés de force obligatoire Analyse de l impact des fonds en faveur de la formation professionnelle déclarés de force obligatoire Mandat Depuis 2004, les fonds en faveur de la formation professionnelle propres à chaque branche peuvent,

Plus en détail

Inscription à la Tournée Roadmovie

Inscription à la Tournée Roadmovie Retourner complété et signé à : 1000 Lausanne Roadmovie 1000 Lausanne ou cine@roadmovie.ch Inscription à la Tournée Roadmovie (Délai: 15 décembre) Nom de la commune... Contact commune Nom et prénom...

Plus en détail

«Rue Tom et Lila» Une campagne nationale de sensibilisation aux dangers du trajet vers l école. mardi 13 septembre 2011

«Rue Tom et Lila» Une campagne nationale de sensibilisation aux dangers du trajet vers l école. mardi 13 septembre 2011 Point d étape sur les actions 2009 «Rue Tom et Lila» Une campagne nationale de sensibilisation aux dangers du trajet vers l école mardi 13 septembre 2011 1 Point d étape sur les actions 2009 LES ASSOCIATIONS

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

EKZ GETEC AG Contracting énergétique pour grandes installations et applications industrielles

EKZ GETEC AG Contracting énergétique pour grandes installations et applications industrielles EKZ GETEC AG Contracting énergétique pour grandes installations et applications industrielles Approvisionnement énergétique fiable EKZ GETEC AG garantit au titre de contracteur l approvisionnement énergétique

Plus en détail

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD et aux prêts placement de la Banque Manuvie LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE MANUFACTURERS Tirez le maximum de vos placements

Plus en détail

DIRECTIVES. concernant le Règlement de l examen d admission MarKom

DIRECTIVES. concernant le Règlement de l examen d admission MarKom DIRECTIVES concernant le Règlement de l examen d admission MarKom Examen d admission MarKom page 2 1 Dispositions générales Les directives précisent le Règlement d examen en ce qui concerne des aspects

Plus en détail

Le cinéma itinérant Roadmovie Dossier d information

Le cinéma itinérant Roadmovie Dossier d information Le cinéma itinérant Roadmovie Dossier d information Foto: Andri Stadler Grafik: Vertot 1. Le cinéma itinérant Roadmovie...3 2. La journée cinéma dans votre commune...4 3. Profil de votre commune...6 4.

Plus en détail

Programmes d occupation et d insertion proposés dans le cadre de l aide sociale (POIAS) Reporting 2014 : résultats et évaluation

Programmes d occupation et d insertion proposés dans le cadre de l aide sociale (POIAS) Reporting 2014 : résultats et évaluation Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Sozialamt Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office des affaires sociales Rathausgasse 1 3011 Berne Tél. +41

Plus en détail

Le financement : un défi

Le financement : un défi Mars 2015 Bulletin sur le rapport nal Conclusions générales Ce bulletin souligne les rétroactions recueillies lors des consultations ainsi que les conclusions et recommandations du rapport final. Recherche

Plus en détail

Management et leadership

Management et leadership Formation Management et leadership Les outils du management : du stratégique à l opérationnel Règlement de formation Le présent règlement entre en vigueur le 1 er février 2012. Il remplace et annule toute

Plus en détail

Cas pratique TAXI À LA DEMANDE

Cas pratique TAXI À LA DEMANDE Cas pratique TAXI À LA DEMANDE Actualisé le: 04.08.2008 Soutenu par: Mobilservice PRATIQUE c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse 22, 3011 Berne Téléphone 031 633 57

Plus en détail

Règlement relatif à l aide financière aux pays en développement

Règlement relatif à l aide financière aux pays en développement Règlement relatif à l aide financière aux pays en développement LC 08 591 du 22 avril 2015 Entrée en vigueur : 1 er mai 2015 Art. 1 Principe La Ville de Carouge alloue, en principe, 1 % de son budget de

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France

Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France 0 Enquête réalisée par Energie-Cités Peter Schilken Ian Tuner Pierre Escolar Graziella

Plus en détail

La mesure de la satisfaction clientèle

La mesure de la satisfaction clientèle La mesure de la satisfaction clientèle Réalisé par Richard Ladwein La mesure de la satisfaction clientèle 2 Une mesure pas ordinaire... On ne mesure pas l intelligence en demandant aux personnes si elles

Plus en détail

Marche à suivre pour la mise sur pied d un projet éolien

Marche à suivre pour la mise sur pied d un projet éolien Marche à suivre pour la mise sur pied d un projet éolien 1) Quels aspects faut-il absolument prendre en compte pour lancer un projet éolien? a) La vitesse moyenne annuelle du vent à 50 m de hauteur sur

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

Economiste - juriste d entreprise Business Law BACHELOR OF SCIENCE

Economiste - juriste d entreprise Business Law BACHELOR OF SCIENCE Economiste - juriste d entreprise Business Law BACHELOR OF SCIENCE LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied Sciences, constituent un élément

Plus en détail

Service de navette GO

Service de navette GO Études de cas sur le transport durable MISSISSAUGA, ONTARIO ÉTUDE DE CAS N o 12 Service de navette GO Organisation Ville de Mississauga - Transport et voirie, Mississauga Transit Statut Début en 2001,

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV CAC Rendement Titres de créance1 présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée : 7 ans

Plus en détail

MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet

MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet 1. Généralités : Les activités, Les profils, Les motivations 2. Vous 3. L idée, la vision, la mission de l entreprise, la stratégie 4. Le business plan 5. Un outil

Plus en détail

Version Bewilligungsverfahren, du 2 décembre 2013 1

Version Bewilligungsverfahren, du 2 décembre 2013 1 Branche de formation et d examens Services et administration, groupe d entreprises «Avocats» Remarques : - Afin de faciliter la lecture du document, le masculin est utilisé pour désigner les deux sexes.

Plus en détail

les ateliers vélo mode d emploi

les ateliers vélo mode d emploi les ateliers vélo mode d emploi un service à la mobilité et à l autonomie, des lieux participatifs et solidaires pour encourager la pratique individuelle Comment ça marche? Comment s y prendre? Qui contacter?

Plus en détail

Organiser et exploiter le fichier Clients

Organiser et exploiter le fichier Clients G Organiser et exploiter le fichier Clients Définition La GRC est l'ensemble des outils et techniques destinés à capter, traiter, analyser les informations relatives aux clients et aux prospects, dans

Plus en détail

Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa

Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa Texte de référence : Règlement européen (CE) n 809/2004

Plus en détail

A votre service, en Suisse

A votre service, en Suisse A votre service, en Suisse Tout pour votre emménagement en Suisse Informations et check-list Une couverture d assurance optimale pour toutes les étapes de votre vie : www.visana.ch Bienvenue en Suisse!

Plus en détail

Brochure technique. Zones de rencontre. bpa Bureau de prévention des accidents

Brochure technique. Zones de rencontre. bpa Bureau de prévention des accidents Brochure technique Zones de rencontre bpa Bureau de prévention des accidents Dans une zone de rencontre, les piétons partagent l espace routier avec le trafic. Pareille zone convient tant aux routes d

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION DECIDEUR

DOSSIER D INSCRIPTION DECIDEUR TOP PROTECTION SOCIALE 5 et 6 DECEMBRE 2012 HOTEL DU GOL DE DEAUVILLE**** DOSSIER D INSCRIPTION DECIDEUR A renvoyer à Mathilde VINCENS BOUGUEREAU, Directeur de s, tél. :+ 33 1 53 10 79 50 / fax : + 33

Plus en détail

Sondage annuel 2010 sur le profil des travailleurs autonomes en technologies de l information et des communications au Québec

Sondage annuel 2010 sur le profil des travailleurs autonomes en technologies de l information et des communications au Québec Sondage annuel 2010 sur le profil des travailleurs autonomes en technologies de l information et des communications au Québec Introduction Depuis 17 ans, l Association québécoise des informaticiennes et

Plus en détail

Saisine F 1284. L'industrie du cinéma en France présente plusieurs singularités par rapport aux autres secteurs de l'économie :

Saisine F 1284. L'industrie du cinéma en France présente plusieurs singularités par rapport aux autres secteurs de l'économie : Saisine F 1284 Engagements de la Fédération Nationale des Distributeurs de Films, de la Fédération Nationale des Cinémas Français, de la Chambre Syndicale des Producteurs de Films et du Syndicat des Producteurs

Plus en détail

Séance d information CEI 6 février 2013

Séance d information CEI 6 février 2013 Le certificat énergétique cantonal des bâtiments (CECB) un outil probant d'analyse et de conseil Bureau EHE SA Route de la Fonderie 2 CH 1700 Fribourg Tél. +41 (0)26 309 20 90 Fax +41 (0)26 309 20 98 information@bureau-ehe.ch

Plus en détail